Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXIV n°2La Réception des troubadours au M...Vie et survie de la tradition auv...

La Réception des troubadours au Moyen Âge (oc et oïl)

Vie et survie de la tradition auvergnate

Life and survival of the Auvergne tradition
Elizabeth Poe
p. 217-234

Résumés

Entouré d’une cour de troubadours qui chantent ses mérites et fixent sa représentation pour la postérité, le Dauphin d’Auvergne occupe une place centrale dans la diffusion de la tradition des troubadours d’Auvergne, dominée par la Cour du Puy. Les troubadours s’y situent eux-mêmes dans une communauté et une continuité, jusqu’au sirventès du Moine de Montaudon, qui témoigne de son déclin sans pour autant entacher son image pour les siècles ultérieurs, riches de références élogieuses jusqu’à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’imagination médiévale, l’Auvergne est un pays merveilleux. L’homme qui cherche à mettre sa virilité à l’épreuve y trouve la possibilité d’avoir des rapports sexuels 188 fois en une semaine (Jeanroy 1927, 8 sq., Farai un vers pos mi sonelh a lieu en Alvernhe part Lemozi, v. 13). Le pénitent qui veut faire un pèlerinage y découvre un site agréable, sans mouches, sans araignées, où les égouts dégagent une odeur de sainteté (Banks-Binns 2002, III, 10, 574). Celui qui est désireux de visiter une forêt enchantée peut y apercevoir quelque valeureux chevalier se transformer en loup-garou, dévorer des enfants et reprendre forme humaine au moment où on lui tranche la jambe (Banks-Binns 2002, III, 120, 812 sq.). En réalité, l’Auvergne était au Moyen Âge une région rude, pauvre et difficilement accessible (Paterson 1993, 96).

2C’est dans ce pays merveilleux et dur à la fois que la poésie des troubadours, après avoir pris racine dans la région aquitano-limousine, s’est épanouie (Jeanroy 1934, I, 158). Si le terrain auvergnat s’est avéré propice à la culture du gai saber, c’est que pendant un siècle environ, toutes les conditions nécessaires à une telle floraison sont remplies : un troubadour de premier ordre qui établit la norme tandis que d’autres talentueux y aspirent, un protecteur généreux qui encourage et rémunère la production de chansons, et un concours annuel où les troubadours affluent des quatre coins du pays pour présenter leurs dernières compositions devant un jury d’amateurs, en constituent les principales fondations. Ajoutez à cela les compilateurs passionnés qui font des anthologies, et les composantes sont alors en place pour la conception, l’élaboration et la perpétuation d’une tradition auvergnate. Peire d’Alvernhe lance l’idée ; le Dalfin d’Alvernhe cautionne les efforts ; la Cour du Puy vérifie la qualité ; Bernart Amoros, Miquel de la Tor et Uc de Saint-Circ consignent les résultats par écrit pour la postérité. Examinons ce phénomène d’un peu plus près.

3Peire d’Alvernhe, le premier troubadour à gagner une réputation très répandue pour ses chansons, était fier de ses attaches auvergnates. Au lieu de s’identifier à un château précis (comme Bernart de Ventadorn) ou à une ville particulière (comme Folquet de Marselha), Peire semble considérer l’Auvergne entière comme sa demeure. Par conséquent, toute la renommée acquise par ce troubadour revenait à la gloire de la région dont il portait le nom. Dans son sirventes satirique, Cantarai d’aqestz trobadors, Peire fait l’éloge de sa propre valeur et rabaisse dans le même élan celle de ses rivaux professionnels. Passant en revue une douzaine de troubadours actifs à l’époque, dont deux Auvergnats, Peire expose les défauts de chacun et se couvre de louanges :

  • 1Cantarai d’aqestz trobadors : voir Del Monte 1955, 118 sq., v. 79-84.

Peire d’Alvergne a tal votz
Que canta de sus e de sotz,
E lauza·s mout a tota gen ;
Pero maïstres es de totz,
Ab c’un pauc esclarzis sos motz,
C’a penas nuilz hom los enten1.

Peire d’Auvergne a une telle voix qu’il chante haut et bas, et il chante ses propres louanges à tout le monde ; enfin, il est le maître de tous, pourvu qu’il éclaircisse un peu ses mots, car c’est à peine si quelqu’un les comprend.

4Bien sûr, tout le monde comprend les paroles de Peire. Aucun des troubadours qu’il vient de ridiculiser ne lui demandera de s’exprimer plus clairement. La plaisanterie est entendue. Mais Peire d’Alvernhe ne plaisante pas toujours. Il a aussi un côté sérieux. Il est le premier et unique troubadour à utiliser l’expression « amour courtois » (cortez’amors), et il ne manque pas de le mettre en contexte : l’amour de la domna, aussi parfaite soit-elle, n’est en fin de compte qu’un sentiment profane. Dans la mesure où l’amour courtois détourne l’homme du droit chemin imposé par Dieu, il doit être abandonné :

  • 2Gent es, mentr’om n’a lezer : voir Del Monte 1955, 98 sq., v. 57-61

Mas so non pot remaner,
Cortez’ amors de bon aire,
Don mi lais esser amaire,
Tan m’agrada a tener
Lai on vol sanhs esperitz2.

Mais il n’y a pas moyen de faire autrement, mon noble Amour courtois ; donc, je cesse d’être amant, tant je prends plaisir à me tenir là où le Saint-Esprit le veut.

5Bernart Marti n’exagère pas quand il suggère qu’on a du mal à distinguer chez Peire d’Alvernhe le troubadour de l’ecclésiastique :

  • 3D’entier vers far ieu non pes : voir Hoepffner 1929, 14 sq., v. 31-36.

E quan canorgues si mes
Pey d’Alvernh’ en canongia,
A Dieu per que·s prometia
Entiers que pueys si fraysses ?
Quar si feys fols joglares,
Per que l’entier pretz cambia3.

Et quand Peire d’Auvergne fut entré comme chanoine dans un canonicat, pourquoi se promettait-il entièrement à Dieu, pour ensuite se briser ? Car il se transforma en fol jongleur, de sorte qu’il change son renom entier.

6Jongleur ou chanoine, Peire d’Alvernhe est constamment à la recherche d’une nouvelle manière de chanter :

  • 4Chantarai pus vey qu’a far m’er : voir Del Monte 1955, 41, v. 3-7.

Chantars m’a tengut en pantays,
Cum si chantes d’aytal guiza
Qu’autruy chantar non ressembles,
Qu’anc chans no fon valens ni bos
Que ressembles autruy chansos4.

Mon souci angoissé est de chanter d’une manière qui ne ressemble à aucune autre ; le chant qui rappelle celui d’un autre ne vaut rien.

7Cette chanson se termine par une signature qui souligne l’identité auvergnate de ce troubadour novateur :

  • 5Chantarai pus vey qu’a far m’er : voir Del Monte 1955, loc. cit, v. 50-52.

Peire d’Alvernhe l’er cofes
Tant de servir e d’orazos,
Tro que li·n venha guizardos5.

Peire d’Alvernhe sera endetté à l’égard de l’amour tant en service qu’en prière jusqu’à ce qu’il en soit récompensé.

8Avec le recul, il est tentant de dire que Peire d’Alvernhe, novateur auvergnat, a prévu son rôle de chef de file d’une tradition. Mais une tradition ne prend pas corps du jour au lendemain ; elle ne peut en tout cas reposer sur l’œuvre d’un seul individu, aussi brillant soit-il. Elle exige en l’occurrence un cénacle de troubadours, auvergnats de naissance ou non, qui se connaissent, se citent, se critiquent, s’admirent et qui savent qu’ils seront les bienvenus en Auvergne.

  • 6Del sieu tort farai esmenda : voir Aston 1953, 81 sq., v. 46-48.
  • 7Pos de mon joi vertadier : voir Aston 1953, 77 sq., v. 62.
  • 8N’Uc de la Bachallaria : Mouzat 1965, 367 sq., v. 72-76.
  • 9Perdigon, vostre sen digatz : voir Mouzat 1965, 492 sq., v. 61-68.
  • 10N’Ugo, vostre semblan digatz : voir Jeanroy, Salverda de Grave, 1913, 136 sq., v. 79-83.
  • 11Auiatz la derreira chanso : voir Mahn 1886, III, Guiraut lo Ros, 174 sq., v. 43-44.
  • 12Belhs-Guazanhs, s’a vos plazia : voir Stroński 1906, 2 sq., v. 21.
  • 13Per solatz reveillar : voir Sharman 1989, 467 sq., v. 83.

9Ils trouvent en effet l’accueil chaleureux dont ils ont besoin à la cour du Dauphin d’Auvergne, comte de Clermont. Hôte bienveillant, mécène libéral, ami fiable, poète occasionnel et arbitre respecté de débats sur l’amour, le Dauphin a été pendant plusieurs décennies l’homme le plus sollicité du monde courtois (Aston 1953, 3 sq. ; Stroński 1907 ; Zufferey 1987, 60). Troubadours et jongleurs de toutes les régions de l’Occitanie fréquentaient sa cour : Peirol, Peire de Maensac, Perdigon, Uc de Saint-Circ et probablement la trobairitz Castelloza (Bec 1995, 75 sq.). Gaucelm Faidit y a passé plus de vingt ans (Mouzat 1965, 491). Peirol loue le Dauphin pour son affabilité (solatz et amors e cortes sens)6, pour sa joie et son mérite (joys e pretz7). Uc de la Bacalaria fait son éloge, voyant en lui quelqu’un qui « connaît la voie et l’œuvre de courtoisie » (sap la via et l’obra de cortesia8). Gaucelm Faidit et Perdigon s’accordent à dire que lui seul saura trancher judicieusement leur différend (q’al Dalfin sia·l plaitz pauzatz | qe·l jutge, o·ns acord’ en patz)9. Le Comte de Rodez l’admire parce qu’il est expert en amour (que sap ben d’amor cum ella vai e ven e cor)10 et quant à Guiraut lo Ros, il lui assure que ses bienfaits ne passeront pas inaperçus et que tout ce qu’il fait est agréable aux gens de mérite (Senher Dalfi, tant sai vostres fags bos, Que tot quan faitz platz et agrad’ als pros)11. En façonnant l’archétype du chevalier parfait, Elias de Barjols emprunte au Dauphin « ses belles réponses » (sos belhs respos)12. Ce dernier était évidemment un homme charmant, et le fait qu’il avait deux sœurs très belles n’a sans doute pas nui à son pouvoir d’attraction. Giraut de Bornelh voit en lui quelqu’un qui « apprécie les bonnes chansons » (So di·l Dalfis, que conois los bons chantz)13 et il lui envoie ses propres compositions dans l’espoir d’obtenir son approbation :

  • 14Leu chansonet’ e vil : voir Sharman 1989, 283 sq., v. 1-4.

Leu chansonet’ e vil
M’auria obs a far
Qe pogues enviar
En Alvergn’ al Dalfi14.

J’aurais besoin de faire une petite chanson facile et vile pour envoyer en Auvergne, au Dauphin.

10Ailleurs, Giraut conseille au jongleur Cardalhac de rendre visite au Dauphin :

  • 15Cardaillac, per un sirventes : voir Sharman 1989, 399 sq., v. 68-72.

E si anatz lai vas Rodes
Ni passatz entrels montaniers,
Laitz freitz no·us tengua ni tempiers
Que al Dalfin non siatz la calenda,
E no·us calra preiar qu’el vos entenda15.

Et si vous allez là-bas vers Rodez et que vous passez parmi les montagnards, que le froid extrême et les tempêtes ne vous empêchent pas d’être chez le Dauphin à Noël, et vous n’aurez pas besoin de lui demander de vous écouter.

  • 16Vergoingna aura breument nostre evesques chantaire : voir  Labareyre 1976, 54 sq., v. 31-34.

11Toutes les bonnes qualités pour lesquelles le Dauphin était admiré sont comprises dans ce que lui-même appelle sa « courtoisie16 ». Par « courtoisie » il entend, me semble-t-il, l’ensemble des qualités énumérées laconiquement quelques années auparavant par l’auvergnat Garin lo Brun :

  • 17L’Ensegnamen alla dama : voir Bruno 1996, 88, v. 457-461. Solatz : ‘divertissement’, ‘amusement’, (...)

Cortesia es en guarnir
E en gent acuillir ;
Cortesia es d’onrar
E es en gen parlar ;
Cortesia es en solatz17.

La courtoisie consiste à pourvoir et à accueillir noblement ; la courtoisie consiste à honorer et à parler noblement. La courtoisie consiste en solatz.

12Il ressort de cette définition que la courtoisie n’existe que dans la collectivité. Les actions de garnir, d’acuillir et d’onrar requièrent quelqu’un qui les reçoive. De plus, on ne peut pas pratiquer gen parlar dans la solitude. Solatz, en soi intraduisible, renferme la joie, la satisfaction et l’enjouement ressentis par les hommes et les femmes qui participent à cette vie en communauté. Autrement dit, la « courtoisie » du Dauphin naît et se nourrit de sa cour. Le solatz de la cour du Dauphin est devenu légendaire bien avant la mort de son seigneur (Paterson 1993, 102). Il est évoqué avec nostalgie par le jongleur dans le poème narratif Abril issia de Raimon Vidal :

Et si anc genta cort vi hom
Ni de bon solatz si fo sela ;
Non y ac dona ni donzela
Ni cavayer ni donzelo
No fos pus francx d’un auzelo
C’om agues noirit en sa man.
Aqui trobey senher sertan,
E companha ben entenduda
Per qu’ieu laisei dans una muda
A gran joya, si Dieu mi sal.
E si s’avenc entorn nadal,
C’om apela kalendas lay,
Venguem e fom ses tot esmay,
A Montferrat sus e·l palaitz ;
E s’anc vis homes essenhatz
Ni ab baudor, so fom aqui.
(Huchet 1992, 46 sq., v. 142-157)

Si on vit jamais cour agréable et de bonne compagnie, ce fut celle-là ; il n’y avait pas là dame ou damoiselle, chevalier et damoiseau qui ne fût plus pur qu’un oiseau qu’on aurait nourri dans sa main. J’ai trouvé là un seigneur parfait et une compagnie d’excellents connaisseurs, c’est pourquoi je laissai les épreuves pour quelque temps avec une grande joie, que Dieu me sauve. Il arriva ainsi qu’aux alentours de Noël, qu’on appelle « calendes » là-bas, nous résidâmes à Montferrand et fûmes installés, insouciants, en haut dans le palais. Et si jamais on vit des hommes cultivés et allègres, ce fut nous qui étions là.

  • 18  Perrel (1976, 104) est persuadé que le Dauphin a présidé la cour poétique du Puy.
  • 19  Appel (1928, 30) est d’avis que Raimbaut d’Aurenga, lui aussi, fait allusion à la cour du Puy.

13La réputation croissante de l’activité poétique qui agite l’Auvergne pousse quelqu’un à organiser un concours au Puy-en-Velay, qui était depuis longtemps un lieu de pèlerinage très fréquenté (Lejeune 1962, 375 ; Varvaro 1960, 22, 4918). On ne peut préciser ni à quel moment ni dans quelles circonstances le concours du Puy a commencé, et on ignore également de quelle manière il était organisé à l’origine, néanmoins on a raison de croire qu’il existait déjà vers le milieu du xiie siècle (Paterson 1993, 96 sq.). Trois troubadours actifs entre 1140 et 1160, donc contemporains de Peire d’Alvernhe, font allusion au Puy19. Bernart Marti parle d’un épervier qui prendra son vol vers la plus belle dame de l’assemblée :

  • 20Bel m’es lai latz la fontana : voir Hoepffner 1929, 8 sq., v. 51-54.

L’esparviers, ab bel semblant
Va del Pueg ves leis volant :
La longua trencada,
Pren lai sa volada20.

L’épervier de belle apparence s’envole du Puy vers [la meilleure]. La longe tranchée, il prend son vol vers elle.

14Bernart de Ventadorn exprime le désir que sa nouvelle chanson soit chantée au Puy parce qu’il est d’avis que plus elle sera chantée, meilleure elle deviendra :

  • 21Ges de chantar no·m pren talans : voir Lazar 1966, 100 sq., v. 57-60.

Lo vers, aissi com om plus l’au,
Vai melhuran tota via.
E i aprendon per la via
Cil c’al Poi lo volran saber21.

Elle s’améliore toujours plus, cette chanson, plus on l’entend. Et qu’ils l’apprennent le long des chemins, ceux qui au Puy voudront la savoir.

15Rigaut de Berbezilh, lui, semble tenir la Cour du Puy pour une tribune où l’amant fautif peut admettre son tort devant un auditoire compatissant qui trouvera le moyen de le réconcilier avec sa dame :

  • 22Atressi con l’orifanz : voir Varvaro 1960, 121 sq., v. 1-11.

Atressi con l’orifanz,
Que quant chai no·s pot levar
Tro li autre, ab lor cridar,
De lor voz lo levon sus,
Et eu voill segre aquel us,
Que mos mesfaitz es tan greus e pesanz
Que si la cortz del Puoi e lo bobanz
E l’adreitz pretz dels lials amadors
No·m relevon, iamais non serai sors,
Que deingnesson per mi clamar merce
Lai on preiars ni merces no·m val re22.

Juste comme l’éléphant qui ne peut se lever quand il tombe jusqu’à ce que les autres le soulèvent au moyen de leur voix, moi aussi je veux faire autant, car mon méfait est si terrible et grave que, si la Cour du Puy et son beau monde ne me soulèvent pas et que la juste valeur des amants loyaux, daignant crier merci de ma part là où les supplications et la merci ne me valent rien, jamais je ne me lèverai.

16À la fin du xiie siècle, la Cour du Puy était une entreprise si complexe qu’il fallut quelqu’un pour la gérer. Le Moine de Montaudon, auvergnat des environs d’Aurillac, fut désigné seigneur du Puy Sainta Maria, chargé d’accorder l’épervier, fonction qu’il détenait jusqu’à la suspension du concours :

E fo faichs seingner del Puoi Sainta Maria e de dar l’esparvier. Lonc temps ac la seingnoria de la cort del Puoi, tro que la cortz se perdet.
(Boutière-Schutz 1973, 307)

Et il fut fait seigneur du Puy Sainte-Marie, avec le privilège de donner l’épervier. Longtemps il eut la seigneurie de la cour du Puy, jusqu’au moment où la cour disparut.

17Alors que le Puy atteint son apogée, son seigneur le Moine de Montaudon regarde en arrière. Il veut continuer le travail commencé par son compatriote Peire d’Alvernhe. Dans un sirventes bâti sur le schéma métrique de Cantarai d’aqestz trobadors, le Moine annonce :

  • 23Pos Peire d’Alvernh’a cantat : voir Routledge 1977, 153 sq., v. 1-6.

Pos Peire d’Alvernh’a cantat
Dels trobadors que son passat,
Cantarai ieu al mieu escien
D’aquels que pueys se son levat ;
Et ia no n’aian cor irat
S’ieu lor malvatz fagz lor repren23.

Puisque Pierre d’Auvergne a chanté les troubadours qui sont passés, moi, je chanterai, selon ma connaissance, ceux qui se sont élevés depuis ; et qu’ils n’en aient pas le cœur courroucé si je leur reproche leurs méfaits.

  • 24  Le premier poète attaqué dans les sirventes de Peire d’Alvernhe était Peire Rogier, lui aussi auve (...)

18Il se met à dénigrer quinze de ses contemporains, y compris des figures célèbres telles qu’Arnaut Daniel, Peire Vidal, Gaucelm Faidit, Raimon de Miraval, Arnaut de Maroill, et Folquet de Marselha. À l’instar de son devancier Peire d’Alvernhe, le Moine n’épargne pas même les troubadours de provenance auvergnate. En effet, l’auvergnat Guilhem de Saint Leidier est sa première cible24 :

Lo primiers es de Sanh Desdier
Guillems, que chanta voluntier ;
Et a chantat mot avinen,
Mas quar son desirier non quier,
No·n pot aver nulh bon mestier ;
Et es d’avol aculimen.
(v. 7-12)

Le premier est de Saint-Didier, Guillaume, qui chante volontiers et il a chanté des mots agréables mais, puisqu’il ne désire pas sa « désirée », il ne peut en avoir vraiment besoin et il reçoit un mauvais accueil.

19À propos de l’auvergnat Peirol, le Moine observe :

Lo quartz Peirols, us Alvernhatz,
Qu’a trent’ans us vestirs portatz ;
Et es plus secs que lenh’ arden,
E totz sos cantars pejuratz,
Qu’anc, pus si fon enbaguassatz,
A Clarmon no fetz chan valen.
(v. 25-30)

Et le quatrième, Peirol, Auvergnat, qui a porté trente ans un seul vêtement, et il est plus sec que du bois à brûler et tout son chanter est devenu pire car jamais, depuis qu’il s’est débauché à Clermont, il n’a fait chant qui vaille.

  • 25  Voir Boutière-Schutz 1973, 271 : « Et [Guillems de Saint Leidier] entendet se en la marquesa de Po (...)

20À la lumière des relations de Guilhem de Saint Leidier et Peirol avec les deux sœurs du Dauphin dont ils étaient les amants courtois25, il devient évident que le Moine implique le Dauphin dans sa satire. Car si Guilhem de Saint Leidier n’est pas le bienvenu, c’est que le Dauphin ne l’a pas accueilli, et si Peirol n’a pas de jolis vêtements, c’est que le Dauphin ne lui en a pas donné.

21Quoique la Cour du Puy cessât d’exister du vivant du Moine son seigneur, sa mémoire perdure dans les générations qui suivent. Dans la seconde partie de la Canso de la Crozada, qui fut écrite entre 1220 et 1230, Simon de Montfort aurait dit au sujet du jeune comte Raimon de Toulouse :

— Joris, so ditz lo coms, no·m detz espaventer.
Qui no sap cosselh prendre, l’ora qu’el a mestier,
Ja a la cort del Poi no prengua l’esparvier.
(Routledge 1992, 1138)

— Joris, dit le comte, n’essayez pas de me faire peur. Que celui qui ne sait pas se décider au moment où il le faut ne prenne jamais l’épervier à la Cour du Puy.

22Nous déduisons de cette remarque que non seulement Simon de Montfort ne se laissera pas intimider par quelqu’un d’aussi indécis que Raimon mais également que le concours du Puy jouit d’un prestige proverbial même après avoir cessé. Qui plus est, le dernier des troubadours, Guiraut Riquier, écrivant vers la fin du treizième siècle, paraît étonnamment bien informé sur ce concours qui aurait été suspendu plus de cinquante années plus tôt. Dans son commentaire sur l’énigmatique canso de Guiraut de Calanso à propos du moindre tiers de l’amour, Guiraut Riquier explique que Guiraut de Calanso, troubadour du xiie siècle, a conçu sa chanson dans le but de la faire juger au Puy :

En Guiraut a prezen
Fes sa chanso retraire,
En que dis son vejaire
Primamen a subtil,
Lai en la cort gentil
Del Puey, qu’esser solia
Honrada, que·s fazia
Per pretz e per honor,
On tug li gran senhor,
Baro e cavayer,
E donas per entier
Pretz ab laus conquerer
Venian per vezer
La cort onradamens,
A far totz faitz plazens,
Et a tot per engual,
Ensems e general,
A donas e senhors,
Als mejas, als menors,
En Guiraut fes auzir
Sa chanso, on cubrir
saup son entendemen.
(Routledge 1992, 1139)

Messire Guiraut fit divulguer sa chanson, où il exprime subtilement son opinion, là-bas dans la noble Cour du Puy qui était jadis honorée, car elle était maintenue pour le mérite et l’honneur. C’est là que tous les grands seigneurs, les barons et les chevaliers ainsi que les dames, tous venaient ensemble pour voir la cour, pour gagner mérite et louanges et pour faire, honorablement, toutes sortes de choses plaisantes. Et à tous équitablement, ensemble et généralement, aux dames et aux seigneurs, aux gens des moyennes classes comme aux plus modestes, Messire Guiraut fit entendre sa chanson, tout en sachant en déguiser le sens profond.

  • 26  Voir Lejeune 1962, 372 : « Rigaut », insiste, « On n’a pas de raison de douter de l’existence réel (...)

23Au début du xive siècle, le récit 61 des Cento Novelle antiche décrit le Puy de façon assez détaillée. Selon les Cento Novelle, les organisateurs des festivités plaçaient un jeune épervier sur une lance. Celui qui se tient pour suffisamment riche et courageux mettait alors l’oiseau sur son poignet. Il était convenu que cette personne couvrirait les frais de la Cour cette année-là. Les chevaliers et les dames, gais et joyeux, faisaient de belles chansons, de la mélodie aux paroles, et quatre juges étaient chargés de désigner les meilleures (Routledge 1992, 1140). Ces témoignages littéraires révèlent que la Cour du Puy, dont l’existence réelle demeure contestée26, a longtemps vécu dans la mémoire collective, et en Italie et en France. Elle faisait partie intégrante de la tradition auvergnate.

24Mais les traditions disparaissent au fil du temps et tombent dans l’oubli lorsqu’elles ne sont pas mises par écrit. En fin de compte, la tradition auvergnate telle qu’elle nous est parvenue consiste en textes rassemblés et copiés par des compilateurs et scribes médiévaux. Les compilateurs de provenance auvergnate étaient fiers de leur identité régionale. C’est cette fierté qui les a poussés à conserver leur patrimoine culturel et qui a motivé deux d’entre eux à signer leurs recueils et à citer leurs origines auvergnates comme une garantie de leur qualité de connaisseur du gai saber. L’un de ces compilateurs se présente ainsi :

Eu Bernartz Amoros, clergues, scriptors d’aqest libre, si fui d’Alvergna, don son estat maint bon trobador, e fui d’una villa qe a nom Saint Flor de Planeza. (Zufferey 1987, 80 sq.)

Moi, Bernart Amoros, clerc, scribe de ce livre, je suis né en Auvergne, d’où viennent beaucoup de bons troubadours, et je viens d’une ville qui s’appelle Saint Flor de Planeza.

25L’autre, ayant quitté sa région natale, insiste encore davantage sur sa provenance auvergnate :

Maistre Miquel de la Tor de Clermon d’Alvernhe si escrius aquest libre estant en Monpeslier. (Zufferey 1987, 157, n. 176)

Moi, Maître Michel de la Tor de Clermont en Auvergne, j’écrivis ce livre à Montpellier, où je réside.

26Les deux recueils en question sont le fameux chansonnier de Bernart Amoros et le Libro di Michele.

27Il y a en outre un troisième compilateur, Uc de Saint-Circ, qui peut-être plus que les deux autres a contribué à la conservation de la tradition auvergnate. Quoique originaire de Quercy et non d’Auvergne, Uc a passé du temps à la cour du Dauphin. Dans sa vida, qui est généralement acceptée comme étant autobiographique, Uc mentionne le Dauphin d’Auvergne parmi ceux qui l’ont aidé à se faire une réputation de jongleur :

E·l coms de Rodes e·l vescoms de Torena si·l leverent molt a la joglaria, ab las tensos et ab las coblas que feiren ab lui, e·l bons Dalfins d’Alverne. (Boutière-Schutz 1973, 239)

Le comte de Rodez, le vicomte de Turenne et le bon Dauphin d’Auvergne lui donnèrent un rang très élevé dans l’art de la jonglerie, en échangeant avec lui des tensons et des couplets.

28Plus précisément, le Dauphin l’a encouragé dans sa jeune carrière en lui racontant les histoires de certains troubadours de son entourage, histoires que Uc a en mémoire (ou dans son sac) au moment où il quitte l’Occitanie pour l’Italie vers 1220 (Zufferey 1987, 61 sq.). Le premier des « écrits », produit par Uc peu après son arrivée sur le sol italien, est un recueil de razos destinées à accompagner les sirventes de Bertran de Born (Poe, 1990, 135). À la fin de cet « écrit » traitant de Bertran de Born (et de son fils), se trouve une razo dans laquelle le personnage principal est le Dauphin d’Auvergne (Poe, 1990, 134 sq.). Du point de vue thématique, l’inclusion de cette razo est légitime en ce qu’elle évoque les relations tendues entre Richard Cœur de Lion et le roi de France, motif récurrent dans les razos des sirventes de Bertran de Born. Pourtant, la portée de cette razo est autre :

Quant la patz del rei de Franssa se fetz e del rei Richart, si fon faitz lo cambis d’Alvergne e de Quaersin ; qu’Alvergnes si era del rei Richart e Quaersins del rei de Fransa, e remas Alvergnes al rei de Franssa e Caersins a·N Richart. (Boutière-Schutz 1973, 294)

Lorsque se fit la paix entre le roi de France et le roi Richard, il fut procédé à l’échange de l’Auvergne et du Quercy ; l’Auvergne appartenait, en effet, au roi Richard, et le Quercy au roi de France ; et l’Auvergne échut au roi de France, le Quercy au roi Richard.

  • 27  Voir Boutière-Schutz 1973, 301-302 : « Tant cantet d’ella e tant la onret e la servi que la dompna (...)
  • 28  Voir Boutière-Schutz 1973, 303-304 : « E·l Dalfins d’Alverne si·l tenia ab se e·l vestia e·ill dav (...)
  • 29  Voir Boutière-Schutz 1973, 408-409 : « E per so sen e per son trobar montet en gran pretz et en gr (...)

29Uc semble s’intéresser vivement à cet accord qui met en relief, du moins implicitement, le lien entre le Dauphin (auvergnat) et lui-même (quercynois). On peut même se demander s’il a conçu cette razo comme une espèce de trait d’union entre le présent écrit qu’il est sur le point d’achever et un projet futur dans lequel le Dauphin d’Auvergne jouera un plus grand rôle. Ce projet ultérieur sera constitué de vidas, dans lesquelles Uc ne laisse jamais échapper l’occasion d’attirer l’attention sur les bienfaits du Dauphin. Dans la vida de Peire de Maensac, c’est le Dauphin qui protège le couple amoureux contre le mari jaloux27 ; dans la vida de Peirol, c’est aussi lui qui fournit vêtements, chevaux et armes28 ; dans la vida de Perdigon, c’est encore lui qui offre non seulement vêtements et armes mais aussi une terre et une rente29. Enfin, dans la vida consacrée à lui-même, le Dauphin prend des dimensions quasi mythiques :

  • 30  Voir Boutière-Schutz 1973, 284 sq. ; F. Zufferey (1987, 61) attire notre attention sur le fait que (...)

Lo Dalfins d’Alverne si fo coms d’Alverne, uns dels plus savis cavalliers, e dels plus cortes del mon, e dels larcs, e·l meiller d’armas, e que plus saup d’amor e de domnei e de guerra e de totz faitz avinenz, e·l plus conoissenz e·l plus entendenz, e que meilz trobet sirventes e coblas e tensos, e·l plus gen parlanz hom que anc fos a sen e a solatz. E per la larguesa soa perdet la meitat e plus de tot lo sieu comtat ; e per avareza e per sen o saup tot recobrar, e gazaingnar plus que non perdet30.

Le Dauphin d’Auvergne fut comte d’Auvergne, l’un des chevaliers les plus sages, les plus courtois et les plus généreux du monde ; ce fut le meilleur au métier des armes, et celui qui connut le mieux l’amour, la galanterie, la guerre et tous faits charmants. Ce fut l’homme le plus éclairé et le plus entendu, et qui sut le mieux composer sirventés, couplets et chansons ; et aussi le mieux parlant qui fut jamais tant sérieusement que plaisamment. Par sa largesse, il perdit la moitié et plus de son comté ; mais par avarice et sagesse, il sut tout recouvrer et même gagner plus qu’il n’avait perdu.

30Uc de Saint-Circ a sans doute bénéficié lui aussi de la générosité prodigieuse du Dauphin d’Auvergne, mais curieusement il n’en dit pas un mot dans sa propre vida. En revanche, il exprime ailleurs sa reconnaissance à son ancien mécène de lui avoir confié le don qui s’est avéré le plus précieux et le plus durable de tous : le legs auvergnat. Dans la vida sur Peire d’Alvernhe, Uc situe Peire dans l’évêché de Clermont et l’appelle lo premiers bons trobaire que fon outra mon et aquel que fez los meillors sons de vers que anc fosson faichs. C’était d’après Uc le meilleur troubadour du moins jusqu’à l’arrivée de Giraut de Bornelh, qui introduisit une nouvelle mode avec ses cansos (et era tengutz per lo meillor trobador del mon, tro que venc Guirautz de Borneill). Uc conclut cette vida en nous assurant qu’il tient tout ce qu’il écrit de source sûre, car c’est le Dauphin d’Auvergne, compatriote de Peire d’Alvernhe, qui lui a donné les renseignements :

  • 31  Voir Boutière-Schutz 1973, 264 : variante trouvée dans MSS AB ; Zufferey (1987, 60) décrit Uc comm (...)

Longamen estet e visquet al mon, ab la bona gen, segon qe·m dis lo Dalfis d’Alverne, en cui terra nasquet31.

Il demeura et vécut longtemps en ce monde parmi la bonne société selon ce que m’a dit le Dauphin d’Auvergne, qui naquit dans sa terre.

31Or, ce n’est pas seulement dans les vidas que Uc a fait de la publicité pour l’Auvergne. Dans le recueil de poèmes qu’il a compilé pour Alberico da Romano, Uc a mis Peire d’Alvernhe en première position et Peire Rogier, lui aussi auvergnat, en deuxième, reléguant le limousin Giraut de Bornelh maestre dels trobadors, maître des troubadours (Boutière-Schutz 1987, 39 sq.), au troisième plan. La décision d’Uc d’accorder la place d’honneur à Peire d’Alvernhe, initiateur de la tradition auvergnate, a eu des répercussions importantes. Sa compilation, le Liber Alberici, dont la copie date de l’an 1254, a servi de modèle à d’autres chansonniers d’Italie du nord plus tard au xiiie siècle, notamment MSS ADIK parmi lesquels Peire d’Alvernhe figure en tête (Zufferey 1987, 60-62 ; Gröber 1877, 459 sq.).

  • 32  Bertran de Born, Arnaut Daniel (2 fois), Giraut de Bornelh (3 fois), Folquet de Marselha, Aimeric (...)

32Le parti pris d’Uc de Saint-Circ pour l’Auvergne aurait contribué à l’image que s’est faite Dante des troubadours. Dans le De vulgari eloquentia, Dante cite les vers de six poètes provençaux32 ; aucun n’est auvergnat. De l’avis de Dante, Bertran de Born a légué les meilleures chansons au sujet des armes, Arnaut Daniel les meilleures chansons d’amour, et Giraut de Bornelh les meilleures chansons célébrant les plus hautes valeurs morales (Botterill 1996, II, ch. 2, 52), mais quand il veut nommer un seul troubadour pour représenter ce qu’il y a de meilleur dans la tradition entière, Dante choisit Peire d’Alvernhe (Botterill 1996, I, ch. 10, 22). Le plus beau de l’Auvergne était pour Dante synonyme du plus beau de l’Occitanie, grâce, dans une large mesure, aux efforts promotionnels de l’ami et protégé du Dauphin d’Auvergne, Uc de Saint-Circ.

Haut de page

Bibliographie

Appel Carl (éd.), [1928] 1973. Raimbaut von Orange, Genève, Slatkine reprints.

Aston Stanley C. (éd.), 1953. Peirol. Troubadour of Auvergne, Cambridge, Cambridge University Press.

Banks Shelagh, Binns James W. (éds.), 2002. Gervais de Tilbury, Otia imperialia, Recreation for an Emperor, Oxford, Oxford Medieval Texts.

Bec Pierre (éd.), 1995. Chants d’amour des femmes-troubadours. Trobairitz et « chansons de femme », Paris, Stock.

Botterill Steven (éd.), 1996. Dante, De vulgari eloquentia, Cambridge, Cambridge Medieval Classics.

Boutière Jean, Schutz Alexander Herman (éds.), Cluzel Irénée-Marcel (trad.) [1964] 1973. Biographies des troubadours. Textes provençaux des xiiie et xive siècles, Paris, A. G. Nizet.

Bruno Laura Regina (éd.), 1996. Garin lo Brun, L’Ensegnamen alla dama, Rome, Archivio Guido Izzi.

Del Monte Alberto (éd.), 1955. Peire d’Alvernhe. Liriche, Turin, Loescher-Chiantore.

Gröber Gustav, 1877. « Die Liedersammlungen der Trobadors », Romanische Studien, 2, 337-670.

Hoepffner Ernest (éd.), 1929. Les poésies de Bernart Marti, Paris, Champion.

Huchet Jean-Charles (éd.), 1992. Raimon Vidal, « Abril issi’ e mays intrava », Nouvelles occitanes du Moyen Âge, Paris, Garnier-Flammarion.

Jeanroy Alfred, Salverda de Grave Jean-Jacques (éd.) 1913. Poésies de Uc de Saint-Circ, Toulouse, Privat.

Jeanroy Alfred (éd.), 1927. Les chansons de Guillaume IX, duc d’Aquitaine (1071-1127), Paris, Champion, 1927.

Jeanroy Alfred, 1934. La Poésie lyrique des troubadours, Toulouse, Privat.

Mahn Carl August Friedrich (éd.), 1886. Die Werke der Troubadours, in provenzalischer Sprache, Dritter Band, Berlin.

Labareyre Françoise de, 1976. La cour littéraire de Dauphin d’Auvergne, Clermont Ferrand, G. Delaunay.

Lazar Moshé (éd.), 1966. Chansons d’amour de Bernard de Ventadour, Paris, Klincksieck.

Lejeune Rita, 1962. « Analyse textuelle et histoire littéraire : Rigaut de Barbezieux », Le Moyen Âge, 68, 333-377.

Mouzat Jean (éd.), 1965. Les poèmes de Gaucelm Faidit, Paris, Nizet.

Paterson Linda, 1993. The World of the Troubadours, Medieval Occitan Society c. 1100-c. 1300, Cambridge, Cambridge University Press.

Perrel Jean, 1976. « Le troubadour Pons, seigneur de Chapteuil et de Vertaizon : son temps, sa vie, son œuvre », Revue d’Auvergne, 90, 89-199.

Poe Elizabeth W., 1990. « L’autr’ escrit of Uc de Saint Circ : The razos for Bertran de Born », Romance Philology, 44, 123-136.

Routledge Michael J. (éd.), 1977. Les poésies du Moine de Montaudon, Montpellier, Centre d’études occitanes de l’université Paul-Valéry.

Routledge Michael J., 1992. « Troubadours, trouvères et la Cour du Puy », Contacts de langues, de civilisations et intertextualité. Actes du IIIème Congrès international de l’Association internationale d’études occitanes (Montpellier, 20-26 septembre 1990), G. Gouiran et al. (éd.), Montpellier, 3 vol., 1133-1144.

Sharman Ruth V. (éd.), 1989. The Cansos and Sirventes of the Troubadour Giraut de Borneil, Cambridge, Cambridge University Press.

Stroński Stanislas (éd.), 1906. Le troubadour Elias de Barjols, Toulouse, Privat.

Stroński Stanislas, 1907. « Notes sur quelques protecteurs de troubadours célébrés par Elias de Barjols », Revue des Langues Romanes, 50, 476-481.

Varvaro Alberto (éd.), 1960. Rigaut de Berbezilh, Liriche, Bari, Adriatica Editrice.

Zufferey François, 1987. Recherches linguistiques sur les chansonniers provençaux, Genève, Droz, 1987.

Haut de page

Notes

1Cantarai d’aqestz trobadors : voir Del Monte 1955, 118 sq., v. 79-84.

2Gent es, mentr’om n’a lezer : voir Del Monte 1955, 98 sq., v. 57-61

3D’entier vers far ieu non pes : voir Hoepffner 1929, 14 sq., v. 31-36.

4Chantarai pus vey qu’a far m’er : voir Del Monte 1955, 41, v. 3-7.

5Chantarai pus vey qu’a far m’er : voir Del Monte 1955, loc. cit, v. 50-52.

6Del sieu tort farai esmenda : voir Aston 1953, 81 sq., v. 46-48.

7Pos de mon joi vertadier : voir Aston 1953, 77 sq., v. 62.

8N’Uc de la Bachallaria : Mouzat 1965, 367 sq., v. 72-76.

9Perdigon, vostre sen digatz : voir Mouzat 1965, 492 sq., v. 61-68.

10N’Ugo, vostre semblan digatz : voir Jeanroy, Salverda de Grave, 1913, 136 sq., v. 79-83.

11Auiatz la derreira chanso : voir Mahn 1886, III, Guiraut lo Ros, 174 sq., v. 43-44.

12Belhs-Guazanhs, s’a vos plazia : voir Stroński 1906, 2 sq., v. 21.

13Per solatz reveillar : voir Sharman 1989, 467 sq., v. 83.

14Leu chansonet’ e vil : voir Sharman 1989, 283 sq., v. 1-4.

15Cardaillac, per un sirventes : voir Sharman 1989, 399 sq., v. 68-72.

16Vergoingna aura breument nostre evesques chantaire : voir  Labareyre 1976, 54 sq., v. 31-34.

17L’Ensegnamen alla dama : voir Bruno 1996, 88, v. 457-461. Solatz : ‘divertissement’, ‘amusement’, ‘joie’, ‘plaisanterie’, ‘entretien’, ‘conversation’, ‘compagnie’, ‘société’.

18  Perrel (1976, 104) est persuadé que le Dauphin a présidé la cour poétique du Puy.

19  Appel (1928, 30) est d’avis que Raimbaut d’Aurenga, lui aussi, fait allusion à la cour du Puy.

20Bel m’es lai latz la fontana : voir Hoepffner 1929, 8 sq., v. 51-54.

21Ges de chantar no·m pren talans : voir Lazar 1966, 100 sq., v. 57-60.

22Atressi con l’orifanz : voir Varvaro 1960, 121 sq., v. 1-11.

23Pos Peire d’Alvernh’a cantat : voir Routledge 1977, 153 sq., v. 1-6.

24  Le premier poète attaqué dans les sirventes de Peire d’Alvernhe était Peire Rogier, lui aussi auvergnat.

25  Voir Boutière-Schutz 1973, 271 : « Et [Guillems de Saint Leidier] entendet se en la marquesa de Polonhac, qu’era sor del Dalfin d’Alverne » ; 303 : « E·l Dalfins si avia una serror que avia nom Sail de Claustra, bella e bona e molt presada, et era moiller d’En Bernart de Mercuor, d’un gran baron d’Alverne. En Periols si l’amava per amor » (« Il courtisa la marquise de Polignac, sœur du Dauphin d’Auvergne. Le Dauphin avait une sœur qui se nommait Sail de Claustra, belle, bonne et fort estimée ; c’était la femme de Bernard de Mercœur, grand baron d’Auvergne »).

26  Voir Lejeune 1962, 372 : « Rigaut », insiste, « On n’a pas de raison de douter de l’existence réelle de cette cour du Puy-en-Velay ».

27  Voir Boutière-Schutz 1973, 301-302 : « Tant cantet d’ella e tant la onret e la servi que la dompna se laisset furar ad el ; e mena la en un castel del Dalfin d’Alverne. E·l marritz la demandet molt com la Glesia e com gran guerra que·n fetz; e·l Dalfins lo mantenc, si que mais no·[i]ll la rendet. » (Il chanta tellement cette dame, tant l’honora et tant la servit qu’elle se laissa enlever par lui ; il l’emmena dans un château du Dauphin d’Auvergne. Le mari la réclama violemment, avec le concours de l’Église, en faisant une rude guerre ; mais le Dauphin soutint si bien Peire que jamais il ne la lui rendit.)

28  Voir Boutière-Schutz 1973, 303-304 : « E·l Dalfins d’Alverne si·l tenia ab se e·l vestia e·ill dava cavals et armas. » (Et le Dauphin d’Auvergne le gardait auprès de lui, l’habillait et lui donnait des chevaux et des armes.)

29  Voir Boutière-Schutz 1973, 408-409 : « E per so sen e per son trobar montet en gran pretz et en gran honor, que·l Dalfins d’Alverne lo tenc per son cavallier e·l vesti e l’arma ab si long temps, e·ill det terra et renda ». (Grâce à son esprit et à son talent de troubadour, il s’éleva à un très haut degré de mérite et d’honneur, tant que le Dauphin d’Auvergne l’agréa comme son chevalier, et lui fournit longtemps des vêtements et des armes, et lui donna une terre et une rente).

30  Voir Boutière-Schutz 1973, 284 sq. ; F. Zufferey (1987, 61) attire notre attention sur le fait que la biographie du Dauphin est conservée uniquement par les chansonniers de la tradition auvergnate, ABIK.

31  Voir Boutière-Schutz 1973, 264 : variante trouvée dans MSS AB ; Zufferey (1987, 60) décrit Uc comme le « trait d’union entre l’Auvergne et la Vénétie ».

32  Bertran de Born, Arnaut Daniel (2 fois), Giraut de Bornelh (3 fois), Folquet de Marselha, Aimeric de Belenoi, Aimeric de Peguilhan. Botterill (1996), II, ch. 2, p. 52, ch. 4, p. 60, ch. 6, p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Poe, « Vie et survie de la tradition auvergnate »Revue des langues romanes, Tome CXXIV n°2 | 2020, 217-234.

Référence électronique

Elizabeth Poe, « Vie et survie de la tradition auvergnate »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXIV n°2 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/rlr/3422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.3422

Haut de page

Auteur

Elizabeth Poe

Tulane University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search