Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64VariaNégocier un cérémonial au cours d...

Varia

Négocier un cérémonial au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle

Le droit de battre pavillon suédois à Tunis (1764‑1778)
Mehdi Jerad
p. 137-154

Résumés

Les négociations diplomatiques entre les puissances européennes et les régences maghrébines à l’époque moderne ne se limitaient pas uniquement à rétablir la paix, voire conclure la paix ou la renouveler. La négociation peut toucher les pratiques diplomatiques, en l’occurrence les cérémonials. En tant que dépositaires de pouvoirs nécessaires aux négociations et de la gloire de leurs souverains, les acteurs diplomatiques européens au Maghreb observaient attentivement les pratiques diplomatiques qui affectaient la hiérarchie des honneurs et faisaient des efforts constants pour éviter de se déshonorer par des gestes inadéquats.
En s’appuyant essentiellement sur la correspondance de Jean Antoine Molinari, consul suédois à Tunis (1765-1778), nous essaierons de restituer l’importance que conserve le cérémonial d’Ancien Régime pour ce consul. Notre démarche consistera, dans un premier temps, à interroger ses échanges épistolaires, afin de restituer l’avis de ses interlocuteurs. Dans un deuxième temps, nous tenterons de saisir le poids de ses relations personnelles avec la cour du Bardo. En dernier lieu, nous nous interrogerons sur les logiques de ce consul pour obtenir cette faveur. Pour Molinari, il s’agit de chercher les règles morales du développement des États et de montrer qu’à chacun d’entre eux correspondent des « systèmes politiques » déterminés par des facteurs géopolitiques, institutionnels et culturels et non pas par le seul art de négocier que maîtrisent quelques hommes supérieurs.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement Christian Windler, Guillaume Calafat et Mathieu Grenet pour les critiques, les remarques et les suggestions qu’ils ont apportées à une première version de ce texte. Je suis responsable des éventuelles erreurs et des partis pris qui y subsistent.

  • 2 Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la plupart des « philosophes » des Lumières ont une percep (...)

1Le cérémonial, régi par les rapports de force, s’oppose au principe premier qu’est l’égalité des États, car il est le fruit des privilèges et des distinctions que l’esprit des lois naturelles réprouve2. Les philosophes raillent les sujets de conflit entre les négociateurs, qui se livrent à des cogitations futiles sur la taille des portes ou la forme des tables. À cette futilité du cérémonial, les « philosophes » opposent l’efficacité dans la négociation. Le cérémonial suscitait donc la réprobation, car il symbolise la fausseté et la légèreté de la société de cour.

  • 3 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-184 (...)
  • 4 Ibid., p. 469.
  • 5 D’origine vénitienne, chancelier de l’ambassade de Suède à Constantinople (1749), Molinari fut le t (...)
  • 6 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., p. 462.
  • 7 Ibid., p. 557. Christian Windler montre l’influence de certains événements, comme notamment la Révo (...)

2Au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle, la prérogative de pouvoir arborer le pavillon sur la maison consulaire dans la régence province de Tunis constituait un des symboles de la hiérarchie des honneurs. Elle dépendait également des relations avec le Bardo. Ainsi jusqu’en 1775, seuls les consuls de France et de Grande Bretagne jouissaient de cette faveur ; les autres n’avaient que des flammes ou des girouettes3. En tant que dépositaires de pouvoirs nécessaires aux négociations et de la gloire de leurs souverains, les acteurs diplomatiques observaient attentivement les pratiques diplomatiques qui affectaient la hiérarchie des honneurs et faisaient des efforts constants pour éviter de se déshonorer par des gestes inadéquats4. Bien que les consuls européens eussent tendance à vouloir rejeter l’ordre hiérarchique dans les relations diplomatiques, conformément aux pratiques de leurs cours respectives, le consul Molinari5 attache plutôt de l’importance au cérémonial qui consiste à battre pavillon sur la maison consulaire. Les négociations de Jean-Antoine Molinari, Vénitien passé au service de la Suède, s’insèrent dans le cadre d’une transformation des pratiques diplomatiques. Les relations entre les cours chrétiennes d’Europe demeurèrent structurées jusqu’au xviiie siècle selon un ordre hiérarchique ou une hiérarchie d’honneur6. Toutefois, des cours de rang inférieur comme la cour de la Suède prétendirent traiter les représentants de tous les princes sur un pied d’égalité. Face à ces exigences, la diplomatie d’Ancien Régime cherchait des compensations symboliques en dehors des actes qui affectaient le plus « l’ordre expressif » dans lequel s’inscrivait le bey7.

3La documentation qui a été utilisée dans ce travail trouve son unité dans le fait qu’elle a été élaborée par le consul d’une nation scandinave qui avait la charge ou la volonté de représenter, d’exprimer et éventuellement d’organiser les relations entre deux pays : la province de Tunis et le royaume de Suède. Le noyau dur est constitué par les correspondances du consul suédois à Tunis (1764-1778), Jean Antoine Molinari. La nomination de ce consul, en 1765, s’inscrivait dans la continuité d’une action qui avait été engagée auparavant depuis les années 1720 avec les régences du Maghreb. La rupture des relations entre la Régence et la Suède, en 1763 est significative. Le bey déclara la guerre à la Suède, à la suite du retard de l’arrivée des navires suédois portant des présents (à la fin de la guerre de Sept Ans), et il a fallu l’intervention de la Porte pour résoudre les différends avec le bey de Tunis. Ces troubles affectèrent les relations diplomatiques entre les deux pays. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la mission diplomatique de Jean Antoine Molinari à Tunis en 1764 qui a consisté à régler les problèmes des présents suédois et mettre fin à la rupture des relations tuniso‑suédoises.

  • 8 La revue Histoire, Économie et Société a consacré son numéro de juin 2014 aux pratiques et normes d (...)

4Nous essaierons de restituer l’importance que conserve le cérémonial d’Ancien Régime pour Molinari. Notre démarche consistera, dans un premier temps, à interroger ses échanges épistolaires, afin de restituer l’avis de ses interlocuteurs. Dans un deuxième temps, nous tenterons de saisir le poids de ses relations personnelles avec la cour du Bardo. En dernier lieu, nous nous interrogerons sur les logiques de ce consul pour obtenir le droit de hisser le pavillon. Pour Molinari, il s’agit de chercher les règles morales du développement des États8 et de montrer qu’à chacun d’entre eux correspondent des « systèmes politiques » déterminés par des facteurs géopolitiques, institutionnels et culturels et non pas par le seul art de négocier que maîtrisent quelques hommes supérieurs. Comment Molinari a-t-il négocié la question du pavillon avec la cour du Bardo ? Quelles étaient les phases de la négociation ?

Renégocier un consensus ou vers un rapprochement des avis (1765‑1770)

  • 9 Mehdi Jerad, « Le premier traité de paix et de commerce conclu entre la régence de Tunis et la cour (...)

5Le premier traité tuniso-suédois du 23 décembre 1736 comporte 24 articles9. Le consul suédois a la liberté de choisir le personnel du consulat et de pratiquer sa religion. Il bénéficie de l’exemption de tout droit sur ses provisions, de la liberté de circulation et de la permission d’arborer le pavillon suédois sur sa maison. Ainsi, l’article 16 de ce traité stipule que :

  • 10 Il faut souligner que les traités conclus entre la Suède et les Régences de Tripoli et de Tunis son (...)
  • 11 Archives nationales de Tunisie (désormais A.N.T.), fonds espagnol, carton 4778, dossier 2.

Le consul suédois résidant à Tunis sera maintenu dans ses privilèges, immunités, et sureté pour sa personne et ses effets. Il lui sera permis d’arborer le pavillon de sa Majesté le Roi de Suède10, sur sa Maison de la même façon que les François et les Anglais en eussent [usent] maintenant, et durant tout le tems qu’ils auront la même permission11

  • 12 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari, consul suédois à Tunis 1764-1778, Faculté (...)

6Toutefois, il existe un écart entre le texte des traités et l’usage dans les provinces ottomanes du Maghreb. Le droit de battre pavillon sur la maison consulaire constitue, du moins avant les années 1770, une faveur faite à certaines puissances européennes ayant une représentation consulaire dans la régence de Tunis. Il traduit d’une part la hiérarchie des honneurs et marque, d’autre part, le passage de la guerre à la paix. Ainsi, lors de la rupture entre la régence de Tunis et la Toscane, survenue au début de l’année 1765, le bey ordonna de descendre le mât du pavillon de cette puissance, ce qui fut considéré comme un acte d’hostilité par Molinari12. À l’opposé du cérémonial du baisemain ou des audiences beylicales, qui ne concernaient que les hommes de la cour, le pavillon sur la maison consulaire était visible pour tous les sujets de la régence. Or c’est précisément cette reconnaissance publique d’un rapport de réciprocité avec un souverain non-musulman qui se heurtait à des réticences. Molinari avait proposé un arrangement qui le dispensait d’être reconnu en tant que représentant d’un souverain de rang inférieur. Il veilla à faire respecter un engagement du bey dans le traité de 1736.

  • 13 Territoire (ou réseau) sur lequel s’exerce la souveraineté directe du pouvoir.
  • 14 Conseil qui remonte à la période de la conquête turque et regroupe toutes les autorités de la régen (...)

7Son séjour à Tunis, à partir de 1764, afin de régler les problèmes des présents suédois et mettre fin à la rupture des relations tuniso-suédoises lui permit d’évaluer les moyens nécessaires à octroyer au bey et à ses associés. Il recommanda alors d’envoyer des présents au lieu de l’argent à l’instar d’autres puissances, telles que le Danemark, Venise et la Toscane. À cet égard, il dressa la liste des hauts personnages du Makhzen13 tout en attirant l’attention sur les droits du Divan14 :

  • 15 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 9 février 1765, p. 88

Les droits du Divan étant à part on verra de les moderer par rapport aux presens qui leur sont destinés, je n’en puis avoir aucune notion, ce consul de Toscane l’ayant arboré par grace sans avoir payé ces pretendus droits15.

8Il ajoute dans une autre lettre :

  • 16 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 25 mars 1765, p. 98.

Malgré tous les soins que je me suis donné tant alors que depuis pour avoir des informations sur les droits des officiers du Divan et des milices, au cas qu’il s’agissoit de porter le Bey à accorder d’arborer le pavillon à la maison consulaire il ne m’a pas été possible de rien apprendre de certain, ces sortes de pretention sont comme arbitraires, quoique le Bey a le pouvoir de les moderer ; il a des raisons de ne point gener le Divan du côté de l’intérêt, de façon qu’il en a croire qu’on attend de voir si on pretend à l’execution de cet article et si les presensseroient de nature à satisfaire leur cupidité commune pour se decider sur les demandes qu’ils pourroient se proposer à cet egard16

9Vers l’été 1765, on assiste aux premières négociations entre Ali bey (1759-1782) et Molinari. Celui-ci croit que le bey devait céder des faveurs à la couronne suédoise en contrepartie de quoi il recevrait des présents. Alors que le bey exigeait implicitement « un prix du pavillon », c’est-à-dire le payement d’une somme d’argent, comme ce fut le cas pour Venise qui avait payé 10 000 sequins. Par une telle exigence, Ali bey voulait signifier au consul suédois-fraîchement installé à Tunis – le fait que tout a un prix.

  • 17 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 8 juillet 1765, p. 12 (...)

10Les consuls disposaient de plusieurs pouvoirs dont ils pouvaient user selon la tournure que prendrait la discussion. Ils s’appuyaient sur des instructions et envisagent les réactions de l’interlocuteur. De son côté, Molinari demande la mise en œuvre de l’article 16 du traité tuniso-suédois de 1736, après la rupture survenue en 1763. On remarque donc une divergence des avis concernant le droit de battre le pavillon : la Suède exige le respect des clauses du traité et le bey réclame une compensation matérielle afin de concéder cette faveur. Les gestes du bey vis-à-vis de la demande de Molinari, traduisent bien son refus de toute concession gratuite : « Il [le bey] sourit à cela et me dit d’y retourner une autre fois »17.

11Pourtant, Molinari insiste sur le changement de la conjoncture tout en justifiant l’ajournement de cette faveur :

  • 18 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 8 juillet 1765

… que le Bey devoit dans cette occasion donner une preuve de la difference pour la couronne de Suede, sans aller s’accrocher, sur ce qu’Aly Pacha qui avoit signé le traité, n’avoit pas permy ensuite qu’on arbora le pavillon, que ce qui l’avoit empeché lors de la signature du traité fut que la maison consulaire n’etoit pas battie, et que ce n’a été que 12 années après, que le consul a passé dans la maison destinée pour les consuls de Suede18

  • 19 Premier consul suédois à Tunis entre 1738 et 1758. Il fut un comptable commercial à Londres, puis i (...)
  • 20 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 9 février 1765, p. 12 (...)

12À en croire Molinari, la maison consulaire aurait été bâtie donc sous le mandat du consul suédois Rönling19 (règne d’Ali Pacha 1740-1756), vers 1748. Selon Molinari, le commerce suédois ne pouvait supporter de si grandes dépenses et si son roi était dans l’obligation d’envoyer un riche présent, le Bey devait, en contrepartie, lui accorder le droit d’arborer le pavillon. La réaction du bey à propos de la discussion qu’il a eue avec le consul suédois reflète encore une fois le rôle crucial des comportements et des caractères des acteurs de la diplomatie dans les interactions internationales : « Il sourit à cela et me dit, que lorsque les presens arriveront il verroit ce qu’il pourra faire20. » Ainsi, les échanges avec un interlocuteur peu familier offraient le risque d’interprétations erronées, susceptibles de redéfinir la signification de certains gestes. Il ne faut pas perdre de vue que les revendications du consul suédois sont « légales » dans la mesure où il exige le respect d’un traité conclu auparavant et ne se situent point dans le cadre des querelles de préséance entre les princes européens. Molinari voit dans cette affaire une occasion inratable pour signaler et confirmer le poids politique de son souverain.

  • 21 La Suède est devenue au xviiie siècle une puissance nordique, c’est pourquoi elle insiste sur l’oct (...)
  • 22 En effet, dans les relations extérieures au sein de l’Europe, jusqu’en 1800 environ, le principe de (...)

13Pour Molinari, le droit de battre le pavillon conserve toute son importance21, notamment dans la concurrence avec les puissances « majeures », en premier lieu la France. Par rapport au contexte européen, un tel comportement est à placer dans le contexte d’une « société des princes » selon la terminologie introduite par L. Bély22. Cette « société des princes » est caractérisée par l’inégalité des acteurs, selon le modèle de la société des ordres.

14Cette hiérarchie entre les puissances européennes s’exprime dans le cérémonial. Le roi de Suède fait partie des princes européens qui peuvent prétendre à un rang élevé, celui de roi. Alors que son rang royal est généralement reconnu, d’autres rois, notamment celui de France ou celui d’Angleterre prétendent à un rang supérieur.

  • 23 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., p. 428.

15Pour mener à bien les négociations touchant le droit de battre pavillon suédois à Tunis, Molinari entretient des échanges épistolaires avec le roi de Suède et l’envoyé extraordinaire suédois auprès de la Sublime Porte, Monsieur de Celsing. Il avait également des audiences avec le bey de Tunis. À Tunis, le consul suédois et ses homologues européens avaient affaire à une société qui refusait la réciprocité des relations avec les infidèles23. Sa mission n’était pas aisée, il devait composer avec ses différents interlocuteurs et veiller à assurer un rapprochement des avis pour contourner ce problème. Quelle fut alors la démarche de Molinari ? Bénéficiait-il de son expérience dans l’échelle de Tunis pour régler cette affaire ?

16La lecture minutieuse de ses échanges épistolaires permet d’appréhender le degré de son implantation dans la cour beylicale. En effet, Molinari a commencé à tisser des relations sociales avec les proches du bey, tels que son médecin Gazzo et son ministre Regeb Khaznadar, tout en dressant une liste des noms des hauts personnages de la cour. Pourtant, il ne parvenait pas, à ce stade, à déchiffrer totalement la nature des relations entre les représentants diplomatiques européens et la cour beylicale, l’indice le plus patent étant qu’Ali bey a écrit une lettre d’amitié directement au roi de Suède sans passer par le consul.

17La ratification d’un traité de paix, la nomination d’un nouveau consul à Tunis et le fait de concéder une faveur ou un privilège diplomatique étaient des occasions adéquates pour la société de cour afin de bénéficier de présents, dons et de toute sorte de gratifications. Cette situation inquiétait Molinari qui attendait le respect du traité de 1736 sans s’engager à octroyer des présents aux associés du pouvoir et aux membres du Divan.

18Les sourires du bey vis-à-vis des prétentions du consul suédois font ressortir que ce dernier ignore encore celles du bey. Bien qu’Ali bey n’ait pas encore clarifié son avis concernant l’affaire du pavillon, Molinari considérait que l’envoi de quelques présents de la part du roi suédois suffirait pour arracher une promesse ou un engagement de la part du bey.

19Molinari était conscient de la difficulté d’accommodement avec Ali bey, car il avait pu constater que ce privilège avait été refusé à d’autres puissances comme la Toscane. En outre, le bey avait accordé un terme de dix mois pour entamer la négociation. Quoiqu’il en soit la question des présents mérite d’être revisitée afin de relever leurs significations. Comment investir la question des dons pour réussir sa négociation ?

  • 24 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 21 juillet 1766, p. 1 (...)
  • 25 Il convient de rappeler ici que le Pape interdisait la vente des armes aux musulmans, seuls les pay (...)
  • 26 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, p. 747.
  • 27 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 21 juillet 1766, p. 1 (...)

20Selon Molinari, les présents suédois étaient considérés comme une preuve d’amitié, c’est-à-dire qu’il s’agissait d’un acte volontaire, une « distinction particulière » voire une « générosité volontaire du Roy » de Suède24. C’est pourquoi, il propose au bey-sans informer le roi de la Suède- un présent de quatre canons de bronze afin d’accorder le droit de battre le pavillon25. En fait, la diplomatie était chargée d’appliquer les instructions qui lui étaient dictées, mais cette application supposait une marge d’interprétation, d’autant plus que les distances rendaient parfois nécessaire l’improvisation26. La réponse du bey fut claire : « Nous parlions[parlerons] de cela un autre fois27. » Pour le bey de Tunis, ces canons étaient considérés non comme des dons volontaires, mais comme des tributs que la couronne suédoise devait envoyer annuellement outre des sommes d’argent aux janissaires et membres du Divan, afin de bénéficier de cet avantage.

  • 28 Mamelouk originaire de Géorgie, Mustapha Khodja était relieur de son métier ; entré au service de ‘ (...)

21Le consul suédois admettait que l’envoi des canons exigeait, en contrepartie, l’exécution immédiate de l’article 16 du traité. Notons à ce titre que cette négociation avait été menée oralement. Le bey ne transmettait pas directement ses ordres ou son avis au consul suédois, mais à travers ses officiers et par le biais de Mustapha Khodja28.Le consul suédois devinait à travers un entretien oral d’une demi-heure avec le bey, qu’il n’accorderait pas cette faveur sans obtenir de nouveaux avantages :

  • 29 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 21 juillet 1766, p. 1 (...)

Le Bey revint à ses ancienes deffaites, fis mille objections insufisantes, les mêmes qu’il avoit faites dans les autres occasions ou il s’etoit agi de cet article, des quelles j’ay respectueusement rendu compte par mes precedentes et donna lieu à un nouveau debat d’une bonne demy heure, ou malgrez toutes les raisons que j’ay pu alleguer pour luy faire connoitre, qu’il etoit ce[le] seul moyen de se faire honneur auprès de sa Majesté, il ne fut pas possible de le convaincre, son but et ses vues interessées etant d’obtenir de nouveaux avantages, pour jouir de cette prerogative ayant laissé entendre qu’un privilege semblable, valoit une bonne quantité de munitions, ou de l’argent je lui dis que ce n’etoit pas le cas, que sa Majesté luy avoit temoigné beaucoup d’amitié et qu’il dependoit de luy presentement de faire connoitre sa bonne volonté, dans un point surtout qui se pouvoit lui etre d’aucun dommage29.

  • 30 Personnage chargé des revenus et des dépenses du Beylik, de la gestion des biens de la famille régn (...)
  • 31 Vraisemblablement un cadi ou un jurisconsulte.

22Le refus du bey à propos des présents suédois, amena le consul à exploiter d’autres pistes en engageant d’autres personnes, proches de lui, pour tenter de se concilier ses bonnes grâces, à l’instar du khaznadar30ainsi que d’un homme de loi31.

23Durant les années 1765-1770, Molinari s’était efforcé de comprendre les interactions diplomatiques au quotidien, en observant le déroulement des pratiques diplomatiques entre la régence de Tunis et les puissances européennes. Dans ses correspondances avec la chancellerie royale de Suède, il mettait en valeur le principe du « coût de la négociation » : il constatait que chaque négociation avait son prix et par voie de conséquence, il n’hésitait pas à soudoyer les hautes personnalités du Makhzen pour aboutir à une sorte d’accommodement avec les « puissances de Tunis ». Mais, il importe de distinguer entre les présents donnés au bey (et exigés par celui-ci) et ceux donnés aux courtisans (Mustapha Khodja, le khaznadar, le kahia de Porto Farina…). Ils étaient attribués aux hauts dignitaires selon la valeur de leurs services. Certains produits européens avaient un attrait sur les interlocuteurs.

  • 32 La chose se passait ainsi, exactement dans les mêmes termes, avec les Hollandais à Alger dans les a (...)

24Ali Bey exigea un présent annuel en munitions de guerre pour accorder le droit de battre pavillon suédois sur la maison consulaire32. Aussi, Molinari avait‑il été contraint d’effectuer des dépenses quotidiennes et saisonnières pour régaler les hommes de la cour beylicale :

  • 33 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 2 décembre 1769, p. 2 (...)

… je n’épargne pas la depense, quoy qu’elle me soit à charge, pour les satisfaire sur ce qu’ils me font quelque fois demander. J’ay encore en dernier lieu fait venir de Hollande diverses confitures liquides des Indes, dont j’ay regalé son E:ce le Bey il n’y a pas un mois… J’avoue à Votre Excellence, que par rapport aux subalternes il me seroit comme impossible de les contenter, ils sont insatiables ; je suis pourtant obligé de tems a autre de les regaler, sans compter les plus distingués, qui envoyent demander successivement du thé, du sucre, des vins, des liqueurs et autres semblables, que je ne pourrois leur refuser, sans les disposer[indisposer], ce qui dans le cours de l’année ne laisse pas de me causer une depense assez forte ; etant impossible de se menager l’amitié de qui que ce soit icy, sans qu’on leur fasse une espece de pension, ou qu’ils soyent fort à charge par les frequentes demandes qu’ils font33

  • 34 Vêtement de dessus, long ou court avec ou sans manches, garni, doublé du fait de fourrure.
  • 35 Ibid., lettre du 16 janvier 1770, p. 247.

25Dans cet intervalle de temps (1765-1770), le consul suédois commença à identifier la morale et l’attitude de son principal interlocuteur, en l’occurrence le bey, aspect fondamental des relations internationales. Il s’agissait d’esquisser le profil mental du négociateur adverse : un esprit limité ou médiocre peut être convaincu par de petits raisonnements, tandis qu’un esprit éclairé pouvait amener à des intérêts respectifs. Dans ce cadre, le bey demandait au consul de lui procurer vingt pelisses d’hermines34. Molinari s’était incliné devant l’exigence du bey et avait effectivement demandé les pelisses sans prendre l’avis du roi, en disant : « … j’ay considéré qu’un refus choqueroi le Bey, vu son caractère prompt et la mauvaise humeur qui l’affecte… »35. Les officiers de la province pensent que cette commission de pelisses est une occasion pour le consul de bien disposer le bey en sa faveur.

  • 36 Lucien Bély, L’art de la paix en Europe…, op. cit., p. 335.
  • 37 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 15 juin 1770, p. 280.

26Cette affaire montre que le consul était parfois obligé de prendre une décision personnelle sans attendre la réponse du roi de Suède. Il essaya d’influencer le bey auprès duquel il était accrédité en s’introduisant auprès de lui et de ses conseillers. Ainsi, pour faire avancer les négociations, se manifestait le souci de connaître les principaux officiers et d’apprivoiser les singularités d’un monde différent36. Cependant, les négociations entre les deux parties traînèrent plusieurs années pour diverses raisons. Ali Bey exigeait avant tout l’arrivée des pelisses de Suède, avant de décider du sort de la faveur du pavillon, il « ne doit rien céder aux infidèles par honneur37… ».

  • 38 Officier supérieur commandant les troupes Hamba, garde rapprochée du bey et garde montée, cité dans (...)
  • 39 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 29 septembre 1770, p. (...)

27L’ajournement de la décision du bey d’accorder le droit d’arborer le pavillon au roi de Suède s’expliqua également par le contexte marqué par des troubles et des guerres : rupture entre la régence de Tunis et la France (1769-1770), avec le Danemark (1771) et le déclenchement de la guerre entre Ottomans et Russes (1768-1774). Ajoutons à cela que Molinari dut séjourner à Venise environ 13 mois, entre avril 1772 et la fin du mois de mai 1773, période durant laquelle il fut autorisé à prendre un congé afin de régler quelques affaires familiales. La rupture avec la France fut marquée par un ordre du bey de faire descendre le pavillon de la France. Après le rétablissement des relations entre les deux parties, le bey « envoya secrettement l’ordre pour le Basch Hampe38, de faire arborer le pavillon de France à la maison consulaire »39.

  • 40 Cf., Mehdi Jerad « La préséance française dans la régence de Tunis, perçue par le consul suédois Je (...)

28Quoi qu’il en soit, il ressort de tout ce qui précède que Molinari n’était pas parfaitement ancré dans la cour beylicale, comme ce fut le cas de Barthélémy de Saizieu, son homologue français40. Les gestes et les attitudes du bey confirment ce constat. Il est évident que l’ancrage dans la société locale représentait un atout majeur pour négocier toute affaire avec le Bardo. Molinari s’était appuyé sur quelques hautes personnalités afin de résoudre l’affaire du pavillon mais sans nouer des relations personnelles particulièrement étroites avec les hommes de la cour ; il restait à l’écart des « secrets de la cour ». Seulement, Molinari sut tirer profit du cas du consul français, et suscita l’intervention du ministre Mustapha Khodja, juste après son retour de Venise, pour entamer la négociation.

L’intermédiation de Mustapha Khodja (1771‑1778) : « le moteur de l’affaire41 »

  • 41 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 30 juin 1777, p. 560.
  • 42 La France intervient dans les divisions internes de la Suède et favorise le coup d’Etat du roi Gust (...)
  • 43 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 28 mai 1771, p. 339.

29Sous le règne de Gustave III (1771-1792)42, la Suède cherchait une paix durable avec la régence et demandait de battre le pavillon suédois. Des négociations secrètes sont menées entre le consul suédois et Mustapha Khodja. Les audiences particulières autorisaient un compromis que le caractère symbolique des audiences publiques excluait. Mustapha Khodja proposait l’envoi de canons suédois sous forme de présents pour arranger l’affaire du pavillon. Mais Molinari exigeait l’octroi de cette faveur immédiatement sans attendre l’arrivée des dits canons afin de « donner cette marque d’amitié à Sa Majesté43 ». Il rapportait le contenu de cette négociation au roi de Suède pour connaître sa décision. Entre temps, Molinari s’efforçait de connaître mieux la régence, en étudiant la personnalité du bey, de ses ministres et des hommes les plus influents du Bardo.

  • 44 Ibid., lettre du 21 juin 1771, p. 344. Molinari comptait obtenir la faveur du pavillon en contre pa (...)

30Molinari était conscient de la nécessité de tirer profit de l’arrivée des pelisses à Tunis au cours des négociations. Il les considérait en cela comme une faveur du roi de Suède, puisqu’il était interdit d’importer ces produits de luxe de la Russie. Il comptait même s’arranger avec le bey « par le sacrifice de cette partie de pilleteries44 ».

31L’attitude du consul suédois s’avérait plus raisonnable sur la manière de s’accommoder avec le bey et ses associés par les présents. Car il dut observer, sur place à Tunis, l’expérience des Danois en matière de pavillon. Il ne manquait pas donc, de dresser une liste des bénéficiaires ou de ceux qui prétendaient recevoir les présents. Plus tard, lors d’un entretien avec le bey, au Bardo, et suite à la collaboration de Molinari avec le bey concernant l’affaire des pelisses, le comportement du bey commença à changer, en attendant que les pelisses n’arrivassent dans la régence :

  • 45 Ibid., lettre du 8 janvier 1772, p. 381.

Sur quoy il resta un instant en suspens, et me repondi, Bono, ce qui doit signifier qu’il en etoit content… et qu’il [le bey] ne feroit plus de difficulté à laisser arborer le pavillon du Roy à la maison consulaire. Il sourit à cette proposition, me mis la main sur l’épaule, ce qui est icy une grande faveur, me disant qu’il verroit… mais afin que le Bey ne pensa que j’avois avancé cela de moymeme, pour reveiller cette affaire, j’ay cru a propos de lui dire, que tout ce que je venois de declarer, etoit par ordre même de Sa Majesté45

  • 46 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 449.

32Ce changement est attesté lors de l’arrivée des pelisses : Ali bey fut satisfait et dut modérer ses demandes de présents pour complaire au roi de la Suède. À côté des gestes ritualisés par le cérémonial, dans une société où tous se surveillaient, le geste et la parole spontanés étaient porteurs de sens, et cette signification cachée faisait partie du langage diplomatique46. Dans ce cadre, il importe de souligner que des négociations furent lancées entre Mustapha Khodja et Molinari pour déterminer la nature de cette offre : les canons représentaient-ils un présent ou une forme d’achat ?

33Une longue discussion entre les deux a eu lieu reflétant les divergences de représentations. Le consul suédois parut prudent vis-à-vis de la demande de canons de la part de Mustapha Khodja :

  • 47 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 8 janvier 1772, p. 38 (...)

… Il s’agissoit d’un nombre considerable, ce qui me fit d’abord rire, lui disant que cela seroit bon s’il s’agissoit de vouloir les acheter. Il [Mustapha Khodja] me repondi que ce n’étoit pas une grande chose, que le Pacha[Ali Pacha] en avoit acheté une centaine du feu consul Rönling à raison d’un sequin le quintal… mais comme Mustafà Hodgia ne m’a plus parlé d’un nombre déterminé, ni du calibre de ces canons, je ne lui en ai plus fait mention, afin qu’il ne pensat pas, que je voulois courir après le pavillon47.

  • 48 Ibid., lettre du 24 janvier 1772, p. 392.
  • 49 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 444.

34La satisfaction du bey vis-à-vis de l’arrivée des pelisses constitua, selon Molinari, un tournant dans le processus de négociation, car il a chargé son ministre de transmettre au consul avec précision – pour la première fois – les présents demandés. Mustapha Khodja eut alors une réunion avec Molinari, en exposant les prétentions du bey afin d’obtenir la faveur du pavillon. Le bey désirait recevoir de la couronne suédoise 25 canons de fer de 24 livres de balle et 15 canons de douze livres de balle. Mais Molinari s’opposait à cette proposition, considérant qu’Ali bey devait prouver les liens d’amitié avec le roi suédois en accordant ce privilège du pavillon « et de laisser à la générosité de Sa Majesté, de le régaler ensuite, dans le genre qu’il desiroit, tout comme elle le trouveroit à propos48 ». Molinari essaya d’esquiver cet engagement vu le nombre important de canons dont seul le roi était habilité à décider. Pour lui il ne fallait pas renégocier ce qui fut négocié auparavant. Il suivait la technique du « goutte à goutte49 », selon l’expression de L. Bély, l’un des plus grands secrets de l’art de négocier.

35En revanche, Mustapha Khodja affirmait au consul suédois que l’article 16 du traité de 1736 n’avait plus d’effet depuis longtemps. Il avança qu’il fallait justifier l’octroi de cette faveur aussi bien auprès la société locale qu’auprès des notables de la cour et exigea par conséquent l’envoi d’un présent de valeur. Il ajoutait que ces canons seraient utilisés pour la défense des côtes de la régence face aux dangers extérieurs.

  • 50 Il est incontestable que les relations d’amitié avec les notables du Makhzen ont facilité la missio (...)

36Molinari transmit les propositions du bey au roi de Suède, avec la garantie de Mustapha Khodja50 que l’envoi des canons permettrait au consul suédois d’arborer le pavillon. Il ajouta que le bey connaissait bien la perfection des canons de Suède et que cela constituait une occasion de le satisfaire :

  • 51 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 24 janvier 1772, p. 3 (...)

… je croirois nécessaire, d’en exiger un espece de promesse ou accord par écrit, pour le faire valoir dans l’occasion et toutes fois que le prix d’achat pourroit convenir… Je suis pourtant persuadé que le Bey a en vue de proffiter de cette occasion, pour avoir du canon sans qu’il lui en coûte51

Mieux encore, il veilla au bon déroulement de ce consensus :

  • 52 Ibid., lettre du 17 mars 1773, p. 419.

… connoissant le caractère variable de ce prince, je serois dans la nécessité de le prendre au mot, aussitôt que je pourrois luy arracher son consentement, en faisant arborer tout de suite le pavillon, puisque je ne doute pas, qu’il fiera plus à la promesse que je lui ferois, de lui consigner à l’arrivée les pièces qui seront dans le port52.

  • 53 Ibid., lettre du 6 août 1773, p. 428.

37Le consul suédois insistait toujours sur le caractère volontaire des présents, qui étaient « l’effet de la bienveillance » du roi et « une nouvelle preuve d’amitié53 » afin de satisfaire Ali bey.

38Les négociations avançaient à petits pas et par degrés. Lorsque l’accord tardait, chaque partie attendait qu’un degré supplémentaire fût franchi pour parvenir aux dernières résolutions. Et afin d’achever cette affaire, Mustapha Khodja demanda un présent particulier pour lui-même (deux paires de pistolets de Suède) et des présents également pour les officiers de la province. En contrepartie, Mustapha Khodja assura au consul suédois qu’il pouvait battre le pavillon dès l’arrivée du bâtiment portant les canons qui serviraient à la défense de la régence. Seulement, pour garantir le consentement des deux parties, le ministre exigea que l’accord fût écrit afin d’étayer les entretiens oraux. Un dialogue entre les deux hommes fut ainsi relaté par Molinari :

  • 54 Ibid., lettre du 6 août 1773, p. 428‑429.

Que cette negociation s’etoit passée entre nous de bouche, et qu’il m’avoit meme dit qu’il suffisoit d’engager ma parole de faire venir les canons que j’obtiendrois d’abord la liberté de battre le pavillon. Il m’interrompit aussitôt pour me dire qu’il faudroit du moins produire au Bey la lettre qui porte le consentement de Sa Majesté de luy envoyer ce present, et attendre qu’il arriva pour deffinir le tout et eviter le propos et les difficultés que la vue de cette nouveauté pourroit occasionner dans le public54.

  • 55 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 301.
  • 56 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., p. 440.
  • 57 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 436.
  • 58 Ibid., p. 430.

39Cela montre combien la négociation repose sur la confiance55 entre les interlocuteurs ou les acteurs diplomatiques. Toute négociation était affrontement autant que dialogue. Dans une situation de relatif équilibre, le succès des négociations dépendait de la capacité des acteurs à ne pas perdre la face et de leur disposition à ne pas la faire perdre à leurs interlocuteurs, c’est-à-dire à préserver « la valeur sociale positive » qu’ils revendiquaient par leur ligne d’action56. On peut s’interroger sur les méthodes des négociations, par exemple sur l’usage de l’écrit qui engage, tandis que la proposition orale fait avancer les débats. L’acte d’écrire était sacralisé, selon L. Bély, car il transformait en obligation ce qui n’était jusque-là que paroles et promesses57. L’ambition du consul étant de donner forme à une décision qui soit favorable aux intérêts de son souverain. Donc, Molinari prudent, exigeait de sa part un ordre émanant du bey ou un engagement de respect du traité et du pavillon dès l’arrivée des canons58. On passe de l’oral à l’écrit pour engager le bey. La correspondance de Molinari traduit son extrême vigilance, le souci d’anticiper les incidents et de les contrôler ainsi que son désir de réagir à chaque nouveau développement, pour les négociations comme pour les émeutes. Seulement, le pavillon suédois n’a pas été encore battu, malgré l’accord des deux parties, car il faut subvenir aux exigences du Divan :

  • 59 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 4 mars 1775, p. 480.

Il me déplait infiniment, Messeigneurs et Messieurs, qu’il semble d’avoir concouru dans cet evenement tous les accidens possibles pour rettarder plus que jamais l’execution de l’accord fait avec le Bey concernant le pavillon, et donner plus de tems aux officiers du Divan comme à ceux du ministere de reclamer à l’envie leurs droits tant par rapport au dit pavillon qu’a la confirmation du traité lors de l’avenement au throne de Sa Majesté59.

40Le consentement mutuel des deux parties pour régler cette affaire et l’avancement des négociations poussèrent Molinari à demander l’expédition des canons. Parallèlement, il commença à faire les préparatifs de ce cérémonial, y compris le choix de l’emplacement du pavillon et du mât. À ce stade et étant donné la concurrence entre les puissances européennes pour plaire au bey et à ses notables, Molinari proposa – sur recommandation du ministre – un présent particulier au bey (un beau fusil et une paire de pistolets à canon), à l’instar des présents danois ainsi que deux pistolets pour Mustapha Khodja. Et afin de le convaincre de cet « usage », Mustapha Khodja lui montre une note de présents apportés par la Toscane :

  • 60 Ibid., lettre du 12 mai 1775, p. 486.

… Mustafa Hoggia m’a ecrit le 3e du courant en m’envoyant la meme note des presens de Toscane, et me manquoit que le Bey ne se contenteroit pas à moins d’avoir les quarante pièces de canons et les donatifs specifiés dans la note60.

  • 61 Ibid., lettre du 7 mars 1777, p. 549.

41Le bey qui enfin de compte a refusé les pelisses dont Molinari fut chargé, exige également en 1777, l’arrivée également de présents de valeur pour la cour, à l’instar des autres puissances européennes61. Mustapha Khodja intervint de nouveau en faveur du consul suédois pour rectifier les exigences d’Ali bey :

  • 62 Ibid., lettre du 9 mai 1777, p. 552.

Sans le secours de Sidy Mustafa Coggia, il n’y aura pas moyen, Monseigneur, de reduire le Bey, et je ne scaurois même compter sur ses bons offices, si je ne suis à même de le gagner par un present qui puisse le flatter, et le disposer ainsy à vaincre la fermeté du Bey, pour le porter à raison62.

  • 63 Ibid., lettre du 4 décembre 1777, p. 573.
  • 64 Les canons de Suède sont arrivés en septembre 1778. Lettre du 15 octobre 1778, p. 587.

42Pour renégocier les présents, surtout après le naufrage du bâtiment suédois portant les canons destinés à la régence, le bey recommanda – selon Mustapha Khodja – l’envoi de 30 canons et la somme de 200 sequins à distribuer aux associés de la cour pour mettre fin à cette affaire. Ali bey constata la bonne volonté de la couronne suédoise à envoyer les présents demandés, et c’est pourquoi il n’hésita pas à rédiger un engagement par lequel il permit au consul suédois d’arborer le pavillon une fois les présents arrivés63. Enfin Molinari put arborer le pavillon sur la maison consulaire le 26 avril 1778, soit 42 ans après la ratification du premier traité de paix et d’amitié de 173664.

***

43Durant son séjour à Tunis, Molinari milita pour obtenir ce privilège à travers des négociations pénibles et longues avec la cour beylicale. Il ne fléchit point, car selon lui, il fallait respecter l’esprit des conventions diplomatiques. Il découvrit tardivement que l’usage était autre dans la régence de Tunis. Le facteur temporel était déterminant lors de la négociation.

44Il convient d’insister sur le fait que les négociations diplomatiques entre la régence de Tunis et la couronne suédoise se sont effectuées par l’intermédiaire de personnages, en qualité de professionnels de la diplomatie interculturelle, en l’occurrence Molinari et Mustapha Khodja. C’est dire le net recul des négociations directes entre souverains dû aux complications du cérémonial. Cependant, il convient de signaler que le cérémonial –  battre le pavillon – possédait son importance dans la concurrence entre les puissances européennes. Il s’agissait pour le roi de Suède de ne pas être inférieur au roi de France et au roi d’Angleterre.

45Molinari n’était pas parfaitement ancré dans la cour beylicale, comme d’autres consuls européens. Durant les premières années de son installation, il n’arriva pas à nouer des relations personnelles particulièrement étroites avec les hommes de la cour. L’ancrage du consul suédois dans la société locale à partir des années 1770, lui offrit la possibilité de traiter les affaires de son roi avec plus de succès.

46Il affronta plusieurs difficultés dont la préséance française dans la régence. Il fut alors un bon observateur de la hiérarchie des honneurs. Il ressort de l’expérience de ce consul dans la régence de Tunis qu’il était entravé, car il n’avait que peu de marges de manœuvre dans ses actions diplomatiques. Il avait le devoir d’informer, de proposer (les présents surtout), d’influencer, mais il gardait la capacité de choisir la forme de ses interventions. Bref on peut observer à travers ses échanges épistolaires, comment les jugements qu’il portait sur des situations d’interaction devenaient éventuellement des vérités susceptibles d’orienter des processus de décision.

47Plus tard, la Révolution française bouleversa non seulement les relations entre les peuples, mais aussi la manière dont on pensait les normes et les formes des négociations et les buts qu’elles devaient atteindre. Elle transforma donc en profondeur l’image du représentant diplomatique qui devint l’interprète des intérêts de la nation et/ou de tous les peuples et cessa d’être un simple « serviteur du roi ».

Haut de page

Notes

2 Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la plupart des « philosophes » des Lumières ont une perception plus ou moins négative de la diplomatie et de ses acteurs. Marc Bélissa, « De la critique de “l’art de négocier” à l’apprentissage de la “politique”. Mort du “bon ambassadeur” et apparition du “diplomate” (c.1750-c.1830) », in Stefano Andretta, Stéphane Péquignot et Jean-Claude Waquet (dir.), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du xixe siècle, Rome, École française de Rome, 2015, http://books.openedition.org/efr/2928, consulté le 16 novembre 2016.
Bien que l’on puisse constater des influences, le point des philosophes en tant que tel n’est jamais devenu celui des praticiens de la diplomatie. Cet article montre moins l’influence des philosophes que l’importance que conserve le cérémonial d’Ancien Régime pour un consul scandinave.

3 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002, p. 472. Seulement, on remarque d’après la correspondance consulaire du consul suédois à Tunis, Molinari que Venise beneficiait déjà de la faveur du pavillon, voir infra.

4 Ibid., p. 469.

5 D’origine vénitienne, chancelier de l’ambassade de Suède à Constantinople (1749), Molinari fut le troisième consul suédois à Tunis après Olof Rönling (1738-1758) et Axel Ferner (1758-1765). Son séjour dans la Régence de Tunis dura de 1764 jusqu’au mois de décembre 1778, avec une interruption de 13 mois – entre avril 1772 et la fin du mois de mai 1773- pendant lesquels il fut autorisé à prendre un congé à Venise.

6 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., p. 462.

7 Ibid., p. 557. Christian Windler montre l’influence de certains événements, comme notamment la Révolution française, sur les interprétations attachées à certaines pratiques diplomatiques. Ainsi, au moment de la Révolution, la diplomatie française développe aussi un cérémonial, qui doit exprimer l’égalité des Nations, corollaire au niveau des relations extérieures de l’égalité entre les citoyens.

8 La revue Histoire, Économie et Société a consacré son numéro de juin 2014 aux pratiques et normes diplomatiques au xixe siècle. Les historiens sont plus particulièrement attentifs aux gestes et au cérémonial, voir : Renaud Meltz et Isabelle Dasque, « Introduction : Pour une histoire culturelle de la diplomatie. Pratiques et normes diplomatiques au xixe siècle », Histoire, Économie et Société, 33e année, 2014, p. 3‑16 ; Sylvio Hermann De Franceschi a bien montré la corrélation étroite entre le négociateur et la connaissance de l’humeur du souverain : « À suivre les diplomates français, le négociateur efficace et prudent se signale d’abord par son aptitude à découvrir l’humeur du souverain auprès duquel il représente son maître » : Sylvio Hermann De Franceschi, « La négociation à l’épreuve des mœurs, de la moralité et des caractères. Jalons pour une étude de la science morale des diplomates à l’époque moderne », Histoire, Économie et Société, 33e année, 2014, p. 23.

9 Mehdi Jerad, « Le premier traité de paix et de commerce conclu entre la régence de Tunis et la couronne suédoise en 1736 », Cahiers de la Méditerranée, n° 89, 2014, p. 237‑263.

10 Il faut souligner que les traités conclus entre la Suède et les Régences de Tripoli et de Tunis sont de tous les traités, les seuls qui accordent au consul suédois en terre d’islam, le caractère de représentant de l’auguste personne du roi. Cf., Alex de Miltitz, Manuel des consuls, t. II, A. Asher, Londres, 1839, p. 1171.

11 Archives nationales de Tunisie (désormais A.N.T.), fonds espagnol, carton 4778, dossier 2.

12 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari, consul suédois à Tunis 1764-1778, Faculté des lettres et des sciences humaines de Sousse, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, Laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes », Tunis, 2015, (Introduite et annotée), p. 86 ; Archives nationales du Royaume de Suède (A.N.R.S.), série Turcica Bihang Tunisica, vol. 2, lettre du 30 janvier 1765.

13 Territoire (ou réseau) sur lequel s’exerce la souveraineté directe du pouvoir.

14 Conseil qui remonte à la période de la conquête turque et regroupe toutes les autorités de la régence. Aux yeux des européens, le divan représente un des quatre pouvoirs qu’on groupe communément sous la dénomination de « puissances de Tunis », Abdelkader Masmoudi, « La Tunisie Mouradite au XVIIe siècle », Histoire de la Tunisie. 3. Les Temps Modernes, Tunis, Sud Éditions, 2007, p. 96. Les droits du Divan renvoient aux présents et sommes d’argent accordés par les puissances européennes lors de la ratification d’un traité, renouvellement d’un accord, l’obtention d’une faveur ou un privilège…

15 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 9 février 1765, p. 88.

16 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 25 mars 1765, p. 98.

17 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 8 juillet 1765, p. 124. Là, l’observation des visages, des mimiques, des gestes, des exclamations se révèle précieuse pour tenter de savoir jusqu’où l’interlocuteur est prêt à céder : Lucien Bély, L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2007, p. 57.

18 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 8 juillet 1765

19 Premier consul suédois à Tunis entre 1738 et 1758. Il fut un comptable commercial à Londres, puis il fut nommé à Tunis par recommandation de George Logie.

20 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 9 février 1765, p. 126.

21 La Suède est devenue au xviiie siècle une puissance nordique, c’est pourquoi elle insiste sur l’octroi du privilège du pavillon.

22 En effet, dans les relations extérieures au sein de l’Europe, jusqu’en 1800 environ, le principe de souveraineté se trouve en concurrence avec un ordre basé sur les hiérarchies propres de la société des ordres de l’Ancien Régime. Plutôt que de parler d’un système où interagissent des États, il faudrait donc parler d’une société européenne des princes. Les princes se situaient dans une hiérarchie de rangs. Or, en Europe, c’est l’empereur du Saint-Empire germanique (au xvie/xviiie siècle, toujours un membre de la maison de Habsbourg) qui occupe incontestablement le premier rang. Il est suivi par les rois appartenant à différentes dynasties, parmi eux le roi de France. Ce dernier, à partir des années 1660 impose sa préséance sur le roi d’Espagne, ce qui était aussi un reflet du pouvoir qu’il avait acquis.
Cependant, cet ordre hiérarchique entre les princes européens n’est pas un ordre fixé de manière immuable, mais toujours sujet à négociation et dépendant des rapports de pouvoir. Voir Lucien Bély, La société des princes XVIe-XVIIIe siècle, Fayard, 1999 ; Christian Windler, « Performing Inequality in Mediterranean Diplomacy », The International History Review, 2018, p. 4. Je remercie l’auteur de m’avoir envoyé une copie de cet article.

23 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., p. 428.

24 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 21 juillet 1766, p. 165‑168.

25 Il convient de rappeler ici que le Pape interdisait la vente des armes aux musulmans, seuls les pays nordiques / protestants pouvaient faire ce type de transactions. Mais en réalité, ces bulles In Coena Domini n’étaient reconnues que par l’Espagne et quelques États italiens ; mais la France, par exemple, ne s’y soumettait pas. Cf., Guillaume Calafat, « Les interprètes de la diplomatie en Méditerranée. Traiter à Alger (1670‑1680) », in Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (éd.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, tome 2, Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, p. 371‑410 ; Wolfgang Kaiser et Guillaume Calafat, « The Economy of Ransoming in the Early Modern Mediterranean. A Cross-cultural Trade Between Southern Europe and the Maghreb (16th-17th Centuries) », in Cátia Antunes, Leor Halevi, Francesca Trivellato (dir.), Religion and Trade: Cross-cultural Exchanges in World History, 1000-1900, Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 108‑130.

26 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, p. 747.

27 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 21 juillet 1766, p. 166.

28 Mamelouk originaire de Géorgie, Mustapha Khodja était relieur de son métier ; entré au service de ‘Alî Bey II (1759-1770), il s’imposa comme négociateur avec la France après la guerre tuniso-française de 1770 ; promu khaznadâr (1770-1794), il joua un rôle de tuteur auprès du jeune Hammouda Pacha Bey qui le nomma ministre et conseiller dès son accession au trône en 1782. Il meurt le 11 octobre 1800 ; Azzedine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au XVIIIe siècle », Histoire de la Tunisie 3. Les Temps Modernes, Tunis, Sud Éditions, 2007, p. 254‑267 ; Voir aussi : Hédia Hassine, Moustapha khodja, dirasset chakhssiyya [Mustapha Khodja, étude d’un personnage], Master en Histoire, sous la direction de Sadok Boubaker, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, 2013, p. 86‑87, [en langue arabe].

29 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 21 juillet 1766, p. 170.

30 Personnage chargé des revenus et des dépenses du Beylik, de la gestion des biens de la famille régnante.

31 Vraisemblablement un cadi ou un jurisconsulte.

32 La chose se passait ainsi, exactement dans les mêmes termes, avec les Hollandais à Alger dans les années 1670. Cf., Guillaume Calafat, « Les interprètes de la diplomatie en Méditerranée. Traiter à Alger (1670-1680) », in Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (éd.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, tome 2, Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, p. 405.

33 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 2 décembre 1769, p. 238.

34 Vêtement de dessus, long ou court avec ou sans manches, garni, doublé du fait de fourrure.

35 Ibid., lettre du 16 janvier 1770, p. 247.

36 Lucien Bély, L’art de la paix en Europe…, op. cit., p. 335.

37 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 15 juin 1770, p. 280.

38 Officier supérieur commandant les troupes Hamba, garde rapprochée du bey et garde montée, cité dans Mohamed Aziz Ben Achour, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Tunis, INAA, 1989, p. 126.

39 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 29 septembre 1770, p. 307.

40 Cf., Mehdi Jerad « La préséance française dans la régence de Tunis, perçue par le consul suédois Jean Antoine Molinari (1764-1778) », in Mehdi Jerad (dir.), Le cérémonial dans les sphères politiques et religieuses à travers les âges, Regroupement Latrach des Livres Spécialisés, 2017, (Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis. Laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes »).

41 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 30 juin 1777, p. 560.

42 La France intervient dans les divisions internes de la Suède et favorise le coup d’Etat du roi Gustave III en 1772 avec la complicité de Louis XV et de son ambassadeur Vergennes. Cf., Lucien Bély, L’art de la paix en Europe…, op. cit., p. 587.

43 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 28 mai 1771, p. 339.

44 Ibid., lettre du 21 juin 1771, p. 344. Molinari comptait obtenir la faveur du pavillon en contre partie de ses « pilleteries ».

45 Ibid., lettre du 8 janvier 1772, p. 381.

46 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 449.

47 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 8 janvier 1772, p. 381.

48 Ibid., lettre du 24 janvier 1772, p. 392.

49 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 444.

50 Il est incontestable que les relations d’amitié avec les notables du Makhzen ont facilité la mission de Molinari. Récemment une étude a bien montré que les liaisons personnelles sont particulièrement « avantageuses », dans le cadre de l’action à distance et se trouvent, ainsi, « à la base du pouvoir des ministres qu’elles permettent donc, par certaines pratiques spécifiques, d’agir de manière efficace. », Sébastien Schick, Des liaisons avantageuses Ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le Saint-Empire romain germanique (1720-1760), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, p. 28.

51 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 24 janvier 1772, p. 394.

52 Ibid., lettre du 17 mars 1773, p. 419.

53 Ibid., lettre du 6 août 1773, p. 428.

54 Ibid., lettre du 6 août 1773, p. 428‑429.

55 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 301.

56 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., p. 440.

57 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 436.

58 Ibid., p. 430.

59 Mehdi Jerad, La correspondance de Jean Antoine Molinari…, op. cit., lettre du 4 mars 1775, p. 480.

60 Ibid., lettre du 12 mai 1775, p. 486.

61 Ibid., lettre du 7 mars 1777, p. 549.

62 Ibid., lettre du 9 mai 1777, p. 552.

63 Ibid., lettre du 4 décembre 1777, p. 573.

64 Les canons de Suède sont arrivés en septembre 1778. Lettre du 15 octobre 1778, p. 587.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mehdi Jerad, « Négocier un cérémonial au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 137-154.

Référence électronique

Mehdi Jerad, « Négocier un cérémonial au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9665 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9665

Haut de page

Auteur

Mehdi Jerad

Département des Humanités, Faculté des Lettres et des Arts, Université de Qatar, 2713 Doha, Qatar

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search