Navigation – Plan du site

Présentation

C’est en 1870 que cette revue naît à Montpellier – où elle est encore publiée aujourd’hui. Elle est alors l’émanation d’une Société pour l’étude des Langues Romanes, fondée l’année précédente, où voisinent des philologues confirmés, des notables montpelliérains cultivés et des félibres, liés donc au mouvement de renaissance littéraire de la langue d’oc. La Revue naît dans le contexte d’une romanistique qui est alors dominée nettement par la science allemande, ce qui, après la défaite de 1870 face à la Prusse, lui confère une certaine aura patriotique. Elle incarne l’ambition de créer une dynamique scientifique en « province » alors qu’il est admis que c’est à Paris que la vraie science s’élabore.

Les premières années font voisiner dans les pages de la revue aussi bien des études sur les langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl que des éditions de textes occitans ou catalans médiévaux non littéraires, des études concernant d’autres langues romanes, sans oublier la littérature d’oc contemporaine : une bonne partie des félibres les plus importants pourvoit la revue en poèmes inédits. La rubrique Critique de chaque numéro permet d’informer par des comptes rendus sur ce qui est publié ailleurs qu’à Montpellier en romanistique, quitte à polémiquer, plus ou moins cordialement, avec ce qui est, à partir de 1872, la grande rivale, la Romania des Parisiens Paul Meyer et Gaston Paris.

Cette première période se clôt dans les années 90 avec l’effacement de la participation félibréenne, malgré la présence, parmi les animateurs de ces années, de Camille Chabaneau, félibre, mais surtout maître de conférences pour la langue d’oc médiévale de la Faculté des lettres depuis 1878. Du coup, la revue prend une tonalité plus universitaire et, dans le même temps, s’ouvre à d’autres langues romanes comme le romanche, l’italien etc. La part du français croît également avec l’arrivée de Maurice Grammont qui, entre les deux guerres mondiales, va devenir l’animateur principal de la revue, et la dialectologie s’impose également grâce à la participation de Dauzat, Millardet ou Anglade. L’entre-deux guerres voit du même coup le champ des curiosités de la revue se resserrer autour du seul « gallo-roman ». Au demeurant, le rythme des publications se ralentit du fait de difficultés matérielles et financières. D’ailleurs, la seconde guerre mondiale impose la suspension de la publication de la revue.

Elle renaît à la Libération, désormais comme émanation directe de la Faculté des lettres de Montpellier qui a définitivement pris le relais de la Société initiale, ce qui n’empêche d’ailleurs pas le retour d’un intérêt pour la langue et la littérature d’oc qui s’était quelque peu estompé pendant la période précédente, à l’exception donc de la dialectologie. Les animateurs de l’après-guerre, Édouard Bourciez jusqu’en 1958, puis Charles Camproux, qui se succèdent à la chaire d’études romanes de la Faculté, sont tous deux sensibles à la dimension occitane, en particulier le second, écrivain d’oc et militant occitaniste. Cette dimension occitane s’accentue par la suite, avec l’arrivée de Robert Lafont et de ses élèves, l’équipe du CNRS, avec Philippe Gardy et Philippe Martel, qui ouvrent la revue à des études d’histoire littéraire moderne et contemporaine ou de sociolinguistique, sans que cela implique d’ailleurs l’abandon de tout intérêt pour d’autres langues romanes. Ainsi, grâce à la constante fidélité du regretté Jean Dufournet, longtemps président du comité de rédaction, la Rlr se taille une place de choix parmi les revues qui s’intéressent à la littérature d’oïl médiévale. Depuis 1982, la Revue des Langues Romanes a adopté le mode de fonctionnement qui est encore le sien, sous la direction de Paul Fabre, Jean-Marie Petit, d’abord, puis Gérard Gouiran, et depuis peu, de Gilda Caiti-Russo, tous deux professeurs d’occitan, et médiévistes.

La Revue des Langues Romanes va bientôt fêter ses 150 ans, ce qui fait d’elle la plus ancienne des revues de romanistique françaises, et l’une des plus anciennes d’Europe. Pour autant, son histoire n’est pas terminée, et elle s’engage courageusement aujourd’hui dans l’aventure toute moderne du numérique.

Longa mai !

  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals