Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Dossier. S’habiller dans la Médit...Les vêtements des juifs dans les ...

Dossier. S’habiller dans la Méditerranée du Moyen Âge et de la Renaissance

Les vêtements des juifs dans les royaumes hispaniques : des marqueurs identitaires ?

Claire Soussen
p. 83-102

Résumés

Alors qu’une « politique du signe » de plus en plus explicite s’affirme en Occident à partir du concile de Latran en 1215 visant à distinguer les juifs et les musulmans des chrétiens, le présent article s’attache à repérer dans la documentation archivistique et iconographique les traces du port de vêtements identitaires par les juifs des royaumes hispaniques à la fin du Moyen Âge. Les mentions de « capes juives » et de rouelles dans la documentation textuelle sont confrontées aux images tirées de la série des haggadot catalanes, tout en usant des précautions méthodologiques nécessaires à l’interprétation des images médiévales pour éviter toute surinterprétation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernard Lewis, « L’Islam et les non-musulmans », Annales HSS, 35e année, no  3/4, 1980, p. 789.
  • 2 Dans un autre contexte, pour la question des identités vestimentaires et de leur transgression, voi (...)
  • 3 Voir les travaux de Danièle Sansy, « Paul Chrétien et la rota des juifs de France », dans Nicole Go (...)

1« L’habit ne fait pas le moine » et pourtant la propension médiévale à catégoriser les individus et les groupes passait en grande partie par la détermination de vêtements spécifiques qui servaient à les reconnaître et à les identifier. Les clercs, dont l’éminence et l’importance dans la société s’exprimaient à travers le port de vêtements et d’objets dont les prescriptions ne devaient rien au hasard, se distinguaient au premier abord. La crosse et la mitre des évêques et des abbés, le pallium du pape et des archevêques, sans parler des couronnes royales et impériales qui toutes avaient leurs spécificités, participaient de ce monde de signes qui pouvaient être tout autant des outils d’affirmation et de distinction positive, que des moyens au service de la coercition et de l’assignation identitaire. Pour les puissants, la manifestation de leur importance passait par la finesse des tissus, la richesse des parures, l’éclat des couleurs, la diversification et la multiplication des pièces de vêtements. A contrario, l’univers vestimentaire des modestes était relativement incolore, caractérisé par les beiges et les gris des fibres naturelles non teintes : le lin, la laine et le coton. Les médiévaux, comme nous aujourd’hui, vivaient dans un univers de signes dont les éléments de vêture faisaient partie, qui étaient autant d’indicateurs et de points de repères dans l’organisation sociale. Les riches se distinguaient des pauvres, les clercs des laïcs, on l’a dit, et avec le temps, d’autres sous‑groupes furent distingués peu à peu : les prostituées, les lépreux, les pénitents, les marginaux. On pourra s’interroger sur les ressorts anthropologiques du besoin d’identifier et de classer, de définir et de délimiter : peur du mélange, de la confusion, de l’attraction à l’égard de l’autre, ou inversement effet de la répulsion qu’il suscite et du besoin de s’en éloigner. Il s’agit bien d’un invariant que l’on observe depuis l’Ancien Testament dont les lois prescrivent pour les Hébreux le port de signes rituels distinctifs, en passant par la Dhimma en Islam dont les règles elles aussi stipulent les éléments de vêture devant distinguer les juifs et les chrétiens, des musulmans1. N’oublions pas toutefois que ces groupes coexistaient dans les mêmes mondes sociaux, qu’ils partageaient les mêmes modes de vie et que, la documentation l’atteste, ils se mêlaient et étaient le plus souvent indistincts les uns pour les autres, ce qui signifie que, soit ils n’avaient cure des pseudos‑appartenances identitaires2, soit ils étaient véritablement inconnaissables. Les deux hypothèses ne sont pas exclusives l’une de l’autre, la première étant étayée par les nombreuses réitérations de la norme censée figer les frontières interconfessionnelles, la seconde étant accréditée par la « politique du signe » qui se met en place progressivement à partir du 4e concile de Latran en 12153. Les royaumes hispaniques des trois derniers siècles du Moyen Âge où les groupes sociaux sont peut‑être plus divers et plus nombreux qu’ailleurs, et où les recompositions politiques sont lourdes de conséquences, serviront de cadre à notre analyse fondée sur un large éventail de sources qui donnent du phénomène étudié une impression profondément contrastée.

Un champ en apparence très normé

Les prescriptions juives

  • 4 Bible du Rabbinat. Le texte se poursuit et justifie la prescription en Nb. 15. 39 : « Cela formera (...)
  • 5 Joaquim Garriga I Riera, « Retaule de Saint Bernardi i l’àngel custodi », in Jaume Huguet, 500 anys (...)
  • 6 De nombreux travaux de Juan Vicente García Marcilla portent sur le luxe et les vêtements et nous pe (...)
  • 7 Soulignons qu’il s’agit là au sens propre d’une représentation de l’éminence des figures de Moïse e (...)
  • 8 Isidra Maranges I Prat, La indumentària civil catalana, segles XIII-XV, Institut d’Estudis Catalans (...)

2Si l’on porte le regard sur les sources normatives, qu’il s’agisse des sources « religieuses » ou de la documentation de la pratique, le champ est en apparence très normé, le cadre figé : les juifs doivent se distinguer des non‑juifs par le port sinon de vêtements spécifiques, du moins de signes qui les identifient. La nécessité de la distinction est partagée et prend la forme, dans le contexte vétérotestamentaire, des tzitzit, ou franges rituelles, dont la prescription figure dans Nb. 15. 37‑38 : « L’Éternel parla à Moïse en ces termes : “Parle aux enfants d’Israël, et dis‑leur de se faire des franges aux coins de leurs vêtements dans toutes leurs générations et d’ajouter à la frange de chaque coin un cordon d’azur” »4. Ces franges rituelles sont portées sous la forme du châle de prière ou talit, revêtu pour l’office du matin, ou sous la forme du petit talit, porté sous les vêtements, toute la journée. L’iconographie médiévale ne représente que rarement les franges rituelles comme outil d’identification des juifs, toutefois il existe une représentation magnifique du talit dans la chapelle des spartiers et vitriers de la Cathédrale de Barcelone, due à Jaume Huguet (fig. 1). Il s’agit d’une partie du retable de Saint Bernardin et l’ange gardien – réalisé entre 1462 et 1475 – qui figure le cortège des Hébreux guidés par l’ange et par Moïse pénétrant dans le désert après avoir franchi la mer Rouge5. Le seul élément qui signale Moïse en tant qu’Hébreu est le châle de prière qu’il porte sur la tête alors que les autres personnages composant le cortège échappent à toute identification immédiate. Les vêtements qu’ils portent s’apparentent à ceux portés par les membres de l’élite de la société chrétienne dans la 2e moitié du xve siècle6 : d’amples manteaux, dont certains semblent taillés dans des tissus de prix, le velours notamment, comme celui de Moïse et du personnage qui le suit – Aaron ? –, dont la vêture, rouge pour le premier, verte pour le second est bordurée d’or7. La suite du cortège est, pour les hommes comme pour les femmes, revêtue de vêtements en tous points comparables à ceux du commun contemporain de l’artiste : des manteaux ou des surcots, noués ou non d’une ceinture8.

Fig. 1 : Une partie du retable de Jaume Huguet intitulé « Saint Bernardin et l’ange gardien », Chapelle des spartiers de la cathédrale de Barcelone

Fig. 1 : Une partie du retable de Jaume Huguet intitulé « Saint Bernardin et l’ange gardien », Chapelle des spartiers de la cathédrale de Barcelone

Crédits : droits réservés, © Catedral de Barcelona

  • 9 Ceux-ci n’apportent toutefois que très peu d’informations précises sur les vêtements ; ils se borne (...)
  • 10 Quatre canons, les canons 67, 68, 69, 70 du 4e concile de Latran promulgués le 11 novembre 1215 et (...)
  • 11 Ibid. : « cum etiam per Mosen hoc ipsum legatur eis injunctum ».

3Si les franges rituelles sont rarement représentées, elles sont toutefois mentionnées dans la documentation textuelle émanant des juifs à travers les responsa rabbiniques9, et des non‑juifs, notamment dans un texte d’importance capitale pour la mise en œuvre de la politique du signe au xiiie siècle : le canon 68 du 4e concile de Latran. Le texte prescrit le port de signes (dont la forme n’est pas précisée à ce stade) par les juifs et les musulmans – que rien ne différencie des chrétiens dans certaines provinces – afin que les chrétiens, les juifs et les musulmans se distinguent les uns des autres10. Le canoniste poursuit en précisant que pour les juifs « c’est ce que Moïse leur a demandé de faire11 », dans une allusion explicite à Nb. 15. 38. Le caractère identitaire des franges rituelles est donc perçu par tous, non‑juifs compris, même si le rappel de la nécessité de les porter n’est évidemment pas motivé par les mêmes intentions. Dans la réalité, s’il était porté, le petit talit était sans doute dissimulé sous les vêtements d’extérieur : manteau, surcot et même la saie qui tombait jusqu’aux genoux, ou de dessous, comme la tunique qui arrivait à mi‑cuisse.

La politique du signe

4Ces prescriptions rituelles et canoniques étaient déclinées dans la norme civile de façon plus ou moins spontanée et plus ou moins déterminée, les souverains étant tenus de les faire appliquer dans leurs États. On rencontre ainsi en Castille comme dans la Couronne d’Aragon des dispositions diverses, régulièrement réitérées, qui révèlent les atermoiements de la politique du signe qui devient un enjeu dans les rivalités de pouvoir entre les différents détenteurs de l’autorité – les souverains, l’Église, les élites municipales –, qui souvent dépassent les juifs eux‑mêmes.

  • 12 Lettre éditée dans Solomon Grayzel, The Church and the Jews in the 13th Century, vol. 1, Philadelph (...)

5Dans la Couronne d’Aragon, une lettre d’Honorius III adressée à l’archevêque de Tarragone et à ses suffragants le 3 septembre 1220 évoque la requête adressée par Jacques Ier demandant que les juifs de ses États soient dispensés du port du signe distinctif car ils se différencient de tout temps des chrétiens par le vêtement, en l’occurrence une cape ronde, qui s’apparente à une cape de pluie12.

  • 13 ACA C. reg 15 fo123, Cervera 25.10.1268, Régné no 392, publ. Francisco de Bofarull I Sans, « Jaime (...)

6La documentation révèle toutefois les tensions qui se sont fait jour autour de cette question dans les décennies suivantes. En 1268, Jacques Ier s’adresse à ses juifs de Barcelone et des environs et leur concède : « de ne pas porter la roue ou quelque autre signe sur la tête ou ailleurs sur le corps13 », mais de continuer à porter la cape ronde en ville et la cape de pluie (avec des manches) lorsqu’ils doivent se déplacer hors des villes. Les coutumes de Tortosa mises par écrit en 1279 apportent des précisions supplémentaires sur ces vêtements spécifiques :

  • 14 L’aldifara est une espèce de chemise, de tunique ou de voile selon les auteurs. Voir Carmen Batlle  (...)
  • 15 Coutumes de Tortosa 1. 9. 4, Ramon Foguet, éd., Libre de les costums generals scrites de la insigne (...)

Les juifs doivent porter un vêtement qui couvre tous les autres vêtements et qui est comme la cape que porte un ecclésiastique dans un chœur : tout rond, fermé, avec capuchon. Et il ne doit pas être rayé, vert, ni vermeil (…) Les juifs doivent porter une aldifara14 sur tous les autres vêtements, comme le font les sarrasins, et ils ne doivent pas attacher un drap, ni porter de vêtements chrétiens15.

  • 16 ACA C. Reg. 2416, fo 63ro, Barcelone 20.03.1413 : « Item ordonam et manam que negun juhien ni juhia (...)
  • 17 Carmen Batlle Gallart, art. cit., § 26.

7L’esprit qui guide ces prescriptions est donc assez paradoxal, mêlant à la fois la distinction par un vêtement spécifique, et la modestie, voire une certaine forme d’invisibilisation : les juifs ne doivent pas se faire remarquer, ni porter un quelconque vêtement d’apparat ressemblant à une toge. De semblables dispositions sont prises à Majorque en 1413, les juifs ayant l’interdiction de porter des tissus d’écarlate et autres étoffes précieuses ; les juives de l’or sur leurs voiles et coiffes16. Les préoccupations somptuaires auxquelles s’apparentent par ailleurs ces dispositions se renforcent en réalité dès les années 1330 et ne concernent pas seulement les juifs, mais la société tout entière ou du moins ceux que l’on appellerait aujourd’hui les « nouveaux riches », les « parvenus », c’est‑à‑dire la bourgeoisie marchande, tentée d’exhiber sa richesse au moyen de ou sur ses vêtements – des lois sont ainsi promulguées à Barcelone en 1331, 1345 et 1350 pour réserver aux nobles le port des tissus et ornements précieux17.

  • 18 Danièle Sansy, art. cit., p. 15 renvoie à l’ordonnance de Louis IX éditée dans les Ordonnances des (...)
  • 19 ACA C. Reg 46 fo152vo, Barcelone 11.01.1284, Régné no 1106.
  • 20 ACA C. Reg 81 fo10, Tarragone 03.01.1290, Régné no 2058.
  • 21 ACA C. Reg 43 fo61vo, Saragosse 12.11.1284, Régné no 1231. Dans cette lettre adressée aux jurats de (...)

8Toutefois, le port de la roue appelée communément rouelle a bien fait son apparition dans les territoires contrôlés par le roi d’Aragon, de même qu’ailleurs en Occident ; rappelons que Louis IX en renforce l’obligation dans le royaume de France un an plus tard18. Or, dans ce document, l’exemption royale semble répondre à une requête émise par la minorité juive vraisemblablement soumise à une pression locale. En 1284, Pierre III accorde le même privilège aux aljamas du royaume de Valence19. Six ans plus tard, dans une lettre adressée aux jurats de Valence, son fils Jacques II confirme ce qui apparaît nommément comme un privilège : « Sachez que nous croyons qu’il convient que les juifs de Barcelone et de Valence aient le privilège de porter les capes20 ». La cape est donc considérée comme moins infamante que les autres signes distinctifs, en particulier la petite roue que les élites locales de Valence imposaient aux juifs en certaines circonstances, notamment lorsqu’ils devaient comparaître en justice21.

  • 22 ACA C. Reg 224 fo49, Barcelone 11.07.1323, Régné no 3272 - […] teneantur in veste superiori rotulam (...)

9Un peu plus de 20 ans plus tard, en 1323, une lettre de Jacques II montre qu’il n’y a pas d’homogénéité quant au choix du signe distinctif : « les juifs de nos terres et de nos royaumes qui ne sont pas tenus de porter les capes juives, doivent porter sur la partie supérieure de leur vêtement, une petite roue dont la couleur du tissu est différente de celle du vêtement22 ». Il apparaît que tous les juifs de la Couronne d’Aragon doivent porter un signe distinctif, mais qu’ils ont la liberté de choisir celui qu’ils veulent parmi les deux types en usage.

  • 23 Nieves Fresneda González, Moda y belleza femenina en la Corona de Castilla…, op. cit., p. 262.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., p. 263.

10Dans le royaume de Castille sous Alphonse X, les Siete Partidas prescrivent le port d’un signe distinctif sur la tête pour les juifs et les juives afin qu’ils se distinguent des chrétiens, sans davantage de précision sur la nature du signe23. Pourtant, la réitération fréquente des dispositions et l’adjonction de sanctions pécuniaires en cas d’infraction laissent penser qu’elles n’étaient pas appliquées. En 1312, les recommandations se font plus précises, les Cortes de Castille prescrivent le port par les juifs et les juives d’un signe de tissu jaune qu’ils doivent porter sur la poitrine et dans le dos « comme cela se fait en France24 ». En 1327, la couleur préconisée n’est plus le jaune, mais le rouge, et en 1405 aux Cortes de Valladolid, la taille de la rouelle est enfin précisée : 4 centimètres de diamètre25.

11Les documents normatifs insistent bien sur la nécessaire distinction des juifs par des éléments de vêture, cependant ils ne fournissent aucune indication précise quant aux vêtements portés. C’est vers l’iconographie associée à la documentation notariale qu’il nous faut nous tourner pour espérer en avoir une idée.

Les sources iconographiques, apport et méthodes

  • 26 Danièle Sansy, « Marquer la différence… », art. cit. p. 17‑18 sur les précautions et les limites du (...)
  • 27 Marc M. Epstein, The Medieval Haggadah: Art, Narrative, and Religious Imagination, New Haven, Yale (...)
  • 28 Libro de los Juegos, Biblioteca del Real Monasterio de El Escorial, Ms. T‑1‑6.
  • 29 On pense notamment à la miniature figurant au fo 20ro du manuscrit du Libro de los Juegos conservé (...)
  • 30 Cette image soulève un certain nombre de questions dans la mesure où elle ne figure pas une roue pl (...)

12Si l’exploitation des sources iconographiques par l’historien suppose des précautions méthodologiques particulières dans la mesure où l’image est par définition une représentation et non le reflet d’une réalité plus ou moins accessible26, les images produites en contexte « juif », telles les miniatures des « Haggadot catalanes » du xive siècle27, peuvent constituer un apport significatif. Celles produites à la cour Alphonsine dans la 2e moitié du xiiie siècle, malgré leur richesse – notamment le Libro de los Juegos28–, seront en revanche délibérément écartées, suspectes de véhiculer une iconologie dont la fonction identificatoire fait peser un doute sur l’authenticité des éléments figurés29. De même la fresque de la « Découverte de la vraie croix » peinte dans la chapelle sainte Hélène de la cathédrale de Tarragone au milieu du xive siècle, qui figure un juif et une juive portant un cercle sur leur manteau30, ne peut être considérée sans précautions.

13La mise en regard des données fournies par l’analyse de la documentation notariale – à partir des travaux de Juan Vicente García Marcilla notamment –et des images figurées dans les livres des juifs apporte, nous semble‑t‑il, des informations précieuses.

Les vêtements portés en péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge

  • 31 Juan Vicente García Marcilla, « Dressing the King and the Beggar: The Various Levels of the Textile (...)
  • 32 Réalisée peut-être à Barcelone vers 1320 et conservée à la Bibliothèque nationale britannique, sous (...)
  • 33 Réalisée en Aragon dans les années 1350-1360 et conservée à Sarajevo au Musée national de Bosnie He (...)
  • 34 Réalisée en Catalogne dans les années 1350-1370 et conservée à Manchester à la Bibliothèque de l’Un (...)

14Analysant les registres du Justícia de Valence, le principal officier représentant le pouvoir royal dans le royaume de Valence annexé à la Couronne d’Aragon à partir de 1238, Juan Vicente García Marcilla dresse la liste des différents éléments de vêture mis en gage auprès des prêteurs de Valence aux xiiie et xive siècles : des capes, cotehardies, manteaux, almejías (tunique ou manteau porté par les musulmans puis par les juifs et les chrétiens), gramallas (espèce de cape portée sur les vêtements), gonelles (sous‑tuniques), chemises plus ou moins longues, cotas (robes de dessus aux manches larges), redondels, pourpoints, brials (robe portée exclusivement par les femmes), voiles, capuches31… La documentation de la pratique atteste par ailleurs que les juifs portaient des almejías et des gramallas, les juives des voiles et des brials et il est vraisemblable que leurs vêtements ne se distinguaient en rien de ceux des chrétiens. C’est du moins ce que l’on peut déduire de l’observation des vêtements portés par les personnages représentés dans les Haggadot catalanes, qu’il s’agisse de la Haggada dorée32, de la Haggada de Sarajevo33, ou de la Haggada Rylands34.

  • 35 Nous renvoyons aux travaux de Nieves Fresneda González qui les a exploitées de façon assez systémat (...)

15Faute de pouvoir mener ici une étude exhaustive de toutes les images conservées dans ces Haggadot35, il nous faut en choisir quelques‑unes particulièrement riches et porteuses d’enseignement pour notre propos. Ainsi de deux miniatures de la Haggada de Sarajevo, de deux registres chacune, aux fo 21ro (fig. 2) et 28ro (fig. 3). La première représente Moïse et le buisson ardent (Ex. 3, 1‑7) dans le registre supérieur, et Aaron dont le bâton se transforme en serpent devant Pharaon (Ex. 7, 8‑12) dans le registre inférieur. Moïse, barbu, porte ce qui s’apparente à une almejía de couleur rouge sombre sur une gonelle un peu plus claire ; Aaron porte quant à lui une chemise ou tunique bleue sous une cape avec manches de couleur brune et est coiffé d’une capuche de couleur bleue également. Leurs vêtements d’apparence modeste se distinguent de ceux des autres personnages masculins par leurs couleurs moins vives. Pharaon notamment porte, en plus des regalia répondant aux codes iconologiques de la monarchie occidentale à la fin du Moyen Âge (le sceptre et la couronne), une cape vermeille. La seconde miniature représente la traversée de la mer Rouge par les Hébreux (Ex. 14, 21‑27) dans le registre supérieur, et Myriam et les filles d’Israël (Ex. 15, 20) dans le registre inférieur. Les Hébreux dont seule la partie supérieure du corps est représentée portent des tuniques ou des chemises et pour certains des capuches, dans des couleurs variées alternant les bleus, les rouges et des teintes plus naturelles. Quant aux filles d’Israël, elles portent des saies ou des robes de couleurs vives, bleues et rouges ; seule Myriam porte une cape longue et a la tête couverte, symbole de sa respectabilité (les filles d’Israël sont découvertes, ce qui reflète sans doute leur état pré‑matrimonial).

Fig. 2 : Haggada de Sarajevo fo21r

Fig. 2 : Haggada de Sarajevo fo21r

Crédits : avec l’aimable autorisation du Musée national de Bosnie‑Herzégovine, Sarajevo

Fig. 3 : Haggada de Sarajevo fo28r

Fig. 3 : Haggada de Sarajevo fo28r

Crédits : avec l’aimable autorisation du Musée national de Bosnie‑Herzégovine, Sarajevo

16Les 4 scènes représentant la préparation de la fête de Pâque au fo15ro de la Haggada dorée (fig. 4) élargissent le registre des vêtements portés par les juifs. La scène figurant la distribution du pain azyme représente une femme portant une robe rouge et un voile blanc, accompagnée de ses 6 enfants portant des tuniques arrivant à mi‑mollet et de couleurs variées. Un homme dont l’éminence est soulignée par le fait qu’il est assis sur un siège d’apparat préside à la distribution et porte une gonelle rouge sous une cape verte. Barbu, il porte un couvre‑chef rouge. Des serviteurs vêtus comme les enfants, ou portant des saies un peu plus courtes que les tuniques, procèdent à la distribution. Dans le registre supérieur droit est figurée la scène représentant Myriam et les filles d’Israël, composée selon les mêmes codes que celle représentée dans la Haggada de Sarajevo, à la différence que Myriam à la tête découverte et ne porte pas de manteau sur sa robe. Dans le registre inférieur droit qui figure le nettoyage de la maison préalable à la fête, les femmes, peut‑être des servantes, portent des robes rouge et violette et sont, elles aussi, tête découverte. Le maître de maison est là encore représenté en position éminente, paré de vêtements manifestement précieux, notamment un manteau d’un bleu éclatant doublé de rouge.

Fig. 4 : Haggada dorée, British Library Ms. Add 27210, fo 15ro

Fig. 4 : Haggada dorée, British Library Ms. Add 27210, fo 15ro

Crédits : British Library Board

  • 36 Juan Vicente García Marcilla, « La moda no es capricho », art. cit.

17Enfin, la miniature figurant au fo 19vo de la Haggada Rylands (fig. 5) représente elle aussi les préparatifs de la Pâque et le repas du Seder autour de 4 saynètes : les deux du registre supérieur figurent l’égorgement de l’agneau pascal et son rôtissage, les deux du registre inférieur figurent la préparation de la table et le déroulement du repas. L’intérieur de la maison est richement décoré et le couple représenté, qui figure peut‑être les commanditaires de l’œuvre, est vêtu d’habits précieux : la femme porte une cotehardie de couleur rouge ornée de boutons dorés (dont la mode se diffuse de façon significative à partir du xiiie siècle36) sur le devant et sur les manches, ainsi qu’un ornement de cheveux doré ; l’homme est quant à lui vêtu d’une gonelle rosée portée sur une tunique bleutée. Les serviteurs sont reconnaissables à leurs saies qui leur arrivent aux genoux. S’il ne s’agissait de la célébration de la sortie d’Égypte, rien ou presque dans le décor comme dans les vêtements ne permettrait d’identifier la judéité des personnages représentés.

Fig. 5 : Haggada Rylands, Manchester Library Ms. Ryl. Her. 6, fo 19v

Fig. 5 : Haggada Rylands, Manchester Library Ms. Ryl. Her. 6, fo 19v

© University of Manchester

Identification, distinction ou invisibilisation ?

  • 37 Comme on peut le constater notamment à travers les Taqqanot de Valladolid, adoptées en 1432. Voir Y (...)
  • 38 Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2000 ; id., Rouge. Histoire d’une (...)
  • 39 Juan Vicente García Marcilla, « Los colores del textil. Los tintes y el teñido de los paños en la V (...)

18Est‑il alors possible de tirer quelques conclusions de l’analyse de ces images en termes de stigmatisation ou au contraire d’invisibilisation des minoritaires ? Alors que les teintes vives sont en théories interdites aux juifs par les normes externes comme par les recommandations de leurs dirigeants communautaires37, les miniatures représentent très souvent les hommes et les femmes vêtus de couleurs éclatantes : des bleus, des rouges – qui sont les couleurs reines en Occident à partir du xiiie siècle38 –, des roses, des violets, des verts conformément à la mode et aux usages qui se répandent parfois depuis la France39. Et même si l’on a pu constater que les teintes des vêtements portés par les Hébreux dans les miniatures consacrées aux épisodes égyptiens de l’Ancien Testament étaient moins éclatantes que celles des Égyptiens, l’éventail des couleurs est extrêmement large.

19Quant à la typologie des vêtements portés, elle est à peu de choses près la même quels que soient les groupes considérés ; les juifs portaient des vêtements identiques à ceux de leurs contemporains non‑juifs, à une réserve près : la cape ronde portée dans les territoires de la Couronne d’Aragon, qu’ils revêtaient à l’extérieur et qu’ils ne portaient sans doute pas en toutes circonstances (on peut ainsi douter qu’ils la portaient l’été). Même les almejías et les aldifaras héritées de la domination islamique, étaient parfois portées par les chrétiens dans les territoires valenciens. S’il y avait des différences, elles étaient sans doute de nature socio‑économiques et transcendaient les frontières confessionnelles. Les recommandations de Don Abraham Benvenist, Rab de la Cort de Castille dans les taqqanot de Valladolid en 1432 sont à cet égard édifiantes :

  • 40 Yolanda Moreno Koch, Fontes Iudaeorum Regni Castellae, Las Taqqanot de Valladolid de 1432, op. cit.(...)

Il y a des règles et des coutumes déplacées et dangereuses liées aux vêtements des femmes. Elles commettent des excès et portent des vêtements de grand prix et de grand luxe, ainsi que des tissus précieux et de grande valeur […] C’est pourquoi nous disposons qu’aucune femme, si ce n’est une fille à marier ou une fiancée qui sera mariée dans l’année, ne porte de vêtement orné d’or, de satin, de çendal (soie très fine), de soie, de camelote (laine tissée de soie), ni ne double ses vêtements [de tels tissus]40.

  • 41 Ibid., p. 95.

20Il leur est également interdit de porter des bijoux et des accessoires précieux en or et en argent. De même le port de manteaux à col haut, de tuniques plissées, de manches larges leur est déconseillé au profit des almejías et autres vêtements communs. L’ensemble des réserves émises montre bien que les femmes juives étaient soumises à la mode tout comme les chrétiennes. De semblables recommandations sont faites pour les hommes qui doivent eux aussi éviter l’excès de luxe et de magnificence. Aux préoccupations financières relatives à l’endettement et à l’appauvrissement auxquels conduisent souvent ces pratiques, s’ajoute un argument moral : les juifs ne doivent pas oublier qu’ils sont en diaspora pour expier leurs péchés et que de tels comportements s’accordent mal avec la réserve attendue d’eux41.

21Les recommandations d’Abraham Benvenist étaient sans doute aussi motivées par le sens de la pudeur ou de la prudence nécessaire eu égard aux sentiments antijuifs de la population, mais il faut rappeler que des lois somptuaires générales étaient régulièrement promulguées en Castille depuis le règne d’Alphonse X – tout comme, on l’a vu, dans la Couronne d’Aragon. C’est sans doute la raison pour laquelle la distinction des juifs passait essentiellement – ou de plus en plus au fil du temps – par le port du signum et non par des vêtements spécifiques.

Évolution et restrictions

Le durcissement de l’obligation royale

22En 1338, Pierre IV adresse une lettre à son baile de Caldes de Montbui lui enjoignant de faire appliquer la législation royale en matière de signe distinctif. Apparemment, dans cette localité, elle est appliquée de façon souple et le roi exige que ses officiers y remédient. Le signe dont il est alors question n’est pas la cape mais un signum sive rotam. Les autres caractéristiques précisées l’apparentent à la rouelle décrite plus haut ; elle doit être de couleur différente, placée sur le haut du vêtement, et l’ensemble des membres de la communauté juive du lieu est soumis à cette obligation sans avoir le choix du signe. Il y a donc un nivellement par le bas puisque c’est le plus infamant qui est imposé à tous. Peut‑être faut‑il y voir un indice de l’aggravation de la situation générale des juifs au cours du xive siècle. Le document stipule par ailleurs l’obligation de sanctionner les manquements à ces prescriptions :

  • 42 ACA C. Reg. 595, fo22vo, Barcelone 25.04.1338.

[…] il faut exiger absolument et percevoir une amende de la part de ceux qui contreviennent, comme cela a toujours été l’habitude dans la ville de Barcelone et dans les autres lieux de Catalogne dans lesquels demeurent des juifs42.

23La règle est que tous doivent désormais porter un signe infamant marqueur d’une position d’infériorité sociale, et qu’il n’y a en principe aucun moyen de s’y soustraire. En quelques décennies, il semble donc y avoir eu une évolution de la part du pouvoir royal.

1391, un tournant ?

  • 43 Claire Soussen, La pureté en question. Exaltation et dévoiement d’un idéal entre juifs et chrétiens (...)
  • 44 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (désormais AHCB), Micro 19‑A‑no 25, p. 47 : Que algun juhe (...)
  • 45 AHCB, 19‑A, no 27, p. 85 : Item sobre la supplicacio dels converses, lo dit consell acorda que los (...)

24Pour les territoires de la Couronne d’Aragon, une des conséquences des violences de l’été 1391 consiste dans l’adoption d’un arsenal réglementaire paradoxal qui doit circonscrire étroitement la présence juive43. Les juifs doivent être contenus dans les limites matérielles du quartier par les portes et les fermetures, et par la limite symbolique que constitue le signe vestimentaire dont on attend qu’il agisse comme un repoussoir. Le 23 août 1391, soit immédiatement après les violences survenues dans le quartier juif, les autorités municipales de Barcelone ordonnent « qu’aucun juif n’ose se déplacer dans la ville en habit de chrétien44 ». Quiconque y contreviendrait et serait démasqué, serait banni de la ville. Quelques années plus tard, à la suite de la requête des convertis de la ville, le conseil donne des précisions sur le signe que les juifs doivent porter : une grande roue jaune et rouge sur la poitrine45.

  • 46 ACA C. Reg. 2190, fo 15vo‑16vo, publ. Yitzhak Baer, Die Juden im christlichen Spanien, Berlin, Akad (...)

25En 1397, la reine Marie d’Aragon durcit la disposition en prescrivant le port des deux marqueurs à la fois et l’élargit à tous les juifs de Catalogne en l’assortissant de considérations morales. Le manteau ou la cape large agrémentée d’une capuche, et la rouelle doivent représenter la malignité de ceux qui les portent46. La dureté de cœur et l’infidélité des juifs doivent se refléter sur leur vêtement au moyen de couleurs sombres et tristes, le noir essentiellement, les couleurs rouge et verte leur étant interdites. En revanche la roue qu’ils doivent porter sur ce manteau est, elle, bien visible puisqu’elle est mi‑jaune, mi‑rouge.

26En 1399, tout en leur rappelant l’obligation de se distinguer par le vêtement, une nouvelle ordonnance municipale laisse aux juifs de Barcelone une alternative et assouplit la mesure :

  • 47 AHCB, Livre du Conseil, 1B.XXVI-2 no 72 : « Item per conexer mils los dits juheus e que la dita coh (...)

De même pour mieux reconnaître les dits juifs et que la cohabitation et les relations entre juifs et convertis soient mieux évitées, que tous les hommes juifs portent continuellement la cape juive ou « gramalla » ou tout autre vêtement large, fermé devant avec un chaperon de tissus […] si on ne porte pas ce vêtement alors on peut porter à la place une roue moitié jaune et moitié rouge, bien grande, de la même forme que celle portée après la destruction du Call. Et que les femmes juives portent continuellement sur la tête la coiffe et le manteau (à gland ?) que les juives portaient traditionnellement avant la destruction du Call depuis longtemps47.

27En dehors de ces occurrences rapprochées qui s’expliquent par les conséquences des événements de 1391, et à la différence de la période antérieure, la documentation de la pratique n’évoque que très rarement la rouelle au xve siècle, peut‑être parce qu’après deux siècles de valse‑hésitations, elle était bel et bien portée.

  • 48 Le risque était perçu dès 1215, puisqu’un des motifs récurrents pour justifier les exemptions à la (...)
  • 49 ACA C. Reg. 3361, fo 79ro, 20.08.1458 : « Item por quanto por razon de la jura que segunt fuero en (...)

28Nous pouvons toutefois citer la longue liste de privilèges accordés par le roi Jean II aux aljamas des villes de Tarrazona, Tauste et Albarracin en 1458, parmi lesquels figure celui de les protéger contre les agressions qu’ils pourraient subir en raison de la rouelle qui les distingue et les met en danger. Le document évoque une occasion qui donne lieu à des troubles récurrents : le serment que les juifs doivent prêter publiquement lorsqu’ils concluent des affaires pour un montant supérieur à 10 sous, et au cours duquel ils doivent porter la rouelle sur le col de leur vêtement. Conscient des dangers encourus48, le souverain ordonne que ces serments soient prononcés dans leurs maisons et non plus en place publique49.

  • 50 ACA C. Reg. 3387, fo 48ro, 05.02.1474 : « Vos continuament entenen en fer los novitats e grenges e (...)

29Et en 1474, Jean II encore, donne raison aux juifs de l’aljama de Cervera qui se sont plaints de ce que le bayle de la ville innove en leur imposant de porter la rouelle en un autre endroit de leur vêtement que celui accoutumé. Le document n’est pas explicite, mais il s’agit sans doute de l’obligation prescrite en certains lieux de porter la rouelle à la fois sur le devant du vêtement comme le voulait l’usage, mais aussi derrière, ce qui en des temps troublés, donnait sans doute aux juifs qui les portaient, l’impression d’être de véritables cibles50.

30À la fin du xve siècle, il n’est donc plus question d’exempter les juifs du port du signe distinctif, mais de préserver leur sécurité lorsqu’elle est menacée, ou de limiter les aggravations qui pourraient en être faites par des agents zélés. Signe infamant et outil de distinction, la rouelle permet de signaler les juifs dont la liberté de mouvement et les occasions de relations avec les chrétiens sont étroitement limitées.

Conclusion

  • 51 ACA C. Reg. 3684, fo 32ro-vo, 15.02.1484, publ. Baer, op. cit., p. 911. Le texte parle d’un senyal (...)

31Si les questionnements méthodologiques relatifs à l’usage des sources iconographiques nous obligent à les analyser en gardant à l’esprit les deux logiques contradictoires qui les traversent : un désir d’invisibilité ou de normalité des juifs à travers les images produites pour eux d’une part, et un désir d’identification des juifs à travers les images commandées et réalisées par des chrétiens d’autre part, quelques enseignements peuvent toutefois en être tirés. Les vêtements portés par les uns et les autres étaient sensiblement les mêmes, en dehors du cas spécifique des « capes juives ». Les couleurs étaient elles aussi semblables, malgré les interdictions régulièrement formulées quant au port de couleurs vives. Comme souvent, il faut lire la réitération de la norme comme un indice de sa non application. Quant au signum, si de nombreuses exemptions et exceptions en limitent longtemps l’effectivité, il est globalement généralisé à partir du milieu du xive siècle et connaît sans doute peu d’exceptions au xve. La documentation nous en a toutefois livré une à travers l’exemple de la localité de Cella près de Téruel dans laquelle des juifs sont venus s’installer et vivent incognito au milieu des chrétiens en 1484. Cette infraction à la loi provoque l’indignation de Ferdinand II d’Aragon, qui ordonne aux juifs qui fréquenteraient le lieu, de porter un signal coloré et bien visible sur leur vêtement51

Haut de page

Notes

1 Bernard Lewis, « L’Islam et les non-musulmans », Annales HSS, 35e année, no  3/4, 1980, p. 789.

2 Dans un autre contexte, pour la question des identités vestimentaires et de leur transgression, voir Susan Crane, The Performance of Self : Ritual, Clothing and Identity During the Hundred Years War, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2002. Voir aussi pour l’Espagne dans le champ littéraire, Barbara Fuchs, Passing for Spain : Cervantes and the Fictions of Identity, Urbana, University of Illinois Press, 2003.

3 Voir les travaux de Danièle Sansy, « Paul Chrétien et la rota des juifs de France », dans Nicole Gonthier, (dir.), L’exclusion au Moyen Âge, Paris, De Boccard, 2007, p. 27‑42 ; « Signe distinctif et judéité dans l’image », Micrologus, « Le corps et sa parure - The Body and its Adornment », no 15, 2007, p. 87‑105 ; « Marquer la différence : l’imposition de la rouelle aux xiiie et xive siècles », Médiévales, « La rouelle et la croix », no 41, 2001, p. 15‑36. Et pour rappel, les travaux fondateurs d’Ulysse Robert, Les signes d’infamie au Moyen Âge. Juifs, Sarrasins, hérétiques, lépreux, cagots et filles publiques, Paris, H. Champion, 1891 et Guido Kisch, « The Yellow Badge in History », Historia Judaica, no 19, 1957, p. 89‑146.

4 Bible du Rabbinat. Le texte se poursuit et justifie la prescription en Nb. 15. 39 : « Cela formera pour vous des franges dont la vue vous rappellera tous les commandements de l’Éternel, afin que vous les exécutiez et ne vous égariez pas à la suite de votre cœur et de vos yeux, qui vous entraînent à l’infidélité ».

5 Joaquim Garriga I Riera, « Retaule de Saint Bernardi i l’àngel custodi », in Jaume Huguet, 500 anys, Barcelona, Generalitat de Catalunya, Departament de Cultura, 1993, p. 174‑181.

6 De nombreux travaux de Juan Vicente García Marcilla portent sur le luxe et les vêtements et nous permettent de connaître précisément les éléments de vêture. Voir notamment : « La moda no es capricho. Mensajes y funciones del vestido en la Edad Media », Vinculos de Historia, no 6, 2017, p. 71‑88 ; « El lujo cambiante. El vestido y la difusión de las modas en la Corona de Aragón (siglos XIII-XV) », Anales de Historia del Arte, No Extra 1, 2014, p. 227‑244.

7 Soulignons qu’il s’agit là au sens propre d’une représentation de l’éminence des figures de Moïse et Aaron, car dans la réalité, les lois somptuaires promulguées à la fin du Moyen Âge encadraient très précisément le port des tissus précieux et l’interdisaient aux juifs.

8 Isidra Maranges I Prat, La indumentària civil catalana, segles XIII-XV, Institut d’Estudis Catalans, Barcelona 1991, p. 17‑24. Et pour une analyse comparée des vêtements portés par les femmes des différents groupes composant la société castillane : Nieves Fresneda González, Moda y belleza femenina en la Corona de Castilla durante los siglos XIII y XIV, Madrid, Dykinson, 2016, p. 207 et 275.

9 Ceux-ci n’apportent toutefois que très peu d’informations précises sur les vêtements ; ils se bornent à rappeler la norme halakhique conformément à leur vocation.

10 Quatre canons, les canons 67, 68, 69, 70 du 4e concile de Latran promulgués le 11 novembre 1215 et édités dans Jean Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, Florence‑Venise, t. 22, évoquent la question des relations avec les Chrétiens. Le titre du canon 68 est explicite : « Ut Judei discernantur a Christianis in habitu » et le texte développe : « In nonnullis provinciis a christianis iudeos seu sarracenos habitus distinguit diversitas, sed in quibusdam sic quaedam inolevit confusio ut nulla differencia discernantur. Unde contingit interdum quod per errorem christiani iudeorum seu sarracenorum et iudei seu sarraceni christianorum mulieribus commisceantur ».

11 Ibid. : « cum etiam per Mosen hoc ipsum legatur eis injunctum ».

12 Lettre éditée dans Solomon Grayzel, The Church and the Jews in the 13th Century, vol. 1, Philadelphia, The Dropsie College for Hebrew and Cognate Learning, 1933, p. 156.

13 ACA C. reg 15 fo123, Cervera 25.10.1268, Régné no 392, publ. Francisco de Bofarull I Sans, « Jaime I y los Judíos », I Congreso d’Historia de la Corona de Aragón, Barcelone, Imprenta de Francisco J. Altés, 1913, p. 892, nolxxi. Le document emploie le terme rota : « […] quod non portetis rotam nec aliquid aliud signum […] ».

14 L’aldifara est une espèce de chemise, de tunique ou de voile selon les auteurs. Voir Carmen Batlle Gallart, « Les ordonnances relatives à la vie sociale de Barcelone (première moitié du XIVe siècle) », in Jean-Marie Cauchies, Éric Bousmar, dir., Légiférer dans la ville médiévale. « Faire bans, edictz et satuz », Bruxelles, Presses de l’Université Saint Louis, 2001, p. 137‑138 (article en ligne sur https://books.openedition.org/pusl/20506).

15 Coutumes de Tortosa 1. 9. 4, Ramon Foguet, éd., Libre de les costums generals scrites de la insigne ciutat de Tortosa, Tortose, Imprenta Querol, 1912. Traduction : http://telma.irht.cnrs.fr/outils/relmin/extrait30343/

16 ACA C. Reg. 2416, fo 63ro, Barcelone 20.03.1413 : « Item ordonam et manam que negun juhien ni juhia ne port ne gos portar vestidures de drap descarlata ne de mustinale e ne de negu altre drap molt precios. […] Item que neguna juhia ne gos portar manto ab sendat ni ab pena […] ni les dites juhies ne gosen portar or en los vels ni toques que portaran ». 

17 Carmen Batlle Gallart, art. cit., § 26.

18 Danièle Sansy, art. cit., p. 15 renvoie à l’ordonnance de Louis IX éditée dans les Ordonnances des rois de France de la troisième race, Eusèbe Jacob de Laurière, éd., Paris, tome I, 1723, p. 294.

19 ACA C. Reg 46 fo152vo, Barcelone 11.01.1284, Régné no 1106.

20 ACA C. Reg 81 fo10, Tarragone 03.01.1290, Régné no 2058.

21 ACA C. Reg 43 fo61vo, Saragosse 12.11.1284, Régné no 1231. Dans cette lettre adressée aux jurats de Valence Pierre III s’insurge contre l’obligation faite aux juifs de porter une roue sur le col – cum rotulo in collo – de leur vêtement.

22 ACA C. Reg 224 fo49, Barcelone 11.07.1323, Régné no 3272 - […] teneantur in veste superiori rotulam panis coloris […] portare-.

23 Nieves Fresneda González, Moda y belleza femenina en la Corona de Castilla…, op. cit., p. 262.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 263.

26 Danièle Sansy, « Marquer la différence… », art. cit. p. 17‑18 sur les précautions et les limites du recours aux images.

27 Marc M. Epstein, The Medieval Haggadah: Art, Narrative, and Religious Imagination, New Haven, Yale University Press, 2011.

28 Libro de los Juegos, Biblioteca del Real Monasterio de El Escorial, Ms. T‑1‑6.

29 On pense notamment à la miniature figurant au fo 20ro du manuscrit du Libro de los Juegos conservé à l’Escorial représentant un juif en train de jouer avec un jeune noble chrétien entouré de deux autres jouvenceaux. Le juif est reconnaissable par la calotte qu’il porte et son nez proéminent. Voir Sara Lipton, Images of intolerance. The Representation of Jews and Judaism in the Bible moralisée, Berkeley, University of California Press, 1999, sur l’apparition des traits physiques péjorativement associés aux juifs.

30 Cette image soulève un certain nombre de questions dans la mesure où elle ne figure pas une roue pleine, un disque de tissu cousu sur le manteau conformément aux dispositions le plus souvent prescrites dans les royaumes hispaniques et que l’on désigne par le terme « rouelle ». Le cercle figuré là, qui résulte peut-être de la broderie d’un fil directement sur le vêtement, peut être comparé à la roue creuse figurée sur le fo 45 de la Haggada d’Ulm conservée à Londres (BL Add. Ms. 14762), ou au « O » que les juifs d’Italie devaient porter sur leur vêtement. Sur l’histoire de ce « O » voir le mémoire inédit d’habilitation à diriger les recherches de Pierre Savy, Les politiques princières à l’égard des Juifs en Italie du Nord (1370-1520), soutenance le 16 février 2022, Université d’Avignon, p. 81 sq. Le « O » est notamment figuré au fo149v d’un manuscrit de la chronique de Giovanni Villani conservé à la Biblioteca Apostolica Vaticana (Chig. L.VIII.296). Cependant, qu’elle soit creuse ou pleine, brodée ou cousue, la roue est bien le signe distinctif qui s’impose au fil du temps en Occident, même si des cas particuliers existent ça ou là (en Angleterre notamment).

31 Juan Vicente García Marcilla, « Dressing the King and the Beggar: The Various Levels of the Textile Market and their Prices in Medieval Valencia (13th - 15th centuries) », in Giampiero Nigro, éd., I prezzi delle cose nell’età preindustriale, Florence, Firenze University Press, 2017, p. 57‑86, p. 60‑61.

32 Réalisée peut-être à Barcelone vers 1320 et conservée à la Bibliothèque nationale britannique, sous la cote Add. Ms. 27210.

33 Réalisée en Aragon dans les années 1350-1360 et conservée à Sarajevo au Musée national de Bosnie Herzégovine.

34 Réalisée en Catalogne dans les années 1350-1370 et conservée à Manchester à la Bibliothèque de l’Université John Rylands sous la cote Ms. Ryl. Hebr. 6.

35 Nous renvoyons aux travaux de Nieves Fresneda González qui les a exploitées de façon assez systématique : Moda y belleza femenina en la Corona de Castilla…, op. cit.

36 Juan Vicente García Marcilla, « La moda no es capricho », art. cit.

37 Comme on peut le constater notamment à travers les Taqqanot de Valladolid, adoptées en 1432. Voir Yolanda Moreno Koch, Fontes Iudaeorum Regni Castellae, Las Taqqanot de Valladolid de 1432. De iure hispano-ebraico, un estatuto comunal renovador, Salamanque, Universidad Pontificia de Salamanca, 1987, p. 93‑94.

38 Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2000 ; id., Rouge. Histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2016.

39 Juan Vicente García Marcilla, « Los colores del textil. Los tintes y el teñido de los paños en la Valencia medieval », in Guido Castelnuovo et Sandrine Victor, dir., L’histoire à la source : acter, compter, enregistrer (Catalogne, Savoie, Italie XIIe-XVe siècle), Mélanges offerts à Christian Guilleré, vol. 1, Chambéry, Université Savoie‑Mont‑Blanc, 2017, p. 283‑315.

40 Yolanda Moreno Koch, Fontes Iudaeorum Regni Castellae, Las Taqqanot de Valladolid de 1432, op. cit., p. 93‑94.

41 Ibid., p. 95.

42 ACA C. Reg. 595, fo22vo, Barcelone 25.04.1338.

43 Claire Soussen, La pureté en question. Exaltation et dévoiement d’un idéal entre juifs et chrétiens, Madrid, Casa de Velázquez, 2020, p. 207‑209.

44 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (désormais AHCB), Micro 19‑A‑no 25, p. 47 : Que algun juheu qual que sia no vage en habit de chrestia.

45 AHCB, 19‑A, no 27, p. 85 : Item sobre la supplicacio dels converses, lo dit consell acorda que los consellers fossen vises e reconegades tots les ordinacions sobre els juheus après la destructio del call ja fets, tam be sobre la participacio quels dits juheus fan ab converses com sobre la gran roda groga e vermalla quels dits juheus deven portar als pits com sobre altres coses tocants los dits juheus o juhias.

46 ACA C. Reg. 2190, fo 15vo‑16vo, publ. Yitzhak Baer, Die Juden im christlichen Spanien, Berlin, Akademie Verlag, 1929, p. 733. Le texte precise ainsi les caractéristiques de la roue : « quod in dicto superiori habitu in parte sinistra in loco assueto portent rodam circumferencie callis manus, cuius medietas rubei et alia medietas crocei sit coloris ».

47 AHCB, Livre du Conseil, 1B.XXVI-2 no 72 : « Item per conexer mils los dits juheus e que la dita cohabitacio e participacio de converses ab juheus sia pus esquivada, que tots los juheus mascles e cascun dells porten e hajen aportar continuament capa juhiga o gramalla o altra vestedura larga closa davant ab capero vestit de drap estur […] qui amagar no puxa una roda mius groga e mius vermella ben ampla de tal forma com après la destruccio del call la han portada. E que les fembres juhies hajen aportar continuament en lo cap la caprana quas acustumada portar per juhies ans dela destruccio del call e el mantel acornat segons era acustumat en temps antich ».

48 Le risque était perçu dès 1215, puisqu’un des motifs récurrents pour justifier les exemptions à la législation de Latran IV était la préservation de la sécurité des juifs.

49 ACA C. Reg. 3361, fo 79ro, 20.08.1458 : « Item por quanto por razon de la jura que segunt fuero en las causas de diez sueldos asuso los jodios son tenidos fazer con el rotulo al cuello, se han subseguido insuntos e scandalos vituperios danyos e iniurias a los ditos judios por tanto las ditas aliamas de judios humilment supplican al dito senyor Rey que sia de su merced por provisiones suyas opportunas mandar a todos e quales […] officiales de su alteza que cada o quando tales juramentes con el rotulo al cuello los ditos judios o alguno dellos fazer deuran que aquel reciban e fagan fazer a los ditos judios en las casas de sus habitaciones ».

50 ACA C. Reg. 3387, fo 48ro, 05.02.1474 : « Vos continuament entenen en fer los novitats e grenges e signantment dient los volent compellir a portar lo senyal de rodella que los juheus acostumen de portar en altre loch que no han acostumat de portar qui es contra forma de lurs privilegis pratica e costum antiga qui es de aportar la dita rodella al hun costat davall la ubertura dela cloxa ».

51 ACA C. Reg. 3684, fo 32ro-vo, 15.02.1484, publ. Baer, op. cit., p. 911. Le texte parle d’un senyal de panyo colorado.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Une partie du retable de Jaume Huguet intitulé « Saint Bernardin et l’ange gardien », Chapelle des spartiers de la cathédrale de Barcelone
Crédits Crédits : droits réservés, © Catedral de Barcelona
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 2 : Haggada de Sarajevo fo21r
Crédits Crédits : avec l’aimable autorisation du Musée national de Bosnie‑Herzégovine, Sarajevo
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 3 : Haggada de Sarajevo fo28r
Crédits Crédits : avec l’aimable autorisation du Musée national de Bosnie‑Herzégovine, Sarajevo
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 4 : Haggada dorée, British Library Ms. Add 27210, fo 15ro
Crédits Crédits : British Library Board
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 5 : Haggada Rylands, Manchester Library Ms. Ryl. Her. 6, fo 19v
Crédits © University of Manchester
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Soussen, « Les vêtements des juifs dans les royaumes hispaniques : des marqueurs identitaires ? »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 83-102.

Référence électronique

Claire Soussen, « Les vêtements des juifs dans les royaumes hispaniques : des marqueurs identitaires ? »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9541

Haut de page

Auteur

Claire Soussen

Université du Littoral Côte d’Opale, laboratoire HLLI, membre associée au LEM, UMR 8584, responsable scientifique de l’ANR Vismin

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search