Navigation – Plan du site

Bastions, swing states, blue wall states: éléments pour comprendre l’élection présidentielle de 2016

Frédéric Robert

Résumés

Contrairement à certains États comme la Californie ou le Texas dans lesquels les Démocrates ou les Républicains ont l’habitude de remporter l’élection en termes de voix (le Golden State vote traditionnellement démocrate et le Lone Star State vote pour le GOP), les « Swing States » ou « Battleground States » balancent entre Républicains et Démocrates d’une élection à l’autre et décident très souvent du nouveau président. La Floride en 2000 ou l’Ohio en 2004 en sont des exemples caractéristiques. Quelques mois avant l’élection présidentielle du 8 novembre 2016, Hillary Clinton et Donald Trump ont mené une bataille féroce dans 11 États cruciaux, ceux de la Sunbelt et certains du « Blue Wall States », censés faire basculer l’élection du 45ème président des États-Unis. Quels étaient ces États ? Quelles sont leurs caractéristiques et ont-ils été déterminants lors de ce scrutin ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « 2002 : Une Crise de la démocratie électorale. Les enseignements de l’élection présidentielle », F (...)
  • 2 Dan Healy, « The 2015 UK Elections: Why 100% of the Polls Were Wrong », FTI Journal, May 2015, http (...)
  • 3 Léa Lejeune, « Brexit : Pourquoi les instituts de sondages se sont plantés », Challenges, 24 juin 2 (...)
  • 4 Il existe toutefois quelques exceptions. En 1948, Harry S. Truman remporta contre Thomas E. Dewey u (...)

1Quel que soit le pays concerné, lors de référendums ou d’échéances électorales importantes, les instituts de sondage sont très souvent sévèrement critiqués pour avoir publié, au fil des mois, des semaines, voire des jours qui précèdent le scrutin, des estimations n’ayant nullement reflété la réalité des urnes. En France, en 2002, aucun sondage, même les plus pessimistes, n’avait imaginé la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle1. En 2015, 100% des instituts britanniques se sont lourdement trompés pour dresser les contours de ce qu’allait finalement être le 56ème Parlement en mai de la même année2. L’exemple le plus récent et le plus flagrant est le Brexit, le 23 juin 2016. Comme le déclara le magazine Challenges dans son numéro du lendemain : « Brexit : Pourquoi les instituts de sondages se sont plantés », ces derniers n’avaient, en effet, pas prévu un tel résultat3. Les Américains considèrent également les estimations, les tendances et les sondages, avec beaucoup de circonspection, estimant que ces études sont trop souvent à la solde des candidats ou des partis et qu’elles ne reflètent pas fidèlement la réalité du terrain. Toutefois, il est à noter qu’à l’occasion d’élections présidentielles, ces instituts arrivent à déterminer avec une certaine précision les États où l’élection va se dessiner4, États qui selon eux, peuvent aussi bien basculer du côté démocrate que du côté républicain, d’où leur nom, « Swing States », contrairement à certains autres États comme la Californie ou le Texas qui, pour des raisons historiques, économiques, raciales, culturelles, voire conjoncturelles, sont promis à coup sûr à un parti plutôt qu’à l’autre. Pourquoi une élection qui implique 50 États se limite-t-elle donc au vote d’une petite dizaine d’entre eux ? (Schultz, Hunter, 2015). Pourquoi, d’une certaine manière, ces États décident-ils du sort de l’élection présidentielle ? En quoi contribuent-ils à un ancrage ou à un virage idéologique ? Trois éléments sont importants pour mieux comprendre les résultats du scrutin de novembre 2016 : le rôle des bastions sur l’échiquier politique américain, l’intérêt stratégique que jouent les Swing States et, compte tenu du fait que la Maison-Blanche était démocrate depuis 2008, l’intérêt croissant que nourrissaient les Républicains envers les « Blue Wall States ».

Les chasses gardées ou bastions

2Tous les quatre ans, les principaux instituts de sondage américains (Gallup, Harris, Ipsos, Nielsen, Pew, Rasmussen, pour ne citer que les plus connus) dressent la liste des États qui sont cruciaux pour remporter l’investiture suprême, dans un jeu mesuré de prédictions qui n’est pas dénué d’intérêts financiers dans la mesure où ces études sont rémunérées et qu’une partie de la population achètent la presse qui divulgue ces estimations. Avant d’aborder la question des Swing States à proprement parler, nous allons tout d’abord nous intéresser aux bastions, qu’ils soient démocrates ou républicains, États qui ne réservent aucune surprise au moment de la divulgation des résultats. David Schultz et Stacey Hunter Hecht l’expliquent dans Presidential Swing States: Why Only 10 Matter?  :

The main reason or reasons why 80% of the presidential contests are uncontested or predictable has to do with several factors. One is party identification. Party identification remains a powerful predictor of voting (…). In many states one party or another has sufficient dominance that it is unlikely to lose a presidential race. Second, in some states one party might be sufficiently well organized or better organized and mobilized than another and that gives it a competitive advantage. Third, the policy preferences of the state, or even its ideological orientations vis-à-vis the rest of the nation, may make it more liberal or conservative than the rest of the country as a whole, thereby pushing the presidential race or electorate more firmly in the direction of one party as opposed to another (Schultz, pp. x-xi).

  • 5 D’autres États auraient en effet pu être choisis pour illustrer cet aspect. Pour les Démocrates, l’ (...)

3Par souci de simplification, le choix se limite volontairement à deux États, la Californie, le Golden State, pour les Démocrates et le Texas, le Lone Star State, pour les Républicains, car ils sont représentatifs de ce phénomène de bastions5. Il s’agit d’États importants compte tenu du nombre de Grands Électeurs qu’ils offrent au vainqueur : 55 pour la Californie et 38 pour le Texas en 2016.

4La Californie a voté républicain de 1900 à 1908, démocrate en 1916, puis républicain de 1920 à 1928, démocrate à nouveau de 1932 à 1948, puis républicain de 1952 à 1960, démocrate en 1964, républicain de 1968 à 1988, puis démocrate depuis 19926. Le Golden State est donc véritablement devenu un bastion démocrate7. De 1900 à 2012, la Californie a choisi le vainqueur de l’élection dans près de 83% des cas. Cet État a voté démocrate au cours des six dernières élections présidentielles. Il peut donc être considéré comme un bastion démocrate fort. Deux mois avant les élections, les sondages ne démentaient pas cette tendance, la candidate démocrate se voyant attribuer une avance confortable de près de 20 points (51% contre 31,3%)8.

5Les raisons expliquant le passage d’un vote californien républicain à un vote démocrate au fil du temps sont assez diverses. Le New York Times du 8 octobre 2012 en cerne les principaux contours :

Southern California was Republican-leaning, largely because the defense industry was a major economic engine [...]. In the early 1990s, defense spending began to fall, and numerous military bases in California were closed. This helped spark an out-migration of mostly white, affluent and Republican-leaning residents, including many former defense-industry workers.

[...] The influx into California of Hispanics and Asians had an even larger effect. Between 1980 and 2000, California’s Hispanic and Asian communities each doubled as a share of the state’s population.

  • 9 Micah Cohen, « In California Growing Diversity First Made Its Mark », The New York Times, October 8 (...)

[...] Its main economic drivers were changing. Although agriculture remains a major industry, defense faded and Hollywood and Silicon Valley grew. California saw an influx of highly educated young professionals9.

6Le Texas est aux Républicains ce qu’est la Californie aux Démocrates : une chasse gardée10. L’État a tout d’abord été un bastion démocrate de 1848 à 1948, à l’exception de 1928, puis de 1932 à 1948. Il est passé sous contrôle républicain en 1952 et 1956 avant d’être conquis à nouveau par les Démocrates de 1960 à 1968. En 1972, il est redevenu républicain, puis démocrate en 1976. Depuis l’élection de Ronald Reagan en 1980, le Texas est devenu une place forte républicaine11. En septembre 2016, Donald Trump était donné largement gagnant avec une avance de près de 6 points par rapport à sa rivale démocrate (44% contre 38,3%)12.

  • 13 « How Texas Became a Red State », PBS, April 12, 2005.

7Quelles sont les principales raisons qui font du Texas un État républicain ? Il s’agit d’un ancien État confédéré, zone tampon entre le Mexique et les États-Unis, confronté à de l’immigration clandestine, farouchement attaché à sa terre, à ses origines rurales, à ses traditions remontant à la période du Far West et profondément religieux, et par conséquent sensible au discours républicain très conservateur. En outre, l’influence de Karl Rove, ancien conseiller de George W. Bush, a grandement contribué à la popularité du Parti républicain au sein de la population texane et ce, dès la fin des années 1970, et à son repositionnement sur l’échiquier politique américain13.

  • 14 Il est également à noter que certains États qui offrent peu de Grands Électeurs (Alaska, Dakota du (...)

8Face à un tel constat, Trump était favori pour remporter le Texas et ses 38 Grands Électeurs. De même, Clinton savait pertinemment que, sauf accident majeur, la Californie et ses 55 Grands Électeurs allaient lui revenir. Dans un tel cas, pourquoi ces deux candidats devaient-ils consacrer du temps, de l’énergie et de l’argent à mener une campagne sur un terrain qui leur était promis ?14 Pour autant, cela ne signifie nullement qu’ils devaient négliger l’électorat californien et texan. Une telle stratégie serait contre-productive et pourrait avoir des conséquences fâcheuses en termes d’image et démobiliser les électeurs fidèles qui pourraient dès lors penser que leur vote ne changerait en rien les résultats et les inciterait, consciemment ou non, à ne pas se déplacer dans les bureaux de vote, ce qui explique les raisons pour lesquelles les équipes démocrates et républicaines occupaient ces bastions. Un tel investissement sur le terrain permettait de convertir les électeurs encore indécis à leur cause ou de conforter la position de leur champion. Cette présence dans ces États importants en termes de Grands Électeurs ne pouvait faire oublier aux stratèges démocrates et républicains que le combat était ailleurs.

La bataille des Swing States 

9Les Swing States sont également appelés « Battleground States »15, « Toss-Up States », « Key States » ou « Purple States »16. Très convoités par les prétendants à la Maison-Blanche, car une victoire dans ces États décide, de manière quasi inéluctable, de l’issue du scrutin, ces États, et la réalité qu’ils englobent, ne trouvent guère de traduction satisfaisante en français. De nombreux journalistes ou politologues se cantonnent à l’expression américaine, d’autres se risquent à diverses traductions plus ou moins heureuses : États clés, États indécis, États incertains, États disputés, États pivots ou États en balance. Compte tenu du fait que la réalité culturelle américaine ne peut se transposer à la réalité française, des périphrases apparaissent également pour en rendre la complexité lexicale : « les États où va se jouer l’élection présidentielle », « les États dont le vote sera déterminant dans la course à la Maison-Blanche », ou « les États qui peuvent faire basculer le vote et le résultat de l’élection » (Schultz and Hecht, p. xiv). La journaliste Meghann Cuniff en donna une définition qui prenait bien en compte tous ces éléments dans le Daily Emerald du 4 octobre 2004 : « (…) a state where political affiliations are not distinctly cemented—they can swing from one candidate to another »17. Le Dictionary of American Government and Politics définit le terme de manière plus académique:

  • 18 Duncan Watts, Edinburgh University Press, Edinburgh, Scotland, 2010. Voir également William G. Maye (...)

Swing states are states in which no single party dominates, resulting in intense competition for victory in presidential and other elections. States such as New Jersey are liable to switch from one party to another and therefore have a significant role in determining the outcome of contests. When those states have a large population, they carry sizeable weight in the Electoral College. They are therefore the focus of strong campaigning for parties and their candidates, with heavy financial and personal resources being devoted to them18.

  • 19 Pour plus d’informations sur l’élection présidentielle de 2000 en Floride, voir Jeffrey Toobin, Too (...)
  • 20 « 2000 Popular Vote Totals »,

10Lors de l’élection de 2000, les instituts de sondage avaient annoncé, à juste titre, que la Floride ferait basculer l’élection. Tel fut le cas avec la victoire pour le moins controversée de George W. Bush. Dans des conditions inédites qui avaient défrayé la chronique et secoué les institutions et la scène internationale pendant plusieurs semaines19, ce dernier fut crédité de 537 voix de plus qu’Al Gore dans le Sunshine State, ce qui lui permit d’empocher les 25 Grands Électeurs et de gagner ainsi l’élection de peu : 271 Grands Électeurs contre 266, en dépit d’un retard de plus de 540 000 « popular votes » au niveau national20. L’objectif est bien évidemment de ne pas remporter exclusivement des électeurs mais des États en raison du « Winner Takes All System ». En d’autres termes, la volonté institutionnelle est de rendre les États bien plus stratégiques que le vote populaire : il s’agit d’une partie de Scrabble politique où certaines cases (les États) comptent littéralement double ou triple.

11Quatre ans plus tard, les instituts de sondage furent unanimes pour annoncer que l’Ohio allait être l’État qui déciderait du sort de l’élection. Le président sortant Bush rafla cet État et ses 20 Grands Électeurs pour l’emporter finalement avec 286 Grands Électeurs contre 251 face au Démocrate John Kerry. L’Ohio avait bel et bien fait basculer l’élection. Les élections de Barack Obama ont moins laissé la place au suspense et à l’attente fébrile de la décision des Swing States : en 2008, le candidat démocrate l’a emporté avec 365 Grands Électeurs contre 173 à John McCain et en 2012, avec 332 Grands Électeurs contre 206 à Mitt Romney, Obama remportant au passage l’Ohio avec 51,5% des suffrages en 2008 et 50,7% en 2012.

  • 21 Alan Rappeport, Matt Flegenheimer, « With 100 Days to Go, Candidates Take Fight to Battleground Sta (...)

12Le contexte de 2016 semble quelque peu différent. D’après la plupart des spécialistes, 11 États pouvaient déterminer le sort de l’élection car tous pouvaient basculer, en théorie, aussi bien du côté démocrate que républicain21 :

Today, roughly two-thirds of the states are written off as the province of one party or the other before the first primary votes are even cast. The reason is simple: 33 states have voted for the same party in the past 5 presidential elections, and 40 of the 50 states have voted for the same party since 2000.

So which ones will really decide whether Hillary Clinton or Donald Trump becomes the next president?

  • 22 Charlie Mathesian, « What Are the Swing States in 2016? », Politico, June 15, 2016, http://www.poli (...)

POLITICO has identified 11 states where the 2016 election will be won and lost: Colorado (9), Florida (29), Iowa (6), Michigan (16), Nevada (6), New Hampshire (4), North Carolina (15), Ohio (18), Pennsylvania (20), Virginia (13) and Wisconsin (10)22.

13 Les états-majors démocrates et républicains étaient naturellement conscients de la situation et suivaient en temps réel l’évolution des sondages dans ces États sensibles, allant même jusqu’à affiner leurs analyses au niveau de certains comtés, voire de certaines petites villes. Ils dépêchaient régulièrement des équipes dont le but était de mobiliser encore plus leurs militants, de convaincre les électeurs indécis en effectuant du porte à porte, en distribuant des tracts ou en diffusant des spots publicitaires vantant les mérites de leur candidat ou en dénigrant leur adversaire. Quelques semaines avant le scrutin, les sondages poussèrent les candidats à multiplier leurs déplacements dans ces États et à augmenter leurs frais de campagne pour tenter d’inverser ou de conforter les intentions de vote. À titre d’exemple, du 15 juin au 16 août, Clinton et Trump ont tenu 13 meetings dans l’Ohio et 10 en Pennsylvanie, comme si les deux candidats avaient suivi le tempo imposé par le camp adverse par souci de mimétisme électoraliste. Dans le même laps de temps, les deux candidats ont fait campagne en Floride à 4 reprises.

14L’Ohio était un choix éminemment stratégique dans la mesure où il est considéré comme un « Bellwether State », un « État-baromètre », qui vote depuis 1896 systématiquement pour le candidat qui remporte l’élection, à l’exception des élections de 1944 et 196023. Ceci explique la célèbre formule attribuée à l’Ohio : « Where Ohio goes, so does the Nation »24. Henriët Hendriks et Bas van Doorn l’appellent d’ailleurs « The Battleground of Battlegrounds » (Schultz and Hecht, pp. 65-82). En 1992 et 1996, il choisit Clinton, en 2000 et 2004, Bush et en 2008 et 2012, Obama.

15De même, comme nous l’avons vu, la Floride avait joué un rôle déterminant en l’an 2000 et elle joua un rôle capital en novembre 2016 (Trump remporta cet État avec 49% des suffrages contre 47,9%), car avec 29 Grands Électeurs, elle représente à elle seule près de 11% des votes nécessaires pour remporter l’élection. Il est à noter que la Floride est historiquement « bleue » : elle a voté à 25 reprises pour un candidat démocrate entre 1852 et 2012 et 15 fois républicains, dont 11 fois depuis 1952 et ce, sur 16 élections. Les Républicains la remportèrent de 1952 à 1960, de 1968 à 1972, de 1980 à 1992 et en 2000 et 2004. Obama la gagna à deux reprises : 51% contre 48,2% en 2008 et 50% contre 49,1% en 201225. Une telle alternance explique les raisons pour lesquelles Sean D. Foreman la surnomme « État pourpre » (Schultz and Hecht, pp. 83-110).

  • 26 Soit à la date du 21 octobre 2016.

16Quelles sont donc les caractéristiques des Swing States de 2016 ? Qu’en disent les sondages actuels ?26

  • 27 Colorado (50,75% pour Bush et 42,39% pour Gore ; Floride (48,85% pour Bush et 48,84% pour Gore) ; N (...)
  • 28 Colorado (51,69% pour Bush et 47,02% pour Kerry ; Floride (52,10% pour Bush et 47,09% pour Kerry) ; (...)
  • 29 Colorado (53,66% pour Obama et 44,71% pour McCain ; Floride (50,91% pour Obama et 48,10% pour McCai (...)
  • 30 Nelson Polsby, « How Air Conditioning Created the Modern Republican Party », The Washington Post, J (...)

17Cinq de ces États appartiennent à la Sunbelt : le Colorado (qui appartient à la « New Sunbelt »), la Floride, le Nevada, la Caroline du Nord et la Virginie et représentent un total de 72 Grands Électeurs. Bien que ces cinq territoires soient géographiquement très éloignés les uns des autres, ils ont des caractéristiques communes. En effet, ils ont voté pour George W. Bush à deux reprises en 200027 et 200428 pour finalement passer du côté démocrate en soutenant Obama en 200829. Il est à noter qu’historiquement les États du Sud étaient démocrates. Le réalignement politique a débuté avec le déplacement vers la Sunbelt de foyers, généralement républicains et de la classe moyenne, jusqu’ici établis dans le Nord, grâce, même si cela peut paraître étonnant, à la démocratisation de la climatisation qui leur permettait de supporter les températures élevées. En d’autres termes, la climatisation contribua à l’essor du Parti républicain moderne !30 Il y eut également un désalignement des Démocrates sudistes, conservateurs, au profit des Républicains (plus connu sous le nom de « Southern Strategy »). Kevin P. Phillips alla d’ailleurs jusqu’à qualifier la Sunbelt de « Black Belt » à cette période-là dans son ouvrage intitulé The Emerging Republican Majority.

18La Caroline du Nord fut le seul État en 2012 à changer de camp préférant de peu Romney à Obama31. En outre, quatre de ces États connaissent une plus grande diversité raciale que l’ensemble du pays : la population dite « non blanche » (« nonwhite ») représente environ 23% d’Américains au niveau national en 2015 et ce pourcentage est dépassé dans tous ces États, à l’exception du Colorado (18,7% en 2010 et 12,5% en 2015)32. L’électorat hispanique est relativement important : il représentait 19% de la population du Nevada en 2012, contre 15% lors des précédentes élections présidentielles, 17% en Floride en 2012 contre 14% et 14% dans le Colorado contre 13% en 2008. En Caroline du Nord et en Virginie, l’électorat noir représente environ 20% de l’ensemble de l’électorat. À cela s’ajoute l’arrivée régulière d’électeurs blancs ayant fait des études universitaires, catégorie socio-professionnelle plus encline à voter pour le Parti démocrate. Environ trois semaines avant le scrutin, Clinton était donnée gagnante en Floride (47,8% contre 43,8%), en Virginie (46,8% contre 36%), en Caroline du Nord (47% contre 44,2%), dans le Colorado (46% contre 38%) et dans le Nevada (46,5% contre 41,8%)33. Il est à noter que la course était plus serrée dans deux de ces États (Floride et Caroline du Nord). Nous verrons plus tard que la vérité des urnes était bien différente de celle des sondages. Les résultats des élections de 2008 et de 2012 confortaient malgré tout ce sentiment : Obama avait obtenu 50,91% des voix en Floride en 2008 (soit 2,81% de plus que McCain) et 49,03% en 2012 (soit seulement 0,87% de plus que Romney) ; en Caroline du Nord, Obama avait obtenu 49,70% des voix en 2008 (soit 0,32% de plus que McCain) et 50,39% en 2012 (soit 2,04% de plus que Romney). Par conséquent, ces deux États portaient bien leur appellation de Swing States car ils pouvaient effectivement être déterminants en novembre 2016. De manière générale, les Swing States sont des États susceptibles de se réaligner à chaque fois en raison des candidats en présence, des programmes qu’ils défendent et de la situation nationale et internationale.

19Les 6 autres États (l’Iowa, le Michigan, le New Hampshire, l’Ohio, la Pennsylvanie et le Wisconsin) représentaient 74 Grands Électeurs. Nous reviendrons plus tard sur le cas du Michigan, de la Pennsylvanie et du Wisconsin, car ces 3 États sont à la limite entre Swing States et Blue Wall States. Deux semaines avant le scrutin, Trump était donné gagnant d’une courte tête dans l’Ohio (46,2% contre 45,8%) et plus nettement vainqueur dans l’Iowa (45% contre 41,7%), État historiquement républicain (républicain à 29 reprises sur 42 élections depuis 1848), mais qui avait voté démocrate 6 fois sur 7 au cours des dernières élections (sans interruption de 1988 à 2000, puis en 2008 et 2012 ; la seule exception étant 2004 avec une courte victoire de Bush sur Kerry 49,9% contre 49,3%).

20En plus de ces Swing States, il existe une autre catégorie intermédiaire d’États qui peuvent faire basculer l’élection : les « Blue Wall States ».

« The Blue Wall States » : entre Swing States et terrains de chasse républicain

21L’expression « Blue Wall States » fut lancée par Chris Ladd, républicain texan, créateur du blog « GOPLifer ». Il est à noter qu’il décida de quitter le Parti républicain suite à l’investiture de Trump. Ladd utilisa cette expression en 2014 pour qualifier les places fortes démocrates, la muraille bleue qui existe lors des scrutins présidentiels, États qu’il estime difficiles à reprendre par les Républicains34. Son expression fut ensuite employée le 17 novembre 2014 par Lawrence O’Donnell sur NBC, ce qui contribua à sa popularité35. Le Huffington Post en donna une définition dans son numéro du 4 août 2015 :

  • 36 Chris Weigant, « A Hard look at the Big Blue Wall ». Voir également Cliston Brown, « In 2016, GOP F (...)

The term is metaphorical. There is no big wall painted blue anywhere. It is a historical construct of the Electoral College, which is a fancy way of explaining that it’s a list or map of the states which are considered pretty much “in the bag” for Democrats in the upcoming election. The criteria for inclusion in the big blue wall is a consistent Democratic voting record. Every state in the big blue wall has voted for the Democratic candidate for president in each of the past six elections. A perfect record of Democratic voting, back to Bill Clinton’s first election, in other words36.

  • 37 Parallèlement à cela, il existe les « Red Wall States » : l’Alabama (9), l’Alaska (3), l’Arizona (1 (...)

22Ces États sont les suivants ; ils sont au nombre de 18 auxquels s’ajoute la capitale fédérale : la Californie (55), le Connecticut (7), le Delaware (3), Hawaï (4), l’Illinois (20), le Maine (4), le Maryland (10), le Massachusetts (11), le Michigan (16), le Minnesota (10), le New Jersey (14), New York (29), l’Oregon (7), la Pennsylvanie (20), Rhode Island (4), le Vermont (3), l’État du Washington (12), le Wisconsin (10), ainsi que Washington DC (3). Tous ces États ont voté pour les Démocrates sans interruption au moins depuis 199237. Tous représentaient 242 grands électeurs en novembre 2016.

23Les instituts de sondage avaient estimé, dès le mois de juin 2016, que 3 « Blue Wall States » (le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin) étaient susceptibles de basculer ; ils représentaient 46 Grands Électeurs. D’une certaine manière, ces États se situaient à la limite entre Swing States et bastions démocrates convoités par les Républicains et que les partisans de Clinton souhaitaient défendre et garder à tout prix pour garder la Maison-Blanche pour un troisième mandat démocrate consécutif.

24Le Michigan est historiquement un bastion républicain (il a voté pour le candidat républicain à 27 reprises sur 43 depuis 1836). Toutefois, une alternance s’est opérée au début des années 1930 : l’État a voté démocrate en 1932 et 1936, puis républicain en 1940, à nouveau démocrate en 1944, puis républicain à trois reprises (1948, 1952 et 1956), puis de nouveau démocrate en 1960, 1964 et 1968, pour changer à nouveau à l’occasion de cinq élections successives (1972, 1976, 1980, 1984 et 1988) pour basculer à nouveau dans le camp démocrate sans interruption depuis 1992, soit au cours des six dernières élections présidentielles. Compte tenu d’un vote régulièrement démocrate lors de plusieurs scrutins présidentiels et de pourcentages relativement peu tranchés depuis plusieurs années, les Républicains espéraient un basculement après 24 années de vote démocrate. Quant à la Pennsylvanie, elle a été confrontée à une situation quasi identique depuis 1912 : elle a choisi un candidat républicain à 12 reprises et un candidat démocrate à 13 reprises, cette alternance s’étant accélérée et systématisée depuis 1936. Depuis 1992, elle vote régulièrement démocrate et de manière assez nette : 54,7% contre 44,3% en 2008 et 52% contre 46,6% en 201238. La probabilité d’un basculement était par conséquent assez faible. Enfin, le Wisconsin est également un État pro-démocrate : il a choisi ce camp à 14 reprises sur 26 depuis 1912. On pourrait penser à un certain équilibre entre les deux partis, toutefois les écarts furent plus marqués lors des derniers scrutins en faveur des Démocrates : 56,2% contre 42,3% en 2008 et 52,8% contre 45,9% en 2012. Il est à noter que même si les scrutins de 2000 et 2004 ont vu une victoire démocrate, cette dernière était infime (respectivement 47,8% contre 47,6% et 49,7% contre 49,3%)39. Il s’agit donc d’un État que les Républicains espéraient faire basculer. De manière générale, l’état-major républicain estimait que compte tenu du fait que ces « Blue Wall States » avaient un pourcentage d’électeurs blancs supérieur à la moyenne nationale, cela pouvait annoncer une vague rouge dans la mesure où cet électorat était plus disposé à écouter attentivement le discours ultra-conservateur du candidat Trump et à y être réceptif. Mi-octobre, les projections des instituts de sondages donnaient Clinton vainqueur dans le Michigan (46,7% contre 35,3%), la Pennsylvanie (48,5% contre 41,8%) et le Wisconsin (45,4% contre 39%)40. Fin septembre, l’écart s’était déjà considérablement réduit dans ces États, le candidat républicain ayant repris en moyenne plus de 5 points à sa rivale démocrate. À titre d’exemple, d’après un sondage datant du mois d’août, Trump était en tête dans le Michigan (40% contre 39%), puis obtenait le même pourcentage que Clinton vers la mi-septembre (42% des intentions de vote), avant d’être distancé de 3 à 5 points. Les écarts se creusèrent considérablement à partir de fin septembre en raison des scandales qui éclaboussèrent le camp républicain41. La Pennsylvanie connut les mêmes tendances : courant juin, les deux candidats étaient à égalité (44%), puis Trump prit l’avantage fin juillet (43% contre 41%), tendance qui se confirma vers la fin septembre (45% contre 43%) avant que Clinton ne reprenne un avantage oscillant entre 1 et 5 points42. La situation fut quelque peu différente dans le Wisconsin, État dans lequel la candidate démocrate fut toujours donnée gagnante43.

8 novembre 2016 : coup de tonnerre et virage républicain

  • 44 Editorial Board, « Time to End the Electoral College », The New York Times, December 19, 2016, http (...)
  • 45 Voir l’article de Louis Nelson : « Trump Claims He Could Also Have Won the Popular Vote, If He Want (...)

25Une fois de plus, serait-on tenté de dire, les instituts de sondage se sont lourdement trompés. En effet, la Floride (29 Grands Électeurs) qu’ils avaient promise à Clinton vota pour Trump (49% contre 47,8%), la Caroline du Nord (15 Grands Électeurs) choisit également le candidat républicain (50,5% contre 46,8%) et les résultats de l’Iowa (6 Grands Électeurs) furent encore plus marqués sur le terrain que dans les sondages (Trump, longtemps crédité de 45%, en obtint finalement 51,7 contre 42,2%). L’état-baromètre qu’est l’Ohio remplit pleinement son rôle en apportant largement ses suffrages au camp républicain (51,8% contre 43,3%, soit 18 Grands Électeurs), et en envoyant de facto son candidat à la Maison-Blanche. En outre, le candidat républicain parvint à briser la muraille bleue et à ramener des États dans lesquels Clinton était très largement donnée favorite et ce, depuis bien longtemps, même à quelques jours de l’ouverture des bureaux de vote : Trump conquit en effet le Michigan d’une courte tête (47,6% contre 47,4%, soit une avance de 10 704 voix), suffisamment malgré tout pour lui octroyer les 16 Grands Électeurs, la Pennsylvanie et ses 20 Grands Électeurs (48,6% contre 47,9%, soit une avance de 44 292 voix) et le Wisconsin et ses 10 Grands Électeurs (47,8% contre 47, soit une différence de 22 748 voix). Ses victoires cruciales dans ces États éminemment stratégiques permirent donc à Donald Trump de récolter 306 Grands Électeurs contre 232 à Hillary Clinton. Maigre consolation : la candidate démocrate remporta la bataille des « popular votes » (48,5% contre 46,4%, soit 65,8 millions de voix contre 62,9), ce qui a conduit de nombreux journalistes et politologues à dire que le système des Grands Électeurs était peut-être à revoir44. Pour sa part, Trump déclara que les deux candidats connaissaient les règles du jeu du scrutin américain et qu’il leur appartenait de mener la campagne de leur choix, glissant au passage que si l’élection s’était jouée sur le terrain des « popular votes », il aurait mené une campagne dont la stratégie aurait été bien différente, sous-entendant que les Démocrates avaient mal cerné les enjeux de cette campagne45 :

  • 46 Philip Bump, « Why Did Trump Lose the Popular Vote? Because He Didn’t Care About It. And Because Th (...)

I would’ve won the popular vote if I was campaigning for the popular vote. I would’ve gone to California where I didn’t go at all. I would’ve gone to New York where I didn’t campaign at all. I would’ve gone to a couple of places that I didn’t go to. And I would’ve won that much easier than winning the electoral college. But as you know, the electoral college is all that matters. It doesn’t make any difference. So, I would’ve won very, very easily. But it’s a different form of winning. You would campaign much differently. You would have a totally different campaign46.

  • 47 Andrew Mercer, Claudia Deane, Kyley McGeeney, « Why 2016 Election Polls Missed their Mark », Pew Re (...)

26La surprise des résultats de novembre 2016 peut s’expliquer de différentes manières. Tout d’abord, les instituts de sondage ont mal appréhendé le mécontentement des Américains ainsi que l’attention et l’écho qu’ils trouvaient dans le discours populiste du candidat républicain. De plus, les méthodes employées pour sonder l’opinion publique se sont fortement diversifiées, ce qui a multiplié les possibilités d’erreurs dans les échantillons finalement retenus qui n’étaient pas forcément représentatifs de la population américaine dans son ensemble. Un autre élément très souvent invoqué est le fait que de nombreux citoyens ont eu des réticences à avouer qu’ils allaient voter pour Trump, d’où leur surnom « Shy Trumpers », préférant rester politiquement corrects pour se fondre dans la pensée dominante qui souhaitait voir la victoire de Clinton. En outre, les partisans de Trump, se rendant compte que les sondages leur étaient défavorables, ont peut-être décidé de voter massivement pour les faire mentir, contrairement aux Démocrates qui, estimant que la victoire était déjà acquise, se sont peut-être démobilisés le jour du scrutin47. Il n’en demeure pas moins que la Maison-Blanche est redevenue républicaine. Le retour de balancier a donc été brutal pour les Démocrates qui ont également vu leur muraille bleue se fissurer.

Haut de page

Bibliographie

Berenson, Tessa. « Clinton Surging Ahead of Trump in Battleground States, Polls Show » in Time, August 12, 2016 

Barrouquere, Brett. « How Texas Became a GOP Stronghold » in Chron.com, September 6, 2016

Brown, Cliston. « In 2016, GOP Faces Daunting Task of Breaching the ‘Blue Wall’ » in The Observer, October 9, 2015

Bump, Philip. « Why Did Trump Lose the Popular Vote? Because He Didn’t Care About It. And Because They Cheated » in The Washington Post, January 26, 2017

Cohen, Micah. « In California Growing Diversity First Made Its Mark » in The New York Times, October 8, 2012

Cuniff, Meghann. « Portrait of a Swing State » in Daily Emerald, October 4, 2004

Fondation Robert Schuman, Le Centre de recherches et d’études sur l’Europe. « 2002 : Une Crise de la démocratie électorale. Les enseignements de l’élection présidentielle »

Deutsch, Kevin. « Why Blue States Elect Red Governors » in Washington University Political Review, November 11, 2014

Editorial Board. « Time to End the Electoral College » in The New York Times, December 19, 2016

Fox, Lauren. « Why Texas Could Remain a Republican Stronghold for Another Generation » in The Atlantic, November 12, 2014

Hasen, Richard L. 2013. The Voting Wars: From Florida 2000 to the New Election Meltdown (New Haven : Yale University Press)

Healy, Dan. « The 2015 UK Elections: Why 100% of the Polls Were Wrong » in FTI Journal, May 2015

Ibbitson, John. « The Wall in Trump’s Way: It’s Blue, and It Favors Democrats » in The Globe and Mail, September 21, 2016

Jacobson, Louis. « Republicans Make Gains in Governors’ Races » in Governing, November 9, 2016

Kirk, Ashley, Scott, Patrick. « How Wrong Were the Polls in Predicting the US Election and Why Did They Fail to See Trump’s Win? » in The Telegraph, November 17, 2016

Ladd, Chris. « The Missing Story of the 2014 Election » in GOPLifer, November 10, 2014

Lejeune, Léa. « Brexit : Pourquoi les instituts de sondages se sont plantés » in Challenges, 24 juin 2016

Lohr, Steve, Singer, Natasha. « How Data Failed Us in Calling an Election » in The New York Times, November 10, 2016

Mathesian, Charlie. « What Are the Swing States in 2016? » in Politico, June 15, 2016

Mayer. The Swing Voter in American Politics in The Brookings Institution, Washington DC, 2008

Mercer, Andrew, Deane, Claudia, McGeeney, Kyley. « Why 2016 Election Polls Missed their Mark » in Pew Research Center, November 9, 2016

Morrissey (ed.). 2016. Going Red; The Two Million Voters Who Will Elect the Next President and How Conservatives Can Win Them (New York : Crown Forum)

NBC News.com. « The Last Word with Lawrence O’Donnell for Monday, November 17th, 2014 »

Nelson, Louis. « Trump Claims He Could Also Have Won the Popular Vote, If He Wanted To » in Politico, December 21, 2016

Ostermeier, Eric. « Why Ohio? The Numbers Don’t Lie (Bellwether States Revisited ») in Smart Politics, June 19, 2012

PBS. « How Texas Became a Red State », April 12, 2005

Phillips, Kevin P. 1969. The Emerging Republican Majority (New York : Arlington House)

Phillips, Amber. « Forget the Old Battleground Map—2016’s Is Brand New. And Republicans Aren’t Going to Like It » in The Washington Post, August 12, 2016

Polsby, Nelson. « How Air Conditioning Created the Modern Republican Party » in The Washington Post, January 19, 2010

Rappeport, Alan, Flegenheimer, Matt. « With 100 Days to Go, Candidates Take Fight to Battleground States » in The New York Times, July 29, 2016

Reuters. « Donald Trump Is Losing Key Swing States To Hillary Clinton » in Newsweek, August 24, 2016

Schultz, David, Hecht, Stacey Hunter. 2015. Presidential Swing States: Why Only 10 Matter? (Lexington Books: Lanham, Md.)

Schram, Martin. « Donald Trump May Topple ‘Blue Wall’ Before Building Border Wall » in The Kansas City Star, July 9, 2016

Sherman, Amy. « The Electoral College vs. The Popular Vote: Could States Do an End-Run Around the Current System » in Politifact, November 17, 2016

Subramaniam, Arjun. « What Factors Make California such a Democratic Stronghold? » in quora.com, March 31, 2013

Toobin, Jeffrey. 2002. Too Close to Call: The Thirty-Six Day Battle to Decide the 2000 Election (New York : Random House)

Watts, Duncan. 2010. Dictionary of American Government and Politics (Edinburgh University Press : Edinburgh, Scotland)

Weigant, Chris. « A Hard look at the Big Blue Wall » in Huffington Post, August 4, 2015

Wolf, Stephen. « Republicans Now Dominate State Government with 32 Legislatures and 33 Governors » in Dailykos, November 14, 2016

http://www.archives.gov, site consulté le 17 juin 2017.

https://www.census.gov, site consulté le 17 juin 2017.

http://www.realclearpolitics.com, site consulté le 17 juin 2017.

Haut de page

Notes

1 « 2002 : Une Crise de la démocratie électorale. Les enseignements de l’élection présidentielle », Fondation Robert Schuman, Le Centre de recherches et d’études sur l’Europe, http://www.robert-schuman.eu/fr/oee/0002-2002-une-crise-de-la-democratie-electorale-les-enseignements-de-l-election-presidentielle, site consulté le 1er septembre 2016.

2 Dan Healy, « The 2015 UK Elections: Why 100% of the Polls Were Wrong », FTI Journal, May 2015, http://www.ftijournal.com/article/the-2015-uk-elections-why-100-of-the-polls-were-wrong, site consulté le 1er septembre 2016.

3 Léa Lejeune, « Brexit : Pourquoi les instituts de sondages se sont plantés », Challenges, 24 juin 2016, http://www.challenges.fr/politique/20160624.CHA1084/brexit-pourquoi-les-instituts-de-sondages-se-sont-plantes.html, site consulté le 1er septembre 2016.

4 Il existe toutefois quelques exceptions. En 1948, Harry S. Truman remporta contre Thomas E. Dewey une élection qui aurait dû lui échapper. La célèbre photo du nouveau président, le sourire aux lèvres, qui tient une copie du Chicago Daily Tribune, paru le lendemain du scrutin, et dont le titre en première page est: « DEWEY DEFEATS TRUMAN », est des plus éloquentes. En 1960, le Démocrate John Fitzgerald Kennedy l’emporta de justesse contre l’ancien vice-président d’Eisenhower, Richard Nixon, ce qui constitua somme toute une surprise. En 1980, Ronald Reagan l’emporta facilement contre le président sortant, le Démocrate Jimmy Carter : 44 États tombèrent aux mains des Républicains (489 Grands Électeurs contre 49, soit une différence de près de 8,5 millions de suffrages). Toutefois, quelques jours avant le vote, la tendance était bien différente : Carter était crédité d’une avance oscillant entre 3 et 8 points au niveau national selon différents instituts de sondages, dont Gallup. Le débat télévisé du 28 octobre et les tensions en Iran changèrent radicalement la donne en faveur de l’ancien gouverneur de Californie.

5 D’autres États auraient en effet pu être choisis pour illustrer cet aspect. Pour les Démocrates, l’État de l’Illinois, « bleu » depuis 1992 sans interruption, l’État de New York, « bleu » lors de 11 élections présidentielles sur 13 depuis 1960 et en particulier, sans interruption depuis 1988, ou la Pennsylvanie, « bleue » également à 10 reprises sur 14 depuis 1960 et en particulier, sans interruption depuis 1992. Pour les Républicains, on pourrait citer l’Alabama, « rouge » à 11 reprises depuis 1960 et sans interruption depuis 1980, l’Arizona, « rouge » à 12 reprises depuis 1960, la seule exception étant l’élection de 1996, la Géorgie, républicaine depuis 1996 sans interruption ou l’Indiana, 17 fois favorable au candidat républicain depuis 1940, les deux exceptions étant les élections de 1964 et de 2008.

6 « California Voting History », http://www.270towin.com/states/California, site consulté le 2 septembre 2016.

7 Arjun Subramaniam, « What Factors Make California such a Democratic Stronghold? », quora.com, March 31, 2013, https://www.quora.com/What-factors-make-California-such-a-democratic-stronghold, site consulté le 15 octobre 2016.

8 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/ca/california_trump_vs_clinton-5849.html, site consulté le 1er septembre 2016. Il est toutefois à noter que les élections des gouverneurs ne suivent pas toujours cette tendance. À titre d’exemple, la Californie fut dirigée par un gouverneur républicain, Arnold Schwarzenegger, de 2003 à 2011, alors qu’elle offrit ses suffrages au candidat démocrate lors des présidentielles de 2004 et de 2008. Le choix des électeurs est parfois différent lors de ces scrutins pour le poste de gouverneur dans la mesure où la personnalité et le programme politique du candidat l’emportent souvent sur l’appartenance politique initiale des votants. En outre, pour des raisons stratégiques évidentes, les candidats présentés, qu’ils soient républicains ou démocrates, s’efforcent de nuancer leurs programmes afin que ces derniers attirent un électorat plus large, dépassant leurs bases partisanes. Voir par exemple l’article de Kevin Deutsch : « Why Blue States Elect Red Governors », Washington University Political Review, November 11, 2014, http://www.wupr.org/2014/11/11/why-blue-states-elect-red-governors/, site consulté le 17 juin 2017. Lors des élections de gouverneur en novembre 2016 (12 États étaient en jeu), les Républicains remportèrent le Missouri, démocrate depuis 2008, le New Hampshire, démocrate depuis 2004 et le Vermont, fief généralement démocrate depuis les élections présidentielles de 1992. Les Démocrates qui comptaient 8 gouverneurs avant ce scrutin essuyèrent donc 3 défaites de candidats sortants ; ils purent toutefois s’enorgueillir de remporter la Caroline du Nord qui était républicaine. Voir l’article de Louis Jacobson « Republicans Make Gains in Governors’ Races », Governing, November 9, 2016, http://www.governing.com/topics/elections/gov-2016-governors-races-results.html, site consulté le 17 juin 2017.

Suite aux élections de gouverneurs de 2016, les Républicains comptent désormais 33 gouverneurs. Voir l’article de Stephen Wolf « Republicans Now Dominate State Government with 32 Legislatures and 33 Governors », Dailykos, November 14, 2016, http://www.dailykos.com/story/2016/11/14/1598918/-Republicans-now-dominate-state-government-with-32-legislatures-and-33-governors, site consulté le 16 juin 2017.

9 Micah Cohen, « In California Growing Diversity First Made Its Mark », The New York Times, October 8, 2012, http://fivethirtyeight.blogs.nytimes.com/2012/10/08/in-california-growing-diversity-first-made-its-mark/?_r=0, site consulté le 1er septembre 2016.

10 Brett Barrouquere, « How Texas Became a GOP Stronghold », September 6, 2016, http://www.chron.com/news/politics/article/Turning-Red-How-Texas-became-a-GOP-stronghold-9205271.php, site consulté le 15 octobre 2016. Voir également Lauren Fox, « Why Texas Could Remain a Republican Stronghold for Another Generation », The Atlantic, November 12, 2014, http://www.theatlantic.com/politics/archive/2014/11/why-texas-could-remain-a-republican-stronghold-for-another-generation/445773/, site consulté le 15 octobre 2016.

11 « Texas Voting History », http://www.270towin.com/states/Texas, site consulté le 1er septembre 2016. Il est à noter que Reagan quitta officiellement le Parti démocrate en 1962, même si dès 1952 il se mit à soutenir la candidature d’Eisenhower, puis celle de Nixon en 1960, craignant que Kennedy ne favorise le développement d’idées communistes dans le pays. Reagan sera élu gouverneur de Californie le 8 novembre 1966 sous l’étiquette républicaine. De même, Hillary Clinton état une « Goldwater Girl » en 1964 avant de devenir démocrate après l’assassinat de Martin Luther King Jr. le 4 avril 1968.

12 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/tx/texas_trump_vs_clinton-5694.html, site consulté le 1er septembre 2016.

13 « How Texas Became a Red State », PBS, April 12, 2005.

http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/shows/architect/texas/realignment.html, site consulté le 2 septembre 2016.

14 Il est également à noter que certains États qui offrent peu de Grands Électeurs (Alaska, Dakota du Nord, Dakota du Sud, Delaware, Montana, Vermont, Wyoming) sont parfois quelque peu laissés de côté pour des raisons purement comptables, leur gain ou leur perte affectant peu le résultat final. À titre d’exemple, la Californie et ses 55 Grands Électeurs représente plus de 20% des Grands Électeurs requis (270) pour remporter l’élection.

15 Champs de bataille.

16 Comme l’État n’est pas encore attribué, il est « violet », soit le mélange du rouge républicain et du bleu démocrate.

17 « Portrait of a Swing State », http://www.dailyemerald.com/2004/10/04/portrait-of-a-swing-state/, site consulté le 8 octobre 2016.

18 Duncan Watts, Edinburgh University Press, Edinburgh, Scotland, 2010. Voir également William G. Mayer, The Swing Voter in American Politics, The Brookings Institution, Washington DC, 2008.

19 Pour plus d’informations sur l’élection présidentielle de 2000 en Floride, voir Jeffrey Toobin, Too Close to Call: The Thirty-Six Day Battle to Decide the 2000 Election, New York, Random House, 2002 ou Richard L. Hasen, The Voting Wars: From Florida 2000 to the New Election Meltdown, New Haven, Yale University Press, 2013.

20 « 2000 Popular Vote Totals »,

http://www.archives.gov/federal-register/electoral-college/2000/popular_vote.html, site consulté le 2 septembre 2016.

21 Alan Rappeport, Matt Flegenheimer, « With 100 Days to Go, Candidates Take Fight to Battleground States », The New York Times, July 29, 2016, http://www.nytimes.com/2016/07/30/us/politics/democrats-campaign-hillary-clinton.html, site consulté le 2 septembre 2016 ; Amber Phillips, « Forget the Old Battleground Map—2016’s Is Brand New. And Republicans Aren’t Going to Like It », The Washington Post, August 12, 2016, https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2016/08/12/forget-the-old-battleground-map-2016s-is-brand-new-and-republicans-arent-going-to-like-it/, site consulté le 2 septembre 2016 ; Tessa Berenson, « Clinton Surging Ahead of Trump in Battleground States, Polls Show », Time, August 12, 2016 ; Reuters, « Donald Trump Is Losing Key Swing States To Hillary Clinton », Newsweek, August 24, 2016, http://europe.newsweek.com/clinton-trump-leads-swing-states-ohio-florida-virginia-polls-2016-election-493317?rm=eu, site consulté le 2 septembre 2016.

22 Charlie Mathesian, « What Are the Swing States in 2016? », Politico, June 15, 2016, http://www.politico.com/blogs/swing-states-2016-election/2016/06/what-are-the-swing-states-in-2016-list-224327?lo=ap_e1, site consulté le 2 septembre 2016. Le nombre entre parenthèses représente le nombre de Grands Électeurs, soit 146 au total.

23 Eric Ostermeier, « Why Ohio? The Numbers Don’t Lie (Bellwether States Revisited »), Smart Politics, June 19, 2012,

http://editions.lib.umn.edu/smartpolitics/2012/06/19/why-ohio-the-numbers-dont-lie/, site consulté le 2 septembre 2016.

24 http://www.georgetowner.com/articles/2016/sep/08/all-about-politics-ohio-goes-so-goes-nation/, site consulté le 15 octobre 2016.

25 « Florida Voting History », http://www.270towin.com/states/Florida, site consulté le 21 octobre 2016.

26 Soit à la date du 21 octobre 2016.

27 Colorado (50,75% pour Bush et 42,39% pour Gore ; Floride (48,85% pour Bush et 48,84% pour Gore) ; Nevada (49,52% pour Bush et 45,98% pour Gore) ; Caroline du Nord (56,03% pour Bush et 43,20% pour Gore) ; Virginie (52,47% pour Bush et 44,44% pour Gore).

Voir http://uselectionatlas.org/RESULTS/national.php?year=2000, site consulté le 2 septembre 2016.

28 Colorado (51,69% pour Bush et 47,02% pour Kerry ; Floride (52,10% pour Bush et 47,09% pour Kerry) ; Nevada (50,47% pour Bush et 47,88% pour Kerry) ; Caroline du Nord (56,02% pour Bush et 43,58% pour Kerry) ; Virginie (53,68% pour Bush et 45,48% pour Gore).

Voir http://uselectionatlas.org/RESULTS/national.php?year=2004, site consulté le 2 septembre 2016.

29 Colorado (53,66% pour Obama et 44,71% pour McCain ; Floride (50,91% pour Obama et 48,10% pour McCain) ; Nevada (55,15% pour Obama et 42,65% pour McCain) ; Caroline du Nord (49,70% pour Obama et 49,38% pour McCain) ; Virginie (52,63% pour Obama et 46,33% pour McCain).

Voir http://uselectionatlas.org/RESULTS/national.php?year=2008, site consulté le 2 septembre 2016.

30 Nelson Polsby, « How Air Conditioning Created the Modern Republican Party », The Washington Post, January 19, 2010, http://voices.washingtonpost.com/ezra-klein/2010/01/how_air_conditioning_created_t.html, site consulté le 15 octobre 2016.

31 50,39% pour Romney contre 48,35% à Obama.

Voir http://uselectionatlas.org/RESULTS/national.php?year=2012, site consulté le 2 septembre 2016.

32 En 2015, 25% en Floride ; 24,3% dans le Nevada ; 28,8% en Caroline du Nord et 31,4% en Virginie. Source : US Census Bureau, 2015.

33 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president, site consulté le 19 octobre 2016.

34 « The Missing Story of the 2014 Election », Chris Ladd, GOPLifer, November 10, 2014, http://blog.chron.com/goplifer/2014/11/the-missing-story-of-the-2014-election/, site consulté le 14 octobre 2016.

35 « The Last Word with Lawrence O’Donnell for Monday, November 17th, 2014 », http://www.nbcnews.com/id/56449232/, site consulté le 14 octobre 2016.

36 Chris Weigant, « A Hard look at the Big Blue Wall ». Voir également Cliston Brown, « In 2016, GOP Faces Daunting Task of Breaching the ‘Blue Wall’ », The Observer, October 9, 2015, http://observer.com/2015/09/in-2016-gop-faces-daunting-task-of-breaching-the-blue-wall/, site consulté le 19 octobre 2016, John Ibbitson, « The Wall in Trump’s Way: It’s Blue, and It Favours Democrats », The Globe and Mail, September 21, 2016, http://www.theglobeandmail.com/opinion/the-wall-in-trumps-way-its-blue-and-it-always-votes-democrat/article31988032/, site consulté le 18 octobre 2016. Voir aussi Martin Schram, « Donald Trump May Topple ‘Blue Wall’ Before Building Border Wall, The Kansas City Star, July 9, 2016, http://www.kansascity.com/opinion/opn-columns-blogs/syndicated-columnists/article88694077.html, site consulté le 19 octobre 2016.

37 Parallèlement à cela, il existe les « Red Wall States » : l’Alabama (9), l’Alaska (3), l’Arizona (11), la Caroline du Nord (15), la Caroline du Sud (9), le Dakota du Nord (3), le Dakota du Sud (9), la Géorgie (16), l’Idaho (4), l’Indiana (11), le Kansas (6), le Montana (3), le Mississippi (6), le Nebraska (5), l’Oklahoma (7), le Texas (38), l’Utah (6) et le Wyoming (3). Ils représentent 164 grands électeurs. Voir Ed Morrissey, Going Red; The Two Million Voters Who Will Elect the Next President and How Conservatives Can Win Them, Crown Forum, New York, 2016.

38 « Pennsylvania Voting History », http://www.270towin.com/states/Pennsylvania, site consulté le 2 septembre 2016.

39 « Wisconsin Voting History », http://www.270towin.com/states/Wisconsin, site consulté le 2 septembre 2016.

40 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president, site consulté le 19 octobre 2016.

41 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/mi/michigan_trump_vs_clinton-5533.html#polls, site consulté le 19 octobre 2016.

42 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/pa/pennsylvania_trump_vs_clinton-5633.html#polls, site consulté le 19 octobre 2016.

43 http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/wi/wisconsin_trump_vs_clinton-5659.html#polls, site conulté le 19 octobre 2016.

44 Editorial Board, « Time to End the Electoral College », The New York Times, December 19, 2016, https://www.nytimes.com/2016/12/19/opinion/time-to-end-the-electoral-college.html?_r=0, site consulté le 17 juin 2017. Voir également Amy Sherman, « The Electoral College vs. The Popular Vote: Could States Do an End-Run Around the Current System », Politifact, November 17, 2016, http://www.politifact.com/florida/article/2016/nov/17/electoral-college-vs-popular-vote-could-states-a/, site consulté le 17 juin 2017.

45 Voir l’article de Louis Nelson : « Trump Claims He Could Also Have Won the Popular Vote, If He Wanted To », Politico, December 21, 2016, http://www.politico.com/story/2016/12/trump-electoral-college-win-tweets-232879, site consulté le 17 juin 2017.

46 Philip Bump, « Why Did Trump Lose the Popular Vote? Because He Didn’t Care About It. And Because They Cheated », The Washington Post, January 26, 2017, https://www.washingtonpost.com/news/politics/wp/2017/01/26/why-did-trump-lose-the-popular-vote-because-he-didnt-care-about-it-and-because-they-cheated/?utm_term=.ac00d32e70fd, site consulté le 17 juin 2017.

47 Andrew Mercer, Claudia Deane, Kyley McGeeney, « Why 2016 Election Polls Missed their Mark », Pew Research Center, November 9, 2016, http://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/11/09/why-2016-election-polls-missed-their-mark/, site consulté le 17 juin 2017. Voir également Steve Lohr, Natasha Singer, « How Data Failed Us in Calling an Election », The New York Times, November 10, 2016, https://www.nytimes.com/2016/11/10/technology/the-data-said-clinton-would-win-why-you-shouldnt-have-believed-it.html, site consulté le 17 juin 2017 ; Ashley Kirk, Patrick Scott, « How Wrong Were the Polls in Predicting the US Election and Why Did They Fail to See Trump’s Win? », The Telegraph, November 17, 2016, http://www.telegraph.co.uk/news/2016/11/09/how-wrong-were-the-polls-in-predicting-the-us-election/,

site consulté le 17 juin 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Robert, « Bastions, swing states, blue wall states: éléments pour comprendre l’élection présidentielle de 2016 », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rrca/817

Haut de page

Auteur

Frédéric Robert

Université Jean Moulin-Lyon III

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals