Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Comptes rendus d’ouvragesRichard Marin, “1939. La Retirada...

Comptes rendus d’ouvrages

Richard Marin, “1939. La Retirada, exode des républicains espagnols

Portet-sur-Garonne, Éditions midi-pyrénéennes, 2019
Vincent Marin
p. 169-171
Référence(s) :

Richard Marin, 1939. La Retirada, exode des républicains espagnols, Portet-sur-Garonne, Éditions midi-pyrénéennes, « coll. Cette année-là », 2019, 47 p.

Texte intégral

  • 1 La collection « Cette année-là », dirigée par Didier Foucault, « revisite l’histoire d’une ville à (...)

1Après un premier essor au cours des années 1980 et 1990, l’historiographie relative à l’exil républicain espagnol a connu un développement considérable au début du xxie siècle. S’appuyant sur les travaux incontournables de Geneviève Dreyfus-Armand, Pierre Laborie ou encore Denis Peschanski, l’historien Richard Marin propose une solide synthèse consacrée à la Retirada et à la transmission de sa mémoire. Publié aux Éditions midi-pyrénéennes en mai 2019, cet opuscule d’une cinquantaine de pages offre en outre la particularité de prêter une attention toute particulière à la ville de Toulouse et à sa région, lieux incontournables de l’exil1.

2Dans un premier chapitre, intitulé « Le temps de l’exil et des camps », l’auteur rappelle en effet la forte résonnance de la guerre d’Espagne dans la région toulousaine. La publication de nombreux articles dans la presse régionale, le déploiement d’initiatives solidaires et la panique de groupes conservateurs face à un supposé « exode rouge » sont autant de manifestations de l’intérêt suscité par ce conflit fratricide dans une région qui comptait déjà une communauté espagnole issue de vagues migratoires antérieures. Après avoir retracé la chronologie des évènements à partir de la prise de Barcelone par les franquistes en janvier 1939, l’auteur s’emploie à analyser l’évolution des politiques menées par les autorités françaises – en particulier depuis l’arrivée d’Edouard Daladier à la présidence du Conseil – et à décrire l’animosité croissante de l’opinion publique face à l’ampleur de l’exode, malgré la persistance d’un fort courant de solidarité d’une partie de la gauche. Il situe par ailleurs très précisément les zones de regroupement dans les Pyrénées-Orientales et en Haute-Garonne et examine la répartition des réfugiés selon leur profil au sein de centres d’hébergement. Par la suite, la fermeture de ces centres, pour des raisons économiques et dans un contexte de guerre, entraînerait l’envoi des hommes « en âge de porter des armes » vers les tristement célèbres camps de concentration. Loin d’être uniformes et linéaires, les conditions d’internement au sein des camps d’Argelès-sur-Mer, de Saint-Cyprien ou encore du Barcarès sont finement analysées par l’auteur. L’étude du nombre de réfugiés à partir de la fin de l’année 1939, en raison d’un reflux important vers l’Espagne ou d’un départ vers l’Amérique latine et dans une moindre mesure vers l’URSS, vient conclure ce premier chapitre.

3Dans un deuxième chapitre, intitulé « Survivre et résister », Richard Marin souligne l’impact considérable de la Seconde Guerre mondiale sur la trajectoire des réfugiés espagnols. Après la fermeture progressive des camps d’internement, les internés rejoignirent les Compagnies de travailleurs étrangers (CTE) ou s’intégrèrent au sein du marché du travail toulousain et plus largement du sud-ouest de la France. L’auteur dresse ensuite une typologie des trajectoires des réfugiés espagnols après l’Armistice : la prison, l’acheminement vers le camp de la mort de Mauthausen, la désertion, l’entrée dans la Résistance, l’intégration aux Groupes de travailleurs étrangers à partir de septembre 1940 ou encore la semi-clandestinité, sont autant de situations vécues par les exilés espagnols. L’auteur s’emploie à analyser la politique d’internement du Régime de Vichy et sa mise en place effective au sein de différents camps du sud-ouest de la France à travers l’exemple des camps du Récébédou, de Noé, du lieu-dit Les Pescayres, de Septfonds, de Brens et du Vernet. Le rôle décisif des Espagnols dans la Résistance dans le sud‑ouest de la France, et en particulier en Haute-Garonne, est mis en lumière par l’auteur. Il décrit l’engagement crucial du Parti communiste d’Espagne dans ce processus ainsi que le rôle joué par des personnalités emblématiques – telles que l’instituteur asturien Francisco Pozań – et s’intéresse également à la création de l’Union nationale espagnole (UNE) au cours de l’été 1942. À la fin de ce chapitre, Richard Marin ne manque pas d’évoquer la célèbre opération « Reconquista de España » lancée en octobre 1944 dans le Val d’Aran et l’échec cuisant des guérilleros pensant pouvoir renverser le régime franquiste. Là encore, l’importance de la ville de Toulouse est soulignée : l’hôpital Varsovie, fondé à cette occasion par des résistants républicains espagnols et situé dans le quartier Saint-Cyprien, joua un rôle décisif dans l’accueil des rescapés de cet épisode dramatique.

4Dans un troisième et dernier chapitre, intitulé « Les ressacs de la mémoire », Richard Marin se propose d’étudier ce qu’il qualifie d’« effervescence mémorielle » et dessine les contours d’une « archéologie de cette mémoire » en prenant le soin de distinguer la mémoire de la génération des exilés eux-mêmes de celles de leurs enfants nés en France. La Haute‑Garonne et Toulouse en particulier occupent à cet égard une place centrale. De par ses nombreux rassemblements, congrès et publications consacrées à ce sujet, la ville rose s’impose rapidement comme la capitale politique de l’exil. Malgré des initiatives communes telles que la création du Comité toulousain pour l’Espagne au milieu des années 1960, Richard Marin souligne les profondes divisions entre les différentes familles politiques de l’exil. Après avoir rappelé l’importance de Toulouse comme siège des organisations politiques et syndicales anarchistes et socialistes, il décrit avec justesse l’intense activité culturelle autour de l’exil qui s’y déploie. Des lieux emblématiques tels que l’Ateneo, le Casal Català ou encore la Librairie des éditions espagnoles jouèrent en effet un rôle majeur dans la transmission de la mémoire de l’exode républicain. Les Amis du Teatro Español et plusieurs artistes de l’exil sont également évoqués comme acteurs déterminants de ce que l’auteur nomme « une hispanité combative ». À partir de la fin des années 1990, dans un contexte ou le « devoir de mémoire » devient de plus en plus prégnant, une nouvelle mémoire prend forme : celle de la deuxième génération, en rupture avec la première, et qui se manifeste par l’émergence d’un « nouveau panthéon républicain » et la multiplication d’associations dédiées. La prise en compte de la mémoire de l’exil par les pouvoirs publics locaux, l’édification de lieux mémoriels et une intense activité culturelle consacrée à cet épisode historique accompagnèrent et dynamisèrent cette mutation à partir des années 2000, tout particulièrement à Toulouse et dans le sud‑ouest de la France. L’ouvrage s’achève néanmoins sur une interrogation portant sur la pérennité de la transmission de cette mémoire.

  • 2 Parmi les références incontournables figurant dans la bibliographie, L’exil des républicains espagn (...)

5De par sa clarté d’exposition et la pertinence des sources utilisées, l’ouvrage de Richard Marin permet à un lecteur non spécialiste d’appréhender on ne peut mieux les caractéristiques de l’exil républicain espagnol et de mesurer le rôle crucial de Toulouse et de sa région dans cette histoire. En n’omettant aucune facette de cet épisode douloureux mais non moins passionnant du siècle passé, cette synthèse de grande qualité constitue à n’en pas douter une invitation à se plonger dans des monographies plus denses sur ce sujet2.

Haut de page

Notes

1 La collection « Cette année-là », dirigée par Didier Foucault, « revisite l’histoire d’une ville à partir d’une date marquante de son passé ».

2 Parmi les références incontournables figurant dans la bibliographie, L’exil des républicains espagnols en France de Geneviève Dreyfus-Armand et La France des camps. L’internement, 1938-1946 de Denis Peschanski occupent une place de choix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marin, « Richard Marin, “1939. La Retirada, exode des républicains espagnols” »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 169-171.

Référence électronique

Vincent Marin, « Richard Marin, “1939. La Retirada, exode des républicains espagnols” »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9774

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search