Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Dossier. Corpus textuel, individu...De la formalisation des savoirs à...

Dossier. Corpus textuel, individus et groupes sociaux

De la formalisation des savoirs à la cartularisation

Le manuel et les archives de Guillaume Flambart (Rouen, 1460‑1470)
Isabelle Bretthauer
p. 103-128

Résumé

Le manuel de Guillaume Flambart (c. 1470) contient des textes réglementaires sur la justice et un formulaire d’actes passés devant des juridictions normandes (1395-1469). Dans le formulaire, deux familles apparaissent, les Flambart et les Mustel. Partie d’un recueil juridique construit par un individu dans le cadre de pratiques professionnelles, l’étude traite du registre à la manière d’un cartulaire familial (activités des membres de la famille, réseaux), en croisant avec le chartrier d’une des seigneuries de la famille Flambart. L’historien est amené à analyser plusieurs corpus : celui du formulaire, celui du chartrier, l’ensemble construit à partir des deux. La démarche interroge le poids du biais des sources dans l’étude du statut d’une famille et de la diversité de la production écrite.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Encore au xve siècle, il est complexe de suivre la vie et la carrière d’individus ne faisant pas partie de la haute élite ou n’ayant exercé aucune haute fonction au sein des administrations en gestation (administrations royale, princière ou pontificale), difficulté qui tient au fait de la disparition fréquente des archives de ces hommes et femmes du Moyen Âge.

  • 1 En dernier lieu, voir l’article dans ce volume. Pour d’autres approches, voir notamment Mélanie D (...)
  • 2 Michel Le Mené, « La comptabilité de Jacquet du Boyle, marchand d’Angers (1441‑1449) », in Enquêt (...)
  • 3 Julie Claustre, « Colin, Thibault, Jean et les autres, les auteurs multiples des comptes d’un cou (...)
  • 4 Les archives de marchands italiens sont réputées pour leur ampleur : parmi les plus connus, le ca (...)
  • 5 Les travaux sur la méthode prosopographique et les études de groupes sociaux définis proposent de (...)
  • 6 L’édition numérique du manuel de Guillaume Flambart a été l’objet d’un contrat post-doctoral fina (...)

2La vie de certains cependant apparaît, tels Jean Teisseire, cordier d’Avignon de la fin du xive siècle1, Jacquet Du Boylle, marchand angevin du xve siècle2, ou encore Colin Delormoye, couturier parisien du début du xve siècle3. Comme dans le cas des grandes compagnies marchandes italiennes par rapport à l’ensemble des compagnies marchandes européennes4, la question se pose de la représentativité de ces individus au sein de leur société : ceux pour lesquels nous conservons autant de documents ne participent-ils pas d’une manière ou d’une autre aux élites sociales qui, du fait de leurs activités, du fait de l’ampleur de leur patrimoine, ont eu un recours privilégié aux outils scripturaux ? Et lorsque l’on décide d’étudier un individu en particulier, comment peut-on savoir s’il est un exemple comme un autre ou une anomalie dans le groupe social auquel il appartient ?5 Le cas de Guillaume Flambart s’inscrit dans ces réflexions : inconnu jusqu’à la (re)découverte d’un manuel juridique qui peut lui être attribué6, l’activité, les possessions et les réseaux (familiaux et sociaux) de cet homme sont éclairés par la mise en relation de ce premier « dossier documentaire » avec une partie des archives seigneuriales de cette famille des environs de Rouen, conservées de façon séparée. L’intrication entre ces deux ensembles documentaires, préalable nécessaire à l’étude des Flambart, constitue le cœur de notre réflexion présente.

3Ce cas interroge la pratique de l’historienne face à l’étude d’un individu de la Normandie du xve siècle : le dossier réuni dans le manuel est l’œuvre d’un homme, peut-être destiné à une personne en particulier, dans un contexte lui aussi particulier (probablement lors de la nomination de son auteur à un office judiciaire). Si des actes très nombreux et très divers y sont conservés, ce dossier ne peut se suffire à lui-même, ne serait-ce parce qu’il est assuré que tous les actes juridiques établis par ou au nom d’un membre de la famille Flambart ne sont pas répertoriés dans ce recueil. Mais devant l’existence d’un tel dossier, comment se déprendre de son étude isolée ?

  • 7 BnF, fr. 5341, registre papier, 161 fol.

4Le point de départ de cette recherche consiste donc dans ce manuel dont on peut attribuer la paternité à Guillaume Flambart (né vers 1410 - mort après 1470). Ce manuscrit7 est composé de deux parties principales : en premier lieu, des réglementations et ordonnances codifiant l’exercice de la justice en général et de la justice des forêts en particulier ; puis, un formulaire d’actes s’échelonnant de 1395 à 1469. Cette dernière date constitue le terme ad quem de la rédaction du manuel (un dernier texte, présent sur un cahier distinct, en fin de reliure, et d’une autre main, est daté de 1470).

5Plusieurs actes du formulaire sont rendus anonymes (26) : le nom des autorités émettrices et/ou des parties en présence, l’indication de la date sont délibérément retirés lors de la copie de l’acte-modèle. Ces actes concernent principalement des étapes des procédures judiciaires, mettant ainsi en regard les règlements théoriques et les actes de la pratique. Les documents transcrits en entier (au nombre de 142) font également état de procédures concernant les ventes de bois ou autres causes appliquées aux forêts domaniales mais ils permettent aussi de suivre l’activité de deux familles, les Flambart (Jean et Guillaume (II) son fils) et les Mustel (Robin et Ysabel, frère et sœur) via une cinquantaine d’actes transcrits. Le lien entre elles s’établit par le mariage vers 1439 de Guillaume avec Ysabel. L’attribution de ce manuel à Guillaume Flambart tient en plusieurs éléments : la prépondérance des actes le concernant (lui et sa famille), ainsi que sa femme (et sa famille) dans la partie formulaire laisse penser que l’auteur du formulaire avait accès à ses archives et faisait donc partie si ce n’est de sa famille, au moins de ses proches. Le dernier acte copié dans le formulaire fait état de la nomination de Guillaume Flambart comme sergent des forêts (acte non daté, probablement des années 1460). Comme cette nomination apparaît tardivement dans la vie de cet homme et qu’il n’y a aucune preuve de son appartenance préalable à l’administration royale, nous pouvons penser qu’il a eu besoin de rassembler dans un même registre les textes réglementaires autour de la justice et des modèles d’actes (ici, à partir de son propre chartrier) dont l’écriture faisait partie de son nouveau quotidien.

  • 8 Un mémoire de master a été soutenu par Lucie Perrimon sur cette famille (Une grande famille bourg (...)
  • 9 Département de l’Eure, arrondissement des Andelys, canton de Romilly-sur-Andelle.
  • 10 À l’époque médiévale, il s’agit de la seigneurie de Saint-Léger-de-Bosc-Bordel, dont le chef est (...)
  • 11 Département de Seine-Maritime, arrondissement de Rouen, canton de Caudebec-lès-Elbeuf.
  • 12 Département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Bourgtheroulde-Infreville.
  • 13 Département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Bernay, aujourd’hui commune nouvelle d (...)
  • 14 Département de Seine-Maritime, arrondissement de Rouen, canton de Notre-Dame-de-Bondeville.
  • 15 Département de l’Eure, chef-lieu d’arrondissement.

6Si la famille Mustel fait partie de l’élite sociale de la ville de Rouen (des membres de cette famille ont été maire de Rouen au xive siècle, vicomte de l’Eau de Rouen au xve siècle)8, celle des Flambart semble être restée dans l’ombre jusqu’à ces « découvertes » documentaires. À travers les différents actes copiés, nous apprenons que Jean Flambart a été à la fois bourgeois de Rouen et seigneur de plusieurs fiefs : Fleury-sur-Andelle9, qui apparaît comme le fief principal de la famille ; Saint-Léger-du-Boscdel, aujourd’hui Saint-Léger-de-Rôtes10 ; Cléon11 ; Amfreville-la-Campagne, aujourd’hui Amfreville-Saint-Amand12 ; la Barre‑en‑Ouche et le fief « à l’Espée »13 ; ou encore le fief au Chambellan situé à Limésy14. Guillaume (II), quant à lui, est toujours nommé par son titre (écuyer) et le nom de l’une de ces seigneuries, en fonction de l’objet du contrat. Jean et son fils percevaient différents revenus seigneuriaux et avaient acquis des droits sur des moulins situés aux Andelys15. Le manuel permet ainsi de suivre les activités et le rapport à l’écrit d’une famille de l’élite sociale entre la fin du xive siècle et les années 1470.

Carte de situation des seigneuries et des héritages des Flambart (points rouges)

Carte de situation des seigneuries et des héritages des Flambart (points rouges)

Crédit : Isabelle Bretthauer

  • 16 Les documents étaient signalés dans les recherches menées sur l’histoire du toponyme « Saint-Lége (...)
  • 17 Je remercie particulièrement M. le comte de Maupeou de m’avoir autorisée à consulter ces archives (...)
  • 18 Arch. dép. Eure, E 333, hommages et aveux des seigneuries de Gisay et Mirey, à Bare, et de l’Espé (...)

7Suite à l’identification de ces seigneuries, des recherches ont été menées dans différents fonds, soit à partir du nom de famille, soit à partir du nom des fiefs. C’est ainsi qu’a été identifié un chartrier seigneurial, celui de la seigneurie de Saint-Léger16. C’est du fait de l’intégration, à l’époque moderne, de ce fief au sein d’autres seigneuries que les archives sont conservées aujourd’hui, dans le fonds de Montigny, déposé aux Archives départementales de l’Eure17. Ce chartrier a été dépouillé pour les documents médiévaux et du début de l’époque moderne (de 1400 à 1520), regroupant 57 actes. Archives d’une seigneurie, ces actes donnent à voir son histoire, sa construction, son intégration à d’autres ensembles (autres seigneuries des Flambart, parage d’une seigneurie) mais aussi sa transmission au sein de la famille puis hors d’elle. Le dernier acte intégré à la base consiste dans le paiement des taxes suite à l’acquisition de la seigneurie par un membre de l’administration royale, marquant la mise hors du patrimoine des Flambart de la seigneurie de Saint-Léger. Les archives d’une autre seigneurie (le fief « à l’Espée ») ont été identifiées récemment mais le corpus étant plus restreint, il ne sera pas traité ici18.

  • 19 À l’appui de cette réflexion, voir Joseph Morsel, « Du texte aux archives : le problème de la sou (...)
  • 20 Martin Aurell, dir., Les actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, éd. du CTHS, 200 (...)

8Ainsi, pour une même famille, nous conservons plusieurs corpus à la fois distincts et liés, avec un premier dossier construit non pas par l’historien mais par un individu contemporain des actes copiés et un second réuni et identifié par l’historien, sur la base d’une étude sur des individus particuliers19. Si l’on rassemble l’ensemble de ces documents, le « fonds Flambart » est finalement d’une ampleur moyenne (une centaine d’actes pour une période d’un siècle). Mais faut-il rassembler ces deux ensembles pour constituer un corpus ? En premier lieu, le manuel est lui-même corpus : il s’agit de l’étudier à la fois comme un objet historique (raisons qui prévalent à sa rédaction, transmission et usages ultérieurs) et comme un rassemblement d’informations permettant d’étudier la vie d’individus. À la manière de l’anthropologie historique, cette construction repose cependant sur des volontés, des objectifs que l’historien se doit d’identifier afin, par la suite, d’analyser les activités des individus mentionnés dans ces actes sans perdre de vue le biais que la construction de ces sources induit. Par ailleurs, le croisement avec d’autres documents produits au nom des Flambart, à la manière de l’étude sur les Porcelet d’Arles ou de celle sur les comtes de Saint-Pol20, permet de ne pas être pris dans le biais de cette seule source, en élargissant la perspective à l’ensemble des activités de cette famille.

  • 21 La bibliographie sur cette question est pléthorique : Joseph Morsel, « En guise d’introduction : (...)

9Chaque corpus nécessite une méthode différente : dans le premier cas, j’utiliserai le formulaire comme un cartulaire, puisqu’il s’agit d’une forme de sélection d’actes21 ; dans le second, le poids des aléas de conservation ainsi que de l’histoire même du fonds (démembrement à la suite des multiples changements de mains de la seigneurie) ramène également à une histoire des archives seigneuriales et, à travers elles, des archives familiales. Ces deux groupes documentaires sont les éléments d’un fonds d’archives aujourd’hui disparu qui a réuni, à un moment précis, l’ensemble de ces documents : il s’agit donc maintenant de traiter de ce corpus « disparu » et de comprendre quelles activités et quelles relations sociales il nous donne à voir des Flambart vivant entre Bernay et Rouen au xve siècle.

Un corpus double ?

10Le formulaire, recueil d’une sélection d’actes établis peut-être à partir d’originaux conservés par son auteur, a d’abord une vocation de constitution de savoirs. La marque de l’auteur apparaît à chaque acte ou presque, dans l’intitulé qu’il propose en tête du document : « Clameur de marcié de boursse jouste la [sic] stille de Rouem » (fol. 51v), « Brief de dessaissine nouvelle jouste la Coustume de Normendie » (fol. 56r), « Adiournement pour des gaigier ou veoir vemdre certains biens etc. » (fol. 109r). Ces titres renvoient à un savoir spécifique, mis en œuvre dans ce recueil.

  • 22 Jean Hilaire, La science des notaires, une longue histoire, Chapitre 3 : Le destin du formulaire, (...)
  • 23 En l’état, deux actes ont pu être identifiés à leur minute. La comparaison entre les deux version (...)

11Contrairement à un cartulaire, son but n’est pas de faire preuve ; cette situation oblige à interroger la nature de ces documents et leur usage potentiel et en premier lieu l’effectivité des actes ayant servi de modèle : dans certains cas, l’objet de ces actes pourrait avoir été inventé à partir d’une structure d’acte qui, elle, s’intègre dans un schéma textuel classique. C’est par exemple ce qu’indique Bertrand du Pont, notaire avignonnais du xiiie siècle, dans l’incipit de son formulaire, précisant qu’il a « inventé » des modèles, validés ensuite par des experts judiciaires pour être conformes au droit22. Les premières questions seraient donc : les Flambart ont-ils réellement existé ? Les actes mis en recueil renvoient-ils à des documents ayant été produits par les juridictions normandes ? Il est facile de répondre à la première question : la présence des actes mettant en jeu Guillaume (I) et Jean Flambart dans le chartrier de Saint-Léger permet de répondre par l’affirmative. De plus, plusieurs actes copiés dans le manuel ont été conservés sous forme de minute dans les registres de tabellionage correspondants23. Les Flambart ont donc bien existé, dans la configuration familiale que les actes nous donnent à voir et dans le cadre des activités décrites.

  • 24 Sur la notion d’écriture pragmatique, voir Benoît Grévin, dir., L’écriture pragmatique. Un concep (...)

12Sur le fait que les actes copiés dans le recueil aient bien existé, la question apparaît complexe. Les premiers feuillets et l’incipit potentiel étant manquants, nous ne pouvons pas préjuger de l’objectif de l’auteur du manuel : le fait que le dernier acte soit celui de la nomination de Guillaume (II) en tant que sergent des forêts constitue cependant le lien entre la première partie du recueil (ordonnances sur la réglementation de la justice et de la gestion des forêts) et le formulaire. En ce sens, ce manuel est un marqueur du développement de la production des écritures pragmatiques à la fin du Moyen Âge et de la nécessité pour ceux qui les produisent d’avoir un guide synthétique au quotidien24.

  • 25 Il s’agit de Jean Desplanches et de Jacques Erquembourg. Ces hommes sont officiers dans l’adminis (...)
  • 26 BNF, fr. 5341, fol. 48r-49r.
  • 27 Jean Hilaire, La science des notaires…, op. cit., p. 120‑123.

13Autre point à relever : les actes conservés ne plaident pas tous à l’avantage de Guillaume Flambart. Nous le voyons pris dans plusieurs procès, dont un contre ses propres beaux-frères, hommes de loi, et dont la carrière est documentée par ailleurs25. Un acte intitulé « Renomciacion de heritage » fait état de dettes contractées par Guillaume (II) vis-à-vis d’un bourgeois de Rouen, au point qu’Ysabel Mustel renonce à son douaire sur différents biens de son mari26. Si Guillaume (II) avait voulu créer des documents de toute pièce, les actes auraient peut-être montré une image plus positive de cet homme. Aussi, malgré la grande diversité typologique et l’aspect exceptionnel de certains actes copiés (contrat de travail, acte d’émancipation, prestation de serment pour entrer dans un métier féminin), les modèles conservés s’apparentent à une copie de différents actes, rendus anonymes ou non, afin de servir de modèles, ce que Jean Hilaire a appelé « les formulaires d’étude »27.

  • 28 La partie formulaire ne présente pas de titre qui permettrait de le distinguer de la première par (...)

14La dernière question de méthode est celle du contexte de production et de réception (attendu ou réalisé) du manuscrit. Même si le manuscrit est fragmentaire28, une étude précise de son contenu permet d’identifier à la fois des actes isolés, sans lien entre eux, et des dossiers documentaires : entre les fol. 64 et 107, toutes les pièces concernent un procès sur le droit de nomination à la cure de Saint-Léger, dans lequel Guillaume (II) est partie (1439-1440). De même, Jean Flambart a lancé une procédure contre Guillaume de Hellenvilliers, qui lui devait plus de 150 l., afin de percevoir les revenus de ses moulins situés aux Andelys. Cette procédure regroupe 14 actes entre les fol. 146v et 157r, compris entre 1427 et 1456. Un dernier acte, pris dans un ensemble d’actes du quotidien, fait état de cette procédure (fol. 41r-42r). Enfin, aux fol. 132v-138v, neuf actes concernent plusieurs maisons situées dans la paroisse de Saint-Maclou, tant achats, constitution de rentes que procédures contentieuses, couvrant la période 1395-1436. Il s’agit donc bien, dans ces cas (et dans d’autres dossiers plus modestes), de copies a posteriori, de dossiers préalablement constitués dans les archives de l’auteur. Le formulaire reprend donc des actes effectivement produits dans le cadre des activités des Flambart, en leur attribuant un titre, afin de les retrouver rapidement. En ce sens, l’auteur du manuel cherche à appliquer une typologie (que l’on peut supposer « standard » au sein de la production des écrits pragmatiques) à des actes qui étaient en sa possession ou à sa disposition.

15Le contexte de réception du manuel reste, quant à lui, bien obscur : deux textes dont un ex-libris sont présents (quoique très barrés) en fin de volume. Si aucune date n’apparaît de façon claire, l’écriture est, elle, datable de la fin du xve siècle, voire très peu de temps après la rédaction du volume. On trouve également de nombreuses annotations (dessins, poème et ligne d’écriture du début du xvie siècle), témoignages d’un usage non pas de preuve en justice, comme un cartulaire, mais de lecture, tel un guide ou un manuscrit littéraire.

  • 29 Cette comparaison a déjà été formulée : voir par exemple Sébastien Barret, « Les actes écrits com (...)

16Rédigé dans un objectif de capitalisation de savoirs théoriques et pratiques sur la justice et la gestion domaniale des forêts, ce formulaire recèle donc des dossiers, des actes, qui permettent de reconstruire des vies. Pour autant, l’historien peut-il l’utiliser à la manière d’un cartulaire29 ? S’appuyant sur des actes expédiés ayant effectivement existé (il signale souvent la présence de signature et/ou de sceau) et conservés ensemble au moment de sa rédaction, le recueil constitue la seule trace de ce chartrier familial. L’objectif premier du manuel, celui de formulaire, donne, de plus, accès à des actes rarement conservés aujourd’hui, tels un contrat d’embauche de salariés agricoles ou une prestation de serment d’entrée dans un métier juré. Le croisement avec d’autres ensembles documentaires permet de se défaire des choix opérés par l’auteur du vademacum pour constituer un corpus plus large : c’est ce que permet le chartrier de la seigneurie de Saint-Léger.

  • 30 BnF, fr. 5341, fol. 64r°-107v°.
  • 31 Ibid., fol. 100v°-101r°.
  • 32 Arch. dép. Eure, 42J 209, n° 16.
  • 33 Ibid., n° 14 et n° 15.

17Les liens entre les deux corpus sont ténus : dans le dossier de transcriptions de procédure concernant la nomination à la cure de Saint-Léger30, le procureur de Guillaume (II) oppose à la partie adverse des documents prouvant que son client a bien le droit de patronage, en alternance, avec l’autre seigneur du lieu. Il fait référence à deux actes : le premier est une reconnaissance de rente entre Pierre de Fosses, ancien seigneur en indivis de Saint-Léger, et Robin Hellot, bourgeois de Bernay ; le second, la vente par ce dernier au bénéfice de Jean Flambart d’une rente portant sur le demi-fief de Saint-Léger et que devait lui payer Pierre de Fosses31. Or il est possible d’identifier, dans le chartrier de Saint-Léger, trois actes ayant trait à ces transactions : nous y retrouvons l’acte de vente par Robin Hellot à Jean Flambart de la rente portant sur la moitié de la seigneurie de Saint-Léger pour 203 l. t.32 mais aussi les deux actes précédents qui créent la rente entre Pierre de Fosses et Robin Hellot (lettres sans doute transmises par le bourgeois à Jean Flambart lors de la vente de la rente)33. Ainsi, les deux corpus sont indirectement liés mais cela signifie que les deux ensembles ont bien co-existé comme unité documentaire des archives des Flambart.

Comparons maintenant les deux corpus d’actes

Figure 1. Répartition chronologique des actes conservés dans le formulaire (BnF) et dans le chartrier seigneurial (AD), 1390‑1529

Figure 1. Répartition chronologique des actes conservés dans le formulaire (BnF) et dans le chartrier seigneurial (AD), 1390‑1529

Crédits : Isabelle Bretthauer

18La répartition chronologique (fig. 1) est relativement commune dans le cas des chartriers laïcs conservés pour le nord de la France : les deux ensembles débutent à la fin du xive siècle ou au début du xve siècle et ne cessent de croître, jusqu’à une nette baisse dans la décennie 1440 liée sans doute aux troubles militaires que connaît la région en cette fin de guerre de Cent ans. Au-delà de la décennie 1460, seul le chartrier est représenté, pour la raison simple que le manuel ne conserve pas de document au-delà de 1469/1470. Il convient dès maintenant de préciser que tous les actes ont été pris en compte dans ce tableau, y compris ceux qui ne concernent pas les Flambart. Ainsi, dans le chartrier de Saint-Léger, sur 58 actes conservés avant 1530, 31 concernent les Flambart et leurs alliés familiaux. Dans le formulaire, sur 53 actes (contrats et procédures judiciaires concernant des individus, hors documents de l’administration), les Flambart et leurs alliés familiaux sont présents dans 42.

  • 34 Arch. dép. Eure, 42J 217, n° 1 et n° 2, actes respectivement du 29 et du 27 octobre 1410, d’achat (...)
  • 35 L’existence d’un Jean Desplanches le jeune, fils de Jean Desplanches et de Henriette Flambart est (...)
  • 36 Ibid., fol. 32r-34v.

19Si l’on reporte cette courbe sur les périodes d’activité des Flambart (fig. 2), on obtient les informations suivantes : Guillaume (I), grand-père de Guillaume (II), n’est jamais actif dans les actes du formulaire mais le chartrier fait état de deux actes montrant de premiers investissements du bourgeois dans les environs de Saint-Léger34. Jean Flambart est actif pour la période 1417-1437 dans les actes du chartrier et à l’exclusion de tout autre membre de la famille. Par la suite, dans le chartrier, seul un acte, au nom de Nicolas Flambart, est conservé en 1451 avant que Jean Desplanches, beau-frère de Guillaume (II), marié à Henriette, ne détienne la seigneurie de Saint-Léger (1454-1495)35. Nicolas Flambart est l’un des frères de Guillaume (II), mineur au moment de la succession de Jean Flambart, en 144436. Entre 1498 et 1500, c’est Henriette Flambart qui gère la seigneurie (cinq actes), avant que la veuve de son fils ne prenne la suite. En 1523, le seul acte conservé fait état de la vente, suite à une procédure de criées des terres, à un membre de l’administration royale.

Figure 2. Répartition des périodes d’activités des Flambart-Desplanches dans le chartrier de Saint‑Léger, 1410‑1505

Figure 2. Répartition des périodes d’activités des Flambart-Desplanches dans le chartrier de Saint‑Léger, 1410‑1505

Crédits : Isabelle Bretthauer

20Les actes du formulaire, quant à eux, font principalement état de l’activité de Jean et Guillaume (II) : en 1428, l’acte le plus ancien mettant en jeu les Flambart directement consiste en l’émancipation de Guillaume (II) par Jean. Les actes compris entre les années 1390 et 1420 portent sur des biens appartenant aux Mustel (maison située à Rouen) ou sur les moulins des Andelys que Jean Flambart cherche, par la suite, à acquérir. Il s’agit donc de documents parvenus dans les mains des Flambart à la suite de procédures ou d’achats postérieurs. Entre 1428 et 1437, les actes conservés (dix) font état des seules actions de Jean, procédures contre divers individus (Guillaume de Hellenvillier, les paroissiens de Saint-Etienne des Tonneliers de Rouen), mais aussi plusieurs procurations (qu’il soit le procureur de tiers ou qu’il constitue ses procureurs et receveurs). À partir de 1439, nous trouvons des actes concernant Ysabel Mustel et les biens qu’elle possède suite à différentes successions et surtout des actes dans lesquels Guillaume (II) intervient : contrat d’embauche, contrat de métayage de troupeaux de moutons, procès concernant ses droits dans différentes seigneuries (Saint-Léger, Cléon), mariage, succession de son père, quittances diverses et enfin son acte de nomination en tant que sergent dangereux des forêts royales du bailliage de Rouen. Il s’agit de l’ensemble documentaire le plus important : 25 actes.

21Jean Desplanches, dont on a constaté l’omniprésence dans le chartrier de Saint-Léger, n’apparaît dans le formulaire qu’incidemment, via la succession de Jean Flambart et les plaintes déposées contre lui par Guillaume (II) auprès du roi de France en 1466-1467. Alors que le fief de Saint-Léger est dans les mains de Guillaume (II) dans les années 1440 (date du procès pour le patronage de l’église du lieu), le hasard de la conservation des actes du chartrier ne le fait pas apparaître parmi les différents seigneurs. La partition des lots issus de la succession de Jean Flambart n’étant pas copiée intégralement, nous ne pouvons que supposer que cette seigneurie faisait partie des biens laissés à Nicolas Flambart, à la mort de leur père.

  • 37 Le tabellionage est une des modalités de production d’actes authentiques présentes dans le nord d (...)
  • 38 BnF, fr. 5341, « Emancipaciom de ung enffant bas age », fol. 40v°.
  • 39 Ibid., succession de Jean Flambart titrée « L’imtitullement des lotz et partaiges touchant aucune (...)

22Si on rapporte ces documents par qualité de leurs auteurs (au sens diplomatique), nous pouvons observer que les actes de tabellionage sont les plus nombreux et couvrent l’ensemble de la période (fig. 3)37. Mais ce premier constat doit être nuancé : parmi les procédures passées devant les juridictions contentieuses (au tribunal du vicomte ou du bailli), nous trouvons de nombreuses transactions qui auraient pu tout aussi bien être validées auprès d’un tabellion. L’émancipation de Guillaume (II) est ainsi authentifiée par le lieutenant du bailli de Rouen, sans que le texte ne laisse supposer un problème opposant père et fils38. Les trois partages successoraux (succession de Jean Flambart, succession d’Ameline, mère d’Ysabel Mustel et succession de Nicolas de Houppeville, oncle d’Ysabel Mustel) sont également établis en juridiction contentieuse, tant du bailli que du vicomte39. Ces actes relèvent de ce qui peut s’approcher du « droit de la famille » justifiant alors, au regard de la Coutume de Normandie, qu’ils soient passés en juridiction contentieuse. Néanmoins cela est moins clairement défini dans le cas des procurations : cinq actes de procuration, nomination de receveur ou de garant, sont copiés. Les plus anciens (des années 1430) sont passés devant le tabellion du lieu, tandis que les deux plus récents (1454 et 1469) sont authentifiés par le lieutenant d’un vicomte. Il est possible que les actes de procuration établis au tribunal aient été rédigés dans un contexte de procédure judiciaire : au moment de la réunion de parties à l’occasion d’un procès, l’un des opposants établit ses procureurs pour qu’ils le remplacent dans la suite de la procédure.

Figure 3. Répartition des actes du corpus Flambart (formulaire et chartrier) par grandes typologies d’autorité, 1390‑1529

Figure 3. Répartition des actes du corpus Flambart (formulaire et chartrier) par grandes typologies d’autorité, 1390‑1529

Crédits : Isabelle Bretthauer

23Les contractants sont relativement libres du choix de l’autorité pour établir leurs transactions, même si des contraintes de droit, notamment de droit coutumier, peuvent entrer en jeu.

24Nous pouvons cependant observer une grande diversité dans la représentativité des actes de tabellionage et de juridiction contentieuse entre les deux corpus (fig. 4) : les actes de juridiction contentieuse sont en très grande majorité conservés dans le formulaire, en lien avec la transcription des procès intentés par les Flambart. À l’inverse, les actes de tabellionage sont équitablement répartis, même s’ils constituent la plus grande part du chartrier et ce tout au long du xve siècle.

Figure 4. Répartition chronologique des actes de tabellionage et de juridiction contentieuse du corpus Flambart (formulaire et chartrier), 1390‑1529

Figure 4. Répartition chronologique des actes de tabellionage et de juridiction contentieuse du corpus Flambart (formulaire et chartrier), 1390‑1529

Crédits : Isabelle Bretthauer

25Les deux ensembles documentaires apparaissent bien distincts : les acteurs en jeu, les types d’autorités émettrices, les typologies documentaires diffèrent sensiblement. L’analyse que l’historien peut proposer des activités des individus, de leurs réseaux personnels, s’en trouve largement modifiée : si l’on ne s’attache qu’au seul chartrier, c’est l’existence même de Guillaume (II) qui est méconnue, alors qu’il s’agit du principal acteur des documents du formulaire et qu’il est prouvé qu’il est à la tête de la seigneurie pendant plusieurs années. C’est même lui qui défend le droit de patronage d’église lié à cette seigneurie. À l’inverse, l’importance de Jean Desplanches dans l’histoire de la seigneurie de Saint-Léger, est, elle, complètement minorée dans le formulaire : il passe, au contraire, pour celui qui impose des changements dans la répartition des biens de Jean Flambart au moment de sa succession et qui gêne Guillaume (II) dans le recouvrement de ses rentes. Seule la lecture de l’ensemble documentaire laisse deviner que Jean Flambart a constitué un patrimoine important, fait de seigneuries, de terres, de droits : chaque ensemble documentaire ne fait apparaître qu’une faible part de cette activité. Il apparaît alors d’autant plus enrichissant de croiser ces deux corpus pour comprendre qui étaient Guillaume (I), Jean et Guillaume (II) Flambart.

Profils sociaux : le biais des sources

  • 40 Les pages qui suivent ne constituent qu’une ébauche de l’analyse précise de l’ensemble des activi (...)

26Maintenant que le panorama des deux ensembles documentaires est fixé, il convient de s’interroger sur ce qu’ils nous apprennent à propos des Flambart : qui sont-ils ? Quelles sont leurs activités professionnelles ?40

Figure 5. Généalogie des Flambart, 1380‑1500

Figure 5. Généalogie des Flambart, 1380‑1500

Les dates retenues sont celles des attestations d’activité des personnes dénommées.

Crédit : Isabelle Bretthauer

  • 41 Département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Brionne.
  • 42 Guillaume (I) n’est pas partie prenante des actes conservés dans le manuel : il est mentionné dan (...)
  • 43 BnF, P.o. 1159, dossier n° 26426, « Flambart », n° 2, aveu rendu par Guillaume Flambart, de Berna (...)
  • 44 BnF, fr. 5341, « Mandement pour faire execucion d’aucunes lettres obligatoires », fol. 34v°.

27Guillaume (I) Flambart est difficile à cerner dans les deux ensembles : comme indiqué précédemment, il est contractant dans deux actes du chartrier, en tant qu’acheteur de rentes portant sur des individus vivant à Beaumont-le-Roger41. Le lien avec la seigneurie de Saint-Léger n’est pas clair en l’état, mais ces trois lieux, Bernay, Beaumont-le-Roger et Saint-Léger sont distants de 6 à 10 km environ. Dans ces deux actes, Guillaume (I) est dit « bourgeois de Bernay » sans autre appellation. Dans le formulaire, les actes mentionnant Guillaume (I)42 le désignent tous comme « chevalier », sa femme, Simone Basset, étant qualifiée de « dame » ce qui coïncide avec l’appartenance à la noblesse. Il est difficile de savoir quelles étaient les activités de Guillaume (I) : il apparaît également dans un acte en tant qu’habitant de Bernay et est attesté comme témoin d’un autre acte dans un registre de tabellionage de Bernay43. Tous ces éléments laissent croire à l’appartenance à une élite bourgeoise aisée, ce à quoi vient s’ajouter le fait qu’il se soit engagé à verser 6 000 écus à sa femme (probablement pour son douaire) – même si la procédure lancée par Jacques Erquembourg contre Guillaume (II) dans les années 1440 prouve le non-versement de cette somme44.

  • 45 En 1428, il est désigné ainsi dans l’acte d’émancipation de Guillaume (II) (ibid., fol. 40v) mais (...)
  • 46 Il n’y a aucune source permettant d’étayer cette information, car les archives rouennaises ne con (...)

28Jean Flambart est sans doute celui pour lequel nous avons le plus d’informations. Il porte de façon continue le qualificatif d’écuyer et aussi celui de bourgeois de Rouen45. Il est seigneur de Fleury-sur-Andelle et de Saint-Léger pour partie. À travers les actes du chartrier, nous pouvons observer son activité d’achats de rentes, de terres et de baux à rente dans les environs de Saint-Léger. Les informations présentes dans le formulaire nuancent cette première vision : dans la lettre qu’il a obtenue du roi de France et d’Angleterre pour être exonéré de la taille, Jean Flambart explique qu’avec la conquête anglaise, il a dû se retirer à Rouen avec femme et famille. Éloigné de ses revenus seigneuriaux, il aurait été contraint à « marchamder par certain peu de temps pour trouver la substantacion et estat de lui, sa femme, enffans et familliers ». Cet état de fait se poursuit jusqu’en septembre 1429, date à laquelle il décide de reprendre sa vie de noble, entraînant la colère des paroissiens de Saint-Etienne-les-Tonneliers de Rouen qui souhaitent continuer à lui faire payer la taille (pour l’année qui suit la cessation de ses activités de marchandises). Les rumeurs sur l’origine du lignage de Jean Flambart amènent les officiers royaux à mettre en la main du roi la seigneurie de Fleury-sur-Andelle, le temps de mener une enquête. Celle-ci aboutit à la reconnaissance d’appartenance à la noblesse de Jean Flambart et à la restitution de son fief. Une partie de ses activités financières ne semblent pas être particulièrement dérogeantes : à son bénéfice, le texte indique que Jean Flambart a participé à la rançon de la ville de Rouen lors de sa reddition au roi d’Angleterre (1419)46. Les lettres d’Henri VI font cependant mention de la participation de Jean Flambart à l’ost dû au roi, « comme ses semblables noble tenans quant le cas s’offre », ce qui laisse à penser que Jean Flambart soit a participé à des chevauchées pour le roi de France et d’Angleterre, soit a financé des militaires en son nom.

29S’il est donc censé vivre des revenus de ses domaines à partir de 1429, les contrats copiés dans le manuel font état de fortes sommes engagées et de maintien de relations financières avec différents bourgeois : dans un contrat de quittance générale avec Jean Guérin en 1431, il rend les objets suivants, « une chainture brehaigne feicte d’argent en fachom de testes de lyom Item trois esguieres, l’une doree et les deux autres blamches, Item ung gobellet doré et couvert Item une pincte d’argent Item ung hanap d’argent couvert Item une pincte d’argent Item une robbe de damas et une penne de martres », ainsi que la somme de 22 l.t., valeur d’un hanap d’argent non rendu. La quittance leur permet de clôturer les dettes qu’ils se devaient l’un à l’autre, sauf la somme de 172 l.t. que Jean Flambart doit encore payer, en les prenant sur Guillaume de Hellenvillier. Lorsqu’il achète les rentes portant sur la moitié du fief de Saint-Léger (qui aboutissent à la reconnaissance du droit de seigneurie), il paye la somme de 200 l.t., complétées par 20 l. pour les arrérages de rente et deux aulnes de draps. S’il dit ne s’être « entremis de marchandises » seulement pour une courte période, il apparaît malgré tout comme un financier, manieur d’argent et rassembleur de rentes.

  • 47 BnF, fr. 5341, « Emancipaciom de ung enffant bas age », fol. 40v°.
  • 48 Ibid., fol. 48r-49r. L’acte est intitulé « Renomciacion de heritage » car l’objet premier est la (...)
  • 49 Ibid., fol. 46r-v, « Lettres de ferme de bestes », acte s.d.
  • 50 Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Genève/Paris, Slatkine, 1976, 225 (...)
  • 51 BnF, fr. 5341, fol. 46v-47r, « Lectres de aleu de ung serviteur ».
  • 52 Ibid., fol. 123v-124r, « Debitis royal en l’Eschiquier ».

30Guillaume (II) se place dans la continuité de son père, même s’il semble plus attaché à son statut de noble. Dans l’acte d’émancipation, Jean Flambart fait état des activités que son fils est libre d’exercer seul. Jean « luy donna povayr de acqueurir, marchamder et achecter et faire tout ce […] personne emancippee peult et doibt faire selom [raison ?] Et la coustume du pays sans ce que ledit Jehan Flambart lui en puisse aucune chose demander »47. Les actions d’une personne émancipée sont ici toutes liées à des activités marchandes : acquérir et acheter (probablement des terres, des rentes) mais aussi « marchamder », c’est-à-dire commercer. À travers le formulaire, on apprend que Guillaume (II) est particulièrement endetté vis-à-vis d’un bourgeois rouennais (pour une raison non spécifiée) en 144548, qu’il passe également un bail à moitié d’un troupeau de moutons pour une durée de quatre ans49. Cette activité marchande peut être associée à un statut bourgeois : c’est à ce titre qu’il participe au guet de la ville de Rouen en 144050. Mais les actions de Guillaume (II) apparaissent plus marquées par sa qualité de noble (il porte de façon continue le qualificatif d’écuyer). Par ailleurs, il cherche à garder ses droits seigneuriaux, engage un couple pour entretenir l’un de ses domaines en 145551. Il s’agit bien d’un domaine rural car l’homme s’engage à « servir bien et loyalment de tous labours en toutes fachons Ainsi que laboureur peult et doibt faire selom raison et la coustume du pays Et ladicte femme servir selom povair en servise d’ostel ». C’est d’ailleurs sur ce point que Guillaume (II) insiste pour obtenir l’annulation de ses dettes auprès du roi de France : en 1466, il explique que « lui sont deubz et appartiennent plussieurs grans sommes de deniers sur plusieurs personnes resseans et nom resseans demorant en plusieurs lieux ou bailliage d’Evreux tant de arreraiges, de remtes, de fermes, louaiges que autrement »52, ce qui laisse penser qu’il n’a pas cherché dans l’activité marchande un moyen de subsistance. Cette première information est confirmée par la demande d’annulation des dettes de Guillaume (II), moins d’un an plus tard. On apprend alors que suite aux empêchements juridiques de ses deux beaux-frères, Guillaume (II) « n’eust de quoy vivre ne maintenir l’estat de lui, sa femme et famille parce qu’il ne faisoit de riem du syem combien qu’il fust aisné en la successiom tant de sesdis pere et mere que de Guillaume Flambart en son vivant chevalier et de dame Symonne Basset en son vivant femme dudit chevalier ayeul et ayeulle dudit suppliant », ne pouvant percevoir ses revenus suite à des pressions exercées par ses beaux-frères sur ses débirentiers. L’acte de nomination en tant que sergent des forêts apparaît donc comme une grâce royale accordée à un homme de la petite noblesse locale qui a eu à subir ses dettes antérieures, la succession paternelle et les actions de ses beaux-frères : avec cet office, il devient officier gagé de l’administration, sans déroger à son statut social. Si le discours, construit pour obtenir l’annulation des dettes, des recours judiciaires et un poste comme officier gagé, mérite d’être repris à la lumière d’autres documents, il donne à voir que cet individu a opté pour une vie noble, ne dérogeant pas ou peu par la pratique du commerce.

  • 53 Pour une approche générale du phénomène, voir Philippe Contamine, La noblesse au royaume de Franc (...)
  • 54 Denise Bossuat, « Guillaume Sanguin, bourgeois de Paris (1370 ?-1442) », Positions des thèses sou (...)

31Bourgeois enrichis, devenus nobles au début du xve siècle, les Flambart s’intègrent finalement à l’aristocratie rurale de la vallée de la Seine dans la première moitié de ce même siècle53. Nous sommes là face à un profil relativement commun si l’on compare aux bourgeois parisiens ou rouennais, concentrant des capitaux dans les seigneuries et non plus seulement dans la possession de terres et de rentes, à partir de la fin du xive siècle54. À la troisième génération, Guillaume (II) semble vouloir ne vivre que « du sien » grâce à la gestion de ses seigneuries mais aussi à ce poste d’officier. Le parcours du lignage Flambart depuis la bourgeoisie vers la (petite) noblesse n’est pas exceptionnel pour cette période (1380-1450). Ces actes permettent cependant de suivre de façon précise la diversité des activités des Flambart. Il ne s’agit pour le moment que d’un aperçu de ce à quoi le croisement de ces deux ensembles documentaires permet d’aboutir : d’autres documents de typologie différente, conservés dans d’autres fonds (actes de tabellion, aveux rendus aux rois de France) apporteront sans doute des informations supplémentaires, voire contradictoires avec le discours tenu par Guillaume Flambart.

32Les actes conservés nous laissent suivre les évolutions des carrières et de la vie de ces trois générations d’individus : si les documents copiés dans le formulaire sont d’une rare prolixité, la chaîne des générations de seigneurs se trouve éclairée par le chartrier. Mais au-delà de ces actes conservés, que pouvons-nous savoir de la production et de la conservation des écrits par les Flambart eux-mêmes ?

L’écriture des laïcs

33Les stratégies de recours à une autorité d’écrits authentiques plutôt qu’à une autre sont visibles à la fois dans le chartrier et le formulaire : là encore, seule la réunion de ces deux ensembles permet d’aborder la question de l’activité scripturaire des laïcs dans un large panorama. Les actes contenus dans le manuel donnent accès à plusieurs textes traitant des « cédules », que l’on peut définir comme « écrit, billet, sur lequel on notifie quelque chose » ou comme « écrit, établi sous seing privé ou officiel, portant reconnaissance d’une dette, d’un dépôt ou d’une obligation »55.

  • 56 Henri Bresc, dir., Le livre de raison de Paul de Sade (Avignon, 1390-1394), Paris, éd. du CTHS, 2 (...)
  • 57 Les quittances de l’abbaye de Saint-Denis ont fait l’objet d’une première étude par Paul Bertrand (...)

34La forme la plus fréquente de ces cédules est l’acte sous seing privé, c’est-à-dire un contrat passé entre particuliers sans autre marque d’authentification que le seing manuel des contractants. De tels documents sont parfois présents dans des dossiers à la conservation exceptionnelle (Jean Teisseire, Paul de Sade, Colin de Lormoye, les Perrote de Cairon, etc.)56 : c’est le cas des archives de Jean Teisseire étudiées par Mélanie Dubois, ainsi que pour les comptes de l’abbaye de Saint‑Denis ou encore dans le chartrier de l’hôpital d’Alençon57. Le formulaire de Guillaume Flambart atteste à la fois des usages qui en sont faits et des procédures qui accompagnent leur authentification.

  • 58 BnF, fr. 5341, fol. 31v-32r.

35Dans un acte daté du 30 décembre 1433 passé devant les tabellions de Rouen, un certain Simon Fissel, prêtre, reconnaît prendre la fonction de procureur et receveur de Jean Flambart (avec effet rétroactif, puisque l’engagement date du Noël précédent)58. Les fonctions de receveur sont décrites de façon imprécise : il devra gérer l’ensemble des domaines de Jean Flambart (« demander, pourchasser et recevoir pour lui et en son nom, toutes ses remtes, droys et devoirs qui lui sont deubz que de aucuns comquestz fais par lui et ses predecesseurs ») ; il assurera le contrôle de la perception des rentes et revenus domaniaux en faveur de Flambart. Les relations entre les deux hommes s’opéreront en partie par écrit, notamment par acte sous seing privé, c’est-à-dire par cédule : Jean Flambart s’engage en effet à fournir la liste des arrérages de rentes à Simon Fissel par écrit et de sa main (« De faire venir ens [sic] les remtes et revenues d’icellui Flambart Avecques les arreraiges qui deubz sont du temps passé Et dont ledit Flambart lui baillera desclaracion soubz son saing manuel »), déclaration dont Simon Fissel rendra en échange une copie de sa main (« Et audit Flambart en demeura le double soubz le saing manuel dudit recepveur »). L’échange de documents écrits listant les arrérages de rente s’apparente ici à un contrat : chacun s’engage envers l’autre, Simon Fissel de percevoir ces dettes, Jean Flambart de ne pas lui réclamer d’autres arrérages qui pourraient lui être dus, l’engagement se faisant par l’échange des lettres écrites de la main des parties, signées de leur seing manuel. La clause finale de rendre bon et loyal compte, fréquente dans les contrats de ventes à terme ou de quittance de paiement, prend ici un autre caractère : nous pouvons alors l’interpréter soit comme l’état récapitulatif que le receveur rendra à la fin de son service et sans lien avec un support en particulier, soit comme un « vrai » compte matérialisé sur un support (papier ou parchemin) et rédigé, voire signé, par le receveur. Aucun de ces documents, cédule, compte, etc., ne nous est bien sûr parvenu : une fois les perceptions de rente réalisées, la conservation des documents n’apparaît plus primordiale et ils se révèlent peu conservés. À travers ce contrat, nous touchons à la fois un mode de fonctionnement de la gestion patrimoniale usant du recours fréquent à l’écrit et une production d’écrits non authentiques, rédigés entre des particuliers et sans recours à une autorité judiciaire, dont on peine à mesurer l’ampleur en terme quantitatif.

  • 59 Ibid., fol. 41r-v.

36L’usage de cédules accompagne également les quittances entre partenaires commerciaux. Ainsi, en 14 mars 1431 n.s., par un contrat de quittance générale passé devant les tabellions rouennais, Jean Flambart rend à Jean Guérin une série d’objets qui lui avaient été laissés pour une raison inconnue59. Ces biens étaient énumérés dans une cédule, document que les tabellions ont utilisé pour les décrire (« Jouste une cedule sur ce faicte par ledit Flambart »). Si nous relions cette mention avec les conditions du contrat de receveur de Simon Fissel, il devient clair que cette cédule est un document rédigé par Jean Flambart et probablement signé de sa main. Afin de matérialiser la fin de la relation entre Jean Guérin et Jean Flambart, chaque partie s’engage à rendre à l’autre « toutes les lectres, cedules et escriptures que il dit avoir faictes en par avant du jour d’uy ». Le fait d’échanger les lettres les rend « quictes, cassés et de nulle vailleur Parce que ilz comfesserent que du comtenu en icelles cedules, lettres et escriptures estoient comtens et payés L’un de l’autre ». Si la relation entre les deux hommes semble s’opérer dans un climat de confiance mutuelle (le beau-père de Jean Guérin était déjà en relation avec Guillaume (I) Flambart), les écrits, qu’ils soient authentiques ou non, participent ici à la construction / déconstruction de la relation d’affaires.

  • 60 Ibid., fol. 45r-v, « comfession de une cedule », 1414 ; fol. 99v, recours à une lettre passée dev (...)
  • 61 Voir par exemple, Arch. dép. Seine-Maritime, 4E1/165, registre du tabellionage de Rouen, 23 avril (...)
  • 62 Les tabellions normands distinguent en effet, depuis la fin du xive siècle jusqu’au premier tiers (...)
  • 63 Le contrat inscrit au fol. 121r-v, « verifficacion de une cedule », fait état du contrôle de l’au (...)

37Au-delà de ces premières mentions indirectes, le formulaire conserve cinq formules de vérification / reconnaissance du contenu d’actes sous seing privé60. J’insisterai seulement sur le fait que peu de procédures judiciaires ou thématiques trouvent autant d’occurrences dans le formulaire. Le but de ce recueil étant de servir pour la pratique quotidienne, nous pouvons supposer que ces actes font partie des documents que les professionnels de l’écrit rédigent fréquemment. L’analyse de registres du tabellionage de Rouen61 montre qu’il s’agit effectivement de documents fréquemment transcrits par les tabellions rouennais. Il est cependant difficile de généraliser cette situation car les registres de notaires conservés dans le reste de la Normandie ne contiennent que des actes d’héritages pour la même période62. L’objet de la transaction inscrite dans ces cédules est de tout ordre (échange de terre, prêt, reconnaissance de rente). Surtout, elles donnent lieu aux mêmes procédures judiciaires de contrôle et d’application d’un contrat passé devant tabellion63. Les deux documents (cédule / actes de tabellionage) ne s’excluent pas : les deux contrats intitulés « confessions de une cédule » consistent en la présentation du document devant un tabellion, sa copie, la reconnaissance de son authenticité par les parties et, enfin, sa validation par le tabellion sous sceau authentique.

  • 64 BnF, fr. 5341, fol. 42r-44v.
  • 65 Pour une présentation générale de l’évolution du système de preuve en justice, Jean-Jacques Clere (...)

38Si l’on prend la définition la plus large du terme « cédule » (« écrit, billet, sur lequel on notifie quelque chose »), d’autres actes peuvent également être insérés dans cet ensemble documentaire, notamment les décisions arbitrales, en lien, dans le formulaire, à un dossier de procédure (5 actes)64. Lors des contentieux, les parties qui souhaitent passer un accord, peuvent faire appel à des arbitres qui établissent d’une part les clauses de l’accord (reconnaissance de droit d’une des parties), d’autre part le montant des dédommagements. Dans une série de procès opposant Guillaume Flambart et Robin Le Couvreur (5 procès assemblés), les arbitres, Robert Rousset et Jehan de Lourailles arrivent à proposer un accord sur le fond mais pas sur les dépens. Ils attestent tous les deux de cet échec par deux actes et font appel à un troisième arbitre, Jean Lenglois, conseiller en cour laye, qui propose un accord sur les dépens : chacune de ces sentences arbitrales est rédigée au nom des arbitres et scellée de leur sceau personnel, les deux premiers arbitres signant également les documents. Ces documents sont ensuite utilisés par le juge devant lequel les procès étaient tenus (le vicomte de Pont-de-l’Arche) pour les clôturer. Ils viennent s’ajouter au dossier constitué par les parties, contenant également les actes antérieurs prouvant leurs droits (principalement des actes de tabellionage). Si la formule « lettres passent témoins » qui affirme la supériorité des preuves écrites sur la preuve testimoniale ne prend son plein effet qu’au xvie siècle (précisement en 1566 et l’ordonnance de Moulins dans le royaume de France), les dossiers conservés dans ce formulaire attestent d’un usage massif et récurrent des écrits, authentifiés à différents degrés en droit, auxquels on se réfère, que l’on transmet, que l’on annule, soit entre particuliers, soit par acte public65.

Conclusion

  • 66 Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge... Observations préliminaires à une étude de (...)
  • 67 Catherine Goldmann, « Papiers et titres de famille dans la guerre : l’exemple des Garencières-Le (...)

39Les deux ensembles documentaires dont il a été question forment, chacun, corpus : ils ont été triés, formés, suite à des sélections ou des aléas de conservation et reflètent ces évolutions66. La grande diversité des documents conservés, via le chartrier et surtout le formulaire, permet de comprendre le foisonnement de la production d’écrits authentiques dans les derniers siècles du Moyen Âge. Le « corpus Flambart » au sens d’association des deux ensembles n’existe plus tel qu’il a pu être constitué au milieu du xve siècle. La différence dans les modalités de conservation jusqu’à aujourd’hui et dans les typologies rencontrées atteste d’une distinction malgré tout entre des archives « familiales » qui restent auprès de l’aîné de la famille et les archives « seigneuriales » qui suivent non pas les générations mais les biens, servant de preuves de propriété. L’association entre chartrier et seigneurie par la conservation, au sein de chaque château, des actes qui en traitent, est attestée en différents lieux, notamment en Normandie67. Les liens, même ténus, que nous avons pu mettre au jour montrent cependant que certains documents ont été conservés ensemble ou utilisés à partir d’un ensemble documentaire unique (notamment par le procès de droit de patronage de l’église de Saint-Léger). Il est aisé d’envisager l’usage de copies afin de conserver dans le fonds familial les documents qui permettent de suivre la gestion du patrimoine, dont les originaux se trouvent, eux, dans le chartrier seigneurial.

  • 68 Sur les difficultés à retracer les multiples facettes de l’activité des individus, Thierry Dutour (...)
  • 69 Une telle comparaison est l’objet d’une enquête que je mène actuellement. L’analyse de l’ensemble (...)

40À travers ces deux ensembles documentaires, c’est aussi la vie de trois générations d’hommes et de femmes qui sont rendues visibles. Le formulaire constitue un élément particulièrement rare car les archives notariales de cette époque sont fragmentaires et nous ne pouvons plus retrouver trace de la plupart des actes transcrits. Rédigé dans le contexte de la prise d’office de sergent des forêts, ce formulaire porte cependant la marque de son auteur : en choisissant tel titre pour tel acte, Guillaume (II) en donne une première lecture ; en copiant les actes à la suite, il rend visible des ensembles documentaires qu’il conservait. L’existence de ce registre rend sensible l’ensemble des pertes documentaires du Moyen Âge : à l’exception de ce recueil, nous trouvons peu de mentions des Flambart dans les documents médiévaux ou les ouvrages traitant de la notabilité rouennaise, preuve là encore de leur relatif anonymat. Ils n’ont pas fait carrière dans l’administration (ni lancastrienne ni française). Ils ont participé à des mouvements économiques importants mais pour lesquels les sources manquent de façon chronique pour les régions septentrionales du royaume. Ce formulaire, devenu ici cartulaire, constitue finalement la seule source pour connaître les étapes qui ont marqué leur existence. Pourtant, nous avons pu voir qu’ils sont pleinement intégrés dans des réseaux marchands et nobiliaires importants. Ils sont liés à des hommes de loi, des membres de l’élite de la société de leur temps. Ce sont, enfin, des professionnels de l’écrit ou du moins ils ont suivi une formation dans ce sens et maîtrisent les pratiques juridiques du temps, au point d’administrer, par leurs écrits, leurs nombreux domaines68. La question qu’ouvre donc le « corpus Flambart » est celle de la représentativité de ce corpus par rapport aux pratiques de leurs contemporains : sont-ils une exception ? Ou ces pratiques et usages doivent-ils être généralisés à une frange large de la population ? La comparaison avec d’autres corpus (conservés jusqu’à nous ou à construire) permettra, à terme, de mieux appréhender la place de l’écrit au sein de la société laïque69.

Haut de page

Notes

1 En dernier lieu, voir l’article dans ce volume. Pour d’autres approches, voir notamment Mélanie Dubois-Morestin, « Artisan et marchand du xive siècle, les archives privées de Jean Teisseire », in Julie Claustre, dir., Transiger, Éléments d’une ethnographie des transactions médiévales, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 407‑427.

2 Michel Le Mené, « La comptabilité de Jacquet du Boyle, marchand d’Angers (1441‑1449) », in Enquêtes et documents, Nantes, Univ. de Nantes, 1971, p. 11-51, rééd. in Michel Le Mené, Villes et campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Nantes, Ouest Éditions / Presses Académiques de l’Ouest, 2001.

3 Julie Claustre, « Colin, Thibault, Jean et les autres, les auteurs multiples des comptes d’un couturier parisien du xve siècle », in Julie Claustre, dir., Transiger, Éléments d’une ethnographie des transactions médiévales, op. cit., p. 353‑376.

4 Les archives de marchands italiens sont réputées pour leur ampleur : parmi les plus connus, le cas des archives Datini apparaît le plus spectaculaire (Ingrid Houssay Michienzi, Datini, Majorque et le Maghreb (xive-xve siècles). Réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes, Leyde, Brill, 2013, 704 p. et Jérôme Hayez, dir., « Le carteggio Datini et les correspondances pratiques des xive-xvie siècles », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 117, n° 1, 2005, p. 115‑304.

5 Les travaux sur la méthode prosopographique et les études de groupes sociaux définis proposent de premières pistes de réflexions à ce propos : dans l’ample bibliographie, voir, par exemple, Jacques Bottin, « Élites marchandes et connaissance du grand commerce au début de l’époque moderne : bilan provisoire d’une expérience rouennaise », in Jean‑Philippe Genet et Günther Lottes, dir., L’État moderne et les élites, xiiiexviiie siècles, apports et limites de la méthode prosopographique, actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 453-465 ; Martin Aurell, « Introduction. Modernité de la monographie familiale », in Martin Aurell, dir., Le médiéviste et la monographie familiale : sources, méthodes et problématiques, Turnhout, Brepols, 2004, p. 7‑19.

6 L’édition numérique du manuel de Guillaume Flambart a été l’objet d’un contrat post-doctoral financé par l’Université Caen Normandie en 2017. Je me permets de renvoyer à un premier article situant le manuel dans son contexte documentaire : Isabelle Bretthauer, « Formulaires et modèles d’actes : formation pratique et théorique des hommes de loi normands à la fin du xve siècle », in Apprendre, produire, se conduire : le modèle au Moyen Âge, [XLVe congrès de la SHMESP, Metz-Nancy, 22-25 mai 2014], Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 201‑221.

7 BnF, fr. 5341, registre papier, 161 fol.

8 Un mémoire de master a été soutenu par Lucie Perrimon sur cette famille (Une grande famille bourgeoise de Rouen à la fin du Moyen Âge, les Mustel, Alain Sadourny dir., Univ. Rouen, 2001). Sur les origines et la politique patrimoniale de cette famille, voir : Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au xiiie siècle et leur rôle dans la cité », in Pierre Bouet et François Neveux, dir., Les villes normandes au Moyen Âge, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2006, p. 267-278 ; Philippe Cailleux et Dominique Pitte, « Une propriété de la famille Mustel, paroisse Saint-Lô, à la fin du Moyen Âge », Bulletin des Amis des Monuments rouennais, 1991-1992, p. 81‑87.

9 Département de l’Eure, arrondissement des Andelys, canton de Romilly-sur-Andelle.

10 À l’époque médiévale, il s’agit de la seigneurie de Saint-Léger-de-Bosc-Bordel, dont le chef est dans la paroisse du même nom (département de l’Eure, canton de Bernay) ; le nom actuel est lié à la réunion de la ville de Rôtes et de celle de Saint-Léger (Véronique Gazeau, « Le domaine continental de l’Abbaye de Notre-Dame et Saint-Léger de Préaux au xie siècle », Cahiers des Annales de Normandie, dossier Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (xe-xiiie siècle), année 1988, n° 22, p. 165‑183).

11 Département de Seine-Maritime, arrondissement de Rouen, canton de Caudebec-lès-Elbeuf.

12 Département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Bourgtheroulde-Infreville.

13 Département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Bernay, aujourd’hui commune nouvelle de Mesnil-en-Ouche. Le fief « à l’Espée » a été localisé à Beaumontel (département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Brionne).

14 Département de Seine-Maritime, arrondissement de Rouen, canton de Notre-Dame-de-Bondeville.

15 Département de l’Eure, chef-lieu d’arrondissement.

16 Les documents étaient signalés dans les recherches menées sur l’histoire du toponyme « Saint-Léger » (http://www.stleger.info/les72StLeger/region2/27b.chateau.htm). D’autres sources ont été ajoutées, tant à la BnF, Pièces originales (pour la famille Flambart) que dans les archives de la Société Historique de Lisieux (pour la seigneurie de Saint-Léger).

17 Je remercie particulièrement M. le comte de Maupeou de m’avoir autorisée à consulter ces archives et Thomas Roche, directeur des Archives départementales, de m’avoir facilité la connaissance de ce fonds.

18 Arch. dép. Eure, E 333, hommages et aveux des seigneuries de Gisay et Mirey, à Bare, et de l’Espée, à Beaumontel, rendus au Roi et au duc de Bouillon, en la vicomté de Beaumont : par Guillaume Flambart, écuyer ; par Jean Flambart ; par François Du Val, avocat au Parlement… 1400-1776. Ce petit fonds est à compléter par un élément conservé à la BnF (Pièces originales [P. O.] 1159, dossier n° 26426, « Flambart », n° 2, aveu rendu par Guillaume Flambart, de Bernay, pour le fief à l’épée qu’il vient d’acheter, 1408).

19 À l’appui de cette réflexion, voir Joseph Morsel, « Du texte aux archives : le problème de la source », dossier « Le Moyen Âge vu d’ailleurs », Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre (BUCEMA), 2008, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/cem.4132 ; Cécile Treffort, « Le corpus du chercheur, une quête de l’impossible ? Quelques considérations introductives », Annales de Janua, n° 2, 2014.

20 Martin Aurell, dir., Les actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, éd. du CTHS, 2001, 732 p., particulièrement p. xxxix-xliv ; Jean-François Nieus, Les chartes des comtes de Saint-Pol (xie-xiiie siècles), Turnhout, éd. Brepols, 2008, 554 p., particulièrement p. 36‑48 pour la méthode employée.

21 La bibliographie sur cette question est pléthorique : Joseph Morsel, « En guise d’introduction : les chartriers entre « retour aux sources » et déconstruction des objets historiens », in Philippe Contamine et Laurent Vissière, dir., Défendre ses droits, construire sa mémoire, les chartriers seigneuriaux xiiie-xxie siècle, actes du colloque international de Thouars (8-10 juin 2006), Paris, Société de l’Histoire de France, 2010, p. 9-34 (l’auteur revient sur les débats concernant le rôle du cartulaire dans la société du haut Moyen Âge) ; et en dernier lieu, Pierre Chastang, « Des archives au codex : les cartulaires comme collections (xie-xive siècle) », in Benoît Grévin et Aude Mairey, dir., Le Moyen Âge dans le texte, Paris, éd. de la Sorbonne, 2016, p. 25‑43.

22 Jean Hilaire, La science des notaires, une longue histoire, Chapitre 3 : Le destin du formulaire, Paris, PUF, 2000, p. 123.

23 En l’état, deux actes ont pu être identifiés à leur minute. La comparaison entre les deux versions des actes a été proposée dans Isabelle Bretthauer, « Système graphique et communauté des “professionnels de l’écrit” : analyse linguistique du manuel de Guillaume Flambart (c. 1470) », in Pierre Larrivée et Pascale Mounier, dir., « Réseaux communautaires et variation dans le langage en moyen français et français préclassique », Corela, Cognition, Représentation, Langage, HS-26, 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018.

24 Sur la notion d’écriture pragmatique, voir Benoît Grévin, dir., L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne, Cahiers électroniques d’histoire textuelle du LaMOP, n° 5, 2012, en ligne : https://lamop.univ-paris1.fr/menu-haut/publications-et-ressources/publications-du-lamop/cahiers-electroniques-dhistoire-textuelle-du-lamop-cehtl/cehtl-5-2012/. Sur les sources juridiques à disposition de Guillaume Flambart lors de la rédaction de ce manuel, je me permets de renvoyer à mon article : Isabelle Bretthauer, « La pratique judiciaire quotidienne au milieu du xve siècle : le manuel dit “de Guillaume Flambart, sergent ‘dangereux’ du bailliage de Rouen” », in Géraldine Cazals, dir., Juristes normands, Cahiers Historiques des Annales de Droit, n° 4, à paraître.

25 Il s’agit de Jean Desplanches et de Jacques Erquembourg. Ces hommes sont officiers dans l’administration royale (Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des baillages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie nationale / Bibliothèque nationale, 1942-1966, 6 vol.) : Jean Desplanches, lieutenant du bailli d’Évreux entre 1464 et 1487 (t. 3, bailliage d’Évreux, n° 12486, n° 12496 et n° 12513/3 p. 298-300) ; Jacques Erquembourg, procureur général au bailliage d’Évreux au nom du duc d’York pour son domaine d’Orbec, 1446-1449 (t. 3, bailliage d’Évreux, n° 12521, p. 302 et t. 5, bailliage de Rouen, n° 19094, p. 142).

26 BNF, fr. 5341, fol. 48r-49r.

27 Jean Hilaire, La science des notaires…, op. cit., p. 120‑123.

28 La partie formulaire ne présente pas de titre qui permettrait de le distinguer de la première partie. Un titre (« Extrait de stille de proceder en fourme Commencié Ainsi que cy apres sera desclairé de point en point ») a bien été transcrit, mais il apparaît, en l’état actuel du document, au fol. 108r° sans qu’il soit possible de savoir s’il s’agit d’une erreur lors d’une reprise de la reliure.

29 Cette comparaison a déjà été formulée : voir par exemple Sébastien Barret, « Les actes écrits comme instruments de pouvoir : la contribution des formulaires », in Julio Escalona et Hélène Sirantoine, dir., Chartes et cartulaires comme instruments de pouvoir, Espagne et Occident chrétien (viiie-xiie siècles), Toulouse, Framespa, 2013, p. 87-99, surtout p. 92-94 et Raoul C. Van Caenegem, Manuel des études médiévales, typologie des sources, historique, grandes collections, Turnhout, éd. Brepols, 1997, p. 124‑129.

30 BnF, fr. 5341, fol. 64r°-107v°.

31 Ibid., fol. 100v°-101r°.

32 Arch. dép. Eure, 42J 209, n° 16.

33 Ibid., n° 14 et n° 15.

34 Arch. dép. Eure, 42J 217, n° 1 et n° 2, actes respectivement du 29 et du 27 octobre 1410, d’achats de rente pour un montant total de 42 l. 15 s.t. Dans le formulaire, un acte sans date fait état des activités de Guillaume Flambart (BnF, fr. 5341, fol. 46r-v). Les périodes d’activité des autorités de l’acte (garde des sceaux / tabellion) laisseraient penser à une date assez haute, 1400-1410, qui pourrait renvoyer à un contrat concernant Guillaume (I). Mais en l’état, il est difficile de valider cette hypothèse.

35 L’existence d’un Jean Desplanches le jeune, fils de Jean Desplanches et de Henriette Flambart est attestée par d’autres sources. Il est difficile, en l’état, de distinguer les périodes d’activité du père et du fils.

36 Ibid., fol. 32r-34v.

37 Le tabellionage est une des modalités de production d’actes authentiques présentes dans le nord du royaume de France. Il est l’équivalent du notariat public méridional, à la seule différence que le tabellion n’a uniquement pour fonction de rédiger les actes, qui sont validés par le sceau de juridiction apposé par le garde des sceaux. Sur le tabellionage, je renvoie aux différents articles parus dans Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin, dir., Tabellions et tabellionages dans la France médiévale et moderne, Paris, éd. de l’École des Chartes, 2011, 565 p. et, pour le fonctionnement et les origines de cette institution, je me permets de renvoyer à ma thèse en cours de publication, Des hommes et des écrits, pratiques et marchés de l’acte authentique, xiiie-xvie siècles.

38 BnF, fr. 5341, « Emancipaciom de ung enffant bas age », fol. 40v°.

39 Ibid., succession de Jean Flambart titrée « L’imtitullement des lotz et partaiges touchant aucune succession », 1444, fol. 32r°-34v° ; succession d’Ameline, mère d’Ysabel Mustel, belle-mère de Guillaume Flambart intitulée « Renomchiaciacion faite pour heritaige faite touchant aucune succession », fol. 34v°-35r°, copiée à nouveau au fol. 37r°, 1461 ; procédure pour constituer les lots successoraux de Nicolas de Houppeville, « Pour comtraindre pour aller avant a la choissie des lotz et partages », fol. 122r°-123r°, acte non fini, sans date.

40 Les pages qui suivent ne constituent qu’une ébauche de l’analyse précise de l’ensemble des activités des Flambart, qui devra encore s’appuyer sur d’autres sources (registres de tabellionage, aveux, etc.).

41 Département de l’Eure, arrondissement de Bernay, canton de Brionne.

42 Guillaume (I) n’est pas partie prenante des actes conservés dans le manuel : il est mentionné dans la demande d’exemption de tailles par Jean Flambart adressée à Henri roi de France et d’Angleterre en 1431 (BnF, fr. 5341, fol. 126r-130r, « Lettres pour estre receu a opposicion contre les parroissiens de Saint-Etienne en la rue aux tonnelliers de Rouen »), dans la demande d’exécution de dettes dans les années 1440 par Jacques Erquembourg sur Guillaume (II) Flambart au titre d’une dette due à la femme de Guillaume (I) (ibid., fol. 34v, « Mandement pour faire execucion d’aucunes lettres obligatoires »), enfin dans le contrat de partage successoral des biens de Jean Flambart, Jeanne sa femme et Simone Basset, mère dudit Jean (ibid., fol. 32r-34v, « L’imtitullement des lotz et partaiges touchant aucune succession »).

43 BnF, P.o. 1159, dossier n° 26426, « Flambart », n° 2, aveu rendu par Guillaume Flambart, de Bernay, pour le fief à l’épée qu’il vient d’acheter, 1408 ; Arch. dép. Eure, 4E 45-1, registre du tabellionage de Bernay, 5 mai-2 juin 1388 passim.

44 BnF, fr. 5341, « Mandement pour faire execucion d’aucunes lettres obligatoires », fol. 34v°.

45 En 1428, il est désigné ainsi dans l’acte d’émancipation de Guillaume (II) (ibid., fol. 40v) mais aussi dans les lettres non datées qu’il envoie aux gens des Comptes pour obtenir les recettes des moulins des Andelys (ibid., fol. 149v-151r).

46 Il n’y a aucune source permettant d’étayer cette information, car les archives rouennaises ne conservent pas de document listant, précisément, les individus qui ont payé la rançon (il s’agit uniquement de documents-bilans à des dates ponctuelles). Sur ce point, Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen / Paris, A. Lestringant / A. Picard, 1931, p. xix‑xxiv.

47 BnF, fr. 5341, « Emancipaciom de ung enffant bas age », fol. 40v°.

48 Ibid., fol. 48r-49r. L’acte est intitulé « Renomciacion de heritage » car l’objet premier est la reconnaissance des droits d’Ysabel Mustel sur ses biens en douaire, biens qu’Etienne Goupil, auprès de qui Guillaume (II) est endetté, a fait crier en justice.

49 Ibid., fol. 46r-v, « Lettres de ferme de bestes », acte s.d.

50 Adolphe Cheruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Genève/Paris, Slatkine, 1976, 225 p. de texte, 184 p. de documents, p. 123-130. Guillaume Flambart apparaît parmi les « Autres bourgois non officiers faisans guet et garde semblablement » aux côtés de Jaquet Erquembourg (p. 129).

51 BnF, fr. 5341, fol. 46v-47r, « Lectres de aleu de ung serviteur ».

52 Ibid., fol. 123v-124r, « Debitis royal en l’Eschiquier ».

53 Pour une approche générale du phénomène, voir Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, essai de synthèse, Paris, PUF, 1997, principalement p. 65‑77.

54 Denise Bossuat, « Guillaume Sanguin, bourgeois de Paris (1370 ?-1442) », Positions des thèses soutenues par les élèves de l’École des Chartes, 1945, p. 59-67 ; Boris Bove, Dominer la ville, prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, éd. du CTHS, 2004, p. 127-158 ; Philippe Cailleux, Trois paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle : Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland : étude de topographie et d’urbanisme, Caen/Mont-Saint-Aignan, Pôle Universitaire de Caen / Presses Universitaires de Caen / Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2011, p. 408-412. C’est également le cas à Troyes au début du xvie siècle : Françoise Binet, « Étude sur quelques familles de la bourgeoisie troyenne au xvie siècle », Positions des thèses soutenues par les élèves de l’École des Chartes, 1945, p. 51‑58.

55 Définitions et exemples dans la notice du Dictionnaire du Moyen Français, http://www.atilf.fr/dmf/. Sur les cédules et leurs usages, voir Paul Bertrand, Les écritures ordinaires, sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 69‑77.

56 Henri Bresc, dir., Le livre de raison de Paul de Sade (Avignon, 1390-1394), Paris, éd. du CTHS, 2013, 569 p. Sur les écrits du for privé en général, voir en dernier lieu Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dir., Les écrits du for privé en France, de la fin du Moyen Âge à 1914, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014, 317 p. et particulièrement François-Joseph Ruggiu, « Les écrits du for privé : pertinence d’une notion historique », p. 9-34. Sur les corpus des Perrote de Cairon, bourgeois anoblis des environs de Caen, je me permets de renvoyer à mon article (Isabelle Bretthauer, « La culture de l’écrit dans la société rurale normande (xive-xve siècle) », in Frédéric Boutoulle et Stéphane Gomis, dir., Cultures villageoises au Moyen Âge et à l’époque moderne, actes des XXVIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 9 et 10 octobre 2015, Toulouse, PUM, 2017, p. 27‑38).

57 Les quittances de l’abbaye de Saint-Denis ont fait l’objet d’une première étude par Paul Bertrand, Les écritures ordinaires…, op. cit., p.284-291. J’ai dépouillé la totalité du chartrier de l’hôtel-Dieu d’Alençon pour ma thèse, op. cit., dont les résultats doivent être bientôt publiés.

58 BnF, fr. 5341, fol. 31v-32r.

59 Ibid., fol. 41r-v.

60 Ibid., fol. 45r-v, « comfession de une cedule », 1414 ; fol. 99v, recours à une lettre passée devant tabellion ou à une cédule, vers 1430 ; fol. 110r-v, « comfession de une cedule », 1469 ; fol. 118v-119r, « verifficaciom de une cedule passee en court de eglisse », 1469 ; fol. 121r-v, « verifficacion de une cedule », 1464.

61 Voir par exemple, Arch. dép. Seine-Maritime, 4E1/165, registre du tabellionage de Rouen, 23 avril 1413 au 16 avril 1414, fol. 71 v°, confession d’une cédule par Robin Leclerc, 24 août 1413 ; fol. 80 r°, traité de mariage passé devant tabellion, reposant sur une cédule de papier présentée par les deux familles (le texte de la cédule est copié en intégralité), 6 août 1413 ; etc.

62 Les tabellions normands distinguent en effet, depuis la fin du xive siècle jusqu’au premier tiers du xve siècle, l’enregistrement des contrats de biens meubles (qui ne nous sont parvenus que sous forme d’épaves) de celui des contrats d’héritages, plus souvent conservés. Les registres des tabellions de Rouen conservent principalement des actes d’héritages à partir du registre de l’année 1418, même si, ponctuellement, y sont transcrits des quittances et paiements de dettes.

63 Le contrat inscrit au fol. 121r-v, « verifficacion de une cedule », fait état du contrôle de l’authenticité de l’écriture et de la signature de l’une des parties, puis de la mise en décret des héritages de ce contractant afin de payer les dettes dues.

64 BnF, fr. 5341, fol. 42r-44v.

65 Pour une présentation générale de l’évolution du système de preuve en justice, Jean-Jacques Clere, « Chapitre 1. Remarques introductives sur la preuve par témoins en droit civil français », in Benoît Garnot, dir., Les témoins devant la justice, une histoire des statuts et des comportements, Rennes, PUR, 2003, p. 11‑22.

66 Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge... Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, Société des études médiévales du Québec, 2000, p. 3-43. Disponible sur : halshs-00291802.

67 Catherine Goldmann, « Papiers et titres de famille dans la guerre : l’exemple des Garencières-Le Baveux [xive-xve siècles] », in Philippe Contamine et Olivier Guyotjeannin, dir., La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, t. II, Guerre et gens / la violence et les gens, Paris, éd. du CTHS, 1996, p. 75-87, notamment p.79 : « En fait, chaque seigneurie possédait son propre fonds d’actes, titres de propriété, comptes annuels, hommages des vassaux, bref tous les actes indispensables à l’administration de la terre. » C’est également le cas dans les seigneuries des Le Peigny, bourgeois de Saint-Lô, qui acquièrent la seigneurie du Rampan (Manche) au début du xve siècle. Leur cartulaire fait état de fonds conservés de façon distincte : plusieurs notes demandent à rechercher des actes dans le chartrier de la seigneurie lui-même (« mémoire de querir en chartrier de Rampan une lettre de vingt livres de rente appartenant a Besnart Lepegny du mariage de sa femme »). Voir Wilfrid Prieur, Les Le Pegny de Saint-Lô : L’ascension sociale d’une famille à la fin du Moyen Âge, mémoire de M2, L. Jean-Marie dir., Université de Caen-Normandie, 2010, 210 p. et Isabelle Bretthauer, « Thomas Le Peigny, bourgeois de Saint-Lô, seigneur de Rampan, 1380-vers 1400 », Sur les pas de Lanfranc, du Bec à Caen, recueil d’études en hommage à Véronique Gazeau, Cahiers des Annales de Normandie, n° 37, 2018, p. 523‑531.

68 Sur les difficultés à retracer les multiples facettes de l’activité des individus, Thierry Dutour, « La réhabilitation de l’acteur social en histoire médiévale, réflexions d’après une expérience de terrain », Genèses, sciences sociales et histoire, 2002/2, n° 47, p. 21 à 41.

69 Une telle comparaison est l’objet d’une enquête que je mène actuellement. L’analyse de l’ensemble de ces corpus permettra de mieux comprendre les relations entre pratiques de l’écrit, statut social et activité économique dans les derniers siècles du Moyen Âge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de situation des seigneuries et des héritages des Flambart (points rouges)
Crédits Crédit : Isabelle Bretthauer
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 1. Répartition chronologique des actes conservés dans le formulaire (BnF) et dans le chartrier seigneurial (AD), 1390‑1529
Crédits Crédits : Isabelle Bretthauer
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2. Répartition des périodes d’activités des Flambart-Desplanches dans le chartrier de Saint‑Léger, 1410‑1505
Crédits Crédits : Isabelle Bretthauer
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 3. Répartition des actes du corpus Flambart (formulaire et chartrier) par grandes typologies d’autorité, 1390‑1529
Crédits Crédits : Isabelle Bretthauer
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 4. Répartition chronologique des actes de tabellionage et de juridiction contentieuse du corpus Flambart (formulaire et chartrier), 1390‑1529
Crédits Crédits : Isabelle Bretthauer
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 5. Généalogie des Flambart, 1380‑1500
Légende Les dates retenues sont celles des attestations d’activité des personnes dénommées.
Crédits Crédit : Isabelle Bretthauer
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bretthauer, « De la formalisation des savoirs à la cartularisation », Rives méditerranéennes, 62 | 2021, 103-128.

Référence électronique

Isabelle Bretthauer, « De la formalisation des savoirs à la cartularisation », Rives méditerranéennes [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8588

Haut de page

Auteur

Isabelle Bretthauer

DMAAR Archives nationales

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search