Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Dossier. S’habiller dans la Médit...Politique et choix vestimentaire ...

Dossier. S’habiller dans la Méditerranée du Moyen Âge et de la Renaissance

Politique et choix vestimentaire à Florence à la fin du Moyen Âge

Incursion dans la garde-robe d’un marchand-banquier
Agnès Pallini-Martin
p. 59-69

Résumés

Le choix des couleurs et les étoffes des vêtements que l’on porte est rarement anodin. À partir de l’étude des livres de comptes de Giuliano da Gagliano, marchand-banquier florentin proche des Médicis établi à Lyon, l’article retrace comment un homme de la Renaissance met sa garde-robe au service d’une stratégie d’ascension sociale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alison Brown, « Lorenzo de’ Medici’s New Men and their Mores: the Changing Lifestyle of Quattrocent (...)
  • 2 Ibid., p. 121‑123.

1Porter de la soie à la fin du Moyen Âge fait-il devenir riche et puissant ? Pour des « hommes nouveaux », comme les deux frères Filippo et Giuliano da Gagliano, marchands-banquiers proches des Médicis, l’attention portée aux vêtements, aux tissus et à leurs couleurs, va de pair avec un processus d’ascension sociale assez commun dans la société florentine1. À ce propos, Alison Brown a mis en lumière le comportement de Filippo da Gagliano, sa prédilection pour les vêtements de soie de couleurs vives, à l’instar de Laurent de Médicis, dont il fut proche2.

2La présente contribution se base sur la documentation comptable de Giuliano da Gagliano, frère cadet de Filippo, avec lequel il entretint des liens étroits. Sa trajectoire est moins connue que celle de Filippo, alors que les archives comptables sont plus généreuses en informations à son égard. Nous exploiterons ces sources pour montrer, plus précisément, comment le choix d’une garde-robe peut avoir des liens étroits avec des ambitions politiques et sociales.

  • 3 Scuola Normale di Pisa, Archivio Salviati, (désormais AS) IV, 1, Filippo da Gagliano, f°163.
  • 4 AS, IV, 1, f°57, « Rimissi p(er) suo ordine come mi scrisse a lione [...] a Bartolomeo Bartolini et (...)
  • 5 Archivio Bartolini, (désormais AB) 106, f°5. « conto di chassa deve avere add 25 d’aghosto (...) co (...)
  • 6 AS, IV, 2, Libro bianco, segnato A, di debitori e creditori di Giuliano di Piero da Gagliano, fiore (...)
  • 7 AS, Filze I, fascicule 60, testamenti.

3Né à Florence en 1458 au sein d’une famille de marchands-banquiers, Giuliano quitte sa ville natale le 27 mai 1475, à l’âge de 17 ans. Il se rend d’abord à Avignon, pour se former et travailler dans la compagnie des Médicis, et s’établit, en 1481, à Lyon, sur ordre de son frère Filippo3. Dans cette ville, qui est déjà l’un des grands pôles du commerce de soieries et d’autres marchandises, Giuliano travaille comme caissier de la compagnie bancaire Bartolini, maillon important du système financier des Médicis dans le royaume de France4. En 1487, il cesse ces fonctions sans pour autant quitter la compagnie, dont il devient administrateur en 14905. En janvier 1490, il ouvre un livre Debitori e Creditori à Lyon, premier registre comptable qui lui appartient et qui nous est parvenu6. En 1495, Giuliano rentre à Florence et épouse Lucrezia Cambi en janvier 1510. Le couple n’a que deux enfants et seul le fils, Piero, aura une descendance7. Giuliano meurt à Florence en 1528, à l’âge de 70 ans.

4Lorsqu’il rentre dans la cité toscane, après vingt ans de carrière dans le royaume de France, Giuliano est riche d’une garde-robe bien fournie, essentiellement acquise à Lyon. Les sources comptables nous permettent d’avoir une idée précise de cette richesse et, par conséquent, de mesurer un certain « souci de soi » qui accompagnait son évolution dans la société de l’époque.

Dans le coffre d’un homme à Lyon et à Florence : vêtements et chaussures de Giuliano da Gagliano

5Deux documents sont particulièrement utiles pour l’appréhender : un compte intitulé Spese e Disavanzi, ouvert dans son livre de compte lyonnais, et une liste de vêtements dressée à Florence en 1511.

  • 8 AS, IV, 2, f°14, 60 et 76. Ces comptes sont ouverts en parallèle de celui intitulé « avanzi e disav (...)
  • 9 Ingrid Houssaye Michienzi, Suzanne Lassalle, « Étoffes et vêtements dans l’inventaire après décès d (...)

6À Lyon, Giuliano enregistre les dépenses qu’il fait pour lui et sa maisonnée8. Entre 1494 et 1495, Giuliano dépense 243 livres, 17 sous et 2 deniers pour ses vêtements et accessoires, ce qui constitue la part la plus importante de son budget domestique. Le tableau suivant (tableau 1) rend compte de ces achats9 :

Tableau 1 : Garde-robe de Giuliano da Gagliano entre 1494‑1495 à Lyon

Tableau 1 : Garde-robe de Giuliano da Gagliano entre 1494‑1495 à Lyon
  • 10 Lisa Monnas, Merchants, Princes and Painters, Silk fabrics in Italian and Northern painting, 1300-1 (...)
  • 11 Francesco Datini possède lui aussi des chaussons qui sont appelées scarpette, Iris Origo, Le Marcha (...)

7À son départ de Lyon, Giuliano possède en somme une belle garde-robe, fruit de ses achats à des marchands français ou florentins actifs pendant les nombreuses foires de la ville. Dans l’armoire, donc, sept vêtements du dessus : toutes ces pièces sont des soieries, damas ou satin, fréquemment doublées de fourrure, et de couleur noire. Il achète également à Lyon de nombreux chapeaux et bonnets, pour la nuit le plus souvent, et de nombreuses paires de chaussures et de chaussons dont il est parfois difficile de comprendre l’usage10. Il possède au total neuf paires de chaussons, soit des scarpette, ou des pantufle (parfois appelées pantufle scarpette) et une paire de pantufle pour la nuit11. Il possède deux paires de petites bottes, les stivaletti, et en fait faire deux pour son serviteur, Guillaume. Un calzettiere de Lyon lui fournit une paire de chausses de laine (les calze) et quatre paires de calzetti. La silhouette de Giuliano se complète par des gants, des rubans et des sacs ou des bourses en cuir ou en toile.

  • 12 AS, IV, 2, f°76 « per 2 alle di raso nero comprato da llui per un giubbone »

8Le registre rend compte aussi de l’achat de pièces de tissus : toile de Hollande, velours, satin, ciambellotti de couleur noire, pour les vêtements du dessus, et de la laine blanche pour doubler ses manteaux ou celui de son cheval12.

  • 13 Parmi les études les plus récentes qui proposent l’analyse de documents comptables de compagnies it (...)
  • 14  AS, I, 437, Debitori e creditori segnato A, 1508-1509 ; AS, I, 438, Libro di ricordanze, 1508-1509 (...)
  • 15 Bruno, Dini, « L’industria serica in Italia. Secc. xiii-xv », in Simonetta Cavaciocchi, dir., La Se (...)

9Demeurant à Lyon à la fin du xve siècle, Giuliano da Gagliano vit dans une des places centrales pour le commerce en Europe. Le trafic des soieries, en particulier, y est florissant dès la deuxième moitié du xve siècle13. L’étude des livres de comptabilités de la compagnie florentine Salviati pour les premières années de leur activité, soit les années 1508-1510, donne des indications de prix et de nature des soieries14. Une très grande variété de tissus est présente dans une gamme de valeur importante, comme les satins et damas, les velours, les taffetas, les fils d’or et d’argent, utilisés pour la confection des soieries. Les tissus de soie, en particulier, proviennent pour la plupart de Toscane ; à la fin du xve siècle, la soie florentine concurrence celle de Lucques pour sa finesse15.

  • 16 L’aune de référence ici est celle de Lyon, soit 1 187 mètres. Les prix à l’aune des tissus sont don (...)

10Le tableau suivant rend compte des valeurs à l’aune de draps de soie et de velours vendus à Lyon par la compagnie Salviati en 1508‑150916 :

Tableau 2 : Valeurs des draps de soie et des velours vendus par les Salviati à Lyon

Tableau 2 : Valeurs des draps de soie et des velours vendus par les Salviati à Lyon
  • 17 Renata Ago, « Gerarchia delle merci e meccanismi dello scambio a Roma nel primo seicento », Quadern (...)

11Toutes ces pièces, entre taffetas, damas et satins, sont d’une grande variété de couleurs. Du noir, du vert et du violet pour les taffetas ; les satins, en revanche, sont noirs, cramoisis, jaunes ou blancs ; quant aux damas, on les trouve bis, blancs, rouges17.

  • 18 Houssaye Michienzi, Lassalle, art.cit., p. 103.

12À l’exception du vert, souvent destinée à l’exportation vers les pays musulmans, les couleurs de ces tissus sont celles privilégiées par l’aristocratie ou par les classes les plus aisées, qui les utilisent pour les manteaux ou pour les doublures, comme le fait justement Giuliano da Gagliano18.

13La qualité, la variété des couleurs des soieries italiennes présentes aux foires en font des tissus très appréciés par de nombreux marchands du royaume de France, actifs non seulement à Lyon mais aussi à Tours ou à Rouen, comme Arnaud Briçonnet, Patrice Binet et Maurice Briant.

  • 19 Pallini-Martin, op.cit., p. 56.
  • 20 Françoise Piponnier, « Usage et diffusion de la soie en France à la fin du Moyen Âge », in Simonett (...)

14Dès la fin du xve siècle, les hommes de l’Argenterie du roi et de la reine se fournissent à Lyon19. En effet, l’usage de la soie s’est répandu et la demande de draps de soie est soutenue tant en France qu’en Espagne ou dans le Nord de l’Europe dans les vêtements ou pour l’ameublement, en dépit des nombreuses lois somptuaires20.

  • 21 AS, IV, 1, (1) debitori e creditori rosso, segnato A di Filippo di Piero da Gagliano, 1473‑1495, fo(...)
  • 22 Les comptes de cette compagnie sont tenus dans divers livres comptables, en particulier : AS, IV, 4 (...)

15La deuxième source utile pour étudier la garde-robe de Giuliano remonte, comme nous l’écrivions plus haut, aux années florentines. En 1511, Giuliano habite dans le palais de la famille, situé via del Cocomero, sous le même toit que son frère Filippo21. Il est de retour dans sa ville natale depuis 1495 et est désormais un marchand-banquier reconnu et bien établi. Il participe notamment à une compagnie de soieries et de batteurs d’or, avec son neveu Pierfrancesco da Gagliano22.

  • 23 Ginevra, la fille de Giuliano, nait le 19 juin 1512 et meurt peu de temps après. Agnès, Pallini-Mar (...)

16En date du 29 février 1511 (en style florentin, soit 1512), il dresse, sur une feuille volante, une liste de tissus d’ameublements, de vêtements et d’objets présents dans la maison23. Il indique ainsi quatre manteaux courts dont trois en laine blanche doublée et un corset pour sa femme en sergé blanc de Milan (imbusto di saia milanese bianco).

  • 24 AS, IV, 5, allegato A carta 192. La liste des tissus et vêtements que Gagliano possède à Florence e (...)

17Le tableau suivant (tableau 3) retranscrit une partie du contenu de cette notice24 :

Tableau 3 : Vêtements que possède Giuliano da Gagliano en 1511 à Florence

Tableau 3 : Vêtements que possède Giuliano da Gagliano en 1511 à Florence
  • 25 Brown, art. cit., p. 122, Houssaye Michienzi, Lassalle, art. cit., p. 100‑101.

18Que ce soit à Lyon ou à Florence, les couleurs que porte Giuliano sont assez peu variées : du noir et du blanc, pour les vêtements, et du rouge pour les chapeaux ou les sacs – le noir et les couleurs dérivées du rouge étant des teintures particulièrement chères. Ces couleurs sont habituelles pour un homme de son rang, mais il faut relever une certaine sobriété puisque Giuliano ne porte pas beaucoup de rouge, se différenciant en cela de son frère Filippo qui confirme, même par ce détail, sa proximité avec Laurent de Médicis25.

19Dans tous les cas, l’attention au paraître a pour objectif de consolider la position de ces deux outsiders à l’intérieur d’un groupe social dominant. Ce sont des « hommes nouveaux », dont le parcours et les activités sont assez singuliers.

Parcours d’un « homme nouveau » à l’ombre des Médicis

  • 26 Lino Chini, Storia del Mugello, vol. II, Rome, Multigrafica Editrice, 1969, p. 35 et suivantes ; Jo (...)

20Originaire des collines du Mugello, tout comme les Médicis eux-mêmes, la famille da Gagliano vit à Florence dans les quartiers de ses protecteurs26. À la fin du xve siècle, les deux frères Filippo et Giuliano sont les membres les plus importants de la famille et sont au service de Laurent de Médicis..

  • 27 Il est par deux fois témoin lors de deux cérémonies de consentement (sponsalitium) qui ont lieu dan (...)
  • 28 Francesco Guicciardini, Storie Fiorentine, IX, 78‑9 et 79. À cette liste, A. Brown ajoute Filippo d (...)

21Filippo da Gagliano, né en 1452 et mort en 1517, assume un rôle éminent auprès de Laurent : très actif au sein de la banque Médicis, il appartient à la brigata, ce ‘cercle proche’ qui entoure le Magnifique27. Pour A. Brown, il fait partie de ces « hommes nouveaux » que Francesco Guicciardini mentionne comme particulièrement liés au Médicis : tel un Antonio di Bernardo Dini, Giovanni Guidi, Bartolomeo Scala, ou encore Niccolò Michelozzi, pour n’en citer que quelques-uns28. Leurs familles ne sont pas patriciennes, ils doivent leur fortune à la faveur de Laurent et partagent ambition et ascension sociale.

  • 29 Alison Brown, The Medici in Florence. The Exercise and language of power, Florence, Leo S. Olschki, (...)
  • 30 Raymond De Roover, Il banco Medici dalle origini al declino (1397-1494), Florence, La Nuova Italia, (...)
  • 31 Filippo est élu trésorier des Dieci di Balia en septembre 1482 et reçoit à ce titre un salaire impo (...)

22En 1472, à l’âge de vingt ans, Filippo entre au sein de la banque Médicis29. En 1490, il accède à des fonctions plus prestigieuses et devient vice-directeur de la banque des Médicis jusqu’en 149430. Filippo assume également des charges pour la république de Florence31.

  • 32 AS, Serie IV, 1 (1), « debitori e creditori rosso, segnato A di Filippo di Piero da Gagliano, 1473- (...)
  • 33 AB, Vicchio del Mugello, 224 et 225. Sur les fonctions, au sein de la banque, voir les lettres dans (...)

23En 1481, il se marie avec Alessandra Soderini, nièce du futur gonfalonier Piero Soderini32. Cette union est habile politiquement, car elle permet à Filippo de s’allier avec les familles issues de l’aristocratie florentine33.

  • 34 Tewes, op. cit., p. 121‑122. Sergio Tognetti a bien montré que cette pratique a déjà été expériment (...)

24Après le départ de Florence des Médicis en 1494, Filippo poursuit, avec son frère Giuliano, la tradition familiale de soutien à la famille en exil, rôle qu’avait déjà endossé son père en 143434.

25Contrairement à Filippo, Giuliano reste en retrait de la vie politique florentine ; il semble jouer néanmoins un rôle financier influent. Les documents comptables apportent la preuve de l’activité marchande et banquière de Giuliano et de ses liens avec les cercles du pouvoir du royaume de France et de la famille des Médicis jusqu’en 1528.

  • 35 De Roover, op. cit., p. 448‑449.
  • 36 L’influence de Guillaume Briçonnet auprès du roi est soulignée à de nombreuses reprises par Frances (...)

26Lors de son séjour à Lyon, de 1489 à 1495, soit dans les premières années des guerres d’Italie, Giuliano joue un rôle très important pour la filiale de la banque des Médicis même après son expulsion de Lyon en 149435. En particulier, il vend lors des foires de Lyon des marchandises ; il effectue également pour le compte de la filiale des transferts d’argent sur le compte des Médicis et se charge de recouvrer des créances en suspens. Parallèlement, Giuliano conforte ses liens avec les proches du roi de France, en particulier Jacques de Beaune, général du Languedoc, trésorier de la reine et beau-frère de l’influent Guillaume Briçonnet, évêque de Saint-Malo et proche conseiller du roi36.

  • 37 AS, IV, 2, f°7. « Nota che q(uesto) dì 18 di luglio e detti mi fecono cedola della detta so(m)ma di (...)
  • 38 Bernard Chevalier, « Le financement de la première guerre d’Italie », L’impôt au Moyen Âge. L’impôt (...)

27Dans le contexte du financement des guerres d’Italie, alors que le sentiment anti-florentin est fort à la cour du roi de France, Gagliano vend à Jacques de Beaune une lettre de change de 6 000 ducats de la chambre apostolique payable à Rome pour les ambassadeurs du roi en juillet 1494 et garantie personnellement par le trésorier de la reine37. Cette lettre de change témoigne non seulement de la bonne réputation et de l’ancienneté de la banque à Lyon, mais aussi de la solidité des affaires de la famille Médicis en Italie : une solidité qui perdure au-delà de l’exil38. Elle donne à voir le rôle de financier occulte que revêt Gagliano au profit d’un grand personnage de la cour de France.

  • 39 Origo, op. cit., p. 253.

28Filippo et Giuliano da Gagliano sont des hommes engagés dans une ascension sociale et l’attention à leurs vêtements fait partie de leur stratégie. Pour le marchand qui fonde sa prospérité et sa réputation sur la confiance que les clients lui accordent, le vêtement est un marqueur de sa réussite et inspire la confiance. Comme Giuliano un siècle plus tard, Francesco Datini portait aussi beaucoup d’attention aux vêtements et à son apparence en public39.

  • 40 Gino Masi, Statuti delle colonie fiorentine all’estero (seccoli xv-xvi), Milano, A. Giuffrè, 1941-X (...)
  • 41 Bridgeman, art. cit., p. 122

29L’attention à l’apparence a également une portée politique. Une des recommandations faite par la nation de Lyon aux marchands florentins est justement de porter les vêtements appropriés pour les circonstances auxquelles ils sont amenés à participer. La magnificence avec laquelle les membres du groupe se présenteront lors de l’entrée solennelle d’un prince, d’une princesse, d’un légat, ou de toute autre personnalité démontrera l’honneur et la réputation de la nation florentine « per comparatione de l’altre40 ». Ainsi que l’écrit Jane Bridgeman : « Appropriate dress is perceived as a form of courteous homage41. »

  • 42 Brown, art. cit., p. 121‑127. C’est aussi le cas, au xviie siècle, pour les marchands allemands de (...)

30L’attention portée par Giuliano à sa garde-robe est donc la marque d’une volonté d’ascension sociale, c’est bien l’un des soucis des « hommes nouveaux » dont A. Brown a dressé le portrait42.

  • 43 Brown, art. cit., p. 122‑123.
  • 44 A. Brown cite ainsi une lettre à ser Francesco di ser Barone de Piero Dovizi da Bibbiena, qui préco (...)
  • 45 Niccolò Machiavelli, Istorie fiorentine, Florence, Sansoni, 1971, VII, 6, p. 461‑462. Le rosato éta (...)

31Filippo da Gagliano, le frère de Giuliano, dès 1474, âgé de 22 ans, s’achète de nombreux vêtements de soie, coûteux et très travaillés ; des vêtements que des hommes plus âgés que lui, et bien installés dans la hiérarchie sociale de Florence comme l’était Francesco Sassetti, n’ont jamais possédés43. De même, la couleur choisie pour les vêtements, le rouge ou le pourpre, même en petites touches de couleur, est la preuve d’une ambition sociale clairement affichée44. Cette couleur, déjà portée par Côme de Médicis, marquait en effet, la grandeur d’un homme45.

Conclusion

32Au terme de notre enquête, l’on peut affirmer que ce souci du paraître a certainement contribué à asseoir la fortune de la famille da Gagliano, en consolidant la position des générations à venir.

  • 46 Serena Galasso, « L’héritage des filles à travers les écritures administratives des mères tutrices  (...)
  • 47 ASF, « Ceramelli Papiani », fasc. 2180. Giuliano n’a qu’un seul fils, qui à son tour, n’a qu’une fi (...)
  • 48 Anthony Molho, Marriage Alliance in Late Medieval Florence, Cambridge Mass., Harvard University Pre (...)

33En 1570, Lucrezia, unique petite-fille de Giuliano da Gagliano et riche héritière, épouse Antonio di Filippo Salviati, arrière-petit-fils d’Alamanno Salviati46. Ce mariage est le couronnement d’un parcours social réussi47. Lucrezia est en effet considérée comme issue d’une famille suffisamment honorable et ancienne pour rejoindre l’un des clans les plus éminents de la noblesse florentine48.

34Pour arriver à ce résultat, les deux frères da Gagliano auront donc déployé des stratégies non seulement politiques ou économiques, mais aussi vestimentaires. Le séjour lyonnais aura donné à Giuliano, de toute évidence, plus de liberté et d’opportunités que s’il était resté à Florence : une expérience dont il aura su tirer profit intelligemment.

35Encore une fois, l’exploitation de la documentation comptable démontre sa grande richesse. Des achats de vêtements aux opérations financières, les documents comptables des marchands-banquiers florentins offrent au chercheur des données économiques et également un moyen de mieux appréhender l’histoire sociale et politique d’une période.

Haut de page

Notes

1 Alison Brown, « Lorenzo de’ Medici’s New Men and their Mores: the Changing Lifestyle of Quattrocento Florence », Renaissance Studies, vol. 16, no 2, 2002, p. 113‑142.

2 Ibid., p. 121‑123.

3 Scuola Normale di Pisa, Archivio Salviati, (désormais AS) IV, 1, Filippo da Gagliano, f°163.

4 AS, IV, 1, f°57, « Rimissi p(er) suo ordine come mi scrisse a lione [...] a Bartolomeo Bartolini et compagnie». Götz-Rüdiger Tewes, Kampf um Florenz. Die Medici im Exil (1495-1512), Cologne, Böhlau Verlag, 2011, p. 109 et suivantes. La compagnie Bartolini de Lyon jouera un rôle très important pour Pierre de Médicis dans les années 1499. Tewes fait de cette banque et de la banque Bartolini à Florence deux membres importants du réseau économique des Médicis des années 1478‑1498.

5 Archivio Bartolini, (désormais AB) 106, f°5. « conto di chassa deve avere add 25 d’aghosto (...) conto della chassa tenuta per Giuliano di Piero da Gagliano ». Pour cette période lyonnaise, un seul livre a été conservé dans les archives privées de la famille.

6 AS, IV, 2, Libro bianco, segnato A, di debitori e creditori di Giuliano di Piero da Gagliano, fiorentino di Lione 1489‑1495.

7 AS, Filze I, fascicule 60, testamenti.

8 AS, IV, 2, f°14, 60 et 76. Ces comptes sont ouverts en parallèle de celui intitulé « avanzi e disavanzi », (pertes et profits), dans lequel sont inscrites les dépenses et les gains faits à l’occasion de ses activités de marchand-banquier. La dénomination, créée par Giuliano da Gagliano, lui permet de différencier les deux destinations de ces comptes. Elle témoigne de l’existence d’un système de double-compte.

9 Ingrid Houssaye Michienzi, Suzanne Lassalle, « Étoffes et vêtements dans l’inventaire après décès de Giovanni Maringhi, un marchand florentin à Constantinople au début du XVIe siècle », in Danièle Alexandre-Bidon, Nadège Gauffre Fayolle, Perrine Mane et Mickaël Wilmart, dir., Le vêtement au Moyen Âge. De l’atelier à la garde-robe, Turnhout, Brepols, coll. « Culture et société médiévales » (CSM) 38, 2021, p. 79‑106.

10 Lisa Monnas, Merchants, Princes and Painters, Silk fabrics in Italian and Northern painting, 1300-1500, New Haven-London, Yale University Press, 2008.

11 Francesco Datini possède lui aussi des chaussons qui sont appelées scarpette, Iris Origo, Le Marchand de Prato, la vie d’un banquier toscan au xive siècle, Paris, Albin Michel, 1989, p. 254.

12 AS, IV, 2, f°76 « per 2 alle di raso nero comprato da llui per un giubbone »

13 Parmi les études les plus récentes qui proposent l’analyse de documents comptables de compagnies italiennes actives à Lyon, on pourra citer Nadia Matringe, La Banque en Renaissance. Les Salviati et la Place de Lyon au milieu du xvie siècle, Rennes, PUR, 2016 ; Sergio Tognetti, I Gondi di Lione. Una banca d’affare fiorentina nella Francia del primo Cinquecento, Firenze, Leo S. Olschki, 2013; Agnès Pallini-Martin, Banque, négoce et politique, les Florentins à Lyon au moment des guerres d’Italie, Paris, Classiques Garnier, 2018.

14  AS, I, 437, Debitori e creditori segnato A, 1508-1509 ; AS, I, 438, Libro di ricordanze, 1508-1509 ; AS, I, 439, Libro di fiera 1508-1509. Cette riche famille de marchands-banquiers s’installe à Lyon en 1508 et y demeurera jusqu’en 1584. À son installation dans la ville, la compagnie Salviati fait essentiellement du commerce de textile, laine et soieries.

15 Bruno, Dini, « L’industria serica in Italia. Secc. xiii-xv », in Simonetta Cavaciocchi, dir., La Seta in Europa secc. xiii-xxe, Florence, Le Monnier, 1993, p. 91‑123 ; Luca Molà, La comunità dei lucchesi a Venezia: immigrazione e industria della seta nel tardo Medioevo, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 1994 ; Franco Franceschi, « Florence and Silk in the Fifteenth Century: The Origins of a Long and Felicitous Union », Italian History and Culture, no 1, 1995, p. 3‑22. Au xvie siècle, l’origine des draps de soie se diversifie, notamment avec l’arrivée des tissus de Vicence sur le marché lyonnais, Edoardo Demo, « Sete e mercanti vicentini alle fiere di Lione nel xvi secolo », in Paola Lanaro, dir., La Pratica dello scambio, Sistemi di Fiere, mercanti e città in Europa (1400-1700), Venise, Marsilio, 2003, p. 177‑200.

16 L’aune de référence ici est celle de Lyon, soit 1 187 mètres. Les prix à l’aune des tissus sont donc répartis selon une hiérarchie sensiblement différente de celle que propose R. Gascon pour les années 1560. Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520 environs de 1580), Paris, S.E.V.P.E.N., 1971, p. 58‑59.

17 Renata Ago, « Gerarchia delle merci e meccanismi dello scambio a Roma nel primo seicento », Quaderni Storici vol. 32, no 96 (3), 1997, p. 663‑683.

18 Houssaye Michienzi, Lassalle, art.cit., p. 103.

19 Pallini-Martin, op.cit., p. 56.

20 Françoise Piponnier, « Usage et diffusion de la soie en France à la fin du Moyen Âge », in Simonetta Cavaciocchi, dir., La Seta in Europa, op.cit., p. 785‑800, ici p. 793‑795. Dans une moindre mesure et sous la forme de petits objets de décoration intérieure comme les coussins et les oreillers, on trouve la soie chez les seigneurs villageois ou les citadins. L’usage de la soie réservé aux seuls nobles dans le royaume de France est le fait des dernières années du siècle, sous Charles VIII, et rares sont ceux qui transgressent cette restriction. Charles-Louis Grandmaison, Compotus particularis pagamenti ornamentorum et aliorum utensilium castri ambasie in anno Mo CCCCo IVii XIII, Bulletin trimestriel de la société archéologique de Touraine, vol. 1, Tours, 1868‑1870, p. 259‑260 ; Jane Bridgeman, « Pagare le pompe : why Quattrocento Sumptuary Laws did not Work », in Letizia Panizza, dir., Women in Italian Renaissance, Culture and society, Legenda, European Humanities Research Center, Oxford, University of Oxford, 2000, p. 209‑226.

21 AS, IV, 1, (1) debitori e creditori rosso, segnato A di Filippo di Piero da Gagliano, 1473‑1495, fo192. Brown, art. cit., p. 113‑142.

22 Les comptes de cette compagnie sont tenus dans divers livres comptables, en particulier : AS, IV, 46, « libro dei tessitori di seta, segnato A di Giuliano e Pier Francesco da Gagliano e compagnie, battilori », 1513‑1521.

23 Ginevra, la fille de Giuliano, nait le 19 juin 1512 et meurt peu de temps après. Agnès, Pallini-Martin, « Notes sur un témoignage inédit : les ricordi du “Libro debitori e creditori” de Giuliano da Gagliano (1503-1521) », Laboratoire italien [En ligne], 17 | 2016, http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/967, p. 275‑286.

24 AS, IV, 5, allegato A carta 192. La liste des tissus et vêtements que Gagliano possède à Florence est écrite sur un feuillet glissé dans la couverture du livre de compte.

25 Brown, art. cit., p. 122, Houssaye Michienzi, Lassalle, art. cit., p. 100‑101.

26 Lino Chini, Storia del Mugello, vol. II, Rome, Multigrafica Editrice, 1969, p. 35 et suivantes ; John R. Spencer, Andrea del Castagno and his patrons, Durham, Duke University Press, 1991, p. 62.

27 Il est par deux fois témoin lors de deux cérémonies de consentement (sponsalitium) qui ont lieu dans la maison des Médicis. Francesco Guidi Bruscoli, « Politica matrimoniale e matrimoni politici nella Firenze di Lorenzo de’ Medici, Uno studio del ms. Notarile antecosimiano 14099 », Archivio Storico Italiano, no CLV, 1997, p. 347‑398, p. 392. Pour sa participation au sein de la « brigata », Mario Martelli, Studi Laurenziani, Florence, Leo S. Olschki, 1975, p. 191. Nombreux sont ceux qui, hommes nouveaux ou familles récentes de marchands, attendent de Laurent de Médicis des avantages et la possibilité d’une ascension sociale, Elisabeth Crouzet‑Pavan, Renaissances italiennes, 1380-1500, Paris, Albin Michel, 2007, p. 490.

28 Francesco Guicciardini, Storie Fiorentine, IX, 78‑9 et 79. À cette liste, A. Brown ajoute Filippo da Gagliano. Alison Brown, « Insiders and Outsiders: The Changing Boundaries of Exile », in William Connel, dir., Society and Individual in Renaissance Florence, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 337‑383.

29 Alison Brown, The Medici in Florence. The Exercise and language of power, Florence, Leo S. Olschki, University of Western Australia Press Perth, 1992, p. 126.

30 Raymond De Roover, Il banco Medici dalle origini al declino (1397-1494), Florence, La Nuova Italia, 1970, p. 571‑574. Filippo da Gagliano est aussi un marchand que l’on retrouve associé dans diverses compagnies avec d’autres marchands florentins, à Florence et à Lyon.

31 Filippo est élu trésorier des Dieci di Balia en septembre 1482 et reçoit à ce titre un salaire important (506 florins en 1484). Il est cependant soupçonné de corruption au profit de Laurent. Voir à ce propos Alison Brown, « Public and Private Interest: Lorenzo, the Monte and the Seventeen Reformers », in Gian Carlo Garfagnini, dir., Lorenzo de Medici. Studi, Florence, Leo S. Olschki, p. 103‑165. Pour les faits de corruption et de détournements d’argent public à Florence voir Melissa M. Bullard, « Lorenzo de’ Medici : Anxiety, Image Making, and Political Reality in the Renaissance », ibid., p. 3‑40.

32 AS, Serie IV, 1 (1), « debitori e creditori rosso, segnato A di Filippo di Piero da Gagliano, 1473-1495 », fo192.

33 AB, Vicchio del Mugello, 224 et 225. Sur les fonctions, au sein de la banque, voir les lettres dans Biblioteca Nazionale di Firenze, Ginori Conti, 29, 69 (22 août 1479) ; Archivio di Stato di Firenze, Mediceo Avanti Principato (MAP) 48, 260 et MAP 39, 91 (11 septembre 1484, 23 février 1485).

34 Tewes, op. cit., p. 121‑122. Sergio Tognetti a bien montré que cette pratique a déjà été expérimentée dans les années 1433-1434. Sergio, Tognetti, Da Figline a Firenze, ascesa economica e politica della famiglia Serristori (secoli XIV-XVI), Florence, Opuslibri, 2003, p. 76‑77.

35 De Roover, op. cit., p. 448‑449.

36 L’influence de Guillaume Briçonnet auprès du roi est soulignée à de nombreuses reprises par Francesco Della Casa, ambassadeur des Médicis auprès du roi. Joseph Kervyn de Lettenhove, Lettres et négociations de Philippe de Commynes, Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, Devaux, 1867, t. 2, p. 94 ; Bernard Chevalier, Guillaume Briçonnet (v. 1445-1514). Un cardinal-ministre au début de la Renaissance, Rennes, PUR, 2005.

37 AS, IV, 2, f°7. « Nota che q(uesto) dì 18 di luglio e detti mi fecono cedola della detta so(m)ma di sc. 7440 a p(agare) in sul mercato d’agosto p(ro)ximo cioe 2/3 in sc. e il 0/3 in moneta di re ». Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, Jean‑Louis Fournel, Jean‑Claude Zancarini, éd., Paris, Bouquins, Robert Laffont, 1996, t. I, p. 43‑44.

38 Bernard Chevalier, « Le financement de la première guerre d’Italie », L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin XIIe-début XIVe siècle, Paris, CHEFF, 2002, p. 42‑66.

39 Origo, op. cit., p. 253.

40 Gino Masi, Statuti delle colonie fiorentine all’estero (seccoli xv-xvi), Milano, A. Giuffrè, 1941-XIX, chapitre 48, p. 229.

41 Bridgeman, art. cit., p. 122

42 Brown, art. cit., p. 121‑127. C’est aussi le cas, au xviie siècle, pour les marchands allemands de Lyon étudiés par M. Häberlein. Friedrich Endorfer, fils de marchands d’Augsbourg fait son apprentissage à Lyon chez Daniel Herwart. En 1627, au moment de quitter la ville pour rentrer en Allemagne, il dépense des milliers de livres en vêtements, d’hiver, d’été et de voyage. L’auteur y voit, entre autres, l’importance du vêtement comme marqueur social, « la tenue vestimentaire en tant que statut social et moyen de self-fashioning parmi les élites des villes impériales ». Mark Häberlein, « Commerce, formation et réseaux de compatriotes : la ville de Lyon vue par des marchands de l’Allemagne du Sud au xvie et au début du xviie siècle », in Jean-Louis Gaulin, Susanne Rau, dir., Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800), échanges, compétitions et perceptions, Lyon, PUL, 2009, p. 141‑159, p. 158. Les soieries vendues à Lyon sont aussi très prisées par les marchands de Rouen, hommes et femmes qui trouvent dans le port de ces tissus précieux, le moyen de marquer son statut social, Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Plon, Paris, p. 523‑525.

43 Brown, art. cit., p. 122‑123.

44 A. Brown cite ainsi une lettre à ser Francesco di ser Barone de Piero Dovizi da Bibbiena, qui préconise de porter une robe rouge comme signe de l’ambition politique (ibid, p. 124, note 44).

45 Niccolò Machiavelli, Istorie fiorentine, Florence, Sansoni, 1971, VII, 6, p. 461‑462. Le rosato était considéré comme une couleur aristocratique. Le fils de Laurent le Magnifique, Pierre, tout en suivant les conseils de son père en matière vestimentaire, se fait particulièrement remarquer à l’occasion du mariage du duc de Milan en 1489 (Bullard, art. cit., p. 14).

46 Serena Galasso, « L’héritage des filles à travers les écritures administratives des mères tutrices : deux cas d’étude florentins au XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, no 130‑1, 2018, p. 167‑182.

47 ASF, « Ceramelli Papiani », fasc. 2180. Giuliano n’a qu’un seul fils, qui à son tour, n’a qu’une fille unique légitime.

48 Anthony Molho, Marriage Alliance in Late Medieval Florence, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1994. La famille da Gagliano est absente des registres de la Deputazione qui indiquent les familles nobles et patriciennes de la ville et des villes autour de Florence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Garde-robe de Giuliano da Gagliano entre 1494‑1495 à Lyon
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Tableau 2 : Valeurs des draps de soie et des velours vendus par les Salviati à Lyon
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Tableau 3 : Vêtements que possède Giuliano da Gagliano en 1511 à Florence
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Pallini-Martin, « Politique et choix vestimentaire à Florence à la fin du Moyen Âge »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 59-69.

Référence électronique

Agnès Pallini-Martin, « Politique et choix vestimentaire à Florence à la fin du Moyen Âge »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9434

Haut de page

Auteur

Agnès Pallini-Martin

Professeure agrégée d’Histoire, docteure en histoire économique médiévale

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search