Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXV n°1La Réception des troubadours au M...De Jaufre Rudel à la littérature ...

La Réception des troubadours au Moyen Âge (oc et oïl)

De Jaufre Rudel à la littérature en langue d’oïl : échos du topos de l’amor de lonh et poétique de la mémoire affective

From Jaufre Rudel to literature in oïl language : echoes of the topos de l'amor de lonh and poetics of affective memory
Luminiţa Diaconu
p. 39-60

Résumés

Notre analyse se propose de mettre en lumière quelques nuances particulières dont la tradition troubadouresque s’est enrichie aux XIIe-XIIIe siècles, lorsque bon nombre de trouvères se sont plu à broder leurs vers autour des topoï rattachés à la fin’amor, voire à emprunter directement à l’auctoritas occitane. Les références explicites à certains troubadours en vogue, aussi bien que les citations insérées dans des récits plus amples tel que le Roman de Guillaume de Dole témoignent de ce phénomène. Notre attention sera focalisée sur les réverbérations de la création de Jaufre Rudel dans le Nord, notamment sur les réverbérations du topos de l’amor de lonh. Il s’agit, à notre sens, d’une authentique mise en abyme dans le Roman de Guillaume de Dole, vu les multiples reflets que se renvoient les vers de Rudel, essentiellement rattachés à l’impératif de la remembrance, et à la trame narrative, même si l’insertion de la cobla occitane s’accompagne, en outre, d’une mise en cause du canon et, finalement, de mutations notables dans ce schéma de l’imaginaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pois nostre temps com(en)sa brunezir. Compte tenu du contexte sanitaire et des ressources de l’Uni (...)

1Apparue à la fin du xie siècle au sein des cours seigneuriales du Midi, l’idéologie de la fin’amor et le code éthique qu’elle supposait se propagèrent ensuite au Nord de la France, avec la diffusion de la lyrique des troubadours. Pourtant, avant que ces valeurs ne parviennent à se manifester nettement dans le Royaume de France, Cercamon, un troubadour gascon ayant vécu presque à la même époque que Jaufre Rudel et Peire d’Alvernhe, compose un sirventés moral (Jeanroy 1922, 14-18)1 où il déplore la décadence des mœurs chez ses contemporains. En outre, il en juge coupables certains de ses confrères qui, mêlant la vérité au mensonge, avaient contribué à l’abandon des lois de la fin’amor telles que les leur avait léguées la tradition. En réalité, la critique des poètes qui abusent les amants en leur disant que l’amour va aussi de travers fait partie d’un projet plus ample de défense des valeurs courtoises tels Pretz, Joven, Proesa, et ce projet va de pair avec une « illustration » de la courtoisie authentique, dont la création se voulait une expression exemplaire. La tornada du sirventés remplit par conséquent la fonction d’une exhortation que Cercamon adresse aux contemporains afin qu’ils gardent intact l’héritage courtois, malgré l’écoulement du temps :

Fagz es lo vers, e non deu veillezir,
Segon aisso qe monstra la razos
Q’anc bon’Amors non galiet ni trais,
Anz dona joi als arditz amoros.
(Jeanroy 1922, 18, v. 53-56)

Le ‘vers’ est fait, et il ne doit pas vieillir, d’après les règles qu’enseigne la raison, car jamais bon Amour ne trompe ni ne trahit, mais il donne joie aux hardis amoureux.

2À en juger par le nombre important de trouvères qui, dès le milieu du xiie siècle, s’appliquent à puiser dans la tradition des troubadours et l’enrichissent de nuances personnelles, ce vœu de continuité et de survivance s’est pleinement réalisé. En effet, les poètes du Nord se plaisent très vite à broder leurs vers autour des topoï rattachés à la fin’amor, la littérature en langue d’oïl laissant ainsi transparaître la volonté des élites aristocratiques d’adhérer, aux xiie-xiiie siècles, aux valeurs courtoises, voire de les intérioriser au point d’en faire une seconde nature.

3Pour rehausser la valeur de leurs œuvres, les trouvères empruntent directement à l’auctoritas des troubadours, comme en témoignent certaines références explicites, aussi bien que des citations insérées dans des récits plus amples. Le roman Guillaume de Dole de Jean Renart (Lecoy-Dufournet 2008) offre un tel exemple, même si, sur les 46 pièces insérées, seules trois chansons appartiennent à des troubadours, à savoir Jaufre Rudel, Daude de Pradas et Bernart de Ventadorn, selon l’ordre dont on dispose leurs vers dans le roman. Les noms des poètes du Midi ne sont pas précisés, comme il arrive pour les pièces appartenant à d’autres trouvères. En revanche, Jean Renart, qui reprend uniquement la strophe printanière des chansons en langue d’oc, note parfois la région où ces poètes musiciens ont déployé leur activité. Ainsi, la chanson auvergnate renvoie à une pièce de Daude de Pradas (Lecoy 2008, 352, v. 4653-4659), alors que le « son poitevin », comme se plaît à le nommer Jean Renart au vers 5211, renvoie à Bernart de Ventadorn et à sa pièce Quan vei l’alauzeta mover, si ce n’est que les deux chansons sont ajustées aux particularités de la langue d’oïl, ce qui trahit, à notre sens, la volonté d’une profonde assimilation de l’héritage des troubadours (Diaconu 2017).

  • 2  Nous précisons ici des hypothèses que nous avons initialement formulées dans notre article (Diacon (...)

4Cependant, la question qu’une telle pratique soulève est de savoir si cet effort visant à remodeler le présent sur le passé comme dans un jeu de miroirs est possible et dans quelle mesure. Pour y trouver une réponse, nous avons choisi de nous intéresser à la diffusion dont la création de Jaufre Rudel a joui dans le Nord, notamment à la manière dont certains trouvères ont entendu valoriser cet héritage. En d’autres termes, nous nous proposons de mettre en lumière quelques échos de l’amour de loin dans la littérature en langue d’oïl, ce topos indissociable du nom de Jaufre Rudel2.

5Avant d’interroger les œuvres qui sont manifestement redevables à ce devancier, force est de souligner cependant que le topos de l’amour lointain, bien que développé de manière ample dans la chanson Lanquan li jorn son lonc en mai, se fait jour également dans d’autres chansons attribuées à ce poète sur lequel nous avons peu de renseignements. Ainsi, dans la première pièce du chansonnier rudélien, Quan lo rossinhols el foillos, la IVe cobla livre une image fort suggestive de la distance que l’amant-poète perçoit comme indépassable, puisqu’elle s’allonge au lieu de se rétrécir lorsqu’il court vers sa dame :

  • 3  Il m’a été impossible de consulter les éditions plus récentes de Jaufré Rudel : Rupert T. Pickens, (...)

D’aquest’ amor suy tan cochos
Que quant ieu vau ves lieys corren
Vejaire m’es qu’a reüsos
M’en torn e qu’ela·s n’an fugen ;
E mos cavals i vai tan len
Greu er qu’oimas i atenha,
S’amors no la·m fa remaner.
(Jeanroy 19242, 2, v. 22-28)3

Par cet amour je suis pressé à tel point que, quand je vais courant vers elle, il semble que je m’en revienne à reculons et que j’aille fuyant ; mon cheval y va si lentement qu’il sera difficile que jamais j’y atteigne, si Amour ne lui inspire de m’attendre.

6Dans la IIe cansó — Quan lo rius de la fontana —, pour désigner la source de son tourment autant que l’unique remède à ce mal, Jaufre Rudel emploie même le syntagme Amors de terra lonhdana, sans autres précisions sur la Dame, bien qu’il espère se trouver un jour en sa présence :

Amors de terra lonhdana,
Per vos totz lo cors mi dol ;
E no·n puesc trobar mezina
Si non au vostre reclam
Ab atraich d’amor doussana
Dinz verger o sotz cortina
Ab dezirada companha.
(Jeanroy 19242, 4, v. 8-14)

Amour de terre lointaine, pour vous tout mon cœur est dolent ; je n’y puis trouver de remède si je n’écoute votre appel, par attrait de douce amour, en verger ou sous tentures, avec une compagne désirée.

  • 4  Pierre Bec (1992, 269) pense que « les thèmes de la dame lointaine et de la dame jamais vue » sont (...)

7La IIIe pièce (Jeanroy, 19242) — Pro ai del chant ensenhadors — fait penser, au contraire, à une dame réelle4, qui habiterait, avec son mari, un château et une tour lointains, situés en un lai indéfini à première vue, concret toutefois, mais impossible à atteindre à cause des médisants, d’où le rôle majeur dévolu au rêve, seul censé réduire la distance physique et sociale :

Lai es mos cors si totz c’alhors
Non a ni sima ni raïtz,
Et en dormen sotz cobertors
Es lai ab lieis mos esperitz.
(Jeanroy 19242, 7-8, v. 33-36)

Mon cœur est là tout entier, si bien qu’il n’a ailleurs ni cime ni racine ; et quand je dors sous mes couvertures, mon esprit est là-bas auprès d’elle.

8Certes, le troubadour développe l’idée de distance insurmontable dans la Ve cansó, Lanquan li jorn son lonc en mai mais elle est à mettre en rapport avec l’amour pour une dame jamais vue, le plus probablement « la projection idéale de la femme désirée » (Ciuchindel 1986, 274, n. 3), et non pas avec l’amour pour une femme réelle, dont il se souviendrait, puisqu’il serait déjà parvenu à la connaître, selon ce que laisse entendre à tort un vers de l’exorde :

E quan mi suy partitz de lay
Remembra·m d’un’amor de lonh.
(Jeanroy 19242, 13, v. 3-4)

et quand je suis parti de là (j’ai cessé de l’écouter), il me souvient d’un amour lointain.

9La IVe cobla conforte, d’ailleurs, une telle hypothèse, car le doute de jamais voir l’objet de son adoration y devient explicite, alors que la figure de la dame, qui reste entourée de mystère au-delà de quelques topoï communs, pourrait être tout simplement la conséquence de la règle du ben celar :

Iratz e gauzens m’en partray,
S’ieu je la vey, l’amor de lonh :
Mas non sai quoras la veyrai,
Car trop son nostras terras lonh.
(Jeanroy 19242, 14, v. 22-25)

Triste et joyeux je me séparerai d’elle, si jamais je le vois, cet amour lointain ; mais je ne sais quand je le verrai, car nos pays sont trop lointains.

10On retrouve une nouvelle occurrence de l’adverbe la(i) dans la VIe pièce du chansonnier (Non sap chantar qi so non di), que l’on peut ramener à une thématique similaire, étant donné que la certitude de l’inaccomplissement de l’amour (le poète avoue aimer ce qui jamais ne le verra) autant que la compensation par le biais du rêve mènent encore à une dame idéale :

Anc tan suau no m’adurmi
Mos esperitz tost no fos la,
Ni tan d’ira non ac de sa
Mos cors ades no fos aqui.
(Jeanroy 19242, 17, v. 19-22)

Jamais je ne m’endormis si doucement que mon esprit ne fût vite là-bas, ni jamais je n’éprouvai ici tant de tristesse que mon cœur aussitôt n’y fût.

11Retenons, enfin, la chanson apocryphe — Qui no sap esser chantaire, BedT, 262) — car, explorant la même thématique, elle semble renvoyer, au contraire, à une dame réelle, dont l’amant jouit en rêve et vers la demeure de laquelle il veut se rendre à la dérobée, bien qu’une pareille entreprise lui fasse courir un risque comparable à celui d’une traversée en mer :

Ric me fai la noig en somnjan
Can
M’es vis q’e mos bratz l’enclauza.
Lai m’irai el seu repaire,
Laire,
Em peril qom de passar
Mar ;
Si de mi no·l pren pitat,
Bat
Fer freg. Las ! tan la vau pregan,
Qan
Qe ja de leis no m’en jauza !
(Jeanroy 19242, 19-20, v. 25-36)

Je suis transporté de joie quand en songe, la nuit, il me semble que je l’étreins dans mes bras. J’irai là-bas, à sa demeure, à la dérobée, en péril comme celui qui traverse la mer ; si de moi il ne lui prend pitié, c’est un fer froid que je bats. Hélas ! combien je la vais priant, quoique d’elle je ne puisse jouir !

12Si l’éloignement que suppose l’amour lointain est d’ordre géographique ou sociologique, moral ou psycho-affectif (Bec 1972, 16), voire s’il est une représentation imaginaire de la tension vers un idéal trop élevé, l’absence de la dame est toujours ressentie comme une douloureuse désunion des amants et, en même temps, comme une incomplétude de l’amant. Par ailleurs, l’absence s’avère indissociable de ce qu’on pourrait appeler la remembrance du cœur, qui comporte, autant que le rêve, une ambivalence incontournable, pouvant nourrir le joy ou bien la dolor. Orientée vers le passé, voire fixée sur une construction mentale, la remembrance du cœur se greffe sur le présent, car elle est censée délimiter et préserver, malgré sa fragilité foncière, un ailleurs — univers secret favorable aux transgressions et, par conséquent, à la reconstitution de l’unité de l’être et à l’union symbolique, irréalisables dans la réalité.

  • 5  Cette pièce fut probablement composée après le mariage d’Aliénor avec Henri Plantagenêt et après l (...)

13La diffusion de ces pièces et, plus généralement, de la création des troubadours fut possible surtout grâce aux jongleurs, la dernière cobla de la cansó Quan lo rius de la fontana nous permettant de nous faire une idée plus claire de l’aire de cette transmission, dont le poète se montre d’ailleurs bien conscient. Jaufre Rudel y affirme, en effet, qu’il serait content de savoir que son œuvre écrite en plana lengua romana (Jeanroy 19242, 5, v. 31-35) réjouisse la gent poitevine, de Berry, de Guyenne et même de Bretagne. Il ne faut pas oublier non plus les troubadours qui ont déployé leur activité également dans le Nord, tel Bernart de Ventadorn qui avoue, dans une chanson où il se plaint justement de la distance qui le sépare de sa dame, l’avoir composée en France5 :

Mon còr ai en amor,
E l’esperitz lai cor,
Et eu si’m sui çai alhor
Lonh de lèis en Fransa.
(Bec 1972, 191-192, v. 33-36)

  • 6  Trad. Bec (1972, 193).

Mon cœur est plein d’amour ; et mon esprit court là-bas [vers elle], tandis que moi je suis ici, ailleurs, loin d’elle, en France6.

14Dans la même pièce, on retient, en outre, l’accent mis sur le rôle du souvenir, puisque c’est à lui que revient la tâche de combler l’absence, tandis que la pensée, s’attachant trop à son objet d’adoration, tourne à l’obsession :

Qu’el mon non a nulh afaire
Don eu tan consire,
Ni aug de lèis ben retraire
Que mon còr no’i vire
E mos semblans no s’esclaire,
Que qu’eu n’auja dire […]
(Bec 1972, 192, v. 61-66)

  • 7  Ibid., 194.

Car il n’est rien au monde à quoi je pense autant ; et je ne puis entendre parler d’elle sans que mon cœur ne se tourne vers elle et que mon visage ne s’illumine, quoi que l’on dise à son sujet7.

15Jaufre Rudel ne fut sans doute pas le seul troubadour à avoir cultivé le topos de l’amour lointain et à avoir mis l’accent sur la valeur et les fonctions du souvenir dans le cadre de la fin’amor. À titre d’exemple, Guillaume IX évoque lui-même, dans la pièce Ab la dolchor del temps novel, une dame lointaine, à une différence notable cependant : quoiqu’elle lui en veuille à présent pour une raison passée sous silence, les vers suggèrent qu’il a jadis gagné ses faveurs, écart majeur au code de l’amour courtois :

De lai don plus m’es bon e bel
Non vei mesager ni sagel
Per que mos cors non dorm ni ri,
Ni no m’aus traire adenan,
Tro qe sacha ben de la fi
S’el’ es aissi com eu deman.
(Jeanroy 1927, 25, v. 7-12)

  • 8  Nous avons ici préféré la traduction de Pierre Bec (1979, 76-77) à celle de Jeanroy, car plus conf (...)

De là-bas, où est toute ma joie, je ne vois venir ni messager, ni lettre scellée ; aussi mon cœur ni ne dort ni ne rit ; et je n’ose faire un pas de plus jusqu’à ce que je sache si notre réconciliation est bien telle que je le désire8.

16Par la suite, d’autres troubadours le font à leur tour, tel Arnaut de Mareuil, qui emploie précisément l’adverbe lai dans une chanson où il fait une large place au souvenir focalisé sur l’image de la femme aimée :

E pus tota res terrena
S’alegra, quan fuèlha nais
Non puèsc mudar no’m sovena
D’un amor per qu’ieu suis jais ;
Per natur’e per usatge,
Me ve qu’ieu vas jòi m’aclí
Lai, quan fai lo dous auratge
Que’m revé lo còr aissí.
(Bec 1979, 210, v. 9-16)

  • 9  Trad. Bec (1979, 211).

Et puisque toute créature terrestre se réjouit à la naissance des feuilles, je ne puis m’empêcher de me souvenir d’un amour qui me rend joyeux ; par nature et par habitude, il m’arrive de tourner mes pensées vers la joie d’amour, là-bas, quand souffle la douce brise qui ranime mon cœur.9

17Une cansó de Pèire Vidal offre un autre exemple dans ce sens, car, si, à première vue, le troubadour s’y applique à faire l’éloge de la Provence, cette contrée lointaine est en réalité l’espace où vit celle par laquelle il connut la joie d’aimer :

Ab l’alen tir vas me l’aire
Qu’eu sen venir de Proensa :
Tot quan es de lai m’agensa.
(Bec 1979, 260, v. 1-3)

  • 10  Ibid., 261.

De mon haleine j’aspire la brise que je sens venir de Provence ; tout ce qui vient de là-bas me plaît10.

Qu’òm no pòt lo jorn maltraire
Qu’aja de lèis sovinensa,
Qu’en lèis nais jòis e comensa.
(Bec 1979, 260, v. 15-17)

  • 11  Ibid.

On ne peut être malheureux le jour où l’on se souvient d’elle, car en elle naît et commence toute joie11.

  • 12  C’est probablement par emprunt à l’Ars Amatoria d’Ovide que la vue, le sens le plus noble, devient (...)

18La renommée de Jaufre Rudel comme poète de l’amour lointain n’est pourtant pas le seul fruit de la diffusion de ses chansons par les jongleurs. Elle est à mettre en relation également avec la diffusion de sa vida, car, composée avant le milieu du xiiie siècle autour d’un topos récurrent dans ses pièces, non seulement elle illustrait de manière admirable le topos de la mort par amour, mais, en outre, elle donnait consistance à l’idéal, tout en répondant mieux au goût d’une époque qui avait vu se multiplier les expéditions des croisés en Orient. Enfin, dans la vida (Boutière-Schutz 1973, 16-18), l’idéal pouvait être atteint pour une durée fort limitée, l’amant parvenant, malgré les nombreuses difficultés du déplacement et la maladie inattendue, à voir son objet d’adoration, humain s’il en est, la comtesse de Tripoli, en chair et en os, à laquelle il n’avait cessé de penser depuis qu’il était tombé amoureux d’elle. Ce récit contient en filigrane l’essence de la fin’amor, qu’André le Chapelain définit dans son traité en mettant l’accent sur la réflexion de l’amant, une sorte de remembrance du cœur qui gravite autour d’une image mentale, même si celle-ci procède dans un premier temps de la vue12 de la beauté de la dame :

Amor est passio quaedam innata procedens ex visione et immoderata cogitatione formae alterius sexus. (Cristea-Crivat 2012, 10)

L’amour est une passion naturelle qui naît de la vue de la beauté de l’autre sexe et de la pensée obsédante de cette beauté. (Buridant 1974, 47)

19Pendant le processus de « cristallisation de l’amour », pour emprunter les termes stendhaliens, le sentiment d’amour s’affermit néanmoins grâce à la mémoire, le souvenir devant revenir avec insistance sur cette image mentale :

Nam quum aliquis videt aliquam aptam amori et suo formatam arbitrio, statim eam incipit concupiscere corde ; postea vero quotiens de ipsa cogitat, totiens eius magis ardescit amore, quousque ad cogitationem devenerit pleniorem. (Cristea-Crivat 2012, 12) 

Quand un homme voit qu’une femme est aimable et qu’elle convient à son goût, aussitôt il commence à la désirer dans son cœur ; ensuite, plus il pense à elle, plus il brûle d’amour pour elle, et enfin sa pensée est tout envahie par cet amour. (Buridant 1974, 48)

  • 13  Quant aux possibles échos de la vida de Jaufre Rudel, nous renvoyons à Bec (1992, 103, n. 6).

20Le succès dont bénéficia par la suite le récit de la vida n’est plus à mettre en doute. La preuve de son impact indéniable sur les mentalités est que d’autres productions littéraires du Midi reprennent les éléments de sa trame narrative. À titre d’exemple, la vida de Raimbaut d’Orange (Boutière-Schutz 1973, 441-442)13, selon laquelle ce troubadour provençal d’origine noble s’est épris de la comtesse d’Urgel sans l’avoir vue, uniquement pour le bien qu’il avait entendu dire d’elle ; il a composé ensuite des chansons pour elle, qu’il lui a envoyées par l’intermédiaire d’un jongleur, et il l’a longtemps aimée sans l’avoir vue.

  • 14  Trad. Rosenberg-Tischler (1995, 583) : « Tout comme l’ente va reprendre d’être arrosé par l’eau qu (...)
  • 15  Voir, entre autres, la chanson de croisade de Conon de Béthune, Rosenberg-Tischler (1995, 368-370)
  • 16  Composé par un certain Jakemés, ce récit en vers d’origine picarde, qui est conservé dans deux man (...)

21Pour ce qui est du Nord, des trouvères de premier rang font du souvenir une clé de voûte de leur poésie lyrique, en tant que support ou catalyseur de l’amour. La problématique de la mémoire et de la manière dont les amants courtois, tout particulièrement l’amant-poète, entendent se rapporter à l’écoulement du temps acquiert, en effet, une place de choix sous leur plume. Ainsi, pour Thibaut de Champagne, le souvenir est une nourriture essentielle de l’amour, car Tout autresi con l’ente fait venir / Li arrosers de l’eve qui chiet jus (Rosenberg-Tischler 1995, p. 582, v. 1-2)14, le souvenir fait nestre, croistre et florir la bone amor (Rosenberg-Tischler 1995, 582, v. 1-4). Une fois séparé de sa dame, il la voit donc les yeux clos (Rosenberg-Tischler 1995, 584, v. 30) et attend sans espoir (Rosenberg-Tischler 1995, 584, v. 40), selon une formule toute villonnienne. Certes, les chansons de croisade valorisent cette thématique autant que les autres formes poétiques, sinon davantage, et les exemples en sont nombreux chez les trouvères qui la cultivent, tels Conon de Béthune15 et le Châtelain de Coucy, dont les pièces sont enchâssées dans le Roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel16, version la plus ample du topos du cœur mangé, composée à la fin du xiiie siècle. Les vers d’une pareille chanson se font jour au moment même où les amants sont obligés de se séparer à cause de la décision de Renaud de se croiser (Gaullier-Bougassas 2009, v. 7346-7397). Loin d’être gratuit, le recours à l’intertextualité est probablement un geste qui se justifie aux yeux de Jakemés par la force expressive des vers, censés rendre mieux l’intensité d’une expérience aliénante, car la pensée de l’amant reste inévitablement attachée à l’image de la dame, bien qu’il la quitte au profit de la croisade :

Ni je ne puis de li mon coer oster,
Si me couvient que je ma dame lais.
(Gaullier-Bougassas 2009, v. 7376-7377)

  • 17  Trad. Gaullier-Bougassas (2009, 537).

Et je ne peux retirer mon cœur à ma dame / Alors que je dois pourtant la quitter17.

22Les récits en vers de Tristan recèlent une autre forme du topos de l’amour lointain, puisque la rupture imposée aux amants n’en est pas une (Diaconu 2011). C’est plutôt une séparation des corps, selon l’aveu de la reine Iseut elle-même, dans la version de Béroul :

De la comune de mon cors
Et je du suen somes tuit fors […]
(Lacroix-Walter 1989, 128, v. 2329-2330)

  • 18  Trad. Walter (1989, 129).

L’union de nos corps, l’un comme l’autre, nous en sommes délivrés18.

  • 19  C’est Tristan qui en a l’idée et non pas Iseut !

23alors que l’union des cœurs subsistera grâce à la mémoire que confortent et renforcent les gages d’amour19. Dans la version de Thomas, le mariage de Tristan se veut un acte de substitution de la femme aimée, censé combler l’absence par quelque moyen que ce soit, car la reine lui est inaccessible désormais, à l’instar de la dame des troubadours. En effet, le neveu de Marc espère oublier Iseut la Blonde en satisfaisant son désir par une union charnelle avec une autre femme sur laquelle il projette l’image idéalisée de la reine. Cependant, ce stratagème échoue lamentablement dès la nuit de noces, lorsque la bague dont lui avait fait don la femme du roi, lors de leur dernière rencontre dans le jardin, tombe par terre, ravivant l’image adorée dans sa mémoire (Lacroix-Walter 1989, 358, v. 392-397). L’union des cœurs apparaît donc plus forte que l’union des corps, et le souvenir triomphe de l’oubli, le passé du présent.

  • 20  Cette séquence fait pendant aux dédoublements par déguisement auxquels Tristan a consenti.

24Le fragment sur la Salle aux images nous fait découvrir encore une fois un amant prisonnier de son passé, engagé dans un inlassable combat contre l’oubli, qu’il s’applique à entraver par l’étrange dialogue avec la statue20, double de la femme aimée. Le langage est une arme redoutable en amour, on ne cesse de le répéter, mais, dans ce cas, il tourne pratiquement à vide et compense très peu l’absence. Le dernier aspect qui nous a semblé intéressant vise la conduite d’Iseut la Blonde, qui, à la fin du poème de Thomas, est envahie elle aussi par la peur que son amant ne l’oublie, si elle meurt en mer à cause de la tempête (Lacroix-Walter 1989, 472, v. 1682-1686). Plus tard, dans sa lamentation auprès du corps de Tristan, la reine se reproche d’être arrivée trop tard pour guérir le corps de son amant de même que son cœur par le biais d’un remède tout à fait inattendu, à savoir l’évocation de leur histoire d’amour :

Se je fuisse a tens venue,
Vie vos oüse, amis, rendue
E parlé dulcement a vos
De l’amur qu’ad esté entre nos ;
Plainte oüse la mei aventure,
Nostre joie, nostre emveisure,
La paine e la grant dolur
Qu’ad esté en nostre amur,
E oüse iço recordé
E vos baisié e acolé.
(Lacroix-Walter 1989, 478, v. 8-17)

  • 21  Trad. Walter (1989, 479).

Si j’étais venue à temps, ami, je vous aurais rendu la vie et je vous aurais parlé tendrement de notre amour. J’aurais plaint mon aventure, notre joie, nos plaisirs, la peine et la grande douleur que nous valut notre amour. Je vous aurais rappelé tout cela en vous baisant et en vous embrassant21.

25Iseut rejoint sur ce point la perspective de Tristan, et comprend qu’il ne suffit pas de guérir les blessures physiques, que les amants doivent nourrir leur passé, cultiver leur mémoire, voire privilégier ce passé au détriment du présent décevant, se souvenir sans répit de l’être qu’on aime, afin d’éviter la mort du cœur, qui, entraînant une perte irrémédiable de l’identité, est pire que la mort du corps.

  • 22  L’équivalent hébreu du grec kardia et du latin cor, lev ou levav, désigne rarement l’organe concre (...)

26Se souvenir de l’être aimé dans son cœur ? Faire revivre le bonheur de jadis dans son cœur ? N’y aurait-il pas là quelque erreur ? Certainement pas, et, si les fonctions du cœur22 et de la mémoire se recoupent dans les poèmes analysés, c’est parce que, dans la pensée médiévale, on retrouve toute une symbolique du cœur redevable à l’Ancien Testament (Diaconu 2006, 101-128), qui mettait l’accent sur son rôle de siège de la mémoire.

  • 23  Trad. Gaullier-Bougassas (2009, 145) : « la meilleure, la plus noble et la plus sage dame du pays  (...)

27En ce qui concerne le xiiie siècle, nous avons choisi de nous pencher sur deux romans rédigés dans le Nord, rattachés cependant à la création des troubadours par des liens étroits. D’abord, nous avons jugé nécessaire de revenir au Roman du Châtelain de Couci et de la Dame de Fayel, dont la lecture attentive nous a permis de déceler, non sans surprise, un certain nombre de similitudes avec la Vida de Jaufre Rudel, qui témoignent d’une influence diffuse, comme si le schéma narratif de la biographie imaginaire informait l’histoire tragique du chevalier épris d’une dame mariée. Effectivement, l’auteur du roman souligne dès le début que Renaut de Coucy tombe amoureux de la Dame de Fayel uniquement parce qu’il avait entendu parler de sa beauté, de sa noblesse et de sa sagesse : c’était le meillour, le plus noble et le plus senee / Qui fust en toute la contree (Gaullier-Bougassas 2009, 144, v. 86-88)23. Qui plus est, se sentant entièrement soumis à cette femme mariée, qu’il n’avait pourtant jamais vue, il se met en route vers le château de Fayel, animé par le désir irrépressible de la voir en réalité, sans cesser de penser à elle :

Tous ses cœrs en envoiseüre
Ert de penser à sa figure
Et a la jolie sanlance.
(Gaullier-Bougassas 2009, 144, v. 109-111)

  • 24  Ibid.

Son cœur était baigné de joie lorsqu’il se la représentait et pensait à sa beauté24.

28Plus tard, lorsque la distance réelle oblige les amants à rester loin l’un de l’autre, bien que Renaut se fût croisé uniquement pour éviter une séparation trop douloureuse, le chevalier se montre tout aussi attaché à l’image de celle qu’il aimait, envers laquelle il s’était, d’ailleurs, engagé par le « don du cœur » :

Mais saciés bien, u que je soie,
Li coers est vos, car ne poroie
Avoir en nul paÿs deduit,
Fors a vous penser jour et nuit
Et d’avoir adiés en memore
Que de vous goÿrai encore.
(Gaullier-Bougassas 2009, 528, v. 7227-7232)

  • 25  Ibid., 529.

Mais sachez-le, où que je sois, mon cœur vous appartient, car nulle part je n’aurai d’autre plaisir que de penser à vous jour et nuit et de garder en mémoire que je jouirai encore de votre présence25.

29Enfin, la blessure par une flèche empoisonnée ne l’empêche pas elle non plus de se la remémorer juste avant de mourir, et il avoue même qu’il souffre beaucoup plus de ne pas la voir qu’à cause de la blessure par la flèche empoisonnée : 

Car li castellains se complaint
Souvent et dist que plus l’ataint
Li desirs qu’il a dou veïr
Sa dame ains qu’il doie morir
Que ne face li maus qu’il trait.
(Gaullier-Bougassas 2009, v. 7518-7522)

  • 26  Ibid., 545.

d’autant que le châtelain, dans ses lamentations répétées, affirmait souffrir plus cruellement du désir de voir sa dame avant sa mort que de la maladie elle-même26.

30Cela n’est pas sans rappeler la maladie et la mort de Jaufre Rudel, dans la vida, car, même si Renaut ne parvient pas à revoir la Dame de Fayel, il monte sur le bateau pour retourner en son pays, sûr de trouver sa guérison en sa présence :

Lors dist qu’il voet tout entresait,
Plus tost qu’il poet, la mer passer.
Bien cuide a garison tourner,
S’ou paÿs revenus estoit
U sa douce dame veroit.
Bien croit que li donroit santé.
(Gaullier-Bougassas 2009, v. 7523-7528)

  • 27  Ibid., 545.

Il dit enfin qu’il voulait absolument retraverser la mer le plus tôt possible. Il croyait en effet guérir s’il retournait dans le pays où il verrait sa douce dame, il était persuadé qu’elle lui redonnerait la santé27.

  • 28  En ce qui concerne les fonctions des pièces insérées, voir Accarie (2004, 383-402) et, dans le pré (...)
  • 29  En matière de datation, voir Lecoy (1961), Lejeune (1974) et surtout Lefèvre (2015) qui remet en q (...)

31Le Roman de la Rose de Jean Renart comporte, en revanche, une référence explicite à Jaufre Rudel28, car l’auteur, qui ne connaissait probablement pas le texte de la Vida, son roman étant composé dans le premier tiers du xiiie siècle29, cite la première cobla de la chanson Lanquan li jorn, après avoir nettement affirmé, dans le prologue, l’intention de faire appel à la création de ses devanciers pour rehausser son œuvre et, en outre, parce que la tradition méritait d’être conservée, transmise et continuée :

Cil qui mist cest conte en romans,
ou il a fet noter biaus chans
por ramenbrance des chançons,
veut que ses pris et ses renons
voist en Raincïen en Champaigne
et que li biaus Miles l’apregne
de Nantuel, uns des preus del regne ;
(Lecoy 2008, v. 1-7)

  • 30  Trad. Dufournet (2008, 71).

L’auteur qui a fait de ce conte un roman où il a mis en musique de beaux chants, afin que demeure le souvenir des chansons courtoises, veut que sa réputation et sa gloire atteignent le pays de Reims en Champagne et parviennent jusqu’au noble Milon de Nanteuil, l’un des hommes valeureux de ce siècle30.

32Qui plus est, le topos rudélien de l’amor de lonh et la poétique de la mémoire affective qu’il implique jouent un rôle majeur dans la trame narrative, car, bien que chantés par le frère de la belle Liénor, Guillaume, les vers en question ne prennent leur véritable signification que rapportés à l’empereur et à son amour pour la jeune fille jamais vue, dont le nom fait penser encore à l’espace occitan (Diaconu 2019). Cette cobla acquiert, en effet, une fonction prospective (Lecoy 2008, v. 1301-1307), si on la met en relation avec l’épisode des fêtes de mai qui ont lieu à la cour de Conrad, lorsque celui-ci se montre incapable de participer aux réjouissances collectives, à tel point son esprit est attaché à Liénor (Lecoy 2008, v. 4660-4678).

33Retenons aussi que Dole se trouve à une distance nullement négligeable de la cour et que l’empereur d’Allemagne s’éprend d’elle sans l’avoir vue, uniquement parce que Jouglet fait l’éloge de sa beauté et de ses qualités hors du commun (Lecoy 2008, v. 691-722). Tout en assumant le rôle de double de l’auteur, Jouglet incarne, au fond, la tradition mise en circulation par la culture orale — les jongleurs et les ménestrels —, ce qui assure au roman un caractère polyphonique. En tant que tel, il s’emploie à montrer, par le recours à d’autres poètes et à leurs vers, que les valeurs du passé ont perduré, tandis que, au début du roman, l’empereur Conrad considérait que ces valeurs étaient devenues chimériques et qu’on ne les retrouvait plus que dans les romans :

— Tels chevaliers fet l’en faules :
s’il est tels, dont est il faez !
(Lecoy 2008, v. 1431-1432)

  • 31  Ibid., 157.

— C’est dans les romans que l’on trouve de tels chevaliers : s’il est bien ainsi, ce doit être par l’effet d’un enchantement.31

34D’ailleurs, si Conrad tente de gagner l’amour de Liénor par l’intermédiaire de son frère Guillaume, c’est également parce qu’il trouve en lui l’image parachevée de l’idéal chevaleresque jugé révolu, une image à laquelle il aime s’identifier dès le moment où il apprend, une fois de plus grâce à Jouglet, qu’un pareil chevalier existe encore. Cela revient à dire que l’amitié de l’empereur pour Guillaume traduit en réalité une profonde aspiration de se conformer à un modèle légué par toute une tradition, d’autant plus que Liénor est elle-même une incarnation de l’idéal féminin promu par les troubadours. Par ailleurs, la re-naissance de Conrad dépend de cette figure féminine, comme le suggère la mise en opposition de deux métaphores : la métaphore du sommeil et celle de l’éveil, un éveil spirituel, certes, qui est la conséquence de l’énamourement de l’empereur après les récits de Jouglet :

Fet li empereres : « J’ai hui,
certes, eü mout grant someil.
Aucun conte dont ge m’esveil
me conte, fet il, biaus amis. »
(Lecoy 2008, v. 651-654)

  • 32  Ibid., 111.

Sans conteste, reprit Conrad, j’ai aujourd’hui grand sommeil. Raconte-moi donc, cher ami, une histoire qui puisse me réveiller32.

Fet li empereres : « Meshui
n’avrai ge talent de dormir !
[…]
Por Deu, Juglet, or di avant
si la dame fu si plesanz
endroit soi com cil fu vaillanz :
ce fust mervelle, ce m’est vis. »
(Lecoy 2008, v. 675-676, 687-690)

  • 33  Ibid., 113.

L’empereur de s’exclamer : « Désormais, je n’aurai plus envie de dormir ». […] Je t’en prie, Jouglet, poursuis ton conte pour me dire si la dame était aussi belle que son ami était vaillant. Ah ! mon ami, ce serait vraiment merveilleux33.

  • 34  La chanson de toile que chante Liénor et dont le refrain, repris par deux fois, est justement le t (...)

35C’est encore de Liénor que dépend la continuité de son lignage. Ce sont, selon nous, ces raisons qui justifient pourquoi l’auteur du roman insiste, dans les exordes des pièces insérées, sur l’évocation du printemps, d’autant plus qu’elles sont chantées par Conrad (Lecoy 2008, v. 921-930 ; v. 1769-1776 ; v. 3180-3195) aussi bien que par Liénor34, son frère Guillaume (Lecoy 2008, v. 1301-1307), Jouglet, d’autres ménestrels ou d’autres personnages du roman (Lecoy 2008, v. 4127-4133 ; v. 4164-4169 ; v. 4568-4583 ; v. 4653-4659 ; v. 5188-5193). On doit remarquer également que, lorsque Liénor fait son apparition à la cour pour démonter les accusations du médisant, son image est associée, par sa beauté et sa fraîcheur, à l’arbre de mai (Lecoy 2008, v. 4606-4607) et aux fêtes spécifiques à ce mois, traditions enracinées dans le folklore occitan depuis le Moyen Âge (Poueigh 1976, 220-223). Grâce à toutes ces qualités et surtout à la force persuasive de son discours, la demoiselle dont rêvait l’empereur parvient à triompher des diffamations et, en même temps, à réparer la faute de sa mère, la trahison du secret. Non seulement elle surmonte ainsi son rang social inférieur, qui était, au début, un obstacle insurmontable aux yeux de Conrad même, mais, en fin de compte, elle s’impose devant celui-ci et devant sa cour, telle une véritable dame. Si l’oubli ne l’emporte pas sur la remembrance ou le resouvenir, l’amour lointain peut donc acquérir une consistance réelle, triompher de la distance et s’accomplir. Il en est de même de la tradition des troubadours que les trouvères s’emploient à protéger de l’oubli, bien que, pour répondre au nouvel horizon d’attente du xiiie siècle, il leur faille remettre au goût du jour les archétypes hérités du passé. C’est ainsi que le présent et le passé se renvoient mutuellement des images, comme dans un jeu de miroirs, mais cette réflexivité enrichissante est envisagée tel un rapport réversible ou à double sens.

Haut de page

Bibliographie

Accarie Maurice 2004. Théâtre, littérature et société au Moyen Âge, Nice, Serre.

Bec Pierre 19722. Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du Moyen Âge, textes avec introduction, traduction et des notes par Pierre Bec, Avignon, Aubanel.

Bec Pierre 1979. Anthologie des troubadours, textes choisis, présentés et traduits par Pierre Bec, avec la collaboration de Gérard Gonfroy et de Gérard Le Vot, Paris, Union Générale d’Éditions.

Bec Pierre 1992. « ‘Amour de loin’ et ‘dame jamais vue’. Pour une lecture plurielle de la chanson VI de Jaufre Rudel », dans Écrits sur les troubadours et la lyrique médiévale (1961-1991), Caen, Paradigme.

Boutière Jean, Schutz Alexander H. 1973. Biographies des troubadours. Textes provençaux des xiiie et xive siècles, Paris, Nizet.

Buridant Claude 1974. André Le Chapelain, Traité de l’amour courtois, Paris, Klincksieck.

Ciuchindel Luminiţa 1986. Esthétique et rhétorique dans la poésie lyrique des premiers troubadours, Éditions de l’Université de Bucarest (T.U.B.).

Cristea Eugenia, Crivăţ Anca 2012. Andreas Capellanus, Despre iubire [De amore], édition bilingue, texte latin et traduction en roumain, Bucureşti, Polirom.

Viller Marcel, Cavallera Ferdinand, Guibert Joseph de 1953. Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, « Cor et cordis affectus », t. II, IIe partie, Paris, Beauchesne.

Le Cuer au Moyen Âge 1991. Ouvrage collectif publié par le Centre Universitaire d’Études et de Recherches Médiévales d’Aix-en-Provence, Senefiance 30.

Di Maio Mariella 1996. Il cuore mangiato. Storia di un tema letterario dal Medioevo all’Ottocento, Milano, Guerini e Associati.

Diaconu Luminiţa 2006. L’Imaginaire médiéval de la sexualité : le topos du « cœur mangé », Presses de l’Université de Bucarest.

Diaconu Luminiţa 2011. « Le souvenir, l’oubli et le moi brisé : Tristan le mal-aimé dans les poèmes du xiie siècle », Temps et mémoire dans la littérature arthurienne, Mihaela Voicu, Cătălina Gîrbea, Andreea Popescu éds., Presses de l’Université de Bucarest, coll. « Mediaevalia », no 2, 123-130.

Diaconu Luminiţa 2015. « Jouer à la distance : l’idéal rudélien de l’amor de lonh sous la plume du trouvère Jean Renart », , Discours en présence, Mélanges offerts à Liana Pop, Actes du colloque international tenu à Cluj, A. Curea et alii éds., 30-31 janvier 2015, Presa Universitară Clujeana, 363-372.

Diaconu Luminiţa 2017. « Concurrence et degrés d’assimilation des matières dans deux romans du xiiie siècle : Guillaume de Dole et Flamenca », Matières à débat. La notion de matière littétaire au Moyen Âge, Actes des colloques de Poitiers (12-13 mars 2015), Rennes (21-22 mai 2015) et Bucarest (22 octobre 2015), Christine Ferlampin-Acher et Cătălina Gîrbea éds., Presses universitaires de Rennes, 377-386.

Diaconu Luminiţa 2019. « Un roman des frontières perméables. Le Roman de Guillaume de Dole », Sofia Lodén et Vanessa Obry éds., L’Expérience des frontières et les littératures de l’Europe médiévale, Paris, Champion, 303-312.

Doueihi Milad 1996. Histoire perverse du coeur humain, traduit de l’américain par Pierre-Antoine Fabre, Paris, Seuil.

Gaullier-Bougassas Catherine 2009. Jakemés, Le Roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel, Champion, 2009.

Jeanroy Alfred 1922. Les Poésies de Cercamon, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion.

Jeanroy Alfred 19242. Les Chansons de Jaufré Rudel, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion.

Jeanroy Alfred 1927. Les Chansons de Guillaume IX, duc d’Aquitaine (1071-1127), Paris, Librairie ancienne Honoré Champion.

Lacroix Daniel, Walter Philippe 1989. Tristan et Iseut. Les poèmes français. La saga norroise, Paris, Librairie Générale Française, « Lettres gothiques ».

Lecoy Félix 1961. « Sur la date du Guillaume de Dole », Romania, 82, 379-402.

Lecoy Félix, Dufournet Jean 2008. Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, Paris, Champion, 2008.

Lejeune Rita 1938. Renaut [de Beaujeu], Le Lai d’Ignaure ou Lai du Prisonnier, Bruxelles-Liège, H. Vaillant-Carmanne, Imprimeur de l’Académie, 1938.

Lejeune Rita 1974. « Le Roman de Guillaume de Dole et la principauté de Liège », Cahiers de civilisation médiévale, 17, 1-24.

Lefèvre Sylvie 2015. « Jean Renart : L’afaire de la Rose (v. 3360-3361) », Romania, 133, 279-310.

Lewinsohn Richard 1962. Histoire entière du cœur, traduit de l’allemand par Blandine Dupont, Paris, Plon.

Poueigh Jean 1976. Le Folklore des pays d’oc. La tradition occitane, Paris, Payot.

Rosenberg Samuel N., Tischler Hans, avec la collaboration de Grossel Marie-Geneviève 1995. Chansons des trouvères, Paris, Librairie Générale Française, « Lettres gothiques ».

Haut de page

Notes

1  Pois nostre temps com(en)sa brunezir. Compte tenu du contexte sanitaire et des ressources de l’Université de Bucarest, il ne m’a pas été possible de consulter l’édition de Luciano Rossi : Cercamon. Œuvre poétique. Édition critique bilingue avec introduction, notes et glossaire, Paris, Champion, 2009.

2  Nous précisons ici des hypothèses que nous avons initialement formulées dans notre article (Diaconu 2015).

3  Il m’a été impossible de consulter les éditions plus récentes de Jaufré Rudel : Rupert T. Pickens, The Songs of Jaufré Rudel, Toronto, 1978 ; Martín de Riquer, Los Trovadores, Historia literaria y textos, t. 1, Barcelona, Ariel, 1983 ; Giorgio Chiarini, Il canzoniere di Jaufré Rudel, L’Aquila, Japadre, 1985.

4  Pierre Bec (1992, 269) pense que « les thèmes de la dame lointaine et de la dame jamais vue » sont « essentiellement différents, même si parfois ils interfèrent ».

5  Cette pièce fut probablement composée après le mariage d’Aliénor avec Henri Plantagenêt et après le départ de celle-ci en Angleterre, comme le soulignent, d’ailleurs, les deux versions de la Vida du troubadour limousin (Boutière-Schutz 1973, 20-28).

6  Trad. Bec (1972, 193).

7  Ibid., 194.

8  Nous avons ici préféré la traduction de Pierre Bec (1979, 76-77) à celle de Jeanroy, car plus conforme au texte occitan.

9  Trad. Bec (1979, 211).

10  Ibid., 261.

11  Ibid.

12  C’est probablement par emprunt à l’Ars Amatoria d’Ovide que la vue, le sens le plus noble, devient chez André le Chapelain une condition sine qua non pour la naissance de l’amour.

13  Quant aux possibles échos de la vida de Jaufre Rudel, nous renvoyons à Bec (1992, 103, n. 6).

14  Trad. Rosenberg-Tischler (1995, 583) : « Tout comme l’ente va reprendre d’être arrosé par l’eau qui tombe sur elle… ».

15  Voir, entre autres, la chanson de croisade de Conon de Béthune, Rosenberg-Tischler (1995, 368-370).

16  Composé par un certain Jakemés, ce récit en vers d’origine picarde, qui est conservé dans deux manuscrits du xive siècle, fait partie d’un corpus plus vaste de textes centrés autour d’une histoire d’amour adultère qu’un mari jaloux, le seigneur de Fayel dans ce cas, entend sanctionner d’une manière cruelle, anticourtoise et antichrétienne : en donnant à manger à sa femme, sans qu’elle le sache, le cœur de son amant mort en croisade, le châtelain de Couci. À part ce texte, le corpus est constitué de plusieurs récits brefs du xiiie siècle, antérieurs au roman : Le Lai d’Ignaure, rédigé en picard, et les vidas et les razós du troubadour Guilhem de Cabestanh, qui prouvent le succès dont ce topos a joui dans le Midi aussi bien que dans le Nord (Lejeune 1938 ; Boutière-Schutz 1973, 530-546 ; Gaullier-Bougassas 2009 ; pour la critique, Le Cuer au Moyen Âge 1991 ; Di Maio 1996 ; Doueihi 1996 ; Diaconu 2006).

17  Trad. Gaullier-Bougassas (2009, 537).

18  Trad. Walter (1989, 129).

19  C’est Tristan qui en a l’idée et non pas Iseut !

20  Cette séquence fait pendant aux dédoublements par déguisement auxquels Tristan a consenti.

21  Trad. Walter (1989, 479).

22  L’équivalent hébreu du grec kardia et du latin cor, lev ou levav, désigne rarement l’organe concret — centre de la vie biologique (Proverbes, 4 : 23), sens spécifique notamment aux écrits médicaux. Par contre, autant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, on l’emploie plutôt métaphoriquement, avec plusieurs valeurs qui laissent transparaître trois champs sémantiques. D’abord, le cœur est conçu comme centre de l’activité réflexive / intellective : les gens réfléchissent dans leurs cœurs (Psaumes, 19 : 14), y gardent les commandements divins (Psaumes, 119 : 11), doutent (Marc, 11 : 23), etc. Ensuite, on lui attribue le statut de centre de la volition — désirs, intentions, décisions tournées vers le monde, vers les autres et surtout vers Dieu. Par conséquent, puisque les mauvais désirs peuvent eux aussi y naître (Marc, 7 : 21-22), le cœur est directement rattaché au péché, à la vie morale. Si la volonté humaine fléchit, il risque de s’endurcir envers Dieu (Épître aux Juifs, 3 : 8-12), c’est-à-dire de s’éloigner, voire de se séparer de la vraie foi. En dernier lieu, le cœur peut fonctionner comme centre de la vie affective / émotionnelle : la joie, la crainte, l’amour de Dieu, l’inquiétude, la peine, la tristesse, l’humilité, le tourment se ressentent ou se manifestent au niveau du cœur, et les exemples sont nombreux dans la Bible, bien que ce sens soit moins développé que les deux autres dans le texte hébreu. Les Grecs ont adopté les connotations sémitiques, mais, lorsqu’ils ont traduit le texte biblique, ils ont élargi l’aire de l’affectivité autour du cœur au détriment de l’âme, qui recouvrait cette aire pour les Hébreux, tout en gardant les valorisations métaphoriques du cœur comme siège de l’esprit (ou de la raison) et comme centre de la volonté. Pour des détails, voir « Cor et cordis affectus », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, 1953 ; Lewinsohn (1962, 44-45).

23  Trad. Gaullier-Bougassas (2009, 145) : « la meilleure, la plus noble et la plus sage dame du pays ».

24  Ibid.

25  Ibid., 529.

26  Ibid., 545.

27  Ibid., 545.

28  En ce qui concerne les fonctions des pièces insérées, voir Accarie (2004, 383-402) et, dans le présent recueil, l’article d’Anne Ibos-Augé.

29  En matière de datation, voir Lecoy (1961), Lejeune (1974) et surtout Lefèvre (2015) qui remet en question les arguments des historiens littéraires et des philologues sur lesquels se fonde chaque datation, insistant sur les difficultés auxquelles on se heurte lorsqu’on tente d’attribuer une identité bien précise à Jean Renart.

30  Trad. Dufournet (2008, 71).

31  Ibid., 157.

32  Ibid., 111.

33  Ibid., 113.

34  La chanson de toile que chante Liénor et dont le refrain, repris par deux fois, est justement le topos de l’amour lointain, suggère la réciprocité des sentiments, bien que la jeune fille n’ait pas encore vu l’empereur elle non plus : « Hé ! Hé ! amors d’autre païs, / mon cuer avez et lïé et souspris. » (Lecoy 2008, v. 1186-1187). Trad. Dufournet (2008, 143) : « Hélas ! amour venu d’autre pays, / Mon cœur avez enchaîné et surpris ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luminiţa Diaconu, « De Jaufre Rudel à la littérature en langue d’oïl : échos du topos de l’amor de lonh et poétique de la mémoire affective »Revue des langues romanes, Tome CXXV n°1 | 2021, 39-60.

Référence électronique

Luminiţa Diaconu, « De Jaufre Rudel à la littérature en langue d’oïl : échos du topos de l’amor de lonh et poétique de la mémoire affective »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXV n°1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rlr/3974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.3974

Haut de page

Auteur

Luminiţa Diaconu

Université de Bucarest

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search