Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Dossier. S’habiller dans la Médit...Des soieries et des hommes

Dossier. S’habiller dans la Méditerranée du Moyen Âge et de la Renaissance

Des soieries et des hommes

Vente et production d’étoffes précieuses à Damas à l’époque mamelouke (1260‑1516)
Élodie Vigouroux
p. 45-58

Résumés

Dès le xive siècle, la langue française, par l’usage des termes « damas » et « damassé », a associé un type de production textile à la ville syrienne du même nom. Pourtant, si les travaux de Colette Establet et Jean-Paul Pascual ont éclairé la fabrication, le commerce et les usages des tissus à Damas au xviie siècle par une fine analyse des archives ottomanes [Establet & Pascual 2005], ces questions restent à explorer pour la période médiévale. La présente contribution, par la mise en perspective du vocabulaire du textile utilisé dans les inventaires princiers, les archives marchandes italiennes, les récits de voyageurs européens, avec des textes narratifs et juridiques en langue arabe permet de jeter les bases d’une étude consacrée à l’évolution de la place des étoffes et des vêtements dans le paysage économique et urbain de Damas du xiiie au xvie siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Damas, soie, Mamelouks, marchés, Syrie
Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Jean-Paul Pascual (1944-2015)

Texte intégral

  • 1 Colette Establet, Jean-Paul Pascual, Des tissus et des hommes, Damas, Ifpo, 2005.
  • 2 Au xiie siècle, selon al-Idrīsī, l’artisanat du textile à Damas était alors de meilleure qualité qu (...)

1Dans une étude publiée en 2005, Colette Establet et Jean-Paul Pascual étaient parvenus, à la lumière des archives ottomanes, à mettre en évidence l’omniprésence des tissus dans les marchés et les demeures de Damas aux xviie et xviiie siècles, mais aussi la richesse de la production textile locale et le rôle de la ville comme plaque tournante du commerce international des étoffes1. Déjà, au cours de la période médiévale, les souks de Damas écoulaient des textiles précieux venus d’Iran, d’Inde ou de Chine notamment via la caravane du pèlerinage vers La Mecque, ce qui en fit l’un des centres les plus importants de négoce des tissus, exportés vers l’Europe aux xive et xve siècles. La ville donna ainsi son nom au damassé, un type de soierie élaboré en Orient et à Damas, très prisé en Europe où il fut peu à peu imité… Aux côtés des textiles importés, les échoppes de Damas écoulaient aussi une production locale de qualité, héritière d’une longue tradition de travail des tissus (coton, laine, soie) et de l’habillement de luxe2. L’essor des activités liés aux textiles raffinés dans la cité, qu’il s’agisse de production ou de vente, eut, tout au long de la période médiévale, un impact considérable sur la localisation des marchés spécialisés. La présente étude, fondée sur les sources textuelles syriennes, égyptiennes et européennes, qu’il s’agisse de chroniques, de documents juridiques ou de récits de voyage, vise à analyser l’évolution de la topographie économique de Damas à l’époque mamelouke (1260-1516). Elle cherche ainsi à appréhender la mobilité des marchés dédiés aux étoffes de prix et à en éclairer les raisons.

Provenance et distribution de la soie à Damas aux xiiie et xive siècles

  • 3 L’élevage du ver à soie fut connu en Syrie au vie siècle. Maurice Lombard, Les textiles dans le mon (...)
  • 4 Al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm fī maʿrifat al-aqālīm, Michael Jan de Goeje, éd., 2e édition, Leyde, (...)
  • 5 Lombard, op. cit., p. 241.
  • 6 Al-Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq fī ikhtirāq al-āfāq, Pierre Amédée Jaubert, trad., Géographie, Paris, (...)
  • 7 Al-Shayzarī, Kitāb nihāyat al-rutba fī ṭalab al-ḥisba, Walter Behrnauer, trad., « Mémoire sur les i (...)
  • 8 Ibn Jubayr, Riḥla, Michael Jan De Goeje, éd., The Travels of Ibn Jubayr, Leyde, Brill, 1907, p. 269 (...)
  • 9 Louise W. Mackie, Symbols of Power: Luxury Textiles from Islamic Lands, 7th–21st Century, New Haven (...)

2Au xe siècle, la soie3 figurait déjà parmi les spécialités de Damas4, sous la forme de satins (dībāj)5 et, à l’époque du géographe al-Idrīsī (m. 1165) la ville était connue pour produire des soieries d’une qualité égalant celle des productions byzantines et approchant celle d’Ispahan et Nichapour6. Au xiie siècle, la soie y était filée dans les ateliers au sein des marchés7 et vendue probablement au côté des tissus importés, dans la halle dédiée aux étoffes, au sud de la principale fondation pieuse de Damas, la mosquée des Omeyyades8. Dans la première moitié du xiiie siècle, grâce à l’introduction du métier à la tire, Damas devint un centre de production de lampas, étoffe de soie aux motifs complexes et répétés (fig. 1) appréciés par les élites locales ayyoubides mais également par les croisés qui les firent connaître en Europe9.

Fig. 1 : Fragment de lampas de soie, xive siècle, attribué à la Syrie ou l’Égypte, Metropolitan Museum New-York inv. 46.156.17

Fig. 1 : Fragment de lampas de soie, xive siècle, attribué à la Syrie ou l’Égypte, Metropolitan Museum New-York inv. 46.156.17
  • 10 Sur la garde-robe des sultans et des émirs, voir Leo A. Mayer, Mamluk Costume: a Survey, Genève, A. (...)
  • 11 Sur ce terme, voir Yedida Stillman, « khilaʿ », Encyclopédie de l’Islam, V, Leyde, Brill, 1986, p.  (...)
  • 12 Al-Jazarī, Ta’rīkh ḥawādith al-zamān wa-anbā’ihi wa-wafayāt al‑akābir wa-l-aʿyān min abnā’ihi, ʿAbd (...)

3À l’époque mamelouke (1260-1517), la soie entrait dans la composition des vêtements et du mobilier d’apparat du sultan mais aussi dans l’habillement des émirs10, elle était utilisée notamment pour confectionner les robes d’honneur (s. ḫilaʿa11) qui leur étaient décernées. Son commerce semble avoir été particulièrement rentable, car à la fin du xiiie siècle, un puissant émir mamelouk demanda au sultan l’autorisation de transférer le marché des soyeux de Damas au sein d’une halle qu’il venait d’acheter et ce afin d’en optimiser les revenus12.

  • 13 Des soieries destinées spécifiquement au marché mamelouk étaient semble-t-il fabriquées à Tabriz au (...)
  • 14 Guillaume de Boldensele, « Liber de quibusdam ultramarinis partibus et praecipue de terra sancta », (...)

4Parmi les soieries vendues dans les souks de Damas figuraient alors des pièces provenant de Perse ou de Chine, transportées le long de la route de la soie mais aussi par la caravane du hajj. En effet, le pèlerin allemand Guillaume de Boldensele identifie bien, en 1336, Damas comme une plaque tournante où les soies venues selon lui d’Inde, de Perse13, d’Arménie, et de Bagdad étaient rassemblées avant d’être emportées par les marchands vers d’autres parties du monde14.

  • 15 Robert B. Serjeant, « Material for a History of Islamic Textiles up to the Mongol Conquest », Ars I (...)
  • 16 Pour une étude récente d’exemples d’étoffes d’époque mamelouke conservés, voir Maria Sardi, « Mamlu (...)
  • 17 Louise W. Mackie mentionne quatre pièces de soie conservées portant le nom d’un sultan mamelouk (al (...)
  • 18 Louise W. Mackie classe les soieries d’époque mamelouke en quatre catégories : 1- avant 1300, motif (...)
  • 19 Terme vraisemblablement issu du chinois ou du mongol kimcha. Lombard, op. cit., p. 240-242. Robert (...)
  • 20 Voir, par exemple, le fragment conservé au Musée d’art islamique de Berlin au nom du sultan al-Nāṣi (...)
  • 21 Ce type d’étoffe est désigné dans les inventaires de collections royales ou princières françaises p (...)

5Ces tissus orientaux ont inspiré les artisans des villes mameloukes, à Alexandrie, au Caire et bien sûr à Damas15. Les soieries mameloukes présentaient des types très variés16, pouvant être rayées, ornées d’inscriptions17 ou encore de motifs végétaux et animaliers18. Les artisans syriens produisaient notamment, selon une technique pratiquée en Chine, des satins et des serges dont, sur l’endroit, le fond était brillant et le dessin mat et, sur l’envers, le dessin brillant et le fond mat, désignés dans les textes arabes par le terme kimkha19. Ces produits20 quand ils parvenaient en Europe étaient connus sous l’appellation de damas21, du nom de la ville où les marchands pouvaient se procurer de telles pièces, que celles-ci y aient été réellement fabriquées ou non.

  • 22 Lombard, 1978, p. 70 ; Voir par exemple, le pantalon et le gilet conservés à Londres, Victoria and (...)
  • 23 Ibn Kathīr, al-Bidāya wa l-nihāya, ʿAbd al-Ḥamīd al-Hindāwī, éd., 11 vol., Sayda-Beyrouth, al-Makta (...)
  • 24 Ibn Ṣaṣrā, « Durrat al-mudiʿa fī l-dawla al-ẓāhiriya », William Brinner, éd et trad., A chronicle o (...)
  • 25 Ibn Qāḍī Shuhba, Ta’rīkh, ʿAdnān Darwish, éd., Damas, Institut français de Damas, 4 vol., 1977-1997 (...)

6Les soieries de Damas ne s’adressaient pas qu’aux élites militaires mameloukes et aux cours princières européennes, en effet certains artisans s’étaient aussi spécialisés dans les étoffes mêlant soie et coton, probablement en raison de l’interdiction faite aux hommes de porter de la soie selon la loi islamique22. Ce type d’étoffe, plus abordable que la soie pure, s’adressait à une clientèle aisée, respectueuse de ce principe. Grâce à ces luxueux tissus, les ateliers damascènes confectionnaient des vêtements de prix et en 1318, l’intendant des biens de mainmorte (waqf) de la mosquée des Omeyyades23, fit construire à la porte orientale du sanctuaire une halle connue sous le nom de « merveille » (dahsha), établissement de rapport de la mosquée, consacré à la vente de tissus destinés à la confection masculine24. Incendiée en 1340 sa restauration s’accompagna de la construction d’une deuxième « merveille » en 1365, abritant cette fois les produits destinées à la clientèle féminine25, ce qui fixa ce négoce à cet emplacement prestigieux et très fréquenté (fig. 2).

Fig. 2 : Localisation des activité aux portes sud et est de la mosquée des Omeyyades de Damas au xive siècle

Fig. 2 : Localisation des activité aux portes sud et est de la mosquée des Omeyyades de Damas au xive siècle

Crédit : É. Vigouroux

  • 26 Ibn Ṣaṣrā, Durra, § 188b.
  • 27 Rosamund E. Mack, Bazaar to Piazza: Islamic Trade and Italian Art, 1300-1600, Berkeley, University (...)
  • 28 Jacoby, art. cit., p. 94.

7Dans la seconde moitié du xive siècle, malgré les conséquences de la Peste Noire, le savoir-faire damascène en matière de tissage et de broderie était encore reconnu. En effet, l’excellence et le nombre des artisans de Damas semblent avoir été tels qu’en 1376 le sultan mamelouk al-Ashraf Shaʿbān ordonna au gouverneur de la ville de lui fournir notamment 700 pièces de brocard, 1 200 broderies et 120 housses de palanquins brodées26. Des étoffes précieuses fabriquées dans la ville à cette époque ont pu d’ailleurs être exportées vers l’Europe comme l’attestent certaines pièces conservées au sein de trésors d’églises27 ou de collections princières28. Le témoignage du pèlerin siennois, Simone Sigoli, confirme encore, en 1384, la maîtrise des tisserands et tailleurs damascènes :

  • 29 Simone Sigoli, Viaggi in Terrasanta, Theophilus Bellorini, Eugene Hoade, trad., Visit to the Holy p (...)

On fabrique ici beaucoup de vêtements de soie de toutes sortes et de toutes les couleurs, la meilleure et la plus belle au monde. On y fabrique également une grande quantité de si beau coton, que si quelqu’un, un non connaisseur, le voyait, il croirait que c’est de la soie, tant il est fin, brillant et délicat29.

  • 30 Wilhelm Heyd, Histoire du commerce du Levant, Leipzig, O. Harrassowitz, 1885-1886, ii, p. 706-707 ; (...)
  • 31 Il constituait une part importante de la cargaison des navires à Beyrouth. Pierre Moukarzel, « Les (...)
  • 32 Ashtor, op. cit., p. 185-186.
  • 33 J. Schiltberger lors de son séjour en Orient au début du xve siècle vit des plantations qui abritai (...)

8À cette époque, les marchands européens dont les caravansérails étaient désormais implantés dans la Rue Droite, axe d’origine antique traversant la ville d’est en ouest, importaient à Damas des quantités d’étoffes de laine florentines, des vêtements de laine de Flandres et de Brabant, d’Angleterre, du Languedoc, du Nord de la France, et du lin de France et d’Italie30 et achetaient en Syrie, outre les épices venues d’Orient, surtout du coton, à la fois brut31 et filé32. Les soieries ne représentaient pas un volume important mais, déjà, le fil de soie syrien était exporté vers les ateliers italiens où les artisans commençaient à imiter les étoffes précieuses orientales33

Les étoffes raffinées dans les marchés de Damas au xve siècle

  • 34 Ibn Ṣaṣrā, Durra, §117-118.
  • 35 Ibn Qāḍī Shuhba, Ta’rīkh, i/3, p. 661.
  • 36 Ibn Qāḍī Shuhba, Ta’rīkh, i/3, p. 461.
  • 37 Élodie Vigouroux, Damas après Tamerlan : étude historique et archéologique d’une renaissance, thèse (...)
  • 38 Ibn ʿArabshāh, ʿAjā’ib al-maqdūr fī nawāʾib Tīmūr, Aḥmad Fāʾiz al-Ḥimṣī, éd., Beyrouth, Muʾassasat (...)
  • 39 Ruy Gonçalez de Clavijo, Historia del gran Tamorlan e itinerario y enarracion del viage, y relacion (...)

9Les marchés de Damas consacrés aux étoffes précieuses furent touchés par des incendies à la fin du xive siècle, qu’il s’agisse des deux halles des tissus à l’est de la mosquée des Omeyyades, détruites en 139234 ou des marchés du sud du sanctuaire endommagés en 139835. L’enjeu financier était tel que les halles des tissus, les « merveilles », furent très rapidement restaurées au grand étonnement de la population36, tandis que d’autres marchés restèrent en ruine. Le commerce des tissus de luxe était encore vivace, quand au cours de l’hiver 1400-1401, Damas fut occupée par le chef turco-mongol Tamerlan37 qui, avant d’incendier la ville, s’y serait fait confectionner une tunique de soie brodée d’or n’ayant pas sa pareille38. Le savoir-faire des artisans damascènes semble avoir été digne de rivaliser avec les ateliers iraniens car les sources textuelles affirment que le conquérant aurait décidé de déporter les meilleurs tisserands de la ville vers sa capitale, Samarcande39.

  • 40 Sur la multitude de métiers intervenant dans la confection des tissus dans le Proche et Moyen-Orien (...)

10Malgré la ruine consécutive à l’occupation turco‑mongole, il était crucial que Damas retrouve rapidement son rôle dans le commerce des tissus. En effet, les étoffes produites localement fournissaient de l’ouvrage aux ouvriers40 ainsi qu’aux sériciculteurs de la région. Les terres dévolues à la culture des mûriers fournissaient un revenu aux propriétaires qu’il s’agisse d’émirs mamelouks ou de fondations pieuses (s. waqf). Quant aux tissus importés à Damas, ils constituaient aussi une source de revenus pour les acteurs du commerce international, les tenanciers de boutiques et les individus ou waqf-s propriétaires des caravansérails disséminés sur les routes commerciales. Enfin, ils représentaient une ressource importante pour l’État mamelouk, à travers la perception des taxes douanières. Il était donc vital pour une grande partie de la société de réamorcer ce négoce.

  • 41 La chronique disponible d’Ibn Qāḍī Shuhba s’achève en 1405 quand celle d’Ibn al‑Ḥimṣī commence en 1 (...)

11Il existe un hiatus dans l’historiographie syrienne du xve siècle41, par conséquent les données manquent pour analyser le processus de reprise de la production textile à cette époque et il faut donc se pencher sur d’autres types de sources pour récolter quelques indices. Un inventaire des biens de rapport de la mosquée des Omeyyades établi en 1413, pendant la reconstruction des marchés de Damas après l’occupation turco‑mongole, permet d’entrevoir la distribution des activités marchandes à cette date (fig. 3).

Fig. 3 : Localisation des activités aux portes sud et est de la mosquée des Omeyyades de Damas en 1413

Fig. 3 : Localisation des activités aux portes sud et est de la mosquée des Omeyyades de Damas en 1413

Crédit : É. Vigouroux

  • 42 Mathieu Eychenne, Astrid Meier, Élodie Vigouroux, Le waqf de la mosquée des Omeyyades de Damas. Édi (...)
  • 43 Eychenne, Meier, Vigouroux, op. cit., no 306, p. 194-195.
  • 44 Ibn Ṣaṣrā, Durra, §173a ; Eychenne, Meier, Vigouroux, op. cit., no 256, p. 178-179, no 264, p. 180- (...)
  • 45 al-Nuʿaymī, al-Dāris fī ta’rīkh al-madāris, Ibrāhīm Shams al-Dīn, éd., Beyrouth, Dār al-kutub al-ʿi (...)
  • 46 Eychenne, Meier, Vigouroux, op. cit., no 1, p. 60. Sur ce déplacement, voir Élodie Vigouroux, « Ent (...)

12D’après ce manuscrit, la vente de soie avait repris, elle s’effectuait alors dans plusieurs endroits : un marché lui était dédié au sud de la mosquée des Omeyyades42, l’on trouvait quelques échoppes de soyeux à la porte orientale de cette même mosquée43, et dans la Rue Droite44. De plus, il semble que le nombre de boutiquiers engagés dans le négoce des étoffes raffinées ait été alors très important. En effet, parmi eux figuraient les commerçants de la halle des tissus destinés à une clientèle féminine qui avaient été installés en 1411, à la faveur de la reconstruction, dans de nouvelles boutiques à la porte occidentale de la mosquée des Omeyyades. Néanmoins, estimant qu’ils n’y disposaient pas de locaux suffisants, ces marchands auraient, à plusieurs reprises, exprimé le souhait de récupérer l’emplacement du marché des artisans du cuivre qui, avant l’incendie, s’étendait sur toute la façade sud de la mosquée des Omeyyades, sur plus de 150 m. Ils finirent par en obtenir l’autorisation45 et le marché des artisans du cuivre qui occupait pourtant ce site depuis le xiie siècle fut remplacé, sous la pression des vendeurs d’étoffes, par le marché de la Coudée, devant son nom à la vente de tissus à la coupe46. Considérant le caractère prestigieux de ce secteur aux portes sud de la mosquée, cet espace était certainement destiné à la vente de tissus de prix mais accueillait-il des marchandises locales ou importées ?

  • 47 Une commande du roi Martin Ier d’Aragon ne put être honorée à Damas en novembre 1401, en conséquenc (...)
  • 48 André Raymond, Gaston Wiet, Les marchés du Caire, Le Caire, Ifao, 1978, p. 199.
  • 49 Eliyahu Ashtor, « Le coût de la vie en Syrie médiévale », Arabica vol. 8, no 1, 1961, p. 73.
  • 50 De la soie d’Azerbaïdjan figure parmi les achats de marchands vénitiens en 1414‑1417. Ashtor, op. c (...)
  • 51 Manuel de commerce de Saminiato de Ricci cité dans Moukarzel, art. cit., p. 126.
  • 52 En 1419, quarante-et-un marchands vénitiens et dix génois étaient présents dans la ville. En 1457, (...)
  • 53 Les Vénitiens transportaient ce coton qui était ensuite utilisé dans la fabrication de futaines en (...)
  • 54 Ashtor, op. cit., p. 205.
  • 55 Sur les progrès des artisans italiens dans l’imitation des soieries du monde islamique aux xive et (...)
  • 56 Heyd, op. cit., ii, p. 469.
  • 57 Heyd, op. cit, ii, p. 710, Ashtor, opcit., p. 325.
  • 58 Damien Coulon, « L’expansion occidentale vers le Levant à la fin du Moyen Âge : la mise en place de (...)
  • 59 Coulon, art. cit., p. 165 ; Éric Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XVe siècle : Pour (...)
  • 60 Ashtor, opcit., p. 205. Sur la distribution de robes d’honneur par les sultans, voir Mayer, op. c (...)
  • 61 Le manuel d’un marchand florentin anonyme rédigé en 1438 mentionne la présence dans les marchés de (...)
  • 62 Nous ne possédons pas de données chiffrées concernant les importations d’étoffes indiennes pour le (...)
  • 63 Eugen Wirth, « Alep et les courants commerciaux entre l’Europe et l’Asie du xiie au xve siècle », R (...)

13Faute de main-d’œuvre suffisamment nombreuse et qualifiée, d’outils de production en bon état et de matières premières suffisantes, l’artisanat local du tissu a certainement connu, au début du xve siècle, une période de flottement47. L’historiographie du xxe siècle évoque la responsabilité de Tamerlan dans cette situation, toutefois la production de tissus connut une crise importante en Égypte aussi, région épargnée par les Turco-mongols. Par exemple, à la fin du xive et au début du xve siècle, en raison de la crise économique, les femmes d’Égypte se passèrent de parures et délaissèrent les robes de soie48 et les marchés consacrés au luxe au Caire fermèrent par manque de clients. Toutefois, nous l’avons évoqué, à Damas malgré le manque de clientèle et de produits locaux, la place accordée aux étoffes dans la ville était importante au début du xve siècle, impliquant même le départ d’une activité aussi traditionnelle que celle des dinandiers des abords de la mosquée des Omeyyades. Par conséquent, en l’absence de précisions quant à la nature des étoffes vendues dans le marché de la Coudée au début du xve siècle dans les sources textuelles syriennes, on peut supposer que Damas, pour retrouver son rôle de plaque tournante a choisi de consacrer davantage de boutiques à la vente de produits importés dont le prix semblait alors plus stable49, notamment des étoffes précieuses venues d’Orient et destinées aux marchands européens50. Toutefois, le marché de la Coudée abritait, comme son nom l’indique, des étoffes vendues à la coupe ce qui était le cas, d’après un manuel marchand de 1396, des draps italiens et catalans en Syrie51. Il est donc effectivement très possible que le marché de la Coudée ait été notamment dédié aux draps européens au moment de son inauguration en 1411. Les négociants européens étaient alors nombreux dans la ville52 et achetaient toujours en grande quantité épices et coton brut53, et importaient notamment en Syrie des tissus luxueux54, à tel point que Stephan von Gumppenberg, un voyageur allemand visitant Damas en 1449, aurait appris lors de son séjour que les soieries qu’il pouvait acheter dans la ville provenaient en réalité de Venise55, et ce en raison, aux dires des marchands damascènes, de la déportation de tous les maîtres ouvriers par Tamerlan56. L’historiographie utilise fréquemment cette citation, sensée démontrer l’impact de l’occupation turco‑mongole sur l’artisanat damascène sur la longue durée57. E. Ashtor voyait ici la manifestation du déclin de l’artisanat, car, selon lui, le progrès technologique en Europe aurait été responsable de la réduction des coûts avec pour conséquence l’omniprésence des tissus européens dans les souks orientaux. En réalité, il existait sans doute un manque d’investissement dans les infrastructures de production damascènes. Celui-ci s’explique avant tout par les moyens réduits des élites militaires, privées de revenus agricoles par les épidémies et les destructions, mais aussi par la faible marge de manœuvre de la haute bourgeoisie commerçante au début du xve siècle58. En outre, D. Coulon propose de voir dans le déclin de la production des étoffes au Proche-Orient comme une conséquence plus qu’une cause de l’afflux de tissus européens sur les marchés orientaux. Les importations d’étoffes européennes consistaient ainsi en deux catégories : les tissus de très bas prix dont l’utilisation s’était répandue avec la crise économique au début du xve siècle en adéquation avec les besoins et les moyens de la population59 et les étoffes très onéreuses destinées à un nombre restreint de privilégiés et à la cour du sultan60. Enfin, il est nécessaire de prendre en compte la présence massive de tissus importés du monde iranien61 et indien62 dans les marchés de la ville dans la seconde moitié du xve siècle ce qu’E. Ashtor avait négligé. Ainsi, en plus des tissus venus d’Orient apportés à Damas par la route du hajj, d’autres produits de même origine y parvenaient aussi via Alep. En effet, de par sa situation géographique, proche de l’Empire ottoman émergeant, la ville devint à son tour un centre de distribution des étoffes de Perse63.

  • 64 Un administrateur disgracié fit venir en 1445 de Damas au Caire des présents destinés au sultan, no (...)
  • 65 À son départ du Caire en 1440, l’ambassadeur du souverain timouride emporta notamment une robe d’ho (...)
  • 66 Cleveland Art Museum, n°39-40 et Victoria and Albert Museum, Londres no 753-1904. Mack, op. cit., p (...)

14S’il est certain que les étoffes européennes, iraniennes et indiennes aient été très présentes sur les marchés syriens, une production locale de tissus précieux existait dans l’Empire mamelouk au xve siècle comme l’attestent les présents accordés au sultan par ses obligés64, les cadeaux diplomatiques destinés aux souverains étrangers65 ainsi que certaines pièces conservées66. Les textes ne mentionnent toutefois pas d’étoffes spécifiquement tissées à Damas parmi ces cadeaux ; existait-il encore une production de haute qualité au xve siècle ?

Quelle production damascène à la fin du xve siècle ?

  • 67 Vallet, op. cit., p. 306. Production d’Azerbaïdjan, de Lankaran ou de Talia. Heyd, op. cit., ii, p. (...)
  • 68 Production de la ville de Lahidjan au nord-ouest de l’Iran. Heyd, op. cit., ii, p. 661.
  • 69 Peut-être une production de la ville de Mahmudammad, disparue, située dans l’embouchure du Kur sur (...)
  • 70 Des caravanes en provenance du Shirwan parvenaient à Alep et Damas. Heyd, op. cit., ii, p. 673. Sur (...)
  • 71 Vallet, op. cit., p. 253 ; Heyd, op. cit., ii, p. 699. Il s’agit d’une épaisse étoffe de soie, il é (...)
  • 72 Camocato, camocan, camotas, de l’arabe kimkha, du persan kimshā, du chinois ou du mongol kimcha dés (...)
  • 73 Doit son nom à la ville de Bagdad, tissu de grande qualité, fabriqué à l’origine à partir de soie, (...)
  • 74 Tissu en poil d’animal. Vallet, op. cit., p. 253. Heyd, op. cit., ii, p. 704.
  • 75 Ibn al-Mibrad, « Kitāb al-ḥisba », Ḥabīb al-Zayyāt, éd., Mashreq, n° 35, 1937, p. 384‑90, p. 386.
  • 76 Le terme aṭlas, désignait soit du satin de soie, soit un mélange coton et soie, il pouvait être uti (...)
  • 77 Cette étoffe imitait une production en provenance d’Ormuz dans le golfe Arabo‑Persique, port où tra (...)
  • 78 Il s’agit d’une étoffe de soie et de coton, pouvant être utilisée dans la fabrication de vêtements (...)
  • 79 Tissu imitant les créations de Nichapour, d’une qualité très fine.
  • 80 Al-Badrī, Nuzhat al-anām fī maḥāsin al-Shām, Beyrouth, Dār al-Rā’id al-ʿArabī, 1980, p. 214.
  • 81 Ibn al-Mibrad, « Nuzhat al-rifāq fī sharḥ ḥālat al-aswāq », Ṣalāḥ Muḥammad al-Khiyamī, éd., Rasā’il (...)

15Les tissus achetés à Damas mentionnés dans les archives comptables ou les lettres de marchands italiens du xve siècle sont la soie talani67, la soie legi68, la soie mamudei69, provenant toutes les trois vraisemblablement du monde persan70 et le samit71, le camocato72, le baldachino73, le camelot74 pouvant avoir été fabriqués à Damas. Effectivement, l’historien local Ibn al-Mibrad (m. 1503) évoque à son époque une importante production textile à Damas, constituée de dix sortes de coton, de vingt sortes de lin, de quarante sortes de soie, de vingt sortes de laine, de dix sortes de tapis et de cinq sortes de toile75. Quant à son contemporain, al-Badrī (m. 1489), il considère que les étoffes fabriquées à Damas sont dignes de figurer dans sa liste des beautés de la ville. Il évoque le filage de la soie locale, travaillée au fuseau (fitl) ou encore à l’aide de rouets (dawālib). Il cite par ailleurs quelques soieries produites de son temps à Damas à partir de ce fil : plusieurs types d’aṭlas76, du tissu dit hurmuzī77 présentant des formes différentes et des contrastes, du quṭnī78 blanc, orné de motifs « pour ramener la vie dans les palais et les tombeaux des défunts » et enfin du sāburī79, brillant et composé de plusieurs couleurs80. Ainsi, la ville conservait vraisemblablement une production de soieries vendue dans ses marchés centraux, aux côtés des étoffes d’Orient et d’Europe. À la même époque, le marché de la Coudée occupait toujours le mur de la mosquée des Omeyyades (fig. 3) et l’on y vendait encore les étoffes de soie et de lin et les vêtements de luxe (al-thiyāb al-rafīʿa al-nafīsa81).

  • 82 Jean-Paul Pascual, Damas à la fin du XVIe siècle, d’après trois actes de waqf ottomans, Damas, Inst (...)
  • 83 Jean de Thévenot, Suite du voyage de Levant dans laquelle il est traité de la Perse et aussi des an (...)
  • 84 Jean-Paul Pascual, « Boutiques, ateliers et corps de métiers à Damas d’après un dénombrement effect (...)

16En 1608, le gouverneur ottoman de Damas, Murād Pāshā, ordonna aux négociants en tissus précieux du marché de la Coudée de s’installer dans le bazzāzistān, établissement commercial spécialisé qu’il avait fondé à l’ouest de la mosquée des Omeyyades82. L’espace libéré, occupant la façade méridionale de la mosquée longue de plus de 150 m, fut alors dévolu aux vendeurs de draps, comme en témoigne le voyageur français Jean de Thévenot, en 1665, qui parcourut à cet endroit le « bazar du pic » « ainsi nommé à cause que l’on y vent des draps qu’on aûne avec le pic, qui est une mesure83 ». Il apparait donc qu’au cours de la période ottomane la majorité des bazars les plus centraux furent désormais consacrés aux textiles, confirmant un phénomène qui, amorcé dès le xiiie siècle, fut amplifié à partir de l’époque mamelouke à la faveur de l’implantation des marchands européens. Ainsi, Damas a vu, grâce à son statut de carrefour entre Méditerranée et Orient et pendant plusieurs siècles, augmenter la place consacrée aux étoffes qu’elles soient locales ou importées au sein de ses marchés, à telle enseigne qu’au début du xixe siècle, 32 % des boutiques de la ville étaient consacrés à la vente de tissus84, ceci avant que l’industrialisation de l’Europe, la colonisation britannique de l’Inde et le percement du canal de Suez, ne viennent rebattre les cartes.

Haut de page

Notes

1 Colette Establet, Jean-Paul Pascual, Des tissus et des hommes, Damas, Ifpo, 2005.

2 Au xiie siècle, selon al-Idrīsī, l’artisanat du textile à Damas était alors de meilleure qualité que celui de Tinnis, en Égypte, et ses broderies étaient parmi les plus précieuses. Al-Idrīsī, Guy Le Strange, trad., Palestine under the Muslims, A description of Syria and the Holy Land from A.D. 650 to 1500, Londres, Committee of the Palestine Exploration Fynd, 1890, p. 240.

3 L’élevage du ver à soie fut connu en Syrie au vie siècle. Maurice Lombard, Les textiles dans le monde musulman viie-xiie siècle, Paris-La Haye-New-York, Mouton, 1978, p. 85-86 et 91-94. David Jacoby, « Silk economics and Cross-cultural artistic interaction », Dumbarton Oaks Paper, no 58, p. 197-240.

4 Al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm fī maʿrifat al-aqālīm, Michael Jan de Goeje, éd., 2e édition, Leyde, Brill, 1906, p. 181.

5 Lombard, op. cit., p. 241.

6 Al-Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq fī ikhtirāq al-āfāq, Pierre Amédée Jaubert, trad., Géographie, Paris, Imprimerie royale, 2 vol., 1836-1840, i, p. 353.

7 Al-Shayzarī, Kitāb nihāyat al-rutba fī ṭalab al-ḥisba, Walter Behrnauer, trad., « Mémoire sur les institutions de police chez les arabes et les turcs », Journal asiatique, no 17, 1861, p. 5-76, p. 28.

8 Ibn Jubayr, Riḥla, Michael Jan De Goeje, éd., The Travels of Ibn Jubayr, Leyde, Brill, 1907, p. 269.

9 Louise W. Mackie, Symbols of Power: Luxury Textiles from Islamic Lands, 7th–21st Century, New Haven/Londres, Yale University Press/Cleveland Museum of Art, 2015, p. 249-251. Voir, par exemple, les fragments conservés au Metropolitan Museum de New York (no 08.109.1b) ou encore au Musée des tissus de Lyon (no 28476).

10 Sur la garde-robe des sultans et des émirs, voir Leo A. Mayer, Mamluk Costume: a Survey, Genève, A. Kundig, 1952, p. 15-35 ; Bethany J. Walker « Rethinking Mamluk Textile », Mamluk Studies Review, no 4, p. 167-217, p. 169-172.

11 Sur ce terme, voir Yedida Stillman, « khilaʿ », Encyclopédie de l’Islam, V, Leyde, Brill, 1986, p. 6-7.

12 Al-Jazarī, Ta’rīkh ḥawādith al-zamān wa-anbā’ihi wa-wafayāt al‑akābir wa-l-aʿyān min abnā’ihi, ʿAbd al-Salām ʿUmar al-Tadmurī, éd., Sayda‑Beyrouth, al-Maktaba al‑ʿaṣriyya, 2 vol., 1998, p. 119.

13 Des soieries destinées spécifiquement au marché mamelouk étaient semble-t-il fabriquées à Tabriz au xive siècle. David Jacoby « Oriental Silk go West a declining trade in the later Middle Ages », in Catarina Schmidt Arcangeli, Gerhard Wolf, éd., Islamic Artifacts in the Mediterranean World Trade, Gift Exchange and Artistic Transfer, Venise, Marsilio, 2011, p. 90.

14 Guillaume de Boldensele, « Liber de quibusdam ultramarinis partibus et praecipue de terra sancta », Christiane Deluz, trad., in Danielle Regnier-Bolher, dir., Croisades et pèlerinages, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 1997, p. 1027, p. 1032-1056.

15 Robert B. Serjeant, « Material for a History of Islamic Textiles up to the Mongol Conquest », Ars Islamica, no 13, 1948, p. 103.

16 Pour une étude récente d’exemples d’étoffes d’époque mamelouke conservés, voir Maria Sardi, « Mamluk Textiles », in Margaret Graves, Islamic Art, Architecture and Material Culture New perspectives, Oxford, Archeopress, 2012, p. 7-14.

17 Louise W. Mackie mentionne quatre pièces de soie conservées portant le nom d’un sultan mamelouk (al-Manṣūr Qalāwūn et ses fils al-Ashraf Khalīl, al-Nāṣir Muḥammad) qui seraient donc datables entre 1279 et 1341. Louise W. Mackie, « Toward an Understanding of Mamluk Silks », Muqarnas, no 2, 1984, p. 126-147, p. 128.

18 Louise W. Mackie classe les soieries d’époque mamelouke en quatre catégories : 1- avant 1300, motifs similaires à ceux utilisés dans l’art du métal incrusté et du verre émaillé, 2-motifs d’animaux en miroir, 3-motifs inspirés du style chinois naturaliste, 4-motifs inspirés des chinoiseries de style Yuan. Mackie, art. cit., p. 131-136.

19 Terme vraisemblablement issu du chinois ou du mongol kimcha. Lombard, op. cit., p. 240-242. Robert B. Serjeant « Material for a History of Islamic Textiles up to the Mongol Conquest », Ars Islamica, no 9, 1942, p. 54-92, p. 84.

20 Voir, par exemple, le fragment conservé au Musée d’art islamique de Berlin au nom du sultan al-Nāṣir Muḥammad Ibn Qalāwūn (règne entre 1293 et 1341) no I 3214.

21 Ce type d’étoffe est désigné dans les inventaires de collections royales ou princières françaises par les expressions « damas », « à lettres de Damas », « œuvre de Damas ». Jules Labarte, Inventaire du mobilier de Charles V, Roi de France, Paris, Imprimerie nationale, 1879. Sur les multiples appellations présentes dans de telles sources, voir David Jacoby, art. cit., p. 95.

22 Lombard, 1978, p. 70 ; Voir par exemple, le pantalon et le gilet conservés à Londres, Victoria and Albert Museum no 778-1898.

23 Ibn Kathīr, al-Bidāya wa l-nihāya, ʿAbd al-Ḥamīd al-Hindāwī, éd., 11 vol., Sayda-Beyrouth, al-Maktaba al-ʿaṣriyya, 11 vol., 2015, ix, p. 349.

24 Ibn Ṣaṣrā, « Durrat al-mudiʿa fī l-dawla al-ẓāhiriya », William Brinner, éd et trad., A chronicle of Damascus, 1389-1397, Berkeley, University of California, 2 vols., 1963 (désormais Durra), § 117a.

25 Ibn Qāḍī Shuhba, Ta’rīkh, ʿAdnān Darwish, éd., Damas, Institut français de Damas, 4 vol., 1977-1997, iii/2, p. 262.

26 Ibn Ṣaṣrā, Durra, § 188b.

27 Rosamund E. Mack, Bazaar to Piazza: Islamic Trade and Italian Art, 1300-1600, Berkeley, University of California Press, 2002, n° 30 et 31, p. 40-41.

28 Jacoby, art. cit., p. 94.

29 Simone Sigoli, Viaggi in Terrasanta, Theophilus Bellorini, Eugene Hoade, trad., Visit to the Holy places of Egypt, Sinaï, Palestine and Syria in 1384, Jérusalem, Franciscan Press, 1948, p. 182.

30 Wilhelm Heyd, Histoire du commerce du Levant, Leipzig, O. Harrassowitz, 1885-1886, ii, p. 706-707 ; Eliyahu Ashtor, Levant Trade in the Latter Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1983, p. 150-156.

31 Il constituait une part importante de la cargaison des navires à Beyrouth. Pierre Moukarzel, « Les unités de poids et de mesures aux marchés de Damas aux xive et xve siècles, d’après les manuels de commerce italiens », Chronos, no 28, 2013, p. 117‑135, p. 127.

32 Ashtor, op. cit., p. 185-186.

33 J. Schiltberger lors de son séjour en Orient au début du xve siècle vit des plantations qui abritaient sans doute des mûriers puisqu’il précise que c’est là que pousse la soie à partir de laquelle on fabrique des tissus, à Damas, à Kafar et à Brousse et que la soie est acheminée à Venise et à Lucques où l’on fabrique de beaux velours. Schiltberger, Reisen des Johannes Schiltberger aus München, in Europa, Asia, und Afrika, von 1394 bis 1427, John Buchan Telfer, trad., The Bondage and Travels of Johann Schiltberger, a Native of Bavaria, in Europe, Asia, and Africa, 1396-1427, The Hakluyt Society, Londres, 1879, p. 34.

34 Ibn Ṣaṣrā, Durra, §117-118.

35 Ibn Qāḍī Shuhba, Ta’rīkh, i/3, p. 661.

36 Ibn Qāḍī Shuhba, Ta’rīkh, i/3, p. 461.

37 Élodie Vigouroux, Damas après Tamerlan : étude historique et archéologique d’une renaissance, thèse de doctorat inédite, Université Paris-Sorbonne, 2011 ; Élodie Vigouroux, « La Mosquée des Omeyyades de Damas après Tamerlan : chronique d’une renaissance », Bulletin d’Études orientales, no 61, 2012, p. 123-159.

38 Ibn ʿArabshāh, ʿAjā’ib al-maqdūr fī nawāʾib Tīmūr, Aḥmad Fāʾiz al-Ḥimṣī, éd., Beyrouth, Muʾassasat al-risāla, 1986, p. 272.

39 Ruy Gonçalez de Clavijo, Historia del gran Tamorlan e itinerario y enarracion del viage, y relacion de la Embaxada que Ruy Gonçalez de Clavijo le hizo, por mandado del muy poderoso Señor Rey Don Henrique el Tercero de Castilla, Clements R. Markham, trad., Embassy to the Court Timur at Samarcand, by Roy Gonsales de Clavijo, 1403-1406, Londres, Hakluyt Society, 1859, p. 76, 171.

40 Sur la multitude de métiers intervenant dans la confection des tissus dans le Proche et Moyen-Orient au Moyen Âge, voir Shlomo Goitein, A Mediterranean Society: The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, I: Economic Foundations, Berkeley, i, 1971, p. 101-108 ; Maya Shatzmiller, Labour in the Medieval Islamic World, Leyde, Brill, 1994, p. 118-123 et 241‑248.

41 La chronique disponible d’Ibn Qāḍī Shuhba s’achève en 1405 quand celle d’Ibn al‑Ḥimṣī commence en 1447 et se limite à des obituaires jusqu’en 1479.

42 Mathieu Eychenne, Astrid Meier, Élodie Vigouroux, Le waqf de la mosquée des Omeyyades de Damas. Édition et étude du manuscrit ottoman d’un inventaire mamelouk établi en 1413, Damas-Beyrouth, Presses de l’Ifpo, no 1, 2, 3, p. 60-63.

43 Eychenne, Meier, Vigouroux, op. cit., no 306, p. 194-195.

44 Ibn Ṣaṣrā, Durra, §173a ; Eychenne, Meier, Vigouroux, op. cit., no 256, p. 178-179, no 264, p. 180-181.

45 al-Nuʿaymī, al-Dāris fī ta’rīkh al-madāris, Ibrāhīm Shams al-Dīn, éd., Beyrouth, Dār al-kutub al-ʿilmiyya, 2 vol., 1990, ii, p. 308.

46 Eychenne, Meier, Vigouroux, op. cit., no 1, p. 60. Sur ce déplacement, voir Élodie Vigouroux, « Entre Mossoul et Venise : production et vente d’objets en cuivre à Damas au Moyen Âge, » in Nicolas Thomas, Lise Saussus, Danielle Arribet-Deroin, Marc Bompaire, dir., Hommes et travail du métal dans les villes médiévales : 35 ans après, Paris, Éditions de la Sorbonne, à paraître.

47 Une commande du roi Martin Ier d’Aragon ne put être honorée à Damas en novembre 1401, en conséquence de l’occupation de la ville l’hiver précédent. David Jacoby, art. cit., 2011, p. 95.

48 André Raymond, Gaston Wiet, Les marchés du Caire, Le Caire, Ifao, 1978, p. 199.

49 Eliyahu Ashtor, « Le coût de la vie en Syrie médiévale », Arabica vol. 8, no 1, 1961, p. 73.

50 De la soie d’Azerbaïdjan figure parmi les achats de marchands vénitiens en 1414‑1417. Ashtor, op. cit., p. 428.

51 Manuel de commerce de Saminiato de Ricci cité dans Moukarzel, art. cit., p. 126.

52 En 1419, quarante-et-un marchands vénitiens et dix génois étaient présents dans la ville. En 1457, ce sont trente-quatre négociants vénitiens et un génois qui y étaient établis. Ashtor, op. cit., p. 253 et 484.

53 Les Vénitiens transportaient ce coton qui était ensuite utilisé dans la fabrication de futaines en Lombardie, en Allemagne et en France. Ibid, p. 323.

54 Ashtor, op. cit., p. 205.

55 Sur les progrès des artisans italiens dans l’imitation des soieries du monde islamique aux xive et xve siècles, voir Mack, op. cit., p. 28-49. Jacoby, art. cit. p. 93-94. Sur l’exportation de certaines étoffes de soie vénitiennes, florentines ou lucquoises vers Alexandrie, Damas, la Turquie et même l’Inde au xve et au début du xvie siècle, voir Heyd, op. cit., ii, p. 708‑709 et Ashtor, op. cit., p. 202-206 et 443. Walter B. Denny, « Oriental Carpets and Textiles in Venice », in Stefano Carboni, dir., Venice and the Islamic World 828‑1797, Paris, Gallimard, 2007, p. 175-191.

56 Heyd, op. cit., ii, p. 469.

57 Heyd, op. cit, ii, p. 710, Ashtor, opcit., p. 325.

58 Damien Coulon, « L’expansion occidentale vers le Levant à la fin du Moyen Âge : la mise en place de structures de domination commerciale. », in L’expansion occidentale (xie-xve siècles) : formes et conséquences, XXXIIIe Congrès de la S.H.M.E.S., Madrid, 23‑26 mai 2002, Paris, Publications de Sorbonne, 2003, p. 159-175, p. 172.

59 Coulon, art. cit., p. 165 ; Éric Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XVe siècle : Pour l’honneur et le profit, Paris, Association pour le développement de l’histoire économique (ADHE), 1999, p. 76-80.

60 Ashtor, opcit., p. 205. Sur la distribution de robes d’honneur par les sultans, voir Mayer, op. cit., p. 56-64.

61 Le manuel d’un marchand florentin anonyme rédigé en 1438 mentionne la présence dans les marchés de Damas de soieries en provenance de Bagdad, Tabriz, Sultaniyya mais aussi de draps d’or et de draps de soie sans précision sur leur origine. Robert-Henri Bautier, « Points de vue sur les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge », in Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’Océan indien. Actes du huitième colloque international d’histoire maritime (Beyrouth, 5-10 septembre 1966), SEVPEN, Paris, 1970, p. 319.

62 Nous ne possédons pas de données chiffrées concernant les importations d’étoffes indiennes pour le xve siècle en revanche, elles semblent considérables à Damas au xvie siècle. Establet, Pascual, op. cit., p. 218.

63 Eugen Wirth, « Alep et les courants commerciaux entre l’Europe et l’Asie du xiie au xve siècle », Remmm, no 55, 1990, p. 44-56, p. 54.

64 Un administrateur disgracié fit venir en 1445 de Damas au Caire des présents destinés au sultan, notamment du tissu de Baalbek ; étoffe portée par le souverain en été. Ibn Taghrībirdī, al-Nujūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, William Popper, éd. Le Caire, Dār al-kutub al-miṣriyya, 16 vols., 1963-1972 (désormais Nujūm), vii, § 141.

65 À son départ du Caire en 1440, l’ambassadeur du souverain timouride emporta notamment une robe d’honneur en soie brodée d’or et de la soie d’Alexandrie. Ibn Taghrībirdī, Nujūm, vii, § 114.

66 Cleveland Art Museum, n°39-40 et Victoria and Albert Museum, Londres no 753-1904. Mack, op. cit., p. 41, fig. 31.

67 Vallet, op. cit., p. 306. Production d’Azerbaïdjan, de Lankaran ou de Talia. Heyd, op. cit., ii, p. 672 ; Ashtor Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Paris, SEVPEN, 1969, p. 428.

68 Production de la ville de Lahidjan au nord-ouest de l’Iran. Heyd, op. cit., ii, p. 661.

69 Peut-être une production de la ville de Mahmudammad, disparue, située dans l’embouchure du Kur sur la Mer Caspienne. Heyd, op. cit., ii, p. 672. Ou bien s’agit-il d’une étoffe indienne, le terme ma’modi au xviie siècle désigne une toile de coton fine tissée dans la région de Chanderi et d’Agrā. Establet, Pascual op. cit., p. 333.

70 Des caravanes en provenance du Shirwan parvenaient à Alep et Damas. Heyd, op. cit., ii, p. 673. Sur les étoffes produites en Iran et exportées vers l’Europe par la Mer Noire ou via la Syrie, voir Jacoby, art. cit.

71 Vallet, op. cit., p. 253 ; Heyd, op. cit., ii, p. 699. Il s’agit d’une épaisse étoffe de soie, il était possible de s’en procurer à Damas vers 1340 d’après le manuel de commerce de Pegolotti.

72 Camocato, camocan, camotas, de l’arabe kimkha, du persan kimshā, du chinois ou du mongol kimcha désigne, dans les archives italiennes, une soie damassée brochée d’or. Heyd, op. cit, ii, p. 697.

73 Doit son nom à la ville de Bagdad, tissu de grande qualité, fabriqué à l’origine à partir de soie, puis de soie et coton, orné de figures. Heyd, op. cit., ii, p. 697

74 Tissu en poil d’animal. Vallet, op. cit., p. 253. Heyd, op. cit., ii, p. 704.

75 Ibn al-Mibrad, « Kitāb al-ḥisba », Ḥabīb al-Zayyāt, éd., Mashreq, n° 35, 1937, p. 384‑90, p. 386.

76 Le terme aṭlas, désignait soit du satin de soie, soit un mélange coton et soie, il pouvait être utilisé dans l’habillement. Establet, Pascual, op. cit., p. 314-315.

77 Cette étoffe imitait une production en provenance d’Ormuz dans le golfe Arabo‑Persique, port où transitaient des tissus indiens ou même chinois. Le terme a peut-être donné les armoisins connus en Europe. Heyd, op. cit., ii, p. 457 ; Lombard, op. cit., p. 238. Un marchand vénitien mentionne ce type d’étoffe en 1484 et indique qu’il s’en vend beaucoup en Syrie, il demande dans sa lettre s’il existe une clientèle potentielle à Venise pour ce tissu. Vallet, op. cit., p. 289. On peut le reconnaître dans le tissu hirmizī mentionné au xviie siècle et qui serait un taffetas de soie tissé en bandes rouges, oranges ou vertes. Establet, Pascual, op. cit., p. 123.

78 Il s’agit d’une étoffe de soie et de coton, pouvant être utilisée dans la fabrication de vêtements ou de coussins. Establet, Pascual, op. cit., p. 342-343.

79 Tissu imitant les créations de Nichapour, d’une qualité très fine.

80 Al-Badrī, Nuzhat al-anām fī maḥāsin al-Shām, Beyrouth, Dār al-Rā’id al-ʿArabī, 1980, p. 214.

81 Ibn al-Mibrad, « Nuzhat al-rifāq fī sharḥ ḥālat al-aswāq », Ṣalāḥ Muḥammad al-Khiyamī, éd., Rasā’il Dimashqiyya, Damas-Beyrouth, Dār Ibn Kathīr, 1988, p. 22.

82 Jean-Paul Pascual, Damas à la fin du XVIe siècle, d’après trois actes de waqf ottomans, Damas, Institut français de Damas, 1983, p. 110.

83 Jean de Thévenot, Suite du voyage de Levant dans laquelle il est traité de la Perse et aussi des antiquitez de Tchehelminar et autres lieux vers l’ancienne Persépolis, Paris, Angot, 1674, p. 58.

84 Jean-Paul Pascual, « Boutiques, ateliers et corps de métiers à Damas d’après un dénombrement effectué en 1827-28 », in Brigitte Marino, dir., Études sur les villes du Proche-Orient XVIe-XIXe siècles : Hommage à André Raymond, Damas, Presses de l’Ifpo, p. 177-199.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fragment de lampas de soie, xive siècle, attribué à la Syrie ou l’Égypte, Metropolitan Museum New-York inv. 46.156.17
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 2 : Localisation des activité aux portes sud et est de la mosquée des Omeyyades de Damas au xive siècle
Crédits Crédit : É. Vigouroux
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 3 : Localisation des activités aux portes sud et est de la mosquée des Omeyyades de Damas en 1413
Crédits Crédit : É. Vigouroux
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9385/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Vigouroux, « Des soieries et des hommes »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 45-58.

Référence électronique

Élodie Vigouroux, « Des soieries et des hommes »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9385 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9385

Haut de page

Auteur

Élodie Vigouroux

Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search