Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Comptes rendus d’ouvragesIda Fazio, “Il porto franco di Me...

Comptes rendus d’ouvrages

Ida Fazio, “Il porto franco di Messina nel lungo XVIII secolo. Commercio, fiscalità e contrabbandi

Rome, Viella, 2021
Simona Laudani
p. 161-164
Référence(s) :

Ida Fazio, Il porto franco di Messina nel lungo XVIII secolo. Commercio, fiscalità e contrabbandi. Rome, Viella, 2021

Texte intégral

1Avec son dernier ouvrage, Ida Fazio ajoute une pièce importante à l’un de ses nombreux parcours de recherche consacrés à l’histoire de sa ville, Messine, à l’époque moderne.

2Un chemin aussi important qu’ardu : important, pour le rôle fondamental que Messine a joué dans les dynamiques économico-sociales et les équilibres politico-institutionnels de la Méditerranée tout au long de l’époque moderne, mais en même temps un chemin ardu et plein d’inconnues en raison du manque notoire de sources archivistiques locales détruites par les catastrophes naturelles qui ont frappé la ville du détroit. La dernière, le tremblement de terre de 1908, a rasé l’une des villes les plus riches, les plus dynamiques et les plus cosmopolites de cette partie de la Méditerranée, faisant disparaître les lieux dépositaires de sa mémoire.

  • 1 « I mercati regolati e la crisi settecentesca dei sistemi annonari italiani », Studi Storici, 3, 19 (...)

3Les études d’Ida Fazio, d’abord sur le blé, denrée précieuse et rare pour la seconde capitale du Royaume de Sicile, puis sur l’annone de la ville, son fonctionnement, les intérêts et les acteurs sociaux qui y agissaient, et maintenant sur le port franc, sont donc d’autant plus précieuses qu’elles sont absolument originales du point de vue des sources et surtout de la méthodologie utilisée.1 L’autrice s’est appuyée sur les informations récupérées dans les nombreuses archives qu’elle a consultées et, sur le plan méthodologique, sa solide formation micro-analytique est mobilisée non seulement pour analyser avec précision, compétence et acuité les événements tortueux liés « à long terme » à l’établissement du port franc de Messine, mais pour regarder à travers ce cas particulier le fonctionnement des politiques mercantiles de l’ancien régime. Les contradictions inhérentes à ce système, le conflit dynamique permanent entre l’interventionnisme de l’État dans le domaine de l’équilibre commercial et de la protection de la production locale, d’une part, et les espaces de libéralisation plus ou moins légaux, d’autre part, ressortent clairement de l’étude de Fazio, qui prend soin de souligner le système de privilèges, de concessions, de marchandages et de privatisations qui a déterminé les choix en matière mercantile et fiscale.

4La microanalyse, donc, pour analyser à travers un cas concret les dynamiques plus générales qui ont constitué le scénario inévitable. Le micro pour comprendre le macro et le second pour contextualiser le premier. Et tout cela dans le cadre d’un choix temporel à long terme, comme l’indique le titre du livre, où la « longue durée » braudélienne est essentielle pour placer au cœur de la réflexion une structure telle que le port franc, qui est le résultat de choix politiques et fiscaux. Un lieu donc à la fois immatériel et matériel :immatériel car c’est le résultat et le banc d’essai de théories commerciales et économiques générales sur le rapport entre commerce libre et commerce contrôlé, matériel parce que c’est un lieu concret, physique, ayant un impact fort sur le territoire dont il redéfinit inévitablement les frontières, la disposition urbaine et architecturale, les fonctions administratives et institutionnelles, et enfin la fonction des sujets chargés de son fonctionnement.

5Le port franc est en fait, comme l’autrice l’affirme au début de son texte, un objet historique étrange, contradictoire et complexe. Zone de commerce, du moins dans ses principes, exempte de charges fiscales et de contraintes commerciales, dans le cadre plus général du système mercantiliste propre aux États de l’Ancien Régime. Il s’agit donc en soi d’un lieu de compromis, de privilèges, d’ajustements réglementaires nécessaires et continus, indispensables pour le rendre fonctionnel aux contexte plus général, politico-institutionnel et économique.

6Le port franc de Messine est un modèle très intéressant d’une longue tentative de répondre, en adaptant les réglementations et les conditions fiscales, à des circonstances économiques et politiques très complexes qui n’ont jamais été les mêmes au fil du temps. Comme nous le dit Fazio, malgré sa réputation négative auprès des économistes du xviiie siècle, qui le présentaient comme un exemple de dysfonctionnement et de contrebande, le port franc de Messine n’est ni secondaire ni marginal dans le panorama varié des ports réglementés par des lois spéciales. Premier et unique port franc établi dans les territoires italiens du Royaume d’Espagne, fondé à la fin des années 1790, il devint un point de référence controversé mais important pour le commerce de l’île et, surtout, pour la tentative de se racheter de la profonde crise que les dures sanctions infligées par la couronne espagnole à la ville rebelle après la révolte de 1674 avaient causée à son tissu productif et social. Le port franc en tant que rédemption, donc, comme une occasion de faire revivre l’ancienne splendeur de la ville-république, l’ancienne capitale commerciale et productive du royaume.

7Le modèle est évidemment celui de Livourne, un modèle aussi inatteignable qu’éloigné par ses conditions structurelles de départ. Le port toscan est flexible, libre de tout conditionnement passé, tandis que celui de Messine est rigide et structuré, accablé par une accumulation longue et complexe de privatisations, de monopoles, de taxes et de cessions. Dans le premier cas, il s’agit d’une mise en œuvre précoce et d’un cadre institutionnel et réglementaire relativement stable ; dans le second, il s’agit d’une mise en œuvre tardive, complexe et sujette à des changements de régime permanents. Un retard et une stratification préalable qui, dans le cas de la constitution du port franc de Messine, ont entraîné une forte discontinuité réglementaire dans la tentative d’adapter le statut juridique aux besoins fiscaux des différents régimes qui se sont succédés à la tête du Royaume de Sicile, des Espagnols aux Piémontais, des Autrichiens aux Bourbons, chacun avec ses propres besoins politico-fiscaux, chacun avec ses propres projets mercantiles.

8C’est précisément à travers la reconstruction à long terme du fonctionnement du port franc de Messine et des milliers de règlements qui se sont succédés sans interruption depuis 1695, date de son institution jusqu’à sa suppression définitive, qu’Ida Fazio choisit de mener son analyse. Elle nous introduit ainsi dans l’élaboration et le démantèlement compliqué de mesures qui, de temps à autre, étendaient la franchise à toute la ville ou, au contraire, la restreignaient au circuit plus limité du port et de certains de ses entrepôts, qui excluaient le produit le plus important du territoire, la soie, pour ne pas entrer en conflit avec les intérêts des propriétaires terriens qui détenaient les taxes de production et d’exportation depuis des décennies, et qui supprimaient ou rétablissaient pour de courtes périodes l’ancienne foire gratuite de la mi-août. Tous à la recherche d’un équilibre entre la libéralisation du commerce et les besoins fiscaux du Royaume, entre les attentes des marchands et des élites de Messine et les besoins de l’État, la pression de ses rivaux, Palerme en premier. Il s’agissait d’une dialectique permanente, toujours en devenir, continuellement remise en question par les catastrophes naturelles (la peste de 1743, le tremblement de terre de 1788), par l’évolution des flux du marché international, et surtout par les changements de régime qui remodelaient inévitablement les termes des franchises en fonction de leurs propres besoins fiscaux et de leurs choix commerciaux. Ainsi, si le régime savoyard visait, avec les instructions de 1714, à rationaliser et à renforcer les recettes fiscales sans apporter de changements substantiels par rapport aux instructions «espagnoles», en 1728, les Autrichiens modifièrent substantiellement l’arrangement précédent sur la base d’un plan de développement plus large du commerce adriatique dans lequel Messine était considérée comme un pôle stratégique de connexion, à travers les ports de Trieste et de Fiume, de la basse Méditerranée avec les territoires autrichiens. La foire libre de la mi-août, si importante pour le commerce de la soie, qui était exclue des avantages du port franc, est supprimée, les allocations sur l’huile calabraise sont arrêtées et le port franc est étendu à toute la zone de la ville fortifiée. Ces mesures sont à nouveau remises en cause par l’avènement de la dynastie des Bourbons en 1734. Charles III, partisan d’un néo-mercantilisme fortement centralisateur, mais attentif aux instances réformatrices du xviiie siècle, met immédiatement en place une Junte pour remédier aux carences du port franc de Messine, jugé incapable de faire face aux nouvelles perspectives d’un commerce mondial de plus en plus large et dynamique. La Junte propose un retour aux règles pré-autrichiennes, avec le rétablissement de la foire libre, l’admission des soies et de l’huile dans le port franc, une lutte minutieuse contre la contrebande, la création d’une Compagnie de « négoce » et, bien sûr, le renforcement de l’axe commercial tyrrhénien au détriment de l’Adriatique. Mais la peste de 1743, qui isolera la ville pendant plus de deux ans et décimera les classes ouvrière, marchande et productive, puis le tremblement de terre de 1783 reporteront inévitablement la réforme des règlements qui ne verra le jour qu’en 1784, résultat, entre autres, du nouveau climat réformateur, laïc et centralisateur du réformisme des Bourbons de la fin du siècle. La liberté de mouvement, d’activité et de commerce pour les Juifs, résultat des réformes de Caraccioli, au premier rang desquelles l’abolition du Tribunal d’Inquisition dans le Royaume de Sicile, s’accompagnent d’une réglementation plus stricte sur la documentation, dans un équilibre difficile entre la simplification d’une part et la lutte contre la contrebande de l’autre. Cependant, ces règles furent en fait annulées par la guerre et reportées à la Restauration lorsque, avec la loi douanière de 1826, on mit définitivement fin à l’appareil du port franc, en établissant un système de libre circulation des marchandises à l’intérieur des territoires des Deux-Siciles, et en limitant le port franc aux seules marchandises étrangères. Ce système suscita des discussions et des hostilités parce que, selon les Siciliens, il était trop favorable à la partie continentale du Royaume, surtout à Naples, et resta un sujet de dispute au moins jusqu’à l’abolition définitive des ports francs sanctionnée après l’unification de l’Italie.

9Une histoire longue et contrastée, donc, celle du port franc de Messine qui, grâce à la reconstitution minutieuse des mécanismes qui ont déterminé son destin, nous permet de mieux pénétrer les politiques mercantiles de l’Ancien Régime et de comprendre la logique de ce monde complexe, perpétuellement en équilibre entre la réalité représentée (les règles, les règlements...) et la réalité vécue (les pratiques des acteurs sociaux, la contrebande, la corruption, les intérêts des individus et leur capacité de négociation), où, comme le dit l’autrice, malgré toutes les hypothèses et tentatives, la tension « entre la liberté et le privilège, qui n’avait jamais réussi à se transformer en privilège de la liberté », n’a jamais été résolue. Les ports francs, conclut Ida Fazio, diffèrent les uns des autres par rapport aux conditions physico-géographiques, mais aussi par rapport aux équilibres socio-politiques de chaque réalité, par rapport auxquels, à l’intérieur de cadres réglementaires généraux, ils cherchent nécessairement des adaptations législatives qui répondent à la réalité locale.

Haut de page

Notes

1 « I mercati regolati e la crisi settecentesca dei sistemi annonari italiani », Studi Storici, 3, 1990 ; La politica del grano. Annona e controllo del territorio in Sicilia nel Settecento, Milano, Franco Angeli, 1993 ; Sterilissima di frumenti. L’annona della città di Messina in età moderna (secc. XV‑XIX), Caltanissetta, Lussografica, 2005; « Magazzini, luoghi di sbarco e personale dell’annona della città di Messina in età moderna », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, vol. 2, 2008, p. 503-520 ; (avec Simona Laudani), « Il controllo dell’approvvigionamento, dei mercati e dei consumi: regolamentazioni e conflitti nella grande trasformazione” tra Sette e Ottocento », in G.L. Fontana, (dir.), Food and the city. Il cibo e la città, Venise, Marsilio, 2017 p. 119126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Laudani, « Ida Fazio, “Il porto franco di Messina nel lungo XVIII secolo. Commercio, fiscalità e contrabbandi” »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 161-164.

Référence électronique

Simona Laudani, « Ida Fazio, “Il porto franco di Messina nel lungo XVIII secolo. Commercio, fiscalità e contrabbandi” »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9739

Haut de page

Auteur

Simona Laudani

Université de Catane

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search