Navigation – Plan du site
Leon Còrdas / Léon Cordes, « Canti per los qu'an perdu la cançon »

Avant-propos

Léon Cordes, le chant au-dessus du chant
Marie-Jeanne Verny
p. 293-300

Texte intégral

Felip Gardy, Dins un cèu talhant de blau, Tolosa, Letras d’Oc, 2010

Drech e torçut

Jamai
Leon
jamai
lo viurem pas coma tu
lo poèma

jamai coneisserem pas
presoniers de nòstrei nuechs d’angoissa
la paraula estransinada
que de la garganta en nos de soca millenària
electriza lo còs entier
e lo fai mots e vèrbs
e cant en dessús dau cant

jamai coma aquela fin de jorn
qu’intraviam ja dins l’escur negre
de la primiera naissença
quand tu
drech e torçut
au pè dei torres

– luenh dins lo vèspre
lo riu Aude passant sota lo pònt vièlh –
seguissiás
testut coma de generacions d’ases negres
ton boier mitic
e tant fasiás de manadets d’imatges
de la terra qu’a ton entorn
pas mai que d’aur lusent
regisclava

que se’n cresiam
un moment
d’èstre venguts lei reis
coronats de sa glòria

Droit et tordu

Jamais
Léon
jamais
nous ne le vivrons comme toi
le poème

jamais nous ne connaîtrons
prisonniers de nos nuits
d’angoisse
la parole exténuée
qui de la gorge en nœud de souche millénaire
électrise le corps tout entier
et le fait devenir mots et verbes
et chant au-dessus du chant

jamais comme en cette fin de journée
où nous entrions déjà dans l’obscure noirceur
de la première naissance
quand toi
droit et tordu
au pied des tours

– au loin dans le soir
le fleuve Aude passait sous le pont vieux –
tu suivais
têtu comme des générations d’ânes noirs
ton mythique bouvier
et tu faisais surgir une pluie d’images
de la terre qui autour de toi
toute luisante d’or
jaillissait

au point qu’un instant
nous croyions
en être devenus les rois
couronnés de sa gloire

Ce poème fait partie d’une courte série où sont évoqués quelques écrivains que j’ai eu l’occasion de rencontrer dans des circonstances dont j’ai gardé le souvenir : des images toujours vivaces, peut-être (sans doute…) embellies ou déformées par le travail infini de la mémoire. Donc encore plus vraies !

J’ai souvent vu Léon Cordes sur scène (il était presque toujours sur scène dans la vie de tous les jours). Mais je n’ai jamais oublié cette soirée, au cours des années 1960-70, pendant laquelle, à Carcassonne, dans le théâtre de plein air de la Cité, qui porte aujourd’hui le nom de Jean Deschamps, il interpréta, devant une assistance nombreuse, son poème Lo Boièr. Nous étions en été, la nuit était déjà tombée. Soudain Léon apparut, se dirigea vers le centre de la scène, et commença de réciter. Ou plutôt, de vivre son poème, et de le faire vivre au public rassemblé, comme l’aurait fait un créateur de mythes, brassant les mots et les faisant vibrer jusqu’au ciel pour les inscrire, désormais hors du temps, au beau milieu des étoiles. Philippe Gardy.

Une redécouverte récente

1L’année 1913 vit naître plusieurs grands poètes d’oc dont l’œuvre mérite d’être relue : Charles Galtier (mort en 2004), Pierre Millet (mort en 1998), Jean-Calendal Vianès (mort en 1990).

2L’œuvre poétique de Léon Cordes connaît depuis peu un regain d’intérêt auprès d’un nouveau public. Les participants à la journée d’études organisée le 20 novembre 2013, à l’occasion du centenaire de la naissance du poète, ont eu le privilège d’assister à l’interprétation a capella de textes de l’auteur par de tout jeunes chanteurs. Ceux-ci sont actuellement engagés, avec d’autres, dans l’entreprise du collectif d’artistes Còp-sec. Ce ne sont pas moins de onze formations de musiciens dont certains très jeunes, qui ont entrepris de mettre en musique l’œuvre du poète, à partir de l’édition de l’Òbra poëtica par Jean-Marie Petit (CIDO 1997). Réalisé en partenariat avec le CIRDOC qui l’accompagne notamment d’une exposition, le projet a pour but l’édition d’un disque.

3Philippe Gardy nous apprend dans sa communication qu’au tout début des années 1940 Cordes écrivit en direction d’un public populaire des paroles de « chansons à danser » avec la complicité musicale d’Irénée Delmas. Cet homme de tréteaux aurait certaine-ment été heureux que sa poésie exigeante dans son apparente simplicité s’échappe ainsi des pages des recueils poétiques… Il aurait aimé assister à une des phases de ce projet réalisée en avril 2015 « La Barrutla – Périple chanté en pays Minervois avec Lo Barrut », ainsi présentée sur le site du collectif1 :

« Le groupe Lo Barrut de Montpellier organise une ballade chantée en plusieurs étapes à la découverte du Minervois. Programme de ceux qui les ont suivis dans l’aventure : marches, rencontres avec les vignerons, dégustations de vin et concerts, chansons sur les traces des poètes occitans et notamment Léon Cordes. »

4La journée de novembre 2013 devait être l’occasion de revenir sur l’itinéraire de l’homme, de l’écrivain, de l’artiste, du militant. Les interventions ont montré la précocité de ces engagements, mais aussi leur diversité. Elles ont aussi, espérons-le, ouvert le chantier de la re-connaissance d’un homme omniprésent de son vivant et pourtant insuffisamment lu.

Une œuvre riche et multiforme

5Plusieurs contributions ici réunies analysent les différents aspects de l’œuvre littéraire de l’homme de Minerve : Philippe Gardy et Michel Decor pour la poésie, Claire Torreilles pour la prose et Jean-Claude Forêt pour l’œuvre théâtrale.

6Mais Cordes ne s’est pas limité à l’écriture littéraire. Il s’est engagé très tôt auprès des jeunes animateurs fédéralistes des revues Occitània, puis Terra d’òc et L’Ase Negre qui lui succédèrent, respectivement à partir de 1941, puis 1946. Chargé de la propagande paysanne, dès 1934, il écrit des articles intitulés « Tocas paisanas » dans les numéros 1, 2, 3 et 6 d’Occitania. Il se spécialise ensuite dans les chroniques théâtrales.

7Dans les années 1970, il se livre à l’autoédition et publie des ouvrages de vulgarisation culturelle et linguistique dont il assure inlassablement la distribution à travers une grande partie de l’espace d’oc.

8Les articles rassemblés montrent l’articulation constante qu’il a su établir entre les mots et la pratique. Ainsi Jean-Claude Forêt analyse-t-il le rapport de Cordes avec le théâtre :

  • 2 « Son écriture théâtrale se fonde sur une expérience concrète de la scène, comme metteur en scène e (...)

« Son escritura teatrala se fonda sus una experiéncia concreta de la scèna, coma meteire en scèna e coma comedian, amb tot l’engatjament fisic qu’aquò supausa »2.

9Forêt explique ainsi par cette pratique totale du théâtre – écriture, mise en scène, organisation des tournées, recherche des acteurs, jeu, analyse critique de l’écriture au jeu en passant par la mise en scène – la forme même des pièces de Cordes, pour lequel le théâtre était un moyen d’aller vers le public. Ainsi en décembre 1946, dans le n° 46 de L’Ase negre, écrit-il une chronique intitulée « Lo taulier enfadat » [Le tréteau enchanté] dans laquelle, par le biais d’anecdotes relatant des tournées théâtrales, il s’émerveille de la rencontre, par le théâtre, de la langue et du peuple. La chronique débutait ainsi :

« L’avem fait craïnar pertot ont nos an sonats e ont i avià de pople per compréner e per escotar, lo taulier occitan : aquelis modestes mas ufanoses « tretaux » montats sovent per l’occasion aici sus una plaça, enlà dins una sala de café, pus luenh dins una paura remesa mas ont totjorn lo pople s’es sarrat amb un afogament qu’es una bela causa dins la realitat viva de la lenga e de son teatre.

  • 3 Les tréteaux occitans, nous les avons fait craquer partout où on nous a appelés et où il y avait de (...)

Nos aviàn ben entantinats que lo monde comprendrián pas, que los païsans eran d’ases, que lo « patoes » era condamnat a dire de colhonadas e pas mai. Avèm levat las espatlas e caminat dins l’aleia fervorosa d’aplaudiments qu’eran pas una vana manifestacion d’estetas mas lo mercis de tot un pople envotat »3

10À l’instar de tous les écrivains débutants, Cordes s’essaya d’abord à la poésie, avant de s’adonner à l’écriture théâtrale, et de passer plus tard à la prose (romans et nouvelles) : ses premiers essais datent des années 1940, alors que la première publication en volume dut attendre 1974. Claire Torreilles lit dans l’œuvre de prose le besoin de « portar testimòni » [porter témoignage] et elle cite Cordes qui écrit dans son roman La batalha dels teules :

  • 4 Le devoir de l’écrivain est de témoigner de son époque, pour son époque.

« Lo deure de l’escrivan es de portar testimòni sus son temps, per son temps4 »

11Elle souligne la cohérence de cette posture avec les objectifs affirmés dès les années 1940 dans la revue Terra d’òc : se saisir de la langue du peuple pour aller vers ce peuple. Cette posture, Cordes ne s’en départit jamais tout au long de sa vie : ses spectacles où il faisait alterner des textes de haut niveau litté-aire et des contes plus légers, ses ouvrages de vulgarisation, tout était fait pour que la langue occitane rencontre le public.

12Cordes écrivain avait certainement trouvé la voix qui devait lui permettre cette rencontre, dans le roman comme dans le théâtre ou la poésie.

13C’est justement de poésie que parlent ici les communications de Philippe Gardy et de Michel Decor. Cordes, montre Gardy, est engagé dans l’écriture poétique dès l’adolescence, « entre imitation et reprise de thèmes obligés et quête d’une voix plus originale ». Cette voix originale qui rappelle, dit encore Gardy, Verlaine, Pons, Lorca et Max Rouquette. La lecture de la Respelida de Centelhas par Michel Decor met ainsi en lumière cet accord profond du poète et d’un paysage qui concentre en son sein l’épaisseur de la destinée humaine, bien au-delà de la destination première de la chapelle dont la restauration fut le prétexte à l’écriture du poème.

14Mais Cordes fait aussi œuvre de vulgarisateur, au sens le plus noble du terme, dans ce souci de toute une vie d’aller vers le peuple, sans condescendance, lui qui était, profondément, existentiellement, du peuple. Ainsi Roy Rosenstein montre-t-il comment il met à la disposition du lecteur une anthologie des troubadours transcrits en occitan moderne. Et j’ai essayé, pour ma part, de montrer les divers aspects de cette fonction de passeur de langue et de culture.

Écriture et engagement précoces et multiples – Recherche du consensus… et pourtant isolement

15C’est donc très jeune que Cordes entre en contact avec les acteurs de la renaissance d’oc et d’abord par le biais des concours littéraires organisés par l’Académie toulousaine des Jeux floraux. L’article de Philippe Gardy montre comment, à partir de ces premiers textes s’ébauchent peu à peu les paysages poétiques de Cordes, paysages réels et paysages redessinés dans l’épaisseur des mythes fondateurs. Il montre aussi comment se construit très tôt une voix originale, entre le silence et le cri. Gardy relève minu-tieusement toutes les publications – félibréennes ou occitanistes, mais aussi revues françaises admettant des textes occitans – qui éditent les textes de Cordes, dans une zone géographique relativement étendue, du Rouergue à Narbonne et de Toulouse à Montpellier, un pivot étant cependant constitué par le collège d’Occitanie animé par Salvat à Toulouse. C’est là que Cordes, comme bien d’autres, se forma à l’écriture de l’occitan dans la graphie codifiée par Perbosc et Estieu. C’est aussi dans ce cadre qu’il participe à des concours littéraires. Mais Cordes est aussi publié par La Campano de Rodez, éphémère revue créée par Paul Gayraud et Henri Mouly, avec le soutien de l’imprimeur et éditeur ruthénois Subervie ou par les félibres de La Cigalo narbouneso.

16Sans rompre brutalement avec le Félibrige, Cordes se rapproche peu à peu de l’occitanisme naissant autour de la SEO puis de l’IEO. Son activité se déploie dans des lieux multiples auprès des publics les plus variés et par des canaux divers : publications littéraires, articles d’idées, critique théâtrale, pratique du théâtre, du conte et de la récitation de textes littéraires.

17Cordes n’a jamais voulu choisir entre les divers courants de l’engagement pour la langue d’oc qui avaient chacun leurs publications, la question graphique n’étant qu’une des questions concernées. On chercherait vainement une prise de position de sa part dans les querelles qui divisèrent l’IEO des années 50 aux années 80.

18Le retour sur l’itinéraire de Cordes met cependant en lumière un paradoxe entre l’omniprésence de l’homme, du militant, de l’écrivain, de l’homme de scène au cœur de la renaissance d’oc du XXe siècle et la singularité, voire l’isolement de sa position. Par pragmatisme, mais aussi par une profonde volonté unitaire, Cordes, pourtant très souvent au cœur de la mêlée, voulait se situer en dehors des chapelles, avec une conséquence, hélas prévisible : une reconnaissance limitée de ses multiples talents, et ce dès le début de son itinéraire d’écrivain. Ainsi les publications dans Lo gai saber ne sont-elles pas reconnues du côté de la SEO ; Gardy note le délai important entre les premières publications de Cordes et leur compte rendu dans la revue Òc et Cordes, dit-il,

« en passant de l’une à l’autre [publication], sans nécessairement renier ses engagements antérieurs, apparaît, avec quelques autres, comme un lien entre ces diverses publications et les groupes qui les administrent. »

19Un lien ? Voire… Dans un bel article publié en 1986 dans le n° 72 de la revue Connaissance du pays d’oc, Yves Rouquette le qualifie d’« écrivain incontestable et incontesté » et pourtant « largement marginalisé. Non sans doute écrivain maudit mais peu s’en faut. ».

  • 5 …c’est un roman qui paraît plus de 25 ans après avoir été écrit.
  • 6 Réédition des chroniques littéraires publiées par Yves Rouquette dans La Dépêche de 1974 à 1982, En (...)

20Claire Torreilles, elle aussi, souligne le délai important entre l’écriture et la publication du roman Sèt pans : « Còrdas o ditz tre la primièra linha del prefaci de Sèt pans : es « un roman que pareis mai de 25 ans après èsser estat escrit »5 et elle cite encore Yves Rouquette dans sa chronique de La Depêche6 du 14 mai 1974 « un de nos écrivains importants et injustement oubliés ».

21Il conviendrait sans doute de revenir sur les engagements idéologiques de Cordes et son activité militante, elle aussi continue tout au long d’une vie, et en marge des principaux mouvements. Yan Lespoux relate l’épisode malheureux de la blanchisserie montpelliéraine qui lui fut confiée en gérance, dans les années 1950, par les responsables de l’IEO. Ce devait être un des moyens de renflouer l’Institut ; l’épisode en appa-rence anecdotique en dit long sur le décalage entre le dévoue-ment sans faille de Cordes et la marginalité où il se tint – où il fut tenu – par rapport aux engagements du mouvement :

22S’il sera de tous les combats occitanistes, celui qui a fondé l’Ase Negre – Occitania et fut un des militants les plus actifs de l’IEO naissant restera désormais à la marge de l’organisme, se consacrant plutôt à son art. Sans doute cette hasardeuse aventure a-t-elle finalement privé l’IEO de bien plus que les subsides espérés.

23Alors, Cordes 2016 ? Les travaux ici rassemblés ont montré l’urgence de relire l’écrivain. Ceux qui l’ont entendu déclamer ses textes y retrouveront cette voix que Philippe Gardy fait renaître dans le beau texte que nous avons cité en exergue.

Haut de page

Notes

1  http://www.codetik.org/index.php/21-lezards-d-u/lo-barrut/26-la-barrutla-periple-chante-en-pays-minervois-avec-lo-barrut-avril-2015.

2 « Son écriture théâtrale se fonde sur une expérience concrète de la scène, comme metteur en scène et comme comédien, avec tout l’engagement physique que cela suppose ».

3 Les tréteaux occitans, nous les avons fait craquer partout où on nous a appelés et où il y avait des gens pour nous écouter : ces « tréteaux » modestes et magni-fiques à la fois, souvent montés pour l’occasion ici sur une place, là dans une salle de café, plus loin dans une pauvre remise, mais dans des lieux où toujours le peuple s’est approché au son de nos voix, qu’il a communié avec cette ferveur qui est une belle chose dans la réalité vivante de la langue et de son théâtre. On nous avait bien chanté la rengaine des paysans qui seraient des ânes, du « patois » qui était condamné à ne dire que des couillonades. Nous avons haussé les épaules et marché dans l’allée fervente d’applaudissements qui n’étaient pas une vaine manifestation d’esthètes, mais les mercis de tout un peuple envouté.

4 Le devoir de l’écrivain est de témoigner de son époque, pour son époque.

5 …c’est un roman qui paraît plus de 25 ans après avoir été écrit.

6 Réédition des chroniques littéraires publiées par Yves Rouquette dans La Dépêche de 1974 à 1982, En occitan, une histoire buissonnière de la littérature d’oc, Valence d’Albigeois, Vent Terral, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jeanne Verny, « Avant-propos »Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, 293-300.

Référence électronique

Marie-Jeanne Verny, « Avant-propos »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/rlr/401

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Verny

Université Paul-Valéry (Montpellier III)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals