Navigation – Plan du site
Le corps au Moyen Âge : anthropologie, histoire, littérature
Fondements anthropologiques de la corporéité médiévale

L’humain (et l’institution) comme paradoxe

Le corporel et le spirituel dans l’Occident médiéval
Jérôme Baschet
p. 53-86

Résumé

On se concentre ici sur l’analyse des rapports entre l’âme et le corps, à la fois dans le domaine théologique et dans les images, pour montrer que les conceptions dominantes de la personne humaine au Moyen Âge sont duelles mais non dualistes. Même si opère une pesanteur dualiste, s’affirme plus nettement encore, notamment aux xiie et xiiie siècles, une dynamique anti-dualiste qui tend à articuler positivement le corps et l’âme. On fait l’hypothèse que cette dynamique est étroitement liée à l’affirmation de l’institution ecclésiale, dont la position dominante repose sur sa capacité à spiritualiser les réalités matérielles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

L’humain comme paradoxe
L’Église, institution du paradoxe

Aperçu du texte

Pour peu que l’on prenne en compte la logique des conceptions médiévales, il s’avère délicat de traiter du corps seul, sans considérer le rapport âme/corps qui est proprement constitutif de l’humain. Il serait donc regrettable de s’intéresser de manière séparée, soit à l’âme (en considérant surtout les énoncés théologiques), soit au corps (notamment dans la lignée d’une histoire des mentalités, des représentations ou des pratiques sociales). Au contraire, il convient de restituer la logique d’ensemble des conceptions médiévales de la personne humaine, ce qui suppose de placer au cœur de la réflexion les modalités d’articulation du spirituel et du corporel. Outre qu’elles se transforment au fil des siècles, celles-ci s’avèrent bien plus complexes qu’il n’y paraît et exigent encore un sérieux effort de compréhension et d’élaboration.

Mais une vue plus large encore est nécessaire. Comprendre comment l’Occident médiéval définit l’humain impose de saisir non seulement le rapport entre l’â...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Baschet, « L’humain (et l’institution) comme paradoxe », Revue des langues romanes, Tome CXXII N°1 | 2018, 53-86.

Référence électronique

Jérôme Baschet, « L’humain (et l’institution) comme paradoxe », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXII N°1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/553 ; DOI : 10.4000/rlr.553

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals