Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXV n°1VariaLes Prétérits nord-occitans à con...

Varia

Les Prétérits nord-occitans à consonne thématique /t/

Northern Occitan preterites with thematic consonant /t/
Louise Esher
p. 145-162

Résumés

Dans un sous-ensemble de parlers nord-occitans, le prétérit se caractérise par une consonne thématique /t/. Cette étude s’appuie sur des données publiées dans diverses sources (atlas linguistiques, descriptions de parlers, grammaires historiques, documents littéraires) et issues d’enquêtes de terrain, afin d’établir plus précisément l’incidence géographique de ces formes de prétérit, d’analyser leur distribution paradigmatique, et d’examiner leur diachronie. Parmi les diverses hypothèses proposées pour expliquer l’émergence des prétérits en /t/, les analyses diachroniques et comparatives permettent d’identifier comme la plus plausible celle d’une réfection sur la forme de la troisième personne du singulier, ré-analysée comme radical nu, et étendue aux autres formes personnelles. La systématicité des évolutions indique qu’elles reflètent des principes structurants fondamentaux du système flexionnel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1  Cette recherche s’insère dans les projets suivants, gérés par l’Agence Nationale de la Recherche : (...)

1Dans certaines zones de l’espace nord-occitan, principalement dans le nord du Limousin et en Basse-Auvergne (Chabaneau 1876, 278-282 ; Ronjat 1937, 192-193), les formes du prétérit sont caractérisées par une consonne thématique -t-, au lieu de -r- comme dans la plupart des parlers occitans. Un exemple de paradigme typique (parler de Manot en Charente occitane, Lavalade 1987, 107) est présenté dans le Tableau 1. Dans ce système, la consonne thématique est associée à une voyelle thématique /ε/, les deux éléments apparaissant à toutes les personnes du prétérit sauf la première personne du singulier, pour tous les lexèmes, ce qui constitue la distribution la plus courante. Trois variantes principales sont connues : dans certains parlers d’Auvergne, la première personne du singulier présente également une flexion en -t- ; dans plusieurs parlers, le /t/ final de la troisième personne du singulier tombe par évolution phonétique régulière ; et enfin, certaines zones conservent une distinction de conjugaison entre verbes en -i- (élément -it-) et autres verbes (élément -èt-).

Tableau 1. Paradigme des formes finies synthétiques du verbe vendre « vendre » dans le parler de Manot, Charente (Lavalade 1987, 107). La graphie reprend celle de la source.

ind.prs

ind.ipfv

sbjv.prs

pret

sbjv.ipfv

fut

cond

1sg

ˈvende

ˈvendia

ˈvende

venˈdí

venˈdessa

venˈdrai

venˈdria

2sg

ˈvendes

ˈvendies

ˈvendes

venˈdètes

venˈdessies

venˈdrès

venˈdries

3sg

ˈvend

ˈvendia

ˈvend

venˈdèt

venˈdessa

venˈdrá

venˈdria

1pl

venˈdam

ˈvendiam

ˈvendam

venˈdètem

venˈdessam

venˈdram

venˈdriam

2pl

venˈdetz

ˈvendietz

ˈvendetz

venˈdètetz

venˈdessetz

venˈdretz

venˈdriètz

3pl

venˈden

ˈvendian

ˈvendan

venˈdèten

venˈdessan

venˈdran

venˈdrian

2L’existence des prétérits nord-occitans en -èt- est connue depuis longtemps (Chabaneau 1876, 278-282 ; Meyer-Lübke 1895, 352-353), y compris en morphologie théorique (Bybee/Brewer 1980, 210-213, 228-235). Cependant, jusqu’ici ces formes n’ont fait l’objet d’aucune étude synthétique proposant une vision globale du phénomène. Il sera question dans cette étude d’établir plus précisément l’incidence géographique de l’élément thématique -èt- ; d’analyser sa distribution paradigmatique ; et d’examiner son émergence diachronique.

Aire géographique des prétérits nord-occitans en -èt-

  • 2  Il convient de noter que l’absence d’attestations positives ne signifie pas forcément l’absence de (...)

3L’étude des prétérits en -èt- se fonde sur des sources individuelles de divers types : les cartes 96 « j’eus », 360 « nous crûmes » et 1154 « nous ne le revîmes plus » de l’Atlas linguistique de la France (ALF ; Gilliéron/Edmont, 1902-1910) ; de nombreuses monographies, descriptions de parlers et grammaires historiques concernant les parlers nord-occitans ; et des données d’enquêtes récemment effectuées dans le cadre du projet d’Atlas sonore des langues régionales de France (Boula de Mareüil et al., 2018 ; https://atlas.limsi.fr/​) ainsi que des projets ANR de documentation du Croissant linguistique (Esher et al., 2021 ; http://parlersducroissant.huma-num.fr/​projet.html). La combinaison de ces sources permet d’établir un inventaire des localités pour lesquelles il existe une attestation positive2 de la présence des prétérits en -èt- (figure 1), ce qui fournit une estimation conservatrice de leur aire d’incidence.

Figure 1. Localités spécifiques auxquelles sont attestés des prétérits en -èt-

Figure 1. Localités spécifiques auxquelles sont attestés des prétérits en -èt-

4De cette synthèse géographique, il ressort que les prétérits en èt seraient concentrés dans un sous-ensemble septentrional des parlers limousins et auvergnats : en Charente occitane (Chabaneau 1876, 278 ; Rousselot 1891, 240 ; Meyer-Lübke 1895, 352-353 ; Terracher 1914, 56, 105 ; Ronjat 1937 192-193 ; Lavalade 1987, 101-115), dans l’ouest et le nord de la Haute-Vienne (Chabaneau 1876, 278 ; Lavalade 1987, 19), en Creuse (Baldit 1980, 16 ; Chauvin 1980, 73 ; Quint 1991, 35-51 ; Quint 1996, 105, 108-109, 115-116, 121, 123), dans le sud de l’Allier (Piquand 1953, 38 ; Blondelon 2004, 12), en Puy-de-Dôme (Dauzat 1900, 162 ; Ronjat 1937, 192-193), et dans quelques localités en Corrèze. Les attestations en Dordogne concerneraient principalement l’aire limitrophe de la Charente (Chabaneau 1876, 278 ; Ronjat 1937, 192-193 ; Lavalade 1987, 19), ce type de prétérit n’étant pas mentionné par Daniel (1983[1911], 56-98), Marshall (1984, 49) ou Reydy (2008, 100-110), ni d’ailleurs dans les données morphologiques de l’ALLOc (Ravier 1978-1993) concernant la partie sud de la Dordogne. Les prétérits en -èt- seraient inconnus dans le Cantal (Nauton 1957-1963), en Haute-Loire (Vinols de Montfleury 1890, 60-65 ; Girard 1925, 77-205 ; Nauton 1957-1963) et en Ardèche (Nauton 1957-1963 ; Quint 1999, 67-72 ; Moulin 2006, 73-108), ainsi que dans les parlers vivaro-alpins en général (Esher à paraître). Au sein du gallo-roman, ils constitueraient d’ailleurs une spécificité occitane, n’étant pas attestés dans les parlers d’oïl situés au nord du Croissant (voir ex. Gilliéron/Edmont 1902-1910 ; Péroux-Beaulaton 1940, 34-38 ; Svenson 1959 ; Boula de Mareüil et al. 2018). Ces prétérits occupent ainsi une aire circonscrite et relativement cohérente, dans la zone plus septentrionale de l’espace occitan.

5La présence confirmée des prétérits en -èt- n’est pas pour autant systématique sur l’ensemble de la zone dans laquelle ils sont attestés. En effet, les sources disponibles pour d’autres localités en Haute-Vienne, en Corrèze, en Creuse, dans l’Allier et dans le Puy-de-Dôme (ex. Doniol 1877, 43-50 ; Dauzat 1900, 109 ; Michalias 1906, 96-106 ; Queyrat 1927, 43-125 ; Piquand 1953, 38 ; Bonin 1956, 34-35 ; Chauvin 1980, 73 ; Monteil 1997, 110-195 ; Guérin 2019, 111, 122-170) fournissent des attestations positives de l’existence de prétérits en -r-. Au nord du Croissant linguistique, la consonne thématique /r/ apparaît uniquement au pluriel. Ailleurs, cette consonne est présente au pluriel et à la deuxième personne du singulier (voire aussi la première personne du singulier), en continuité parfaite avec les parlers du sud du Limousin (notamment en Dordogne : Ruben 1866, lxxxi-civ ; Daniel 1983[1911], 56-98 ; Reydy 2008, 100-110) et de l’Auvergne (Vinols de Montfleury 1890, 60-65 ; Girard 1925, 77-205 ; Nauton 1957-1963 ; Quint 1999, 67-72 ; Moulin 2006 : 73-108). Pour compléter le tableau, il convient de préciser que le phénomène de coexistence entre prétérits en -èt- et en -èr- n’est pas limité à des enclaves de chaque type se côtoyant sur le territoire, mais implique parfois la présence des deux types dans une seule et même localité : c’est le cas par exemple de Saint Priest la Feuille en Creuse (Quint 1991, 35-51), et de Clermont-Ferrand (Ronjat 1937, 193), mais aussi de La Rochette et Saint-Projet, où Terracher (1914, 56) constate la présence très marginale de formes en -èr- au pluriel des verbes signifiant « être » et « avoir » uniquement. Rousselot (1891, 240) note chez un même locuteur un paradigme mixte, où la troisième personne du pluriel est en -r-, la deuxième personne du pluriel est en -t-, et la première personne du pluriel présente des formes des deux types, ce qui constitue donc un cas de « surabondance » (Thornton 2011) ; de même, Baldit (1980, 16) mentionne de la variation sporadique entre formes en -r- et en -t- à la première personne du pluriel et à la troisième personne du pluriel uniquement.

6En conclusion, l’examen des sources permet de préciser que l’aire d’incidence des prétérits en -èt- est cohérente mais non homogène : dans la plupart des cas, les localités ayant un prétérit en -èt- avoisinent des localités ayant un prétérit de type plus général en -èr-, et parfois les deux types coexistent dans un même système flexionnel. Ce cas de figure présente ainsi une différence sensible par rapport à ce qui est observé en Gascogne et en pays toulousain ou fuxéen, où il existe peu d’interférences entre les zones de formes pan-occitanes en -èr- et les zones de formes localisées : sans consonne thématique en Gascogne (Allières 1988) ; à consonne thématique vélaire ou labiale dans les parlers toulousains et fuxéens (Esher 2021).

Distribution paradigmatique et lexicale des formes en -èt-

7Dans les parlers pour lesquels des paradigmes complets sont disponibles, la distribution paradigmatique et lexicale de l’élément thématique -èt- s’avère d’une grande systématicité. Cet élément apparaît uniquement au prétérit (cf. Tableau 1 dans l’introduction), où il se voit le plus souvent limité à certaines personnes : les personnes du pluriel, la deuxième personne du singulier, et, dans les parlers où /t/ finale étymologique n’est pas amuïe, la troisième personne du singulier (Tableau 2). La présence de l’élément -èt- à la première personne du singulier est attestée uniquement dans certains parlers d’Auvergne (Dauzat 1900, 162 ; Ronjat 1937, 193 ; Chauvin 1980, 73).

Tableau 2. Paradigmes de prétérit du verbe vendre « vendre » dans les parlers de Manot (Lavalade 1987, 107), Ansac (Lavalade 1987, 107), Saint-Priest-la-Feuille (Quint 1991, 40), Gartempe (Quint 1996, 123), Naves (M. Guérin, communication personnelle). La graphie reprend celle des sources, sauf pour l’indication de l’accent tonique (emploi du caractère API <ˈ>).

Manot

Ansac

Saint Priest

Gartempe

Naves

1sg

i venˈdí

i venˈdei

i venˈdé

i vãˈdi

i vɛ̃ˈdi

2sg

tu venˈdètes

tu vendeˈtes

te vendeˈtas

tə vãdəˈte

tə vɛ̃dɛˈtaj

3sg

eu venˈdèt

eu venˈdet

o venˈdé

o vãˈde

o vɛ̃ˈdɛ

1pl

nos venˈdètem

nos vendeˈtem

neus vendeˈtam

nə vãdəˈtã

nə vɛ̃dɛˈtɛ̃

2pl

vos venˈdètetz

vos vendeˈtetz

os vendeˈtétz

o vãdəˈte

u vɛ̃dɛˈte

3pl

ilhs venˈdèten

ilhs vendeˈten

ilhs vendeˈtan

i vãdəˈtã

i vɛ̃dɛˈtɔ̃

Tableau 3. Paradigmes de prétérit pour les conjugaisons principales dans l’ouest de la Creuse (Lavalade 1987, 36, 38, 40). La graphie reprend celle de la source, sauf pour l’indication de l’accent tonique (emploi du caractère API <ˈ>).

parlar

« parler »

flurir

« fleurir »

partir

« partir »

[plus âgés]

partir

« partir »

[en général]

vendre

« vendre »

1sg

i parˈ

i fluriˈguí

i parˈ

i partiˈguí

i venˈ

2sg

tu parˈlètes

tu fluriˈguètes

tu parˈtites

tu partiˈguètes

tu venˈdètes

3sg

eu parˈlet

eu fluriˈguet

eu parˈtit

eu partiˈguet

eu venˈdet

1pl

nos parˈlètem

nos fluriˈguètem

nos parˈtitem

nos partiˈguètem

nos venˈdètem

2pl

vos parˈlètetz

vos fluriˈguètetz

vos parˈtitetz

vos partiˈguètetz

vos venˈdètetz

3pl

ilhs parˈlèten

ilhs fluriˈguèten

ilhs parˈtiten

ilhs partiˈguèten

ilhs venˈdèten

  • 3  En Charente, Lavalade (1987, 102, 112, 115) note systématiquement des formes en -it- pour trois le (...)

8Dans la plupart des parlers, les descriptions disponibles indiquent que la même série de flexions apparaît au prétérit de tous les verbes (comme pour les prétérits en -èr- dans d’autres parlers3). Pour l’ouest de la Creuse, Lavalade (1987, 38) note cependant chez des locuteurs plus âgés la conservation d’un type en -it- pour la conjugaison en /i/ (Tableau 3) ; ailleurs, et chez les locuteurs moins âgés, les prétérits de verbes en /i/ prennent les flexions générales en -èt- associées à un élément thématique -iss- ou -ig- (ex. sentissí « je sentis », sentissètes « tu sentis » à Manot, Lavalade 1987, 104 ; partiguí « je partis », partiguètes « tu partis » dans l’ouest de la Creuse, Lavalade 1987, 38).

9Ces données indiquent une diachronie parfaitement comparable à celle observée pour les parlers du Languedoc et de la Provence, où les formes de prétérit à voyelle thématique moyenne /e/ ou /ε/, initialement présentes dans les prétérits des conjugaisons de type parlar « parler » et vendre « vendre », ne s’étendent que bien plus tard aux prétérits de la conjugaison en -i-. Celle-ci conserve parfois jusqu’à aujourd’hui ses flexions distinctives au prétérit ; dans les cas où elle adopte les flexions plus générales en /e/ ou /ε/, leur introduction s’accompagne toujours de l’introduction d’un élément thématique (-iss-, -isc-, ou -ig- selon les parlers) qui préserve la voyelle thématique caractéristique /i/ (Esher 2016).

La constitution diachronique du prétérit occitan

10Afin de mieux contextualiser la diachronie du prétérit en -èt-, il convient d’esquisser les grandes lignes d’évolution diachronique du prétérit dans d’autres zones du domaine occitan.

  • 4  L’inventaire précis des formes rhizotoniques varie selon les lexèmes et les périodes (voir Skårup (...)

11Le type le plus répandu est le prétérit en -èr- (ex. cantères « tu chantas », vendères « tu vendis », faguères « tu fis »), qui provient d’une fusion entre deux tiroirs présents en occitan médiéval, à savoir le prétérit (ex. portiest « tu portas », vendiest « tu vendis », fezist « tu fis », voir ex. Skårup 1997, 110-117) issu du parfait latin, et l’ancien conditionnel (conditionnel deuxième forme, ex. 2sg portèras, vendèras, feras, Skårup 1997, 118-119), issu du plus-que-parfait de l’indicatif latin (Ronjat 1937, 181 ; Allières 1971, 255 ; Esher 2021). Les prétérits médiévaux attestent déjà une réduction sensible de la diversité des classes flexionnelles par rapport au latin ; les descriptions distinguent en général trois classes principales (Anglade 1921, 262-263, 300-310 ; Skårup 1997, 110-117), qui sont les parfaits forts (dont certaines formes4 sont rhizotoniques) et deux séries de parfaits faibles (dont aucune forme n’est rhizotonique). La classe de plus haute fréquence de type est la série de parfaits faibles en /ε/ qui continue les parfaits de type dedi, steti, massivement généralisée par analogie à la plupart des verbes, dont la totalité de la première conjugaison en /a/ (Wheeler 2011 et 2012) ; à côté de cette classe existe une série de parfaits faibles en /i/ qui continue les parfaits en -iui de la quatrième conjugaison latine.

12Par la suite, l’on observe plusieurs réfections qui neutralisent entièrement ces contrastes. Les formes rhizotoniques sont remplacées par des formes arhizotoniques avec une voyelle thématique moyenne (Esher 2015 et à paraître). Autour de la même époque (au cours du xve siècle pour les parlers de Provence, Esher à paraître), les désinences des formes faibles acquièrent une consonne thématique, le plus souvent -r-. Plus tard encore (autour du xvie siècle en Provence), les formes faibles en -èr- sont étendues aux verbes de la conjugaison en -i-, d’où les formes contemporaines ex. finiguères « tu finis ».

13Dans la zone des parlers toulousains et fuxéens, il convient de noter une évolution distincte, où une consonne thématique vélaire est généralisée à partir des formes de troisième personne du singulier en -/k/, ex. ac « il eut », cantèc « il chanta », partic « il partit » (Wheeler 2011, 198-200). La généralisation de la vélaire commence pendant l’époque médiévale et s’accomplit relativement tôt, tandis que l’opposition conjugationnelle entre formes en -èg- et en -ig- persiste encore aujourd’hui dans certains parlers (Esher 2021) : des formes telles que compregui « j’achetai », begueguem « nous bûmes », aveguetz « vous eûtes », disheguo « ils dirent » sont attestées dès le xive siècle (Anglade 1921, 159-165). Les prétérits de cette zone sont exclusivement de type vélaire jusqu’au xviiie siècle environ, époque vers laquelle apparaissent le prétérit en -r-, introduit par contact avec des parlers de zones limitrophes, et le prétérit en -b-, innovation toulousaine due à une évolution phonologique perceptuelle touchant le prétérit à vélaire (Esher 2021).

Éléments de datation des prétérits nord-occitans

  • 5  Un Noël auvergnat de François Pezant au xvie siècle porte les formes faguet « il fit », fuguet « i (...)

14Les sources disponibles fournissent peu d’éléments permettant de dater l’émergence voire la généralisation des prétérits en -èt-. Selon Chabaneau (1876, 278), les textes limousins du xive au xvie siècles attestent uniquement des « formes classiques », c’est-à-dire du type sans consonne thématique, qui caractérise l’occitan médiéval. Les formes en -èr- commenceraient à apparaître au cours du xviie siècle (1876, 278), c’est-à-dire beaucoup plus tard que ce qui est observé pour les formes en -èr- en Provence, et pour les formes en -èg- autour de Toulouse. Pour les parlers du Limousin, la première attestation connue d’un prétérit en -èt- serait la forme vinguitint « ils vinrent », qui apparaît dans un Noël du xviiisiècle provenant des environs de La Rochefoucauld (Terracher 1914, 56) ; le type est vraisemblablement stabilisé au plus tard vers la fin du xviiie siècle, de tels prétérits étant systématiques dans le parler des informateurs de Terracher, tous nés au début du xixe siècle dans l’intervalle 1820-1830 (Terracher 1914, 56). Pour l’Auvergne, l’Album auvergnat de Bouillet (1848) permet de situer l’émergence avant la fin du xviie siècle,5 les formes étant solidement établies au xviiie : l’anthologie de Bouillet atteste les formes fagueton « elles firent », se bouteton « elles se mirent », zuguétont « elles eurent », fuguetout « elles furent », vouguet « elle voulut », tombetout « elles tombèrent » dans une chanson non datée, attribuée au Faubourg Saint-Alyre à Clermont-Ferrand (Bouillet 1848, 51) ; les formes fuguètei « vous fûtes », diguètei/diguétei « vous dites » ainsi que des formes de première et de troisième personne du singulier sans consonne thématique, dans un poème de François Perdrix, auteur de la fin xviie/début xviiie (Bouillet 1848, 144) ; et la forme preiteitoi « tu prêtas », dans le Conte des Perdrix d’Amable Faucon, auteur de Riom né en 1724 et mort en 1808 (Bouillet 1848, 95). Un autre texte de Faucon, La Henriade de Voltaire mise en vers burlesques auvergnats, permet de compléter ce paradigme en confirmant la présence de -t- thématique à la première personne du pluriel (cregeitins « nous crûmes », neitens « nous allâmes », Faucon 1798, 26) ainsi qu’à la deuxième personne du pluriel (fagueteis « vous fîtes », Faucon 1798, 39) et à la troisième personne du pluriel (ex. fuguetoun « ils furent », mouriquetount « ils moururent », Faucon 1798, 30).

  • 6  Il s’agit de l’imparfait du subjonctif en -ra, ex. 2sg venguérā, 1pl vengueram, 2pl venguerâ, 3pl (...)

15La date relativement tardive des « premières » attestations a de quoi surprendre. Cependant, une remarque de Chabaneau (1876, 284), concernant la survivance de l’ancien conditionnel6 dans certaines zones du Limousin, s’avère ici pertinente pour la diachronie du prétérit en -èr-. En Gascogne comme dans les Alpes, les parlers qui conservent l’ancien conditionnel dans sa fonction modale ne connaissent pas (ou ne développent que bien plus tard) le prétérit en -èr- (Allières 1988, Esher à paraître). Pour ce qui est du Limousin, l’ancien conditionnel comme imparfait du subjonctif est encore présent de façon marginale à l’époque de Chabaneau, qui le rencontre « dans quelques communes des cantons de Nontron, Saint Pardoux la Rivière, Bussière[-Badil], Montbrun, Montembœuf, et des cantons voisins de la Haute-Vienne. À Nontron même, on ne s’en sert pas » (1876, 284). Une conservation plus longue de l’ancien conditionnel à la frange septentrionale de l’espace occitan (comme aux franges sud-ouest et nord-est) serait en effet cohérente avec une émergence plus tardive du prétérit en -èr-, comme celle suggérée par les données textuelles de Chabaneau qui la situent autour du xviie siècle. Pour ce qui est du prétérit en -èt-, il est à noter que sa zone d’incidence coïncide avec plusieurs des localités où l’ancien conditionnel a été le plus longtemps conservé selon Chabaneau. Cependant, la corrélation est trop faible et les données trop éparses pour avancer des hypothèses sérieuses sur la relation entre les deux séries de formes ou sur les conséquences éventuelles pour la datation du prétérit en -èt-, qui demeure donc imprécise.

Sources proposées pour les prétérits occitans en -èt-

16Plusieurs hypothèses concernant l’origine des prétérits en -èt- sont proposées dans la littérature. La plus consensuelle analyse ces formes comme des créations analogiques sur le modèle de la troisième personne du singulier en -èt- (Chabaneau 1876, 281 ; Meyer-Lübke 1895, 352-353 ; Dauzat 1900, 162-163 ; Ronjat 1937, 192-193 ; Bybee/Brewer 1980, 210-213). Des variantes de l’hypothèse analogique impliquent la deuxième personne du pluriel comme modèle supplémentaire (Ronjat 1937, 193), voire uniquement les deuxièmes personnes (Quint 1996, 105). Enfin, Chabaneau (1876, 91-92, 280) entretient aussi une analyse phonologique, qui suppose une évolution de /r/ intervocalique vers /t/, ce qui entraînerait le passage du prétérit typique en -èr- vers un prétérit en -èt-.

  • 7  Dans certains parlers héraultais, le prétérit typique en -r- subit une évolution phonologique régu (...)

17L’hypothèse phonologique, jugée (sans autre précision) inacceptable par Ronjat (1937, 192), s’avère en effet peu convaincante pour les données nord-occitanes. Dans les faits, les exemples cités en appui par Chabaneau (1876, 91-92) n’incluent aucun cas de /r/ > /t/ en limousin, en dehors du prétérit. Il s’agit d’exemples de dissimilation sporadique /r/ > /d/ en italien (retro > dietro « derrière », quaerere > chiedere « demander »), et d’un rapprochement erroné avec l’évolution régulière /r/ > /d/ dans les parlers montpelliérains.7

18Pour ce qui est des hypothèses analogiques, Meyer-Lübke (1895, 352-353), Dauzat (1900, 62-163), Ronjat (1937, 192-193), et Bybee & Brewer (1980, 210-213) concordent tous pour identifier la troisième personne du singulier comme point de départ de l’analogie. Cette hypothèse se trouve étayée par deux faits. Premièrement, une consonne /t/ finale est bien attestée à la troisième personne du singulier des parfaits dits faibles : cette consonne remonte à la finale des formes dedit « il donna », stetit « il se tint [debout] » qui sont à l’origine des parfaits faibles en -e- (ex. cantet « il chanta », vendet « il vendit » ; Anglade 1921, 272 ; Skårup 1997, 110-111 ; pour l’évolution, voir Dauzat 1900, 162-163 et Wheeler 2012, 12-17, 20), et se voit étendue par analogie aux parfaits faibles en -i- (ex. partit « il partit » ; Anglade 1921, 287 ; Skårup 1997, 112). Une réfection analogique des autres formes personnelles en prenant la forme de troisième personne du singulier comme radical produirait donc en effet des formes en -èt-, -it-, conformément aux données observées. Deuxièmement, des réfections de tiroirs entiers sur leur forme de troisième personne du singulier, ré-analysée non comme forme fléchie avec une désinence personnelle, mais comme radical nu, sont attestées dans plusieurs familles de langues (voir ex. Watkins 1962, 90-96 ; Joseph 1980), et une telle évolution fournit d’ailleurs la seule explication plausible des prétérits toulousains et fuxéens à vélaire : une extension analogique partant de la troisième personne du singulier serait ainsi tout à fait probable pour le nord-occitan.

19Les voies proposées sont néanmoins légèrement différentes selon les auteurs. Pour Meyer-Lübke, l’analogie toucherait d’abord la troisième personne du pluriel, ensuite les autres personnes : « [p]our expliquer cette formation, on doit admettre que la 3 p. plur. d’abord s’est modelée sur celle du sing. et qu’ensuite les autres personnes l’ont imitée » (1895, 352). Pour Ronjat (1937, 192), le modèle d’analogie serait en fait double, impliquant la deuxième personne du pluriel au même titre que la troisième personne du singulier, pour toucher ensuite les autres personnes.

20Les données actuellement disponibles (descriptions de parlers et attestations textuelles) ne permettent pas de départager empiriquement ces hypothèses. Les descriptions attestent un contraste entre parlers avec et sans -t- à la première personne du singulier, ce qui serait cohérent avec une extension plus tardive à la première personne du singulier, mais ne fournissent pas d’attestations robustes de différenciation entre les autres personnes. Quant aux sources textuelles, les documents disponibles ne permettent pas de comparaison entre différentes formes personnelles dans un même texte, tandis que la dispersion géographique et temporelle des sources rend la comparaison entre une même forme personnelle à diverses dates peu probante.

21Seules les quelques données sur la variation et la surabondance indiquent une éventuelle différenciation : dans de tels cas, la troisième personne du pluriel tendrait à conserver sa consonne -r- étymologique, qui peut apparaître également à la première personne du pluriel, tandis que la deuxième personne du pluriel en revanche apparaît plus systématiquement avec /t/. Ces données semblent situer la consonne -t- plus solidement à la deuxième personne du pluriel qu’à la troisième personne du pluriel ; mais elles indiquent également la concurrence, caractéristique de la région, avec le prétérit en -r- à toutes les personnes sauf la troisième du singulier, et sont de toute façon à prendre avec beaucoup de précaution car très éparses.

22Il convient également de les situer dans le contexte de l’évolution phonologique des deuxièmes personnes, et des tendances analogiques connues dans les langues romanes. Les formes classiques de l’occitan médiéval étaient du type vend(i)est < *vendesti < uendidisti « tu vendis », vendètz < *vendestes < uendidisti « vous vendîtes » (Wheeler 2012, 12-17, 20). À la deuxième personne du singulier, le groupe /st/ se réduit à /s/, qui se vocalise ou tombe (Chabaneau 1876, 79-80 ; Ronjat 1932, 279-284), tandis qu’à la deuxième personne du pluriel le groupe consonantique /ts/ se réduit, soit à /s/ qui se vocalise ou tombe, soit à /t/ qui se maintient (Ronjat 1932, 282). Une origine de -èt- à la deuxième personne du singulier (hypothèse avancée par Quint 1996, 105) semble ainsi peu probable. Quant à la deuxième personne du pluriel, la conservation de /t/ finale dans cette forme ne concerne que certaines zones au sein de l’aire où le prétérit en -t- est attesté ; de plus, à supposer qu’elle ait en effet servi de modèle pour l’extension paradigmatique des éléments -èt-, -it-, il resterait encore à motiver la réfection systématique de cette même forme avec ajout d’une nouvelle désinence personnelle (ex. cantètz > cantètetz « vous chantâtes », vendètz > vendètetz « vous vendîtes »). Enfin, la plus basse fréquence d’occurrence de la première personne du pluriel et de la deuxième personne du pluriel par rapport aux autres formes personnelles du même tiroir les dispose à subir couramment des réfections analogiques et non pas à servir de modèles pour les autres personnes (Milizia 2016).

23Une réfection de toutes les personnes en prenant la forme de la troisième personne du singulier comme radical fournit ainsi l’explication la plus satisfaisante. L’extension différée voire inexistante à la première personne du singulier s’expliquerait par la plus forte fréquence d’occurrence de cette forme, qui lui conférerait une plus grande résistance aux réfections analogiques (Bybee/Brewer 1980).

24Enfin, une remarque s’impose sur la relation éventuelle entre prétérits en -r- et en -t-. Aucun auteur parmi les sources consultées ne semble envisager la possibilité d’une influence analogique réciproque entre ces deux séries de prétérits. Pourtant, dans la région en question, les deux séries coexistent de longue date et semblent d’ailleurs avoir émergé à peu près en même temps. Elles présentent des distributions lexicales et paradigmatiques strictement équivalentes, avec des formes qui ne diffèrent que par leur consonne thématique. Dans ces conditions, il paraît tout à fait plausible que l’émergence de chacune ait contribué à renforcer et à impulser l’émergence de l’autre.

Conclusions

25Cette étude s’appuie sur des données publiées dans diverses sources (atlas linguistiques, descriptions de parlers, grammaires historiques, documents littéraires) et issues d’enquêtes de terrain, afin de proposer une vision globale des prétérits en -t-. Ce type de prétérit est caractéristique d’un sous-ensemble de parlers nord-occitans, à la limite septentrionale du domaine occitan : il est attesté principalement dans les départements de la Charente, de la Creuse, de la Haute-Vienne, de l’Allier et du Puy-de-Dôme, ainsi que dans quelques localités en Dordogne et en Corrèze. Cette zone connaît également le prétérit en -r-, en général plus répandu dans les parlers occitans, et les deux séries semblent avoir émergé vers la même époque, autour du xviie siècle ; cette émergence bien plus tardive que dans d’autres parlers occitans serait liée à une conservation plus longue de l’ancien conditionnel en -r-. La distribution paradigmatique et lexicale des formes de prétérit en -t- dans les parlers nord-occitans est strictement équivalente à celle observée non seulement pour les formes occitanes en -r-, mais également pour les formes à vélaire caractéristiques des parlers toulousains et fuxéens, ce qui indique que l’ensemble de ces évolutions reflète des principes structurants du système flexionnel roman. Parmi les diverses hypothèses d’ordre phonologique et analogique proposées pour expliquer l’émergence des prétérits en -t-, les analyses diachroniques et comparatives permettent d’identifier comme la plus plausible celle d’une réfection sur la forme de la troisième personne du singulier, ré-analysée comme radical nu, et étendue à l’ensemble des formes personnelles (sauf la première personne du singulier qui jouit d’une plus grande résistance du fait de sa fréquence d’occurrence plus élevée).

Haut de page

Bibliographie

Allières Jacques 1971. Atlas linguistique de la Gascogne, vol. 5, Le verbe, fascicule 2, commentaires, Paris, CNRS.

Allières Jacques, 1988. « Quelques énigmes de la conjugaison gasconne ou le verdict de l’aire », in Christian Abry (dir), Espaces Romans. Études de dialectologie et de linguistique offertes à Gaston Tuaillon, vol. 1, Grenoble, Ellug, 175-192.

Anglade Joseph, 1919. Las Leys d’Amors. Manuscrit de l’académie des Jeux Floraux, Toulouse, Privat.

Anglade Joseph, 1921. Grammaire de l’ancien provençal ou ancienne langue d’oc : phonétique et morphologie, Paris, Klincksieck.

Baldit Jean-Pierre, 1980. Les parlers creusois, Guéret, UFOLEA.

Blondelon Jacques, 2004. Le patois de Domérat, Domérat, Association Connaissance de l’Histoire de Domérat et de son Patrimoine (CHDP).

Boisgontier Jacques, 1981-1986. Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental, 3 vol. , Paris, Éditions du CNRS.

Bonin Marcel, 1956. Glossaire du patois de Langy, Moulins, Pottier.

Bouillet, Jean-Baptiste 1848. Album auvergnat, Moulins, Desrosiers.

Boula de Mareüil Philippe/Vernier Frédéric/Rilliard, Albert 2018. « A Speaking Atlas of the Regional Languages of France », 11th International Conference on Language Resources and Evaluation (LREC), Miyazaki, 4133-4138.

Bybee Joan/Brewer Mary, 1980. « Explanation in morphophonemics : Changes in Provençal and Spanish preterite forms », Lingua 52(3), 201-242.

Casagrande Sylvain, 2011. L’unité et la diversité des systèmes verbaux en langue d’oc et dans les aires limitrophes. Essai de reconstruction. Thèse de doctorat, Université de Nice.

Chabaneau Camille, 1876. Grammaire limousine, Paris, Maisonneuve.

Chauvin Jacques, 1980. Petite grammaire des parlers occitans du sud de la Creuse, [Guéret], FOL.

Daniel Jean-Louis, 1983[1911]. Éléments de Grammaire Périgourdine, Marseille, Laffitte.

Dauzat Albert, 1900. Études linguistiques sur la Basse Auvergne. Morphologie du patois de Vinzelles, Paris, Bouillon.

Doniol Henry, 1877. Les patois de la Basse Auvergne. Leur grammaire, leur littérature, Paris, Maisonneuve.

Esher Louise, 2015. « Morphomes and predictability in the history of Romance perfects », Diachronica 32, 494-529.

Esher Louise, 2016. « Morphomic distribution of augments in varieties of Occitan », Revue Romane 51(2), 271-306.

Esher Louise, 2021. « Hypercorrection and velar-to-labial change in Occitan preterites », Zeitschrift für romanische Philologie, 137(1), 61-98.

Esher Louise, à paraître, « Prospettive comparative e storiche sulla flessione del preterito nelle parlate occitane della Provenza », Vox Romanica.

Esher Louise, Guérin Maximilien, Quint Nicolas, Russo Michela (dir.), 2021. Le Croissant linguistique entre oc, oïl et franco-provençal : des mots à la grammaire, des parlers aux aires, Paris, L’Harmattan.

Faucon Amable, 1798. La Henriade de Voltaire mise en vers burlesques auvergnats, [s.l.], [s.n.].

Gilliéron Jules/Edmont Edmond, 1902-1910. Atlas linguistique de la France (ALF), Paris, Champion.

Girard Augustin-Marie, 1925. Grammaire vellave, Le Puy, Imprimerie de l’Avenir.

Guérin Maximilien, 2019. Grammaire du parler marchois de Dompierre-les-Églises (Haute-Vienne), Paris, L’Harmattan.

Joseph Brian D., 1980. « Watkins’ Law and the Modern Greek Preterite », Die Sprache 26, 179-184.

Lavalade Yves, 1987. La conjugaison occitane (Limousin), Limoges, La Clau Lemosina.

Marshall, Margaret 1984. Le dialecte de Notre-Dame-de-Sanilhac, Saratoga, ANMA Libri.

Meyer-Lübke Wilhelm, 1895. Grammaire des langues romanes. Tome II : Morphologie, Paris, Welter.

Michalias Régis, 1906. Éléments abrégés de grammaire auvergnate : dialecte des environs d’Ambert (Puy-de-Dôme), Ambert, Migeon.

Milizia Paolo, 2016. « Sincretismo compensativo ed esponenza semiseparata in alcuni paradigmi verbali del dominio italoromanzo centromeridionale », Archivio Glottologico Italiano 51(1), 88-119.

Monteil Pierre, 1997. Le parler de Saint-Augustin : description linguistique d’un micro-dialecte occitan de Corrèze, Limoges, Presses Universitaires de Limoges.

Moulin Bernard, 2006. Grammaire occitane : le parler bas-vivarois de la région d’Aubenas, [Saint-Etienne de Fontbellon], Section vivaroise de l’Institut d’études occitanes.

Nauton Pierre, 1957-1963. Atlas linguistique et ethnographique du Massif central, 4 vol. , Paris, Éditions du CNRS.

Péroux-Beaulaton Louis, 1940. Les parlers populaires en le Centre de la France : pays de Combrailles, voisinages du Berry, du Limousin et de l’Auvergne, Montluçon, Publications Centrales.

Piquand Georges, 1953. Le parler bourbonnais, Montluçon, Grande imprimerie nouvelle.

Ravier Xavier, 1978-1993. Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, 4 vol. , Paris, Éditions du CNRS.

Queyrat Louis, 1927. Contribution à l’étude du parler de la Creuse. Le patois de la région de Chavanat, Guéret, Lecante.

Quint Nicolas, 1991. Le parler marchois de Saint-Priest-la-Feuille (Creuse), Limoges, La Clau Lemosina.

Quint Nicolas, 1996. Grammaire du parler occitan nord-limousin marchois de Gartempe et de Saint-Sylvain-Montaigut, Limoges, La Clau Lemosina.

Quint Nicolas, 1999. Le parler occitan ardéchois d’Albon, Paris, L’Harmattan.

Reydy Jean-Pierre, 2008. Notre occitan : Le dialecte du Périgord-Limousin parlé dans le Parc naturel régional, Limoges, IEO Limousin.

Ronjat Jules, 1932. Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, vol. 2, Montpellier, Société des Langues Romanes.

Ronjat Jules, 1937. Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, vol. 3, Montpellier, Société des Langues Romanes.

Rousselot Jean-Pierre, 1891. Les modifications phonétiques du langage étudiées dans le patois d’une famille de Cellefrouin (Charente), Thèse de doctorat, Université de Paris.

Ruben Emile M., 1866. J. Foucaud. Poésies en patois limousin : édition philologique complètement refondue pour l’orthographie. Augmentée d’une vie de Foucaud, par M. Othon Peconnet, d’une étude sur le patois du haut-limousin, d’un essai sur les fabulistes patois, d’une traduction littérale de notes philologiques et d’un glossaire, par M. Emile Ruben, Paris, Firmin Didot.

Séguy Jean, 1954-1973. Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, 6 vol. , Paris, Éditions du CNRS.

Skårup Povl, 1997. Morphologie élémentaire de l’ancien occitan, Copenhagen, Museum Tusculanum Press.

Svenson Lars-Owe, 1959. Les parlers du Marais vendéen, Stockholm, Almqvist & Wiksell.

Terracher André-Louis, 1914. Les aires morphologiques dans les parlers populaires du Nord-Ouest de l’Angoumois (1800-1900), Paris, Honoré Champion.

Thornton Anna M., 2011. « Overabundance (multiple cells realising the same cell) : A non-canonical phenomenon in Italian verb morphology », in Martin Maiden, John Charles Smith, Maria Goldbach, Marc-Olivier Hinzelin (dir.), Morphological Autonomy, Oxford, OUP, 358-381.

Vinols de Montfleury, Jules Gabriel, 1890. Vocabulaires patois vellavien-français et français-patois vellavien, Le Puy, Prades-Freydier.

Watkins Calvert, 1962. Indo-European origins of the Celtic verb I : The sigmatic aorist, Dublin, Dublin Institute for Advanced Studies.

Wheeler Max, 2011. « The evolution of a morphome in Catalan verb inflection », in Martin Maiden, ,John Charles Smith, Maria Goldbach, Marc-Olivier Hinzelin (dir.), Morphological Autonomy, Oxford, OUP, 183-209.

Wheeler Max, 2012. « Vies d’analogia i d’explicació en l’evolució del pretèrit feble de la conjugació-e romànica », Estudis Romànics 34, 7-36.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche s’insère dans les projets suivants, gérés par l’Agence Nationale de la Recherche : ANR-17-CE27-0001-01 (Projet “Les parlers du Croissant : une approche multidisciplinaire du contact oc-oïl”) et ANR-10-LABX-0083 (programme “Investissements d’Avenir”, Labex EFL, Axe 3, Opération VC2 - “Au cœur de la Gallo-Romania : caractérisation linguistique et environnementale d’une aire de transition”). Elle contribue également à l’IdEx Université de Paris - ANR-18-IDEX-0001. Je remercie Xavier Bach et un.e collègue anonyme pour leurs remarques constructives.

2  Il convient de noter que l’absence d’attestations positives ne signifie pas forcément l’absence de telles formes. Pour certaines zones, notamment la Corrèze, il manque des sources permettant d’établir la forme locale des prétérits ; quant aux données des trois cartes ALF, elles s’avèrent lacunaires, car dans de multiples localités les informateurs ont fourni des formes non pas de prétérit mais de passé composé ou bien d’imparfait de l’indicatif.

3  En Charente, Lavalade (1987, 102, 112, 115) note systématiquement des formes en -it- pour trois lexèmes supplémentaires, les verbes signifiant « être », « faire » et « voir » : « je fis/je fus », fites « tu fis/tu fus », etc. et « je vis », vites « tu vis », etc. Il s’agit des lexèmes dont les anciens parfaits forts étaient vocaliques (Skårup 1997, 112).

4  L’inventaire précis des formes rhizotoniques varie selon les lexèmes et les périodes (voir Skårup 1997, 108-109, 112-117). Dans la plupart des cas, les formes rhizotoniques sont celles de la première personne du singulier, la troisième personne du singulier, et la troisième personne du pluriel. La première personne du singulier peut cependant évoluer par analogie vers une forme arhizotonique. Certains lexèmes sont considérés comme ayant des formes rhizotoniques à toutes les personnes ; les formes de ces lexèmes sont monosyllabiques à toutes les personnes, sauf à la troisième personne du pluriel qui est sans ambiguïté rhizotonique.

5  Un Noël auvergnat de François Pezant au xvie siècle porte les formes faguet « il fit », fuguet « il fut », dounet « elle donna », dounemen « nous donnâmes », anémen « nous allâmes », venguémen « nous vînmes », fagueron « elles firent » (Bouillet 1848, 76-78). Ces formes, connues de Chabaneau (1876, 278-279) et de Ronjat (1937, 192), attestent l’assimilation des formes fortes au type faible et la présence de -r- étymologique à la troisième personne du pluriel, mais ne permettent pas d’établir la forme du 2pl (les formes -ète(s) ou -ètei(s) indiquées par Ronjat (1937, 192) représentent visiblement une supposition), ni d’exclure la présence éventuelle de formes en -èt- à l’époque.

6  Il s’agit de l’imparfait du subjonctif en -ra, ex. 2sg venguérā, 1pl vengueram, 2pl venguerâ, 3pl venguéran pour le verbe signifiant « venir » ; selon Chabaneau les formes de 1sg et de 3sg ne seraient pas conservées.

7  Dans certains parlers héraultais, le prétérit typique en -r- subit une évolution phonologique régulière qui transforme /r/ intervocalique en /d/, voire le fait chuter entièrement (Casagrande 2011, 198). Le caractère régulier et systématique de cette évolution est démontré par le fait qu’elle touche également d’autres formes du verbe présentant le même contexte phonologique, notamment le futur synthétique et la plupart des infinitifs. Ainsi, dans les parlers de Lattes (Boisgontier 1981-1986, point d’enquête 34.31) et d’Agde (Boisgontier 1981-1986, point d’enquête 34.34), le prétérit en /εd/ (ex. /faˈɡεde/ « je fis”, /faˈɡεdes/ « tu fis », /faˈɡεt/ « il fit », /faˈɡεden/ « nous fîmes », /faˈɡεdes/ « vous fîtes », /faˈɡεdu/ « ils firent », Lattes) correspond à un futur en /d/ (ex. /faˈdaj/ « je ferai », /faˈdas/ « tu feras », /faˈda/ « il fera », /faˈden/ « nous ferons », /faˈdes/ « vous ferez », /faˈdan/ « ils feront », Lattes) et des infinitifs en /d/ également (ex. /ˈfajde/ « faire », Lattes). Dans ces mêmes parlers, l’évolution touche en outre l’imparfait du verbe èstre « être » (ex. eram > /ˈεde/ « j’étais », eras > /ˈεdes/ « tu étais », etc., Lattes). Une évolution tout aussi régulière /r/ > /ð/ est attestée dans le parler de Vinzelles (Dauzat 1900, 09). En revanche, dans les parlers nord-occitans au prétérit en -èt-, le /r/ du futur synthétique, des infinitifs et de l’imparfait du verbe signifiant « être » ne subit pas de changement, ce qui conduit à écarter l’hypothèse purement phonologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localités spécifiques auxquelles sont attestés des prétérits en -èt-
URL http://journals.openedition.org/rlr/docannexe/image/4234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Esher, « Les Prétérits nord-occitans à consonne thématique /t/ »Revue des langues romanes, Tome CXXV n°1 | 2021, 145-162.

Référence électronique

Louise Esher, « Les Prétérits nord-occitans à consonne thématique /t/ »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXV n°1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rlr/4234 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.4234

Haut de page

Auteur

Louise Esher

CNRS (LLACAN, UMR 8135)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search