Navigation – Plan du site
Varia

Aldebert […], bisbe de Memde : la singulière ascension de la langue provençale au métalangage dans les Tables des Plus Anciennes Chartes de Clovis Brunel. Une note métalexicographique

Jean-Pierre Chambon
p. 225-233

Notes de la rédaction

N.D.L.R. : Cette version comprend la correction de la bibliographie, qui a été présentée en corrigenda dans le numéro 2 de 2016 de la revue papier.

Texte intégral

  • 1 Sur les « introductions phonétiques », voir Rychner (1962), qui faisait suite à Hammarström (1959) (...)
  • 2 On observe cependant çà et là, dans la pratique, des ruptures avec le canon, qui sont probablement (...)

1Contrairement à d’autres composantes linguistiques des éditions de textes (introductions linguistiques et glossaires)1, les index onomastiques (de véritables petits dictionnaires onomasti-ques de textes, s’ils sont exhaustifs, ce qui est souvent le cas) n’ont bénéficié jusqu’ici, à notre connaissance, d’aucune approche critique ou méta, du moins dans les domaines français, franco-provençal et occitan. Le fonctionnement des index onomastiques n’est pas décrit ; leur sémiotique, leur typologie et l’histoire du genre restent pour ainsi dire inconnus2. Pour les utilisateurs pressés (historiens, ‘littéraires linguistes etc.), les index sont des instruments fonctionnels qui demeurent pour ainsi dire trans-parents et impensés ; nous craignons qu’il en aille généralement de même du côté des éditeurs de textes. La note ci-dessous voudrait s’inscrire dans ce petit secteur négligé par la méta-lexicographie, un secteur dans lequel presque tout reste à faire.

  • 3 Sur le plan du contenu (identifications des toponymes), le recueil de Brunel a bénéficié de quelque (...)

21. Qui veut se renseigner sur les formes anciennes du nom de Mende (Lozère) en ancien occitan com-mence par ouvrir le recueil des Plus Anciennes Chartes en langue provençale de Clovis Brunel (1926)3.

31.1. À la Table des noms de personne et de lieu, le lecteur trouve l’article suivant : « Mende. Cf. Memde, Mimatensis » (Brunel 1926, 403a). Sous Memde (ibid.), il lit : « Memde (Aldebert avesque de). Cf. Mende ». Curieux d’en apprendre davantage, il cherche sous Aldebert (Brunel 1926, 348a), où il est dit :

Aldebert [II], bisbe de Memde, 13, 20. Cf. Aldebertus.
— [III], bisbe de Memde, 68, 1 ; 69, 1 ; 70, 2.
[…]
— prebost de Memde, 44, 14.

4Le consciencieux lecteur se reporte alors aux documents. Or, en dépit du contenu des renvois successifs, il lit :

  • 13, 20 « en tota l’altra onor de Aldebert » (et non quelque chose comme « Aldebert [II], bisbe de Memde ») ;

  • 44, 14 « Aldeb. prebost » (et non quelque chose comme « [Aldebert] prebost de Memde ») ;

  • 68, 1 « Eu Garis a te Aldebert evesque non tolrai lo castel de [2] Rando » (et non quelque chose comme « Aldebert [III], bisbe de Memde ») ;

  • 69, 1 « Eu Austorc a te Aldebert evesque non tolrai lo castel de S° Laugeir » (et non quelque chose comme « Aldebert [III], bisbe de Memde ») ;

  • 70, 2 « Eu Giralz de Peira et eu Ricarz de Peira [2] a te Aldebert, avesque de Memde » (et non quelque chose comme « Aldebert [III], bisbe de Memde »).

51.2. De même, l’article « Guillelm, evesque de Mende, 26, 1 ; 44, 1 ; 46, 2 ; 49, 2 » (Brunel 1926, 391a) repose sur les contextes suivants : « a te Guillelm evesque », « a te Guillelm evesque », « a te Guil-[2]–lelm evesque », « a te [2] Guillelm evesque ». Dans aucune de ces chartes n’apparaît le nom de la capitale du Gévaudan.

61.3. Le résultat a de quoi surprendre : le toponyme Memde ou Mende n’est pas dans les textes du Recueil, où le nom de la capitale du Gévaudan n’apparaît nulle part. Il est propre à la métalangue de Brunel dans les syntagmes « bisbe de Memde » (à deux reprises), « prebost de Memde » et « evesque de Mende ».

71.4. Il en ressort que « Aldebert [II], bisbe de Memde, 13, 20 » et séquences similaires sont clairement des énoncés d’ancien provençal éditorial datables du 20e siècle. Si on lisait les parties rhématiques comme « 13, 20 » en français, on pourrait déclarer ces énoncés bilingues mais l’évidente provençalité des parties thématiques invite très fortement à éviter l’hypothèse d’une alternance codique et à supposer une oralisation homogène [ˈtredze / ˈvint] vel sim.

82. Sauf erreur de notre part, Brunel n’a jamais rendu explicite cette singulière pratique et nous ne croyons pas qu’on ait fait observer que la production d’énoncés en ancien provençal était chez lui une technique régulièrement employée (Brunel 1926 et 1952) quand il s’agit d’identifier des personnages mentionnés dans les chartes.

  • 4 = Agnes. Cf. Bousquet (1992-1994, 1, 99, 105) et HGL (6, 177, 178 ; 7, 30-31).

9Ainsi, pour nous en tenir au premier article de la Table du volume I (Brunel 1926, 345a), à partir de « Conoguda causa sia que eu Uc, coms de Rodes, et eu A. com-[2]-tessa, sa moiller, 207, 1 » (207, 1-2), Brunel rédige à l’index la fiche suivante : « A. comtessa, moiller Ugo, comte de Rodes ». (Il ne manque que l’information qu’on pourrait juger la plus importante : la résolution de A.)4 Le même principe est appliqué dans le Supplément, où l’on peut lire, par exemple : « [Ugo] d’Onet, prior de Bonacumba, 536, 12 » (Brunel 1952, 224b), quand le texte dit sobrement : « en-prezencia d-en Ugo d’Onet » (536, 12). Ou encore : « Ugonetz, testimonis, 426, 12 » (Brunel 1952, 224b), basé sur « Autor Bertran de Corri e Bernart [12] del Mainil […] et Ugonetz nouveaux..] » (426, 12).

103. On est donc placé devant un genre textuel relevant des formes brèves : de véritables petites notices biographiques auto-nomes rédigées en ancien provençal. On ne peut s’empêcher de penser, pour ce qui est de l’inspiration littéraire — forme nomi-nale des énoncés mise à part et toutes proportions gardées —, aux biographies des troubadours (vidas), dont les notices bruneliennes formeraient le pendant pour les textes non littéraires.

114. Ce ne sont d’ailleurs pas seulement les indications relatives aux personnages qui, dans le Recueil, s’écrivent en ancien proven-çal : à l’occasion, des indications relatives au lieu de rédaction des actes peuvent aussi être concernées. On lit par exemple : « Ameillau (cartas fachas a) 222, 26 ; 288, 23 » (Brunel 1926, 349a), ce qui s’inspire des contextes suivants : « Et aizo fo fait de [26] Peiro Aenric ad Ameillau » (222, 25-26) et « Et aizo fo faig ad Ameillau » (288, 23).

125. Les notices bruneliennes étant écrites dans la même langue que les documents (mais non obligatoirement dans la même variété, voir ci-dessous § 7), elles viennent en romaines et non pas en italique, corps démarcatif réservé dans les Tables aux indi-cations rédigées en français contemporain : preuve typographique qu’elles sont bien du provençal. Du point de vue métalexico-graphique, il convient donc de reconnaître deux niveaux de métalangage dans les Tables de Brunel (1926, 1952) : le niveau du français contemporain, obvie (typographiquement marqué), et le niveau de l’ancien provençal, caché (non marqué typographique-ment), mais qui ne peut être confondu, malgré les apparences, avec la langue-objet.

13La vieille langue provençale peut en outre servir à chapeauter le latin médiéval. La notice « [Ug] de Cainnaic, escrivas, 385, 27 » (Brunel 1952, 224a), par exemple, est basée sur « Ug de-Cainnaic qui scripsit » (385, 27). De même, « Guilfre e Guillem li canonici » (27, 9), où canonici est identifié comme un mot latin par l’italique, suscite une notice de forme toute provençale, comme nous le fait remarquer M. Yan Greub : « [Guillem] canorgue, 27, 9 » (Brunel 1926, 391b). Guilfré, cependant, est déchu sans motif philologique ou canonique valable de sa dignité de chanoine et réduit à un sec « Guilfre, 27, 9 », digne du tout venant des témoins (Brunel 1926, 390b).

  • 5 Avec Taupiac (1992), sauf erreur.

146. Il y a dans une telle pratique éditoriale (innovatrice et sans postérité parmi les philologues, nous semble-t-il) un événement dont la portée ne saurait échapper à l’histoire sociale des langues minoritaires. Avec Brunel, la langue provençale (dans sa variété médiévale) accède — modestement, implicitement, mais indénia-blement, — au statut de métalangue philologique : un phéno-mène comparable, mutatis mutandis, à l’accès du français, au 16e siècle, au statut de métalangue lexicographique, ou à celui, beaucoup plus récent et demeurant très minoritaire, de l’occitan languedocien au même statut5. En 1926, Brunel précède d’un quart de siècle, les efforts d’un Robert Lafont et de ses émules d’aujourd’hui visant à faire de l’occitan la langue des « sciences de l’homme d’Oc ». En 1952, il accompagne ces efforts.

157. Il convient de souligner, d’autre part, que la métalangue philologique de Brunel jouit d’une réelle autonomie par rapport à la langue des documents édités.

16(i) Au plan morphologique, on aura été sensible (ci-dessus § 4) au fait que la variété brunelienne ne connaît pas l’allomorphie a ~ ad (devant voyelle), au contraire des deux textes millavois et, de manière plus générale, de l’ancien rouergat du Recueil (« Nos copistes utilisent a devant consonne et ad devant voyelle », écrit Kalman 1974, 100).

  • 6 Pour les chartes 26, 44, 46, 49, cf. le glossaire de Brunel (1926, 470a). Les occurrences des chart (...)
  • 7 Cf. le glossaire de Brunel (1926, 455a : « passim ») et Pfister (1970, 278).

17(ii) Au plan lexical, l’emploi répété de bisbe dans certaines notices (ci-dessus § 1.1.) manifeste une indépendance complète vis-à-vis des documents gévaudanais, qui s’obstinent à employer evesque (44, 1, 3, 10, 17 ; 68, 1, 3, 11 ; 69, 1, 2, 7, 10)6 ou plus rarement avesque (70, 2, 2-3, 7, 20)7. L’usage brunelien semble basé sur l’ancien languedocien et/ou l’ancien rouergat : Gard, Hérault, Toulousain, Albigeois, Rouergue (d’après les relevés de Pfister 1970, 294), si ce n’est pas sur le catalan.

  • 8 Sur les formes anciennes de ce nom de lieu, voir Chambon (2014b, 514-516).

18(iii) Dans « Guillelm, evesque de Mende, […] » (ci-dessus § 1.2.), énoncé dans lequel evesque apparaît en variation libre avec bisbe, Brunel privilégie remarquablement la forme évoluée du toponyme, à savoir Mende (attestée depuis 1263 seulement, et identique à la forme graphique de l’occitan contemporain, tous systèmes d’orthographe confondus) et non l’archaïsme Memde (du milieu ou de la seconde moitié du 11e siècle à 1299)8.

19(iv) Le substantif testimoni est préféré à autor (voir ci-dessus § 2).

20(v) Au plan syntaxique, lorsque Brunel (1952, 178a) tire « Ademars, bot Duran de Rama » de « eu [2] Durans de Rama et eu Ademars sos botz » (Rouergue 1192, 510, 2), on constate que le substantif bot, une fois mis en apposition dans la notice, se libère de l’accord en cas. Cet exemple paraît témoigner de la décadence de la déclinaison bicasuelle en brunelien tardif.

21(vi) Enfin, alors que l’ancien rouergat ne rechigne pas à cons-truire un nom de personne complément déterminatif avec la préposition de dans « eu Petita, maire d-Ermessenz » (Brunl 1952, 513, 9), la variété brunelienne s’y refuse et emploie la construction asyndétique. On lit en effet à la table (Brunel 1952, 213a) « Petita, maire Ermessenz Vilara, 513, 9 » (« Vilara » est tiré de la l. 1 du même document).

22Ces indices suffisent à montrer qu’on a affaire à une variété idiolectale sui generis de l’ancien provençal et non pas à une simple variété calque des variétés réelles (dans les cas examinés, ancien provençal rouergat et ancien provençal gévaudanais).

238. Au total, il convient donc de créditer Brunel d’une réelle hardiesse touchant la normalisation des fonctions de la langue provençale (dans sa variété médiévale), voire tendanciellement (ci-dessus § 7) sa normativisation. Il reviendra au philologue de former le recueil de ces notices délicatement enchâssées, comme autant de perles, dans les Tables du précieux Recueil et au linguiste de décrire à fond cette nouvelle variété idiolectale tardive de l’ancienne langue d’oc.

Haut de page

Bibliographie

Arthur, Ingrid, 1960. « À propos de l’article Graphème, son et phonème dans la description des vieux textes de M. Göran Hammars-tröm », Studia neophilologica 32 (1960), 30-40.

Billy, Pierre-Henri, 1989. « Identification et localisation. Linguistique et histoire », in : Dieter Kremer (éd.), Actes du XVIIIe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes (Université de Trèves (Trier) 1986), t. 4, Tübingen, 531-535.

Bousquet, Jacques, 1992-1994. Le Rouergue au premier Moyen Âge (vers 800 - vers 1250). Les pouvoirs, leurs rapports et leurs domaines, Rodez, Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron.

Brunel, Clovis, 1926. Les Plus Anciennes Chartes en langue provençale. Recueil des pièces originales antérieures au XIIIe siècle, Paris, Picard.

Brunel, Clovis, 1952. Les Plus Anciennes Chartes en langue provençale. Supplément, Paris, Picard.

Buridant, Claude, 1991. « En passant par le Glossaire des glossaires du moyen français. Les glossaires des éditions de textes de moyen français et l’élaboration du Dictionnaire de moyen français : essai d’analyse critique », Revue de linguistique romane 55, 427-478.

Chambon, Jean-Pierre, 1980. « Identification d’anciens noms de lieux rouergats », Annales du Midi 92, 453-459.

Chambon, Jean-Pierre, 1987. « Identification de noms de lieu des Plus Anciennes Chartes en langue provençale », Bibliothèque de l’École des chartes 145, 193-202.

Chambon, Jean-Pierre, 1997. « Sur une technique de la linguistique historique : l’identification des noms de lieux, en particulier dans les textes du passé (avec des exemples concernant l’Auvergne et ses marges) », Lalies. Actes des sessions de linguistique et de littérature 17 (1997), 55-100.

Chambon, Jean-Pierre, 2005. « Un nouveau document linguistique de la Basse Auvergne : fragments de 1280 environ concernant Sardon (Puy-de- Dôme) », Revue des langues romanes 109, 169-180.

Chambon, Jean-Pierre, 2006. « Lexicographie et philologie : réflexions sur les glossaires d’éditions de textes (français médiéval et préclassique, ancien occitan) », Revue de linguistique romane 70, 123-141.

Chambon, Jean-Pierre, 2014a. « De la glossographie à la glossairistique (ou “lexicologie philologique”) : réflexions proposées aux occitanisants », in : Jean-François Courouau/François Pic/Claire Torreilles (éd.), Amb un fil d’amistat. Mélanges offerts à Philippe Gardy par ses collègues, ses disciples et ses amis, Toulouse, 327-337.

Chambon, Jean-Pierre, 2014b. « Philologie et onomastique : trois formes gévaudanaises suspectes dans les Biographies des troubadours (Capieu, Meinde, Jauvadan) », Revue des langues romanes 118, 513-521.

Grafström, Åke, 1958. Étude sur la graphie des plus anciennes chartes languedociennes avec un essai d’interprétation phonétique, Uppsala, Almqvist & Wiksell.

Hammarström, Göran, 1959. « Graphème, son et phonème dans la description des vieux textes », Studia neophilologica 31 (1959), 5-18.

HGL = Devic, Claude / Vaissette, Joseph, 1872-1905. Histoire générale de Languedoc, 16 vol. , Toulouse, Privat.

Kalman, Hans, 1974. Étude sur la graphie et la phonétique des plus anciennes chartes rouergates, Zurich, aku-Fotodruck.

Pfister, Max, 1970. Lexikalische Untersuchungen zu Girart de Roussillon, Tübingen, Max Niemeyer.

Rychner, Jean, 1962. « Remarques sur les introductions phonétiques aux éditions de textes en ancien français », Studia neophilologica 34, 6-21.

Soutou, André, 1960-1963. « Quelques anciens noms de lieux de la région de Ste-Eulalie-du-Cernon, Aveyron », Via Domitia 7, 195-203 ; 8, 22-32 ; 10, 23-35.

Soutou, André, 1963. « Quelques anciens noms de lieux du département du Tarn », Via Domitia 8, 36-41.

Taupiac, Jacme, 1992. Diccionari de mila mots. Los mila mots occitans mai importants ambe la traducion en catalan e esperanto, Tolosa, Collègi d’Occitania.

Thibault, André, 2006. « Glossairistique et littérature francophone », Revue de linguistique romane 70, 143-180.

Vatteroni, Sergio, 2013. Il trovatore Peire Cardenal, 2 vol., Modène, Mucchi Editore.

Haut de page

Notes

1 Sur les « introductions phonétiques », voir Rychner (1962), qui faisait suite à Hammarström (1959) et à Arthur (1960). Sur les glossaires, voir notamment Buridant (1991), Chambon (2006 et 2014a), Thibault (2006).

2 On observe cependant çà et là, dans la pratique, des ruptures avec le canon, qui sont probablement des critiques silencieuses de celui-ci. Vatteroni (2013, 2, 937-1048, 1049-1050) inclut les noms propres dans son glossaire exhaustif et fait suivre celui-ci d’un « Elenco degli antroponimi, dei toponimi e dei nomi sacri contenuti nel Glossario » ; dans Chambon (2005), la liste des toponymes est intégrée aux « Commentaires linguistiques », après les sections consacrées à la graphie et à la phonétique, à la morphologie et à la syntaxe, et au lexique (glossaire).

3 Sur le plan du contenu (identifications des toponymes), le recueil de Brunel a bénéficié de quelques travaux complémentaires qui lui ont été spécifiquement consacrés (voir Soutou 1960-1963 et 1963 ; Chambon 1980, 456-459, et 1987 ; cf. aussi Grafström 1958, 265-266). Sur la technique d’identification des toponymes, voir Billy (1989) et Chambon (1997).

4 = Agnes. Cf. Bousquet (1992-1994, 1, 99, 105) et HGL (6, 177, 178 ; 7, 30-31).

5 Avec Taupiac (1992), sauf erreur.

6 Pour les chartes 26, 44, 46, 49, cf. le glossaire de Brunel (1926, 470a). Les occurrences des chartes 68 et 69 sont à ajouter à ce glossaire (Pfister 1970, 458 a tenu compte de la charte 68, mais non de la charte 69).

7 Cf. le glossaire de Brunel (1926, 455a : « passim ») et Pfister (1970, 278).

8 Sur les formes anciennes de ce nom de lieu, voir Chambon (2014b, 514-516).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chambon, « Aldebert […], bisbe de Memde : la singulière ascension de la langue provençale au métalangage dans les Tables des Plus Anciennes Chartes de Clovis Brunel. Une note métalexicographique », Revue des langues romanes, Tome CXX N°1 | 2016, 225-233.

Référence électronique

Jean-Pierre Chambon, « Aldebert […], bisbe de Memde : la singulière ascension de la langue provençale au métalangage dans les Tables des Plus Anciennes Chartes de Clovis Brunel. Une note métalexicographique », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°1 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/384 ; DOI : 10.4000/rlr.384

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chambon

Université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals