Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXX N°2Leon Còrdas / Léon Cordes, « Can...My beautiful laundrette : Léon Co...

Leon Còrdas / Léon Cordes, « Canti per los qu'an perdu la cançon »

My beautiful laundrette : Léon Cordes et le projet de laverie automatique de l’IEO (1951-1953)

Yan Lespoux
p. 403-412

Texte intégral

1De prime abord l’Institut d’Études Occitanes des débuts, de 1945 à la crise interne de 1964, est avant tout un énorme bouillonnement intellectuel autour d’un projet renaissantiste ambitieux. Les preuves en sont les revues publiées à cette époque, Annales de l’IEO, ÒC, Bulletin Pédagogique de l’IEO (qui devient Cahiers Pédagogiques de l’IEO en 1956), les livres édités, l’organisa-tion de stages… Pour autant, et malgré une reconnaissance d’utilité publique bienvenue en 1949, l’Institut d’Études Occitanes ne peut vivre que de débats intellectuels, de projets et d’eau fraîche. De fait, ces années sont aussi, pour le bureau directeur de l’IEO et tout particulièrement pour Ismaël Girard, éminence grise mais aussi en grande partie financier de l’Institut, celles de la recherche de subsides destinés à faire vivre l’association et à la promouvoir afin de toucher un public le plus large possible, comme cela était le cas pour la revue OC que Girard finançait déjà en partie de manière originale ainsi que le rappelle Jean-Frédéric Brun :

  • 1 Jean-Frédéric Brun, « Ismaël Girard à travers sa correspondance avec Max Rouquette (II) », Montpell (...)

« […] Girard s’intéressait au "vaccin de Friedman", thérapeutique alternative consistant en une injection de bacille para tuberculeux vivant de tortue marine. […] Girard tira ses revenus de cette "médecine parallèle", et celle-ci lui permit aussi de faire paraître OC et de faire vivre l’occitanisme. Max Rouquette nous dit, un peu railleur : "La revue Oc flotta, longtemps, sur un océan : fait de sérum de tortue". »1

2Et s’il en est un qui sait combien il est dur de ne vivre que d’amour et d’eau fraîche – ou de vin en l’occurrence – c’est bien l’auteur-viticulteur qu’est Léon Cordes qui écrit à Robert Lafont le 6 mars 1950 :

  • 2 Fonds Robert Lafont, « Léon Cordes 1949-1954 », Béziers, CIRDOC. [Tu me demandes ce que je fais : j (...)

« Me demandas ço que fau : me bati coma un malurós contra la besonha que m’assuca, la misera que m’escana e per una reüssita que sabi pas se la ganharai a la perfin mas que, se l’emporti, l’aurai plan ganhada ! »2

et qui, en février 1951, renchérit :

  • 3 Ibid. [On m’a offert de m’aider pour une fort bonne situation et je suis en train d’essayer de réus (...)

« M’an ofert de me butar per una fort bela situacion e soi en trin d’ensatjar de capitar – serai pr’aquò probable a Montpelhier divendres – mas me cal tornar trabalhar de causas que m’ensucan : comptabilitat, vinificacion, electricitat, quimia etc… tot ço qu’aïssi de bon cor ! De que va devenir dins aquela mescla mon trabalh intellectual e que los somis son pauc de causas quand son trop bels ! »3

3C’est dans ce contexte qu’apparaît à la fin de l’année 1951 un projet de laverie automatique qui serait détenue par l’Institut d’Études Occitanes et permettrait de faire rentrer de l’argent dans les caisses. En l’état actuel de nos recherches, il est difficile de comprendre comment le projet a éclos dans le courant de l’année 1951. À en croire Robert Lafont, cependant, Ismaël Girard avait lui-même en ce début des années 1950 des intérêts dans une laverie à Toulouse et aurait pu souffler cette idée au bureau directeur de l’IEO :

  • 4 Robert Lafont, Pecics de mièg-sègle, Fédérop, 1999, p. 79. [Sa vie personnelle demeurait un mystère (...)

« Sa vida personala demorava un mistèri per aqueles que trabalhavan amb el al pus prèp. Los recebiá d’aquel temps dins son gabinet medical minuscul, plaça Roais, en dessús de la lavariá automatica que li aparteniá. »4

4Le projet prend apparemment forme en l’espace de quelques semaines lorsque l’opportunité de trouver un local à louer à un prix abordable apparaît. Tout se lance entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre, un petit groupe étant rapidement mis à contribution : Ismaël Girard, Robert Lafont, Jean Segonds, Charles Camproux, Jean Roche, Pierre Rouquette et, donc, Léon Cordes qui semble prendre les choses en main sur le terrain pendant que Lafont et Girard tentent de réunir des fonds pour démarrer le projet. L’idée de Lafont est de réunir la somme la plus élevée possible pour acheter le fonds de commerce, louer le local, l’aménager, l’équiper et assurer un fonds suffisant pour tenir les premiers mois. Girard s’est occupé de faire faire des devis, et l’on se préoccupe de trouver des investisseurs au sein du mouvement de promotion de la langue d’oc tout en essayant de rester discret, ce qui laisse à penser que le projet n’est pas vraiment passé par les instances officielles de l’IEO.

5Ainsi Lafont écrit-il à Girard :

« À propos des laveries automatiques : j’en ai dit un mot à P. Rouquette en lui recommandant le silence. Si nous sommes près de réussir, et qu’il ne manque qu’une certaine somme, en dernière analyse nous pourrons demander un effort à Carbon qui a, en ce moment, de très grosses disponibilités. Mais il faudra lui faire comprendre qu’il n’y a aucun bénéfice à prévoir, sinon le rentage de l’argent. »

  • 5 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre d’octobre ou novembre 1951.

6Et, dans le même courrier, « Laveries : peut-être Jean Roche ? Je verrai »5.

7Charles Camproux, lui-même porteur quelques années aupar-avant d’un projet de maison d’édition est contacté :

  • 6 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Robert Lafont à Ismaël Girard, 28 octobre 1951.

« J’amorce la discussion. Prudemment, sans lui dire ce dont il s’agit exactement. Si sa réaction est favorable, j’irai le voir avec des chiffres. On peut compter sur le dévouement de Camproux. »6

puis d’autres encore, en particulier Segonds, qui semble alors en capacité de porter une contribution importante tandis que Cordes annonce pouvoir réunir 200 000 francs prêtés par son oncle paternel, Pierre Cordes.

8C’est d’ailleurs Léon Cordes qui fait s’emballer l’affaire lorsqu’il trouve un local rue de l’Aiguillerie à Montpellier, bousculant un Lafont intéressé mais plus réservé et qui, en tout cas, espérait avoir plus de temps pour gérer cela aussi sereinement que possible. Ce qui, incontestablement, l’emporte chez Cordes, c’est l’enthousiasme. Ce projet a pour lui l’avantage double de lui permettre de trouver une nouvelle situation professionnelle et de continuer à porter sa pierre à l’édifice de l’IEO. Totalement impliqué, Cordes ne ménage pas sa peine et, conscient de l’importance pour ses amis investisseurs et l’IEO de la bonne marche de l’affaire, il s’astreint à des comptes rendus détaillés. Ainsi voit-on défiler dans ses lettres à Ismaël Girard et Robert Lafont les demandes de conseils, de déblocage de fonds et les considérations techniques sur l’aménagement du local des panières à la lessive, en passant par les machines elles-mêmes et les évacuations d’eau. À quelques jours de l’ouverture de la laverie, le 18 avril 1952, Léon Cordes écrit à Girard à propos de la lessive :

  • 7 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Léon Cordes à Ismaël Girard, 18 avril 1952. [Je (...)

« Compti dobrir diluns 21, sens essoreuse, mas coma i a de mond qu’esperan, vau dobrir e m’arrengarai.
A aquel prepaus ai tres entresanhas d’urgéncia a vos demandar :
1°-Es que Mme Mons met totjorn de carbonata de soda amb lo Trepol e lo Robur 17, e quana quantitat se oc ?
2°-Quand fasiá amb de « lessive Cotelle-Lacroix » ordinaria, quana quantitat de carbonata de soda metiá per kg ?
3°-S’òm vòl ensajar lo savon en palhetas quana quantitat se pòt metre. Es que lo savon en palheta se pòt barrejar amb lo demai : Trepol e Robur 17 o « lessiva ordinaria » e dins quanas proporcions ? »7

9Mais « l’estrambòrd » de Léon Cordes n’est pas partagé par tout le monde et met même Girard et Lafont mal à l’aise au début de l’aventure, ainsi que s’en ouvre durement Robert Lafont au Toulousain :

  • 8 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Robert Lafont à Ismaël Girard, 10 novembre 1951
  • 9 Ibid.

« Cordes ? Ah ! oui, il faut craindre l’estrambòrd pour lui. Je ne vous ai pas averti d’un excès de bavardage commis par Cordes à Montpellier, parce que c’était vraiment insignifiant. Vous avez pu pourtant en découvrir l’existence à travers mes lettres.
Il est évident que Cordes était précisément celui qu’il ne fallait pas. Mais étant donné sa situation actuelle, il ne pouvait être fait appel à quelqu’un d’autre. La camaraderie chez nous doit exister !
[…]
Cordes a toutes les qualités requises pour une œuvre sérieuse. Il ne pêche que par excès, cet excès dangereux, cette verve qui décourage autrui, ce rêve qui prolonge le présent. »8
C’est que le projet est entouré d’un certain secret : « Que le nom de l’IEO soit prononcé le moins possible en cette affaire !
Cela vaut mieux – pour le fisc, pour notre public, et pour nos ennemis félibres. »9

10Lafont écrit en suivant une lettre qu’il qualifie lui-même de « dure » à Cordes, qui en pense la même chose et donne une réponse qui nous éclaire sur sa situation et son état d’esprit d’alors :

  • 10 Fonds Robert Lafont, CIRDOC, lettre de Léon Cordes à Robert Lafont, 13 novembre 1951. [Mon cher ami (...)

« Mon car amic,
Ta letra, per tant que dobte pas de l’amistat que l’inspirèt – es dura per ieu. Un còp èra, benlèu n’auriá sautat, ara ai l’esquina lassa de tant de causas pus grevas… cal èsser jove, car amic, per talhar coma fas dins las consciéncias ! Vertat es, que la « reserva » es pas una atitud qu’òm se dona mas un vertud que s’aqueris amb l’experiéncia… o las espròvas.
Sens me far mai psicològ que non soi, aviá ja devinhat que pensavas çò que me dises sus aquel sicut a de detalhs qu’enganan pas. Sabes pro d’autre biais que soi pas totjorn – e despuès qualquis ans mai que mai – mèstre de mos nèrvis. Ai una desen-cusa pro bèla, per tant que me pògues dire que val res que per ieu. Après vint ans de trabalh de galerian, de jorns enfebrats de besonhas multiplas e de nueits sens pausa ma recompensa fins a uèi es un « echèc » total. La roina e la mediocritat. D’autris aurian abandonat e n’aguèri mai d’un còp l’agra tentacion… Baste ! Compti puslèu sus lo canviament de vida totara esperat per repréner gost a las causas e retrobar mon equilibre – e mai un pauc de sòm s’aquò èra Dieu possible ! – Se vostra fisança me permet d’o far, que me sentissi pas lo coratge de trabalhar s’ai pas l’esperit liure – es çò sol que me demòre uèi franc d’ipotècas, aladonc i teni. »10

11Ce projet de laverie apparaît donc alors comme une sorte de nouvelle chance pour Cordes en même temps qu’un espoir de développement pour l’IEO et pour Girard qui compte sur l’argent qu’elle pourrait rapporter pour financer la propagande de l’Institut… ce qui n’empêche ni Lafont ni Girard de rêver :

  • 11 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Robert Lafont à Ismaël Girard, 10 novembre 1951

« Ces sommes ne peuvent servir qu’à atteindre un public. […] Elles doivent nous permettre de tirer à 5 000 ou 10 000, le temps qu’il faudra, pour arriver à 2 000 abonnés. […] Il est évident que pour la première fois la question du public sera posée pour nous. Et que notre littérature elle-même va se trouver transformée. »11.

12C’est que si Camproux, Pierre Rouquette et Max Rouquette (qui n’investiront pas dans l’affaire) semblent peu enthousiastes, ni Lafont, ni Girard, ni même Félix Castan ne semblent envisager un possible échec de l’affaire. Castan s’inquiétant avant tout d’un afflux soudain d’argent puisse semer la discorde et expliquant que

  • 12 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Félix Castan à Ismaël Girard, 10 novembre 1951.

« une telle conjoncture exige donc si c’est possible d’une manière encore plus impérative la discrimination des voies réelles de l’occitanisme, la fixation des objectifs qui ne peut se réaliser que par le canal d’une organisation plus étroite, plus contraignante. Il faut que soit mise sur pied une organisation inébranlable »12

tandis que Lafont estime que l’IEO est arrivé à un point critique, à un moment-clé où cet afflux est devenu à la fois nécessaire et gérable car l’occitanisme militant arrive à maturité :

« Je suis persuadé que ce projet arrive exactement à son heure. Nous avons libéré du foisonnement empirique destructeur des forces importantes. Or nous en sommes à ne pas pouvoir donner à ces forces un champ d’action suffisant. Seule l’arrivée de moyens matériels inespérés peut ouvrir ce champ. »

13Les faits vont toutefois faire mentir cet optimisme. La laverie met longtemps à démarrer à cause de machines arrivant en retard et Cordes perd plus d’argent qu’il n’en gagne en attendant l’ouverture. Celle-ci arrivée, si la clientèle semble présente, elle suffit d’autant moins à rentabiliser la laverie que Girard a sensiblement sous-estimé les sommes dues au fisc. Un an après l’ouverture, Cordes demande à être libéré de la gérance pour pouvoir se lancer dans un projet de jardin maraîcher à Lattes après avoir vendu sa propriété de Siran et enjoint même l’IEO à revendre l’affaire afin d’essayer de faire en sorte que les inves-tisseurs puissent récupérer leurs mises. Mais la conjoncture ne s’y prête pas, une laverie ouvre sur le boulevard à 300 mètres du « Savon Lavoir » de l’IEO, aucun acheteur ne se présente et, en juin 1954, le commerce n’est toujours pas vendu.

14Cette liquidation d’un projet dans lequel l’Institut et Cordes lui-même avaient placé beaucoup d’espoirs se fait dans la douleur et Léon Cordes pointe clairement du doigt Girard qu’il accuse de l’avoir envoyé dans le mur après s’être servi de lui en utilisant Lafont. Ce qui donne une lettre particulièrement âpre de Cordes à Lafont en décembre 1953 après que, par ailleurs, des inondations ont ravagé son jardin maraîcher :

  • 13 Fonds Robert Lafont, CIRDOC, lettre de Léon Cordes à Robert Lafont, 30 novembre 1953. [J’ai souffer (...)

« Ei patit mai que tu e financierament tanben de que : ai trabalhat sièis meses sens tocar un sòu – ensatja amb sièis personas a far manjar veiràs s’es aisit ! – Per téner lo còp me soi endeutat per una soma tant fòrta que ton apòrt financièr total (amb la catastròfa que me ven d’arribar aquelis deutes peson gravament sus ma situacion actuala)
2°- Es tu, e me plai que sia mes per escrit, qu’en tres còps as faunhat l’amistat e desvalorizat l’estima vertadièra ont te teniá :
- En m’escrivent en novembre 51 una letra inspirada – dejà ! – per Girard, insultanta per ieu, vergonhosa per tu,
- En renegant ta paraula solemnament donada e en te fasent lo complici del raubar conscient e organizat a mon prejudici dont aviás amb los autres montat lo scenariò. (Se l’aviás pas montat tu, aprovat o non, l’executavas e es son que ta complicitat o ta lachetat que ne permetian l’execucion)
- En espaçant, despuèi lo moment ont travalhères amb los autres a me raubar la paga de mon trabalh – tant penosament ganhada ! ! ! – nòstras relacions. »13

15Il ne s’agit pas ici de juger qui de Cordes ou Lafont a tort ou raison mais de voir la rancœur qu’entraîne cette affaire dans un IEO où les tensions se font de plus en plus fortes entre Robert Lafont, Max Rouquette (devenu président en 1952) ou encore Félix Castan.

16Profondément blessé, Léon Cordes pâtit là du sort réservé par Ismaël Girard à ceux dont il estime qu’ils ne servent plus le projet occitaniste.

« Girard n’était pas le moins du monde un Machiavel dépourvu de cœur, mais il étouffait en lui toute sensiblerie lorsqu’il s’agissait de faire des choix pour ce mouvement qu’il portait à bout de bras »

  • 14 Op. cit. p. 35.

rappelle Jean-Frédéric Brun14, et Léon Cordes est la victime de cet échec collectif dans lequel il s’est investi avec l’espoir de trouver par ailleurs une vie meilleure.

17Symbole de la crise de croissance d’un IEO qui commence à s’ouvrir notamment par le biais des centres régionaux mais dont la tête évolue peu et, pire, est secouée par les conflits, l’affaire de la laverie apparaît aussi pour Léon Cordes comme une épreuve d’autant plus difficile qu’elle ne concerne pas que sa situation financière mais vient aussi polluer ses relations amicales avec ses camarades occitanistes, l’isolant sensiblement. S’il sera de tous les combats occitanistes, celui qui a fondé l’Ase Negre – Occitania et fut un des militants les plus actifs de l’IEO naissant restera désormais à la marge de l’organisme, se consacrant plutôt à son art. Sans doute cette hasardeuse aventure a-t-elle finalement privé l’IEO de bien plus que les subsides espérés.

Haut de page

Notes

1 Jean-Frédéric Brun, « Ismaël Girard à travers sa correspondance avec Max Rouquette (II) », Montpellier, Les cahiers Max Rouquette, n° 5, mai 2011, p. 30.

2 Fonds Robert Lafont, « Léon Cordes 1949-1954 », Béziers, CIRDOC. [Tu me demandes ce que je fais : je me bats comme un malheureux contre la besogne qui me harasse, la misère qui m’étrangle et pour une réussite dont je ne sais pas si je la gagnerai à la fin mais que, si je l’emporte, j’aurai bien gagnée !].

3 Ibid. [On m’a offert de m’aider pour une fort bonne situation et je suis en train d’essayer de réussir – je serai pour cela probablement à Montpellier vendredi – mais il me faut retravailler des choses qui me fatiguent : comptabilité, vinification, électricité, chimie etc… tout ce que je hais de bon cœur ! Que va devenir dans ce fatras mon travail intellectuel et que les rêves sont peu de choses quand ils sont trop grands !].

4 Robert Lafont, Pecics de mièg-sègle, Fédérop, 1999, p. 79. [Sa vie personnelle demeurait un mystère pour ceux qui travaillaient avec lui au plus près. Il les recevait en ce temps-là dans son minuscule cabinet médical, place Rouaix, au-dessus de la laverie automatique qui lui appartenait].

5 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre d’octobre ou novembre 1951.

6 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Robert Lafont à Ismaël Girard, 28 octobre 1951.

7 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Léon Cordes à Ismaël Girard, 18 avril 1952. [Je compte ouvrir lundi 21, sans essoreuse, mais comme il y a du monde qui attend, je vais ouvrir et je m’arrangerai. À ce propos, j’ai trois renseignements urgents à vous demander : 1° - Est-ce que Mme Mons met toujours du carbonate de soude avec le Trepol et le Robur 17, et si oui, en quelle quantité ? 2° - Quand elle faisait avec de la « lessive Cotelle-Lacroix » ordinaire, quelle quantité de carbonate de soude mettait-elle par kg ? 3° - Si l’on veut essayer le savon en paillettes, quelle quantité peut-on mettre. Est-ce que le savon en paillette peut se mélanger avec le reste : Trepol et Robur 17 ou « lessive ordinaire » et dans quelles proportions ?].

8 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Robert Lafont à Ismaël Girard, 10 novembre 1951.

9 Ibid.

10 Fonds Robert Lafont, CIRDOC, lettre de Léon Cordes à Robert Lafont, 13 novembre 1951. [Mon cher ami, Ta lettre, même si je ne doute pas de l’amitié qui l’a inspirée – est dure pour moi. Autrefois, j’en aurais bondi, maintenant j’ai les épaules fatiguées de [porter] tant de choses plus graves… il faut être jeune, cher ami, pour tailler comme tu le fais dans les consciences ! Il vrai que la « réserve » n’est pas une attitude que l’on se donne mais une vertu qui s’acquiert avec l’expérience… ou les épreuves. Sans me faire plus psychologue que je ne le suis, j’avais déjà deviné que tu pensais ce que tu me dis à ce sujet à des détails qui ne trompent pas. Tu sais bien par ailleurs que je ne suis pas toujours – et de plus en plus depuis quelques années – maître de mes nerfs. J’ai une bonne excuse, même si, pour autant que tu puisses me dire, elle ne vaut que pour moi. Après vingt ans de travail de galérien, de jours enfiévrés par de multiples besognes et de nuits sans répit, ma récompense jusqu’à aujourd’hui est un « échec » total. La ruine et la médiocrité. D’autres auraient abandonné et j’en ai eu plus d’une fois l’aigre tentation… Baste ! Je compte plutôt sur le changement de vie tant espéré pour reprendre goût aux choses et retrouver mon équilibre – et aussi un peu de sommeil si cela était Dieu possible – Si votre confiance me permet de le faire, car je ne me sens pas le courage de travailler si je n’ai pas l’esprit libre – c’est tout ce qui me reste aujourd’hui à part des hypothèques, et donc j’y tiens.]

11 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Robert Lafont à Ismaël Girard, 10 novembre 1951.

12 Fonds Ismaël Girard, Collège d’Occitanie, lettre de Félix Castan à Ismaël Girard, 10 novembre 1951.

13 Fonds Robert Lafont, CIRDOC, lettre de Léon Cordes à Robert Lafont, 30 novembre 1953. [J’ai souffert plus que toi et financièrement aussi car : j’ai travaillé six mois sans toucher un sou – essaie avec six personnes à nourrir et tu verras si c’est facile ! – Pour tenir le coup je me suis endetté pour une somme aussi importante que ton apport financier total (avec la catastrophe qui vient de m’arriver ces dettes pèsent durement sur ma situation actuelle). 2° - C’est toi, et il me plaît que cela soit porté à l’écrit, qui à trois reprises a foulé au pied l’amitié et dévalorisé l’estime véritable en laquelle je te tenais : - en m’écrivant en novembre 51 une lettre inspirée – déjà ! – par Girard, insultante pour moi, honteuse pour toi, En reniant ta parole solennellement donnée et en te faisant le complice du vol conscient et organisé à mon préjudice dont tu avais avec les autres monté le scénario. (Si ce n’est toi qui l’avais monté, approuvé ou pas, tu l’exécutais et c’est seulement ta complicité ou ta lâcheté qui en permettaient l’exécution) – En espaçant, depuis le moment où tu as travaillé avec les autres à me voler la paye de mon travail – si durement gagnée !!! – nos relations.]

14 Op. cit. p. 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yan Lespoux, « My beautiful laundrette : Léon Cordes et le projet de laverie automatique de l’IEO (1951-1953) »Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, 403-412.

Référence électronique

Yan Lespoux, « My beautiful laundrette : Léon Cordes et le projet de laverie automatique de l’IEO (1951-1953) »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rlr/411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.411

Haut de page

Auteur

Yan Lespoux

Université Paul-Valéry Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search