Navigation – Plan du site
Critique

Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues

Édition de David Fabié et Philippe Gardy. Classiques Garnier, 2017, 173 p.
Claire Torreilles
p. 237-239
Référence(s) :

Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues. Édition de David Fabié et Philippe Gardy. Classiques Garnier, 2017, 173 p.

Texte intégral

1Philippe Gardy avait déjà montré dans La leçon de Nérac (Presses universitaires de Bordeaux, 1998) la « fonction transactionnelle » du Dialogue des Nymphes de Salluste du Bartas dans la littérature occitane des xvie et xviie siècles, étudiant la marque de l’auteur de La Sepmaine et l’écho du discours de sa nymphe gasconne sur les vocations de poètes comme Gaillard, Ader, puis Godolin et Dastros. À la suite de Christian Anatole, il avait relevé les fortes parentés de structure entre le poème de Nérac et ceux de François de Rosset d’Uzès et d’Isaac Despuech de Montpellier.

2L’ouvrage publié chez Garnier propose une nouvelle édition de ces trois textes par Philippe Gardy et David Fabié, édition remarquable de rigueur et d’élégance qui permet la lecture comparée des poèmes guidée par une approche fine du contexte sociolinguistique, littéraire et biographique de chacun, avec des notes abondantes, une traduction, un glossaire, et une bibliographie commune.

3Les trois poèmes appartiennent au genre de « l’entrée », en faveur au xvie siècle et dont la critique actuelle a montré l’intérêt. Les pièces de vers composées pour saluer l’entrée dans une ville d’un grand personnage participent de tout un cérémonial de divertissements et de mises en scène. Du Bartas est le poète de la cour de Navarre chargé de saluer, le 15 décembre 1578, l’entrée dans Nérac de deux reines : Catherine de Médicis, reine de France et Marguerite de Valois, épouse d’Henri et reine de Navarre. François de Rosset accueille le duc d’Uzès, Emmanuel de Crussol, dans sa ville, en 1597, avec son Chant triomphal. Isaac Despuech, dit Le Sage, salue par un Dialogue des nimphes l’entrée solennelle dans Montpellier du nouveau gouverneur du Languedoc, Charles de Schomberg, duc d’Halluin, le 2 octobre 1633. Ces dialogues sont des saynètes jouées sur une estrade, par « trois jeunes et beaux garçons sans masques, dans de beaux vêtements féminins » dit Thomas Platter qui fut spectateur de la cérémonie d’Uzès, ou par « de jeunes enfants habillés en nymphes » à Montpellier.

4Le plurilinguisme est une des lois du genre. Du Bartas l’a fixé en domaine occitan en une confrontation des langues où la « langue du pays », a priori défavorisée, gagne finalement la partie. La nymphe gasconne l’emporte à Nérac sur la française et la latine, par sa fougue, son naturel, et l’ampleur de son éloge du pays :

Baise, enfle toun cous : commence-t’hé més grane
Que lou Rhin, que lou Po, que l’Ebre, que la Tane.

5Rosset suit de très près le modèle célèbre. Sa « nymphe dou Lenguadoc », après avoir raillé la rhétorique et le beau langage de ses rivales, célèbre les beautés de l’Uzège :

Auzon que vas sorten d’une double montaigne
Ensarrade de joncs, de sauzes et de saigne,
    Auzon que fas vira dous ou tres cens moulins
Enfle me tallomen ta veine bourbouillonne
Que lou Roze, lou Pau, lou Rhin & la Garonne
Aupres de ta grandou siegon de babouins.

6Despuech lui aussi s’inspire de Du Bartas, mais avec plus de distance. Quand il se saisit de l’occasion officielle de se faire entendre comme la voix occitane de sa ville, Montpellier reconnaît son poète à son style de discours à la fois précieux et burlesque, à son esprit provocateur. Sur les trois nymphes qu’il met en scène, deux sont occitanes, la « nimphe de Montpelier » et la « nimphe de Caravettos ». La troisième, la Française, n’a guère la parole. Le renversement des rôles linguistiques est radical et la nymphe de Montpellier ne joue pas seulement sur la proximité géographique pour réclamer l’honneur de parler au duc et de parler du duc, mais sur le droit et la raison : « Quito me donc lou lioc per drech & per raison ».

7Aucune rudesse, aucune rusticité appuyée dans la parole occitane, mais une souplesse goudelinienne dans l’art de changer de registre ou de jouer du double sens. Il y a dans ce discours de circonstance tout le métier de l’écrivain qui passe aisément de l’allusion politique ou religieuse à l’églogue. Après l’appel à la paix, l’éloge du pays est prononcé par la nymphe de Caravètes qui chante, en neuf sizains, les beautés du bois de Valène, ce « lieu montpelliérain par excellence que constitue la métairie de Caravètes » écrit Philippe Gardy :

Ellez y cassaran per vous
De lebres & de lebratous,
De cabrous, de bichos encaro,
De pors senglats, de marcassins,
De servis amai de lapins,
Ou be d’autro casso pus raro.

8On lit ces poèmes d’un genre ancien avec un plaisir qui ne relève pas seulement de l’érudition mais de la satisfaction intellectuelle et poétique que procure l’art de la variation. Reconnaître sous d’autres plumes les thèmes esquissés par Du Bartas, les voir courir en surface ou s’épanouir sous d’autres cieux, aller de l’un à l’autre, mesurer le degré d’opportunisme ou de conviction dans le choix fortement codé de la langue du pays et du peuple pour saluer le pouvoir politique, cela est rendu possible par la mise à disposition de ces trois textes placés ensemble sous un même subtil éclairage. Une belle idée éditoriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Torreilles, « Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues », Revue des langues romanes, Tome CXXII N°1 | 2018, 237-239.

Référence électronique

Claire Torreilles, « Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXII N°1 | 2018, mis en ligne le 26 juillet 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rlr/644

Haut de page

Auteur

Claire Torreilles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue des langues romanes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals