Navigation – Plan du site
Esta canso es faita d’aital guia... Études sur la chanson de geste occitane

Avant-propos

Marjolaine Raguin-Barthelmebs
p. 1-13

Texte intégral

1. L’écriture épique en occitan, actualité de la question

1Esta canso es faita d’aital guia, c’est ainsi que Guilhem de Tudela, auteur de la première partie de la Chanson de la Croisade albigeoise cherche à identifier son texte et à l’inscrire dans une histoire littéraire et culturelle. Cette chanson est faite de la même manière que celle d’Antioche, elle a les mêmes mélodie et versification ; autrement dit, composer un texte épique occitan au début de ce XIIIe siècle, c’est composer selon une série de règles et, en s’inscrivant dans un contexte, faire sien un héritage. De ce simple vers de prologue il faudrait étudier et expliquer les variantes, la langue, le sens ; prendre la mesure des effets d’un tel énoncé sur la composition, tenter de se trouver renseignés sur les connais-sances littéraires de l’auteur, sur les intertextualités estimables au regard du corpus épique qui nous est parvenu etc. C’est là le pacte de l’auteur, et c’est la tâche du critique et du philologue d’expliciter les processus et circonstances de la genèse, de la composition, de la conservation et de la transmission d’un texte, afin d’œuvrer à l’établissement de son sens.

2Les études sur l’écriture épique occitane dépendent de disciplines et de champs distincts. Doit être pris en considération pour saisir l’histoire de leur développement et ses perspectives futures le fait que l’écriture épique occitane est avant tout, un document (<écriture>), puis un style (<épique>), puis finalement l’expression d’une variété linguistique (<occitan>). De telle sorte que ces études intéressent la philologie, l’histoire des littératures et leur critique, y compris orales ; tout comme la linguistique et l’histoire. Nos études s’inscrivent dans les traditions de la romanistique, de l’histoire et de la rhétorique, avant d’intéresser la provençalistique, c’est à nos yeux un élément essentiel que rappelait déjà Jean-Pierre Chambon (2015, 27-29). On peut toujours étudier le texte seul, mais sola scriptura n’a jamais signifié une étude hors de l’histoire des traditions : manuscrites, historiques, culturelles et scientifiques.

3Ainsi, réfléchir à l’histoire et aux développements des études de la littérature épique occitane, c’est dans un premier temps faire un saut dans le temps et élargir son regard.

4Avec les travaux de Gaston Paris (1865), Léon Gautier (1865-1868), Pio Rajna (1884), Philipp-August Becker (1896, 1907), Joseph Bédier (1908-1913), Edmond Farral (1910) Ferdinand Lot (1958) et Ramón Menéndez Pidal (1959) furent élaborés au XIXe siècle (en écho au romantisme de Herder et des frères Grimm), puis au cours de la première moitié du XXe, les grands travaux sur l’histoire et la genèse de la chanson de geste, influencés par les questions des origines savantes ou populaires, écrites ou orales. La seconde partie du XXe siècle fut, après des prémices dans l’aire anglo-saxonne, celle du développement des études stylistiques des gestes romanes et de leur composition formulaire, sur les modèles des travaux développés pour la littérature homérique d’abord et pour les traditions épiques orales persistant notam-ment dans les Balkans ensuite ; ainsi les travaux de Milman Parry (1928 1930, 1932), Jean Rychner (1955), Albert Lord (1960), Joseph Duggan (1973), James Miles Foley (1985, 1988), Jean-Pierre Martin, (1987, 1992), Edward Heineman (1993) et François Suard (1994). On pensera de même aux travaux d’Italo Siciliano (1940, 1968), Maurice Wilmotte (1942), Jean-Frappier (1955), Aurelio Roncaglia (1959), Paul Zumthor (1972), Jeanne Wathelet-Willem (1975), Alberto Limentani (1977), Madeleine Tyssens (1988), ou Dominique Boutet (1993), et à ceux conduits sous l’égide de la société Rencesvals qui fêtait à Liège en 2005 ses cinquante ans d’études épiques (Nadine Henrard (dir.), 2008).

5Marquants pour le développement des études de l’écriture épique en langue d’oc furent les travaux d’histoire de la littérature, d’édition, de critique et de localisation de textes menés par Claude Fauriel (1846, au titre de précurseur), Immanuel Bekker (1829), Paul Meyer (notamment 1867), Alfred Brossmer (1903), Giulio Bertoni (1912, 1917), Mario Roques (1932-1956), Eugène Martin-Chabot (1957-1961), Martín de Riquer (1952, 1969), Mary Hackett (1955), Max Pfister (1970), Rita Lejeune (1979), Eliza-Miruna Ghil (1989), Robert Lafont (1991, 2002), Gérard Gouiran (avec Robert Lafont 1991 ; 2016 ), Charmaine Lee (1991), Maurice Berthe / Ricardo Cierbide et al. (1995), Olivier Naudeau (1997), François Zufferey (2000), Carol Sweetenham / Linda Paterson (2003), Hans-Christian Haupt (2003), Dorothea Kullmann (2013), Paolo Di Luca (2014), Marjolaine Raguin (2015).

6Rappelons enfin peut-être pour souligner l’importance de la tradition de l’étude des textes narratifs d’oc, pour le dévelop-pement des méthodes de notre science que le Ferabras occitan est le premier texte de l’histoire de la philologie romane à être publié avec un stemma dans l’édition qu’en donna Immanuel Bekker en 1829 (Formisano, 1987).

2. Ce numéro

7Ce numéro thématique consacré à la chanson de geste et à l’écriture épique en occitan au Moyen Âge avait pour ambition d’insuffler un nouvel élan à nos études philologiques et littéraires face à la rude concurrence d’une prédilection des philologues pour la lyrique provençale. Ce sont là des effets dont on prendra la mesure à plus long terme, en persévérant dans l’espérance que les bonnes volontés continueront de se saisir de ces objets, avec la conscience notamment de la dimension pleinement romane de ces littératures.

8Il est néanmoins d’ores et déjà possible de soutenir que les travaux rassemblés ici soulèvent un certain nombre de questions posées par ces corpus épiques de langue d’oc que sont la chanson de geste proprement dite, la lettre épique, et la chanson de geste historiographique.

9Les auteurs de ces contributions, posent d’anciennes ou de nouvelles questions, et tâchent d’y répondre avec des propo-sitions et des outils renouvelés. C’était là l’objectif. À l’évidence, nul ne saurait jamais se trouver pleinement satisfait, néanmoins il y a là, à notre sens, des raisons valables de se réjouir.

10Nous sommes parvenue à réunir des travaux portant sur une part étendue d’un corpus épique occitan, par ailleurs réduit à onze textes. Ainsi, la Chanson d’Antioche occitane, la Chanson de la Croisade albigeoise, le Poème de la guerre de Navarre, Roland à Saragosse, Ronsasvals, Daurel et Beton, et la lettre épique de Raimbaut de Vaqueiras sont ici étudiés.

11Les approches des textes sont diverses. On en notera ici quelques lignes de forces. Sont ainsi étudiés :

  • l’exploitation des motifs littéraires et culturels traditionnels (Marie Blaise, Finn Sinclair, Charmaine Lee),

  • les liens d’intertextualités avec les corpus narratifs, et la typologie et la formation des genres littéraires (Marie Blaise, Carol Sweetenham, Marjolaine Raguin, Paolo Di Luca, Dorothea Kullmann, Charmaine Lee),

  • l’écriture de l’histoire à travers la chanson de geste et le façonnement par l’auteur de la réception (Carol Sweetenham, Finn Sinclair, Charmaine Lee),

  • les procédés stylistiques mis en œuvre pour la composi-tion des textes épiques et l’écriture dite formulaire, ainsi que les interférences linguistiques entre corpus épiques français, occitans, anglo-normands et franco-italiens (Claude Buridant, Dorothea Kullmann, Marjolaine Raguin, Charmaine Lee),

  • l’interrogation d’un texte et d’un genre littéraire à travers sa tradition manuscrite (Paolo Di Luca).

12Nous espérons que, sans y trouver des réponses définitives, notre communauté trouvera ici une certaine stimulation. À l’heure où naissait dans notre esprit l’idée de ce numéro, nous souhaitions que les études réunies puissent marquer un vrai pas en avant par leurs conclusions comme pour l’élan et le regain d’intérêt qu’elles pourraient susciter et, dans une certaine mesure, nous espérons que le lecteur partagera avec nous le plaisir de lire ces travaux.

3. Méthode et perspectives

13On le constate à travers les axes de travail retenus par les auteurs de ce numéro thématique, la recherche actuelle dans notre domaine trouve le cœur de ses préoccupations dans les questions de genèse des genres et des relations d’intertextualité, de langue de l’épique et des rapports de l’épique occitane à l’écriture française, s’intéressant aussi à la portée idéologique de l’écriture de l’histoire.

14En termes de méthode et de perspectives, il semble souhaita-ble de continuer à interroger ces corpus de la sorte, étudiant chaque œuvre en partant de sa matérialité inscrite dans l’espace et le temps et dont témoigne sa tradition manuscrite, sans négliger les aspects d’intertextualité romane et l’inscription fondamentale du genre épique dans l’histoire (sans négliger donc les corpus documentaires), et en dialogue avec la lyrique (partage de motifs, mais aussi de circonstances de composition).

15De même, les études intertextuelles, attachées à la typologie du genre, ou linguistiques – notamment sur l’exemple de Max Pfister (1970, Girart de Roussillon) et Jean-Pierre Chambon (2015, étudiant un autre genre narratif, les novas ou roman de Flamenca) – pour la localisation des textes et de leurs auteurs par le lexique, au-delà des questions souvent insolubles de scripta étudiées par la morphologie ou la graphie, semblent grandement souhaitables.

16Si les textes épiques occitans ont bénéficié, pour bonne part et comme le reste du corpus narratif, d’éditions scientifiques de qualité, on se réjouira de voir ici un nouveau stade de l’avancée des travaux de Claude Buridant pour son édition du Ferabras occitan.

17Alors que nous avions à l’esprit un numéro accueillant toute approche philologique ou plus proprement littéraire du corpus épique occitan, il semble important de relever que deux axes manquent ici : les questions d’édition de texte et la réflexion métahistorique sur l’histoire des études de la chanson de geste en langue d’oc. Ces deux absences sont révélatrices des questionnements actuels et d’inévitables achoppements, et semblent appeler à une continuation.

Haut de page

Bibliographie

AA. VV., La technique littéraire des chansons de geste, Faculté de philosophie et lettres de l'Université de Liège, Paris : Les Belles Lettres ; Liège: Université de Liège, 1959.

Aebischer, Paul, Rolandiana et Oliveriana : Recueil d'études sur les chansons de geste, Genève, Droz, 1976.

Becker, Philipp-August, Die altfranzösische Wilhelmsage und ihre Beziehung zu Wilhelm dem Heiligen, Halle, Niemeyer, 1896.

Becker, Philipp-August, Grundriss der altfranzösischen Literatur. 1 : Älteste Denkmäler. Nationale Heldendichtung, Heidelberg, Winter, 1907.

Bédier, Joseph, Les légendes épiques, Paris, Honoré Champion, 4 vol., 1908-1913.

Bekker, Immanuel (éd.), Der Roman von Fierabras, provenzalisch, Berlin, G. Reimer 1829.

Bertoni, Giulio, « Note al testo di Aigar e Maurin », Romania 41, 1912, 401-405.

Bertoni, Giulio, « Nuove correzioni al testo di Aigar e Maurin », Archivum romanicum 1, 1917, 224-226.

Boutet, Dominique, La chanson de geste : forme et signification d'une écriture épique du Moyen Âge, Paris : PUF, 1993.

Boyer, Régis / Buschinger, Danielle / Crépin, André / Flori, Jean / Paquette, Jean-Marcel/ Suard, François / Tyssens, Madeleine / Victorio, Juan, L'épopée, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 49), 1988.

Brossmer, Alfred, « Aigar et Maurin Bruchstücke einer Chanson de geste nach der einzigen Handschrift in Gent neu herausgegeben », Romanische Forschungen 14, 1903, 1-102.

Chambon, Jean-Pierre, « Un auteur pour Flamenca ? », Cultura neolatina, vol. 75, 2015, 229-271.

Chambon, Jean-Pierre, « Quelques réflexions sur l'état présent des études occitanes (textes, dictionnaires, grammaires) », in : Nouvelles recherches en domaine occitan : Approches interdisciplinaires Colloque de l'Association internationale d'études occitanes, Albi, 11 & 12 juin 2009, Wendy Pfeffer, Jean Thomas (éd.), Turnhout, Brepols, 2015, 28-37.

Delbouille, Maurice, « D'où venait la chanson de geste ? À propos du livre d'Italo Siciliano. Les chansons de geste et l'épopée », Cahiers de civilisation médiévale, 1972, vol. 15 (59), 205-221.

Di Luca, Paolo, « Il Romanzo del Conte di Tolosa. Un frammento di chanson de geste occitana ? », Quaderni di filologia e lingue romanze, 29, 2014, 7-36.

Duggan, Joseph, The Song of Roland. Formulaic Style and Poetic Craft, Berkeley, University of California Press, 1973.

Faral, Edmond, Les jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1910.

Fauriel, Claude, Histoire de la poésie provençale. Cours fait à la faculté des Lettres de Paris, 3 vol., Paris, Duprat, 1846.

Foley, James Miles, Oral-Formulaic Theory and Research : An Intro-duction and Annotated Bibliography, New York, Garland, 1985.

Foley, James Miles, The Theory of Oral Composition : History and Methodology, Bloomington, Indiana University Press, 1988.

Formisano, Luciano, « Alle origini del lachmannismo romanzo : Gustav Gröber e la redazione occitanica del Fierabras », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa : Classe di Lettere e Filosofia 9, 1979, 247-302.

Formisano, Luciano, « À propos du "Fierabras" occitan », Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste, t. II. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1987, 1239-1245.

Frappier, Jean, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, 2de édition revue et augmentée, Paris : Société d'enseignement supérieur, 1967 [19551].

Gautier, Léon, Les Épopées françaises, étude sur les origines et l'histoire de la littérature nationale, Paris : V. Palmé, 1865-1868.

Ghil, Eliza Miruna, L'Âge de parage : essai sur le poétique et le politique en Occitanie au XIIIe siècle, New York : P. Lang, 1989.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, Le Roland occitan : Roland à Saragosse, Ronsasvals, Paris: Christian Bourgois 1991.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Le jardin de Bellauda », in : Vergers et jardins dans l’univers médiéval, Aix-en-Provence : CUERMA, Senefiance 28, 1990, 125-137.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Notule sur deux épopées en langue d’oc », Revue des langues romanes 94, 1990, 81-86.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Silhouettes de femmes dans les textes rolandiens occitans et franciens », in : Mélanges de langue et littérature occitanes en hommage à Pierre Bec par ses amis, ses collègues, ses élèves, Poitiers : Université de Poitiers, C.É.S.C.M. 1991, 179-192.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Per lurs armas devon tostemps cantier : Effets d’intertextualité entre certains planhz lyriques et le Ronsasvals », in : Contacts de langues, de civilisations et intertextualité. IIIème congrès international de l'association internationale d'études occitanes, Montpellier 20-26 septembre 1990, 3 vol., Gérard Gouiran (éd.), Montpellier : Centre d’Études Occitanes, Université de Montpellier, 1992, t. III, 907-918.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Tragediante ? Pis encore : jongleur ! ou De l'art de déconsidérer un adversaire : la présentation de l'évêque Foulque de Marseille, par l'Anonyme de "La Chanson de la croisade albigeoise » in : L'anti-cléricalisme en France méridionale, Cahiers de Fanjeaux, 38, 2003, 111-133.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Français contre Montfort ? Les conseils de guerre tenus par Simon de Montfort dans la seconde partie de la Chanson de la croisade albigeoise » in : "Furent les merveilles pruvees et les aventures truvees". Hommage à Francis Dubost, Francis Gingras, Françoise Laurent, Frédérique Le Nan, Jean-René Valette (éd.), 2005, 281-304.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Le troubadour et le seigneur, ou la vision de l’histoire de l’auteur anonyme de la Chanson de la croisade contre les Albigeois », in : Écritures de l’histoire. Littérature, esthétique, psychanalyse, Marie Blaise (dir.), Montpellier, PULM, Cartes blanches, 2008, 93-113.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, « Tolzan cridan : "Tolosa !", e "Cumenge !" l Gascos... Le parallèle commingeois dans la Chanson de la croisade contre les Albigeois », in : L'Aquitaine des littératures médiévales (XIe-XIIIe siècle), Jean-Yves Casanova, Valérie Fasseur (dir.), Paris, PUPS, 2011, 201-222.

Gouiran, Gérard / Lafont, Robert, Études sur la littérature occitane du Moyen Âge, Limoges, Lambert-Lucas, 2016. [recueil de travaux]

Guilhem Anelier de Tolosa, La Guerra de Navarra. Nafarroako Gudua, I : Edición facsímil del manuscrito de la Real Academia de la Historia ; II: Estudio y edición del texto original occitano y de las traducciones al castellano y al euskera, a cargo de Maurice Berthe, Ricardo Cierbide, Xabier Kintana y Julián Santano, Prólogo de Juan Cruz Alli, Pamplona : Gobierno de Navarra, Fondo de Publicaciones, 1995.

c.r. de Max Pfister, Zeitschrift für romanische Philologie 116, 2000, 805-806.

Hackett, W. Mary (éd.), Girart de Roussillon. Chanson de geste, vol. I-III, Paris, Picard, 1953-1955.

Haupt, Hans-Christian (éd.), Le « Roman d’Arles » dans la copie de Bertran Boysset, Tübingen : A. Francke Verlag, 2003.

Heineman, Edward, L’art métrique de la chanson de geste, Essai sur la musicalité du récit, Publications Romanes et Françaises, 205, Geneva : Droz, 1993, 357 p.

Heineman, Edward, « Mémoire, répétition, système esthétique dans la chanson de geste », in : Bruno Roy et Paul Zumthor, [éds], Jeux de mémoire : Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal, Presses de l’Université de Montréal ; Paris, Librairie J. Vrin, 1985, 23-33.

Heineman, Edward, « Sens et effets de sens des unités métriques dans la chanson de geste française », Au Carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste (Actes du Xe Congrès International de la Société Rencesvals, Strasbourg 1985), t. II, Senefiance 21, Aix-en-Provence, CUER MA, 1987, 643-657.

Henrard, Nadine (dir.), Cinquante ans d'études épiques : actes du Colloque anniversaire de la Société Rencesvals (Liège, 19-20 août 2005), Genève : Droz, 2008. (Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l'Université de Liège ; fasc. 294)

Kullmann, Dorothea, « Le pseudo-français des épopées occitanes », in : Emili Casanova Herrero, Cesareo Calvo Rigual (dir.), Actas del XXVI Congreso Internacional de Lingüística y de Filología Románicas. 6-11 septiembre 2010, Valencia, Berlin, de Gruyter, 2013, vol. VII, 267-278.

Lafont, Robert, La Geste de Roland, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 1991.

Lafont, Robert, La source sur le chemin : aux origines occitanes de l'Europe littéraire, Paris, L'Harmattan, 2002. [recueil de travaux]

Lee, Charmaine (éd.), Daurel e Beton, Parma, Pratiche Editrice, 1991.

Lejeune, Rita. « L’Esprit de croisade dans l’épopée occitane », in : Paix de Dieu et guerre sainte en Languedoc au XIIIe siècle, Cahiers de Fanjeaux 4, 1969, 143-173.

Lejeune, Rita, « Le problème de l’épopée occitane », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, t. III, 1972, 147-179.

Lejeune, Rita, Littérature et société occitane au moyen âge, Liège, Marche romane, 1979. [recueil de travaux]

Limentani, Alberto, L'eccezione narrativa : la Provenza medievale e l'arte del racconto, Torino: G. Einaudi, 1977.

Lord, Albert B., The Singer of Tales, Cambridge : Harvard University Press, 1960.

Lot, Ferdinand, Études sur les légendes épiques françaises, Paris, Honoré Champion, 1958.

Mandach, André de, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe, Genève, Droz (Publications romanes et françaises, 69, 77, 134, 156, 177, 203), 6 t.

Marnette, Sophie, « Nord et Sud, chansons de geste d’oc et d’oïl », in : L’Épopée romane : Actes du XVe Congrès International Rencesvals. Poitiers, 21-27 août 2000, éd. Gabriel Bianciotto et Claudio Galderisi, Poitiers : Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale 2002, t. II, 927-935.

Martin, Jean-Pierre, « Les motifs dans la chanson de geste. Définition et utilisation », Cahiers de civilisation médiévale, 30, 120, 1987, 315-319.

Martin, Jean-Pierre, Les motifs dans la chanson de geste. Définition et utilisation, Lille, Centre d’études médiévales et dialectales, 3, 1992.

Martin-Chabot, Eugène (éd.), La Chanson de la croisade albigeoise, t. I : La Chanson de Guillaume de Tudèle, 2e éd., Paris, Les Belles Lettres, 1960 ; t. II-III : Le poème de l’auteur anonyme, Paris, Les Belles Lettres, 1957-1961.

Menéndez Pidal, Ramón, La Chanson de Roland y el neotradicionalismo : (origines de la épica románica), Madrid : Espasa-Calpe, 1959. Trad. fr : La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs, Paris, Picard, 1960.

Meneghetti, Maria Luisa, « Tendances contraposées dans le dyna-misme de la culture: le développement de l'épopée française et castillane », Au carrefour des routes d'Europe : la chanson de geste, t. II. Xe congrès international de la Société Rencesvals pour l'étude des épopées romanes, Strasbourg, 1985, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, Senefiance 21, 1987, 897-912.

Meyer, Paul, « Recherches sur l'épopée française », in : Bibliothèque de l'École des Chartes vol. 28, 1867, 28-63, 304-342.

Monteverdi, Angelo, « La laisse épique », La technique littéraire des chansons de geste, Actes du colloque de Liège (septembre 1957), « Biblio-thèque de la Faculté de Philosophie et de Lettres de l’Université de Liège », Paris : les Belles Lettres, 1959, 127-140.

Naudeau, Olivier, « Observations sur la langue de Aigar et Maurin », Romania 115, 1997, 337-367.

Paris, Gaston, Histoire poétique de Charlemagne, Paris, A. Franck, 1865.

Parry, Milman, L’épithète traditionnelle dans Homère ; essai sur un problème de style homérique, Paris, Les Belles Lettres, 1928.

Parry, Milman, « Studies in the Epic Technique of Oral Verse-Making. I : Homer and Homeric Style. » Harvard Studies in Classical Philology 41, 1930, 73-143.

Parry, Milman, « Studies in the Epic Technique of Oral Verse-Making. II : The Homeric Language as the Language of an Oral Poetry. » Harvard Studies in Classical Philology 43, 1932, 1-50.

Paterson, Linda. « Knights and the Concept of Knighthood in the Twelfth Century Occitan Epic », Forum for Modern Language Studies 17, 1981, 115-30.

Pfister, Max. « Das Fragment N des Girart de Roussillon », in : Festschrift Walther von Wartburg zum 80. Geburtstag, 18 mai, 1968. Éd. Kurt Baldinger et Walther von Wartburg. Tübingen : Niemeyer, 1968, t. I, 391-420.

Pfister, Max, Lexikalische Untersuchungen zu Girart de Roussillon, Tübingen, Niemeyer, 1970 (Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie 122).

Pfister, Max« Observations sur la langue de Girart de Roussillon », Revue de linguistique romane 34, 1970, 315-325.

Pfister, Max« Syncope et apocope dans le Girart de Roussillon », in : Mélanges de philologie romane dédiés à la mémoire de Jean Boutière (1899-1967), Irénée Cluzel, François Pirot (éd.), Liège : Soledi, 1971, t. 1, 453-466.

Rajna, Pio, Le Origini dell' epopea francese, Firenze : G. C. Sansoni, 1884.

Raguin, Marjolaine, Lorsque la poésie fait le souverain. Étude sur la Chanson de la croisade albigeoise, Paris : Honoré Champion, 2015.

Riquer, Martín de, Los cantares de gesta franceses : sus problemas, su relación con España, Madrid : Editorial Gredos, 1952.

Riquer, Martín de, « La antigüedad del Ronsasvals provenzal », in : Colóquios de Roncesvalles, Zaragoza 1956, 245-251.

Riquer, Martín de, « Dos notas rolandianas. El segundo Duc Aymon del fragmento de Roncesvalles (v. 97). Un aspecto zaragozano del Rollan a Saragossa provenzal », Revista de Filologia Española 42, 1958-1959, 261-269.

Riquer, Martín de, « La fecha del Ronsasvals y del Rollan a Saragossa según el armamento », Boletín de la Real Academia Española 49, 1969, 211-251.

Roncaglia, Aurelio, « Roland a Saragossa », Cultura neolatina 10, 1950, 63-69.

Roncaglia, Aurelio, « Petit vers et refrain dans les chansons de geste », La technique littéraire des chansons de geste, Actes du colloque de Liège (septembre 1957), « Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et de Lettres de l’Université de Liège », Paris : les Belles Lettres, 1959, 141-159.

Roques, Mario, « Roland à Saragosse et Ronsasvals. Examen comparatif », Romania 69, 1946-1947, 317-361.

Roques, Mario, (éd.), « Ronsasvals », Romania 58, 1932, 1-38 et 161-189.

Roques, Mario, « Roland à Saragosse », Romania 67, 1942, 289-330 ; 68, 1944, 18-42.

Roques, Mario, Roland à Saragosse. Poème méridional du XIVe siècle, Paris, Honoré Champion, 1956 (CFMA 83).

Rychner, Jean, La chanson de geste. Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, 1955.

Segre, Cesare, « Des vies de saints aux Chansons de geste : techniques et centres culturels », in : Société Rencesvals pour l'étude des épopées romanes. VIe Congrès international, Aix-en-Provence, 29 août-4 septembre 1973. Actes, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1974, 303-313.

Segre, Cesare, « Problemi di tradizione di testi romanzi : dai poemetti agiografici alle "chansons de geste" », Concetto, storia, mitti e immagini del Medio Evo, XIV Corso Internazionale d’Alta Cultura, Vittore Branca (éd.), Firenze, Sansoni editore, 1973, 339-351.

Siciliano, Italo, Le origini delle canzoni di gesta : teorie e discussioni, Padova : Casa editrice Dott. Antonio Milani, 1940.

Siciliano, ItaloLes Chansons de geste et l'épopée, mythes, histoire, poèmes, Torino : Società editrice internazionale, 1968.

Suard, François, Chanson de geste et tradition épique en France au Moyen Âge, Caen : Paradigme, 1994. [recueil de travaux]

Sweetenham, Carol / Paterson, Linda M., The Canso d’Antioca : An Occitan Epic Chronicle of the First Crusade, Aldershot : Ashgate, 2003.

Sweetenham, Carol / Paterson, Linda M., « How History Became Epic but Lost Its Identity on the Way : The Half-Life of First Crusade Epic in Romance Literature », Olifant 25, 2006, 435-452.

Tyssens, Madeleine, « Le style oral et les ateliers de copistes », Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à M. Maurice Delbouille, Gembloux, 1964, vol. 2, 659-675

Tyssens, Madeleine, « L’épopée occitane », in : L’épopée, Régis Boyer et al. (dir.), Turnhout : Brepols, 1988 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental 49), 238-240.

Wathelet-Willem, Jeanne, Recherches sur la Chanson de Guillaume : études accompagnées d'une édition, Paris : Les Belles lettres, 1975.

Wilmotte, Maurice, L'Épopée française, origine et élaboration, Paris : Boivin, 1942.

Zufferey, François, « Un fragment de roman provençal en décasyllabes monorimés », in : Carmina semper et chitarae cordi. Études de philologie et de métrique offertes à Aldo Menichetti, Genève : Slatkine 2000, 105-116.

Zumthor, Paul, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972.

Zumthor, PaulLangue et techniques poétiques à l’époque romane, Paris, Klincksieck, 1963.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marjolaine Raguin-Barthelmebs, « Avant-propos », Revue des langues romanes, Tome CXXI N°1 | 2017, 1-13.

Référence électronique

Marjolaine Raguin-Barthelmebs, « Avant-propos », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXI N°1 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/279

Haut de page

Auteur

Marjolaine Raguin-Barthelmebs

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals