Skip to navigation – Site map

HomeNumérosTome CXXIV n°2La Réception des troubadours au M...…e fon sazos/Que per un gan/Er’ho...

La Réception des troubadours au Moyen âge (oc et oïl)

…e fon sazos/Que per un gan/Er’hom bautz e ioios !

Giraut de Bornelh, Iois e chans, BdT 242. 40, v. 93-95*
Isabel de Riquer
p. 235-255

Abstracts

The subject of a gift is well-known to the specialists in troubadour poetry. The Lady delivers the troubadour some of her private belongings: a ring, a brooch, a glove or a cordo, as areward for his faithful service and the adulations expressed in his songs. Giraut de Bornelh who lost his lady's benevolence as a consequence of losing her glove, described it in five of his cançós. The author of two razós (the one corresponding to Si-us quier conseil, bell'amiga Alamanda, BdT 242. 69, and the one of Ges aissi del tot no·m lais, BdT 242. 36, both present only in the chansonnier Sq), created a little love story using the vague allusions found in the mentioned bornelian poems. Among the scholars, this story caused a more than hundred years-long debate regarding the so-called «glove cycle». The author of razós is defending the troubadour, severely criticizing the behaviour of the Lady. Moreover, he is using the language characteristic of a mala cansó, as if attempting to create a mala cansó in prose.

Top of page

Full text

  • 1  Francesco Benozzo (2007) met en rapport le don et sa réciprocité dans l’idéologie de la fin’amor s (...)

1Le don (do, don) ou la récompense (avec formes diverses en occitan médiéval ghizardo, guierzardon, guizardo, gazardo) sont des termes du langage juridique en rapport avec les droits et les devoirs entre seigneur et vassaux, qui se matérialisaient par l’échange de certains objets symboliques utilisés dans le rituel de l’investiture au Moyen Âge. Ces objets devaient répondre à deux intentions : marquer le passage de la possession d’une chose d’une personne à une autre, et obéir à un usage consacré de façon que ce passage soit perçu par tous comme un acte ayant valeur juridique. Parmi les objets que Jacques Le Goff range dans cette catégorie, certains sont liés à des traditions anciennes, comme l’anneau, et d’autres apparaissent avec insistance, comme certains vêtements qui tiennent compte des symboles socioculturels, dont la ceinture et le gant (Le Goff, 1977, 360-361). Et comme c’est habituel dans la poétique des troubadours, il n’a pas été difficile de convertir les mots, les gestes et les symboles de la société féodale en métaphore de la relation amoureuse entre la domna et le troubadour1.

2Le thème du don est bien connu des spécialistes de la lyrique des troubadours : la domna remet au troubadour un objet qui lui appartient en récompense de son service loyal et des constantes louanges qu’il fait d’elle dans ses cansos. Le don est donc devenu un jeu littéraire prolifique, qui se matérialise en un objet personnel d’une certaine valeur, comme un anneau ou une broche, mais qui peut aussi être quelque chose de plus personnel et intime, comme une manche, un gant ou un cordon, qui sont en contact direct avec le corps de l’aimée et conservent donc sa chaleur.

  • 2  V. 22 sa drudari’ e son anel : Gambino (2010, 3, 45) « l’espressione mi sembra un’endiadi, nella q (...)

3Depuis le premier troubadour il est évident que le don tan gran reçu de son “Bon Vezí” par Guilhem de Peitieu est sa drudaria confirmée et scellée par la remise de son anel2.

Enquer me menbra d’un mati
que nos fezem de guerra fi
e que·m donet un don tan gran
sa drudari’ e son anel.
Enquer me lais Dieus viure tan
qu’aia mas manz soz son mantel !
(Gambino 2010, v. 21-22)

Je me souviens encore d’un matin où nous mîmes fin à la guerre, et où elle me fit un grand présent : son amour et son anneau. Dieu fasse que je vive assez longtemps pour mettre mes mains sous son manteau !

  • 3  La chronologie de plusieurs poèmes des troubadours aussi bien que l’identification de certains sen (...)
  • 4  Voir Pattison 1952, 134, n° 20 (BdT 389. 18).

4Entre 1168 et 11703 Raimbaut d’Aurenga a composé deux cansos, qui semblent être de la même époque puisque dans toutes deux apparaît le senhal Joglar (la trobairitz Azalais de Porcairagues), dans lesquelles il fait allusion à un anneau qu’une dame lui avait offert. Dans Assatz sai d’amor ben parlar4, chanson qui parodie le caractère didactique des ensenhamens, le troubadour se console de sa triste situation amoureuse (non am ren, ni sai qu’es enquar ! « Je n’aime rien ni ne sais seulement ce que c’est [aimer] ! », v. 51) avec l’anneau qui lui a été donné, mais sans oser dire qui le lui a donné :

Mas mon anel am, que·m ten clar,
quar fon el det…ar son trop sors !
Lengua, non mais !
(v. 52-54)

Mais j’aime mon anneau, qui me maintient radieux car il a été porté au doigt … [mais] là je suis allé trop loin ! Langue, suffit !

5Peut-être est-ce ce même anneau qui lui sert de talisman, le rendant invulnérable face à tous types d’armes, comme il le déclare dans Ara·m so del tot conquis :

  • 5  Voir Pattison 1952, 167, n° 29 (BdT 389. 11). L’éditeur (1952, 44-45) considère que les expression (...)

Que ges lanza ni cairel
non tem, ni brans asseris,
can bai ni mir son anel5,
(v. 57-59)

Car je ne crains pas du tout lance ni carreau ni épées d’acier quand je baise et contemple son anneau.

  • 6  Voir Riquer M. de 2013, 398-401 (BdT 242. 60) ; Sharman 1989, 92-97, XII ; Beltrami 2011.

6Dans la canso de Giraut de Bornelh Can lo glatz e·l frechs e la neus6, qui est remplie d’images et de comparaisons suggestives et écrite avec une allégresse que nous trouvons rarement chez ce taciturne troubadour, l’anneau qu’il a reçu de sa bona domna est également pour lui un objet merveilleux, comme celui de Raimbaut d’Aurenga, puisqu’un seul regard sur l’anneau suffit à apaiser sa douleur et à lui donner tant d’agilité et de courage qu’il se sent invulnérable face aux armes.

Bona domna, lo vostr’aneus
que·m donetz, me fai gran socors :
qu’en lui refranhi mas dolors,
e can lo remir, sui plus leus
c’us estorneus,
e sui per vos aissi auzart
que no tem que lansa ni dartz
me tenha dan n’acers ni fers.
(v. 27-34)

Excellente dame, l’anneau que vous m’avez donné m’est d’un grand secours, car grâce à lui je tempère mes douleurs, et quand je le contemple, je suis plus joyeux qu’un étourneau, et grâce à vous je me sens si audacieux que je ne crains pas que lance, ni dard, ni acier, ni fer ne me blessent.

7Les anneaux magiques étaient à la mode dans les romans français les plus célèbres de ces décennies : Médée en remet un à Jason et grâce à lui il n’aura plus à redouter les enchantements, les atteintes du feu, les blessures des armes, le venin, et il deviendra invisible (Baumgartner-Vielliard 1998, Roman de Troie, v. 1677-1702) ; Lunete passe au doigt d’Yvain un anneau qui le rendra invisible à tous ceux qui voudraient se saisir de lui (Hult 1994, v. 1023-1037) ; et la dame-fée donne à Lancelot un anneau qu’il lui suffit de placer devant ses yeux pour faire disparaître les phantasmes illusoires qui pourraient troubler son jugement (Méla 1994, v. 2335-2344 ; 3124-3129). L’effet merveilleux des anneaux, que certaines femmes offrent à leurs amoureux dans quelques romans et chansons de geste — procédé contraire à la fin’amor qui n’accepte pas de recours au merveilleux —, n’apparaîtra plus parmi les récompenses octroyées aux troubadours. La seule conséquence bienfaisante qu’ils obtiendront des dons de leur bien-aimée sera un grand bonheur, la certitude d’une réciprocité dans la relation amoureuse et une motivation pour composer de nouveaux chants.

8À côté de l’anneau si caractéristique et si approprié à l’engagement amoureux et féodal, on trouve aussi le cordon, une ceinture qui resserre la robe ou un cordon qui lace les manteaux, sacs ou capuches. Dans les classes aristocratiques, les cordos — signe distinctif de la femme mariée — étaient très longs et leurs extrémités retombaient tout au long du corps jusqu’aux genoux. Certains pouvaient être d’une grande valeur puisqu’ils étaient confectionnés avec de riches soies et des fils d’or et d’argent (Lovillo 1949, 107-109), et parfois étaient tressés ou brodés par les dames elles-mêmes qui les remettaient ensuite à leur amoureux (Jourdan 1995, 23-46). Un message d’amour avait été tissé par Gille de la Haien pour Richard du Hommet dans deux cordons de soie. Ces cordons sont conservés aux Archives nationales ; ils ont servi en 1190 à sceller la charte par laquelle Richard Cœur de Lion, son roi, confirme l’époux dans la possession de la dot de Gille. En voici les quatre vers :

Je suis druerie,
Ne me donez mie
Ki nostre amur deseivre
La mort pu [ist ja receivre.]
(Frank 1954, 131-32)

Je suis galanterie [un gage d’amour] ne me donnez pas. Que celui qui sépare notre amour puisse recevoir la mort.

  • 7  « Si la dame l’autorise à lui faire des dons, à lui montrer des marques d’affection (cordon, ceint (...)

9Le petit répertoire que j’ai confectionné — et que je publierai par ailleurs — des cadeaux reçus par une longue vingtaine de troubadours de Guilhem IX à Cerveri de Girona nous révèle que les anneaux, gants, cordos, broches, poils ou fils de manteaux, miroirs, rubans, manches ou la joia del cabeill que Raimbaut de Vaqueiras désire posséder (Era em requier, 392, 2) sont devenus des preuves ou des messages d’amour dont la possession et la soigneuse préservation élèvent l’amoureux à la catégorie d’entendedor, c’est-à-dire amoureux « toléré »7, comme nous le retrouvons dans des vers d’un salutz anonyme :

  • 8  Radaelli 2009, v. 111-114. Kolsen (1916-1919, 21), et P-C. (153 n. 1) l’attribuent à un « Coms d’A (...)

E s’ela·l fai tant, en prejan,
qe·l don corda, centura o gan
o nul son aver pauc ni gran,
a entendedor es pojaz8.

Et si, pendant qu’il est son suppliant, elle fait tant qu’elle lui donne cordon, ceinture ou gant ou un quelconque de ses biens, petit ou grand, il est élevé au grade d’amoureux.

10C’est peut-être cette prolifération dans le thème du don qui a amené certains troubadours à plaisanter à son sujet, comme ils l’ont également fait avec d’autres motifs, avec l’intention, peut-être, de capter l’attention de leur auditoire et de le surprendre alors qu’il s’attendait à entendre une fois de plus le bonheur du troubadour quand il reçoit la récompense. Raimon de Miraval (1191-1229) renverse le code de la fin’amor quand il dit désirer avant tout tener, baisar et jazer avec sa bien-aimée et recevoir ensuite mangas e cordos, les cadeaux de l’amour :

  • 9  Topsfield 1971, 264 : XXXII, v. 8-15 (BdT 406. 20).

De la bella, don sui cochos,
desir lo tener e·l baisar,
e·l jazer e·l plus conquistar,
et apres, mangas e cordos,
e del plus qe·il clames merces ;
que jamais no serai conques
per joia ni per entresseing,
si so q’ieu plus vuoill non ateing9.

La belle dame dont je suis désireux, je veux la tenir dans mes bras, lui donner des baisers, coucher avec elle et obtenir d’elle le maximum de faveur : c’est après seulement que je désire recevoir d’elle des manches et des colliers et lui demander la grâce de toute sa faveur ; car je ne serai jamais conquis par cadeau ni par signe d’amour, si je n’atteins pas ce que je désire le plus.

11Peire Cardenal (1225-1272), dans un échange de coblas avec Uc de Manseac, troubadour inconnu, défend l’idée que recevoir gants et anneaux des dames en récompense de ses chansons est bien peu de chose en comparaison des faveurs sexuelles que d’autres obtiennent :

— En Pèire, per mon chantar bèl,
ai de mi Dòns gantz et anèl,
e mant autre n’an atressi
agut de dòmnas per lur chant ;
e cel que contra chantar di
sembla ben qu’ane rebuzant.

— Ugon, si vos n’avètz joèl,
autre n’a la carn e la pèl,
e chantatz quant el es el ni.
E quan vos enformatz son gant,
autre enforma [son] lauri :
dont vos anatz brezanejant.
(Bec 1984, 44-45)

Uc : Seigneur Pierre, par mon beau chant, j’obtiens de ma Dame gants et anneau et, de même, maints autres ont reçu ces dons de leur dame, grâce à leur chant. Celui qui parle contre le chant, il semble donc bien qu’il radote.
Peire : Hugues, si vous obtenez d’elle un présent, un autre en a la chair et la peau. Et pendant que vous chantez, lui, il est au nid. Et tandis que vous enfilez son gant, un autre lui enfile l’oreille (?). C’est pour cette raison que vous grommelez [vos chansons].

  • 10  Francesca Nicholson (2003), qui apporte une lecture lacanienne de cette chanson, se demande si le (...)

12On trouve un cas remarquable dans la mention que fait de ce motif littéraire la trobairitz Castelloza. Dans la strophe V de Ja de chantar non degr’aver talan, canso triste et désespérée dès le début, la trobairitz nous dit qu’elle a profité pendant un moment de la possession d’un don, le gant de son ami. Mais, pour l’obtenir, elle a dû se l’offrir à elle-même, en le volant : aic vostre gan/qu’enblei ab gran temor, avant de le rendre tout de suite, desse, renonçant ainsi à la fois au don et à l’ami10 :

  • 11  Bec 1995, 81-84 : v. 37-45 (BdT 109. 2). Paden 1981 ; I. de Riquer 1991.

Si pro i agues, be·us membri’en chantan
qu’aic vostre gan
qu’enblei ab gran temor ;
pois ac paor
que i aguessetz dampnatge
d’aicella que·us rete,
amics, per qu’ieu desse
lo tornei, car ben cre
qu’ieu non ai poderatge11.

Si j’y trouvais quelque avantage, je vous rappellerais par mon chant que j’ai eu votre gant entre mes mains, ce gant que je vous dérobai en grande crainte. Ensuite, j’eus peur que vous n’en eussiez du dommage auprès de celle qui vous retient, et c’est pour cela que je vous le rendis bien vite, car je crois bien que je n’en ai nul pouvoir.

13La courte histoire du gant volé de Castelloza relie le thème du gazardon, la récompense amoureuse, au thème du bais emblat, le baiser volé, que l’on trouve dans trois cansos de Peire Vidal (Anglade 1966, XX [BdT 364. 2] ; XXVIII [BdT 364. 37] et XXVI [BdT 364. 48]) et que la razo de Pus tornatz sui en Proensa (Boutière-Schutz 1973, [364, 367], [361-363]) romance et allonge avec des emprunts provenant d’autres chansons du troubadour (abandon de la cour, voyage outremer, retour et réconciliation des amoureux) sans tenir compte de la chronologie, mêlant personnages et situations réelles avec des lieux communs poétiques et brouillant peut-être le personnage de la dame du baiser (Riquer M. de 2013, 722-727). Il rédige finalement une des plus belles histoires du monde des troubadours « qui n’a qu’un seul défaut, celui de ne répondre en rien à la réalité » (Hoepffner 1946, 145). L’apport de Castelloza à l’histoire littéraire du motif du don, c’est de finir l’anecdote sans garder le gant, comme le font presque tous les troubadours, ni le perdre, comme Giraut de Bornelh, Peire Vidal et Cerverí de Girona, mais de le voler et ensuite le rendre.

14Ces mentions que les troubadours font des dons qu’ils ont reçus de leur bien-aimée semblent suffisantes pour constater qu’il s’agit là d’un thème poétique très répandu mais qu’il ne constitue, en aucun cas, le thème central du poème. En quelques vers, on nous dit que la récompense reste en possession du troubadour qui la garde soigneusement car elle représente la reconnaissance de son amour de la part de sa dame et la promesse d’une relation plus satisfaisante. Et c’est tout.

  • 12  Pour une première rédaction sur le “thème du cordon” chez Peire Vidal et Cerverí de Girona, voir I (...)

15Nous avons volontairement laissé de côté les cinq chansons du cycle du gant de Giraut de Bornelh, les deux composées par Peire Vidal sur le cordon de Na Vierna et les quatre poèmes sur le cordon de Cerverí de Girona parce qu’elles présentent des caractères fort particuliers : les trois troubadours répètent le thème plus d’une fois et tous trois perdent le présent de la dame. Mais, comme chez les autres troubadours, on trouve également mention des dons reçus dans des citations isolées, très vagues, qui n’occupent jamais une strophe entière, sans allusions ni développement dans les strophes qui précèdent ou qui suivent.12 Il semble cependant qu’avec la répétition de la perte du don, ces troubadours aient voulu consciemment créer un petit groupe thématique, une histoire que l’auditoire suivrait parce qu’elle donne aux poèmes unité, continuité et mythification. Un commentaire de J.-J. Salverda de Grave (1938, 24) sur ces poèmes borneliens peut s’appliquer également aux deux autres troubadours :

[…] voici des allusions à des faits précis, des circonstances et des événements que ne peuvent pas connaître les auditeurs. Ces souvenirs qui, conformément à l’éthique des poètes d’alors, sont racontés avec la plus grande réserve, et qui créent une atmosphère de mystère, établissent un lien d’intimité entre le poète et sa dame ou un cercle étroit de ses amis et donnent à une poésie qui, en son essence, est doctrinaire, un léger air de réalité, sans dissiper le vague où elle plane ». Et il se demande : « Qu’est-ce qui s’est passé entre Giraut et sa dame au sujet du gant, dont il parle à plusieurs reprises ? »

16L’ordre établi par Adolf Kolsen (1910-1935) pour les chansons de Giraut de Bornelh qui font allusion au gant est le suivant :

25. Era si·m fos en grat tengut
26. La flors el vergan
27. Si·m sentis fizels amics
28. Tot suavet e de pas
52. En un chantar

17L’édition de Ruth V. Sharman (1989) a très peu modifié l’ordre du « glove cycle » :

XXVIII. La flors el vergan
XXIX. Era si·m fos en grat tengut
XXX. Si·m sentis fizels amics
XXXI. Tot suavet e de pas
LI. En un chantar

  • 13  Salverda de Grave (1938, 24-25) et Simonetta Sorana (1990, 5-17) ajoutent Lo doutz chans d’un auze (...)

18A. Kolsen (1910-1935), J.-J. Salverda de Grave (1938), B. Panvini (1949), W. Pattison (1952), A. Serper (1974), R. V. Sharman (1989) et G. Peyrebrune (2000), parmi d’autres spécialistes, donnent une certaine importance à l’anecdote sentimentale de la perte du gant et quelques-uns croient qu’il s’agit d’un fait réel. En le mettant en rapport avec les changements stylistiques du troubadour, ils essaient d’établir une chronologie de l’événement et aussi de fixer le nombre de chansons sur l’incident du gant13.

  • 14  Era·m platz (BdT 242. 14 = BdT 389, 10a).
  • 15  Nous trouvons plusieurs dames dans le chansonnier bornelien : Midonz de Narbona, Escaronha, Alaman (...)
  • 16  Pour établir la chronologie des chansons sur le gant, nous ne pouvons pas nous fier à l’expression (...)

19Dans les quatre premières chansons de l’affaire du gant (Sharman, 1989, XXVIII, XXIX, XXX et XXXI), le troubadour exprime l’intention de composer des chansons simples, bien qu’il emploie pour cela une mise en strophe très compliquée, une métrique et une syntaxe embrouillées et mélange toute sorte de thèmes, d’idées et de mots, dont certaines semblables à celles que l’on trouve dans son débat avec Linhaure14, composé vers 1170/1171. En ce qui concerne l’affaire du gant, Giraut de Bornelh ne dit à aucun moment quelle dame lui a donné son gant15 ni en quelle occasion16, et il ne précise pas non plus s’il s’agit de la même dame ni du même gant, désigné par mon gan (XXVIII), lo gan (XXIX), un gan (XXX), del gan (XXXI) et un gan (LI) (Sharman 1989).

20Une parenthèse : Pour notre compréhension des textes borneliens, les lectures diverses des manuscrits, la ponctuation et l’emploi de majuscules au commencement des vers et dans certaines combinaisons de mots des éditeurs, dont quelques-uns éditent comme senhals des mots qui n’en étaient peut-être pas pour Giraut de Bornelh, représentent de grands obstacles. L’édition et traduction des vers 106-109 de La flors el vergan (BdT 242. 42) nous en fournissent un exemple.

a)
No·m recre
D’esperar jasse
Sobre toz que longamen
M’aura menat ‘pren, no pren’ !

  • 17  Voir Kolsen 1910-1935, 146-147 : mss. CMRSg.

Ich höre nicht auf, stets mehr als alle zu hoffen, so dass man von mir sagen wird, dass die Geduld (?) mich lange geleitet hat17.

21Traduction de Salverda de Grave (1938, 70-72) :

Je ne renonce pas à espérer toujours Sobre-Totz, car elle m’aura mené longtemps [à la manière de] prends-moi-et-ne-me-prends (sc. elle a fait longtemps la coquette avec moi, de sorte qu’il est toujours possible qu’un jour elle se montre plus aimable).

b)
No·m recre
D’esperar iasse
Denan-Totz ; que longamen
M’aura menat Pren-Non-Pren.

  • 18  Voir Sharman 1989, 171-173 : Ms. B.

I never stop hoping, Before-All ; for Undecided has kept me guessing for a long time18.

c)
No’m recre
D’esperar jase
Denan totz que lonjamen
M’aura menat pren non pren.

  • 19  Voir Peyrebrune 2000, 48-49 : Ms. Sg.

Jamais je ne cesse d’espérer, bien conscient qu’elle m’aura longtemps manœuvré avec « j’accepte, je n’accepte pas »19.

  • 20  La présence, en certaines occasions, de Giraut de Bornelh à la cour de la Couronne d’Aragon, ses r (...)

22D’après la chronologie de Giraut de Bornelh, le troubadour pourrait avoir composé les chansons du « cycle du gant » dans l’entourage d’Alphonse II d’Aragon, peut-être quand le roi se trouvait sur ses domaines pyrénéens du sud20. Les trois premières, La flors el vergan, Era si·m fos et Si·m sentis (lonh dels provensals, v. 92), en 1168-1169 (si c’est bien là l’ordre dans lequel elles ont été écrites). La quatrième, Tot suavet e de pas, écrite probablement en 1172 (Riquer M. de 2013, 395) est la plus intéressante puisque, en plus des allusions au trobar leu, le troubadour se réfère explicitement à ses deux illustres protecteurs, le roi Alphonse II et Raimon V de Toulouse — par ailleurs, grands rivaux. Celle qui semble être la dernière, En un chantar, pourrait dater de 1179, puisque le troubadour exprime dans la dernière strophe son intention de se rendre aux Lieux Saints (Sharman 1989, 4-5, v. 23 ; Peyrebrune 2000, 58). La participation de Giraut de Bornelh à la troisième croisade est avérée, puisqu’il y fait référence dans différents poèmes, quelques-uns composés en Catalogne, où se trouvait alors Alphonse II (Riquer M. de 2013, 385).

231. La flors el vergan

  • 21  Voir Sharman 1989, 168 : Canso, XXVIII, v. 46-53 (BdT 242. 42).

E pero l’autr’an,
Qan perdei mon gan,
Anava chantan
Plan e plus ades, RSg clus
E si m’en tarzes,
En for’encolpatz,
Pois lo dos ni·l gratz
No m’era tardatz21.

Autrefois, lorsque je perdis mon gant, j’allais chantant (comme) toujours simple et « clus ». Et si j’avais tardé à le faire, on me l’aurait reproché, car ni le don ni la reconnaissance n’avaient tardé à me venir.

242. Era si·m fos en grat tengut

  • 22  Voir Sharman 1989, 175 : Canso, XXIX, v. 65-76 (BdT 242. 16). 

E qi·m mostres
Co me loingnes,
Garira,
Gandira,
Loingnan,
Esperan
Man
Deviron Belcaire,
Car non puesc de lai re
Mon fat cor estraire,
Ni blan
La perda qe pris per lo gan22.

  • 23  V. 76 : la perda qe pris per lo gan. Pour R. Sharman (1989, 180, n. 76), ce vers est ambigu puisqu (...)

Et si l’on m’avait montré comment m’éloigner, j’aurais été délivré et sauvé, prenant mes distances, attendant un message alentour de Beaucaire, car je ne peux enlever de là mon cœur simple ni adoucir la perte que j’ai éprouvée à cause du gant23.

253. Si·m sentis fizels amics

26Giraut de Bornelh fait de nouveau une allusion obscure aux malheurs survenus après la perte d’un gan.

  • 24  Voir Sharman 1989, 181 : Canso, XXX, v. 83-88 (BdT 242. 72).

Q’antan
Per un gan,
de que·m sove
— Pero si·s fara iase ! —
Mogron m’ist no-fezat fals
Tal ghera, pois fo mortals24.

Puisque jadis, à cause d’un gant, dont je me souviens et il en sera ainsi toujours, ces faux perfides engagèrent contre moi une guerre telle qu’elle fut mortelle.

274. Tot suavet e de pas, canso datée entre 1168 et 1172.

28Tot suavet représente un cas singulier car le troubadour, faisant peut-être allusion aux chansons antérieures, s’adresse au jongleur pour lui dire : « souviens-toi du gant/duquel Mos Segurs/fit un mauvais marché » (v. 23-25). L’affaire du gant sert à adresser une dure critique à Mos Segurs, le seul senhal féminin, à notre avis, qui soit mis en relation avec le gant.

  • 25  Voir Sharman 1989, 187 : Canso, XXXI, v. 21-30 (BdT 242. 79).

Vai t’en, que bon’anaras,
Al meu semblan,
E pero membre·t del gan
Don Mos Segurs
Fetz avol bargajna,
Que·l seus rics pretz sobeiras
Es tornatz fragil e vas
E d’avol parvenza,
Per qu’es mort’e decauzuda,
Si·l cor flac en ferm no muda25.

Va-t-en ! Ça t’ira bien, à mon avis, mais souviens-toi du gant au sujet duquel Mos Segurs fit un mauvais marché, parce que son noble prix souverain est devenu fragile, faible et de mauvais aspect ; aussi elle est morte et avilie si le cœur mou ne se change pas en ferme.

29Ensuite, le troubadour continue en exprimant de durs reproches contre la domna de leuger talan, v. 33 et mal chaptenguda, v. 40.

305. En un chantar, chanson datée de 1179.

31L’affaire du gant et ses funestes conséquences (gran damnatge, v. 49) semblent au troubadour une affaire déjà connue (si com avetz auzit comtar, v. 47), ce qui l’amène à donner libre cours, dans cette strophe et dans d’autres, à des reproches contre la domna : camjaritz, v. 29 ; mal’abetairitz, v. 51 ; irable savais, v. 54 ; sa mal’amor, v. 55, etc. comme il l’a déjà fait dans le poème antérieur :

  • 26  Voir Sharman 1989, 298 : Canso-sirventés LI, v. 45-55 (BdT 242. 33).

E·m fez loinar,
Tan mi promes,
De clams e d’iras e de plainz,
Si com avetz auzit comtar.
Qu’ie·m solia d’un gan clamar
Qe·m fon de gran damnatge guitz.
E pueis la mal’abetairitz
Camietz me datz
— C’aissi com m’en er alegratz,
Me fo pueis irable savais —
Qui ab sa mal’amor m’atrais26.

Elle me promit tant qu’elle me fit renoncer aux réclamations, aux tristesses et aux plaintes, comme vous l’avez entendu raconter. Et je ne cessais de me plaindre au sujet d’un gant qui fut pour moi cause d’un grand malheur. Ensuite, la méchante trompeuse m’a changé les dés, car comme elle m’avait d’abord réjoui, ensuite elle se montra horrible et méchante, elle qui m’avait attiré de son amour perfide.

  • 27  Il nous semble que l’affaire du gant a été comprise ainsi à son époque, comme nous le verrons dans (...)

32La perte du don, qui semble être d’invention bornelienne, représente la rupture de la relation amoureuse et la perte de la faveur de la domna27. La répétition, à cinq reprises au moins, de la double perte, celle du gant et celle de l’amour de la dame, aurait pu attirer l’attention du rédacteur des deux razos qui se trouvent uniquement dans le chansonnier Sg, confectionné en Catalogne (Ventura 2006) ainsi que celle des spécialistes modernes dont les travaux ont porté pendant plus de cent ans sur le « cycle du gant » de Giraut de Bornelh.

  • 28  Nous nous souvenons tous de la razo de BdT 70. 43, intercalée dans Sg dans la Vida de Bernart de V (...)

33Les razos de Si-us quier conseil, bell’amiga Alamanda, (BdT 242. 69) et de Ges aissi del tot no·m lais, (BdT 242. 36) précèdent ces deux chansons dans lesquelles l’affaire du gant n’apparaît jamais. Les razos borneliennes du chansonnier catalan semblent être l’œuvre d’un remanieur, bon lecteur des textes poétiques, très habile à mettre en relief des détails apparemment peu importants mais très précis des chansons ; et, en ajoutant la fantaisie et l’imagination d’un romancier, il tire profit du débat du troubadour avec Alamanda si bien qu’il transforme le jeu poétique du gant octroyé puis perdu en réalité vécue et individuelle28. La première razo raconte la rupture entre le troubadour et N’Alamanda à cause de l’affaire du gant.

  • 29  Rubrique : Vida d’En Guiraut de Borneill (Boutière-Schutz 1973, 44) ; (Riquer M. de 2013, 417-418)

Si.us quier conseil, bell’amiga Alamanda (BdT 242. 6929)

(1) Vertatz es qu’En Giraut de Borneyll amava una domna de Guascoyna qui era apelada N’ Alamanda. (2) Fort era prezada e de sen e de valor e de beutat, e sufria los precs d’En Giraut per lo gran enansamen (ms. eseynam) qu’el li fazia, e per los bos chantars qu’el fazia de ley, on ela se delechava fort, per ço c’ome be los entendia. (3) E il se deffendet da luy ab paraulas et ab promessas mout cortezamen, que anc no[n] ac da lei mas un sol gan, don el visquet lonc temps joios ; mas pois n’ac gran tristeza e dolor, car el lo perdet. (4) E can ma dona Alamanda o saub, ela lo blasmet e repres fort del gan, dizen que mal l’avia guardat, e que mays no li daria alcun joi ni espers da lei alcun endrech d’amor, e que tot so qu’ela li havia promes li desmandava, car ben vezia que trop s’era luynatz da son comandamen. (5) E quan Girautz auzic lo comjat, el fo fort dolenz iratz, e venc s’en a una donzella qui era apelada Alamanda, atresi con sa domna. (6) Aquesta donzela era fort corteza e savia, e sabia ben trobar et entendre, e sabia letras. (7) E li contet so que sa domna li avia dich, e li demandet conseyl en un sieu chantar qui es escritz en aquest libre e comensa aissi : Si-us quier conseil, bell’amiga Alamanda.

34Dans ce texte, nous pouvons souligner quelques thèmes inventés par l’écrivain : à cause des bonnes relations entre le troubadour et N’Alamanda, il reçoit le don du gant qui le remplit de joie. La perte du gant irrite tellement la dame qu’elle lui donne congé (comjat) et le troubadour plein de douleur se lamente et demande conseil à une demoiselle appelée aussi Alamanda. L’histoire du gant se prolonge et se complète dans la razo suivante, qui précède la chanson-sirventés Ges aissi del tot no·m lais (BdT 242. 36) (Boutière-Schutz 1973, 49-50) :

(1) En Girautz no poc far ne dir tan qu’el pogues tornar en la grasia de ma domn’ Alamanda, car ela era mout felona vas luy, per so qu’ela se volia partir da luy ; don ela li trobet la ouchaizon del gan. (2) Don Girautz, si tot li fo greu, s’en partic. (3) E sapxatz que ma don’ Alamanda no li det comjat sol per lo gan, si tot en trobet ouchayzon ; qar ilh o fes per so que pres per son drut tal don ela fo fort blasmada, car el era hom fort malvatz e croys. (4) Don Girautz de Borneyl remas mout tristz e dolenz longa sazon per lo dan de se e per lo blasme de ley, car ilh avia fach amador di tal qui no-l covenia. […] (5) e car a la domna no plazia plus solatz ni deportz ni rire ; le quals chantars es escritz en aquest libre.

35Cette razo explique les plaintes de Giraut par l’infidélité de N’Alamanda et nous donne à connaître la cruelle ruse de la dame : le comjat que la dame donne au troubadour à cause de la perte du gant est une excuse (la ouchaizon del gan) pour se débarrasser de Giraut et se consacrer tout à fait à son nouvel amant. Dans le récit de la trahison de la dame, l’écrivain crie sur tous les toits des mots durs contre elle : mout felona et contre le drut : hom fort malvatz e croys, tal qui no·l covenia, et accorde une grande attention à quelques mots contre la domna que Giraut de Bornelh lance dans Ges aissi et les utilise pour rédiger son texte :

Ges aissi : non lais /chantar ni deport ni rire (v.1-2)
Razo : (5) no plazia plus solatz ni deportz ni rire

Ges aissi : qe no·ls aus retraire, /car non i vei gaire / cui plassa iais, (v. 11-13)
Razo
 : (1) En Girautz no poc far ne dir tan qu’el pogues tornar en la grasia

Ges aissi : ma mal’amiga qu·m trais, (v. 18)
Razo
 : (1) car ela era mout felona vas luy

  • 30  Voir Sharman 1989, 384 : Sirventes, Canso, LVII (BdT 242. 69).

36Et il est possible qu’il ait aussi tenu compte de certains vers de la tenso avec Alamanda30 : dompna truanda (v. 3), m’a mentit mais de cent vetz primeira (v. 34), leu muda/ cors d’amador (v. 52-53) ; ainsi que des reproches à la dame infidèle, déloyale et changeante, la camjaritz, qui se trouvent dans d’autres chansons du « cycle du gant » et dans d’autres poèmes borneliens, copiés aussi dans le codex Sg. Voyons quelques exemples :

— BdT 242. 42 La flors el verjan : “m’amia fellona” (v. 55) ; “son durs cors engres” (v. 80).

— BdT 242. 79 Tot suavet : “·l seus rics pretz sobeiras/es tornatz fragil e vas/e d’avol parvenza,/per qu’es mort’e decauzuda,/si·l cor flac en ferm no muda” (v. 26-30) ; “leugier talan” (v. 33) ; “mal captenguda” (v. 40).

  • 31  Quant la brun’aura s’eslucha (BdT 242. 59) : “mal’amigua” (v. 8) ; Joys e chans (BdT 242. 40) : “A (...)

 BdT 242. 33 En un chantar : “camiaritz” (v. 29) ; “ella·m galiet e·m trais” (v. 33) ; “la mal’abetairitz” (v. 51) ; “Me fo pueis irable savais/Qui ab sa mal’amor m’atrais” (v. 54-55)31.

  • 32  Pour l’ambiance poétique autour de Maria de Ventadorn, voir Rieger 1992 ; Archer-Riquer 1998, 18-3 (...)
  • 33  Une troisième razon bornelienne de Sg Si per mon “Sobre-Totz” no fos, BdT 242. 73 (Boutière-Schutz (...)
  • 34  Les razos — la première réception et assimilation des textes poétiques suivant l’avis des cercles (...)
  • 35  Voir I. de Riquer 1999, 171-188.

37Mots mordants de reproche et de mépris, les mêmes que l’on retrouve dans les malas cansos d’un groupe de troubadours réunis autour de Maria de Ventadorn, avec Gui d’Ussel à leur tête32, et que leurs razos ont mis à profit, en introduisant des personnages et des situations qui donnaient le temps et le lieu à la fiction poétique (Boutière-Schutz 1973, 181, 205-206, 210-211, 384-386). L’auteur des deux razos borneliennes du codex Sg, utilisant les vagues mentions des textes poétiques, agit de même en rédigeant une histoire sous le prétexte de la perte du gant33 et, prenant le parti du troubadour, insiste d’une manière critique et sévère sur le comportement de la dompna avec le langage de la mala canso34, comme s’il voulait rédiger une mala canso en prose puisqu’il avait tous les ingrédients pour en composer une : 1. Le troubadour dénonce une dame concrète d’une faute précise. 2. Il emploie des mots très durs. 3. Il proclame publiquement l’infidélité de la dame. 4. Le troubadour prédit son avilissement moral et physique. 5. Le troubadour renonce au service amoureux et prend congé de la dame déloyale : comjat35.

Top of page

Bibliography

Anglade Joseph (éd.), 1966. Les poésies de Peire Vidal, Paris, Champion.

Archer Robert, Riquer Isabel de, 1998. Contra las mujeres : poemas medievales de rechazo y vituperio, Barcelona, Quaderns Crema.

Baumgartner Emmanuelle, Vielliard Françoise (éds.), 1998. Benoît de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, Paris, Le Livre de Poche.

Bec Pierre (éd.), 1984. Peire Cardenal, En Pèire, per mon chantar bél, (453, 1 = 335, 23), Burlesque et obscénité chez les troubadours. Le contre-texte au Moyen Âge, Paris, Stock/Moyen Âge, 44-45.

Bec Pierre (éd.), 1995. Castelloza, Chants d’amour des femmes-troubadours, Paris, Stock/ Moyen Âge, 1995, (109, 2).

Beltrami Pietro G., 2011. « Guiraut de Bornelh, Can lo glatz e·l frechs e la neus (BdT 242, 60) », Lecturae Tropatorum, 4, 36 p. http://www.lt.unina.it/Beltrami-2011.pdf.

Benozzo Francesco, 2007. La tradizione smarrita. Le origini non scritte delle letterature romanze, Roma, Viella.

Boutière Jean, Schutz A.-H., Cluzel Irénée-Marie (éds.), [1964] 1973. Biographies des troubadours. Textes provençaux des xiiie et xive siècles, Paris, Nizet.

Coderch Marion, 2009. Ausiàs March, les dones i el amor, Valencia, Institució Alfons el Magnànim.

Frank István, 1954. « Périodiques », Romania, LXXV, 131-132.

Frank István, 1955. « Les débuts de la poésie courtoise en Catalogne et le problème des origines lyriques », dans VII Congreso internacional de lingüística románica, Actas y Memorias, II, Barcelona, 181-187.

Gambino Francesca, 2010. « Guglielmo di Poitiers, Ab la dolchor del temps novel (BdT 183,1) », Lecturae tropatorum, 3, 51 http://www.lt.unina.it/Gambino-2010.pdf.

Guida Saverio, 2001. « Trobairitz fantomatiche ? I casi Alamanda ed Escaronha », Le rayonnement de la civilisation occitane à l’aube d’un nouveau millénaire, 6e Congrès international de l’Association Internationale d’Études Occitanes (Vienne, 12-19 septembre 1999), actes réunis et édités par G. Kremnitz et al., Wien, 411-432.

Hoepffner Ernest, 1946. « Le baiser volé de Peire Vidal », Mélanges Krepinssky, Casopis moderna Filologia, 140-145.

Hult David F. (éd.), 1994. Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion, Romans, Paris, Le Livre de Poche.

Jourdan Jean-Pierre, 1995. « La lettre et l’étoffe », dans L’étoffe et le vêtement, Médiévales, 29, 23-46.

Kolsen Adolf (éd.), 1916-1919. Dichtungen der Trobadors, Halle, Niemeyer.

Kolsen Adolf (éd.), 1910-1935. Sämtliche Lieder des Trobadors Giraut de Bornelh, 2 t., Halle, Niemeyer.

Le Goff Jacques, 1977. « Le rituel symbolique de la vassalité », Pour un autre Moyen Age, Paris, Gallimard.

Lovillo José Guerrero, 1949. Las Cantigas. Estudio arqueológico de sus miniaturas, Madrid, 107-109.

Méla Charles (éd.), 1994. Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, Romans, Paris, Le livre de Poche.

Nicholson Francesca, 2003. « Troubadour Loves and Gloves », Possessions: Essays in French Literature, Cinema and Theory, Julia Horn, Lynsey Russell-Watts éd., Lynsey, Berne, Peter Lang, 167-182.

Paden William D., 1981. « The poems of the trobairitz Na Castelloza », Romance Philology XXXV, 158-182.

Panvini Bruno (éd.), 1949. Giraldo di Bornelh, trovatore del sec. XII, Catania.

Pattison W. T. (éd.), 1952. The Life and Works of the Troubadour Raimbaut d’Orange, Minneapolis, The University of Minnesota Press.

Peyrebrune Georges (éd.), 2000. Les chants de Giraut de Bornelh, troubadour du XIIe siècle, Tulle, Éditions Lemouzi.

Radaelli Anna, 2009. Donna, vos m’avez et Amors, BEdT, 461.v, Salutz d’Amor. Edizione critica del corpus occitanico a cura de Francesca Gambino. Introduzione e nota ai testi di Speranza Cerullo, Roma, Salerno editrice.

Rieger Angelica, 1991. « Alamanda de Castelnau. Une trobairitz dans l’entourage des comtes de Toulouse ? », Zeitschrift für romanische Philologie, 107, 47-57.

Rieger Angelica, 1992. « La mala cansó de Gui d’Ussel, un exemple d’“intertextualité de pointe” », Contacts de langues, de civilisations et intertextualité, tome II, Montpellier, 1071-1088.

Riquer Isabel de, 1989-1990. « Giraut de Bornelh en las obras de Ramon Vidal de Besalú y Jofre de Foixà », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, XLII, 161-184.

Riquer Isabel de, 1991. « El guante robado de Castelloza », Anuari de Filologia, XIV, Secció G, n° 2, 49-60.

Riquer Isabel de, 1999. « La mala domna chez les troubadours provençaux et les poètes catalans » in Actes du Colloque « La Poèsie en langue d’oc des troubadours à Mistral », Paris, La France Latine, vol. 129, 171-188.

Riquer Martín de, 1959. « La littérature provençale à la cour d’Alphonse II d’Aragon », Cahiers de Civilisation médiévale, II, 177-201.

Riquer Martín de, 2013. Les troubadours. Histoire littéraire et textes, I, trad. fr. Cahiers de Carrefour Ventadour.

Salverda de Grave Jean-Jacques, 1938. Observations sur l’art lyrique de Giraut de Borneil, Mededeelingen der Koninklije Nederlandsche Akademie van Wetenschappen, afd. Letterkunde, N. R., 1, Amsterdam.

Serper Arié, 1974. « Guiraut de Borneil, le “gant”, le “trobar clus” et Lignaure », Revue des langues romanes (81), 93-106.

Sharman Ruth Verity (éd.), 1989. The Cansos and Sirventes of the Troubadour Giraut de Borneil, Cambridge, Cambridge University Press.

Sorana Simonetta, 1990. « Giraut de Bornelh : il problema dello stile nel ‘cycle du gant’ », Quaderni di Filologia e lingua romanze 5, 5-17.

Topsfield Leslie Thomas, 1971. Cel que no vol auzir chanssos, Les poésies du troubador Raimon de Miraval, Paris, « Les classiques d’oc », XXXII, (406, 20).

Ventura Simone, 2006. I. Canzonieri provenzali. 10. Barcelona, Biblioteca de Catalunya. Sg. (146), « Intavulare ». Tavole di canzioneri romanzi, Modena, Mucchi editore.

Top of page

Notes

1  Francesco Benozzo (2007) met en rapport le don et sa réciprocité dans l’idéologie de la fin’amor selon les troubadours et le domaine de l’anthropologie religieuse : « una trasformazione di uno stadio più arcaico di adorazione della dea ».

2  V. 22 sa drudari’ e son anel : Gambino (2010, 3, 45) « l’espressione mi sembra un’endiadi, nella quale anel costituisce il complemento di drudaria ; quest’ultimo lemma assumerebbe qui non tanto il significato di ‘intimità amorosa’ (come hanno interpretato fino ad ora tutti gli interpreti […] quanto quello più specifico di ‘oggetto che costituisce pegno della manifestazione d’amore’, quindi letteralmente l’espressione significherebbe ‘il pegno del suo anello’ o ‘il suo anello come pegno’. Questa accezione è attestata da numerosi esempi sia in francese antico […] FEW, III, p. 165b 8 druerie « gage d’amour, cadeau galant » ; e la voce druderia del TLIO. — anel : simbolo di fedeltà feudale, simboleggia qui la fedeltà.

3  La chronologie de plusieurs poèmes des troubadours aussi bien que l’identification de certains senhals est, encore aujourd’hui, un problème extrêmement ardu qui donne lieu aux opinions les plus diverses parmi les occitanistes.

4  Voir Pattison 1952, 134, n° 20 (BdT 389. 18).

5  Voir Pattison 1952, 167, n° 29 (BdT 389. 11). L’éditeur (1952, 44-45) considère que les expressions mon anel, son anel sont un senhal.

6  Voir Riquer M. de 2013, 398-401 (BdT 242. 60) ; Sharman 1989, 92-97, XII ; Beltrami 2011.

7  « Si la dame l’autorise à lui faire des dons, à lui montrer des marques d’affection (cordon, ceinture ou gant) ou à lui donner de l’argent (son aver), il s’élève à la catégorie d’entendedor ». (Riquer M. de 2013, 84).

8  Radaelli 2009, v. 111-114. Kolsen (1916-1919, 21), et P-C. (153 n. 1) l’attribuent à un « Coms d’Angeu » qui apparaît au v. 81.

9  Topsfield 1971, 264 : XXXII, v. 8-15 (BdT 406. 20).

10  Francesca Nicholson (2003), qui apporte une lecture lacanienne de cette chanson, se demande si le gant volé par Castelloza, vostre gan, est le gant de l’ami ou celui que lui avait octroyé aicela que·us rete.

11  Bec 1995, 81-84 : v. 37-45 (BdT 109. 2). Paden 1981 ; I. de Riquer 1991.

12  Pour une première rédaction sur le “thème du cordon” chez Peire Vidal et Cerverí de Girona, voir Isabel de Riquer (1991).

13  Salverda de Grave (1938, 24-25) et Simonetta Sorana (1990, 5-17) ajoutent Lo doutz chans d’un auzel, BdT 242. 46 ; rien ne semble indiquer que les v. 69-72 de cette pastourelle-sirventés fassent référence au même gant que les cinq chansons citées auparavant. À mon avis, il n’y aucun rapport non plus avec le cycle du gant dans les poèmes Pos lo glatz (BdT 242. 60), Gen m’aten (BdT 242. 34) et Ben m’era bels chantars (BdT 242. 20) qu’ajoute Peyrebrune (2000). Il y a aussi chez Giraut de Bornelh d’autres allusions aux gants en général, et il arrive même à désirer les mains dégantées de la dame (Can creis, BdT 242. 59 et Ben m’era bels, BdT 242. 20/21).

14  Era·m platz (BdT 242. 14 = BdT 389, 10a).

15  Nous trouvons plusieurs dames dans le chansonnier bornelien : Midonz de Narbona, Escaronha, Alamanda (Rieger 1991 ; Guida 2001), quelques-unes résidant en Gascogne, en France ou en Espagne et d’autres cachées sous des senhals masculins ou ambigus, Mon Senhor, Bel Senhor, Mos Segurs (Sharman 1989, 11-17) ou d’autres appelées bell’amia, bona domna, etc., ce qui fait que certains critiques ont considéré Giraut de Bornelh comme une sorte de « Don Juan » (Panvini 1949, 25-29), malgré Kolsen (1916-1919) qui a toujours défendu l’idée que l’unique amour du Périgourdin a été Escaronha. Nous laisserons cet aspect de côté.

16  Pour établir la chronologie des chansons sur le gant, nous ne pouvons pas nous fier à l’expression l’autr’an, à laquelle Kolsen et Panvini ont donné tant d’importance dans les études citées. L’autr’an est une formule commune dans de nombreuses compositions, surtout dans les pastourelles et, dans ce cas, son emploi est contraint par la rime avec gan. Dans Si·m sentis fizels amics (BdT 242. 72), gan rime avec antan, autre terme temporel v. 83-84 ; et dans Tot suavet, gan (BdT 242. 79), v. 23 rime avec un an v. 32.

17  Voir Kolsen 1910-1935, 146-147 : mss. CMRSg.

18  Voir Sharman 1989, 171-173 : Ms. B.

19  Voir Peyrebrune 2000, 48-49 : Ms. Sg.

20  La présence, en certaines occasions, de Giraut de Bornelh à la cour de la Couronne d’Aragon, ses relations avec le roi Alphonse II, aquel que trobet (vida dans IK, éd. cit., p. 525) avec qui il débat sur l’amour du ric ome (BdT 242. 22 = BdT 23,1a), et sa personnalité poétique extraordinaire, laissèrent une empreinte profonde dans les milieux littéraires catalans. Un grand nombre de ses chansons se trouvent dans les deux codex copiés en Catalogne, le V et le Sg, quelques-unes en transmission unique (V : BdT 242. 9 et BdT 242. 10 ; Sg : BdT 242. 18a et BdT 242. 69a), des citations aussi nombreuses qu’élogieuses de plusieurs de ses vers apparaissent dans les Razós de trobar et dans les novas de Ramon Vidal de Besalú, entre beaucoup d’autres, qui présentent l’époque alphonsine comme l’âge d’or de la courtoisie (Frank 1955 ; M. de Riquer 1959 ; I. de Riquer, 1989-1990).

21  Voir Sharman 1989, 168 : Canso, XXVIII, v. 46-53 (BdT 242. 42).

22  Voir Sharman 1989, 175 : Canso, XXIX, v. 65-76 (BdT 242. 16). 

23  V. 76 : la perda qe pris per lo gan. Pour R. Sharman (1989, 180, n. 76), ce vers est ambigu puisqu’elle l’interprète comme « The harmful consequences of losing his lady’s glove, not the loss of the glove itself (as Kolsen understands) ».

24  Voir Sharman 1989, 181 : Canso, XXX, v. 83-88 (BdT 242. 72).

25  Voir Sharman 1989, 187 : Canso, XXXI, v. 21-30 (BdT 242. 79).

26  Voir Sharman 1989, 298 : Canso-sirventés LI, v. 45-55 (BdT 242. 33).

27  Il nous semble que l’affaire du gant a été comprise ainsi à son époque, comme nous le verrons dans les razos qui n’accusent pas le troubadour de négligence ni d’un trouble psychologique qui le mène à la répétition traumatique du thème, comme l’a écrit Francesca Nicholson (2003, 167-182). Bruno Panvini (1949, 81), qui défend l’interprétation biographique et réelle du thème du gant, écrit que « la perdita del guanto offre alla donna il mezzo di troncare definitivamente una relazione pesante e difficile ».

28  Nous nous souvenons tous de la razo de BdT 70. 43, intercalée dans Sg dans la Vida de Bernart de Ventadorn, qui narre une tendre scène amoureuse entre le chevalier Rai et la dame Alauzeta, interpolation que la critique a qualifiée de façons très diverses et pas du tout élogieuses. À mon avis, il s’agit d’une insertion très poétique et d’une précieuse sensualité ; une prosopopée pleine d’esprit qui réussit à humaniser, à donner chair et os, mouvements et sentiments, aux premiers vers de la chanson de la lauzeta ventadornienne.

29  Rubrique : Vida d’En Guiraut de Borneill (Boutière-Schutz 1973, 44) ; (Riquer M. de 2013, 417-418).

30  Voir Sharman 1989, 384 : Sirventes, Canso, LVII (BdT 242. 69).

31  Quant la brun’aura s’eslucha (BdT 242. 59) : “mal’amigua” (v. 8) ; Joys e chans (BdT 242. 40) : “Aissi·m gavaing” (v. 47) ; L’autrier, lo primier iorn d’aost (BdT 242. 44) : “fals’abetairitz” (v. 27), “volatieira” (v. 30), “chamjairitz” (v. 3) ; Ben deu hom chastian dire (BdT 242.13) : “falsa semblansa” (v. 40) ; Ab semblan mi fai dechazer (BdT 242. 2) : “ab art et ab fals geing mi pren” (v. 15) ; Ben m’era (BdT 242. 20) : “galiars l’es bels ni l’acomortz” (v. 79-80), “om galiet e·m trais lo jorn qu’ela m’estrais” (v. 88-89) ; Can creis la fresca (BdT 242. 58) : “Cors l’era camiatz” (v. 43), etc. D’après Marion Coderch (2009, 65), Giraut de Bornelh alterne dans 18 poèmes les critiques et les louanges à la domna.

32  Pour l’ambiance poétique autour de Maria de Ventadorn, voir Rieger 1992 ; Archer-Riquer 1998, 18-35.

33  Une troisième razon bornelienne de Sg Si per mon “Sobre-Totz” no fos, BdT 242. 73 (Boutière-Schutz 1973, 53 ; Sharman 1989, LXXV) rattache la mort du roi Richard d’Angleterre à la rupture du troubadour avec Alamanda ; et bien qu’il n’y ait pas mention du gant, on peut bien sous-entendre l’affaire.

34  Les razos — la première réception et assimilation des textes poétiques suivant l’avis des cercles littéraires et courtois — n’ont pas mis en cause le troubadour : toutes les critiques ont porté contre la domna, chamjaritz, abetairitz, volatiera et mal’amiga qui est partie avec un autre, malvatz e crois.

35  Voir I. de Riquer 1999, 171-188.

Top of page

References

Bibliographical reference

Isabel de Riquer, …e fon sazos/Que per un gan/Er’hom bautz e ioios !Revue des langues romanes, Tome CXXIV n°2 | 2020, 235-255.

Electronic reference

Isabel de Riquer, …e fon sazos/Que per un gan/Er’hom bautz e ioios !Revue des langues romanes [Online], Tome CXXIV n°2 | 2020, Online since 01 December 2020, connection on 15 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/rlr/3482; DOI: https://doi.org/10.4000/rlr.3482

Top of page

About the author

Isabel de Riquer

RABLB. Universitat de Barcelona. IRCVM

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search