Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXV n°1La Réception des troubadours au M...Avant la vida : aux origines de l...

La Réception des troubadours au Moyen Âge (oc et oïl)

Avant la vida : aux origines de la légende de Jaufre Rudel, grand amour ou petite mort ? Les témoignages de Rofian et de Pétrarque

Before la vida: the origins of the legend of Jaufre Rudel, great love or small death? The testimonies of Rofian and Petrarch
Roy Rosenstein
p. 109-120

Résumés

Selon la légende, Jaufre Rudel serait mort comblé dans les bras de la comtesse de Tripoli. Mais un témoignage antérieur ou contemporain révèle que le troubadour est mort en mer. Rofian affirme qe moric al passage, qu’il est mort pendant la traversée. Pétrarque suivra Rofian : il place Jaufre parmi les troubadours malheureux car il serait parti chercher la mort et n’aurait pas connu la joie de voir sa dame. Contrairement à Rofian et Pétrarque, c’est l’auteur de la vida qui a eu l’idée géniale de maintenir en vie le poète mourant le temps de débarquer à Tripoli. La vida le fait arriver en Terre Sainte à l’article de la mort : per mort. Pour le faire expirer dans les bras de son amour de loin, qu’il aurait enfin connu de près, il n’y a qu’un pas inspiré, mais un pas seulement. Contrairement à la critique – de Gaston Paris à Don Monson, la seule fréquentation de Lanquan li jorn et une notion des origines nobles du troubadour laissent une trop grosse part à la création. Rofian nous livre le chaînon manquant en faisant disparaître notre troubadour en mer. La part d’invention dans la vida – nécessaire et admirable – se réduit à l’avoir gardé encore en vie le temps de le déposer dans les bras de la comtesse.

Haut de page

Texte intégral

« Aquesto vido es qu’un passage »
proverbe cité par Mistral, Tresor 

1Il est d’usage, depuis déjà Gaston Paris (1893) suivi plus près de nous par Don Alfred Monson (1985) entre autres, de conclure que l’auteur de la vida de Jaufre Rudel n’avait pas besoin de la moindre connaissance d’une tradition historique ou légendaire associant le troubadour à la deuxième croisade. Il lui aurait suffi de connaître la chanson la plus diffusée du troubadour, Lanquan li jorn, ou pourquoi pas Quan lo rius, autre chanson de croisade aussi bien sinon mieux attestée (Rosenstein 1990), pour inventer de toutes pièces la célèbre légende de sa mort dans les bras de son amour de loin dès son arrivée en Terre Sainte. Or, comme les autres vidas, celle de Jaufre Rudel, qu’on l’accepte ou non comme une lecture pseudo-biographique de la chanson, est vraisemblablement bâtie aussi sur quelques données biographiques (ou prétendues telles) des deux personnages, la comtesse comme le poète, à propos desquels certaines rumeurs ont été habilement réunies et affirmées dans la vida. En effet, il y avait déjà une légende de Jaufre Rudel avant la vida, ainsi qu’une légende de la Comtesse de Tripoli (Wolf-Rosenstein 1983, 98), sur lesquelles l’auteur de la vida n’a fait que broder, comme nous allons le voir.

2Il nous est peut-être possible de reconstruire de nos jours, en partie au moins, ce que l’on croyait savoir, dans la deuxième moitié du xiie siècle, de la vie et surtout de la mort du troubadour, survenue dans la première moitié du xiie siècle, c’est-à-dire avant que l’imagination géniale de l’auteur de la vida ne vienne s’emparer de la scène en complétant les maigres faits historiques, poétiques et légendaires qui circulaient déjà sur le compte du troubadour et dont on disposait dans la première moitié du xiiie siècle, époque présumée de composition de la vida.

3Que sait-on au juste de la mort du Jaufre Rudel historique ? Rien, a-t-on l’habitude de dire, à part sa disparition probable lors de la deuxième croisade. Mais revenons sur l’existence du précieux témoignage, jusqu’ici peu signalé, du débat entre Rofian et Izarn, peut-être contemporain des témoignages de Guerau de Cabrera et de Guiraut de Salignac à la fin du xiie siècle.

  • 1  Pour une datation postérieure mais toujours avant 1254, voir Harvey-Paterson (2010, 826).

4Stefano Cingolani a proposé de faire remonter à la fin du xiie siècle l’ensenhamen de Guerau de Cabrera, où le vers novel | bon d’En Rudell (un bon vers nouveau du seigneur Rudel) est cité comme indispensable au savoir d’un jongleur (Cingolani 1992-1993). C’est vers la fin du xiie ou au début du xiiie siècle, selon Martín de Riquer et Pierre Bec, que Guiraut de Salignac a rapporté dans un partimen avec Peironet le cas de Jaufre Rudel : sans les yeux, son cœur a bien pu aimer celle qu’il n’a jamais vue en personne (Riquer 1975, 785 ; Bec 2000, 135)1. Enfin, Stefano Asperti suggère que le partimen Rofian-Izarn serait lui aussi peut-être moins tardif qu’on ne le pensait : il pourrait remonter à la même époque ou tout au plus être contemporain des vidas du xiiie siècle. S. Asperti (1995, 51-52) lui-même avance que le partimen daterait peut-être du milieu du xiiie siècle, de même que Paul Blum (1912, 7) et d’autres (Harvey-Paterson 2010, 1152-1153) l’ont jugé légèrement postérieur à 1240. Mais si le Raimon del Plan nommé dans ce partimen est le même que le Raimons de Planell qui figure chez Bertran de Born — comme le propose Frank Chambers (1971, 157) —, William D. Paden (1986, 310, 317) le trouve attesté comme Ramun de Planels en avril 1189. Dans ce cas, ce partimen pourrait à la limite dater de la fin du xiie siècle, comme l’ensenhamen de Guerau de Cabrera et le partimen de Guiraut de Salignac, à une décennie près. Dans tous les cas, Jaufre Rudel serait cité non seulement, de son vivant, par le troubadour Marcabru dans la deuxième moitié de 1148, mais aussi, après sa mort, par Guerau de Cabrera, Guiraut de Salignac dès la fin du siècle et éventuellement même Rofian un peu plus tard. Ainsi aurions-nous au moins deux précieux documents sur Jaufre Rudel entre sa disparition à la croisade vers 1148 et la naissance de sa vida dans la première moitié du xiiie siècle. Mais c’est surtout le partimen Rofian-Izarn, quelle que soit sa date, qui nous permet de voir se former la légende autour de l’amour et la mort de Jaufre (Toury 2001 ; Gaunt, 2006).

5Rofian parle de Jaufre Rodell, qe moric al passage, donc mort pendant la traversée (Harvey-Paterson 2010, 1148). Quel est le sens précis à donner à ce passage ? Il est évident que passage [également passatge(s), passadge(s)] est un calque du passagium latin, qui avec iter, peregrinatio, expeditio crucis et negotium Jhesu Christi, sans parler de bellum sacrum et jihad, fait partie des multiples euphémismes médiévaux pour désigner la croisade. Avec ce sens militaire, nous trouverions une nouvelle confirmation de la participation, généralement admise, de Jaufre Rudel à la deuxième croisade — confirmée par ailleurs non seulement par les salutations de Marcabru à Jaufre Rudel oltramar, bien évidemment, mais par la présence plus que probable de Jaufre Rudel à Vézelay à côté de Hugues le Brun le 31 mars 1146 pour entendre saint Bernard appeler à la deuxième croisade (Rosenstein 1990) et les allusions du troubadour à cette même croisade dans les quatre chansons de sa maturité (Rosenstein-Leclair 2011, 67).

6Si l’étymologie ne pose aucun doute, son champ sémantique est plus vaste sans être complexe. Les sens de passage ou passatge en ancien français et en occitan sont multiples et ni l’un ni l’autre n’a exclusivement le sens de « croisade » pas plus que le latin médiéval passagium, loin de là. Passage signifie plus généralement un lieu par où l’on peut passer ou l’acte de passer par celui-ci. Dès la Chanson de Roland (Segre, 2003, v. 657, 711), il s’associe à port dans des binômes synonymiques où tous deux indiquent un défilé dans la montagne, passage naturel entre deux montagnes. Jaufre Rudel emploie l’occitan port avec la même acception et l’associe plutôt à cami dans le même sens de « passage ». Pour le terme d’oïl passage, Godefroy donne comme principaux sens « voyage d’outremer, croisade » et puis « droit de passage ».

7Qu’en est-il en occitan ? Certes, les deux sens d’oïl sont également attestés. Le sens précis de « droit de passage » est confirmé par des allusions à « peage ». En ce qui concerne le sens de « croisade », à propos de ce genre de passatge, les exemples donnés par Ricketts (2005) précisent bien parfois qu’il s’agit d’un passadge [qui·s fera] generau ou latin passagium generale, c’est-à-dire une croisade, par opposition au latin passagium particulare, qui désigne une expédition plus limitée par le nombre de croisés et les buts visés. Sur l’ensemble des attestations de passatge dans le corpus occitan en prose et en vers, très peu indiquent une croisade : passadge generau. Un peu plus nombreuses sont celles qui semblent évoquer un voyage outremer. La plupart, pour ne pas dire la presque totalité, évoquent des passages comme d’un pont, per nos e per nostres cavals, ou du bétail a la granja ou d’un ostal comme dans une transhumance, ou toute autre traversée terrestre. Le sens generau l’emporte, généralement ; rares sont les allusions als crozatz et leur passatge outremer.

8Alors que signifie donc le passatgemoric Jaufre Rudel selon Rofian ? Constatons de prime abord que cette version des faits n’est pas contestée par son interlocuteur Izarn dans le partimen. On peut toujours insister pour attribuer à passatge le sens de « croisade », ce qui impliquerait que le poète guerrier serait mort à l’aller ou au retour ou même en Terre Sainte, « à la croisade ». Mais rien ne nous empêche de nous en tenir au sens le plus général de « traversée », qui correspond à « l’aller » et n’est pas incompatible avec l’idée de croisade. Ruth Harvey et Linda Paterson, dans la dernière édition en date (2010, 1147), savent accorder avec justesse les deux sens : Jaufre Rudel moric, dit Rofian, en route vers la Terre Sainte (on his way to the Holy Land ; Sebastian Neumeister (1969, 73) est pour sa part plus neutre : der auf der Reise starb (voir aussi Hölzle 1980, 132). Donc le départ de Jaufre Rudel oltramar est bien plus qu’une fiction ou une hypothèse de travail.

9Si nous sommes d’accord sur le sens à donner à ce passatge, c’est-à-dire que Jaufre Rudel serait mort en « passant » la mer, al passatge de la mar (Bonnarel 1981, 68), on peut le supposer engagé avec le grand ost parti de Port-de-Bouc, en compagnie de son cousin et suzerain Guillaume VI Taillefer et d’Alphonse-Jourdain, pendant l’été 1147. Ils sont arrivés — avec Rudel en vie ou non — à Saint-Jean-d’Acre en Terre Sainte le 13 avril 1148, après avoir fait escale en Sicile et à Constantinople (Wolf-Rosenstein 1983, 97). Ainsi, peu importe finalement la date que l’on attribue au partimen de Rofian et Izarn. S’il s’agit d’un texte de la fin du xiie siècle, donc antérieur à la vida, il serait plus proche des faits réels ou tout au moins attesterait-il un premier état de la légende. En revanche, s’il s’agit d’un texte contemporain de la vida ou même légèrement postérieur, il fait état d’un élément historique ou au pire d’une légende à la vie longue puisqu’elle tient tête à celle de la vida qui la précède… ou qu’elle avait peut-être inspirée. Frank Chambers (1971, 157) se demandait si, à une époque tardive, il pouvait être question du même Jaufre Rudel et si ce témoignage pouvait être fiable, mais le problème est moindre si le débat remonte à une période antérieure.

10Si l’auteur de la vida savait non seulement les origines du troubadour en tant que seigneur de Blaye, ce qui est l’évidence même, mais aussi quelques chansons que la vida précède dans plusieurs manuscrits, ce sur quoi la critique est unanime, il savait peut-être aussi ce que l’on disait de sa disparition pendant la traversée. La vida le représentera en effet comme arrivé en Terre Sainte à l’article de la mort : per mort. De là à le faire expirer dans les bras de sa bien-aimée, qu’il aurait enfin connue de près, il n’y a qu’un pas, un pas inspiré sans doute, mais un pas seulement. Contrairement à ce qu’affirme la critique, de Gaston Paris à Don Alfred Monson, la seule fréquentation de Lanquan li jorn et une notion des origines nobles du troubadour laissent trop libre cours à la création romanesque pour l’auteur de la vida. Si nous admettons cependant que Rofian nous livre le chaînon manquant en faisant tomber malade et disparaître en mer notre troubadour, la part d’invention — pourtant nécessaire et admirable — se réduit à l’avoir gardé encore en vie le temps d’arriver, et de le déposer presque directement dans les bras de la comtesse.

11Voilà ce que nous apprend un « passage » qui semble au plus tard contemporain de la vida, s’il ne remonte pas au siècle précédent. En tout cas, quelle que soit sa date de composition, il véhicule une information peut-être historique mais qui, même légendaire, a pu servir de toile de fond à la composition de la vida. Donnée véridique ou légende qui donne naissance au mythe (Gourc 2005), elle transmet une autre version de la mort du troubadour qui est sans doute plus probable que celle qui va suivre et se développer dans la vida.

12Qu’est devenue cette donnée historique ou légendaire avant de se fondre dans la grande légende de la vida ? Il n’y a pas d’autres témoignages avant la vida. Trouve-t-on des traces d’une mort en mer dans des textes postérieurs à la vida ? Il en existe peut-être un exemple mais celui-ci nous fera sortir de nos confins géographiques et linguistiques.

13Tout le monde sait l’hommage que Pétrarque rendit à Jaufre Rudel, ou du moins à sa légende, dans les Triomphes. Que savait Pétrarque de Jaufre Rudel au juste ? En racontant que le troubadour Giaufrè ou Gianfrè prit la voile et la rame pour trouver la mort (ch’usò la vela e’l remo | a cercar la sua morte), on a toujours supposé qu’il faisait écho à la vida, comme il le fait avec les données dont il dispose pour Folquet de Marseille et Guilhem de Cabestanh ou Raimbaut de Vaqueiras, dont la vida reprend curieusement quelques éléments de celle de Jaufre Rudel. Pétrarque savait-il plus que les noms et les éléments biographiques, vrais ou faux, fournis par les vidas ? Où aurait-il donc puisé ces données sur Jaufre Rudel ?

14Le cas singulier de Jaufre Rudel pose question et appelle une hypothèse : Pétrarque aurait mieux connu Jaufre Rudel qu’on ne le dit car il ne suivait pas seulement les vidas ou même les rares chansons que lui-même aurait éventuellement pu connaître. Pétrarque reste l’un des premiers à faire allusion au seigneur de Blaye. Avant Pétrarque (1304-1374) autour de la première moitié du siècle, certes après la composition de la vida dans la première moitié du xiiie siècle, nous disposons seulement des quelques rares témoignages qui attestent la légende de Jaufre avant la vida et notamment celle de Rofian. Faut-il estimer, comme Umberto Manfredi et d’autres (Manfredi 1947, 8 ; Rosenstein 2016, 185-204), que les références à Jaufre Rudel et Guilhem de Cabestanh proviennent des indications légendaires des vidas : derivano da notizie di natura leggendaria contenute nelle biografie ? C’était apparemment l’opinion d’Alessandro Velutello, Giovanni Andrea Gesualdo et d’autres commentateurs qui arguaient de leur propre connaissance de la vida légendaire pour étayer la phrase de Pétrarque (Velutello 1573 ; Gesualdo 1576, 368). L’ensemble des éditions des Trionfi se contentent de gloser le passage de Pétrarque avec la vida (Calcaterra 1927, 53). Ici encore, on a peut-être manqué de voir quelque chose d’essentiel, car avec ce passage de Pétrarque, il faut reparler du passatge de Jaufre Rudel.

15Il faudrait voir dans les mots de Pétrarque non pas une allusion à la vida, ou pas seulement, car le poète s’accorde bien avec elle sur la première partie du périple de Jaufre Rudel : il prit la mer, mes se en mar. Pétrarque insiste cependant sur l’intention de trouver la mort, non pas de chercher l’amour. La version de Pétrarque ne confirme ni n’infirme la vida, qu’il connaissait probablement, mais elle pourrait aussi bien renforcer ce que nous avait appris Rofian avant l’élaboration de la vida, au même moment, ou peu après, que Jaufre Rudel eut bien trouvé la mort qu’il cherchait al passatge, en prenant la mer, comme le dit Rofian. Après tout, c’est à peu de chose près ce que nous avait dit la vida : tombé malade en route, il est arrivé à bon port comme mort, per mort, condamné et mourant, comateux ou inconscient, « comme un homme mort ». Seule a été introduite par la vida la raison de son départ — la recherche de sa dame au loin — ainsi que les circonstances de sa mort auprès d’elle. Mais ces éléments romanesques, contrairement à ce que l’on a l’habitude de dire, ne sont pas explicitement présents dans Pétrarque, qui le dit parti chercher la mort qu’il a bien trouvée, comme son vieil ami Hugues le Brun, et non une dame qu’il recherchait et qui aurait été ajoutée après-coup par l’auteur de la vida.

  • 2  Sur la mortalité des guerriers à la croisade, notamment à cause de la lèpre, mieux documentée que (...)

16Jaufre Rudel figure à côté de Guilhem de Cabestanh avec qui sa légende est souvent associée et comparée (Rieger 2005). Mais, fait significatif, pour Pétrarque comme pour nous, Jaufre Rudel figure ici parmi les malheureux en amour (Zingarelli 1930). Ce qui ne serait pas le cas si Pétrarque l’avait vu « finir » heureux dans les bras de sa bien-aimée : cela eût été le grand rêve de tout troubadour, car « finir » se rapporterait non pas à la fin’amor distante mais dans ce cas signifierait plutôt la petite mort, intime, la fin d’amor, et non pas la Mort tout court ! Si le malheureux Guilhem de Cabestanh a été tué par un mari jaloux et son cœur mangé par sa dame, même si elle a eu excellent appétit et a trouvé ce mets si savoureux que jamais de la vie elle n’en mangerait d’autre, comme elle l’annonce avant de se jeter du balcon, cela n’apporte aucune satisfaction posthume au défunt, qui n’en saura rien de toute manière. Alors, pour Pétrarque, contrairement à la vida, Jaufre Rudel, autre malheureux en amour, obsédé par la mort, a sans doute succombé al passage sans jamais avoir atteint l’amour qui lui restera définitivement inaccessible, au loin, comme son épithète de lonh l’indique. La fin du troubadour d’après la vida n’est pas confirmée par Pétrarque : c’est plutôt une possible vérité historique sur la mort du troubadour faisant son chemin, due au choléra, à la peste ou à d’autres maladies qui sévissaient à bord des navires de guerre. Tel fut le destin des croisés qui, pour la plupart, ne sont pas tombés sous des glaives sarrasins. Ce sera également le cas du Chastelain de Coucy, comme Villehardouin le raconte, mort en route pour la quatrième croisade. Il a fallu attendre le xxe siècle pour que la majorité des victimes de guerre soient des combattants touchés au front comme Guillaume Apollinaire. Jusqu’alors, la majorité des victimes décédaient d’autre chose et principalement de maladies infectieuses. Paul Cravayat et Robert Lafont, sans connaître Rofian, avaient déjà imaginé une fin comparable pour Jaufre Rudel, qu’ils voyaient victime peut-être d’une épidémie (Cravayat 1950) ou même de la lèpre (Lafont 1992)2.

17Jaufre Rudel n’est probablement pas mort en victime de l’amour, pas plus que de la guerre, mais de mort presque naturelle, en tout cas prosaïque et pathologique. Raison de plus pour que ces mystérieuses chansons d’amour aient dû attendre la trouvaille d’un Uc de Saint-Circ ou autre biographe génial afin d’intégrer l’histoire véridique de la disparition de Jaufre Rudel al passage en croisade dans une histoire d’amour légendaire, comme pour le cœur mangé dans le cas du Chastelain de Coucy : pour le biographe, Jaufre Rudel serait mort non seulement en quête de cet amour de loin qu’il chanta si obscurément mais en mourant dans ses bras. C’est la vida qui le fait partir à la recherche du grand amour qu’il n’a pas trouvé ailleurs qu’en rêve. Pétrarque le fait partir en quête de la mort et qu’il trouvera, comme tout le monde, banalement : une petite mort, non pas la petite mort. Mais d’après la vida seulement, il la trouvera dans les bras de sa dame avant qu’elle-même ne se donne la mort en renonçant au siècle, à la vie séculière et temporelle, pour faire de leur couple les Tristan et Iseut occitans — lui mort, ella morga (graphie du ms. I pour monga dans le ms. B).

18Ce n’est pas tout : Pétrarque semble avoir lui aussi pris position dans le débat qui, au moins un siècle auparavant, avait opposé Rofian et Izarn. Ce dernier, l’interlocuteur bien terre à terre dans le partimen cité plus haut, répond à Rofian, plus idéaliste que lui, que Jaufre Rudel n’aurait jamais entrepris son voyage s’il avait su qu’il allait trouver la mort :

qar vos sabes, si·l vescoms amoros
Jaufres saupes penre mort ni turmen,
Non es nuills jois per q’el fes cell viage.
(Harvey-Paterson 2010, 1148)

C’est-à-dire, « Car vous savez, si le vicomte amoureux Jaufre avait su qu’il allait affronter la mort et la souffrance, pour aucune joie il n’aurait fait ce voyage ».

  • 3  Cf. la traduction (1553-1556) de Pétrarque par Lord Parker Henry Morley (1971, 104) : « sought his (...)

19Or, Pétrarque réplique justement, comme Rofian avant lui qui affirmait que le troubadour était mort de bon gré (Harvey-Paterson 2010, 1150 : e quar muric En Jaufres volontos), mais plus directement, que c’est là exactement ce que Jaufre était parti chercher : a cercar la sua morte3. Rofian l’avait dit : il n’a pas perdu la vie, il a trouvé la mort. Dans ce sens, Pétrarque, sans parler d’amour mais de mort principalement, et cela en mer, semble s’accorder avec l’affirmation antérieure de Rofian, peut-être même avant la vida, que Jaufre Rudel prit la mer pour y mourir. Ou comme le dit le proverbe cité par Mistral, Aquesto vido es qu’un passage : notre vie n’est qu’une traversée.

Haut de page

Bibliographie

Asperti Stefano 1995. Carlo I d’Angiò e i trovatori, Ravenna, Longo, 1995.

Bec Pierre 2000. La joute poétique. De la tenson médiévale aux débats traditionnels, Paris, Les Belles lettres.

Blum Paul 1912. « Der Troubadour Jaufre Rudel und sein Fortleben in der Literatur », Jahresbericht der zweiten Königlichen Staatsrealschule in Brünn.

Bonnarel Bernard 1981. Las 194 cançons dialogadas dels trobadors, Paris (à compte d’auteur).

Calcaterra Carlo 1927. Petrarca : Trionfi, Torino, Unione tipografico-editrice torinese.

Chambers Frank M. 1971. Proper Names in the Lyrics of the Troubadours, Chapel Hill, UNCCH.

Cingolani Stefano M. 1992-1993. « The Sirventès-Ensenhamen of Guerau de Cabrera : A Proposal for a New Interpretation », Journal of Hispanic Research, 191-200.

Cravayat Paul 1950. « Les origines du troubadour Jaufre Rudel », Romania 71, 166-179.

Gaunt Simon 2006. Love and Death in Medieval French and Occitan Courtly Literature : Martyrs to Love, Oxford, Oxford University Press.

Gesualdo Giovanni 1576. Il Petrarcha con l’espositizione di M. Gio. Andrea Gesualdo. Nuovamente ristampato, Venise, Alessandro Griffio.

Gourc Jacques 2005. « De la fiction au mythe », communication inédite présentée au colloque Jornadas Lonh, Toulouse, 1er décembre 2005.

Harvey Ruth, Paterson Linda 2010. The Troubadour Tensos and Partimens : A Critical Edition, Cambridge, D.S. Brewer.

Hölzle Peter 1980. Die Kreuzzüge in der okzitanischen und deutschen Lyrik des 12. Jahrhunderts, Göppingen, Kümmerle.

Lafont Robert 1992. Jaufre Rudel : Liriche, Firenze, Le Lettere.

Manfredi Umberto 1947. La poesia provenzale e la cultura del Petrarca, Palermo, Unione tipografico-editrice siciliana.

Mitchell Piers D. 2011. « The Spread of Disease with the Crusades », Between Text and Patient : The Medical Enterprise in Medieval and Early Modern Europe, Eliza Glaze, Brian K. Nance éds., Firenze, Edizioni del Galluzzo, 309-329.

Monson Don Alfred 1985. « Jaufre Rudel et l’amour lointain : les origines d’une légende », Romania 106, 36-56.

Morley Parker Henry 1971. Lord Morley’s Tryumphes of Fraunces Petrarcke : The First English Translation of the Trionfi, Cambridge, Harvard University Press.

Neumeister Sebastian 1969. Das Spiel mit der höfischen Liebe. Das altprovenzalische Partimen, München, Fink.

Paden William D., Sankovitch Tilde., Stäblein Patricia H. 1986. The Poems of the Troubadour Bertran de Born, Berkeley, University of California Press.

Paris Gaston 1912. « Jaufre Rudel », Revue historique 53, 1893, 225-260. Repris dans ses Mélanges de littérature française du Moyen Âge, Paris, 498-538.

Ricketts Peter T. 2005. Concordance de l’occitan médiéval, Turnhout, Brepols.

Rieger Angelica 2005. « Trobador-Mythen : Guilhem de Cabestanh und Jaufre Rudel », Ulrich Muller, Werner Wunderlich éds., Mittelaltermythen, Konstanz, 487-528.

Riquer Martín de 1975. Los trovadores : historia literaria y textos, Barcelona, Planeta.

Rosenstein Roy 1990. « New Perspectives on Distant Love : Jaufre Rudel, Uc Bru, and Sarrazina », Modern Philology, 87, 225-238.

Rosenstein Roy 2016. « Jaufre Rudel de Blaye à Florence : Dante, Pétrarque et Boccace », Les Troubadours et l’Italie, Gilda Caïti-Russo éd., Revue des langues romanes, t. CXX, n° 1, 185-204.

Rosenstein Roy, Leclair Yves, 2011. Chansons pour un amour lointain : Jaufre Rudel, Gardonne, fédérop.

Segre Cesare 20032. La chanson de Roland, Genève, Droz.

Toury Marie-Noëlle 2001. Mort et fin’amor dans la poésie d’oc et d’oïl aux xiie et xiiie siècles, Paris, Champion.

Velutello Alessandro 1573. Il Petrarcha con l’espositizione di M. Alessandro Velutello. Di nuovo ristampato, Venise, Gio. Antonio Bertano.

Wolf George, Rosenstein Roy 1983. The Poetry of Cercamon and Jaufre Rudel, New York, Garland.

Zingarelli Nicola 1930. « Petrarca e i trovatori », Provenza e Italia, Firenze, Comitato Nazionale per le Onoranze Centenarie a Frederico Mistral, 99-119.

Haut de page

Notes

1  Pour une datation postérieure mais toujours avant 1254, voir Harvey-Paterson (2010, 826).

2  Sur la mortalité des guerriers à la croisade, notamment à cause de la lèpre, mieux documentée que les autres maladies peut-être plus meurtrières, nous avons maintenant la belle étude de Piers D. Mitchell (2011).

3  Cf. la traduction (1553-1556) de Pétrarque par Lord Parker Henry Morley (1971, 104) : « sought his death ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roy Rosenstein, « Avant la vida : aux origines de la légende de Jaufre Rudel, grand amour ou petite mort ? Les témoignages de Rofian et de Pétrarque »Revue des langues romanes, Tome CXXV n°1 | 2021, 109-120.

Référence électronique

Roy Rosenstein, « Avant la vida : aux origines de la légende de Jaufre Rudel, grand amour ou petite mort ? Les témoignages de Rofian et de Pétrarque »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXV n°1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rlr/4139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.4139

Haut de page

Auteur

Roy Rosenstein

The American University of Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search