Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXX N°2CritiqueJean-François Courouau, Et non au...

Critique

Jean-François Courouau, Et non autrement. Marginalisation et résistance des langues de France (XVIe-XVIIe siècle)

« Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 108, Droz, Genève, 2012, 291 p.
Jean Lacroix
p. 553-555
Référence(s) :

Jean-François Courouau, Et non autrement. Marginalisation et résistance des langues de France (XVIe-XVIIe siècle), « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 108, Droz, Genève, 2012, 291 p.

Texte intégral

1Que, dès leur origine, l’histoire et la langue et l’histoire des langues aient partie liée avec la notion et avec la pratique du pouvoir (religieux tout d’abord) est devenu un lieu commun qui n’a point cessé d’être périodiquement revisité, réexaminé, dans ses composantes au premier chef, dans sa finalité ensuite : ce que montre bien l’enquête menée par Jean-François Courouau, limitée à deux siècles d’histoire française, monarchique (XVIe et XVIIe siècles).

2La vignette de couverture, à ce sujet, donne à ce débat linguistico-politique, et culturel par voie de conséquence, une image forte, sug-gestive, bipolarisée : celle de « docteurs » entourant et couronnant en quelque sorte un Christ sur la Croix dans un pays réputé pour être « la fille aînée de l’Église ». Un débat qui, logiquement et naturellement, va impliquer de facto des pays voisins, « néo-latins » comme l’Italie, déten-trice de surcroît d’un siège romain et papal, berceau du christianisme.

3Le titre retenu pour cet ouvrage rappelle également, quoique partiel-lement, l’ordonnance de 1539 de Villers-Cotterêts, signé par François Ier, si décisif dans l’histoire de la langue française, longtemps après les Serments de Strasbourg du IXe siècle (842), traité conclu par Louis le Germanique et Charles le Chauve, le plus ancien monument (écrit) des langues française et allemande. Ce décret du XVIe siècle est examiné avec soin et méthode, dans sa nature comme dans ses effets, dès le chapitre 1 de la première partie ; il montre clairement l’importance et l’originalité de la nouvelle optique du pouvoir royal dans la première moitié du siècle de la Renais-sance, quelques années seulement avant l’autre grand événement, le débat politico-religieux de l’autre côté des Alpes, à savoir l’ouverture de l’interminable Concile de Trente (en 1545), si décisif, lui, dans l’histoire de la culture et de la civilisation italienne, catholique, lequel concile atteste également l’importance du latin qui accompagnera longtemps le « vol-gare » déjà repensé par Dante dans son De vulgari eloquentia de 1303-1307.

4Il devenait dès lors plus que souhaitable que soient précisés et glosés les termes-clés d’un tel enjeu linguistico-politique, si différent en France et en Italie, et à une époque pourtant où l’italien en France est apprécié, lu, parlé et pour tout dire pratiqué par la voie d’artistes de renom (Léonard de Vinci à Amboise où naquit et mourut Charles VIII, bien connu des Italiens à la fin du Quattrocento) ; par la voie aussi d’épouses italiennes de souverains. Cet italien de l’époque, le connaissaient et le pratiquaient des poètes comme Ronsard et Du Bellay ou encore Rabelais, traducteur d’un fragment du Morgante Maggiore de Luigi Pulci, évoqué par Courouau (partie I, 2, 122 sq.).

5L’économie de l’ouvrage révèle par conséquent l’exclusivité du choix royal imposé à la France des Valois et des Capétiens. Le tout dernier chapitre 4 de la IIe partie (159-255) développe un certain nombre de conséquences des directives du décret de Villers-Cotterêts. En effet, et sous l’égide du jeu d’une part, des genres d’autre part, elles nous permettent de prolonger et de compléter la réflexion de Jean-François Courouau avec le modèle italien médiéval, du XIVe siècle, plus haut évoqué, bien antérieur certes au XVIe d’abord, objet de la recherche de J.-F. Courouau, avec d’autres voix italiennes tout aussi décisives comme celles de Castiglione (Il Cortegiano, 1528) ou de Bembo (Prose della volgar lingua, de peu antérieures (1525), l’une et l’autre citées dans le chapitre II : « Le français, la norme et l’altérité », la dernière de celles-ci, celle de Bembo à plusieurs reprises. À côté de ces deux voix majeures du XVIe siècle italien aurait pu être mentionnée également la voix machiavélienne puisque l’auteur du Prince est aussi l’auteur, une dizaine d’années avant Bembo et Castiglione, d’un Discorso o dialogo intorno alla nostra lingua encore plus conforme au problème fondamental que pose la langue par rapport au pouvoir en place, puisque, n’étant pas poète courtisan, lui, Machiavel est voix particulièrement autorisée, vu les éminentes fonctions politico-historiques qu’il eut à remplir dès la fin du XVe siècle et tard encore après son retrait de la politique active et jusqu’à sa mort, advenue un an seulement après la parution du Cortigiano de Castiglione, en 1527, année du Sac de Rome.

6Mais ces conséquences marquent aussi toute la différence avec l’exemple français monarchique, centralisateur, étant donné qu’au-delà des Alpes, et à pareille époque, il n’y a, depuis plus d’un siècle, que des pouvoirs limités à l’échelon citadin (les cités-États), républicain (Venise), ou régional et courtisan (duchés, comtés, et « cours » par conséquent comme à Florence, à Ferrare, à Urbino ou à Vérone).

7À propos du sonnet, évoqué notamment tout au début du même chapitre 4 (IIe partie), plus haut mentionné et au sein d’une analyse de l’importance d’une codification linguistique de nature juridique institutionnelle, un autre exemple eût pu intervenir, toujours médiéval (première moitié du XIIIe siècle cette fois) : celle de l’École sicilienne et d’une de ses figures poétiques les plus éminentes, du « notaire », Il Notaro, autrement dit Jacopo da Lentini, considéré comme le créateur du sonnet en général, auquel Dante lui-même accorde une place élogieuse (Par. XXIV). Autre exemple, disions-nous, mais effectivement d’une tout autre nature, puisque reflet d’une culture profane laïque, de poète courtisan certes, mais d’une cour insulaire sous la férule d’un empereur, et d’un empereur étranger (à l’Italie), Frédéric II de Hohenstaufen.

8De manière plus globale, bien au-delà de la variété politique, culturelle et linguistique si grande, en Italie notamment, en Italie encore, thème complémentaire aux analyses de Jean-François Courouau, la langue vient à être entendue manière pragmatique par ces pionniers européens que sont, de si bonne heure, les écrivains-marchands de toute la péninsule du nord au sud, et d’ouest en est dont un fils de marchand toscan, Boccace, au milieu du Trecento, a pu faire des protagonistes de premier plan pour son Décameron.

9Au total, la langue qu’étudie pour son compte Jean-François Courouau, celle de la France monarchique des XVIe-XVIIe siècles, montre amplement qu’elle vise d’abord essentiellement à conforter, à justifier même, un pouvoir dans sa vocation hégémonique, centralisatrice, certes encore d’empreinte religieuse, à la très grande différence de ce qui se passe en Italie, si éloignée, à pareille époque encore, de voir réalisée son unité, politique d’abord, mais monarchique aussi, linguistique ensuite.

10Certes, Jean-François Courouau, spécialiste occitaniste dont la biblio-graphie (272-273) rappelle les nombreux travaux antérieurs, était conduit à s’appuyer d’abord sur cette langue, l’occitan, qui, avec le basque également étudié (II,3), continue de faire problème de nos jours, dans le cadre d’une autre politique culturelle et linguistique que celle des monarques des XVIe et XVIIe siècles, si l’on en croit les échos tout récents, dans la presse régionale, concernant « les langues régionales (qui) doivent encore entrer dans le projet de loi sur l’école ».

11L’un des intérêts majeurs qui se dégage de la lecture de cet ouvrage est celui de réactualiser, bien au-delà des deux siècles de l’enquête, un problème qui est loin d’être clos en France comme en Italie en ce début de XXIe siècle.

12Enfin, plus d’une fois, et à l’occasion de la question de la langue dans notre pays, l’auteur cite, dans son appellation d’origine (italienne), la Questione della Lingua qui demeure, dans le pays voisin, d’une plus grande et plus brûlante actualité qu’en France avec, entre autres phéno-mènes sociolinguistiques, le puissant renouveau dialectal un peu partout dans la péninsule transalpine et les îles. Il eût peut-être été utile d’enrichir la très abondante bibliographie de trois ouvrages parus dans les trois dernières décennies du siècle précédent et qui, tous les trois, complètent avantageusement les analyses et les remarques opérées dans l’enquête de Jean-François Courouau : successivement, celui de Stefania de Stefanis Ciccone (1971), le plus ancien des trois, intitulé La Questione della Lingua nei periodici letterari del primo Ottocento (Firenze, Leo S. Olschki ) ; le second, postérieur de quelques années (1979), et d’une plus grande actualité encore, celui d’Oronzo Parlàngeli consacré à La Nuova questione della Lingua, prefazione di Vittore Tisan (Brescia, Paideia, coll. n° 3), qui comporte notamment une très originale étude du metteur en scène P.-P. Pasolini qui parle, à cette date, « de premiers vagissements seulement du nouvel italien national (« vagisce appena il nuovo italiano nazionale », 166 sq.) ; enfin, troisième ouvrage, de Stefano Lanuzza (1994), d’autant plus précieux qu’il rassemble toute l’histoire de la langue italienne dans une édition réduite, d’une centaine de pages tout juste, Storia della lingua italiana (Enciclopedia tascabile, coll. tascabili economici Newton, Il Sapere), qui comporte notamment un chapitre intitulé « La lingua della Rinascenza » (39 sq.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lacroix, « Jean-François Courouau, Et non autrement. Marginalisation et résistance des langues de France (XVIe-XVIIe siècle) »Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, 553-555.

Référence électronique

Jean Lacroix, « Jean-François Courouau, Et non autrement. Marginalisation et résistance des langues de France (XVIe-XVIIe siècle) »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rlr/424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.424

Haut de page

Auteur

Jean Lacroix

Université Paul-Valéry, Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search