Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Comptes rendus d’ouvragesClaude Denjean, “Les juifs et les...

Comptes rendus d’ouvrages

Claude Denjean, “Les juifs et les pouvoirs. Des minorités médiévales dans l’Occident méditerranéen (XIe‑XVe siècle)

Paris, Les Éditions du Cerf, 2020
Carolina Obradors-Suazo
p. 157-160
Référence(s) :

Claude Denjean, Les juifs et les pouvoirs. Des minorités médiévales dans l’Occident méditerranéen (XIe-XVe siècle), Paris, Les Éditions du Cerf (Collection Nouvelle Gallia judaica, nº 11), 2020, 373 p.

Texte intégral

1Claude Denjean, spécialiste d’histoire des juifs au Moyen Âge, nous offre avec ce volume un travail de synthèse directement lié à la question d’histoire médiévale inscrite au programme de l’agrégation interne d’histoire en 2018. Cette question portait sur les rapports entre pouvoirs et minorités dans l’Occident médiéval. Claude Denjean fournit ici des clefs d’interprétation tirées de l’expérience juive, qu’elle décrit (et illustre) en analysant les contraintes dont souffraient les juifs en tant que minoritaires dans un monde peu tolérant et dominé par un pouvoir religieux omniprésent. Elle livre aussi une réflexion sur les domaines propres d’influence et de distinction que les juifs purent développer tout au long des siècles médiévaux. L’auteure vise donc ici à une histoire globale de cette expérience juive, évoquant pour cela les diversités régionales et la pluralité des communautés concernées, avec comme objectif de nuancer les traditions historiographiques sur la question juive. Il s’agit bien pour l’auteure d’étudier la vie des juifs au Moyen Âge dans ses spécificités, en échappant à la fois aux visions « lacrymales » d’un côté, et à celles idéalisées de coexistence religieuse pacifique de l’autre.

  • 1 Claude Denjean, « Pourquoi parler de civilisation juive médiévale ? », Cahiers de civilisation médi (...)

2Le volume étant lié dès sa conception à la question du concours de l’agrégation, il en résulte un texte de nature pédagogique, un manuel – comme l’auteure elle-même et Danièle Iancu‑Agou dans sa préface se chargent de le souligner. Destiné aux étudiants d’histoire et aux enseignants-chercheurs non spécialistes, ce livre s’adapte au format du manuel à partir d’un texte soigneusement structuré et, notamment, en incluant un lexique, des notices biographiques ainsi que des traductions de documents qui illustrent le propos traité et qui sont accompagnées de commentaires de l’auteure. Il faut cependant noter que ce style de manuel pourra troubler des lecteurs académiques à qui les notes de bas de pages et les références précises pourront manquer dans plusieurs occasions. Et cela d’autant plus que le volume va bien au-delà des expectatives d’un manuel et s’inscrit dans une ligne de recherche historiographique et méthodologique qui incite à la réflexion et que l’auteure a déjà abordée par ailleurs, tout en la développant substantiellement ici. C’est bien en plaçant les juifs, leurs sages, leurs structures, leurs habitudes, leurs traditions et leurs quartiers au sein des communautés religieuses majoritaires qui les entouraient, principalement chrétiennes mais aussi musulmanes, que Claude Denjean reprend les prédicats du groupe de recherche Jacov, dont elle est elle-même une membre, pour promouvoir une histoire des juifs médiévaux renouvelée, décloisonnée, qui cherche à identifier les spécificités de la vie juive au sein des groupes majoritaires en soulignant comment ces spécificités s’articulèrent dans le local ainsi que dans la longue durée. Ce faisant, l’histoire des juifs devient une histoire globale qui permet de comprendre à quel point elle fait partie de l’histoire de nous tous1.

  • 2 Claude Denjean, « Pourquoi parler…, », art. cit., p. 45 ; Claude Denjean et Juliette Sibon, « Citoy (...)
  • 3 Cela dans le cas de la ville de Ávila. Ana Isabel Carrasco Manchado, Isabel I de Castilla y la somb (...)
  • 4 Carolina Obradors Suazo, Immigration and Integration in a Mediterranean City. The Making of the Cit (...)
  • 5 Denjean, « Pourquoi parler…, », art. cit., p. 44.

3Le volume effectue ce décloisonnement à partir d’une structure en deux blocs : une première partie en trois chapitres cherche à réfléchir sur l’identité politique et légale des juifs dans les communautés majoritaires où ils habitaient, tandis qu’une deuxième partie en deux chapitres étudie les voies à travers lesquelles les juifs obtinrent des formes et des espaces d’influence propres. En ce qui concerne la position politique et légale des juifs, et donc la première partie du livre, il faut noter l’importance de la question de la citoyenneté, qui permet à Claude Denjean de montrer d’une façon très claire à quel point la position des juifs était complexe et loin d’être univoque. À l’image de la servitude perpétuelle des juifs invoquée par Innocent III, les juifs devinrent à partir du xiiie siècle les serfs des chambres royales. Signe de leur infériorisation, le servage des juifs garantissait aussi leur protection, assurée par le monarque. Cependant, cette nature légale servile qui leur est attribuée ne les empêcha pas, en tant qu’habitants des villes, de jouir de certains privilèges citoyens. Suivant ce que l’auteure elle-même et d’autres chercheurs du groupe Jacov ont bien remarqué ailleurs2, ce manuel souligne ce que des sources diverses rendent évident : les juifs, traditionnellement placés en dehors de la communauté citoyenne, étaient des agents actifs de la vie urbaine. Leur rôle dans le marché du crédit leur permettait d’accéder aux privilèges citoyens, tandis que leur participation à certains rites et festivités urbaines a été relevée, par exemple en Castille, lors de proclamations urbaines en faveur d’Isabelle la Catholique3. D’autre part, des chartes de citoyenneté octroyées à des juifs de Barcelone au début du xive siècle montrent comment, de la main du monarque mais avec l’accord de la ville, les juifs résidant en ville pouvaient obtenir une certaine reconnaissance citoyenne qui était déterminée par leur appartenance à la communauté juive barcelonaise4. Le livre de Claude Denjean reprend bien d’autres exemples pour rappeler qu’il est nécessaire de nuancer les clichés relatifs à la ségrégation des juifs. Au Moyen Âge, les juifs qui habitaient en ville s’installaient autour d’immeubles rituels qui devenaient le centre de quartiers juifs. Ces derniers répondaient donc à des dynamiques communautaires plutôt qu’à une décision institutionnelle de créer des espaces de séparation. Les distinctions physiques des juifs étaient souvent des formes de visualisation positive que les juifs eux-mêmes tenaient à maintenir afin de cultiver leurs spécificités rituelles en tant que minoritaires. Sans oublier les difficultés et les réactions arbitraires auxquelles les juifs se voyaient habituellement soumis, l’analyse des formes de citoyenneté juives proposée par l’auteure met en évidence à quel point le statut des minoritaires médiévaux restait complexe dans des communautés qui, pour reprendre son expression, construisaient socialement leurs inégalités5.

4La deuxième partie du livre identifie les formes de pouvoir que les juifs pouvaient développer en tant que minoritaires. Denjean s’arrête sur deux aspects : d’abord, les activités intellectuelles des juifs, ce qu’elle appelle « les pouvoirs de l’étude », puis elle offre dans un deuxième temps quelques réflexions sur les ressources et références qui permirent aux juifs de créer des espaces propres, mythiques aussi bien que réels, et cela en dépit de leur nature de peuple dispersé.

5Ainsi, cette deuxième partie présente les principaux intellectuels juifs de l’époque et leurs œuvres, tout en reprenant les traditions qui permirent aux juifs de devenir les traducteurs et transmetteurs de la connaissance classique aux hommes médiévaux. Des textes commentés sont fournis, des épisodes marquants et les figures de « sages hommes » remarquables sont présentées, enfin l’impact spécifique de leurs œuvres est décrit en détail. Ces informations, utiles aux étudiants et aux non-spécialistes, permettent aussi de souligner l’importance de la polémique intellectuelle qui opposa les juifs et les majoritaires (à partir d’épisodes comme la disputatio de Barcelone de 1263), que Claude Denjean situe, en conclusion, au cœur de l’antijudaïsme qui se développa surtout à partir du xive siècle. L’auteure réfléchit également aux stratégies spatiales des juifs. Ce faisant, elle enrichit cette histoire renouvelée des juifs d’une façon originale en reprenant les théories d’Avner Greif sur la nature institutionnelle des réseaux sociaux juifs. En appliquant la méthode de Greif aux dynamiques de la vie juive, Claude Denjean réinterprète les espaces économiques, où les juifs marchands ou créanciers opéraient, en termes d’espaces d’influence alternatifs venant en partie compenser l’exclusion du pouvoir politique dont continuèrent de souffrir constamment les juifs. Les juifs médiévaux apparaissent finalement à travers ces pages comme une communauté de communautés connectées à travers leur pouvoir économique et leur savoir intellectuel, ce qui les éloigne des images diasporiques qui ont plus nettement marqué l’histoire des juifs des périodes ancienne et moderne.

  • 6 Miri Rubin, “Presentism’s useful anachronisms,” Past and Present 234 (2017), p. 236‑244.

6En conclusion, Claude Denjean nous offre ici un riche portrait de la vie juive en Méditerranée occidentale pendant le Bas Moyen Âge. Tout en étant un manuel conçu comme un guide pour répondre à une question de concours, le livre réussit très bien à aller au-delà de sa nature de manuel et s’insère dans une ligne de recherche historiographique et méthodologique qui renouvelle nos connaissances sur l’existence juive au Moyen Âge en faisant appel à une histoire globale de l’expérience juive. En rejoignant Miri Rubin6, Claude Denjean fait ici appel à une forme d’anachronisme rigoureux, contrôlé, qui cherche à comprendre les questions du présent en interrogeant le passé, tout en évitant le danger d’interpréter le passé avec les concepts du présent. Mais pouvons-nous réellement approfondir notre compréhension des troubles contemporains (intégration et exclusion, antisémitisme, migrations) en interrogeant les expériences du passé concernant l’intégration des minorités religieuses ? Claude Denjean répond à cette question en offrant une analyse qui remplit de nuances les récits traditionnels. En offrant le point de vue des juifs médiévaux, ce livre réussit à déployer les contradictions de minoritaires – aussi bien que de majoritaires – au sein de la vie quotidienne complexe qu’ils partageaient.

Haut de page

Notes

1 Claude Denjean, « Pourquoi parler de civilisation juive médiévale ? », Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 245, 2019, p. 21. DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.508.

2 Claude Denjean, « Pourquoi parler…, », art. cit., p. 45 ; Claude Denjean et Juliette Sibon, « Citoyenneté et fait minoritaire dans la ville médiévale. Étude comparée des juifs de Marseille, de Catalogne et de Majorque au bas Moyen âge, » Histoire Urbaine, 32, 2011, p. 73‑100.

3 Cela dans le cas de la ville de Ávila. Ana Isabel Carrasco Manchado, Isabel I de Castilla y la sombra de la ilegitimidad, Madrid, Sílex, 2014, p. 51‑53.

4 Carolina Obradors Suazo, Immigration and Integration in a Mediterranean City. The Making of the Citizen in Fifteenth-Century Barcelona, Ph.D diss., European University Institute, Florence, 2015, p. 344‑351.

5 Denjean, « Pourquoi parler…, », art. cit., p. 44.

6 Miri Rubin, “Presentism’s useful anachronisms,” Past and Present 234 (2017), p. 236‑244.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carolina Obradors-Suazo, « Claude Denjean, “Les juifs et les pouvoirs. Des minorités médiévales dans l’Occident méditerranéen (XIe‑XVe siècle)” »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 157-160.

Référence électronique

Carolina Obradors-Suazo, « Claude Denjean, “Les juifs et les pouvoirs. Des minorités médiévales dans l’Occident méditerranéen (XIe‑XVe siècle)” »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9725 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9725

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search