Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Comptes rendus d’ouvragesMiguel Ángel Ruiz Carnicer (dir.)...

Comptes rendus d’ouvrages

Miguel Ángel Ruiz Carnicer (dir.), “Una juventud en tiempo de dictadura, El Servicio Universitario del Trabajo (SUT), 1950‑1969

Madrid, Catarata, 2021
Jérémy Léger
p. 173-176
Référence(s) :

Miguel Ángel Ruiz Carnicer (dir.), Una juventud en tiempo de dictadura, El Servicio Universitario del Trabajo (SUT), 1950-1969, Madrid, Catarata, 2021, 268 pages.

Texte intégral

1Juchée sur une mule, une jeune femme parcourt une zone rurale désolée de l’Espagne du milieu du xxe siècle, une chemise marquée des initiales S.U.T. sous le bras. La photographie en noir et blanc qu’arbore la couverture de l’ouvrage plante efficacement le décor. Au cours des années 1950 et 1960, pas moins de treize mille étudiants sont passés par le Servicio Universitario del Trabajo (SUT) et ont ainsi partagé la vie et les conditions de travail d’agriculteurs, d’ouvriers et d’autres travailleurs manuels, au travers de camps de travail, de campagnes d’alphabétisation et du « trabajo dominical ». Pensé comme un instrument de propagande et de promotion phalangiste, ce service a conduit une partie de la jeunesse universitaire espagnole à rencontrer une autre Espagne, restée en marge des bénéfices du « milagro económico », fondé sur l’industrialisation et le tourisme de masse. Cette expérience incarnée de l’injustice sociale et de l’inaction des pouvoirs publics a su générer au sein de l’université espagnole la montée en puissance d’une opposition au régime franquiste. C’est au travers de cette entreprise singulière, comparable à d’autres menées en Europe, que les auteurs de l’ouvrage tentent de percevoir et d’expliquer le changement politique et social à l’œuvre au sein des classes moyennes, sous la dictature.

  • 1 Georgina Brewis, A social history of student volunteering. Britain and beyond, 1888-1980, London, P (...)

2Plusieurs travaux ont déjà démontré, dans des contextes différents, l’importance des activités de volontariat et d’engagement social des étudiants, en lien avec leur politisation au cours des années 1960, comme moyen d’apprentissage de la citoyenneté participative et solidaire1. Les chercheurs espagnols se sont intéressés à cette question, à l’initiative de l’Asociación de Amigos del SUT (AASUT) et du groupe de recherche animé depuis l’université de Saragosse par Miguel Ángel Ruiz Carnicer, historien spécialiste de la jeunesse et du milieu universitaire qui dirige cet ouvrage collectif. Le livre est rédigé à douze mains par trois historiens professionnels – en plus de Ruiz Carnicer, Javier Muñoz Soro et Nicolas Sesma –, tous spécialistes du franquisme, et trois témoins, anciens sutistas.

3En s’intéressant à la population étudiante passée par le SUT, les auteurs entendent mettre la focale sur des cadres intermédiaires de la société espagnole de l’époque et identifier de la sorte les classes moyennes – dont la sociologie, avec Louis Chauvel, a montré toute l’insaisissabilité – de l’Espagne franquiste. Pour y parvenir, les auteurs fondent leur travail, en premier lieu, sur l’exploitation des archives et témoignages oraux et écrits, préalablement recueillis par l’AASUT.

4Dans une assez dense introduction, Miguel Ángel Ruiz Carnicer déclare les intentions des auteurs et définit la méthodologie de l’ouvrage. Revendiquant une approche microhistorique et se défendant de toute nostalgie – sans que jamais il n’y ait place pour le doute –, les trois historiens, en prolongation du travail de tout le groupe de recherche lié à l’Université de Saragosse, ont mis à profit les contacts et l’expérience des « vétérans » du SUT pour dégager un discours alternatif à celui de l’Espagne officielle. S’inspirant des history workshops anglo‑saxons, initiés par l’historien de tradition marxiste Raphael Samuel dans les années 1970, les auteurs se départissent du mépris de l’histoire universitaire envers les travaux d’historiens amateurs et autodidactes. Ils assument pleinement le fait que leur ouvrage ne réponde pas totalement aux canons académiques en affirmant que « l’histoire se construit aussi socialement et est une discipline qui doit établir un dialogue avec la société, sans que cela ne suppose de porter atteinte à sa rigueur et sa solidité scientifique » (p. 25).

  • 2 From Mobilization to Civil War. The Politics of polarization in the Spanish City of Gijón, 1930-193 (...)
  • 3 Il lungo viaggio attraverso il fascismo. Contributo alla storia di una generazione, Milano, Feltrin (...)
  • 4 Fear and Progress. Ordinary lives in Franco’s Spain, 1939-1975, Oxford-Malden, Wiley-Blackwell, 201 (...)

5Pour reconstruire le plus fidèlement possible l’expérience du SUT, par le bas (« a pie de calle »), à l’instar des travaux sur la mobilisation de la société conduits par l’historienne américaine Pamela Radcliff2, Miguel Ángel Ruiz Carnicer présente la méthodologie utilisée pour traiter ce qu’il nomme des « sources actives » et ainsi lever les réserves du lecteur contre une potentielle « contamination » (p. 18) ou dit autrement une altération des faits – volontaire ou non – par les témoins. L’ouvrage collectif se fonde donc sur l’exploitation de documents variés (écrits, photographies, dessins, objets, etc.) réunis à partir de 2017 à l’initiative de l’AASUT, et sur l’information récoltée lors d’entretiens semi-directifs, réalisés à l’aide d’un questionnaire d’une vingtaine d’items rigoureusement construit par les membres du groupe de recherche et reproduit soigneusement à destination du lecteur en annexe. Reconnaissant également leur dette envers leurs devanciers, parmi lesquels des spécialistes du fascisme et du franquisme, à commencer par Ruggiero Zangrandi3 ou plus récemment Antonio Cazorla4, les auteurs parviennent à reconstituer la quotidienneté et la matérialité, ainsi que l’esprit de l’expérience du SUT, en démontrant par la même occasion la faillite de la proposition franquiste à la jeunesse.

6Dans leur effort pour aboutir à une représentativité de leur corpus, les auteurs ont rigoureusement tenu à montrer l’action et la place importante occupée par les femmes au sein du SUT, notamment dans les campagnes d’alphabétisation. Si cette présence et cette participation féminines sont numériquement établies grâce au détail des témoignages et des archives consultées par les historiens, on peut cependant regretter qu’elles soient moins visibles dans la production-même de l’ouvrage, à l’exception notable du prologue donné par Manuela Carmena, ancienne juge et maire de Madrid à la tête d’une coalition de gauche entre 2015 et 2019. L’expérience de l’ancienne édile, passée dans sa jeunesse par le camp de travail sutista de Tiptree dans la grande banlieue londonienne, aurait pu, à notre sens, mériter un chapitre.

7Dans son économie générale, cet ouvrage collectif se divise en trois grands blocs. Toujours de la plume du même auteur, la première partie a vocation à planter le décor et à mettre en contexte le SUT. À cet effet, le premier chapitre retrace son histoire depuis sa genèse et notamment le rôle qu’y a joué la figure singulière du père jésuite José María de Llanos (1906-1992), passé de confesseur de Franco sensible aux idées phalangistes dans les années 1940 à prêtre-ouvrier, leader syndical et militant communiste – et par définition antifranquiste – dans la seconde moitié des années 1950. Cette partie chronologique et factuelle – sur le fonctionnement et la direction du service – n’en présente pas moins les références idéologiques ayant nourri le projet et donne au lecteur les cadres nécessaires à la compréhension de cette expérience vécue par « une jeunesse en temps de dictature ». Miguel Ángel Ruiz Carnicer propose un découpage chronologique de l’existence du SUT, en quatre périodes entre 1950 et 1969, qui s’affranchit de la chronologie communément admise concernant la dictature espagnole – en particulier, la dichotomie classique entre premier et second franquisme et la révise en esquissant les contours de ce que l’on pourrait nommer davantage un « franquisme central ».

8La deuxième partie qui s’organise en trois chapitres, chacun confié à l’un des témoins vétérans du SUT, est une description détaillée, nourrie par leurs souvenirs, des principales activités de ce service. Emilio Criado Herrero, chercheur au CSIC et ancien membre du camp de travail du bassin minier de Turón dans les Asturies (1966-1968), se charge dans le deuxième chapitre d’une présentation générale de ces dits camps de travail à travers le pays. L’économiste Álvaro González de Aguilar, ancien inspecteur et directeur des camps de travail (1967-1968), dédie le troisième chapitre aux campagnes d’alphabétisation et aux activités culturelles connexes – comme le théâtre – dans l’España vacia, pour reprendre une expression d’actualité popularisée par le journaliste Sergio del Molino (La España vacia, Madrid, Ed. Turner, 2016), à partir d’exemples des campagnes menées dans les zones rurales des provinces de Grenade, León et Teruel, au cours des années 1960. Antonio Ruiz Va, économiste et spécialiste en management d’entreprise, ancien chef du camp de travail d’ASTANO, chantier naval de la région de Ferrol en Galice, s’acquitte d’un quatrième chapitre sur le « trabajo dominical », dit autrement l’aide sociale, d’abord improvisée, fournie par les étudiants dans les quartiers populaires et ouvriers des banlieues des grandes villes espagnoles, dans le but d’y réduire la misère.

9La troisième partie, enfin, est composée de deux chapitres analytiques que l’on doit respectivement aux historiens professionnels, Javier Muñoz Soro et Nicolas Sesma. Le premier revient dans un cinquième chapitre sur la dimension initiatique du SUT, qui peut être considérée comme un rite de passage ayant constitué un vecteur de socialisation tant politique que culturel pour plusieurs générations estudiantines. Javier Muñoz Soro évalue la portée politique de la prise de conscience par ces jeunes lettrés de la misère et de la nécessité d’une plus grande justice sociale, constat qui les conduit progressivement de l’engagement social à une évolution idéologique, d’un positionnement souvent amène à l’égard du régime à une prise de position antifranquiste clandestine. L’historien démontre que le SUT, comme foyer de politisation de la jeunesse, a été fondamental dans le changement de la trajectoire politique de nombreux étudiants de l’époque. Dans la veine de Pensar bajo el franquismo (1979) du sociologue espagnol Juan Francisco Marsal, Nicolas Sesma, quant à lui, dans le sixième et dernier chapitre, s’intéresse aux aspects sociologiques de l’expérience sutista à partir de l’analyse des témoignages des vétérans. Il explique comment la découverte du monde du travail manuel et l’appréhension de ces problématiques (pénibilité, précarité salariale, dangerosité, etc.) ont contribué au rapprochement de la société espagnole, et notamment à l’intégration de la culture des vaincus, notamment à travers l’exemple du romancier Manuel Vázquez Montalbán (1939-2003). Nicolas Sesma met en évidence que l’expérience du SUT a contribué à créer une empathie des classes moyennes – essentielle, par la suite, dans la construction de l’identité démocratique – envers l’Espagne profonde, terre d’immuabilité, de misère et d’analphabétisme, qu’ont si bien dépeinte Maurice Legendre puis Luis Buñuel dans le documentaire Las Hurdes. Tierra sin pan (1933), ou encore Miguel Delibes dans Los santos inocentes (1981). De cette empathie découle l’implication sociale de ces « capas mesocráticas », porteuses de revendications professionnelles et forces de contestation notamment face à la répression orchestrée par le régime.

10En somme, en évitant l’écueil d’une trop grande hétérogénéité, en dépit de la multiplicité des auteurs, et de manière efficace et synthétique – comme en témoigne sa forme ramassée –, cet ouvrage collectif fait œuvre utile en permettant au lecteur de saisir le changement politique et social à l’œuvre sous le franquisme, par une approche originale.

Haut de page

Notes

1 Georgina Brewis, A social history of student volunteering. Britain and beyond, 1888-1980, London, Palgrave Macmillan, 2014.

2 From Mobilization to Civil War. The Politics of polarization in the Spanish City of Gijón, 1930-1937, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

3 Il lungo viaggio attraverso il fascismo. Contributo alla storia di una generazione, Milano, Feltrinelli, 1962.

4 Fear and Progress. Ordinary lives in Franco’s Spain, 1939-1975, Oxford-Malden, Wiley-Blackwell, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Léger, « Miguel Ángel Ruiz Carnicer (dir.), “Una juventud en tiempo de dictadura, El Servicio Universitario del Trabajo (SUT), 1950‑1969 »Rives méditerranéennes, 64 | 2023, 173-176.

Référence électronique

Jérémy Léger, « Miguel Ángel Ruiz Carnicer (dir.), “Una juventud en tiempo de dictadura, El Servicio Universitario del Trabajo (SUT), 1950‑1969 »Rives méditerranéennes [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rives/9785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.9785

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search