Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Dossier. S’habiller dans la Médit...Le manteau d’Arlotto

Dossier. S’habiller dans la Méditerranée du Moyen Âge et de la Renaissance

Le manteau d’Arlotto

Vêtement et statut social (Florence, xve siècle)
Mathieu Arnoux
p. 71-81

Résumés

Recueillies à la fin du xve siècle, les quelque 200 récits rassemblés dans les Motti e Facezie del Piovano Arlotto, sont une source précieuse sur la société florentine. Si elles sont le plus souvent très brèves, l’une d’entre elles (no 111), relative à la rencontre à Rome en 1475 d’Arlotto avec un célèbre humaniste, le cardinal Jacopo Ammannati, est d’une nature différente, par sa longueur, sa construction très soignée et la précision des attaques qu’elle porte contre un membre prestigieux du cercle médicéen. Au-delà de sa probable signification politique, elle est remarquable par les notations qu’elle contient sur la question sociologique du vêtement. Dans une période où se déploie à Florence une nouvelle culture du luxe ostentatoire, les propos et récits d’Arlotto font émerger les règles pratiques et les représentations d’un usage moyen de l’habillement.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend et développe des thèmes développés dans le chapitre « Nascita di un’economia del consumo ? », dans le volume collectif Philippe Braunstein, Luca Molà, dir., Il rinascimento italiano e l’Europa, vol. 3, Produzione e tecniche, Trévise-Costabissara (Vicenza), Cassamarca-Angelo Colla Editore, 2007, p. 35‑57. Il a fait l’objet d’une présentation lors du Congrès international d’histoire économique de Boston (WEHC), 2018. Le toscan du piovano Arlotto est savoureux et difficile à traduire sans en perdre les nuances, et il serait dommage de s’en priver. On a donc gardé la plupart des citations en italien, en les accompagnant à chaque fois d’une glose présentant l’essentiel du texte ; je remercie les deux referees et les éditeurs de la revue de leurs suggestions.

Texte intégral

Et cependant, que vois-je de cette fenêtre,
sinon des chapeaux et des manteaux ?
Descartes

  • 2 L’état du savoir et la bibliographie relatifs à Arlotto ont été rassemblés par Giuseppe Crimi dans (...)
  • 3 Il figure dans les registres de comptes de la Compagnie Salviati de Londres (Scuola Normale Superio (...)
  • 4 Une partie des anecdotes rassemblées dans les Motti e facezie se trouvent dans le recueil des Detti (...)

1Le Florentin Arlotto Mainardi, héros facétieux de la Florence du milieu du Quattrocento fut sans doute l’un des meilleurs observateurs de la société et de la culture matérielle de son temps. À la fois personnage historique et figure littéraire il nous est parvenu sous la forme d’un recueil de bons mots et facéties, composé de son vivant et imprimé dans les premières années du xvie siècle2. Si on est sans doute encore loin d’avoir rassemblé toutes les sources à son sujet, sa biographie est assez bien connue. Né, sans doute vers 1396, dans une famille populaire de la campagne de Florence, Arlotto fut d’abord instruit dans l’art de la laine, dont il s’éloigna assez rapidement pour devenir clerc : en 1426, il devint piovano (recteur) de la pieve de S. Cresci a Maciuoli, dans le diocèse de Fiesole. Il ne renonça pas pour autant à la vie séculière : pendant de longues années, il voyagea comme chapelain sur les galères à destination de Naples et la Sicile, de la Provence, de Londres ou de Bruges3. Il est surtout le héros de plus de 200 courts récits, bons mots et dialogues, qui circulèrent dès les années 14804. Arlotto y met à profit sa connaissance des divers pays qu’il visita, mais aussi de la société florentine, pour développer une critique, le plus souvent bienveillante, des comportements de ses contemporains. Réticent à l’égard des discours abstraits ou généraux, quelle que soit leur origine, il fait porter ses remarques sur les aspects les plus concrets de la vie matérielle, faisant des objets et de l’usage qu’on en fait autant d’indices permettant une compréhension des rapports entre les hommes. Le monde qui s’offre ainsi au lecteur, est centré sur Florence. Les capitales et places commerciales européennes et les campagnes toscanes y faisant, chacune à sa manière, figures de périphéries.

  • 5 Arlotto, 5, p. 16.
  • 6 Ibid., 150, p. 212.
  • 7 Ibid., 126, p. 183.
  • 8 Ibid., 153, p. 216.
  • 9 Ibid., 83, p. 130 ; Concetto Del Popolo (Battisteo, Lingua nostra, no 69, 2008, p. 9‑12) et Luca d’ (...)

2Voyageur et marchand au long cours, Arlotto aime faire état de ses expériences, qui lui ont permis de constater les différences entre les usages des divers peuples d’Europe. Des Anglais, il note avec désapprobation que « quand il se mettent à table, ils restent trois heures ou plus à manger5 ». Du royaume de Naples, il sait « que si on voulait lui donner sa qualité ou son vrai nom, on devrait l’appeler le Paradis terrestre, vue la quantité et abondance des biens et nobles fruits en tous genres qu’il produit pour l’alimentation et subsistance des hommes. » Mais son air « produit des hommes méchants et pleins de traîtrise6. » Il sait aussi que les usages locaux ne se transportent pas : à un sot marchand, qui pense pouvoir vendre facilement à Florence les « petites balles » qui font fureur chez les habitants de Bruges, pour l’inciter à la prudence dans le choix de ses affaires et lui rappeler l’importance d’une bonne information, il raconte la fable du marchand génois, dont un souverain lointain voulut payer les marchandises en chats, qui étaient le bien le plus précieux dans son pays ravagé par les souris. Dans sa propre activité de marchand, il affirme faire preuve de discernement, n’achetant en commission que lorsqu’il a reçu une avance de ses associés7. Dans cette optique, le choix des marchandises apportées de Florence ou achetées à Londres ou à Bruges, devient un élément important de l’anecdote. Si les soieries de Florence, les laines d’Angleterre ou les draperies et tapisseries flamandes tiennent dans ses propos une place importante, Arlotto sait que des produits moins fameux peuvent donner l’occasion de profits importants, comme les cuivres et étains de Rhénanie ou de Wallonie que l’on trouve à Bruges ou les savons parfumés qu’un Catalan avisé vend à Florence, via de’ Martelli8. Il n’hésite pas à innover, sans redouter l’obscénité, le cas échéant, comme pour ces vingt flacons en forme de « battistei, belli naturali e onorevoli di piena mano » emplis d’épices colorées qu’il fait fabriquer par un verrier florentin pour le divertissement des jeunes employés du Banco de’ Medici de Bruges, mais dont le duc de Bourgogne réquisitionne une partie pour lui-même, pour plus de cent écus d’or9.

3Si Arlotto sait faire voir le déplacement incessant des produits et les réseaux d’échanges qui, à travers eux, relient Florence au reste de l’Europe, il n’est pas moins attentif à l’usage qui est fait de ces objets dans le monde familier unissant le Mugello aux rues de Florence, qu’il observe depuis sa table de l’Osteria dell’Uccellatoio. Nourriture et vêtements contribuent dans ses récits à enrichir une leçon de morale publique constamment renouvelée : hiérarchie sociale et ambitions individuelles s’y combattent ou s’y confortent tour à tour. Modeste clerc issu du peuple lorsqu’il est admis à la table des patriciens, le piovano se transforme en notable aisé lorsqu’il discute avec ses ouailles. Lors d’une discussion avec l’un de ses confrères, prieur de San Sano du Mugello, il rappelle ainsi à son interlocuteur qu’il juge coupable d’avidité la situation privilégiée qui est celle des clercs :

  • 10 Arlotto, 113, p. 175 ; pour la même raison, il tient à s’acquitter scrupuleusement des taxes qui lu (...)

Avete più che ducati 70 della prioria d’entrata l’anno : ché volete più briga all’anima e al corpo ? Non vi basta egli vivere come un onorato prete ? Sono in Firenze grande numero di uomini dabbene i quali non ascendono alla somma di tanta entrata l’anno e nondimeno vivono civilmente con la donna e tre e quatro figliuoli. Credete a me, credete a me, che si vòle procurare di avere di rendita insino in fiorini cinquanta o al più insino in cento ; come voi passate il segno de’ cento voi avete a tenere maggiore istato, il disidèro cresce e l’ambizione10.

  • 11 Ibid., 76 et 77, p. 117‑123.
  • 12 Face à son évêque, il n’hésite pas à défendre la nécessité du prêt usuraire (ibid.,115, p. 175) : « (...)
  • 13 Ibid., 112, p. 172‑173.
  • 14 Ibid., 163, p. 227 ; 193, p. 255.
  • 15 Ibid., 47, p. 80.

4Dans tous ces cas, Arlotto se montre sensible aux relations inégales qui peuvent exister entre les personnes, et sait à merveille en décrire les symptômes. Pasteur attentif, il évoque sans préjugé moral ou social la gêne et la réticence des femmes et des hommes de sa paroisse face à sa curiosité indiscrète quand il est question de leur vie sexuelle11. Il sait aussi la précarité de leur condition et n’hésite pas à exempter l’un d’entre eux d’une fête chômée qui le priverait de son salaire. S’il considère que les revenus de sa pieve, qu’il a su faire croître par une gestion avisée, sont à la base d’un réseau local de crédit dont il sait la nécessité12 et dans lequel il est personnellement engagé13, il n’hésite pas à rappeler à l’un de ses débiteurs que seul le remboursement du capital permet au créancier de renouveler le prêt14. Mais face aux puissants, il se fait leur défenseur, et rappelle que leur labeur est la base de la prospérité de la ville. À Lucrezia Tornabuoni, mère de Laurent le Magnifique, qui fait devant lui l’éloge de la charité patricienne envers les gens du peuple et le met au défi de trouver une aumône plus louable que la fondation dotale pour des jeunes filles méritantes qu’elle vient à peine de créer, il n’hésite pas à répliquer : « Io ve ne dirò una che è assai migliore, la quale è questa : non torre la roba d’altri, né la fatica, né il sudore di persona, massime de’ poveri uomini15. »

5À ses yeux, de sociologue autant que de moraliste, que chacun, à commencer par lui-même, s’identifie au vêtement qu’il porte et à sa manière de le porter. C’est un trait commun de la littérature de son temps. Un bref apologue emprunté au recueil de Detti piacevoli, suffira à en apporter une illustration :

  • 16 Angelo Poliziano, Il bel libretto, no  307.

Côme [de Médicis] pour réconforter un pauvre paysan, l’invita à s’approcher du feu, car il faisait grand froid :
« Mais je n’ai pas froid, Côme ! répondit-il.
 J’aimerais bien savoir comment tu fais.
 Si vous portiez tous vos vêtements sur vous, comme nous faisons, moi et les miens, vous n’auriez pas froid16. » 

6Ses propres vêtements apparaissent dans le récit comme des éléments essentiels, et parfois les enjeux de la discussion, parfois comme de véritables personnages. C’est en particulier le cas de son manteau, dont l’importance traduit une certaine coquetterie de la part du prêtre. Pour avoir pris sur sa monture les manteaux de ses cinq compagnons lors d’un pèlerinage à Santa Maria del Sasso di Casentino, Arlotto se trouve « miraculeusement » privé de son propre « catalano a buche », sans doute un manteau pourvu de manches à crevés. Le manteau nouveau par lequel il remplacera la loque dont il est vêtu est un point essentiel dans l’éloge de la charité qu’il doit prononcer lors d’un tournoi d’éloquence disputé à Bruges avec le chapelain d’une galée vénitienne :

  • 17 Arlotto, 3, p. 12

Per questa cagione, questa mattina di nuovo vi conforto a questa pia opera : considerate e vedete che io non ho altro che questo tristo mantello, vedete che è tutto rotto e consumato e più non mi istà indosso. Pertanto, dilettissimi miei levate le vostre mente in alto e pensate di quanta magnificienzia, gloria e merito sia la santa limosina : quello glorioso principe de’ confessori, santo Martino benedetto per uno mezzo mantello dette per amore di Dio guadagnò il reame del cielo17 !

  • 18 Ibid., 82, p. 129.

7La force de cette argumentation lui vaudra de recevoir de son adversaire un coupon de 30 brasses de draps de Malines. Une autre fois, sa capacité à convaincre le pape Nicolas de ne pas lui retirer son bénéfice, lui vaut aussi de recevoir « un degno mantello e cappuccio [e] una buona vesta18 » qu’il rapporte de Rome.

  • 19 Ibid., 89, p. 141.
  • 20 Ibid., 197, p. 257

8Dans ces récits, le manteau n’est donc pas seulement objet de prix : il est aussi un marqueur d’identité sociale, éventuellement un véritable argument de fait en cas de discussion, en raison des significations diverses dont il est le support. Il peut faire fonction de manifeste à l’appui de sa protestation : lorsqu’il demande audience au cardinal légat Giulio della Rovere pour dénoncer les intrigues menées par un autre clerc florentin pour s’emparer de son bénéfice et le réduire à la misère, le « mantello di panno verde bruno » qu’il porte lui permet de répondre à Laurent le Magnifique, venu s’enquérir de lui, « sono condotto al verde » : « me voici sur la paille19 ». Le vêtement peut aussi délivrer son message à l’insu de celui qui le porte : l’un de ses compagnons de voyage à Bruges est ainsi pourchassé par les habitants de la ville pour avoir revêtu par vanité la robe chamarrée qu’Arlotto lui avait perfidement conseillé d’acheter, qui était en fait un costume de bourreau : « una vesta da manigoldo ». Et c’est en tachant d’huile leurs manteaux qu’il se venge du vilain tour à lui fait par un groupe de Florentins20.

9Le manteau que l’on porte est aussi celui que l’on fait faire par son tailleur. Celui d’Arlotto s’appelle Zuta, et entretient avec des liens d’amitié méfiante, qui lui valent d’apparaître dans deux récits au moins. Dans l’un, Zuta invente l’apparition en rêve, de Matteo Mainardi, père du piovano, depuis le Purgatoire, où il purge ses fautes. Ce récit vient à l’appui de la demande qu’il fait à Arlotto d’une carafe de malvoisie à titre d’aumône pour la rédemption du pécheur. Arlotto acceptera de boire le vin, mais laissera l’addition au menteur. Dans une autre facétie, Zuta, malade et craignant pour sa vie et son salut, rapporte à Arlotto un autre rêve, vrai celui-là, et récurrent, dans lequel un homme porteur d’une bannière l’invite à le suivre : « la bandiera pareva dipinta di molte ragioni di colori, quasi di tutti quelli varii si potevano trovare. » On ne peut s’empêcher de voir dans le patchwork de cette bannière bigarrée un lambeau du manteau d’Arlequin, roi des morts et des damnés. De fait, l’interprétation que le Piovano fait de ce rêve va dans ce sens : la bannière est bien une sorte de manteau, mais celui-ci est fait de tous les morceaux de tissus volés par le tailleur à ses clients au cours de son travail :

E nella confessione il piovano gli disse che colui gli apparve era il diavolo, e quelli colori erano di tutte le ragioni panni aveva rubati nel tagliare ; e confessogli che presso a cinquant’anni lui aveva fatto l’arte del rubare.

  • 21 Ibid., 59, p. 93‑94 ; 67, p. 104 (le tailleur indélicat est sans doute le même que p. 101)

10Zuta terrifié s’engage à ne plus voler ; à cet effet, son apprenti devra le sommer, à chaque fois qu’il usera de ses ciseaux, de se souvenir de la bannière. Évidemment, la bonne résolution ne tiendra pas longtemps : chargé, par l’entremise d’Arlotto, de tailler une veste pour un riche seigneur étranger dans une pièce de brocard d’or, le tailleur annoncera avant de se servir largement de ses ciseaux que, dans la bannière rêvée, « di questo color, non v’era21 ».

  • 22 Ibid., 111, p. 164‑172.
  • 23 Il s’agit du no 212 du recueil.

11L’anecdote de sa dispute avec l’humaniste et cardinal Jacopo Ammannati lors d’un voyage à Rome à l’occasion du jubilé de 1475 est sans doute l’une des plus complexes et élaborées du recueil et il ne s’agit en aucun cas d’une facétie22. L’écriture du texte et sa mise en circulation semblent avoir été très précoces, si l’on retient la date de 1480 pour le recueil de Detti piacevoli, où elle figure sous une forme abrégée23. Le récit, qui met brutalement en cause une figure de premier plan de l’humanisme florentin, Jacopo Ammannati Piccolomini, cardinal évêque de Pavie, met aussi en scène deux autres personnages publics, le Romain Falcone Sinibaldi, protonotaire et trésorier apostolique, et le Florentin Paolo Schiattesi, vicaire de l’archevêque de Florence. La présence de phrases en français de Flandre va dans le sens d’une contribution directe d’Arlotto, héros de l’histoire, à la rédaction du texte, sans qu’on puisse décider s’il doit sa qualité littéraire à l’intervention d’un autre rédacteur. Il y a donc sans doute un faisceau de causes et d’intentions derrière ce récit, qu’une enquête plus approfondie permettrait peut-être de mettre en lumière. Pour autant, son contenu clairement diffamatoire n’épuise pas l’intérêt du récit, complexe et fortement construit, sous la forme d’un récit bâti autour d’un autre récit énoncé par le personnage principal.

12Le contexte est celui du pèlerinage à Rome accompli par Arlotto en compagnie de Paolo Schiattesi lors du jubilé romain de 1475. À leur arrivée à l’auberge, le Piovano fut prié par son ami Falcone Sinibaldi de transférer son logement chez lui. C’est là qu’un soir, un envoyé du cardinal de Pavie apporta une invitation à diner adressée d’abord à Falcone Sinibaldi, puis étendue, de manière très impérative, à son hôte Arlotto. Celui-ci s’y plia avec réticence. À partir de ce point, le récit met en scène, très efficacement, la tension croissante qui s’installe entre le maître de maison et le piovano. Dès l’arrivée des invités le dialogue débute de façon étrange par une déclaration d’ignorance réciproque de la part des deux hommes :

Venuto il Piovano in casa e toccata la mano al cardinale, el quale lo domandò e disse :
 Piovano conoscetemi voi ? avetemi voi veduto in altro luogo che qui ? Rispose il Piovano:
 io non vi viddi mai più, ne mai vi conobbi se non per fama, eccetto che al presente.

13Le repas servi donne lieu de la part du maître de maison à une exhibition de luxe et de prestige, symbolisée par la présence comme boisson « d’uno presente m’ha fatto il papa di dua fiaschi d’uno solenne vino », servi précautionneusement et parcimonieusement aux invités par un laquais, ce qui suggère à Arlotto une remarque acerbe de buveur toscan habitué à se servir lui-même : « sono avezzo in contado dove i preti tengono il boccale allato e mescionsi il vino loro medesimi. »

14La conversation se porte ensuite sur des sujets d’intérêt apparemment plus général, qui suscitent cette remarque du piovano :

Monsingore, io sono più felice e più contento di voi ; del libro de’ contentamenti, voi non siete alla lettera del C e io sono alla lettera del R. Avete molte dignità e ora siate a quella del cardinalato, né ancora vi contentate, ché vorresti ascendere a quella del papato.

  • 24 Arlotto, 6, p. 18.

15Le Libro de’ contentamenti d’Arlotto, appartient à la même série que son Libro d’errori, où il tient la comptabilité des sottises venue à sa connaissance, y compris celles du roi de Naples, Alphonse, qui demande un jour à le consulter24. Mais il ne s’agit pas ici d’un grand livre, plutôt d’une rubrica alphabétique, où les deux convives figurent, chacun à son rang : Arlotto, inscrit à la lettre R (comme rector, sans doute) et le cardinal à la lettre C. L’un est heureux et sans ambition, l’autre mécontent de ne pouvoir monter encore, jusqu’à la lettre P, comme pape, bien sûr. La réponse donnée au piovano montre qu’un point sensible a été atteint : le cardinal s’en prend en effet à son manteau, alors accroché au mur, qu’il considère comme le meilleur argument de celui qui le porte, selon une formule savamment ambiguë. À la question rhétorique : « savez-vous pourquoi vous dites avoir tant de choses en vous ? » la réponse peut se traduire de deux manières : « parce que vous avez apporté vos arguments avec vous » ou « parce que vous avez retourné vos arguments de votre côté » ?

Quando il Cardinale ebbe udito alquanto il Piovano, disse « Voi non sapete perché avete detto tante cose sono in voi » ? Voltossi verso il Piovano, con la mano accennò verso il suo mantello e disse : « Perché voi avete recato le ragioni del canto vostro. »

16Devant ses compagnons interdits, Arlotto répond alors par une anecdote, dont il fut le témoin lors d’un de ses séjours en Flandre à l’occasion d’un mariage patricien auquel il fut invité. Parmi les jeunes aristocrates qui constituaient la compagnia della calza, rassemblée et luxueusement vêtue de cuir pour la fête, figurait le fils d’un cordonnier enrichi. La réparation improvisée sur place par un cordonnier d’un accroc survenu aux chausses mégissées de l’un des compagnons ne lui échappa pas, malgré l’expertise du maître qui l’avait réalisée. Celui-ci avait assuré le porteur de la pièce racommodée que seul un homme du métier aurait pu noter la réparation : « lo istivale è racconcio in modo che non è uomo che se ne possa avedere, se none un calzolaio come son io. » Au moment où les invités revêtaient leurs livrées de danseur, le jeune homme se laissa aller à une remarque agressive « Hé vilain, n’as-tu pas honte de venir danser avec nous avec tes chausses rapiécées », phrase qu’Arlotto répète dans un français des Flandres parfaitement conforme :

Iscalzandogli loro famigli, appunto quello del calzolaio vidde lo stivaletto ricucito in gamba a colui e cominció a dileggiarlo e disse :
« E, vilen, ne ty vergogne tu pas a venir danzier a noz, a tus le husió tacconé ? »
Le parole vogliono significare questo in italiano : « Ah, villano, non ti vergogni tu a venire a danzare qui alle nozze con gli istivali rattaconati ? »

17La remarque, comme l’avait prévu le cordonnier, dénonce l’origine laborieuse de celui qui la fait, et provoque une réplique furieuse de son interlocuteur : « Le maître l’avait bien dit en me chaussant que nul ne le verrait, sinon un savetier dans ton genre. »

Rispose con impeto grande e tutto pieno d’ira e di rabbia quello gentile giovane, avendo a sdegno che quello figliuolo del calzolaio se n’era accorto, e disse :
« Suet con lo mal an e la mala Paca che Dieu te done. I me lo di bien lo metro che me le cialsé, che, se ne euet un ciabatter come tu es, i ne se vera pas ; pour l’amour Dieu, se vus ne vus levé devam moi, gie vus rompré le musió »
Vogliono dire queste parole in taliano : « Sia col mal anno e mala Pasqua che Dio ti dia. E’ me lo disse bene il maestro che me li calzó, che, se non era uno ciabattiere come tu, che non se ne poteva avvedere ; per lo amore di Dio, se voi non vi levate dinanzi a me, io vi romperó il mostaccio. 

  • 25 À l’ombre des jeunes filles en fleur, Eugène Nicole, éd., le Livre de poche, 1992, p. 373.

18Ce qu’Arlotto a voulu faire comprendre à son interlocuteur a été décrit en mots définitifs par Marcel Proust : « Chaque vice, comme chaque profession, exige et développe un savoir spécial qu’on n’est pas fâché d’étaler. L’inverti dépiste les invertis, le couturier invité dans le monde n’a pas encore causé avec vous qu’il a déjà apprécié l’étoffe de votre vêtement et que ses doigts brûlent d’en palper les qualités25. » Démasqué par ses propres paroles comme un intrus social, le fils du cordonnier se lève alors et quitte la fête, humilié. Ainsi avait fait aussi le cardinal, après avoir entendu le récit d’Arlotto : « intese a punto il cardinale ». La dispute s’arrête alors. En dehors d’Arlotto et du Cardinal, aucun des convives présents n’a compris le sens de l’échange.

19Sur le chemin du retour, Falcone Sinibaldi, ami de longue date du cardinal, indigné par la scène à laquelle Arlotto l’a contraint d’assister, lui demande le sens de son étrange récit. L’explication que celui-ci lui donnera, avec sa morale implicite, est sans concession. Contrairement à ce qu’affirmait leur premier échange de paroles, le piovano et Iacopo Ammannati s’étaient rencontrés bien des années auparavant. Mais ce que révèle alors Arlotto est terriblement embarrassant (mais bien conforme aux usages florentins en matière de médisance) : pour échapper à la misère, le jeune Jacopo, vêtu de haillons, faisait alors commerce de son corps dans les rues de Florence :

Sono più che anni trenta sei io lo cognobbi e aré’gli saputo dire dove e come io l’avevo cognosciuto, ma non potevo, ché mi bisognava ricordarli le sua calamità, nelle quali lui già fu, e come io lo avevo veduto poverissimo andare in zoccoli di maggio per lo asciutto e co’ panni rattoppati indosso e rivolti sotto sopra.

20Parvenu de longues années plus tard au sommet de la société chrétienne, en dépit de l’accord de confidentialité conclu sur le pas de sa porte, le cardinal n’a pu s’empêcher durant tout le repas de faire remarquer à Arlotto la modestie de sa condition, comparée à sa propre ascension sociale. Sa remarque apparemment générale (pour les autres convives) sur les « raisons » du Piovano, dissimulait un trait précis et blessant sur l’usure du manteau pendu derrière lui, longuement porté d’un côté, puis décousu et porté à nouveau du côté de la doublure :

Come uomo dispettoso, fisò verso di me l’occhio e posemi mente il mio mantello che io ho indosso e rimproverommi che io l’avevo rivolto ritto rovescio—e diceva il vero perche n’era intendente— e con dirmi “ Voi non sapete perché in voi sono tante cose, solo perché vi avete recate le ragioni del canto vostro” cioè il mantello rivolto ritto rovescio.

21L’anecdote flamande du parvenu indélicat permet alors au piovano de se venger de la méchanceté de son hôte, dans un premier temps à l’insu des autres convives. Il lui revient en conclusion (ou à celui qui mit par écrit l’anecdote), d’édifier amis et lecteurs. Falcone, homme riche et puissant, bienveillant mais ingénu, se voit en effet donner une brève leçon de sociologie des apparences sur le thème : que savent les riches des vêtements des pauvres ? Les hommes de sa condition portent leurs propres manteaux un an ou dix huit mois, au plus, et les abandonnent pour porter un manteau neuf. Arlotto, comme les autres pauvres, porte les siens d’un côté, jusqu’à usure, puis les fait retourner par le couturier pour les porter à nouveau, cette fois du côté de la doublure. Pour se rendre compte de la seconde vie du vêtement, il faut l’œil d’un pauvre. Ou celui d’un ancien pauvre, enrichi, mais marqué encore par son ancienne condition :

Voi siete nobile uomo e siete nato e allevato e nutrito ricco, in modo non potete essere intelligente della arte né accorgervi del mio mantello, che è rivolto proprio come lui dice : e giudicò bene come quello che ne aveva veduti e portati più d’uno rivolto a suoi dì. Messer Falcone mio da bene, voi vi fate un mantello e portatelo uno anno o diciotto mesi, e poi lo vendete e voi lo donate e rifatevene uno nuovo né però non vi potete avvedere né essere della arte a intendervi dei panni rivolti.

  • 26 Selon les mots de l’ambassadeur Niccolò Robberti (1468) : « Questa è una tera che fa più honore ale (...)

22Ce duel sur les apparences, où Arlotto et le cardinal se combattent à mots couverts, offre des sens multiples, d’autant que le texte semble avoir circulé très tôt dans les milieux florentins. Il n’est pas impossible que par-delà la figure ambiguë du cardinal de Pavie, les remarques meurtrières du piovano aient visé le groupe des humanistes médicéens dans son entier, pour lesquels une garde-robe luxueuse et voyante était la garantie d’un rang social bien établi26. Sa signification morale va pourtant au-delà de la vie politique locale. Revendiquant la modestie des ambitions et des apparences, Arlotto fait ainsi l’éloge d’une société bien hiérarchisée, où chacun se doit de tenir son rang, humble ou élevé, sans chercher à bouleverser par ses ambitions l’arrangement social qui donne à tous, du simple paysan au patricien, dignité et estime de soi. Dans le monde à la fois instable et minutieusement réglé que décrivent ses facéties, rang social, vêtements et comportements définissent la situation de chacun, désignant à la vindicte ou au mépris celui qui se permet de transgresser les règles communes, pensant que la richesse légitime l’usage et l’exhibition des parures et la posture du mépris. Dans un monde où les lois du marché semblent triompher des régulations anciennes, la sagesse amère d’Arlotto explique à sa manière la stabilité sociale que laissent entrevoir les lois somptuaires et les statuts sociaux.

Haut de page

Notes

2 L’état du savoir et la bibliographie relatifs à Arlotto ont été rassemblés par Giuseppe Crimi dans le Dizionario biografico degli Italiani, t. 67, (2006). En attendant une nouvelle édition tenant compte des manuscrits récemment mis au jour, on se reportera à celle, excellente, de Gianfranco Folena éd., Motti e Facezie del Piovano Arlotto, Milan, Ricciardi, 1953 (2e edition 1995).

3 Il figure dans les registres de comptes de la Compagnie Salviati de Londres (Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, S. 1, 342, c. 82, avril 1456 : « una lettera a Francesco dei Neroni e compagni, risposta a 2 loro de dì 31 di giennaio e 14 di febraio. Dicemo avere pagato al piovano Arlotto e’ fiorini 50 e cche faremo d’averne la chontenta. » (merci à Matthieu Scherman de cette information.)

4 Une partie des anecdotes rassemblées dans les Motti e facezie se trouvent dans le recueil des Detti piacevoli, dont la composition, généralement attribuée à Ange Politien, remonte aux années 1477-1482 : Paolo Paolini, « Note sui ‘Detti piacevoli’ attribuiti al Poliziano », Italianistica : Rivista di letteratura italiana, no 19, 1990, p. 319‑329.

5 Arlotto, 5, p. 16.

6 Ibid., 150, p. 212.

7 Ibid., 126, p. 183.

8 Ibid., 153, p. 216.

9 Ibid., 83, p. 130 ; Concetto Del Popolo (Battisteo, Lingua nostra, no 69, 2008, p. 9‑12) et Luca d’Onghia (Battistiero, Lingua nostra, no 70, p. 69‑73) ont rassemblé les attestations avec un sens obscène du mot battisteo, qui désigne l’eau bénite et le goupillon qui permet d’asperger. Arlotto n’est pas le seul opérateur sur ce marché spécialisé. Quelques décennies plus tard, l’Arétin évoque dans le Ragionamento della Nanna e della Antonia « quei frutti di vetro che si fanno a Murano di Vinegia alla similitudine del K, salvo che hanno duo sonagli che ne sarebbe orrevole ogni gran cembalo », qui ne doivent pas être très loin des objets produits pour Arlotto ; Pietro Aretino, Ragionamento, Dialogo, Biblioteca Universale Rizzoli, 1988, p. 84.

10 Arlotto, 113, p. 175 ; pour la même raison, il tient à s’acquitter scrupuleusement des taxes qui lui sont imposées par la Commune : 148‑149, p. 208‑212.

11 Ibid., 76 et 77, p. 117‑123.

12 Face à son évêque, il n’hésite pas à défendre la nécessité du prêt usuraire (ibid.,115, p. 175) : « diceva di volere sostenere contro a ogni collegio di dottori come il prestare a usura non era peccato, ancora que fussi a cinquanta per cento, ma che il peccato grave era il rivolere il capitale e lo interesse ».

13 Ibid., 112, p. 172‑173.

14 Ibid., 163, p. 227 ; 193, p. 255.

15 Ibid., 47, p. 80.

16 Angelo Poliziano, Il bel libretto, no  307.

17 Arlotto, 3, p. 12

18 Ibid., 82, p. 129.

19 Ibid., 89, p. 141.

20 Ibid., 197, p. 257

21 Ibid., 59, p. 93‑94 ; 67, p. 104 (le tailleur indélicat est sans doute le même que p. 101)

22 Ibid., 111, p. 164‑172.

23 Il s’agit du no 212 du recueil.

24 Arlotto, 6, p. 18.

25 À l’ombre des jeunes filles en fleur, Eugène Nicole, éd., le Livre de poche, 1992, p. 373.

26 Selon les mots de l’ambassadeur Niccolò Robberti (1468) : « Questa è una tera che fa più honore ale veste che a virtute ni ad altro » ; cit. dans A. Brown, « Lorenzo de’ Medici’s new men and their mores: the changing lifestyle of Quattrocento, Florence », Renaissance Studies, vol. 16, no 2, p. 113‑142, p. 122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux, « Le manteau d’Arlotto »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 71-81.

Référence électronique

Mathieu Arnoux, « Le manteau d’Arlotto »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9494

Haut de page

Auteur

Mathieu Arnoux

Professeur à l’université Paris-Cité et directeur d’études à l’EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search