Navigation – Plan du site
Varia

Comment peut-on être (Nord-)Occitan ? Francés Conheràs et les difficultés d’écrire en oc : une lecture des premières pages de La Manifestacion (1998)

Jean-Pierre Chambon
p. 483-515

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aurillac, Ostal del libre/Institut d’estudis occitans, coll. «  Racontes », 1998, 154 pages. Explic (...)
  • 2 D’après le Del meteis autor [4], Francés Conheràs/François Cognéras était l’auteur, au moment de la (...)

1La difficulté d’écrire en occitan, c’est-à-dire de faire choix en littérature d’une langue dominée et gravement menacée, dont le lectorat natif s’étiole lui aussi, est chose connue (cf. Kremnitz 1990, 1993, 2004). Les premières pages de La Manifestacion, un livre publié en 1998, on s’en souvient, par Francés Conheràs1, apportent néanmoins à cet égard, en contexte arverno-limousin, un témoignage qui nous a semblé digne d’être commenté2.

  • 3 Pour la typologie des préfaces, voir Genette (2002 [19871], p. 181 sqq.).
  • 4 Elle en porte malicieusement un à la « Taula » [153]. Dérivé délocutivement de l’incipit du chapitr (...)
  • 5 L’ultime chapitre [149-150] échappe lui aussi à la numérotation, faisant ainsi symétrie avec le cha (...)

2Ces premières pages comprennent ce qu’on peut appeler en première approche une notice [7-9] et une introduction [15-18]. La notice est rédigée en français, signée par l’auteur de son nom français « François Cognéras » et imprimée en italique. Intitulée « Quelques indications de lecture » et de nature clairement paratextuelle, elle affecte un caractère technique (ortho-graphique et grammatical), mais on verra qu’elle joue aussi le rôle d’une préface auctoriale authentique3. Nous parlerons donc de notice-préface. L’introduction, quant à elle, consiste en un chapitre rédigé en occitan, au compte de l’héroïne-narratrice. Formellement, elle est dépourvue de titre4, tout comme les chapitres ordinaires du livre et, contrairement aux chapitres ordinaires, ne porte aucun numéro de chapitre5. Fonctionnellement, il s’agit d’une préface actoriale fictive.

Une notice hybridée de préface6

  • 6 Devant cet hybride, il nous a paru nécessaire de distinguer notice et préface, bien que Genette (20 (...)

3Le texte de la notice [7-9] dirige immédiatement l’attention du lecteur vers le fait que la difficulté d’écrire en occitan se double, comme en préalable, de celle d’être lu.

Être lu/écrire en (nord-) occitan

4Le début, où il est question de la nécessité de « présenter [l]e récit » aux lecteurs, fait attendre une préface de l’auteur.

Un quiproquo

5Ces pages liminaires commencent en effet ainsi [7] :

Parce que certains de ceux qui se hasarderont à lire ce récit ne seront pas de parfaits connaisseurs de la langue occitane dans ses parlers innombrables, nous avons préféré nous expliquer dans la langue française pour présenter ce récit aux lecteurs. Ce sera la seule fois que nous le ferons dans ce livre. (Nous ne parlons pas des dialogues où il convenait de respecter la vérité romanesque sinon la vraisemblance).

6Or, en fait de présentation du récit, la notice consigne surtout, après les lignes que nous venons de citer, « quelques précisions » [7] concernant l’orthographe, l’accentuation et certaines formes verbales. Ce premier paratexte entre donc, pour l’essentiel, dans le cadre habituel des avant-textes intitulés souvent, dans la tradition de l’édition occitaniste, « Pour lire l’occitan » ; c’est d’ailleurs sous le titre « Lire l’occitan » que le rabat de la quatrième de couverture reprend et résume l’essentiel des indications techniques de la notice, tout en en ajoutant quelques autres. La discordance entre le début de la notice et la notice elle-même, entre ce que celle-ci dit faire et ce qu’elle fait, paraît digne de remarque. C’est que sur les « Indications » techniques se greffent et s’entrelacent d’autres considérations, d’une autre nature et de portée plus générale, qui touchent les conditions mêmes de l’écriture (nord-) occitane. La notice contient, à demi cachée, une préface auctoriale authentique. Il y a quiproquo.

Situation de l’écrivain (nord-) occitan

7À la faveur de ce quiproquo, noué sur « présenter [l]e récit », entre la fonction notice et la fonction préface, une force impérieuse semble pousser l’auteur à énoncer ou évoquer d’entrée, en condensé, les principaux facteurs qui conditionnent l’écriture littéraire occitane à la fin du XXe siècle :

  • le risque d’échec encouru par les lecteurs, désignés par la périphrase « ceux qui se hasarderont à lire ce récit », lecteurs sans doute eux-mêmes de hasard (par halo métonymique du verbe sur le sujet), voire improbables ;

  • le choix langagier pratiqué en faveur de la « langue occitane » ;

  • les exceptions que souffre ce choix : la notice elle-même et les dialogues, rédigés en « langue française » ;

  • la contrainte diglossique qui pèse sur l’écriture : c’est la « vérité romanesque » qui demande des dialogues en français ;

    • 7 Cf. Gardy (1997, p. IV) = Lafont (1997 : p. IV) : « À la différence, par exemple, de la littérature (...)

    le caractère non unifié, mais au contraire hautement diversifié en diatopie, de la langue d’écriture choisie7 : « ses parlers innombrables » ;

    • 8 Le sens est (proche de) “tous les lecteurs seront de parfaits ignorants de la langue occitane dans (...)

    les difficultés qui résultent pour les lecteurs de cette essentielle dialectalité : « certains […] ne seront pas de parfaits connaisseurs de la langue occitane dans ses parlers innombrables » (antiphrase ironique)8 ;

  • voire même, par conséquent, l’incertaine condition du Lecteur d’occitan ; en dehors du cercle local ou régional, la compétence langagière du lecteur sera presque nécessairement tenue en échec, au moins partiellement, par la variabilité géographique de la langue : personne ou presque n’est en mesure d’entendre et donc de goûter parfaitement les innombrables variétés d’oc.

Lecture et lecture

8Au seuil du livre, le discours sur la langue est ainsi infiltré par le discours réflexif sur la littérature occitane et ses soubassements linguistiques. On dirait qu’avant de livrer le texte occitan, l’écrivain est mû à rendre des comptes sur les particularités qui conditionnent cette écriture et sur les difficultés qu’il doit affronter. Et à s’en expliquer en français, puisque ces difficultés découlent, d’une part, de la topicité de l’occitan dont il use, laquelle risquerait de rendre ses explications aussi peu compréhensibles que son texte, et, d’autre part, de la dominance du français, langue ordinaire de la communication écrite et tout particulièrement, par tradition dans les Lettres d’oc, langue du paratexte (Forêt 2009, 149). On lira plus loin : « çò que conte semblará tant clar ’ma dau Chinois » [16] : le seul moyen de s’expliquer en étant sûr d’être compris, c’est d’écrire en français.

9On ira à penser que c’est précisément cette force impérative et incomplètement maîtrisée poussant l’écrivain occitan à réfléchir, avant toute chose, les conditions de l’écriture, qui provoque le quiproquo notice/préface, à la manière dont un lapsus ou un acte manqué sont provoqués. Aussi, dans le titre « Quelques indications de lecture », le mot lecture ne renvoie pas seulement, selon nous, aux « Indications » de prononciation et d’orthographe ; il est aussi à comprendre au sens fort : “interprétation d’un texte selon un ou plusieurs parmi les codes qu’il implique” (Petit Robert). L’ambivalence du titre découle du fait que la notice-préface parle pour ainsi dire en simultané et des « particularités » du « Nord-Occitan » et du risque d’illisibilité que prennent le texte, les lecteurs et l’auteur, du fait de la loyauté linguistique de ce dernier.

L’enjeu du livre

10La situation dans laquelle le lecteur est mis nous semble donc la suivante : la notice-préface pose au large, en tant que préface, la question de la lisibilité/illisibilité du « Nord-Occitan » et elle y répond à l’étroit, en tant que notice, par des considé-rations essentiellement orthographico-pédagogiques. De ce fait, la réponse ne peut-être que décalée et inadéquate : le lecteur insatisfait est renvoyé ailleurs, un ailleurs qui ne peut être que le livre lui-même. Celui-ci doit alors être lu comme la réponse qu’il apporte en acte d’écriture à sa question liminaire : comment peut-on écrire dans une variété nord-occitane, peu ou pas représentée en littérature, dans les conditions de l’extrême fin du XXe siècle ? (Ou, si l’on préfère : comment peut-on être Nord-Occitan ?).

Nord-occitanité, (pan)occitanité

  • 9 Cf. « Nous ne voyons aucun inconvénient à ce qu’un Méridional ou un Thiernois entende les mots à sa (...)

11Il convient de souligner que la question de la nord-occitanité ne se pose qu’à l’horizon de la panoccitanité, un horizon auquel adhèrent et le livre (publié par l’Institut d’études occitanes) et son auteur-préfacier9 ; on le verra sans doute mieux ci-dessous (§ 1.2., 2.7., 2.8.). Un horizon régionaliste — auvergnat ou limousin — n’éliminerait pas radicalement la question, mais en atténuerait beaucoup l’acuité et la portée. Une écriture nord-occitane inquiète d’elle-même n’est possible que dans – et par – un cadre occitan, c’est-à-dire occitaniste. Aussi l’inquiétude conhérassienne doit-elle être opposée à la quiétude bonal-dienne. Du reste, la question de la nord-occitanité n’est, cela va de soi, qu’une manière de poser celle de l’occitanité. Envisagée à partir de n’importe quel point de l’espace de langage défini par la littérature (pan)occitane contemporaine, au gré des combinaisons « innombrables » des positions diatopiques occupées par l’auteur et les lecteurs, l’illisibilité serait, mutatis mutandis, substantiellement la même. Les questions du rapport « centralité-marginalité » et de la « mise à l’écart » (Gardy 1996, p. 15, 36) de la littérature occitane sont ainsi déplacées, afin d’être posées à nouveau dans la littérature occitane, depuis une marge du domaine linguistique, voire, peut-être, depuis une marge interne de cette marge (voir ci-après).

  • 10 Le rabat de la première de couverture y inviterait, qui indique que Francés Conheràs, « bilingüe de (...)
  • 11 Ronjat (1930-1941, 4, p. 34) compte Merlines parmi les « parlers intermédiaires entre le bas-lim[ou (...)
  • 12 C’est, semble-t-il, le point de vue de l’auteur et/ou de son éditeur : voir ci-dessus n. 10.

12Il convient de souligner également que le questionnement est pratiqué, dans une large mesure, sous le voile de l’euphémie. Les parlers de la langue occitane sont « innom-brables », mais il ne sera question que de « Nord-Occitan » au singulier. Quant à la variété de nord-occitan mise en œuvre par l’auteur, le lecteur ne sera pas appelé à la connaître. S’il suppose que l’écriture se fonde sur le parler de Monestier-Merlines10, « Nord-Occitan » pourrait fonctionner comme un hyperonyme euphémique : le signe, faute de mieux, du rattachement indécis de cette localité. Monestier-Merlines, à la limite de l’Auvergne, fut de tout temps du Limousin, mais son parler a pu être considéré comme intermédiaire11, voire comme auvergnat12.

Dire en occitan un monde-en-français

13On tentera, en marge de la notice-préface, d’en dégager dès maintenant, à l’aune de l’entier du livre, toute la portée.

Présences du français

  • 13 Lafont (1969-1970, p. 2) cité par Kremnitz (1993, p. 245).

14Dans La Manifestacion, tout ce que l’héroïne-narratrice entend et (presque) tout ce qu’elle dit est dit en français. La volonté de réalisme, la même qui conduit l’auteur à user d’une variété occitane topique, le conduit donc à rompre, dans les dialogues, avec la fiction littéraire et linguistique d’unilin-guisme (Kremnitz 1990, p. 19-20). Cette convention, définitoire d’une littérature du coma se13, n’est désormais plus tenable : elle éclate sous nos yeux. La substitution des langues est incluse parmi les données immédiates du récit et de l’écriture.

  • 14 Voir p. 22, 23, 24, 26, 27-28, 30-31, 35, etc. La seule exception est mise dans la bouche de l’héro (...)
  • 15 Chinois [16], terroir [17], parpaings [21], préservatifs [25], dire amen [28], cadeau [33], speaker(...)
  • 16 Voir la citation ci-dessous n. 28.
  • 17 Kremnitz (2004, p. 240).

15La présence du français dans le livre ne se limite d’ailleurs pas aux nombreux dialogues14 et à la notice-préface. Marqué également par l’italique, le français apparaît encore comme métalangue du paratexte final (un glossaire sélectif de parti-cularismes lexicaux [151-152]) et, à l’autre extrémité du spectre de la lisibilité, à travers certains emprunts lexicaux au français (sentis par l’auteur comme des xénismes, qu’il n’évite pourtant pas)15, sans oublier une citation littéraire (quatre vers anonymes, mis en italique)16. Le français est partout dans le livre, qui donne un excellent exemple de bilinguisme intra-textuel « par souci de réalisme »17.

  • 18 Sur les dix-neuf chapitres numérotés, seul le chapitre XVI [135-137] échappe au code-switching. Il (...)

16Cette institution du code-switching, à diverses échelles, comme le régime général d’une écriture occitane, ainsi que la répartition entre narration et description en occitan vs dialogues en français, matérialisent massivement dans l’œuvre la pression diglossique à laquelle l’écriture est soumise18. Le bilinguisme inégalitaire n’est plus un simple thème ou un simple condition-nement externe, il devient patent.

  • 19 Il ne fait aucun doute que, lors de la manifestation, le slogan « C.R.S-S.S. » (en italique dans le (...)
  • 20 Certaines phrases de dialogue se plaisent à exhiber les marques phonétiques, syntaxiques et lexical (...)

17Il faut cependant prendre garde au fait que la diglossie littéraire conhérassienne est d’un type nouveau. On la dira non pas retroussée, mais invertie, puisque la variété réputée « basse » y assume une seule fonction, mais la plus « haute » (l’écriture littéraire), tandis que la variété réputée « haute » assume les autres fonctions (la communication politique orale et écrite, par exemple)19, y compris celle qui est typique d’une variété « basse » : la conversation ordinaire. Par contraste avec le français devenu la langue vulgaire de la quotidienneté20, l’occitan peut alors se rétablir paradoxalement en dignité dans le seul espace qui lui est désormais concédé, comme langue de la pure littérarité.

L’occitan en échec comme langue de la communication ordinaire

La Manifestacion ne manque pas, d’ailleurs, de thématiser de manière négative la communication quotidienne en occitan. Dès le premier chapitre et le premier dialogue, l’échange « en patoés » entre l’héroïne (trente-six ans [32]), institutrice de « La Nauvada », et celui qui deviendra son compagnon ou son mari, le maire (du même âge ou peu s’en faut [22]), agriculteur et fils d’agriculteurs pourtant, est en effet donné comme une impossibilité. La recherche d’une familiarité plus grande — en réalité, l’impulsion de l’amour naissant chez la pudique pédagogue — donne lieu à la seule phrase de dialogue en occitan, langue de la proximité et de l’élan spontané pour l’héroïne. Mais la réponse étonnée du maire vient en français et la conversation se poursuit dans cette langue :

Ieu, auriá vogut que siguèssa pus destendut, pus familhier. Ai pas podut m’empaichar de lhi respondre en patoés :
— Coma vodretz, mossur le mèra. Aqueste còp a risut ; m’a espiada :
— Vous parlez patois ?
— Assez bien. Je l’écris même.
— ça ! par exemple ! » [22-23.]

18C’est que dans la famille du maire, la transmission s’est considérablement dégradée : « Se, le [= patoés] parlava quauque pauc mas pas trop bien ; mas l’auvíssia bien. A ! sos parents, lhis, parlavan jamai mas, entre lhis, que la linga tradicionala. Quò s’èra perdut » [23]. Le dialogue s’avère impossible ou du moins inconcevable en patois. Celui-ci devient « un novèl suject de discussion » [23], ayant du moins le mérite de prolonger le moment où l’idylle s’esquisse entre les deux personnages.

  • 21 À noter que la même phrase (« Coma vodretz, mossur le mèra »), à quelques détails près (« Coma vodr (...)

19Le passage cité supra21 permet aussi de comprendre que, selon toute probabilité, l’héroïne-narratrice écrit déjà en occitan (dans l’hypothèse la plus basse, qui n’est sans doute pas la plus probable : son journal), c’est-à-dire qu’elle est déjà une écrivaine occitane. Sinon, elle ne se vanterait pas de savoir l’orthographe du patois, lequel, comme chacun sait, n’en a pas (et pourquoi diantre prendrait-on la plume en occitan, si ce n’est pour écrire de la littérature ?). Premier pudique aveu, mais de taille, à l’être qu’elle ne sait pas encore qu’elle aime : je suis une écrivaine patoise (entendre : occitane).

L’étape extrême-contemporaine

  • 22 Échec par manque de public du club d’occitan proposé par l’héroïne : « Ai renonçat, tanben, a badar (...)
  • 23 Cf. la figure du dernier félibre (Martel 2007).
  • 24 À la fin du livre : « Par la rèsta, le monde es çò que z-es, le monde son çò que son. Chanjaron pas (...)

20Dans les conditions de l’extrême-contemporain, l’écriture conhérassienne se développe donc sur fond de perte de la transmission familiale et de « disparicion de la linga tradicionala » [23] comme instrument de communication sociale, d’une part, de manque d’intérêt, concrètement démontré22, de la population villageoise pour l’« Occitan » des « intellectuels », d’autre part. De cette confrontation de l’écriture avec « la finitude de son matériau linguistique » (Gardy 1996, p. 20), le solipsisme du narrateur occitan sort renforcé23. Dans le sillage du Boudou des Grands Jours, l’écriture (nord-) occitane est dès lors à même de franchir une nouvelle étape de son parcours. Prenant acte de l’état du monde (aux deux sens de ce terme en occitan) avec un réalisme ou un pessimisme foncier que l’optimisme de l’action en faveur de la langue n’est plus en mesure de racheter ni même de réduire24, elle renonce non seulement à la prise en charge illusoire d’un monde occitan vivant en occitan, mais aussi à celle d’un monde occitan mourant en occitan. Elle a à rendre compte en occitan du monde-en-français. C’est le français qui se trouve désormais du côté de la vido vidanto.

21Écrite pour (presque) personne (voir ci-dessous § 2.3.), la littérature échappe seule à l’emprise du français, tout en faisant lire à satiété, jusque dans les choix lexicaux, les stigmates de la francisation. Le texte conhérassien exhibe ses plaies. Horrible spectacle (tout particulièrement aux yeux de qui voudrait soigner ou voiler ces plaies). Amer triomphe. Littérature de l’insoutenable, hors norme, « pur symbole ».

L’écrivain et les « grammairiens » : écrire contre les « censeurs »

22La suite, qui constitue l’essentiel de la notice-préface, contient encore, en alternance avec les propos pédagogiques attendus de celle-ci (prononciation, accentuation, conjugaison), plusieurs prises de position préfacielles de l’auteur.

« Nord-Occitan », « Occitan de référence »

  • 25 Signalons par parenthèse que Roger Teulat, le spécialiste français de l’« Occitan de référence » (c (...)

23Celui-ci indique d’abord que « les esprits informés savent que le Nord-Occitan présente des particularités assez nombreuses » [7], puis que « l’accentuation diffère fréquemment de celle de l’Occitan de référence » [8]. Les « esprits informés » sont informés par l’occitanisme, puisque, sauf erreur de notre part, ‘nord-occitan’ est une notion de Bec (19631, 37), lancée dans un Que Sais-Je ? passé entre toutes les mains (avec de nombreuses reprises ultérieures), tandis qu’‘occitan de référence’ est une notion légèrement plus tardive, popularisée par Teulat (1972) dans sa Grammaire de l’occitan de référence25. Il est hors de doute que l’auteur inscrit sa réflexion dans une problématique IEOïste. Cette problématique est toutefois transformée : l’opposition mise en place n’est pas, comme on s’y attendrait en bonne doctrine, entre le « Nord-Occitan » et un « occitan moyen ». La notion avec laquelle « Nord-Occitan » fait couple est celle d’« Occitan de référence ». Les porteurs de cette notion ne tarderont d’ailleurs pas à faire leur entrée sur la scène (ci-dessous § 1.2.4., 1.2.5.). L’« occitan moyen » est sans doute tu parce que, du fait de sa proximité avec la forme quintessencielle de « l’Occitan de référence », il est l’occitan.

« Aussi près que possible de la réalité »

24Les lignes suivantes, qui portent sur l’accentuation, conduisent l’auteur à exprimer son intention d’« indiqu[er] aussi scrupuleusement que possible » [8] la place de l’accent. « Nous avons cru devoir rester aussi près que possible de la réalité » [9], explique-t-il. Il revendique, par exemple, la forme <quasi> (qui est d’ailleurs celle d’Alibert 1965) au lieu de <quasí> (innovation post-alibertine ?) : « il ne s’agit ni d’une coquille, ni d’une omission de notre part » [9]. Dans le cadre, admis dès le début de la notice de l’observation « des règles générales de la graphie occitane » (c’est-à-dire de l’orthographe mise au point par Louis Alibert), l’auteur défend sa propre solution au nom du principe de fidélité au réel. La référence qu’il se donne est la « réalité » nord-occitane de son parler et non « l’Occitan de référence ». L’occitan de Conhéras est polycentrique et chacune de ses grandes variétés littérairement autocéphale.

La « lubie » de l’écrivain

  • 26 Cf., par exemple, Alibèrt (2000) : « escriurem los mots jos lor forma etimologica completa » [XXXV] (...)
  • 27 Cité par Wilmet (1997, p. 23).

25Un pas supplémentaire est franchi avec les remarques touchant « la première personne du singulier à l’imparfait et au conditionnel » [9]. L’auteur, en choisissant <aviai> contre <aviá>, « forme apparemment beaucoup plus fréquente », affirme la liberté de l’écrivain, y compris celle d’imposer ce qu’il appelle une « lubie ». En effet, écrit-il, « Rien n’interdit à un auteur les archaïsmes » [9]. Face à l’interdit, le droit à l’insoumission de l’écrivain est proclamé sur le front où une telle position est sans doute la plus facile à tenir : les archaïsmes. Car tout le monde est pour les archaïsmes en tant qu’ils sont les signes évidents d’une bonne transmission culturelle, et surtout les occitanistes de tradition alibertine26. Quant à la « lubie » conhérassienne, elle rappelle le droit claudélien au « caprice » et pourrait s’en réclamer ou même s’y référer implicitement : « Les grands écrivains n’ont jamais été faits pour subir la loi des grammairiens mais pour imposer la leur, et non pas seulement leur volonté, mais leur caprice »27.

26Écrire que « Rien n’interdit à un auteur les archaïsmes » comporte en outre une implication forte : Anch’io son autore. Il ne faut donc pas être grand clerc pour comprendre que les remarques sur la « première personne du singulier » importent essentiellement au statut personnel de l’écrivain. Les notions d’imperfection et de conditionnalité que la terminologie grammaticale évoque ne sont peut-être pas là, elles non plus, par hasard : elles peuvent atténuer l’immodestie de l’affir-mation, à peine voilée, du droit d’accès à la plénitude despotique de l’auctorat.

Les « censeurs »

27L’alinéa suivant prend directement à parti les « censeurs » : « Puissent les censeurs, s’il s’en rencontrait, faire preuve d’indulgence et le Ciel les préserve eux-mêmes des jugements hâtivement et un peu sottement dédaigneux » [9]. Plein d’ironie (« s’il s’en rencontrait »), le vœu ainsi formulé est une attaque visant les puristes et les partisans de l’« Occitan de référence », et le dédain auquel il est fait allusion est, pense le préfacier, celui dont ceux-ci font preuve envers le « Nord-occitan ». Une fois le choix fait d’écrire en (nord-) occitan, la censure, dont le rôle est ordinairement tenu dans le discours occitaniste par l’instituteur, Paris, le milieu francisé, etc., se déplace et s’internalise. Il y a, à suivre l’auteur, une difficulté spécifique, d’origine intra-occitane et surtout intra-occitaniste, à écrire en nord-occitan. Outre la traditionnelle vergonha / d’èsser occitan, il faut vaincre le dédain dans lequel on est tenu par les siens.

Critique hugolienne des « grammairiens »

La notice-préface se conclut ainsi :

Nous ne pensons pas qu’il faille attendre pour écrire que les grammairiens aient fixé les règles d’une langue (à plus forte raison quand ses parlers sont multiples), jusque dans ses derniers détails, ni même que ces règles puissent être fixées une fois pour toutes : ce n’est pas ainsi que les langues vivent et le mouvement se prouve en marchant.[9.]

28Ces lignes confirment et mettent en perspective les notations précédentes de l’auteur. Les « censeurs » sont à identifier aux « grammairiens » et réciproquement. En s’élevant au plan général, l’auteur fait apparaître, sans toutefois le désigner autrement qu’au moyen d’une métonymie de l’action (« écrire ») à l’agent, l’antagoniste des « grammairiens » : l’écrivain. La contradiction « grammairiens »/« censeurs » vs écrivain est résolue, on s’en doute, au profit de ce dernier. L’écriture est prioritaire et, puisque les règles des « grammairiens » ne peuvent « être fixées une fois pour toutes », « le mouvement se prouve en marchant », c’est-à-dire en écrivant. La sortie du champ occitan(iste) vers « les langues » en général fonctionne comme un détour indispensable pour délégitimer la position de dominance occupée par les « grammairiens » dans le champ occitan(iste).

  • 28 Un texte qu’un auteur qui a été « professor de francés pendant maitas annadas » (rabat de la premiè (...)

29La position de l’auteur, quant à elle, tire une légitimité littéraire et culturelle supérieure à celle des « grammairiens » du fait qu’elle se place dans la droite ligne de Hugo. Dans la plus célèbre des préfaces de la littérature française28, Hugo écrivait en effet :

  • 29 Hugo 1968 [1827], p. 97.

Une langue ne se fixe pas. […] C’est en vain que l’on voudrait pétrifier la mobile physionomie de notre idiome sous une forme donnée. C’est en vain que nos Josués littéraires crient à la langue de s’arrêter ; les langues ni le soleil ne s’arrêtent plus. Le jour où elles se fixent, c’est qu’elles meurent »29.

30À partir de cette position de force hugolienne (et, on l’a vu, claudélienne), Conheràs peut placer l’écriture du côté de la vie, contre la mortelle fixation grammairienne. Posée, nous l’avons dit, sur le plan des principes généraux, comme chez Hugo (« une langue » i. e. “toute langue”, chez Hugo = « les langues », chez Conheràs), cette idée prend évidemment toute sa portée quand elle est rapportée au cas particulier qui intéresse l’auteur : celui d’une langue déjà menacée de mort. À la menace pesant sur l’usage quotidien de la langue, la censure grammairienne ajouterait une menace supplémentaire ; les « censeurs » seraient mortifères, dans la mesure où ils risqueraient de tuer dans l’œuf les tentatives nord-occitanes de survie de la langue comme langue littéraire. Au terme de la notice-préface, il ne saurait cependant plus être question que la grammaire et ses prescriptions tâtillonnes entravent la dynamique de l’écriture. L’écriture nord-occitane semble libérée.

31Au plan occitan, Conhéras ne fait toutefois que retrouver la ligne de Bernard Manciet, alors Baile Redactor de la principale revue littéraire occitane (Oc), dans le texte d’orientation qui marqua si fortement tant d’esprits occitans :

Mes calré pas que [los diccionaris, las metodas d’ensenhar] neguin la lenga « naturau ». E d’abord que seré dangeiros que l’occitan de l’escola vulhi se har lo mestre deus locs on l’occitan es totjamès viu, e pas briga proishe de dispareisher, se’n manca. Autant dangeiros seré de creder, per ua normalisacion exagerada, que la lenga occitana es causa ben establida, e atau, de la blocar e de blocar dab era la sentida literara. Nosta lenga es movedissa, e que se hei d’era medisha, un jorn après l’aute. Los diccionaris, a penas se son estampats, que nosta lenga es dijà devienuda auta. / […] Es de crénher que […] los nostes dialectes popularis, au loc de viener mes rics los une per los auts dens sons biscambis, que se perdin dens un occitan unic, qui serà eth tanpauc qu’un « jargon ». (Manciet 1978, p. 4.)

Le « moment grammatical » de la littérature occitane : un fait structurel ?

  • 30 Le traitement post mortem des textes de Boudou peut, par exemple, en témoigner (voir Chambon, 2012) (...)
  • 31 Voir le livre de Philippe (2002) ; citation p. 218.
  • 32 Alén Garabato (2009, p. 98).

32Tout paraît donc suggérer que, du point de vue adopté par Conheràs, la tutelle des « censeurs » constitue un obstacle supplémentaire que l’écriture (nord-) occitane doit affronter et surmonter pour se déployer. Le besoin d’une telle prise de position au seuil du livre s’explique par la pesanteur de la tutelle que les « grammairiens » semblaient encore en mesure d’exercer sur les auteurs (ou du moins sur l’esprit de certains d’entre eux) à la fin du XXe siècle, dans le domaine des Lettres d’oc. L’occitan littéraire paraissait alors profondément engagé, bien plus que ne le fut jamais le français, dans son « moment grammatical »30 — celui où « la littérature [est] une affaire de grammaire »31 —, alors que la littérature française semblait avoir réglé la question en faveur de la liberté des écrivains depuis le milieu du siècle. Au début du XXIe siècle encore, la sociolinguiste « [a] pu observer en domaine d’oc une certaine “obsession” de la norme, autrement dit un “fétichisme” de la langue normée »32. On peut aller jusqu’à penser que le « moment grammatical » de la littérature occitane est plus structurel que conjoncturel : l’idée de norme ne peut que durablement hanter la littérature d’« une langue sans norme » (Schlieben-Lange 1971, p. 299). La forme intersticielle que doit prendre le discours critique conhérassien et l’emploi, dans une certaine mesure, de la langue d’Ésope s’expliquent comme effets secondaires de l’hégémonie de la position grammairienne.

La Manifestacion, épiphanie du « Nord-Occitan » ?

  • 33 Le chapitre XIII [113-126] décrit la manifestation éponyme du livre, au sens premier du mot (“rasse (...)

33L’ambivalence, notée plus haut (§ 1.1.1., 1.1.3.), du titre de la notice-préface — le seul titre intérieur du volume — amène à s’interroger sur le titre du livre. Dans notre hypothèse de lecture, ce titre prend en charge non seulement, de manière ordinaire, la référence subjectale au narré33, mais aussi la référence objectale au texte et à sa métasignification. Il dit que le livre lui-même est Manifestacion : aussi bien protestation publique — dans une notice-préface et une introduction libératoires — qu’apparition au grand jour du « Nord-Occitan ». La notice-préface aurait alors presque des allures de texte programmatique, bien que sur un mode embryonnaire, et La Manifestacion ne serait pas loin de prendre la valeur d’un manifeste. Cela va presque de soi dans un contexte qui, après la scission du jeune occitanisme auvergnat, était celui d’une reprise de l’écriture littéraire, reprise d’abord collective (A Fonts mescladas = Coll. 1991), mais conduite en 1998 à « la première personne du singulier » [9] par un modeste chef d’école. Défendre et illustrer : tout est toujours à recommencer.

  • 34 Voir citation ci-dessus, n. 22.
  • 35 Le récit a pour cadre « un bled perdu au fond de l’Auvergne » [66], le village (« borg ») de « La N (...)
  • 36 « […] à Paris ils se foutent bien d’assassiner un coin d’Auvergne, ça se comprend sans peine. L’Auv (...)
  • 37 En ce qui concerne les grammairiens, voir ci-dessus § 1.2.5. ; cf. aussi le texte de deux des panca (...)

34Quant au contenu global du livre, on notera que l’héroïne-narratrice, Christine Lussac, une institutrice occitanophone [22], écrivaine d’oc, militante de l’occitan34, sympathisante écologiste [49] qui anime la résistance d’une communauté villagoise auvergnate35 contre un projet de stockage de déchets nucléaires, pourrait symboliser l’auteur nord-occitan épris de loyauté envers l’occitan topique. Les opposants à l’action de sauvegarde de l’héroïne (la réaction), non seulement « Paris » et son mépris (bien connu) de l’Auvergne36, mais surtout les forces répressives de l’État, en particulier les membres, venus d’ailleurs, des Compagnies républicaines de sécurité (placés au centre du chapitre XIII [117-126]), déploieraient métaphorique-ment, en lui conférant son sens plein, la figure des opposants à l’écriture nord-occitane : les « grammairiens ». Les uns comme les autres du côté de la mort, non de la vie37.

Une préface actoriale fictive

35Les motifs de la notice-préface auctoriale sont repris, développés et accentués dans le chapitre zéro du livre [15-18], qui fonctionne comme préface actoriale fictive.

Un texte incongru

36Dès la première phrase de ce chapitre, la préfacière oriente sa réflexion d’après écrire vers les questions du statut générique et du choix de langue :

Quau eidèia d’estre nada escrire un bocin de jornau ! e de l’aver escrit dins la lenga tradicionala, lo patoés, coma dison los vuèlhs, l’Occitan, coma dison los « intellectuels » !

E ben ! praquò, z’ai fait ! [15.]

  • 38 « Mai z-age emploiat le mot, quò es pas exactament un jornau. M’i botava quand z-aviai le temps, do (...)

37Elle présente son texte comme doublement incongru : par son genre, un journal qui, précise-t-elle immédiatement, n’est pas un journal à proprement parler38, et par sa langue. La naissance du texte n’en est pas moins revendiquée dans l’allégresse (« praquò, z’ai fait ! »).

Les noms de la langue

38La première phrase de la préface complète le tableau des données élémentaires de la conscience d’occitanité instillées dans la notice-préface.

« Lo patoés » et « l’Occitan »

39Elle y ajoute la question des noms de la langue. Pour désigner l’ensemble des parlers que certains linguistes disent galloromans méridionaux, l’usage de la préfacière fictive ne coïncide pas avec celui du préfacier. Ce dernier avait employé « la langue occitane », en plénitude de dignité terminologique et sur le même pied que « la langue française » [7]. L’occitan se trouvait pour ainsi dire placé en majesté. La préfacière use d’une approche différente. Elle recourt d’abord à une périphrase générique et non marquée (« la lenga tradicionala »), qu’elle diffracte ensuite en deux expressions synonymes, mais concurrentes : « lo patoés » et « l’Occitan ».

Fracture terminologique, fracture sociale

40Ces deux usages terminologiques sont rapportés par la préfacière à deux groupes disjoints : « los vuèlhs » et « los “intellectuels” ». Ainsi le lecteur est-il amené à comprendre que la fracture terminologique exprime une fracture sociale (campagne : ville : : paysannerie : petite bourgeoisie intellec-tuelle : : vieux : jeunes). L’opposition est renforcée de connotations lexicales : le premier groupe est désigné par une forme localement enracinée (vuèlhs) ; le second, par un emprunt au français (intellectuels) doublement signalé par les guillemets et l’italique. L’usage de lenga (ailleurs linga [23]) tradicionala peut apparaître comme un essai de neutraliser ou de subsumer l’opposition lexicale et la fracture qu’elle dénote. Mais le plus remarquable est que, dans la suite du texte, l’usage de l’héroïne-narratrice est lui-même partagé (selon les axes oral : écrit : personnage : narratrice) : elle dit patoés [22], mais écrit Occitan [83].

Le destin du texte

41Le lectorat ambitionné par la préfacière est formé, selon une convention littéraire bien établie, par le(s) futur(s) découvreur(s) : « Quò-qui, quò es çò que trobaron queus-qui que legiron quelas linhas » [15-16].

Un texte écrit pour être lu…

42Et pourtant, les pages de ce journal-qui-n’en-est-pas-un, « son escritas par estre legidas » :

Vène de dire que, mai siaion d’abòrd escritas par ieu, e utilas par ieu, aquelas pajas fason pas un jornau, dau moens un jornau personal, intime. Son escritas par estre legidas, si se tròba daus legidaires. Quau donc ? Queus-qui que las trobaron. Benliau quauqu’un que vendrá quauque jorn far le mème travalh que ieu dins quel país (Sei institutriça ; tant vau que vos z’apréner d’entrada, quò es important). Benliau, disiai, quauque nebot o quauca nèça, si z’ai jamai de descendança pus directa. Dins trenta o cinquanta ans : i pas res que preisse. [16.]

…mais en réception différée

43Avec la modestie qui sied à une institutrice, l’héroïne-narratrice n’envisage donc pas de livrer son ouvrage à l’impression ni de lui chercher par là un public. L’avenir du texte est placé sous le signe de l’incertitude. Certes, la préfacière ne semble guère douter que son texte sera découvert « quauque jorn » — ce qui suppose qu’elle aura pris les dispositions nécessaires à sa transmission (archivage dans la bibliothèque de l’école ou dans ses papiers personnels, voire testament) — et qu’il sera lu dans un futur lointain (« dins trenta o cinquanta ans »). Mais, de même que la transmission de la langue a cessé dans les familles paysannes de « La Nauvada » [23], de même une transmission immédiate du texte ne semble pas envisageable. Dans la meilleure des hypothèses, il n’y aura probablement qu’un élu : instituteur de « La Nauvada », neveu ou nièce. L’illisibilité pourrait même se révéler définitive : l’inventeur ne sera peut-être plus en mesure de lire l’occitan, ce que souligne une condition immédiatement posée à la transmission : « a condicion qu’aquel-quí que tombará sobre quelas lenhas siaie capable de las legir » [16].

44En tout cas, voué à demeurer inédit et à connaître une réception différée, peut-être négative, le texte n’est pas appelé à être imprimé et son avenir est livré à la contingence. Il est un legs en blanc, à un destinataire unique, mais aléatoire, une bouteille à la mer dont le message, s’il est reçu, ne sera peut-être pas déchiffré. Au mieux, l’espoir d’un lecteur semble reporté d’une génération ; la conclusion, ironiquement désabusée, du paragraphe (« i pas res que preisse ») semble bien signifier qu’il n’y a rien à attendre du présent. La transmission de la littérature est devenue aussi incertaine que la transmission de la langue. L’avenir du texte est extrêmement ténu.

45Il faut toutefois se demander si la « nèça » évoquée comme destinataire possible ne serait pas, plus concrètement, Sandrine ou Virginie, l’une des nièces du maire évoquées comme telles à la fin du récit [141] (citation ci-dessous n. 21) comme manifestant de prometteuses dispositions dans l’apprentissage ludique des « quauques mots » occitans qui surnagent, à titre de plaisanteries, dans la conversation familiale. À la fin de l’histoire, l’héroïne se mariera en effet (ou tout comme) avec le maire, et les nièces de celui-ci deviendront ses nièces par alliance. Transmission fragmentaire de la langue et transmission d’un fragment de littérature viendraient alors à coïncider dans le même personnage. Le happy end pourrait valoir aussi, précairement, pour la transmission du texte.

Une garantie d’avenir pour la littérature (nord-)occitane

  • 39 Kremnitz (1993, p. 244).

46En tout cas, dans « trente ou cinquante ans », les derniers locuteurs de « La Nauvada » (« los vuèlhs » [83]) seront morts. Le futur lecteur, à condition qu’il ait le désir et les moyens de comprendre le texte, entrera donc en contact avec une « littérature sans oralité »39 parvenue à son dernier (?) stade. Tracé sur fond d’anéantissement de la langue, le destin problématique du texte est certes le symbole du devenir précaire de la littérature occitane. Pourtant, le dessein de l’héroïne-narratrice, les précautions qu’elle prendra, ne sont pas autre chose que le stratagème qu’elle trouve pour donner encore une chance, s’il se peut, à la littérature, en en organisant la survie une génération ou deux après la mort de la langue. « La fin n’a pas de fin ». Le jeu de la littérature non plus.

Un texte pour la survie de la « lenga nòrd-occitana »

47En dépit de la modestie des ambitions affichées par l’héroïne-narratrice, le texte est donc clairement une contribution à la survie de « quela lenga nòrd-occitana, obledada, mespresada, imbecilament » [16], à travers sa littérature. Du reste, « quela lenga nòrd-occitana […] mespresada » ne peut pas ne pas évoquer l’origine de la littérature occitane contemporaine : Mirèio (deuxième strophe du premier chant). La Manifestacion revendique ainsi sa place dans la chaîne littéraire tissée depuis Mistral.

Inflexions du projet renaissantiste

48La réécriture de « nosto lengo mespresado » (inclusif) en « quela lenga nòrd-occitana mespresada » (en déprise d’inclusion) est le signe d’un déplacement notable opéré par la préfacière.

Avènement du « Nord-Occitan » en « lenga nòrd-occitana »

  • 40 Il ne sera d’ailleurs pas concédé de majuscules à « nòrd-occitana ».

49Il ne s’agit plus pour elle, à présent, de la « langue Occitane » [7] ou de « l’Occitan » [15] du préfacier, mais de « lenga nòrd-occitana ». Par un coup d’audace, ce qui n’était encore que le « Nord-Occitan » [7] comme partie constitutive de la « langue Occitane », est promu au rang de langue sinon à part de l’« Occitan »40, du moins à part entière. La préfacière conduit jusqu’à son terme le mouvement de pensée entrepris par le préfacier.

50La « lenga nòrd-occitana » semble d’autant plus apte à prendre sur elle les stigmates dont le discours renaissantiste dote conventionnellement l’occitan tout court (l’oubli et le mépris) qu’elle est l’objet d’un double oubli (il faut ajouter celui des tenants de « l’Occitan de référence », basé(s) plus au sud) et d’un double mépris (il faut ajouter le dédain des « censeurs »). Dépassant la « langue Occitane » en indignité et en humiliation, la « lenga nòrd-occitana » possède les vertus nécessaires pour devenir en quelque manière, aux yeux de la préfacière, un occitan par excellence.

51L’avènement littéraire de la « lenga nòrd-occitana » n’est pas celui d’une variété nord-occitane particulière : c’est celui d’une langue. L’opération n’est possible qu’au prix de la préservation de l’anonymat couvrant la variété parlée et écrite par l’héroïne-narratrice. Lors de sa première entrevue avec celle-ci, le maire, sensible à la valeur ethnodémarcative et à la fonction d’indice géolectal de la variation linguistique occitane, posera explicite-ment les questions : « E d’ente z-èra quel patoés ? D’ente z-èrai ieu ? » [23]. La réponse ne sera toutefois pas apportée au lecteur. Celui-ci, qui s’est heurté au même silence chez l’auteur préfacier (ci-dessus § 1.1.5.) et est déjà au fait du caractère nord-occitan de la langue de l’héroïne-narratrice [16], peut seulement apprendre que ce parler ne coïncide pas avec celui de « La Nauvada » et qu’il en est suffisamment distant pour que les capacités de reconnnaissance du maire soient excédées. S’il voulait — contre la volonté du texte — en savoir plus, le lecteur serait condamné à la supputation à partir du paratexte (ci-dessus 1.1.5, in fine) ou au recours à sa propre compétence de patoisant, s’il en a une, ou devrait se faire peu ou prou géolinguiste.

Autres inflexions

52Au déplacement du centre de gravité vers le nord, s’ajoute une seconde inflexion du projet renaissantiste. Il n’est pas exactement question, ici, de renaissance, mais de « desvelhar, ressuscitar » [16]. La juxtaposition des deux verbes sans coordonnant laisse ouvert le choix stratégique entre “réveiller (un vivant)” et “ressusciter (un mort)”, c’est-à-dire entre une prolongation du projet renaissantiste et un projet résurrec-tionnel de nature quelque peu différente, puisqu’il prendrait acte de la mort. Ce que nous avons cru comprendre plus haut (§ 1.1.6.2.) et le laps (« trenta o cinquanta ans ») que ménage la narratrice entre l’écriture et la réception de son texte (ci-dessus § 2.3.2.) pousse à privilégier le second terme de l’alternative. Enfin, l’objet de desvelhar, ressuscitar retient l’attention : non la langue seule, mais « quauca res de çò que chaudriá ’pelar n’ama collectiva, o beliau cultura » [16]. Une inflexion idéaliste semble ici sensible à travers l’emploi du mot « ama », qui pourrait faire système avec le projet résurrectionnel d’une narratrice prénommée « Christine » [46].

53Au total, un remodelage du projet renaissantiste — mais non un modèle concurrent — semble s’esquisser sous la plume de la préfacière. On pourrait y ajouter l’idée d’une reconquête par le bas (on va le voir ci-dessous, § 2.6.2.) et non par le haut (Mirèio) de l’espace littéraire.

Le genre du texte : un « roman dau terroir » en (nord-) occitan

  • 41 Gardy (1996, p. 35).

54Le malaise et le « bricolage » génériques comptent, on le sait, parmi les traits marquants de la littérature occitane contem-poraine41. En l’occurrence, le journal-qui-n’en-est-pas-un cherche à se dire, sans y parvenir ouvertement, comme roman. Sous la plume du préfacier, le substantif « récit » (deux occurrences) et l’adjectif « romanesque » [7], placé à quelques lignes de distance, avaient eu de quoi éveiller le soupçon du lecteur. À présent, la préfacière situe son texte par rapport aux « romans dau terroir » français, dont elle critique assez longuement la « vision faussa e messongièra » [17]. Le choix de la langue d’écriture est intimement lié, soutient-elle au début de son développement, à la distinction qu’elle établit entre son propre texte et les romans français du terroir : « E quí z-es la rason de ma chausida. Dins la lenga francesa, s’escris pas mau de romans dau terroir » [16-17]. C’est faire assez clairement entendre que l’ambition de la préfacière est d’avoir donné en (nord-) occitan, sous la forme d’un journal non intime, un roman du terroir porteur, grâce à une intrigue d’actualité (la lutte contre les dangers du nucléaire), d’une vision différente de la ruralité. La critique des romans du terroir français se limite d’ailleurs strictement à leur fonction idéologique faussement consolatrice : en tant que tel, le genre n’est aucunement mis en question.

  • 42 Voir, par exemple, Ce temps ne sera pas perdu, roman auvergnat 1912-1920, de Georges Berthon (1977) (...)
  • 43 Les « cassaires »/« casseurs » [120] sont néanmoins dénoncés avec une constance de bon aloi ([117-1 (...)
  • 44 Ayant contracté durant deux ans [31] un mariage « maleirós o mancat » [49], divorcée depuis douze a (...)
  • 45 Cf. «  un monde tot par le còp pretensiós, violent, sens referenças moralas », où les enfants, grâc (...)

55Mais de quel genre s’agit-il exactement ? Le fait qu’à la fin du développement la critique soit étendue aux « telefilms dau terroir » [17] permet de croire que les « romans dau terroir » ne sont pas ceux de Pourrat ou de Giono, ni même ceux de Lucien Gachon ou de Martial Chaulanges, mais des productions plus modestes : celles qu’éditaient, vers la fin du XXe siècle, des maisons telles que Les Monédières, La Galipote, Créer ou De Borée42. C’est dans le paradigme de cette littérature populaire écrite à destination d’un public régional socialement proche de celui des téléfilms, que la préfacière entend inscrire son texte. Tout en s’attachant à la modernisation du contenu et à la transfor-mation de la fonction idéologique du récit (non pas consoler, mais convier au contraire à la lutte collective)43, La Manifestacion assume délibérément les conventions et les oripeaux caractéristiques du genre : sentimentalisme44, tonalité morale45 et politique (« la maliça imbecila daus òmes » [136]) et surtout écriture facilement accessible.

Le choix de langue : « luenh […] de l’Occitan de referença »

56Dans la dernière partie de l’introduction, la préfacière s’explique sur la langue dont elle a fait usage [17-18].

Défense de rupture

57Il s’agit d’un plaidoyer mené dans l’esprit « la meilleure défense, c’est l’attaque ». La préfacière commence en effet par s’en prendre aux « universitares » et/ou « spécialistes » :

Demòra a m’explicar quauque pauc sobre la lenga que z-ai emploiada. Sabe que z-aurá pas l’aprobacion d’univer-sitares, de « spécialistes ». Quò es plen de francismes, diron, e ne’n chaudriá pas. [17.]

58On reconnaît sans peine les « grammairiens » et « censeurs » déjà pris en ligne de mire par le préfacier (ci-dessus § 1.2.). L’offensive se développe néanmoins sur un nouveau front, celui des francismes, et la cible se précise, puisque les « censeurs » dont il est ici question disposent, à ce qu’il semble, ou du moins certains d’entre eux, d’un statut universitaire. La ligne de défense est la suivante : toutes les langues empruntent, beaucoup ont emprunté au français et le français lui-même est davantage menacé « par l’“indigença” d’aqueus-quí que le parlon que par l’invasiment de la lenga anglésa » [17-18]. Conclusion, frappée au coin du réalisme : il est normal que « nòstra lenga emprunte, da queus-qui que los inventon, los mots novèls ! » [18].

59Second point de litige, celui-ci déjà abordé par le préfacier : les accents. « Pas botats, pas botats coma fau ! » [18], diront les « censeurs ». Enfin, des « chausidas personalas » : « doas fòrmas diferentas, diron, par un sole mot ! ». La contre-attaque est radicalement menée au nom de la variation diatopique inhérente : « ieu coneisse pas un sole endreit ente i age pas dos parlars que s’encontron ! » [18].

Coupable !

60En fin de compte, face aux « universitares » et/ou « spécialistes », la préfacière plaide ironiquement coupable, en demandant les circonstances atténuantes :

Plaide copable, quò es pas la bona lenga. Sem luenh, aicí, de l’Occitan de referença, mas quò es pas de ma fauta. Sem de la lenga d’òc mas avem nòstras particularitats, quò es pas de ma fauta. [18.]

61« Universitares » et/ou « spécialistes » ne sont pas seulement des « censeurs » ; dans le tribunal de papier que la locution plaidar copable institue, ils prennent visiblement le rôle et des juges et des accusateurs.

62On relèvera en passant l’emploi fait de lenga d’òc, une lexie plus consensuelle que le mot occitan et qui pourrait être l’hyperonyme sous lequel se logent, dans la pensée de la préfacière, la « lenga nòrd-occitana » et « l’Occitan de referença ». On notera, en tout cas, que dire Sem de la lenga d’òc ne veut pas exactement dire “nous parlons occitan” ou “nous sommes de l’Occitanie”. C’est peut-être même le moyen de ne pas le dire.

Écrire pour « quauques sauva(t)ges »

63L’alinéa qui conclut la préface actoriale peut sembler redéfinir les destinataires du texte.

Un lectorat absent

64On lit en effet : « Botam que z-escrisse par quauques sauva(t)ges* ; quauques arièrats de mon espèça e ne’n parlam pus » [18]. Ces mots ne sauraient toutefois s’appliquer aux inventeurs du texte en réception différée (ci-dessus § 2.3.2.). Ils définissent bien davantage le public pour lequel le texte est écrit, mais que ce roman du terroir n’est pas censé trouver : la communauté linguistique native, celle de « La Nauvada » (voire nord-occitane en général). On en a un indice avec la seconde occurrence du mot arièrat, laquelle se trouve justement dans une évocation des idées que cette communauté se forme sur la langue :

Los vuèlhs sabon enquèra la linga tradicionala, la parlon entre lhis ; mas creson qu’aquò fai arièrat, qu’aquò es bon par lhis, pas par los jòunes, qu’aquò fai pas modèrne. [83.]

65Par paradoxe, le texte devenu livre s’adresse en priorité, de fait, à ses « censeurs » intériorisés.

Eh bien, j’en suis !

  • 46 Bodon (1963, p. 58).
  • 47 Manciet (1996). – Le mot sauvage vient naturellement, comme adjectif, sous la plume des censeurs de (...)

66Alors que le narrateur des Grands Jours tenait à marquer toute la distance séparant, à ses yeux, la langue d’oc du « barbotinament sauvatge d’una tribu de qualques negres perduts dins la forèst granda »46, la préfacière, de son « bled perdu », se réclame elle-même, au contraire, de la sauvagerie et de l’arriération. Les quelques « sauva(t)ges » et les « arièrats » destinataires de son texte sont les antithèses des personnes hautement civilisées et évoluées que sont les « universitaires » et/ou « spécialistes », en dépit desquels le texte s’est écrit. La préface de La Manifestacion rappelle ici la quatrième de couverture de L’Enterrament a Sabres et la « peuplade bafouée par l’Histoire » — son « langage de brutes, inadmissible » et ses « impénitentes superstitions » — dont Bernard Manciet voulut se faire le poète47.

Conclusion : une narratrice exclue et déchirée

67François Conheràs réfléchit dans la narratrice-héroïne de La Manifestacion une position qui semble caractéristique de certains écrivains occitans de la fin du XXe siècle.

L’exclusion de la communauté linguistique

  • 48 « Filha d’artisan maçon » [49], l’héroïne est née « dins un gròs borg de dos mila abitants, tan vau (...)
  • 49 Pour l’usage résiduel de quelques mots ou phrases en patois, sur le mode plaisant, voir la citation (...)

68Non encore dépossédée de la « lenga/linga tradicionala »48, la narratrice-héroïne est pourtant, linguistiquement parlant, une déracinée. Nommée institutrice à « La Nauvada », après avoir occupé un poste dans une petite ville [23, 24, 31], elle est exclue de la communauté linguistique locale. À « La Nauvada », où le stade final de la substitution est engagé : « los vuèlhs [que] sabon enquèra la linga tradicionala, la parlon entre lhis » [83]49. « Paumée » labovienne malgré la langue qu’elle porte, l’institutrice écrit dans la maison d’école. Son exclusion est d’autant plus sévère que les locuteurs natifs de « La Nauvada » n’entendent pas se reconnaître dans l’« Occitan » de l’institutrice, pour eux langue étrangère, au plan géographique comme au plan social. De l’« Occitan », ils distinguent fermement la langue qu’ils pratiquent sous le nom de patoés :

Vos diron que parlon patoés, e que l’Occitan quò es pas quò mème. E si lhis demandetz çò qu’aquò es l’Occitan, vous respondront qu’aquò diu estre quauca linga savanta, o benliau estrangièra o benliau dau miegjorn. [83.]

Entre « patoés » et « Occitan », entre communauté linguistique réelle et « grammairiens » : les déchirures

  • 50 À sa manière, la graphie « sauva(t)ges* » [18] (citation ci-dessus § 2.8.1.) témoigne aussi, dans l (...)

69Or, nous avons noté plus haut (§ 2.2.2.) qu’entre « patoés » et « Occitan », la narratrice était elle-même partagée. Ce partage reflète les déchirures qui définissent sa position : entre fidélité à « la lenga tradicionala » dans ses particularités (« lo patoés »), d’une part, et le lointain horizon de « l’Occitan de referença » méridional des « grammairiens », d’autre part ; entre communauté linguistique réelle et renaissantisme et, plus encore peut-être, entre société et langue. Aussi la narratrice-héroïne et l’auteur, en tant que signataire de la notice-préface, sont-ils contraints à une difficile lutte sur deux fronts : contre l’incompréhension et l’inertie de la communauté linguistique et contre l’improbation, qu’ils ont intériorisée, des « censeurs ». Sur le second front, il est bien évident que les questions d’accents, d’archaïsmes ou de francismes ne sont que des métonymies de surface significatives d’une volonté de fond visant à sauvegarder, contre les « grammairiens » et « luenh […] de l’Occitan de referença », une langue topique en tant que seul matériau possible de l’écriture. Cette lutte sur deux fronts, dont il est bon de rappeler qu’elle se mène explicitement sous l’estampille de l’I.E.O., semble à la recherche d’une voie étroite conduisant à un équilibre entre deux points de vue et deux groupes qui s’excluent l’un l’autre avec une grande obstination. Les deux préfaces et le texte lui-même sont le témoignage et le produit de cette déchirure et de cette difficile tentative de synthèse50.

Un nouvel épisode de l’histoire du narrateur occitan en milieu auvergnat

  • 51 Nos remerciements s’adressent à Geneviève Brunel-Lobrichon et à France Lagueunière pour leurs corre (...)

70Au début des années 1960, Clermont-Ferrand était pour le narrateur boudounien — un instituteur lui aussi — le lieu de l’exil linguistique et du solipsisme. À la fin du siècle, la narratrice conhérassienne déplace ce lieu de la ville capitale vers « un bled perdu au fond de l’Auvergne ». À ce titre comme à d’autres, La Manifestacion forme une immanquable suite régionale aux Grands Jours51.

Haut de page

Bibliographie

Textes littéraires

Bodon (Joan), 1963. « LO LIBRE DELS GRANDS JORNS. Roman de Joan Bodon », Oc, revista trimestrala de las letras occitanas, 227-228 (genier-junh de 1963), p. 42-72 ; 229-230 (julhet-desembre de 1963), p. 30-62.

Boudou (Joan), 1960. La Santa Estèla del Centenari, un conte de Joan BODOU, s. l./Rodez, Edicions del Cabraboc/Éditions Subervie.

Collectif, 1991. A Fonts mescladas, Aurillac, Institut d’estudis occitans/Ostal del libre.

Conheràs (Francés), 1998. La Manifestacion, Aurillac, Ostal del libre/Institut d’estudis occitans.

Hugo (Victor), 1968 [1827]. Cromwell. Chronologie et introduction par Annie Ubersfeld, Paris, Garnier-Flammarion, 1968.

Lafont (Robèrt), 1969-1970. « Practica de la desalienacion », Viure 18-19, p. 1-15.

Manciet (Bernat), 1978. « Orientacion », Oc 55/1, p. 3-5.

Manciet (Bernard), 1996. L’Enterrament a Sabres. Seconde édition établie par Guy Latry, Bordeaux, Mollat.

Grammaire et lexicographie renaissantistes

Alibert (Louis), 1965. Dictionnaire occitan français d’après les parlers languedociens, Toulouse, Institut d’études occitanes.

Alibèrt (Loís), 2000 [1935-19371 ; 19762]. Gramatica occitana segon los parlars lengadocians. Facsimil de la segonda edicion de 1976 deguda a Ramon Chatbèrt, Barcelona/Tolosa, Institut d’estudis occitans/Institut d’estudis catalans.

Teulat, Roger. 1972. Grammaire de l’occitan de référence (les sons, les mots, les formes), thèse de troisième cycle présentée devant la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, Villeneuve-sur-Lot, Forra borra.

Études de langue et de littérature

Alén Garabato (Carmen), 2009. Langues minoritaires en quête de dignité. Le galicien en Espagne et l’occitan en France, Paris, L’Harmattan.

Bec (Pierre), 1963. La Langue occitane, Paris, Presses universitaires de France.

Chambon (Jean-Pierre), 2012. « Le traitement éditorial post mortem auctoris des textes de Jean Boudou : problèmes philologiques d’une œuvre occitane du XXe siècle », Estudis Romànics 34, p. 231-257.

Forêt (Jean-Claude), 2009. « L’auteur (occitan) et son double (français ?) », in : James Sacré (éd.), L’aujourd’hui vivant de la poésie occitane, supplément à Triages (Tarabuste Éditions), p. 149-152.

Fourié (Jean), 2009. Dictionnaire des auteurs de langue d’oc de 1800 à nos jours, édition revue et actualisée, Aix-en-Provence, Felibrige Edicioun.

Gardy (Philippe), 1996, L’Écriture occitane contemporaine. Une quête des mots, Paris, L’Harmattan.

Gardy (Philippe), 1997, Histoire et anthologie de la littérature occitane, t. II : L’âge du baroque (1520-1789), Montpellier, Les Presses du Languedoc.

Gardy (Philippe) / Pic (François), éd., 1990. Vingt Ans de littérature d’expression occitane, 1968-1988. Actes du Colloque international (Château de Castries, 25, 26, 27 et 28 octobre 1989), Montpellier, Section française de l’Association internationale d’études occitanes

Genette (Gérard), 2002 [19871]. Seuils, Paris, Éditions du Seuil.

Kremnitz (Georg), 1990. « Conditions psycholinguistiques et sociolinguistiques de l’écriture occitane actuelle », in : Gardy / Pic 1990, p. 16-25.

Kremnitz (Georg), 1993. « Langue littéraire et langue parlée en occitan. Réflexions sur le passé et questions pour l’avenir », in : Hervé Guillorel / Jean Sibille (dir.), Langues, dialectes et écriture. (Les Langues romanes de France.) Actes du colloque de Nanterre des 16, 17 et 18 avril 1992, s. l., I.E.O. / I.P.I.E. (Université de Paris X-Nanterre), p. 240-246.

Kremnitz (Georg), 2004. « Réflexions sur le contexte social de la création littéraire récente en langue dominée, principalement en occitan », Lengas 56, p. 231-252.

Lafont Robert, 1997. Histoire et anthologie de la littérature occitane, t. I : L’âge classique (1000-1520), Montpellier, Les Presses du Languedoc.

Lafont (Robert) / Anatole (Christian), 1970. Nouvelle histoire de la littérature occitane, 2 vol., Paris, Presses universitaires de France.

Lanly (André), 1962. Enquête linguistique sur le Plateau d’Ussel, Paris, Presses universitaires de France.

Latry (Guy), 1990. « Bernard Manciet, de B à M », in : Gardy / Pic 1990, p. 103-107.

Martel (Philippe), 2007. « Le dernier des félibres ? », Lengas 61, p. 13-31.

Pfeffer (Wendy) / Taylor (Robert A.), 2011. Bibliographie de la littérature occitane : trente années d’études (1977-2007), Turnhout, Brepols.

Philippe (Gilles), 2002. Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940), Paris, Gallimard.

Ronjat (Jules), 1930-1941. Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, 4 vol., Montpellier, Société des langues romanes.

Schlieben-Lange (Brigitte) 1971. « La conscience linguistique des occitans », Revue de linguistique romane 35, p. 298-303.

Wilmet (Marc), 1997. Grammaire critique du français, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Haut de page

Notes

1 Aurillac, Ostal del libre/Institut d’estudis occitans, coll. «  Racontes », 1998, 154 pages. Explicit : « Durtol [Puy-de-Dôme], le 4 juin 1997 » [150]. Nous écrivons Manifestacion (avec majuscule initiale), conformément à la graphie des titres courants.

2 D’après le Del meteis autor [4], Francés Conheràs/François Cognéras était l’auteur, au moment de la publication de La Manifestacion, de cinq livres en français (1989, 1991, 1993, 1995, 1997) et de deux nouvelles en occitan parues dans le volume collectif A Fonts mescladas (Coll. 1991). Le rabat de la première de couverture signale aussi « una primièra novèla auto-editada en 1985 », sans précision de langue. Contrairement à Joseph Bellot-Lagoutte, Stéphanie Beladen ou Henri Martel, l’auteur ne bénéficie pas d’un article dans le commode répertoire de Fourié (2009). L’œuvre et l’auteur restent peu commentés (rien dans Pfeffer/Taylor 2011).

3 Pour la typologie des préfaces, voir Genette (2002 [19871], p. 181 sqq.).

4 Elle en porte malicieusement un à la « Taula » [153]. Dérivé délocutivement de l’incipit du chapitre, ce titre secondaire (« Quau eidèia d’estre nada escrire ») semblerait poser rétrospectivement, avant la question de l’écriture en occitan, celle de l’écriture tout court. À la table, le chapitre final non numéroté prend lui aussi un titre (« Pèrdrem pus de temps » [153]), selon le même procédé délocutif.

5 L’ultime chapitre [149-150] échappe lui aussi à la numérotation, faisant ainsi symétrie avec le chapitre zéro.

6 Devant cet hybride, il nous a paru nécessaire de distinguer notice et préface, bien que Genette (2002, p. 164, 165) tienne notice pour l’un des synonymes « modestes » de préface.

7 Cf. Gardy (1997, p. IV) = Lafont (1997 : p. IV) : « À la différence, par exemple, de la littérature française, [la littérature occitane] a été pour l’essentiel écrite dans une langue non unifiée, très proche, sur de nombreux points, de la langue parlée. Un texte littéraire d’oc, sauf peut-être pour une partie de la production médiévale […], renvoie aussitôt le lecteur suffisamment informé à son lieu précis d’écriture ».

8 Le sens est (proche de) “tous les lecteurs seront de parfaits ignorants de la langue occitane dans ses parlers innombrables”.

9 Cf. « Nous ne voyons aucun inconvénient à ce qu’un Méridional ou un Thiernois entende les mots à sa manière » [8]. Noter le ton (« Nous ne voyons aucun inconvénient »), à la limite de la condescendance. « Méridional » et « Thiernois » ne sont peut-être pas dictés par le hasard : une micro-histoire du milieu occitaniste auvergnat pourrait en révéler les modèles.

10 Le rabat de la première de couverture y inviterait, qui indique que Francés Conheràs, « bilingüe dempuèi sa petita enfança », est né «  en 1936 a Monestier-Marlinas (Corresa), dins l’extrema Oèst de la zòna dialectala auvernhata ».

11 Ronjat (1930-1941, 4, p. 34) compte Merlines parmi les « parlers intermédiaires entre le bas-lim[ousin], le march[ois] et l’auv[ergnat] moyen ». Voir Lanly (1962, passim, surtout les cartes) pour la géolexicologie du Plateau d’Ussel (le point le plus proche de Monestier-Merlines est Eygurande).

12 C’est, semble-t-il, le point de vue de l’auteur et/ou de son éditeur : voir ci-dessus n. 10.

13 Lafont (1969-1970, p. 2) cité par Kremnitz (1993, p. 245).

14 Voir p. 22, 23, 24, 26, 27-28, 30-31, 35, etc. La seule exception est mise dans la bouche de l’héroïne-narratrice (voir ici § 1.1.6.2.).

15 Chinois [16], terroir [17], parpaings [21], préservatifs [25], dire amen [28], cadeau [33], speaker [34], énergique [40], fric [49], copains [53], footing [60], jogging [60], pique-nique [61] etc. En italique et entre guillemets : intellectuels [15], racisme [17], spécialistes [17], mammouth (nom de magasin) [26], tact [31] etc. Les emprunts non marqués typographiquement sont, il va s’en dire, encore plus nombreux.

16 Voir la citation ci-dessous n. 28.

17 Kremnitz (2004, p. 240).

18 Sur les dix-neuf chapitres numérotés, seul le chapitre XVI [135-137] échappe au code-switching. Il en va de même du chapitre final non numéroté [149]. Le chapitre XVI, tout intime, décrit la communion de l’héroïne avec la nature printanière et consolatrice. Placé lui aussi sous le signe du retour du printemps, le chapitre V [59-62] n’a recours, de manière exceptionnelle, qu’à de rares francismes lexicaux italicisés (footing, jogging, pique-nique). Il en va de même du chapitre zéro [15-18] (intellectuels, spécialistes).

19 Il ne fait aucun doute que, lors de la manifestation, le slogan « C.R.S-S.S. » (en italique dans le texte) est scandé en français. Les autocollants (« Nucléaire ? Non merci !) [115] et les pancartes des manifestants (« L’Auvergne ne sera pas la poubelle nucléaire de la France », « Nucléaire = danger = mort », « Respect de la nature = respect de la vie ») [115] sont rédigés en français. De même, bien entendu, les proses du journal régional [70-71, 129].

20 Certaines phrases de dialogue se plaisent à exhiber les marques phonétiques, syntaxiques et lexicales convenues du parler vulgaire : « Mon père, il a pas voulu le signer, mon cahier, il a gueulé, il l’a foutu au feu » [38], « Voui » [38 (2)], « ça pleuvra pas aujourd’hui » [39], « Les écologistes, ils veulent empêcher les vaches de faire des bouses sur la route » [71-72], « Nano Pingaud, il est pas bien malin » [102], « Y a bien au moins quatre cents personnes ! » [115]. Même l’institutrice s’écarte devant les enfants de « la langue de Perrault et de la comtesse de Ségur » : « ça va tomber les punitions ! Il y en a qui ne savent pas la fermer ! » [40]. Les « expressions stereotipadas » (« “bon !”, “et bon !”, “tu vois !”, “si tu veux !” ») qui caractérisent le français des étudiants ou des lycéens de terminale sont relevées [94].

21 À noter que la même phrase (« Coma vodretz, mossur le mèra »), à quelques détails près (« Coma vodrètz, Mossur le mèra ! »), reviendra, placée cette fois dans la bouche de Sandrine, l’une des nièces du maire, « en simplejar » avec son oncle [141]. Cette phrase, peut-être devenue proverbiale dans la famille, est suivie d’une parenthèse explicative : « (Sandrina e Virginia avon retengut quauques mots de patoés que los grands eschanjon quauque còp, istoara de simplejar, lhis maitot. Mai lhora prononciacion es bona, mas destachon e accentuon totas las silabas.) » On a là une ébauche certaine, bien que tout à fait marginale, de maintien de la transmission ; voir ici § 2.3.2.

22 Échec par manque de public du club d’occitan proposé par l’héroïne : « Ai renonçat, tanben, a badar un club d’Occitan : degun lai volia venir a part ma fidèla amia Catarina, que, d’alhors, coneis pas res a l’escritura de la linga mas que demandava mas a apréner » [83].

23 Cf. la figure du dernier félibre (Martel 2007).

24 À la fin du livre : « Par la rèsta, le monde es çò que z-es, le monde son çò que son. Chanjaron pas, o gaire, o pas vite. Ai mai que l’age de z-o compréner » [150], et les projets de l’héroïne : « animacion per los lèsers e la cultura » et tourisme [149]. Cf. surtout la dédicace : « D’a Tiène Codert, / companhon de tota [sic] las lutas justas / e perdudas d’avança » [13].

25 Signalons par parenthèse que Roger Teulat, le spécialiste français de l’« Occitan de référence » (cf. Teulat 1972), enseignait, en 1998, à l’Université de Clermont-Ferrand.

26 Cf., par exemple, Alibèrt (2000) : « escriurem los mots jos lor forma etimologica completa » [XXXV], « per restablir la puretat primitiva, cal […] practicar nòstres tèxtes ancians » [XXXVII], « una lenga literària compòrta necessàriament una part d’artifici e d’arcaïsme » [XXXVIII].

27 Cité par Wilmet (1997, p. 23).

28 Un texte qu’un auteur qui a été « professor de francés pendant maitas annadas » (rabat de la première page de couverture) ne peut évidemment pas ignorer. Cf. aussi, en matière d’intertextualité française, sous forme d’énigmes soumises à la sagacité du lecteur : « Déjà plus d’une feuille sèche / Parsème les gazons jaunis… / L’automne qui descend des collines voilées / Fait sous ses pas pressants tressaillir notre cœur… » [30-31] (quatre vers, mais deux auteurs : Théophile Gautier et Albert Samain) et « L’enfern quò es los autres » [136].

29 Hugo 1968 [1827], p. 97.

30 Le traitement post mortem des textes de Boudou peut, par exemple, en témoigner (voir Chambon, 2012). Le « moment grammatical » est mis en scène par Boudou dans La Santa Estèla del Centenari (Boudou 1960, p. 47).

31 Voir le livre de Philippe (2002) ; citation p. 218.

32 Alén Garabato (2009, p. 98).

33 Le chapitre XIII [113-126] décrit la manifestation éponyme du livre, au sens premier du mot (“rassemblement de personnes sur la voie publique, destiné à exprimer une revendication”).

34 Voir citation ci-dessus, n. 22.

35 Le récit a pour cadre « un bled perdu au fond de l’Auvergne » [66], le village (« borg ») de « La Nauvada » (quinze maisons) [19], où se trouvaient des mines d’antimoine ayant cessé leurs activités il y a « mai de quaranta ans » [64, 105].

36 « […] à Paris ils se foutent bien d’assassiner un coin d’Auvergne, ça se comprend sans peine. L’Auvergne, ils la méprisent comme ils méprisent les Auvergnats » [66].

37 En ce qui concerne les grammairiens, voir ci-dessus § 1.2.5. ; cf. aussi le texte de deux des pancartes brandies lors de la manifestation : « Nucléaire = danger = mort », « Respect de la nature = respect de la vie » [115].

38 « Mai z-age emploiat le mot, quò es pas exactament un jornau. M’i botava quand z-aviai le temps, dos o tres còps per mes, o ben un pauc pus sovent. Z-ai notat çò que s’es passat d’important per ieu dins la quinzena o la semana ; despuei le jorn ente ribetèi a La Nauvada, jusca… » [15].

39 Kremnitz (1993, p. 244).

40 Il ne sera d’ailleurs pas concédé de majuscules à « nòrd-occitana ».

41 Gardy (1996, p. 35).

42 Voir, par exemple, Ce temps ne sera pas perdu, roman auvergnat 1912-1920, de Georges Berthon (1977) ; Martial Rieupeyroux, maître d’école, de Daniel Borzeix (1988) ; Jeantou Supaud. Manant auvergnat, de René Eckert (1995) ; Quel temps faisait-il en Auvergne ?, de Claude Fourneyron (1991) ; Marie d’Auvergne au temps des Huguenots, de Philippe Gouttefarde (1998) ; Le Cheire des Anges (1999), de Philippe Roucarie. Œuvres passéistes dont La Manifestacion entend prendre le contre-pied. – En 2012, les « romans de terroir » forment une catégorie du catalogue de la FNAC.

43 Les « cassaires »/« casseurs » [120] sont néanmoins dénoncés avec une constance de bon aloi ([117-118, 118, 119, 121, 131, 132]).

44 Ayant contracté durant deux ans [31] un mariage « maleirós o mancat » [49], divorcée depuis douze ans [32, 133] et sans enfant [49], l’héroïne ne s’est pas remariée [49] : elle a « decidat un còp per tota » de vivre seule et de réussir « aitau sa vita » [109]. Bien qu’elle apparaisse ainsi comme le parangon de la femme moderne indépendante (cf. en particulier p. 32), à trente-six ans [32], elle n’en ressent pas moins la solitude [31, 49, 109, 136] et elle se prend à envier « las autras, embei lhor òme, embei lhor lhors enfants, lhora familha » (« de las pensadas un pauc nècias », souligne-t-elle) [109]. À « La Nauvada », elle s’est éprise d’un homme (non marié), « bon garçon pas tròp preissat » [50], dont le statut (c’est le maire) est en rapport avec le sien. Mais, faute d’avoir su « acceptar [le] conformisme, [l]a dimension d’òme ordinari » de son soupirant, elle pense, en un premier temps, n’avoir pas su saisir sa chance [109]. « La prima èra tornada. Erai ieu capabla de ne’n tirar un pauc de bonaür ? » [136], telle est alors la question. La « granda enveja de bonaür » ressentie au printemps par l’héroïne [137] sera comblée dans le happy end [149-150], où celle-ci parviendra à atteindre un bonheur simple, familial et campagnard, et pourra dire à nouveau « mon òme » [150].

45 Cf. «  un monde tot par le còp pretensiós, violent, sens referenças moralas », où les enfants, grâce à la télévision, ont vu « bicar, coma si quò z-aviá quasi gran d’importança » [49] ; voir aussi le happy end (ci-dessus n. 44).

46 Bodon (1963, p. 58).

47 Manciet (1996). – Le mot sauvage vient naturellement, comme adjectif, sous la plume des censeurs de Manciet et de sa langue : « bien qu’il ait été un moment secrétaire général de l’I.E.O., il répugne à perdre dans une régulation linguistique les aspects sauvages de son parler aberrant. Manciet est d’ailleurs un anti-méditerranéen. Il choisit la Gascogne comme il choisit le Nord. De plus, son nom-conformisme intellectuel agressif se retourne contre l’occitanisme militant. […] Son œuvre est au centre de la production occitane un peu comme un négatif nécessaire et violent » (Lafont/Anatole, II, p. 791). Cf. Latry (1990, p. 107).

48 « Filha d’artisan maçon » [49], l’héroïne est née « dins un gròs borg de dos mila abitants, tan vau a dire a la campanha », où elle a vécu jusqu’à l’âge de quinze ans [43].

49 Pour l’usage résiduel de quelques mots ou phrases en patois, sur le mode plaisant, voir la citation ci-dessus n. 21.

50 À sa manière, la graphie « sauva(t)ges* » [18] (citation ci-dessus § 2.8.1.) témoigne aussi, dans l’étrangeté de sa parenthèse, de cette tentative. L’astérisque – le premier rencontré dans le texte – qui suit cette forme renvoie à l’article sauva(t)ge [152], le plus long du glossaire. Voici cet article (ou pseudo-article), qui fonctionne comme une sorte de note à la préface actoriale autorisant la reprise de l’argumentation de la préfacière :

Sauva(t)ge : Nous avons écrit sauvages, vialage, prétendant que la prononciation très douce de la finale -age dans notre parler, ne saurait s’accommoder d’un t. D’une manière générale, nous avons supprimé bon nombre de lettres qui ne se prononcent pas et ne pouvaient que compliquer la lecture de notre parler, fussent-elles étymologiques.

51 Nos remerciements s’adressent à Geneviève Brunel-Lobrichon et à France Lagueunière pour leurs corrections et leurs remarques sur une première version de notre texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chambon, « Comment peut-on être (Nord-)Occitan ? Francés Conheràs et les difficultés d’écrire en oc : une lecture des premières pages de La Manifestacion (1998) », Revue des langues romanes, Tome CXIX N°2 | 2015, 483-515.

Référence électronique

Jean-Pierre Chambon, « Comment peut-on être (Nord-)Occitan ? Francés Conheràs et les difficultés d’écrire en oc : une lecture des premières pages de La Manifestacion (1998) », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXIX N°2 | 2015, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/335 ; DOI : 10.4000/rlr.335

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chambon

Université de Paris-Sorbonne. UFR de Langue française, Centre d’enseignement et de recherche d’oc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals