Navigation – Plan du site
Leon Còrdas / Léon Cordes, « Canti per los qu'an perdu la cançon »

Léon Cordes, passeur de langue et de culture

Marie-Jeanne Verny
p. 379-402

Texte intégral

1En juillet 1985, deux ans avant la mort de Léon Cordes, Jean-Marie Petit publiait au CIDO de Béziers un utile petit ouvrage intitulé Leon Còrdas / Léon Cordes, ainsi présenté sur la page de garde : « Notice biographique, bibliographie, iconographie, témoignages, critiques, études, textes… ». La biographie établie par Petit s’achevait par ces lignes :

« En janvier dernier, nous avons vu Léon Cordes se battre farouchement avec la mort sur un lit d’hôpital […] Nous l’avons vu gagner une nouvelle fois contre toute désespérance… « Luchar », lutter au-delà des forces communes. Nous le voyons à nouveau hilare et plein de projets, à n’en plus finir de nous montrer contre vents et marées un clair visage d’homme. » (26 mai 1985)

2Pour qui a connu Léon Cordes, ces propos apparaissent comme un bel hommage à l’écrivain et à l’homme de terrain que nous allons essayer de présenter. Le terme de « passeur » est celui qui nous a paru le plus opportun pour définir au mieux toute une vie consacrée à la transmission de la langue occitane et de la culture qu’elle porte. Passeur de langue et de culture, Léon Cordes l’a été, physiquement, corporellement, comme le suggère le poème de Philippe Gardy que nous avons voulu publier en exergue de ce dossier. Homme de théâtre, conteur, mais aussi inlassable parcoureur d’espaces dans sa voiture-camionnette de maraîcher qui lui servait à aller de ville en ville avec des caisses de livres qu’il déposait dans toutes les librairies du Languedoc et au-delà.

3Léon Cordes fut d’abord le passeur de l’héritage que lui avait légué son ascendance familiale, le « papeta Bauron », « poète d’oc à ses heures », dit Petit, mort en 1906, dont le souvenir, dit encore Petit, est demeuré vivant dans la maison de famille où demeurait aussi le grand-oncle, le Quenque, que Cordes présente ainsi :

  • 1 Léon Cordes, Le petit livre de Minerve / Lo pichòt libre de Menèrba, préface de René Nelli, illustr (...)

L’oncle Cathala, toujours nommé par les miens Lo Quenque (synonyme d’oncle), était un grand conteur. Conteur selon la tradition directe d’une culture populaire. J’avais une dizaine d’années à sa mort. Je l’avais écouté avant de comprendre, tout le pays l’avait écouté sans se lasser de l’entendre.1

4Passeur aussi d’un légendaire populaire, justement incarné par ce Quenque, mais enrichi par tous les contes et légendes recueillis de la tradition orale, pour la plus grande part centrés sur le Minervois.

5Passeur enfin de la « grande » littérature, celle des troubadours essentiellement dont il édita une anthologie de textes transcrits en occitan moderne. En effet, Cordes était de ces nombreux écrivains d’oc qui, à l’instar de Nelli, Max Rouquette ou Boudou, tentèrent et réussirent un syncrétisme entre la culture de transmission orale et la culture écrite.

6Cette communication s’appuiera notamment sur quelques ouvrages publiés par Léon Cordes, souvent à compte d’auteur, à la fabrication matérielle desquels il a parfois pris une part active en fournissant calligraphies et illustrations.

Un engagement précoce et ininterrompu

7Les éléments biographiques rassemblés par Jean-Marie Petit, que vient ici compléter la contribution de Philippe Gardy, mettent en lumière la précocité de l’engagement occitaniste de Léon Cordes. Lecteur des publications félibréennes régionales, il s’inscrivit en 1929 (à l’âge de 16 ans) aux cours par corres-pondance du Collègi d’Occitania de Toulouse. Grâce à Marcel Carrière, il connut l’existence de la Societat d’Estudis Occitans et le travail de Louis Alibert. Passionné par le théâtre, il jouait notamment le célèbre Sermon del curat de Cucunhan d’Aquiles Mir. Il avait quinze ans quand il écrivit ses premiers textes, en occitan et en français. Dans un article de 1986, Yves Rouquette note :

  • 2 Yves Rouquette, « Léon Cordes, homme de parole et d’action », photos Charles Camberoques, Montpelli (...)

Poète, il fut un des rares poètes d’oc dont un nombre impressionnant de poèmes hantent littéralement les mémoires d’autres écrivains et celle d’un public considérable. Il faut avoir entendu Lo Boièr, Quand coneiràs que la paraula, Òu ! Los òmes !, L’Annada de las 13 lunas ou tel texte pris à Aquarèla ou à Dire son si récités par Robert Lafont, Jean-Marie Petit, Félix Castan, René Nelli ou Jean Larzac […] pour se rendre compte à quel point Cordes de son vivant, dès sa jeunesse, aura été comme Verlaine, Baudelaire, Lorca ou Mistral, un classique.2

8Jean-Marie Petit insiste sur la découverte de Verlaine par Léon Cordes, et conjointement de celle du Catalan Josep-Sebastian Pons. Ces deux voix à la commune limpidité influencèrent durablement la poésie de Cordes.

9L’occasion du service militaire en Languedoc le mit en contact avec les jeunes militants du Novèl Lengadòc (Max Rouquette, Roger Barthe, Raymond Combarnoux, Jean Lesaffre, Pierre Azéma). Cordes se retrouve membre du Parti Occitaniste fondé par Camproux en 1935, où il est « délégué à la propagande paysanne » et bien sûr, il collabore à la revue Occitània, « Organ de la joventut occitanista » où se retrouvent tous ces jeunes militants. Pendant la guerre, la revue Occitània devient Terra d’òc, à laquelle Cordes collabore toujours, de même qu’il joue le rôle plus décisif de « rédacteur » dans L’Ase negre, qui prend la place de Terra d’òc après la guerre. Le titre d’Occitània sera repris à partir de 1948, mais la revue aura alors un contenu plus strictement économico-politique laissant les contenus littéraires à d’autres organes (ÒC notamment).

10L’essai de recensement bibliographique que nous avons effectué dans ce dossier donne 51 contributions entre 1934 et 1948, l’essentiel réparti entre articles sur le monde paysan (au début de ses contributions notamment : 6 chroniques de 1934 à 1937) et chroniques théâtrales (assurées aussi par son complice Ernest Vieu), auxquels s’ajoutent quelques textes de création.

  • 3 « La defensa païsana », sous-titrée « Als joves païsans Miechjornals », signée « Léon Cordes, deleg (...)

11Dans sa monographie, Petit a rassemblé quelques écrits de l’auteur, notamment une chronique d’Occitania3 de 1935, alors qu’il était âgé de 22 ans, intitulée « La defensa païsana », sous-titrée « Als joves païsans Miechjornals » et signée « Léon Cordes, delegat a la propaganda païsana ». Cordes s’y réfère aux événements de 1907, qu’il aura toujours en mémoire et sur lesquels il devait écrire plus tard un scénario de film, La route des gueux. 1907, demeuré manuscrit … jusqu’en 2016. On ne sera pas étonné de le voir caresser un rêve interclassiste d’autonomie méridionale dans le cadre d’une France fédérale. Cordes est bien là dans la ligne majoritaire d’Occitania, comme en témoignent des allusions voilées aux grèves qui

  • 4 « […] irritent la population, arrêtent la vie et les affaires du pays, génèrent des situations dram (...)

« amalisson la populacion, arrestan la vida e los affaires del païs, congrion de situacions dramaticas e d’asiransas que l’endreit ne sofrirà e ne serà malaut forsa temps. »4

12Cordes ajoute, en désignant un laconique « amont » [là-haut], complice de « l’estat centralisaire » comme responsable des malheurs de la communauté qu’il désigne par l’emploi de la première personne du pluriel :

  • 5 « De là-haut, ils nous font nous affronter entre frères, ils nous ruinent, pendant qu’ils font leur (...)

« D’amont nos fan trucar entre fraires, nos arroïnan, dins aquel tems fan los affaires e l’estat centralisaire a pas de milhor defensor, car es elis que lo menon. »5

  • 6 Publiée en 1964 par l’IEO, dans une brochure ronéotée, Imprimerie SOCEDIM, 21, cours d’Estienne-d’O (...)

13Le théâtre apparaît ainsi, dès ces années de jeunesse, comme une des préoccupations majeures de Cordes. Dans une conférence donnée au XIIe stage pédagogique de l’Institut d’Estudis Occitans (La Ciotat, 1er septembre 1964), intitulée « Théâtre et littérature populaires d’oc »6, il devait revenir sur ces années pionnières où le débat a été porté au cœur même des instances félibréennes. Il s’agit d’aller vers le peuple tout en refusant les facilités du populisme :

« En ce qui concernait le théâtre un climat rebelle se faisait jour. Des hommes actifs et avertis se rencontraient et s’insurgeaient contre ce que nous appelions alors, comme déjà dit « las colhonadas felibrencas ». Autour d’Occitania, nous nous trouvâmes ainsi, comme dit la chanson « quatre qui voulaient se battre ». Ces quatre étaient Andrieu-J. Boussac, Ernest Vieu, Max Rouquette et moi-même.

« Cette équipe allait être pendant quinze ans le noyau d’une action ininterrompue en faveur d’un renouvellement de notre théâtre. Les journaux Occitania, Terra d’Òc, L’Ase Negre, Occitania seconde version, lui servant tour à tour de porte-parole.

« Dès le numéro 2 d’Occitania, avril 1934, Vieu lançait un appel. La Maintenance du Languedoc, sous la présidence du majoral Pèire Azéma, donnait, sans restriction, son appui aux nouvelles conceptions théâtrales. Patronné par Azéma, rédigé par Boussac, un véritable manifeste paraissait sur Occitania de décembre 1934 ». (p. 17-18)

  • 7 Il n’y a aucune date sur le n° 39, le 38 est de décembre 1937, le n° 40 n’est pas daté non plus et (...)

14Après l’appel de Boussac à une organisation du théâtre occitan passant par une professionnalisation (Boussac insiste notamment sur l’importance de la fonction de metteur en scène), des chroni-ques théâtrales paraissent dans Occitania intitulées « Cronicas del teatre d’òc » à partir du numéro 37. Nous en avons recensé une trentaine, entre 1937 et 1945, mais lorsque Cordes revient sur l’expérience, et sur le caractère collectif de celle-ci, il dénombre une centaine d’articles écrits par « les quatre protagonistes du nouveau théâtre d’oc auxquels il faut joindre Pèire Azéma ». Une des premières chroniques écrites par Cordes, dans le n° 397, contient déjà tous les éléments de réflexion qu’il développa plus tard. Cette chronique présente deux pièces de Clardeluno (Jeanne Barthès) en contrepoint : louange de La Neit d’estiu

  • 8 « Drame terrible, mais d’une grandeur et d’une sincérité d’accent qui vous fascinent. Personnages s (...)

Drame tarrible, mas d’una grandor e d’una sinceritat d’accent que vos pivelan. Personatges simples e vertadiers emportats, per son orra destinada, qu’engrana en una neit d’estiu emmascada e ardenta los umans qu’an pecat per un amor sense e leial.8

et éreintement de la pièce Las Loufos frejos [Les vesses froides] qu’il qualifie de « farcejado demodada e sens beutat ». Il en conclut ainsi la présentation :

  • 9 « En prenne qui voudra dans ses narines. Cette histoire de culs et de vesses ne nous intéresse pas  (...)

Ne prengue qual voldra per sas nasicas. Aquela istoria de quiol e de loufos nos interessa pas9.

15La chronique présente ensuite une comédie du Rouergat Henry Mouly, Lou Ministèri a cabussat, et parle plus longuement, à l’occasion de l’évocation de sa comédie Lou tambour de Barro, du travail d’Émile Barthe, ainsi salué :

  • 10 « Barthe a réalisé un théâtre, ému un public, travaillé avec efficacité et nous devons à cela, en L (...)

Barthe a realisat un teatre, a esmogut un public, a trabalhat amb eficacitat e devem a-n-aquo, en Lengadoc, la majo part de nostras possibilitats actualas.10

  • 11 D’aucuns, comme Robert Lafont ou Max Rouquette par exemple, se montrant critiques sur le choix du b (...)
  • 12 « Ce n’est pas avec ce procédé qu’on rendra au peuple la fierté de sa langue ».

16Cependant, la critique que fait Cordes de la pièce de Barthe est sans concession. Cette comédie lui apparaît moins réussie que d’autres œuvres du même auteur. Et surtout, à l’occasion, Cordes se livre à une réflexion de type sociolinguistique qui préfigure le débat mené dans les années 70 à propos du théâtre bilingue11. Sans bien sûr utiliser le terme de « diglossie », il regrette l’enfer-mement de Barthe dans une distribution inégalitaire des langues en présence : le « monsur » (pourtant languedocien) parlant français, et le personnage humble lui répondant en occitan : « Es pas amb aquel procedat, juge sévèrement Cordes, que se tornarà al pople la fiertat de sa lenga »12.

  • 13 La Font de Bonas-Gràcias, pèça en tres actes e quatre quadres / avec traduction française en regard (...)

17Cette chronique, dans sa concision, est révélatrice d’une réflexion exigeante sur le théâtre d’oc et elle porte aussi en germe ce que sera la pensée et l’engagement de Cordes : s’adresser au peuple, c’est aussi bien refuser la vulgarité que revendiquer pour la langue un plein usage social, ce qui passe par un théâtre monolingue. Quant aux considérations précises sur le théâtre de Clardeluno, les analyses à propos de La Neit d’estiu suggèrent l’intérêt qu’il y aurait à mener un travail de comparaison entre cette pièce et l’œuvre théâtrale de Cordes, La Font de Bonas-Gràcias13 notamment.

18Dans sa conférence de 1963, Cordes revient sur « la bataille d’Hernani » orchestrée autour de la représentation de La Neit d’estiu, alors que lui-même jouait l’un des rôles, aux côtés de l’actrice Juliette Dissel, dont les interprétations des textes occitans étaient renommées. L’événement eu lieu à Béziers, « lo bèu jorn de la Santa-Estela » 1937, dans une salle partagée entre félibres traditionnalistes hurlant leur désapprobation et jeunes partisans de ce nouveau théâtre, essentiellement issus de la « particulière-ment bruyante » Maintenance du Languedoc, applaudissant des quatre coins de la salle où ils s’étaient opportunément placés.

19Parallèlement donc à ses activités militantes, Cordes poursuit son travail théâtral dans le cadre de la compagnie d’Ernest Vieu et continue de bâtir son œuvre littéraire : poésie, théâtre, roman ; en 1947, il écrit le scénario du film La route des gueux. 1907. En 1982, c’est lui qui occupe le rôle principal du film L’Orsalhièr, de Jean Fléchet, dont il écrit la version occitane.

20À la fin des années 60, il retrouve le désir et l’occasion de monter sur scène, avec des montages de textes, des soirées de contes. En 1974, avec Gisèle Pierra et Fulbert Cant, il monte le spectacle « Escotatz », chansons, textes, contes. Le spectacle est présenté de nombreuses fois devant les publics les plus divers. Léon Cordes en a conçu l’affiche, où les silhouettes des trois interprètes sont accompagnées de la mention : « "Escotatz !" Leon Còrdas, Gisèla Pierra, Fulbert Cant. "Écoutez !" L’Occitanie des troubadours à ses poètes les plus actuels. Récital commenté ».

  • 14 Menèrba 1210, drame historique, IEO, 1983.

21Cordes écrit aussi la pièce dont il rêvait, Menèrba 121014, qui sera représentée en juillet 1985, pendant une semaine entière, en décors réels, devant un total de 10 000 spectateurs, dans une mise en scène de Michel Cordes, le fils de l’écrivain. Roland Pécout présente ainsi le spectacle :

  • 15 Nom donné à la catapulte des assaillants. Littéralement : « mauvaise voisine ».
  • 16 Roland Pécout, « Le Minervois se met en scène », Connaissance du Pays d’oc, n° 71, Montpellier, nov (...)

« Ici, le 12 juillet 1210, 180 Parfaits sont morts dans les flammes pour la foi cathare et l’indépendance occitane ». C’est ce que rappelle une plaque ornée de flammes rouges et jaunes, sur la place de l’église. Là où était le bûcher. Cette plaque de tôle peinte, comme un ex-voto qu’un peuple aurait mis à ses martyrs, résume l’action de Menèrba 1210 : le siège de la ville par l’armée croisée, l’intolérance primitive des seigneurs français et des gens d’église face à une civilisation brillante et communautaire, le choc entre deux conceptions spirituelles, le courage, la truculence et l’an-goisse, les souffrances et les simples gestes du quotidien. Une fille qui trahit par amour et donne le secret du puits, le bombardement par la Malavesina15, la soif et la douleur, l’entrevue qui met Guilhem de Minerve et les siens face aux chefs de la Croisade, le bûcher des Parfaits cathares et la mort de la liberté pour le peuple de Minerve. À partir de là, les acteurs ont fini leur rôle. La Résis-tance sort de l’Histoire et du théâtre pour faire partie de ce pays, comme les rochers, comme le ciel, et comme le vent. La pièce de Léon Cordes est une entrée dans la longue durée où se jouent les destins.16

22La suite de l’article insiste sur l’impact de la représentation sur un public de jour en jour plus nombreux. Peu de temps avant sa mort, Léon Cordes eut ainsi le bonheur de voir ce public rencontrer la culture qu’il portait avec opiniâtreté depuis ses jeunes années.

Léon Cordes passeur de langue – L’occitan fondamental17

  • 17 L’occitan fondamental, « Apreni lèu-lèu l’occitan », Animation de Léon Cordes, IEO Espandiment, s. (...)
  • 18 L’occitan fondamental, dit Jean-Marie Petit, « petit manuel pour l’apprentissage rapide de la langu (...)

23Un petit livre porte témoignage de l’investissement de Cordes dans la transmission de la langue. Il s’agit de L’Occitan fondamental qui servit de manuel d’apprentissage basique dans nombre de cours publics, alors même qu’il avait été conçu pour aider les comédiens occitans dans leur appropriation de la langue18. Cette minuscule brochure (48 pages 14 x 15 cm) contient cependant une méthode d’apprentissage très riche, dont la conception suppose une réelle réflexion linguistique et pédagogique.

24La couverture foisonnante, où dominent le rouge et jaune, est déjà tout un programme, puisqu’elle contient les indications suivantes, en caractères de tailles différentes :

  • sur bandeau jaune : « Apreni lèu-lèu l’Occitan / Initiation / Animation de Léon Cordes / – segon parlar lengadocian – I.E.O. Espandiment

  • sur bandeau rouge en bas de page : « Ne dites plus : l’occitan qu’es aquò ? / ouvrez ceci→ / comme il se doit / vous serez très vite instruit ou informé ».

25La quatrième de couverture montre une carte intitulée « Les pays d’Oc et quelques repères ». La première de couverture et la page de garde se complètent par un dessin de la main de Léon Cordes, comme les lettres manuscrites qui composent « Apreni lèu-lèu l’Occitan ». Sur le dessin, de dos, un homme coiffé d’un béret, assis sur une souche (d’olivier ?) de la base de laquelle jaillit un rejet, porte sur ses genoux deux enfants, un garçon et une fille, qui glissent le bras derrière son dos. Image naïve et idéalisée de l’opération de transmission intergénérationnelle de la langue.

26Le contenu du livret, rédigé en français, est concis et cependant précis :

  • Quelques adresses pour se procurer des livres et une petite bibliographie.

  • Une introduction intitulée « L’occitan fondamental : initiation », qui s’ouvre ainsi : « N’être plus un étranger face à la langue et à la culture de son Pays… ». Le public ciblé est défini, c’est d’abord les autochtones, dont, pour beaucoup, le savoir effectif sur la langue a besoin d’être organisé, élargi et mis en perspective. Pour d’autres, il s’agit de s’approprier un savoir qu’ils n’ont pas. Les jeunes sont un autre public-cible, comme les « étrangers » auxquels Cordes dit : « Que cet essai leur soit fraternel ». Ainsi la brochure se présente-t-elle comme facteur d’ouverture et non d’enfermement identitaire. L’ouvrage définit ensuite « l’ensemble occitano-roman », au niveau géographique, comme sur le plan sociolinguistique : les notions d’occitan et de « patois » étant définies l’une par rapport à l’autre. Cordes n’oublie pas de faire allusion aux mille ans d’existence de la littérature occitane.

  • Le livre est ensuite organisé en chapitres :

  1. « La graphie classique » est expliquée et mise en relation avec la prononciation.

  2. « La diction occitane ».
    La lecture des préconisations de Cordes laisse préfigurer l’usage qui pouvait être fait de sa méthode par les praticiens du théâtre auxquels elle était destinée. Cette insistance sur l’oral, dont l’origine est bien évidemment la longue pratique de cet art par l’auteur, mérite d’être notée, en un temps où les cours d’occitan étaient souvent calqués sur des cours de latin, avec insistance sur le thème et la version, accompagnés éventuellement de quelques considérations littéraires sur les textes d’appui.

  3. L’expression : le verbe.
    Cette partie contient les principaux éléments de syntaxe et de morphologie verbale, complétés par une liste de 147 verbes.

  4. Le vocabulaire : petit lexique thématique.

  5. Les mots grammaticaux.
    Cordes appelle ainsi les articles, pronoms, prépositions, conjonctions, adverbes et locutions adverbiales. Il ajoute quelques comparatifs particuliers, quelques interjections, les nombres et les jours de la semaine.
    À la fin de cette section, il indique : « Nous voici en possession d’environ 500 mots » et propose au lecteur de passer à la pratique avec quelques suggestions d’exercices d’expression, y compris avec des jeux qui témoignent de la destination initiale de l’ouvrage et où se lit sa longue pratique de l’expression théâtrale.

    • 19 Robert Lafont et Christian Baylon, Metòde per aprene l’occitan parlat, Montpellier, 1970, Centre d’ (...)

    Compléments.
    Ce chapitre contient des remarques annexes qui semblent s’être imposées à l’auteur une fois achevée la base de l’ouvrage que nous venons de décrire : des formes verbales moins fréquentes – conditionnel, impératif, subjonctif –, des verbes irréguliers, des commentaires sur la méthode audio-visuelle Lafont / Baylon19, le fameux texte de la parabole de l’enfant prodigue, avec des exercices pratiques, des conseils de lecture et de recours à la pratique orale, la Vida de Jaufre Rudèl et la chanson de Claude Marti « Lo país que vòl viure » comme exemples de « contact culturel ».

  • 20 En dehors de la parenthèse de la laverie montpelliéraine présentée ici par Yan Lespoux.

27La place faite ici à ce livret se justifie par son caractère exemplaire d’une culture, d’une pensée et d’une action. Culture éclectique, de la littérature classique des troubadours à la nouvelle chanson occitane. Cordes, qui n’était pas enseignant et donc n’avait pas eu de formation pédagogique, avait cependant un instinct très sûr quant aux conditions de réussite d’un appren-tissage de la langue sur le système de laquelle il avait toute une réflexion. À travers une modeste méthode pédagogique, sont condensés tous les savoir-faire de cet homme-orchestre qui, dans une vie presque entièrement consacrée à son métier de paysan20, voua une part importante de son temps à l’occitanisme.

28Mais l’opuscule est aussi une mise en pratique d’une conviction, celle qu’il n’y a pas d’« Occitanie » sans langue occitane. Les échanges rapportés par Yves Rouquette dans l’article de Connaissance du Pays d’oc cité sont révélateurs :

  • 21 Yves Rouquette, « Léon Cordes, Connaissance du Pays d’oc, n° 72, janvier-février 1986, p. 55.

Y.R. : Que vient faire la langue d’oc, dans tout ça ?
L.C. : Rien, sinon que c’est notre langue. Celle dont l’existence nous a révélés à nous-mêmes. La choisir comme langue de notre créa-tion, c’était le seul moyen de nous situer hors de tout provincialisme. D’une certaine façon, dès qu’on écrit en langue d’oc, on cesse d’avoir le centre pour référence, pour juge et pour point de mire. Ça ne donne pas du talent ou du génie, mais ça vous met à égalité avec quiconque sur la terre se bat, lui aussi avec les mots pour en faire sortir de la beauté.
Y.R. : La langue, donc, comme absolu !
L.C. Non. Il n’y a pas d’absolu. Ce qui vaut pour toi vaut aussi pour l’autre. Ta langue vaut la mienne. Faisons chacun de la nôtre un instrument de libération.
Y.R. Quand coneiràs que la paraula te conven / qu’a retardat d’una beluga / la nuèit crentosa al ras del jorn.
L.C. Si on veut. Pour prendre un autre exemple, j’estime que si une collectivité, mettons la Région, est assez consciente de la mission qu’elle a de mettre une partie de son argent à aider l’effort de création dans notre langue, j’estime que la langue doit être le premier critère.21

Léon Cordes et le fil du temps – Lo pichòt libre de Menèrba, 1974

  • 22 « Léon Cordes ou le “mythe de Minerve” », in Marie-Jeanne Verny, Les Troubadours dans le texte occi (...)

29Philippe Gardy a bien montré, dans un article récent sur le « mythe de Minerve »22, la place occupée par la cité dans la construction de l’imaginaire de Cordes. Deux ouvrages en témoignent notamment : la pièce Menèrba 1210, déjà évoquée ici, et Lo pichòt libre de Menèrba, préfacé par René Nelli, et autoédité par Cordes comme l’est L’occitan fondamental, ou comme le joli recueil poétique illustré Se conti que conte.

30Lo Pichòt libre de Menèrba, d’abord écrit en occitan, fut publié seulement dans sa version française, mais Cordes y glissa quantité de termes occitans explicités. Ce livre est véritablement un miroir du rapport de l’auteur à la culture, entre tradition orale et lectures abondantes. À première vue, l’ouvrage paraît composite. Après la préface de Nelli, qui loue les qualités d’« ethnographe spontané et passionné » de Cordes, le texte commence par un avant-propos de celui-ci qui justifie l’emploi du français dans son livre :

L’original de cet essai est rédigé en occitan. Pour des raisons faciles à comprendre pour qui connaît les conditions dégradantes faites à notre langue et à notre culture au mépris des droits essentiels, il m’a été demandé une version française.

31Cordes le têtu ajoute cependant qu’il a mis de l’occitan chaque fois que cela lui a été possible et que, souvent, plutôt que de tout traduire, il a préféré expliciter les textes édités, une fois transcrits en graphie classique dont il donne, au préalable, les principales règles d’emploi. Et il présente ainsi son livre, d’abord en occitan :

  • 23 J’ai un petit livre à faire sur Minerve qui est un livre de mon cœur.

Ai un pichòt libre a faire sus Menèrba qu’es un libre de mon còr.
Un libre d’amator, car dins « amator » i a aimar çò primier mas tanben una familiaretat exclusiva e desinteresada [sic].
Lo libre grand de Menèrba demòra l’acte de 1210 : la resisténcia a la Crosada e lo martiri.
Istòria vièlha e totjorn presenta amb sa logica que desfisa lo temps. L’òme de Menèrba demòra l’òme d’aquela consciéncia afortida dins lo sanc, lo fòc e la letra.
Soi un òme de Menèrba, son passat n’es coma mon enfança, sas legendas foguèron ma revelacion. Lo libre grand l’ai illustrat a mon torn. L’ai mes en acte de teatre sens saupre solament se jamai se jogariá per una autra nuèit d’estiu, clara e tragica, tirant sa flamba dins lo cèl. Aquela illustracion la portavi dins ieu. Mas l’escriguèri en òc per aqueste temps. Car es pas per còp d’azard se lo renom de Menèrba s’endevén amb la presa de consciéncia occitana. D’aquela renaissença, lo retorn a l’actualitat dels lòcs- nauts istorics n’es a l’encòp lo signe e una consequéncia.
Tot çò qu’es autentic aicí parla oc, dins sa modernitat e tota farlabica s’i truca contra lo ròc.23

32Suit un hommage aux conteurs qui ont contribué à bâtir le légendaire de Minerve. Cordes se présente comme l’un d’entre eux, héritier d’une histoire entendue sur les genoux de son grand-oncle, et chercheur, à son tour, de l’héritage commun, entre appel à la mémoire et reportage. Chercheur et passeur, parce que tout ce légendaire commun, selon lui, est en train de se disperser et de disparaître.

33Le premier chapitre, « La ciutat sul ròc » [La cité sur le rocher], présente une ville bouleversée, à partir du XIXe siècle, par « l’invasion touristique ». La description de la cité et de sa situation dans son environnement est reliée à l’évocation de l’Histoire, et porte aussi la marque d’un engagement militant, qui se lit par exemple dans cette proclamation :

Mais, garde-toi ! Ciutat sul Ròc, aujourd’hui Simon de Montfort s’est fait promoteur. Les pillards du temps de la Croisade on les voyait avancer, faisant étinceler l’acier de leurs lances et de leurs épées ; à notre époque, l’assaut est plus subtil, la résistance plus patiente. Les défenses de notre temps sont dans la conscience de l’homme sur sa terre.

  • 24 Il signale qu’il a utilisé l’édition Martin-Chabot.
  • 25 Cordes remet en cause la traduction française du terme : « la racine Minerva est improbable », note (...)

34Curieusement, le chapitre 2, bien que plus long que le premier, s’intitule « Notes et commentaires ». Plus que de simples notes, il s’agit en réalité d’un chapitre bien écrit, où Cordes confronte ses connaissances de première main avec des sources érudites. Il en appelle pour cela à des linguistes ou à des historiens. Mais il cite aussi des textes écrits, de la Cançon de la Crozada24 à des textes de son aïeul, « lo papeta Bauron ». Il présente, successivement, des réflexions sur l’étymologie du mot « Menèrba »25, une localisation et une histoire de la cité et de ses environs et une description des portes de Minerve, une présentation des rues de la ville, de ses ponts, grottes et passages souterrains. Enfin, un plan cadastral de Minerve, récemment disparu de la mairie, dit-il, est commenté. L’ensemble est illustré d’anecdotes, de rappels de moments d’histoire, du temps de la Croisade à l’époque récente. À noter que le livre, en grande partie illustré par Léon Cordes lui-même, contient un plan de la main de l’auteur présenté comme « Relevé du Plan Cadastral ».

35Si les « notes et commentaires » contenaient déjà de nom-breuses anecdotes à caractère historique, le troisième chapitre, intitulé « Faits et légendes historiques », est aussi composé de récits et le genre narratif s’y complète d’explications. Anecdotes et contes à propos de Minerve, autour du puits de Saint-Rustique ou du champ des « Cremats » [brûlés], pratiques populaires comme celle qui consiste à brûler des poupées sur un bûcher, inter-prétation de la chanson du « Boièr » comme éventuelle chanson cathare… l’ensemble est précédé d’un bref rappel historique à propos de la Croisade, notamment de l’épisode du siège de Minerve. Il convient de noter que Cordes est d’une grande prudence méthodologique : lorsqu’il évoque par exemple le chant du « Boièr » dans une partie intitulée « Lo cant dels cremats (le chant des brûlés au bûcher) », il sait bien que son interprétation peut être discutée comme elle l’a été par Nelli et il assume, en toute conscience, le caractère mythologique de sa lecture :

Malgré que [sic] mon ami Nelli ait, avec les réserves d’usage, classé plutôt ce chant parmi les chansons du métier et le pense postérieur à la Croisade, un certain mystère l’enveloppe qui semble se moquer de toute classification.
Par-dessus tout, il y a ce fait général, traditionnel, incontesté : malgré des paroles burlesques il se chante toujours comme un chant sacré. […]
On sait, en ce qui concerne les paroles plus ou moins burles-ques (il y eut de nombreux ajouts) que les hérétiques maquillaient ainsi leurs chants sacrés sous les coups de l’inquisition ou de persécutions diverses. Les initiés savaient sous cet aspect grossier recueillir le message, les croyants se reconnaissaient entre eux en le fredonnant.
Nous ne sommes plus initiés… Mais une tradition grave s’est perpétuée, instinctive… Réinvention, tradition formelle ou message mystérieux… Qui sait ?

36Suivent, aux chapitres 4, 5 et 6, trois cycles de contes, « Le cycle “del Quenque” », « Le cycle Poumayrac », « le cycle Menèrba ». Les deux premiers reprennent des contes entendus de deux personnages que Cordes fait d’abord revivre pour nous. Le dernier contient les contes dont il se souvient, restes d’un corpus de textes appartenant au genre facétieux, corpus pour une grande part disparu, faute d’avoir été noté par Cordes lui-même ou par un autre.

  • 26 Mort en 1906, selon la biographie de Petit. Le livre contient des photographies reproduisant plusie (...)

37Le chapitre 7 est consacré au « papeta Bauron », poète et sculp-teur sur buis26. Celui-ci était à la fois un collectionneur d’objets d’art populaire et un homme instruit dont la maison était fréquentée par quantité de chercheurs et d’érudits. À son propos, Cordes nous livre une anecdote :

Un trait suffira à montrer ce culte traditionnel du savoir allié à un sentiment d’éducation libératrice. Son fils aimait raconter que le jour où avait été affichée la loi décrétant l’instruction gratuite et obligatoire, le père Baurou l’avait amené devant la Mairie lire ce texte capital et lui avait ensuite solennellement déclaré : « Sovèn-te d’aquel jorn ».

38Ce grand-père éclairé avait choisi d’écrire en occitan. Dans le genre épique, il avait rédigé une pièce en vers intitulée Lo Sèti [Le Siège], en grande partie perdue, déplore Cordes, qui devait contenir à peu près 200 vers, nous dit-il.

  • 27 Comme le dit le sous-titre du chapitre.

39Le chapitre 8, intitulé « La plus haute tradition culturelle : Ramon de Mireval », est plus qu’une présentation du troubadour. Bien sûr, elle en contient la vida et en reprend une chanson dans une version modernisée, mais Raimon de Mireval apparaît là comme un de ces représentants de la « plus haute tradition culturelle »27 qui marque Minerve et ses environs, comme le site de Cabaret. Léon Cordes relie le chapitre à son ouvrage Trobadors al sègle vint, que Roy Rosenstein présente ici ; il évoque d’autres troubadours comme Pèire Vidal, et présente Minerve comme

un point d’observation symptomatique en raison des courants divers qui s’y heurtent ou s’y imbriquent à l’improviste, en un brassage assez inattendu, autour du souvenir historique qui l’habite jusqu’à l’obsession.

40Il appelle de ses vœux une autre forme de tourisme qui permettrait aux visiteurs de découvrir à Minerve « une authen-ticité qui les touche, à travers laquelle ils se sentiront humaine-ment concernés. » Il plaide pour une vraie décentralisation « capable d’une confrontation enrichissante […] qui, en toute justice, donnera à cette identité occitane […] les moyens de s’exprimer. » Et il nous livre avec enthousiasme une anecdote sur la visite à Minerve d’une quarantaine d’étudiants allemands, curieux de culture occitane, qui repartirent en chantant le « Se canta », une bouteille à la main, affirmant par là sa conviction que progresse la connaissance universelle du fait occitan.

41Ainsi s’achèvent les propos de l’auteur, juste avant la repro-duction de la Vida et de la cançon de Mireval, transcrites en occitan moderne :

Seigneurs et citoyens catholiques de Béziers, Minerve, Lavaur et de bien d’autres cités qui se firent tuer plutôt que de livrer leurs frères cathares, restent l’expression naturelle d’une conception suprême de libre arbitre devant laquelle les hommes de notre temps n’ont pas fini de méditer, de s’interroger au pied de Minerve ou de Montségur.

42Passeur de langue et de culture… oui, le Pichòt libre de Menèrba est emblématique de cette volonté têtue, comme il est exemplaire de la conjugaison, chez Cordes, de sa connaissance de la culture orale et de son appropriation personnelle de la « grande » littérature. Ce n’est pas par hasard que le livre fut salué par Nelli… Ce n’est pas non plus par hasard que Max Rouquette dédicaça ainsi à Cordes son poème « La lenga s’es perduda » :

  • 28 « Pour le vieux Lion / de la Légende Occitane des Siècles / En hommage cordial du Mas-Vièlh ». Noto (...)

Per lo vièlh Lion
de la Legenda Occitana dels sègles
en omenatge coral dau Mas-Vièlh28

43Transmettre la légende occitane des siècles, c’est bien ce à quoi visait le Pichòt libre de Menèrba, de la geste médiévale à la vie de la cité contemporaine.

Léon Cordes, homme-orchestre

  • 29 « Le jour où nous aurons la télévision en occitan ».

44Nous avons évoqué la passion précoce de Léon Cordes pour le théâtre, écriture de pièces, jeu d’acteur, et travail de mise en scène. Nous avons parlé de son travail de jeune rédacteur dans les revues occitanes entre 1934 et 1950, ainsi que de ses essais d’écriture cinématographique. Nous pourrions parler aussi de son travail d’acteur de cinéma, dans L’Orsalhièr. Ceux qui l’ont connu se souviennent de son leitmotiv, dans les réunions publiques : « Lo jorn qu’aurem la television en occitan ! »29. Il ne devait hélas, connaître que les prémices des émissions occitanes de la chaîne publique nées après 1981…

45Nous aimerions aussi parler de son travail de calligraphe et d’illustrateur utilisé, entre autres, dans la conception d’affiches ou l’illustration de ses propres ouvrages. Les livres que nous avons rapidement présentés en témoignent, que ce soit le dessin naïf mais très évocateur de la couverture de L’occitan fondamental ou encore le plan de Minerve reproduit dans le livre qu’il consacra à la cité. Le recueil Dire son si, édité en 1975 à Vedène par le Comptador General dau libre occitan dirigé par le poète Robert Allan, est également orné de dessins de Cordes, et il y a fort à parier qu’il en a conçu la maquette de couverture, caractérisée par la bichromie rouge et noir qu’il affectionne, couverture d’une conception différente des autres publications du Comptador.

46Nous voudrions dire quelques mots de cet autre livre de poèmes entièrement calligraphié et illustré de la main de Cordes et autoédité : Se conti que conte. La première de couverture que nous reproduisons ici, qui utilise également la bichromie rouge et noir, témoigne du souci didactique de Cordes ainsi que de ses talents d’imagier. Elle joue sur la taille des caractères et sur des polices variées, entre calligraphie (pour l’occitan) et caractères d’imprimerie (pour le français) ; le rapport entre les langues n’est pas simple traduction.

47La quatrième de couverture est un véritable manifeste bilingue, le texte occitan calligraphié étant suivi d’une version française en caractères d’imprimerie :

  • 30 « Cet ami me disait – Tu es celui qui dessine comme il aurait pu le faire dans les casernes préhist (...)

Me disiá l’amic – siás lo que dessenha coma o auriá poscut faire dins sas balmas preïstoricas, amb l’uelh del primitiu. Qualquis principis de mai o de mens despuèi que las tecnicas estipulan çò qu’èra dins l’uèlh, tanplan benlèu… Dessenhar per s’exprimir ne pòdi avoar la panta e la pratica de totjorn. Res de professional, panta vòl dire instinct e parlar en images es un voler qu’a sas desencusas a las sorgas de l’art. Coma lo conte, expression primièra, eiretatge comun d’umanitat qu’avèm finit per ne faire un roman… E saique la poesia es pas qu’un conte qu’a raubat de colors e d’alas als aucèls.
Atal-atal, sabi pas pus s’ai tot mesclat o pas sauput destriar los genres o la jòia d’èsser – la coneissença – demest los meus, Occitans cap e tot qu’aicí sèm, pas coma primitius mas coma òmes sencèrs, la tèrra e lo sègle nòstres pariu.
E tan melhor, sus tot pacte, se d’aquel fadejar nos-n podiam regalar.30

48Ce beau texte apparaît comme une sorte de bilan de vie, « Je ne sais plus si j’ai confondu les genres », dit Cordes, parfaitement conscient de l’éclectisme de son œuvre où le conte devient roman, où la poésie est un conte « qui aurait dérobé couleurs et ailes aux oiseaux »… Belle façon de décrire le caractère composite, voire hybride, du recueil, entre conte et poésie.

49Le message occitaniste délivré se veut universel : « Occitans en tant que peuple tels que nous sommes, non comme primitifs cette fois mais hommes, sur cette terre et en ce siècle, à part entière. » Et toujours les termes de « joie », de « plaisir », d’être parmi les siens.

50Le livre fait la part belle aux dessins de Cordes, dans des genres variés : croquis de paysages, portraits, voire caricatures, comme celle, très réussie, de Jean Ferniot, une des personnalités médiatiques du temps (journaliste et éditorialiste à France Soir, RTL et L’Express, concepteur et présentateur de plusieurs émissions télévisées). Livre composite, comme le laissait préfigurer la couverture, les textes sont écrits sur des feuillets pliés en deux, la version occitane calligraphiée et ornée d’un dessin, la version française en – banals – caractères d’imprimerie. La première page du premier feuillet reproduit un autoportrait de l’auteur, une main levée, dans la posture choisie pour les affiches du spectacle « Escotatz » avec l’indication « manlevat d’una aficha » et la légende « faire viure al Païs nòstra maire la lenga ARA COMA IÈR ». Plusieurs textes sont dédicacés à des chanteurs (Fulbèrt Cant, La Sause, ou Jaumelina), à d’autres écrivains (Nelli, Galtier, Reboul, Petit), à des journalistes (Pierre Bosc, Pierre Serre), des militants occitanistes (Jean et Raymonde Tricoire), des proches (sa fille Bernadette, ses petits-enfants Estelle et Jaufré).

51Nous ne nous attarderons pas ici sur les textes qui composent le recueil. L’ensemble n’a peut-être pas la belle tenue poétique d’Aquarèla ou de Branca tòrta. La cause en est peut-être le caractère composite, plus adapté aux soirées publiques que donnait Cordes, qui se devaient d’être variées, qu’à la cohérence d’un recueil poétique. Quelques belles réussites, cependant, comme dans le feuillet 3-4, la fin du poème « Per Ela » :

  • 31 « Mais la fraîcheur du soir faisait dresser les liserons, / notre domaine – allongés dans le noir / (...)

Mas l’alen de la nuèit fasiá quilhar las correjòlas,
l’escur vengut a negre pas,
estirats a tocar que nos i vesiam pas,
lo nòstre espandi de rajòlas
s’alargava a las tèrras dins la mòrt dels morrèls.
Solaç copat de contes vièlhs
reviscolats de nuèits coma las correjòlas,
e la paraula que tremòla
tot rasimant los dits dels jorns en parabòlas.31

Autre réussite, cette évocation du « papeta » dans le poème « Fogals » (feuillet 7),

  • 32 « Il poussait la souche / à petits coups mesurés, le tronc était énorme / et ses forces affaiblies. (...)

Butava un pauc lo soc
de biais mas a copets, l’ascla èra bèla
e las fòrças i èran pas pus…
Las cendres las sarrava a mesura.
Aviam d’ausina – qualques socas entrans
per far durar lo temps davant un fòc que dura.32

à la figure évanescente duquel se superpose celle du poète lui-même : « me retròbi pelgrís, pausant un bròc », alors que le dessin montre, de dos, la silhouette de Cordes, cheveux coiffés en arrière, assez longs sur la nuque, juste à côté d’un autre vieil homme vu de face.

52Le fil du temps… Papeta Bauron ? Lo Quenque ? dont Cordes vieillissant se sent soudain si proche.

53Le fil des paysages aussi, avec quelques rapides évocations : Minerve, bien sûr, Montady, Montségur, et même, pour ouvrir le recueil une évocation d’immeubles qui ne sont pas sans rappeler le dernier logis de Cordes à Celleneuve, au Nord de Montpellier, alors que le poème « Per Jòrgi Rebol » évoque L’Ortolana, cette petite propriété au sud de Montpellier où Cordes exerça une activité de maraîcher avant de prendre sa retraite.

54Leon Còrdas passaire, Léon Cordes passeur… Toute une vie à transmettre une langue, un légendaire populaire et une littérature de prestige, sans oublier la construction d’une œuvre littéraire exigeante, encore trop peu étudiée.

55Ce qui frappe quand on se penche sur ce destin et sur cette œuvre, c’est cet éclectisme que nous pensons conscient, cette volonté de tout embrasser, de tout donner à voir, à lire et à entendre. Obstiné, parfois lassé, jamais désespéré, tel apparaît Léon Cordes à travers ses actes, ses engagements et ses écrits.

56Nous espérons avoir ici, à travers ce retour sur un itinéraire de créateur et de militant, et dans le cadre de cet ensemble de communications, ouvert une porte vers la connaissance de cette œuvre dans sa multiplicité et sa richesse.

Haut de page

Bibliographie

De Léon Cordes

1935 : « La defensa païsana. Als joves païsans Miechjornals », Occitània n° 20, 7 octobre 1935.

[1937] : « Cronica del teatre d’òc », Occitania n° 39.

1955 : La Font de Bonas-Gràcias, pèça en tres actes e quatre quadres / avec traduction française en regard, Audoard Aubanèl, editor, Avinhon, 1955.

1964 : Théâtre et littérature populaires d’oc, Marseille, IEO, brochure ronéotée, Imprimerie SOCEDIM, 21, cours d’Estienne d’Orves.

1974 : Le petit livre de Minerve / Lo pichòt libre de Menèrba, préface de René Nelli, Illustrations de Jean-Luc Séverac [et de Léon Cordes lui-même], 1974, s.l.

[1975] : L’occitan fondamental, « Apreni lèu-lèu l’occitan », Animation de Léon Cordes, IEO Espandiment, s.l., s.d.

1975 : Dire son si, Vedène (84), Comptador General dau libre occitan.

1980 : Se conti que conte, chez l’auteur.

1983 : Menèrba 1210, drame historique, IEO, 1983.

Sur Léon Cordes

Philippe Gardy : « Léon Cordes ou le “mythe de Minerve” », in Marie-Jeanne Verny, Les Troubadours dans le texte occitan du XXe siècle, 2015, Garnier, Études et textes occitans, 1.

Roland Pécout, « Le Minervois se met en scène », Connaissance du Pays d’oc, n° 71, Montpellier, novembre -décembre 1985, p. 40-45.

Jean-Marie Petit, Leon Còrdas / Léon Cordes. Notice biographique, bibliographie, iconographie, témoignages, critiques, études, textes…, Béziers, CIDO, 1985.

Yves Rouquette, « Léon Cordes, homme de parole et d’action », photos Charles Camberoque, Montpellier, Connaissance du Pays d’oc, n° 72, janvier-février 1986, p. 52-57.

Haut de page

Notes

1 Léon Cordes, Le petit livre de Minerve / Lo pichòt libre de Menèrba, préface de René Nelli, illustrations de Jean-Luc Séverac [et de Léon Cordes lui-même], 1974, s.l.

2 Yves Rouquette, « Léon Cordes, homme de parole et d’action », photos Charles Camberoques, Montpellier, Connaissance du Pays d’oc, n° 72, janvier-février 1986, p. 52-57.

3 « La defensa païsana », sous-titrée « Als joves païsans Miechjornals », signée « Léon Cordes, delegat a la propaganda païsana ». Occitània n° 20, 7 octobre 1935.

4 « […] irritent la population, arrêtent la vie et les affaires du pays, génèrent des situations dramatiques et des haines dont l’endroit souffrira et dont il sera malade très longtemps. »

5 « De là-haut, ils nous font nous affronter entre frères, ils nous ruinent, pendant qu’ils font leurs affaires et l’état centralisateur n’a pas de meilleur défenseur, car ce sont eux qui le dirigent ».

6 Publiée en 1964 par l’IEO, dans une brochure ronéotée, Imprimerie SOCEDIM, 21, cours d’Estienne-d’Orves, Marseille.

7 Il n’y a aucune date sur le n° 39, le 38 est de décembre 1937, le n° 40 n’est pas daté non plus et le 41 est de juin 1938.

8 « Drame terrible, mais d’une grandeur et d’une sincérité d’accent qui vous fascinent. Personnages simples et vrais emportés, par leur horrible destinée, qui détruit en une nuit d’été ensorcelée et ardente les humains qui ont péché par un amour sincère et loyal ».

9 « En prenne qui voudra dans ses narines. Cette histoire de culs et de vesses ne nous intéresse pas ».

Max Rouquette ira beaucoup plus loin à ce propos. Il répond à une critique positive de la pièce parue dans la revue Trencavèl : « Paure amiguet ! L’amor es avugle e deu agure lo nas tapat. Es pas d’una femna a refaire Rabelès ; o es pas una femna mes recorda puleu una cavala. Vostra luna…

Aquela luna la crese pas plan nauta perdeque m’avise que vostra lenga, ela ié gandis. Aquela luna que per rais nos manda de Loufos frejos. Vos planhissem de prene per un lum lo clar d’aquela luna. Per nautres es au cagador que s’estampa Trencavel. Vos vese acampar piosamen los fiols mascarats per vostre luna, o bel amoros de papier de seda.» [Pauvre petit ami ! L’amour est aveugle et doit avoir le nez bouché. Ce n’est pas à une femme à imiter Rabelais ; ou ce n’est pas une femme mais elle rappelle plutôt une cavale. Votre lune…

Cette lune je ne la crois pas bien haute parce que je m’aperçois que votre langue, elle, peut l’atteindre. Cette lune qui, par rayons, nous envoie des Vesses froides. Nous vous plaignons de prendre pour une lumière la clarté de cette lune. Pour nous c’est aux latrines que s’imprime Trencavel. Je vous vois rassembler pieusement les feuillets barbouillés par votre lune, ô bel amoureux de papier de soie.]

10 « Barthe a réalisé un théâtre, ému un public, travaillé avec efficacité et nous devons à cela, en Languedoc, la majorité de nos possibilités actuelles ».

11 D’aucuns, comme Robert Lafont ou Max Rouquette par exemple, se montrant critiques sur le choix du bilinguisme par le Teatre de la Carrièra, qui aboutissait en réalité à une distribution diglossique de l’usage des langues par les divers personnages.

12 « Ce n’est pas avec ce procédé qu’on rendra au peuple la fierté de sa langue ».

13 La Font de Bonas-Gràcias, pèça en tres actes e quatre quadres / avec traduction française en regard, Audoard Aubanèl, editor, Avinhon, 1955.

14 Menèrba 1210, drame historique, IEO, 1983.

15 Nom donné à la catapulte des assaillants. Littéralement : « mauvaise voisine ».

16 Roland Pécout, « Le Minervois se met en scène », Connaissance du Pays d’oc, n° 71, Montpellier, novembre-décembre 1985, p. 40-45.

17 L’occitan fondamental, « Apreni lèu-lèu l’occitan », Animation de Léon Cordes, IEO Espandiment, s.l., s.d. Petit donne la date de 1975.

18 L’occitan fondamental, dit Jean-Marie Petit, « petit manuel pour l’apprentissage rapide de la langue destiné aux troupes de théâtre », op. cit., p. 8.

19 Robert Lafont et Christian Baylon, Metòde per aprene l’occitan parlat, Montpellier, 1970, Centre d’Études Occitanes (Université Paul-Valéry), avec disques ou bandes magnétiques.

20 En dehors de la parenthèse de la laverie montpelliéraine présentée ici par Yan Lespoux.

21 Yves Rouquette, « Léon Cordes, Connaissance du Pays d’oc, n° 72, janvier-février 1986, p. 55.

22 « Léon Cordes ou le “mythe de Minerve” », in Marie-Jeanne Verny, Les Troubadours dans le texte occitan du XXe siècle, 2015, Garnier, Études et textes occitans, 1.

23 J’ai un petit livre à faire sur Minerve qui est un livre de mon cœur.

Un livre d’amateur, car dans « amateur » il y a d’abord aimer mais aussi une familiarité exclusive et désintéressée.

Le grand livre de Minerve demeure l’événement de 1210 : la résistance à la Croisade et le martyre.

Histoire ancienne et toujours présente avec sa logique qui défie le temps. L’homme de Minerve demeure l’homme de cette conscience affirmée dans le sang, le feu et la lettre.

Je suis un homme de Minerve, son passé est pour moi comme mon enfance, ses légendes furent ma révélation. Le grand livre, je l’ai illustré à mon tour. Je l’ai mis en acte de théâtre sans savoir seulement s’il se jouerait par une autre nuit d’été, claire et tragique, élevant sa flamme dans le ciel. Cette illustration je la portais en moi. Mais je l’ai écrite en oc pour notre temps. Car ce n’est pas par hasard si le renom de Minerve s’accorde avec la prise de conscience occitane. De cette renaissance, le retour à l’actualité des hauts-lieux historiques est à la fois le signe et une conséquence.

Tout ce qui est authentique ici parle oc, dans sa modernité et tout ce qui est frelaté s’y heurte contre le rocher ».

24 Il signale qu’il a utilisé l’édition Martin-Chabot.

25 Cordes remet en cause la traduction française du terme : « la racine Minerva est improbable », note-t-il.

26 Mort en 1906, selon la biographie de Petit. Le livre contient des photographies reproduisant plusieurs de ces objets.

27 Comme le dit le sous-titre du chapitre.

28 « Pour le vieux Lion / de la Légende Occitane des Siècles / En hommage cordial du Mas-Vièlh ». Notons que le Mas-Vièlh de Gardies est un des hauts lieux de l’œuvre rouquettienne. Mais il y a peut-être un jeu de mots, comme celui sur Lion / Leon, « Max » se prononçant « Mas » en occitan ; les deux écrivains étant à peu de choses près contemporains (Rouquette né en 1908, Cordes en 1913), il est probable que Max Rouquette s’amuse. La dédicace précède le texte de Rouquette dans la monographie composée par Jean-Marie Petit (p. 37). Elle n’a pas été reprise lorsque le poème a été édité dans le volume Lo Maucòr de l’Unicòrn / Le tourment de la licorne, 1ère édition 1988 : Marseille, Sud (p. 32). 2e édition Pézenas, Éditions Domens, 2000 (p. 34).

29 « Le jour où nous aurons la télévision en occitan ».

30 « Cet ami me disait – Tu es celui qui dessine comme il aurait pu le faire dans les casernes préhistoriques, avec le regard du primitif. Quelques principes en plus ou en moins, depuis que les techniques ordonnent ce que concentrait le regard, pourquoi pas… S’exprimer par le dessin est un besoin que j’avoue ressentir et pratiquer depuis toujours. Rien de professionnel. Il s’agit d’instinct et parler en images a son excuse aux sources de l’art.

Comme d’ailleurs le conte, expression originelle, héritage commun d’humanité dont nous avons fini par faire un roman… Et la poésie n’est-elle pas un conte qui aurait dérobé couleurs et ailes aux oiseaux ?

Ainsi, je ne sais plus si j’ai confondu les genres, dans la joie de s’exprimer parmi les miens – la connaissance infuse que je leur dois. Occitans en tant que peuple tels que nous sommes, non comme primitifs cette fois mais hommes, sur cette terre et en ce siècle, à part entière.

Et tant mieux si, tout simplement, nous y avons pris plaisir ». (Version française de l’auteur)

31 « Mais la fraîcheur du soir faisait dresser les liserons, / notre domaine – allongés dans le noir / côte à côte sans nous voir – / s’étendait dans l’ombre jusqu’à l’orée des monts. / Moment propice aux contes anciens, / ranimés par la nuit comme les liserons, / et la parole hésitante / grappillant nos pensers familiers en paraboles ».

32 « Il poussait la souche / à petits coups mesurés, le tronc était énorme / et ses forces affaiblies. / Nous avions du bois d’yeuse – quelque souches encore / ainsi dure le temps devant un feu qui dure ».

NB : nous traduisons le vers 3, oublié dans cette version française : « les cendres, il les rassemblait au fur et à mesure ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Me disiá l’amic – siás lo que dessenha coma o auriá poscut faire dins sas balmas preïstoricas, amb l’uelh del primitiu. Qualquis principis de mai o de mens despuèi que las tecnicas estipulan çò qu’èra dins l’uèlh, tanplan benlèu… Dessenhar per s’exprimir ne pòdi avoar la panta e la pratica de totjorn. Res de professional, panta vòl dire instinct e parlar en images es un voler qu’a sas desencusas a las sorgas de l’art. Coma lo conte, expression primièra, eiretatge comun d’umanitat qu’avèm finit per ne faire un roman… E saique la poesia es pas qu’un conte qu’a raubat de colors e d’alas als aucèls.Atal-atal, sabi pas pus s’ai tot mesclat o pas sauput destriar los genres o la jòia d’èsser – la coneissença – demest los meus, Occitans cap e tot qu’aicí sèm, pas coma primitius mas coma òmes sencèrs, la tèrra e lo sègle nòstres pariu.E tan melhor, sus tot pacte, se d’aquel fadejar nos-n podiam regalar.30
URL http://journals.openedition.org/rlr/docannexe/image/410/img-1.png
Fichier image/png, 4,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jeanne Verny, « Léon Cordes, passeur de langue et de culture », Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, 379-402.

Référence électronique

Marie-Jeanne Verny, « Léon Cordes, passeur de langue et de culture », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rlr/410 ; DOI : 10.4000/rlr.410

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Verny

Université Paul-Valéry (Montpellier III)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals