Navigation – Plan du site

Donald Trump et le vote évangélique

Mokhtar Ben Barka

Résumés

Parmi les événements les plus déconcertants de l’élection présidentielle de 2016, il y a le soutien apporté par les électeurs évangéliques blancs à Donald Trump. Leur ralliement au candidat républicain a pris les spécialistes par surprise. Nul ne comprenait comment les évangéliques puissent voter pour un candidat dont la personnalité et le discours sont diamétralement opposés aux valeurs chrétiennes. Le présent article a pour objectif d’expliquer les raisons du vote des évangéliques en faveur de Donald Trump.

Haut de page

Texte intégral

1 Après un demi-siècle de mutisme et de réticence à s’impliquer dans la vie publique, les protestants évangéliques nord-américains sont revenus en force sur la scène politique, en votant en 1976 pour l’un des leurs, le baptiste Jimmy Carter, ancien gouverneur de Géorgie. Déçus par sa politique qu’ils jugeaient laxiste, la plupart d’entre eux ont rallié, quatre ans plus tard, les rangs de la droite chrétienne pour apporter un soutien massif au candidat républicain Ronald Reagan. Depuis le début des années 1980, ces protestants conservateurs s’imposent comme une force incontournable avec laquelle les grandes formations politiques du pays doivent composer. Représentant un quart de l’électorat américain (Wilcox 2000, p. 19), ils constituent l’une des bases électorales les plus fidèles du Parti républicain, au point qu’il est aujourd’hui très difficile pour un candidat d’obtenir l’investiture républicaine sans leur soutien.

2 En 2000, les évangéliques ont soutenu l’ancien gouverneur du Texas, George W. Bush – un « chrétien né de nouveau » (born again Christian) conformément aux exigences de la foi évangélique –, dans lequel ils ont trouvé un garant de l’ordre moral et donc un allié fidèle et puissant. Suite à la double victoire de G. W. Bush aux élections de 2000 et 2004, dont ils étaient en partie les acteurs, les évangéliques ont acquis la visibilité et la crédibilité nécessaires pour se faire une place au cœur de l’échiquier politique, un statut qu’ils devaient à leur forte mobilisation et aux importants moyens financiers et technologiques dont ils disposaient.

3 Lors de l’élection présidentielle de 2016, les évangéliques nord-américains se sont distingués par le soutien apporté à Donald Trump, le candidat républicain, de mémoire récente, le moins religieux. Leur ralliement au magnat de l’immobilier s’est opéré très tôt, et ce malgré la présence dans la course de candidats évangéliques, comme Ted Cruz, Marco Rubio, Mike Huckabee ou encore Ben Carson. Après avoir voté pour Ted Cruz (avec 33 % des voix) lors du caucus de l’Iowa qui a eu lieu le 1er février 2016, les électeurs évangéliques ont, quelques jours plus tard, reporté leurs voix sur Donald Trump ; notamment en Caroline du Sud, où le milliardaire républicain a obtenu 34 % du vote évangélique, soit 8 points de plus que Ted Cruz. Les résultats des élections du « Super Tuesday » (1er mars 2016), qui ont eu lieu simultanément dans 12 Etats ont confirmé le rapprochement entre Donald Trump et les évangéliques, d’autant que dans la moitié des 12 Etats concernés, l’électorat républicain est constitué en grande majorité de protestants évangéliques. Au final, Donald Trump a remporté les primaires ainsi que l’investiture du Parti républicain. Au-delà des conservateurs, beaucoup d’électeurs américains, cherchaient à barrer la route à Hillary Clinton, en votant pour Donald Trump. Ses victoires sont dues, dans une large mesure, aux voix des évangéliques qui l’avaient énergiquement aidé à se hisser au sommet jusqu’à l’élection du 8 novembre 2016 qui le sacra président des Etats-Unis.

4 Tout au long des primaires et de la campagne électorale qui a opposé Donald Trump à Hillary Clinton, de nombreux pasteurs évangéliques et dirigeants de la droite chrétienne ont apporté publiquement leur soutien au milliardaire républicain. Parmi ces personnalités, on trouve James Dobson, Michelle Bachmann, Robert Jeffress, Franklin Graham, Ralph Reed, Pat Robertson, Gary Bauer, Penny Nance, Tony Perkins. Mais la première personnalité évangélique à se rallier à Trump est Jerry Falwell Jr., fils du célèbre télévangéliste et fondateur de Liberty University à Lynchburg, en Virginie – une université privée et bastion des protestants évangéliques. Selon Jerry Falwell Jr., Donald Trump « [is] a successful executive and entrepreneur, a wonderful father, and a man who I believe can lead our country to greatness again. » Et Falwell d’ajouter, « let’s stop trying to choose the political leaders who we believe are the most godly because, in reality, only God knows people’s hearts » (Eekhoff 2016).

5 Pour séduire la communauté évangélique, Donald Trump a fait le 18 janvier 2016, à deux semaines du début des primaires républicaines dans l’Iowa, un discours devant 13 000 chrétiens évangéliques réunis à la Liberty University à Lynchburg. Une semaine avant le caucus de l’Iowa, l’homme d’affaires s’est rendu à l’église, acte peu ordinaire pour un non pratiquant, mais politiquement indispensable. L’opération de séduction s’est poursuivie tout au long de la campagne par des appels on ne peut plus explicites : « I love the Evangelicals ». Le choix par Donald Trump de l’évangélique Mike Pence en tant que co-listier, et l’adoption par le Parti républicain d’un programme incluant plusieurs propositions de Trump, notamment la révision du code de l’exonération fiscale, n’ont fait que renforcer les liens des évangéliques avec Trump. Selon une enquête publiée quelques jours avant le scrutin du 8 novembre par le Pew Research Center, 78 % des évangéliques blancs se disaient prêts à voter pour Trump. Les résultats des sondages menés à la sortie des urnes l’ont confirmé : Donald Trump a obtenu le vote de 81 % des évangéliques blancs (contre 16 % pour Hillary Clinton, soutenue par les évangéliques noirs et hispaniques) (Bailey 2016 ; Shellnutt 2016).

6 Le ralliement des évangéliques au milliardaire new-yorkais a pris tout le monde par surprise. A aucun moment, les observateurs (politologues, journalistes, leaders politiques) n’ont imaginé que les évangéliques allaient se rallier à un personnage dont la mégalomanie, l’ostentation et la vulgarité sont les marques de fabrique (Gabriel 2016). En outre, la campagne électorale de 2016 a été marquée par le manque de visibilité de la religion et des valeurs morales et familiales traditionnelles.

7 Après avoir expliqué comment Donald Trump se situe aux antipodes des valeurs morales défendues par l’électorat évangélique, cet article s’intéressera aux raisons du soutien des évangéliques au candidat républicain.

Donald Trump : aux antipodes de l’idéal évangélique

8 Personne ne s’attend à ce que les évangéliques soutiennent un homme avec lequel ils n’ont rien de commun. Nul ne comprend comment la communauté évangélique peut voter pour un candidat dont le mode de vie et la personnalité sont diamétralement opposés aux valeurs chrétiennes. Comme le souligne le journaliste Jonathan Merritt, « Donald Trump is the living embodiment of what many evangelicals have spent their careers warring against » Merritt 2016). On retrouve le même étonnement chez le journaliste du New York Times, Peter Wehner, qui souligne le contraste entre Donald Trump et les évangéliques en ces termes : « Mr. Trump’s character is antithetical to many of the qualities evangelicals should prize in a political leader: integrity, compassion and reasoned convictions, wisdom and prudence, trustworthiness, a commitment to the moral good » (Wehner 2016).

9 En effet, le passé de Donald Trump est loin d’attester un fort attachement à la foi. Presbytérien non pratiquant, sa relation à Dieu est jugée « superficielle ». Qui plus est, il se vante de ne pas vouloir se repentir de ses péchés (Merritt 2106). Contrairement à George W. Bush qui est disposé aux démonstrations publiques de la foi, Donald Trump est peu enclin à l’expression rhétorique religieuse. Il parle rarement de Dieu et de la foi de façon spontanée ; il doit pour cela être sollicité. Non seulement il ne fait pas la différence entre les deux Testaments, mais il est incapable de citer correctement la Bible. De surcroît, le mot « hell » revenait souvent dans ses déclarations publiques. Or, l’usage de ce mot est considéré comme blasphématoire par tous les chrétiens évangéliques. La faible religiosité de Donald Trump ne semble pas donc déranger ses pieux sympathisants.

10 Jusqu’à tout récemment, Donald Trump a longtemps défendu le droit à l’avortement. Dans le discours qu’il a prononcé lors de la Convention républicaine de Cleveland, le magnat de l’immobilier a passé sous silence la question de l’avortement. C’était la première fois depuis 36 ans que cette question n’avait pas été évoquée dans un discours d’investiture du Parti républicain. Contrairement à Ted Cruz, Donald Trump s’était déclaré favorable au financement public de Planned Parenthood, une agence du planning familial.

11 Alors qu’ils défendent la « sainteté du mariage » et se plaignent du taux de divorce très élevé aux Etats-Unis, les évangéliques ont accepté de soutenir quelqu’un qui a divorcé deux fois. Outre le fait qu’il ait admis avoir brutalisé son ancienne épouse Ivana, il s’est vanté dans ses livres de ses multiples conquêtes féminines et de ses aventures extraconjugales. De plus, il a défrayé la chronique par ses propos sexistes et misogynes. Ainsi au lendemain du premier débat télévisé de la campagne, retransmis le 6 août 2015 par Fox News, il a fait référence, sur CNN, au cycle menstruel de Megyn Kelly, l’animatrice du débat. Dans un meeting, il s’est moqué d’un journaliste handicapé du New York Times. Pendant la campagne, il a accumulé les gaffes, les provocations et les excès en tout genre. Si ses dérapages sont tolérés par la plupart de ses sympathisants évangéliques, ils n’en suscitent pas moins l’indignation d’autres personnalités religieuses, tels que Russell Moore, le président du comité d’éthique de la Convention baptiste du Sud (Southern Baptist Convention), qui a qualifié Trump de « so openly and cavalierly vulgar, cruel, bigoted, dishonest, narcissistic, xenophobic and misogynistic – not to mention a notorious philanderer » (Rubin 2016). D’autres voix évangéliques se sont levées pour dénoncer la mégalomanie, l’ostentation, l’agressivité, le racisme de Trump qu’ils jugent contraires à l’éthique chrétienne. Parmi ses nombreux détracteurs, il y avait Max Lucado, Kirsten Powers, Jim Wallis, Brian MacLaren, Ronald Sider, Tony Campolo, Beth Moore.

12 Chez les évangéliques, les jeux de hasard sont interdits. Or, Trump a fait une partie de sa fortune en investissant dans les casinos. Dans les années 1980 et 1990, il gérait plusieurs casinos à Atlantic City. Il a racheté le concours de Miss America, puis celui de Miss Universe.

13 Sur le plan politique, le parcours de Donald Trump est pour le moins chaotique : d’abord démocrate, il rejoint le Parti républicain pour soutenir Ronald Reagan, puis George H. W. Bush (père) qui a failli le prendre comme Vice-président des Etats-Unis. En 1992, il a soutenu le candidat indépendant Ross Perot (autre candidat milliardaire), puis il est redevenu démocrate pour s’opposer à George W. Bush, avant de revenir en 2012 chez les Républicains.

14 Certains ont été surpris par le ralliement des évangéliques à Trump car l’homme d’affaires n’a absolument aucun argument à faire valoir. Il n’a, à l’évidence, aucune légitimité à se poser en défenseur de la foi et de la morale chrétienne. S’ils continuent d’accorder de l’importance aux valeurs morales et familiales traditionnelles, les électeurs religieux bousculent l’ordre des priorités, privilégiant les questions d’ordre purement socio-économique. Les qualités de leaders du milliardaire new-yorkais semblent bel et bien l’emporter sur les valeurs morales chères au cœur des évangéliques.

15 Mais au fond, si les évangéliques avaient accepté d’apporter leur soutien à quelqu’un qui, à première vue, n’avait pratiquement rien de commun avec eux, c’est qu’ils espéraient malgré tout qu’une fois élu Donald Trump tiendrait la promesse de désigner un juge conservateur à la Cour Suprême des Etats-Unis (en remplacement du juge Antonin Scalia décédé en février 2016), capable de changer pendant longtemps l’orientation même de la société américaine. Il s’agissait-là de l’un des principaux enjeux de cette élection. C’est d’ailleurs ce que fit le président Trump en nommant le juge Neil Gorsuch.

16 En dépit de l’incommensurable écart entre Trump et les électeurs religieux, les évangéliques voyaient en lui un homme providentiel ayant pour mission de rétablir le peuple de Dieu à sa grandeur d’antan. C’était d’ailleurs ce à quoi ils s’attendaient lorsqu’ils s’étaient massivement mobilisés pour élire Ronald Reagan (1980-1988), puis George W. Bush (2000-2008). Il apparaît, en définitive, qu’il y a une « cohérence » dans le comportement électoral des évangéliques.

Pourquoi Trump séduit-il les électeurs évangéliques ?

17 Outre la promesse de nommer un juge conservateur à la Cour suprême, qu’est-ce qui a attiré les électeurs évangéliques chez Donald Trump ? Beaucoup sont séduits, non pas par son programme, mais plutôt par sa personnalité, et plus particulièrement par son audace, sa détermination et sa ténacité. Ils voient en lui un homme à poigne affranchi du politiquement correct, capable de défier les grandes puissances comme la Chine ou l’Iran. Ils apprécient tout particulièrement la volonté de Trump de restaurer la grandeur de l’Amérique d’antan, comme en témoigne l’un de ses slogans de campagne « Make America Great Again ». « Le rêve américain est mort, mais je vais le rendre meilleur, plus grand et plus fort qu’autrefois » répète-t-il. Pour ses partisans, la vanité et l’arrogance de Trump sont la preuve qu’il saura frapper fort, une fois président.

18 Tout comme les électeurs républicains les plus conservateurs, les évangéliques sont persuadés que la Chine, la Russie et bien d’autres pays ont profité du vide laissé par l’Amérique et que le président Obama a affaibli le pays en préférant la voie diplomatique à l’action militaire et en refusant de traiter les problèmes posés par les immigrants illégaux et les terroristes potentiels. Ils veulent, à la tête du pays, un homme conquérant qui défera le travail accompli par Barack Obama au lieu de chercher le consensus. C’est une aspiration que l’on peut comprendre dans une certaine mesure, à une époque où la capacité des Etats-Unis à régner à l’échelle mondiale n’est plus du tout ce qu’elle était il y a cinquante ans. A ce propos, Donald Trump avait promis de renforcer la sécurité américaine, pas nécessairement en déployant plus de troupes à l’étranger.

19 Dès le départ, Donald Trump s’est positionné comme le candidat « anti-système ». Il a construit sa campagne autour du rejet profond des élites au pouvoir et de leurs querelles d’appareil. « La candidature de D. Trump et son succès, note Anne-Lorraine Bijon, sont bâtis sur l’affirmation historique de son inexpérience totale en politique et le mépris dont il fait preuve à l’égard de tous les gouvernements précédents » (Bijon 2016, p. 89). Donald Trump attaque tout à la fois les gros bailleurs de fonds, les magazines conservateurs, Hollywood, le secteur financier et les lobbies – l’industrie pharmaceutique, l’industrie pétrochimique, l’agrobusiness. Ce sont eux, dit-il, et non le peuple, qui font et défont les lois du Congrès. D’où son appel vibrant à une refondation du corps politique débarrassé de l’influence des grands monopoles. Le schéma établi par D. Trump convient parfaitement aux classes populaires blanches qui se sentent méprisées et délaissées par l’Establishment. En outre, les conservateurs de tous bords détestent Barack Obama et voient chez Hillary Clinton une forme de continuité qu’ils rejettent.

20 La colère « anti-système » de Trump n’épargne pas l’Establishment républicain, notamment George W. Bush à qui il reproche de n’avoir pas protégé le pays, par exemple en empêchant les attentats du 11 septembre 2001 : « How did he keep us safe, when the World Trade Center, during his time in office, came down ». Concernant l’invasion de l’Irak qu’il a qualifiée de « big fat mistake », il a accusé le gouvernement Bush d’avoir menti : « They lied. They said there were weapons of mass destruction. There were none » (Donald Trump in Mehta 2016). Comme le note Anne-Lorraine Bijon, l’élection de 2016 « s’inscrit dans la continuité de plusieurs cycles électoraux qui portent la marque toujours plus visible d’un rejet massif de l’Establishment politique et médiatique » (Bijon 2016, p. 89).

21 Trump mise sur l’angoisse et la colère de la communauté évangélique et des classes moyennes blanches qui se sentent menacées par les évolutions du monde contemporain et dont la situation sociale ne cesse de se dégrader depuis les années 1990. Ces électeurs avec des revenus moyens, et parfois élevés, ont peur du terrorisme et sont intimement persuadés qu’Obama est trop laxiste à l’égard des étrangers – puisqu’il en est un. Ils sont persuadés que les Noirs jouissent d’avantages injustes dans l’Amérique d’Obama et que bientôt les Etats-Unis ne seront plus un pays de Blancs mais de métis. L’annonce de la montée du métissage entraîne immanquablement des crispations parmi ceux qui craignent la dissolution progressive de l’identité nationale. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent du déclin de la population blanche, jusqu’à présent majoritaire, d’autant que le bureau du recensement prévoit que d’ici à 2050 les Blancs non hispaniques représenteront moins de la moitié de la population du pays (Roberts 2009).

22 Donald Trump leur promet de mieux les traiter et de les protéger. Pour ce faire, il appelle à l’expulsion d’environ 12 millions de clandestins, et promet d’ériger un mur tout le long de la frontière mexicaine, se faisant même fort de le faire financer par les autorités de ce pays voisin. Il a également déclaré vouloir interdire aux musulmans l’entrée sur le territoire américain. Ses diatribes contre les immigrés mexicains, les réfugiés syriens, les musulmans, mais aussi le personnel politique, sont en réalité une mise en scène permanente des peurs et du ressentiment qui habitent une partie de l’électorat du pays. Ainsi que le dit le journaliste Jeet Heer, « Fear is the very essence of Trumpism » (Heer 2016, p. 43) .

23 Cela dit, on remarque que ce n’est pas la première fois qu’un candidat que beaucoup considèrent comme populiste et démagogue se présente aux élections présidentielles. Il y a eu George Wallace, le gouverneur de l’Alabama, en 1968 ; Ross Perot, un homme d’affaires en 1992 et quatre ans plus tard, Pat Buchanan, un ex-conseiller du président Richard Nixon. Comme eux, Donald Trump a adopté une rhétorique incendiaire et un ton apocalyptique pour décrire une Amérique au bord du gouffre. Les discours axés sur le supposé « déclin » du pays, et les menaces que représentent l’immigration illégale, les traités de libre-échange, ou le terrorisme ont une résonance particulière chez les évangéliques (Posner 2017). Le ton adopté par Donald Trump cadre bien avec la vision eschatologique et apocalyptique qui caractérise la foi évangélique. En promettant de rendre aux Etats-Unis leur grandeur d’antan, il fait figure de « sauveur » (le messie).

24 Dans le même ordre d’idée, le mode binaire qui sous-tend la rhétorique et la vision du monde de Trump est en adéquation avec l’approche évangélique qui considère que le monde est un champ de bataille cosmique opposant les forces du Bien aux forces du Mal. Le monde de Trump est fait de gagnants et de perdants, de bons et de méchants. Les ennemis de l’Amérique sont clairement identifiés : à l’intérieur, c’est Obama ; à l’extérieur, ce sont la Chine, l’Iran, les migrants, les terroristes.

25 Les évangéliques sont séduits par le message de Donald Trump, qui a cette particularité d’être simple, clair et direct (Horsey 2016 ; Hurt 2016, p. 2). Il dit ce qu’il pense, se moque du « politiquement correct » et n’a peur de rien. Il ne fait aucune promesse et n’a aucune prétention d’expertise. Ses discours enflammés, ses dérapages et son égocentrisme orgueilleux sont perçus comme faisant partie de ce franc-parler qu’ils apprécient tout particulièrement.

26 Il est une autre particularité de Donald Trump : celle de fonctionner à l’instinct. De ce fait, il n’hésite pas à exalter ses propres mérites et à traiter d’« idiots » le reste de la planète. Son style à la fois improvisé et inimitable plaît beaucoup à ses partisans évangéliques. Donald Trump a montré sa capacité à dire tout et n’importe quoi sans que les critiques ne parviennent à le déstabiliser. Il balaie toutes les conventions, défend des positions hétérodoxes. Il a un vrai talent pour présenter ses échecs comme des victoires et semer le doute dans les esprits. Même s’il ne partage pas leurs convictions religieuses, beaucoup pensent qu’il est mieux à même de comprendre leurs soucis et leurs besoins et donc de compatir. A l’écouter, ils ont le sentiment de sortir de l’anonymat et d’être membres d’une équipe qui gagne.

27 Beaucoup d’évangéliques pensent que les hommes politiques mentent et que Trump est différent. Ils préfèrent soutenir quelqu’un comme Trump dont la religiosité est douteuse plutôt que d’être trahis par des candidats évangéliques affichés. Ils ont le sentiment d’avoir été utilisés par tous les candidats qu’ils avaient aidé à faire élire : de Reagan à George W. Bush. Tous ces candidats « chrétiens » ont fait des promesses à leurs électeurs religieux qu’ils n’ont jamais tenues. Que Trump et son équipe de campagne n’aient aucune expérience gouvernementale, que Trump n’ait pas de programme articulé et qu’il affiche des positions hétérodoxes, ils n’en ont cure.

28 La plupart des Américains (pas uniquement les évangéliques) soutiennent Donald Trump parce qu’il est riche et finance tout seul sa campagne (en fait, il a emprunté 1,8 million de dollars et a reçu près de 4 millions de dons). 324e fortune du monde en 2016 avec 4,5 milliards de dollars selon le magazine Forbes en octobre 2015, il a fait fortune dans les spéculations immobilières à New York. Ses électeurs voient dans sa réussite un signe de la bénédiction divine. L’un de ses atouts par rapport à ses adversaires gouverneurs ou sénateurs, c’est son expérience d’homme d’affaires. Ils pensent qu’il saura gérer un pays, dès lors qu’il a su gérer une entreprise et rebondir après ses faillites.

29 La réussite de Trump doit beaucoup à sa célébrité cathodique. Vedette de la télévision depuis des années, il a été l’animateur de « The Celebrity Apprentice », émission diffusée pendant les heures de grande écoute sur NBC qui en est à sa quatorzième saison. Il s’en sert comme d’un tremplin pour accroître sa célébrité et polir un peu son image. En vrai professionnel de la communication, il a compris qu’en multipliant les dérapages racistes ou sexistes, il monopolisait l’attention des médias, s’assurant ainsi une publicité gratuite. D’autre part, Trump a compris le pouvoir des réseaux sociaux – Twitter, Facebook, … – pour vendre directement son discours à ses partisans. C’est efficace, rapide, et les partisans ont ainsi l’impression d’entretenir avec le magnat des liens personnels. D’ailleurs, Trump aime se montrer en compagnie de télévangélistes, les grandes vedettes « chrétiennes » qui dominent les chaînes câblées, tels que Joel Osteen ou Jerry Falwell, Jr.

30 Dans le domaine de la politique étrangère, Donald Trump s’inscrit dans une approche isolationniste, nationaliste et unilatéraliste. Partisan des idéaux des années 1930, tels que America First et Fortress America, il se dit sceptique quant aux alliances internationales, d’autant que les alliés européens sont affaiblis. Pour lui, ces derniers doivent partager le fardeau pour assurer leur protection. En matière de libre échange, sujet central de sa campagne, il rejette les traités (y compris l’ALENA) négociés par ses prédécesseurs, républicains comme démocrates, et veut imposer des droits de douane aux entreprises américaines ayant délocalisé leurs activités. Tous ces traités sont, selon lui, responsables de la désindustrialisation des grandes villes américaines. Concernant les échanges commerciaux avec la Chine, il entend imposer un droit de douanes de 25 % sur tous les produits provenant de ce pays.

Conclusion

31 Bien que n’ayant rien d’un leader chrétien, Donald Trump a réussi à mobiliser l’écrasante majorité des évangéliques, et ce, jusque dans les tréfonds de la « Bible Belt ». Malgré la faible religiosité du magnat de l’immobilier, son offensive en terres évangéliques a porté ses fruits. Plutôt que d’axer sa campagne sur les questions de la foi et de la morale, il s’est présenté comme le porte-parole de cette tranche d’électeurs déçus, aigris et surtout en colère (Jones 2016). Donald Trump a ratissé large. Qui plus est, il a su tirer avantage du ressentiment culturel et racial qui se répand de plus en plus dans la population majoritaire blanche, un ressentiment contre une Amérique qui change constamment, contre les immigrés à la peau basanée, contre la connivence des élites, contre les homosexuels, contre le politiquement correct, contre les minorités « assistées ». Après huit ans de présidence Obama, les partisans de Trump considèrent certainement qu’un homme blanc fort est exactement ce qu’il faut pour remettre de l’ordre dans le pays.

32 Donald Trump a profité de la désorganisation des évangéliques, dont les leaders peinent publiquement à se choisir un candidat parmi les nombreux prétendants naturels (Ted Cruz, Ben Carson, Marco Rubio, le pasteur Mike Huckabee). Ils laissent ainsi la communauté évangélique, qui se sent oubliée par Washington, se diriger de plus en plus vers des arguments anti-establishment. En ce sens, l’élection a apporté une preuve supplémentaire de l’aggravation du fossé entre les responsables évangéliques et la majorité de leurs fidèles (Merritt 2016). Comme le titre très justement le journaliste Jack Jenkins, « Donald Trump made the religious Right implode in less than a week » (Jenkins 2016). Tout comme il a rendu le Tea Party quasiment obsolète. Le changement de priorités et la mise à l’écart des questions de foi et de salut n’ont pas manqué de révéler un profond malaise au sein de la communauté évangélique : le magazine évangélique de référence Christianity Today a estimé quant à lui que les positions de Donal Trump « menaçaient l’Evangile » (Galli 2016).

33 On assiste à une perte de terrain de l’influence politique de la droite religieuse. Son dernier champion, Ted Cruz, ne correspond pas à la jeune génération évangélique, qui ne se reconnaît pas dans ses positions dogmatiques. Celle-ci a conscience d’être une minorité dans la société, et n’idéalise plus la droite « classique ». L’illusion de la « majorité morale » chrétienne aux Etats-Unis n’est plus permise. Le mariage gay autorisé par la Cour suprême a été le révélateur pour les chrétiens qu’ils sont aujourd’hui en porte-à-faux avec la culture dominante (mainstream).

34 S’ils ont voté largement pour un candidat peu crédible sur le plan religieux, les évangéliques n’ont pas pour autant renoncé à leurs combats de toujours. Au-delà de la personnalité très controversée de Donald Trump, la nomination du juge Neil Gorsuch à la Cour suprême et la nomination de Jeff Sessions au poste de ministre de la justice annoncent, pour les évangéliques, des victoires en perspective.

35 On peut par ailleurs légitimement penser que Donald Trump est l’aboutissement logique de l’évolution imprimée au Parti républicain, évolution qui remonte aux présidences Clinton et Bush mais qui est devenue plus visible encore sous l’administration Obama. Il est le fruit d’une politique poursuivie depuis plusieurs décennies par la droite du Parti républicain, qui fait appel implicitement à la peur de l’autre, en la combinant à une nostalgie pour une Amérique pré-moderne.

36 Outre le ralliement des évangéliques à Donald Trump, la campagne de 2016 a été marquée par les critiques du Pape François à l’encontre de Donald Trump. Interrogé sur le souhait de Donald Trump de bâtir un mur à la frontière mexicaine, le pape François a déclaré le 18 février, que « celui qui v[oulait] construire des murs et non des ponts n’[était] pas chrétien ». Le pape a certes affirmé qu’il n’était évidemment pas question pour lui de s’ingérer dans la campagne présidentielle, mais la réaction de Trump a été immédiate. « Qu’un leader religieux mette en doute la foi d’une personne est honteux », a répondu Donald Trump dans un communiqué. « Aucun dirigeant, notamment un leader religieux, ne devrait avoir le droit de remettre en question la religion ou la foi d’un autre homme », a-t-il ajouté furieux (Paris 2016).

Haut de page

Bibliographie

Ben Barka, Mokhtar. 2006. La droite chrétienne américaine. Les évangéliques à la Maison-Blanche ? (Toulouse : Privat)

Bijon, Anne-Lorraine. ‘ ‘Fou de rage’. La politique américaine à bout de nerf’, Esprit, mars-avril 2016, pp. 89-90.

Eekhoff, Sarah. ‘Jerry Falwell Jr. Endorses Donald Trump; Here How other Evangelicals  Compare’, in Christianity Today, 26 janvier 2016. http://www.christianitytoday.com/gleanings/2016/january/jerry-falwell-jr-donald-trump-evangelicals-liberty-universi.html

Farley, Harry. ‘Super Tuesday: How evangelical Christians are still the deciding factor’, in Christian Today, 26 février 2016. http://www.christiantoday.com

Fath, Sébastien. 2004. Militants de Bible aux Etats-Unis. Evangéliques et fondamentalistes du Sud (Paris : Autrement)

Gabriel, Trip. ‘Donald Trump, Despite Impieties, Wins Hearts of Evangelical Voters’, in The New York Times, 27 février 2016. https://www.nytimes.com/2016/02/28/us/politics/donald-trump-despite-impieties-wins-hearts-of-evangelical-voters.html

Galli, Mark. ‘Why Donald Trump Threatens to Trump the Gospel’ Christianity Today, 27 janvier, 2016. http://www.christianitytoday.com/ct/2016/january-web-only/why-donald-trump-threatens-to-trump-gospel.html

Heer, Jeet. ‘Republic of Fear’, in New Republic, mai 2016, pp. 43-45.

Horsey, David. ‘Trump’s simple message may carry him to the White House’, in Los Angeles Times, 25 février 2016. http://www.latimes.com/opinion/topoftheticket/la-na-tt-trump-simple-message-20160224-story.html

Hurt, Charles. ‘Donald Trump’s message made great by its simplicity’, in The Washington Times, 18 juillet 2016, p. 2

Jenkins, Jack. ‘Donald Trump made the religious Right implode in less than a week’ in ThinkProgress, 15 octobre 2016. httpp://thinkprogress.orghow-trump-just-made-the-religious-right-implode-in-less-than-a-week-d47a058945a1

Jones, Robert P. ‘The Rage of White, Christian America’ in The New York Times, 10 novembre 2016. htt://myti.ms/2emPIQ1

Kaplan, Esther. 2005. With God On Their Side: George W. Bush and the Christian Right, (New York; London : New Press)

Mehta, Seema. ‘GOP Debate Brawls Continue’ in Los Angeles Times, 14 février 2016. http://www.latimes.com/local/lanow

Merritt, Jonathan. ‘Donald Trump made the religious Right implode in less than a week’ in ThinkProgress, 15 octobre 2016. http://thinkprogress.orghow-trump-just-made-the-religious-right-implode-in-less-than-a-week-d47a058945a1

Merritt, Jonathan. ‘The Awkward Love Story of Trump and American Evangelicals’ in The Atlantic, 24 juin 2016. https://www.theatlantic.com/politics/archive/2016/06/trump-and-the-evangelicals-a-match-made-in-well/488552/

Paris, Gilles. ‘Le ton monte entre le pape François et Donald Trump’ in Le Monde, 19 février 2016. http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/02/19/le-ton-monte-entre-le-pape-francois-et-donald-trump_4868087_829254.html

Posner, Sarah. ‘Amazing Disgrace. How did a thrice-married Biblical Illiterate like Trump Hijack the Religious Right?’ in New Republic, April 2017, pp. 34-37

Pulliam Bailey, Sarah. ‘White evangelicals voted overwhelming for Donald Trump, exit polls, show’, in The Washington Post, 9 novembre 2016. https://www.washingtonpost.com/news/acts-of-faith/wp/2016/11/09/exit-polls-show-white-evangelicals-voted-overwhelmingly-for-donald-trump/?utm_term=.286db1806a1b

Roberts, Sam, ‘Projections Put Whites in Minority in US by 2050’, The New York Times, 17 décembre 2009. http://www.nytimes.com/2009/12/18/us/18census.html

Rubin, Jennifer. ‘Trump met with evangelical Christians and all he got was a lousy list’ in The Washington Post, 22 juin 2016. https://www.washingtonpost.com/blogs/right-turn/wp/2016/06/22/

Shellnutt, Kate. ‘Trump Elected President, Thanks to 4 in 5 White Evangelicals’ in Christianity Today, 9 novembre 2016. http://www.christianitytoday.com/news/2016/november/trump-elected-president-thanks-to-4-in-5-white-evangelicals.html

Wehner, Peter. ‘What Wouldn’t Jesus Do ?’ in The New York Times, 1er mars 2016, http://nyti.ms/1QIgHXN

Wilcox, Clyde. 2000. Onward Christian Soldiers. The Religious Right in American Politics (Boulder, Colorado: Westview Press)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mokhtar Ben Barka, « Donald Trump et le vote évangélique », Revue de recherche en civilisation américaine [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rrca/940

Haut de page

Auteur

Mokhtar Ben Barka

Université de Valenciennes, CALHISTE EA 4343

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals