Navigation – Plan du site
Dossier

Parcours de vie d’homosexuels âgés en bonne santé

Life Courses of Ageing Homosexuals in Good Health
Régis Schlagdenhauffen
p. 23-44

Résumés

Cet article interroge le vieillissement d’hommes gays en bonne santé en France. Il met en perspective les représentations et les expressions du vécu de l’avancée en âge en s’appuyant sur les apports des recherches sur l’homosexualité, le gen­re et la vieillesse. Deux approches méthodologiques sont mobilisées. La première s’appuie sur une littérature scientifique en mettant en perspective différents modèles du vieillissement. La seconde se fonde sur l’analyse de données recueillies entre 2013 et 2015 au moyen d’une enquête quantitative et qualitative. L’analyse montre que les modèles du vieillissement LGBT ont changé en raison de la plus grande acceptation de l’homosexualité comme mode de vie et en raison d’une plus grande sociabilité homosexuelle des personnes âgées favorisée par les réseaux sociaux et Internet. Ainsi, pour bon nombre d’homo­sexuels âgés, vivre leur identité gay s’avère plus aisé désormais que durant leur jeunesse.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

ageing, health, homosexuality, couple, masculinity
Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les coordinateurs du numéro ainsi que les évaluateurs pour leurs commentai­res et suggestions.

I. Introduction et état de l’art

1En France, la question du “bien vieillir” – définie comme une préservation de l’autonomie, le repoussement des maladies et du handicap, le maintien d’un bon fonctionnement physique et mental ainsi que la préservation de l’engament social – est aujourd’hui présentée par l’épidémiolo­gie et la démographie comme un enjeu de santé publique (Balard, 2013). Cependant, cette question se pose en d’autres termes dans le cas de personnes se déclarant comme homosexuelles ou bisexuelles, comme l’a souligné un rapport commandité en 2013 par la ministre déléguée française aux personnes âgées et à l’autonomie (Delaunay, 2013). En effet, le peu de recherches menées en sciences sociales en France sur la question du vieillissement des hommes gays et sur leur rapport à leur sexualité constitue un obstacle majeur pour comprendre comment cette partie de la population, confrontée à de nombreux changements quant à la perception globale de l’homosexualité en France, vit ces transformations. Elle a en effet vécu la dépénalisation de l’homosexualité en 1981, a été immédiatement après confrontée à l’épidémie meurtrière du VIH/Sida, a ensuite connu la reconnaissance des unions homosexuelles à travers le Pacs et enfin, l’ou­verture du mariage aux couples de même sexe en 2013.

2Interroger la vie sexuelle des “vieux homosexuels” pose une triple question dans la mesure où cette problématique se situe au croisement de trois variables sociologiques : l’âge, le genre, et l’orientation sexuelle. L’âge a donné lieu à de nombreux travaux, que ce soit en termes de générations, d’âges de la vie, de passages ou de seuils d’âge, voire de genre et d’âge (Arber et al., 2007 ; Bozon et al., 2006 ; Caradec, 2004 ; Delbès et al., 1997 ; Lagrave, 2009). Historiquement, les limites du passage entre âge adulte et vieillesse ont varié. Dans les sociétés post-industrielles et sa­lariales, le début de la vieillesse est couramment associé au passage à la retraite, c’est-à-dire aux alentours de 60-65 ans (Caradec, 2004). Enfin, du point de vue du genre, il est souvent admis que la société est plus bienveillante vis-à-vis des hommes vieillissants que des femmes plus exposées à la disqualification associée aux stigmates physiques et esthétiques du vieillissement (Bretin/Gomez-Bueno, 2011 ; Lagrave, 2009 ; Löwy, 2006).

3S’agissant des travaux sur les personnes homosexuelles et bisexuelles, il est communément admis que les cultures gays et lesbiennes entretiennent un primat du jeunisme excluant de facto les vieux et les vieilles personnes d’un “marché de la sexualité” (Bessin, 2009 ; Heaphy et al., 2004). En 1967 déjà, William Simon et John Gagnon considéraient que, « dans notre société orientée vers la jeunesse, l’homosexuel a en commun avec l’hétérosexuel une autre crise du cycle de vie : la crise du vieillissement » (Simon/Gagnon, 2011 :15). Ils ajoutaient qu’« en général, l’homosexuel dispose de peu de ressources avec lesquelles affronter cette crise » (Ibid.). Plus récemment, Michel Bozon remarquait que,

  • 2 Bessin M., 2009.

[…] en milieu gai [sic], plus qu’en milieu lesbien, la valorisation de la jeunesse est extrêmement forte […]. Se maintenir jeune est un grand enjeu, d’où le recours à l’exercice physique, et aux salles de sport2 (Bessin, 2009 :126).

  • 3 Les hommes français (50-59 et 60-69 ans) sont “sexuellement actifs” pour respectivement 94% et 89%  (...)

4Les enquêtes menées en France sur la sexualité montrent que depuis le début des années 2000, nous observons une modification globale des pratiques sexuelles chez les personnes de plus de 60 ans. L’injonction sociale au maintien d’une sexualité active se manifeste notamment par une plus grande variété du répertoire des pratiques sexuelles, valorisant la sexualité non-pénétrative (Bajos et al., 20083). Le déplacement des normes sociales du désir n’est peut-être pas sans lien avec ce qu’Anthony Giddens (2004) qualifie de transformation des régimes de la sexualité. Il voit dans l’Occi­dent contemporain la fin d’un régime de sexualité procréative au profit d’une sexualité récréative ou plastique dont les ramifications s’éten­draient, petit à petit, jusqu’aux personnes âgées.

5Se pose donc la question de savoir comment les hommes homosexuels âgés et en bonne santé de 55 ans et plus parviennent à maintenir une activité sexuelle tout en faisant face à une exclusion du marché de la sexualité gay. Peut-on dès lors partir de l’hypothèse qu’en vieillissant les hommes gays en bonne santé seraient privés d’une vie sexuelle ?

6La sociologie francophone du vieillissement, tout comme celle de la sexualité n’ont que très peu investigué la question des métamorphoses du rapport à la sexualité des gays ; les quelques enquêtes menées privilégient une approche centrée sur le vieillissement des personnes vivant avec des maladies chroniques, tel le VIH (Coudray/De Carvalho, 2009 ; Desesquelles, 2013 ; Banens, 2016). Les travaux allemands et anglo-saxons relatifs à la question du vieillissement et de l’homosexualité soulignent quant à eux l’existence de grandes disparités concernant l’entretien d’une vie sexuelle avec l’avancement en âge (Berger, 1989 ; Bochow, 2005 ; Buba et al., 2003). Les dernières études réalisées au début des années 2000 montrent que les homosexuels âgés ne vivent pas forcément en solitaire ni isolés (Schlagdenhauffen, 2011). Ces résultats sont également valables pour les hommes vivant avec le VIH. Maks Banens remarque qu’en France, parmi les seniors homosexuels vivant avec le VIH, la vie en couple augmente spectaculairement avec l’âge :

De 32 % avant 50 ans, elle double presque (56 %) après cet âge. De nombreux hommes vivant seuls se sont donc (re)mis en couple et ce, très majoritairement, avec un autre homme séropositif (Banens, 2016 :124).

7Indépendamment de leur statut sérologique, une majorité des enquêtés vivraient donc en couple, sans toutefois forcément continuer d’entretenir des relations sexuelles avec leur partenaire. Banens (2016) note à ce sujet que, concernant les gays âgés vivant avec le VIH,

[…] dans la plupart des cas, les couples sont de nouveaux couples, constitués après la “rupture biographique” (Bury, 1982) que constitue la découverte du VIH, et ces nouveaux couples sont séroconcordants. Les couples se disent souvent “ouverts” et les relations sexu­elles sont davantage extra- qu’intraconjugales […]. Le recul de l’ac­tivité sexuelle, à l’intérieur comme à l’extérieur du couple, semble paradoxalement préserver le couple, désormais fondé avant tout sur l’affection (Banens, 2016 :127).

8Enfin, bien souvent, les gays âgés disent « avoir une préférence pour des partenaires plus jeunes qui auraient une préférence pour des hommes plus âgés » (Wernicke, 2001).

9Parallèlement, d’autres travaux soulignent que chez les hommes le désir sexuel semble décroître avec l’âge et avec l’augmentation des dysfonctions érectiles (DeLamater/Sill, 2005). En outre, une revue de littérature réalisée par Fredriksen-Goldsen et Muraco (2010) montre que le contexte biographique des personnes homosexuelles et bisexuelles vieillissantes est marqué, d’une part, par des formes de discriminations et de stigmatisations spécifiques (l’homophobie) et, d’autre part, par des changements récents du point de vue de la perception sociale des homosexuel-le-s : évolutions législatives récentes, plus grande acceptation sociale, etc. Ces transformations invitent à privilégier une perspective de recherche centrée sur les parcours de vie dans la mesure où il est difficile de saisir une classe d’âge sans tenir compte de facteurs structurels passés (Elder, 1994). Enfin, contrairement à ce qu’une sociologie spontanée pourrait nous laisser imaginer, les recherches anglo-saxonnes indiquent que l’homosexualité est perçue chez les hommes enquêtés comme une donnée favorable, admise et intégrée (Jones/Pugh, 2005). Ainsi, 80 % des homosexuels âgés seraient satisfaits de leur orientation sexuelle (D’Augelli et al., 2001). Les résultats de l’enquête menée par K. Slevin et T. Linneman (2010) vont dans le même sens : les gays témoignent d’un plus grand sentiment de liberté en prenant de l’âge. Ceci s’explique, d’une part, par l’expérience homosexu­elle, mais aussi par une aptitude à naviguer entre différents degrés de masculinités au cours de leur vie. Ainsi, selon les auteurs, à l’inverse des hétérosexuels, le vieillissement ne signifie par pour les gays une démasculinisation. Pour une majorité d’enquêtés, le secret de la plus grande acceptation de soi réside dans la flexibilité à négocier ce que signifie être un hom­me. Ils privilégient ce qu’ils appellent une masculinité authentique, ou pour le dire avec les termes de Connell et Messerschmidt des « motifs non hégémoniques » (2005 :848). À côté de ces éléments qualifiés de “positifs”, les enquêtés font aussi part de certaines critiques concernant la cultu­re gay qui privilégie et glorifie la jeunesse. Ceci les amène à négocier le corps vieillissant en tenant compte de cet état de fait. Certains avouent mentir sur leur âge lorsqu’ils font de nouvelles rencontres en se rajeunissent un peu. D’autres disent être particulièrement attentifs à maintenir un corps jeune et en forme (plus que les hétérosexuels selon eux). Ces résultats sont congruents avec ceux de Fredriksen-Goldsen et Muraco (2010 :401) qui remarquent que,

La négociation des transitions chez les gays et lesbiennes âgés durant leur parcours de vie les rend mieux équipés pour affronter le vieillissement que leurs homologues hétérosexuels.

10Cependant, ils soulignent aussi que ces conclusions sont également corrélées à une bonne santé et à la possession d’un statut social élevé.

II. Méthodologie et recueil des données

  • 4 Ce volet a été conduit par Romain Zlatanovic et les résultats présentés dans son mémoire de Master (...)

11Forte de ces résultats, l’enquête en cours cherche à investiguer la question de la transformation des pratiques et des représentations de la sexualité chez des hommes homosexuels vivant en France âgés de 55 à 75 ans. Pour l’heure, deux volets ont été menés. L’un, de type quantitatif, porte sur une étude de 392 profils personnels d’usagers franciliens d’un site de rencontres entre hommes (Gayromeo), se déclarant âgés de 61 ans et plus ; l’autre, de type qualitatif, repose sur la réalisation d’entretiens approfondis de type récits de vie (Bertaux, 2015) menés avec des utilisateurs du site se déclarant âgés de 55 ans et plus contactés via ce média, ainsi qu’au moyen d’une application dédiée pour smartphone (Grindr)4.

Profession et âge des enquêtés interviewés
Bastien, 51 ans, travaille dans la réglementation des télécommunications (Grindr).
Bertrand, 54 ans, réalisateur de documentaires (Grindr).
François, 64 ans, cadre de l’administration publique (Gayromeo).
Gérard, 58 ans, employé dans un cabinet juridique (Grindr).
Jean, 74 ans, enseignant d’histoire-géographie en retraite (Gayromeo).
John, 64 ans, ancien commerçant à la retraite (Grindr).
Jérémie, 66 ans, professeur en classe préparatoire scientifique retraité (Grindr).
Jérôme, 68 ans, éclairagiste à la retraite (Gayromeo).
Marc, 57 ans, conseiller municipal (Grindr).
Mathieu, 56 ans, ingénieur en télécommunications (Grindr).
Michel, 72 ans, ancien intermittent du spectacle (Gayromeo).
Olivier, 61 ans, retraité de l’administration publique (Grindr).
Pedro, 56 ans, né en Argentine, travaille dans l’humanitaire (Grindr).
Philippe, 57 ans, machiniste à la RATP, retraité (Grindr).
Sylvain 64 ans, retraité de la fonction publique (Gayromeo).
Théo, 67 ans, agent d’assurances à la retraite (Gayromeo).

12Dans ce cadre, les hommes ont été approchés via un message leur expli­quant la recherche menée, à savoir une enquête sociologique sur la sexualité des gays âgés. S’agissant de l’application dédiée sur smartphone, Romain Zlatanovic (étudiant en Master 2 à l’EHESS) a utilisé l’accroche suivante :

Salut, je ne sais pas du tout si tu as lu mon profil… pour tout te dire, je suis en master de sociologie du genre et je réalise un mémoire sur les conceptions du couple chez les homos. Pour ce faire, je réalise une quinzaine d’entretiens de personnes qui me raconteraient leur parcours sentimental/conjugal/sexuel. C’est assez intime je sais… mais peut-être que tu serais partant ? (Zlatanovic, 2015 :34).

  • 5 Pour le détail, voir l’encadré présenté ci-avant.

13Grâce à cette méthode, nous avons pu recueillir 18 entretiens. Ils ont été réalisés soit au domicile des enquêtés ou des enquêteurs, soit dans un lieu public (café). Ils ont été enregistrés avec l’accord des enquêtés et intégralement retranscrits. D’un point de vue sociologique, les enquêtés sont majoritairement employés et cadres ; seuls un ancien machiniste de la RATP et un ancien éclairagiste représentent la catégorie des ouvriers qualifiés5. Ils sont tous blancs, se déclarent en couple pour un tiers d’entre eux et bénéficient, lorsqu’ils sont retraités, de revenus confortables.

14Le taux de retour d’environ 25 % (18 entretiens sur une centaine de demandes), en apparence faible semble assez typique du peu d’intérêt que les utilisateurs des réseaux de rencontres témoignent pour la recherche universitaire. Ainsi, à titre d’exemple, Vincent Rubio (2015) indiquait un taux de retour de 25 à 30 % dans le cadre de son enquête sur l’escorting homosexuel via Internet. Enfin, dans le cadre de cette enquête, nous avons toujours eu le souci de la “bonne distance” (Clair, 2016 ; Schlagdenhauffen, 2014), déclinant certaines propositions sexuelles qui pouvaient nous être faites. D’ailleurs, comme dans le cas de l’enquête de Vincent Rubio (2015), la différence d’âge est apparue comme une dimension structurante de la relation avec les enquêtés, leur longue expérience de vie pouvant être mise à profit à travers de riches discussions, leur permettant de reconstruire, de manière rétrospective, leur parcours biographique (Bertaux, 2015) et leur trajectoire sexuelle (Comte, 2014).

15Dans la suite du propos, nous livrerons dans un premier temps quelques données statistiques issues de l’étude du site de rencontres entre hommes puis, dans un second temps, nous présenterons les résultats issus de l’ana­lyse des entretiens biographiques menés avec des hommes âgés de 55 à 75 ans. En faisant ainsi appel à un recueil de données qualitatives et quantitatives nous pourrons discuter la notion de déprise sexuelle suggérée par Marc Bessin et Marianne Blidon (2011) et comparer les résultats obtenus avec ceux des enquêtes anglo-saxonnes précitées (Frederiksen-Gold­sen/Muraco, 2010 ; Slevin/Linneman, 2010). Et cela afin de mieux comprendre les formes, les modalités et les enjeux du rapport entre sexualité et bonne santé.

III. Les homosexuels âgés présents sur Internet : une diversité de profils

16Un peu à l’image des annonces du Chasseur français analysées par François de Singly (1984), les profils des utilisateurs de sites internet sont susceptibles de receler une plus ou moins grande richesse. Au delà du caractère déclaratif des données recueillies, chaque profil indique l’âge, certaines mensurations et le type de profil recherché ainsi qu’un texte libre permettant de mettre en avant qualités, attentes et préférences de divers ordres.

17À titre d’exemple, le profil “Melun77” indique : « 70 ans, Melun, marié, plutôt passif, recherche “amour” avec utilisateur de 18 à 40 ans ». Et de préciser :

Clean cool, je n’ai pas le look papy bien que âgé. Plutôt branché, cherche son p’tit mec à aimer et protéger… pas de plan direct… pas d’escort… pas de correspondant lointain ! ! Pas de trop grand et pas de crade… romantique masculin apprécié.

18Dans le cadre de ce volet de l’enquête, 392 utilisateurs domiciliés à Paris et en région parisienne âgés de 61 ans et plus ont été recensés sur Gayromeo. Parmi ceux-ci, 129 possèdent un profil permettant une analyse de leurs préférences et de leurs recherches de rencontres physiques ou virtuelles avec d’autres hommes. L’âge moyen des profils d’utilisateurs est de 64,9 ans et l’âge médian de 64 ans sur une fourchette d’âges extrêmes allant de 60 à 80 ans. D’un point de vue descriptif, l’étude des profils nous permet d’en savoir plus sur le statut conjugal déclaré. Cependant, seuls 97 parmi les 129 utilisateurs ont indiqué un statut conjugal dans leur profil. Parmi ceux-ci, 22,5 % se déclarent comme étant en couple (22/97), 66 % se déclarent célibataires (64/97) et 11,5 % ne déclarent pas de statut (11/97). Nous observons donc parmi ceux qui déclarent un statut une grande prévalence d’utilisateurs s’auto-déclarant comme célibataires.

19S’agissant des pratiques sexuelles déclarées par ces hommes et de leurs préférences en termes actif/passif, sur 101 profils d’utilisateurs exploita­bles (car ayant rempli cette rubrique), 35,5 % se disent actifs ou plutôt actifs, 24 % actifs et passifs et 40,5 % passifs ou plutôt passifs. Nous observons donc à cet endroit un léger surnombre d’hommes se déclarant actifs ou plutôt actifs (un peu plus d’un tiers des profils exploitables).

20À propos des qualités et attributs mis en avant par les utilisateurs de plus de 60 ans, nous pouvons noter l’écoute : « Motard cuir actif et dynamique à l’écoute des autres (“Motarcho”, 62 ans) », la simplicité : « daddy qui aime le sexe chaud sans tabou et sans complication (“jcrocri”, 62 ans) », la tendresse : « tendre et câlin, sérieux et ouvert, fonctionne à l’affi­nité (“photix20”), 62 ans) », la conservation d’un physique agréable : « je ne suis pas bedonnant, j’ai toutes mes dents d’origine (“christian215”, 66 ans) », les performances sexuelles (intactes) : « actif, très actif endurant sexuel et sensuel, je reçois, je suis libre et disponible, seul et indépendant ne suis pas un emmerdeur (“jeanlouis75”, 64 ans) », ou encore la volonté de construire voire reconstruire un avenir à deux : « de nouveau tout seul après une longue et belle histoire d’amour, je recherche de nouveaux amis (non-fumeurs) à Paris qui aiment voyager et dîner au resto (64 ans) » et enfin l’humour : « Je ne suis pas vieux, simplement jeune depuis longtemps (“Blitzzz”, 67 ans) », ou « ce n’est pas l’âge qui compte, mais l’état d’esprit (“caressertoncorps”, 69 ans) ».

21Parallèlement, les indications peuvent être plus précises concernant le partenaire convoité. À cet égard, nous observons que 68 % de ces 101 utilisateurs se disent « assez ouverts » et effectuent ce que l’on pourrait nommer une “recherche combinée” (amour, amis, sexe). Ensuite, 23 % disent être à la recherche d’une relation sexuelle sans engagement ; 5 % recherchent de nouveaux amis et seulement 4 % déclarent rechercher exclusivement l’amour.

22Qu’il s’agisse d’amour ou de rencontres sexuelles furtives, ces hommes de 60 ans et plus n’envisagent pas des partenaires de n’importe quel âge. Ils disent rechercher en grande majorité un partenaire jeune, voire beaucoup plus jeune qu’eux : 26 % recherchent dans l’idéal un partenaire âgé de 18 à 19 ans, 10 % un partenaire âgé de 20 ans, 60 % un partenaire âgé de 20 à 30 ans et seulement 4 % recherchent un partenaire de 40 ans et plus. Donc, en résumé, les utilisateurs âgés de 60 ans et plus recherchent prioritairement des partenaires bien plus jeunes qu’eux. Se pose maintenant la question de savoir ce à quoi ils aspirent avec ces partenaires plus jeunes ?

23Un relevé des textes des profils permet dans un premier temps d’identi­fier les attentes : relations virtuelles ou réelles. Ainsi, certains utilisateurs disent rechercher du « sexe par caméra », tandis que d’autres indiquent explicitement vouloir trouver « des moments de tendresse partagée » ou vouloir rencontrer « un homme curieux de la vie ».

24D’autre part, les profils permettent d’en savoir plus sur les scripts sexuels envisagés (Gagnon, 2008 ; Giami, 2008), cette notion reposant sur le principe que nos expériences sexuelles découlent d’apprentissages sociaux. Ainsi, un des utilisateurs indique-t-il :

En couple depuis trop longtemps, j’aurais envie d’un complice (plus jeune) pour des moments d’évasion, une heure de galipettes, un jour de balade, ou même un petit voyage de temps en temps. Au lit, j’aime en prendre, mais aussi en donner, ça dépend des jours, du partenaire, de l’humeur, du jeu qu’on a envie de jouer. Avec un jeune homme à mes cotés, ni efféminé ni super-macho, ami, amant et complice (sans projets de mariage, lol), j’irais au bout du monde. Escorts bienvenus, si rencontres souriantes et sans chronomètre (“Trigay1066”, 65 ans, en couple).

25Ensuite, nous pouvons opérer une distinction entre les utilisateurs cherchant des pratiques “hard” et ceux préférant des pratiques “soft” (c’est-à-dire non pénétratives). Les utilisateurs recherchant des pratiques “hard” privilégient un vocabulaire cru et sexuellement explicite. Ainsi, “Chvraipaysan” (69 ans) indique qu’il « aime être possédé par gars barraké [sic], métier manuel actif, costo [sic], entreprenant » et “Pinelli” (61 ans) note : « Cycliste, ancien danseur, très cho [sic] aimant baiser en forêt […] ». Les utilisateurs recherchant des pratiques soft le signalent dans leur profil à l’exemple de “belhbcbg” (64 ans) qui précise : « recherche moments de tendresse et relation très câline dans le respect de l’autre, j’adore embrasser, caresser, lécher […] » ou de “sloogy” (63 ans) qui écrit : « langue de velours pour bijoux de famille ».

26Enfin, comme nous l’avons vu, de nombreux utilisateurs disent chercher un homme plus jeune. Nous pouvons ainsi lire « Mur [sic], bel homme, marié, sain, discret et de base hétéro, cherche jeune minet (“murvic75”, 60 ans) » ou, « Plutôt actif, je cherche un garçon beaucoup plus jeune que moi et non vénal. Je ne cherche que du réel (“archi92200”, 61 ans) », voire « je recherche un petit mec assez jeune et mince pour un plan cul avec un suivi c’est mieux ! ! Mec vénal s’abstenir (“parisard”, 68 ans) », « Je suis à la recherche d’un jeune homme 18/30 ans pour une relation vraie (“plaisirshom”, 64 ans) », « je suis vieux mais je n’aime que les beaucoup plus jeunes que moi qui pourraient être mon petit fils (“jeanmarie35”, 68 ans) », ou enfin « Mur, bel homme, marié, sain, discret et de base hétéro, cherche jeune minet soumis pour me déstresser (“murvic75”, 60ans) ».

27La lecture des textes de profils souligne une préférence récurrente pour des hommes plus jeunes. La bonne santé apparaît aussi parmi les critères mis en avant. Cet élément se retrouve dans certains profils, tel celui de “maxitendre”, 75 ans : « Mur [sic], travesti, divorcé et retraité sain de corps et d’esprit, sans problème particulier, sympa, épicurien, tendre ». Pour terminer, plusieurs utilisateurs indiquent être ouverts à des rencontres avec des escorts (Bigot, 2009) ou des prostitués, question qui sera explorée plus avant.

28Les aspects explorés grâce à l’enquête menée sur Gayromeo montrent que les utilisateurs de plus de 60 ans de ce site de rencontres recherchent presque toujours des hommes bien plus jeunes qu’eux. Dans ce cadre, ils mettent en avant un certain nombre de qualités liées à leur maturité, notamment la disponibilité, l’expérience de la vie et l’expérience sexuelle. Nous observons aussi une prédilection pour des relations sexuelles sans engagement puisque seuls quelques uns disent rechercher un partenaire sur la durée. À en croire les textes de profils, nous pouvons affirmer que seuls quelques uns utilisent ce type de plateforme en vue d’y trouver ou retrouver un partenaire stable.

IV. De l’entrée en sexualité à aujourd’hui

29L’entrée dans la sexualité varie selon les individus, mais il semble néanmoins que l’on puisse y observer un effet de génération (Mannheim, 2011). L’idée est à mettre en lien avec la manière dont les concernés assument et endossent un rôle et une identité homosexuels (McIntosh, 2011 ; Mellini, 2009). Pour plusieurs des enquêtés, la crainte d’une réaction négative de la part de leur famille a joué un rôle déterminant durant leur jeunesse. Certains affirment toutefois avoir rapidement embrassé un rôle homosexuel (McIntosh 2011 ; Zlatanovic, 2015 :47), tel Pedro, 56 ans, qui travaille dans l’humanitaire :

Ma première relation gay complète c’était à seize ans, avec un gars qui travaillait pour la famille. Il disait qu’il pensait tout le temps à moi. Il avait presque vingt ans de plus que moi. C’était la découverte, quoi… pas quelque chose d’amoureux. Il y avait un peu d’affection parce qu’il travaillait à la maison, qu’il connaissait la famille, mais pas plus…

30D’autres ont vécu une entrée dans la sexualité homosexuelle sur le mode de la dissimulation. Romain Zlatanovic considère à cet égard que ceux-ci ont pour ainsi dire « subi le rôle » (Zlatanovic 2015 :50), tel Philippe, 57 ans, machiniste à la RATP préretraité, qui, en entretien, rapporte les propos suivants :

[lorsque j’étais jeune,] je me mettais en position de proie, de victime consentante, parce que je ne voyais pas d’autres possibilités. […] C’était physiquement douloureux puisque je n’étais pas vraiment en acceptation de ce qu’il se passait […] Jusqu’à l’âge de trente ans, j’ai eu une vie sexuelle complètement misérable et douloureuse surtout.

31D’autres encore, empruntant un troisième type de trajectoires, ont tardé à endosser ce rôle, généralement après avoir connu une relation hétérosexuelle de longue durée. Ces parcours sont à mettre en parallèle avec ceux des “pères de familles”, comme les appelle Michael Bochow (Bochow, 2005 ; Schlagdenhauffen, 2011). Ils sont souvent caractérisés par l’entretien de relations sociales et familiales riches, notamment avec les enfants.

32Enfin, s’agissant des autres enquêtés, nous observons des trajectoires complexes, faites d’engagement et de désengagement, d’incertitudes quant à l’endossement d’un rôle homosexuel. Dans certains cas, la sexualité homosexuelle peut-être mise en sommeil, éventuellement “refoulée”, pour adopter un terme issu de la psychanalyse.

33L’année 1968 est régulièrement évoquée en tant que tournant dans la trajectoire des enquêtés (Bessin et al., 2010). En effet, en cours d’entretien, 1968 est apparu comme un thème récurrent. Tous les enquêtés sont revenus sur ce moment historique qualifié par Alain Giami et Gert Hekma (2015) de “troisième révolution sexuelle”. Il se caractérise par « l’irruption sur la scène politique de la jeunesse, des femmes, des gays, des lesbiennes et des marginaux » (Giami/Hekma, 2015 :37) et par la remise en question des idées reçues sur l’homosexualité en tant que péché, maladie ou crime grâce notamment au “mouvement de libération gay” (Sibalis, 2015).

34Pour certains, 1968 s’inscrit comme un moment d’émancipation qui a profondément réorienté leurs trajectoires individuelles. Pour d’autres, évoquer mai 1968 peut aussi être l’occasion de glisser une critique sur cette expérience. Pour Jean, 74 ans, enseignant d’histoire-géographie en retraite :

[…] mai 68, c’était un mouvement d’enfants gâtés, quand même. D’ailleurs, c’est ce que disait Pasolini : ‘Moi je suis du côté des CRS, parce que les CRS sont des fils d’ouvriers alors que les révolutionnaires sont des fils de bourgeois’.

35Dans d’autres cas, 1968 fut directement relié au thème de la sexualité : Jérôme, 68 ans, éclairagiste à la retraite, qui a vécu 25 ans en ménage à trois affirme à un moment : « Nous, on est de la génération ‘68, la liberté sexuelle, les partouzes, etc. ». Pour François, 64 ans, « Mai 1968 fut le mo­ment […] de tout essayer » et c’est entre 1968 et 1970 qu’il eut trois expériences hétérosexuelles.

361968 s’inscrit donc comme une expérience relevant de la mémoire collective (Halbwachs, 1950), un événement remémoré et évoqué comme un âge d’or, un âge de tous les possibles même si, pourtant, ce momentum renvoie à une époque où il n’était pas très aisé pour un homme de vivre son homosexualité. Là aussi, certains enquêtés sont revenus sur l’amende­ment Mirguet qui a fait de l’homosexualité un “fléau social” à partir de 1960, sur les descentes de police, le fichage des homosexuels qui eut cours jusqu’en 1980 (Idier, 2013 ; Sibalis, 2015).

37Jean se souvient à ce propos :

Il y avait quelque chose de très amusant – bien que je n’aie jamais aimé les boîtes homosexuelles – il y en avait une qui était très, très sympathique, où j’allais pratiquement tous les soirs (j’habitais sur le boulevard à l’époque), parce que vraiment, on se retrouvait… C’était petit, c’était charmant. Donc les garçons dansaient entre eux, mais le patron, fine mouche, avait placé quelqu’un à l’extérieur et quand ce quelqu’un de l’extérieur voyait s’approcher quelqu’un qu’il ne connaissait pas, ou dont il n’était pas très sûr, il actionnait une petite sonnette, et il y avait une lumière rouge qui s’allumait et les garçons s’écartaient et se mettaient à leurs tables, en attendant que l’alerte soit passée. Vous voyez ?

38Les années 1960 et 1970 sont évoquées dans les entretiens comme une période de liberté, à l’exception d’un interviewé qui s’est montré particulièrement critique sur le sujet.

39À l’inverse de cette période de libération, les enquêtés ont plusieurs fois fait référence à un repli qu’ils ont connu à partir de la quarantaine ou de la cinquantaine. Il est possible d’associer cet épisode à l’émergence de l’épidémie du VIH/SIDA dans les années 1980. Le SIDA et ses ravages constituent une thématique qui, sans qu’il fût nécessaire de l’aborder directement, s’est invitée régulièrement dans les entretiens, avec une charge émotionnelle indéniable (Zlatanovic, 2015 :40). Nombreux sont ceux qui ont rappelé les pertes colossales et traumatiques subies dans leur entourage du fait de l’épidémie (Dodier, 2003 ; Pollack, 1988), comme Olivier, 61 ans, retraité de l’administration publique : « tous mes ‘copains’ étaient séropositifs et deux en sont morts ». Cependant, aucun des enquêtés n’a fait part de sa propre séropositivité, tous signalant être passés entre les mailles du filet, sans forcément pour autant en expliquer la raison. C’est le cas de François 64 ans, cadre de l’administration publique :

- François : Antoine P*** qui était un bon ami, qui a été très actif dans Gai Pied, est mort du SIDA.
- R. S. : Et les années SIDA, vous avez perdu beaucoup de monde ?
- François : Oui. Ça a été dramatique. Des amis qui me manquent encore aujourd’hui.
- R. S. : Et comment ça se fait que vous ayez été épargné ?
- François : C’est une bonne question. Par chance et par prudence. Dès qu’on a su…
- R. S. : Donc vous avez pris les mesures nécessaires ?
- François : Dès qu’on a su. Ceux qui y sont restés, c’est ceux qui ont été contaminés trop tôt.
- R. S. : Et aucun de vos partenaires ?
- François : C’est étrange que je ne me sois jamais posé la question !

40Enfin Jean, 74 ans, évoque lui aussi le SIDA lorsque je lui demande, en cours d’entretien, s’il pense parfois à la mort :

Je vous dirais ce que m’a dit un jour un de mes jeunes amis, avec qui je n’ai pas eu de relation et qui est mort du SIDA ; je crois que c’est la veille ou l’avant-veille de sa mort, j’étais allé le voir à l’hôpital (il était très croyant) et il me dit : ‘Tu sais, si je dois mourir, je meurs, je me mets dans les mains de Dieu, mais si Dieu voulait me laisser encore un peu de temps, je ne dirais pas non’. Alors, si vous voulez, la mort ne me fait pas peur, mais je ne voudrais pas qu’elle vienne maintenant, parce que je suis tellement bien, que ça serait vraiment bête !

41Une autre étape délicate dans les parcours de vie des enquêtés semble être la cinquantaine. Cette étape, décrite précédemment par Simon et Gagnon (2011), correspond à celle préfigurant la “crise du vieillissement”. À ce propos, en cours d’entretien, Jean affirme lui aussi, que

Dans l’homosexualité, il y a un âge terrible, c’est entre 45 et 60 ans. On est trop vieux pour attirer ceux qui aiment les jeunes et trop jeune pour attirer ceux qui aiment les vieux.

42D’où cette remarque quasi récurrente concernant la soixantaine, qui apparaît comme un moment libérateur. Jérôme, éclairagiste à la retraite, 68 ans lui aussi, estime à ce sujet que, « maintenant, depuis mes 60 ans, je recommence à avoir du succès. C’est marrant, je ne sais pas pourquoi… c’est bizarre ».

43Ces avis – ou tout du moins les récits rétrospectifs recueillis – vont à l’encontre de ce que l’on aurait pu attendre, à savoir un déclin de la sexualité. La cinquantaine est effectivement remémorée comme un âge ingrat tandis qu’à partir de la soixantaine, tout semble de nouveau s’éclaircir. Plusieurs explications nous furent données à ce sujet. Ainsi, pour l’un des enquêtés,

En vieillissant, vous acquérez une assurance, une maturité, vous écartez ce qui n’a pas d’importance. C’est tout ! On ne peut pas dire que ça vient du jour au lendemain, c’est une évolution. Comme pour toute notre vie, dans tous les domaines, c’est une évolution !

44Une telle affirmation corrobore les résultats de Slevin et Linneman (2010).

45Par ailleurs, dans notre échantillon, l’orientation sexuelle semble mieux acceptée avec l’âge. Ces résultats font écho à ceux de Fredriksen-Goldsen et Muraco (2010). De même, la question de l’aptitude à être performant sexuellement semble avoir perdu de son importance. Jean, 74 ans, rappelle ainsi en cours d’entretien :

J’ai une sexualité. Voilà ! Et je la vis très bien. Je la vis même mieux que lorsque j’étais jeune. Quand j’étais jeune, ce n’était pas facile. […] Je vais vous surprendre, je n’ai jamais eu une vie sexuelle aussi abondante et aussi épanouissante que depuis quelques années. Je vous assure, j’en suis moi-même étonné, c’est étrange.

46L’emploi de termes tels que “c’est étrange”, “c’est bizarre” qualifie à la fois le processus de remémoration imposé par l’entretien biographique, mais aussi la surprise que les enquêtés éprouvent à l’idée de constater et de nommer une sexualité qu’ils qualifient d’épanouie.

47À cet endroit, les résultats concernant le rapport subjectif à la sexualité tel qu’il apparaît dans l’enquête est à mettre en perspective avec les résultats obtenus par Raymond Berger (1989) ou Michael Bochow (2005). Les deux auteurs ont noté en effet, d’une façon générale, un déclin sexuel à partir de la cinquantaine. En effet, dans le cas de Berger, qui réalisa son enquête durant les années 1980, l’âge minimum des hommes constituant son échantillon était de 45 ans, tandis que chez Bochow les plus jeunes étaient des cinquantenaires. Toutefois, deux différences majeures existent entre les enquêtes précitées et la parole qui est recueillie dans le cadre de notre enquête. Elles résident, d’une part, dans les transformations récentes du rapport à la sexualité et, d’autre part, dans l’usage d’Internet qui ne s’est développé en France, à la suite du Minitel, en tant que moyen de rencontres, qu’à partir des années 2000 (Schafer/Thierry, 2012).

V. Internet, un nouveau lieu de rencontres

  • 6 Le Marais désigne le “quartier gay” de Paris. Il est situé non loin de l’hôtel-de-ville.

48Depuis quelques années, Internet est devenu un lieu de plus en plus commun pour réaliser des rencontres (Bergström, 2015 ; Chenavaz/Paraschiv, 2011 ; David, 2013). Les interviewés qui ont participé à l’enquête (notamment en raison de la méthode de recrutement) ont rapidement saisi l’intérêt de ce média et des sites de rencontres pour les personnes de même sexe. Plusieurs d’entre eux établissent d’ailleurs une opposition spontanée entre Le Marais6 et Internet. Le Marais, et plus généralement la scène gay, sont en effet considérés comme particulièrement violents et excluants pour les hommes âgés de plus de 40 ans (Giraud, 2014). Ce quartier apparaît dans les entretiens réalisés comme figure repoussoir. Parmi d’autres raisons, les enquêtés évoquent leur âge, qu’ils estiment trop avancé :

Avant je fréquentais beaucoup le quartier – j’y habite – avec le temps, avec mon âge, 64 ans, je le fréquente de moins en moins, sauf pour les restaurants. À partir d’un moment, j’en avais marre d’être le plus âgé dans les différents clubs – et j’aime pas la façon dont la jeunesse regarde les plus anciens, avec mépris – j’imagine que j’étais comme ça aussi (John, 64 ans).

49De même, Bastien, 51 ans, employé dans la réglementation des télécommunications, indique : « mon rapport est de plus en plus difficile car vu l’âge que j’ai, j’ai passé le temps de faire les stars. Donc je fréquente très peu le Marais ».

  • 7 Ces résultats ne sont toutefois pas généralisables à l’ensemble des hommes gays et bis âgés et en b (...)

50Parallèlement, parmi les enquêtés, plusieurs ont pris soin de rappeler à quel point, malgré leur âge, ils avaient encore “des envies”. Et Gérard, 58 ans, employé dans un cabinet juridique, de conclure : « Si tu es homo ça va te faire mal, à 30 ans, t’es limite baisable, à 40 ans, t’es imbaisable, et à 50 ans, tu payes ». Cet avis n’est toutefois pas généralisable à tous les enquêtés, plusieurs, comme nous allons le voir, indiquant qu’Internet est aussi un lieu permettant de rencontrer des hommes plus jeunes qui sont simplement intéressés par des hommes plus âgés. Concrétiser des rencontres grâce à Internet fait partie des stratégies employées par ces enquêtés ; il s’agit pour eux d’une opportunité fantastique de trouver de nouveaux partenaires7.

  • 8 Bessin M., 2009, pp.123-132.

51Pour Michel, ancien intermittent du spectacle, 72 ans, « Internet, c’est la réhabilitation des vieux. [Car] dans les lieux gays, c’est la jeunesse qui l’emporte ». Selon lui, et cela confirme ce qu’affirme Michel Bozon8, il existe une injonction à la jeunesse et une stigmatisation des vieux. Cependant, poursuit-il « sur Internet, ceux qui aiment les vieux – et il y en a beaucoup, et des gens vachement bien – ne se gênent pas pour draguer. Donc, j’ai plus de succès maintenant ». Jean, 74 ans, professeur d’histoire-géographie à la retraite confirme :

Je vous assure que je n’ai jamais eu autant d’aventures sexuelles que depuis que j’ai Internet. Figurez-vous que cet ordinateur m’a été offert pour mes 70 ans et que mon petit cousin m’a inscrit [sur le site].

52Se pose dès lors la question de savoir quelles pratiques sexuelles ont les enquêtés avec leurs partenaires ?

VI. Une diversification du répertoire des pratiques

53Les discussions ont montré que, chez les plus de 60 ans, dans le cas des relations sexuelles entre personnes de même sexe, le registre des pratiques s’abstrait, pour partie seulement, de la pénétration. Par ailleurs, les pratiques sont marquées par le clivage actif/passif. Plus généralement, les enquêtés font part d’une préférence pour les caresses, les baisers, les relations bucco-génitales, bucco-anales. Ces modifications semblent liées à différents troubles inhérents à l’avancée en âge dont des troubles physiologiques, musculo-squelettiques et, pour un enquêté, à une opération consécutive à un cancer de la prostate.

54Ainsi, Jérôme, 68 ans, qui a toujours été actif et affirme ne pas pouvoir psychologiquement être passif, dit faire « l’amour sans pénétration » depuis son opération de la prostate. Pour d’autres, les troubles érectiles sont de plus en plus récurrents. Certains, à l’instar de Michel, ancien intermittent du spectacle, tentent d’y remédier en recourant à des substances qui favorisent l’érection :

  • 9 Il s’agit d’une marque commercialisant le Tadalafil, molécule traitant les dysfonctions érectiles. (...)

J’avais plus d’éjaculation. Mon urologue m’a tout expliqué. C’est le diabète qui casse ça. Quand je veux faire quelque chose, je prends du Cialis9. Ca ne marche pas trop mal. Le Cialis, je le prends en dose maximum.

55À l’inverse, d’autres, comme François préfèrent annoncer d’entrée de jeu que les érections sont devenues aléatoires :

Mais je suis honnête, je dis aux garçons : ‘un, je suis passif et deux, une fois sur deux ça marche pas’. Comme ça, y’a pas de surprise. C’est honnête, non ? Je ne vais pas dire que je suis un étalon, alors que je ne le suis pas !

56Par ailleurs, à côté des dysfonctions érectiles, les troubles de la mobilité sont irrémédiablement associés au vieillissement. Là aussi, comme le dit avec beaucoup de poésie Jean, 74 ans :

Si j’ai de la mobilité au lit ? … Moins, c’est certain. Mais voyez-vous, et c’est ça qui est merveilleux dans la situation, avec des jeunes hommes qui aiment les gens de mon âge, ils savent très bien quelles sont les possibilités d’immobilité ou de mobilité réduite. Et donc, à la limite ils m’aident. Ils m’aident à me lever, mais enfin, je suis quand même assez mobile. Oui. […]. Et vous savez quoi ? Je trouve ça beau parce que c’est une preuve d’affection et ensuite parce que c’est très confortable pour quelqu’un de mon âge, de ne pas avoir à faire semblant d’être ce que l’on n’est pas. Ça c’est merveilleux !

57Où nos interviewés rencontrent-ils ces hommes qui aiment les vieux ? Jean, dont nous venons de citer le propos n’a jamais eu recours à des relations tarifées, autrement dit à des escorts. En revanche, pour Claude et Michel, les escorts sont envisagés comme une stratégie permettant de satisfaire leur désir sexuel. Jérôme et Michel ont fait d’amples développements sur les avantages qu’ils leur trouvent, mais aussi sur leur capacité à séduire. Comme le dit Jérôme, qui a recours aux escorts depuis son cancer de la prostate :

Tu choisis des mecs qui te plaisent, sans te demander si tu leur plais. Mais cela dit, tu essaies de leur plaire quand même ; c’est pas totalement à sens unique. Parce qu’un garçon, il faut quand même qu’il agisse.

58Dès lors, c’est tout un jeu de séduction qui s’institue, marqué par la capacité de plaire et l’attente d’une confirmation en retour – que celle-ci soit feinte ou non – par l’escort (Rubio, 2013). Ainsi, Michel, 72 ans, a trouvé en son homme de ménage un partenaire sexuel : « avec Mohamed deux fantasmes se retrouvent : l’argent et la nudité ». Cette relation donne lieu à un ample développement durant l’interview :

Vers 2008, je note sur mes carnets intimes : ‘la relation avec Mohamed change complètement. C’est de mieux en mieux et de plus en plus fort’. J’étais amoureux depuis longtemps, mais il disait ‘non, non, non’. Maintenant, c’est l’homme de ma vie. […] Je fais l’éloge de la prostitution masculine, c’est très pratique. On se met d’accord sur une prestation et on fait.

59D’autres usagers ont aussi témoigné de leur habitude de faire appel à des escorts. Ainsi, John, 64 ans, ancien commerçant à la retraite, admet parfaitement ces pratiques, tout en prenant soin malgré tout de justifier leur caractère légitime :

Oui ça m’arrive. Pourquoi ? Car je peux me le payer et j’aime les belles choses – à mon âge c’est pas les petites beautés que je vois partout qui vont me sauter au cou –, aujourd’hui je dirais une fois tous les deux mois, je me paie un délice.

60Ici, la prostitution est évoquée en des termes évoquant une certaine objectivation (“les belles choses”) et la transaction commerciale (“se payer un délice”), sans souci de la situation du prostitué, toujours imaginée com­me pleinement choisie (Bigot, 2009). Quant à Marc, 57 ans, conseiller municipal, il explique d’abord sa préférence pour les jeunes de moins de trente ans, et la bien plus grande facilité avec laquelle un rapport peut se concrétiser lorsqu’il est tarifé :

Le monde homosexuel, c’est un monde de vices. ‘Ah, tiens tu me veux ? Je viendrai passer 30 minutes… ça ira très vite… ça ira très vite, ce sera tarifé, et bye bye’. C’est vrai que c’est plus facile de gagner 80 euros en 35 minutes, plutôt que de travailler en tant qu’étu­diant pour se faire 80 euros par semaine… Voilà la nouvelle façon… la dérive… je ne sais pas si c’est du monde gay, de la société de consommation ou de notre société tout court aujourd’hui… Après… Nous, les plus anciens... nous voulons de la chair fraîche, faut être honnête.

61Dans le propos de Marc, on retrouve la notion de « client récréatif relationnel » développée par Bigot (2009 :24), « pour qui l’ambiance globale de la rencontre est tout aussi importante, si ce n’est plus, que la relation sexuelle en elle-même », ces clients appréciant notamment de passer un temps plus important avec le prostitué, de façon à ce qu’une relation soit simulée. Ainsi, avec l’âge et la sensation de la finitude des choses, la sexu­alité tarifée semble apparaître comme une solution possible pour nombre d’enquêtés. Elle s’inscrit souvent en parallèle d’une réflexion sur l’avenir, thème qui s’est révélé délicat à évoquer lors des entretiens. À ce sujet, Jean fut très clair :

Je vous parle du présent déjà. Le présent pour moi, c’est de faire tout ce qui m’est possible de faire tant que je peux. Et le jour où ça s’arrêtera – parce que ça s’arrêtera bien un jour, d’une manière ou d’une autre – et bien tant pis, j’aurai quand même de beaux souvenirs. Mais pour le moment, je suis avide du sexe des garçons. Voilà ! […] Et la maison de retraite. Non, ça non. Plutôt mourir.

62Ce dernier extrait d’entretien montre à quel point la maison de retraite est un endroit où l’on entre à reculons. De même ajoute t-il, « la maison de retraite, j’y ai vu ma marraine, c’était horrible. Les maisons de retraite, ça me fait peur ».

63L’avenir est pour certains des enquêtés en effet une source d’angoisse et de tensions internes, émaillées par la peur de la décrépitude, de la perte de leurs moyens, du contrôle de soi. Ainsi Claude affirme en fin d’entretien : « l’avenir, je le vois mal… je vais perdre mes facultés, mes moyens, et ça va me faire de la peine ». Ces questions mériteraient d’être développées plus avant avec des gays âgés dans une phase ultérieure de l’enquête.

VII. Conclusion et limites

64Au terme de cet article, nous avons pu observer que l’entrée de la sexualité des enquêtés et leurs trajectoires sexuelles sont plutôt sinusoïdales. Les parcours de vie de ces hommes sont marqués par une entrée dans la sexualité gay plus ou moins rapide, l’expérience successive de relations de couple plus ou moins longues, entre 20 et 50 ans, un creux dans leur carrière sexuelle autour de la cinquantaine, puis un regain d’intérêt pour la sexualité et les rencontres à partir de la soixantaine. Ce regain peut être explicité de différentes manières, notamment en raison de l’accès à Internet mais aussi, pour certains, par l’entretien de relations sexuelles tarifées en tant que supplétif à des relations devenues difficiles à négocier autrement. Enfin, la bonne santé semble être un facteur déterminant pour le maintien d’une vie sexuelle – et cela malgré certaines limitations liées à l’avancée en âge (troubles musculo-squelettiques, physiologiques, troubles érectiles), tout comme la possession de revenus moyens voire élevés.

65Malgré toutes les limites d’une recherche en cours, nous avons considéré comme important de restituer la parole recueillie ainsi que la manière dont les enquêtés ont pu parler de leur vie et de leur sexualité. Les quel­ques trajectoires de vie représentent celles d’hommes blancs, insérés dans la société (vie associative, voyages, cercles de sociabilités) qui ont déployé des stratégies diverses afin d’entretenir une vie – y compris sexuelle – active. Une suite de l’enquête pourrait être développée en approfondissant à plus grande échelle la question du vieillissement chez les LGBT, tout en prenant également en considération les questions de “race” et de classe sociale afin de dépasser les limitations intrinsèques à l’échantillon sur lequel a porté notre analyse.

Haut de page

Bibliographie

Arber S. et al.,
2007 “Changing Approaches to Gender and Ageing : Introduction”,
Current Sociology, n° 55, pp. 147-153.

Bajos N. et al.,
2008 Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008.

Balard F.,
2013 “ ’Bien vieillir’ et ‘faire bonne vieillesse’. Perspective anthropologique et paroles de centenaires”, Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], n° 44-1, pp. 75-95.

Banens M.,
2016 “Les relations sexuelles des seniors vivant avec le VIH”, Sexologies, vol. 25, n° 3, 2016, pp. 122-127.

Berger R.,
1989
Gay and Grey : The Older Homosexual Man, New York, Routledge, 1989.

Bergström M.,
2015 “L’âge et ses usages sexués sur les sites de rencontres en France (années 2000)”, Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 42, pp. 125-146.

Bertaux D.,
2015 Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2015.

Bessin M.,
2009 “Les âges de la sexualité. Entretien avec Michel Bozon”, Mouvements, n° 59, pp. 123-132.

Bessin M. et al.,
2010 Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Bigot S.,
2009 “La prostitution sur Internet : Entre marchandisation de la sexualité et contractualisation de relations affectives”, Genre, sexualité & société, [En ligne], n° 2, np.

Bochow M.,
2005
Ich bin doch schwul und will das immer bleiben, Berlin, rosa Winkel.

Bozon M., Beltzer N.,
2006 “La vie sexuelle après une rupture conjugale. Les femmes et la contrainte de l’âge”, Population, n° 4, pp. 533-551.

Bretin H. et al.,
2011 “Du tabou à l’incitation. Vieillissement et redéfinition des relations de genre en Espagne”, Genre, Sexualité & Société, [En ligne], n° 6, np.

Buba H.-P., Weiss H.,
2003
Einsamkeit und soziale Isolation schwuler Männer, Düsseldorf, Ministerium für Gesundheit, Soziales, Frauen und Familie.

Bury M.,
1982 “Chronic Illness as Biographical Disruption”,
Sociology of Health and Illness, vol. 4, n° 2, pp. 167-182.

Caradec V.,
2004 Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, PUF.

Chenavaz R., Paraschiv C.,
2011 “Processus de rencontre sur Internet : une étude empirique de la perception du risque”, Management & Avenir, n° 44, pp. 124-146. 

Clair I.,
2016 “La sexualité dans la relation d’enquête. Décryptage d’un tabou méthodologique”, Revue française de sociologie, vol. 57, pp. 45-70.

Comte J.,
2014 Prostitution et travail du sexe. État de la recherche, Saint Zenon, Louise Courteau.

Connell R. W., Messerschmidt J. W.,
2005 “Hegemonic Masculinities : Rethinking the Concept”,
Gender & Society, n° 19, pp. 829-859.

Coudray M., Carvalho E. De,
2009 Vivre et Vieillir ave le VIH en 2009, Pantin, Observatoire Sida Info Service.

Courduriès J.,
2011 Être en couple (gay) : Conjugalité et homosexualité masculine en France, Lyon, PUL.

D’Augelli A. et al.,
2001 “Being Lesbian, Gay, Bisexual, and 60 and Older in North America”,
Journal of Homosexuality, vol. 13, n° 4, pp. 23-40.

Delamater J., Sill M.,
2005 “Sexual Desire in Later Life”,
The Journal of Sex Research, vol. 42, n° 2, pp. 138-149.

Delbes C., Gaymu J.,
1997 “L’automne de l’amour : la vie sexuelle après 50 ans”, Population, n° 6, pp. 1439-1483.

Desesquelles A. et al.,
2013 Étude sur la prise en charge des personnes vieillissantes vivant avec le VIH/sida, Rapport d’étude de la Direction générale de la santé, 2013. http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_Etude_PVVIh_vieillissantes_mars2013_DGS_Plein_sens_2_.pdf

Dodier N.,
2003 Leçons politiques de l´épidémie de Sida, Paris, EHESS.

Elder G.,
1994 “Time, Human Agency, and Social Change. Perspectives on the Life-Course”,
Social Psychology Quarterly, vol. 57, n° 1, pp. 4-15.

Fenge L., Hicks C.,
2001 “Hidden Lives : the Importance of Recognizing the Needs and Experiences of Older Lesbians and Gay man within Healthcare Practice”,
Diversity in Health and Care, n° 8, pp. 147-154

Fredriksen-Goldsen K.-I., Muraco A.,
2010 “Aging and Sexual Orientation : A 25-Year Review of the Literature”,
Research on Aging, vol. 32, n° 3, 2010, pp. 372-413.

Gagnon J.,
2008 Les scripts de la sexualité, Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot.

Giami A.,
2008 “John Gagnon et la perspective des scripts sexuels”, in Gagnon J., Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot, pp. 7-36.

Giami A., Hekma G.,
2015 Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine.

Giddens A.,
2004 La transformation de l’intimité : sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Rodez, Le Rouergue/Chambon.

Giraud C.,
2014 Quartiers gays, Paris, PUF.

Halbwachs M.,
1950 La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Heaphy B. et al.,
2004 “Aging in a non-Heterosexual Context”,
Ageing and Society, n° 24, pp. 881-902.

Hostetler A. J.,
2004 “Old, Gay, and Alone ? The Ecology of Well-Being among Middle-Aged and Older Single Gay Men”,
in Herdt G., De Vries B., Gay and Lesbian Aging : Research and Future Directions, New York, Springer, pp. 143-176.

Idier A.,
2013 Les Alinéas au placard : L’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, Cartouche.

Jones J., Pugh S.,
2005 “Ageing Gay Men”,
Men and Masculinities, vol. 7, n° 3, pp. 248-260.

Lagrave R.-M.,
2009 “Ré-enchanter la vieillesse”, Mouvements, n° 59, pp. 113-122.

Lindau S. T. et al.,
2007 “A Study of Sexuality and Health among Older Adults in the United States”,
New England Journal of Medicine, n° 375, pp. 762-774.

Löwy I.,
2006 L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute.

Mannheim K.,
2011 Le problème des générations, Armand Collin, Paris, [1928].

Marshall B. L.,
2006 “The New Virility : Viagra, Male Aging and Sexual Function”,
Sexualities, vol. 9, pp. 345-362.

McIntosh M.,
2011 “Le rôle homosexuel, [1968]”, Genre, sexualité & société, [En ligne], Hors-série n° 1, np.

Mellini L.,
2009 “Entre normalisation et hétéronormativité : la construction de l’identité homosexuelle”, Déviance et société, vol. 33, pp. 3-26.

Pollack M.,
1988 Les homosexuels et le SIDA, Sociologie d’une épidémie, Paris, Métailié.

Price E.,
2005 “All but Invisible : Older Gay Men and Lesbians”,
Nursing Older People, n° 17, pp. 16-18.

Rivière C-A.,
2015 “La drague gay sur l’application mobile Grindr. Déterritorialisation des lieux de rencontres et privatisation des pratiques sexuelles”, Réseaux, n° 189, pp. 153-186.

Ronan D.,
2013 “S’aimer sans s’éprouver. De la virtualisation de la rencontre à la liquidation du sentiment amoureux”, Le sociographe, n° 43, pp. 59-69. 

Rubio V.,
2013 “Prostitution masculine sur Internet. Le choix du client”, Ethnologie française, vol. 43, pp. 443-450.

Schafer V., Thierry B.,
2012 Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Paris, Nuvis, Cigref.

Schiltz M.-A.,
1998 “Le couple homosexuel : un ordinaire insolite”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 125, pp. 30-43.

Schlagdenhauffen R.,
2011 “Rapports à la conjugalité et à la sexualité chez les personnes âgées en Allemagne”, Genre, sexualité & société, [En ligne], n° 6, np.
2014 “Parler de sexualité en entretien. Comment rendre publics des propos privés”, Hermès, n° 69, pp. 34-38.

Sibalis M.,
2015 “Le mouvement de libération gay (1960-1990)”, in Giami A., Hekma G., Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, pp. 197-226.

Simon W., Gagnon J.,
2011 “Homosexualité : la formulation d’une perspective sociologique [1967]”, Genre, sexualité & société, [En ligne], Hors-série n° 1, 2011, consulté le 28 octobre 2016, https://gss.revues.org/1838.

Singly (de) F.,
1984 “Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales ? ”, Revue française de sociologie, vol. 25, n° 4, pp. 523-559.

Slevin K., Linneman T.,
2010 “Old Gay Men’s Bodies and Masculinities”,
Men and masculinities, vol. 12, n° 4, pp. 483-507.

Wahler J., Gabbay S. G.,
1997 “Gay Male Aging : A Review of the Literature”,
Journal of Gay & Lesbian Social Services, vol. 6, pp. 1-20.

Wernicke H.,
2001
Alt werden – schwul bleiben : Probleme, Projekte, Perspektiven, (manuscrit non publié), Berlin, 2001.

Zlatanovic R.,
2015 Homosexualité(s), couple, mariage. Le spectre d’une normalisation ? Le cas des homosexuels masculins de plus de 50 ans, Mémoire de Master 2, sous la direction de Régis Schlagdenhauffen, Paris, EHESS.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré :

Présentation et objectifs de l’étude : cet article interroge le vieillissement d’hommes gays (55-75 ans) en France se déclarant en bonne santé en mettant en perspective les représentations et l’expression du vécu de l’avancée en âge. Les résultats avancés se fondent en grande partie sur une enquête quali-quanti réalisée auprès d’un échantillon de cette population.

Approche théorique : en s’appuyant sur les apports des recherches sur l’homosexuali­té, la vulnérabilité, le genre et la vieillesse, cet article propose une lecture intersectionnelle des liens entre orientation sexuelle et âge tout en se fondant sur les apports des recherches récentes sur les masculinités et les déterminants de santé. Il s’agit donc de comprendre comment les spécificités du vieillissement gay agissent à l’intersection de plusieurs catégories dont celles de personne âgée, d’homme et d’homosexuel.

Aspects méthodologiques : deux approches méthodologiques sont mobilisées dans cet article. La première s’appuie sur une littérature scientifique mettant en perspective dif­férents modèles du vieillissement ; la seconde se fonde sur l’analyse de données recueillies entre 2013 et 2015 au moyen d’une enquête quantitative et qualitative, établies via deux sites internet de rencontres entre personnes de même sexe et d’entretiens du type récits de vie réalisés par ce biais.

Structure de l’étude : une première partie de l’analyse se consacre à une analyse statistique descriptive des personnes gays âgées présentes sur Internet. Elle montre que les utilisateurs de plus de 60 ans de ces sites de rencontres recherchent majoritairement des partenaires plus jeunes qu’eux. Dans le cadre de leur recherche, les “gays âgés” mettent en avant un certain nombre de qualités liées à leur maturité et leur expérience. Une seconde partie, fondée sur la réalisation d’entretiens de type récit de vie, montre que les parcours de vie de ces hommes sont marqués par une entrée dans la sexualité gay plus ou moins rapide, l’expérience successive de relations de couple plus ou moins longues et la quasi-constance d’un creux dans leur carrière sexuelle autour de la cinquantaine. Il s’ensuit un regain d’intérêt pour la sexualité et les rencontres à partir de la soixantaine. Ce regain peut être explicité de différentes manières, notamment en raison de l’accès à Internet mais aussi, pour certains, par l’entretien de relations sexuelles ta­rifées en tant que supplétif à des relations devenues difficiles à négocier autrement. En­fin, la bonne santé semble être un facteur déterminant pour le maintien d’une vie sexu­elle – et cela malgré certaines limitations liées à l’avancée en âge (troubles musculo-squelettiques, physiologiques, troubles érectiles), tout comme la possession de revenus moyens, voire élevés.

Discussion et résultats : l’analyse de la littérature montre que les modèles du vieillissement LGBT ont changé depuis le début des années 2000 en raison, d’une part, de la plus grande acceptation de l’homosexualité comme mode de vie et, d’autre part, d’une plus grande sociabilité homosexuelle des personnes âgées favorisée par les réseaux so­ciaux et Internet. Les recherches menées montrent que pour bon nombre d’homo­sexuels âgés, vivre leur identité gay s’avère plus aisé maintenant que durant leur jeunesse. Toutefois, de tels résultats restent conditionnés par certains déterminants de santé physique.

Structured summary

Presentation and goals of the study : this article focuses on the ageing of gay men in France (between 55 and 75) and declaring themselves to be in good health, in placing their representations and expressions of experiencing ageing into perspective. The results presented are mainly based on an quali-quanti investigation carried out on a sample of that population.

Theoretical approach : in basing itself on the contributions of research on homosexuality, vulnerability, gender and old age, this article presents an intersectional interpretation of the connections between sexual orientation and age, while at the same time basing itself on the contributions of recent research on masculinities and health determinants. This thus involves understanding how specificities of gay ageing act at the in­tersection of several categories, among which those of being senior, male and homosexual.

Methodological aspects : two types of methods are mobilized in this article. The first is based on scientific literature placing various models on ageing into perspective ; the second is based on analysis of data collected between 2013 and 2015 by means of a quantitative and qualitative investigation established via two Internet sites for same sex encounters and “life story” type interviews carried out by those means.

Structure of the study : The analysis’s first part is devoted to a descriptive statistical analysis of gay seniors using the Internet. It shows that over-60 users of those encounter sites mainly seek younger partners. In the context of their search, the “older gays” accentuate a certain number of qualities related to their maturity and experience. A se­cond part, based on “life story” type interviews, shows that those men’s life courses are marked by a more or less rapidly paced entry into gay sexuality, successive experiences of more or less long lasting couple relationships and the quasi-constancy of a hollow in their sexual career around fifty. This is followed by renewed interest in sexuality and encounters from around sixty on. That renewal may manifest itself in various manners, notably due to access to the Internet but also, for some, in maintaining paid sexual relations become difficult to negotiate differently. Lastly, good health seems to be a determining factor in maintaining a sexual life – and that despite certain limitations linked to advancing age (musculoskeletal, physiological, erectile disorders), as well as the possession of average – or even high – incomes.

Discussion and results : analysis of the literature shows that models of LGBT ageing have changed since the early 2000’s, on the one hand because of increased acceptance of homosexuality as a lifestyle ; on the other hand because of increased homosexual sociability of older people supported by social networks and the Internet. Research carried out shows that for a good number of senior/older homosexuals, living their gay identity is proving to be easier now than during their youth. However, such results re­main conditioned by certain physical health determinants.

Haut de page

Notes

2 Bessin M., 2009.

3 Les hommes français (50-59 et 60-69 ans) sont “sexuellement actifs” pour respectivement 94% et 89% ; les femmes françaises pour 86% et 66% (Bajos N. et al., 2008, p.354).

4 Ce volet a été conduit par Romain Zlatanovic et les résultats présentés dans son mémoire de Master 2 : Zlatanovic R., 2015. Le site internet Gayromeo a été créé en 2002 et propose de mettre en relation des hommes au moyen de profils d’utilisateurs et d’un service de messagerie. Grindr est une application de rencontres entre hommes fonctionnant uniquement avec des smartphones permettant discussion et échanges de photos avec des hommes géolocalisés dans les environs.

5 Pour le détail, voir l’encadré présenté ci-avant.

6 Le Marais désigne le “quartier gay” de Paris. Il est situé non loin de l’hôtel-de-ville.

7 Ces résultats ne sont toutefois pas généralisables à l’ensemble des hommes gays et bis âgés et en bonne santé. En effet, il est possible qu’Internet puisse avoir un effet sélectif amenant seulement les homosexuels à peu près en bonne santé ou s’estimant comme tels, à y draguer.

8 Bessin M., 2009, pp.123-132.

9 Il s’agit d’une marque commercialisant le Tadalafil, molécule traitant les dysfonctions érectiles. Sur l’usage du Tadalafil chez les seniors, voir Marshall B. L., 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Schlagdenhauffen, « Parcours de vie d’homosexuels âgés en bonne santé », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-1 | 2017, 23-44.

Référence électronique

Régis Schlagdenhauffen, « Parcours de vie d’homosexuels âgés en bonne santé », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1799 ; DOI : 10.4000/rsa.1799

Haut de page

Auteur

Régis Schlagdenhauffen

Maître de conférences à l’EHESS, IRIS.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals