Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXIV n°2CritiqueElisabetta BARALE, éd., La Généal...

Critique

Elisabetta BARALE, éd., La Généalogie, la vie, les miracles et les mérites de saint Foursy

Paris, Classiques Garnier (Textes littéraires du Moyen Âge 47), 2018, 252 p.
May Plouzeau
p. 365-381
Référence(s) :

Elisabetta Barale, éd., La Généalogie, la vie, les miracles et les mérites de saint Foursy, Paris, Classiques Garnier (Textes littéraires du Moyen Âge 47), 2018, 252 p.

Texte intégral

Présentation

  • 1  Elle-même suivie d’un « Commentaire linguistique » et de « Principes d’édition ».

1Issu d’une thèse, l’ouvrage fait honneur à la collection où il paraît. C’est qu’Elisabetta Barale (dorénavant EB), spécialiste de Miélot, déploie une érudition impressionnante dont témoignent à elles seules les notes infrapaginales de ce qui est appelé « Introduction1 » [7-78], extraordinairement abondantes. Cette « Introduction » est d’une densité inouïe et ma recension ne saurait rendre justice aux recherches menées par EB sur l’activité de Fursy et celle de Miélot, leur contexte, et les documents qui nous permettent de les connaître.

  • 2  EB mentionne des érudits qui situent l’arrivée de Fursy en Angleterre en 633, en 636 [8, n. 4], pu (...)
  • 3  Je note (ce qui n’est pas dit dans l’Introduction) que Miélot situe la mort de Fursy l’an .vic lii (...)

2Le livre s’ouvre sur « Saint Fursy » [7-13]. Fursy est un Irlandais qui, après quelque temps de prédication en Est-Anglie2, poursuit son œuvre dans le Ponthieu, la Somme et notamment Péronne, édifie un monastère à Lagny-sur-Marne et meurt à Mézérolles, peut-être « en 649 ou 650 » [9]3. Ses reliques sont transférées à Péronne, et la France du Nord continue de le vénérer. Des textes remontant au viiie siècle témoignent du culte qui lui est porté et trois Vitæ latines, s’échelonnant du viie au xie siècle avec la Vita Secunda lui sont consacrées (la deuxième Vita est appelée Virtutes).

  • 4  À propos de ses traductions, EB n’explique pas vraiment en quoi il nous fait « envisager l’Antiqui (...)

3La partie intitulée « Jean Miélot » [13-19] rapporte que, né dans le Ponthieu, Miélot fut pendant dix-huit ans au service de Philippe le Bon jusqu’en 1467, puis qu’il travailla pour Charles le Téméraire et pour Louis de Luxembourg ; il dut mourir vers 1472. Auteur de rares ouvrages originaux [15, n. 39], il se consacra à la traduction de textes latins4 et à la copie, le tout plus ou moins réaménagé, en particulier en fonction de l’aspect esthétique qu’il entend donner à ses pages.

  • 5  Sur ces points, voir aussi Stefania Cerrito dans son édition de 2010 du Rommant de l’abbregement d (...)

4Une bonne part de sa production est d’ordre religieux, et dans « Les œuvres hagiographiques de Jean Miélot » [20-28] sont documentées les hagiographies qu’il a consacrées à saint Josse, saint Adrien, sainte Aldegonde, écrites dans le cadre de « production pieuse à caractère régional » [25] ; le sentiment d’une menace ottomane, l’atmosphère de croisade régnant dans le duché de Bourgogne5, une sorte de désir d’Orient expliqueraient la conception de la Vie de saint Thomas l’apostre et patriarche des Indes ainsi que celle de sainte Catherine d’Alexandrie ; la dernière Vie en date, celle de saint Fursy, s’originerait entre autres raisons dans l’intérêt que portait Philippe le Bon aux domaines picards, dont la possession était fragile, dans celui que ce duc à la santé délicate marquait pour un saint guérisseur et dans la dévotion que vouait Miélot à ce saint.

  • 6  La devise de l’abbé Cardon, qui a possédé le ms. au xixe siècle, doit-elle vraiment se lire Tangen (...)
  • 7  Dans les citations de cette liste comportant dates et lieux, j’ai suivi le texte édité (en me perm (...)
  • 8  EB se contredit : « Les fêtes de saint Fursy (s. d.) » [35], mais « le commentaire sur les maladie (...)
  • 9  Comment le fol. 14v peut-il être « en regard » [43] du fol. 15v ? Par ailleurs, la dénomination «  (...)

5« Le manuscrit Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Series Nova 2731 » fait l’objet d’une étude approfondie [28-45]. Il est le seul à conserver la version de la Vie de saint Fursy ici publiée et ne contient pas d’autre texte. Je le siglerai W. On déduit de la description faite par EB qu’il est de la plume d’un seul copiste (ce qui n’est pas dit explicitement) ; il n’est pas sûr qu’il soit de la main de Miélot [29]. Les marques de possession remontent au xvie siècle6. Encore en France en 1913 [45], et peut-être volé pendant la Grande Guerre, il a été acheté plus tard à un antiquaire de Leipzig par la Bibliothèque de Vienne. Le texte de W porte de nombreuses indications de dates ; pour la table des matières : Cy finent la genealogie, la vie, les miracles et merites du glorieux confés monseigneur saint Foursy de Peronne. Escript a Lille en Flandres l’an mil .cccc lx viii. 8r ; pour le prologue : Peronne, ou repose aujourd’huy, mil quatre cens soixante deux, son benoit cors 11r ; pour la dédicace à Philippe le Bon regnant et seigourissant [sic, ainsi que le souligne EB] 14r : l’an present mil .cccc. soixante deux, que [fu] faitte ceste translacion par Jehan Mielot ibid. ; pour la généalogie, vie et miracles : Ce fu fait et translaté par Jean Mielot, presbtre chanoine de Lille en Flandres, l’an de grace mil .iiiic. soixante deux 90r ; pour l’« Énumération en vers et commentaire en prose des maladies que saint Fursy est réputé guérir » [34] : ad present, l’an mil .iiiic lxix., repose son [de saint Fursy] precieux corps en la grande eglise de ladicte ville de Peronne 95v7 ; seule la liste des fêtes de saint Fursy (fol. 95v-96r) n’est pas datée8. Le corps du texte a donc été écrit et peut-être aussi, semble suggérer EB, copié en 1462, année où Philippe le Bon « était tombé gravement malade » [35] ; « pour une raison inconnue » [36], la Vie n’aurait pas été offerte à Philippe : on n’a aucune preuve que ce dernier ait effectivement reçu le manuscrit [31, n. 105] ; la table des matières aurait été composée lors de la reliure (elle occupe un cahier à part, lequel se termine par une page blanche), et les deux dernières sections (en gros, maladies, puis fêtes), auraient été rédigées pour remplir l’espace restant du dernier cahier. La décoration de W est minutieusement décrite ; retenons ici qu’elle comporte « trois grands dessins à la plume » [36], dont au moins les deux premiers (illustrant prologue et dédicace) pourraient avoir suivi des compositions de Le Tavernier [40]. À cela s’ajoute un arbre généalogique de Fursy (fol. 14v)9, opportunément reproduit p. 199 (l’édition ne comporte pas d’autre figure). Le chapitre se termine par une liste des « éditions [très !] partielles » de W et de leurs dérivés, dont la première, de 1607, l’aurait « sans doute » [44] connu, et les trois suivantes, de 1857 à 1913, ne semblent pas plus qu’elle correspondre aux critères actuels de probité philologique.

  • 10  En omettant d’indiquer à quels folios se trouve la Vie de saint Fursy.
  • 11  Je n’ai pas consulté C, F et W, mais j’ai vu A. Les transcriptions de ce ms. exigent des correctio (...)

6Dans « La Vie de saint Fursy et ses sources » [45-61], EB résume le récit rapporté par W (qu’elle sigle M), pour conclure qu’il se rapproche de celui de la Vita Secunda, où manquent toutefois cinq épisodes de W, lesquels se retrouvent, tous ou partiellement, dans les autres légendiers en français qui transmettent la Vie en s’inspirant de la Vita secunda. EB décrit les manuscrits de ces légendiers10 : Cambrai, Bibliothèque municipale, 812 et son quasi-jumeau, Cambrai, Bibliothèque municipale, 811 (siglé C par EB), où la Vie est fortement abrégée, et dont Anne-Françoise Leurquin-Labie écrit que c’est « vers […] 1475, 1486 ou 1497 qu’[il] aurait été copié » (Leurquin-Labie, 266), dates non citées par EB ; siglé F par EB, le « manuscrit 141 de la collection mediceo-palatine de la Laurentienne de Florence » [49], « exécuté en 1399 » [50] à Arras ; et A, Arras, Bibliothèque municipale, 307 (ancien 851) qui « a été daté de la seconde moitié du xiiie siècle » [51]. A, C et F présentent « trois versions indépendantes les unes des autres » [47]. EB procède à une comparaison de passages bien choisis de A, C, F et W11 pour conclure que Miélot « a consulté et reproduit une version vernaculaire qui a des rapports très étroits » [61] avec celle de F, mais qu’il a peut-être « travaillé parallèlement sur un ou plusieurs textes latins » (ibid.).

7« Les autres versions de la Vie de saint Fursy par Jean Miélot » [62-78] sont au nombre de trois. Le manuscrit Bruxelles, KBR, 9945, daté de 1462-1463 [62], et destiné à Philippe le Bon [63], contient « un abrégé » [62] ; je le siglerai Br. Le manuscrit Paris, BnF, fr. 17001 renferme un « récit encore plus succinct » (ibid.) ; la Vie y est « datée de 1463 » [67] et la décoration des initiales historiées « est attribuée au Maître aux grisailles fleurdelisées » [66]. « Le manuscrit privé olim Anvers, collection “Blondeel Antiek” » [69], que je siglerai An, dont l’actuel possesseur est inconnu, mais dont on a des reproductions, est postérieur à 1467 [71] ; dans une enquête passionnante, EB examine qui pourrait être le destinataire de cet étrange objet : la Vie y est constituée principalement de courts textes qui explicitent en quelque sorte les dessins qui les précèdent, lesquels sont encore attribués au Maître aux grisailles fleurdelisées [76]. Ces trois versions sont publiées en annexe [187-198].

  • 12  Dans la transcription de ce ms., on corrigera alaer [189], en aler.

8Le « Commentaire linguistique » [79-90] est très aéré. Il est vrai qu’il n’est pas utile de scruter la langue de W pour tenter de déterminer auteur, date et lieu de composition : Miélot fournit tout cela à foison. — Les « Principes d’édition [du manuscrit de Vienne] » [91-92] expliquent les signes conventionnels utilisés dans le texte imprimé et présentent succinctement le traitement de W. — Les textes de W [95-155], puis en annexes, ceux des trois versions abrégées (p. 187-198, rappelons-le) paraissent bien édités. Je précise que pour ces quatre textes je ne me suis reportée qu’au ms. Br12.

  • 13  Supprimer l’article « haire subst. fém. : chemise de crin ou de poil de chèvre portée à même la pe (...)
  • 14  Mais je ne comprends pas la phrase « Sa rédaction suit les établissement [sic] des index énoncé [s (...)

9Outre les annexes précitées, différentes pièces suivent la Vie de W. Nous avons de très riches « Notes philologiques, historiques et littéraires » [157-185] qui éclairent tous les thèmes traités par Miélot (généalogie, vie, miracles, mérites) avec en particulier élucidation de termes liés aux maux qu’une prière au saint est censée guérir. — Le « Glossaire » [201-228] consignerait uniquement des mots et formes qui ont disparu en français moderne, ou bien dont le sens a changé depuis Miélot, et l’on précise que « Dans le cas de polysémie, seules les acceptions disparues sont enregistrées » [201]. Bref, il « vise à faciliter la compréhension du texte », et remplit honnêtement cet office13. — La « Bibliographie » [229-246] est utile : EB fait partie des gens qui lisent et citent les prédécesseurs. — Le livre se clôt sur un « Index des noms propres » [247-250] qui exclut les occurrences des noms de « Dieu, Seigneur et Jhesu Crist » lit-on dans un mode d’emploi très bien fait14.

Notes de lecture

10Je me bornerai à des observations sur mots et formes, ou peu s’en faut : On ne puet mie par tot estre !

11La citation faite d’après Doutrepont [25, n. 83] a développé tacitement un certain nombre d’abréviations : il fallait le préciser, ou suivre l’éditeur.

12À propos du « Commentaire linguistique », on aimerait des éditions qui légendent les abréviations utilisées (cela vaut aussi pour le Glossaire) telles que « P3 » [84] ou « COD » [85], et qui précisent quel alphabet phonétique est suivi.

  • 15  Voir à ce sujet la présentation d’un article de Geoffroy Roger dans la Revue de Linguistique Roman (...)
  • 16  Ainsi jenne [81] est accompagné d’une seule référence. Pourquoi ne pas renvoyer à l’article du Glo (...)

13Les relevés ne sont pas méthodiques. Ils soutiendraient pourtant la recherche dans deux directions : une étude détaillée des graphies, comparées à celles des pièces que l’on pense écrites de la main de Miélot, apporterait peut-être quelque lumière sur la question du caractère autographe ou non de Saint Foursy ; on pourrait également analyser la tension qui s’instaure entre “ modernité ” latinisante et “ tradition ” picardisante : de ces éléments, le Commentaire s’intéresse exclusivement au « participe présent […] employé en fonction d’adjectif » [85] dans les féminins agente, conscendente et excedente et à certaines graphies ou prononciations picardes. Or, la question du maintien de traits régionaux dans les scriptæ au xve siècle15 ne saurait s’accommoder de pointillisme. Il serait bon d’indiquer systématiquement si les listes d’attestations d’un trait donné prétendent ou non à l’exhaustivité16, sans quoi on ne peut émettre d’hypothèse sur l’existence éventuelle d’un système graphique dans le ms. (voir infra, sur le). Cette absence d’indication est d’autant plus troublante que parfois le caractère non exhaustif des inventaires est explicitement souligné (par exemple p. 87). Il est un peu étrange aussi que certaines formes épinglées en note n’aient pas trouvé place dans ce Commentaire, comme respendissoit ‘resplendissait’ note cy, lieux ‘lieues’ note dx, etc.

14Remarques sur la section « Graphie » [79]. EB enregistre des occurrences de ee pour e simple (cueers, meectre, meerites), sans commenter ; ces formes pourraient être septentrionales : cf. Jean-Charles Herbin dans son édition de La Vengeance Fromondin, n. 49 p. 40-41, et Charles H. Livingston dans son étude et édition de Gautier Le Leu, p. 22 ; — à propos de uu de vainquu et convainquue (ajouter vainquus 41r), voir maintenant EB dans son édition du Papaliste de Miélot (Barale 2019, 140-141) ; — on ne peut dire que ii « alterne avec la forme ie » quand le ms. porte liiéz et liéz ‘joyeux’, mais avec i simple ; — la lettre g est dite avoir « valeur de fricative » dans herberga et d’autres mots ; selon Gossen, § 42, en picard, nous aurions une prononciation occlusive dans certaines formes du verbe ; des documents du Nord présentent des graphies en gu : voir Gdf 4, 456a ; la valeur phonétique de g dans herberga et autres est symbolisée entre crochets droits par la lettre grecque zêta ; il serait bon d’indiquer quel alphabet phonétique est suivi ; — manque le type qui se réalise dans blances ‘blanches’ 30v, secceresse 94r ; — peut-être relever le z de canonization, canonizié, solempnizié, tous en 96r.

15Remarques sur la section « Phonétique » [80]. La syllabe je de jenne ‘jeune’ et jennesse ‘jeunesse’ est dite attester « la prononciation [e] » : voilà encore une occasion de préciser la source de l’alphabet phonétique ; — consigner la graphie eu dans espeux ‘époux’ 20v ; — ajouter l’issue phonétique écrite oy dans loyen ‘lien’ et dans les verbes de la même famille loyer et desloyer (voir Glossaire), trait du Nord ; — sur la fermeture d’un élément prétonique sous l’effet d’une consonne palatalisée, ajouter batilloient 35r ; — ajouter encoire(s), voir Glossaire : cf. Giovanni Palumbo dans son édition du Roman d’Abladane, p. 45, et prosme(s) (sept occurrences au Glossaire) ; — à revenderoient (de revenir), receverons et croistera, joindre deveroit 74r ; — noter le passage de s à r dans dervé 18r, derverie 85r, phénomène du Nord ; — consigner ll dans despoullent ‘dépouillent’ 37v, agenoulloit 64v, agenoulla 70r (où ll peut traduire une prononciation non palatale), graphie particulièrement répandue en picard ; — relever laidaignes, qui est dit « typique du picard et du wallon » dans la note fy ; — curieusement, un phénomène récurrent est absent du Commentaire, qui identifie pourtant quelques traits picards : celui qui se réalise dans la graphie ch de exauchier 10v, anchiens 16v, soy esleschir 18v et Eslechiéz vous 21r (formes d’un verbe signifiant ‘se réjouir’), etc.

16Remarques sur la section « Morphosyntaxe » [81-86]. À propos de le dans le humilité, le humidité, le honnourable matrone, il est constaté que « L’article défini féminin prend parfois la forme picarde le » [81], avec renvoi à Gossen ; EB ne cite pas d’autre instance de cette forme. La similitude des cotextes est frappante : toujours devant h purement graphique. Or, on ne saurait en conclure que le copiste pratique un système concernant le féminin ; car les formes de le pour la, pronom personnel, que donne EB p. 82 ne se trouvent pas devant des mots commençant par h graphique ou par une voyelle ; et surtout, ce qu’on ne peut deviner à lire la p. 81, c’est que toutes les instances de l’article le féminin ne sont pas fournies, cf. Le universelle 93r (pour la paralisie universelle) ; par ailleurs, la non-élision (au moins graphique) de e devant une initiale phonétiquement vocalique ne frappe pas seulement l’article de genre féminin, comme on le voit dans le humeur flumatique, ou sanguin 93r, et plus généralement, elle ne frappe pas seulement l’article, cf. il proposa de aler 30r, le roy et les barons se apperchurent 71v, puis se esvanuirent 80r, se appelle ‘s’appelle’ 96r ; —l’adjectif doulce n’est pas le seul à pouvoir « ne pas être accordé au pluriel » [81], cf. moult grande sont les œuvres 17r ; — « quelconques précède le déterminant : en quelconques maniere » [82] : il n’y a pas ici de « déterminant » après quelconques ; — à propos du pronom personnel, EB note « formes de la série I au lieu de formes de la série III » ibid. : les termes de grammaire évoluent sans cesse : il est bon de les définir ; — « forme quil(z) pour le relatif sujet qui : ne quilz il devoient honnourer » [83] : dans cet exemple, quilz est complément ; — aux passés simples présentant une troisième personne sans t, comme baty ou servi [84], ajouter entendi 42r, creÿ et mescreÿ 66v, perdy 86r ; inversement, ce qui n’est pas noté non plus, nous lisons par exemple oÿt, ouyt 34v, etc. ; — la forme approchit de Le feu croissoit moult durement et a. le saint homme 38r mériterait d’être relevée (comparer approchier 41v) ; — consigner receut ‘reçoit’ 49r : cf. l’impératif receus dans le Papaliste de Miélot commenté par EB (Barale 2019, 142) ; — on pourrait noter le s marque de deuxième personne à l’impératif, par exemple dans metz 49r et surtout doubtes 34v ; — faire une section pour des participes tels que receut 49r, reçut 52r, 52v ; dans la note dn, EB affirme d’ailleurs à juste titre que reçut est un picardisme ; — « le subjonctif imparfait est utilisé pour marquer l’opposition dans cette coordonnée adversative : ne fu nul qui les peust mectre en terre, ains eussent bien voulu tous qu’ilz eussent esté ravis par menbres » [85] ; la notion d’« opposition » est portée par le sémantisme de ains, non par le subjonctif.

17Note sur la section « Syntaxe » [87-88]. Dans la collecte des « locutions conjonctives pour exprimer les relations logiques », la « concession » est dite être rendue par ja soit ce que ; on trouve aussi ja soit que 31v ; — à côté des exemples de reprise de la conjonction se après incidentes, on pourrait noter la reprise de que dans Si cria mercy au saint homme que pour Dieu qu’il luy pardonnast 29r.

18Remarques sur la section « Lexique » [89-90]. Dans pour la salut de l’umain lignage, le mot salut est dit « féminin, comme en ancien français » ; mais on trouve des occurrences du genre masculin dans l’article salu du TL, entre autres dans la rubrique « Heil, Gesundheit » (EB ne cite ici que GdfC, FEW et DMF 2015) ; — parmi les mots de genre féminin on aurait pu relever jour de la locution toutte jour, toute jour 26r, 53v, d’autant que la note bb lui est dévolue ; — la section intitulée « Formes ou sens non attestés » devrait préciser « avant le texte édité » : y figure celebrité « caractère de ce qui est célèbre », dont EB écrit que le sens est « attesté depuis le xvie siècle ».

19On aurait pu être attentif aux picardismes d’ordre lexical ; sauf erreur, ils sont très rarement commentés dans les Notes au texte, et ne sont jamais pointés comme tels dans le Glossaire, qui pourtant enregistre tous les mots de la liste qui suit. Voici ce que j’ai remarqué : ahanables de terres a., cf. Gilles Roques dans Revue de Linguistique Romane 71 (2007), 583 (emploi du Nord et du Nord-Est) ; — entrementes que « pourrait être picard » selon Giovanni Palumbo dans son édition du Roman d’Abladane, p. 122 ; — maneglier signalé dans la note dw comme forme « typique de l’aire picarde » ; — moyenne ‘milieu’, cf. Mts ; — muyaulx ‘muets’ : muel est « typique de la Picardie, de la Wallonie, de la Lorraine et probablement de la Champagne » selon François Zufferey dans Romania 125 (2007) 485, n. 11 ; — potentes ‘béquilles (d’un infirme)’, cf. Mts ; — sourgon ‘source’, cf. Mts, article sorjon ; — taye ‘grand-mère’ et tayon ‘grand-père’, cf. Mts, où il est précisé que ces mots ne sont pas uniquement picards.

20Remarques sur les « Principes d’édition » et sur le texte. « Dans le cas de mots coupés [dans W], les deux parties sont affectées chacune d’un trait d’union » [91] ; EB ne cite pas d’exemple ; il me semble que le texte ne présente de ces traits d’union que lors de changement de feuillet (ex. alaitant 18v-19r) ; — EB ne liste pas les abréviations du ms. qu’elle a développées et n’indique pas comment elle a procédé ; que ces abréviations soient « conformes aux usages scribaux du xve siècle » ibid. est naturel, mais de nombreux copistes ont leurs propres habitudes, c’est pourquoi ces abréviations auraient pu être communiquées, d’autant qu’elles seraient « assez rares » ibid. et qu’elles n’ont pas été rendues en italique dans le texte ; — le tréma est dit « utilisé pour marquer les diphtongues » [92] : comprendre « diérèses », et non « diphtongues » ; EB ne théorise pas et ne donne aucun exemple, mais la présence et l’absence de tréma dans l’édition ne m’a pas choquée (sauf dans l’impératif oÿéz 66v) ; — l’apostrophe « signale les voyelles élidées dans les mots monosyllabiques accolés au mot suivant » ibid. : suit une énumération des cas de figure : articles définis, etc. ; je suppose qu’il faut ajouter la préposition de, cf. d’Irlande […] d’Escoce 15r ; — sur l’absence d’accent grave dans le texte édité, voir Revue des Langues Romanes 123 (2019), 468.

21Comme déjà dit, l’édition paraît très correcte. On regrette que l’indication du foliotage, qui figure à l’intérieur des pages, soit dans la même typographie que le reste du texte, au lieu d’être mise en relief. Les appels des « Notes philologiques, historiques […] », sont figurés par des lettres microscopiques.

22Un mot sur le choix d’éditer œuvres 17r avec œ serait bienvenu (mais on lit euvre 32v, 71v, euvres 45r, 52r) ; — non reboubtance 22v, mais, je suppose, redoubtance, comme écrit au Glossaire ; — actéz de a. chaulx ou frois 91r, à propos d’états de morbidité, est traduit accès dans le Glossaire, qui ne fournit pas d’autre occurrence du mot ; la forme devrait faire l’objet d’une note qui souligne que la lecture est assurée, car, à lire la p. 92, on comprend qu’il n’est pas toujours facile de distinguer entre c ou t dans le ms. (mais actéz n’est pas commenté à cet endroit) ; il en va de même pour desectant de d. le humidité du corps 93r, où on attendrait desseccant (cf. secceresse 94r) ; — mais on attendrait constipacion et non conscipacion dans c. de dur ventre et difficulté et tardiveté d’aler a chambre 94r, qui n’est commenté nulle part et est absent du Glossaire, contrairement à actéz et à desectant.

23Remarques sur les « Notes philologiques, historiques et littéraires ». Faut-il bien lire « mort en 547 ou 578 » note ab ? ; — dans les notes ax, bo, bp, etc., sont données des traductions françaises de passages de la Bible ; il serait bon de mentionner l’auteur des traductions ; — la note er explique que moyenne ‘milieu’ de en la m. de Romme 64r est une faute de copie pour Montjoie ; rectifier la citation du ms. A, qui porte Monjoie, non Montjoie, fol. 134rb (et non 134va) ; pour l’anecdote, le même échange se lit dans des mss de Gautier de Coinci : Entre Dieu et homme est moianne (sujet : la mère de Dieu), miracle II, 23, v. 227 p. 210 du tome IV de l’édition Koenig, qui indique qu’on lit non moianne, mais monjoie dans le ms. D ; — dans la note gd, les passages latins transcrits (de première main ? ce n’est pas clair) du ms. Bruxelles, KBR, 5097-5099, que j’ai consulté, souffrent quelques approximations, spécialement usquez pour usque et l’absurde e contudiem pour egretudinem (le e initial se trouve en bout de ligne dans le codex ; syntaxe et signes abréviatifs n’ont pas été pris en considération).

24Le « Glossaire » appelle quelques mises au point.

  • 17  Et non 60v, contrairement à ce qu’indique le Glossaire.

25On n’a pas de moyen de savoir si les articles nourris par une seule attestation sont complets ou non ; c’est ce qui se produit notamment dans le cas de ceux qui ont été créés pour élucider une forme ou un tour jugés difficiles ; voir par exemple « ueil subst. masc. : œil [92v] » (alors que le mot se rencontre encore dans puis se esvanuirent de ses yeulx 80r, elle perdy […] la veue des yeulx 86r) et voir infra entre autres sous umuer : il serait expédient de marquer d’un signe particulier les articles dont on décide de ne pas fournir toutes les occurrences. Mieux vaut s’abstenir de marquer le genre d’un nom plutôt que d’indiquer celui « des dictionnaires de référence » [201] quand le cotexte ne permet pas de le déterminer : et du reste les « dictionnaires de référence » ne proposent pas toujours un genre unique ; c’est ce qui se produit par exemple pour luminaires traduit « cierges » et dit « masc. pl.» dans .iii. l. 61r17 : le mot est étiqueté « m. und f. » dans TL et le DMF 2015 ne donne pas son genre ; voir aussi infra sous mesaise et umuer. Enfin, on améliorerait le Glossaire en italicisant les locutions schématisées qui de la sorte se distingueraient de la traduction qui les accompagne ; ainsi seraient rendus lisibles, parmi tant d’instances, les articles accoustumance ou *a(d)monnester ; ce défaut a été repéré ailleurs dans la collection : voir Romania 137 (2019), 496 ; il conviendrait aussi de veiller à l’ordre alphabétique, souvent bousculé, et de renvoyer systématiquement aux Notes, si riches, ce qui est loin d’être toujours fait ; je m’abstiendrai généralement de reprendre ces trois défauts dans la liste qui vient.

26Le Glossaire ne prend pas en compte les trois courtes Vies de saint Fursy données dans les annexes ; j’intègre dans ce qui suit les mots de ces Vies qui selon moi méritent de retenir ; on notera que, sauf erreur, aucun ne figure dans la Vie du ms. de Vienne.

  • 18  Comme EB le fait de ses lemmes, je munis d’un astérisque les formes non attestées (à ce qu’il me s (...)

27Le mot acceptacion 54r est traduit « approbation » ; il ne s’agit pas de cela, mais de ‘acception’ dans il annuncha a toutes gens la parole de nostre Seigneur, sans a. de personnes ; incidemment, la date de 1615 donnée par le FEW 24, 71b, de la première attestation de acceptation de personnes, « préférence qu’on a pour une personne au préjudice d’une autre » (définition du FEW), doit être remontée de plusieurs siècles grâce au DMF 2015 ; — sous *a(d) monnester noter que admonnesta 32v ne signifie pas « avertir », mais « exhorter », comme le dit aussi l’article (la forme est classée à deux endroits), et préciser la construction : admonnesta saint Foursy le peuple qu’il veillast ; — entrer *apperchevoir18 pronominal pour lors le roy et les barons se apperchurent 71v sans complément ‘comprirent, virent clair, ouvrirent les yeux’ ; — entrer arbre : voir cognation ; — *(se) assentir est traduit « approuver » ; préciser la construction : le complément est introduit par ; — faire une entrée bestelette 68r ; — entrer cognation pour arbre de c. dans le ms. An [193] : la lexie manque (sauf erreur) à Gdf, GdfC, TL, DMF 2015, ANDél, FEW 2, cognatus, FEW 25, arbor, DeafPré et Mts ; — entrer contradicion ‘contestation, débat’ 41r ; — on lit sous creoient « ind. imper. de *croire, P6 : ils croyaient » : que signifie « imper. » ? Nous avons à l’endroit indiqué un imparfait ; parce qu’elle est jugée opaque (pour quel lectorat ?), cette forme nourrit un article à elle seule : il serait opportun de rassembler sous une entrée *croire cette forme et par exemple creÿ 66v ; — l’article *croistre, dont rien ne montre qu’il est incomplet, devrait entrer et élucider croistera 58v ; — *cuider est glosé « penser, croire » pour toutes les occurrences ; dans quant elle le cuida veoir, elle perdy soudainement la veue des yeulx 86r (référence qui figure dans l’article), le sens est ‘fut sur le point de’ ; — sous cure noter que l’occurrence de 47r ne relève pas du tour mettre sa c. a, mais du tour mettre sa c. en ; — le verbe *despeschier de ilz despeschoient l’un l’autre 62r est bien identifié comme transitif : ne pas traduire « infliger toutes sortes de violence », mais « infliger toutes sortes de violence à » ; — embrachemens, pluriel, est traduit « contraintes », peut-être ‘étreintes (dans un contexte métaphorique)’ serait-il préférable vu l’unique attestation : mirent jus tous les e. du vain siecle 72v ; — entrer *engresser pour voix horribles qui l’engressoyent dans le ms. Br [188] ; — entrer *enroider pour ses membres se enroiderent [en clair dans le ms.] de froidure dans le ms. Br [188], car enroid(i)er est très peu représenté dans les dictionnaires ; — créer *entreamourer pronominal pour ilz se entreamourerent de vray amour dans le ms. An [195] : ce verbe manque à Gdf, GdfC, TL, DMF 2015, ANDél, FEW 24, amor, DEAFPré et Mts ; — il n’est pas sûr qu’il faille lemmatiser *(se) esconser, car dans l’exemple allégué, Se esconsoit ja le soleil 62v, Se commence une phrase près un point (et la ponctuation s’impose) : au plan de la syntaxe, il serait plus satisfaisant d’y voir une forme de l’adverbe Si, cf. redresche ceulx qui sont cheüs et se desloye les emprisonnéz 75r ; — entrer *escouteur pour les escouteurs 41r ; — il existe une entrée euvez, pluriel, accompagnée de la traduction « ouvrages de broderie » ; voici le cotexte de l’unique attestation : aournemens de draps de soye ouvréz de diverses e., de pierres precieuses et d’or 72r ; s’agit-il d’une forme de euvre ? Cf. par exemple une eglise de merveilleuse euvre par dedens et par dehors 71v. Auquel cas, il faudrait réunir avec l’article œuvre (voir infra) ; — contrairement aux apparences, l’article face est incomplet : il y manque le tour f. a f. dans commençons une bataille f. a f. 35r ; — entrer faulte ‘manque’ pour une si grant f. de vin 88v ; — à côté de incontinent (que), ajouter incontinent 1v ; — entrer indignacion 67r ‘indignité’, je suppose ; — entrer inflacion pour ung humeur eaueux entre cuir et char avecques i. 94v ; — mesaise est donné pour féminin, ce que ne montre pas le cotexte, n’avoient eu m. ; le DMF 2015 marque ce mot en entrée seulement comme féminin, mais dans la majorité des citations, il est impossible d’en déterminer le genre ; l’article du DMF 2015 se termine sur un exemple où le dictionnaire souligne que le mot est masculin ; dans TL, il est donné pour « m. oder f. » ; — l’entrée moustier ne consigne que l’occurrence de 23r ; ajouter monstier 22v (où une note devrait préciser si cette lecture s’impose) ; — œuvre ne figure que pour le tour *(faire grant) œuvre, qui apparaîtrait en 32v ; à cet endroit le texte porte en fait euvre ; on lit encore les œuvres de nostre Seigneur 17r, bonnes euvres 45r, toutes tes euvres 52r et voir supra à propos de euvez ; — à côté de ouvrer, traduit entre autres « agir » et « travailler », entrer le nom ouvrier 52r ; — entrer *parquet pour a mis par escript en brief en plusieurs parquetz la vie de ce glorieux confés dans le ms. An [193], mot dont le sens est expliqué en note ; — *(de son) propre est traduit « pour son propre compte » ; est-ce bien de cela qu’il s’agit dans la réponse du saint à un roi qui veut le combler de trésors, Donnés nous, s’i vous plest, aucun lieu ou nous puissons fayre une eglise […] et l’aidiéz a faire et edifier de vostre propre pour le sauvement de nous et de vous 71r ? ; — rancune ne figure que pour le tour *(estre en) r. ; on lit aussi plaine de r. et de felonnie 85r ; — sous reigle, non marqué comme incomplet, ajouter regle 2v (la graphie manque à l’article) ; — sous relaxacion, non marqué comme incomplet, ajouter l’occurrence de 94v ; — sous repundre, corriger il repuns en le soleil repunt ; — entrer rompture 94v ; — entrer *sensible pour nerfz sensibles ou motifz […] les nerfz motifz et sensibles 93r ; — entrer *sourvenir pour il [il s’agit d’une personne] sourvint en la place 16r ; — dans l’article surmonter, la seule traduction fournie est « l’emporter sur qqn », mais en 51v (référence donnée dans l’article) on lit tu as surmonté les pechiéz ; — entrer tempore pour en ce t. moru le roy dans le ms. Br [188] ; EB a fait suivre tempore de sic, mais cette forme est très bien attestée ; — l’article tribulacion consigne seulement le sens de « adversité » en 57r ; rien ne montre que l’article est incomplet ; ajouter tribulacion(s) 42v, 51v ; — nous avons une entrée umuer simplement traduite ‘humeur’ (ce qui n’explicite rien), dotée d’une seule occurrence et marquée comme du genre féminin ; mais le DMF 2015 donne le mot humeur1 pour « masc. ou fém. » et le genre n’apparaît pas dans l’occurrence (qui se trouve dans une phrase dont la syntaxe m’est incompréhensible) ; pour enrichir la lexicographie, on aurait relevé le humeur flumatique, ou sanguin 93r, humeur visqueuse 93v, ung humeur eaueux 94v, et on aurait lemmatisé humeur, sans omettre de mentionner la belle note de type encyclopédique gj à propos de humeurs 92r ; — sous veneration, dont on ne peut deviner que l’article est incomplet, ajouter par digne veneracion 88r ; — entrer volubilité pour de la v. et de la vanité du fraille monde 70v ; — entrer voyage 35v.

Conclusion

  • 19  Je tiens à la disposition de qui serait intéressé une liste d’une soixantaine d’étourderies à corr (...)
  • 20  La Genealogie, la vie, les miracles et les merites de saint Foursy, 12v.
  • 21  Je remercie Elisabetta Barale, Stefania Cerrito et Denis Autesserre d’avoir bien voulu répondre à (...)

28Sans doute jugera-t-on que les notes qui précèdent ne portent que sur des broutilles, peut-être inévitables, eu égard à la somme de travail considérable impliquée par l’ouvrage19, et quiconque publie sait bien que « non faillir appartient a Dieu plus que aux hommes mortelz »20. En tout état de cause, Elisabetta Barale a procuré une édition indispensable pour la connaissance de Miélot21.

Haut de page

Bibliographie

Manuscrits

A = Arras, Bibliothèque municipale, 307 ; — An = ms. privé olim Anvers, collection « Blondeel Antiek » ; — Br = Bruxelles, KBR, 9945 ; — C = Cambrai, Bibliothèque municipale, 811 ; — F = Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Med. Pal. 141 ; — W = Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Series Nova 2731.

Ouvrages, articles

ANDélAnglo-Norman Dictionary électronique http://www.anglo-norman.net/ consulté le 30 juin 2020.

Barale, Elisabetta (éd.), 2019. « Édition critique du Papaliste de Jean Miélot », dans Romania 137 (2019), 130-192.

Cerrito, Stefania (éd.), 2010. Le rommant de l’abbreggement du siege de Troyes, Aix-en-Provence, PUP (Senefiance 55).

DEAFpré = articles préliminaires du Dictionnaire étymologique de l’ancien français en ligne http://www.deaf-page.de/index.php consulté le 30 juin 2020.

Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), version 2015 http://www.atilf.fr/dmf/ consulté le 30 juin 2020.

DMF 2015 : voir Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500).

FEW : voir Wartburg.

Gdf, GdfC : voir Godefroy.

Godefroy, Frédéric, 1880-1902. Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, Vieweg, 10 vol. ; le Complément (GdfC) commence au vol. 8.

Gossen, Charles Théodore, 1970. Grammaire de l’ancien picard, Paris, Klincksieck (Bibliothèque française et romane. Série A : manuels et études linguistiques 19).

Herbin, Jean-Charles (éd.), 2005. La Vengeance Fromondin, Paris, Paillart, SATF.

Koenig, V. Frederic (éd.), 1970. Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame ; tome quatrième, Genève, Droz (TLF 176).

Leurquin-Labie, Anne-Françoise, 2002. « La promotion de l’hagiographie régionale au XVe siècle : l’exemple du Hainaut et du Cambrésis », dans Herbin, Jean-Charles (dir.), Richesses médiévales du Nord et du Hainaut, Le Mont Houy, PUV, 253-267.

Livingston, Charles H. (éd.), 1951. Le jongleur Gautier Le Leu ; étude sur les Fabliaux, Cambridge, Havard University Press (Harvard Studies in Romance Languages 24).

Matsumura, Takeshi, 2015. Dictionnaire du français médiéval, Paris, Les Belles Lettres.

Mts : voir Matsumura.

Palumbo, Giovanni (éd.), 2011. Le Roman d’Abladane, Paris, Champion (CFMA 164).

TL : voir Tobler.

Tobler, Adolf, Lommatzsch, Erhard, puis al., 1915-2008. Altfranzösisches Wörterbuch, Berlin, etc., 12 vol.

Wartburg, Walther von, puis al., 1922. Französisches etymologisches Wörterbuch, Bonn, etc.

Haut de page

Notes

1  Elle-même suivie d’un « Commentaire linguistique » et de « Principes d’édition ».

2  EB mentionne des érudits qui situent l’arrivée de Fursy en Angleterre en 633, en 636 [8, n. 4], puis, sans justification, à ce qu’il me semble, elle se propose de la fixer « vers 640-641 » [9, n. 9].

3  Je note (ce qui n’est pas dit dans l’Introduction) que Miélot situe la mort de Fursy l’an .vic lii. ou environ 96r.

4  À propos de ses traductions, EB n’explique pas vraiment en quoi il nous fait « envisager l’Antiquité sous un angle différent » [17].

5  Sur ces points, voir aussi Stefania Cerrito dans son édition de 2010 du Rommant de l’abbregement du siege de Troyes, p. 23-29 et 85-86.

6  La devise de l’abbé Cardon, qui a possédé le ms. au xixe siècle, doit-elle vraiment se lire Tangentis pungii stimulat pigros [32, n. 109] ?

7  Dans les citations de cette liste comportant dates et lieux, j’ai suivi le texte édité (en me permettant de régulariser la position des points d’encadrement des chiffres romains), et non les pages 33-35 de l’Introduction, qui comportent quelques divergences par rapport à ce texte.

8  EB se contredit : « Les fêtes de saint Fursy (s. d.) » [35], mais « le commentaire sur les maladies et la liste des fêtes, qui ont d’ailleurs été composés en 1469 » ibid.

9  Comment le fol. 14v peut-il être « en regard » [43] du fol. 15v ? Par ailleurs, la dénomination « trois […] dessins à la plume » ibid. ne désigne en fait pas les « trois grands dessins à la plume » décrits p. 36 et suivantes.

10  En omettant d’indiquer à quels folios se trouve la Vie de saint Fursy.

11  Je n’ai pas consulté C, F et W, mais j’ai vu A. Les transcriptions de ce ms. exigent des corrections : non a memoire, mais en m. ; non par atendre, mais por [avec abréviation] a. ; non esperance de leurs mesmes, qui n’a pas de sens, mais e. d’eles [ms. de les avec changement de ligne après de] meesmes [53] ; — non « 139vb », mais « 139va » [54] ; — non ceste partie, mais cele p. ; non ot nom Fondlonga, mais ot a non [en clair dans le ms.] F. ; non et Brendin, mais et Brendins ; non son tiers de freres, mais soi t. de f. ; non œuvres, mais oevres ; non appartenoient, mais apartenoient ; après Sires, il manque Jhesucris ; non sont n’avenir, mais sont a a. ; non la volonté, mais le volenté ; non Philtans, mais Philtains ; plusieurs mots ont été omis après Cognast ; non comme, mais con ou com (signe tironien) ; non commença, mais comença (écrit en clair) [57] ; — non porra, mais porras ; non convoitises, mais covoitises (en clair) ; non volonté, mais volenté ; non « 132vb », mais « 132va » ; non « 128ra », mais « 127vb » [58] ; — non areer, mais arreer ; non « 133va », mais « 133rb » [61]. En ce qui concerne le ms. F, éditer non oiies, mais oiiés [54] ; on préférerait lire assanlé ‘assemblés’ plutôt que assaulé [56] ; dans ce ms. artésien, inutile dans se femme ‘sa femme’ de faire suivre se de sic, mais utiliser sic dans vit carnelment pour jut carnelment [59].

12  Dans la transcription de ce ms., on corrigera alaer [189], en aler.

13  Supprimer l’article « haire subst. fém. : chemise de crin ou de poil de chèvre portée à même la peau par esprit de mortification », qui ne répond pas aux critères de sélection.

14  Mais je ne comprends pas la phrase « Sa rédaction suit les établissement [sic] des index énoncé [sic] » ; par ailleurs, contrairement à ce qui est annoncé, la mise en évidence des « noms de personne […] en petites capitales » n’a pas été réalisée.

15  Voir à ce sujet la présentation d’un article de Geoffroy Roger dans la Revue de Linguistique Romane 83 (2019), 541.

16  Ainsi jenne [81] est accompagné d’une seule référence. Pourquoi ne pas renvoyer à l’article du Glossaire ? Rien ne montre que les sept citations illustrant la variabilité (ou non) du participe passé auxilié avec avoir [85] ne couvrent pas l’ensemble des attestations : ajouter (entre autres ?) nostre Seigneur les eust secouru 22r.

17  Et non 60v, contrairement à ce qu’indique le Glossaire.

18  Comme EB le fait de ses lemmes, je munis d’un astérisque les formes non attestées (à ce qu’il me semble) dans les Vies de Fursy des mss An, Br et W.

19  Je tiens à la disposition de qui serait intéressé une liste d’une soixantaine d’étourderies à corriger.

20  La Genealogie, la vie, les miracles et les merites de saint Foursy, 12v.

21  Je remercie Elisabetta Barale, Stefania Cerrito et Denis Autesserre d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

May Plouzeau, « Elisabetta BARALE, éd., La Généalogie, la vie, les miracles et les mérites de saint Foursy »Revue des langues romanes, Tome CXXIV n°2 | 2020, 365-381.

Référence électronique

May Plouzeau, « Elisabetta BARALE, éd., La Généalogie, la vie, les miracles et les mérites de saint Foursy »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXIV n°2 | 2020, mis en ligne le 29 janvier 2021, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/rlr/3758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.3758

Haut de page

Auteur

May Plouzeau

Université d’Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search