Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXIV n°2La Réception des troubadours au M...Un référent musical ? La réceptio...

La Réception des troubadours au Moyen Âge (oc et oïl)

Un référent musical ? La réception des mélodies de troubadours par les trouvères

A musical referent? The reception of troubadour melodies by trouvères
Florence Mouchet
p. 323-349

Résumés

Les contacts probablement riches et nombreux entre troubadours et trouvères ont laissé des marques visibles dans la lyrique des seconds. La réception de l’œuvre des troubadours s’est en effet manifestée, au plan musical, par une assimilation précoce des mélodies occitanes, intégrées au corpus d’oïl par divers procédés adaptatifs (notamment contrafacta et citations mélodiques). L’étude de ces procédés musicaux, ainsi que des pièces qui en font usage, témoigne explicitement du statut de référent culturel donné aux troubadours par les trouvères, et permet d’affiner, dans un axe complémentaire à l’axe poétique, la représentation du troubadour au xiiie siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Musicalement, la réception du corpus des troubadours dans la sphère « européenne » s’est faite de manière large et précoce : les traces d’une intermélodicité (Rossell 2006) quasi-constante entre la lyrique d’oc et le répertoire gallégo-portugais (Cantigas de Santa Maria notamment), italien, français et allemand (Minnesängers) ont depuis longtemps été mises en évidence, tant dans la sphère littéraire que musicologique (Aubrey 1996 ; ead. 1997 ; Cremonesi 1977 ; Gennrich 1965 ; Huglo 1982 ; Jung 1986 ; Karp 1962 ; Marshall 1980 ; Poe 1995 ; Pollina, 1985 ; Rossell 2006 ; Switten 1992 ; ead. 1993 ; Venturi 1988 ; Stones- Krause 2006 ; Jung 1974). Cependant, les liens les plus étroits le sont entre la lyrique des troubadours et celle des trouvères. Certains genres, certains thèmes privilégiés sont repris d’une sphère à l’autre et témoignent à la fois de l’admiration et d’un désir d’appropriation portés au corpus méridional par les poètes-musiciens septentrionaux (le sirventes devient serventois, le partimen jeu-parti, la pastorela pastourelle, etc.). Appropriation qui passe principalement par des modifications stylistiques : autant les chansons de troubadours étaient destinées à un public aristocratisant et s’appuyaient donc sur un registre courtois, autant les textes des trouvères semblent plus nettement tournés vers un registre popularisant, incluant de nombreuses pièces destinées à la danse (virelais, chants avec refrain, rondeaux), et plus souvent d’ailleurs anonymes qu’au Sud.

  • 1  C’est-à-dire le système des huit « modes » médiévaux, s’appuyant chacun sur une échelle mélodique (...)
  • 2  Désigne une mélodie sans répétitions internes. L’expression est utilisée par Dante dans son De vul (...)

2La relation entre les deux corpus est également très nette, par le jeu des reprises mélodiques, totales ou partielles, et par un usage assez similaire des modes de l’octoechos1. Le changement intervient davantage sur le plan formel, avec la systématisation de la forme ballade, au détriment de l’oda continua2, ou avec l’introduction des refrains.

3Dans la réception du corpus musical des troubadours par les poètes-musiciens du nord interviennent cependant un certain nombre d’éléments sur lesquels nous devons nous interroger : quelles sont les différentes modalités de cette réception ? Comment mesurer l’adéquation entre texte et musique, dans le cas d’une reprise complète d’une chanson ? Comment savoir s’il y a eu réellement réception directe d’une chanson de troubadour par un trouvère, sans passage par une pièce « intermédiaire » ?

4Ce n’est là qu’une mince partie des questionnements qui se posent à tout musicologue souhaitant travailler dans un axe comparatiste, le risque de distorsion de la réalité historique du phénomène de réception étant, en effet, réel.

  • 3  Institutio oratoria, IX, 2, 35 : « Nomen ductum a canticis ad aliorum (canticorum) similitudinem m (...)
  • 4  Le phénomène inverse (contrafacta occitans de textes français) semble s’être également produit, en (...)

5Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse, et proposer une méthodologie spécifique, susceptible de mieux définir les liens potentiels entre chanson d’oc et chanson d’oïl, nous nous proposons de prendre appui sur les exemples de citations mélodiques et de contrafacta attestés entre les deux lyriques. Ce procédé, connu depuis fort longtemps puisqu’on en trouve déjà mention dans l’Institutio oratoria de Quintilien3, permet en effet de mettre en évidence le lien concret existant entre les répertoires, d’un point de vue poético-musical. Nous nous attarderons ici sur ce dispositif « d’écho » spécifique, lié à une transposition mélodique, après avoir listé les autres points de jonction musicaux entre les deux lyriques4.

Des reprises partielles : citations, refrains, interpolations.

6Avant de nous arrêter sur les cas avérés de contrafacta entre lyrique d’oc et d’oïl, il faut nous pencher sur les situations mélodiques qui soulignent des modalités de réception plus ponctuelles de l’œuvre musicale des troubadours par les trouvères.

7Ainsi, certains motets polyphoniques, par leur bilinguisme, voire leur trilinguisme, pourraient confirmer l’utilisation de procédés de reprise entre les deux types de répertoire. Quatre motets français du xiiie siècle contiennent ainsi des vers en langue d’oc :

Tableau 1 — Les motets contenant des éléments en langue d’oc

Ms*

Motet

Réemploi

Mo, 218v-219v

1- Li jalous par tout sunt fustat/Tuit cil qui sunt enamourat/Veritatem

Motetus : P.C. 461,148a

StV, f. 258 + La Clayette (La), 377 Wolffenbüttel (Wo), 134-5

2- Agmina milicie celestis omnia/Agmina

Motetus : L’altrier cuidai aber druda (P.C. 461,146)

W2, f. 194v-5v

3- El mois d’avril qu’ivers va departant/Al cor ai une alegrance/Et gaudebit

Motetus : source occitane ou simple présence d’occitanismes ?

Cl f. 370v-1

4- Onques n’ama loialment/Molt m’abelist l’amorous pensanment/Flos filius eius

Motetus = P.C. 461,170a + citation du premier vers d’une canso de Folquet de Marseille (P.C. 155,22)

* Montpellier, Bibl. de la Faculté de Médecine H 196 ; Wolfenbüttel 2 : Herzog August Bibl. olim Helmst. 1099 ; Saint Victor : Paris, BnF, lat. 15139.

  • 5  Aubrey (1996, 16) : « The presence of occitanisms in the texts of the double motet seems to point (...)

8La première pièce (Li jalous par tout sunt fustat/Tuit cil qui sunt enamourat/veritatem) est un double motet contenu dans le cinquième fascicule du manuscrit H 196 de Montpellier, l’une des sources essentielles de ce genre au xiiie siècle. Des traits linguistiques mixtes apparaissent dans ce motet, au niveau du motetus (Tuit cil qui sunt) qui comporte un refrain et dont les huit vers forment un rondeau. Cependant, Elizabeth Aubrey a montré clairement qu’il était difficile d’affirmer l’origine occitane de ce motetus, d’autant plus que la présence d’un refrain pourrait être le signe d’une origine française. En conclusion de son analyse, elle indique qu’il s’agit davantage d’une « évocation » du corpus occitan par un musicien français, plutôt que d’une véritable reprise5.

9Les deux motets suivants posent également problème, pour ce qui concerne l’origine des éléments en langue d’oc qu’ils contiennent. L’un est fondé sur le ténor Agmina (pour la fête de sainte Catherine d’Alexandrie), le texte du motetus étant de Philippe le Chancelier. La mélodie correspondante se trouve dans le manuscrit français M (fol. 199), comme contrafactum d’une pièce considérée comme occitane (L’altrier cuidai aber druda). L’étude paléographique de cette mélodie tendrait cependant à prouver qu’elle n’est pas d’origine occitane, mais française (Aubrey 1996, 16-23 ; Billy 1990).

10Quant au second motet, il comporte une partie de duplum qui a pu parfois être prise comme étant d’origine occitane, mais qui, à l’instar de la pièce précédente, serait plus vraisemblablement due à un auteur français soucieux d’introduire des occitanismes dans son texte (Aubrey 1996, 24).

  • 6  R : Paris, Bnf fr. 22543, f. 42d ; G : Milan, Biblioteca Ambrosiana R 71, f. 2c : W : Paris, Bnf f (...)

11Seul le dernier motet a pu avoir de réels contacts avec le domaine occitan. Il s’agit d’une pièce sur le ténor marial Flos filius eius. Le duplum Molt m’abelist l’amorous pensament commence ainsi avec la citation du premier vers d’une canso de Folquet de Marseille (« Tant m’abelis l’amoros pensament »). Mais seul ce premier vers est quasi-identique à la pièce de Folquet ; les vers suivants diffèrent, même si l’on peut souligner, comme l’a fait Sylvia Huot (2001), une « polyphonie poétique » entre le texte de la canso de Folquet et la voix de duplum du motet. Le choix de Folquet de Marseille n’est probablement pas dû au hasard : sans parler du fait que ses chants sont particulièrement bien conservés dans le répertoire occitan et que cette canso est présente dans trois leçons mélodiques6, il fut évêque de Toulouse durant la période tourmentée de la croisade albigeoise, et farouche partisan des Français. Cet engagement, de même que l’appui de personnalités « exilées », tel Jean de Garlande, ont également dû contribuer à le faire connaître au nord de la France et à populariser ses pièces.

12Ce très rapide survol des quelques motets intégrant des vers en occitan témoigne donc déjà de la difficulté à définir la réalité d’un réemploi qui nous échappe en grande partie : affirmer que les citations en langue d’oc ainsi que les reprises mélodiques proviennent de façon certaine du corpus des troubadours (hormis pour le quatrième motet), est impossible. Nous ne sommes pas ici dans une pratique de reprise affirmée, mais davantage dans une pratique imitative qui signe l’intérêt et l’empathie des trouvères envers leurs homologues occitans, sans pour autant passer par une imitation directe de leurs pièces.

  • 7  Guillaume de Dole : Lors que li jor sont lonc en mai, PC 262, 2 (Jaufré Rudel) ; Bele m’est la voi (...)

13On trouve également trace de cette empathie dans les textes narratifs interpolés du nord de la France, principalement du xiiie siècle : si les citations de chansons de trouvères dominent, qu’elles soient partielles ou totales, certains textes font cependant parfois appel à des sources occitanes. Cette pratique, également présente en pays d’oc dans certaines novas ou dans le Breviari d’amor de Matfre Ermengaud, est souvent le signe d’un hommage rendu à un troubadour tout autant qu’à l’ensemble des poètes-musiciens occitans, considérés comme auctoritates dans leur domaine. Elle est présente par exemple dans le Guillaume de Dole, avec trois chansons de Jaufré Rudel, Daude de Pradas et Bernart de Ventadorn, ou dans le Roman de la Violette, avec deux chansons de Bernart de Ventadorn7. Dans ces textes, le choix a été fait de reprendre des chansons extrêmement connues, dont la « chanson de l’alouette » de Bernart de Ventadorn et celle de « l’amour de loin » de Jaufré Rudel, ce qui permettait certainement de faire appel à la fonction mémorielle de l’écriture et de renvoyer à un substrat culturel commun correspondant à l’horizon d’attente du public visé (Babbi 2001).

Les reprises mélodiques complètes

  • 8  Le contrafactum implique donc une reprise mélodique, et ne peut donc être confondu avec les simple (...)
  • 9  Ces contrafacta sont moins nombreux que l’on ne pourrait l’attendre. Cependant, il en existait pro (...)

14Cette difficulté à mesurer l’influence réelle des troubadours sur les trouvères, qui se matérialiserait par des reprises directes d’éléments mélodiques, semble tomber d’elle-même avec l’analyse des cas de contrafacta attestés, c’est-à-dire les pièces dont les mélodies similaires ont été transmises avec un texte occitan dans un manuscrit et un texte français dans un autre8. La liste en est brève : sept cas sont relevés, huit si l’on tient compte de la traduction d’un sirventes de Pistoleta9.

Tableau 2 — Liste des contrafacta

Pillet-Carstens Source*

Troubadour (Genre)

Incipit

Cf. Spanke (R) ou autre (Source)**

Trouvère (Genre)

Incipit

1

70,7
R 57a
W 190b
G 17a

B. de Ventadorn (Canso)

Eta non vei luzir solleill

1057 O 105d (Cangé)

Anonyme

Pour longue atente de merci (Strophe unique)

2

70,43
R 56d
G 10a
W 190d

B. de Ventadorn

(Canso)

Can vei la lauzeta mover

365 O 13v

Anonyme

(Jeu parti)

Amis quelx est li mieuz vaillanz

349 X 191 P 181

Philippe le Chancelier

Li cuers se vait de l’oeil plaignant

1934 U 47 C 191

Anonyme (Chanson de femme)

Plaine d’ire et de desconfort

+
461,218a
Chigi C.V. 151, fol. 74v

Anonyme

(Jeu de Sainte-Agnès)

Sener mil gracias

+

Chev. 16799

Philippe le Chancelier (conduit)

Quisquis cordis et oculi

3

167,22
G 29c

W 191d X 87r n 89d*

Gaucelm Faidit
(Planh)

Fort chausa oiaz e tot lo major dan

381

M 19b

T 51v

K 321b

Alart de Chans

(serventois)

E, serventois, arriere t’en revas

4

366,26 G 46a

Peirol
(Canso)

Per dan qe d’amor m’avegna

41
M 81d

T 42r

Hue de Saint Quentin (Pastourelle)

A l’entrant del tans salvage

+

Pluteo 29,1 (Florence) 356r

2 voix (grave pour le contrafactum)

Vite perdite me legi

5

392,9
R 62d

Raimbaut de Vaquieras
(Estampida)

Kalenda maya

1506
K 332

N 159

P 136

X 208

Anonyme (Estampie)

Souvent souspire

6

404,4
W 192c

Raimon Jordan

(Canso)

Lou clar tans vei brunasir

333
0 96b
K 37
X 38c
Mt 70a

Thibaud de Navarre (Jeu parti)

Phelipe je vous demant

1459
V 151d

Anonyme (Chanson mariale)

À la mère Dieu servir

388
M 1a
a 123

Guillaume le Vinier (Chanson mariale)

Virgene pucele roiauz

7

461,148

Anonyme
(Pastorela)

L’autrier m’iere levaz

7
X 266

Anonyme (Chant religieux)

De Yessé naistera

922
P 120
X 16
K 239
N 116

Jacques de Hesdin (Chanson satirique, contre les femmes)

Je chant comme desvés

+

Anal. Hymn. 21, n° 139

Chancelier de Paris (conductus)

Homo considera

(8)

372,3
X 82r

Pistoleta
(Sirventes)

Kar egusse or mil mars de fin argent

641
O 125a

S 87

Traduction française du texte. Même mélodie.

Quar eusse je cent mile mars d’argent

* G : Milan, Biblioteca Ambrosiana, R 71 sup./R : Paris, BnF, fr. 22543/W : Paris, BnF, fr. 844/X : Paris, BnF, fr. 20050/Chigi : Rome, Biblioteca Vaticana, Chigi C. V. 151/n : Paris, BnF, lat.11724. ** M : Paris, BnF, fr. 844 ( = ms. Troubadour W)/K : Paris, Arsenal, 5198/N : Paris, BnF, fr. 845/P : Paris, BnF fr. 847/X : Paris, BnF, nouv. acq. fr. 1050/T : Paris, BnF, fr. 12615/V : Paris, BnF, fr. 24406/a : Rome, Bibl. Vat., Reg. 1490/Florence : Bibl. Laurenziana Plut. 29.1/O : Paris, BnF, fr. 846/Mt : Paris, BnF, fr. 844 (Chansonnier du Roi de Navarre).

  • 10  Ms. C : Bern, Burgerbibliothek, Cod. 389.
  • 11  C’est le cas de la chanson anonyme L’estoile qui tant est clere, dont le modèle strophique semble (...)

15Il est difficile de trouver une logique à cet ensemble de pièces, au plan générique. On peut cependant remarquer que quatre cansos sont reprises, dont deux d’un des troubadours les plus connus (Bernart de Ventadorn), ainsi qu’un planh, une estampie et une pastourelle, deux genres particulièrement appréciés dans la sphère française. Élément peut-être plus essentiel : trois pièces occitanes ont été conservées dans au moins trois chansonniers différents : les deux cansos déjà citées, ainsi que le planh de Gaucelm Faidit Fort chausa, ce qui pourrait signifier que les trouvères se sont appuyés sur des pièces particulièrement appréciées dans la sphère occitane ou du moins particulièrement bien transmises au niveau musical. Quant aux contrafacta, ce sont principalement jeux partis et chansons mariales ou religieuses qui découlent d’une reprise mélodique. Rien d’étonnant à cela, puisque les chansons pieuses et notamment les chansons à la Vierge constituent un domaine d’application souvent exploité par les trouvères de la seconde moitié du xiiie siècle. Le procédé imitatif semble être ici si présent qu’il relève probablement d’une véritable convention littéraire et musicale. Les poètes ont d’ailleurs parfois eux-mêmes laissé entendre qu’ils composaient leurs pièces « sur » la mélodie d’une autre chanson. Le manuscrit C10 signale ainsi les modèles des chansons de Jacques de Cambrai, et les indications très exactes qu’il fournit tendraient à prouver que c’est à l’auteur même qu’elles sont dues. L’emprunt métrique et mélodique semble s’être effectué ici selon deux directions distinctes. D’un côté, les auteurs, souvent anonymes, de ces chansons mariales se sont tournés vers le corpus monodique qu’ils connaissaient probablement le mieux (celui des chansons d’amour en langue d’oïl), de l’autre vers le corpus des troubadours, reprenant schéma strophique, rimes et mélodie d’une chanson occitane11.

16Quant à la forme métrique suivie par ces contrafacta, le tableau ci-dessous permet d’en faire la synthèse et de vérifier quelle a été l’attitude du trouvère face à la pièce choisie comme source du contrafactum : reprise du schéma métrique seul (soit le type de vers utilisé dans chaque strophe), ou du schéma strophique (association des schémas métrique et rimique, avec reprise éventuelle des rimes).

Tableau 3 — Type de reprise dans les contrafacta oc/oïl

1- B. de Ventadorn, Etat non vei

schéma strophique avec rimes modifiées

2- B. de Ventadorn, Can vei la lauzeta

schéma métrique (Plaine d’ire)

schéma métrique (Amis quelx est)

schéma métrique (Le cuer se vait)

schéma métrique (Sener mil gracias)

schéma métrique (Quisquis cordis)

3- Gaucelm Faidit, Fort chausa

schéma strophique avec rimes partiellement modifiées

4- Peirol, Per dan qe d’amor

schéma strophique avec rimes modifiées

5- R. de Vaqueiras, Kalenda maya

schéma strophique avec rimes modifiées

6- Raimon Jordan, Lou clar tans

schéma strophique avec rimes modifiées (T. de Navarre)

schéma métrique (Anonymes)

7- Anonyme, L’autrier…

schéma métrique modifié

(suppression d’un vers dans la version occitane)

(8)- Pistoleta, Kar egusse

schéma strophique avec rimes identiques

17Cette synthèse montre que globalement, les schémas strophiques des pièces modèles sont repris, avec des rimes modifiées la plupart du temps. Une exception notable est celle de la canso de Bernart de Ventadorn, Can vei la lauzeta, dont les nombreuses reprises suivent seulement son schéma métrique (Mouchet 2011). La modification quasi-systématique des rimes est bien sûr liée au changement linguistique qui s’opère entre les deux corpus.

18Enfin, au plan musical, il faut aller au-delà de la reprise formelle globale pour analyser de manière détaillée chaque pièce. Le plus souvent, seul le squelette mélodique est réutilisé (le mode, les notes-pivots…), avec des changements intervenant dans l’ornementation. Cette « variabilité mélodique » n’est cependant pas spécifique du processus de reprise caractéristique des contrafacta : elle existe également entre les différentes leçons mélodiques d’une même pièce, qu’elles appartiennent au corpus occitan ou français.

19La difficulté relevée précédemment pour les motets (à savoir la réalité d’un lien direct entre corpus musical d’oc et d’oïl) est également présente ici. En effet, il faut souligner que seulement trois contrafacta sur sept sont uniques, dans le sens où il existe une pièce modèle et une imitation (pour les pièces 1, 3, 5). À partir du moment où des éléments fiables de datation sont connus, il est possible que la pièce occitane corresponde au modèle, et la pièce française au contrafactum. Reste qu’en cas de pièce française anonyme, ou écrite par un poète dont la période de création n’est pas connue, cette corrélation est évidemment à compléter par de nouveaux critères de détermination, fondés notamment sur une étude codicologique, paléographique et littéraire des sources conservées. Mais même en ce cas, le doute peut subsister : à la contrafacture entre Kalenda maya de Raimbaut de Vaqueiras et la pièce anonyme Souvent sospire vient s’ajouter une autre pièce, instrumentale, à laquelle, si l’on en croit sa vida, Raimbaut de Vaqueiras aurait ajouté des paroles.

20Quant aux contrafacta restants, ils mettent en parallèle une pièce occitane et plusieurs pièces françaises, voire latines (pour les pièces 2, 4, 6, 7). Cette pluralité de pièces secondaires pose ainsi la question du type de relation existant entre elles et un possible modèle, ainsi que celle de leur chronologie.

21Quelle est en effet la pièce modèle, dans de tels schémas ? Est-ce forcément la pièce occitane ou bien une autre ? Et l’une des pièces conservées est-elle nécessairement celle qui a permis l’imitation ? Plus généralement (ce qui nous renvoie au premier cas de figure), il a peut-être existé d’autres pièces, aujourd’hui disparues, qui ont servi de modèle musical.

22Il est bien sûr complexe de répondre à ces questions, qu’il faut cependant poser sous peine de s’en tenir à une vision binaire et probablement partielle des rapports entre troubadours et trouvères. Elles permettent ainsi d’aborder le problème délicat du mode de réception du corpus mélodique des troubadours par les trouvères en tenant compte de la multiplicité des situations de réemploi.

23Pour tenter de résoudre les « cas litigieux », il est nécessaire de développer une approche non plus seulement quantitative (comparaison des schémas métriques, des genres et des thématiques suivis), mais aussi « qualitative », qui, par l’analyse comparée des différentes pièces, d’un point de vue mélodique et poétique) pourra permettre de mesurer plus précisément le degré d’appropriation du contrafactum au regard du modèle choisi.

24Le traité Arte poetica de Colocci-Brancuti nous propose une approche intéressante du processus imitatif, habituellement peu décrit dans les sources théoriques. L’auteur y décrit « l’arte de seguir » (d’imiter) en trois degrés : le premier est celui de l’imitation de la mélodie et de la structure syllabique seule ; le second celui d’une imitation qui adapte vers, rime et structure strophique du modèle ; le troisième enfin est celui dans lequel l’imitation reprend le lexique avec le plus de discernement, soit en supposant un registre intertextuel (Rossell 2006). Certes, rien n’est dit explicitement sur le processus de reprise musicale, mais ces indications sont cependant à prendre en compte, dans la mesure où elles supposent une véritable appropriation de la pièce modèle (dans le dernier degré), et surtout la conscience réflexive que l’imitation est un procédé de composition comme un autre.

  • 12  Marshall (1972, 95). Ainsi pour la Doctrina de compondre dictatz, datée de la première moitié du X (...)

25Cette gradation apportée à « l’art d’imiter » est un élément nouveau au regard des traités de rhétorique, notamment occitans, de l’époque : ces derniers se limitent en effet le plus souvent à des indications assez sommaires sur le procédé, et soulignent simplement la possibilité de reprendre une mélodie, la mesure de la pièce modèle (c’est-à-dire le schéma métrique), ainsi que les rimes ou le nombre de strophes pour les genres qui font usage du contrafactum12. Nous ne connaissons ni la portée ni l’audience du traité Arte poetica, et il nous est difficile de savoir s’il reflète une pratique bien ancrée, ou limitée à une sphère géographique spécifique, mais il nous invite cependant à mesurer le degré de dépendance existant entre les pièces modèles et les pièces « contrefaites ». Cette posture, notamment au plan littéraire, pourrait permettre de mesurer plus finement le « degré d’implication » de l’imitateur face à sa pièce-source, et la façon dont il la considérait.

  • 13  Raimon Jordan, Vas vos soplei domna (P.C. 404, 11) ; Peire Cardenal, Rics hom que greu (P.C. 335, (...)

26Comment se positionner, cependant, dans une perspective musicologique ? « L’art d’imiter » est-il plus fin lorsque l’on reprend précisément une mélodie-mère, jusque dans ses moindres détails ? Ou bien est-il plutôt préférable de procéder à une adaptation d’un schème mélodique malléable, afin de le faire coïncider davantage aux contours du nouveau texte qui lui sera appliqué ? C’est cette approche qui semble avoir été privilégiée par les troubadours, du moins dans les quelques exemples de contrafacta conservés13.

27Un contrafactum, pour les troubadours, n’aurait pas forcément signifié une reprise des caractéristiques compositionnelles du modèle, ou une simple superposition d’un nouveau texte sur une mélodie préexistante, sans tenir compte du mode de liaison musique-texte de la pièce d’origine, mais peut-être la recherche d’un moyen terme et d’une adéquation judicieuse entre certains particularismes du modèle poético-musical et la pièce contrefaite. C’est bien ici la position qui semble se dégager des contrafacta conservés en occitan : la pièce-modèle n’y est pas considérée comme un cadre rigide à respecter dans son intégralité, mais au contraire comme un « patron » stimulant, permettant au poète de renouveler librement, voire de recréer une adéquation neuve entre mots et sons, en partant d’une trame donnée. En définitive, l’impression de se trouver face à une nouvelle pièce musicale est réelle, même si la trame d’origine est encore perceptible, et devait l’être encore plus pour les auditeurs médiévaux. Et c’est bien ici, dans ce processus de re-création, que le terme d’intermélodicité prend pleinement son sens, tout comme celui d’intertextualité.

28La canso de Peirol Per dan qe d’amor est symptomatique des différents questionnements que nous venons d’évoquer, liés à l’identification de la « chanson source » et à sa réception. Cette chanson est présentée en effet comme modèle de contrafactum pour une pastourelle de Hue de Saint-Quentin, A l’entrant delà tans salvage.

Tableau 4 — Schémas métrico-rimiques et mélodiques de la chanson de Peirol et des chansons affiliées.

4- Peirol Per dan qe d’amor 366,26 (F. 302 :13)

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a7’

b4

a7’

b4

b7

a6

b7

a6

rimes

-a

-ai

-a

-ai

-ai

-a

-ai

-a

sch. mélodique

A

B

A

B’

C

D

C

D’

Hue de Saint Quentin A l’entrant del tans salvage 41

a7’

b4

a7’

b4

b7

a6

b7

a6

-e

-ot

-e

-ot

-ot

-e

-ot

-e

sch. mél. Ia (M)

A

B

C

D

E

F

G

H

sch. mél. Ib (T)

A

B

A

B

C

D

C

D’

+ Anonyme Vite perdite me legi

a7’

b4

a7’

b4

a7

b6

b7

a6

-i

-am

-i

-am

-am

-i

-am

-i

sch. mél. (F)

A

B

A

B

C

D

C

D’

29Le schéma strophique de la pièce de Peirol est en effet repris dans la pièce de Hue de Saint-Quentin (strophe de 8 vers, alternance de vers de 4, 7 et 6 syllabes, deux groupes de rimes croisées), mais sans les rimes initiales. Il faut souligner qu’une autre pièce, en latin et polyphonique, reprend également mélodie et schéma métrique de la pièce de Peirol. Le schéma rimique y est en revanche modifié. Il s’agit d’un conduit à deux voix tiré du manuscrit Pluteus 29.1, conservé à Florence, témoin essentiel de l’Ars Antiqua, et de la polyphonie pratiquée dans la sphère parisienne à la fin du xiie siècle.

30Musicalement — et le cas est loin d’être unique dans le corpus des trouvères —, les deux versions conservées de Hue de Saint-Quentin ne correspondent pas : l’une est fondée sur une forme ballade nettement identifiée (ABAB/CDCD’), l’autre suit une forme en oda continua qui n’a aucun lien mélodique avec les leçons des manuscrits M et T.

  • 14  L’organum, tel que pratiqué dans le cadre de l’école de Notre-Dame de Paris, est une pièce polypho (...)

31Par ailleurs, la proximité musicale de la chanson de Peirol avec la teneur du conduit de Notre-Dame est évidente : les notes cadentielles sont systématiquement les mêmes, et la variabilité ornementale très faible (les mélismes introduits dans cette mélodie de type syllabique sont positionnés aux mêmes endroits — la plupart du temps sur la pénultième ou l’antépénultième du vers —, et sont quasi identiques entre les deux versions). Cette proximité n’est qu’à moitié étonnante, le conduit étant une forme assez libre, au sens liturgique du terme. Et même s’il fut chanté dans un cadre ecclésiastique, il pouvait être fondé sur une teneur non liturgique, contrairement aux autres formes contemporaines (organum notamment14), et être nouvellement composé. Dans certains cas, l’emprunt à une mélodie préexistante tirée du domaine profane restait possible. Mais l’inverse également, si l’on tient compte de la fluidité existant entre les répertoires profane et religieux.

32Quant à la version mélodique de T, elle maintient une relation assez nette avec la chanson de Peirol, mais cependant moins précise qu’entre les manuscrits G et F : les notes cadentielles sont ainsi identiques pour sept vers sur huit ; les mélismes sont également placés aux mêmes endroits que dans les leçons précédentes (hormis pour les vers 2 et 4, dans le frons) et semblent plus directement « inspirés » par la leçon de F (par exemple sur l’antépénultième du vers 6, qui introduit un saut de tierce descendant dans les manuscrits F et T, mais non dans G).

  • 15  Il nous est difficile d’adhérer à la remarque d’Hendrik van der Werf (1972, 73) qui souligne une p (...)

33Enfin, la leçon du manuscrit M est en décalage presque complet avec les précédentes : seule la mélodie des deux premiers vers conserve un certain lien de parenté avec G, puis s’en distingue très nettement15. Par ailleurs, l’ambitus de cette leçon est beaucoup plus restreint (une sixte, de fa à ), à la place de l’octave voire de la neuvième (si/do à do) ; le positionnement modal est différent (mode de fa authente, avec appuis sur do et fa) au lieu du mode de do ; l’ornementation plus marquée (mélismes de trois voire quatre notes) et sur des syllabes nouvelles (vers 6 et 8, 2e syllabe/vers 7, 2e et 3e). Et bien sûr, comme nous l’avons déjà dit, la forme adoptée par cette version diffère, en optant pour un renouvellement systématique du matériau mélodique sur chaque vers. En définitive, seul le texte, identique entre T et M, permet de lier l’une à l’autre ces deux versions.

34Pour terminer, il n’est pas forcément simple d’établir la chronologie de ces trois pièces : la naissance de Peirol se situerait dans les années 1160, Hue de Saint-Quentin aurait composé dans les années 1220, quant au conduit latin, il est conservé dans un manuscrit compilé dans les années 1240-1255, ce qui n’exclut pas la possibilité que cette pièce ait été composée bien plus tôt, « l’âge d’or » de l’école de Notre-Dame de Paris se situant dans le dernier tiers du xiie siècle.

35Il resterait donc à compléter cette approche musicologique par une approche spécifiquement littéraire, qui pourrait permettre — mais sans aucune garantie cependant — de préciser les éventuels liens intertextuels entre ces différentes pièces et d’établir de façon plus fiable leur filiation.

Conclusion

36Les mélodies de troubadours ont-elles donc bien constitué un élément référentiel pour les trouvères ? Si l’on s’en tient simplement au nombre de reprises mélodiques, qu’elles soient partielles ou totales, la réponse est oui. Mais si l’on prend en compte les interrogations liées aux modalités de réception de ces chansons, il faut moduler cette réponse. Il n’est pas toujours certain que le processus imitatif ait bien opéré dans le sens troubadours/trouvères ; pas certain non plus qu’il n’ait pas existé d’autres pièces qui auraient pu interférer dans une filiation directe et unidirectionnelle du répertoire occitan vers le répertoire en langue d’oïl. En d’autres termes, la réalité de la contrefaçon est indéniable, mais sa forme n’est peut-être qu’approximative et partielle, masquant l’existence, avérée ou non, d’un maillage mélodique certainement plus riche et complexe que celui qui a été conservé.

  • 16  F. Billiet (2006, 143) : « Les trouvères ne sont donc pas des compositeurs au sens moderne du term (...)

37L’analyse des pièces faisant état d’une « imitation » nous permet de souligner deux points qui nous semblent particulièrement faire sens. Elle permet tout d’abord d’affiner les modalités du réemploi musical, d’une zone linguistique et culturelle à l’autre, en dégageant deux types d’intermélodicité privilégiés : ceux qui relèvent d’un procédé citationnel (interpolation musicale dans une trame narrative, présence mélodique ponctuelle sous forme de refrain ou d’entes) et ceux qui suivent une reprise complète (c’est-à-dire les contrafacta) qui peuvent également prendre des formes différentes (Poe 1995). Au-delà des reprises complètes, l’existence de correspondances musicales partielles témoigne certainement de la connaissance précise que le public français devait avoir du corpus des troubadours, puisque qu’une ou deux phrases mélodiques pouvaient être suffisantes pour identifier le modèle musical. Cela pose la question d’une possible intention métamélodique et du choix de la mélodie, qui n’était certainement pas gratuit, mais tenait compte de sa reconnaissance par le public (Rossell 2006, 351). Elle témoigne ensuite d’une pratique imitative peut-être plus « lâche » pour les trouvères qu’elle ne l’est pour les troubadours. Les réemplois mélodiques semblent en effet être abordés avec une grande mobilité, intégrant par exemple sans difficulté des pièces latines tirées des corpus contemporains. La composante musicale de la chanson profane semble ainsi avoir été pensée comme plus indépendante, au regard du texte qu’elle accompagne. Les réemplois, d’un corpus à l’autre, sont fréquemment marqués par des modifications formelles plus ou moins fortes et une variabilité ornementale assez marquée. Cette remarque se vérifie d’ailleurs pour l’ensemble du répertoire des trouvères, au sein duquel, comme le décrit très justement Frédéric Billiet (2006, 128), « l’acte de composition tient plus de l’assemblage que d’une recherche de création originale ex-nihilo ». La recherche et l’analyse des données musicales, dans toute leur diversité, peuvent ainsi nous aider à mieux percevoir et à mieux comprendre les processus de réception des troubadours par les trouvères, en une approche complémentaire et indispensable de l’analyse textuelle. Les troubadours ont bien été des inspirateurs, certes, pour les trouvères, mais principalement pour l’esprit, et non pour la lettre (Aubrey 1996, 53). Et ce d’autant plus que la notion « d’invention musicale », encore pour le xiiie siècle est caduque16. Pourrions-nous aller jusqu’à dire que le contrafactum est seulement un objet de communication, comme le fait Frédéric Billiet et limiter à cet aspect communicationnel la réception du corpus des troubadours par les trouvères ? Pas uniquement, puisqu’au-delà du principe imitatif, la réception musicale apparaît également dans les reprises stylistique et formelle. Mais il semble bien que cette dimension soit également à prendre en compte dans l’analyse des objectifs de la contrafacture, qui permettait une meilleure popularisation du message véhiculé. D’où la difficulté à rétablir la filiation d’une pièce à l’autre, d’un musicien à un autre, puisque, comme le rappelle joliment Michel Zink (1996, 89), « la réalité n’existe que dans la mémoire ».

Haut de page

Bibliographie

Asperti Stefano, 1991. « Contrafacta provenzali di modelli francesi », Messana, 8, 5-49.

Aubrey Elizabeth, 1996. « Literacy, orality, and the preservation of french and occitan medieval courtly songs », Révista de musicologia, 16/4, 235-266.

Aubrey Elizabeth, 1997. « The Dialectic between Occitania and France in the Thirteenth Century », Early Music History, 16, 1-53.

Babbi Anna Maria, 2001. « L’inserzione lirica medievale tra interpretazione e arte della memoria », Chanson pouvez aller pour tout le monde : recherches sur la mémoire et l’oubli dans le chant médiéval, Études en hommage à Michel Zink, Anna Maria Babbi et Claudio Galderisi (éds.), Orléans, Paradigme.

Billiet Frédéric, 2006. « Gautier de Coinci est-il un compositeur ? », Gautier de Coinci, miracles, music and manuscripts, Turnhout, Brepols, 127-147.

Billy Dominique, 1990. « Une imitation indirecte de L’altrier cuidai aber druda : le motet Quant froidure trait a fin/encontre la saison d’esté », Neophilologus, 74, 536-544.

Cremonesi Giuliano, 1977. « Conon de Bethune, Rambaldo di Vaqueiras e Peire Vidal », Studi filologici, letterari e storici in memoria di G. Favati, Padova, I, 233-244.

Gennrich Friedrich, 1965. Die Kontrafaktur im Liedschaffen des Mittelalters, Frankfurt.

Huglo Michel, 1982. « La chanson d’amour en latin à l’époque des troubadours et des trouvères », Cahiers de civilisation médiévale, 25, 197-203.

Huot Sylvia, 2001. « L’insertion lyrique entre interpolation et art de la mémoire », Chanson pouvez aller pour tout le monde : recherches sur la mémoire et l’oubli dans le chant médiéval, en hommage à Michel Zink, Anna Maria Babbi et Claudio Galderisi (éds.), Orléans : Paradigme, 11-22.

Jung Marc-René 1986. « À propos de la poésie lyrique courtoise d’oc et d’oïl », Studi francesi e provenzali 84/85, Romanica vulgaria quaderni 8/9, 5-36

Karp Theodor, 1962. « Borrowed material in trouvere music », Acta Musicologia, 87-101.

Marshall John Henry 1972. The Razos de Trobar and associated texts, Londres, Oxford University Press.

Marshall John Henry, 1980. « Pour l’étude des contrafacta dans la poésie des troubadours », Romania, 101, 289-335.

Mouchet Florence, 2011. « Intertextualité et ‘intermélodicité’ : le cas de la chanson profane au Moyen Âge », Chanson et intertextualité, Eidôlon, 94, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 17-33.

Poe Elizabeth W., 1995. « E potz seguir las rimas contrasemblantz : imitators of the master troubadour Giraut de Bornelh », dans The medieval opus : imitation, rewriting and transmission in the french tradition, éd. Douglas Kelly, University of Wisconsin, 279-297.

Pollina Vincent, 1985. « Troubadours dans le Nord : observations sur la transmission des mélodies occitanes dans les manuscrits septentrionaux », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, 9, 263-278.

Rossell Antoni, 2006. « L’intermélodicité comme mémoire dans le répertoire de la lyrique médiévale », dans Mémoire et culture, éd. C. Filteau, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 348-359.

Santagata Marco, 2011. Dante Alighieri, De vulgari eloquentia, Opere, Milano, Arnoldo Mondadori Editore.

Stones Kathy M., Krause Alison, 2006. « Gautier de Coinci est-il un compositeur ? », Medieval Texts and Cultures of Northern Europe, 13, Turnhout, Brepols Publishers.

Switten Margaret, 1992. « Modèles et variations : Saint-Martial de Limoges et les troubadours », Contacts de langues, de civilisations et intertextualité, G. Gouiran (éd.), Montpellier, Université Paul-Valéry, 679-696.

Switten Margaret, 1993. « The voice and the letter : on singing in the vernacular », Words and music, Acta 17, 51-73.

Venturi Mariacristina, 1988. « Ancora un caso d’intertestualità fra trovieri e trovatori », Medievo romanzo, 13, 321-329.

Werf Hendrik van der, 1972. The Chansons of the Troubadours and Trouvères. A Study of the Mélodies and Their Relation to the Poems, Utrecht.

Zink Michel, 1996. Le Moyen Âge et ses chansons ou un Passé en trompe-l’œil, Paris, Éditions de Fallois.

Haut de page

Annexe

1- B. de Ventadorn Etat non vei P.C. 70,7 (F. 753 :1)

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

b8

c8

c7’

c7’

a8

c8

rimes

-eill

-ay

-ay

-ia

-ia

-ia

-eill

-ia

sch. mélod.

A

B

C

D

E

F

G

H

Anonyme Pour longue atente R. 1057

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

b8

c8

c8’

c7’

a8

c8

rimes

-i

-our

-our

-oie

-oie

-oie

-i

-oie

sch. mélod.

A

B

C

D

E

F

G

H

2- B. de Ventadorn Can vei la lauzeta P.C. 70,43 (F. 407 :9)

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

a8

b8

c8

d8

c8

d8

rimes

-er

-ai

-er

-ai

-e

-on

-e

-on

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

Anonyme Plaine d’ire et de desconfort R. 1934

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

a8

b8

b8

c8

c8

b8

rimes

-ort

-ui

-ort

-ui

-ui

-ort

-ort

-ui

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

Anonyme Amis quelx est li mieuz vaillant R. 365

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

b8

a8

a8

b8

a8

b8

rimes

-ant

-uit

-uit

-ent

-ent

-uit

-ant

-uit

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

Anonyme Le cuer se vait de l’oil plaignant R. 349

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

a8

b8

a8

b8

a8

b8

rimes

-ant

-on-

ant-

-on

-ant

-on

-ant-

-on

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

Anonyme Sener, mil gracias 461,218a

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

a8

b8

a8

b8

a8

b8

rimes

-ent

-ar

-ent

-ar

-ent

-ar

-ir

-ar

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

Philippe de Grève Quisquis cordis et oculi Chev. 16799

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a8

b8

a8

b8

a8

b8

a8

b8

rimes

- i

-a

-i-

a-

i-

a-

i-

a

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

3- Gaucelm Faidit Fort chausa P.C. 167,22 (F. 444 :1)

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a10

b10

a10

c10’

c10’

b10

e10

d10

rimes

-am

-es

-ant

-re

-re

-eis

-est

-ir

sch. mél. N X G W

A

B

B’

 ? ?

Alart de Chans E serventois, arriere t’en revas R. 381

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a10

b10

a10

c10’

c10’

b10

b10

d10

rimes

-as

-ant

-as

-re

-re

-ant

-ant

-ir

sch. mél.

A

B

C

D

E

F

G

H

4- Peirol Per dan qe d’amor P.C. 366,26 (F. 302 :13)

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a7’

b4

a7’

b4

b7

a6

b7

a6

rimes

-a

-ai

-a

-ai

-ai

-a

-ai

-a

sch. mél.

A

B

A

B’

C

D

C

D’

Hue de St Quentin A l’entrant del tans salvage R. 41

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a7’

b4

a7’

b4

b7

a6

b7

a6

rimes

-e

-ot

-e

-ot

-ot

-e

-ot

-e

sch. mél. Ia

A

B

C

D

E

F

G

H

sch. mél. Ib

A

B

A

B

C

D

C

D’

Anonyme Vite perdite me legi

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a7’

b4

a7’

b4

a7

b6

b7

a6

rimes

-i

-am

-i

-am

-am

-i

-am

-i

sch. mél. F.

A

B

A

B

C

D

C

D’

5- R. de Vaqueiras Kalenda maya P.C. 392,9 (F. 88 :1)

1

2

3

4

5

6

sch. stroph.

a4 a4 b4 a4

a4 a4 b4 a4

b4 a4

b4 a4

a2 a2 c2 a4

a2 a2 c2 a4

rimes

a : -a ; b : -e ; c : -os

sch. mél. F.

A

A

B

B

C

C’

Anonyme Souvent souspire R. 1506

1

2

3

4

5

6

sch. stroph.

a4 a4 a8 a4 a4 a8 a8

a8

a2 a2 a8 a2 a2 a6 ou : a2 a2 b4 a4

a2 a2 c2 a4

rimes

a :

ire ;

b :

-us ;

c :

-et

sch. mél. (K)

A

A

B

B

C

C’

6- Raimon Jordan Lou clar tans P.C. 404,4 (F. 504 :26)

1

2

3

4

5

6

7

8

9

sch. stroph.

a7

b7

b7

a7

a7

c7

c3

d5

d7

rimes

-ir

-utz

-us

-ir

-ir

-ous

-ous

-is

-is

sch. mél.

A

B

A

B’

C

D

E

C’

F(B’)

Anonyme Virgene pucele roiauz R. 338

1

2

3

4

5

6

7

8

9

sch. stroph.

a7

b7

a7

b7

b7

c7

c3

b5

b7

rimes

-auz

-is

-aus

-is

-is

-or

-or

-is

-is

sch. mél.

A

B

A

B’

C

D

E

C’

F(B’)

Anonyme A la mère Dieu servir R. 1459

1

2

3

4

5

6

7

8

9

sch. stroph.

a7

b7

b7

a7

a7

b7

b3

a5

a7

rimes

-ir

-ent

-ent

-is

-is

-ent

-ent

-iz

-iz

sch. mél.

A

B

A

B’

C

D

E

C’

F(B’)

Thibaud de Navarre Phelipe, je vous demant R. 333

1

2

3

4

5

6

7

8

9

a7

b7

b7

a7

a7

c7

c3

d5

d7

-ant

-ors

-ors

-ant

-ent

-i

-i

-aint

-aint

sch. mélod. O

A

B

A

B’

C

D

E

C’

F(B’)

sch. mélod. Mt

A

B

A

B’

C

D

E

C’

F(B’)

7- Anonyme L’autrier m’iere levaz P.C. 461,148 (F : 49,1)

1

5

9

sch. stroph.

a6 a6 a6 b6’

a6 a6 a6 b6’

b6’ b6’ a6 a6 b6’

rimes

a : -atz, i ;

b : -ia

sch. mélod.

A A B C

A  A  B  C

D  E  A  B  C

Anonyme De Yessé naistera R. 7

1

5

9

sch. stroph.

a6 a6 b6’

a6 a6 b6’

b6’ b6’ c6 c6 b6’

sch. mélod.

A B C

A B C

D E A B C

Jacques de Hesdin Je chant comme desvés R. 922

1

5

9

sch. stroph.

a6 a6 b6’

a6 a6 b6’

b6’ b6’ a6 a6 b6’

sch. mélod.

A B C

A B C

D E A B C

Chancelier de Paris Homo considéra

1

5

9

sch. stroph.

a6 a6 b6’

a6 a6 b6’

c6’ c7’ a6 a6 c6’

sch. mélod.

A B C A B C

D E A B C (3 fois)

(8) Pistoleta Kar agusse or mil mars de fin argent P.C. 372,3

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a10

b10

a10

b10

c10’

c10‘

d10

d10

rimes

-ent

-ous

-ent

-ons

-e

-e

-ar

-ar

sch. mélod.n X G W

A

B

A

B

C

D

E

F

Anonyme Quar eusse je cent mil mars d’argent R. 641

1

2

3

4

5

6

7

8

sch. stroph.

a10

b10

a10

b10

c10’

c10‘

d10

d10

rimes

-ent

-ox

-ent

-ons

-e

-e

-ar

-ar

sch. mélod.n X G W

A

B

A

B

C

D

E

F

Peirol, Per dan qe d’amor/contrafacta

Peirol, Per dan qe d’amor/contrafacta

Haut de page

Notes

1  C’est-à-dire le système des huit « modes » médiévaux, s’appuyant chacun sur une échelle mélodique donnée (de Ré-protus à sol-tétradus).

2  Désigne une mélodie sans répétitions internes. L’expression est utilisée par Dante dans son De vulgari eloquentia (Santagata 2011, livre II, chap. X, 2, 1492) : « Dicimus ergo quod omnis stantia ad quandam odam recipiendam armonizata est; sed in modis diversificari videntur; quia quedam sunt sub una oda continua usque ad ultimum progressive, hoc est sine iteratione modulationis cuiusquam et sine diesi » (Nous disons donc que chaque strophe est construite de façon harmonieuse dans le but d’avoir une mélodie spécifique qui lui est rattachée. Mais il est clair que chaque strophe est différente formellement. Pour cela, elles sont accompagnées d’une mélodie continue, dans une progression ordonnée du début jusqu’à la fin, sans répétition de phrases musicales ou de ‘diesis’).

3  Institutio oratoria, IX, 2, 35 : « Nomen ductum a canticis ad aliorum (canticorum) similitudinem modulatis ».

4  Le phénomène inverse (contrafacta occitans de textes français) semble s’être également produit, encouragé par « l’acculturation » de plus en plus forte du Sud par le Nord à la suite de la croisade albigeoise. Asperti (1991) en donne un certain nombre d’exemples : s’appuyant sur des éléments formels, il détermine des rapports d’imitation entre textes occitans et français, et vise à rétablir l’unité perdue texte-musique par l’adaptation des mélodies d’oïl aux pièces occitanes non notées.

5  Aubrey (1996, 16) : « The presence of occitanisms in the texts of the double motet seems to point a desire to evoke southern sounds, but direct imitation of specific pieces or of a formal structure is not clearly established. […] This motet appears to be a clever experiment by a French composer in manipulating secular structures and themes and grafting them into related liturgical structures and thèmes ».

6  R : Paris, Bnf fr. 22543, f. 42d ; G : Milan, Biblioteca Ambrosiana R 71, f. 2c : W : Paris, Bnf fr. 844, f. 188c. L’œuvre poétique de Folquet est conservée dans 22 manuscrits littéraires.

7  Guillaume de Dole : Lors que li jor sont lonc en mai, PC 262, 2 (Jaufré Rudel) ; Bele m’est la voiz altane, P. C. 124, 5 (Daude de Pradas) ; Quant voi la loete moder, P. C. 70, 43 (Bernart de Ventadorn). Également présente dans les textes suivants : Breviari d’amor / En aquel temps com’era jays / Razos de trobar / Roman de la Violette. Roman de la Violette : Il n’est annuis ne faillemens, P. C. 70, 1 (Bernart de Ventadorn). Également présente dans les textes suivants : Breviari d’amor / En aquel temps com’era jays / Razos de trobar ; Quant voi la loete moder, P. C. 70, 43 (Bernart de Ventadorn).

8  Le contrafactum implique donc une reprise mélodique, et ne peut donc être confondu avec les simples cas d’isomorphismes, soit lorsqu’il existe une identité du schéma strophique entre plusieurs textes (schéma accompagné ou non de timbres de rimes communs), sans réemploi mélodique. Ce phénomène se produit parfois entre les répertoires d’oc et d’oïl, par exemple avec les deux textes français de Blondel de Nesle, Ains que la feuille descende, et de Conon de Béthune, Chançon legiere a entendre, associés par leur schéma strophique à la canso de Peirol Del seu tort farai esmenda. Dans chaque cas, la mélodie est divergente.

9  Ces contrafacta sont moins nombreux que l’on ne pourrait l’attendre. Cependant, il en existait probablement davantage, ne serait-ce qu’au vu du nombre plus élevé de chansonniers de trouvères notés : faut-il rappeler ici que dix-huit sources manuscrites contiennent textes et mélodies des trouvères, alors qu’il en existe seulement quatre pour les troubadours ? Il est fort possible que dans les sources conservées en langue d’oïl se trouvent d’autres contrafacta, impossibles à déceler faute d’éléments de comparaison avec les sources occitanes.

10  Ms. C : Bern, Burgerbibliothek, Cod. 389.

11  C’est le cas de la chanson anonyme L’estoile qui tant est clere, dont le modèle strophique semble être une chanson provençale anonyme, présente dans le ms. fr. 844, Eissamen com la panthera (P.C. 461. 102).

12  Marshall (1972, 95). Ainsi pour la Doctrina de compondre dictatz, datée de la première moitié du XIIIe siècle, à propos du sirventes : « Et tu peux le composer sur n’importe quelle mélodie qui te plaît, rarement une nouvelle, mais plutôt celle d’une canso. Et tu dois lui donner autant de strophes qu’il y en a dans la chanson dont tu as tiré la mélodie ; tu peux suivre les rimes correspondant à ce chant, ou en prendre d’autres ».

13  Raimon Jordan, Vas vos soplei domna (P.C. 404, 11) ; Peire Cardenal, Rics hom que greu (P.C. 335, 49) ; Bertran de Born, Rassa tan creis (P.C.80, 37) ; Monge de Montaudon, Mot m’enveya (P.C. 305, 10) ; Guiraut de Borneil, Non posc sofrir (P.C. 242, 52a) ; Peire Cardenal, Ar me posc (P.C. 335, 7).

14  L’organum, tel que pratiqué dans le cadre de l’école de Notre-Dame de Paris, est une pièce polyphonique complexe, le plus souvent à 2 ou 3 voix, fondée sur une « teneur » (voix initiale ou vox principalis) empruntée au répertoire grégorien.

15  Il nous est difficile d’adhérer à la remarque d’Hendrik van der Werf (1972, 73) qui souligne une possible ressemblance avec la partie supérieure de la version polyphonique de F : « Its other melody (contrafacta Ia) is related to the Old Occitan song in verses 1-2, while the rest bears a very vague ressemblance to the upper voice of the Latin song. »

16  F. Billiet (2006, 143) : « Les trouvères ne sont donc pas des compositeurs au sens moderne du terme car la notion d’invention personnelle n’existe sans doute pas et parce qu’ils participent plus de la mise en musique d’un texte par des processus d’improvisation que de la recherche à ‘com-poser’ des textes au sens de les superposer dans une forme plus élaborée comme celle du motet. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Mouchet, « Un référent musical ? La réception des mélodies de troubadours par les trouvères »Revue des langues romanes, Tome CXXIV n°2 | 2020, 323-349.

Référence électronique

Florence Mouchet, « Un référent musical ? La réception des mélodies de troubadours par les trouvères »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXIV n°2 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 05 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/rlr/3681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.3681

Haut de page

Auteur

Florence Mouchet

Université de Toulouse-Jean-Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search