Navigation – Plan du site
Le corps au Moyen Âge : anthropologie, histoire, littérature
Dissimuler ou montrer ?

Corps visible, corps caché dans la poésie des troubadours

Michel Zink
p. 107-123

Résumé

La poésie des troubadours nous paraît souvent désincarnée. Le corps y cède la place soit au cœur soit à une personnification de l’amour qui nous paraît abstraite. Mais le cœur peut être de chair. Et l’amour, de genre féminin même au singulier dans l’ancienne langue, est souvent une désignation discrète de la femme aimée, qui lui est substituée comme référent du pronom personnel la. Réticences et prétéritions voilent moins le corps qu’ils n’excitent le désir dans une imagination fiévreuse de la nudité. Décrit avec gaillardise ou dissimulé avec effroi, le corps féminin, le corps aimé est gênant. Les troubadours ont parfois su dire cette gêne en ne la disant pas. L’audace de leur poésie est dans la timidité. « La plus belle qui jamais naquit nue », écrit Guilhem Adémar. Comment serait-elle née autrement que nue ? Mais comment l’imaginer nue autrement qu’à sa naissance ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Certains développements de cette conférence, dont j’ignorais qu’elle dût être publiée, ont été repris plus tard dans Zink (2013), en particulier 229 sq.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Aperçu du texte

Soyons honnêtes. La poésie des troubadours, qui ne cesse de nous émerveiller, ne cesse aussi de nous décevoir.

Nous l’abordons avec le sentiment exaltant qu’elle incarne plus que toute autre l’idée même de la poésie, ou pour mieux dire notre idée de la poésie, que son ancienneté conforte et légitime. Une adéquation naturelle entre les passions de l’âme et l’expérience immédiate du monde. L’union paradoxale du travail le plus minutieusement réflexif et du plus grand abandon. Cet autre paradoxe, ou plutôt cette contradiction fondatrice de toute poésie qu’est l’aveu public du secret intime. Le mélange de rugosité et de douceur, d’harmonie et de dissonance qui naît d’un usage inattendu des mots : prédilection pour les monosyllabes et les agglutinations de consonnes, remploi et détournement de mots techniques ou régionaux, substantivation des infinitifs pour plus de brièveté — bref, effort pour « donner un sens nouveau aux mots de la tribu ». Les effets analogues nés des rimes recherchées...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Zink, « Corps visible, corps caché dans la poésie des troubadours », Revue des langues romanes, Tome CXXII N°1 | 2018, 107-123.

Référence électronique

Michel Zink, « Corps visible, corps caché dans la poésie des troubadours », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXII N°1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/583 ; DOI : 10.4000/rlr.583

Haut de page

Auteur

Michel Zink

Professeur émérite au Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals