Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTOME CXVIII N°2VariaAutour de l'aveu trisyllabique de...

Varia

Autour de l'aveu trisyllabique de Lavine dans le Roman d'Eneas

Aimé Petit

Dédicace

À Monique Gosselin

Texte intégral

  • 1 La lettre D correspond à l’édition Aimé Petit, Paris, Lettres Gothiques, Le Livre de Poche, 1997 ; (...)
  • 2 Dans un passage qui correspond au v. 1360 de D (A 1277) : “Her heizet” sprach si, der « Ê »,/ und d (...)
  • 3 Hue de Rotelande, Protheselaüs, Ein altfranzösischer Abenteuerroman, Göttingen, 1924, p. 31.
  • 4 Ipomedon, poème de Hue de Rotelande (fin du xiie siècle), éd. A.-J. Holden, Paris, Klincksieck, 197 (...)
  • 5 Le Roman de Partonopeu de Blois, éd. par Olivier Collet et Pierre-Marie Joris, Paris, Les Lettres g (...)
  • 6 The Romance of Yder, edited and translated by Alison Adams, D.-S. Brewer Biblio, 1983.
  • 7 Dans ses Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois du Moyen Âge, Paris, Cham (...)

1À partir de l’aveu trisyllabique de Lavine à sa mère dans le Roman d’Eneas1, immédiatement repris par Heinrich von Veldeke2 et qualifié par ailleurs par Franz Kluckow de Wortzerstückelung3, il s’agit d’une réflexion sur l’emploi de ce procédé chez Hue de Rotelande, pour Ipomedon4 et Prothesilaus, dans Partonopeus de Blois5, voire Yder6. Où prend-il place ? Quelles sont sa nature, son origine, sa fonction ? E. Faral pensait en trouver la source dans les Métamorphoses, puis il a permis de le rapprocher de l’Architrenius de Jean de Hanville7. On pourra ensuite élargir jusqu’aux jeux sur l’étymologie. Cela correspond-il à la syllabation ? Faut-il qualifier les mots concernés de mots décomposés (B. Dupriez, Gradus) ou répondent-ils à l’épellation par syllabisation (Littré) ?

2Dans la troisième partie du Roman d’Eneas, la mère de Lavine, découvrant que sa fille aime, l’interroge sur l’identité de l’aimé :

  • 8 Première occurrence, semble-t-il, de sillabe en AF, la seconde figurant dans la Chronique des ducs (...)

Dont n’a Turnus non ton amis ? D 8605 A 8551
Nenil, dame, jel te pluvis.
Et comment dont ? Il a non « E »,
Dont soupira, puis redist « ne
 », D 8608
d’illuec a piece nomma « as »,
tout tramblant li dist et bas.
La roÿne se
porpensa
Et les sillabes8 assambla : D 8612
« Tu m’as dit « E » et « ne » et « as »,
ces letres sonnent
Eneas.
Voire, voire, dame, c’est il. 8615 A 8561

3On appréciera l’ingéniosité du procédé qui découpe le mot en syllabes que l’on peut relier déjà entre elles de manière verticale, sorte d’acrostiches inversés, mis en valeur par le rythme :

8607 : 4 – 3 – 1,
8608 : 4 – 3 – 1,
8609 : 5 – 2 –
1

4Et cela sans oublier le vers cumulatif 8613, constitué intégralement de monosyllabes. On peut apprécier l’originalité formelle de cet aveu, qui a tant impressionné Heinrich von Veldeke qu’il l’employa, on vient de le voir, en premier lieu dans son Éneide, pour le personnage de Didon confiant son amour à sa sœur. Il l’utilise ensuite dans les mêmes circonstances que dans le roman français, mais avec une différence notable : Lavine révèle par écrit à sa mère, présente, le nom de celui qu’elle aime, et l’aveu devient une sorte d’épellation écrite, lettre par lettre :

  • 9 Elle prit sa tablette sur laquelle elle voulait écrire, et un stylet d’or. Elle polissait craintive (...)

Ir tavelen sie nam 0618
und einen griffel von golde,
dar an si scrîben wolde.
Mit angesten plânete sie daz was
und solde scrîben Ênêas,
Dô ir ir mûder urloub gab.
E was der êrste bûchstab,
dar nâch
N und aber Ê.
Diu angest tete ir vile wê.
Dar nâch screib si A unde S.
Do bereite sich diu mûder des und sprach dô si in gelas
« hie stêt Ênêas9 ! »

5Le passage du Roman d’Eneas, l’un des plus marquants de l’œuvre, a suscité la curiosité de Jean-Charles Huchet qui le commente ainsi :

  • 10 Dans Le Roman médiéval, Paris, PUF ; Littératures modernes, p. 53 ; voir aussi pp. 125 et 140-42.

« Lavinia, épelant le nom de l’aimé faute de pouvoir le prononcer (…) soulignera l’illusion ordonnant les rapports entre les sexes : E-NE-AS. Ainsi segmenté, le nom pourra s’entendre comme un message : « il (tu) ne l’a(s) pas, mais je le lui (te) suppose », où se chiffre la condition même du surgissement du désir et de la naissance de l’amour10. »

  • 11 Ibidem, p. 140.

6Laissons de côté ce genre d’exégèse, dont nous avons jadis souligné le caractère pour le moins alambiqué, voire spécieux. Ce qui nous préoccupe davantage, c’est que, revenant ensuite sur ces vers, J.-Ch. Huchet, après avoir évoqué vaguement Edmond Faral, conclut que « l’épellation du nom est une trouvaille de l’adaptateur médiéval11 ».

7Il est vrai qu’E. Faral, dans ses Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois du Moyen Âge avait rapproché cet aveu si singulier dans le roman médiéval de deux passages des Métamorphoses, d’une part dans le livre IX où Byblis, remettant à un esclave une lettre pour son frère Caunus, exprime ainsi son émotion :

  • 12 « Fidèle serviteur, dit-elle, porte cette lettre à mon… et au bout d’un long silence elle ajoute «  (...)

« Feras, fidissime, nostro » 569
Dixit et adjecit longo post tempore ; « fratri.12 »

8Et d’autre part dans le livre X où Myrrha n’ose prononcer le nom de celui qu’elle aime, son père, mais c’est la nourrice qui répond de manière « segmentée » :

  • 13 « Vis donc, dit la nourrice, tu auras ton… » ; elle n’ose dire « ton père ».

« Vive », ait haec, « potiere tuo »et, non ausa, « parente ». 42913

  • 14 Gervais von Melkley Ars poetica, kritische Ausagabe von Hans-Jürgen Gräbener, Aschendorffsche Verla (...)

9Mais ces deux passages ne sont pas formellement convaincants, bien que, dans leur esprit, il s’agisse aussi de réticences. Une trentaine d’années plus tard, E. Faral cite un passage de Gervais de Melkley14 que celui-ci attribue à son maître Jean de Hanville, dans l’Architrenius. Ajoutons, à ce que dit Faral, l’introduction de Gervais :

Precisio
Precisio est quando precidimus aliquid a dictione vel oratione. Hec fit dupliciter : vel per plenam subtractionem vel per interpositam sumptionem sub quadam tamen simulatione non plene dicendi… Interposita sumptio
Fit etiam precisio per interpolatam sumptionem ; secundum quod introducit Iohannis de Hauvilla Caunus interrogantem et Biblidem pavide respondentem cum invenisset eam Caunum dolentem ;
Quis te lesit? A. Quis ? Am. Quis ? Amo. Quis ? Amor. Et iterum cum ipsa vexaret eum :
Quid tibi vis ? Quod a. Quid ? Quod ama. Quid vis ? Quod amare. Quid ? Quod amare ve. Quid vis ? Quo amare velis.

  • 15 Johannes de Hauvilla Architrenius, éd. Paul Gerhard Schmidt ; Wilhelm Fink Verlag, München, 1974. N (...)

10Or ces passages sont absents de l’Architrenius15 ; peut-être, comme le dit Faral, ont-il été inventés par Jean pour les besoins de son enseignement ; en tout cas, on peut reconnaître ici le procédé employé dans le Roman d’Eneas.

  • 16 Rhétorique à Herennius, texte établi et traduit par Guy Achard, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

11Or la praecisio [< praecidere : couper, tailler, trancher] est définie dans la Rhétorique à Herennius16 dans les termes suivants :

  • 17 Ibid., IV, 41 : « Il y a réticence quand, après avoir dit quelques mots, nous laissons inachevé ce (...)

« Praecisio est cum, dictis quibusdam, reliquum quod coeptum est dici reliquitur inchoatum, sic :
« Mihi tecum par certatio non est ideo quod populus Romanus me
nolo dicere, ne cui forte adrogans videat : te autem saepe ignominia dignum putavit17 »

Devant ces différents exemples, on voit combien, pour ce qui est du Roman d’Eneas, la figure appelée réticence est proche de la praecisio, comme le montre ce passage de l’École des femmes cité par H. Morier dans son Dictionnaire de Poétique et de Rhétorique :

Agnès
… Hé ! Il m’a
Quoi ?
Arnolphe
Agnès pris Arnolphe
Agnès
Euh !
le…

Tout cela pour aboutir peu après à :

Il m’a pris le ruban, que vous m’aviez donné

  • 18 Op. cit., p. 31.
  • 19 Aimon von Varennes Florimont. Ein altfranzösicher Abenteuerroman, Göttingen, 1932, p. CXXXIII.

12Mais on aura remarqué qu’ici les mots — des monosyllabes — ne peuvent pas être découpés en syllabes, il n’y a pas épellation. C’est pourquoi, dans un souci de précision, il vaut mieux employer le terme Wortzerstückelung utilisé par F. Kluckow18 que l’on peut traduire par « morcellement, fragmentation de mots ». Un autre terme paraît tout aussi idoine, c’est celui de Silbenzersteilung eines names19 utilisé par A. Hilka : « division, fractionnement en syllabes d’un nom » qui conviendra à tous les cas que nous traitons, en soulignant que dans l’Eneas, il s’agit bien d’une forme de la réticence.

13Dans l’ordre chronologique, un passage comparable figure dans l’Ipomedon de Hue de Rotelande, mais il ne s’agit pas du nom de l’aimé, mais de son surnom, le vallet estrange, formulé par exemple au v. 1421 ou l’estrange meschin au v. 480, car Ipomedon n’a pas donné son nom à La Fière. Ici aussi, c’est une scène d’aveu réunissant La Fière et sa suivante Ismène :

E Ismeine mult se esbloï 1494
E li dit : « Dame, nel celez,
Ki est il ke vus tant amez ? »
En suspirant li respondi,
Quant meulz dut dire, si failli.
« Jas est », fet el, « le estrange va. »
En pece après si li dist : « Ha ! 1500
Dame, ne sai que dit avez
Se vus autrement n’asemblez,
Kar n’i ai entendu nul nun
Ne de parler nule reisun.
Jo vus dis le comencement, 1505
Mes un grant suspir me suprent.
Quant jo tut le meulz dire quit ;
Prenez cel mot ke vus ai dit,
Si l’acreisez un petitet,
Od ce que dis metez un let, 1510
Si entendrez assez pur qui
A tel dolur moir e me oci. »
Imeine dit : « Ne sai cument ;
Va fut vostre cumencement,
Après le va deïstes ha 1515
Le let ovec s’ajustera ;
Vahalet ad nun, est issi ?
Nai, ostez le supir en mi, Dunc l’avrez vus bien entendu. »

  • 20 Allongement de la voyelle après amuïssement du -s implosif dans la deuxième partie du xiie s. (CF. (...)

14Ce passage est d’une importance cruciale, car La Fière, qui s’était auparavant refusée à aimer Ipomedon (vv. 680-88), avoue son amour pour lui à Ismène. Comme dans le Roman d’Eneas, le surnom de l’aimé est décomposé, mais plus que de manière syllabique ; en 4 l(e)estrange va, puis 1 Ha puis 1 en 1510 let. On remarque que la syllabe VA est décomposée en VA–HA, ce qui correspond à la longueur de la voyelle à l’époque20, et nous ne sommes plus dans le domaine de la syllabation pure et simple mais du bégaiement, et l’on comprend que l’éditeur, A.J. Holden, qualifie ce passage de « motif du balbutiement » et le classe dans « la parodie ». Nous pensons qu’ici on peut même parler de bégaiement, et nous observons que le nom de l’aimé n’est pas donné.

15On retrouve le motif du balbutiement dans Partonopeus de Blois où l’épellation en syllabes du nom est préparée par plusieurs interventions interrogatrices d’Urraque (vv. 6689-92, 6959-60, 6969-72 et 7143-48) ; ici l’aveu du nom de l’aimé est précédé d’un autre forme de la réticence, une aposiopèse :

« Car il ne me puet prendre mie 7243
por ço que j’ai esté amie…. »
Quant volt Partonopeus nomer,
Ses diols li trence son parler,
Pasmee chiet sor sa seror 7248
Et quant revient de sa dolor,
Nel puet nomer ; et neporquant,
Balbié l’a en souglotant ;
« Parto…Parto… » a dit sovent,
Puis dist : « …nopeu » molt feblement ; 7852
Et quant a « Partonopeu » dit,
Pasmee ciet desor son lit.

16Nous sommes ici encore proches de l’aveu trisyllabique du Roman d’Eneas, mais le nom est divisé en deux seulement, deux groupes de deux syllabes, Parto et nopeu ; le verbe balbier, « balbutier », est expressément employé par le narrateur pour Mélior.

17Et c’est à une simple scène de balbutiement que nous assistons dans Yder, lors d’un dialogue entre Luguain et Guenloie ; le nom d’Yder est entièrement prononcé tout de suite et décomposé partiellement ensuite sous le coup de l’émotion :

« Com out il non, bels amis chers ? 2695
– Yder » dist il. Elle jette un cri ;
« Yder » volt dire, si dist « I !»
Mes dolurs qui la feit pasmer
Ne li leist « der » od le « I » joster.

18La fragmentation du nom en syllabes n’est plus l’objet d’un aveu dans le second roman de Hue de Rotelande, Protheselaüs. Il s’agit ici, au contraire, d’un abrègement destiné à masquer l’identité du héros

19D’abord Melander s’adresse à Protheselaüs dont il connaît l’identité :

Mais dirrai vus que vous ferrez : 2362
Vos estres pas ne descovrez,
Et si nuls vus met a raison,
Ben li celez vostre dreit nun. 2365
« Prothes » vus nomez, neent plus
Et si relaissez l’» -elaüs » !
Si n’avrez pas menti del tut.
Amis, l’em se deit garder mult
Que par tut ne seit coneü 2370
Par bone garde unc trop ne fu. »

20Bien que nous nous trouvions toujours dans le contexte du dialogue, Melander, par prudence, conseille au héros de modifier son nom en l’abrégeant par une apocope qui est ici la forme prise par la réticence, precisio per substractionem. Non seulement le nom est fragmenté, mais il est amputé de 3 syllabes, c’est, sinon le contraire de l’aveu, une modification du nom qui permet de conserver l’incognito. Il se fera passer pour un écuyer (vv. 2900-03 et 3106-07).

21Plus loin, la reine Medea, qui connaît déjà le nom de Prothesilaüs qu’elle aimait déjà sans jamais l’avoir vu, l’interroge sur son identité :

Puis li ad demandé son nun. 3250
« Dame, Prothes m’apele l’un. »
Cum el oï Prothes
nomer,
Tot li cors li prent a trembler :
Ço fu del nun le començail
En suspirant fait un baail 3255
Et dit : « Ad del nun neent plus ?
– Nenil ! » fait Protheselaüs.

22On aura remarqué que la situation de dialogue n’est plus la même que dans les deux précédentes : cette fois, ce n’est plus une scène de confidence où l’amante révèle le nom de l’aimé, mais au contraire l’aimé qui renâcle à découvrir son identité, car il a alors de bonnes raisons de craindre Medea.

23Prothesilaüs a-t-il réussi ? On peut en douter, puisque, antérieurement la reine, à sa vue, s’est souvenue de son père Ipomedon et que, juste avant ce passage, elle pressent l’identité de notre héros :

Et en son cuer sevent diseit 3246
Qu’il filz Ipomedon esteit
E diseit veir, nel saveit mie.
Trespensee est et esbaïe.

24Mais cette intuition n’est pas suffisante pour l’éclairer, et ce sera Melander qui donnera à la reine le nom de celui qu’elle aime :

Et dit : « Ma dame, il i a plus : 3596
C’est enfin Protheselaüs,
Fiz al bon rei Ipomedon…

25La réticence par apocope, per substractionem, aboutit donc bien à ce qu’elle vise, l’opposé d’un aveu sincère.

  • 21 Op. cit. supra.

26En revanche, c’est en quelque sorte à un aveu que répond la décomposition en syllabes du nom de Romadanaple dans Florimont d’Aymon de Varennes21, mais ici au cours d’un monologue de l’héroïne. Après que sa suivante Cyprienne a essayé de la dissuader d’aimer le Povre perdu, estrainge chevalier, à cause de sa pauvreté indigne du rang de l’héroïne, celle-ci exprime la conscience qu’elle a d’aimer en décomposant son nom en un palindrome syllabique :

Que i puis je dons esgarder ? 7759
Seu me devroit amors mostrer.
Puels qu’ele chalonge son droit,
Bien le moustre, qu’ele vodroit
Torner mon nom, se m’est avis,
Que seu davant fust derrier mis
Et les soulabes dairiaignes 7765
Fussent mises a premeraignes :
Le ‘ple’, le ‘na’, le ‘da’ derrier
Mesist davant a comensier.
Qui droit les savroit asembler,
Plena d’amors poroit trover. 7770
Et qui le ‘roma’ premerain
I vodroit conter dairain,
Se il trestorne letre a letre,
De ‘roma’ i puet ‘amor’ metre.
Qui bien ajoster le savrait, 7775
Plena d’amors i troverait.
Un ‘a’ i ait plus, se m’est vis ;
Por un sospir i serait mis.
Se je ai nom Plena d’amors,
Mes cuers en ait plus de dolors 7780
Et por amor est en grant paigne.

27Il s’agit bien ici d’un palindrome, mais il est en partie syllabique. Un palindrome parfait serait une inversion totale des lettres reprises en ordre inverse, où le mot comme la phrase offrent la particularité de pouvoir se lire aussi bien de gauche à droite que de droite à gauche ; comme dans L’arôme moral, Roma tibi subito motibus ibit amor ou le célèbre N’a-t-elle pas ôté cet os à Pelletan, ce qui donnerait ici ELPANADAMOR ; ici, c’est un palindrome d’abord syllabique, puis un bref palindrome « classique » avec ROMA > AMOR. On observe qu’Aimon de Varennes a pensé à tout, en transformant le ‘a’ subsistant en un soupir. Nous nous trouvons ici très loin de l’aveu arraché à l’amante au cours d’un dialogue. Le palindrome est un jeu verbal au cours duquel l’héroïne se dévoile elle-même, elle s’avoue que, quoi qu’on lui dise, l’amour l’a envahie, prenant possession d’elle-même, – et ici on ne peut pas ne pas songer à Soredamors, sororee d’amors dans le Cligès de Chrétien de Troyes. La fragmentation syllabique révèle un sens caché qu’elle met en valeur ; nous sommes encore une fois à l’opposé de la réticence, on se trouve plutôt aux frontières de l’ethymologie chère à l’auteur de Florimont. Ici encore, la versification épouse l’épellation dans son rythme :

7767 2 – 2 –2 –2
7771 2 – 3 – 3
7774 3 – 2 – 3
7775 4 – 4

28On connaît la manière dont Aymon de Varennes fait l’étymologie de son nom Aymes (vv. 9218-9330), mais il est, auparavant, d’autres exemples de cette pratique, notamment pour le héros Florimont, dont le nom est alors également décomposé :

  • 22 Voir aussi, par exemple, les vv. 124, 445-48, 855-60, 1701-04.

« Cil qui te nomment Florimont 2019
Pas a ton nom faillit nen ont.
Enjandrez fus en Edorie :
En fransois welt dire :
Florie. De Florie fus enjandrez,
Flor del Mont seras apalez. » 202422

  • 23 Dont son dernier éditeur, qui l’intitule Eneasroman, situe l’achèvement vers 1183 (éd. cit., p. 855 (...)
  • 24 Le nom Romadanaple apparaît dès le v. 988.
  • 25 Le verbe silaber apparaît dès le premier tiers du xiiie siècle chez Gautier de Coincy, au sens d’»  (...)

29La plupart de ces passages illustrent l’influence du Roman d’Eneas (vers 1160) sur la génération suivante : Ipomedon (peu après 1180) et Prothesilaüs (avant 1191) de Hue de Rotelande, Partonopeu de Blois (avant 1188), sans oublier l’Eneide d’Heinrich von Veldeke23. Si ce qu’offre en la matière Yder, plus tardif, reste anecdotique, c’est Aymon de Varennes qui manifeste le plus d’originalité dans Florimont (vers 1188), puisqu’il a inventé une sorte de palindrome24 prenant place dans un monologue. Ailleurs, en particulier chez Hue de Rotelande, il s’agit d’un balbutiement qui évolue vers le bégaiement, non sans intentions parodiques. On peut dire qu’à partir d’une figure empruntée aux artes contemporains, l’une des formes de la precisio héritée de l’Antiquité et transmise par l’auteur du Roman d’Eneas, nos auteurs médiévaux manifestent un certain goût pour « les noms décomposés », dont ils jouent avec virtuosité dans l’emploi de l’octosyllabe. Le terme technique qui pourrait s’appliquer à tous les cas est sans doute celui qu’a employé A. Hilka, « fragmentation en syllabes » ; mais on peut utiliser ici le mot syllabation, tel que le définit Littré : « Lecture des mots en les divisant par syllabes, par opposition à épellation [mot qui ne convient qu’à l’aveu écrit par Lavine dans le second passage de l’Eneide d’Heinrich de Veldeke cité25] », à ceci près que nos personnages ne lisent pas, mais qu’ils parlent en vers, en jouant à la fois de la rhétorique et du rythme alors que nous, lecteurs du xxie siècle, lisons la plupart du temps silencieusement.

Haut de page

Notes

1 La lettre D correspond à l’édition Aimé Petit, Paris, Lettres Gothiques, Le Livre de Poche, 1997 ; la lettre A à l’édition J.-J. Salverda de Grave, Paris, Champion, CFMA 44 et 62, 1925 et 1931.

2 Dans un passage qui correspond au v. 1360 de D (A 1277) : “Her heizet” sprach si, der « Ê »,/ und dar nâch NÊ uber lank,/ alsô sie diu minne dwank,/ ê si vollesprâche AS,/ dô weste sie wol wer er was (Éd. D. Kartschoke, vv. 1530-34). “Il s’appelle, dit-elle, “E”, et après de longues hésitations, “NE”, comme l’amour l’y forçait, avant de finir par “AS”. Alors Anna sut qui c’était.

3 Hue de Rotelande, Protheselaüs, Ein altfranzösischer Abenteuerroman, Göttingen, 1924, p. 31.

4 Ipomedon, poème de Hue de Rotelande (fin du xiie siècle), éd. A.-J. Holden, Paris, Klincksieck, 1979.

5 Le Roman de Partonopeu de Blois, éd. par Olivier Collet et Pierre-Marie Joris, Paris, Les Lettres gothiques, Le Livre de Poche, 2005.

6 The Romance of Yder, edited and translated by Alison Adams, D.-S. Brewer Biblio, 1983.

7 Dans ses Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois du Moyen Âge, Paris, Champion, 1913, nouveau tirage 1983, p. 129. Il cite ensuite Gervais de Melkley dans Le manuscrit 511 du « Hunterian Museum » de Glasgow, avec le passage attribué à Jean de Hanville, dans Studi Medievali, Nuova serie, vol. 9, 1936, p. 91. E. Faral n’identifie pas la figure et ne songe pas à la rapprocher du Roman d’Eneas.

8 Première occurrence, semble-t-il, de sillabe en AF, la seconde figurant dans la Chronique des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure (vers 1174).

9 Elle prit sa tablette sur laquelle elle voulait écrire, et un stylet d’or. Elle polissait craintivement la cire et voulait écrire « Eneas » après que sa mère l’y eut invitée. E était la première lettre, ensuite N et encore E. La peur lui causait une cruelle souffrance. Ensuite elle écrivit E et AS. Alors sa mère se mit à l’examiner et dit, après avoir lu : « C’est Eneas qui est écrit ici ! »

10 Dans Le Roman médiéval, Paris, PUF ; Littératures modernes, p. 53 ; voir aussi pp. 125 et 140-42.

11 Ibidem, p. 140.

12 « Fidèle serviteur, dit-elle, porte cette lettre à mon… et au bout d’un long silence elle ajoute « frère. » dans Ovide, Les Métamorphoses, tome II (VI-X), texte établi et traduit par Georges Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

13 « Vis donc, dit la nourrice, tu auras ton… » ; elle n’ose dire « ton père ».

14 Gervais von Melkley Ars poetica, kritische Ausagabe von Hans-Jürgen Gräbener, Aschendorffsche Verlagbuchhandlung, Münster, Westfalen, 1965, pp. 28-29.

15 Johannes de Hauvilla Architrenius, éd. Paul Gerhard Schmidt ; Wilhelm Fink Verlag, München, 1974. Notons que l’éditeur appelle l’auteur Jean de Hauville, p. 24.

16 Rhétorique à Herennius, texte établi et traduit par Guy Achard, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

17 Ibid., IV, 41 : « Il y a réticence quand, après avoir dit quelques mots, nous laissons inachevé ce que nous avons commencé. Exemple : « La lutte entre vous et moi n’est pas égale car le peuple romain m’a… je ne veux pas le dire de peur de paraître prétentieux à quelqu’un. Quant à vous, il a souvent jugé que vous méritiez d’être frappé d’ignominie. »

18 Op. cit., p. 31.

19 Aimon von Varennes Florimont. Ein altfranzösicher Abenteuerroman, Göttingen, 1932, p. CXXXIII.

20 Allongement de la voyelle après amuïssement du -s implosif dans la deuxième partie du xiie s. (CF. G. Zink, Phonétique historique du français, PUF, Linguistique Nouvelle, 1986, p. 123).

21 Op. cit. supra.

22 Voir aussi, par exemple, les vv. 124, 445-48, 855-60, 1701-04.

23 Dont son dernier éditeur, qui l’intitule Eneasroman, situe l’achèvement vers 1183 (éd. cit., p. 855). W. Spiewok et D. Buschinger placent cette adaptation entre 1170 et 1190 (Histoire de la littérature allemande du Moyen Âge, Nathan université, 1992, p. 116).

24 Le nom Romadanaple apparaît dès le v. 988.

25 Le verbe silaber apparaît dès le premier tiers du xiiie siècle chez Gautier de Coincy, au sens d’» assembler des syllabes », pour écrire ou parler correctement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aimé Petit, « Autour de l'aveu trisyllabique de Lavine dans le Roman d'Eneas »Revue des langues romanes [En ligne], TOME CXVIII N°2 | 2014, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rlr/2826 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.2826

Haut de page

Auteur

Aimé Petit

Université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search