Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64VariaLes pêcheries de Bahiret El Bibane

Varia

Les pêcheries de Bahiret El Bibane

Une histoire contemporaine des pêches tunisiennes
Daniel Faget, Faten Khamassi, Hugo Vermeren et Jamila Ben Souissi
p. 105-136

Résumés

Exploitée pour ses ressources halieutiques depuis l’Antiquité, la lagune de Bahiret El Bibane (Tunisie) passe au début du Protectorat français sous le contrôle de concessionnaires privés, liés à l’administration coloniale. Ce changement de statut s’accompagne d’une perte de contrôle des populations locales sur la lagune. Leurs pêcheries artisanales sont démantelées, leur habitat traditionnel détruit. Une grande bordigue, qui existe encore aujourd’hui, est installée à proximité de l’îlot Sidi Ahmed Chaouch. Cette prise de possession coloniale se heurte, dès les dernières années du xixe siècle, à une résistance plus ou moins ouverte des pêcheurs locaux. Cette résistance sera régulièrement affirmée jusqu’en 1954. L’accession à l’indépendance, en maintenant l’existence de l’ancien monopole colonial, a contribué à effacer la mémoire des anciennes communautés halieutiques de la lagune. L’hostilité de certains pêcheurs au régime des concessions demeure pourtant une réalité, comme en témoigne l’ampleur des pêches illégales qui affectent aujourd’hui Bahiret El Bibane.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francisé dans les sources coloniales par le toponyme « des Bibans ». Pour des raisons de commodité (...)
  • 2 Paul Trousset, Roland Paskoff, « Biban (Les Portes) », in Gabriel Camps (dir.), Encyclopédie berbèr (...)
  • 3 Hédi Slim, Paul Trousset, Roland Paskoff, Ameur Oueslati, Michel Bonifay, Jean Lenne, Le littoral d (...)

1Situé dans le sud du golfe de Gabès, à proximité immédiate de la frontière libyenne, Bahiret El Bibane1 constitue l’une des plus grandes lagunes du territoire tunisien (fig. 1). Coupée de la mer par un cordon littoral consolidé depuis 125 000 ans (formation Rejiche), cette zone humide couvre une surface de 230 km2, pour une profondeur maximale n’excédant pas 6,5 m2. Ouvert sur la mer par un chenal qui enserre l’îlot principal de Sidi Ahmed Chaouch, Bahiret El Bibane est exploitée depuis l’Antiquité pour ses riches ressources halieutiques3.

Fig. 1 : Carte de la situation de la lagune de Bahiret El Bibane sur le littoral Tunisien

Fig. 1 : Carte de la situation de la lagune de Bahiret El Bibane sur le littoral Tunisien

Vermeren, 2020

  • 4 Jean Servonnet, Fernand Lafitte, En Tunisie : le golfe de Gabès en 1888…, Paris, Challamel et Cie, (...)
  • 5 Jeanne Zaouali, « La mer des Bibans (Tunisie méridionale) à la fin des années 1970 : aperçu général (...)
  • 6 Archives Nationales de Tunisie (ANT), Secrétariat général, série E 396-6, Pêcheries du lac des Biba (...)

2Souvent évoquées par les archéologues, les pêcheries d’El Bibane n’ont fait l’objet d’aucune approche historique spécifique pour la période contemporaine. Les grands traits de leur évolution récente, pour l’essentiel tirés d’ouvrages datés de l’époque coloniale4, ont parfois été retracés de façon synthétique au cours du dernier demi-siècle par les halieutes et les biologistes5. Ces présentations, bien que rares et précieuses, ne reposent pas sur une étude méthodique des sources conservées tant aux Archives Nationales de Tunis que dans les dépôts des sources consulaires de Nantes (France)6. Une mise en perspective de l’histoire halieutique contemporaine de la lagune semble indispensable. Elle doit permettre de mieux appréhender les difficultés rencontrées aujourd’hui dans la gestion des pêcheries de cette lagune, et de s’interroger sur la permanence de pratiques de pêche illégales, échappant volontairement au régime des concessions. L’analyse des mutations juridiques et technologiques qui ont caractérisé le régime d’exploitation des richesses de la lagune soulève de nombreuses questions. En quoi la colonisation de la Tunisie a-t-elle bouleversé le régime d’exploitation de ses ressources littorales ? Les transformations apportées après 1890 au sein des pêcheries des Bibans sont-elles symptomatiques de celles observées ailleurs sur les littoraux de la Tunisie ? Peut-on les intégrer dans une analyse globale des mutations contemporaines de la pêche méditerranéenne envisagées à l’échelle du bassin ? Les tensions et les résistances qui traversent, aujourd’hui encore, la communauté halieutique d’El Bibane sont-elles pour partie déterminées par l’histoire contemporaine de cet espace méridional ?

Prendre le contrôle des richesses halieutiques de la Tunisie (1850‑1896)

Une présence diffuse des flottilles européennes avant le Protectorat

  • 7 La Régence de Tunis est administrée par le bey de Tunis et placée sous souveraineté de l’Empire ott (...)
  • 8 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au XVIIe s. : ses relations commerciales avec les ports de l’Eu (...)
  • 9 Daniel Faget, « La mer disputée : conflits de pêche et rivalités territoriales dans le golfe de Gab (...)
  • 10 Jean Ganiage, Une entreprise italienne de Tunisie au milieu du xixe siècle. Correspondance inédite (...)
  • 11 Xavier De Planhol, L’Islam et la merop. cit, p. 288.
  • 12 Archives du ministère des Affaires étrangères. Fonds microfilmés déposés au Musée d’histoire du Mou (...)
  • 13 Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peup (...)
  • 14 Ramzi Tej, « Le domaine maritime tunisien et l’exploitation coloniale », International Journal of H (...)

3Le rôle grandissant d’entrepreneurs étrangers dans l’exploitation des richesses halieutiques tunisiennes n’a pas commencé avec l’instauration du Protectorat en 1881. Durant toute l’époque moderne, une partie des eaux de la Régence7 a été concédée à des entrepreneurs des puissances occidentales, Génois de Tabarka ou Marseillais du cap Nègre8. Dès la décennie 1840, les mers tunisiennes sont un espace de conquête pour les flottilles européennes. Sous l’influence des maisons de négoce marseillaises, grecques, triestines ou livournaises, les puissants fermiers généraux des poulpes et des éponges prennent le contrôle des eaux orientales du pays9. Subordonnés à ces réseaux, les centaines de capitaines grecs, maltais ou siciliens qui opèrent sur zone empiètent avec régularité sur les espaces dédiés aux pêches autochtones, produisant plaintes et recours au sein des communautés du littoral. Jusqu’à la colonisation pourtant, l’activité des Occidentaux dans les pêches tunisiennes apparaît comme spatialement diffuse, et structurée par un calendrier saisonnier. Sauf cas ponctuel – la madrague de Sidi Daoud en est un10 – l’expression des appétits halieutiques étrangers est affaire de mer ouverte, dans le golfe de Gabès en particulier11. Ses manifestations continentales se limitent à l’implantation littorale de quelques colonies de pêcheurs italiens et aux entrepôts et bureaux de négoce qui fleurissent alors de Sousse à Sfax, au-delà de la limite des villes anciennes. Tout juste trouve-t-on, dans le premier des ports mentionnés, quelques modestes fabriques de salaisons de poissons installées par une maison de commerce autrichienne à l’extrême fin des années 186012. La « territorialisation de la pêche » par des ressortissants européens, analysée pour la même époque par Hugo Vermeren à propos des côtes algériennes13, apparaît donc comme un fait marginal dans la Tunisie précoloniale. L’instauration du protectorat en 1881 accélère cependant l’appropriation progressive des meilleurs sites d’exploitation par des intérêts étrangers14. Ce mouvement se heurte, partout, à des communautés de pêche très anciennement enracinées sur les côtes tunisiennes. Le site de Bahiret El Bibane apparaît à ce titre comme symbolique du processus d’accaparement dont vont être victimes les communautés de pêche locales.

L’expropriation des pêcheurs de Bahiret El Bibane

4Les sources coloniales ne dispensent que peu d’informations sur les activités de pêche dans cette lagune avant le protectorat. Mémoires, correspondances et rapports d’officiers ou d’administrateurs ne s’attardent pas sur une réalité jugée archaïque, toujours opposée, chez ces agents européens, au grand projet civilisateur de construction d’une industrie halieutique moderne. Dans l’attente d’une histoire générale des pêches dans la Tunisie moderne et contemporaine, les historiens doivent se contenter d’informations éparpillées et lacunaires. L’étude des séries relatives au fonctionnement du caïdat de Djerba, telles qu’elles sont conservées dans les fonds des Archives nationales de Tunisie, pourrait, dans les années à venir, pallier une carence qui fait qu’aujourd’hui encore, les pêches antiques de l’Ifriqiya sont mieux appréhendées que celles des siècles de la Régence.

  • 15 Jean Gaudilliere, « La pêche sur le littoral oriental de la Tunisie », Études économiques, no 86, m (...)

Il [le lac] était exploité autrefois par quelques pêcheurs locaux pourvus de titres de concessions plus ou moins réguliers15.

  • 16 Les Akkaras regroupent plusieurs tribus berbères installées dans la région de Zarzis depis la fin d (...)
  • 17 Privat-Agathon Hennique, Caboteurs et pêcheurs de la côte de Tunisie en 1882, Paris, Berger-Levraul (...)
  • 18 Le caïd est un chef de canton muni de pouvoirs civils et militaires nommé par le Bey. À la fin du x (...)

5C’est par ces quelques mots lapidaires que l’Administrateur principal de l’Inscription maritime Jean Gaudilliere caractérise en 1954 les pêcheries précoloniales d’El Bibane. Le propos, économe, réduit d’une certaine façon ce monde disparu à un statut proche de l’insignifiance, par d’ailleurs paré d’un voile d’illicite. On sait pourtant qu’une partie des populations akkaras, installées de part et d’autre du port de Zarzis, s’adonnaient à une pêche active au cours du xixe siècle16. En 1882, l’administrateur colonial Privat-Agathon Hennique recense ainsi environ 22 skifs montés par deux hommes opérant sur la lagune17. Comme d’autres communautés de pêche dans le golfe de Gabès, celle des Akkaras verse au caïd de Djerba entre 25 et 30 % de la valeur des ressources vivantes qu’elle prélève sur le littoral (De Bisson, 1881)18. Maîtresse dans l’art de sécher le poisson, la communauté d’El Bibane alimente à la même époque des flux de distributions régionaux, majoritairement orientés vers l’approvisionnement des tribus nomades ou semi-nomades de l’intérieur :

  • 19 Gaston Darboux, Pierre Stephan, Jules Cotte, Ferdinand Van Gaver, L’industrie des pêches aux coloni (...)

Les poissons, de peu de valeur, ainsi préparés pour les caravaniers, trouvaient acheteur à 30 francs les 100 kilos ; les principaux débouchés étaient la Tripolitaine, d’où les produits gagnaient le centre de l’Afrique par Ghadamès, ainsi que Sfax et Gabès, pour être de là expédiés dans l’extrême sud tunisien19

  • 20 Appelées localement Zroub ou Zerba, ces pêcheries traditionnelles, calées de façon saisonnière, ne (...)
  • 21 Jeanne Zaouali, « La mer des Bibans… », op. cit., p. 7
  • 22 La Résidence générale de France en Tunisie, ainsi dénommée de 1885 à 1955, est confiée à un ministr (...)
  • 23 ANT, Secrétariat général, série E 396-6, Affaire Ali Ben Matouk, note interne du Secrétariat généra (...)
  • 24 Locomotion inversée du poisson par rapport au courant d’eau. Dans la lagune d’El Bibane, le poisson (...)
  • 25 Wassim Boughedir, Mouna Rifi, Raouia Ghanem, Jamila Ben Souissi, Myriam Sternberg, Daniel Faget, «  (...)

6Les sources confirment l’existence d’installations de pêche au milieu de la décennie 1890 devant la passe de Bahiret El Bibane. Celles-ci correspondent à des zroub ou charfia, pêcheries fixes artisanales rencontrées à la même époque du cap Ras Kaboudia à la frontière libyenne20. Leur nombre aurait été de sept en 1896, « installées très au large de la lagune sur des fonds dont la profondeur était compatible avec la longueur des palmes employées pour les confectionner21 ». Une note des administrateurs de la Résidence générale de France en Tunisie, datée du 6 octobre 1898, vient confirmer ce chiffre22. Elle précise qu’environ 2 000 francs furent versés en 1896 à chacun des patrons possédant une de ces pêcheries devant la passe d’El Bibane, pour une indemnisation totale s’élevant à 15 000 francs, plafond fixé par l’acte d’adjudication de la même année23. Ces charfia se présentaient comme des structures de dimensions modestes. Elles étaient constituées, selon un modèle général, d’une rampe centrale barrant l’axe principal du courant, qui détournait le poisson vers des rampes secondaires, aboutissant elles-mêmes à une chambre de capture équipée de nasses (fig. 2). Revêtant sur cette partie de la côte la forme d’un fer de lance symétrique, le fonctionnement de ces pêcheries reposait sur la rhéotaxie négative du poisson24. Elles utilisaient, comme ailleurs dans le golfe de Gabès, des matériaux naturels, palmes pour les murailles et pédoncules refendus des régimes de dattes pour les nasses25.

Fig. 2 : Plan d’une charfia installée à proximité d’El Bibane, 1910

Fig. 2 : Plan d’une charfia installée à proximité d’El Bibane, 1910

CADN, Tunisie, Postes du Sud, 1846‑1959, carton 890

  • 26 ANT, Secrétariat général, série E 396-6, Affaire Ali Ben Matouk, Lettre du directeur général des Tr (...)
  • 27 Sur cette particularité du droit tunisien sous la Régence : Salah Sayadi M., Monastir : essai d’his (...)
  • 28 ANT, Secrétariat général, série E 396-6, lettre du 5 février 1896.

7L’affaire Ali Ben Matouk, du nom d’un des pêcheurs qui contesta en 1898 les modalités de l’acte d’adjudication de 189626, montre que les pêcheries d’El Bibane, comme celles des Kerkennah ou de La Chebba27, reposaient sur des actes de propriété dument enregistrés devant notaire. Cette réalité est d’ailleurs reconnue à mi-voix par un administrateur de la Résidence générale qui, évoquant l’existence avérée de ces pièces juridiques, conclut prudemment, dans une note anonyme datée de février 1896, « qu’il semble que les indigènes ont sur la pêche du lac des Bibans un droit d’usage dont il est de bonne politique de tenir compte28 ».

  • 29 Au sein des pêcheries fixes, le « raïs » était le titulaire du droit d’exploitation, le propriétair (...)

8En incluant dans les espaces appropriés les parties sous-marines les moins profondes, le droit beylical s’opposait radicalement à la notion française de domaine maritime, qui excluait toute propriété privée de la frange littorale. L’État français, pragmatique, n’ignore pas cette particularité des eaux de la Régence. Par un acte notarié daté du 21 janvier 1897, il se rend acquéreur de l’ensemble des pêcheries d’El Bibane, tout en ayant pris le soin de préciser, dans l’acte de concession du 28 décembre 1896, l’obligation de l’amodiataire de prendre en charge le coût de l’indemnisation des raïs29. Si cette passation des pouvoirs sur la lagune ne nous dit rien du contexte qui amena les pêcheurs locaux à renoncer à leurs droits, elle ouvre cette partie du littoral tunisien à une nouvelle forme d’économie halieutique.

  • 30 Daniel Faget, Wassim Boughedir, Jamila Ben Souissi, « Contribution à l’étude de l’histoire des pêch (...)
  • 31 Mise en œuvre de l’Approche Écosystémique des Pêches (AEP) : Rapport de référence sur les pêcheries (...)
  • 32 ANT, Secrétariat général, M 3, 14, 252, concessions ostréicoles (1899-1919).

9Organisée par la Direction générale des Travaux publics en 1896, l’amodiation du lac d’El Bibane n’est pas une première. Elle a été précédée dès 1889, de la concession à une compagnie française du monopole de la pêche dans les lacs de Bizerte et d’Ichkeul30, et précède de peu l’amodiation de la grande zone humide de Porto Farina, en 1897. L’attribution de la lagune d’El Bibane à un groupe d’investisseurs européens ne constitue donc que l’une des pièces d’un processus d’accaparement des richesses halieutiques de la Tunisie, déjà initié lors des deux premiers tiers du xixe siècle, et accéléré par la mise en place du Protectorat. Elle revêt la forme d’un monopole total, initialement concédé pour une durée de trente années. L’acte d’amodiation de 1896, formellement répété au gré de ses renouvellements ultérieurs, place entre les mains des adjudicataires l’exploitation des passes faisant jonction entre la mer et la lagune, mais aussi la totalité des pêches au filet qui seront mises en œuvre dans les eaux de celle-ci. La mise sous tutelle de la plus grande des lagunes du golfe de Syrte revêt une forme plus radicale encore que celle qui est observée à la même époque au sein des lacs septentrionaux du pays. Comme à Porto Farina, à Bizerte, ou à Tunis, elle interdit toute liberté de pratique dans les eaux intérieures. Mais elle substitue aussi à une guirlande de pêcheries fixes artisanales une bordigue unique crée ex-nihilo, parfois encore qualifiée à tort par des auteurs récents comme d’origine ancestrale31 (fig. 3). La concession de cet espace, désormais entièrement privatisé, rappelle d’une certaine manière les droits octroyés à la même époque à des entrepreneurs ostréicoles français qui, de l’oued Serrag près de Gabès, à l’oued El Maltine à proximité de la Skhira, entendent contrôler une partie des estuaires pour leurs projets conchylicoles32.

Fig. 3 : Évolution successive des installations de pêche dans la lagune d’El Bibane

Fig. 3 : Évolution successive des installations de pêche dans la lagune d’El Bibane

On aperçoit dans les installations précoloniales les charfias situées devant la passe principale

Gruvel, 1926

Des hommes et un dessein colonial

  • 33 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon contre (...)
  • 34 David Lambert, Notables des colonies : une élite de circonstance en Tunisie et au Maroc (1881-1939)(...)
  • 35 Ibid., p. 234.
  • 36 Dossier Légion d’honneur Alphonse Jules Deiss, AN, base Leonora.
  • 37 Xavier Daumalin, Le patronat marseillais et la deuxième industrialisation (1880-1930), Aix-en-Prove (...)
  • 38 Paris-Capital, 22 juillet 1891, Société générale des huileries du Sahel tunisien.

10Les trois hommes qui s’emparent de la lagune d’El Bibane le 25 décembre 1896 sont issus du monde des affaires et de l’entreprise qui se déploie à la fin du xixe siècle dans la nouvelle colonie française. Les deux premiers, Gustave et Ernest Demange, originaires de Pau33, créateurs des salines de Monastir, ne sont pas des nouveaux venus en Tunisie. Ernest Demange, ce notable « au profil d’héritier34 », a siégé au sein de la première Conférence consultative au titre de la vice-présidence du Syndicat agricole du Sahel. C’est donc logiquement qu’on retrouve cet administrateur du lac d’El Bibane à la vice-présidence de la chambre mixte de Sousse entre 1896 et 189935. Son associé dans l’affaire, Alphonse Jules Deiss, bien que moins anciennement installé sur les terres de la régence, est un bon représentant des projections du monde de l’industrie marseillaise dans l’aventure coloniale. Investie dans le secteur de l’olive et de ses dérivés, la famille de cet industriel alsacien s’est installée dans la région marseillaise sous le Second Empire36. Le brevet de traitement des grignons par le sulfure de carbone, mis au point par Auguste Deiss, père d’Alphonse Jules, est le fondement de la prospérité familiale. Ce procédé explique qu’à côté de moulins à huile installés à Pelissanne, Eyguières et Maussane, l’industriel exploite aussi des établissements de transformation des résidus de presse à Salon et à Tortosa en Espagne, et, dans une démarche d’intégration verticale, des usines chimiques à Marseille et à Lyon. Alphonse Jules Deiss est l’une des figures politiques du département des Bouches‑du‑Rhône au cours de la décennie 1880. Maire de Salon de 1882 à 1884, il est conseiller général de ce canton depuis 1877 et exercera la fonction de président de ce conseil entre 1885 et 1886. L’établissement qu’il installe à Sousse ces mêmes années, équipé de machines à vapeur, apparaît comme une suite logique de ses investissements européens. Il est une illustration des liens très fournis qui unissent le port provençal et les terres africaines, liens qui conditionnent la vitalité du secteur agroalimentaire marseillais37. L’intégration, en 1891, de l’usine de Sousse dans la Société générale des huileries du Sahel, permet à ce propos de retrouver, autour de l’industriel de Salon, quelques-uns de ses homologues de la région marseillaise, à l’instar du savonnier Auguste Gaillard, du malteur Eugène Velten ou du négociant de Salon Benoît-Henri Cavaillon38. Dans cette dynamique entrepreneuriale, la décision de 1896 de lancer l’exploitation d’El Bibane relève d’abord d’une volonté opportuniste de diversification d’un portefeuille d’investissements. Elle doit en second lieu être replacée dans l’organisation des marchés alimentaires coloniaux et métropolitains, et révèle, en creux, la dégradation de la ressource halieutique sur les rivages septentrionaux de la Méditerranée.

  • 39 Narcisse Faucon, La Tunisie avant et depuis l’occupation française. Histoire et colonisation, T. I, (...)
  • 40 Auguste-Eugène Massé, Les ports tunisiens, Paris, Imprimerie Baroux, 1911, p. 20.
  • 41 Kamel Jerfel, « Siciliens et Maltais en Tunisie aux XIXe et XXe s. Le cas de la ville de Sousse », (...)
  • 42 Mahmoud Seklani, La population de la Tunisie, Tunis, CICRED, 1974, p. 13-17.

11L’entreprise des frères Demange et de Jules Deiss se pare d’une dimension d’utilité publique. Elle est légitimée par les besoins alimentaires d’un marché colonial en rapide expansion. Les ports de Sfax et de Sousse, en plein développement, réclament des approvisionnements en poissons frais. Le port moderne de Sfax, inauguré en avril 1897, promet la croissance rapide d’une ville portée par ses exportations d’huile et de phosphate. La cité, qui regroupe déjà 33 000 habitants en 189339, dépasse 45 000 personnes en 191140. Sousse connaît le même dynamisme. Sa seule communauté européenne est passée de 700 ressortissants en 1881 à 6 000 en 1911, groupées autour du port, principal point d’expédition des huiles du Sahel41. Tunis enfin, se transforme rapidement durant les mêmes années, puisque sa population totale, vraisemblablement de 1,2 million de personnes au moment de l’instauration du protectorat, atteint 1,8 million d’habitants lors du premier recensement de 192142.

  • 43 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon contre (...)
  • 44 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe s.), Rennes, PUR, 2011 (...)
  • 45 Ibid., p. 337.

12Pour les nouveaux maîtres d’El Bibane, l’approvisionnement des villes les plus industrieuses du réseau urbain littoral est donc un objectif affiché. Le projet, qui laisse escompter de solides bénéfices, apparaît à ce propos en accord avec le dessein colonial. Mais l’aire de chalandise espérée pour le poisson frais de la lagune dépasse les limites du seul Protectorat puisqu’en 1896, Deiss et ses associés ambitionnent de transporter « 1 500 tonnes de celui-ci directement à Marseille 43». L’entreprise annoncée implique donc une inversion historique de la distribution de la richesse d’El Bibane, en privilégiant les expéditions vers des espaces septentrionaux proches ou plus lointains, et en délaissant les marchés traditionnels méridionaux des tribus de la Tripolitaine et des marges sahariennes. Elle est aussi symptomatique du redéploiement des pêches qui s’effectue en Méditerranée à la même époque, et signale l’épuisement progressif de la ressource sur les rivages nord de la mer intérieure. Dès le début de la décennie 1890, l’appauvrissement des ressources infralittorales du littoral méditerranéen français est avéré44. La maîtrise technique de la production du froid permet à des entrepreneurs marseillais de mettre en exploitation les zones côtières d’Afrique du Nord, à l’image de la maison Schiaffino. Propriétaire de deux vapeurs qui opèrent dans le golfe d’Alger, la société provençale expédie, au cours du premier semestre 1890, 200 tonnes de poisson congelé vers les poissonneries du Vieux‑Port, soit 10 % de la consommation annuelle de poisson frais dans la ville45. Loin d’être une entreprise isolée, la Société française des pêcheries tunisiennes créée par Deiss et les frères Demange s’inscrit donc dans le sillage d’une réorganisation des économies halieutiques en Méditerranée. La rentabilité de l’exploitation industrielle de la lagune d’El Bibane, mal reliée aux marchés de consommation coloniaux et très éloignée de la métropole, constitue cependant un pari périlleux, peut-être secondaire aux yeux de ses nouveaux exploitants, qui semblent aussi avoir utilisé cette pêcherie comme prétexte d’une opération financière à court terme.

Les débuts calamiteux d’une pêcherie lagunaire au temps du protectorat (1896‑1920)

Opérations financières et difficultés de gestion

  • 46 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon…
  • 47 Id.
  • 48 Id.
  • 49 La Dépêche tunisienne, 21 novembre 1899 ; Les travaux publics du protectorat français en Tunisie, P (...)
  • 50 Gaston Darboux, Pierre Stephan, Jules Cotte, Ferdinand Van Gaver, L’industrie des pêches aux coloni (...)
  • 51 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon…

13Les vingt premières années de l’exploitation coloniale de la lagune d’El Bibane ne donnent que des résultats fort médiocres. L’entreprise nécessitait dès l’abord un apport important en capitaux. Les 150 000 francs réunis en 1896 par Deiss et les frères Demange pour constituer le fonds d’investissement de leur affaire s’avèrent très vite insuffisants46. Les trois associés décident donc en mai 1899 de transférer leurs droits de pêche à la « Société française des pêcheries des Bibans », une société par actions au capital de 1 millions de francs. En s’arrogeant, au titre de leurs apports respectifs, 120 des 200 actions de 5 000 francs émises, les entrepreneurs réalisent une excellente opération financière, qui leur confère un portefeuille d’actifs de 600 000 francs. Le placement des 80 actions restantes, écoulées grâce aux relations des Demange auprès d’un groupe de rentiers et de propriétaires du Sud-Ouest de la France, permettait d’abonder un fonds de liquidités suffisant pour lancer réellement l’entreprise. Ses initiateurs, pourtant, ne donnent pas à cette dernière les moyens nécessaires à son développement. Notoirement absentéistes, les trois amodiataires ne consacrent à la pêcherie que peu d’attention, et ce n’est qu’exceptionnellement qu’ils se rendent sur le site pour en superviser les aménagements. Deiss ne met pour la première fois les pieds aux Bibans, qu’en septembre 1899. Quant à Gustave Demange, il n’y effectue qu’un passage éclair d’une journée en septembre 189847. Ces derniers délèguent leur charge à un directeur, G. Grésillon, ancien agent des pêcheries de la Compagnie du port de Bizerte. Résidant à El Bibane d’avril 1897 au printemps 1900, Grésillon dresse, courrier après courrier, le constat de son impuissance face à l’incurie qui préside à l’administration générale de la Société française de la pêcherie des Bibans. Ses appointements ne sont pas versés. Ceux des mécaniciens, forgerons, menuisiers employés à l’aménagement de la bordigue n’arrivent que de façon erratique, tandis que les 25 marins qui doivent la faire fonctionner abandonnent progressivement un travail qui ne leur est pas payé. Au tournant du siècle, le sort des 18 pêcheurs au filet actifs sur la lagune, Arabes et Maltais, n’est pas plus enviable48. Dès lors, les investissements structurels limités réalisés par l’entreprise en 1899 ne suffisent pas à la faire décoller. Le Sud, un petit vapeur de 60 tonneaux acquis pour transporter le poisson à la glace vers les ports du littoral tunisien et vers Marseille49, fait naufrage dès 1900, en raison d’un charbon d’exécrable qualité vendu par les frères Demange aux pêcheries d’El Bibane. Le complexe frigorifique Lescardé50, installé au même moment, fonctionne si mal qu’en novembre 1899, Gresillon se trouve réduit à vendre son poisson frais à Zarzis pour le prix dérisoire de 10 c. le kg51. Celui qui arrive jusqu’à la poissonnerie de Sousse en 1900 est régulièrement avarié, au point de faire les brèves de La Dépêche tunisienne :

  • 52 La Dépêche tunisienne, 10 octobre 1900.

Dimanche matin, au marché couvert, il ne faisait pas bon, pour les narines délicates, circuler autour des tables de la poissonnerie. Tout le stock de poisson envoyé en caisses par les Pêcheries des Bibans venait d’être refusé à la consommation. Il est surprenant que la vente de ces envois ne soit pas plus souvent interdite, car le poisson arrive souvent dans un état de conservation défectueux. Ce qui explique la défaveur dont il est l’objet52.

  • 53 Ouest-Éclair, 11 mars 1904.
  • 54 Gaston Darboux., Pierre Stephan, Jules Cotte, Ferdinand Van Gaver, L’industrie des pêches…, op. cit(...)

14La problématique de la chaîne du froid, bien posée par cet extrait de presse, ne sera de fait jamais résolue avant la Première Guerre mondiale. Le Saint-Brieuc (fig. 4), ce steamer acquis en 1904 par les Transports maritimes Est-tunisiens pour relier selon une fréquence bihebdomadaire Ben Gardane à Tunis, aurait pu permettre de pallier cette difficulté53. Le navire pourtant, est trop lent. Il s’arrête lors de son voyage retour dans les ports de Zarzis, de Djerba, de Gabès, de Sfax, de Mahdia, puis de Monastir avant d’arriver à Sousse54, seule infrastructure portuaire capable durant ces années de fabriquer suffisamment de glace industrielle pour regarnir les caisses de poisson de 200 kg destinées à Tunis, et éventuellement à Marseille. En l’état, le verrou technique du froid apparaît comme la cause essentielle des difficultés des amodiataires.

Fig. 4 : Le Saint-Brieuc, steamer effectuant la liaison Ben Gardane-Tunis avant 1914

Fig. 4 : Le Saint-Brieuc, steamer effectuant la liaison Ben Gardane-Tunis avant 1914

Collection privée

  • 55 Ibid., Darboux et al., op. cit., p. 83. La Croix, 10 mai 1904 ; Le Temps, 26 mars 1904.
  • 56 J.O. de la Tunisie, 3 octobre 1923.
  • 57 Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45.

15Dès lors, ni la tentative manquée, en 1904, d’installer à El Bibane des pêcheurs bretons55, ni la mise en place en 1906 d’un encadrement des équipes par des pêcheurs corses de la lagune de Biguglia, ni même la mutation juridique de 1908, qui voit le transfert des droits de la « Société française des pêcheries des Bibans » à la nouvelle « Société française des pêcheries tunisiennes56 », ne suffisent à assurer une croissance réelle de l’entreprise57. Les conditions de résidence sur les berges de la lagune sont ordinairement mises en avant par les visiteurs comme des facteurs aggravants. Elles expliquent les difficultés des amodiataires à fixer la main d’œuvre européenne. Dans l’ouvrage qu’ils font paraître en 1906 à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1906, les biologistes marseillais livrent une description sévère des lieux :

  • 58 Ibid.

[…] l’îlot des Bibans, terre ingrate et stérile, sans arbres et sans eau, où sous un ciel implacable sévit cette variété du spleen que nous avons entendu appeler la bibanite58.

  • 59 Une reconstitution générale de la production halieutique d’El Bibane a été rendue possible par la c (...)
  • 60 Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45.
  • 61 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit.,
  • 62 Jean Bourge, Les pêches maritimes de la Tunisie.. op. cit., p. 34.
  • 63 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit.

16Les tonnages réalisés dans le lac jusqu’aux années qui succèdent immédiatement à la Première Guerre mondiale reflètent les difficultés persistantes des activités de l’entreprise halieutique (fig. 5)59. Ils sont dans tous les cas très éloignés des 1 500 tonnes escomptées en 1896 par les amodiataires. Compris entre 130 et 164 tonnes entre 1898 et 190460, leur moyenne ne dépasse pas 76 tonnes entre 1905 et 191361. Cette dernière année, la grande bordigue barrant la passe ne parvient à capturer que 40 tonnes de poisson62. Le premier conflit mondial et la polarisation de la vie économique par l’effort de guerre, puis la difficile reconversion des sociétés européennes au début de la décennie 1920 expliquent qu’entre 1914 et 1923, le tonnage moyen produit à Bahiret El Bibane n’ait pas dépassé 73 tonnes63.

Fig. 5 : Courbe des tonnages réalisés à El Bibane (1900‑2018)

Fig. 5 : Courbe des tonnages réalisés à El Bibane (1900‑2018)
  • 64 Émile Coste, « La pêche en Tunisie avant et depuis l’occupation française », in Charles Depincé (di (...)
  • 65 Georges Reynaud, « La zoologie agricole, second pôle d’activités en biologie animale », in Georges (...)
  • 66 Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45.

17Durant les deux premières décennies du siècle, le poids de la grande pêcherie méridionale apparaît toujours marginal dans les approvisionnements du marché central de Tunis. Eugène Coste, Inspecteur général des pêches, le juge même « insignifiant » en 190864. Deux ans plus tôt, on devait à la seule pudeur du zoologue marseillais Gaston Darboux, futur directeur de la station marine d’Endoume65, d’avoir qualifié l’entreprise installée à El Bibane de « demi‑insuccès66 »…

Un contexte de violence sociale

18Tous ces témoins, partisans actifs de l’œuvre coloniale, n’évoquent jamais la dureté des relations sociales qui prévalent dans ces confins du protectorat. La violence subie se mesure d’abord aux transformations apportées par les exploitants à l’espace de la pêcherie. L’aménagement de l’îlot principal cristallise dès 1898 les oppositions entre Akkaras et nouveaux arrivants. Cette terre minuscule n’a jamais cessé d’être occupée depuis l’Antiquité, et les ruines du fortin hispano‑turc témoignent de l’importance stratégique de ce lieu tout au long de l’époque moderne. Le statut de l’îlot n’est pas arrêté dans l’acte d’amodiation de 1896. Une lettre tardive émanant des services de l’administration coloniale, échangée deux ans avant l’indépendance, révèle le flou juridique qui préside à la fin du xixe siècle à la qualification de cette partie de la lagune :

  • 67 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaire (...)

Les archives détenues par le Bureau des Affaires indigènes de Zarzis concernant l’îlot des Bibans n’ont pu révéler rien d’affirmatif quant à la position juridique de cet îlot. [Il] aurait fait l’objet d’une expropriation fin 1896 ou début 1897 et serait, de ce fait, bien domanial67.

  • 68 La Dépêche tunisienne, 11 septembre 1900.
  • 69 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, lettre du commandant De La B (...)
  • 70 Jean Servonnet, Fernand Lafitte, En Tunisie…, op. cit., p. 260.
  • 71 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit., p. 53.
  • 72 Ludwig Salvator, Yachtreise in die Syrten, Prague, Heinrich Mercy, 1874.
  • 73 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, lettre du secrétaire général du gouvernement au directeur (...)
  • 74 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaire (...)

19Cette terre, de fait, n’est pas un espace déserté lorsque la Résidence générale décide de l’amodiation d’El Bibane. On s’y rend avec régularité pour sacrifier chèvres et brebis sur le tombeau à coupole (qubba) du marabout Sidi Ahmed Chaouch, afin d’appeler des pêches favorables68. L’îlot, qui sert de refuge aux pêcheurs d’éponges kerkenniens en cas de mauvais temps69, est aussi un lieu de résidence pour les Bibanais. Ces derniers y possèdent des huttes traditionnelles, désignées par les coloniaux comme « gourbis », déformation de l’arabe dialectal70. Ces cabanes de branchages de forme conique, dotées d’une base de pierre, sont couvertes « d’algues, de plantes marines, de vieux filets de pêche 71». Une gravure réalisée en 1874 à l’occasion du passage à El Bibane de l’archiduc autrichien Ludwig Salvator nous en apporte une représentation précise (fig. 6)72. Bien adaptées au climat local, ces huttes circulaires se retrouvent à la même époque, avec quelques variantes, dans toute la région de Zarzis (fig. 7). Elles sont considérées par les familles akkaras comme un bien propre. Celles que possèdent les pêcheurs d’El Bibane sur l’îlot Sidi Ahmed Chaouch (fig. 8) sont détruites par les hommes des amodiataires en 1898, sans l’accord des populations locales, qui ont refusé collectivement toutes les offres d’indemnisation des concessionnaires. Les propositions de ces derniers, considérées comme généreuses par les officiers, révèlent que le pouvoir colonial n’ignorait rien du bon droit des Akkaras, qui bien qu’ayant vendu leurs pêcheries en 1897, n’entendaient pas être chassés de leur domaine ancestral. Certains d’entre eux, à l’instar du pêcheur Younès Ben Slimane, n’hésitent pas à s’adresser à la Direction générale des Travaux Publics, afin d’obtenir le droit de reconstruire à l’identique leur abri73. Ils se heurtent dans tous les cas à une intransigeance des responsables militaires du secteur, à l’exemple de De Bechevel, commandant du cercle de Medenine, qui affirme dès avril 1899 qu’il « est tout disposé à demander que la compagnie soit dégagée pour l’avenir de toute obligation à l’égard des Bibanais74 ».

Fig. 6 : Gurbi des populations akkaras à El Bibane, 1874

Fig. 6 : Gurbi des populations akkaras à El Bibane, 1874

Ludwig Salvator, 1874

Fig. 7 : Gurbi de la palmeraie de Zarzis dans les années 1910

Fig. 7 : Gurbi de la palmeraie de Zarzis dans les années 1910

Carte postale première décennie du XXe s., collection privée

Fig. 8 : Habitats traditionnels sur l’îlot Sidi Ahmed Chaouch, 1954

Fig. 8 : Habitats traditionnels sur l’îlot Sidi Ahmed Chaouch, 1954

Cliché Bellair-Baudier

  • 75 Id.
  • 76 Ibid., courrier du commis détaché aux douanes Toulza à son directeur hiérarchique, 20 mars 1902.

20La « brutalisation » de la société autochtone touche aussi directement les populations. Celles-ci sont exclues de l’accès aux rares ressources en eau disponibles sur l’îlot de Sidi Ahmed Chaouch, « dont les citernes sont réservées aux familles françaises installées aux Bibans et aux militaires de passage »75. Elles subissent, au sein de la pêcherie, des violences répétées, parfois dénoncées par certains agents de l’État. Ces violences semblent culminer lors des premières années de fonctionnement de l’entreprise, sans doute exacerbées par les difficultés financières de celle-ci. Les maltraitances perpétrées à l’encontre du pêcheur Karouba au printemps 1902, parce qu’elles ont fait l’objet d’une longue dénonciation déposée auprès de sa hiérarchie par un agent des douanes, permettent de reconstituer la dureté de l’exploitation subie par les populations akkaras durant ces mêmes années76.

21Le 20 mars 1902, le pêcheur Karouba, employé par la société, est violemment frappé à coup de bâton par le dénommé Castalla, un Grec exerçant la fonction de « chef des ouvriers à la pêcherie ». Les cris suscités par l’agression sont tels qu’ils réveillent l’agent des douanes Toulza, qui tente de s’interposer entre les deux hommes, mais se voit rétorquer par le comptable de l’entreprise, Saint Cluque, que « cela ne [le] le regardait pas, que c’était de la police ». Toulza, qui désapprouve ce type de comportement, affirme dans son courrier :

Pareil fait s’est produit déjà plusieurs fois, et si j’interviens dans le cas présent en faveur des indigènes, c’est parce que les traitements que leur font subir les agents de la pêcherie ne sont tolérés nulle part, et ne doivent pas l’être non plus aux Bibans.

22Et de décliner l’ensemble des comportements répréhensibles qu’il observe quotidiennement sur les rives de la lagune : les ouvriers arabes, réclamant les salaires qui leur sont dus, « reçoivent de grands coups de pied en guise de paiement ». On voit parfois Darcet, directeur de la pêcherie, « épée nue à la main, poursuivant, la pointe menaçante, des arabes effrayés, pour les châtier de je ne sais quel méfait ». Rattrapés, ces derniers sont promptement enfermés « dans les chambres de l’appareil frigorifique au milieu de l’obscurité totale ». L’administration de la société a mis au point un système pour retenir sur place les pêcheurs locaux, « c’est de leur payer leurs salaires que deux ou trois mois après qu’ils les ont gagnés : l’arrière est toujours le même car on ne solde qu’un mois à la fois ». Deux raisons principales motivent la décision de dénonciation de Toulza. La première, immédiate, s’explique par la crainte d’une émeute. Heureusement dit-il, « ces indigènes sont doux, sinon nous passerions un jour ou l’autre un mauvais moment ». La seconde relève évidemment de considérations morales, mais aussi d’un souci de rationalité économique. Dans aucune entreprise, affirme l’agent des douanes,

on ne mène ainsi les gens à coups de matraques, ce qui n’empêche pas ces entreprises de prospérer […]. En résumé, ici, on spécule sur la misère, spéculation peu productive cependant, car la société est loin de faire de brillantes affaires.

  • 77 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaire (...)

23La dénonciation du douanier Toulza, relayée par sa hiérarchie auprès des autorités militaires et civiles, ne reste pas lettre morte, puisque quelques mois plus tard, le puissant directeur général des Travaux publics fait connaître au secrétaire général du gouvernement tunisien que l’amodiation de 1896 n’avait jamais délégué aux concessionnaires la gestion des affaires de police générale à El Bibane, les attributions de la société s’arrêtant à une stricte police des pêches dans le domaine des pêcheries77.

24Mise en sommeil pendant la Première Guerre mondiale, la pêcherie de Bahiret El Bibane semble entrer dans une phase de stabilisation de son activité au cours des décennies qui précèdent l’indépendance. L’examen des sources démontre cependant que ces trente années sont marquées par des contraintes relatives aux impératifs du marché, et par l’expression d’une résistance continue des populations à la main mise coloniale sur les ressources de la lagune.

La pêcherie d’El Bibane, entre injonctions du marché et résistances des populations locales (1920‑1954)

Mutation des structures juridiques et permanence des groupes dirigeants

  • 78 Journal officiel du gouvernement tunisien, 3 octobre 1923.
  • 79 Journal officiel du gouvernement tunisien, 12 mars 1924.

25Les médiocres résultats de la pêcherie d’El Bibane avant 1914 ne dissuadent pas les milieux économiques tunisois de tenter de relancer l’affaire après 1918. La location des droits d’exploitation de la lagune en mai 1922 par Hamida Zarouane n’est à ce titre qu’un épisode bref78, dont l’épilogue, en juillet 1923, met définitivement un terme à l’existence de la Société française des pêcheries tunisiennes. La transition vers une nouvelle structure prend la forme en juillet 1923, d’un transfert consenti des droits exercés par Zarouane, au nom de la société existante, à un notable influent de Tunis, Pierre Omessa (1859-1938). L’ancien directeur de L’Avenir de Bougie, installé en Tunisie à la suite du meurtre de son épouse et de l’amant de celle-ci, en 1890, a été membre de la Conférence consultative à partir de 1900. On retrouve ce titulaire de la légion d’honneur siégeant au sein du Grand conseil de la Tunisie durant l’entre-deux-guerres, occupant une place très active dans le landerneau colonial. En se faisant remettre en 1923 les clefs de la lagune, Omessa met la main sur l’un des sites qui doivent alimenter les activités d’une future société anonyme, la S.A. « Les Pêcheries tunisiennes », officiellement fondée le 20 novembre 1923, qui reçoit quelques mois plus tard du publiciste tous les droits qu’il venait d’acquérir sur El Bibane79.

  • 80 Annuaire des valeurs de l’Afrique du Nord (1926-1927), Alger, Crédit foncier d’Algérie et de Tunisi (...)
  • 81 Paul Cézilly, Notice sur Porto-Farina, Paris, De Person Frères, 1912, p. 56-57.
  • 82 Les Annales coloniales, 9 octobre 1924.
  • 83 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit., p. 44.

26À trop se focaliser sur ces changements juridiques, on risquerait de ne pas percevoir les permanences qui caractérisent le groupe des entrepreneurs de pêche européens dans la Tunisie coloniale. L’analyse de la composition du conseil d’administration des Pêcheries tunisiennes, tel qu’il se réunit avec régularité au no 26 de la rue d’Italie à Tunis, rappelle à ce propos la grande stabilité d’un groupe relativement restreint d’individus, dont on retrouve les noms dans l’exploitation de la plupart des activités de pêche européennes dans les eaux du Protectorat après 189080. Dans le conseil d’administration de la société nouvelle, aux côtés de Pierre Omessa, siège en 1926 Joseph Bonello et Jean Pisani. Ces deux derniers avaient racheté en 1903 aux frères Demange, déjà mentionnés dans cette étude, leurs droits exclusifs de pêche sur la lagune de Porto-Farina81. Ces hommes, il faut le signaler, ne concentrent pas leurs efforts sur les seules pêches lagunaires. Ils sont aussi à l’origine du doublement de la flotte des chalutiers benthiques opérant le long des côtes tunisiennes au cours de ces mêmes années, et c’est logiquement que l’on retrouve Jean Pisani et son frère cadet Joseph dans la création de la société anonyme Les Chalutiers Tunisiens en mars 192182. C’est ce dernier qui, en tant qu’administrateur des « Pêcheries tunisiennes » en 1945, emporte à cette date l’exploitation en co-régie intéressée d’El Bibane. Par cette convention qui perpétuait donc la maîtrise des anciens adjudicataires sur la lagune, l’État laissait à Joseph Pisani et à ses associés l’usage des constructions et installations fixes lui appartenant. La société s’engageait en retour à fournir à l’entreprise son matériel flottant, son matériel de pêche (lignes, filets), ses installations démontables (piquets, palissades, grillages, djerids), moyennant une taxe annuelle de location83. L’affaire, évidemment rentable même avec une production somme toute limitée, explique que les Pêcheries tunisiennes aient gardé la maîtrise des ressources du lac jusqu’à l’indépendance, date à laquelle la charge d’exploitation sera transférée pour quatre décennies à l’Office National des Pêches.

Une production qui se stabilise. Entre marché national et exigences des marchés locaux

27Moins atones qu’au début du siècle, les productions de la pêcherie au cours de l’entre-deux-guerres et durant la décennie qui précède l’indépendance demeurent modestes. Au-delà de quelques irrégularités, les résultats d’El Bibane s’inscrivent globalement dans une tendance baissière. Les deux pics de production (1923-1924 et 1951-1953) et le bon résultat de la campagne 1935 expliquent seuls que le niveau moyen des pêches ne passe pas durant toutes ces années sous la barre des 140 tonnes.

  • 84 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit., p. 45.

28Le décollage de la production après 1952, qui porte ces derniers à plus de 350 tonnes en 1953, trouve son explication dans une double causalité. La première relève d’une amélioration des infrastructures de la pêcherie. La bordigue à cette date a été entièrement réaménagée. Solidement fichée dans les herbiers par des pieux imputrescibles en bois d’eucalyptus, elle résiste mieux désormais aux tempêtes. Son barrage de 3 600 mètres de long, à l’image des sept groupes de chambres de capture qui l’équipent, est lui-même entièrement constitué de cadres grillagés qui améliorent son efficacité84.

29La seconde cause de la montée en puissance de la production réside sans doute dans le renforcement du monopole de Joseph Pisani sur la pêche à El Bibane. La suppression d’une partie des pêcheries indigènes, qui s’étaient reconstituées après 1945 devant le chenal, a sans doute en effet renforcé les bons résultats de la bordigue avant 1954. La première décennie de l’indépendance va bénéficier de ces transformations tardives, qui permettront à la pêcherie de dépasser un pic historique de production de 600 tonnes en 1960.

  • 85 Station océanographique de Salammbô. Tableaux statistiques des pêches, no 28-38, 1932-1937.
  • 86 Daniel Faget, Wassim Boughedir, Jamila Ben Souissi, « Contribution à l’étude de l’histoire des pêch (...)
  • 87 Renée Bellair-Baudier, op. cit., p. 49.

30Si l’on excepte les résultats importants des trois dernières années du protectorat, les tonnages même limités réalisés au sein de la pêcherie d’El Bibane ne sauraient pourtant être considérés comme négligeables. Alors que la production totale des côtes tunisiennes oscille autour de 7 000 tonnes entre 1924 et 193785, la grande lagune méridionale assure durant cette période une moyenne annuelle de 2,8 % des captures nationales. Le lac de Bizerte, autrefois premier espace d’activité des pêches amodiataires du pays, apparaît depuis 1905 comme définitivement marginalisé par les bouleversements de ses équilibres environnementaux86. Dans ce contexte, El Bibane occupe avant l’indépendance la deuxième place des productions lagunaires, tendant même, à l’extrême fin de la période, à rejoindre le produit du lac de Tunis87, de plus en plus dégradé par les pollutions industrielles et urbaines.

  • 88 Abel Gruvel, 1926, « L’industrie des pêches sur les côtes tunisiennes », Bull. Stat. Océan. Salammb (...)

31Durant ces années, le rêve initial d’une exportation massive des richesses de la lagune vers le marché européen est définitivement écarté. La production d’El Bibane alimente exclusivement le marché national. Son inscription parmi les fournisseurs des poissonneries centrales de Sfax, de Sousse ou de Tunis est désormais parfaitement maîtrisée. La géographe Renée Bellair-Baudier, qui effectue une mission de recherche à El Bibane au début de la décennie 1950, nous en livre un témoignage précis : depuis l’îlot Sidi Ahmed Chaouch, « l’ensemble de la production est transporté sous glace, par une pinasse à moteur à Marsa‑Ksira », qui est le débarcadère de la localité de Ben Gardane, au sud de la lagune. C’est là que convergent sans doute aussi les rougets provenant du petit centre de pêche indigène d’Uden-Buri (Ras Ouden el Bouri), situé sur une fine bande de terre à l’est de la lagune88. Le poisson est alors stocké dans une chambre froide,

  • 89 Renée Bellair-Baudier, op. cit., p. 51.

en attendant le départ du camion qui l’emportera vers le Nord. Sfax demande surtout les petits poissons (spars, pataclets), Tunis préfère les belles pièces. Au retour de Marsa-Ksira la pinasse rapporte la glace nécessaire à la pêcherie, venant de Sfax ou de Tunis, et le ravitaillement indispensable à la petite communauté89.

32Plus que ces expéditions vers les grands centres urbains, c’est la place tenue par la pêcherie d’El Bibane dans l’approvisionnement des marchés locaux qui est à l’origine de tensions au début des années 1950.

  • 90 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaire (...)
  • 91 Id.

33Les municipalités proches de la lagune, en premier celle-de Zarzis, mais aussi celle de Medenine, dénoncent en effet à partir de 1951 une captation quasi générale du produit des pêches littorales par l’exploitant d’El Bibane90, et donc un détournement vers le nord du pays d’une ressource alimentaire de première nécessité. La grande majorité des pêcheurs de la région, affirment-ils en 1953, « vendent la quasi-totalité du produit de leur pêche à M. Pisani. 91»

34Cette situation de concentration n’est pas nouvelle. Au début de la décennie 1970, les travaux de l’historien Claude Liauzu la mentionnaient déjà à propos des années précédant la Seconde Guerre mondiale :

  • 92 Claude Liauzu, « Les pêcheurs tunisiens à la veille de la Deuxième Guerre mondiale », IBLA, 127, 19 (...)

L’amodiataire des lacs des Bibans, d’Oubeira et de l’Oued Melah, et bientôt de Porto-Farina et Kelbia, achète à un prix dérisoire le poisson de Djerba qu’il transporte par camion, et une grande partie des langoustes de la Galite amenées à Tunis sur un voilier vivier ; il possède aussi un chalutier. Certains commissionnaires agréés du Marché Central de Tunis représentent plus de trente mandants répartis sur toute la côte. Armateur, créancier et acheteur du poisson sont souvent une seule et même personne92.

  • 93 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Amodiation de la pêche dans (...)
  • 94 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Convention pour l’exploitation de la pêcherie (...)
  • 95 Id., Courrier d’Abderhaman Kliche, 6 novembre 1953.

35Au cours de la décennie 1950, les pouvoirs locaux s’appuient sur deux arguments pour dénoncer le poids trop important des « Pêcheries tunisiennes ». Le cahier des charges fixant les conditions de l’amodiation de la lagune précise dès 1934 que « l’amodiataire laissera à chacun des passages de ses camions à Ben Gardane et à Medenine une partie du poisson pêché par lui. La quantité de poisson ainsi laissée à la disposition de chacun des deux marchés est fixée à 50 kg »93. Dans le même registre, l’article 8 de la convention liant depuis le 1er décembre 1945 l’État tunisien à la S.A. Les Pêcheries Tunisiennes fait obligation à celle-ci de réserver des quantités de poissons pour les localités du Sud, qui devaient être « livrées par la société […] aux revendeurs désignés par le vice-président de la municipalité »94. Dans les faits, cette clause est peu ou non appliquée par Joseph Pisani, qui évoque des difficultés de transport ou des prix d’achat insuffisants95.

  • 96 Ibid.

36La mainmise de l’exploitant européen sur les pêches des Akkaras explique, selon le représentant de la commune de Zarzis, « que le ravitaillement de la population communale en poisson de bonne qualité notamment se fait depuis quelques temps dans les plus mauvaises conditions […] »96.

37La politique de la pêcherie, qui amenuise l’approvisionnement des marchés locaux, grève par ailleurs les ressources pécuniaires des municipalités, privées d’une partie des taxes levées sur les poissonneries. Les sources démontrent à ce propos l’existence d’intérêts contradictoires au sein des populations de la région de Zarzis, le point de vue des pêcheurs s’opposant généralement à celui des consommateurs de l’intérieur des terres. Attirés par les bons prix pratiqués par Joseph Pisani, qui n’hésite pas à avancer du matériel ou de l’argent aux raïs, les pêcheurs se déplacent tout au long de la côte, depuis la chaussée d’El Kantara, jusqu’au grau d’El Bibane, pour vendre leurs prises du jour à l’agent du concessionnaire. Contrairement aux grossistes de Zarzis, ce dernier n’achète pas à crédit, et les cours qu’il pratique sont alignés sur les prix de gros du marché central de Tunis. Cette politique d’achat systématique des pêches locales, qui permet à l’exploitant de gonfler son chiffre d’affaires et de réaliser des économies d’échelle sur ses coûts de transport, ne suffit pas pourtant à gagner intégralement à sa cause l’ensemble des flottilles artisanales opérant sur zone. Chez les pêcheurs de la région d’El Bibane, le ressentiment vis-à-vis de ce qui est perçu comme une spoliation des richesses halieutiques locales par des intérêts étrangers ne s’est jamais réellement éteint depuis les débuts du xxe siècle.

Volonté de réappropriation et défense des pêcheries artisanales

38Il est difficile, en raison de sources lacunaires, de reconstituer précisément les formes empruntées par la résistance des populations locales à l’autorité des entreprises françaises sur la lagune d’El Bibane. Cette opposition, réelle toutefois, s’exprime sous des registres différents.

  • 97 Khalifa Chater, « Changements politiques et exclusion lors de la décolonisation : le cas du Makhzen (...)
  • 98 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, lettre de Rhouma Belhiba au (...)
  • 99 Id., note Pierre Bertholle, 10 mai 1934.

39Le premier relève d’une volonté de certains membres de la communauté tunisienne de prendre légalement le contrôle de cet espace. Si elle ne constitue pas un refus ouvert du régime de Protectorat, la position adoptée en avril 1934 par Rhouma Belhiba est représentative des ambiguïtés qui caractérisent les grandes familles makhzenies97. Membre du conseil intertribal akkara, le caïd Belhiba siège avant la Seconde Guerre mondiale dans la section indigène du Grand Conseil de la Tunisie, tel qu’il a été mis en place en 1922. Il occupe donc une place influente au sein du corps politico-administratif qui structure l’administration du pays avant la proclamation de la République. Profitant du renouvellement de l’amodiation en 1934, Belhiba écrit au secrétaire général du gouvernement tunisien, afin que la future adjudication soit accordée « à la population de la région du Sud […], pour permettre à cette population de travailler et de gagner ses moyens d’existence d’une pêcherie qui se trouve sur son territoire98 ». Une note de Pierre Bertholle, alors récemment nommé au poste important de délégué à l’administration tunisienne, indique que Rhouma Belhiba songe au même moment à la possibilité de ne pas maintenir de concession à El Bibane, de façon à ce que la « pêche soit libre dans la lagune99 ». Cette demande, émanant d’un notable du Makhzen, ne sera pas suivie d’effet. La S.A Les Pêcheries Tunisiennes emporte l’adjudication de manière très prévisible au printemps 1934.

  • 100 Le terme arabe haram (حَرَام), que l’on peut traduire ici par « inviolable », est une notion juridi (...)
  • 101 Othman Jarboui et al, Implémentation de l’approche écosystémique pour l’aménagement de la pêcherie (...)

40La fin de non-recevoir opposée à la demande du caïd ne signifie pas cependant la disparition de l’hostilité des populations akkaras à la compagnie de pêche. Celle-ci se devine derrière les tensions provoquées autour de la lagune par la gestion apparemment erratique des zones « Haram100 ». Ces espaces marins ou lagunaires, interdits à toute espèce de prélèvement par les amodiataires, sont relativement étendus lors des premières années d’exploitation. Les périmètres « Haram » concernent en premier lieu, en direction du large, les abords du chenal et les flèches littorales. Les pratiques halieutiques y sont empêchées sur une bande de 500 mètres, le long des cordons fossiles qui encadrent la porte de la lagune. Ce domaine protégé s’étend sur 4 kilomètres à l’ouest le long du Slob-el-Gharbi, et sur 3 kilomètres vers l’est le long du Slob-ech-Chergui. À cette interdiction de pratique du côté de la mer ouverte répond une mise en défend parallèle à l’intérieur du plan d’eau. À la fin du xixe siècle, une ceinture de protection de plusieurs centaines de mètres épouse les rivages de la lagune. Ce ruban régulier protège ainsi les eaux les plus superficielles de toute opération de capture101.

  • 102 Renée Bellair-Baudier, op. cit., p. 49-54.
  • 103 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaire (...)
  • 104 Id., Lettre des pêcheurs de Zarzis au ministre Résident général de France à Tunis, 17 février 1953.

41Les pêcheries traditionnelles qui existaient préalablement à l’aménagement de la bordigue avaient été détruites, nous l’avons dit, en 1897. À la faveur des mauvais résultats réalisés par Joseph Pisani entre 1945 et 1952, ce dernier autorise cependant les raïs akkaras à reconstituer leurs charfias à proximité du site. Au cours de la même période, l’habitat traditionnel des pêcheurs des charfias s’est reconstitué sur l’îlot Sidi Ahmed Chaouch, comme en témoignent deux photographies du site réalisées en 1954102 (Figs 8 et 9). Le soutien conjoncturel des fermiers aux pêches artisanales, apparemment paradoxal, doit permettre à la société exploitante de rentabiliser ses expéditions de poissons vers les marchés de consommation, en ajoutant aux produits de la bordigue les prises des pêcheries fixes traditionnelles. Un document comptable, présentant un bilan du chiffre d’affaires de ces dernières démontrent qu’elles ont un caractère légal, officialisé par des arrêtés promulgués en 1950 et 1951103, ce que confirme aussi une lettre adressée en février 1953 par les pêcheurs de Zarzis au Résident général à Tunis104. Une série de cartes produites en 1952 par le bureau des affaires indigènes à Zarzis permet ainsi de découvrir l’organisation d’un chapelet d’une quinzaine de charfias, courant le long du Slob-ech-Chergui, ou calées plus au large, à quelques centaines de mètres à peine des chambres de capture de la bordigue (Figs 10 et 11).

Fig. 9 : Vue aérienne de l’îlot de Sidi Ahmed Chaouch, 1954

Fig. 9 : Vue aérienne de l’îlot de Sidi Ahmed Chaouch, 1954

Cliché Bellair-Baudier

Fig. 10 : Localisation des pêcheries artisanales (1951‑1954)

Fig. 10 : Localisation des pêcheries artisanales (1951‑1954)

CADN, Tunisie, Postes du Sud, 1846‑1959, carton 890

Fig. 11 : Localisation des pêcheries artisanales (1951‑1954)

Fig. 11 : Localisation des pêcheries artisanales (1951‑1954)

CADN, Tunisie, Postes du Sud, 1846‑1959, carton 890

  • 105 Id., Lettre du Résident général de France à Tunis au commandant militaire des territoires du sud tu (...)
  • 106 Id., Lettre du capitaine Bellot, du bureau des affaires indigènes de Zarzis, au commandant militair (...)

42Les investissements importants réalisés en 1952 pour moderniser la pêcherie ne tardent pas à susciter l’opposition des administrateurs de la société à ces installations, les pêcheurs akkaras étant accusés de gêner « l’accès des poissons dans le lac »105. Par un arrêté promulgué le 19 mai 1952 par la direction des Travaux publics à Tunis, Joseph Pisani obtient la création d’« une zone de protection des embouchures du lac des Bibans106 ». Celle-ci, de grande dimension, forme un triangle avançant vers le large, sa base englobant de larges portions des deux cordons littoraux. Dès le mois d’août 1952, les charfias situées sur le Slob-ech-Chergui sont démontées. En novembre de la même année, les affaires maritimes annoncent qu’elles vont aussi supprimer cinq pêcheries fixes situées en pleine mer, avec l’intention de les déplacer à l’ouest du triangle de protection (carte). Les pêcheurs cependant résistent, et multiplient les pétitions auprès de la Résidence générale à Tunis. Ils bénéficient localement de la tempérance du capitaine Bellot, responsable du bureau des Affaires indigènes de Zarzis, qui n’apprécie que modérément que son service n’ait pas été consulté avant la promulgation de l’arrêté du printemps 1952. Conseillant la conciliation à Gaudillière, administrateur principal des Affaires maritimes de Sfax, le capitaine Bellot se voit rétorquer une réponse sans appel du chef du quartier maritime, qui lui signifie en août 1953 qu’il « estime inconcevable que certains pêcheurs osent se plaindre de la mise en application trop rapide de cet arrêté alors que, à la suite de vos interventions, plus de 15 mois se sont écoulés depuis sa publication ». La plaisanterie, dit-il, « a assez duré, et, désormais, toute pêcherie qui ne sera pas installée à l’emplacement qui lui a été accordé sera arrachée par les soins des agents de mon service sans préjudice des poursuites qui pourront être engagées contre les délinquants ».

  • 107 Id., Lettre du capitaine H. Bellot au Résident général de France, 23 octobre 1953.
  • 108 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Rapport sur la tournée effectuée du 10 au 12  (...)

43Alors que monte en puissance dans tout le pays l’influence du Mouvement national, la politique intransigeante du service des Affaires maritimes apparaît rapidement irréaliste. Le capitaine Bellot, depuis Zarzis, ne cesse d’alerter à l’automne 1953 la Résidence générale sur la montée du mécontentement des pêcheurs de Zarzis vis-à-vis des autorités françaises, après des mesures « qui ruinent la majorité des pêcheurs évincés107 ». La situation politique, de fait, ne tarde pas à obliger les représentants du Protectorat à revenir partiellement sur l’arrêté de mai 1952. En janvier 1954, la zone de protection de l’embouchure des Bibans est réduite de moitié. Elle n’est pas supprimée cependant, et les raïs concernés par la suppression de leur charfia connaissent des situations différentes, selon que leur engin de pêche a reçu ou non un nouvel emplacement légal plus au large. L’amenuisement de cet espace « Haram », au reste, ne supprime pas les tensions. Le refus d’obtempérer de certains pêcheurs se traduit ainsi, par de nouvelles destructions de charfias, à l’image de celle subie par le raïs Bechir Ben Rebaï Tajouri le 11 octobre 1954108.

  • 109 Id., Renseignements sur les bénéfices réalisés par les pêcheries fixes installées dans la zone des (...)

44Qu’ils aient été déplacés ou aient perdu l’usage de leur engin de pêche, le sentiment des pêcheurs akkara est à cette date unanime. Le pouvoir de Tunis a pris le parti des concessionnaires du lac, précipitant leur communauté vers la faillite. L’examen de l’évolution du chiffre d’affaire de dix de ces pêcheurs, à la fin des saisons d’activités 1950 et 1953 apporte du crédit à cette affirmation. Les recettes de la plupart d’entre eux, dans les cas les plus favorables, ont été divisées par trois, à l’instar du patron Larbi Ben Salem Ben Brahim, qui a vu ses revenus passer de 620 000 à 200 000 francs entre ces deux exercices109. Le transfert d’une charfia de façon autoritaire, selon une nouvelle destination fixée par des administrateurs coloniaux ne connaissant finement ni la courantologie locale, ni les parcours des bancs de poissons, ne pouvait aboutir qu’à ces mauvais résultats, alors que les investissements indispensables à la mise en place de ces pêcheries traditionnelles représentaient une mise de fonds initiale élevée. La destruction des charfias d’El Bibane, achevée en 1954, n’est finalement que le dernier épisode colonial de six décennies de tensions autour de l’exploitation des ressources de la lagune. Il laisse intact, auprès des pêcheurs locaux, un ressentiment prononcé contre toute main mise extérieure sur leur espace d’activité.

  • 110 Othman Jarboui et al., Implémentation de l’approche écosystémique pour l’aménagement de la pêcherie (...)

45Alors que la période du Protectorat s’achève en Tunisie, le mode d’exploitation de la lagune d’El Bibane reste marqué après l’indépendance par un statut de monopole. Celui-ci passe, il est vrai, des mains de sociétés privées à celles de la puissance publique. L’Office national des Pêches (ONP) restera à ce titre seul exploitant de la lagune jusqu’en 1998, avant que le gouvernement tunisien ne rétrocède la concession du plan d’eau à divers entrepreneurs privés, situation qui perdure aujourd’hui110. Pour la multitude des raïs installés autour d’El Bibane, le monopole d’exploitation de la lagune instauré par la colonisation demeure donc une réalité. Les pêches clandestines atteignent aujourd’hui une intensité jamais égalée. Elles ont été encouragées, comme ailleurs en Tunisie, par l’affaiblissement de la puissance publique qui a marqué la décennie postrévolutionnaire. Mais elles puisent aussi dans un terreau plus profond, celui de l’hostilité latente, parfois affirmée, des raïs de la lagune à la perte de leur contrôle direct sur cette partie du littoral.

Haut de page

Bibliographie

Bellair-Baudier R., 1954, La pêcherie des Bibans, Bulletin économique et social de la Tunisie 92 : 43‑54.

Ben Souissi J., 2015, Les espèces non-indigènes invasives et leurs impacts sur l’environnement et les activités économiques en mer Méditerranée, CIHEAM, Watch Letter 33, juin 2015

Boubaker S., 1987, La Régence de Tunis au XVIIe s. : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne, Zaghouan, Ceroma : 177‑178.

Boughedir W., Rifi M., Ghanem R., Ben Souissi J., Sternberg M., Faget D., 2015, Les pêcheries fixes artisanales. Étude de cas : les chrafi de la Chebba, Faget D., Sternberg M. (dir.), Pêches méditerranéennes. Origines et mutations, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/MMSH : 203‑221.

Bourge J., 1914, Les pêches maritimes de la Tunisie, paris, Hôtel des Sociétés savantes : 34.

Cézilly P., 1912, Notice sur Porto-Farina, Paris, De Person Frères : 56‑57.

Chater K., 2004, Changements politiques et exclusion lors de la décolonisation : le cas du Makhzen en Tunisie (1954-1959), Cahiers de la Méditerranée, « Être marginal en Méditerranée (XVIe-XXIe s.) 69 : 63‑75.

Coste E., 1909, La pêche en Tunisie avant et depuis l’occupation française, Congrès de l’Afrique du Nord. Tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908. Compte rendu des travaux. Paris, Charles Depincé : 479‑486.

Darboux G., Stephan P., Cotte J., Van Gaver F., 1906, L’industrie des pêches aux colonies, Marseille, Barlatier : 44‑45.

Daumalin X., 2014, Le patronat marseillais et la deuxième industrialisation (1880‑1930), Aix-en-Provence, PUP : 17‑18.

De Bisson L., 1881, La Tripolitaine et la Tunisie, avec les renseignements indispensables aux voyageurs, Paris, E. Leroux : 116.

De Planhol X., 2000, L’Islam et la mer. La mosquée et le matelot (VIIe-XXe s.), Paris, Perrin, 2000 : 287‑300.

Faget D., 2011, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe‑XXe s.), Rennes, PUR : 275‑283.

Faget D., Boughedir W., Ben Souissi J., 2015, Contribution à l’étude de l’histoire des pêches en Tunisie. Les pêcheries de Bizerte face aux mutations coloniales (1880-1920), Faget D., Sternberg M. (dir.), Pêches méditerranéennes. Origines et mutations, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/MMSH : 69‑89.

Faget D., 2017, La mer disputée : conflits de pêche et rivalités territoriales dans le golfe de Gabès (1830-1914), Cérino C., Michon B., Saunier É., La pêche : regards croisés, Mont-Saint-Aignan, PUHR : 149‑161.

Faucon N., 1893, La Tunisie avant et depuis l’occupation française. Histoire et colonisation, T. I, Paris, A. Challamel : 35.

Ganiage J., 1960, Une entreprise italienne de Tunisie au milieu du xixe siècle. Correspondance inédite de la thonaire de Sidi-Daoud. Paris, Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Tunis, 2e série, vol. I, 173 p.

Gaudilliere J., 1954, La pêche sur le littoral oriental de la Tunisie, Bulletin économique et social de la Tunisie, 1954, 86 : 45‑72.

Gruvel A., 1926, L’industrie des pêches sur les côtes tunisiennes, Bull. Stat. Océan. Salammbô 4.

Jerfel K., 2013, Siciliens et Maltais en Tunisie aux XIXe et XXe s. Le cas de la ville de Sousse, Mawarid 18 : 159‑121.

Lambert D., 2009, Notables des colonies : une élite de circonstance en Tunisie et au Maroc (1881-1939), Rennes, PUR : 233.

Liauzu C., 1971, « Les pêcheurs tunisiens à la veille de la Deuxième Guerre mondiale », IBLA, 127, p. 295‑332,

Massé A.-E., 1911, Les ports tunisiens, Paris, Imprimerie Baroux, 1911 : 20.

Pergent G., Kempf M., 1993, L’environnement marin côtier en Tunisie, 2- Étude documentaire, Brest, Ifremer : 307.

Reynaud G., 2002, La zoologie agricole, second pôle d’activités en biologie animale, Aillaud G., Georgelin Y., Tachoire H. (dir.), Marseille. 2600 ans de découvertes scientifiques, T. III, Aix-en-Provence, PUP : 296.

Salah Sayadi M., 1979, Monastir : essai d’histoire sociale du XIXe s., Tunis, Imprimerie La Presse, 528 p.

Salvator L., Yachtreise in die Syrten, Prag, Heinrich Mercy, 1874, 470 p.

Seklani M., 1974, La population de la Tunisie, Tunis, CICRED : 13‑17.

Servonnet J., Lafitte F., 1888, En Tunisie : le golfe de Gabès en 1888…, Paris, Challamel et Cie : 260.

Slim H., Trousset P., Paskoff R., Oueslati A., Bonifay M., Lenne, J., 2004, Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique, Paris, CNRS : 20.

Vermeren H., 2017, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie, Rome, École française de Rome : 36.

Zaouali J., 1982, La mer des Bibans (Tunisie méridionale) à la fin des années 1970 : aperçu général et problèmes de la pêche, Archives de l’Institut Pasteur de Tunisie, 59 (4) : 541‑559.

Haut de page

Notes

1 Francisé dans les sources coloniales par le toponyme « des Bibans ». Pour des raisons de commodité syntaxique, cet article usera de la transcription phonétique du toponyme arabe, Bahiret El Bibane.

2 Paul Trousset, Roland Paskoff, « Biban (Les Portes) », in Gabriel Camps (dir.), Encyclopédie berbère, 10-Beni Isguen-Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1488-1492.

3 Hédi Slim, Paul Trousset, Roland Paskoff, Ameur Oueslati, Michel Bonifay, Jean Lenne, Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique, Paris, CNRS, 2004, p. 20.

4 Jean Servonnet, Fernand Lafitte, En Tunisie : le golfe de Gabès en 1888…, Paris, Challamel et Cie, 1888, p. 260 ; Eugène Coste, « La pêche en Tunisie avant et depuis l’occupation française », Congrès de l’Afrique du Nord. Tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908. Compte rendu des travaux. Paris, Charles Depincé, 1909, p. 479‑486 ; Jean Bourge, Les pêches maritimes de la Tunisie, paris, Hôtel des Sociétés savantes, 1914, p. 34 ; Jean Gaudilliere, « La pêche sur le littoral oriental de la Tunisie, Bulletin économique et social de la Tunisie, 1954, 86, p. 45-72.

5 Jeanne Zaouali, « La mer des Bibans (Tunisie méridionale) à la fin des années 1970 : aperçu général et problèmes de la pêche », Archives de l’Institut Pasteur de Tunisie, 1982, 59 (4), p. 541-559.

6 Archives Nationales de Tunisie (ANT), Secrétariat général, série E 396-6, Pêcheries du lac des Bibans (1898-1956) ; Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Tunisie-Postes du Sud, carton 890, « Affaires diverses » (1898-1954).

7 La Régence de Tunis est administrée par le bey de Tunis et placée sous souveraineté de l’Empire ottoman de la fin du xvie siècle jusqu’à l’instauration du protectorat français en 1881.

8 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au XVIIe s. : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne, Zaghouan, Ceroma, 1987, p. 177-178 ; Xavier De Planhol, L’Islam et la mer. La mosquée et le matelot (VIIe-XXe s.), Paris, Perrin, 2000, p. 287-300.

9 Daniel Faget, « La mer disputée : conflits de pêche et rivalités territoriales dans le golfe de Gabès (1830-1914) », in Christophe Cérino, Bernard Michon, Éric Saunier, La pêche : regards croisés, Mont-Saint-Aignan, PUHR, 2017, p. 149-161.

10 Jean Ganiage, Une entreprise italienne de Tunisie au milieu du xixe siècle. Correspondance inédite de la thonaire de Sidi-Daoud, Paris, Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Tunis, 2e série, vol. I, 1960.

11 Xavier De Planhol, L’Islam et la merop. cit, p. 288.

12 Archives du ministère des Affaires étrangères. Fonds microfilmés déposés au Musée d’histoire du Mouvement national (Tunis), Série Tunisie, dossier 279 (1885-1916), « Les pêcheries et la colonisation maritime en Tunisie et en Algérie », rapport manuscrit de Gaston Loth adressé à la Résidence générale, 1903, p. 3.

13 Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie, Rome, École Française de Rome, 2017, p. 36.

14 Ramzi Tej, « Le domaine maritime tunisien et l’exploitation coloniale », International Journal of Humanities and Cultural Studies, vol. 3, 2016, p. 1731-1751.

15 Jean Gaudilliere, « La pêche sur le littoral oriental de la Tunisie », Études économiques, no 86, mars 1954, p. 64

16 Les Akkaras regroupent plusieurs tribus berbères installées dans la région de Zarzis depis la fin du xvie siècle.

17 Privat-Agathon Hennique, Caboteurs et pêcheurs de la côte de Tunisie en 1882, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1884, p. 62

18 Le caïd est un chef de canton muni de pouvoirs civils et militaires nommé par le Bey. À la fin du xviiie siècle, de nombreux caïds délèguent la gestion des pêcheries à des familles de notables locaux. Léon De Bisson, La Tripolitaine et la Tunisie, avec les renseignements indispensables aux voyageurs, Paris, E. Leroux, 1881, p. 116 ; J.O. de la Tunisie, 23 octobre 1890, p. 5165.

19 Gaston Darboux, Pierre Stephan, Jules Cotte, Ferdinand Van Gaver, L’industrie des pêches aux colonies, Marseille, Barlatier, 1906, p. 44-45.

20 Appelées localement Zroub ou Zerba, ces pêcheries traditionnelles, calées de façon saisonnière, ne diffèrent qu’à la marge des charfia des Kerkennah ou de la Chebba. On trouve des plans précis de ces engins de pêche exploités entre Zarzis et la lagune d’El Bibane dans les fonds conservés au CADN, série Tunisie-Postes du Sud (1846-1959, carton 891-Pêcheries fixes (1910-1953).

21 Jeanne Zaouali, « La mer des Bibans… », op. cit., p. 7

22 La Résidence générale de France en Tunisie, ainsi dénommée de 1885 à 1955, est confiée à un ministre-résident nommé par le gouvernement français et basé à Tunis. Son autorité de tutelle est le ministère des Affaires étrangères.

23 ANT, Secrétariat général, série E 396-6, Affaire Ali Ben Matouk, note interne du Secrétariat général des Travaux Publics, 6 octobre 1898.

24 Locomotion inversée du poisson par rapport au courant d’eau. Dans la lagune d’El Bibane, le poisson pénètre dans les chambres de capture lorsqu’il remonte les flux de la marée montante.

25 Wassim Boughedir, Mouna Rifi, Raouia Ghanem, Jamila Ben Souissi, Myriam Sternberg, Daniel Faget, « Les pêcheries fixes artisanales. Étude de cas : les chrafi de la Chebba », in Daniel Faget, Myriam Sternberg, Pêches méditerranéennes. Origines et mutations, Paris. Aix-en-Provence, Karthala/MMSH, 2015, p. 203-221.

26 ANT, Secrétariat général, série E 396-6, Affaire Ali Ben Matouk, Lettre du directeur général des Travaux Publics au secrétaire général du Gouvernement tunisien, 25 octobre 1898.

27 Sur cette particularité du droit tunisien sous la Régence : Salah Sayadi M., Monastir : essai d’histoire sociale du XIXe s., Tunis, Imprimerie La Presse, 1979 ; Daniel Faget, « La mer disputée : conflits de pêche… », op. cit., p. 152 ; Mémoire de la Tunisie-Cour de Justice internationale, mémoire du 27 mai 1980, p. 312-316.

28 ANT, Secrétariat général, série E 396-6, lettre du 5 février 1896.

29 Au sein des pêcheries fixes, le « raïs » était le titulaire du droit d’exploitation, le propriétaire des installations et le chef des opérations de pêche.

30 Daniel Faget, Wassim Boughedir, Jamila Ben Souissi, « Contribution à l’étude de l’histoire des pêches en Tunisie. Les pêcheries de Bizerte face aux mutations coloniales (1880-1920) », in Daniel Faget, Myriam Sternberg, Pêches méditerranéennes… op. cit., p. 69-89.

31 Mise en œuvre de l’Approche Écosystémique des Pêches (AEP) : Rapport de référence sur les pêcheries de la lagune d’El Bibane, INSTM/FAO, mars 2017, p. 2-3.

32 ANT, Secrétariat général, M 3, 14, 252, concessions ostréicoles (1899-1919).

33 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon contre Demange Frères, destiné au tribunal civil de Sousse, 1900.

34 David Lambert, Notables des colonies : une élite de circonstance en Tunisie et au Maroc (1881-1939), Rennes, PUR, 2009, p. 233.

35 Ibid., p. 234.

36 Dossier Légion d’honneur Alphonse Jules Deiss, AN, base Leonora.

37 Xavier Daumalin, Le patronat marseillais et la deuxième industrialisation (1880-1930), Aix-en-Provence, PUP, 2014, p. 17-18.

38 Paris-Capital, 22 juillet 1891, Société générale des huileries du Sahel tunisien.

39 Narcisse Faucon, La Tunisie avant et depuis l’occupation française. Histoire et colonisation, T. I, Paris, A. Challamel, 1893, p. 35.

40 Auguste-Eugène Massé, Les ports tunisiens, Paris, Imprimerie Baroux, 1911, p. 20.

41 Kamel Jerfel, « Siciliens et Maltais en Tunisie aux XIXe et XXe s. Le cas de la ville de Sousse », Mawarid, no 18, 2013, p. 159-121.

42 Mahmoud Seklani, La population de la Tunisie, Tunis, CICRED, 1974, p. 13-17.

43 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon contre Demange Frères, destiné au tribunal civil de Sousse, 1900.

44 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe s.), Rennes, PUR, 2011, p. 275-283.

45 Ibid., p. 337.

46 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon…

47 Id.

48 Id.

49 La Dépêche tunisienne, 21 novembre 1899 ; Les travaux publics du protectorat français en Tunisie, Paris, 1900, p. 243.

50 Gaston Darboux, Pierre Stephan, Jules Cotte, Ferdinand Van Gaver, L’industrie des pêches aux colonies, Marseille, Barlatier, 1906, p. 44-45

51 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Mémoire de Grésillon…

52 La Dépêche tunisienne, 10 octobre 1900.

53 Ouest-Éclair, 11 mars 1904.

54 Gaston Darboux., Pierre Stephan, Jules Cotte, Ferdinand Van Gaver, L’industrie des pêches…, op. cit., p. 35.

55 Ibid., Darboux et al., op. cit., p. 83. La Croix, 10 mai 1904 ; Le Temps, 26 mars 1904.

56 J.O. de la Tunisie, 3 octobre 1923.

57 Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45.

58 Ibid.

59 Une reconstitution générale de la production halieutique d’El Bibane a été rendue possible par la compilation des données contenues dans les publications suivantes : Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45 ; Jean Bourge, Les pêches maritimes op. cit., p. 34 ; Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », Bulletin économique et social de la Tunisie, no 92, 1954, p. 43-54, p. 44 ; Jacques Lemoalle, Guy Vidy, « Conditions de milieu et pêche dans la lagune hypersaline d’El Bibane (Tunisie) », in James Mc Daid Kapetsky, Georges Lassere (dir.), Management of coastal lagoon fisheries = Aménagement des pêches dans les lagunes côtières. Rome : FAO, 1984 (Studies and Reviews - FAO ; 61), p. 175-195 ; Jeanne Zaouali J., art. cit., p. 541‑559 ; Othman Jarboui, Hanen Djabou, Marcello Vasconcellos, Matthieu Bernardon, Implémentation de l’approche écosystémique pour l’aménagement de la pêcherie de la lagune de El Bibane, Rome, FAO, 2018, p. 22.

60 Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45.

61 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit.,

62 Jean Bourge, Les pêches maritimes de la Tunisie.. op. cit., p. 34.

63 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit.

64 Émile Coste, « La pêche en Tunisie avant et depuis l’occupation française », in Charles Depincé (dir.), Congrès de l’Afrique du Nord, tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908, Compte-rendu des travaux, Paris, au siège du comité d’organisation du congrès, 1909, p. 487.

65 Georges Reynaud, « La zoologie agricole, second pôle d’activités en biologie animale », in Georges Aillaud, Yvon Georgelin, Henri Tachoire (dir.), Marseille. 2600 ans de découvertes scientifiques, T.III, Aix-en-Provence, PUP, 2002, p. 296.

66 Gaston Darboux, 1906, op. cit., p. 45.

67 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaires diverses (1898-1954), courrier d’H. Bellot, chef de bureau des affaires indigènes à Zarzis, au subdivisionnaire des travaux publics à Medenine, 22 janvier 1954.

68 La Dépêche tunisienne, 11 septembre 1900.

69 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, lettre du commandant De La Bégassière à la résidence générale, 28 juillet 1902.

70 Jean Servonnet, Fernand Lafitte, En Tunisie…, op. cit., p. 260.

71 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit., p. 53.

72 Ludwig Salvator, Yachtreise in die Syrten, Prague, Heinrich Mercy, 1874.

73 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, lettre du secrétaire général du gouvernement au directeur général des travaux publics G. Padoux, 27 janvier 1900.

74 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaires diverses (1898-1954), courrier du commandant De Bechevel à l’officier des renseignements du poste de Zarzis, 28 avril 1899.

75 Id.

76 Ibid., courrier du commis détaché aux douanes Toulza à son directeur hiérarchique, 20 mars 1902.

77 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaires diverses (1898-1954), note du directeur général des travaux publics au secrétaire général du gouvernement tunisien, 13 août 1902.

78 Journal officiel du gouvernement tunisien, 3 octobre 1923.

79 Journal officiel du gouvernement tunisien, 12 mars 1924.

80 Annuaire des valeurs de l’Afrique du Nord (1926-1927), Alger, Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie, p. 296.

81 Paul Cézilly, Notice sur Porto-Farina, Paris, De Person Frères, 1912, p. 56-57.

82 Les Annales coloniales, 9 octobre 1924.

83 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit., p. 44.

84 Renée Bellair-Baudier, « La pêcherie des Bibans », op. cit., p. 45.

85 Station océanographique de Salammbô. Tableaux statistiques des pêches, no 28-38, 1932-1937.

86 Daniel Faget, Wassim Boughedir, Jamila Ben Souissi, « Contribution à l’étude de l’histoire des pêches en Tunisie… », op. cit., p. 81.

87 Renée Bellair-Baudier, op. cit., p. 49.

88 Abel Gruvel, 1926, « L’industrie des pêches sur les côtes tunisiennes », Bull. Stat. Océan. Salammbô, no 4, p. 112.

89 Renée Bellair-Baudier, op. cit., p. 51.

90 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaires diverses (1898-1954), Courrier d’Abderhaman Kliche, vice‑président délégué de la commune de Zarzis, au ministre d’État à Tunis, 6 novembre 1953.

91 Id.

92 Claude Liauzu, « Les pêcheurs tunisiens à la veille de la Deuxième Guerre mondiale », IBLA, 127, 1971, p. 295-332, p. 309.

93 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, Amodiation de la pêche dans le lac des Bibans, cahier des charges, avril 1934.

94 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Convention pour l’exploitation de la pêcherie des Bibans, 1er décembre 1945.

95 Id., Courrier d’Abderhaman Kliche, 6 novembre 1953.

96 Ibid.

97 Khalifa Chater, « Changements politiques et exclusion lors de la décolonisation : le cas du Makhzen en Tunisie (1954-1959), Cahiers de la Méditerranée, « Être marginal en Méditerranée (XVIe-XXIe s.) », no 69, 2004.

98 ANT, Secrétariat général, Série E, 396-6, Pêcheries du lac des Bibans, lettre de Rhouma Belhiba au secrétaire général du gouvernement tunisien, 28 avril 1934.

99 Id., note Pierre Bertholle, 10 mai 1934.

100 Le terme arabe haram (حَرَام), que l’on peut traduire ici par « inviolable », est une notion juridique commune du droit musulman qui s’oppose à celle de halal (حلال), « licite », « légale ».

101 Othman Jarboui et al, Implémentation de l’approche écosystémique pour l’aménagement de la pêcherie de la lagune de El Bibane, op. cit., p. 29.

102 Renée Bellair-Baudier, op. cit., p. 49-54.

103 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Pêcheries et législation sur la pêche-Affaires diverses (1898-1954), Service des Affaires Indigènes de Zarzis, Renseignements sur les bénéfices réalisés par les pêcheries fixes installées dans la zone des Bibans, 16 janvier 1954

104 Id., Lettre des pêcheurs de Zarzis au ministre Résident général de France à Tunis, 17 février 1953.

105 Id., Lettre du Résident général de France à Tunis au commandant militaire des territoires du sud tunisien, 21 janvier 1954.

106 Id., Lettre du capitaine Bellot, du bureau des affaires indigènes de Zarzis, au commandant militaire des territoires du sud tunisien à Gabès, 19 novembre 1954.

107 Id., Lettre du capitaine H. Bellot au Résident général de France, 23 octobre 1953.

108 CADN, Tunisie, Postes du Sud (1846-1959), carton 890, Rapport sur la tournée effectuée du 10 au 12 octobre 1954 à bord de la vedette Le Serpent de Mer du service des pêches de Sfax.

109 Id., Renseignements sur les bénéfices réalisés par les pêcheries fixes installées dans la zone des Bibans, 16 janvier 1954

110 Othman Jarboui et al., Implémentation de l’approche écosystémique pour l’aménagement de la pêcherie de la lagune de El Bibane, op. cit., p. 12.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de la situation de la lagune de Bahiret El Bibane sur le littoral Tunisien
Crédits Vermeren, 2020
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 : Plan d’une charfia installée à proximité d’El Bibane, 1910
Crédits CADN, Tunisie, Postes du Sud, 1846‑1959, carton 890
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 3 : Évolution successive des installations de pêche dans la lagune d’El Bibane
Légende On aperçoit dans les installations précoloniales les charfias situées devant la passe principale
Crédits Gruvel, 1926
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-3.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 4 : Le Saint-Brieuc, steamer effectuant la liaison Ben Gardane-Tunis avant 1914
Crédits Collection privée
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-4.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 5 : Courbe des tonnages réalisés à El Bibane (1900‑2018)
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 6 : Gurbi des populations akkaras à El Bibane, 1874
Crédits Ludwig Salvator, 1874
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-6.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 7 : Gurbi de la palmeraie de Zarzis dans les années 1910
Crédits Carte postale première décennie du XXe s., collection privée
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-7.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 8 : Habitats traditionnels sur l’îlot Sidi Ahmed Chaouch, 1954
Crédits Cliché Bellair-Baudier
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 9 : Vue aérienne de l’îlot de Sidi Ahmed Chaouch, 1954
Crédits Cliché Bellair-Baudier
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 10 : Localisation des pêcheries artisanales (1951‑1954)
Crédits CADN, Tunisie, Postes du Sud, 1846‑1959, carton 890
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 11 : Localisation des pêcheries artisanales (1951‑1954)
Crédits CADN, Tunisie, Postes du Sud, 1846‑1959, carton 890
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/9590/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Faget, Faten Khamassi, Hugo Vermeren et Jamila Ben Souissi, « Les pêcheries de Bahiret El Bibane »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 105-136.

Référence électronique

Daniel Faget, Faten Khamassi, Hugo Vermeren et Jamila Ben Souissi, « Les pêcheries de Bahiret El Bibane »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9590

Haut de page

Auteurs

Daniel Faget

Laboratoire TELEMME, Aix-Marseille Université, CNRS,
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), 13094 Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Faten Khamassi

Institut national agronomique de Tunisie, Université de Carthage, Tunis, Tunisie

Hugo Vermeren

Laboratoire TELEMME, Aix-Marseille Université, CNRS / IC‑Migrations, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Jamila Ben Souissi

Laboratoire de biodiversité, biotechnologie et changement climatique (LR11ES09),
Université Tunis El Manar, Tunis, Tunisie

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search