Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXX N°2VariaL’autrier trobei tras un fogier (...

Varia

L’autrier trobei tras un fogier (P.-C. 162, 3) : lecture d’un sirventès de Garin d’Apchier

Jean-Pierre Chambon
p. 451-489

Texte intégral

Nos remerciements s’adressent à Geneviève Brunel-Lobrichon, France Lagueunière, Marjolaine Raguin, Gérard Gouiran et Yan Greub pour les indications dont ils ont bien voulu nous faire part.

  • 1 Sur ce cycle, voir Latella (1994, en particulier 61-87), Léglu (1996), Méjean (1971, 395) et Guida (...)
  • 2 Ces lignes étaient écrites quand nous avons pris connaissance d’un article de Saverio Guida qui com (...)

1L’autrier trobei tras un fogier appartient au cycle de pièces polé-miques et insultantes échangées vers le troisième quart du 12e siècle par les troubadours gévaudanais Garin d’Apcher et Torcafol1. Ce sirventès, qui ne compte que trois strophes, a été transmis par Da et, pour la première strophe seulement, par D. Dans les pages qui suivent, nous tenterons de contribuer à une meilleure compréhension d’un texte que Witthoeft (1891, 27) jugea « ganz besonders dunkel », ce qui est aussi l’opinion de Latella (1994, 83) : « si presenta ardua una piena comprensione ». Nous nous appuierons sur les éditions et les commentaires d’Appel (1890, 25-26), Witthoeft (1891, 63-64, 27), Latella (1994, VIII, 220-230) et Franchi (2006, 90-93)2.

Strophe I, vers 1

Appel (Da) « 1L’autrier trobei lonc un fogier ».
Appel (D) « 1L’autrier trobei tras un fogier ».
Latella « 1L’autrier trobei tras un fogier ».

Un incipit de pastourelle aussitôt démenti

  • 3 Voir aussi Franchi (2006, 90) et Guida (2011, 239-240).
  • 4 La première pastourelle selon Jeanroy (1934, 2, 338).

2Comme Latella (1994, 222) l’a indiqué avec beaucoup de justesse, « l’incipit trae, a tutta prima, in inganno sul genere cui è da ascrivere il componimento, giacché riunisce due elementi – l’indefinita allusione temporale (l’autrier) e il rinvenimento di qualcosa di inaspettato (trobei) – caratteristici e propi della pasto-rella, ma lo svolgimento distende le prime battute dell’esordio ». L’éditrice poursuit : « Lo scarto rispetto alla restante testura è probabilmente voluto e ricercato per creare un effetto quasi comico (tale funzione pare avere l’improvvisa introduzione di un efas e di una noirissa là dove ci si aspetterebbe una pastora o comunque una descrizione bucolica) e per stimolare l’attenzione de l’uditorio sul messagio polemico che si voleva trasmettere »3. Parmi les pastourelles conservées que Garin d’Apchier a pu connaître, L’autrier trobei tras un fogier détourne clairement, comme l’a montré Vatteroni (2004, 258-259), un début de Marcabru (P.-C. 293, 30) : « L’autrier jost’ una sebissa / trobei tozeta mestissa » (éd. Gaunt et al. 2000, 378, v. 1-2)4.

Le sens de fogier

3Le genre que la pièce commence par s’assigner induit l’auditeur/lecteur à anticiper un cadre champêtre : après la préposition tras, il s’attend à trouver, un syntagme nominal participant d’une « descrizione bucolica ». Pourtant, l’objet encore inconnu que l’énonciateur va découvrir n’est pas situé, comme on s’y attendrait, en pleine nature, mais au contraire « tras un fogier » (D) ou « lonc un fogier » (Da), c’est-à-dire, selon le savoir encyclo-pédique partagé, à l’intérieur d’une habitation. La rupture brutale de l’amorce de pastourelle, l’incongruité du cadre suggéré, l’effet de surprise que produit le faux aiguillage générique, tout cela concourt au plaisir du texte.

  • 5 Cf. aocc. foguier (MongeMont, Rn 3, 345 = Appel 1902, 256 = éd. Routledge 1977, 93, v. 18), fuguier(...)

41.2.1. Toutes choses égales par ailleurs, il n’y a pas de raison en effet de donner au substantif fogier une autre valeur que son sens nucléaire en occitan médiéval : “lieu où l’on fait du feu, le plus souvent espace aménagé à l’intérieur d’un édifice, âtre d’une cheminée, foyer”5. Witthoeft (1891, 27) comprenait « an der Seite eines Ofens ». De toute manière, au point où en est l’audi-teur/décodeur à la fin du premier vers, il ne peut qu’assigner à fogier, au moins en première instance, son sens de base.

  • 6 Le sens de “casa, casolare” est admis par Franchi (2006, 93 “casa”) et par Guida (2011, 240, 241, 2 (...)
  • 7 On peut observer en outre qu’en français, où foyer “âtre de la cheminée” est attesté depuis ca 1135 (...)

51.2.2. Le sens métonymique “casa, casolare” choisi par Latella au glossaire (Latella 1994, 268) et dans sa traduction (“casolare”, p. 221) n’est attesté ni par la lexicographie de l’ancien occitan, ni par le FEW6. Il conviendrait donc de démontrer en quoi le sens nucléaire ne convient pas et en quoi un sens métonymique s’impose ou du moins est préférable. En effet, selon l’axiome de Möhren, « tout sens nouveau est un sens faux » (sauf argumen-tation spécifique convaincante), la charge de la preuve revenant à l’inventeur d’un sens nouveau7. Attendons.

Tras ou lonc ?

  • 8 FEW (13/2, 197b, trans), DAOA (1240) et Latella (1994, 282). Notons que [tras] signifiait “à côté d (...)
  • 9 Lv (4, 432, qui corrige Rn 4, 94), Appel (1902, 268) et FEW (5, 407b, longus). Ajouter doc. Rouergu (...)

6Latella (1994, 220) édite « tras un fogier » en suivant D, tandis que Da porte « lonc un fogier ». Le choix de la préposition et la question de la portée sémantique de ce choix ne se posent guère à l’éditrice, dans la mesure où elle donne à fogier (à tort, selon nous, voir ci-dessus § 1.2.) le sens de “casa, casolare”. Dans cette hypothèse de lecture, tras prép. “(pour exprimer la postériorité spatiale), de l’autre côté de, derrière”8 convient mieux, en effet, que lonc “à une faible distance de, proche de, à côté de”9.

7La leçon « long » (sic) est préférée par Witthoeft (1891, 64), qui traduit, nous l’avons dit, « an der Seite eines Ofens » (p. 27). Avec fogier au sens d’“âtre d’une cheminée, foyer” comme régime de la préposition, lonc “à une faible distance de, proche de, à côté de” paraît plus satisfaisant à première vue : on place un enfant au berceau (v. 2, voir ci-dessous § 2.2.2.) devant le foyer afin qu’il bénéficie de la chaleur, et le chat (v. 4) a l’habitude de se coucher près de l’âtre pour se chauffer. Toutefois, pour cette raison même et dans un texte qui démarre à contre-pied, « lonc un fogier » est, au plan sémantique, une interprétation facilior. La leçon de D « tras un fogier » comporte une aspérité sémantico-référentielle qui doit justement la rendre préférable (comme le montrera, pensons-nous, l’analyse du reste de la strophe I et de la strophe II) : dans le monde ordinaire, un âtre suppose une cheminée (foyer + conduit) qui s’adosse à un mur, de telle sorte qu’on ne peut normalement rien apercevoir ‘derrière un foyer’. Cette aspérité doit aiguillonner et aiguiller le lecteur dans sa construction du référent : c’est un interprétant riffaterrien. Le texte pose l’existence d’un foyer, mais il n’y a pas de mur qui ferait obstacle au regard du poète.

Bilan

  • 10 Dans le même sens, voir déjà Guida (2011, 240-241) : « l’adesione ai modelli si rivela subito solo (...)

8Selon Latella (citation ci-dessus § 1.1.), la rupture avec l’hypotexte des incipit de pastourelles ne se produirait qu’avec « on era us efas mes » (v. 2) et la suite (« improvvisa introduzione di un efas e di una noirissa »). Selon nous, cette rupture intervient plus tôt et plus brutalement sur « tras un fogier »10. Dès le premier vers, le poète construit l’horizon d’attente de l’auditeur/décodeur et le dément immédiatement. La fracture à l’intérieur du premier vers se fait sur un interprétant (« tras un fogier ») qui vise à stimuler l’interprétation et implique un programme de lecture : si l’encodeur entend prendre l’auditeur/décodeur à contre-pied, l’auditeur/décodeur doit, pour l’entendre, prendre à son tour le texte à contre-courant et ne pas suivre la pente de la facilité. Contre-pied et inversion sont la règle de construction et la règle de lecture du texte.

Strophe I, vers 2

  • 11 Matériellement, le vers 2 se lit ainsi dans Da « Un cro-[2]-lon nera un efasmes » (source : Erreur  (...)

Appel (Da) « 2un crol’, onn era us efas mes » [ms. un]11.
Appel (D) « 2un croille ab dos enfanz mes ».
Latella « 2Un broill, on era us efas mes ».

La correction « broill »

9Le texte de Latella se fonde sur Da, tout en introduisant un lexème restauré « broill ». « Al v. 2, écrit l’éditrice (p. 222), non si è creduto d’accogliere la lezione tràdita dai due testimoni disponibili (croille D, crol Da) dal momento che di crol non si rinviene, al di là della laconica e non altrimenti documentata attestazione del LR (II, 520, “berceau”), alcuna altra occorrenza nella letterature in lingua d’oc pervenuta ; anche nella prospettiva dianzi accennata è sembrato ammissibile il fraintendimento nell’ascendente dei due codici relatori della lettera iniziale dell’originario reperto broill, lessema veicolo di catatteristiche e caratterizzanti immagini e suggestioni così usitato negli esordi delle pastorelle provenzali da poter essere definito topico e quasi immancabile in questo genere di componimenti (e quindi nelle loro contraffazioni parodiche) ». La correction est admise par Franchi (2006, 92).

Défense de « crol’« /« croille »

10L’argument qui consiste à justifier broill par l’idée que ce mot est « topico e quasi immancabile in questo genere di componi-menti (e quindi nelle loro contraffazioni parodiche) » ne nous semble pas facilement recevable. L’éditrice introduit une lectio facilior (cf., dans ce sens, Gresti 1997, 373-374). Or, il ne faut surtout pas banaliser un texte dont la règle est le contre-pied.

112.2.1. D’ailleurs, au plan stylistique, l’emploi de broill n’aurait rien de réellement parodique, c’est-à-dire de caricatural : il ne s’agirait que d’une banale soumission aux clichés du genre pastoral. En outre, on n’a pas véritablement affaire, selon nous, à une « contraffazione parodica », mais à un vrai début de pastourelle immédiatement cassé. L’effet de surprise, voire de choc, obtenu dès le premier vers grâce à « tras un fogier », serait atténué de manière peu heureuse par « broill » et risquerait d’être anéanti par la réintroduction d’un cliché pastoral. Le texte ne saurait revenir en arrière. On ne peut songer, d’autre part, à corriger afin de mieux les comprendre tous les hapax qui peuvent se présenter en ancien occitan. Il vaut mieux se soumettre au texte transmis.

  • 12 Cela a été bien vu par Guida (2011, 241) : « a me pare tuttavia che la lezione concordemente trasme (...)

122.2.2. Du reste, le texte de Da « Un crolon nera un efasmes » = « un crol’, onn era us efas mes » (Appel 1890, 25) est intelligible et peut être défendu12.

  • 13 Guida (2011, 241) accepte aussi le sens de “berceau”. Il nous semble cependant que son commentaire (...)

13Appel ne commente pas crol’, mais, puisqu’il connaissait à coup sûr l’article croille de Rn (2, 520) et le sens de “berceau” attribué à ce mot par ce lexicographe, ce sens allait de soi pour lui en tant que sens reçu, et ce d’autant plus évidemment qu’il est bien étayé par les éléments du cotexte onn, era […] mes et us efas. Witthoeft (1891, 27) comprenait de même « eine Wiege, worin ein Kind lag »13.

  • 14 Respectivement PrisJér (ms. vers Castres 1373) et Fier (lang. Aude/Ariège), AuzCass (auteur rouerga (...)
  • 15 Voir Adams (1913, 544-545 : postverbaux en ‑e) et Ronjat (1930-1941, 3, 331 : postverbaux fournissa (...)
  • 16 Lv (1, 420)= FEW (2, 1229a, *corrotulare, aussi afr.) = DAO (196, 1-1).
  • 17 Gresti ne s’arrête malheureusement pas à cette solution. Il ajoute : « Si potrebbe anche, certo più (...)
  • 18 Ms. « nous vous crolerons pour dormir » (Runnalls corrige inopportunément « cloerons ») ; néant dan (...)

14Or, si le substantif masculin crol’/croille n’est pas attesté ailleurs dans ce sens, ce n’en est pas moins un mot possible et bien formé en ancien occitan. Il se rattache en effet, pour le signifiant et le signifié, au groupe d’aocc. crotlar/crol(l)ar v. intr. “branler, trembler” et tr. “remuer, branler”14. Au plan formationnel, il s’agit du déverbal en -e15, attesté dans une autre valeur (nomen actionis) par alang. crotle s. m. “tremblement de terre” (PThalMontp)16. On peut également faire état de deux synonymes formés sur le même modèle déverbatif : aocc. bres s. m. “berceau” ¨ aocc. bresar v. tr. “bercer” (FEW 1, 336b, 337a) et auv. cros “berceau” ¨ aocc. crossar v. tr. “branler, secouer” (FEW 2, 1366a, *crottiare). Pour le sens de “berceau” que nous attribuons à crol’, à la suite de Rn (2, 520), Appel, Witthoeft et Gresti (1997, 374)17, on peut comparer, avec Gresti, frm. (probablement rég.) crouler/crosler v. tr. “bercer (un enfant)” (Stœr 1625), flanqué de quelques données dialectales d’oïl (saint. aun. Côte-d’Or) dans FEW 2, 1229b (où l’on ajoutera mfr. rég. croler dans PassAuv, éd. Runnals 1982, 196 et n., v. 2572)18. Quant à la forme « croille » de D (hapax dans Rn 2, 520 ; attestation non reprise par LvP et FEW), elle peut représenter le traitement [‑ʎ‑] du groupe ‑t’l‑, tandis que le traitement de crol’ serait celui des mots de la deuxième couche : voir Ronjat (1930-1941, 2, 239-240), qui donne des exemples de double traitement au sein d’une même famille lexicale.

  • 19 Guida (2011, 242) est conduit « a non escludere che Garin [...] abbia voluto investire nel passo ch (...)

15Le cotexte (à savoir la suite du vers 2) permet de préciser la signification que le substantif efas assume en discours : “enfant qui ne marche pas encore, enfant au berceau, enfantelet”19. En langue, le sens est “jeune être humain (mâle), du stade embryonnaire à la 20e année” (Chambon/Vialle 1998, 375-376).

Le texte de D

16D paraît en perdition devant un passage qu’il n’a pas compris, faute d’avoir saisi le sens de croille, comme le montrera la leçon « en un leit » au vers suivant (voir ci-dessous § 3.4.). Les mots « ab dos » dans « ab dos enfanz » semblent être des éléments de récupération tirés du vers 3 « ab dos cures ». Il convient donc, comme l’a fait Latella, sauf pour « crol’«, de suivre Da.

Bilan

  • 20 Guida (2011, 241) souligne avec justesse que crol/croille accentue « l’effetto dirompente e beffato (...)
  • 21 Cf. Guida (2011, 239) parlant de « rebus ».

17Au total, la correction « broill » est loin de s’imposer. Le vers 2 confirme la rupture qui s’est produite au premier vers avec le modèle de la pastourelle, et il l’accentue20. Alors que Marcabru (P.-C. 293, 30) trouvait dès le deuxième vers une très jeune fille (« una tozeta »), c’est un enfant au berceau que découvre le je du texte. Il y a assez clairement surenchère intertextuelle doublée d’une piquante inversion des genres, au moins au plan gram-matical ; Franchi (2006, 90) commente avec à-propos : « Non viene infatti incontrata una pastora, anzi non viene incontrata neanche una donna, bensì un neonato, in fasce, sorvegliato da un gatto nero, in un rapporto quasi antitetico con la pastorella usuale che invece prevede che si incontri non chi è custodito ma chi custodisce ». Chez l’auditeur/décodeur, l’impression d’incon-gruité déjà ressentie (voir ci-dessus § 1.2., 1.3., 1.4.) se confirme. Les ingrédients inattendus sont là, comme l’écrit Latella (1994, 222), pour « stimolare l’attenzione dell’uditorio » : le texte se construit progressivement comme une énigme21.

Strophe I, vers 3

  • 22 Matériellement, le vers 3 se lit ainsi dans Da : « Ela olet edos conres » (Erreur ! Référence de li (...)

Appel (Da) « 3e la olet’ e dos conres »22.
Appel (D) « 3en un leit ab dos cures ».
Latella « 3En un rolet ab dos conres ».

La correction « rolet »

18Comme au vers 2, le texte de Latella se fonde sur Da tout en introduisant un lexème restauré : « rolet ».

  • 23 Guida (2011, 243-244) repousse au contraire la conjecture de Latella, mais propose à son tour une c (...)

193.1.1. L’éditrice justifie en ces termes la correction qu’elle opère : « La lettura somministrata per il v. 3 da D : e la olet e dos cures e da Da : en un leit ab dos conres si configura irrecepibile sia per motivi d’ordine logico (in special modo avulsa dal contesto la deposizione di D) che formale (impone subito cautela e sospetto l’ipometria di Da). Non si è forse troppo lontani dal vero postu-lando una diffrazione in absentia immediatamente dopo la seconda sillaba, là dove i due codici porgono rispettivamente olet et leit (la lezione di Da, pur concettualmente acettabile, appare lectio facilior), e assumendo una primitiva voce rolet, portatrice nel dominio linguistico gallo-romanzo, tra l’altro, del senso di “rotolo di tessuto”, “drappo arrotolato”, “tela leggera”, “striscia di battista riavvolta”, “lenzuolo avvolticchiato” (cf. God., VII, 229 ; SW, VII, 371 ; Mistral, II, 799 ; FEW, X, 511-17) » (Latella 1994, 222-223). Au glossaire, rolet est défini par “tela leggera” (Latella 1994, 279), tandis que la traduction donne, assez différemment, “len-zuolo” (« in un lenzuolo con due coperte », p. 221). La correction n’a pas manqué d’approbateurs : Gresti (1997, 374 « al v. 3, al contrario, sembra buona la ricostruzione rolet »), Franchi (2006, 92 “fascia”), Spetia (2011, 543 “fascia”)23.

  • 24  = Lv (7, 371) = LvP (329).

203.1.2. À vrai dire, le lexème restauré rolet ne bénéficie en lui-même que d’un faible soutien en occitan : FEW (10, 513b, rotulus) ne mentionne qu’alim. rollet “sorte de drap” (1463)24, à côté de mfr. roulet “drap de couverture” (1453–1464). Mistral (2, 799 : seulement rol de drap “rouleau de tissu”), invoqué par Latella, ne fournit pas d’appui convaincant, et pas davantage à l’article roulet (2, 808).

213.1.3. On ne peut écrire avec Latella (1994, 222), d’autre part, qu’au plan formel « impone subito cautela e sospetto l’ipometria di Da ». Dans Da, le vers 2 est en effet parfaitement 8-syllabique. Il n’est hypométrique que dans la note de l’éditrice, où sont hybridées, par inadvertance sans doute, les leçons des deux manuscrits : « D : e la olet e dos cures e [...] Da : en un leit ab dos conres », alors qu’on a en réalité D « En un leit ab dos cures » (-1) et Da « Ela olet edos conres ». L’apparat de Latella (1994, 220) décrit d’ailleurs correctement la situation. C’est donc D qui se dénonce comme inférieur par son hypométrie.

Défense de « olet’« 

22À notre sens, le texte de Da tel que Appel (1890, 25) l’édite (« e la olet’ e dos conres ») ne doit pas être abandonné ; il est intel-ligible et peut être défendu.

  • 25 FEW (7, 349b, olla), DAOA (838) et ALMC (787). Aj. doc. Mende 1472-1473 (André 1885, 37).

23Appel (1890, 25, 26) a interprété « olet’« et a commenté ce mot de manière laconique, mais pertinente : « oleta n’est pas dans Rayn. Le mot sera un diminutif de ola ». Cette analyse donne satis-faction : oleta est certes un hapax en ancien occitan (ce que confirme la consultation de la COM2), mais c’est un mot possible et bien formé. Le simple ola est largement attesté25 et le diminutif du type oleta “petite marmite ; petit pot, pot de moyenne gran-deur” est connu de divers parlers d’oc contemporains (mdauph. daupha. Isola, Ariège, Limagne dans FEW 7, 350a, olla) et aussi en Lozère (Escolo Gabalo 1992, 358 : ougeto, ‑leto “petite marmite”). Si Lv (5, 470) présente un article oleta sans séman-tisation, basé seulement sur les vers 1-4 de la pièce qui nous intéresse, avec un probe commentaire (« Die Stelle ist unklar »), cet auteur a néanmoins admis oleta “petite marmite” dans LvP (266), certainement sur la base du même passage de Garin.

24Comme il a été question d’un âtre (v. 1), la mention d’une marmite est naturelle : le regard procède de proche en proche. Le passage de l’article indéfini dans un fogier (v. 1) et un efas (v. 2) à l’article défini dans la olet’ resserre et rapproche la description, et fait de olet’ un objet typique et familier dans l’univers que construit le texte (cf. Latella 1994, 223).

Le sens de conrés

25Plusieurs interprétations de conrés ont été proposées.

263.3.1. Appel (1890, 26 n. au v. 3) renvoyait pour « conres, cures » à sa note au vers 2 de la pièce de Garin d’Apchier « Veillz Cumunal plaides » (éd. Latella 1994, 202, VI, v. 2), note où il est question de « corres, corretz “courroie” » (Appel 1890, 24 n. 2). Ce savant pensait probablement que le référent était des sangles maintenant le nourrisson emmailloté (Da) ou sur le lit (D).

  • 26 Mot attesté par Rn (2, 527) “courroie” (corretz pl., GuillPoit, mais voir 6, 167 ; correy, BBorn [d (...)

27Cette interprétation est sémantiquement cohérente. Néanmoins, au plan de l’expression, il y a trop loin de *[korˈretʃ] > *[-ˈets] > *[-ˈes], phonies certaines du métaplasme issu de corrigia, à la graphie conres, pour qu’on identifie volontiers cette dernière forme à la même unité lexicale que correg/correi “courroie”26. En outre, dans Da, « conres » est séparé de « un crol’, onn era us efas mes » (v. 2) par « e la olet’«, si bien que la suite des idées se perdrait. Dans D, qui n’a pas compris le passage et tente de restaurer le sens (voir ci-dessus § 2.3. et ci-dessous § 3.3.), cures pourrait être, en revanche, un écho approximatif de corretz (voir ici n. 26).

283.3.2. Selon le glossaire de Latella (1994, 262), conré signifie “corredo, coperta”, mais en fait “coperta” comme le montrent la traduction (p. 221) et la note (p. 223) : « Il rimanente conres ha in ant. prov. (così come in ant. fr.) generalmente al singolare il significato lato di “corredo, equipaggiamento, panno di rivesti-mento” da cui non mi pare arduo ipotetizzare una restrizione e specializzazione semantica sfociante nel valore di “coperta”, del tutto pertinente e appropriato al contesto ». Le mot est donc compris comme un déverbal du verbe issu de *conredāre ; cette identification formelle ne peut être qu’approuvée. Franchi (2006, 93) et Spetia (2011, 543, 549) traduisent conrés par “panni”.

  • 27 Selon Guida (2011, 245), conrés serait porteur de « l’idea degli organi maschili che comunemente ve (...)

29Toutefois, si le sens de “coperta” est « del tutto pertinente e appropriato al contesto », c’est pour la bonne raison qu’il est entièrement tiré du contexte, et d’un contexte reconstruit grâce à la correction « rolet » à laquelle le sens de “lenzuolo” a été précé-demment prêté par Latella (voir ci-dessus § 3.1.1.). Cependant, le sens de “coperta” n’est attesté nulle part pour conré, sauf erreur de notre part. Il s’agit donc probablement d’un « sens faux »27.

  • 28 « De cela aiga prestiron e meiren els conres », Lv (1, 332 : “Speise”) = LvP (91 : “mets”) = éd. Ma (...)
  • 29 « [Un mauvais riche] manjava ad esple / .../ E non donava son conre » : Rn (2, 459) “nourriture” = (...)

303.3.3. Quant à nous, nous proposons de donner à conré (déver-bal de *conredāre) le sens de “chacun des aliments qui entrent dans l’ordonnance d’un repas, mets”. D’une part, ce sens est attesté dans CroisAlb28 et chez PCard29. Ce sens est, d’autre part, compatible avec le cotexte : après l’évocation d’un foyer (v. 1) puis de la marmite (v. 3), le texte passe du contenant au contenu. L’emploi de l’adjectif numéral dos pourrait conduire à envisager chez Garin d’Apchier, à partir du sens en langue “mets”, une valeur de discours synecdochique et comptable : “partie d’un mets destinée à une personne, portion”. En tous les cas, il y a dans le pot commun de quoi faire le repas de deux personnes. Et de deux seules.

Le texte de D

31Dans D, « leit » fait visiblement doublon avec « croille » (v. 2), mot dont le sens n’a pas été compris. Le vers de D apparaît donc comme une tentative pour récupérer, vaille que vaille, le sens du passage (voir ci-dessus § 3.3.1.) au détriment de la métrique (voir ci-dessus § 3.1.3.).

Bilan

32Après la mention d’un enfant au berceau (v. 2), celle de la pitance qui mijote dans « la » petite marmite (ou a déjà été répartie entre deux contenants individuels tenus au chaud près de l’âtre), permet probablement au poète de faire allusion par métonymie aux géniteurs qui occupent les lieux, mais en sont absents à l’arrivée de l’énonciateur. On peut même être tenté par une interprétation plus radicale : l’homme faisant, seul, son apparition aux vers 5 et 7, le repas ne comportant que deux portions (celles de l’homme et celle de l’enfant ? voir ci-dessus § 3.3.3.), la famille aura été réduite à un veuf et à son enfant. Quoi qu’il en soit, la modestie de l’équipement domestique que dénote le diminutif au singulier oleta, le fait que les habitants n’ont pas de domestiques ni de convives à nourrir, le fait encore que leur ordinaire semble constitué d’un plat unique, tout cela concourt à imposer l’idée de leurs modestes conditions de vie. On a, avant la lettre, un tableau de la vie des humbles, à la Coppée. (Dans un tel contexte l’absence criante de la mère est presque obligatoire : « Il n’est donc point de mère à ces petits enfants [...] ? », s’écriera Rimbaud dans Les Étrennes des orphelins, un pastiche de Coppée.)

Strophe I, vers 4

Appel (Da) « 4e la noirissa en un gat nier. »
Appel (D) « 4e·l nuirissa, un chat nier. »
Latella « 4E la noirissa : un gat nier. »

Le sens de noirissa

  • 30 Rn (4, 352), LvP (260) et FEW (7, 247b, nutricia).
  • 31 La noirissa inspire au médiéviste bien informé les commentaires suivants : « Spesso tale donna di c (...)

33Latella (1994, 223) adopte une excellente méthode en accordant à noirissa « il significato primario “nutrice” » – le seul connu en ancien occitan30 – et en repoussant du même coup celui de “pupillo, allievo”, pourtant « ben attestato nel lat. med. » et celui de “cucciolo d’animale” que possède seul le substantif masculin noiritz (Lv 5, 406 = LvP), un masculin qui, du reste, étant typiquement gascon (voir FEW 7, 249b, nutricium), cadrerait mal avec la patrie de l’auteur : le Gévaudan. Comme l’a indiqué Vatteroni (2004, 258) l’emploi de noirissa est certainement une allusion intertextuelle au vers 12 de L’autrier jost’ una sebissa de Marcabru (P.-C. 293, 30) : « merce Diu e ma noirissa » (éd. Gaunt et al. 2000, 378)31.

Un chat noir

  • 32 Il en va de même pour Guida (2011, 248), mais dans un sens érotique : « Segno distintivo della nutr (...)
  • 33 Voir aussi Spetia (2011, notamment 548-549), dont les considérations apportent peu de chose, nous s (...)

34Selon Latella (1994, 223), le chat noir serait un attribut carac-téristique de la nourrice32 : « l’allusione al gatto nero potrebbe essere intesa come una rappresentazione caratterizzante, per similitude, il personaggio della nutrice, probabilmente ben noto al circolo degli uditori »33.

  • 34 La leçon de Da « e la noirissa en un gat nier » nous paraît faire sens : “et la nourrice dans un ch (...)

35À notre avis, il n’y a pas lieu de parler du personnage d’une nourrice, qui aurait été plus ou moins notoire dans le milieu de Garin. Le passage doit être lu à contre-pied : le poète n’évoque la nourrice que pour faire comprendre qu’il n’y en a pas. Un chat se trouvant près du berceau, car il recherche égoïstement la chaleur du foyer, en fait office. Nous comprenons donc comme Witthoeft (1891, 27), mais sans point d’interrogation : « einen schwarzen Kater als Amme ( ?) ». Franchi (2006, 90) semble du même avis, puisqu’il parle d’« un neonato [...] sorvegliato da un gatto nero ». La modeste condition des occupants (ci-dessus § 3.5.) se voit confirmée. L’enfantelet a été laissé seul dans son berceau. Cet indice confirme indirectement l’absence de la mère, sans doute pour toujours34.

  • 35 Aucune autre occurrence du syntagme dans le corpus de la COM2.
  • 36 Delort (1984, 431-435) avec des exemples des 12e et 13e siècles. Sur le chat noir au Moyen Âge, voi (...)

36Le chat noir35, « sorcier, diabolique et dangereux »36, apporte indiscutablement à la scène une touche maléfique.

Gat ou chat ?

37Quant à la forme « gat » que Latella (1994, 220) a choisi d’éditer, il s’agit de la leçon de Da, tandis que D porte « chat » ; seul gat est admis au glossaire (p. 269). Du point de vue géo-linguistique, cette solution présente l’inconvénient de risquer de perturber la distribution géographique de gat, si un linguiste pressé attribuait cette forme à l’auteur, c’est-à-dire au Gévaudan ; voir FEW (2, 515a, cattus) et ALF 250 : le type gat n’apparaît que dans le domaine gascon et sur ses marges languedociennes ainsi que dans une partie des Bouches-du-Rhône et du Var. Dans la mesure où il est assuré que la forme à initiale chuintante sourde chat était celle du parler de l’auteur (cf. aussi ALLo 1345 et ALMC 567), la préférence devrait être donnée, nous semble-t-il, à la leçon « chat » de D (cf. Latella 1994, 91, pour son choix de certaines graphies).

Bilan

38La « “scena” via via costruita » (Latella 994, 223) a de quoi éveiller l’attention de l’auditeur/décodeur. Après un incipit d’orientation narrative et au lieu des topoi que « L’autrier trobei » devrait déclencher, le texte prend un tour descriptif. Il énumère, au moyen de syntagmes nominaux, des éléments qui surprennent (et qui ont parfois désarçonné les copistes) sans dénommer pour autant l’entier du référent décrit. L’inventaire proposé n’en a pas moins sa cohérence. Ses éléments tissent une isotopie domesti-que : près d’un foyer, un enfant au berceau, « la » petite marmite, deux portions d’un même mets, pour toute nourrice un chat noir (et sans doute une mère absente). Sur la lancée des deux premiers mots, l’auditeur/décodeur s’attendait à une scène de nature. Or, il est au contraire aiguillé vers une scène d’intérieur. Pourtant, rien n’est venu lui signaler que la scène se passe à l’intérieur d’une demeure ; il a trouvé, au contraire, l’indication indirecte d’un mur qui pourrait manquer (ci-dessus § 1.3.). Le texte pose donc délibérément une question : comment concevoir, dans la réalité mondaine ordinaire, un intérieur en pleine nature ? S’il était vrai qu’au sens fort « un testo, qualsiasi testo, chiude in sé un problema interpretativo » (Varvaro 2012, 144), nous dirions que cette question est la question du texte.

Strophe I, vers 5-6

  • 37 Dans son apparat, Latella (1994, 220) donne « son ». Comme Appel, nous lisons « fon » (source : Err (...)

Appel (Da) « 5aquest ostals fon d’un parier, / 6Comunal, qu’i veich dechaier »37.
Appel (D) « 5aqest ostals fo d’un parier, / 6Cumunal, qu’i vei deschazer ».
Latella « 5Aquest ostals fon d’un parier, / 6Comunal, qui veich dechazer ».

Vers la solution de l’énigme : l’ostal ruiné (v. 5)

  • 38 Cf. FEW (4, 494a et n. 1, hospitalis) et DAOA (854).

39Un premier élément de réponse à ce début volontairement énigmatique et déroutant est fourni au vers 5 par « Aquest ostals ». On a affaire à une vigoureuse reprise résomptive, où le syntagme nominal est employé en anaphore indirecte associative au sens de Kleiber (le référent du SN n’a pas été posé explici-tement dans le cotexte précédent, son identification se fonde sur une synecdoque parties - tout), avec une nuance quasi exclamative. Paraphrasons : mais oui, ce qui a été mis sous vos yeux aux vers 1-4 est bel et bien un ostal, c’est-à-dire un bâtiment d’habitation, une maison38 ! Si l’on avait donné avec Latella le sens de “casa, casolare” à fogier (voir ci-dessus § 1.2.1.), ostal serait tautologique et ne ferait pas progresser le sens : l’effet de reprise serait perdu.

40L’existence d’un bâtiment d’habitation étant posée par prédication intrinsèque du syntagme substantival, le décodeur est mis en demeure, pour inférer un référent adéquat, de rassembler les éléments qui lui ont été précédemment communiqués sur l’ostal du texte et de les confronter au sens codé de ce mot. Or, si l’ostal du texte est bien une maison, celle-ci est dépourvue de certains de ses éléments les plus caractéristiques : il y a certes un foyer, mais pas de murs, pas de toit, pas de porte, pas de pièces, pas de femme au foyer ou de mère près du berceau (pas même une nourrice). D’où la conclusion qui découle quant à ce qui a été évoqué aux vers 1-4 : il s’agit des restes d’une maison complète-ment détruite et de la vie précaire menée par des occupants qui campent dans les ruines, près du foyer. Il se confirme ainsi que le chat noir (ci-dessus § 4.2.) est un chat de malheur.

  • 39 Cf. Guida (2011, 241) qui parle de « contropastorella ».

41Le début du poème est donc bien une anti-pastourelle39 : au lieu de prairies printanières, d’un ruisseau, du chant d’allégresse des oiseaux et de ceux d’un berger et d’une jeune bergère trouvée en fin de compte sous un hêtre ombreux (Marcabru, P.-C. 293, 29, v. 1-7, éd. Gaunt et al. 2000, 370), c’est un spectacle de désolation que livrent les quatre premiers vers. Si l’enfant et la nourrice ont une fonction quasi comique, comme le pense (Latella 1994, 222), il conviendrait de parler d’un comique de la cruauté.

Vers la solution de l’énigme : la déchéance d’un parier (v. 5-6)

  • 40 Selon les données du FEW (7, 596a, par) : parier s. m. “copropriétaire, copartageant” (Nîmois ca 11 (...)

425.2.1. Latella (1994, 223-224) commente opportunément le mot parier. Ce substantif, qui signifie “copropriétaire, copartageant, coseigneur” et paraît diatopiquement marqué, est attesté dans des documents du Nimois et du Vivarais40 ; son calque en latin médiéval. parierius/parerius/pariarius/pararius, en Provence (« assez rare »), en Languedoc et en Gévaudan (1069-1307, Débax 2012, 55-56, 407, 427, 429 ; Boullier de Branche 1938-1949, 2/2, 46, 50). Sur la seigneurie collective méridionale, on verra maintenant Laffont (2000) et Débax (2012).

435.2.2. Pris en lui-même, le mot a de fortes chances de connoter la condition médiocre de la personne qu’il désigne, en impliquant que celle-ci n’est que coseigneur (pour cette situation en Vivarais et dans ses abords, cf. Laffont 2000, 101), mais on n’est pas pour autant en droit de traduire le mot par “piccolo proprietario” (Franchi 2006, 93).

445.2.3. L’énonciateur ne manque pas de faire le constat de la déchéance du parier. Il en est le témoin de visu (« veich », v. 6) et il feint de rapporter le fait en observateur détaché et objectif. Comme on a compris que l’ostal du parier est complètement ruiné, dechazer est une forte litote qui ne peut être qu’une cruelle raillerie. Le prétérit fon (v. 5) peut laisser entendre non seulement que la demeure du parier est détruite, mais que celui-ci, dépossédé en réalité de son bien, n’est plus réellement un parier.

455.2.4. Il convient de souligner que, bien qu’il ait, en principe, découvert la maison détruite sans l’avoir cherchée (trobei, v. 1), l’énonciateur est très remarquablement au fait de la situation, les vers 5-6 étant porteurs d’une orientation nettement explicative. Dans la mesure où, d’autre part, parier pose une relation juridique et sociale établie avec (au moins) un autre parier, on peut supposer, en l’absence d’indication explicite, que le vers 6 insinue que le second parier (ou l’un des compariers) n’est autre que « l’io lirico », étant entendu que la séparation entre celui-ci et l’« io storico » est des plus minces, voire s’abolit dans les compositions de Garin d’Apchier et de Torcafol (Latella 1994, 71).

Dechazer (v. 6) : verbe ou substantif ?

46Appel (1890, 25) édite « qu’i » dans Da et dans D. Sans faire la critique d’Appel, Latella (1994, 220) fait imprimer au contraire « qui », ce qui l’oblige à faire de ce mot une forme d’oblique peu usuelle (Latella 1994, 224, 278) qu’elle assigne à une innovation de l’ascendant de D et Da. Nous sommes enclin à adopter l’interprétation de Appel : i est l’adverbe relatif (cf. Jensen 1994, § 332), son antécédent est ostals et deschazer/dechaier doit par conséquent être considéré comme un infinitif substantivé (un exemple chez PVidal dans Rn 2, 346). Nous comprenons donc : “(cette maison) où je vois Déchéance”. Le supplément d’abstrac-tion inhérent à la substantivation de l’infinitif s’accorde avec le ton détaché et ironique du passage (cf. ci-dessus § 5.2.3.).

Dechazer ou deschazer (v. 6) ?

47La forme « dechazer » est conjecturée par Witthoeft (1891, 64) et Latella (1994, 220, 263) à partir de D « deschazer » et de Da « dechaier ». Si l’on suit D, il n’est pas nécessaire d’adopter pour autant le préfixe de Da : en ancien occitan, de- et des- peuvent en effet « be substitued for each other » (Adams 1913, 426) ; cf. Ronjat (1930-1941, 3, 443) : « beaucoup de composés lat. en dē‑ sont refaits avec le continuateur de dis‑ : descaire [...], lat. dēcadere ». Rn (2, 346) donne deux exemples de desc(h)azer (PonsChapt et PVidal) ; dans son glossaire de PCard, Vatteroni (2013, 2, 961, 862) accepte à juste titre desc(h)azer à côté de dec(h)azer.

Le senhal Comunal (v. 5)

48Mis en apostrophe, Comunal est le pseudonyme réciproque caractéristique des échanges poétiques entre Garin d’Apchier et Torcafol (Latella 1994, 40-41).

  • 41 ø Rn, Lv, Appel (1902), LvP, Pans, Brunel (1926), Brunel (1952), FEW et DAOA.

495.5.1. Latella (1994, 108) donne à ce senhal « quel valore di “amico, compagno, collega, confratello” attestato tanto in lingua d’oc che in lingua d’oïl ». Il paraît toutefois difficile d’attester ce signifié en langue d’oc41.

  • 42 Voir Stroński (1910, 31*-40* ; 1913) et Jeanroy (1934, 1, 319-320).
  • 43 Razo de P.-C. 80, 20 et 82 dans Rn (4, 289) = Boutière/Schutz (1973, 91) = éd. Gouiran (1985, 1, 34 (...)

505.5.2. L’éditrice insiste à juste titre sur le rapport « di natura dialogica [...], condotto sulle linee di uno scambio tra individui di pari grado sociale » (Latella 1994, 41) qu’implique l’emploi de Comunal. Dans la même direction, nous ajouterons que, si les senhals partagés ne sont pas rares dans la lyrique occitane42, Comunal se singularise par le fait que ce pseudonyme ou, plus exactement, le lexème sur lequel il est basé exprime par lui-même l’idée d’appartenance ou de propriété partagée. Ce senhal n’entend-il pas indiquer que ce que les deux porteurs ont en commun (réciprocité du senhal) consiste justement dans la possession en commun de quelque chose (valeur lexicale du senhal) ? Dans la mesure où l’adjectif comunal peut signifier “dont la propriété est partagée (d’un château, d’une maison, d’un terrain)”43, Comunal pourrait être basé sur la valeur ad hoc *“(personne) qui possède une propriété en commun avec ego, parier” par métonymie de la chose possédée au possesseur, et être objectivement motivé par la relation de partage et d’obligation réciproque unissant Garin d’Apchier et Torcafol dans le cadre d’une coseigneurie.

51Dans le Gévaudan féodal, « le système très original de la co-seigneurie, issu de l’indivision successorale », s’était développé « à grande échelle » (Darnas/Duthu 2002, 121). Les cartes de Darnas/Duthu (2002, 104-105) indiquent qu’en 1307 les castra de Châteauneuf-de-Randon, Allenc, Peyre, Marvejols, Montrodat, Cénaret, Muret, Moriès, Saint-Pierre-de-Nogaret et Saint-Chély-du-Tarn étaient des coseigneuries. Le cas de la Garde-Guérin est fameux quant au grand nombre des pariers de ce château.

  • 44 « Et an vos claus lo cortil / Sil que·us son deus lo capil, / E tornat de brau humil / E tout chan (...)

52Le cycle Garin/Torcafol pourrait être ainsi placé tout entier, par l’emploi récurrent du senhal Comunal, sous le signe de la coseigneurie et apparaîtrait, selon les mots d’Aurell (1989, 90) à propos de la tenso, comme « l’expression culturellement élaborée du conflit d’intérêts » (cf. ci-dessus § 5.2. et ci-dessous § 7.2.). Il y a d’ailleurs dans ce cycle une autre allusion très probable à un conflit né dans le cadre d’une coseigneurie spatiale : au début de la strophe IV de Comtor d’Apchier rebuzat (P.-C. 443, 1), Torcafol évoque en effet les déboires de Garin d’Apchier en tant que parier chassé par ses copartageants (voir Chambon 2014, 502-503 et n. 11)44.

535.5.3. Dans le vers que nous commentons, l’apostrophe Comunal ouvre un épisode d’orientation dialogale qui fait de Torcafol le témoin du malheureux sort du parier. Si notre interprétation du senhal était exacte, l’énonciateur laisserait ainsi planer une menace voilée : voyez comment je sais traiter mes copartageants (sous-entendu : c’est là le sort qui attend peut-être Comunal-Torcafol).

545.6. Bilan

55Les vers 5-6 résolvent l’énigme posée par les quatre premiers vers et font découvrir le spectacle de la maison détruite d’un parier dont l’énonciateur, prenant Torcafol à témoin, constate la déchéance.

Strophe I, vers 7-8

Appel (Da « 7e qant lui vi, cuidei vezer / 8Ruqet, un viel ioglar lanier. »
Appel (D) « 6e quant lui vi, cuidei vezer / 8tu, lait veill iuglar lainier. » [ms. lais].
Latella « 6E qant lui vi, cuidei vezer / 8Ruqet, un viel joglar lanier. »

56Avec le retour au prétérit (vi, cuidei), les vers 7-8 reprennent le fil narratif.

Le jongleur Ruqet (v. 8)

57Latella (1994, 225) rapporte l’opinion de Paden proposant « di intendere Ruquet come “little caterpillar” ». L’éditrice estime que « molte altre interpretazioni potrebbero ottenere pari titoli di validità dal momento che la radice da cui discende la denominazione ora incontrata ha un semantismo molto ampio » (une opinion qui, pour nous, n’est pas une évidence).

  • 45 Pour quelques échos anthroponymiques de la présence catalano-aragonaise à Millau, voir Chambon (à p (...)
  • 46 AlcM s. v. (consulté sur le site de l’IEC) et ALDC (6, 1382).
  • 47 DELCat (7, 506 sqq.), avec d’autres exemples du 14e et du 15e siècle, depuis 1604 au sens figuré ap (...)
  • 48 Rohlfs (1970, § 174).
  • 49 Chambers (1971, 87, 236) et Boutière/Schutz (1973, 438). Voir un échantillon de surnoms de jongleur (...)

586.1.1. Étant donné que, d’une part, aocc. (e)ruca s. f. “chenille” ne paraît pas avoir été productif dans l’anthroponymie occitane médiévale (ø Fexer 1978) et que, d’autre part, la vicomté de Gévaudan était, du temps de Garin d’Apchier et depuis 1112, entre les mains du comte de Barcelone et relevait depuis 1166 de la couronne d’Aragon, on peut proposer une interprétation alternative. Le sobriquet Ruqet pourrait être en effet (emprunté au) catalan (moins probablement à l’aragonais)45. Il s’agirait de l’anthroponymisation de cat. ruquet s. m. “ruc petit” (depuis 1421)46, diminutif de ruc “ase jove ; ase adult ; (fig.) persona rude, grossera d’entenement” (depuis 1371)47 (moins probablement, du diminutif d’arag. [Ribagorza] ruc “âne”)48. Il est en effet plus courant de tirer des surnoms des noms de l’âne que de ceux du caterpillar. Ainsi analysé Ruqet serait en outre motivationnellement bien adapté comme surnom péjoratif, réel ou fictif, d’un jongleur : cf. aocc. Cabra, Cailla ou Sabata49. Reina Bastardas nous fait connaître l’existence d’un Sabestia Ruquet en 1555, à Montornès del Vallès, près de Barcelone (Iglésies 1979, 1, 363). En France, vers 1900, le nom de famille Ruquet avait probablement l’Aude comme épicentre et Toulouse comme épicentre secondaire (Fordant 1999, 794).

596.1.2. Quoi qu’il en soit, la comparaison du parier avec un vil jongleur (pour l’adjectif lanier, voir Latella 1994, 225-226), peut-être animalisé par son surnom, indique à quel point de déchéance le premier est réduit. Cette comparaison invite à inférer pour le parier une condition sociale antérieure bien plus relevée et quelques affinités avec le trobar. On pourrait par conséquent entrevoir un discret parallélisme avec Torcafol (cf. ci-dessus § 5.5.3.), dans la mesure où celui-ci ne craignait pas d’être aussi interprète et s’attirait de ce fait les railleries de Garin (« Car cantas ab vilania », éd. Latella III, 144, v. 13).

Le texte de D (v. 8)

60Si « la lezione concorrente tràdita da D è con tutta evidenza deteriore » (Latella 1994, 225), le texte – « e quant lui vi, cuidei vezer / tu, lait veill iuglar lainier » – ne fait pas moins sens. Tout semble se passer comme si D avait compris la menace latente que nous avons cru percevoir dans le vers 6 (ci-dessus § 5.5.3.), et, embarrassé sans doute par « Ruqet », avait poursuivi dans cette veine de manière explicite en impliquant clairement Comunal comme jongleur dans la comparaison avec le parier. Dans D, le sort du parier déchu préfigure de manière non voilée celui qui attend Comunal-Torcafol, troubadour déchu.

Bilan

61L’apparition d’un joglar, même avec la seule fonction de terme comparant, est assez inattendue pour constituer une indication métacritique. Jointe aux éléments qui paraissaient déjà impliquer Torcafol dans le texte (§ 5.5.3. ; cf. § 6.2.), elle conduit à admettre que le passage possède une dimension autoréférentielle et méta-littéraire. Ruine complète et réduction au statut de joglar peuvent être lus non pas seulement au sens propre, mais aussi métaphori-quement, comme les résultats de la joute poétique qui oppose l’auteur à Torcafol, une joute qui aboutit ou aboutira à l’abaisse-ment de l’opposant par l’écriture. Cette signification latente incite à repousser, si on était tenté par elle, une lecture réaliste et événementielle de la première strophe. La situation décrite est fictive et non effective. L’auteur évoque des méfaits imaginaires.

Strophe II, v. 9-10

Appel (Da) « 9Cel, s’es paubres, mal no l’en mier, / 10q’ieu no·ill tulc ren mas las pares ».
Latella (Da) « 9Cel, s’es paubres, mal no m’en mier, / 10Q’ieu no·ill tulc ren mas las pares ».
7.1. Solution de l’énigme : l’aveu

62Tout comme les vers 5-6, les vers 9-10 possèdent une orien-tation explicative (cf. Latella 1994, 227) : ils fournissent la solution définitive de l’énigme.

  • 50 Cf. la vida de Raimon de Miraval présentant celui-ci comme « uns paubres cavalliers de Carcasés, qu (...)
  • 51 La valeur de q’ au vers 10 est bien explicitée au glossaire par Latella (1994, 278) : « cong. [...] (...)
  • 52 La correction de Latella (« mal no m’en mier ») est justifiée, car elle s’avère indispensable au fo (...)

637.1.1. Le parier pauvre est, selon Débax (2012, 145), un topos « que véhiculent de nombreux textes et les sources littéraires surtout »50. En l’occurrence, la cause de la situation du parier ne doit pas être recherchée ailleurs que dans l’action délibérée de l’énonciateur. Celui-ci commence certes par se défausser, au vers 9, en affirmant qu’il n’y est pour rien, le parier ne devant s’en prendre qu’à lui-même, car il est la cause de sa propre misère. Mais l’énonciateur passe aux aveux au vers 1051, tout en conti-nuant à minimiser comiquement son rôle : il n’a fait que retirer les murs de la maison. À si petite cause grands effets : privée de ses murs, la maison s’est écroulée, et l’action violente et destructrice de l’énonciateur explique la scène de désolation parmi les ruines (v. 1-4), la déchéance du parier (v. 5-8) et la pauvreté qui s’ensuivent (v. 9). Il est difficile de parler ici, avec Latella (1994, 226-227), de « discorso autodefensivo » : l’autodéfense est ironi-que (« mal no m’en mier », v. 9)52 et ne fait qu’introduire une auto-accusation (v. 10) dont le tour euphémique souligne le cynisme.

647.1.3. Alors que Latella (1994, 275) donne, au glossaire, son sens exact et nucléaire à [paret] s. f. “parete, muro” (FEW 7, 652a et b, paries ; DAOA 877), la traduction fortement métonymique par “casa” qu’elle propose (p. 221) est moins satisfaisante. Il importe en effet de s’en tenir dans la traduction également au sens nucléaire : le comique naît précisément du fait que, selon le savoir encyclopédique partagé, si l’on se contente d’enlever (« ren mas », v. 10) les murs d’une maison, celle-ci s’écroule. Du reste, le sens de “maison” ne paraît pas attesté pour paret, ni même pour le pluriel pare(t)s. Franchi (2006, 93) traduit par “pareti”.

Conflits coseigneuriaux

65Les soupçons nés à la lecture des vers 5-6 (ci-dessus § 5.2.4.) trouvent confirmation : aucun doute ne peut à présent subsister sur le fait que l’énonciateur a rasé la maison de celui qui était probablement son comparier.

  • 53 Cf. Latella (1994, 227).
  • 54 Le premier au sujet du « castrum in Arisitonito pago quod vocatur li Gardi » (passage des Miracles (...)

667.2.1. On sait que « le conflit est sans cesse présent au cœur du phénomène [de la coseigneurie] » (Débax 2012, 256)53. « L’événement le plus fréquent entre coseigneurs », écrit Débax (2012, 257 et n. 49, 50), était celui-ci : « l’un d’entre eux chasse un autre de la coseigneurie du château tenu en commun ». L’historienne mentionne deux exemples de tels conflits surgis en Gévaudan au milieu du 13e siècle54.

677.2.2. Dans le cadre d’un conflit entre pariers, l’emploi du mot ostal (v. 5 et ci-dessus § 5.1.) ne doit pas surprendre. Il peut renvoyer à une situation connue quand il s’agit de coseigneuries spatiales. En ce qui concerne le Gévaudan, Darnas/Duthu (2002, 121) écrivent que « chaque seigneur a alors une demeure particulière dans un même castrum ». À Salles-la-Source et à Mouret (en Rouergue) ou encore à Merle (en Limousin), « le castrum est [...] une accumulation d’hôtels nobilaires » plus ou moins fortifiés, mais sans défense commune (Débax 2012, 198-201, 204-207). Les maisons des coseigneurs peuvent aussi être construites dans un bourg castral (Laffont 2000, 109).

687.2.3. Enfin, force est de constater – sans être nécessairement amateur d’hypogrammes – que le mot thème parier est de nouveau inscrit en sous-jacence, au vers 10, sous la forme du pluriel pares ; cf. plaides, forme fléchie en -s de plaidier, à la rime (éd. Latella 1994, 144, III, v. 1 et 202, VI, v. 1).

Strophe II, vers 11-12

Appel (Da) « 11e·l moli don rendia ses / 12al paire d’en Poisson Gaifier ; ».
Latella (Da) « 11E·l moli don rendia ses / 12Al paire d’en Ponson Gaifier ; ».

69Appel (1890, 26) se demandait : « Corr. del moli ? ». Il ne le faut pas : les pares mentionnées au vers précédent sont les murs de la demeure détruite du parier et non celles du moulin. L’énonciateur a soustrait le moulin au parier (et il n’entend probablement pas continuer à s’acquitter du cens) : c’est là un forfait supplémentaire de sa part. On peut présumer que ce moulin était une source de revenus importants pour les personnages dépossédés. Sur la base des vers 11-12, Witthoeft (1891, 23-24) écrivait : « Ebenso hatte er [Torcafol] eine Mülhe, das Eigentum des ungenannten Vaters des Herren Poisson Gaifier, gepachtet ». Il n’y a cependant aucun élément dans le texte qui permette d’attribuer aussi franchement le moulin à Torcafol.

Strophe II, vers 13-16

  • 55 Witthoeft (1891, 64) « pot » (v. 15).

Appel (Da) « 13qe·n dis un tal enuich l’autrier, / 14don men, qe no·m dis point de ver ; / 15mas no s po de mal dir tener, / 16a·n vos los maiors colps q’el fier ! ».
Latella (Da) « 13Qe·n dis un tal enuich l’autrier, / 14Don men, qe no·m dis point de ver ; / 15Mas no·s po de mal dir tener : / 16A·n vos los majors colps q’el fier ! »55.

70Ces vers complètent l’explication drolatique entreprise aux vers 9-12.

Où est le sujet ?

71Dépourvu d’expression lexicale, le sujet du verbe (dis) de la proposition introduite par qe (v. 13) doit être recherché dans le pronom cel, fortement mis en relief en tête de la strophe (v. 9). C’est bien ce qu’a compris, nous semble-t-il, Latella (1994, 221), puisqu’elle introduit e dans sa traduction du vers 13 : « e ne disse tanto male l’altro giorno » (cf. de même Franchi 2006, 93).

Le mécanisme explicatif

  • 56 La traduction de Latella (1994, 221 : « e ne disse tanto male l’altro giorno ») supprime la valeur (...)
  • 57 En revanche, c’est par erreur que Witthoeft édite « que·m » (correction tacite ?) : le ms. porte cl (...)

72Au début du vers 13, qe est placé en parallèle syntaxique et sémantique avec q’ du début de 10. Les deux emplois de la conjonction de subordination (ou de coordination, selon Jensen 1994, § 746, 757)56 introduisent deux propositions à valeur explicative qui dépendent toutes les deux de la principale mal no m’en mier (v. 9) et s’enchaînent du point de vue du sens : l’expli-cation d’abord (v. 10-12), puis l’explication de l’explication (v. 13-15). C’est pourquoi au point-virgule placé à la fin du vers 12 par Appel, Latella et Franchi, nous préférons la virgule de Witthoeft (1890, 54)57, laquelle ne risque pas de rompre l’enchaînement des idées.

73Le texte se plaît à remonter des effets, constatés au début du texte, vers les causes et jusqu’à la cause dernière. Au vers 12 [lo] paire d’(en Ponson Gaifier), illustre inconnu – cela va presque sans dire –, rallonge comiquement la chaîne explicative des conséquences et des causes.

Le sens des vers 13-14

  • 58 Cf. Franchi (2006, 93) : “e l’altro giorno ne disse una tale offesa, mentendo, perché non mi disse (...)
  • 59 On ne voit pas en quoi dire beaucoup de mal de quelqu’un (le père de Ponson Gaifier) impliquerait q (...)

74Nous comprenons ainsi les vers 13-14 : “(au père de Ponson Gaifier), sur lequel il [ = le parier] a tenu l’autre jour un propos si contrariant – et par conséquent il ment – qu’il ne m’a rien dit de vrai”58. Latella (1994, 211) comprend au contraire : « e che ne disse tanto male l’altro giorno, mentendo, che non disse nei miei riguardi nulla di vero ». Avec « nei miei riguardi », on perdrait, nous semble-t-il, la logique consécutive de la construction corrélative tal... qe59 et l’idée essentielle que le propos du parier a été adressé à l’énonciateur (·m dis, v. 14). D’autre part, don (v. 14) a ici un sens causal : « Si c’est tout le contexte qui lui sert d’antécédent, don assume le rôle d’une particule causale au sens de ‘et pour cette raison, et par conséquent’« (Jensen 1994, 140). Les traductions de Latella et de Franchi (“mentendo”) ne rendent pas compte, nous semble-t-il, de la valeur du tour.

  • 60 Pour la valeur de enuich comme COD du verbe dire, à savoir “propos qui cause de la contrariété” (cf (...)

75Selon notre interprétation, le propos fâcheux60 tenu par le parier au sujet du père de Ponson Gaifier a été jugé si contrariant par l’énonciateur que celui-ci n’a pu conclure qu’à un contenu mensonger, sans s’inquiéter de contrôler la véracité du dire, mais au terme d’un raisonnement purement formel et volontairement montré comme hasardeux (télescopage logique dans « Don men, qe no·m dis point de ver », v. 14).

76C’est ce propos malheureux sur le seigneur du moulin qui a fourni le prétexte de son mauvais coup à un énonciateur qui préméditait déjà son raid. Car, en homme d’honneur, celui-ci ne pouvait laisser passer une telle offense : le médisant méritait un châtiment. La drôlerie du passage tient au fait que l’énonciateur se pose à la place du fils en vengeur d’un père outragé, paraît-il, pour expliquer qu’il se soit emparé de vive force d’un moulin… relevant justement du dominium de l’offensé.

Torcafol impliqué (v. 15-16)

77Au vers 15, l’énonciateur se donne les gants d’accorder au parier une circonstance atténuante trouvée dans un trait de son caractère : ce dernier ne peut s’empêcher de dire du mal d’autrui (« Mas no·s po de mal dir tener »). Il y a là, en sous-main, une allusion à Torcafol et aux reproches insultants qu’il a adressés à Garin dans ses sirventès (cf. Latella 1994, 67). Menace voilée, à nouveau (cf. ci-dessus § 6.3.) : le sort du parier médisant pourrait être bientôt, littérairement parlant, celui de Torcafol.

78Le vers 16 est une pointe strophique. Si le parier a parlé de manière mensongère du père de Ponson Gaifier, il a verbalement porté des coups plus nombreux et plus rudes à Torcafol (représenté dans le texte par le pronom vos). Ce dernier se trouve ainsi placé dans la position de l’insulteur insulté par un autre médisant. Garin se dispense ainsi de s’en prendre lui-même à Torcafol et il se donne le beau rôle en feignant de se placer au-dessus de la mêlée : comble d’adresse dans l’art de la polémique. Il sous-entend même qu’il a aussi vengé Torcafol.

L’autrier (v. 13)

79L’écho que trouve au vers 13 le gimmick de la pastourelle, la locution adverbiale l’autrier (déjà v. 1), ne peut être le fait du hasard. La médisance du parier (v. 13-16), cause ultime de tout ce qui a été rapporté dans la première strophe et dans le début de la deuxième (v. 1-12), est ainsi située dans le même bref laps de temps que la découverte prétendument fortuite du désastre. Les événements se sont donc enchaînés rapidement : dans la même journée, le parier a médit, l’énonciateur a détruit sa maison en représailles, lui a enlevé le moulin qu’il exploitait, puis est revenu sur les lieux de son crime constater le résultat de ses méfaits. La promptitude dans l’exécution ne fait que souligner la violence furieuse et préméditée dont a fait preuve l’énonciateur.

Bilan

80La seconde partie de la deuxième strophe développe et complète la première. Au terme de la strophe, on a compris pourquoi le pauvre parier ne doit s’en prendre qu’à lui-même : il a eu un mot de trop et c’est sa médisance qui, en fin de compte, l’a perdu. L’énonciateur atteint ainsi le comble du cynisme.

81En définitive, les deux premières strophes forment une sorte de fable immorale et comique contre la médisance, qui reprend, déplace et renverse la thématique traditionnelle du trobar contre les lauzengiers. Le comique réside aussi dans le raffinement de l’écriture : l’auteur déroule à rebours la chaîne des causes et des conséquences, en laissant au décodeur le soin de construire progressivement, à partir de deux scènes (les ruines, le propos du parier) et contre le fil du texte, l’enchaînement réel des événements d’une histoire sans narration.

Strophe III, vers 17-24

Appel (Da) « 17Eu no m’apel ges Olivier / 18ni Rothlan, qe q’el se·n dises ; 19mas valer los cre maintas ves, / 20quant cossir de leis q’eu enquer ; / 21e non sai el mon cavalier / 22q’eu adoncs no·l crezes valer ; / 23e volria tal fieu aver / 24a partir regisme o enpier. »
Latella (Da) « 17Eu no m’apel ges Olivier / 18Ni Rothlan, qe q’el se·n dises ; / 19Mas valer lor cre maintas ves / 20Quant cossir de leis q’eu enquier ; / 21E non sai el mon cavalier / 22Q’eu adoncs no·l crezes valer ; / 23E volria tal fieu aver / 24A partir regisme o enpier. »

82En prenant implicitement appui sur le rapport des hauts faits de l’énonciateur, la troisième strophe conclut le poème dans l’autodérision.

Un miles gloriosus

  • 61 Voir Latella (1994, 229-230).
  • 62 Au vers 19, la locution adverbiale maintas ves (v. 19) est placée de telle sorte qu’elle peut incid (...)
  • 63 Cet adverbe ne semble être rendu ni dans la traduction de Latella (1994, 221, mais voir le glossair (...)

83L’énonciateur se campe en miles gloriosus qui, tout en concédant qu’il sait bien que l’opinion fait de lui l’égal d’Olivier et Roland (v. 18)61, refuse, dans sa grande modestie, d’être assimilé à ces modèles de parfaits chevaliers (v. 17-18), en faisant toutefois entendre qu’en ce qui concerne le service des dames, il croit bien souvent valoir ou dépasser ces héros (v. 19-20)62. C’est alors (adoncs, v. 22)63, quand la pensée de sa dame l’occupe (cossir, v. 20), qu’il assure, dans une expression dont la maladresse semble concertée, ne connaître aucun chevalier au monde qu’il ne pense équivaloir (v. 21-22).

Après la pastourelle, la canso

  • 64 Pour cossirar, voir Cropp (1975, 301-304, 306-307). Pour enquerre, exprimant la requête d’amour, vo (...)

84Le vers 20 est une claire allusion à l’amant-troubadour et constitue un pastiche-éclair de la canso. Garin d’Apchier y montre certes qu’il a assimilé « i termini-chiave del vocabolario amoroso cortese » (Latella 1994, 230)64, mais la dérision n’épargne nullement la forme d’expression par excellence de l’amour courtois, « l’œuvre maîtresse, la seule qui mérite l’effort de l’artiste » (Jeanroy 1934, 2, 62), placée, selon l’« opinion courante » (op. cit., 2, 63), bien au-dessus du sirventès. Parce qu’il est mis dans la bouche d’un soudard adepte de la force brutale et parfaitement anti-courtois dans son comportement et ses pensées, le pastiche devient parodie (Latella 1994, 229).

La forme « regieme » (v. 24)

85Latella (1994, 230) écrit : « Imputabile a scorso di penna, errore d’ignoranza o di lettura, l’attestato ms. regieme, dal momento che esito complicato (cfr. Jensen, From Vulgar Latin, p. 72) del latino regimen è in occitanico regisme ». Appel corrigeait déjà (tacite-ment) en « regisme ». Lv (7, 176-177 ; 6, 191) et le FEW livrent pourtant une palette d’issues héréditaires de regimen en ancien occitan parmi lesquelles on note regeime (CroisAlb ; GuillBarre ; doc. Toulouse s. d.) et rexeyme (GuillBarre) ; la COM2 n’apporte rien de neuf. Il nous semble qu’il est dès lors plus économique de corriger « regieme » en « regeime » plutôt qu’en « regisme ».

Entre Regeime et Enpier

86Les mots regeime et enpier s’appliquent ici respectivement au royaume de France et au Saint Empire en tant que territoires. Il s’agit, selon nous, de noms propres de lieux désignant des entités géopolitiques particulières, à éditer avec des majuscules initiales : « Regeime » et « Enpier ».

  • 65 Cf. aussi verdch. riaume “rive droite [de la Saône]” (FEW 10, 209b et n. 3, regimen) et verdch. pir (...)
  • 66 Pour l’expansion des Châteauneuf « dans tout le quart sud-est du Vivarais », voir Laffont (2009, 21 (...)
  • 67 On a là, à notre connaissance, les premières attestations de ce binôme lexical. Cf., appliqué aux q (...)

87Le binôme que forment ces deux noms ne peut manquer de faire penser à celui que connaissait l’occitan régional du 19e siècle (avec un matériel linguistique renouvelé) : « Les mariniers du Rhône se servent encore du mot empèri, empèire ou pèri, pour désigner la rive gauche du Rhône, c’est-à-dire le côté de la Provence, et du mot reiaume (royaume) pour désigner la rive droite, côté de la France » (Mistral 1, 878)65. Il nous semble donc très vraisemblable, si l’on se place du point de vue de Garin d’Apchier, possessionné en Gévaudan (baronnies de Châteauneuf-Randon et Apcher), mais avec un fort tropisme familial vers le Vivarais66, que Regeime et Enpier s’appliquent respectivement à la rive occidentale du Rhône, relevant du royaume de France, et à la rive orientale du Rhône, relevant du Saint Empire67.

Bilan : la digne récompense d’un preux

  • 68 Doc. Toulousain ca 1173 (Brunel 1926, n° 138, 7) ; Flamenca v. 6715 (éd. Manetti 2008, 410, 559) en (...)
  • 69 L’ambition du rodomont, déjà assez remarquable, ne va pas cependant, à notre avis, jusqu’à réclamer (...)

88Dans la dernière strophe, l’énonciateur, presque sans égal dans le service des armes comme dans le service amoureux, atteint le sommet de la vantardise balourde. Les vers 23-24 décrivent la récompense qu’un preux de son envergure mériterait de recevoir, à son humble avis : un fief taillé de telle manière qu’il serve de limite au Royaume ou à l’Empire, c’est-à-dire en réalité, nous semble-t-il, à chacune de ces entités géopolitiques. Le verbe partir “séparer” est à prendre dans son acception de “former la limite de (un bien foncier, un royaume)”68. L’énonciateur s’imagine à la tête d’une principauté autonome correspondant à ses mérites et s’insérant, dans la vallée du Rhône, entre le royaume de France et le Saint Empire romain-germanique : un État-tampon, en somme, qui marquerait la nouvelle frontière entre les deux grandes puissances69.

89Gérard Gouiran nous fait part d’une interprétation alter-native : il conviendrait de donner au verbe partir (v. 24) le sens de “partager” ; on serait ramené ainsi à la question du parier, et le comique naîtrait du fait que l’énonciateur se souhaiterait d’avoir à partager son fief avec un roi ou un empereur plutôt qu’avec Torcafol, vir obscurus.

90En tout cas, le vers 24 est suffisamment hénaurme et suffisam-ment drôle pour fournir une clausule satisfaisante. Malgré l’avis de Franchi (2006, 90), selon lequel le texte est « molto probabilmente mutilo di alcune strofe », on peut admettre, nous semble-t-il, que le poème ne comportait que trois strophes.

Conclusion : un sirventès immoral

  • 70 « Et fetz lo premier descort », déclare la vida de Garin d’Apchier (Latella 1994, 96, 98-100) ; Gui (...)
  • 71 Brunel-Lobrichon/Duhamel-Amado (1997, 265).

91Le sirventès de Garin d’Apchier met en scène un abominable fier-à-bras qui se vante, à la première personne du singulier, non pas de prouesses chevaleresques imaginaires, mais de réels méfaits anti-chevaleresques. Détournant la pastourelle pour en briser le modèle (v. 1) et s’en prenant au passage à la canso (v. 20), ce sirventès immoral inverse les valeurs du genre : au lieu de blâmer le méchant, il lui donne la parole pour que soit exaltée, avec une naïveté délibérément cynique, la raison du plus fort et la force brutale. Il s’agit à tous égards d’un « corrosivo controtesto » (Guida 2011, 249) qui convient à l’inventeur présumé du descort70 ou « anti-canso »71.

  • 72 Expression appliquée à Garin par Guida (2011, 239).
  • 73 Cf. Latella (1994, 76-77) et Guida (2011, 216).

92On se trouve bien, selon l’heureuse expression de Guida (2011), sur l’« autre face du trobar », un versant aussi peu séparable du premier que l’envers et l’avers d’une pièce de monnaie. Peu de temps après Guillaume de Poitiers et Marcabru, au fort du Gévaudan, « en l’absence de grande cour laïque aussi bien que de centre d’études ecclésiastiques » (Brunel 1916, 6 ; cf. Latella 1994, 47), les codes de l’écriture littéraire en langue vulgaire étaient suffisamment maîtrisés et assimilés par un miles litteratus72 passablement obscurus pour être détournés et retournés par lui, et pour que la littérature fasse l’expérience de son essence ludique73, réflexive et auto-subversive. Voir, dans le même sens, notre analyse d’une cobla du même auteur, Membria·us del jornal (P.-C. 443, 3 ; Chambon, à paraître, b). On ne saurait dire, en tout cas, de ce sirventès qu’« une composante de référence extra-textuelle [y] domine sur [le] statut de poème » (Léglu 1998, 269). La littérarité atteint au contraire son comble : le texte n’est que jeu sur la littérature.

  • 74 Voir ci-dessus § 5.5.3, 6.2., 6.3., 9.4.
  • 75 Cf. Garin d’Apchier : « Tan faitz malvatz sirventes / Que del respondre soi las », « Anc un bo mot (...)
  • 76 Sur l’art de Garin, voir Latella (1994, 63-87) et Guida (2011, 248-250).

93Le principe d’inversion régit aussi la destination du message. Contrairement à ce que voudrait la loi du genre en matière de sirventès personnel, l’auteur ne s’adresse pas à son oppositeur pour lui porter des coups diffamatoires (si ce n’est de manière latérale et indirecte), mais place Torcafol en position d’inter-locuteur neutre devant lequel il expose sa propre conduite inqualifiable en se prenant pour cible de son propre discours. Il y a dans ce détournement des règles du jeu poétique de quoi désarçonner l’adversaire : comment celui-ci pourra-t-il répliquer à une attaque qui n’en est pas une (mais qui lui promet néanmoins, en sous-main, une défaite cuisante)74 ? On a l’impression qu’au plan littéraire, une nouvelle étape est ici franchie dans l’affrontement des deux Gévaudanais75. En inversant les rôles établis, en désamorçant toute critique à venir par la surenchère autocritique et en produisant devant Torcafol un modèle probablement hors de portée des capacités d’écriture de celui-ci, Garin met les rieurs de son côté et s’affirme comme un redoutable maître dans l’art de la guerre verbale76.

Haut de page

Bibliographie

Adams, Edward L., 1913. Word-Formation in Provençal, New York/Londres, The MacMillan Company.

ALAL = Potte, Jean-Claude, 1975-. Atlas linguistique et ethnographique de l’Auvergne et du Limousin, 3 vol., Paris, CNRS.

AlcM = Alcover, Antoni Ma / Moll, Francesc de B., 1926-1968. Diccionari català-valencià-balear, 10 vol., Palma de Majorque, Editorial Moll.

ALDC = Veny, Joan / Pons i Griera, Lídia, Atles lingüístic del domini catalan, 6 vol., Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 2001-.

ALF = Gilliéron, Jules / Edmont, Edmond, 1902-1910. Atlas linguistique de la France, 10 vol., Paris, Champion.

ALLo = Hallig, Rudolf, Atlas linguistique de la Lozère et des cantons limitrophes du Gard et de l’Ardèche (manuscrit en possession du Centre du FEW, ATILF-CNRS, Nancy).

ALMC = Nauton, Pierre, 1957-1963. Atlas linguistique et ethnographique du Massif Central, 4 vol., Paris, CNRS.

André, Ferdinand, 1885. « Le budget municipal de la commune de Mende en l’an 1472-3 », in : Documents antérieurs à 1790 publiés par la Société d’agriculture ... de la Lozère, 3e partie, t. I, 23-43.

Appel, Carl, 1890. « Poésies provençales inédites tirées des manuscrits d’Italie », Revue des langues romanes 34, 5-35.

Appel, Carl, 1902. Provenzalische Chrestomathie mit Abriss der Formenlehre und Glossar, 2e éd., Leipzig, Reisland.

Audiau, Jean, 1922. Les Poésies des quatre troubadours d’Ussel publiées d’après les manuscrits, Paris, Delagrave.

Aurell, Martin, 1989. La Vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIIe siècle, Paris, Aubier.

BaldEtym= Baldinger, Kurt, 1988-2003. Etymologien. Untersuchungen zu FEW 21-23, 3 vol., Tübingen, Niemeyer.

Boullier de Branche, Henri, 1938-1949. Feuda Gabalorum, 2 vol. en 3 t., Nîmes, Imprimerie Chastanier Frères et Alméras.

Boutière, Jean / Schutz, Alexander Herman, 1973. Biographies des troubadours. Textes provençaux des XIIIe et XIVe siècles, 2e édition, refondue et augmentée, avec la collaboration d’Irénée-Marcel Cluzel, Paris, Nizet.

Brunel, Clovis, 1916. « Documents linguistiques du Gévaudan », Bibliothèque de l’École des Chartes, 77, 5-57, 241-285.

Brunel, Clovis, 1926. Les Plus Anciennes Chartes en langue provençale publiées avec une étude morphologique. Recueil des pièces originales antérieures au XIIIe siècle, Paris, Picard.

Brunel, Clovis, 1952. Les Plus Anciennes Chartes en langue provençale. Recueil des pièces originales antérieures au XIIIe siècle. Supplément, Paris, Picard.

Brunel-Lobrichon, Geneviève / Duhamel-Amado, Claudie, 1997. Au temps des troubadours. XIIe-XIIIe siècles, Paris, Hachette.

Chambers, Frank M., 1971. Proper Names in the Lyrics of the Troubadours, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Chambon, Jean-Pierre, 2014. « Régionalismes et jeu de mots onomastique dans un sirventès de Torcafol : Comtor d’Apchier rebuzat (P.-C. 443, 1) », Revue de linguistique romane 78, 499-510.

Chambon, Jean-Pierre, à paraître, a. « Présence onomastique aragonaise et catalane à Millau et alentour à la fin du XIIe siècle, d’après les Plus Anciennes Chartes en langue provençale ».

Chambon, Jean-Pierre, à paraître, b. « Encore sur “l’altra faccia del trobar” : lecture d’une cobla de Garin d’Apchier (Membria·us del jornal, P.-C. 443, 3) », Zeitschrift für romanische Philologie.

Chambon, Jean-Pierre / Vialle, Colette, 1998. « Note sur la structure chronologique de Guillaume de la Barre », Revue des langues romanes 102, 373-386.

COM2= Ricketts, Peter T. / Reed, Alan (dir.), 2004. Concordance de l’occitan médiéval. COM2. Les troubadours. Les textes narratifs en vers, Turnhout, Brepols.

Crescini, Vincenzo, 1926. Manuale per l’avviamento agli studi provenzali. Introduzione grammaticale, crestomazia e glossario, Milan, Hoepli, 3e éd.

Cropp, Glynnis M., 1975. Le Vocabulaire courtois des troubadours de l’époque classique, Genève, Droz.

DAO = Baldinger, Kurt, 1975-2007. Dictionnaire onomasiologique de l’ancien occitan, Tübingen, Niemeyer.

DAOA = Olivier, Philippe, 2009. Dictionnaire d’ancien occitan auvergnat. Mauriacois et Sanflorain (1340-1540), Tübingen, Niemeyer.

Darnas, Isabelle / Duthu, Hélène, 2002. « Le Moyen Âge : l’affirma-tion du Gévaudan », in : Chabrol, Jean-Paul (dir.), La Lozère de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Éditions J.-M. Bordessoules, 91-149.

Débax, Hélène, 2012. La Seigneurie collective. Pairs, pariers, paratge : les coseigneurs du XIe au XIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DELCat = Coromines, Joan, 1980-1991. Diccionari etimològic i complementari de la llengua catalana, 9 vol., Barcelone, Curial, La Caixa.

Delort, Robert, 1984. Les Animaux ont une histoire, Paris, Éditions du Seuil.

DMF = Martin, Robert, 2012. Dictionnaire du moyen français (1330-1500) [ouvrage électronique consultable sur le site de l’ATILF-CNRS].

DOM = Stempel, Wolf-Dieter (dir.), 1996-. Dictionnaire de l’occitan médiéval (DOM), Tübingen, Niemeyer.

Doniol, Henry, 1864. Cartulaire de Sauxillanges, Clermont-Ferrand/Paris, Thibaud/Dumoulin.

Durdilly, Paulette, 1975. Documents linguistiques du Lyonnais (1225-1425), Paris, CNRS.

Escolo Gabalo (L’), 1992. Dictionnaire occitan-français. Dialecte gévaudanais, Millau, Maury/L’Escolo Gabalo.

FEW= Wartburg, Walther von, 1922-2002. Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, 25 vol., Leipzig/Bonn/Bâle, Klopp/Teubner/Zbinden.

Fexer, Georg, 1978. Die ältesten okzitanischen und mittellateinischen Personenbeinamen nach südfranzösischen Urkunden des XI., XII. und XIII. Jahrhunderts, Inaugural-Dissertation zur Erlangung der Doktorwürde des Philosophischen Fachbereichs II der Julius-Maximilians-Universität zu Würzburg.

Fordant, Laurent, 1999. Tous les noms de famille de France et leur localisation en 1900, Paris, Archives & culture.

Franchi, Claudio, 2006. Pastorelle occitane, Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Gaunt, Simon / Harvey, Ruth / Paterson, Linda, 2000. Marcabru. A Critical Edition, Cambridge, D. S. Brewer.

Giannini, Gabriele / Gasperoni, Marianne, 2006. Vangeli occitani dell’infanzia di Gesù. Edizione critica delle versioni I e II, Bologne, Pàtron, 2006

Gouiran, Gérard, 1985. L’Amour et la Guerre. L’Œuvre de Bertran de Born (édition critique, traduction et notes), 2 vol., Aix-en-Provence/Marseille, Université de Provence.

Gresti, Paolo, 1997. Compte rendu de Latella 1994 ; Vox Romanica 56, 371-374.

Guida, Saverio, 2011. « L’altra faccia del trobar nei sirventesi di Garin d’Apchier e di Torcafol », La France latine. Revue d’études d’oc 152, 215‑257.

Iglésies, Josep, 1979. El fogatge de 1553, Barcelone, Fundació Salvador Vives i Casajuana.

Jeanroy, Alfred, 1934. La Poésie lyrique des troubadours. I-II, 2 vol., Paris/Toulouse (réimpression en un vol., Genève, Slatkine Reprints, 1998).

Jensen, Frede, 1994. Syntaxe de l’ancien occitan, Tübingen, Niemeyer.

Kolsen, Adolf, 1925. Trobadorgedichte. Dreissig Stücke altprovenzalischer Lyrik zum ersten Male kritisch bearbeitet, Halle, Niemeyer.

Laffont, Pierre-Yves, 2000. « Contribution à l’histoire de la coseigneurie dans le Midi aux XIe, XIIe et XIIIe siècles. L’exemple du Vivarais et de ses abords », in : Bleton-Ruget, Annie / Pacaut, Marcel / Rubellin, Michel (dir.), Regards croisés sur l’œuvre de Georges Duby. Femmes et féodalité, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 99-113.

Laffont, Pierre-Yves, 2009. Châteaux du Vivarais. Pouvoir et peuplement en France méridionale du haut Moyen Âge au XIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Latella, Fortunata, 1994. I sirventesi di Garin d’Apchier e di Torcafol, Modène, Mucchi.

Léglu, Catherine, 1996. « A Reading of Troubadour Insult Song: the Comunals Cycle », Reading Medieval Studies 22, 63-84.

Léglu, Catherine, 1998. « La diffamation dans la poésie satirique des troubadours », in : Gourc, Jacques / Pic, François (éd.), Toulouse à la croisée des cultures. Actes du Ve Congrès international de l’Association internationale d’études occitanes, Toulouse, 19-24 août 1996, Pau, Association internationale d’études occitanes, t. I, 269-274.

LespyR = Lespy, Vastin / Raymond, Paul, 1998. Dictionnaire béarnais ancien et moderne, nouvelle édition revue et corrigée, Pau, Marrimpouey.

Linskill, Joseph, 1964. The Poems of the Troubadour Raimbaut de Vaqueiras, La Haye, Mouton.

Lv = Levy, Emil, 1894-1924. Provenzalisches Supplement-Wörterbuch, 8 vol., Leipzig, Reisland.

LvP = Levy, Emil, 1909. Petit Dictionnaire provençal-français, Heidelberg, Carl Winter.

Mistral = Mistral, Frédéric, 1878. Lou Tresor dóu Felibrige, 2 vol., Aix-en-Provence, Ve Remondet-Aubin (réimpression, s. l., Ramoun Berenguié, 1968).

Manetti, Roberta, 2008. Flamenca. Romanzo occitano del XIII secolo, Modène, Mucchi.

Martin-Chabot (Eugène), 1931-1961. La Chanson de la croisade albigeoise éditée et traduite du provençal, 3 vol., Paris.

Méjean, Suzanne, 1971. « Contribution à l’étude du Sirventes Joglaresc », in : Cluzel, Irénée / Pirot, François (éd.), Mélanges de philologie romane dédiés à la mémoire de Jean Boutière (1899-1967), Liège, Éditions Soledi, t. I, 377-395.

P.-C. = Pillet, Alfred / Carstens, Henry, 1933. Bibliographie der Troubadours, Halle, Niemeyer.

Pans = Pansier, Paul, 1924-1932. Histoire de la langue provençale à Avignon du XIIe au XIXe siècle, 5 vol., Avignon (réimpression, Genève/ Marseille, Slatkine Reprint/Laffitte Reprints).

Pasero, Niccolò, 1973. Guglielmo IX d’Aquitania. Poesie, Modène, Mucchi.

Rawls, Diane Nelson, 1983. An Etymological Glossary for La Chanson de la Croisade albigeoise, Albuquerque, The University of New Mexico.

Rieger, Ditmar, 1976. Gattung und Gattungsbezeichnungen der Trobador-lyrik. Untersuchungen zum altprovenzalischen Sirventes, Tübingen, Niemeyer.

Riffaterre, Michaël, 1979. La Production du texte, Paris, Le Seuil.

Rn = Raynouard, François-Just, 1844. Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, 6 vol., Paris, Silvestre.

Rohlfs, Gerhard, 1970. Le gascon. Étude de philologie pyrénéenne, 2e éd., Tübingen/Pau, Max Niemeyer/Marrimpouey Jeune.

Ronjat, Jules. 1930-1941. Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, 4 vol., Montpellier, Société des langues romanes.

Rossiaud, Jacques, 2002, Dictionnaire du Rhône médiéval. Identités et langages, savoirs et techniques des hommes du fleuve (1300-1550), 2 vol., Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie.

Routledge, Michael J., 1977. Les Poésies du moine de Montaudon. Édition critique, Montpellier, Centre d’études occitanes de l’Université Paul Valéry.

Runnalls, Graham A., 1982. La Passion d’Auvergne. Une édition du manuscrit nouvelle acquisition française 462 de la Bibliothèque Nationale de Paris, Genève, Droz.

Spetia, Lucilla, 2011. « Gatti rossi e gatti neri : un mistero felino alle origini della pastorella ? », in : Rieger, Angelica (éd.), L’Occitanie invitée de l’Euregio. Liège 1981 - Aix-la-Chapelle 2008 : Bilan et perspectives. Actes du neuvième Congrès international de l’Association internationale d’études occitanes, Aix-la-Chapelle, 24-31 août 2008, Aix-la-Chapelle, Shaker Verlag, t. I, 543-555.

Stimm, Helmut, 1984. Compte rendu de Runnalls 1982 ; Zeitschrift für französische Sprache un Literatur 94, 193-197.

Stroński, Stanislaw, 1910. Le troubadour Folquet de Marseille. Édition critique, Cracovie (réimpression, Genève, Slatkine Reprints, 1968).

Stroński, Stanislaw, 1913. « Les pseudonymes réciproques », Annales du Midi 25, 288-297.

TLF = Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1960), 16 vol., Paris, Gallimard, 1971-1994.

Vatteroni, Sergio, 2011. « La fortuna di L’autr’ier jost’una sebissa e Raimon Escrivan : considerazioni sui generi della pastorella e della tenzone fittizia », in : Ferrari, Anna / Romualdi, Stefania (éd.), « Ab nou cor et ab nou talen ». Nouvelles tendances de la recherche médiévale occitane. Actes du Colloque AIEO (L’Aquila, 5-7 juillet 2001), Modène, Mucchi, 243-261.

Varvaro, Alberto, 2012. Prima lezione du filologia, Rome-Bari, Laterza.

Vatteroni, Sergio, 2013. Il trovatore Peire Cardenal, 2 vol., Modène, Mucchi.

Walter, Virginie, Valérie, 2007. Contribution à l’étude de l’évolution historique du chat : ses relations avec l’homme de l’Antiquité à nos jours, thèse pour obtenir le grade de docteur vétérinaire, Toulouse, École nationale vétérinaire.

Witthoeft, Friedrich, 1891. “Sirventes joglaresc. Ein Blick auf das altfranzösiche Spielmannleben, Marburg, N. G. Elwert’sche Verlagsbuch-handlung.

Haut de page

Notes

1 Sur ce cycle, voir Latella (1994, en particulier 61-87), Léglu (1996), Méjean (1971, 395) et Guida (2011).

2 Ces lignes étaient écrites quand nous avons pris connaissance d’un article de Saverio Guida qui commente longuement les premiers vers du texte qui nous intéresse (Guida 2011, 238-250). Nous indiquons dans les notes les points de convergence et de divergence entre les analyses du provençaliste italien et les nôtres.

3 Voir aussi Franchi (2006, 90) et Guida (2011, 239-240).

4 La première pastourelle selon Jeanroy (1934, 2, 338).

5 Cf. aocc. foguier (MongeMont, Rn 3, 345 = Appel 1902, 256 = éd. Routledge 1977, 93, v. 18), fuguier (ÉvEnf, Rn 3, 345-346= RF 22, 988 [= éd. Huber] dans FEW 2, 649a= éd. Giannini/Gasperoni 2006, 235, v. 1555), fogier (doc. St-Flour 1431), fogié (doc. St-Flour 1461, tous les deux DAOA 590) ; cf. LvP (192) et FEW (2, 649a, focarius). Aussi “(par synecd.) focolare, fuoco” (foger, SFoi, Crescini 1926, 396).

6 Le sens de “casa, casolare” est admis par Franchi (2006, 93 “casa”) et par Guida (2011, 240, 241, 245 “casolare”), qui note à plus juste titre le caractère « impoetico » du mot. — D’une manière générale, les innovations de Latella en matière de sémantisation des unités lexicales et les corrections qu’elle propose (voir ci-dessous passim) nous apparaissent comme des manifestations de la « résistance naturelle du lecteur au texte », résistance qui se manifeste par des rationalisations ramenant « ce qu’on trouve étrange dans le texte au connu » (Riffaterre 1979, 8), quitte à tomber de Charybde en Scylla. Nous nous efforcerons au contraire de respecter « ce qui devrait être la règle cardinale de l’explication » : la docilité au texte (Riffaterre 1979, 12).

7 On peut observer en outre qu’en français, où foyer “âtre de la cheminée” est attesté depuis ca 1135, le sens métonymique “lieu où habite une famille” n’est documenté que depuis 1572 (Ronsard, TLF).

8 FEW (13/2, 197b, trans), DAOA (1240) et Latella (1994, 282). Notons que [tras] signifiait “à côté de” au 20e siècle dans le parler de Mende (ALLo 2178 dans FEW, loc. cit.), sens confirmé par Escolo Gabalo (1992, 498) : tras prép. et adv. “auprès, à côté, contre”.

9 Lv (4, 432, qui corrige Rn 4, 94), Appel (1902, 268) et FEW (5, 407b, longus). Ajouter doc. Rouergue ca 1191 (Brunel 1926, n° 262, 7) et doc. Rouergue 1174, lunc (Brunel 1952, n° 410, 16), ainsi que PCard (Vatteroni 2013, 997).

10 Dans le même sens, voir déjà Guida (2011, 240-241) : « l’adesione ai modelli si rivela subito solo fittizia » ; l’« alterità rispetto ai patterns standardizzati » apparaît dès l’emploi de fogier (pris par l’exégète au sens de “casolare”), mot qui se présente « come un elemento dissonante, inadeguato alla struttura formale e tematica abbozzata ». Mieux encore si l’on conserve son sens à ce mot.

11 Matériellement, le vers 2 se lit ainsi dans Da « Un cro-[2]-lon nera un efasmes » (source : <Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. image 428).

12 Cela a été bien vu par Guida (2011, 241) : « a me pare tuttavia che la lezione concordemente trasmessa dai due codici relatori sia accettabile e non bisognosa d’essere ritoccata ».

13 Guida (2011, 241) accepte aussi le sens de “berceau”. Il nous semble cependant que son commentaire dévie ensuite, lorsqu’il indique (sur la base d’un transfert identique observé « presso molteplici popolazioni romanze e germaniche, medievali e moderne ») que crol serait employé « per indicare la vulva » et qu’il propose une « chiave di lettura » érotique : « si potrebbe immaginare un’ardita e carnevalesca comparazione [...] tra un bambino posto nella culla e il pene messo nella vagina » (Guida 2011, 242-243). Selon nous, cette interprétation est trop hardie en ce qu’elle ne trouve appui ni dans le texte ni dans le lexique. La « clef érotique » nous semble en outre appauvrir le texte et tendre à dissoudre dans un symbolisme universel ce qui fait son « unicité » (Riffaterre 1979, 8). Il en va tout autrement, par exemple, au vers 6 de Mals albergiers dinarada de fen (P.-C. 443, 2b ; Latella 1994, 242) où l’irruption (soulignée par l’allitération) de mon oliver vert, sémantiquement insatisfaisante, contraint à rechercher et à trouver aussitôt une signifiance (Guida 2011, 219-221). Il nous semble que l’exégèse doit admettre que « le texte littéraire est construit de manière à contrôler son propre décodage », d’où la règle de « ne fonder l’explication que sur des éléments [les interprétants] dont la perceptibilité est obligatoire » (Riffaterre 1979, 11).

14 Respectivement PrisJér (ms. vers Castres 1373) et Fier (lang. Aude/Ariège), AuzCass (auteur rouergat). Voir Rn (2, 520), LvP (102) et FEW (2, 1228b, *corrotulare).

15 Voir Adams (1913, 544-545 : postverbaux en ‑e) et Ronjat (1930-1941, 3, 331 : postverbaux fournissant des noms d’instruments).

16 Lv (1, 420)= FEW (2, 1229a, *corrotulare, aussi afr.) = DAO (196, 1-1).

17 Gresti ne s’arrête malheureusement pas à cette solution. Il ajoute : « Si potrebbe anche, certo più arditamente, rinviare a FEW 2/2 :1362a, s. *kros‑no‑, dove si trova il medio francese grolle ‘vase, en forme de flacon’ [bourg. 15 jh.], krol (Bas-Maine) ‘écuelle du chien’, e soprattutto cròulo (Limosino) ‘tronc d’arbre creux’, utilizzato, in questo caso, come luogo ove depositare l’infante ». Or, lim. cròulo (pris dans M 1, 679, lequel donne un exemple de Joseph Roux = Corrèze) présente une diphtongue (régulièrement réduite dans Creuse [krɔˈla] adj. “creux (arbre)” ALAL 258 p 36) et ne saurait être rapproché des formes du texte. Von Wartburg ne citait d’ailleurs ce mot et Cantal craule “creux, vide” (classé FEW 23, 170b ; BaldEtym 2, n° 3727 ; confirmé par Cantal [ˈkrau̯le] “caverneux (arbre)” ALMC 249 p 42) que pour indiquer, dans sa grande sagesse, qu’ils devaient être séparés du groupe de mfr. grolle.

18 Ms. « nous vous crolerons pour dormir » (Runnalls corrige inopportunément « cloerons ») ; néant dans DMF (2012) s. v. crouler. La variété de français de la Passion d’Auvergne est assignée à la Basse Auvergne (langue de presque tous les copistes et langue des auteurs) par Runnalls (1982, 58-68). Stimm (1984, 194-196) a mis cependant en évidence des traits (prétérits en -i- des verbes de la classe I, P3 en -é du futur, -i- de oignhiment) qui ne peuvent être originaires que du domaine francoprovençal.

19 Guida (2011, 242) est conduit « a non escludere che Garin [...] abbia voluto investire nel passo che si discute il lessema efas (che io tradurrei “fantolino”, “picciolino”) di un senso traslato per adombrare lepidamente l’organo sessuale maschile ». Cette hypothèse nous paraît gratuite.

20 Guida (2011, 241) souligne avec justesse que crol/croille accentue « l’effetto dirompente e beffatorio messo parzialmente in atto alla fine dell’ottonario precedente ».

21 Cf. Guida (2011, 239) parlant de « rebus ».

22 Matériellement, le vers 3 se lit ainsi dans Da : « Ela olet edos conres » (<Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. image 428). 

23 Guida (2011, 243-244) repousse au contraire la conjecture de Latella, mais propose à son tour une correction : « un olhet » (ou « un ollet »), à partir de Da pour le substantif et de D pour l’article masculin. Cette intervention est essentiellement motivée par l’hypothèse selon laquelle olhet indiquerait « quell’orifizio femminile che ancor oggi viene definito “il terzo occhio” » (art. cit., 245). Nous ne sommes pas convaincu par cette interprétation.

24  = Lv (7, 371) = LvP (329).

25 FEW (7, 349b, olla), DAOA (838) et ALMC (787). Aj. doc. Mende 1472-1473 (André 1885, 37).

26 Mot attesté par Rn (2, 527) “courroie” (corretz pl., GuillPoit, mais voir 6, 167 ; correy, BBorn [discussion dans Lv 1, 378 ; cf. éd. Gouiran 1985, 2, 896 “ceinture” (éliminer du glossaire la forme fictive correg] ; correg, RaimbAur) et Lv (1, 378), qui ajoute correi dans un passage peu clair de GirBorn. Voir aussi Lv (1, 380) pour corretz chez GuillPoit ( = éd. Pasero 1973, 130, v. 81, trad. “ammennicoli”, car interprété, de manière peu crédible, comme une forme de conrei), considéré par Lv comme contenant une « dialektalische Abweichung von g », et pour corretz dans CroisAlb 5352 ( = éd. Martin-Chabot 1931-1961, 2, 230, v. 8) compris “courroie” = Rawls (1983, 48 : “strap, belt”) = LvP (97 : correg, -ei “courroie ; ceinture”) = FEW (2, 1221b, 1223a, corrigia : correg “id.”).

27 Selon Guida (2011, 245), conrés serait porteur de « l’idea degli organi maschili che comunemente vengono denominati “palle, testicoli” ». Hypothèse non nécessaire, à notre avis.

28 « De cela aiga prestiron e meiren els conres », Lv (1, 332 : “Speise”) = LvP (91 : “mets”) = éd. Martin-Chabot (1931-1961, 1, 138, v. 10: “aliments”)= Rawls (1983, 47: “food”)= FEW (16, 697a, *reþs: “mets”).

29 « [Un mauvais riche] manjava ad esple / .../ E non donava son conre » : Rn (2, 459) “nourriture” = Lv (1, 332), qui exprime son scepticisme ; mais voir Vatteroni (2013, 959) “vivande, viveri”.

30 Rn (4, 352), LvP (260) et FEW (7, 247b, nutricia).

31 La noirissa inspire au médiéviste bien informé les commentaires suivants : « Spesso tale donna di casa, giovane e fisicamente ben impostata, serviva, oltre che per i suoi compiti primari, per soddisfare senza troppe resistenze le voglie libidinose del suo datore di lavoro o di chi era disposto a ripagarla generosa-mente. La reputazione della nutrice non era ordinariamente molto elevata e la sua figura era a volte equiparata a quella della meretrice o della cortigiana di facili costumi » (Guida 2011, 246).

32 Il en va de même pour Guida (2011, 248), mais dans un sens érotique : « Segno distintivo della nutrice, emblema della sua sessualità, era per Garin il suo gattone nero, elemento conclusivo e dirimente sul piano traslativo di una sequela di immagini e metafore ruotanti tutte, in maniera equivoca, attorno all’idea ossessiva, per quanto giocosa, delle differenze somatiche tra uomo e donna del pene dentro la vagina ». À notre sens, c’est précisément la pauvreté désespérément obsessive et platement graveleuse des signifiés qui seraient cryptés aux vers 3-5 qui conduit à ne pas faire usage de la « chiave di lettura » offerte par le philologue italien.

33 Voir aussi Spetia (2011, notamment 548-549), dont les considérations apportent peu de chose, nous semble-t-il, à la compréhension du texte de Garin d’Apchier.

34 La leçon de Da « e la noirissa en un gat nier » nous paraît faire sens : “et la nourrice dans un chat noir”, c’est-à-dire “et la nourrice (est représentée) dans/par un chat noir”, “et la nourrice (ne consiste que) dans un chat noir”.

35 Aucune autre occurrence du syntagme dans le corpus de la COM2.

36 Delort (1984, 431-435) avec des exemples des 12e et 13e siècles. Sur le chat noir au Moyen Âge, voir aussi Walter (2007, 61-65) et Guida (2011, 247), d’après Sainéan.

37 Dans son apparat, Latella (1994, 220) donne « son ». Comme Appel, nous lisons « fon » (source : <Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. image 303).

38 Cf. FEW (4, 494a et n. 1, hospitalis) et DAOA (854).

39 Cf. Guida (2011, 241) qui parle de « contropastorella ».

40 Selon les données du FEW (7, 596a, par) : parier s. m. “copropriétaire, copartageant” (Nîmois ca 1150 = Brunel 1926, n° 63, 3 ; parer, Vivarais 1177 [par erreur : 1171] = Brunel 1926, n° 158, 20 ; aussi « abéarn. » [ !] = Montaut [LotG.] s. d. dans LespyR 456). On peut ajouter BBorn (éd. Gouiran 1985, 1, 92, 944), RaimbVaq (emploi fig., éd. Linskill 1964, 200, v. 46), MongeMont (éd. Routledge 1977, 94, 203 [à corriger]), GuiUis (éd. Audiau 1922, 71, v. 43), CroisAlb (éd. Martin-Chabot 1931-1961, 2, 126 v. 41 : “coseigneur” = Rawls 1983, 120 par erreur “equal, ally”), GuirRiq (f. parieira, Narbonne ca 1180 = Lv 6, 81 corrigeant Rn 4, 414) et la razo de P.-C. 406, 4, 27, 38 et 364, 21 (Rn 4, 414 = éd. Boutière/Schutz 1973, 385, 387 var.).

41 ø Rn, Lv, Appel (1902), LvP, Pans, Brunel (1926), Brunel (1952), FEW et DAOA.

42 Voir Stroński (1910, 31*-40* ; 1913) et Jeanroy (1934, 1, 319-320).

43 Razo de P.-C. 80, 20 et 82 dans Rn (4, 289) = Boutière/Schutz (1973, 91) = éd. Gouiran (1985, 1, 343) ; doc. St-Flour 1380 (DAOA 286).

44 « Et an vos claus lo cortil / Sil que·us son deus lo capil, / E tornat de brau humil / E tout chan e alegransa » (éd. Latella 1994, 185, V, v. 25-28). Nous avons proposé de lire « d’eus » et de comprendre ainsi le vers 26 : “ceux qui sont sous le même toit que vous” = “vos compariers”. — Bertran de Born évoque aussi un conflit coseigneurial dans la strophe suivante : « Seigner sia eu de castel parsonier / Et en la tor siam catre parier / E ja l’us l’autre non poscam amar, / Anz m’aion ops totz temps arbalestrier, / Metge e sirven e gaitas e portier, / S’eu anc aic cor d’autre dompna amar » (éd. Gouiran 1985, 1, 92, v. 25-30 et 102-104 n., cité par Laffont 2000, 110 et Débax 2012, 137). Cf. encore, du même Bertran : « Mos parsoniers es tant gainartz / Qu’el vol la terra mos enfans » (éd. Gouiran 1985, 1, 354, v. 41-42, cité par Débax 2012, 257).

45 Pour quelques échos anthroponymiques de la présence catalano-aragonaise à Millau, voir Chambon (à paraître, a).

46 AlcM s. v. (consulté sur le site de l’IEC) et ALDC (6, 1382).

47 DELCat (7, 506 sqq.), avec d’autres exemples du 14e et du 15e siècle, depuis 1604 au sens figuré appliqué à un humain ; AlcM s. v. (consulté sur le site de l’IEC) et ALDC 6, 1377, 1382. Rohlfs (1970, § 174), DELCat (7, 508) et FEW (22/1, 271a) attestent (ar)ruc “ânon” en gascon pyrénéen et le diminutif ruquét en Bigorre.

48 Rohlfs (1970, § 174).

49 Chambers (1971, 87, 236) et Boutière/Schutz (1973, 438). Voir un échantillon de surnoms de jongleurs dans Witthoeft (1891, 9).

50 Cf. la vida de Raimon de Miraval présentant celui-ci comme « uns paubres cavalliers de Carcasés, que non avia mas que la quarta part del castel de Miraval » (Boutière/Schutz 1973, 375 et n. 2).

51 La valeur de q’ au vers 10 est bien explicitée au glossaire par Latella (1994, 278) : « cong. [...] [con valore] esplicativo».

52 La correction de Latella (« mal no m’en mier ») est justifiée, car elle s’avère indispensable au fonctionnement ironique et à l’effet de comique produit par les vers 9-10 (Latella 1994, 226-227). — On remarquera que le verbe merir ne signifie pas à lui seul “essere colpevole” (Latella 1994, 273). C’est la locution verbale mal merir qui exprime ce contenu : cf. Rn (4, 213 malmerir = mal merir) ; Lv (5, 237) “schuldig sein, Schuld haben, sündigen”, avec de nombreux exemples, y compris en emploi réfléchi et construit avec en/ne (CroisAlb ; Flamenca) ; FEW (6/2, 29a, merere).

53 Cf. Latella (1994, 227).

54 Le premier au sujet du « castrum in Arisitonito pago quod vocatur li Gardi » (passage des Miracles de saint Privat cité également par Latella 1994, 227), conflit dans lequel l’évêque de Mende dut intervenir ; le second au sujet du château de Chirac.

55 Witthoeft (1891, 64) « pot » (v. 15).

56 La traduction de Latella (1994, 221 : « e ne disse tanto male l’altro giorno ») supprime la valeur explicative. Au glossaire qe (v. 13) est catégorisé comme « cong. [...] con valore [...] copulativo » (Latella 1994, 278), tandis que q’ (v. 10) est donné comme explicatif.

57 En revanche, c’est par erreur que Witthoeft édite « que·m » (correction tacite ?) : le ms. porte clairement « Qen » (source :

<Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. image 428).

58 Cf. Franchi (2006, 93) : “e l’altro giorno ne disse una tale offesa, mentendo, perché non mi disse niente di vero”.

59 On ne voit pas en quoi dire beaucoup de mal de quelqu’un (le père de Ponson Gaifier) impliquerait qu’on ne dise rien de vrai de quelqu’un d’autre (l’énonciateur).

60 Pour la valeur de enuich comme COD du verbe dire, à savoir “propos qui cause de la contrariété” (cf. Latella 1994, 266 : “cosa sgradevole” ; Franchi 2006, 93 : “offesa”), on comparera Er no ditz mas enois (Lo Vesques de Clarmont, « Peire de Maensac, ges lo reis no seria », P.-C. 95, 2, éd. Kolsen 1925, 14, v. 17).

61 Voir Latella (1994, 229-230).

62 Au vers 19, la locution adverbiale maintas ves (v. 19) est placée de telle sorte qu’elle peut incider sur cre (avec une valeur fréquentative = “souvent” ; Lv 8, 716) comme sur valer (exprimant un rapport, avec une valeur comparative = “beaucoup plus”). Latella (1994, 221 : “credo di valer diverse volte loro”) et Franchi (2006, 93 : “credo di valerli molte volte”) paraissent incliner vers la seconde valeur. Il nous semble qu’il ne faut pas réduire l’ambivalence.

63 Cet adverbe ne semble être rendu ni dans la traduction de Latella (1994, 221, mais voir le glossaire, p. 257 : “allora”), ni dans celle de Franchi (2006, 93). Dans ce passage, adoncs rappelle la subordonnée temporelle précédente (v. 20) Quant cossir de leis q’eu enquier (voir DOM 192a, 1.j.).

64 Pour cossirar, voir Cropp (1975, 301-304, 306-307). Pour enquerre, exprimant la requête d’amour, voir Cropp (1975, 204, 207-208, 209-210).

65 Cf. aussi verdch. riaume “rive droite [de la Saône]” (FEW 10, 209b et n. 3, regimen) et verdch. pire “rive gauche de la Saône”, Mâcon id., empi, mdauph. bdauph. [ɛ̃ˈpɛri] “rive gauche du Rhône” (FEW 4, 587b, imperium).

66 Pour l’expansion des Châteauneuf « dans tout le quart sud-est du Vivarais », voir Laffont (2009, 212-213). Pour une allusion chez Torcafol, voir Chambon (2014, 505-506).

67 On a là, à notre connaissance, les premières attestations de ce binôme lexical. Cf., appliqué aux quartiers de Lyon, alyonn. Empiro (1387, Durdilly 1975, 282, 295) et Re(y)a(l)mo / Reaume (1342-1387, op. cit., 252, 277, 289, 293, 316). Voir encore Rossiaud (2002, 2, 120) : à Lyon, « pendant tout le XVe s. », distinction « dans les documents officiels entre les quartiers d’Empire et ceux de Royaume » (sans précision sur la langue) ; à Valence, « jusqu’à la fin du XVe s. », « adjudications [...] à la part du Royaume et à la part de l’Empire » ; mfr. Rég. la part de l’empire “babord” (Pont-Saint-Esprit 1473).

68 Doc. Toulousain ca 1173 (Brunel 1926, n° 138, 7) ; Flamenca v. 6715 (éd. Manetti 2008, 410, 559) en référence à la limite rhodanienne du royaume de France (face à l’Empire). — Pour a introduisant une proposition infinitive de sens final (ici avec la nuance “dans l’espoir de”), voir DOM (1b), DAOA (1) et aauv. al pont bastir (1195, Brunel 1926, n° 282, 21), ad molen emplir / al molin emplir (12e s., Doniol 1864, n° 979).

69 L’ambition du rodomont, déjà assez remarquable, ne va pas cependant, à notre avis, jusqu’à réclamer pour lui un fief dépassant ou surpassant le royaume de France ou l’Empire, comme semble le penser Latella (1994, 221, 276) quand elle donne à partir le sens de “sopravanzare” (sens qui ne paraît d’ailleurs pas attesté). Franchi (2006, 93) traduit plus justement par “dividere”.

70 « Et fetz lo premier descort », déclare la vida de Garin d’Apchier (Latella 1994, 96, 98-100) ; Guida (2011, 250).

71 Brunel-Lobrichon/Duhamel-Amado (1997, 265).

72 Expression appliquée à Garin par Guida (2011, 239).

73 Cf. Latella (1994, 76-77) et Guida (2011, 216).

74 Voir ci-dessus § 5.5.3, 6.2., 6.3., 9.4.

75 Cf. Garin d’Apchier : « Tan faitz malvatz sirventes / Que del respondre soi las », « Anc un bo mot no fezes / No·n i agues dos malvatz » (éd. Latella 1994, 144, III, v. 3-4, 9-10) ; « E·ill malvaz serventes / Que vos auch far e dir, / Me tornon en azir » (op. cit., 202, VI, v. 3-5) ; Torcafol : « Cominal, en rima clausa, / On ja no·m respondres, so cug, / Farai sirventes aora » (op. cit., 164, IV, v. 1-3) ; voir Rieger (1976, 153 n. 123 et 171).

76 Sur l’art de Garin, voir Latella (1994, 63-87) et Guida (2011, 248-250).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chambon, « L’autrier trobei tras un fogier (P.-C. 162, 3) : lecture d’un sirventès de Garin d’Apchier »Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, 451-489.

Référence électronique

Jean-Pierre Chambon, « L’autrier trobei tras un fogier (P.-C. 162, 3) : lecture d’un sirventès de Garin d’Apchier »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rlr/417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.417

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chambon

Université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search