Navigation – Plan du site
Varia

Trois Histoires drôles en occitan du bas Limousin (Sainte-Fortunade, Corrèze) : édition philologique et glossaire

Lucette Ludier-Soleilhavoup
p. 661-682

Notes de la rédaction

Version électronique corrigée (février 2018)

Texte intégral

Nous remercions Monsieur Jean-Pierre Chambon de l’aide qu’il nous a apportée pendant l’élaboration de cet article.

1Les trois textes oraux publiés ci-dessous sont de brèves histoires drôles appelées localement niorles. Nous les avons enregistrés le 14 août 2014, dans une atmosphère chaleureuse et détendue, à Sainte-Fortunade, une commune rurale de 1 781 habitants, constituée d’un village (le bourg) et de 140 hameaux. Cette commune est située dans le département de la Corrèze, en Limousin, à 10 km au sud de Tulle. La langue qui y est traditionnellement pratiquée est une variété de l’occitan-langue d’oc. Cependant les informateurs refusent le terme d’occitan et préfèrent nommer leur langue « le patois de Sainte-Fortunade ». Ils revendiquent fièrement et fortement cette appellation. Le nombre de locuteurs qui s’expriment en occitan décroît rapidement dans la commune. Lorsque les habitants sont interrogés, la réponse est pratiquement toujours la même : « Mes parents parlaient patois entre eux ou avec leurs amis mais ils s’adressaient toujours en français à leurs enfants ». Dans les foyers, désormais, le dialogue s’établit exclusivement en français.

2Les deux premiers textes, [Ce n’était pas la faute du cochon] et [Le père de mon frère était mort aussi], ont été contés dans cette commune, par Jean Vieillefond (dit Jeannot). Notre informateur était âgé de 81 ans au moment de l’enregistrement. Né à Sainte-Fortunade, il a fait des études au collège technique d’Égletons (Corrèze) où il a obtenu le brevet industriel d’ajusteur. Il a vécu dans son village natal jusqu’à 19 ans. Il a travaillé ensuite pendant huit ans en qualité d’agent technique au bureau de fabrication de Panhard, à Paris, de 1952 à 1960. Il est revenu en Corrèze en 1961 à Tulle où il a exploité de 1961 à 1993, avec sa femme, une épicerie au Trech, un quartier de Tulle jaloux de son originalité, élisant son maire et ayant des activités de cabaret. Il habite actuellement dans son village natal où il est revenu, en 1993, à sa retraite. De 1984 à 2009, il a fait partie du groupe qui animait le cabaret du Trech. Il improvisait des sketches et racontait des niorles en patois de Sainte-Fortunade. Dans son enfance et son adolescence Jeannot Vieillefond écoutait beaucoup parler sa grand-mère et conversait avec elle en occitan de Sainte-Fortunade.

3La troisième niorle [D’où venait l’odeur du fromage de Roquefort ?] a été contée par Robert Faurie. Celui-ci était âgé de 78 ans au moment de l’enregistrement. Il a toujours vécu à Sainte-Fortunade, sa commune natale, au hameau des Places. À l’issue de la classe de troisième il a réussi le concours d’entrée à l’école de formation technique de la manufacture d’armes de Tulle. Il a effectué toute sa carrière dans cet établissement où il a terminé avec le grade d’ingénieur technique d’études et de fabrication. Depuis sa retraite, en 1994, il joue dans des pièces de théâtre locales. À l’école primaire de Sainte-Fortunade, beaucoup d’enfants s’exprimaient en patois. Lorsqu’il était adolescent il éprouvait un grand plaisir à converser en patois avec l’un de ses oncles qui ne savait, dit-il, ni lire, ni écrire, ni parler le français. Après son mariage, en 1960, il conversait naturellement en occitan avec sa belle-mère, mais surtout avec son beau-père.

  • 1 Depuis sa retraite, en 1992, André Lagarde vit à Sainte-Fortunade, berceau de sa famille mais où il (...)
  • 2 Claude Chabrerie est né en 1967. Il a passé son enfance et son adolescence dans un village et une f (...)

4Les trois textes recueillis sont notés au moyen des symboles de l’A.P.I. Nous en donnons également deux transcriptions en graphies conventionnelles. Il existe en effet, dans la commune de Sainte-Fortunade une graphie conventionnelle locale ‘spontanée’ due à André Lagarde. Celui-ci a bien voulu transcrire ces trois textes dans sa graphie1. La transcription en graphie classique (alibertine), graphie la plus employée en Limousin, a été faite par Claude Chabrerie 2. Nous remercions André Lagarde et Claude Chabrerie de leurs transcriptions.

5Les textes sont suivis d’un glossaire exhaustif. Pour élaborer ce glossaire nous nous sommes efforcés de suivre les recommandations de Chambon (2015). Nous indiquons le point le plus proche de l’ALAL (Le Chastang, point 41) et nous renvoyons systématiquement au FEW. Les entrées du glossaire, pour les formes verbales, sont à l’infinitif. Elles ont été données par Robert Faurie et André Lagarde. Quand l’infinitif n’est pas présent dans les textes, nous le plaçons entre parenthèses.

Textes

I. [Ce n’était pas la faute du cochon…]

[ 1 la maˈʁiː / ˈɟi a ʃũ fɛʁˈnã / 2 «ˈd j izaˈmi fɛʁˈnãː / aˈneː / ˈk ɛi̯ tun anivɛʁˈʃɐːre / 3 e ʃi faˈʒjã œ̃m ˈpau̯ de ˈfɛɧtə ? »

̶ ˈa ːːː / puˈdɛ̃mˈbiː / maˈʁiː / bjɛ̃ ʃiˈɡyːʁ / 5puˈdɛ̃ˈ fa la ˈfɛːɧta /

̶ 6ˈʃabĭ ˈpa ? / fɛʁˈnãː ? / 7 ! / ˈdujã ˈcɥa lə ɡaˈnju / eː / ĩvjitaˈjã / tu lu vjiˈʒiː / pɛʁˈfa la ˈfɛɧtɐ /

̶ ˈă͡ɔːː ˈmɛi̭ / jɔˈvɔləˈbjɛ̃ᵑ / 10mɛː / djizaˈmi maˈʁiː / ˈk ɛɪ̭̆ ka ˈmɛma ˈpa də ɧa ˈfau̯ta dei̯ ɡaˈju /] (Rires.)

1 [la ma’ʁiː] le prénom Marie, de même que tous les prénoms utilisés en fonction de sujet, sont précédés de l’article.

3 [œ̃mˈpau̯ de ˈfɛɧtə] : litt. “un peu de fête”.

7 [!] note un clic alvéolaire.

8 [ˈdujã] déplacement de l’accent tonique sur la première syllabe, après une longue pause.

Transcription en graphie locale par André Lagarde

1La Marie dyi a choun Fèrnand :

̶ 2Dyiza mi, Fèrnand, ané queï toun anyivèrcharé ! 3E chi fajians ün paou dé fshta ?

̶ 4A, poudins bi, Marie, bien chigur ; 5poudins fa la fshta.

̶ 6chabish pas, Fèrnand ? 8Douyans tyua lé ganiou, é ïnvyitayans tous lous vijis pèr fa la fshta.

̶ 9A, mé ! You voli bien. 10Mè dyiza mi, Marie : queï quant mma pas dé cha faouta, deï ganiou ! ?

Transcription en graphie classique par Claude Chabrerie

1La Mari ditz a son Fernand :

̶ Dija-me, Fernand, anuech qu’es ton anniversari. 3e si fasiam un pauc de festa.

̶ 4A, podem be, Mari, bien segur, 5podem far la festa.

̶ 6Sabes pas, Fernand, 8deuriam tuar lo ganhon, e invitariam tots los vesins per far la festa.

̶ 9A mas ieu vòle bien. 10Mas, dija-me, qu’es pertant pas de sa fauta al ganhon.

Traduction française

1La Marie dit à son (mari) Fernand :

̶ 2Dis-moi, Fernand, aujourd’hui, c’est ton anniversaire. 3Et si nous faisions une petite fête ?

̶ 4Ah, nous pouvons bien, Marie, bien sûr. 5Nous pouvons faire la fête.

̶ Tu ne sais pas, Fernand ? 7(clic) 8Nous devrions tuer le cochon, et nous inviterions tous les voisins pour faire la fête.

̶ 9Oh, mais ! Moi je veux bien. 10Mais dis-moi, Marie : ce n’est quand même pas de sa faute, au cochon ! ? (Rires.)

II. [Le père de mon frère était mort aussi]

[ɪ̃ ˈ zuːʁ / lɨ ˈpjɛʁ / daˈmãd / a ʃũ kɔˈpɛ̃ /

̶ 2 ɟizaˈmiː / ˈʃɛ bjɛ̃ ˈtʁiçtə / aˈneː /

̶ 3 o : : : / m ɛ̃m ˈpaːʁli ˈpaː / 4ˈmũm ˈpaɪ̯ːʁə / ve de muˈʁiː / ˈmũ ˈpau̯ːrᶦ / 5ˈmeː ˈk ɛj paɧ ˈtuː /

̶ 6e ki ˈk ɛj ki jaː ɪ̃ˈkɛʁɐ ? /

– 7e ˈbi : / ˈɧabɨ ˈpaː / mũ ˈfʁaɪ̯ːrə / ˈve de me teleˈfunaː / ˈpɛʁ mi ˈɟiʁə / kə ˈɧũm ˈpaɪ̯ːʁ ɛˈʁa ˈmɔʁ] (Rires.)

3 [muˈʁi] la consonne [ʁ] est particulièrement énergique.

Transcription en graphie locale par André Lagarde

Ün zour, li Pierre damand’a choun copin :

2Dyiza mi, chès bien trishté ané,

3O, m’ïn parlish pas, 4moun païré vé dé mouri, moun paouré, 5mé queï pash tout !

̶ 6E qui queï qui i a ïnquèra ?

̶ 7E bi, chabish pas, moun fraïré vé dé mé téléfouna pèr mi dyiré qui choun païré éra mort !

Transcription en graphie classique par Claude Chabrerie

  • 3 « Gallicisme : collega serait plus correct ». Note du transcripteur.

1Un jorn, lo Peire damanda a son còpen3,

̶ Dija-me, ses bien triste anuech,

̶ 3 Ò me’n parles pas, 4 mon paire ven de morir mon paubre, mas qu’es pas tot…

̶ 6 E que qu’es que i a enquera ?

̶ E be, sabes pas, mon fraire ven de me telefonar per me dire que son paire era mòrt.

Traduction française

1 Un jour, Pierre demande à son copain

̶ 2Dis-moi, tu es bien triste aujourd’hui.

̶ 3Oh ! Ne m’en parle pas, 4 Mon père vient de mourir, mon pauvre ! Mais ce n’est pas tout !…

  ̶ 6Et qu’y a-t-il encore ?

̶ 7Eh bien, tu ne sais pas ? Mon frère vient de me téléphoner pour me dire que son père était mort. (Rires.)

III. [D’où venait l’odeur du fromage de Roquefort ?]

[1le fruˈmaːze də ʁɔkəˈfɔʁ.

2ˈʁɔʒaː / e ɧũ ˈn ɔmə piʧjo ˈzãː / ˈdu ˈvjɛu̯ː dʃjɛjˈɧãtaːduˈz ã / 4ki n aˈvjiu̯ zaˈmaj aɡy de faˈmijaː / 5viˈvjiu̯ː de /… / ˈjuʁ kuˈmɛʁɧɪ d epiˈʃje / a l ˈũbʁɐ de ˈjyʁ vjɛʁ ˈkluʧi /

6l au̯’tʁɪ ˈzuʁ / ˈpʁi d ɪna feˈblɛɧa / tu d ɪ̃ ˈko / piʧjo ˈzã ɧ afɛˈɧ/ 7e ˈtɔ̃ba ˈʁɛjdə avɪnɪˈʒjiː / kuma ˈfaj ũ kaˈkaʁ muˈʒi /

9ˈʁɔʒa / ᶴə ʁaˈpʁɔsa ˈde ˈjiʁ / ɡaˈlɔp a la mɛʲˈzuː viˈʒjina ɛ̃ deˈmɔʁɑ lᵉ mᵉdiˈʃiː / ˈkᵉ ɟystaˈmɪ̃ ɛˈʁaː sa ˈɧiː /

10ˈlɛu̯ aʁiˈbaː / lə ɡaʁiˈɧajʁə / aˈtʁapa ˈla ˈmo də piʧjo ˈzã /

e ˈɟiː /

̶ 11n a ˈpa ʒaˈɡy dᵉ ko de ˈɧã / 12ˈk ɛj ˈʃũ diˈɟynaː k a ˈmau̯ paˈɧa / e ˈʃjiʁaː ˈlɛu̯ ʁavjiɧkuˈlaː / 13n aˈvɛ ˈpa ỹ ˈpau̯ d ˈajɡᵄ de kolɔˈnjɔ / da ˈkil ˈajɡᵄ kᵉ ˈn ã ʃᵉ ˈkɔnjə ˈʃyʁ lə ˈsaːj pɛʁ ʃɪ̃ˈtʁə ˈbu / u ˈbe lə ˈfũ d ỹ baʁiˈko ki ʃɪ̃ˈtaː l ˈaɡʁɪ ?/

̶ 14ɛj ˈbe muˈʃyʁ ˈdə ˈbũ vji ˈnaːɡʁɪ / 15ˈme ʃi ˈsɔu̯ː ˈkᵉ ka ʃɪ̃tɐ ˈfɔʁ / ɛj ˈdɛj fruːˈmaːzə / ki / de ʁɔkəˈfɔʁ ˈki j pwiˈʁi / e ˈkiː pɛʁ mũˈn aʁmə jaː ˈkaː di ˈbɔtə dɪ zɪ̃ˈdaːʁmə ki ˈpydə maj ki ˈjiʁ /

16 lə midiˈʃjɪ prĩ dᵉ fruˈmaːzə / nɪ̃ ˈkɔpɐ ˈɡro ˈkum ỹ kaˈkaːʁ /

17 ɪ̃ ʃũ ˈdɪ ki ˈvaj vjiʁuˈna ˈkuma ky maˈɧuna / jɪː ʁãˈpɪː lᵉ ˈkʁøː

de ʃũ ˈnaː /

18 e piˈʧjo zã ki /…/ ka piˈkava ˈtu duɧaˈmɪ̃ ʁavjiɧkuˈlava / ɪ̃ maʁmuˈnɪ̃ ˈɪ̃tʁə ɧaː ˈdɪ̃ /

̶ 19 ˈʁɔʒɐː ˈʁɔʒɐː ˈʧiʁə tũ ˈcuʁ d aːʧɪ u ˈjɛu mə ˈtɔʁn avinɪˈʒjɪ] (Rires.)

4 [zaˈmaj] la première syllabe est particulièrement énergique.

4 [ˈki n avjiu̯ ˈzamaj aɡy de faˈmijaː ] : litt. “qui n’avaient jamais eu de famille”.

5 […] : le conteur hésite.

13 [da ˈkil ajˈɡᵄ kᵉ ˈn ã ʃᵉ ˈkɔnjə ˈʃyʁ lə ˈsaːj] : litt. “de cette eau que l’on se cogne sur la tête”.

15 [ jaː ˈkaː di ˈbɔtə dɪ zɪ̃ˈdaːʁmə ki ˈpydə maj ki ˈjiʁ ] : litt.il n’y a aucune botte de gendarme qui pue plus que lui ”.

15 [ˈkeka] “que cela” [ka]s’entend à peine.

15 [ki] erreur du conteur qui oublie de nommer de quel fromage il s’agit. Il se reprend immédiatement après.

17 [lᵉ ˈkʁøː] : le conteur ralentit son débit en appuyant sur la dernìère syllabe.

18 […] : ici, le conteur commet une erreur ; il dit [ki kapiˈtavə] au lieu de [ki kapiˈkavə]. Il ponctue son erreur en prononçant un juron en français puis continue le récit en occitan.

Transcription en graphie locale par André Lagarde

1Lé froumazé dé Roquefort.

2Roja é choun omé, pitiot Zan, dous vièous dé chièchanta douz’ans 4qué n’avïou zamaï agu dé famiya 5vivyïou dé your coumèrchi d’ishpichié, a l’oumbra dé your vièr cloutyé, 6L’aoutré zour, pris d’ïna féblècha, tout d’ïn co pitiot Zan ch’afècha é tomba ridé aviniji, couma faï ün cacar mouji. 9Roja qu’éra prossa dé yir, galop’a la mèïzou vijina ïn démora lé médichi, qué dyushtamïn èra sa chi. 10Lèou ariba, le garichaïra atrapa la mo dé pitiot Zan é dji :

̶ 11N’a pas agu dé co dé chan, 12 queï choun didjuna qu’a maou pacha é chira lèou ravyishcoula. 13 N’avèsh pas ün paou d’aïga dé colonia, d’aquil ’aïga qué n’en ché conia chur lé saï pèr chïntré bou, ou bé lé foun d’ün barico qui chïnta l’agri ?

̶ 14Aï bé, mouchur dé boun vyinagri, 15mé chi soou qué qua chïnta fort, aï deï froumazé dé Roquefort qu’ish pouiri é qué, pèr moun arma, y a qua dé bota dé zïndarma qui puda maï qui yir. »

16 Lé médichi prïn lé froumazé, n’in copa gro coum’ün cacar. 17 Ïn choun di qui vaï, vyirouna couma cu machouna, yï rempi lé creu dé choun na, 18 E pitiot Zan qué qua pyicava, tout douchamïn ravyishcoulava é marmouné ïntré chas dïns : – 19Roja, Roja, tyira toun tyour d’atyi ou yèou mé torn’avéniji.

Transcription en graphie classique par Claude Chabrerie

1Le fromatge de Ròcafort.

  • 4 « Erreur de prononciation : esvanesit ». Note du transcripteur.

2Ròsa e son òme pitiòt Jan, 3dos vielhs de seissanta-dotze ans 4que n’avián jamai agut de familha 5vivián de lor comerci d’espiciers a l’ombra de lor vielh clochier. L’autre jorn, pres d’una feblessa, tot d’un còp pitiòt Jan s’afaissa 7e tomba regde, esvenesit4, 8coma fai un cacal mosit. 9Ròsa se rapròpcha de ilh, galòpa a la maison vesina ente demòra le medecin que justament era chas se. 10 Leu arribat, lo garissaire atrapa la man de pitiòt Jan e ditz :

– 11 N’a pas agut de còp de sang, 12qu’es son dejunar qu’a mau passat e serà leu reviscolat. 13 N’avetz pas un pauc d’aiga de Colonha, d’aquela aiga que l’òm se conha sus lo chais per sentre bon o be lo fons d’un barricòt qui senta l’agre ?

– 14Ai be, mossur, del bon vinagre, 15mas si chau que quò senta fòrt ai del fromatge de Ròcafort qu’es poirit e que per mon arma, i a cap de bòta de gendarma que puda mai que ilh.16 Le medecin pren lo fromatge, ne’n còpa gròs coma un cacal. 17 Emb son det, que vai, virona, coma qu’un maçona, li remplís le cròs de son nas. 18 E pitiòt Jan que quò picava tot doçament reviscolava e marmonet entre sas dents :

  • 5 « esvanesir ». Note du transcripteur.

– 19 Ròsa, Ròsa, tira ton cuol d’aquí o ieu me tòrne esvenesir.5

Traduction française

1Le fromage de Roquefort.

2Rose et son mari, Petit Jean,3deux vieux de soixante-douze ans, 4qui n’avaient jamais eu d’enfants,5vivaient de leur commerce d’épiciers, à l’ombre de leur vieux clocher.6L’autre jour, pris d’une faiblesse, tout à coup, Petit Jean s’affaisse 7et tombe, raide, évanoui, 8comme le fait une noix moisie. 9Rose, se rapproche de lui, court à la maison voisine où habite le médecin, qui, justement était chez lui. 10Aussitôt arrivé, le guérisseur, prend la main de petit Jean et dit :

̶ 11Il n’a pas eu de congestion, 12c’est son déjeuner qu’il a mal digéré, et il sera bientôt rétabli.

̶ 13N’avez-vous pas un peu d’eau de Cologne, de cette eau que l’on se met sur la tête pour sentir bon ? Ou bien le fond d’une petite barrique qui sente l’aigre.

̶ 14j’ai bien, Monsieur, du bon vinaigre, 15mais s’il faut que cela sente fort, j’ai du fromage de Roquefort, qui est pourri et par ma foi, aucune botte de gendarme sent plus mauvais que lui.

16Le médecin prend du fromage, il en coupe un morceau de la grosseur d’une noix. 17Avec son doigt, qui va, qui tourne, comme s’il maçonnait, il en remplit le creux de son nez.18 Petit Jean qui ressentait l’effet du fromage, tout doucement, reprenait conscience, en murmurant entre ses dents :

̶ 19Rose, Rose, éloigne ton derrière de là, ou je vais m’évanouir de nouveau. (Rires)

Haut de page

Bibliographie

Béronie, Nicolas, Dictionnaire du patois du Bas Limousin et plus particulièrement des environs de Tulle (Corrèze), ouvrage posthume, mis en ordre, augmenté et publié par Joseph-Anne Vialle, Tulle, J.-M. Drappeau, 1823.

Caradec, François/Pouy, Jean-Bernard, Dictionnaire du français argotique et populaire, Paris, Larousse, 2009.

Buchi, Eva, Index du FEW, Paris, Honoré Champion, 2003.

Cellard, Jacques/Rey, Alain, Dictionnaire du français non conventionnel. Paris, Hachette, 1991.

Chambon, Jean-Pierre, « Les glossaires d’éditions de textes occitans de la période moderne (xvie, xviie, xviiie siècles) : quelques recommandations pratiques », Revue des langues romanes 119, 2015, p. 151-168

Esnault, Gaston, Dictionnaire historique des argots français, Usuel linguistique 41, Paris, Larousse, 1965.

Lagarde, André, Lé Patois dé Chïnta Fourtyunada ïn Courèja, Tulle, Maugein, 2000.

Lavalade, Yves, Dictionnaire français/occitan Limousin, Marche, Périgord, Uzerche, Institut d’estudis occitans dau Lemosin, 2010.

Lavalade, Yves, Dictionnaire d’usage occitan/ français Limousin, Marche, Périgord, Uzerche, Institut d’estudis occitans dau Lemosin, 2010.

Monteil, Pierre, Le Parler de Saint-Augustin, 2 vols, Limoges, Pulim, 1997.

Potte, Jean-Claude Atlas linguistique et ethnographique de l’Auvergne et du Limousin, 3 vols, Paris, CNRS, 1975-1992.

Ronjat, Jules, Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, 4 vols, Montpellier, Société des Langues Romanes, 1930-1941.

Thesoc : bases de données linguistiques. http://thesaurus.unice.fr

Wartburg, Walther von, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, 25 vols, Leipzig/Bonn/Bâle, Teubner/Klopp/Zbinden, 1922-2002.

Haut de page

Annexe

Glossaire

D’une façon générale, les voyelles finales inaccentuées peuvent être réalisées, dans la même commune et même dans une même famille, selon les personnes, soit [-e], soit [-ə], soit [-ɪ]. On note la même variation libre entre [-a] et [-ɔ] inaccentués.

[ɧ aˈfɛjɧaː] v. pron. “tomber en pliant sur les jambes, s’affaisser” ind. pr. 3pers. sg. [ɧ afɛˈɧɐ] III, 6. ― À aj. à FEW 3, 429b fascis.

[ˈajɡɐ de kolɔˈnʲɔ] s. f. “préparation parfumée à base d’alcool où entrent plusieurs essences, eau de Cologne” III, 13. ― À aj. à FEW 25, 65b aqua.

[ˈagʁᶦ] s. m. “odeur aigre” III, 13. ― À aj. à FEW 24, 95a acer (seulement Chav. âgre, périg. ágre).

[aˈneː] adv. “en ce jour même, au jour où l’on est, aujourd’hui” I, 2. ― FEW 7, 216b nox (seulement lim. anueg, aneit, blim. oné) ; ALAL 138 (Le Chastang [aˈne]).

[anivɛʁˈʃɐːre] s. m. “jour de la naissance de qn (donnant lieu généralement à une fête), anniversaire” I, 2. ― À aj. à FEW 24, 609b, anniversarius (seulement hlim. oniversári, aniversári, périg. anniversári). Probablement emprunté à (ou influencé par) frm. anniversaire (dp. 1798), comme le suggère [-e] final vs [-i].

([aʁiˈba]) v. intr. “parvenir à destination, arriver” part. passé [aʁiˈbaː] III, 10. ― FEW 25, 324b *arripare.

[ˈarmə] s. f. ds [pɛʁ mũˈn aʁmə] loc. phrast. “(renforce une affirmation), par mon âme” III, 15. — FEW 24, 582a anima.

[aˈtʃɪ] adv. “dans ce lieu, là” III, 19. ― FEW 4, 424a hic.

([atʁaˈpaː]) v. tr. “prendre dans sa main, prendre” ind. pr. 3pers. sg. [ᵃˈtʁapa] III, 10. ― À aj. à FEW 17, 355b trappa (seulement Dord. t r ǫ p á).

([aˈvi]) v. tr.être en possession, en jouissance de (qch), avoir” (1) ind. pr. 1re pers. sg. [ˈɛj] III, 14, 15 ; (2) ind. pr. 2e pers. pl. [aˈvɛ] III, 13 ; (3) ind. imp. 3pers. pl. [aˈvjiu̯] III, 4 ; (4) part. passé [aˈɡy] III, 4. ― À aj. à FEW 4, 362a habere (seulement Lastic a v i).

([ʃ avinɪˈʒji]) v. pron. “perdre connaissance, s’évanouir” ind. pr. 1re pers. du sg., [avinɪˈʒjiː] III, 19. ― À aj. à FEW 3, 251a. evanescere. (seulement lim. s’esvanezir, blim. s’ovonusi) ; ALAL 780 (Le Chastang [ʃ ivanyˈʒi]).

[avɪnɪˈʒʲi] adj. “sans connaissance, en syncope” III, 7. ― À aj. à FEW 3, 251a evanescere (seulement blim. ovonusi).

[baʁiˈko] s. m. “petite barrique” III, 13. ― FEW 22/2, 115a baril (blim. borricot) ; ALAL = THESOC 2057 (Le Chastang [baʀiˈkɔ]).

[ˈbiː] adv. “(pour renforcer une affirmation) bien” I, 4 ; [ˈbe]id.” III, 13, 14, synon. [ˈbjɛ̃] ― À aj. à FEW 1, 323a bene (seulement Vinz. ).

[ˈbjɛ̃] adv. “(pour renforcer une affirmation), bien” II, 2 ; synon. [ˈbiː], [ˈbe]. ― FEW 1, 322b bene ; empr. à fr. bien.

[ˈbɔtə] s. f. “chaussure de cuir, le plus souvent de caoutchouc, qui enferme le pied, la jambe et parfois la cuisse, botte” III, 15. ― À aj. à FEW 15/2 43a butt ; empr. à fr. botte.

[ˈbũ] adj. “qui a les qualités utiles qu’on en attend, bon” III, 14. ― FEW 1, 433b bonus ; ALAL 1093 (Le Chastang [ˈbũ]).

[ˈcɥa] v. tr. “faire mourir volontairement (un animal) afin d’en consommer la viande, le sang et les abats, tuer” inf. I, 8. — FEW 13/2, 447a, tutari ; ALAL = THESOC 1999 (Le Chastang [ˈtɥɔ]).

[ˈcuʁ] s. m. “partie postérieure chez l’homme, cul” III, 19. ― À aj. à FEW 2, 1505b culus (seulement Chav. cuôou) ; ALAL 677 (Le Chastang [ˈcul]).

([damãˈda]) v. tr. “essayer de savoir, de connaître (en interrogeant qn), demander” ind. pr. 3pers. sg. (devant voyelle) [daˈmãd] II, 1. ― À aj. à FEW 3, 36a demandare (seulement Vinz. d å m ã d ɑ́).

([deˈmuʁa]) v. intr. “avoir sa résidence habituelle, habiter, demeurer” ind. pr. 3e pers. sg. [demɔˈʁa] III, 9. ― FEW 3, 38b demorari.

[ˈdɪ] s. m. “chacun des cinq prolongements qui terminent la main de l’homme, doigt” III, 17. ― À aj. à FEW 3, 76b digitus (seulement auv. d i) ; ALAL 699 (Le Chastang [ˈdi]).

[ˈdɪ̃] s. f. “un des orɡanes de la bouche, de couleur blanchâtre, durs et calcaires” III, 18. ― À aj. à FEW 3, 40b dens (seulement Vinz. d ẽ).

[diˈɟynaː] s. m. “repas du milieu du jour, déjeuner” III, 12. ― À aj.à FEW 3, 95a disjejunare.

([ˈdiu̯ʁə]) v. tr. “avoir l’intention de, devoir” cond. pr. 1re pers. pl. [ˈdujã] (+ inf. compl.) I, 8. ― FEW 3, 21a debere.

du] adj. num. card. “un plus un, deux” III, 3. ― FEW 3, 181a duo ; ALAL 118 (Le Chastang [ˈdu]).

[duɧaˈmɪ̃] adv. “lentement et progressivement” III, 18. ― À aj. à FEW 3, 174b dulcis.

[ˈɟiʁə] v. tr. “exprimer, communiquer (les intentions) par la parole, dire” (1) inf. II, 7 ; (2) ind. pr. 3pers. sg. [ˈɟi] I, 1 ; (3) impér. 2pers. sg. [ˈdʲiza] I, 2, 10. ― À aj. à FEW 3, 67b dicere (seulement Mons-la-T. d y i r) ; ALAL 612 (Le Chastang [ˈɟiri).

[ɟystaˈmɪ̃] adv. “(marque l’exacte concordance de deux faits), justement” III, 9. ― À aj. à FEW 5, 88b justus.

[ɛpiˈʃje] s. m. “personne qui tient un commerce d’épicerie, épicier” ― À aj. à FEW 12, 155a species (seulement apérig. especiey).

([ˈɛʃə]) v. intr. “(verbe copulatif, reliant l’attribut au sujet), être” (1) ind. pr. 2pers. sg. [ˈʃɛ] II, 2 ; (2) ind. pr. 3pers. sg. [ˈɛj] II, 5, 6, III, 12 ; [ˈɛi̯] I, 2 ; [ˈɛɪ̭̆] I, 10 ; (3) ind. imp. 3pers. sg. [ˈɛʁa] I, 7 ; (4) ind. fut. 3pers. sg. [ˈʃjiʁaː] III, 12. ― FEW 3, 246a, esse.

[ˈfa] v. tr. “organiser (une fête), faire” (1) inf. I, 5, 8 ; (2) ind. imp. 1ʳ pers. pl. [faˈʒjã] I, 3. ― FEW 3, 346b, facere ; ALAL 12 (Le Chastang [ˈfɔ]).

[ˈfau̯ta] s. f. “responsabilité d’une action, faute” I, 10. ― À aj. à FEW 3, 389b fallere ; empr. à fr. faute.

[feblɛˈɧa] s. f. “manque de force, de vigueur physique, faiblesse” III, 6. ― À aj. à FEW 3, 616a flebilis (seulement Chav. feblesso) ; empr. à fr. faiblesse.

[fɛʁˈnãː] n. pr. de pers. “(prénom d’homme traditionnel), Fernand” [en fonction de vocatif] I, 1 ; [en fonction de sujet précédé de l’adj. poss. m. sg. [ʃũ] I, 2, 6. ― Empr. à fr. Fernand.

[ˈfɛɧtə] s. f. “réjouissance annuelle pour l’anniversaire de la naissance de quelquˈun, fête ” I, 3, 5, 8. — À aj. à FEW 3, 482b festa.

[ˈfʁaɪ̯ːʁə] s. m. “celui qui est né des mêmes parents que celui qui parle, frère” II, 7. ― À aj. à FEW 3, 764a, frater (seulement Chav. fraï) ; ALAL 1029 (Le Chastang [fʀɛi̯ʀi]).

[fʁuˈmaːze] s. m. “aliment obtenu par la coagulation du lait suivie de fermentation, fromaɡe” III, 1, 15, 16. ― FEW 3, 717b formaticum ; ALAL = THESOC 1994 (Le Chastang [fʀuˈmazi]).

[ˈfũ] s. m. “ contenu qui est en bas d’un récipient, fond” III, 13. ―

À aj. à FEW 3, 870a fundus.

([ɡaluˈpa]) v. intr. “courir rapidement (le sujet désigne une personne), galoper” ind. pr. 3pers. sg. (devant voyelle) [gaˈlɔp] III, 9. ― À aj. à FEW 17, 484a *wala hlaupan (seulement Dord. g ǫ l ǫ p á, Chav. goloupá) ; ALAL = THESOC 1825 (Le Chastang [galuˈpɔ]).

[ɡaˈⁿju] s. m. “animal domestique, le plus souvent châtré, élevé pour l’alimentation, cochon” I, 8, 10. ― FEW 4, 193b gon- ; ALAL  = THESOC 1861 (Le Chastang [ɡaˈɲu]).

[ɡaʁiˈɧajʁə] s. m. “personne qui guérit, ɡuérisseur” III, 10. ― À aj. à FEW 17, 527b *warjan (seulement St-Pierre garissaire).

[ɪ̃ˈkɛʁɐ] adv. “(marquant une idée de supplément), encore” II, 6. ― FEW 4, 474a hora ; ALAL 170 (Le Chastang [ĩˈkɛi̯ʀɔ]).

[ˈɪ̃tʁə] prép. “dans l’espace qui sépare deux choses, entre” III, 18. ― À aj. à FEW 4, 748a inter (seulement Mauriac intra).

([ɪ̃vʲiˈta]) v. tr. “prier (qn) d’assister à qch., inviter” cond. pr. 1ʳᵉ pers. pl. [ɪ̃vʲitaˈjã] I, 8. ― À aj. à FEW 4, 802a invitare.

[ˈjɛu̯] pron. pers. “(sujet accentué de la première personne du singulier des deux genres), je” III, 19. ― À aj. à FEW 3, 207a ego ; ALAL 453 (Le Chastang [ˈjeo̯]).

[ˈjuʁ] adj. poss. 3pers. pl. “qui est à eux, leur” III, 5. ― À aj. à FEW 4, 551b ille (seulement Chav. gliur).

[ˈjyʁ] adj. poss. 3pers. sɡ. “qui est à eux, leur” III, 5. ― FEW 4, 551b ille

[ka] pron. dém. neutre “cela, ça” III, 15. — FEW 4, 443a hoc (seulement lim. aco) ; cf. Creuse, H.Vienne [ka] ALAL 46.

[ˈkaː] adv. de nég. (employé seul) “pas une, aucune” III, 15, ― FEW 2, 336b caput.

[kaˈkaʁ] s. m. s. “fruit du noyer, noix” III, 8, 16. ― À aj. à FEW 2, 824a coccum.

[kaˈmɛma] loc. adv. “pourtant, quand même” I, 10. ― À aj. à FEW 2, 1416b quando ; empr. à fr. quand même.

[kluˈʧi] s. m. par méton. “commune où se trouve le bâtiment élevé d’une église dans lequel on place les cloches, clocher” III, 5. ― À aj. à FEW 2, 790b clocca (seulement lim. clhuchè DD, Limoges cluchès, périg. k l ü t s y e, Chav. cluchié) ; ALAL 1117 (Le Chastang [kluˈcĕ]).

[ko de ˈɧã] loc. nom. “afflux excessif accidentel du sang dans les vaisseaux d’un organe, coup de sanɡ” III, 11. ― À aj. à FEW 2, 866a colaphus (seulement Ytrac k w ǫ t d e s ǫ n).

[kɔˈpɛ̃] s. m. fam. “personne avec qui on entretient des relations familières et amicales, copain” II, 1. ― À aj. à FEW 2, 967b companio ; empr. à fr. copain.

[ˈkʁø] s m, “vide intérieur dans un corps, creux” III 17. ― FEW 2, 1362b *krosu- (blim. crō) ; empr. à fr. creux.

[ˈkuma] adv. “de la même manière que, comme” III, 8, 16. ― FEW 2, 1543a quomodo.

[kuˈmɛʁɧɪ] s. m. “opération qui a pour objet l’achat d’une marchandise pour la revendre, commerce” III, 5. ― À aj. à FEW 2, 952a commercium.

([ʃkuˈnja]) v. pron. “mettre (un parfum) sur soi” ind. pr. 3e pers. sg. III, 13 [ʃᵉ ˈkɔnʲə]. — Cf. Savignac (Dordogne) couniâ “fourrer quelque part” (FEW 2, 1535a cuneus) ou certains emplois argotiques de frm. se cogner (Esnault 1965, 174 ; Cellard/Rey 1991, 215 ; Caradec/Pouy 2009, 85).

([ˈkupa]) v. tr. “diviser un corps solide avec un instrument tranchant, couper” ind. pr. 3pers. sg. [ˈkɔpɐ] II, 16. ― À aj. à FEW 2, 869a colaphus.

[lə] art. déf. m. s. III, 10, 13 ; [le] III, 1 ; [le] III, 9 ; III, 17 ; [lɨ] II,1. ― À aj. à FEW 4, 551b ille.

[ˈlɛu̯] adv. “au même instant, aussitôt” III, 10. ― FEW 5, 290a levis.

[ˈmaj] adv. “(mot servant à la formation du comparatif de supériorité), plus” III, 15. ― FEW 6/1, 28b magis.

([maɧuˈnaː]) v. tr. “[dans une comparaison] boucher (une ouverture) avec de la maçonnerie, maçonner” ind. pr. 3pers. sg. [maˈɧuna] III, 17. ― FEW 16, 506b *makjo.

[maˈʁiː] n. pr. de pers. “(prénom de femme traditionnel), Marie”, [en fonction de vocatif] I, 4,10 ; [en fonction de sujet, précédé de l’art. déf. f. sg.] I, 1. ― Empr. à fr. Marie.

([maʁmuˈna]) v. tr. “dire, murmurer entre ses dents, d’une façon confuse, marmonner” part. pr. [marmuˈnɪ̃] III, 18. ― À aj. à FEW 6/1, 358b marm- ; empr. à fr. marmonner.

[ˈmau̯] adv. “d’une manière contraire à l’intérêt de qn, mal” III, 12. — FEW 6/1, 126a malus.

[mediˈʃi :] s. m. “personne habilitée à exercer la médecine, médecin” III, 9. — FEW 6/1, 601a medicina  ; ALAL 758 (Le Chastang [mediˈʃi]).

[mɛʲˈzu] s. f. “bâtiment d’habitation, maison” III, 9. ― FEW 6/1, 235b mansio ; ALAL 1166 (Le Chastanɡ [mei̯ˈzu]).

[ˈmo] s. f. “partie du corps humain située à l’extrémité du bras, main” III, 10. ― FEW 6/1, 285a manus ; ALAL 692 (Le Chastang [ˈmo]).

[ˈmɔʁ] adj. m. “qui a cessé de vivre, mort” II, 7. — À aj. à FEW 6/3, 134a mori.

[muˈʁɪ] v. intr. “cesser de vivre, mort” inf. II, 4. — FEW 6/3, 131b mori.

[muˈʒi] adj. “gâté, sous l’effet de l’humidité, moisi” III, 8. — À aj. à FEW 6/3, 182a mucere (seulement MonsT. m ẹ ž i).

[muˈʃyʁ] s. m. “(titre donné aux hommes de toute condition), monsieur” III, 14. — FEW 11, 456b senior ; empr. à fr. monsieur.

[n] adv. de nég. “ne (…pas)” III, 11 (devant voyelle) — À aj. à FEW 7, 85b *ne gentem.

[ˈna] s. m. “partie saillante du visage, située entre le front et la lèvre, nez” III, 17. — FEW 7, 30b nasus.

[ˈɔmə] s. m. “homme uni à une femme par le mariage, mari” III, 2 — FEW 4, 453b homo ; ALAL 1025 (Le Chastang [ˈome]).

[ˈpa] adv. de nég. “ne…pas, pas” ; (1) III, 11, 13 ; (2) (employé seul) I, 6, II, 3 — À aj. à FEW 9, 593a punctum.

[ˈpaɪ̯ːʁə] s. m. “homme qui a engendré un ou plusieurs enfants, père” II, 4, 7. — FEW 8, 8a pater.

([paːʁˈla]) v. tr. ind. “prononcer des paroles relatives à qch, parler de (qn), parler” subj. pr. 3e pers. du sg. (employé comme imp. négatif) [ˈpaːʁli] II, 3. — À aj. à FEW 7, 606a parabolare (seulement Chav. porlá) ; ALAL 648 (Le Chastang, [paʀˈlɔ]).

([paˈɧa]) v. tr. fam. “être digéré (en parlant des aliments), passer” part. passé [paˈɧa] III, 12. — FEW 7, 707a *passare.

[ˈpau̯] adv. ds [œ̃mˈpau̯] loc. adv. “en petite quantité, un peu” I, 3 ; [ỹ ˈpau̯]id.” III, 13. — FEW 8, 51b paucus.

[ˈpau̯ːrɪ] adj. “qui inspire la pitié, malheureux, pauvre” II, 4. — FEW 8, 56b pauper ; ALAL 1015 (Le Chastang [ˈpao̯ʀi]).

[ˈpɛʁ] prép. “afin de faire savoir, pour” II, 7. — À aj. à FEW 9, 399b pro ; ALAL 816 (Le Chastang [ˈpɛʀ]).

[piˈʧjɔ ˈzã] [ˈzã] n. pr. de pers. “(prénom traditionnel d’homme) Jean” ds [piˈʧjɔ ˈzã] “(surnom d’un homme), Petit Jean” III, 2, 6, 18. — [ˈzã] est emprunté à fr. Jean.

[ˈpjɛʁ] n. pr. de pers. “(prénom d’homme traditionnel), Pierre” [en fonction de sujet, précédé de l’art. déf. m. sg] II, 1. — Empr. à fr. Pierre.

([pjiˈka :]) v. tr. “donner la sensation d’entamer avec une pointe, piquer” ind. imp. 3pers. sg. [pjiˈkava] III, 18. — FEW 8, 450a *pikkare.

([ˈpʁĩne]) v. tr. “subir l’effet de qch., prendre” part. passé [ˈpʁi] III, 6. — À aj. à FEW 9, 340a prehendere (seulement lim. prenei DD, Chav. preindre).

([puˈdi]) v. tr. “avoir la possibilité de faire quelque chose, pouvoir” ind. pr. 1re pers. pl. [puˈdɛ̃] I, 4, 5. — FEW 9, 232a posse.

([ˈpydʁə]) v. intr. “exhaler une odeur infecte, puer” subj. pr. 3pers. sg. [ˈpydə] III, 15. — FEW 9, 623a putescere.

([pwiˈʁiː]) v. intr. “se décomposer, en parlant d’une matière organique, pourrir” part. passé [pwiˈʁi] III, 15. — FEW 9, 640a putrescere.

([ʃə ʁaˈpʁɔsaː]) v. pron. “venir plus près, se rapprocher” ind. pr. 3pers. sg. [ʃə ʁaˈpʁɔsɐ] III, 9. — À aj. à FEW 25, 54b appropiare ; empr. à fr. se rapprocher.

([ʁãˈpi]) v. tr. “rendre un espace disponible, plein d’une substance quelconque, remplir” ind. pr. 3pers. sg. [ʁã’piː] III 17. ― À aj. à FEW 4, 592a implere ; empr. à fr. remplir.

([ʁavjiɧkuˈla]) v. tr. “revenir à la vie, ranimer” (1) part. passé [ʁavjiɧkuˈlaː] III, 12 ; (2) ind. imp. 3pers. sg. [ʁavjiɧkuˈlava] III, 18. — FEW 10, 363a reviviscere.

[ˈʁɛjdə] adv. “brusquement, raide” III, 7. — FEW 10, 402b rigidus.

[ʁɔkəˈfɔʁ] s. m. par méton. “fromage à pâte pressée et persillée fait de lait de brebis et ensemencé d’une moisissure spéciale (produit à Roquefort-sur-Soulzon, Aveyron), Roquefort” III, 1, 15. — FEW 10, 473a Roquefort.

[ˈʁɔʒaː] n. pr. de pers. “(prénom de femme), Rose” [en fonction de sujet] [ˈʁɔʒᵃ] III, 2, 9 ; [en fonction de vocatif] [ˈʁɔʒɐː] III, 19. — Empr. à fr. Rose.

[ˈsaːj] s. m. “tête de l’homme, visage” III, 13. — À aj. à FEW 2, 316b capsus (où l’on ramènera blim. tsai, mal classé FEW 2, 334a caput).

[saˈɧiː] s. m. “domicile personnel, chez soi” III, 9. — À aj. à FEW 2, 450b casa.

([ʃaˈbĭ]) v. tr. “avoir présent à l’esprit (un objet de pensée qu’on identifie et qu’on tient pour réel), savoir” (1) ind. pr. 2pers. sg. [ˈʃabi] I, 6 ; (2) ind. pr. 2pers. sg. [ˈɧabi] II, 7. — FEW 11, 194a sapere ; ALAL 977 (Le Chastang [ʃaˈbɛ]).

[ʃiˈɡyːʁ] adj. ds [bjɛ̃ ʃiˈɡyːʁ] loc. adv. “certes, bien sûr” I, 4. ― FEW 11, 389a securus (seulement Tulle sĭgur).

([ˈʃɪ̃tʁə]]) v. intr. “dégager une odeur, sentir” (1) inf. ds [ʃɪ̃tʁə ˈbu] loc. verb. “avoir une odeur agréable” III, 13 ; (2) subj. pr. 3pers. sg. [ˈʃɪ̃tɐ] III, 15. — FEW 11, 467b sentire.

[ʃjɛjɧãtaːˈduz] adj. num. card. “six fois dix, plus douze, soixante- douze” III, 3. — FEW 11, 557a sexaginta .

[teleˈfunaː] v. pr. “se parler par téléphone, téléphoner” inf. II, 7. — À aj. à FEW 13/1, 163b tele ; empr. à fr. téléphoner.

([ˈʧiʁaː]) v. tr. “ôter, tirer” impér. [ˈʧiʁə] III, 19. — FEW 6/1, 413a martyrium.

[ˈtʁiçtə] adj. “qui est dans un état de tristesse, triste” II, 2. — FEW 13/2, 302a tristis.

[ˈtu] adj. indéf. m. pl. (1) “ la totalité (ou le plus grand nombre), tous” I, 8. (2) pron. neutre ds [ˈk ɛj paɧ ˈtu] loc. phrast. “il reste encore qch, ce n’est pas tout” II 5. — (1) à aj. à FEW 13/2, 124a totus. (2) à aj. à FEW 13/2, 124b totus.

[tu d ɪ̃ ˈko] loc. adv. “soudainement, tout d’un coup” III, 6. — FEW 2, 867b colaphus,

([tuʁˈna]) v. semi-auxil. + inf. “(exprime la répétition du procès décrit par le verbe à l’infinitif), accomplir (une action) de nouveau” ind. pr. 1re pers. sg. (devant voyelle) [ˈtɔʁn] III, 19. — FEW 13/2, 49a tornare ; Ronjat 1930-1941, 3, 558 ; ALAL 542 (Le Chastang [ˈtɔrnɔ]).

[ˈtũ] adj. poss. m. 2pers. sg. “qui est à toi, ton” III, 19. À aj. à FEW 13/2 452a tuus.

([tũˈba]) v. intr. “être entraîné à terre en perdant son assiette, tomber” ind. pr. 3pers. sg. [ˈtõbɐ] III, 7. — FEW 13/2, 403a tumb-.

[ˈũbʁɐ] s. f. ds [a l ˈũmbʁᵄ dᵉ] loc. prép. “sous la protection de” III, 5 — À aj. à FEW 14, 21b umbra ; tour littéraire emprunté à frm. à l’ombre de.

([viˈnji]) v. semi-auxil. + [de] + inf. “(exprime la situation dans le passé récent du procès décrit par le verbe à l’infinitif), venir de” ind. pr. 3pers. sɡ. [ˈve] II, 4. — À aj. à FEW 14, 241ab venire ; Ronjat 1930-1941, 3, 204.

([vuˈli]) v. tr. “consentir à la volonté d’un autre, vouloir” ind. pr. 1re pers. sg. [ˈvɔlə] I, 9. — À aj. à FEW 14, 216b velle.

[ˈvjɛʁ] adj.existence ancienne d’un bâtiment” III, 5. — À aj. à FEW 14, 360b vetulus.

[ˈvjɛu̯] s. m. “homme d’un âge avancé, vieux” III, 3. — À aj. à FEW 14, 360b vetulus.

[vʲiˈʒiː] s. m. “personne qui habite le plus près, voisin” I, 8. — FEW 14, 414b vicinus ; ALAL 1172 (Le Chastang [viˈʒi]).

[vjiˈnaːɡʁə] s. m. “liquide provenant d’une solution alcoolisée modifié par la fermentation acétique, vinaigre” III, 14. — À aj. à FEW 14, 481a vinum (seulement lim. vinagre) ; ALAL = THESOC 2114 (Le Chastang [viˈnaɡʀi]).

([vjiʁuˈnaː]) v. intr. “faire de petits mouvements circulaires” ind. pr. 3pers. sg. [vjiˈʁunɐ] III, 17. — À aj. à FEW 14, 388a vibrare.

([ˈvjiu̯ʁə]) v. intr. + [de] “se procurer les moyens de vivre par” ind. imp. 3e pers. pl. [viˈvjiu̯] III, 5. — FEW 14, 578a vivere.

[zaˈmaj] adv. “en nul temps, à aucun moment, jamais” III, 4. — À aj. à FEW 5, 26b jam (seulement Cantal jiomaï, Mauriac dzamai) ; ALAL 153 (Le Chastang [zaˈmɛi̯ ]).

[zɪ̃ˈdaːʁmə] s. m. “militaire appartenant à un corps spécialement chargé du maintien de l’ordre à la campagne, gendarme” III, 15. — À aj. à FEW 4, 108a gens (seulement Ytrac z̆ i n d a r m o) ; ALAL 1159 (Le Chastang [zĩ ˈdaʀmɔ]) ; empr. à français gendarme.

[ˈzu :ʁ] (1) s. m. “espace de temps entre le lever et le coucher du soleil, jour” II 1 ; (2) [l au̯ˈtʁɪ ˈzuʁ] loc. adv. “un des derniers jours” III, 6. ― À aj. à FEW 3, 102b diurnum ; la locution est à aj. à FEW 24, 354b alter (sans attestation occitane moderne ou contemporaine) ; ALAL 155 (Le Chastang [ˈzuʀ]).

Haut de page

Notes

1 Depuis sa retraite, en 1992, André Lagarde vit à Sainte-Fortunade, berceau de sa famille mais où il n’avait jamais résidé auparavant. C’est grâce à son voisin et ami Jean Vieillefond, l’un de nos informateurs, qu’il s’intéresse au patois local qu’il comprend bien mais parle peu. Il devient alors amoureux de cette langue et l’idée de créer une graphie locale s’impose à lui, afin de conserver une trace substantielle du patois de Saine-Fortunade.

2 Claude Chabrerie est né en 1967. Il a passé son enfance et son adolescence dans un village et une famille paysanne. Ses parents, sa grand-mère, les voisins ne lui parlaient que français mais, entre eux, ils parlaient très souvent en occitan de Corrèze (Corrèze). Il a très vite appris cette langue à leur contact. Il est professeur agrégé d’histoire depuis 1990 et enseigne l’histoire et la géographie au collège Clémenceau de Tulle depuis 1997. Il enseigne également l’occitan au collège de Seilhac (Corrèze) depuis 2014 et au collège Clémenceau depuis 2015.

3 « Gallicisme : collega serait plus correct ». Note du transcripteur.

4 « Erreur de prononciation : esvanesit ». Note du transcripteur.

5 « esvanesir ». Note du transcripteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucette Ludier-Soleilhavoup, « Trois Histoires drôles en occitan du bas Limousin (Sainte-Fortunade, Corrèze) : édition philologique et glossaire », Revue des langues romanes, Tome CXXI N°2 | 2017, 661-682.

Référence électronique

Lucette Ludier-Soleilhavoup, « Trois Histoires drôles en occitan du bas Limousin (Sainte-Fortunade, Corrèze) : édition philologique et glossaire », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXI N°2 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/477 ; DOI : 10.4000/rlr.477

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals