Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Dossier. Corpus textuel, individu...Blow-up. Une enquête dans le fond...

Dossier. Corpus textuel, individus et groupes sociaux

Blow-up. Une enquête dans le fonds Roquefort des archives municipales de Marseille

Laure-Hélène Gouffran
p. 65-86

Résumé

Cette contribution revient sur les recherches menées entre 2009 et 2015 autour de la figure de Bertrand Rocafort, marchand provençal du début du XVe siècle, dont l’étude a débuté par l’exploration d’un fonds d’archives éponyme conservé aux archives municipales de Marseille. D’agrandissement et agrandissement, l’analyse des pièces rares qui composent ce fonds a progressivement ouvert les portes vers d’autres questionnements et a également conduit à étendre le corpus ainsi que le sujet même de la recherche. Ainsi la progression dans cette enquête biographique s’est révélée avant tout constituer un cheminement à travers les archives. Ce parcours permet aujourd’hui de s’interroger sur les enjeux relatifs à la constitution d’un corpus destiné à la réalisation d’une biographie historique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La graphie « Roquefort » correspond à une francisation du nom de ce personnage que l’on ne trouve (...)
  • 2 Archives municipales de Marseille (désormais AMM), 7 ii 1.
  • 3 Ce travail doctoral, intitulé La figure de Bertrand Rocaforti. Expériences, identités et stratégi (...)
  • 4 Nous adossons évidemment nos réflexions à tous les apports de la microstoria et aux travaux de Ca (...)

1C’est en 1396 qu’apparaît pour la première fois le nom de Bertrand Rocafort1 dans les archives municipales de Marseille2 et c’est avec cette mention que commença notre enquête sur ce personnage que rien, sauf les hasards de la conservation des sources, ne prédestinait à devenir l’objet d’un travail doctoral, plus de six cents ans plus tard3. À travers l’étude des pièces du fonds éponyme Bertrand de Roquefort et en mobilisant une approche biographique, le principal enjeu méthodologique de cette recherche était de faire dialoguer l’expérience individuelle de cette figure bien ordinaire du monde urbain méditerranéen du début du XVe siècle avec son environnement économique et social4.

  • 5 Depuis les années 1980, la crise du paradigme quantitatif est à l’origine d’un retour à « l’indiv (...)
  • 6 L’illusion biographique consisterait à écrire et à traiter une existence comme une histoire, ce q (...)
  • 7 Guillaume Piketty, « La biographie comme genre historique ? Étude de cas », Vingtième Siècle, rev (...)
  • 8 La biographie historique peut ainsi devenir un laboratoire méthodologique pertinent. Voir par exe (...)

2En s’inscrivant dans le renouveau d’un genre ayant désormais retrouvé une place de choix dans les questionnements historiques contemporains5, il s’agissait de réordonner une vie, de dégager les étapes d’une existence en évitant les pièges du raisonnement téléologique soulignés par Pierre Bourdieu dès le milieu des années 19806. Il s’agissait simultanément de « jeter un pont entre initiatives individuelles et comportements collectifs7 », afin d’observer, à travers la trajectoire d’un acteur au sein de l’espace social, les mécanismes à l’œuvre dans une société8.

  • 9 Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996
  • 10 Cette question du corpus se pose plus largement pour tout type d’enquête historique. Claude Caroz (...)

3Dans cette approche articulée autour d’un sujet « globalisant9 », la fabrique du corpus apparaît donc comme fondamentale. Elle questionne l’existence des archives et de leur représentativité sur le sujet d’étude, ainsi que la « pensée du chercheur », dont le travail de sélection agit comme un filtre puissant qui permet de transformer le matériau originel en un objet heuristique10. L’étude d’une vie, avec tout ce qu’elle comporte d’expériences et d’identités en mouvement, nécessite logiquement de mobiliser un large panel de sources et de jouer sur les échelles d’analyse, afin d’en éclairer les différentes facettes et de mettre en lumière une part plus large du social.

  • 11 Je remercie Mme Claude Denjean qui a évoqué ce film lors de ma soutenance de thèse et qui m’a ins (...)
  • 12 Sur ce film : Annie Goldmann, « Blow up : essai d’analyse », L’Homme et la société 6, 1967, p. 17 (...)
  • 13 Stéphane Dufoix, « L’historien marche en boitant, Entretien avec Carlo Ginzburg », Socio 3, 2014, (...)
  • 14 Comme dans le film, la narration biographique est sujette à des ruptures dans la trame du récit. (...)

4Comme dans le film Blow-up, de Michelangelo Antonioni (196611), les archives sont à envisager comme des clichés photographiques plus ou moins flous, qui dévoilent peu à peu, de multiples détails12. Les pièces du corpus se présentent ainsi comme autant d’agrandissements du parcours de Bertrand Rocafort d’Hyères († 1427). Agrandissements dans lesquels le raisonnement scientifique prend le risque de s’égarer comme dans autant d’impasses s’il se donne l’unique objectif de la narration biographique. Évoquer l’œuvre d’Antonioni revient à questionner le rapport « boiteux13 » de l’historien face au réel : un écrit devenu archive, qui ne constitue qu’une image d’un ensemble de pratiques, de représentations et d’usages. Patiemment, par fragments, l’historien assemble ces instantanés pour tenter de créer une narration biographique, nécessairement illusoire dans son ensemble car victime de « syncopes de sens14 ». Par ailleurs, l’attention est constamment captée par certains éléments issus des distorsions documentaires qui déconstruisent constamment la trame générale. Seul le va-et-vient réflexif entre l’échelle du micro et une vue d’ensemble autorise la progression dans l’enquête biographique et ouvre alors des portes vers une autre réalité, celle des identités et des pratiques qui, restituées au sein du système des contraintes collectives, laissent apparaître les rationalités individuelles.

5Ainsi la progression dans cette enquête biographique s’est révélée être avant tout un cheminement à travers les archives, qui a débuté par l’étude du fonds Roquefort, pour aboutir à un résultat que nous n’avions pas envisagé à l’origine. Le travail que nous avons mené permet aujourd’hui de s’interroger sur la représentativité des archives privées et plus largement sur les problèmes relatifs à la constitution d’un corpus destiné à la réalisation d’une biographie historique. Il s’agira donc de revenir sur la réalité de ce fonds Roquefort tel que nous l’avons découvert au début de l’étude, puis de dépasser les limites de ce corpus initial en analysant les étapes de sa construction à travers le temps et les institutions. Enfin, il s’agira de changer d’échelle pour analyser une pièce particulière du corpus qui autorise un zoom exceptionnel dans les pratiques et les logiques scripturales du marchand.

  • 15 Le terme anglais blow-up possède en effet une riche polysémie : exploser, agrandissement photogra (...)

6De blow-up en blow-up15, nous proposons ainsi un retour sur la première phase du parcours méthodologique qui nous a conduit à réaliser une étude sur « Bertrand Rocafort », figure à la fois ordinaire et représentative de son temps qui a progressivement été révélée par les archives marseillaises.

L’« illusion » du fonds Roquefort

  • 16 Damien Carraz, « Les Lengres à Marseille au xive siècle », Revue historique 652 / 4, 2009, p. 755 (...)
  • 17 Les critères économiques et politiques, souvent choisis comme marqueurs de cette identité patrici (...)
  • 18 Boris Bove a par exemple utilisé les rôles de taille pour analyser l’importance du groupe des éch (...)
  • 19 Nous ne pouvons revenir sur l’ensemble de cette abondante bibliographie. Nous nous contenterons d (...)
  • 20 Deux d’entre eux seulement ont fait l’objet d’une analyse plus approfondie mais qui laisse totale (...)
  • 21 Seul l’un d’entre eux avait été publié partiellement en 1979 en vue d’une présentation linguistiq (...)
  • 22 Voir en particulier : Étienne Anheim, Olivier Poncet, « Fabrique des archives, fabrique de l’hist (...)

7Les archives médiévales de Marseille constituent un cadre de recherche privilégié pour étudier la société provençale des XIVe et XVe siècles. La richesse des fonds a notamment permis la production de travaux consacrés à l’élite urbaine provençale, des processus de sa construction aux composantes de sa domination16. Ces travaux ont su exploiter avec succès les différentes séries documentaires conservées à Marseille17. Malgré l’absence de sources fiscales, traditionnellement utilisées par les historiens pour proposer un cadre à l’étude du patriciat urbain18, la diversité des archives conservées à Marseille a permis depuis les années 1990 de multiplier les travaux sur les cercles dominants, en mobilisant des corpus documentaires variés. En raison de leur richesse, les séries notariales des archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD BDR) ont pu se prévaloir de la faveur des historiens19. Les fonds privés conservés aux archives municipales de Marseille (AMM) sont restés moins utilisés malgré – ou peut-être en raison – de leur hétérogénéité et des questionnements que soulève leur utilisation20. En effet, la conservation, la transmission et le classement de ces fonds de nombreuses fois déménagés, font encore aujourd’hui l’objet d’une imprécision qui rend difficile leur maniement. Cette méconnaissance a pourtant un revers positif : celui de pouvoir révéler quelques documents inédits, dont font partie ceux du fonds Roquefort21. Se pose alors la question de l’existence même de ces pièces, en tant que produits et résultats d’une opération de conservation qu’il est nécessaire de considérer afin de percevoir la nature signifiante des documents et de comprendre la cohérence dissimulée de ce fonds22.

  • 23 Le classement de ces archives fait aujourd’hui l’objet d’un traitement rigoureux qui permet de re (...)
  • 24 C’est-à-dire autrement que par versement administratif.

8Parmi les fonds privés des archives municipales de Marseille (ii) qui ne séparent pas les documents antérieurs à 1790 de ceux produits après l’époque révolutionnaire, sont conservés plusieurs sous-fonds éponymes concernant des marchands de la fin du Moyen Âge. La répartition de ces sous-séries entre les « Fonds industriels et commerciaux » qui contiennent cinq fonds médiévaux et les « Fonds familiaux » qui en contiennent sept, s’avère peu cohérente et s’explique par le cadre de classement longtemps incertain des archives privées23. Il n’existe ici aucune différence dans la typologie documentaire. Par ailleurs, ces fonds ne constituent pas des archives familiales stricto sensu : ils ne sont pas le résultat d’une compilation de documents reçus, transmis et conservés par les membres d’une famille sur plusieurs générations. Ne contenant pour certains qu’une seule pièce, ces fonds ont été versés aux archives « par voie extraordinaire24 », puis, sauf quelques manipulations de classement antérieures au principe du respect des fonds, ils ont été figés dans le temps. Parmi eux, le fonds qui concerne Bertrand Rocafort, marchand originaire d’Hyères et devenu citoyen marseillais en novembre 1423, s’avère l’un des plus variés en termes de typologie documentaire (fig. 1).

Figure 1 – Contenu du Fonds Roquefort des AMM

Cote

Contenu

Date

7 ii 1

Procuration donnée par Rocafort à plusieurs citoyens d’Hyères pour la poursuite de ses procès et intérêts.

26 mars 1396

7 ii 2

Lettre de Jean Crote à Bertrand Rocafort

S. d.

7 ii 3

Billet de Guillaume Forbin

S. d.

7 ii 4

Billet adressé à Rocafort ; nom du correspondant illisible

S. d.

7 ii 5

Echange de correspondance entre Rocafort et Luquet Rodelhat.

1415

7 ii 6

Billet de Pierre Robin

1404

7 ii 7

Billet de Pierre Robin

S. d.

7 ii 8

Lettre de Jean Botoni

1425 (1426)

7 ii 9

Cahier de comptes de journées faites pour Bertrand Rocafort. Fragment.

S. d.

7 ii 10

Cahier de comptes de journées faites pour Bertrand Rocafort.

S. d.

7 ii 11

Mandement des maîtres rationaux ordonnant au juge d’Hyères de gager jusqu’à concurrence de 30 florins sur les biens de la succession Rocafort.

3 juillet 1427

7 ii 12

Bail de la rève des blés et farines d’Hyères par le conseil de la ville en faveur de Rocafort.

10 juin 1409

7 ii 13

Chapitre de la rève des blés et farines de la ville d’Hyères par le conseil de la ville en faveur de Bertrand Rocafort.

10 juin 1409

7 ii 14

Reconnaissance de dette de Coissard de 25 florins d’or envers Bertrand Rocafort.

S. d.

7 ii 15

Livre de raison. Comptes, notes, acquis et dettes.

1388/1397

7 ii 16

Livre de comptes et notes diverses.

1405/ 1418

7 ii 17

Enregistrement des sommations faites par le juge d’Hyères aux débiteurs de la rève des blés et farines dont Bertrand Rocafort était fermier.

1415

7 ii 18

Registre d’inscription des débiteurs de la rève du blé dont Rocafort était fermier.

1419

7 ii 19

Comptes mélangés avec comptes d’Hyères du temps du syndicat de Rocafort.

1397-1398

7 ii 20

Liquidation en 1427 de la succession de Rocafort, par le recteur de l’Hôpital Saint-Esprit de Marseille et le prieur des Dominicains.

1427

7 ii 21

Comptes du grenier à sel d’Hyères.

1405/1410

7 ii 22

Comptes du grenier à sel d’Hyères.

1407/ 1409

7 ii 23

Comptes du grenier à sel d’Hyères.

1409

7 ii 24

Comptes du grenier à sel d’Hyères.

1410

7 ii 25

Comptes du grenier à sel d’Hyères.

1411/ 1413

7 ii 26

Enregistrement des contraintes entre les débiteurs de la gabelle du sel à Hyères.

1407

7 ii 27

Enregistrement des procédures faites par devant le juge d’Hyères par Rocafort contre les débiteurs du grenier à sel.

1406/ 1408

7 ii 28

Inventaire des biens meubles et immeubles de Bertrand Rocafort

S. d. [sans doute automne 1427]

Crédit : LH Gouffran

  • 25 Mélanie Dubois-Morestin, Pratiques scripturales et pratiques économiques : les archives privées d (...)

9La diversité des écrits conservés répond aux multiples activités de ce personnage qui, comme le cordier Jean Teisseire d’Avignon, semble représentatif d’une petite élite urbaine méridionale, pour laquelle la pratique de l’écrit apparaît comme une caractéristique majeure25. Notaire, marchand, homme public, Rocafort est un acteur économique et social révélé par une écriture pratique adaptée à ses besoins. Les différentes pièces conservées se divisent en correspondances (7 ii 2 à 7 ii 8), en registres de comptes divers (7 ii 15, 7 ii 16, 7 ii 19) et en documents présentant un type unique (7 ii 1, 7 ii 9 à 7 ii 14). Réunissant ainsi des pièces de natures différentes, le fonds Roquefort constitue donc aujourd’hui un corpus circonscrit par le principe archivistique du respect des fonds. Pour autant, son existence au sein des archives municipales de Marseille soulève plusieurs questions. Pourquoi et comment ces documents personnels ont-ils été conservés et transmis ? Peuvent-ils être considérés comme la conséquence d’un acte archivistique réalisé par Bertrand Rocafort lui-même ? Constituaient-ils une série circonscrite à l’origine ? La présence de plusieurs autres pièces concernant Rocafort aux archives départementales des Bouches-du-Rhône - dont un testament et un codicille - suggérait la dispersion de la matière documentaire initiale vers plusieurs institutions. Afin d’éclairer la représentativité du corpus, il s’avérait donc essentiel de reconstruire le plus finement possible la constitution du « fonds Roquefort »

Du document à l’archive : le parcours des papiers de Bertrand Rocafort

  • 26 AMM, 7 ii 20, fo 1.
  • 27 AD BDR, 1 HD B 62 bis.
  • 28 AMM, 7 ii 20, fo 4.

10Après le décès de Bertrand Rocafort « mercator de la vila d’Yeras26 » à Marseille le 1er juillet 1427, les exécuteurs testamentaires trouvèrent à Hyères dans la chambre de sa maison principale un sac rempli d’écritures « tant privées que publiques », ainsi que divers protocoles rédigés de sa main et conservés dans une petite caisse27. Quelques jours après son inhumation, le 11 août 1427, ils firent porter ses écritures à l’hôpital Saint-Esprit de Marseille qui devait hériter de la moitié de ses biens28.

Le noyau

  • 29 Jérôme Hayez, « L’Archivio Datini : de l’invention de 1870 à l’exploration d’un système d’écrits (...)
  • 30 Sur la systématisation des formes d’organisation liées au classement des écrits au sein des insti (...)
  • 31 Il a déjà été constaté dans un cas similaire une rupture claire dans la documentation. Matthieu A (...)

11Produits dans le cadre des activités de Rocafort, ces documents dont nous ne connaissons pas la nature exacte, répondent à des logiques tant économiques que sociales et l’on peut supposer qu’ils ont fait l’objet d’un premier acte de mise en ordre par le marchand lui-même. Par la sélection qu’il réalise, l’individu est ainsi acteur du récit de sa propre vie : il ne laisse à voir que ce qu’il a décidé de conserver afin de répondre à « des fonctions variées de communication, de preuve, d’élaboration de l’information et de la mémoire29 ». Certaines pièces, les livres de compte tenus pour la ville en particulier, ont fait l’objet d’une conservation en vue d’une audition ; d’autres, comme les registres personnels, ont pu être conservés pour assurer la gestion de ses affaires privées. Dans cette pratique de conservation et de gestion de ses écrits, caractéristique du monde marchand, s’ajoute l’expérience notariale de Rocafort qui a sans doute l’habitude de classer et de conserver les instruments qu’il produit30. Néanmoins, si le titre de notaire lui est attribué jusqu’à la fin de sa vie, une seule trace archivistique de sa carrière notariale a pu être mise au jour. Seul le remploi d’un parchemin portant un acte instrumenté par lui en couverture du livre de comptes 7 ii 19 est venu confirmer cette activité. Cette absence de documentation est certainement imputable à différentes raisons. Tout laisse suggérer que sa pratique du notariat a marqué seulement les premières années de sa vie : dès les années 1390, Rocafort est signalé comme marchand et cette activité semble rapidement prendre le pas sur la précédente31. À cela s’ajoutent bien entendu les pertes documentaires : en effet des protocoles faisaient bien partie des écritures emportées par l’hôpital du Saint-Esprit en 1427 et n’ont par conséquent été perdus que postérieurement. Cet écart entre la nature des archives conservées et les activités supposées de Bertrand Rocafort permet aujourd’hui de s’interroger sur la représentativité de l’archive qui agit comme un filtre puissant et déforme de façon plus ou moins ample la réalité.

  • 32 7 ii 28.

12Sur ce noyau d’écrits privés ont été effectués par ses héritiers un premier acte de mise en forme et une première sélection. Certains documents, destinés à être conservés, ont fait l’objet d’une rubrique au sein de l’inventaire des biens du marchand, sous l’intitulé « Sequitur inventarium instrumentorum publicorum et scriptuarum tam publicarum quam privatorum tangentem hereditatem Bertrandi Rocaforti predicti ». Il s’agit de seize pièces, dont chacune est identifiée par un chiffre romain (signatum per numerum) reporté sur l’inventaire (V à XX32). Ironie de l’histoire, ces documents qui avaient fait l’objet d’un premier classement ont aujourd’hui disparu, à l’exception d’une seule pièce (n° XX) conservée aujourd’hui sous la cote 1 HD B 121.

13Par la suite les écrits de Rocafort amenés dans les archives de l’hôpital du Saint-Esprit après son décès, ont subi plusieurs déménagements et reconditionnements qui ont abouti à l’éclatement du noyau documentaire entre plusieurs institutions (fig. 2).

Figure 2 – Du document à l’archive

Figure 2 – Du document à l’archive

Le parcours des papiers de Bertrand Rocafort

Crédit : LH Gouffran

Le démembrement des fonds des hôpitaux33

  • 33 Mes remerciements sincères vont à Mme Sylvie Clair, conservateur général du patrimoine, directric (...)

14Parallèlement au fonds Roquefort des archives municipales, que reste-t-il aujourd’hui des écritures de Rocafort ? Neuf autres pièces de parchemin le concernant sont conservées dans la série B de l’hôpital du Saint-Esprit. Testament et codicille (1 HD B 62) y ont été incorporés dès la mort du marchand. Par ailleurs, deux autres pièces produites par le Saint-Esprit - un inventaire des biens et le règlement d’un litige au sujet de la succession de Rocafort - y ont été postérieurement déposées ; elles provenaient de la série GG des archives municipales (fig. 3). Elles ont été ajoutées le 21 novembre 1946 (1 HD B 62 bis).

Figure 3. Prise de possession de l’héritage de Bertrand Rocaforti

Figure 3. Prise de possession de l’héritage de Bertrand Rocaforti

Pièce provenant de la série GG des archives municipales, déposée aux archives départementales en 1946. Le parchemin provient des archives du Saint-Esprit. Il est inventorié dans le Libre del Thesaur sous le numéro LXX. Cote 1 HD B 62 bis/ Conseil départemental 13/ Archives départementales. Tous droit réservés.

Source : AD BdR, 1 HD B 62 bis

15Une autre sous-série (1 HD B 121) contient dix pièces de parchemin dont cinq concernent directement Bertrand Rocafort et cinq autres un certain Jean Vitalis. Rocafort avait été l’exécuteur de cet habitant d’Hyères et il détenait certainement toujours les papiers de Vitalis au moment de son décès. Cela explique pourquoi les actes concernant Vitalis, un humble habitant d’Hyères, se sont retrouvés mêlés aux archives de l’hôpital du Saint-Esprit. De la même façon, les pièces aujourd’hui rassemblées dans le Fonds Vitalis (AMM, 6 ii 1-6) des archives municipales sont une conséquence directe de l’éparpillement des documents de Rocafort et de la destruction de la cohérence originelle d’archivage. Ce fonds a subi la même dispersion que celle du marchand hyérois lors de son entrée dans les archives hospitalières.

Conservation et gestion des archives : le rôle de l’hôpital

  • 34 Sur cet hôpital, voir : Augustin Fabre, Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance (...)
  • 35 Augustin Fabre, Histoire des hôpitaux, op. cit., p. 73.
  • 36 AD BDR, 1 HD D 1. Aujourd’hui, la série B du fonds 1 HD compte 121 entrées.

16À présent que nous avons brièvement retracé le parcours des écrits de Rocafort, il est nécessaire de revenir plus en détail sur le rôle important joué par l’hôpital du Saint-Esprit dans la conservation et la gestion des écrits privés de l’élite marseillaise de la fin du Moyen Âge34. Outre Bertrand Rocafort, d’autres marchands parmi les plus importants de Marseille, lèguent au cours des XIVe et XVe siècles une partie de leurs biens à cette institution. Les hôpitaux captent ainsi une grande partie des héritages dans ces périodes de difficultés sanitaires. Le nombre des légataires explique l’importance de la documentation alors gérée par l’hôpital du Saint-Esprit, qui était simplement conservée au cours du XIVsiècle « dans une petite caisse dans la chambre où se faisaient les comptes35 ». La faveur croissante des Marseillais envers le Saint‑Esprit a vraisemblablement favorisé la mise en place d’un système de rationalisation des écritures conservées par l’hôpital. Commencé en 1399 par le notaire de l’hôpital Laurent Aycardi sous le rectorat de Guillaume Cavalhone et d’Isnard Grassi, le Libre del Thesaur répond à une précoce préoccupation archivistique d’inventaire et de classement. Ce registre de 125 folios entendait contenir « toutes les lettres, instruments et cautelas dudit hôpital, comme sont les testaments, codicilles, inventaires, donations, rémissions, transactions, achats de cens, reconnaissances et d’autres diverses choses qui appartiennent audit hôpital et (sont) marquées au dos de chacune par une lettre et un nombre et (sont) déposées dans des sacs de toile selon la manière écrite ci-dessous36 » (fig. 4). Sous chaque lettre, le notaire inscrivait l’inventaire des titres en enregistrant différentes informations : le numéro du parchemin, son contenu sommaire, le nom du notaire ayant instrumenté, la date et parfois quelques ajouts en marge (fig. 5). Les titres, conservés à l’époque dans des sacs, sont aujourd’hui regroupés dans la série B du fonds du Saint-Esprit. Ils ne représentent sans doute qu’une faible part de la documentation d’origine qui a subi des pertes importantes lors des reconditionnements successifs et peut-être lors des tris effectués par les hôpitaux eux-mêmes.

Figure 4. Incipit Libre del Thesaur

Figure 4. Incipit Libre del Thesaur

Cote 1 HD D 1, f. 1/ Conseil départemental 13/ Archives départementales

Tous droit réservés

Figure 5. Libre del Thesaur (détail)

Figure 5. Libre del Thesaur (détail)

Détail des titres concernant Rocafort, fo 74 – Cote 1 HD D 1, f. 74/ Conseil départemental 13/ Archives départementales

Tous droit réservés

  • 37 L’intérêt pour l’activité des hôpitaux en ce domaine a été renouvelé au cours des dernières année (...)

17D’explosions en assemblages, nous avons ainsi pu reconstituer les grandes étapes de la création du fonds Roquefort, dont l’existence est à mettre en relation avec les pratiques archivistiques de l’hôpital du Saint-Esprit. Il paraît assez clair après cette étude que le processus de sédimentation et les logiques documentaires des fonds privés conservés actuellement dans les archives municipales de Marseille sont liés aux gestes de conservation des institutions d’assistance37.

Des affaires matrimoniales aux pratiques scripturales

18Marchand ordinaire de son époque, Rocafort est toutefois exceptionnel du point de vue historique en raison de la conservation du corpus documentaire permettant de renseigner sa trajectoire ainsi que ses pratiques scripturales et économiques.

  • 38 AMM, 7 ii 19.
  • 39 De cet exercice, trois registres sont conservés : AMM, 7 ii 21, 7 ii 24, 7 ii 25.

19Étudiés dans une approche comparatiste, ces documents inédits ont en effet permis de reconstruire, à partir de fragments d’expériences, une figure représentative d’une petite élite urbaine de la fin du Moyen Âge. Fils de charpentier, notaire puis marchand, Rocafort se hisse aux plus hautes fonctions municipales, et paraît à la fin de son existence auréolé d’une renommée dont témoignent ses biens et son réseau. Dans cette ascension, c’est sa culture de l’écrit qui lui sert de tremplin pour s’élever dans la vie publique et ce sont ses capacités de comptable qui lui permettent d’accéder aux fonctions publiques de syndic en 139738, et, à partir de 1405 de fermier et de rédacteur des comptes de la gabelle royale39.

  • 40 Sur les enjeux de l’analyse des documents personnels, voir : Jean-Pierre Bardet, Élisabeth Arnoul (...)

20Des comptabilités aux correspondances, sa pratique de l’écrit est quotidienne et le nombre important de documents autographes conservés dans le fonds Roquefort permet de s’interroger plus largement sur les usages de l’écrit chez les marchands provençaux. Réceptacle des déboires matrimoniaux de Rocafort, le document 7 ii 5, constitue en particulier une porte d’entrée vers les pratiques sociales des hommes d’affaire du XVsiècle et vers les stratégies discursives dont ils font usage au quotidien40. Au-delà de l’affaire en elle-même, le document, exceptionnel par ce qu’il révèle d’intime sur les relations d’un marchand de cette époque, livre dans un provençal imagé plusieurs éléments révélateurs des identités et des pratiques scripturales contemporaines.

Une séparation

  • 41 Luquet Rodelhat est envoyé comme représentant de l’universitas de Toulon lors de l’assemblée des (...)
  • 42 Il s’agit du rituel infamant réservé dans les cités méridionales aux personnes reconnues coupable (...)
  • 43 On peut parler ici d’un « soupçon performatif » qui, en l’absence de preuves, peut conduire à la (...)

21Sans doute déjà assez âgé et veuf depuis environ trois ans, Bertrand Rocafort épouse en 1414 ou 1415 une jeune fille de Toulon nommée Alaseta Rodelhat. Il s’agit cependant d’un mariage avorté puisque le père de celle-ci, Luquet Rodelhat de Toulon41, en fait le constat en 1415 dans un long document de plus de soixante-dix lignes qui résume les principaux éléments de l’affaire. Après avoir conclu des fiançailles, Bertrand Rocafort tenta rapidement de remettre en cause le mariage à venir en se déclarant, preuves à l’appui, malade. Mais rien n’y fit. Rodelhat précise que le mariage fut accepté « en bon entendement » et la cérémonie eut donc lieu quelques mois plus tard. Pourtant, et malgré la célébration du mariage, Rocafort ne passa pas la nuit de ses noces auprès d’Alaseta. Rodelhat n’hésite pas à rappeler que son gendre laissa la jeune épousée « toute nue et découverte dans le lit, où elle resta toute une soirée » et qu’il s’en était allé, laissant toutes les portes ouvertes. Huit jours plus tard, le marchand profita du départ de sa belle-mère à Toulon pour entrer dans la chambre où Alaseta était couchée avec sa belle-sœur et pour la battre « à bons coups de poings et de paumes », la poursuivant jusque dans la rue « avec des cordes42 ». Les détails donnés par Rodelhat dans cette lettre révèlent l’usage fait par Rocafort de l’espace public qui devient le théâtre de ses déboires matrimoniaux. En mettant en scène la correction matrimoniale, exécutée en pleine rue, le marchand hyérois rend public le soupçon d’adultère qui pèse sur Alaseta et qui lui permet d’amorcer la rupture en chassant sa femme du domicile conjugal43. Renvoyée dans la maison parentale à Toulon, Alaseta fut accusée d’adultère malgré le soutien de son père qui menaçait Rocafort de faire appel à un clerc afin de défendre les intérêts sa fille. Cette menace non déguisée semble n’avoir eu que peu d’effets : Rodelhat eut toutes les raisons d’être déçu de la réponse de son gendre, qui lui écrivit qu’il se rendrait à sa propre décision et qui lui demanda, une nouvelle fois, d’exposer ses intentions dans un nouveau courrier.

  • 44 Sur l’histoire des conflits conjugaux et des différentes formes de rupture du lien conjugal, voir (...)
  • 45 L’impuissance est considérée comme un motif de dissolution du lien matrimonial. Martine Charageat (...)

22Le deuxième volet de cette affaire est connu grâce à la lettre écrite en latin à une date inconnue par Jean Crote, notaire d’Hyères, conservée également dans le fonds Roquefort sous la cote 7 ii 2. Ce dernier, agissant comme procureur pour Rocafort travaille vraisemblablement auprès d’un avocat sur la procédure de divorce entamée par son client44. Alaseta Rodelhat accuse en effet Rocafort de ne pouvoir ni consommer le mariage ni lui donner d’enfant45. L’avocat explique cette situation par le temps et les infirmités - Rocafort étant sans doute beaucoup plus âgé que sa femme - et peut-être par un sortilège (maleficium) qu’elle opérerait sur lui.

  • 46 AD BDR, 351 E 695, fo 8.

23Le dernier chapitre de cette affaire est connu par un acte notarié conservé aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le 17 janvier 1429, Rodelhat, qui s’était rendu avec sa fille devant le juge pour requérir en première instance le remboursement de la dot (qui s’élevait, « ut dixit » à plus de 300 florins) obtient 100 florins des héritiers de Rocafort46.

L’apport de l’enquête codicologique

24L’échange de lettres entre Rocafort et Rodelhat (7 ii 5) est donc le premier document qui nous permet d’entrer au cœur de cette affaire. Il est par ailleurs le plus intéressant sur le plan du discours et des aspects codicologiques. La correspondance entre les marchands provençaux s’inscrit sur un bi-feuillet de papier filigrané portant quatre lettres différentes. La mise en page est soignée, l’écriture nette et sans rature. Une large marge est laissée à gauche. Les lettres concernant le mariage sont écrites respectivement les 24 décembre et 1er janvier de l’année 1415.

25Si Rodelhat est clairement le locuteur de la lettre n° 1, il n’en est en revanche pas le scripteur. L’ensemble des lettres est de la même main, celle de Rocafort. Il faut ajouter que le feuillet ne porte aucune trace de cachet, ni aucune adresse. Seule une pliure longitudinale est visible. Tout porte donc à croire que la correspondance entre Rodelhat et Rocafort a été recopiée par celui-ci dans un but incertain. L’acte de copie nous ferme l’accès à toute archéologie de l’écriture. La nette écriture de Rocafort dissimule aujourd’hui à nos yeux toutes les ratures et les repentirs qui apparaissaient peut-être dans les lettres originelles et dont l’étude aurait permis l’entrée dans les modes de composition de l’écriture. En revanche, cette copie nous ouvre la porte vers des usages peu connus de l’épistolaire privé médiéval. Pourquoi Rocafort a-t-il recopié cette correspondance ? Un bref passage à la fin de la lettre de Rodelhat nous laisse supposer que ce dernier lui avait demandé de lui renvoyer l’une de ses lettres (vos plassa mandar mi un escrich que aves de ma man propria). Mais dans quel but ? Dans l’état actuel de nos connaissances, les questions soulevées par l’étude de ce document restent en suspens et il faut sans doute en conclure que Rocafort souhaitait conserver pour lui des preuves ou, tout du moins, une chronologie des événements afin de constituer un dossier à présenter devant la justice.

Entre épanchement privé et instrument public

26Les lettres tiennent donc un rôle central dans cette affaire. Lettres envoyées, lettres reçues, lettres demandées, accompagnées ou non d’une confirmation orale : les lettres échangées entre les différents acteurs de cette affaire témoignent d’une publicisation partielle du contentieux existant entre Rocafort et Rodelhat. Dès le début de l’affaire, des missives ont ainsi été envoyées par Rocafort à plusieurs de ses proches pour les informer de sa volonté de ne pas conclure le mariage :

  • 47 [...] vous m’avez envoyé une lettre contenant la séparation du mariage, sous un nuage et un voil (...)

[...] vos mi mandest una letra contenent la ceparation del matremoni, sota una niol e velame, en disent so que Dieu garde. Item per letra mandest a Sibileta [...]. Item per Blayn item per Loys Gautier47.

  • 48 Loys Gautiar apparaît à plusieurs reprises dans le registre de comptes de Rocafort 7 ii 19.

27Cet échange de lettres souligne l’importance de l’écrit comme support de la prise de décision, laquelle s’appuie en même temps sur le témoignage oral transmis par les porteurs des missives et les membres du réseau commun. Le personnage de Loys Gautiar apparaît ainsi à sept reprises dans la lettre de Rodelhat. Gautiar s’apparente à un homme de confiance de Rocafort, pour lequel il intervient en tant que facteur dans des opérations commerciales48. Pourtant dès les premières lignes, on apprend que Gautiar semble avoir dépassé la teneur de sa mission. Il a parlé à Rodelhat de l’annulation du mariage sans en avoir eu le mandement de Rocafort. Celui-ci s’est alors empressé d’écrire des lettres pour infirmer cette information. Rodelhat préfère néanmoins accorder plus de crédit aux paroles de Gautiar qui « est un homme tel qu’il n’a rien dit en cet acte sinon la vérité, et sans faute lui-même a parlé de votre part » qu’aux lettres envoyées par son gendre. S’agit-il d’un véritable désaveu ou bien d’une manipulation de la part de Rocafort ? Quoi qu’il en soit ce dernier choisit de changer d’émissaire après avoir reçu la lettre de Rodelhat. Il envoie sa réponse par son compagnon Bertrand Blayn, auquel « rien ne peut être caché de cette affaire » et qui, porteur des nouvelles lettres, sera par ailleurs chargé de rapporter « de sa bouche » les intentions des Rodelhat. Les liens forts entretenus entre écrit et oral apparaissent ici noués autour de la question de la parole donnée et engagent la fiabilité sociale des acteurs.

  • 49 Laure Verdon, « La course des amants adultères », art. cit.
  • 50 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales 24, 1993, p. 513, p. 5.
  • 51 Jérôme Hayez, « La gestion d’une relation épistolaire dans les milieux d’affaires toscans à la f (...)

28L’usage de la correspondance constitue donc l’un des aspects de la stratégie de Rocafort qui utilise manifestement son réseau personnel et l’espace public comme des outils pour se défaire de cette union. Ainsi la correction infligée par Rocafort à son épouse qu’il bat dans les rues avec des cordes s’apparente à une publicisation de l’adultère dont le marchand accuse Alaseta49. La rumeur, qui naît dans les cercles privés et se transporte dans le domaine public, constitue en effet une arme redoutable dont les conséquences sont avant tout sociales50. Tout au long de sa lettre, Rodelhat fait donc appel à la conscience de Rocafort pour régler une affaire qui met très durement en cause l’honneur de sa famille. Il utilise, dès la première ligne, le terme de diffamation (deffamation) qui revient ensuite à deux reprises (desfamar ; diffamada). Le champ lexical de la renommée apparaît à plusieurs reprises sous sa plume (et maiormens per lo honor de cels que la eran annatz querre, et per far honor a la vila dont partia). Plus largement, le caractère rhétorique de cette relation épistolaire apparaît clairement dans l’utilisation par Rodelhat de figures de style51. S’il révèle sans pudeur les affects de sa fille en danger de « mourir de douleur et de mélancolie », il sait également manier l’ironie à grand renfort de métaphores, jugeant par exemple les lettres de son correspondant « plus doubles que n’importe quel oignon ».

  • 52 Grihl, Écriture et action, XVIIe-XIXe siècle, une enquête collective, Paris, EHESS, 2016.

29L’acte d’écriture n’est pas seulement une mise en forme solitaire de la pensée, il est aussi un acte partagé, une construction entretenant des relations fortes avec la parole et un instrument au service de stratégies sociales52. La pratique épistolaire établit un espace relationnel, un lieu de tensions entre l’individu et l’espace public bien perceptible dans cette affaire. Au-delà de la communication différée des informations, la correspondance entre Rocafort et Rodelhat est également révélatrice d’un échange social au sein duquel deux stratégies de communication se répondent. Alliant les codes du genre épistolaire, les topoï de la communication (salutations, allusions aux précédentes missives, etc.), le naturel de certaines expressions, et ce que nous appellerions aujourd’hui des effets de réel, Rodelhat semble s’épancher dans cette correspondance de soixante-quatorze lignes, se plaisant à développer toutes les étapes de cette union ratée qu’il prend soin de replacer dans une chronologie précise.

  • 53 Quand en conclusion vous avez été marié, de la manière par laquelle vous avez tenu à montrer vot (...)

[Cant] en conclusion fust spozat, la maniera que vos aves tengut a mostrar vostre entendement del acte, lo ters jorn a prop la disponsation, con laysest tota nuda descuberta el liach Alaseta ont estet tot una cera. Item denfra la votana conlaysest las portas hubertas de vostre hostal ont era colcada Alaseta e annest al’ostal de Peyre Lucha et demandest ma molher, que era colcada ambe Olivayron, e la fesest levar, que ja avia dormit, disent que annes a sa filha et l’annet et trobet las portas ubertas, exeptat les batesment en que tengues mas parentas et mons parens tant quant esteron en Yeras53.

30Rocafort en revanche brille par la concision de sa réponse contenue dans une quinzaine de lignes. Dans cette affaire il paraît assez clair qu’il cherche à gagner du temps :

  • 54 Néanmoins, pour avoir clarification de votre intention, et (de celle) d’Alaseta, de façon à ce q (...)

Totas ves, per aver clarification de la vostra intention, e de Alaseta, per soque non fatiguem plus longament en aquesta materia, yau mandi avos Bertran Blayn, companhon mieu, portador d’aquestas, alcal non sipet ren scondre d’aquesta materia, per local puasca yau esser enformat aplen de la entencion devos ede Alaseta, evos de mi54.

  • 55 Il s’agit d’une mesure : un casern de papier vaut 2 sous. AMM, 7 ii 19, fo 64.
  • 56 Les notions de risque et de regret ont récemment été placées au centre de la réflexion d’un ouvr (...)

31Ces multiples précautions épistolaires semblent user la patience de Rodelhat, lassé de voir son interlocuteur pérorer tant et si bien que « le tout n’entrerait pas dans un casern de papier55 ». Dissimulant ses intentions « sous un nuage et un voile », Rocafort fait preuve d’une réserve agaçante, comme si la peur de trop en dire retenait sa plume. À travers ses écrits, c’est l’image de lui-même qu’il donne à voir et qui révèle en filigrane la conscience de l’usage public des lettres dans la société provençale de la fin du Moyen Âge et, par la trace qu’il laisse, du pouvoir dangereux de l’échange épistolaire56.

* * *

32Sans nul doute, les fonds privés constituent une base documentaire pertinente pour débuter une enquête biographique. Néanmoins, remonter le fil de leur production et de leur transmission apparaît d’autant plus essentiel que leur circonscription d’origine plonge l’observateur contemporain dans une illusion d’exhaustivité qu’il est nécessaire de briser pour comprendre l’intervention de l’entité institutionnelle qui les a réunis. Autant que des individus qui ont produit ces documents, les fonds des marchands marseillais nous parlent des établissements par lesquels ils ont transités. Qu’ils aient été conservés dès l’origine comme des ensembles pouvant présenter un intérêt pour les légataires, ou bien qu’ils soient le fruit du hasard comme le fut certainement la conservation des papiers du modeste Jean Vitalis, ces fonds constituent des fenêtres sur les expériences individuelles comme sur les pratiques archivistiques des institutions hospitalières marseillaises. Chargés d’une cohérence dissimulée, ils se prêtent volontiers à une analyse qualitative qui permet d’approcher, d’agrandissements en agrandissements, comme dans le cas de la correspondance de Rocafort, les pratiques scripturales des individus.

33Toutefois, et malgré l’éclaircissement de la construction du fonds qui était le point de départ de cette enquête, l’étude de la figure de Bertrand Rocafort devait encore se complexifier. Le fonds Roquefort présentait de nombreuses lacunes chronologiques et typologiques qui créaient des disjonctions dans la trajectoire du marchand. Franchir les limites du dossier archivistique originel s’avérait donc nécessaire. C’est en cherchant dans un deuxième temps à enrichir le corpus d’origine par de nouveaux documents qu’une découverte est venue troubler notre analyse. Des sondages menés dans les registres notariés afin de résoudre les hiatus documentaires, a émergé la silhouette floue d’un nouveau personnage, homonyme et contemporain du premier. Superposant une nouvelle réalité à la première, celui que nous avons d’abord pris pour notre sujet d’étude s’est révélé être un tout autre individu, décédé seulement quelques mois après le premier. Bouleversant complètement notre enquête sur la figure de Bertrand Rocafort, la découverte des premiers actes fut bientôt suivie de centaines d’autres qui nous ont déterminée à développer une nouvelle proposition méthodologique. Elle amorça ainsi la deuxième phase de cette recherche.

  • 57 J’emprunte cette expression à M. Philippe Bernardi qui a bien voulu qualifier ce travail doctoral (...)

34La confrontation – imprévue à l’origine – de ces deux Bertrand Rocafort et de la documentation s’y afférent s’est finalement révélée suffisamment fructueuse pour pouvoir réaliser l’analyse croisée de ces deux figures provençales, afin d’en extraire des éléments qualitatifs pour l’étude plus large des élites marchandes de la fin du Moyen Âge (pratiques scripturales, constitution des réseaux, moralisation des opérations économiques, participation au bien commun, gestion de l’image publique). Au-delà de l’anecdotique homonymie, il s’agissait, en exploitant les capacités heuristiques de la comparaison, de la microhistoire et des jeux d’échelles d’une opportunité unique de pouvoir observer dans le contexte spécifique des années 1380-1430 les pratiques économiques et sociales de deux marchands dans une ville méditerranéenne. Les constantes zones d’ombre dues à la nature même des sources constituant ce « double corpus » final ont imposé une correction continuelle du regard posé sur l’objet d’étude, entre le zoom presque trop important induit par le fonds Roquefort et le prisme déformant des actes notariés parmi lesquels l’exhaustivité n’était pas permise. L’adoption d’une vision binoculaire57, proposant l’observation simultanée de deux images d’un « Bertrand Rocafort » sous un angle légèrement différent, a permis la réalisation d’une photographie de l’élite marchande marseillaise du XVe siècle. Comme dans le Blow-up d’Antonioni, cette photographie est constituée de couches de sens et de zones de flou. Ces vides deviennent de nouveaux centres de questionnement et interrogent plus largement le parcours de l’historien dont l’enquête à travers les archives révèle les pratiques des acteurs autant qu’elle stimule le cheminement réflexif.

Haut de page

Notes

1 La graphie « Roquefort » correspond à une francisation du nom de ce personnage que l’on ne trouve pas dans les sources. Dans notre étude, nous avons donc choisi de restituer la forme la plus proche de celle par laquelle il est mentionné dans les archives : Bertrand Rocafort. La forme « Roquefort » sera donc exclusivement employée lorsque nous ferons référence au fonds d’archives qui a été inventorié sous cette appellation.

2 Archives municipales de Marseille (désormais AMM), 7 ii 1.

3 Ce travail doctoral, intitulé La figure de Bertrand Rocaforti. Expériences, identités et stratégies d’ascension sociale en Provence au début du xve siècle a été mené sous la direction de Mme Laure Verdon. Il a été soutenu le 5 décembre 2015 à Aix-Marseille Université. Cette thèse est actuellement en cours d’édition sous le titre « Être marchand en Provence à la fin du Moyen Âge : les deux figures de Bertrand de Rocafort (fin xive -déb. xve siècle) ».

4 Nous adossons évidemment nos réflexions à tous les apports de la microstoria et aux travaux de Carlo Ginzburg en particulier : Carlo Ginzburg, « Microhistoire : deux ou trois choses que je sais d’elle », in Carlo Ginzburg, Le fil et les traces. Vrai faux fictif, Paris, Verdier, 2010 (1994), p. 361-405. Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996.

5 Depuis les années 1980, la crise du paradigme quantitatif est à l’origine d’un retour à « l’individu » ayant participé au développement de la biographie et de ses corollaires, la prosopographie et la monographie familiale. Voir les réflexions méthodologiques sur cette question dans : Martin Aurell, dir., Le médiéviste et la monographie familiale : Sources, méthodes et problématiques. [Colloque international tenu au centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’université de Poitiers du 21 au 22 novembre 2003], Turnhout, Brepols, 2004. Sur la biographie et ses usages : Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Histoire et sciences sociales. Un tournant critique, Annales ESC 1989, p. 1325-1336. Plus récemment : François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie. Paris, La Découverte, 2005. Les questions relatives à la mobilisation de la biographique dans les sciences sociales sont résumées dans : Kmar Bendana, Katia Boissevain, Delphine Cavallo, « Introduction », Biographies et récits de vie. Démarches croisées et histoires multiples, Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005. [En ligne], mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 20 mai 2019. URL : http://books.openedition.org/irmc/611.

6 L’illusion biographique consisterait à écrire et à traiter une existence comme une histoire, ce qui inciterait à donner, par le biais de connexions artificielles, de la cohérence à des éléments, en posant comme postulat que la vie constitue un ensemble orienté. Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales 62 / 1, 1986, p. 69-72. Un autre écueil est le recours à l’usage de concepts psychanalytiques pour justifier des solutions de continuité. Sur la question de l’articulation historique entre psychanalyse et histoire, voir : Anne Levallois, « Le retour de la biographie historique. L’histoire et la psychanalyse s’y rejoindraient-elles ? », L’Homme & la Société, 2002/4 (no 146), p. 127-140. [En ligne], mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 25 mai 2019. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2002-4-page-127.htm.

7 Guillaume Piketty, « La biographie comme genre historique ? Étude de cas », Vingtième Siècle, revue d’histoire 63, juillet-septembre 1999. p. 119-126. Guillaume Piketty résume dans cet article les principales difficultés de la biographie historique : en premier lieu celle de l’articulation entre l’individuel et le collectif et celle de l’écriture historique.

8 La biographie historique peut ainsi devenir un laboratoire méthodologique pertinent. Voir par exemple : Enrico Basso, « Pirati e pirateria nel Mediterraneo medievale : il caso di Giuliano Gattilusio », in Andreas Mazarakis, dir., Praktika Synedriou“Oi Gatelouzoi tìs Lesbou”, 9-11 septembríou 1994, Mytilini, Atene (“Mesaionikà Tetradia”, 1), 1996, p. 343-371. Boris Bove, « Un cas d’ascension sociale à la fin du XIVe siècle : Audoin Chauveron, prévôt de Paris », Revue Historique, mars 1996, p. 49‑82. Maria-Teresa Ferrer I Mallol, « Vida, aventuras y muerte de un corsario castellano : Diego Gonzálvez de Moranza alias Barassa († 1410) », Corsarios castellanos y vascos en el Mediterráneo medieval, Barcelona, CSIC-Institució Milà i Fontanals, 2000, p. 9-98.

9 Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996

10 Cette question du corpus se pose plus largement pour tout type d’enquête historique. Claude Carozzi, Huguette Taviani-Carozzi, dir., Le médiéviste devant ses sources : questions et méthodes, Aix-en-Provence, PUP, 2004. Plus récemment, ce phénomène du « retour aux sources » a été décortiqué par Joseph Morsel dans : Joseph Morsel, « Du texte aux archives : le problème de la source », BUCEMA, Hors-série 2, 2008, [En ligne], mis en ligne le 28 février 2009, consulté le 06 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/cem/4132. Il faut souligner que cette réflexion sur la source a sans doute été encore plus difficile en France, en raison d’un fossé creusé entre l’érudition des chartistes et l’histoire‑problème des Annales, dont la méthodologie sérielle a participé à la dématérialisation du document. Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval », Annales HSS, 2008, p. 245‑269. Voir également : Cécile Treffort, « Le corpus du chercheur, une quête de l’impossible ? Quelques considérations introductives », Annales de Janua, Les Annales 2. [En ligne], mis en ligne le 02 avril 2014, consulté le 24 mars 2018. URL : http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=725.

11 Je remercie Mme Claude Denjean qui a évoqué ce film lors de ma soutenance de thèse et qui m’a inspirée le titre de cet article.

12 Sur ce film : Annie Goldmann, « Blow up : essai d’analyse », L’Homme et la société 6, 1967, p. 175-178.

13 Stéphane Dufoix, « L’historien marche en boitant, Entretien avec Carlo Ginzburg », Socio 3, 2014, 247-261.

14 Comme dans le film, la narration biographique est sujette à des ruptures dans la trame du récit. Roland Barthes, « Cher Antonioni », Cahiers du Cinéma 311, mai 1980.

15 Le terme anglais blow-up possède en effet une riche polysémie : exploser, agrandissement photographique, ou violente dispute en sont quelques acceptions.

16 Damien Carraz, « Les Lengres à Marseille au xive siècle », Revue historique 652 / 4, 2009, p. 755‑777. Christian Maurel, « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au xve siècle : autour de l’ascension sociale des Forbin », Annales HSS 41 / 3, 1986, p. 657‑681. Daniel Lord Smail, Imaginary cartographies : possession and identity in late medieval Marseille, Ithaca, Cornell University Press, 2000.

17 Les critères économiques et politiques, souvent choisis comme marqueurs de cette identité patricienne, sont aujourd’hui secondés par le critère culturel, mis en œuvre pour tenter de délimiter des groupes dont les frontières s’avèrent mouvantes et surtout propres aux contextes. Voir par exemple : Caroline Fargeix, Les élites lyonnaises du xve siècle au miroir de leur langage : pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon, d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Boccard, 2007. Olivier Richard, Mémoires bourgeoises : « memoria » et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2009.

18 Boris Bove a par exemple utilisé les rôles de taille pour analyser l’importance du groupe des échevins dans la stratification sociale de Paris. Boris Bove, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, CTHS, 2004.

19 Nous ne pouvons revenir sur l’ensemble de cette abondante bibliographie. Nous nous contenterons de souligner que ces registres notariés ont constitué une base documentaire pour de nombreuses études portant sur les aspects commerciaux et économiques de Marseille, notamment : Édouard Baratier, Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, t. 2, Paris, Plon, 1951. Paul Louis Malaussena, « Promissio redemptionis : le rachat des captifs chrétiens en pays musulman, à la fin du xive siècle », Annales du Midi 80 / 88, 1968, p. 255‑281. Pour des études de genre : Francine Michaud, « Famille, femmes et travail : patronnes et salariées à Marseille aux xiiie et xive siècles », in Ad libros! : mélanges d’études médiévales offerts à Denise Angers et Joseph-Claude Poulin, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2010. Daniel Lord Smail, « Démanteler le patrimoine. Les femmes et les biens dans la Marseille médiévale », Annales HSS 52 / 2, 1997, p. 343-368. Les registres notariés marseillais ont plus récemment été exploités par Juliette Sibon, Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Les Éditions du Cerf, 2011.

20 Deux d’entre eux seulement ont fait l’objet d’une analyse plus approfondie mais qui laisse totalement de côté la question de la constitution du fonds : Moïse Schwab, Livre de comptes de Mardoche Joseph (manuscrit hébréo-provençal), Paris, Imprimerie nationale, C. Klincksieck, 1913 ; Henry Villard, « Jean Casse, armateur et marchand marseillais du xive siècle : sa maison, son comptoir, sa bastide », Annales de la Société d’études provençales 4, p. 73-117.

21 Seul l’un d’entre eux avait été publié partiellement en 1979 en vue d’une présentation linguistique : Paul Roux, Le livre de comptes de Bertrand Roquefort, marchand d’Hyères au début du xve siècle, Liège, Ass. des Romanistes de l’Université de Liège, 1974. Pourtant le fonds avait éveillé la curiosité des érudits locaux et des historiens, aux premiers rangs desquels Robert-Henri Bautier et Janine Sornay qui le mentionnent comme faisant partie des fonds importants. Robert-Henri Bautier, Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la Maison de Savoie, 2, Archives ecclésiastiques, communales, Paris, CNRS, 1974.

22 Voir en particulier : Étienne Anheim, Olivier Poncet, « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, 125 / 1, 2004, p. 1‑14, dont l’introduction rappelle les problèmes politiques et épistémologiques produits par la constitution des archives. Jérôme Hayez, « L’Archivio Datini : de l’invention de 1870 à l’exploration d’un système d’écrits privés », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 117, 2005. p. 121‑191.

23 Le classement de ces archives fait aujourd’hui l’objet d’un traitement rigoureux qui permet de rendre leur utilisation la plus efficace possible. Ariane Ducrot, « Archives personnelles et familiales : statut légal et problèmes juridiques », La Gazette des archives 157, 1992, p. 134-171. Ariane Ducrot, « Le classement des archives de personnes et de familles », La Gazette des archives 182-183, 1998, p. 208-223. Sur l’impact de la structure archivistique sur les représentations à travers l’exemple des archives familiales, voir : Joseph Morsel, « Le médiéviste, le lignage et l’effet de réel. La construction du Geschlecht par l’archive en Haute-Allemagne à partir de la fin du Moyen Âge », Revue de synthèse 2004, p. 83‑110.

24 C’est-à-dire autrement que par versement administratif.

25 Mélanie Dubois-Morestin, Pratiques scripturales et pratiques économiques : les archives privées de Jean Teisseire, marchand avignonnais du xive siècle, Thèse de doctorat, soutenue le 21 novembre 2015, Université Paris 1.

26 AMM, 7 ii 20, fo 1.

27 AD BDR, 1 HD B 62 bis.

28 AMM, 7 ii 20, fo 4.

29 Jérôme Hayez, « L’Archivio Datini : de l’invention de 1870 à l’exploration d’un système d’écrits privés », art. cit., p. 130.

30 Sur la systématisation des formes d’organisation liées au classement des écrits au sein des institutions comme des pratiques privées, voir le récent ouvrage collectif : Harmony Dewez, Lucie Tryoen, dir., Administrer par l’écrit au Moyen Âge, Paris, Éd. de la Sorbonne, 2019. Si l’expérience du notariat contribue sans doute chez Rocafort à une forme d’expertise scripturale, elle n’est pas un prérequis. On observe également l’organisation d’un ensemble archivistique cohérent chez le marchand cordier d’Avignon Jean Teisseire. Mélanie Dubois, « Écrits et pratiques du crédit au xive siècle à Avignon à travers les archives privées d’un marchand cordier, Jean Teisseire », Hypothèses, 2013/1, p. 105-114. [En ligne] Mis en ligne le 21 décembre 2013, consulté le 12 décembre 2019. URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2013-1-page-105.htm.

31 Il a déjà été constaté dans un cas similaire une rupture claire dans la documentation. Matthieu Allingri, « L’activité et les relations d’un grand notaire avignonnais au tournant des xive et xve siècles : Giorgio Briconi », MEFRM 121-2, 2009, p. 377‑416.

32 7 ii 28.

33 Mes remerciements sincères vont à Mme Sylvie Clair, conservateur général du patrimoine, directrice des Archives municipales de Marseille et à M. Olivier Gorse, attaché principal de conservation du patrimoine, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, pour l’aide qu’ils ont bien voulu m’apporter pour reconstituer le cheminement des archives de l’Hôpital du Saint-Esprit.

34 Sur cet hôpital, voir : Augustin Fabre, Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance de Marseille, Laffitte Reprints, 1973 (1854). Jean Anselme Bernard Mortreuil, L’Hôpital Saint-Esprit de Marseille, ses origines, sa première administration intérieure, Marseille, impr. de Cayer, 1872. Martin-Dietrich Glessgen, Lo Thesaur del Hospital de Sant Sperit, Edition eines Marseiller Urkundeninventars (1399-1511) mit sprachlichem und geschichtlichem Kommentar unter besonderer Berücksichtigung des Rechtswortschatzes, Tübingen, M. Niemeyer, 1989. Pour une analyse du rôle des hôpitaux dans les stratégies sociales et politiques des élites marseillaises : Laure-Hélène Gouffran, « Les acteurs de l’assistance : hôpitaux et élites urbaines à Marseille à la fin du Moyen Âge », Mediterranea‑ricerche 36, 2016, p. 45‑62.

35 Augustin Fabre, Histoire des hôpitaux, op. cit., p. 73.

36 AD BDR, 1 HD D 1. Aujourd’hui, la série B du fonds 1 HD compte 121 entrées.

37 L’intérêt pour l’activité des hôpitaux en ce domaine a été renouvelé au cours des dernières années. Voir par exemple Salvatore Marino, L’Archivio Dell’Annunziata Di Napoli. Inventari e Documenti (Secoli XII-XIX), Salerno, Laveglia et Carlone, 2015.

38 AMM, 7 ii 19.

39 De cet exercice, trois registres sont conservés : AMM, 7 ii 21, 7 ii 24, 7 ii 25.

40 Sur les enjeux de l’analyse des documents personnels, voir : Jean-Pierre Bardet, Élisabeth Arnoul, François-Joseph Ruggiu, dir., Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications, Bordeaux, PUB, (coll. Histoire « Mémoires vives »), 2010. Oscar Jané, Patrice Poujade, dir., Memòria personal : construcció i projecció en primera persona a l’època moderna, Madrid, Casa de Velázquez, 146, 2015.

41 Luquet Rodelhat est envoyé comme représentant de l’universitas de Toulon lors de l’assemblée des Trois-États de Marseille en 1399 ; son fils Pierre sera élu syndic de la ville dans le premier tiers du xve siècle. Michel Hebert, Gérard Gouiran, dir., Le livre Potentia des États de Provence (1391-1523), Paris, CTHS, 1997, p. 173.

42 Il s’agit du rituel infamant réservé dans les cités méridionales aux personnes reconnues coupables d’adultère. Jean-Marie Carbasse, « Currant nudi. La répression de l’adultère dans le Midi médiéval (xiie-xve siècle) », Droits, histoire et sexualité, 1987, p. 83-102. Plus récemment, Laure Verdon, « La course des amants adultères », Rives méditerranéennes 31, 2008, 57‑72.

43 On peut parler ici d’un « soupçon performatif » qui, en l’absence de preuves, peut conduire à la rupture. Adrien Dubois, « Quitter son époux à la fin du Moyen Âge », Histoire et Sociétés Rurales, vol. 45, no 1, 2016, p. 7-42.

44 Sur l’histoire des conflits conjugaux et des différentes formes de rupture du lien conjugal, voir : Emmanuelle Santinelli (dir.), Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval, Valenciennes, CRHiCC, 2007.

45 L’impuissance est considérée comme un motif de dissolution du lien matrimonial. Martine Charageat, « Modalités et conditions du divorce en Aragon aux xve et xvie siècles », in Emmanuelle Santinelli, dir., Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval, Valenciennes, CRHiCC, 2007, p. 241‑257. Véronique Beaulande, « Rompre le lien conjugal en Champagne à la fin du Moyen Âge », in Emmanuelle Santinelli, dir., Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval, Valenciennes, CRHiCC, 2007, p. 203‑217.

46 AD BDR, 351 E 695, fo 8.

47 [...] vous m’avez envoyé une lettre contenant la séparation du mariage, sous un nuage et un voile, en disant ceci que Dieu (le) garde. [...]. Item pour Blayn, item pour Loys Gautiar.

48 Loys Gautiar apparaît à plusieurs reprises dans le registre de comptes de Rocafort 7 ii 19.

49 Laure Verdon, « La course des amants adultères », art. cit.

50 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales 24, 1993, p. 513, p. 5.

51 Jérôme Hayez, « La gestion d’une relation épistolaire dans les milieux d’affaires toscans à la fin du Moyen Âge », Actes des congrès de la SHMESP, 24e congrès, Avignon, 1993, p. 63-84.

52 Grihl, Écriture et action, XVIIe-XIXe siècle, une enquête collective, Paris, EHESS, 2016.

53 Quand en conclusion vous avez été marié, de la manière par laquelle vous avez tenu à montrer votre entendement de l’acte, le troisième jour après l’arrangement, vous avez laissé Alaseta toute nue découverte au lit, où elle est restée toute une soirée. Item après la huitaine, vous avez laissé ouvertes les portes de votre maison où étaient couchée Alaseta et vous êtes allé à la maison de Peyre Lucha et vous avez demandé ma femme, qui était couchée avec Olivayron, et vous l’avez faite lever [...] disant qu’elle aille à sa fille et elle y est allée et a trouvé les portes ouvertes, exceptés les bâtiments dans lesquels vous gardiez mes parents quand ils étaient à Hyères.

54 Néanmoins, pour avoir clarification de votre intention, et (de celle) d’Alaseta, de façon à ce que nous ne nous fatiguions pas plus longtemps dans cette affaire, je vous envoie Bertran Balyn, mon compagnon, porteur de celles-ci (lettres), auquel rien ne peut être caché de cette affaire, par lequel je puisse être informé totalement de votre intention et de celle d’Alaseta, et vous de moi.

55 Il s’agit d’une mesure : un casern de papier vaut 2 sous. AMM, 7 ii 19, fo 64.

56 Les notions de risque et de regret ont récemment été placées au centre de la réflexion d’un ouvrage collectif portant sur les dangers de l’écriture épistolaire aux époques modernes et contemporaines. Géneviève De Viveiros, Margot Irvine, Karin Schwerdtner, Risques et regrets. Les dangers de l’écriture épistolaire, Montréal, Nota Bene, 2016. Notamment dans le cadre de litiges : Fanny Oudin, « La pratique épistolaire médiévale. Entre norme et liberté », Camenae 2, p. 1-31.

57 J’emprunte cette expression à M. Philippe Bernardi qui a bien voulu qualifier ce travail doctoral sous cette formule.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2 – Du document à l’archive
Légende Le parcours des papiers de Bertrand Rocafort
Crédits Crédit : LH Gouffran
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 3. Prise de possession de l’héritage de Bertrand Rocaforti
Légende Pièce provenant de la série GG des archives municipales, déposée aux archives départementales en 1946. Le parchemin provient des archives du Saint-Esprit. Il est inventorié dans le Libre del Thesaur sous le numéro LXX. Cote 1 HD B 62 bis/ Conseil départemental 13/ Archives départementales. Tous droit réservés.
Crédits Source : AD BdR, 1 HD B 62 bis
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 4. Incipit Libre del Thesaur
Légende Cote 1 HD D 1, f. 1/ Conseil départemental 13/ Archives départementales
Crédits Tous droit réservés
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Figure 5. Libre del Thesaur (détail)
Légende Détail des titres concernant Rocafort, fo 74 – Cote 1 HD D 1, f. 74/ Conseil départemental 13/ Archives départementales
Crédits Tous droit réservés
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure-Hélène Gouffran, « Blow-up. Une enquête dans le fonds Roquefort des archives municipales de Marseille », Rives méditerranéennes, 62 | 2021, 65-86.

Référence électronique

Laure-Hélène Gouffran, « Blow-up. Une enquête dans le fonds Roquefort des archives municipales de Marseille », Rives méditerranéennes [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8569

Haut de page

Auteur

Laure-Hélène Gouffran

Aix Marseille Univ, CNRS, UMR 7303 TELEMME ; ORCID ID 0000-0002-6872-166X

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search