Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Dossier. Corpus textuel, individu...Reconstituer une trajectoire pers...

Dossier. Corpus textuel, individus et groupes sociaux

Reconstituer une trajectoire personnelle

Des registres à l’individu (Perpignan, XVIIe siècle)
Aurian Meunier
p. 129-149

Résumé

Après une série de procès, François Millet i Català, nattier et peseur au poids du Roi à Perpignan au XVIIe siècle, a laissé des registres particuliers de comptabilité. À travers une enquête mobilisant un corpus large de documents pour restituer plusieurs tranches de vie, une partie du réseau social, politique et économique de l’individu est mis en perspective. Depuis la naissance d’un artisan « sans prétention », mais avec des ambitions, en passant par son ascension sociale fulgurante jusqu’à son échec, sa trajectoire individuelle permet de questionner des éléments dépassant largement une histoire strictement locale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Archives départementales des Pyrénées-Orientales (maintenant ADPO), 1J60, livres et cahiers tenus (...)
  • 2 « Peseur du poids du Roi ». Le poids du Roi était une institution ou boutique qui avait pour rôle (...)
  • 3 Luciano Allegra, « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle », Annales. Histoire, Sciences S (...)
  • 4 Luciano Allegra, « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle »…, op. cit., p. 72.

1François Millet i Català, peseur au poids du Roi, a laissé derrière lui des traces de son existence parfois inscrites sur quelques lignes d’un épais manuel ou sur des dizaines, voire des centaines de folios. L’enquête pour reconstituer sa vie commence par la découverte de quatorze cahiers d’un peseur au poids du Roi de Perpignan (1664-1681), conservés dans la sous-série 1J aux archives départementales des Pyrénées-Orientales, sans aucune indication sur l’origine de son dépôt1. L’unique marque concernant l’identité de l’auteur de ces documents est inscrite sur le plus ancien des cahiers, il s’agit de Francesc Millet i Català, qualifié de « pesador del pes del Rey2 ». À partir de ces simples nom, prénom et information professionnelle et en mobilisant un corpus documentaire large, il a été possible de recréer la trajectoire individuelle de cet individu. Dès lors, il convient de se demander en quoi reconstituer la vie d’un artisan, d’un inconnu de l’histoire de Perpignan, peut être révélateur de la société dans laquelle il s’insérait3 ? En effet, pour reprendre les questionnements de Luciano Allegra, « les mécanismes et les comportements sociaux qui émergent des récits de vie sont-ils vraiment des mécanismes qui définissent les coordonnées d’une société ou est-ce que ce sont seulement des aptitudes singulières, des trajectoires personnelles4 ? » Qu’en est-il de la vie de notre héros ? François Millet i Català est nattier, fils de nattier, vivant à Perpignan tout au long du XVIIe siècle. L’utilisation de l’enquête plaçant l’acteur au centre de l’intérêt permet de percevoir les opportunités qu’il a eu, mais aussi les choix d’action.

  • 5 Pierre Vidal, Histoire de la ville de Perpignan depuis les origines jusqu’au Traité des Pyrénées, (...)
  • 6 Jérôme Chastan, « Métiers et propriété à Perpignan au XVIIIe siècle : une géographie socioprofess (...)
  • 7 Patrice Poujade, Le voisin et le migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (xvie(...)
  • 8 Núria Sales, Història de Catalunya, Els segles de la Decadència, segles XVI-XVIII, Barcelona, Ed. (...)

2Alors que Perpignan est en proie à plusieurs fléaux au xviie siècle et est marquée par des changements politiques lourds de conséquences, il peut paraître étonnant de vouloir étudier la période à travers l’analyse de la trajectoire d’un individu. En effet, à deux reprises, en 1632 et 1652, la peste sévit à Perpignan et décime environ la moitié de la population5. La famine aggrave la situation et les disettes sont nombreuses6. De plus, la guerre de Trente Ans (1618-1648) d’abord, puis la guerre de Hollande (1672-1678), déterminent l’histoire du Roussillon. En 1659, le traité des Pyrénées est signé et à partir de cette date, Perpignan et les Comtés sont officiellement cédés au Royaume de France et une ligne frontière, tant politique, militaire que mentale a profondément modifié le rapport de l’homme à son territoire7. L’historiographie du XXe siècle a présenté le Roussillon au XVIIe siècle en grande crise sociale et économique8. Sur la question sociale, Alicia Marcet apporte sa vision de la société perpignanaise :

  • 9 Alícia Marcet-Juncosa, « Une ville bourgeoise (1462-1789) », in Philippe Wolff, dir., Histoire de (...)

[…] là où les différences s’effectuaient traditionnellement suivant des clivages socioprofessionnels et avec plusieurs degrés dans l’échelle sociale, aux XVIIe et XVIIIe siècles, on observe de plus en plus nettement la formation de deux classes : les riches notables, officiers royaux, rentiers du sol, bourgeois-nobles, souvent apparentés à la noblesse, et le menu peuple, vivant de petits métiers et de services9.

  • 10 Gilbert Larguier, « Les échanges franco-catalans à la fin du XVIe et dans la première moitié du X (...)
  • 11 Il nous faut cependant citer le travail d’Alain Ayats sur un fermier, Josep de la Trinxeria, « hé (...)

3Gilbert Larguier a toutefois nuancé cette perception « misérabiliste » à travers un article sur le commerce franco-catalan, le manque de documentation fiscales a toutefois imposé des limites à son étude10. Depuis, peu de travaux se sont intéressés au « menu peuple » au XVIIe siècle, en Roussillon, à leur capacité d’action et à leur résilience face à ce contexte, et encore moins à une échelle microhistorique11.

4Nous voudrions alors nous livrer à ce que l’on appelle une démarche d’« archéologie documentaire », c’est-à-dire, à partir de ces traces et fragments, reconstituer une trajectoire individuelle qui nous donne à voir la manière dont le personnage perçoit sa société, ses rouages et sa complexité, pour tenter de le placer dans son environnement et comprendre ses capacités d’adaptation et d’action et les stratégies mises en place pour vivre, voire survivre. Ainsi, c’est d’abord le contexte familial du « héros » qui est présenté pour questionner l’importance du cercle familial, tenter d’entrevoir s’il y a eu et, si oui, à quel degré, une reproduction et une transmission socioprofessionnelle du père vers le fils. Chemin faisant, l’enquête sépare une première tranche de vie de François Millet i Català, perturbée par un contexte difficile et des choix déterminant dans sa trajectoire, et une seconde tranche de vie, présentée en mobilisant la parole de ses contemporains, passée par le filtre des procès, afin de finalement percevoir l’apogée d’une ascension puis son déclin.

Une enquête préliminaire sur son cercle familial (fin xvie siècle‑1652)

  • 12 « La famille semble bien, en effet, fournir le cadre des liens à la fois les plus forts et les pl (...)

5Il convient, en premier lieu, d’examiner la famille de François Millet i Català afin de déterminer la position sociale et par extension, l’influence de l’héritage « matériel » ou « immatériel » dans la trajectoire des individus, au regarde de la société perpignanaise du début du XVIIe siècle12.

Une famille de nattiers

  • 13 ADPO, 112 EDT 934, registres récapitulatifs de la paroisse Saint Jean de 1596 à 1712.

6Après les cahiers de la pesée, les registres paroissiaux constituent le second point d’ancrage de cette enquête. Dans la paroisse Saint-Jean de Perpignan, deux Francisco/Francesc Millet sont nés à des années proches13. Le premier est baptisé en 1622, il est le fils d’un nattier se nommant Rafel Millet i Català. Le deuxième est baptisé en 1633, fils de Pere Millet, musicien. En l’état, cette source paroissiale, seule, ne nous permet pas de trancher sur leur affiliation.

  • 14 ADPO, 112 EDT 60-65, registres municipaux dit de TOTIS, 1635-1684.
  • 15 Celui qui pèse avec la romaine.
  • 16 ADPO, 112EDT 61, registre de TOTIS, romaner a Francisco Millet y Català, le 8 février 1640, fol.  (...)
  • 17 Romaners et peseurs au poids du Roi in Aurian Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au (...)
  • 18 ADPO, 1 Bp 722, procès de François Millet i Català contre le procureur général du Roi, audition d (...)
  • 19 Id., copie de la nomination François Millet i Català en qualité de peseur au poids du Roi, fol. 8 (...)

7Afin de retrouver l’auteur des cahiers, les registres de délibérations municipaux ont été dépouillés de façon exhaustive entre 1635 et 168414. Le premier acte trouvé faisant référence à un Millet i Català est daté du 9 février 1640 : Rafel Millet i Català, nattier, confie en raison de son âge avancé, le travail de romaner15 du poids du Roi, à son fils, Francisco Millet i Català, jusqu’à la mort de son père16. Néanmoins, le travail de peseur de la romaine n’est pas le même que celui de peseur au poids du Roi et, si la piste semble intéressante, il est nécessaire de rester prudent17. Un procès de 1681, découvert plus tardivement, fait mention d’un François Millet i Català, peseur au poids du Roi, nattier de 59 ans, né donc vers 163018. Enfin, pour nous assurer qu’il s’agit de la bonne personne, celui-ci indique qu’il a été nommé peseur au poids du Roi en 1663, par François de Segarra et une copie de sa nomination a été inséré dans le procès19.

Figure 1. Arbre généalogique simplifié de Rafel Millet i Català

Figure 1. Arbre généalogique simplifié de Rafel Millet i Català

Crédits : Aurian Meunier

  • 20 ADPO, 112EDT 835, registre de baptême de la paroisse Saint Jean, baptême de Joan Millet i Català, (...)
  • 21 Id., baptême d’Anna Millet i Català, le 8 septembre 1629, fol. 203.
  • 22 Id., baptême de Margarida et Mariàngela Millet i Català, le 8 septembre 1631, fol. 252.
  • 23 Son acte de baptême n’a pas été retrouvé, seule une mention dans le testament de Rafel Millet i C (...)
  • 24 José María Imizcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Ré (...)
  • 25 Par exemple Jürgen Schlumbohm, « Quelques problèmes de micro-histoire d’une société locale. Const (...)
  • 26 Alícia Marcet-Juncosa, Le rattachement du Roussillon à la France, Canet, Trabucaire, 1995, p. 111 (...)
  • 27 Jean Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan, J. Comet, 1914, p. 283.
  • 28 Ibid.

8Au cours de cette première enquête, un individu est apparu, Rafel, le père de François. Entre 1622 et 1632, Rafel et Caterina Millet i Català ont six enfants (fig. 1) : François, le plus âgé, suivi de Joan20, Anna21, Margarida, Mariàngela22 (nées le même jour) et Joana23. Le parrainage peut être un moyen de connaître les relations familiales et sociales, il permet à la fois de renforcer des liens de parenté naturelle et de consolider les liens sociaux24. Si l’on se réfère au tableau suivant (fig. 2) des parrains et marraines des fils et filles de Rafel Millet i Català, on constate deux choses. Dans le cas de la famille Millet i Català, le parrainage des deux garçons est plus prestigieux que celui des filles, une stratégie comparable dans d’autres régions25. Certains des parrains et marraines des enfants mâles sont issus de familles qui ont œuvré plus tard au côté du royaume de France lors de l’installation des institutions françaises en Roussillon26. Par exemple, Rafel Joli, père d’Anton Joli, a été nommé par Louis XIII comme « procureur de Moncade, pour administrer la vicomté d’Ille », il participe en outre au conflit en 1639 au côté de l’armée de Dalmau de Queralt27. Quant à Anton Joli « il fut élu conseiller, lors de la composition du bureau constitué par la noblesse de Catalogne, Roussillon et Cerdagne, dans l’assemblée générale qu’elle tint à Perpignan, le 1er mai 165928 ». Cette famille, soutien pro français lors de la guerre de Trente Ans, se retrouve ainsi dans le réseau de Rafel Millet i Català : un tel parrainage doit-il être compris comme signe d’appartenance de la famille Millet i Català au réseau politique pro français ?

Figure 2. Marraines et parrains des filles et fils de Rafel Millet i Català

Parrain/ marraine de

NOM

Prénom

Titulature

Métier

Information complémentaire

Francesc

CASESTA

Francesc

 

Négociant

 

LLUCER

Igratia

 

 

Femme de Benet Llucer

Joan

JOLI

Anton

Sir

 

Fils de

Rafel Joli,

docteur en droit

DE JUMPS

Glena

 

 

Fille des nobles Don Juan de Jumps

Maria

VENECI

Bernat

 

Tanneur

 

VENECI

 

 

 

Femme de Bernat Veneci

Amargarida

ORIORALA

Agusti

 

 

 

RELNECIA

Joana

 

 

 

Mariangela

VILAR

Antoni

Senyor

 

 

BORDAS

Caralas

Senyora

 

 

Crédits : Aurian Meunier

Réseau familial et réseau politique

  • 29 Ibid, p. 432.
  • 30 Ibid., p. 433.
  • 31 « Par extension, le terme de “clientèle” est utilisé de façon large, quoique impropre, pour désig (...)

9Les registres paroissiaux nous ont conduits vers une autre piste, celle de Jaume Millet i Català, le frère de Rafel Millet i Català. Deux de ses enfants sont mentionnés, Antònia et Antoni Millet i Català dont Rafel Millet i Català est le parrain de la fille, Antònia. Pour le fils, on retrouve une stratégie de parrainage similaire au cas de Rafel Millet i Català avec un parrain et une marraine proches de la noblesse. Le parrain est le senyor Don Hugo d’Ortafà, commandant militaire en 1624 pour le compte du roi d’Espagne29. La marraine est Hierònima Joli i Ros, branche de la famille Joli, que nous avons précédemment vu dans le parrainage de Joan Millet i Català. Hugo d’Ortafà s’est marié avec Agnès Joli i Ros, fille de Rafel Joli, alors bourgeois honoré de Perpignan30. Si l’on se réfère au réseau familial (fig. 3), on constate que la configuration de la parenté spirituelle des fils de Rafel et Jaume Millet i Català, en gris, indique une relation étroite entre la famille Joli, en rose, et d’Ortafà, en vert. Peut-on penser à un « réseau de pouvoir », de « client à patron »31 ?

  • 32 Michel Nassiet, « Réseaux de parenté et types d’alliance dans la noblesse à l’époque moderne », A (...)

10Ce cas de parrainage se retrouve en particulier dans la noblesse, car, comme l’indique Michel Nassiet, les réseaux de parenté « contribuaient en effet à structurer les relations de clientèle et de fidélité, relations verticales, essentielles à la société d’ordres, qui, dans les luttes politiques et les opérations militaires, permettaient à un puissant personnage de mobiliser en quelques jours des centaines de gentilshommes résolus à le servir32 ». Cette relation de parenté ouvre alors deux perspectives. La première montre l’intérêt de donner à son enfant mâle un parrainage prestigieux. Ensuite, on constate qu’à travers le parrainage, une stratégie politique plus profonde se met en place et une conscience de la famille Millet i Català des liens de parenté qu’entretiennent la noblesse et donc, d’une volonté d’intégration dans ces réseaux familiaux nobiliaires.

Figure 3. Les alliances par le parrainage des familles Millet i Català, Joli, Joli i Ros et d’Ortafà

Figure 3. Les alliances par le parrainage des familles Millet i Català, Joli, Joli i Ros et d’Ortafà

Nœuds gris : famille Millet i Català ; nœuds rose : famille Joli ou Joli i Ros ; nœud vert : Don Hugo d’Ortafà

Crédits : Aurian Meunier

  • 33 Les douzaines sont des assemblées municipales thématiques réunissant douze membres répartis en fo (...)
  • 34 ADPO, 112EDT 60, registre de TOTIS, rassemblement des douzaines de Perpignan, fol. 278‑285.

11Outre le parrainage, les registres municipaux montrent que Rafel Millet i Català est aux côtés de ces individus dans les douzaines de Perpignan33. En 1639, à la veille de l’invasion française en Roussillon, l’ensemble des trente douzaines de Perpignan se réunissent34. Rafel Millet i Català est présent pour la main mineure dans 67 % d’entre elles. D’autres individus, proches du cercle familial des Millet i Català, sont aussi présents dans ces assemblées municipales. Le tableau suivant (fig. 4.), rassemble la participation conjointe aux douzaines des trois familles précédemment citées. Don Hugo d’Ortafà figure dans la main majeure sur huit des trente douzains (26,7 %). Il en est de même pour Lluís de la famille Ros avec dix-neuf participations (63 %). Sur la première colonne, on constate que Rafel Millet i Català se retrouve constamment dans les mêmes douzaines que Lluís Ros ou de Don Hugo d’Ortafà. Dans la deuxième colonne, Lluís Ros est également présent dans les mêmes douzaines que Hugo d’Ortafà et Rafel Millet i Català. Précisons que Lluís Ros est présent dans les huit douzaines auxquelles Don Hugo d’Ortafà participe. Donc, outre les liens matrimoniaux qu’entretiennent la famille Ros et d’Ortafà, ces deux familles sont liées par leur implication politique municipale. En l’état, il est difficile de savoir quels liens Rafel Millet i Català entretient avec ces deux familles de nobles. La conservation de livres de raison aurait peut-être pu nous renseigner. Étaient-ils en contact régulièrement ? Dans le cadre professionnel ?

Figure 4. Participation conjointe aux douzaines de Rafel Millet i Català, Lluís Ros et Hugo d’Ortafà

Rafel Millet

Lluís Ros

Hugo d’Ortafà

Rafel Millet

13

7

Lluís Ros

13

8

Hugo d’Ortafà

7

8

Nombre de participation total

20

19

8

Crédits : Aurian Meunier

Un père nattier et peseur

  • 35 ADPO, 3E2/1004, Pere Just notaire de Perpignan, contrat d’apprentissage pour le métier de nattier (...)
  • 36 « Boutiquier ». ADPO, 4E 67, confrérie des boutiquiers, délibérations, examens, inventaires de bi (...)
  • 37 Personne qui s’occupe des intérêts et affaires administratives d’une corporation, confrérie ou co (...)
  • 38 « Rafel Millet y Català sindich de la dita confraria », 112EDT 60, registre de TOTIS, litige entr (...)

12Rafel Millet i Català était avant tout un artisan et un boutiquier, trois types de documents nous renseignent sur ses métiers. Le 12 mai 1586, Joan Català, boutiquier de Perpignan, passe un contrat d’apprentissage pour que son fils, Rafel, apprenne le métier auprès de Miquel Xeiseu35. On trouve dans les archives de la confrérie des boutiquiers de nombreuses traces de Rafel Millet i Català, la plus ancienne est datée du 6 janvier 159636. Trois dizaines d’années plus tard, Rafel Millet i Català prend des responsabilités au sein de cette confrérie. Par exemple, le 7 mai 1633, un litige entre les sobreposats37 de la confrérie des boutiquiers et des membres éclate et dans cette affaire, Rafel Millet i Català est constitué en qualité de síndic38. En 1633, il est cité comme maître, en 1634, il est sobreposat et conseiller en 1635 puis jusqu’à l’année 1643, celui-ci est à plusieurs reprises inscrit avant de disparaître des registres. Cette absence d’informations après 1643 est tributaire de la conservation des documents, incomplète et ponctuelle entre les années 1647 et 1672, probablement à cause de la guerre et des changements politiques qui ont lieu à ce moment-là.

  • 39 En effet, lors de la nomination de François Millet i Català, on trouve dans les instruments qui l (...)
  • 40 Id., 83v.
  • 41 ADPO, 112EDT 62, registre de TOTIS, jurament de pesador del pes del Rey a Miquel Pusach, le 6 déc (...)
  • 42 ADPO, 112EDT 64, registre de TOTIS, balans dels rahims, fol. 164v.
  • 43 Henry ARAGON, Les monuments et les rues de Perpignan, Perpignan, Imprimerie Fortuné Labau, 1928, (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 ADPO, 112EDT 61 (1639-1648), registre de TOTIS, romaner a Francisco Millet y Català, le 8 février (...)

13La piste nous dirige à nouveaux vers les registres municipaux. Entre le 25 septembre 1632 et le 6 décembre 1652, Rafel Millet i Català est peseur au poids des raisins. Chaque année, entre le mois de septembre et de novembre durant quelques jours ou plusieurs semaines (la période de pesée est fluctuante annuellement), la municipalité organise la pesée des raisins blancs et noirs. La pesée est réalisée devant le poids du Roi et le peseur se sert d’instruments39 et de poids qui y sont entreposés40. Les peseurs au poids des raisins sont plutôt issus de la main mineure, par exemple Miquel Pusach est cardeur41 et Bernat Tarascó est fabricant de dagues42. La majorité des peseurs est issue de la main mineure cependant, il existe une hiérarchie donnant droit à un honneur qui est variable en fonction du poste occupé. Selon Henry Aragon, le peseur public doit d’abord effectuer un stage où il pèse des choses de peu de valeur43. Le niveau supérieur permet au peseur de s’occuper de peser dans « les métairies, à l’abattoir communal, chez les boutiquiers et peser alors des produits plus importants et d’une plus grande valeur, telle que la laine, la viande et les cuirs44 ». Il existe donc une carrière, un cursus spécifique aux métiers du poids. D’ailleurs, rappelons que Rafel Millet i Català est romaner au poids du Roi avant de transmettre la charge à son fils45. À partir de cette première analyse de l’environnement socioprofessionnel de la famille Millet i Català, on peut s’interroger sur la transmission du savoir et des savoir-faire du père au fils, en en précisant le contexte et les modalités.

Un artisan, un peseur, un soldat et un meurtrier : découvrir un nouveau visage dans chaque page (1622‑1664)

14Rafel Millet i Català a laissé un terreau fertile à son fils. Il lui a légué ses compétences professionnelles, son réseau, mais également ses biens avant que la conjoncture ne se dégrade durant les années 1640, car la ville de Perpignan est en proie à de nouveaux fléaux, en particulier la guerre : celle-ci a fortement influencé la trajectoire de François Millet i Català.

Un nattier et un peseur dans les registres municipaux

  • 46 Id., nomination de François Millet i Català à la charge de romaner, fol. 22.
  • 47 Id., advient de pesador major de les carns a Francès Millet y Català, fol. 242.
  • 48 Id., jurament de pesador de la romana del pes del Rey a Miquel Pusach, fol. 187v.

15Tout comme son père, François Millet i Català est nattier. Avant 1652, son métier principal passe inaperçu dans les sources dépouillées et il est difficile de connaître par qui il a été formé et à quel âge, s’il travaille avec son père ou s’il pratique d’autres activités professionnelles durant sa jeunesse. Néanmoins, les registres municipaux nous livrent quelques éléments à notre enquête. Le 9 février 1640, François Millet i Català prend le travail de romaner au poids du Roi46. Entre temps, le 13 septembre 1646, il est nommé peseur adjoint au poids de la viande47. Puis, en 1652, il est finalement remplacé par Miquel Pusach, désormais le nouveau romaner48. Après cette date, il disparaît pendant huit ans des registres municipaux.

  • 49 ADPO, 3E1/5851, Blaise Canta notaire de Perpignan, testament de Rafel Millet i Català, 27 mai 164 (...)

16À partir de 1660, François Millet i Català récupère la boutique et le logement dans la rue de la Tapineria qui appartenait à son père (décédé en 1652 peut-être à cause de la peste) dont il est l’héritier universel, comme l’indique le testament de son père rédigé trois ans avant sa mort49. Si cet emménagement a été raconté par ses contemporains par le biais d’un procès, c’est parce qu’il s’est fait, selon eux, après sa sortie de prison, de façon « pacifique », sans intervention d’un officier de justice :

  • 50 « […] jo possehesc una casa situada en la present vila [de Perpinyà] al carrer de la Tapineria [… (...)

[...] je possédais une maison située dans la présente ville de Perpignan dans la rue de la Tapineria […] et j’ai vu qu’après l’an mil six cent soixante que le dit Català fut libéré des prisons royales de la présente ville de Perpignan et établi son domicile en ladite présente ville de Perpignan50.

17Ces témoignages font remarquer deux choses : d’abord que François Millet i Català est allé en prison avant 1660, nous allons le voir ; ensuite qu’il aurait obtenu des faveurs ou du moins la possibilité de sortir de prison sans l’aval de la justice.

« Entre fidélité et opportunisme51 » découpé au fil du procès

  • 51 Aurian Meunier, « Entre fidélité et opportunisme en Roussillon : le cas de François Millet i Cata (...)
  • 52 ADPO, 112EDT 60, registre de TOTIS, creació de artiller a Francisco Millet y Català, sparter, le (...)
  • 53 Id., fol. 278-285.
  • 54 Une série de recrutement est conservée dans les registres municipaux sur une vingtaine de folios. (...)

18Le 3 juin 1639, François Millet i Català est engagé comme artiller pour défendre la ville de Perpignan face à l’invasion française52. En effet, depuis 1635, la France et l’Espagne sont en guerre et durant l’été 1639, des troupes françaises envahissent le Roussillon et s’approchent progressivement de Perpignan. Entre mai et juin 1639, les consuls de Perpignan réunissent diverses institutions, comme les douzaines de Perpignan53, pour recruter des troupes54. À partir de cet instant, il est difficile de savoir si François Millet i Català a pris part au conflit au service d’une couronne ou simplement en défendant sa ville d’une invasion. Quelques mois plus tard, le 9 février 1640, ce dernier est de nouveau perceptible dans la vie civile durant la période comprise entre 1640 et 1652 et deux faits marquants ont été révélés dans un procès de 1681.

  • 55 ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surry et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François (...)
  • 56 Alain Ayats, Les guerres de Josep de La Trinxeria (1637-1694)…, op. cit., p. 46 ; Alain Ayats, Lo (...)
  • 57 Ernest Delamont, Histoire de la ville de Prades en Conflent, Paris, Office d’édition du livre d’h (...)

19En 1652, François Millet i Català « disparaît » des sources municipales et seuls les témoignages permettent de retracer sa trajectoire. Durant cette période, il reprend les armes, capture et pille, en novembre 1652, avec des miquelets (milice auxiliaire), la ville de Prades55. Ce pillage intervient à un moment où la révolte des moissonneurs change d’opposition, car bien que l’Espagne soit en guerre contre la France, la Catalogne ne l’était pas et une partie de l’opposition contre la politique d’Olivares s’est ralliée à la France. François Millet i Català aurait alors conduit des troupes pour le compte de la couronne d’Espagne contre le royaume de France dans un contexte de tensions entre la population et les pouvoirs royaux56. En effet, selon Ernest Delamont, la ville de Prades était en connivence avec le royaume de France et sa prise pourrait être interprétée comme un acte de représailles57. Après plusieurs mois d’occupation, la ville est finalement libérée par les troupes françaises au début de l’année 1653. François Millet i Català quitte le conflit armé, mais il est rattrapé par une autre affaire.

  • 58 ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surri et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François (...)
  • 59 « D’infâme » et de « voleur ».
  • 60 Id., le 4 juin 1681, pièce de procédure, audition de Hierònym Sabater, le 18 décembre1658, fol. 9 (...)
  • 61 Concernant la peine ordinaire, Emmanuelle Teixidor précise « À l’époque moderne, la peine ordinai (...)
  • 62 ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surri et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François (...)

20Un procès criminel de 1681, où sont conservés quelques fragments d’un autre procès de 1658, nous ramène sur la trajectoire du héros quelques années auparavant. Le lundi 3 octobre 1647, entre 6 et 7 heures du matin, le cadavre de Ramon Coll, boucher de Perpignan, est retrouvé criblé de sept trous de balle, toutes logés dans le torse58. François Millet i Català est le principal accusé dans cette affaire. Selon les informations, un différend opposerait les deux hommes. Ramon Coll aurait atteint l’honneur de François Millet i Català en exposant, publiquement, qu’il aurait fraudé lors des pesées de la viande. Le boucher traita « d’infame » et de « lladre »59 le peseur et une véritable course-poursuite se déroula dans les rues de Perpignan puis, quelques heures plus tard, les citadins retrouvèrent le corps inanimé du boucher60. Pour ce meurtre, François Millet i Català est condamnée par le tribunal, le 17 décembre 1658, à la « peine ordinaire »61, sans autre précision62.

Vers la constitution d’un réseau politique : au cœur de l’enquête par les pièces de procédure

  • 63 Id., défense de François Millet i Català, le 22 mai 1681, fol. 10v‑11.

21Cependant, bien que ce procès nous apporte quelques éléments contextuels sur sa disparition dans les sources municipales dans les années 1650, il nous livre des informations sur ses réseaux politiques. Après sa condamnation pour le meurtre de Ramon Coll, François Millet i Català sort de prison entre décembre 1659 et janvier 1660. Sa peine n’aurait pas été purgée et selon l’avocat de notre homme, ce dernier aurait été « libéré de prison en vertu de ladite Grâce royale au moment où Sa Majesté se trouvait en la présente ville63 ». La « Grâce » ici évoquée ferait peut-être référence à la visite de Louis XIV à Perpignan en avril 1660, car celui-ci a gracié les prisonniers de Perpignan pour apaiser les tensions. Cependant, la date d’arrivée à Perpignan du Roi ne coïncide pas avec la date de libération de François Millet i Català et donc, cette libération serait le fait d’un passe-droit.

  • 64 « Francesc de Sagarra, docteur en droit de Lleida, commence sa carrière comme gouverneur du duché (...)
  • 65 Jean Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises…, op. cit., p. 544‑545.
  • 66 « molta familiaritat », ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surri et Margarida Sirvent, filles de Ramo (...)
  • 67 « familiaritat, correspondència y tractes contínuos que y ha hagut entre lo dit Català y lo Gover (...)
  • 68 Id., pièce de procédure de Martí de Viladamor, le 26 novembre 1658, paragraphe 2, fol. 1.

22Selon le témoignage des filles du défunt Ramon Coll en 1681, un guiatge (sauf-conduit) a été octroyé au coupable par François de Segarra64, gouverneur du Roussillon, à cette époque l’un des Catalans pro Français les plus puissants du Roussillon65. Selon des pièces de procédures antérieures, un autre guiatge a été remis à François Millet i Català en 1658, ce qui aurait d’ailleurs retardé son emprisonnement. Cette faveur, qu’il aurait donc obtenue de François de Segarra, serait le résultat de « grande familiarité66 » et de la « familiarité, correspondance et fréquentations continues qu’il y a eu entre le dit Català et le Gouverneur67 », toujours selon cette pièce de procédure de 165868. Il est mentionné qu’à deux reprises, au moment où les officiers de justice allaient capturer François Millet i Català, Isabel de Segarra puis Mònica de Segarra, filles du gouverneur, ont empêché la capture de ce dernier en présentant un sauf-conduit. Après le pillage de Prades, il est finalement emprisonné. Cependant, il s’est appuyé sur son réseau de pouvoir politique pour s’extirper de prison. Était-ce une relation de clientélisme ? Avaient-ils des relations plus étroites, de « familiarités » ? Dans tous les cas, pourquoi un homme aussi puissant que de Segarra a joué de son pouvoir pour délivrer un « simple artisan » ?

  • 69 ADPO, 112EDT 838, baptême de Maria Millet i Català, le 27 mars 1659, fol. 137.
  • 70 Jean Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises…, op. cit., p. 34.
  • 71 Ibid., p. 545.
  • 72 ADPO, 112EDT 838, baptême de Francisco Millet i Català, le 4 novembre 1661, fol. 207.
  • 73 Òscar Jane I Checa, Catalunya sense Espanya. Ramon Trobat. Ideologia i catalanitat a l’empara de (...)
  • 74 Imizcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régime »…, op (...)
  • 75 Òscar Jane I Checa, Catalunya i França al segle XVII. Identitats, contraidentitats i ideologies a (...)

23On constate dans la bibliographie sur le Roussillon, mais également dans les registres paroissiaux, et plus particulièrement par l’intermédiaire des baptêmes, que ces relations avec les familles catalanes pro françaises se solidifient avec le temps. En 1659, François Millet i Català et Anna, sa femme, ont leur premier enfant, Maria69. La fille reçoit comme parrain Emmanuel d’Aux qui combattit dans la cavalerie de Corneilla-del-Vercol et à Montjuïc. Il obtient d’Urbain de Brézé, en 1642, le titre de capitaine général de Catalogne, Roussillon et Cerdagne70. Quant à sa marraine, il s’agit d’Isabel de Segarra, fille du gouverneur71. Il en est de même pour son second enfant, François72 dont la marraine n’est autre que Francisca de Segarra, femme de François de Segarra. Le parrain est Ramon Trobat, le second pro Français le plus puissant en Roussillon. Il participe, entre autres, à la création du Conseil Souverain en 166073. Selon José María Imízcoz Beunza, ces liens de parrainage permettent de renforcer des liens sociaux74. Plus précisément, Oscar Jané montre que ces relations de clientélisme seraient un moyen pour certains pro Français de fidéliser la population locale75. On peut alors se demander comment les contemporains de François Millet i Català ont perçu les liens qu’il entretient avec l’aristocratie et comment cela s’est traduit dans la parole rapportée par le prisme de procès.

Entrevoir la société par le prisme de l’acteur dans les procès : de l’ascension sociale au déclin (1664‑1694)

  • 76 ADPO, 1Bp 478, acte de nomination par intérim de François Millet i Català pour le poids du Roi, l (...)
  • 77 ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, en première in (...)

24Le point culminant de cette ascension se trouve être dans le corpus de base ayant permis de commencer cette enquête. Le 23 août 1663, François de Segarra place François Millet i Català en qualité de peseur au poids du Roi en intérim76. Durant plus de dix-sept années, ce travail de peseur lui permet de s’enrichir, à tel point que ses contemporains l’ont perçu comme quelqu’un d’« opulent77 ».

Percevoir l’ascension par le témoignage

  • 78 Membre dirigeant d’une confrérie ou d’une corporation.
  • 79 Id., lettre de dénonciation des sobreprosats de la confrérie des boutiquiers contre François Mill (...)
  • 80 Chaque année, les poids sont vérifiés par un mostassaf, sorte de policier municipal, qui s’occupe (...)
  • 81 ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, segona visura (...)

25Dans une lettre datée du mois de mars 1681, les sobreposats78 de la confrérie des boutiquiers de Perpignan dénoncent plusieurs fraudes commises par François Millet i Català au poids du Roi79. Trois charges sont retenues contre lui. Premièrement, celui-ci aurait pesé et vendu des marchandises qui ne rentraient pas dans sa juridiction. Deuxièmement, il aurait laissé Joana Busquet, détaillante française, vendre des marchandises de toutes sortes devant la boutique du poids du Roi sans licence de la confrérie des boutiquiers. Enfin, les poids, les balances et romaines dont il se servait n’ont jamais été affinées80. Entre le 1er avril 1681 et le 12 avril 1681, quatre perquisitions ont été effectuées au poids du Roi par ordre de François de Segarra. Lors de la deuxième perquisition, plusieurs livres et cahiers ont été réquisitionnés81. Ces pièces à conviction ont certainement été séparées du procès postérieurement, tout porte à croire, par la fine description qu’il en est fait, qu’il s’agit des cahiers conservés aujourd’hui dans la sous-série 1J.

  • 82 « y en sa botiga tenia poca mercaderia però desprès ensà que dit Català era entrat en lo oficie d (...)
  • 83 « de valor de algunas cent y vint dobles poc mes o menos » Id., fol. 32v.

26Durant ce procès, plusieurs personnes ont été interrogées pour savoir si ces trois chefs d’accusation sont fondés. Pendant ces interrogatoires, la question de l’enrichissement supposée de François Millet i Català leur a souvent été posée. Francisco Serrania, avocat, témoigne « et dans sa boutique il avait peu de marchandises cependant, dès que le dit Català était entré en qualité de peseur au poids du Roi de cette dite ville, j’ai entendu dire publiquement en cette dite ville que le dit Català dépensait beaucoup et a acheté deux propriétés82 ». Cet enrichissement, indique Francisco Serrania, serait accompagné par l’acquisition de deux propriétés, dont il précise plus loin dans son témoignage, que chacune vaudrait environ 120 doublons, soit 1 273 livres françaises83.

  • 84 « he ohït dir també en dita present vila públicament que dit Català essent predit pesador del pes (...)
  • 85 Par exemple « Ha dit jo testimoni deposant he vist moltes vegades y en différents dies que lo dit (...)
  • 86 Id. seconde audition de François Millet i Cataà, le 21 avril 1681, fol. 36.

27Il en est de même pour l’audition de Francisco Serrania, avocat, qui témoigne « j’ai entendu dire aussi en cette présente ville, publiquement, que le dit Català étant peseur au poids du Roi, achetait différentes marchandises qui arrivaient […] et lui, il les vendait pour son compte au détail84 ». Cette audition nous permet de confirmer deux choses : par « públicament », Francisco Serrania insiste sur le fait que les autres habitants de la ville ont connaissance des agissements du peseur ; ensuite, le peseur s’est permis de vendre plusieurs marchandises, au détail, ce qui est formellement proscrit, les boutiquiers ont le monopole de la revente au détail. D’autres auditions viennent confirmer ce que rapporte Francisco Cornellas85. Le principal intéressé se défend et dément ces accusations86.

Être peseur, « boutiquier et marchand » au poids du Roi : entrevoir une ascension sociale par la scripturalité et le regard des contemporains

  • 87 ADPO, 1B 478, acte de nomination par intérim de François Millet i Català pour le poids du Roi, le (...)
  • 88 Patrice Poujade, « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Pere Fizes (Bar (...)
  • 89 « Ces registres de comptabilité pour les pesées au poids du Roi rentrent dans à la catégorie des (...)

28Les autres auditionnés sont formels, durant dix-sept années (1664-1681), François Millet i Català s’est grandement enrichi. Sa nomination au poids du Roi, faite par François de Segarra alors « commissaire général du patrimoine royal en Roussillon87 », constitue une charge et un honneur particulièrement élevés dans la hiérarchie des peseurs. Outre son travail de peseur, François Millet i Català s’est constitué au poids du Roi une boutique où il a revendu des marchandises illégalement, ces deux charges lui valant aux yeux de ses contemporains le titre de « marchand ». Mais, quelles sont les caractéristiques du marchand ? L’écriture, ou la « pratique linguistique » qu’a par exemple étudiées Patrice Poujade pour le cas de la famille de marchands Fizes en Catalogne, démontrent une habileté à apprendre une langue pour le commerce et à rester en contact avec des clients ou des fournisseurs88. La figure suivante (fig. 5), montre particulièrement bien la rigueur et la maîtrise qu’il avait de l’écriture89. Par ailleurs, une lettre écrite en français et conservée dans la quatrième couverture d’un des cahiers, laisse à penser que François Millet i Català comprenait le français. L’auteur de cette lettre, Mazin, marchand papetier de Pomas, la destine à « Monsieur Milhet marchand au poids du Roi à Perpignan ».

Figure 5. Exemple d’un folio des cahiers de François Millet i Català

Figure 5. Exemple d’un folio des cahiers de François Millet i Català

Source : ADPO, 1J 60, livre n13 (1673-1681) de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, fol. 81v-82.

29Dans notre cas, trois documents permettent de lier ses capacités d’écriture et sa pratique linguistique. Pour reprendre les arguments de Francesc Martí i Viladamor, François Millet i Català entretenait une « correspondance » avec la famille de Segarra. Ensuite, la correspondance en Français avec Mazin, démontre que François Millet i Català conservait des relations commerciales avec au moins un marchand français : savait-il lui-même écrire en français ? Ces indices permettent de se questionner sur le niveau culturel et les compétences pratiques de François Millet i Català à cette époque-là au regard de ses contemporains de même statut socioprofessionnel, voire, de son degré d’acculturation des réseaux des élites locales dans lesquels il gravite. L’ensemble de ces documents illustre une ascension sociale d’un individu par une adaptation à un contexte. Cette distinction, entre « simple artisan » et « homme opulent », a été perçue par ses contemporains qui témoignent unanimement d’une fulgurante ascension.

Des procès à son inscription au registre des sépultures (1680‑1694)

  • 90 Les deux procès en civil ne seront pas présentés ici. Pour en savoir plus : Aurian Meunier, Le co (...)

30Après une phase de mobilité sociale ascendante en deux temps, d’abord par l’enrichissement supposé par son métier de nattier puis par la nomination au poids du Roi, François Millet i Català, durant les années 1680, engage une mobilité descendante. Une série de quatre procès, en l’espace de deux ans, signe l’échec de son ascension sociale90.

  • 91 Ou 1 066 livres françaises. Bien qu’il y ait de nombreuses difficultés dans l’estimation d’un sal (...)
  • 92 ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, sentence en ap (...)
  • 93 Certaines lois, informations ou règlements émanant de différentes institutions (par exemple le co (...)
  • 94 ADPO, 1Bp 810, procès de Claude Portet contre François Bertrand, 1760.

31En mars 1681, le principal procès pour crimes, fraudes, négligences et abus de François Millet i Català au poids du Roi s’ouvre. Après moins de deux années de procédures, la sentence en appel est rendue le 25 juin 1682. Le peseur est condamné à une lourde peine de 100 doublons91, soit 50 % de plus que la peine proposée en première instance, une interdiction à vie de pratiquer tout travail public et un bannissement de trois ans, bien que cette dernière ne soit pas indiquée dans la sentence finale92. Ce procès permet de percevoir trois répercussions directes et indirectes des agissements de François Millet i Català, son entourage et sur l’institution du poids du Roi. Premièrement, il a réussi, par sa nomination à cette charge, à obtenir une ascension sociale rapide, lui permettant, aux yeux de ses contemporains de différentes tranches sociales, de dépasser son statut. Deuxièmement, malgré son réseau dans le monde politique local qu’il s’est constitué avec, par exemple, la protection qu’il a obtenue de François de Segarra, le contexte en 1680 change et ce procès a permis de délier les langues. Troisièmement, cette affaire a certainement eu un impact sur l’institution du poids du Roi : lors du procès de Claude Portet, marchand droguiste, contre François Bertrand, fermier de la boutique du poids du Roi de Perpignan, en 1760, il est constamment fait référence aux « criées93 générales du Domaine de mil sis cents quatre vingts-deux94 ». Ainsi, pendant presque un siècle ces criées n’ont pas été modifiées, la dernière version a été rédigée l’année même de la condamnation de François Millet i Català.

  • 95 ADPO, 2B 1737, procès pour le meurtre de Ramon Coll, audition de Joan Pau dit Xanbon, le 23 avril (...)
  • 96 Soit 156 écus blancs par année pour les deux filles, ou 936 livres françaises.
  • 97 Soit 26 écus blancs par année, ou 156 livres françaises.
  • 98 Id., copie de l’acte privé daté du 15 décembre 1680 passé entre François Millet i Català et Anna (...)
  • 99 Le calcul des redevances perçues par François Millet i Català dans les cahiers des pesées dites « (...)
  • 100 ADPO, 112 EDT 857, sépulture de François Millet i Català, 5 août 1694, fol. 84.

32Le deuxième procès majeur est celui pour le meurtre de Ramon Coll, débuté le 16 avril 1681 et terminé en février 1683, ce procès a été intenté à un moment où François Millet i Català est vulnérable. Selon Joan Pau dit Xanbon, la famille du défunt était au courant de son arrestation au poids du Roi : était-ce alors le bon moment pour faire resurgir cette affaire95 ? Ce procès a également mis en lumière les liens forts qu’entretenaient François Millet i Català avec la noblesse et le pouvoir en Roussillon. Il n’a pas été possible de présenter plus en détail ce procès, on retiendra que là encore François Millet i Català est condamné à une lourde peine de 1,5 écus blanc par semaine aux deux filles en plus d’un vêtement tous les deux ans96. En revanche, la veuve ne recevra pas davantage d’argent, en raison du pardon qu’elle a donné à François Millet i Català le 15 décembre 1680 : celle-ci recevra un demi-écu blanc97 par semaine et un vêtement tous les deux ans98. Bien qu’il soit difficile d’estimer l’impact de cette somme sur ses revenus à ce moment-là, d’autant qu’il est désormais interdit d’exercer sa fonction de peseur au poids du Roi, les sentences s’accumulent contre François Millet i Català99. Finalement, les traces de François Millet i Català n’ont pu être suivies après 1683. On retiendra qu’il décède onze ans plus tard, au mois d’août 1694, à l’âge de 72 ans100.

Conclusion

  • 101 « […] si feia anar, en alguna manera, més ben vestit [el meu fill] que ordinàriament no acostuman (...)

[…] et si j’ai fait, de quelque manière que ce soit, mieux vêtir [mon fils] que ne le sont ordinairement les autres fils d’artisans, c’est parce que je n’avais pas l’intention d’en faire un artisan, mais de le faire étudier pour qu’il obtienne un statut supérieur101.

  • 102 Daniel Roche, La Culture des apparences : Une histoire du vêtement, Paris, Points, 2007, p. 92.
  • 103 Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance », A (...)

33Passée par le filtre d’un procès, la parole de François Millet i Català résume à la fois la conscience qu’il avait de son statut social, mais également la volonté, héritée peut être de son père, de dépasser sa condition, non pour lui, mais pour son enfant. Dans cette citation, il est avant tout question du vêtement comme distinction du statut social, et en effet, selon Daniel Roche, « Dans la société inégalitaire, la hiérarchie des représentations doit coïncider avec la hiérarchie sociale ; c’est même la représentation qui la structure102 », un raisonnement qu’Isabelle Paresys confirme103. Ensuite, les études permettraient à son fils d’obtenir une complète ascension sociale, ce qui est impossible pour lui par son statut professionnel d’artisan. En fin de compte, on constate que la société perpignanaise du XVIIe siècle ne présenterait pas à tous les niveaux des fractures entre les catégories socioprofessionnelles, des passerelles existent.

  • 104 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989, p. 15.
  • 105 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in Jacques Revel, dir., Jeux d’échell (...)

34Comme nous avons pu le voir au cours de cette enquête, la recherche et l’appel à la documentation n’ont pas suivi un corpus préconçu. La constitution du corpus s’est faite au fil des découvertes, à partir des pistes que proposaient ces documents. Ces derniers n’ont pas été traité de la même manière et certains d’entre eux livrent davantage d’informations que d’autres. Certaines sources, par exemple les témoignages, sont particulièrement attachants. Ils redonnent vie aux individus et permettent « d’accomplir un miracle104 », pour reprendre les mots d’Arlette Farge, afin de présenter des choix d’actions. C’est finalement toute la « stratégie sociale », comme le montre Jacques Revel, qui éclaire aussi le comportement des individus en entrevoyant le choix d’action et ses alternatives105. À travers le cas François Millet i Català, il est possible de comprendre les mécanismes et les rouages d’une société, en faisant émerger la conscience et la perception d’un individu à l’intérieur et en dehors du groupe social dans lequel il évolue. Bien entendu, il restera à mesurer l’influence de la société sur les personnes et par extension, d’appréhender leur véritable « capacité d’action ».

Haut de page

Notes

1 Archives départementales des Pyrénées-Orientales (maintenant ADPO), 1J60, livres et cahiers tenus par François Millet i Català, peseur au poids du roi à Perpignan, 1664‑1681.

2 « Peseur du poids du Roi ». Le poids du Roi était une institution ou boutique qui avait pour rôle de faire peser certaines marchandises non alimentaires ou alimentaires comme le fromage, le lard ou le savon, venues de l’extérieur d’un périmètre défini. Les marchands devaient obligatoirement faire peser leurs marchandises et ces dernières devaient rester en vente libre au poids du Roi durant trois jours.

3 Luciano Allegra, « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 60e année-2, 2005, p. 443‑474 ; Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers : l’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Aubier, 2014.

4 Luciano Allegra, « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle »…, op. cit., p. 72.

5 Pierre Vidal, Histoire de la ville de Perpignan depuis les origines jusqu’au Traité des Pyrénées, Paris, H. Welter, 1897, p. 515.

6 Jérôme Chastan, « Métiers et propriété à Perpignan au XVIIIe siècle : une géographie socioprofessionnelle », in Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc xviiexviiie siècle, Perpignan, PUP, 2009, p. 23 ; Alícia Marcet-Juncosa, « Une ville catalane (1462‑1674) », in Philippe Wolff, dir., Histoire de Perpignan, Toulouse, Privat, 1985, p. 90‑91.

7 Patrice Poujade, Le voisin et le migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (xvie-xixe siècle), Rennes, PUR, 2010, p. 29‑31.

8 Núria Sales, Història de Catalunya, Els segles de la Decadència, segles XVI-XVIII, Barcelona, Ed. 62, 1989, vol. IV.

9 Alícia Marcet-Juncosa, « Une ville bourgeoise (1462-1789) », in Philippe Wolff, dir., Histoire de Perpignan, Toulouse, Privat, 1985, p. 106.

10 Gilbert Larguier, « Les échanges franco-catalans à la fin du XVIe et dans la première moitié du XVIIe siècle », in Jean-Michel Minovez et Patrice Poujade, dir., Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées (xiiie-xixe siècles), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2005, p. 523‑543.

11 Il nous faut cependant citer le travail d’Alain Ayats sur un fermier, Josep de la Trinxeria, « héros » de la révolte des Angelets dans le Vallespir. Alain Ayats, Les guerres de Josep de La Trinxeria (1637-1694) : la guerre du sel et les autres, Canet, Trabucaire, 1997.

12 « La famille semble bien, en effet, fournir le cadre des liens à la fois les plus forts et les plus importants pour structurer l’ensemble des réseaux individuels. […] La famille est le lieu de la transmission du patrimoine, du patrimoine immatériel […]. À ce titre, elle exerce sur les destins individuels une influence la plupart du temps décisive », dans Jean‑Pierre Dedieu et Zacarias Moutoukias, « Conclusion. L’historien de l’administration et la notion de réseau », in Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS, 1998, p. 253.

13 ADPO, 112 EDT 934, registres récapitulatifs de la paroisse Saint Jean de 1596 à 1712.

14 ADPO, 112 EDT 60-65, registres municipaux dit de TOTIS, 1635-1684.

15 Celui qui pèse avec la romaine.

16 ADPO, 112EDT 61, registre de TOTIS, romaner a Francisco Millet y Català, le 8 février 1640, fol. 22v.

17 Romaners et peseurs au poids du Roi in Aurian Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au xviie siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, Mémoire de Master, Université de Perpignan Via Domitia, Perpignan, 2017, p. 47‑57.

18 ADPO, 1 Bp 722, procès de François Millet i Català contre le procureur général du Roi, audition de François Millet i Català, le 10 avril 1681, fol. 10.

19 Id., copie de la nomination François Millet i Català en qualité de peseur au poids du Roi, fol. 83.

20 ADPO, 112EDT 835, registre de baptême de la paroisse Saint Jean, baptême de Joan Millet i Català, le 20 octobre 1627, fol. 140.

21 Id., baptême d’Anna Millet i Català, le 8 septembre 1629, fol. 203.

22 Id., baptême de Margarida et Mariàngela Millet i Català, le 8 septembre 1631, fol. 252.

23 Son acte de baptême n’a pas été retrouvé, seule une mention dans le testament de Rafel Millet i Català témoigne de sa présence. ADPO, 3E1/5851, Blaise Canta notaire de Perpignan, testament de Rafel Millet i Català, le 27 mai 1649, fol. 1v.

24 José María Imizcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régime », in Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu, dir., Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien régime, CNRS, Paris, 1998, p. 49.

25 Par exemple Jürgen Schlumbohm, « Quelques problèmes de micro-histoire d’une société locale. Construction des liens sociaux dans la paroisse de Belm (xVIIe-XIXe siècle) », Annales HSS, 1995, p. 775‑802.

26 Alícia Marcet-Juncosa, Le rattachement du Roussillon à la France, Canet, Trabucaire, 1995, p. 111‑113.

27 Jean Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan, J. Comet, 1914, p. 283.

28 Ibid.

29 Ibid, p. 432.

30 Ibid., p. 433.

31 « Par extension, le terme de “clientèle” est utilisé de façon large, quoique impropre, pour désigner l’ensemble des personnes qu’un puissant peut mobiliser en un moment donné. Les “clients” proprement dits sont alors rejoints par les parents, les amis et toutes sortes de personnes liées par d’autres liens, tels ceux de domesticité ou de vasselage », dans Imizcoz Beunza, op.cit., p. 56.

32 Michel Nassiet, « Réseaux de parenté et types d’alliance dans la noblesse à l’époque moderne », Annales de Démographie Historique, 1995-1, 1995, p. 105‑123.

33 Les douzaines sont des assemblées municipales thématiques réunissant douze membres répartis en fonction de leur statut : main majeure, main moyenne et main mineure. La main majeure rassemble les mercaders, c’est-à-dire les marchands qui vendent en gros. La main moyenne regroupe tous les « artistes », tous ceux qui exercent un métier non mécanique comme les chirurgiens, les barbiers, les apothicaires, les épiciers, les avocats ou encore les notaires. Le dernier groupe, la main mineure, est composé de tous les métiers dit « mécaniques », c’est-à-dire les petits commerçants, les artisans et les travailleurs de la terre, tous regroupés en plusieurs corporations, Victor Ferro, El dret Públic català. Les institucions a Catalunya fins al Decret de Nova Planta, Vic, Eumo, 1987, p. 154‑155.

34 ADPO, 112EDT 60, registre de TOTIS, rassemblement des douzaines de Perpignan, fol. 278‑285.

35 ADPO, 3E2/1004, Pere Just notaire de Perpignan, contrat d’apprentissage pour le métier de nattier pour Rafel Millet i Català, fils de Rafel Millet i Català, chez Miquel Xeiseu, boutiquier, le 12 mai 1586, fol. 298.

36 « Boutiquier ». ADPO, 4E 67, confrérie des boutiquiers, délibérations, examens, inventaires de biens, contrats d’apprentissage, etc., le 6 janvier 1596, liasse 1, fol. 1v.

37 Personne qui s’occupe des intérêts et affaires administratives d’une corporation, confrérie ou communauté.

38 « Rafel Millet y Català sindich de la dita confraria », 112EDT 60, registre de TOTIS, litige entre les sobreposats de la confrérie des boutiquiers et le syndic, le 7 mai 1633, fol. 186v‑187.

39 En effet, lors de la nomination de François Millet i Català, on trouve dans les instruments qui lui sont remis une « una càbria de pesar lors rahims », « une chèvre de levage pour peser les raisins ». ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, copie de l’acte de nomination au poids du Roi de François Millet i Català, fol. 83‑84.

40 Id., 83v.

41 ADPO, 112EDT 62, registre de TOTIS, jurament de pesador del pes del Rey a Miquel Pusach, le 6 décembre 1652, fol. 187v.

42 ADPO, 112EDT 64, registre de TOTIS, balans dels rahims, fol. 164v.

43 Henry ARAGON, Les monuments et les rues de Perpignan, Perpignan, Imprimerie Fortuné Labau, 1928, p. 61.

44 Ibid.

45 ADPO, 112EDT 61 (1639-1648), registre de TOTIS, romaner a Francisco Millet y Català, le 8 février 1640, fol. 22v.

46 Id., nomination de François Millet i Català à la charge de romaner, fol. 22.

47 Id., advient de pesador major de les carns a Francès Millet y Català, fol. 242.

48 Id., jurament de pesador de la romana del pes del Rey a Miquel Pusach, fol. 187v.

49 ADPO, 3E1/5851, Blaise Canta notaire de Perpignan, testament de Rafel Millet i Català, 27 mai 1649.

50 « […] jo possehesc una casa situada en la present vila [de Perpinyà] al carrer de la Tapineria […] y he vist qu’aprés de l’any mil sis cents sexanta que lo dit Català fonc elargit de les presons reals de la present vila de Perpinyà establí son domicili en dita present vila de Perpinyà. », ADPO, 2B 1737, procès d’Anna Coll, veuve de Ramon Coll, contre François Millet i Català, audition de Miquel Serra, le 8 juin 1681, fol. 35. « […] vui he vist que dit Català ha viscut ab sa família ab molta quietut sens ser-ne estat impedit per ningun official. », « j’ai vu que le dit Català a vécu avec sa famille avec grande quiétude, sans être gêné par aucun officier » Id., Francisco Gelabert, mestre blanquer, le 8 juin 1681, fol. 37. « […] sens que ningun officiál de justícia […] ni ha inquietat ni pertubada sa llibertat. », « sans qu’aucun officier de justice […] n’a inquiété ni perturbé sa liberté » Id., Jaume Nostens, tender, le 8 juin 1681, fol. 37v-38.

51 Aurian Meunier, « Entre fidélité et opportunisme en Roussillon : le cas de François Millet i Català entre 1639 et 1681 », in Christophe Huhel, dir., Hiérarchies, subordinations et insubordinations en Roussillon et en Provence : du Moyen Âge au xixe siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll.« Études », 2020, p. 83‑97.

52 ADPO, 112EDT 60, registre de TOTIS, creació de artiller a Francisco Millet y Català, sparter, le 3 juin 1639, fol. 272v.

53 Id., fol. 278-285.

54 Une série de recrutement est conservée dans les registres municipaux sur une vingtaine de folios. Id., fol. 257-277v.

55 ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surry et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François Millet i Català, défense de François Millet i Català, le 22 mai 1681, fol. 21.

56 Alain Ayats, Les guerres de Josep de La Trinxeria (1637-1694)…, op. cit., p. 46 ; Alain Ayats, Louis XIV et les Pyrénées catalanes de 1659 à 1681, frontières politiques et frontières militaires, Perpignan, Trabucaire, 2002, p. 36.

57 Ernest Delamont, Histoire de la ville de Prades en Conflent, Paris, Office d’édition du livre d’histoire, 1997, p. 40.

58 ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surri et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François Millet i Català, le 4 juin 1681, article premier, fol. 27v.

59 « D’infâme » et de « voleur ».

60 Id., le 4 juin 1681, pièce de procédure, audition de Hierònym Sabater, le 18 décembre1658, fol. 9v.

61 Concernant la peine ordinaire, Emmanuelle Teixidor précise « À l’époque moderne, la peine ordinaire du simple homicide volontaire est la pendaison pour les roturiers tandis que les nobles ont le privilège d’être décapités », Emmanuelle Teixidor, « L’homicide dans la jurisprudence des vigueries du Roussillon au XVIIIe siècle », in Gilbert Larguier, dir., Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, xviie-xviiie siècles : Troisièmes Journées d’histoire et histoire du droit et des institutions de l’Université de Perpignan Via Domitia, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll.« Études », 2018, p. 62.

62 ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surri et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François Millet i Català, pièce de procédure, le 17 décembre 1658, fol. 10v.

63 Id., défense de François Millet i Català, le 22 mai 1681, fol. 10v‑11.

64 « Francesc de Sagarra, docteur en droit de Lleida, commence sa carrière comme gouverneur du duché de Cardona. […] Les gouverneurs sont également chargés de recevoir les serments et hommages de fidélité des vassaux, ils ont une capacité de révoquer les battles, sots-battles, assesseurs, notaires, en cas de manquement, et de déléguer à des personnes de capacité l’administration de la justice […] », Sylvain Chevauche, Confiscation en Catalogne française (1642-1652). La faveur royale loin du Roi, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, Ecole nationale des chartes, Paris, 2015, p. 214.

65 Jean Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises…, op. cit., p. 544‑545.

66 « molta familiaritat », ADPO, 2B 1737, procès de Maria Surri et Margarida Sirvent, filles de Ramon Coll, contre François Millet i Català, pièce de procédure, le 17 décembre 1658, fol. 10v‑11.

67 « familiaritat, correspondència y tractes contínuos que y ha hagut entre lo dit Català y lo Governador ». Id.

68 Id., pièce de procédure de Martí de Viladamor, le 26 novembre 1658, paragraphe 2, fol. 1.

69 ADPO, 112EDT 838, baptême de Maria Millet i Català, le 27 mars 1659, fol. 137.

70 Jean Capeille, Dictionnaire de biographies roussillonnaises…, op. cit., p. 34.

71 Ibid., p. 545.

72 ADPO, 112EDT 838, baptême de Francisco Millet i Català, le 4 novembre 1661, fol. 207.

73 Òscar Jane I Checa, Catalunya sense Espanya. Ramon Trobat. Ideologia i catalanitat a l’empara de França, Catarroja - Barcelone, Afers, 2009, p. 37.

74 Imizcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régime »…, op. cit., p. 49.

75 Òscar Jane I Checa, Catalunya i França al segle XVII. Identitats, contraidentitats i ideologies a l’època moderne (1640-1700), Catarroja-Barcelona, editorial Afers, coll. « Recerca i pensament », 2006, p. 164.

76 ADPO, 1Bp 478, acte de nomination par intérim de François Millet i Català pour le poids du Roi, le 23 août 1663, fol. 87v‑88v.

77 ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, en première instance, audition de Francisco Serrania, avocat, le 17 avril 1681, paragraphe 2, fol. 32v.

78 Membre dirigeant d’une confrérie ou d’une corporation.

79 Id., lettre de dénonciation des sobreprosats de la confrérie des boutiquiers contre François Millet i Català, peseur au poids du Roi, fol. 1.

80 Chaque année, les poids sont vérifiés par un mostassaf, sorte de policier municipal, qui s’occupe de surveiller les rues, les prix, de suivre et faire appliquer les ordonnances municipales promulguées par les consuls de Perpignan, et qui a pour mission de marquer les poids, mesures et instruments d’une manière différente chaque année. Le mostassaf est accompagné d’un affinador, ou « serrurier compétent », sa mission est de retoucher les instruments et les poids en ajoutant du fer ou du bois, pour qu’ils soient conformes aux étalons de la ville.

81 ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, segona visura (seconde perquisition), le 9 avril 1681, fol. 4.

82 « y en sa botiga tenia poca mercaderia però desprès ensà que dit Català era entrat en lo oficie de pesador del pes del Rei de dita present vila, he ohït dir públicament en dita present vila, que dit Català gastara molt opulent y ha comprades dos proprietats ». Id., en première instance, audition de Francisco Serrania, avocat, le 17 avril 1681, paragraphe 2, fol. 32v.

83 « de valor de algunas cent y vint dobles poc mes o menos » Id., fol. 32v.

84 « he ohït dir també en dita present vila públicament que dit Català essent predit pesador del pes del Rei comprava diferents mercaderies de los que arribaven […] y ell las venia per son compte a la menuda » Id., audition de Francisco Serrania, avocat, le 17 avril 1681, paragraphe 2, fol. 32v‑33.

85 Par exemple « Ha dit jo testimoni deposant he vist moltes vegades y en différents dies que lo dit Francesc Millet i Català venia a la menuda en dita casa del pes del Rey moltes y différents mercaderies de les que son menudes ». Id., audition de Francisco Cornellas, en appel, le 20 janvier 1680, fol. 106.

86 Id. seconde audition de François Millet i Cataà, le 21 avril 1681, fol. 36.

87 ADPO, 1B 478, acte de nomination par intérim de François Millet i Català pour le poids du Roi, le 23 août 1663, fol. 87v.

88 Patrice Poujade, « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Pere Fizes (Barcelone, deuxième moitié du XVIIe siècle). Eclairages, pistes et perspectives. », Liame, 2012, p. 1‑15.

89 « Ces registres de comptabilité pour les pesées au poids du Roi rentrent dans à la catégorie des écrits du for privé, à l’intérieur se trouve plusieurs papiers ou lettres d’ordre privé. À ce sujet, je renvoie aux travaux de Mélanie Dubois-Morestin, « Le parcours comptable d’un particulier au XIVe siècle : le cordier avignonnais Jean Teisseire », Comptabilités. Revue d’histoire des comptabilités, 9, 2017 ; Òscar Jané Checa et Patrice Poujade, dir., Memòria personal: construcció i projecció en primera persona a l’època moderna, Madrid, Casa de Velázquez, 2015.

90 Les deux procès en civil ne seront pas présentés ici. Pour en savoir plus : Aurian Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au xviie siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi…, op. cit., p. 171‑174.

91 Ou 1 066 livres françaises. Bien qu’il y ait de nombreuses difficultés dans l’estimation d’un salaire (voir Denis Morsa, « Salaire et salariat dans les économies préindustrielles (XVIe-XVIIIe siècle). Quelques considérations critiques », Revue belge de Philologie et d’Histoire, 65-4, 1987, p. 751‑784.), le salaire moyen varie par exemple de 9 sous par jour pour un tisserand de Beauvais et 10 à 20 sous par jour pour les compagnons maçons et charpentiers du milieu du siècle, Jean-Pierre Poussou, « Salaires et gages », in François Bluche, dir., Dictionnaire du Grand siècle, Fayard, Paris, 1990, p. 1403‑1404.

92 ADPO, 1Bp 722, procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, sentence en appel prononcée par Vilart et Reynalt, pièce de procédure de Martí de Viladamor, le 27 mai 1682, fol. 155.

93 Certaines lois, informations ou règlements émanant de différentes institutions (par exemple le consulat), sont régulièrement rappelées à la population, visant en particulier ceux qui ne savent pas lire, par un crieur public, chargé de lire et de faire circuler les informations contenues dans les « criées ».

94 ADPO, 1Bp 810, procès de Claude Portet contre François Bertrand, 1760.

95 ADPO, 2B 1737, procès pour le meurtre de Ramon Coll, audition de Joan Pau dit Xanbon, le 23 avril 1681, fol. 16.

96 Soit 156 écus blancs par année pour les deux filles, ou 936 livres françaises.

97 Soit 26 écus blancs par année, ou 156 livres françaises.

98 Id., copie de l’acte privé daté du 15 décembre 1680 passé entre François Millet i Català et Anna Coll, veuve de Ramon Coll, fol. 35.

99 Le calcul des redevances perçues par François Millet i Català dans les cahiers des pesées dites « en gros », a montré qu’il percevait environ 46,5 livres françaises par année, soit la moitié de la redevance qu’il doit pour occuper son poste. Cependant, les pesées dites « au détail » ne sont pas inscrites sur les cahiers, il y a donc un manque d’informations non négligeables, d’autant que certaines marchandises retrouvées lors des perquisitions n’ont jamais été mentionnées dans les cahiers. Par exemple, on y retrouve de la fausse monnaie, un commerce dont François de Segarre était accusé de faire. Concernant son travail de nattier, aucune information ne nous permet de calculer un revenu, même partiel. Quant à son patrimoine immobilier, comme nous l’avons vu précédemment, il a été estimé à 2 546 livres. La revente de l’ensemble de ses biens ne peut donc couvrir tous les frais qui lui sont demandés. Voir Aurian Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au xviie siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi…, op. cit., p. 142 et 157.

100 ADPO, 112 EDT 857, sépulture de François Millet i Català, 5 août 1694, fol. 84.

101 « […] si feia anar, en alguna manera, més ben vestit [el meu fill] que ordinàriament no acostuman los fills de menestrals, és perquè no tenia intenció de fer-lo menestral, sinó de fer-lo estudiar perquè prengués algun estament major. ». ADPO, 1Bp 722, Procès du procureur général du roi contre François Millet i Català, en appel, audition de François Millet i Català, le 22 janvier 1682, fol. 110v‑111.

102 Daniel Roche, La Culture des apparences : Une histoire du vêtement, Paris, Points, 2007, p. 92.

103 Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance », Apparence(s), 4, 2012.

104 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989, p. 15.

105 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in Jacques Revel, dir., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil, 1996, p. 25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Arbre généalogique simplifié de Rafel Millet i Català
Crédits Crédits : Aurian Meunier
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3. Les alliances par le parrainage des familles Millet i Català, Joli, Joli i Ros et d’Ortafà
Légende Nœuds gris : famille Millet i Català ; nœuds rose : famille Joli ou Joli i Ros ; nœud vert : Don Hugo d’Ortafà
Crédits Crédits : Aurian Meunier
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 5. Exemple d’un folio des cahiers de François Millet i Català
Crédits Source : ADPO, 1J 60, livre n13 (1673-1681) de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, fol. 81v-82.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/8594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurian Meunier, « Reconstituer une trajectoire personnelle », Rives méditerranéennes, 62 | 2021, 129-149.

Référence électronique

Aurian Meunier, « Reconstituer une trajectoire personnelle », Rives méditerranéennes [En ligne], 62 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rives/8594 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.8594

Haut de page

Auteur

Aurian Meunier

Université de Perpignan

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search