Navigation – Plan du site
2- Enjeux

La fiscalité selon Donald Trump et Bernie Sanders dans la campagne présidentielle américaine de 2016 : le face-à-face manqué ?

Christian Leblond

Résumés

L'écart entre le programme de Bernie Sanders et celui de Donald Trump dans la campagne présidentielle de 2016 aux États-Unis, peut se mesurer concrètement --au-delà de la rhétorique-- en opposant les projets de réforme fiscale des candidats. Cet article examine dans quelle mesure la fiscalité de Sanders contraste avec celle de Trump, mérite le qualificatif de social-démocrate et aurait pu offrir à l'électeur américain un véritable choix de société.

Haut de page

Texte intégral

1La campagne présidentielle aura été riche en rebondissements et en affrontements, et le public se souviendra des passes d'armes entre Bernie Sanders et Hillary Clinton, puis entre la candidate démocrate et Donald Trump. Mais la victoire de Hillary Clinton dans les primaires démocrates qui a fait sortir Bernie Sanders de la course à la présidentielle nous a peut-être privés du duel le plus pertinent de l'élection présidentielle américaine. En définitive, la personnalité clivante de Hillary Clinton n'a pas suffisamment mobilisé le camp démocrate pour transformer l'avance donnée par les électeurs en une victoire chez les grands électeurs. Le combat indécis se solde par l'élection du challenger Donald Trump contre la candidate du « système » qui était donnée favorite dans les medias et sur laquelle les milieux d'affaires avaient misé massivement. Pourtant, quelques semaines avant la victoire de Trump, le Parti Républicain, paniqué par des sondages d'opinion catastrophiques, songeait même à lui retirer l'investiture. Au-delà de la violence des échanges, c'est l'extrême volatilité de la cote des candidats –surtout dans la dernière ligne droite– qui devrait retenir notre attention et fournir l'amorce de notre analyse. Pour une fraction décisive de l'électorat, la rudesse des coups échangés n'est pas apparue comme la manifestation d'une différentiation idéologique et programmatique radicale, mais plus probablement comme un jeu de positionnement devant les caméras dans lequel le talk-show host Donald Trump a fait preuve d'une aisance et d'un aplomb indéniable malgré l'expérience et la combativité de son adversaire.

2Souvent plus conforme aux canons de la télé-réalité qu'à ceux de la communication politique classique, cette campagne n'a peut-être pas convaincu l'électorat américain que les options de Trump en matière de protectionnisme, d'isolationnisme voire de repli allaient plus loin qu'une posture. Ne pouvant imposer leur différence par des projets, les candidats semblent avoir misé sur des styles très contrastés ; d'un côté le bateleur politiquement incorrect, de l'autre l'expérience, les appuis influents et le bon ton. De manière assez prévisible, le style le plus percutant, le plus novateur et le plus transgressif a remporté les suffrages

3Si les Américains avaient souhaité choisir entre deux visions politiques et deux programmes économiques, c'est un débat entre Bernie Sanders et Donald Trump qui aurait été à la hauteur des exigences de la démocratie américaine. La victoire prévisible de Trump sur Sanders dans un tel affrontement n'aurait certes pas ouvert un futur différent, mais elle aurait au moins signifié assez clairement un choix de société – et le vote aurait été politique au sens plein du terme.

4Par-delà les postures et la rhétorique qui font partie intégrante du jeu politique et qui consistent à séduire l'électorat par une stratégie de communication, la fiscalité constitue un indicateur objectif et en partie quantifiable des choix de société. Le sujet est tellement aride qu'il est rarement sur le devant de la scène – mais il réserve des perspectives intéressantes et quelquefois surprenantes.

5Cet article entend se concentrer sur les projets de réforme –ou de non-réforme— du code des impôts chez Trump et Sanders, et en particulier sur certaines niches fiscales qui ont un impact déterminant sur les inégalités croissantes qui caractérisent les États-Unis depuis des décennies.

Qui veut euthanasier les rentiers ?

6Keynes prétendait non sans humour défendre ce moyen radical d'en finir avec la rente. Ni Sanders, ni bien sûr Trump n'envisageaient une telle méthode, mais un observateur politique qui aurait de la mémoire, ou du moins des archives bien tenues, pourrait surprendre le lecteur. Par exemple en lui proposant d'identifier l'homme politique qui inscrit à son programme des solutions d'une grande radicalité. Pour combler le déficit fédéral il suggère de lever un impôt exceptionnel non reconductible sur les sociétés et les personnes physiques dont le patrimoine s'élève à 10 millions de dollars ou plus : ''A 14.25 percent levy on such net worth would raise $5.7 trillion and wipe out the debt in one fell swoop'' (Langley et McKinnon).

7Cette mesure cible très précisément ceux que l'on a pris l'habitude d'appeler les ''super-riches'', c'est-à-dire le centile le plus fortuné de la population américaine : ''By my calculations, 1 percent of Americans, who control 90 percent of the wealth in this country, would be affected by my plan'' (ibid.)

8Et la contrepartie envisagée est de nature redistributive :  ''The other 99 percent of the people would get deep reductions in their federal income taxes'' (ibid.)

9Remarquons que l'auteur de ces propositions se démarque –au moins par le style– des politiciens de Washington D.C. dont il égratigne au passage la duplicité et les manipulations : ''The plan I am proposing today does not involve smoke and mirrors, phony numbers, financial gimmicks, or the usual economic chicanery you usually find in Disneyland-on-the-Potomac''.

10L'auteur de ces propositions se décerne un brevet de courage et d'originalité : ''It is a win-win for the American people, an idea no conventional politician would have the guts to put forward'' (ibid.)

11Enfin, dernier indice, ce candidat fait passer l'intérêt de la nation avant ses intérêts personnels, mais on devine facilement qu'il n'est pas dans la misère : ''Personally this plan would cost me hundreds of millions of dollars, but in all honesty, it's worth it'' (ibid.)

12Ces déclarations sont de Donald Trump, le 9 novembre 1999, au moment où il briguait l'investiture du Reform Party (Hirschkorn). Le positionnement d'outsider expert en questions fiscales, le style incisif et la haute idée de soi-même sont reconnaissables. En revanche, en dix-sept années, l'abnégation fiscale de Donald Trump n'est plus aussi ardente. Et la réforme des impôts proposée en 2016 n'est plus du tout redistributive (Haughton) mais pénalise lourdement les Américains moyens (Batchelder), surtout les familles avec enfants (Elliot). Gageons qu'un débat entre le candidat républicain et un adversaire démocrate suffisamment radical pour le mettre face à ses contradictions n'aurait pas manqué de piquant. Ironie de l'histoire, cette proposition est maintenant défendue par le milliardaire démocrate Warren Buffet, soutien indéfectible d'Hillary Clinton. Celui-ci explique qu'il entend être imposé au même taux que sa secrétaire (voir les commentaires dubitatifs de Paul Roderick Gregory) –façon détournée d'admettre que les super-riches échappent largement à l'impôt contrairement aux classes moyennes.

Deux candidats anti-establishment ?

13A priori, Donald Trump représente les intérêts des milieux d'affaires dont il est lui-même issu. La fortune colossale de Trump s'est construite dans l'immobilier, et lui a ensuite permis de jouer au play-boy milliardaire dans la télé-réalité, en faisant régulièrement la une des magazines. Incarnation de la réussite matérielle décomplexée, Trump se pose en homme d'affaires avisé et riche, donc désintéressé, qui incarne la relève d'une classe politique corrompue et impuissante. L'expertise managériale sert de caution à son programme de relance de l'économie et des emplois américains qui permet de faire l'impasse sur la redistribution du pouvoir d'achat par la fiscalité. Quand Sanders recourt aux recettes de l'économie sociale de marché, Trump se rallie à l'idée montante du protectionnisme (voir l'argumentaire de Grove rédigé en 2010), contre la ligne libre-échangiste traditionnelle de la droite libérale américaine représentée par le Cato Institute (Grisworld décrit le consensus représentatif des années 2000). Pour reprendre le bon mot d'Edward McCaffery, Tax et Trade sont ainsi substituables dans le discours du candidat républicain.

14Bien que célèbre, Trump n'a jamais détenu de mandat électif. Ce handicap face à Hillary Clinton, qui est une politique chevronnée, se transforme en atout dans une démarche de renouvellement de la classe politique. Le personnage fascine y compris l'homme de la rue par son franc-parler iconoclaste qui contraste avec le langage formaté, politiquement correct, des élites politiques, intellectuelles et médiatiques.

15Loin des séductions du populisme, Bernie Sanders est perçu comme un homme de gauche, voire un socialiste dont le bureau est orné d'un portrait du marxiste Eugene V. Debs (Sunkara). Ce démocrate du Vermont, blanchi sous le harnais n'est pas sans rappeler le leader travailliste Jeremy Corbyn. C'est lui aussi un candidat anti-establishment qui milite pour le renouvellement de la vie politique en mettant l'accent sur les inégalités à l'instar de mouvements tels que Podemos ou Occupy Wall Street.

16Comme Trump, Bernie Sanders n'hésite pas à bousculer les codes. Le 10 décembre 2010 il bat un record en matière d'obstruction parlementaire en prononçant au Congrès un discours de plus de huit heures qui tenait de l'exploit physique. Toutefois contrairement à Trump, ses diatribes ne sont pas dirigées contre la classe politique mais contre les milliardaires et les grandes entreprises : « Special tax breaks and loopholes in a corrupt tax code enable billionaires and powerful corporations to avoid paying their fair share of taxes while sticking the burden on the middle class » (Zornick) - formule utilisée à Dearborn Michigan et reprise très fréquemment).

17Dès qu'il en a l'occasion, Donald Trump dénonce de manière lapidaire tous les éléments de l'État-Providence, tout particulièrement la réforme du système de santé sous Obama :

« Obamacare is a disaster […] we have to repeal it » (Second débat, 27 minutes 46 secondes)

18Au contraire, le candidat à l'investiture démocrate détaille avec précision ses propositions sur les sites web (sites bernie.sanders.com ou ontheissue.org) : éducation supérieure gratuite, Medicare pour tous et dépenses d'infrastructure d'inspiration keynésienne –pour ne citer que les mesures qui auraient une incidence financière et donc fiscale majeure.

Illustration 1 Bernie Sanders platform

19Bernie Sanders utilise un raisonnement qui n'a rien de révolutionnaire puisqu'il prône un retour au statu quo ante. Sur son site, malicieusement appelé Feel the Bern, il est rappelé dans la rubrique sur l'égalité que le taux d'imposition pour la tranche la plus élevée était de plus de 90% entre 1944 et 1964, y compris sous le président Eisenhower, puis de 70% jusqu'aux années Reagan (voir graphique). Son analyse montre qu'il s'est opéré un transfert des classes moyennes vers les riches qui ont ainsi pu constituer la classe des super-riches. Sanders demande que cette dérive soit stoppée, et qu'un nouveau barème d'imposition rétablisse la justice fiscale qui avait cours dans le passé. Au sens le plus littéral, Sanders est don rétrograde, et s’il a flirté avec les idéologies plus radicales dans sa jeunesse, force est de constater qu’il est un candidat présidentiel très mesuré en 2015-2016.

Illustration 2 : Taux maximum d'imposition sur le revenu aux États Unis 1950-2015

20En fait, si l'on passe au crible les propositions des deux candidats, il existe un seul point d'accord incontestable : la dénonciation du libre-échange, qu'il soit pris comme un phénomène global, c'est-à -dire la mondialisation, ou régional, comme l'accord de libre-échange nord-américain, l’ALENA – négocié sous Bush père et ratifié laborieusement au début du mandat de Bill Clinton grâce aux Républicains. Si l'on cherche des comparaisons sur ce dossier, il est tentant de rapprocher Trump de Ross Perot. Cet homme d'affaires à la forte personnalité s'était violemment opposé à l'ALENA, mobilisant autour du thème du Giant Sucking Sound, le bruit produit par les emplois américains aspirés par les maquiladoras mexicaines. Perot, pourtant très conservateur, faisait alors cause commune avec les syndicats et l'extrême-gauche américaine menée par Noam Chomsky, dans une coalition jugée hétéroclite et sans lendemain mais qui préfigurait sans doute en partie la composition de l'électorat qui allait donner la victoire à Donald Trump.

Tax cuts for all ? Deux programmes fiscaux divergents

Illustration 3 Tax cuts for all, Medicare for all

21La lecture des programmes dans les grandes lignes permet d'avoir une idée des options fiscales divergentes de Donald Trump et de Bernie Sanders malgré la thématique commune des allègements fiscaux. Sanders entend certes alléger l'impôt de la classe moyenne mais alourdir la fiscalité du centile supérieur (voir sa proposition 8). Donald Trump, dans son grand discours sur les impôts le 8 août 2016 à Detroit –dans le rustbelt désindustrialisé et paupérisé– lance une fois de plus une promesse séduisante à un électorat ouvrier déçu par le Parti Démocrate : des allègements fiscaux pour tous. Dans un pays dont le récit national commence par une révolte fiscale qui tourne à la révolution politique, ce thème fait en général recette. Mais ces considérations générales ne suffisent pas à caractériser les solutions mises en avant par les deux candidats. Pour aller plus loin que les rumeurs et les promesses électorales, nous allons nous appuyer sur des tableaux comparatifs détaillés établis par Anthony Nitti (site Forbes).

22Ils présentent les taux marginaux d'imposition fédéraux pour un célibataire –le système du quotient familier aux habitants de l'hexagone ayant un modeste équivalent aux États-Unis. Dans le projet de Bernie Sanders, les tranches d'imposition passent de 7 (sous Obama) à 9, donc le barème est rendu plus progressif, mais le taux maximal est de 54%, donc très loin des 90% que ses adversaires l'avaient accusé de vouloir introduire. Notons que ce taux maximum ne frappe que les revenus annuels de plus de 10 millions de dollars, très au-dessus des revenus de la classe moyenne.

BERNIE SANDERS (source : Nitti)

Revenu (célibataire)

en dollars

Taux d'imposition
des revenus du travail

Taux d'imposition
sur les plus-values en capital

0 - 9 275

12,2 %

2,2 %

9 275 - 37 650

17,2 %

2,2 %

37 650 - 91 150

27,2 %

17,2 %

91 150 - 190 150

30,2 %

17,2 %

190 150 - 250 000

35,2 %

17,2 %

250 000 - 500 000

39,2 %

39,2 %

500 000 - 2 000 000

45,2 %

45,2 %

2 000 000 - 10 000 000

50,2 %

50,2 %

10 000 000 et plus

54,2 %

54,2 %

23La colonne de droite donne les taux d'imposition sur les plus-values mobilières. Notons que ces taux sont faibles dans les premières tranches, en tout cas bien en dessous du taux des revenus du travail avant de s'aligner sur ces derniers au-dessus de 250 000 dollars par an. On connaît l'argument qui consiste à défendre une faible imposition des revenus d'un petit capital en considérant qu'il est un produit de l'épargne du travailleur, et donc a déjà supporté une ponction fiscale sous la forme de revenu du travail. Loin du « matraquage fiscal », progressivité et modération caractérisent donc l'impôt sur le revenu des personnes physiques dans le plan Sanders, qui joue son rôle de champion des classes moyennes.

24Le projet de réforme fiscale de Donald Trump présente astucieusement des taux très bas partout, et une exonération totale pour les revenus salariés inférieurs à 25 000 dollars Annuels. Trump, en bon tacticien, sait qu'il ne peut pas se permettre de « désespérer Detroit » qui n'est plus depuis longtemps la capitale mondiale de l'automobile. Il est vrai qu'un col bleu américain qui se bornerait à comparer dans le haut du tableau les taux proposés par Sanders et par Trump, ou qui consulterait le calculateur en ligne du site Vox, ne verrait pas nécessairement son intérêt du côté démocrate. Pourtant, le plan Trump est d'inspiration libérale. Tout d'abord il est plus « plat » que le barème sous Obama avec 3 tranches (4 si on compte la tranche à taux zéro) au lieu de 7, sans aller jusqu’à la flat tax discutée dans les années Reagan. Ces chiffres sont ceux de la première mouture du plan Trump, tel qu’il est repris par le Wall Street Journal du 28 septembre 2015 (Langley). En se rapprochant de l’échéance, le candidat républicain fait quelques concessions à la progressivité et le taux maximum de 33% se rapproche du chiffre sous Obama qui est de 39,6% (Site Ballotpedia)

DONALD TRUMP plan n°1 (source : Nitti) et n°2 (site Ballotpedia)

Revenu (célibataire)

en dollars

Taux d'imposition
des revenus du travail

Taux d'imposition
sur les plus-values en capital

0 – 25 000

0 %

0 %

25 000 – 50 000

10 % (plan 2 : 12 %)

0 %

50 000 - 150 000

20 % (plan 2 : 25 %)

15 %

150 000 et plus

25 % (plan 2 : 33 %)

20 %

Impôt sur les sociétés : passe de 35% à 15%.

Impôt sur le patrimoine : suppression

25À moyen terme, du point de vue des grands équilibres, Anthony Nitti de Forbes calcule que sur une décennie le plan Sanders génère 13,6 milliards de dollars de recettes de plus par rapport à la fiscalité Obama, tandis que le plan Trump fait baisser ces recettes de 12 milliards de dollars. Au total, un peu plus de 25 milliards séparent les deux plans, mais quand on considère que le déficit fédéral cumulé s'élève à environ 500 milliards en 2016, l'impact apparaît presque négligeable.

26Pourtant, il serait faux d'en conclure que Sanders et Trump sont fiscalement équivalents. En effet, tous les chiffres analysés jusqu'ici concernent les revenus des personnes physiques. Si l'on examine la fiscalité des sociétés et plus encore la fiscalité non pas des revenus (les flux) mais des patrimoines (les stocks), deux modèles de société se dessinent nettement.

27Trump fait passer l'impôt sur les sociétés de 35%, valeur proche de la moyenne européenne, à 15%, taux qui confine au dumping fiscal. Pour Sanders, la pression fiscale sur les entreprises demeure largement inchangée mais une capitation de 84$ par employé est introduite pour financer des congés rémunérés pouvant aller jusqu'à 12 semaines. Cette proposition sera reprise dans le programme Clinton (site Bankrate) de même qu'une proposition pour alléger la fiscalité des plus-values en appliquant un taux dégressif sur les placements à long terme et donc pénaliser les « spéculateurs » mais pas les épargnants.

28Sur le front des patrimoines, Donald Trump propose de supprimer purement et simplement l'impôt sur la fortune ainsi que les droits de succession, mesure favorable aux grandes fortunes. Son colistier, Mike Pence, avait annoncé la couleur par une gestion très conservatrice pendant son mandat de gouverneur de l'Indiana en baissant l'impôt local sur les sociétés et le foncier des entreprises, et en abolissant les droits de succession. Mike Pence avait été distingué en 2014 dans le classement de gouverneurs par le Cato Institute qui lui décernait la quatrième place de son palmarès et la note A – tous les F revenant à des gouverneurs démocrates. Trump projette donc de transposer à l’échelon national un certain nombre d’expériences locales de libéralisation et de privatisation dont le bilan est éminemment contestable (voir Pouzoulet)

29De son côté, Sanders proposait d'abaisser le seuil d'exonération de 5,4 millions de dollars à 3,5 millions de dollars, patrimoine confortable, ce qui confirme le fait que Sanders se posait en défenseur de la classe moyenne américaine (voir site Feel the Bern, rubrique equality).

30Le débat sur la fiscalité aurait pu avoir lieu entre Trump et Hillary Clinton, mais force est de constater que la question fut assez rapidement évacuée.

Hillary Clinton contre le contribuable Trump

31Le 3 octobre 2016, Donald Trump déclarait « fixing the tax code is one of the main reasons I'm running for President » (Zornick). Si l'on regarde attentivement le deuxième débat présidentiel contre Hillary Clinton, on constate que c'est le contribuable Trump qui est attaqué avec virulence, mais pas vraiment les dispositifs fiscaux dont il a – en toute légalité – bénéficié. Sur la fiscalité, la passe d'armes entre Trump et Clinton est un modèle du genre. Le téléspectateur a compris que Trump refusait de publier sa déclaration de revenus (second débat 46:00), mais Hillary Clinton opère une diversion sur la politique étrangère. Elle reprend les accusations contre Vladimir Poutine et les services secrets russes qui auraient lancé des cyber-attaques pour déstabiliser le camp démocrate, dans le droit-fil des hackers de Wikileaks. Ce qu'elle sous-entend, c'est que Trump a partie liée avec la Russie à cause de ses investissements, ce qui serait flagrant sur sa feuille d'impôts. Trump tente d'esquiver l'accusation avant de lancer : « I pay hundreds of millions of dollars in taxes » (48:04). Mais il ne peut pas nier qu'il n'a pas payé d'impôt fédéral sur le revenu depuis 18 ans (51:20). Cet élément embarrassant est public depuis un article du New York Times, et Hillary Clinton ne parviendra pas à porter le coup de grâce qu'elle escomptait en le livrant au grand public. En effet, Donald Trump n'a pas fraudé, il a simplement utilisé toutes les ressources du code des impôts pour ne pas être imposable. Le débat aurait pu prendre un tour polémique et se concentrer sur les niches fiscales, mais la brèche va se refermer très rapidement, pour une raison bien simple : Trump a eu recours aux mêmes outils d'optimisation fiscale que les grands contributeurs démocrates. Il va donc se faire un malin plaisir de citer nommément Gorge Soros et Warren Buffet, pour contraindre Hillary Clinton au silence et pousser son avantage. Avec un sourire ambigu, il lance : « I understand the tax code better than anybody that has ever run for president » (second débat, 54:09) et conclut non sans forfanterie : « and it's very complex » (54:12). Les niches fiscales ont été évoquées, le terme carried interest a été cité du bout des lèvres par les deux candidats dans un rare moment de connivence, mais de manière presque subliminale. Pour la plupart des téléspectateurs, l'échange est passé inaperçu. L'incident est clos.

Grandes manœuvres sur les niches fiscales

32Le mécanisme utilisé par Trump et son équipe d'avocats fiscalistes se base sur une perte colossale de 916 millions de dollars dans un projet immobilier en 1995, et l'étalement sur plusieurs années de ce déficit antérieur vient en déduction des revenus du magnat de l'immobilier. Cette clause dite passive loss qui permet de déclarer une perte supérieure à l'investissement fait partie du code des impôts américains depuis Reagan en 1986. Mais cette disposition est couplée avec l'autre mécanisme mentionné par Hillary Clinton, connu sous le nom de carried interest provisions. La définition est complexe, mais le principe est simple :

Carried interest is a rule in the tax code that lets the managers of some types of private investment funds—hedge, private equity, venture capital, real estate and other types of vehicles—pay a lower rate than most individuals.

More specifically, the "general partner" who manages money on behalf of "limited partner" clients receives a share of profits from any investment gain on stocks, bonds, real estate or other securities held for more than a year. A hedge fund manager, for example, usually takes 20 percent of all gains on the fund's investments.

The tax code treats that income as a "long-term capital gain," which is taxed at a lower rate than ordinary income (currently maximums of 20 percent versus 39.6 percent). (CNBC)

33Une définition remarquablement claire en français existe sur le site du magazine Les Echos. Les dirigeants d'un fond d'investissement perçoivent typiquement 20 % de la plus-value annuelle, sous certaines conditions, à titre d'intéressement à la performance et donc, à ce titre, ils sont soumis à un taux préférentiel d'imposition car ils ne sont pas considérés comme des investisseurs mais comme des managers. Le taux qui leur est appliqué est celui des plus-values réalisées sur un placement à long terme, à savoir 20 %, qui est plus avantageux que le taux habituel de 39,6 %.

34Autrement dit, pour résumer, les carried interest provisions permettent à celui qui est reconnu comme general partner non seulement de ne pas être imposé comme un spéculateur mais bien moins qu'un salarié sur des revenus qui sont pourtant générés par un portefeuille mobilier. Nous renvoyons notre lecteur aux dernières lignes du tableau du plan Trump (seconde version) que nous reproduisons pour plus de clarté :

Taux d'impôt

sur le revenu

Taux d'impôt

sur les plus-values

12 %

0 %

25 %

15 %

33 %

20 %

35Les concessions de dernière minute par l'équipe Trump qui accepte d'augmenter le taux de l'impôt sur le revenu des personnes physiques sont peut-être dictées par le réalisme budgétaire. Mais on ne peut s'empêcher de penser que plus le taux d'imposition sur le revenu augmente, plus le mécanisme de carried interest est rentable. De plus, au niveau choisi pour l'imposition des plus-values dans le tableau ci-dessus, on comprend aisément pourquoi Trump, dans le débat contre Hillary Clinton, concède à mi-voix qu'il faut supprimer le carried interest. Même imposé au taux des plus-values, sa rémunération en tant que general partner de son fond de placement reste fiscalisé à 20%. Malgré un discours et un positionnement anti-establishment, Trump aborde le dossier de la réforme fiscale avec une grande subtilité qui lui permet de ne rien promettre qui soit préjudiciable aux classes les plus aisées dont il fait partie.

36Cependant, Trump n'a pas le monopole de l'expertise fiscale. Quand celui-ci propose de supprimer une niche fiscale sans impact négatif sur ceux qui en ont bénéficié, Sanders suggère uune modification d'apparence anodine des règles en vigueur. Il appelle à un alignement des taux de l'impôt sur le revenu et des plus-values mais cette modification technique change fondamentalement la donne. Nous reproduisons les dernières lignes du tableau présentant la réforme de Bernie Sanders :

Taux d'impôt

sur le revenu

Taux d'impôt

sur les plus-values

39,2 %

39,2 %

45,2 %

45,2 %

50,2 %

50,2 %

54,2 %

54,2 %

37A partir des tranches les plus hautes, les revenus du capital et du travail auraient été imposés à l'identique, et toutes les manœuvres pour choisir le meilleur régime fiscal auraient perdu leur intérêt. Très économe en moyens, le projet de Sanders aurait rétabli la justice fiscale sans supprimer les niches fiscales mais en les rendant inopérantes. Ainsi, sous des dehors anodins, cet ajustement des taux constituait une attaque frontale contre les privilèges fiscaux du centile supérieur. Plus précisément, le lecteur pourra se reporter à la description par George Zornick de quatre propositions de Sanders visant à réformer la fiscalité souvent dérogatoire du secteur de l'immobilier pour se convaincre que le candidat à l'investiture démocrate menaçait directement les intérêts de Donald Trump.

Conclusion : deux formes de radicalité ?

38Certains regretteront que le débat entre Sanders et Trump n'ait pas eu lieu, imaginant un affrontement spectaculaire entre un grand patron défenseur des super-riches et un révolutionnaire pourfendeur des privilégiés. Mais rien ne dit que le choc entre les candidats ''anti-Clinton'' donc ''anti-système'' aurait tenu ses promesses.

39Donald Trump est un personnage assez insaisissable car sa communication –au moins pendant la campagne– déconcertait aussi bien ses partisans que ses adversaires par ses outrances et ses contradictions. Dans une certaine mesure, son positionnement est radical car en se déclarant hostile au libre-échange, il se place en marge du monde des grandes entreprises transnationales qui profitent de la mondialisation. Une partie du succès du président américain repose sans doute en partie sur le fait qu'il est relativement crédible dans le rôle du bâtisseur de tours contre les financiers - ''these are guys that shift paper and get lucky''(Yates et Maxwell). Trump dit tout haut ce que pensent beaucoup d'Américains de base en affirmant que ''the hedge fund guys didn't build this country'' (ibid). Il est parfaitement conscient que la défense du verre et du béton contre l'économie-casino éveille dans l'opinion populaire des échos favorables, en lui permettant au passage de régler quelques comptes avec George Soros et Warren Buffet dont l'engagement dans la campagne démocrate est bien connue. Il semblerait que les rivalités personnelles entre milliardaires dotés d'un ego de bonnes dimensions et d'un narcissisme encombrant n'aient rien à envier en virulence à la lutte des classes.

40Cependant, malgré un discours apparemment imprévisible, fantasque et dicté par l'inspiration du moment, le candidat républicain ne dévie jamais d'une ligne fiscale qui correspond aux intérêts bien compris des milieux d'affaires. Par conséquent, Trump a joué avec talent la partition du candidat anti-système qui lui a permis de remporter une surprenante victoire électorale, mais sa radicalité nous semble toute relative.

41Face à lui, se posant en défenseur de la classe moyenne et pas du lumpen prolétariat, Sanders montre son visage modéré et réformiste en ne proposant pas un bouleversement du code des impôts mais un infléchissement bien calculé. Adepte du fine tuning fiscal, il manifeste un talent indéniable pour faire coïncider son exigence de justice sociale avec le réalisme d'un homme politique expérimenté qui a la sagesse de ne pas s'engager dans des combats incertains. Sur le front de la fiscalité, comme sur d'autres, Sanders possède en définitive un profil social-démocrate qui passerait pour assez conventionnel en Europe du Nord.

Haut de page

Bibliographie

'Bernie Sanders vs Donald Trump' on Inside Gov (Site : http://presidential-candidates.insidegov.com/compare/35-70/Bernie-Sanders-vs-Donald-Trump)

'CNBC explains carried interest' .2014. (Site de CNBC: http://www.cnbc.com/2014/03/04/cnbc-explains-carried-interest.html)

'Comparing 2016 presidential tax reforms' on Tax Foundation (http://taxfoundation.org/comparing-2016-presidential-tax-reform-proposals

'Definition carried interest' in Les Echos (Site : http://www.lesechos.fr/finance-marches/vernimmen/definition_carried-interest.html)

'Elections 2016' on Tax Policy Center (Site de TPC : http://election2016.taxpolicycenter.org/)

'Fiscal Report Card on America's Governors: 2014' on Cato Institute (site). 2014. (object.cato.org/sites/cato.org/files/pubs/pdf/fprc-on-americas-governors_1.pdf)

'Hillary Clinton vs Bernie Sanders' 2016 (Site de CNN : http://money.cnn.com/infographic/economy/hillary-clinton-vs-bernie-sanders/ )

'Politifacts Guide 2016 candidates tax plans' on Politifact (http://www.politifact.com/truth-o-meter/article/2016/apr/07/politifacts-guide-2016-candidates-tax-plans/)

'Presidential Candidates on Taxes' on Ballotpedia (https://ballotpedia.org/2016_presidential_candidates_on_taxes)

'Presidential candidates tax plans' on Bank Rate (http://www.bankrate.com/finance/politics/2016-presidential-candidates-tax-plans-1.aspx)

'Tax plan caculator' on Vox (http://www.vox.com/policy-and-politics/2016/3/25/11293258/tax-plan-calculator-2016)

(Site https://feelthebern.org/)

Batchelder, Lily L. 2016. 'Families Facing Tax Increases Under Trump's Latest Tax Plan' (SSRN 2842802)

Bernie Sanders.com (Site du candidat https://berniesanders.com/stream/ )

Conrath, Robert. 'The Guys Who Shoot to Thrill: Serial Killers and the American Popular Unconscious' in Revue Française d'Études Américaines, La culture de masse aux États-Unis, N°60, mai 1994, pp. 143-152

Easley, Jason. 2016. 'Bernie Sanders Drops The Hammer On Trump With New Bill To Close Tax Avoidance Loopholes' on PoliticsUSA, 4 octobre 2016 (http://www.politicususa.com/2016/10/04/bernie-sanders-drops-hammer-trump-bill-close-tax-avoidance-loopholes.html )

Elliott, Megan. 2016. 'Trump’s Childcare Plan: What It Means for Your Family Finances'

Gregory, Paul Roderick. 2012. 'Warren Buffett's Secretary Likely Makes Between $200,000 And $500,000/Year' in Forbes, 25 janvier 2012 (http://www.forbes.com/sites/paulroderickgregory/2012/01/25/warren-buffetts-secretary-likely-makes-between-200000-and-500000year/#f33864618b8a)

Griswold, Daniel T. 2003. Free-trade agreements: steppingstones to a more open world (Cato Institute)

Grove, Andy. 2010. 'How America can create jobs' (Site : madeusafdn.org)

Haughton, Jonathan, et al. 2016. 'The Distributional Effects of the Trump Tax Plan'

Hirschkorn, Phil. 'Trump proposes massive one-time tax on the rich' on CNN, 9 novembre 1999 (http://edition.cnn.com/ALLPOLITICS/stories/1999/11/09/trump.rich/index.html [

Langley, Monica, et McKinnon, John D. 'Trump Plan Cuts Taxes for Millions: Middle class, businesses get break, but overseas profits would face a one-time 10% levy' in The Wall Street Journal, 29 septembre 2015 (http://www.wsj.com/articles/trump-plan-cuts-taxes-for-millions-1443427200)

McCaffery, Edward J. 'It's Tax Not Trade (Stupid)' in USC CLASS Research Papers Series No. CLASS16-20 (2016) pp. 16-22.

McCloskey, Donald. 'Bourgeois virtue' in The American Scholar, 63.2 (1994) pp.177-191.

Moore, Stephen. 1991. State Spending Splurge: The Real Story behind the Fiscal Crisis in State Government (Cato Institute)

Nitti, Anthony. in Forbes, 7 fevrier 2016 (http://www.forbes.com/sites/anthonynitti/2016/02/07/what-would-be-at-stake-in-a-trump-v-sanders-election-how-about-24-trillion-in-tax-revenue/#1ccd22a54cd4)

On the Issue (site) <http://www.ontheissues.org/Bernie_Sanders.htm>

Pouzoulet, Catherine. 'Les classes moyennes et les effets pervers du conservatisme fiscal' in Revue Française d'Etudes Américaines, La classe moyenne écartelée, N°47, février 1991 .pp. 75-82.

Rubin, Richard. 'Clinton’s proposal would slow growth at first, with effect reversing over long haul : Donald Trump’s Tax Plan Would Boost Economy in Short Run but Not Long Term, Analysis Finds' in The Wall Street Journal, 17 oct 2016 (Site WSJ http://www.wsj.com/articles/donald-trumps-tax-plan-would-boost-economy-in-short-run-but-not-long-term-analysis-finds-1476726625)

Second débat Clinton Trump visionné sur <https://www.youtube.com/watch?v=FRlI2SQ0Ueg>

Shaviro, Daniel. 2016. 'The US Response to OECD-BEPS and the EU State Aid Cases' (SSRN 2791697)

Sunkara, Bhaskar. 'Un socialiste à l’assaut de la Maison Blanche' in Le Monde Diplomatique, janvier 2016, p.16

Yates, Eames, et Maxwell, Tani. 2016, 'Donald Trump: Hedge fund guys are getting away with murder' in Business Insider, 23 août 2015 (Site : http://uk.businessinsider.com/donald-trump-hedge-funds-2015-8)

Zornick, George. 'Bernie Sanders has a plan to fix the Trump-friendly tax code' in The Nation, 6 octobre 2016 (Site : https://www.thenation.com/article/bernie-sanders-has-a-plan-to-fix-the-trump-friendly-tax-code)

ILLUSTRATIONS

1- 'Bernie Sanders platform' (Site Mountaineers for Bernie Sanders : https://mountaineersforberniesanders.files.wordpress.com/2015/08/47c1119ff5
44bbf562678f9a7690050d.jpg)

2- 'Taux maximum d'imposition sur le revenu aux Etats Unis 1950-2015' (Site du Tax Policy Center : http://www.taxpolicycenter.org/sites/default/files/wp-content/uploads/2016/01/Bernie-top-tax-rate-1-19-16.png)

3- 'Tax cuts for all Medicare for all' ( Site Turner : http://i2.cdn.turner.com/money/dam/assets/160115103423-trump-sanders-debate-780x439.jpg)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Leblond, « La fiscalité selon Donald Trump et Bernie Sanders dans la campagne présidentielle américaine de 2016 : le face-à-face manqué ? », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rrca/930

Haut de page

Auteur

Christian Leblond

ILCEA4 (Institut des Langues et Cultures d'Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie) Université Grenoble-Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals