Navigation – Plan du site
Critique

Jean-François Courouau (dir.), La Langue partagée. Écrits et paroles d’oc 1700-1789

Genève, Droz, coll. « Bibliothèque des Lumières », 2015, 553 p.
Bénédicte Louvat-Molozay
p. 683-686
Référence(s) :

Jean-François Courouau (dir.), La Langue partagée. Écrits et paroles d’oc 1700-1789. Genève, Droz, coll. « Bibliothèque des Lumières », 2015, 553 p.

Texte intégral

1Pris en tenailles entre le « baroque occitan » d’une part, la naissance du félibrige et la « renaissance » de la littérature occitane de l’autre, la production occitane du xviiie siècle avait jusqu’à présent suscité peu de travaux, à tout le moins de synthèses. Outre le livre, ancien, de Jean-Baptiste Noulet (1877), il n’existait guère qu’une brève étude d’Andrée-Paule Lafont (1953). C’est donc peu de dire que cet ouvrage comble un manque, d’autant qu’il est aujourd’hui complété par un ensemble d’articles (« Aspects du xviiie siècle occitan », Revue des langues romanes, 2015, T. 119-2) et une anthologie (Le Rococo d’Oc. Une anthologie poétique (1690-1789), Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2017), tous deux réunis par Jean-François Courouau. Il le comble de manière d’autant plus remarquable qu’il se donne pour ambition de cartographier l’ensemble des « écrits et paroles » composés en occitan et qui portent sur l’occitan, au cours d’une période qui commence en 1700 et s’achève en 1789 (avec un appendice consacrée à la période révolutionnaire), même si l’exhaustivité est, en la matière, un idéal impossible à atteindre. Au regard de la bibliographie, et notamment du recensement des manuscrits répertoriés par lieux de conservation, on peut penser que l’objectif est quasiment atteint. Cette ambition quantitative s’accompagne d’un refus de distribuer des bons points et d’évaluer la qualité littéraire, encore moins la « valeur » des textes examinés. Ainsi les deux œuvres les mieux connues du siècle, Daphnis et Alcimadure de Mondonville et l’Histoira de Jean l’an pres de Jean-Baptiste Fabre jouissent-elles d’un statut à peine plus privilégié que les autres, pièces manuscrites ou imprimées, avec ou le plus souvent sans nom d’auteur, de longueur et de facture extraordinairement variables : la perspective adoptée est très régulièrement une approche sociale des auteurs, destinataires et usages de ces textes que leurs auteurs ont choisi d’écrire en occitan, alors que la pénétration du français est considérable sur l’ensemble du territoire géographique — et au-delà même des frontières nationales — et dans la quasi-totalité des couches sociales.

2L’introduction s’ouvre, précisément, sur une synthèse conduite avec beaucoup de prudence, relative aux pratiques et représentations de l’occitan dans le contexte de bilinguisme et de diglossie propre au dernier siècle de l’Ancien Régime. En s’appuyant sur différents documents, parmi lesquels les réponses que les correspondants de l’abbé Grégoire lui renvoyèrent en 1790, Jean-François Courouau montre que l’on ne saurait opposer de manière binaire des élites urbaines exclusivement francophones et des locuteurs occitanophones appartenant exclusivement au monde rural et aux strates les plus basses de la population. Au terme de l’enquête qui nourrit les sept chapitres de l’ouvrage, la conclusion pose quant à elle la question, délicate autant que passionnante, du statut des textes collectés et présentés : forment-ils, tout d’abord, un ensemble homogène, sur le plan diachronique autant que géographique ? Relèvent-ils, ensuite, de la littérature et si oui, de quelle manière et selon quelles conditions ? En termes diachroniques, la production est « plus dense dans la seconde moitié du siècle que dans la première », avec une accélération dans les années 1770-1780 (p. 462) ; en termes géographiques, la « structuration par foyers » « continue à prévaloir » (p. 463), avec deux grands ensembles relativement autonomes de part et d’autre du Rhône, la Provence et le Languedoc, les centres de production et de diffusion de la littérature occitane étant presque exclusivement urbains. Par ailleurs, si l’on peut bien parler de « littérature occitane », ce n’est pas en tant qu’institution mais comme une « production culturelle » qui « assure sa permanence sur la base de ses propres structures empiriques, auctoriales et économiques » (p. 471).

3Entre ces riches développements d’ouverture et de clôture, sept chapitres particulièrement érudits, rédigés par différents collaborateurs, permettent d’ordonner la matière recensée, mettant au jour des découvertes et faisant place, localement, à des réhabilitations. La première concerne la poésie, genre longtemps considéré comme le parent pauvre de la littérature du xviiie siècle, en occitan autant qu’en français. Jean-François Courouau montre que le xviiie siècle est « un grand siècle de poésie », qui se caractérise par la multiplicité de ses types et sous-genres autant que de ses auteurs, leur recrutement social étant particulièrement large. Ce développement de la poésie ne signifie pas disparition ou absence de la prose, contrairement à une idée reçue elle aussi, et justifiée jusqu’à présent non seulement par la faible proportion de textes occitans rédigés en prose (les choix formels et linguistiques en matière de paratextes sont à cet égard instructifs, puisque l’alternative semble être entre prose française et vers occitans) mais par le prestige moindre attaché à la prose. Jean-François Courouau présente des exemples de prose administrative ou religieuse ainsi que les essais de prose narrative, isolant bien sûr la pépite que constitue l’Histoire de Jean l’an près de l’abbé Fabre. Philippe Gardy se livre à un recensement très précis des textes dramatiques disponibles et distingue, de manière particulièrement convaincante, le « théâtre d’occasions » (qu’il s’agisse des productions carnavalesques, des formes théâtrales inscrites dans un cadre religieux ou des œuvres de circonstance) des pièces qui s’inscrivent dans un projet littéraire ambitieux, isolant la figure et l’œuvre de Jean de Cabanes. Deux chapitres complémentaires sont consacrés aux textes destinés à être mis en musique : d’une part ces « éclats de voix » que sont les « cantiques, noëls et chansons » (Xavier Bach et Pierre-Joan Bernard), d’autre part les livrets d’œuvres relevant de l’art lyrique (Jean-Christophe Maillard). Le nombre des premiers est extrêmement élevé, et difficile à arrêter dans la mesure où la chanson est un art particulièrement volatile ; le chant apparaît, à l’issue de ce chapitre, comme le support d’un usage régulier, probablement quotidien même, de la langue occitane, dans tous les milieux socio-professionnels. Avec le livret de Daphnis et Alcimadure, l’occitan entre à la Cour et le succès de cet opéra de Mondonville rejaillit sur la production occitane dans son ensemble, à laquelle il donne une nouvelle vitalité en même temps qu’une forme de légitimité. Enfin La Langue partagée fait place à un chapitre passionnant consacré au développement tout à fait nouveau des dictionnaires et des grammaires, en l’occurrence plus de cinquante ouvrages composés ou édités pour la première fois au xviiie siècle. Après avoir classé et décrit ces différents textes, David Fabié s’interroge sur l’ambition qui préside à ces entreprises lexicographiques, ambitions variées et parfois même contradictoires : bon nombre des ouvrages sont des dictionnaires bilingues occitan-français qui ont pour objectif de diffuser la langue française et de corriger les occitanophones ; mais la dimension encyclopédique de certains, autant que l’attention aux variantes dialectales permet de penser que les « "patois" sont alors perçus comme des conservatoires linguistiques » (p. 392), qu’il faut recueillir et noter, avant qu’ils ne disparaissent, puisque telle est la destinée que leur réserve l’abbé Grégoire et une partie au moins de la Révolution.

4On peut, sans trop de risques, pronostiquer que La Langue partagée s’imposera bien vite — si ce n’est déjà fait — comme un ouvrage majeur consacré à une période fort mal connue de l’histoire de la littérature occitane, dont elle fait découvrir des pans entiers et qu’elle réhabilite au sein d’une histoire plus large, celle de la vie culturelle et des usages linguistiques qui la régissent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Louvat-Molozay, « Jean-François Courouau (dir.), La Langue partagée. Écrits et paroles d’oc 1700-1789 », Revue des langues romanes, Tome CXXI N°2 | 2017, 683-686.

Référence électronique

Bénédicte Louvat-Molozay, « Jean-François Courouau (dir.), La Langue partagée. Écrits et paroles d’oc 1700-1789 », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXI N°2 | 2017, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/480

Haut de page

Auteur

Bénédicte Louvat-Molozay

Université de Toulouse — Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals