Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation. Les masculinités dans le domaine de la santé. Vers de nouveaux horizons empiriques et théoriques pour les sciences sociales francophones

Meoïn Hagège, Arthur Vuattoux et Hélène Bretin
p. 13-21

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Nous utilisons le plus souvent, dans ce dossier, “masculinités” au pluriel, afin de marquer l’ancra (...)

1La recherche sur les masculinités1 est un domaine désormais bien balisé des sciences sociales contemporaines, et plus spécifiquement en anthropologie, sociologie et histoire.

2Ces travaux ont surtout émergé dans le monde anglo-saxon, notamment en Australie et aux États-Unis, au début des années 1980 (Carrigan et al., 1985), au moment même où l’on commençait à prendre conscience de l’immense potentiel scientifique des gender studies. Car, disons-le d’em­blée, les recherches sur les masculinités sont un sous-champ des études de genre, certes relativement autonome, mais qui doit à ces dernières tout l’appareillage critique et qui lui garantit de ne pas tomber dans les facilités argumentatives. Celles-ci consistent à faire des mauvais indicateurs de santé masculins (la plus forte mortalité des hommes, et notamment leur plus forte présence dans les accidents mortels et les morts violentes) une “preuve” de prétendus privilèges féminins. Par extension, cette filiation garantit également aux recherches sur les masculinités de ne pas jouer à contre-emploi face aux féminismes, auxquels ces recherches doivent rester arrimées.

  • 2 C’est-à-dire l’idée selon laquelle les hommes sont désormais victimes d’une société dans laquelle l (...)

3En effet, si le masculinisme2 n’est pas parvenu à investir (ou très peu) les recherches sur le genre et la santé, il constitue toujours un risque dont il faut se prémunir : celui de la mise en concurrence des situations des hommes et des femmes et d’une critique de la trop grande focalisation des études de genre sur ces dernières. Ce serait bien sûr oublier que les rapports de genre doivent d’abord être définis par leur asymétrie, par l’exis­tence de rapports de pouvoir qui privilégient structurellement les hommes et désavantagent les femmes (Scott, 1988). Dans le domaine de la santé, ce serait oublier aussi que si les femmes vivent globalement plus longtemps que les hommes, elles vivent des problématiques sanitaires spécifi­ques, liées à la santé sexuelle par exemple, et sont assignées à la plupart des tâches de care (attention accordée à un proche malade, emplois de service ou emplois dans le système de soin : infirmières, aides soignantes, etc.). Il n’est d’ailleurs pas envisageable de traiter de la santé masculine sans prendre en compte la situation des femmes, dans une approche relationnelle du genre et de la santé :

L’approche relationnelle du genre soutient que les interactions entre hommes et femmes, et les circonstances de ces interactions influent considérablement sur leurs opportunités et sur leurs contraintes en termes de santé (Butland et al., 2014 :223).

4Autrement dit, au-delà du corps et du sexe biologique, les interactions et le contexte social déterminent un rapport genré à la santé, et c’est à ce titre qu’envisager la santé à l’aune des masculinités devient pertinent.

II. La santé et le genre, du biologique au social

  • 3 Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), les hommes auraient, en moyenne et à l’échelle mon (...)

5Les principaux indicateurs sanitaires tendent à affirmer une situation dégradée des hommes : ils meurent globalement plus tôt que les femmes, sont plus fréquemment concernés par les morts brutales (accidents cardio-vasculaires, morts violentes, homicides, accidents routiers, etc.)3. Ce constat est d’autant plus étonnant, de prime abord, que les femmes sont globalement plus nombreuses à déclarer des maladies (on parle de surmorbidité féminine, à mettre en relation, ici, à la surmortalité masculine, voir Cousteaux, 2016 ; Gelly, 2016 :109-110). Si les femmes vivent plus longtemps, elles vivent par conséquent “moins bien” du point de vue sanitaire (Hamel/Rault, 2014). Ainsi, la mise en parallèle de la santé des femmes et de la santé des hommes, sans autre considération, montre rapidement ses limites. Les explications biologiques peinent à permettre de comprendre les différences observées entre état de santé des hommes et état de santé des femmes, et la plupart des recherches menées dans ce sens concluent à l’impossibilité d’attribuer l’origine de ces différences à la seule biologie (Butland et al., 2014 :217-218).

6Des explications comportementales sont parfois avancées et semblent mieux rendre compte du phénomène. Elles portent notamment sur le meilleur recours au soin des femmes, qui sont généralement plus nombreuses que les hommes à consulter des professionnels de santé ou tout autre acteur du secteur médico-social susceptible d’influer sur leur état de santé (Bertakis et al., 2000). Là encore, la prudence est de rigueur et le contexte, notamment les conditions d’accès aux soins, est une donnée fondamentale. Des recherches (Bajos/Bozon, 2008 ; Courtenay, 2011) se sont attachées à décrire les comportements les plus quotidiens des hommes et des femmes en matière de prévention et montrent par exemple que ces dernières sont plus nombreuses à prévoir des moyens de protection (crème solaire, contraception, etc.), qu’elles prennent moins de risques (notamment en matière d’alcoolisation et de tabagisme), et qu’elles sont plus nombreuses à faire adopter ces comportements prudents à leur entourage (notamment aux enfants).

  • 4 Entendue ici au sens sociologique, en tant que construction sociale de hiérarchies des individus et (...)

7Cependant, là encore, les comportements n’expliquent pas tout et ils ne parviennent pas à rendre compte de l’écart structurel, traversant quasiment toutes les pathologies, entre les hommes et les femmes. C’est qu’en matière d’inégalités sociales de santé, les enjeux de genre sont à analyser à l’aune des rapports de classe, de race4, mais aussi à l’aune de la division du travail, de l’accès aux études, du cadre de vie. Ainsi, si P. Aïach, réfléchissant au paradoxe qui associe la mortalité la plus tardive au groupe de sexe structurellement dominé, souligne l’effet potentiellement protecteur de la socialisation sexuée, il questionne également l’avantage très relatif pour les femmes consistant à vivre plus longtemps en mauvaise santé, dans des conditions socioéconomiques souvent plus défavorables (Aïach, 2001). Les éléments précités concourent à déterminer l’état de santé au-delà des simples groupes de sexe. D’ailleurs, les différences au sein des groupes de sexe sont considérables, par exemple entre ouvriers et cadres (Cambois/Laborde/Robine, 2008) ou entre blancs et racisés (Spatler-Roth/Lowenthal/Rubio, 2005). Ces variations sont évidemment liées aux contextes sociaux ou géographiques – les groupes et leurs structurations internes varient d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre – et elles doivent être prises en compte en complément de l’approche par la seule différence entre les sexes ou par les comportements liés au genre.

8Afin de comprendre les ressorts genrés de la santé, et plus spécifiquement dans ce dossier, les ressorts de la santé au masculin, on aura compris qu’il est nécessaire de s’écarter d’une approche biomédicale ou comporte­mentale stricte qui tend à homogénéiser le groupe des hommes et le grou­pe des femmes sans prise en compte sérieuse des conditions de vie, des conditions de travail, de l’assignation différentielle aux tâches de care et des effets différentiels des politiques publiques de santé sur les hommes et sur les femmes. Ancrer la réflexion sur la santé et les masculinités à partir d’une approche sociologique et anthropologique est un bon moyen de sortir des débats parfois inextricables entre la part du biologique, la part du comportement, et la part de la société, qui concluent trop souvent à l’idée d’une intrication de ces dimensions (Whitehead/Dahlgren, 1991), sans réelle analyse des mécanismes à l’œuvre et de leurs spécificités.

III. Différentes manières d’investiguer le lien entre masculinités et santé

9C’est sur les bases théoriques qui viennent d’être évoquées que nous avons envisagé de rassembler dans ce numéro des contributions novatrices sur les masculinités et la santé, prenant ainsi acte du récent engouement francophone autour de ces questions. Les publications qui traitent explicitement du rapport entre masculinité et santé restant toutefois rares, nous avons fait le choix d’y consacrer un dossier relativement ouvert en termes de thématiques, sans restreindre le questionnement à une pathologie, ni à une définition trop étroite de la santé, afin d’ébaucher un premier tour d’horizon des matériaux mobilisables et des concepts pertinents pour ce domaine d’étude encore en devenir.

10Ce dossier présente des articles qui constituent autant de manières d’in­vestiguer le lien entre masculinité et santé. Dans son article, Régis Schlagdenhauffen s’intéresse par exemple, non pas, comme c’est le plus souvent le cas dans les recherches sur la santé masculine, à une pathologie spécifique, mais à la “bonne santé” d’hommes vieillissants, homosexuels, dont le parcours de vie a toutefois été marqué, pour la plupart, par l’expé­rience de l’épidémie de VIH/Sida. Comprendre leurs expériences passe notamment par l’analyse des rapports sociaux de domination liés à l’âge, au genre et à l’orientation sexuelle. Cet article contribue à champ d’études peu investi, à la croisée des études sur la santé des hommes et du vieillissement.

11Deux autres articles, ceux de Louis Braverman et d’Alexandre Baril interrogent plus spécifiquement les enjeux d’identité auxquels se confrontent des individus diversement situés dans les rapports de genre.

12Louis Braverman aborde un problème de santé rattaché aux corps des hommes : le cancer de la prostate et son dépistage par la technique de l’examen par toucher rectal. L’angle d’entrée adopté pour l’analyse des résistances masculines au toucher rectal, celui de la sociologie des émotions, permet de renouveler le débat sur les masculinités. En ancrant l’acte médical et le geste dans l’expérience sociale des patients et en l’abordant comme une pratique relationnelle au sens de Goffman (1974) et Hochs­child (2003, 2017), les pratiques qui font le genre sont décrites à la fois en contexte et en lien avec les normes de genre et les enjeux de l’intervention de santé publique qui les produit.

  • 5 L’auteur désigne par “personnes trans” les personnes s’identifiant comme transsexuelles, transgenre (...)
  • 6 On parle d’intersectionnalité pour désigner l’imbrication des rapports de pouvoir, notamment de gen (...)
  • 7 La cisnormativité désigne ici, de manière générale, une réflexion (sur les masculinités, sur la san (...)

13Alexandre Baril aborde les pratiques de santé des personnes trans5, un objet d’études construit à la croisée des trans studies et des études sur les masculinités. Traitant plus particulièrement du bodybuilding chez les personnes trans, il propose une analyse intersectionnelle6 du travail sur les corps et des attentes de genre qui le contraignent. Cette contribution met en lumière le postulat de cisnormativité7 au fondement de la notion de masculinité hégémonique de Connell (2014). C’est ce même postulat qui éclaire l’absence des cas de personnes trans dans les études sur la santé, et dans les recherches sur les masculinités. L’auteur argue ainsi que les juge­ments cisnormatifs relèguent les personnes trans à la marge de la définition même de la santé, de même qu’elles sont généralement marginalisées au sein des études de genre.

14Enfin, deux articles interrogent à nouveaux frais la question des déterminants sociaux de la santé en partant de deux contextes sanitaires et géographiques différents : celui des agriculteurs français et de leur état de santé (Gregory Beltran), et celui des interventions menées contre le VIH/Sida en Afrique du Sud (Christopher Colvin).

15Gregory Beltran déploie sa réflexion à partir de la situation d’hommes agriculteurs repérés par la mutualité sociale agricole comme renonçant à des soins. L’auteur met en évidence le lien fort entre les modèles de masculinités qui orientent leurs pratiques et le renoncement. Accordant une place centrale aux situations sociales de ces individus, l’analyse prend notamment en compte l’âge, l’invalidité et la situation matrimoniale et éclai­re les rapports aux normes de genre, dans leurs contextes spécifiques. Elle saisit ainsi la notion de masculinités dans sa pluralité et les divers positionnements des hommes étudiés dans les rapports de genre, en incluant hommes et femmes, mais aussi les rapports sociaux de domination liés à l’âge et à la classe sociale. L’auteur évite ainsi l’écueil de l’association hâ­tive entre risque et “virilité”, et pose la question du point de vue des hom­mes – la thématique du renoncement aux soins étant habituellement pensée à partir de la situation des femmes.

16L’article de Christopher Colvin, enfin, explore l’articulation des débats sur le genre en Afrique du Sud à partir d’interventions de santé publique visant le changement social (et notamment la transformation des rapports de genre). À travers des études de cas, il saisit les tensions entre le vécu des normes de genre au masculin et des interventions de lutte contre le VIH/Sida qui visent à les transformer, pour réduire la transmission du virus et améliorer le soin des individus affectés. L’auteur contribue à une analyse située des interventions de santé publique en étudiant les pratiques de genre en contexte et en débat. Cette analyse lui permet de décrire non pas les interventions sous l’angle de leur efficacité réelle ou supposée, mais plutôt les manières dont celles-ci ambitionnent d’opérer le changement social dans ce contexte. L’article permet d’ouvrir ainsi le débat sur les recherches visant la transformation des masculinités, centrales dans les travaux sur le genre et le développement, mais encore peu présentes dans la littérature francophone.

IV. Structuration d’un domaine de recherche, nouveaux enjeux scientifiques et politiques

  • 8 Sans y être entièrement consacrée, l’équipe de recherche interuniversitaire “Masculinités et sociét (...)

17S’il présente plusieurs contributions originales qui se répondent et forment une certaine cohérence, ce numéro ne doit pas être envisagé comme un état des lieux de la recherche sur les masculinités et la santé. Il ne s’agit en rien d’une synthèse de recherches en cours ou d’un aboutissement. Il s’agit bien davantage d’un point de départ, pour un domaine de recherche émergeant dans les sciences sociales francophones – malgré l’avance qu’ont pu prendre certaines équipes de recherche, au Québec notamment8. De manière générale, les travaux sont rares qui, écrits en langue française, reprennent à leur compte la notion de masculinités telle qu’elle s’est développée au sein des études de genre.

18De plus, si des recherches existent bel et bien depuis quelques années, peu ont été conduites dans une optique de transformation sociale, au sens de recherches menées soit au sein de programmes de développement ou de santé publique, soit sous forme de recherches-actions. Ce type de recher­ches est néanmoins bien installé dans d’autres contextes scientifiques : l’un des articles de ce dossier, celui de Christopher Colvin, vise justement à en donner un aperçu. L’absence de travaux à visée de transformation sociale immédiate dans les recherches francophones s’explique en partie par la culture scientifique et l’absence de légitimité de ces recherches dites “embarquées”. C’est pourtant, si l’on suit Connell (2014), par ces recher­ches que l’on peut espérer voir les inégalités de genre (et notamment les inégalités de genre devant la santé) se réduire à court ou moyen terme (ce qui ne signifie pas que des recherches plus “fondamentales”, sans visée de transformation immédiate des pratiques, soient pour autant inutiles).

19Ce dossier visait aussi à élargir le champ des possibles en termes d’objets de recherche, mais de nombreux terrains, de nombreuses réalités, restent à explorer.

  • 9 On pense notamment, mais bien d’autres terrains seraient légitimes, à la Prophylaxie pré-exposition (...)

20Par exemple, alors que l’industrie pharmaceutique s’est progressivement installée au cœur des préoccupations sanitaires, nécessitant pour certains objets, de quitter le vocabulaire bien balisé de la “médicalisation” pour parler de “pharmaceuticalisation” (Abraham, 2010), beaucoup reste à faire dans ce domaine. L’industrie pharmaceutique et ses productions, induisant une mise sous traitement de plus en plus massive des individus, pourraient être abordées à l’aune des masculinités et de leur intrication aux autres rapports de pouvoir9.

  • 10 Plus communément appelé, sous son nom commercial, Viagra, et commercialisé par la multinationale du (...)

21La nécessité de travailler sur les masculinités à partir du point de vue des femmes est un autre exemple impliquant également une redéfinition des objets d’étude. D’importants travaux ont été réalisés sur la reconfiguration de la sexualité à partir de la mise sur le marché du citrate de sildénafil10, envisagée du point de vue des femmes (Potts et al., 2003), et ce cas typique pourrait être élargi à d’autres pathologies, traitements ou comportements de santé. En effet, en prenant pour point de départ le caractère intrinsèquement relationnel du genre, il paraît compliqué, sinon ascientifi­que, d’exclure les femmes de la recherche, y compris lorsque celle-ci porte sur les hommes et leur santé individuelle.

22Nous souhaitons que ce dossier soit l’occasion de réfléchir à ces différentes pistes, tout en prenant connaissance des travaux existants, qui se ré­fèrent souvent à d’autres recherches, menées dans d’autres contextes (notamment nord-américain et australien, mais pas seulement) où elles sont plus ancrées et éprouvées. Si les sciences sociales se construisent bien par cumulativité, gageons que ce numéro encouragera une nouvelle étape stimulante dans les recherches sur les masculinités et la santé.

  • 11 L’ouvrage de M. Viveros, Les couleurs de la masculinité. L’intersectionnalité dans notre Amérique, (...)

23Nous terminerons avec deux remarques. La première est qu’il ne faut pas être dupes : la nouveauté des perspectives pointées ici est relative et située. Nous ne pouvons finir cette introduction sans souligner que l’approche scientifique féministe et “embarquée” sur les masculinités caractérise les travaux foisonnants menés depuis plusieurs dizaines d’années dans différents pays d’Amérique latine. Un ouvrage de M. Viveros viendra, dans quelques mois, combler en partie cette importante lacune de nos espaces scientifiques francophones, et, nous l’espérons, inspirer de nouveaux travaux11.

  • 12 Dossier “Transgresser le genre au travail : des hommes dans des domaines professionnels ‘féminins’  (...)

24La seconde est que notre choix de solliciter Recherches sociologiques en anthropologiques pour la publication de ce dossier n’est pas anodin. En 2013 déjà, M. Buscato et B. Fusulier publiaient dans cette même revue un dossier consacré aux hommes actifs dans des métiers dits “féminins” –dont certains du champ socio-sanitaire d’ailleurs – qui proposait déjà un débat scientifique sur “les masculinités”12. Il montrait aussi ce que la position minoritaire nous dit, nous révèle de l’ordre de genre dominant, et comment ce dernier est travaillé, consolidé, subverti en retour. Ce nouveau dossier poursuit en quelque sorte la réflexion sur le terrain de la santé, avec la conviction que la recherche scientifique et féministe sur les masculinités peut et doit nous éclairer sur les transformations potentielles des rapports sociaux de sexes, et que ces transformations sont un enjeu central pour les questions de santé. Nous remercions RS&A d’avoir décidé de l’accueillir.

Haut de page

Bibliographie

Abraham J.,
2010 “Pharmaceuticalization of Society in Context : Theoretical, Empirical and Health Dimensions”,
Sociology, vol. 4, n° 44, p. 603-622.

Aïach P.,
2001 “Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales”, in Aiach P. et al. (eds.), Hommes et femmes dans le champ de la santé, Rennes, Eds. de l’ENSP, pp. 117-148. 

Bajos N., Bozon M. (dir.),
2008 Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte.

Baker P., Shand T.,
2017 “Men’s Health : Time for a New Approach to Policy and Practice”,
Journal of Global Health, vol. 7, n° 1, 010306.

Bertakis K. D. et al.,
2000 “Gender Differences in the Utilization of Health Care Services”,
The Journal of Family Practice, vol. 2, n° 49, pp. 147-152.

Buscatto M.,
2016 “La forge conceptuelle. ‘Intersectionnalité’ : À propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2, pp. 101-115.

Buscatto M., Fusulier B.,
2013 “Transgresser le genre au travail : des hommes dans des domaines professionnels ‘féminins’ ”‎ [dossier], Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2.

Butland D. et al.,
2014 “Comprendre la santé des hommes. Pour une approche relationnelle du genre dans les politiques, la recherche et la pratique”, in Connell R., Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (édition établie par Hagège M., Vuattoux A., trad. par M. Cervulle et al.), Paris, Ed. Amsterdam, pp. 207-237 [2000].

Cambois E., Laborde C., Robine J. M.,
2008 La “double peine” des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte ? , INED, Paris, Population & Sociétés, n° 441.

Carrigan T., Connell B., Lee J.,
1985 “Toward a New Sociology of Masculinity”,
Theory and Society, 14/5, pp. 551-604.

Connell R.,
2014 Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (édition établie par Hagège M., Vuattoux A., trad. par M. Cervulle et al.), Paris, Ed. Amsterdam, [1995].

Courtenay W. H.,
2011 Dying to Be Men. Psychosocial, Environmental, and Biobehavioral Directions in Promoting the Health of Men and Boys, New-York, Routledge.

Cousteaux A-S.,
2016 “Santé”, in Rennes J. (ed.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, pp. 572-583.

Crenshaw K.,
1989 “Demarginalizing the Intersection of Race and Sex : A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics ? ”,
The University of Chicago Legal Forum, 140, pp. 139-168.

Gelly M.,
2016 Classer pour soigner ? Savoirs d’État, idéologie préventive, raisons pratiques. Enquête sociologique sur le dépistage du sida, Thèse de doctorat, Université Paris VIII.

Goffman E.,
1974 Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit.

Hamel C., Rault W. et al.,
2014 Les inégalités de genre sous l’œil des démographes ? , INED, Paris, Population & Sociétés, n° 517.

Hochschild A. R.,
2003 “Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale”, Travailler, n° 9, pp. 19-49.
2017 Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte (traduit par S. Fournet-Fayas et C. Thomé).

Potts A. et al.,
2003 “The Downside of Viagra : Women’s Experiences and Concerns”,
Sociology of Health & Illness, vol. 25, n° 7, p. 697-719.

Scott J. W.,
1998 “Le genre : une catégorie utile d’analyse historique ? ”, Cahiers du GRIF, n° 37-38, pp. 125-153.

Spalter-Roth R., Lowenthal T. A., Rubio M.,
2005 Race, Ethnicity, and the Health of Americans, American Sociological Association, ASA series on how race and ethnicity matter.

Viveros M.,
2017 Les couleurs de la masculinité. L’intersectionnalité dans notre Amérique, Paris, La Découverte – Institut Émilie du Chatelet (traduit par Hélène Bretin), à paraître.

Whitehead M., Dahlgren G.,
1991 “What Can Be Done about Inequalities in Health ? ”,
The Lancet, vol. 338, n° 8774, pp. 1059-1063.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons le plus souvent, dans ce dossier, “masculinités” au pluriel, afin de marquer l’ancrage de ce concept dans une réflexion en termes de pluralité des configurations de genre et, donc, de masculinités (Connell R., 2014). Cependant, à titre de concept, il est tout à fait possible d’utiliser ce terme au singulier.

2 C’est-à-dire l’idée selon laquelle les hommes sont désormais victimes d’une société dans laquelle les femmes se sont trop émancipées, et celle selon laquelle les hommes doivent par conséquent agir afin de “rééquilibrer” des rapports de pouvoir qui leur sont défavorables. Il va sans dire que ces deux idées vont à rebours de tous les résultats de recherche sur les rapports de pouvoir et le genre, concluant à la domination structurelle des hommes sur les femmes dans l’histoire comme dans le monde contemporain.

3 Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), les hommes auraient, en moyenne et à l’échelle mon­diale, cinq années d’espérance de vie en moins par rapport aux femmes, du fait notamment, mais pas seulement, des morts accidentelles (Baker P., Shand T., 2017).

4 Entendue ici au sens sociologique, en tant que construction sociale de hiérarchies des individus et des groupes par des mécanismes sociaux de racialisation (stigmatisation des minorités ethno-raciales, discri­minations dans le système de soins, etc.).

5 L’auteur désigne par “personnes trans” les personnes s’identifiant comme transsexuelles, transgenres, non binaires, bigenrées, agenrées, etc.

6 On parle d’intersectionnalité pour désigner l’imbrication des rapports de pouvoir, notamment de genre, de race, de classe (Crenshaw K., 1989 ; BUSCATTO M., 2016).

7 La cisnormativité désigne ici, de manière générale, une réflexion (sur les masculinités, sur la santé, etc.) établie exclusivement à partir du point de vue des personnes ayant décidé de ne pas faire de transition de sexe ou de genre et réduisant l’identité de genre au sexe assigné à la naissance.

8 Sans y être entièrement consacrée, l’équipe de recherche interuniversitaire “Masculinités et société”, au Québec, voit certains de ses membres travailler sur la santé des hommes.

9 On pense notamment, mais bien d’autres terrains seraient légitimes, à la Prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH, testée depuis quelques années chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), qui constitue une pharmaceuticalisation de la sexualité (la PrEP consistant en la prise d’antirétroviraux en prévention de l’infection à VIH).

10 Plus communément appelé, sous son nom commercial, Viagra, et commercialisé par la multinationale du médicament Pfizer.

11 L’ouvrage de M. Viveros, Les couleurs de la masculinité. L’intersectionnalité dans notre Amérique, traduit par H. Bretin, paraitra aux éditions La Découverte, en décembre 2017.

12 Dossier “Transgresser le genre au travail : des hommes dans des domaines professionnels ‘féminins’ ”‎, Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Meoïn Hagège, Arthur Vuattoux et Hélène Bretin, « Présentation. Les masculinités dans le domaine de la santé. Vers de nouveaux horizons empiriques et théoriques pour les sciences sociales francophones », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-1 | 2017, 13-21.

Référence électronique

Meoïn Hagège, Arthur Vuattoux et Hélène Bretin, « Présentation. Les masculinités dans le domaine de la santé. Vers de nouveaux horizons empiriques et théoriques pour les sciences sociales francophones », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1796

Haut de page

Auteurs

Meoïn Hagège

Meoïn Hagège est postdoctorante à l’Institut national d’études démographiques, Paris.

Arthur Vuattoux

Arthur Vuattoux est chercheur associé à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) et à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux-IRIS.

Hélène Bretin

Hélène Bretin est maitresse de conférence à l’Université Paris 13 et chercheure à l’IRIS (http://iris.ehess.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals