Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXX N°2CritiqueNicolas Saboly, Recueil des Noëls...

Critique

Nicolas Saboly, Recueil des Noëls Provençaux. Lou Reviro-meinage

Présentation, traductions, notes par Henri Moucadel, Montfaucon, A l’asard Bautezar !, 2014, 448 p.
Jean-François Courouau
p. 559-565
Référence(s) :

Nicolas Saboly, Recueil des Noëls Provençaux. Lou Reviro-meinage, présentation, traductions, notes par Henri Moucadel, Montfaucon, A l’asard Bautezar !, 2014, 448 p.

Texte intégral

1De tous les auteurs de langue d’oc ayant fleuri à l’époque moderne, Nicolas Saboly (1614-1675) est peut-être celui dont l’œuvre est de nos jours la plus vivante. Une simple consultation des moteurs de recherche (type Google) suffit à le démontrer. Cette popularité s’explique par la fortune dont jouissent encore, notamment auprès d’un public amateur, les nombreux noëls dont il est l’auteur. Établie, semble-t-il, dès son vivant, une telle notoriété a, au fil du temps, entraîné certains effets collatéraux, signalés par Claude Mauron dans son avant-propos à cette édition. Parmi ceux-ci, l’un des plus dommageables est sans doute d’avoir vu l’œuvre du poète avignonno-comtadin se gonfler de noëls d’attribution discutable. Le premier mérite de l’édition procurée par Henri Moucadel est de réduire la production de Saboly à ce qui lui est authentiquement attribuable, évitant ainsi à cet auteur souvent imité le sort qu’on réserve d’autant plus aux riches que, dans le cas du noël, les œuvres sont rarement signées.

2Pour parvenir à ce résultat, l’éditeur a fait le choix de s’en tenir aux fascicules de noëls imprimés, à Avignon, du vivant de l’auteur, entre 1669 et 1674. Au nombre de sept, ces publications, rassemblées dans un unicum conservé à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris, permettent de disposer d’un premier corpus de 57 noëls (dont deux qui ne sont pas de Saboly). L’éditeur leur adjoint un ensemble de douze noëls, publiés par le dernier imprimeur de Saboly dans un recueil de 1699. Ce sont ainsi 69 pièces, 67 si l’on s’en tient aux noëls strictement attribués à Saboly, qui composent le corpus qu’il convient de considérer à présent comme canonique des œuvres du noëliste. Après avoir exclu – sans bien préciser pour quels motifs, on peut le regretter – des chansons contenues dans un manuscrit non autographe, l’éditeur adjoint à ce bel ensemble un poème de 532 octosyllabes, Lou Reviro-Meinage, connu par plusieurs copies, aucune n’étant autographe, et dont il édite la seule version complète connue. Cette satire dirigée contre le vice-légat Lascaris, au moment de l’annexion d’Avignon et du Comtat Venaissin par Louis XIV (1662-1663), complète un corpus à la fois très cohérent et remarquablement intéressant.

3Dans l’introduction où il définit précisément les contours de ce massif de textes, Henri Moucadel expose les principes qu’il a suivis pour son édition. Celle-ci est servie par une mise en page originale et efficace. La page de gauche porte le texte édité, provençal (français à six reprises), assorti en marginalia des variantes relevées sur l’édition de 1699 et de notes liées à l’établissement du texte ou portant sur des faits de langue. Comme il l’explique dans son introduction, l’éditeur s’est servi des travaux lexicograpiques, peu nombreux, on le sait, pour la période moderne. Outre les dictionnaires du XVIIIe siècle (Pellas, Achard, Sauvages), il a recouru à l’inévitable Tresor de Mistral, mais il a également tiré le meilleur profit de la tradition lexicographique française contemporaine de Saboly (Furetière principalement). Sur la page de droite figure la traduction, établie avec une grande justesse et une estimable fidélité, complétée, également en marginalia, par d’abondantes notes culturelles, historiques et exégétiques. L’établissement du texte est mené avec un soin admirable qui permet de disposer enfin d’un texte fiable pour un auteur trop souvent malmené par les éditeurs (et par les internautes, devrait-on ajouter). La vieille édition Seguin de 1856 qui faisait jusqu’ici référence peut enfin être remisée !

4Ce travail ô combien louable d’établissement du texte suscite cependant une réserve de taille. Le respect de la lettre d’origine est poussé si loin par l’éditeur que, contrairement à l’usage qui prévaut depuis des décennies pour l’édition des textes français et occitans de l’époque moderne, les lettres u et v et i et j, confondues comme on sait dans les pratiques typographiques de l’époque, ne sont pas distinguées. L’usage des philologues dont aurait pu / dû s’inspirer l’éditeur n’est pas fondé sur un caprice. Ce type de distinction – en dehors de quelques cas rares en occitan, plutôt concentrés dans le domaine gascon – est destiné à faciliter la lecture, rendue ici parfois pénible par une gymnastique dont on aurait pu dispenser le lecteur, surtout si celui-ci, comme on devrait l’espérer, n’est pas issu des rangs académiques. Dans le même ordre d’idées, mais moins grave, on ne s’explique pas pourquoi, dans l’index des noms propres, l’éditeur a recouru à une graphie moderne, en l’occurrence mistralienne. Ce n’est pas tant cette graphie en elle-même qui pose problème, une autre graphie moderne (alibertine, par exemple) eût tout autant disconvenu. Ce qui compte, en effet, dans une édition de ce type, c’est de pouvoir retrouver la forme employée par l’auteur, dans la graphie qui est la sienne, quelle qu’elle soit. L’index est bref et l’incidence de ce petit faux pas reste plus que minime.

5Du point de vue bibliographique, on ne peut que partager le constat d’Henri Moucadel quand il déplore le manque d’intérêt des chercheurs pour ce genre plutôt mal aimé qu’est le noël. Peu de compléments ont été apportés à la riche bibliographie de ce qui est au départ une thèse, soutenue en 1997. Depuis, les connaissances ont cependant quelque peu progressé. Je me suis pour ma part intéressé aux noëls (Moun lengatge bèl, 2008), des éditions de textes provençaux ont paru (éd. Vernet 2006 de Zerbin, éd. Chabaud 2010 de Bellaud, éd. Gardy 2007, 2009, 2010 de Cabanes) et surtout le genre du noël a fait l’objet de nouvelles recherches qui ont permis de dépasser le bel article de Johanna Évrard (« Les noëls patois dans le domaine français », Romanica Gandensia IV, 1956). Avec ses Noëls en France au XVe et XVIe siècles (2013), Pierre Rézeau a ouvert la voie à une redécouverte de ces corpus à la fois riches et négligés. Plus récemment encore, mais après la parution de cette édition de Saboly, deux jeunes chercheurs, Xavier Bach et Pierre-Joan Bernard, ont analysé la production noëlique occitane (et donc provençale) du XVIIIe siècle (La langue partagée, 2015). Entre ces deux périodes, pour le XVIIe siècle et pour la Provence, il est vrai, un certain vide de la recherche subsiste. C’est cette lacune que vient opportunément combler en partie l’édition procurée par Henri Moucadel.

6L’apport concerne également la biographie de l’auteur, trop longtemps encombrée de faits non vérifiés et de légendes de toutes sortes. Les différentes étapes de l’itinéraire de Saboly sont retracées, cette fois preuves à l’appui : naissance à Monteux, dans le Comtat Venaissin, études chez les Jésuites à Carpentras, maître de chapelle à la cathédrale de cette ville, puis à Arles, Aix, Avignon, Nîmes, puis retour définitif à Avignon (1661) où il termine sa carrière comme prêtre bénéficier sous-diaconal et maître de chapelle de l’église Saint-Pierre. L’ensemble de ces informations n’est pas présenté dans le cadre de l’introduction mais de façon peu conventionnelle – et particulièrement réussie – dans un petit cahier de 16 pages en papier glacé, sous le titre « Sur les traces de Nicolas Saboly » (353-368). Rendues accessibles grâce à une présentation organisée par séquences très clairement identifiées, agrémentées d’une remarquable iconographie, établie avec l’aide d’archivistes et bibliothécaires manifestement compétents, ces précieuses données sont également destinées à faire date.

7Enfin, une brève partie intitulée « Un petit supplément pour la musique » (421-427) vient nous rappeler que le noël n’est pas qu’un genre poétique, c’est aussi un genre musical. Sur ce point, l’éditeur confesse ses limites. L’immense majorité des noëls de Saboly sont donnés avec timbre. Certaines de ces mélodies sont identifiées, mais c’est un travail que l’éditeur, faute de compétences, selon son propre aveu, n’a pas mené systématiquement. Ces airs, la plupart français, doivent pouvoir être localisés. Saboly se sert de mélodies à la mode, connues de ses contemporains, répandues par les publications des Ballard. Outre des airs de Lully (Molière/Quinault, Psyché, 1671, noëls 23 et 24 ; Quinault, Alceste ou le triomphe d’Alcide, 1674, noëls 51 et 55), Saboly utilise à l’occasion des airs publiés par les imprimeurs du roi pour la musique (noëls 7, 17, 37, 46). C’est dans cette direction que les recherches devraient s’orienter. Une rapide consultation des catalogues établis par Laurent Guillo (Pierre I et Robert III Ballard, Sprimont, Mardaga, 2003) et Anne-Madeleine Goulet (Paroles de musique (1568-1594), Wavre, Mardaga, 2007) permet d’identifier quelques airs : Pargué puis qu’enfin Je somme à la noce, Louis Mollier, 1671 (Recueil de tous les plus beaux airs bachiques), noël 1 ; Tirsis caressoit Climene, 1666 (IVe livre de chansons pour danser et pour boire), noël 3 ; Ha je te tiens ma brunette, 1644 (XIIIe livre de chansons pour danser et pour boire), noël 13 (en français) ; Un jour le berger Tircis, Denis Macé, 1643 (Recueil de chansons à danser et à boire), noël 28 ; L’autre jour dans sa colère, Honoré d’Ambruis (?), 1667 (Xe Livre d’airs de differents auteurs, noël 63). Des spécialistes rompus au dépouillement des catalogues et des bases de données comme celle du Centre de Musique Baroque de Versailles obtiendraient très certainement des résultats bien plus importants. Ne doutons pas qu’ils emprunteront un jour la voie que leur a ouverte Henri Moucadel.

8Les littéraires devraient aussi avoir quelque grain à moudre. Nicolas Saboly est un grand poète. Henri Moucadel rappelle que la tradition exégétique s’est souvent bornée à ne retenir de cette œuvre que son aspect laudatif ou satirique. Saboly, tour à tour thuriféraire de Louis XIV faisant son entrée à Avignon en 1660 (noël 58), du pape Clément IX (noël 64), de tel vice-légat dévoué aux victimes des inondations (noël 51), voisine en effet avec Saboly satiriste, ennemi du vice-légat Lascaris (noël 1), mais aussi du libertin (noël 3) ou du riche hédoniste et égoïste (noël 47). Cette dernière dimension moralisante le rapproche de son homologue ecclésiastique, le père Barthélemy Amilha, qui officie en pays de Foix, avec lequel un stimulant parallèle est d’ailleurs établi dans l’introduction (35). La satire peut toutefois être plus gratuite ; tel est le cas dans le noël 11 qui, me semble-t-il, est plutôt centré sur la mise en scène d’un stéréotype – le Gavot (habitant des Alpes d’oc) un peu niais – dans une veine cultivée déjà dans Lou Coucho-Lagno (« Lou Rhetouricien Gavoüet », « Lou Poeto Gavoüet »), par Gaspard Zerbin (la Dameyzello, pièce E) ou, quelques années plus tard, par Jean de Cabanes (« La Claro »). Conformément à la tradition des noëls, les références à l’actualité locale (noëls 12, 48, 55) ou nationale (38, 51, 64), peuvent émailler le texte. Il convient cependant de remarquer que jamais ces différentes dimensions ne prennent le pas sur l’objectif religieux. L’art de Saboly ne se limite pas à l’éloge de ses contemporains les plus puissants ou à la mise en cause des abus de son temps, et encore moins dans le compte rendu des événements locaux ou nationaux. Il est d’abord dans sa maîtrise d’une activité poétique mise au service du message religieux.

9En ce sens, les nombreuses notes qu’Henri Moucadel consacre à la signification de chacune des références religieuses contenues dans l’œuvre sont d’une aide précieuse à la lecture. Derrière les énoncés en apparence parfois les plus banals se cachent des sous-entendus qui renvoient à une connaissance approfondie des Écritures sans que celles-ci soient limitées à l’épisode de la Nativité. Cette religiosité première de l’écriture poétique s’accorde à une sensibilité qu’on n’hésitera pas à qualifier de baroque. L’insistance sur la misère de l’étable (noëls 6, 17, 33, 53) vise à susciter un sentiment d’horreur, tout comme la représentation, à la fois imagée et concrète, du diable et des démons (noëls 1, 26, 42, 57). L’image de la Mort, longuement décrite dans le noël 7 à coups de visions monstrueuses, finalement vaincue dans la dernière strophe par l’Enfant porteur de vie, paraît marquée au sceau de cette religiosité baroque qui irrigue le siècle.

10Les qualités de poète que déploie Saboly se vérifient au niveau de sa maîtrise de la narration. Plusieurs dispositifs sont adoptés. Fréquemment, on a affaire à un narrateur omniscient qui décrit la scène de la Nativité ou un épisode de l’Histoire Sainte (Adam et Ève dans le Jardin d’Éden, par exemple, noël 43). À d’autres moments, le narrateur s’adresse au berger (noël 60), ou, dans un mélange de discours indirect et direct, c’est le berger qui parle au narrateur (noël 7). Dans le très beau noël 50, le récit est entièrement assuré par un berger peu courageux (Siou pauourous coum’ un poulet / Quan siou soulet [Je suis poltron comme un poulet / Quand je suis seul] qui décide de partir pour la Terre Sainte. La narration accueille des bribes de dialogues (avec d’autres bergers qui refusent de l’accompagner, un aubergiste, des paysans qui n’entendent pas le loger), mais aussi des passages de dialogue interne (v. 26-28, 40-42). Saboly est précisément un excellent dialoguiste, doublé, aurait-on presque envie de dire, d’un excellent dramaturge : ainsi dans le noël 4 où le maître refuse de laisser partir son valet en Terre Sainte, dans le noël 57 entre un ange et deux démons, dans le noël 48, où, sur un rythme alerte, deux « nouvellistes » mènent un temps un dialogue de sourds, ou le remarquable noël 16 qui met aux prises Joseph avec un hôtelier peu désireux d’offrir l’hospitalité à la Sainte Famille. Des dialogues comme pris sur le vif, truffés d’expressions idiomatiques et reflets de la langue parlée, servis par un sens aigu de la dramatisation, donnent à certains de ces noëls dialogués (ou pas) l’aspect d’oratorios en miniature. Cette dramatisation de l’écriture est notamment obtenue par une technique parfaitement maîtrisée de la concentration et du renouvellement. De ce point de vue, il n’y a que de son contemporain – en partie, il meurt en 1649 – le poète Pierre Goudouli (ou Godolin) dont on pourrait rapprocher Saboly. Les deux créateurs ont en commun de supposer connus de leur auditoire les contenus, les images et les formes qui constituent la trame de leurs poèmes, la convention lyrique chez Godolin, le récit de la Nativité chez Saboly. À partir de là, ils disposent de la même faculté de renouveler les images, de les condenser (ou de les dilater) et, en entretenant un rapport étroit avec la réalité empirique et linguistique de leur temps (les realia abondent chez Saboly), de conférer au texte poétique une rare efficacité.

11De cette maîtrise de l’art poétique – qui engendre une complicité et une familiarité avec l’auditoire – découle naturellement un jeu avec les formes. Le noël 61, composé sur un mode nostalgique (Ay ! qu’ouro tournara lou tem Bregado ? Hélas ! quand reviendra le temps, compagnie ?), est écrit entièrement au prétérit : les bergers racontent être allés contempler la Sainte Famille. Le noël 29 repose sur un réseau de métaphores filées sur le thème du négoce tandis que dans le noël 2 intervient un écho qui rappelle les subtilités de la pastorale contem-poraine. La rime fait l’objet de multiples attentions : elle est en –u (cas rare, possible en provençal) dans le noël 42 ou continue (en –aire) dans le noël 10. De tels raffinements semblent anticiper certains jeux rococos qui prévaudront dans la poésie d’oc du siècle suivant.

12Saboly, excellent poète, a-t-il connu la littérature provençale de son temps ? Sur ce point, l’éditeur se montre d’une prudence de bon aloi en relevant telle rencontre (noël 10 par exemple) qui pourrait aussi bien être fortuite avec l’œuvre de l’Aixois Claude Brueys (1628). Le fait est, comme il le fait également remarquer, que Saboly se trouve à Aix au moment où l’imprimeur Roize publie plusieurs livres en provençal : des noëls et La Bugado prouvensalo en 1649 (Saboly a le goût des proverbes), d’autres noëls en 1654, les œuvres de Zerbin en 1655… Le paysage de l’imprimé provençal, dans les années 1650-1670, n’est pas un désert, loin s’en faut, et il n’est pas impossible que ce poète ait forgé son talent non seulement au contact de ses prédécesseurs noëlistes avignonnais (Notre-Dame-des-Doms), comtadins et provençaux, mais aussi à la lecture de quelques auteurs profanes. Le saurons-nous jamais ?

13Un jour peut-être, en tout cas, nous entendrons ces beaux textes exhumés par Henri Moucadel enfin tous, ou quasiment, rendus à la musique et au chant, insigne priviliège que possède le noël. En attendant, on ne peut que remercier l’éditeur scientifique grâce à qui un grand poète peut enfin être lu en confiance. Le compliment s’adresse également, une fois n’est pas coutume, à l’éditeur commercial, la maison A l’asard Bautezar !, qui a réalisé un bel objet doté d’une splendide couverture et d’une mise en page fort élégante, un livre remarquablement agréable à lire, manier et consulter. Un livre qui honore les études modernes provençales, et donc d’oc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Courouau, « Nicolas Saboly, Recueil des Noëls Provençaux. Lou Reviro-meinage »Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, 559-565.

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Nicolas Saboly, Recueil des Noëls Provençaux. Lou Reviro-meinage »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rlr/428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.428

Haut de page

Auteur

Jean-François Courouau

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search