Navigation – Plan du site
Dossier

« Il n’y jamais rien qui est entré par là ! » Résistances et malaises masculins face au toucher rectal

Nothing ever Entered that Way!” Men’s Resistance and Discomfort Related to Digital Rectal Examination
Louis Braverman
p. 45-64

Résumés

Cet article interroge la manière dont les émotions s’expriment et circulent lors du toucher rectal pratiqué sur des hommes. Il vise à rendre compte et à expliquer les résistances masculines à cet examen ainsi que les malaises que ce dernier provoque dans la relation de soin. Basé sur des observations ethnographi­ques réalisées sur quatre terrains hospitaliers différents ainsi que sur des entretiens semi-directifs menés auprès d’hommes hétérosexuels atteints d’un cancer de la prostate (N =55), de proches et de professionnels de santé, ce texte aborde les émotions selon deux perspectives complémentaires. Premièrement, considérer les émotions comme des produits du social amène à analyser le toucher rectal comme un acte ancré dans l’expérience sociale des sujets. Deuxièmement, appréhender les émotions comme étant prises dans un contexte relationnel permet de mettre la focale sur les interactions et la dimension intersubjective de l’examen médical.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Pour les hommes, le toucher rectal est un examen central dans la prévention, le dépistage et le suivi de plusieurs maladies de la prostate. Il consiste à introduire un doigt ganté et lubrifié dans le rectum du patient afin de palper cette glande qui est connue pour être souvent le siège de foyers cancéreux. Un tel examen permet de mesurer approximativement le volume de la prostate, son poids, sa consistance ou encore d’indiquer l’éventuelle présence de nodules. Réalisé lors d’une consultation médicale par un généraliste ou un spécialiste, il s’agit d’un geste clinique qui ne dure que quelques secondes.

  • 1 Un examen médical est dit non invasif lorsqu’il n’implique pas une effraction de la peau. Les prise (...)

2Le toucher rectal n’est pas sensé être douloureux. Ceci dit, le rapport distant qu’entretiennent les hommes à l’égard de cet examen est régulièrement souligné comme un obstacle à la lutte contre le cancer de la prostate. Les hommes de plus de cinquante ans sont couramment appelés à tempérer les affects négatifs qu’ils entretiennent vis-à-vis du toucher rectal, comme le suggérait une campagne publicitaire de prévention lancée en 2011 montrant des médecins le doigt levé avec le pantalon baissé sous le slogan “Cancer de la prostate… ne passez pas à un doigt du diagnostic !”. Tout se passe comme si cet examen, considéré comme non invasif1 par le discours biomédical mais pouvant être désagréable, était en soi un problème pour les hommes, alors même qu’il s’agit d’un geste de santé essentiel pour faire face au cancer masculin le plus fréquent.

  • 2 En France, on estime que le cancer de la prostate est responsable de 8.876 décès pour l’année 2012 (...)

3Partant du constat de l’existence d’un malaise au sujet du toucher rectal, cet article a pour objectif d’interroger la manière dont les émotions s’expriment et circulent lors de ce geste médical dont l’utilité sanitaire est avérée2. Il s’agit de répondre à une question qui, non seulement contribue à nourrir la réflexion sur les masculinités dans le domaine de la santé, mais qui encourage aussi à porter un regard sociologique sur la prise en charge médicale du cancer de la prostate : comment rendre compte et expliquer les résistances masculines au toucher rectal ainsi que les malaises que pro­voque ce geste médical dans la relation de soin ?

4Cette question nous place, de fait, à la croisée des études sur les masculinités et de la sociologie des émotions : deux domaines de recherche qui se sont développés indépendamment l’un de l’autre, mais qui possèdent de nombreux points d’intersection (Holmes, 2015 ; Seidler, 2007 ; Monaghan/Robertson, 2012 ; Robinson/Hockey, 2011). Et si le cancer de la prostate constitue une pathologie à partir de laquelle de nombreux auteurs ont cherché à étudier les masculinités, le toucher rectal reste une thématique quasi absente de la littérature scientifique en regard de la pléthore de travaux sur l’annonce et la communication autour de cette maladie (Arrington, 2000, 2004 ; Gray et al., 2000 ; Klemm et al., 1999), sur les conséquences des traitements sur la subjectivité (Gray et al., 2002 ; Chap­ple/Ziebland, 2002 ; Broom, 2004 ; Oliffe, 2002, 2009 ; Cecil/McCaughan/Parahoo, 2010 ; Wall/Kristjanson, 2005) ou encore sur leurs répercussions au sein du couple et dans le domaine de la sexualité (Arrington, 2003 ; Bissler/Chahraoui, 2009 ; Lafaye/Couson-Gélie, 2009 ; Petit/Bouisson, 2009).

5Après avoir fait état de la méthodologie d’enquête, cet article visera à objectiver les émotions qui s’expriment et circulent lors du toucher rectal selon deux perspectives complémentaires. Dans la première partie de l’analyse, les émotions sont considérées comme des produits du social. Le toucher rectal y est analysé comme un acte ancré dans l’expérience sociale des sujets. La seconde partie prend à bras-le-corps le postulat sociologique selon lequel les émotions sont produites dans un contexte relationnel (Gof­fman, 1974 ; Hochschild, 2003). La focale est mise sur les interactions et le toucher rectal appréhendé comme une pratique relationnelle.

II. Méthodologie

6Cet article repose sur une enquête doctorale portant sur l’expérience du cancer de la prostate. La recherche à l’origine de ce texte ne porte donc pas exclusivement sur le toucher rectal, mais les données récoltées entre 2012 et 2016 permettent de mettre la focale sur ce geste médical. Plus précisément, des observations ethnographiques ont été réalisées pendant une période totale de six mois sur quatre terrains situés dans des régions françaises différentes : un centre de lutte contre le cancer, deux centres hospitaliers universitaires et un centre hospitalier régional. Au cours de mon immersion dans plusieurs services, j’ai notamment pu assister aux consultations médicales sur une base régulière et donc observer les nombreux touchers rectaux qui s’y pratiquent, particulièrement en urologie. En plus des observations, j’ai aussi réalisé des entretiens semi-directifs auprès d’hommes atteints d’un cancer de la prostate, de proches, et de professionnels de santé. La question de la découverte de la maladie et du dépistage a été soulevée de manière systématique lors des entretiens et nombreux sont les enquêtés qui sont spontanément revenus sur le toucher rectal. M’ap­puyant sur un guide d’entretien, j’ai également eu l’occasion d’interroger directement des patients et de les relancer pour connaître leur rapport à cet examen.

7Au total, 55 entretiens ont été réalisés avec des hommes atteints d’un cancer de la prostate. Ces entretiens se sont déroulés à l’extérieur du milieu médical et la conjointe ou l’épouse du patient était présente dans un tiers des cas. Recrutés sur mes différents terrains d’enquête, les hommes interrogés sont tous hétérosexuels. La plupart sont en couple, mais certains sont célibataires ou veufs. L’âge moyen des enquêtés est de 69 ans et 8 mois, ce qui reflète le fait que le cancer de la prostate touche une population dite “vieillissante”. L’homme le plus jeune a 53 ans et le plus âgé 90 ans. Ainsi, la plupart des enquêtés sont retraités au moment de l’entretien. Ils peuvent être issus d’un milieu populaire ou, au contraire, appartenir à des franges privilégiées de la société.

8Quant à ma présence lors des consultations médicales, elle a sans nul doute eu des répercussions sur les scènes observées et les émotions qui y circulaient. Il est d’ailleurs important de noter que je portais une blouse blanche sur mes différents terrains d’observation. Si cette tenue participait à ce que les patients et leurs proches acceptent plus facilement ma présence, j’étais toutefois fréquemment assimilé à un membre de l’équipe médicale – mon statut de sociologue étant aléatoirement présenté selon les praticiens m’ayant ouvert les portes de leurs consultations. Aux côtés des professionnels de santé, je me trouvais dans une position privilégiée pour suivre le déroulement des consultations et observer la réalisation d’examens comme le toucher rectal. Je me suis cependant vite aperçu des malaises potentiels pouvant émerger dans la relation de soin. Mon regard ne se posait ainsi pas n’importe où à n’importe quel moment sur les corps dénudés et soumis aux manipulations médicales. J’évitais notamment de croiser le regard d’un homme en train de se faire examiner la prostate afin d’éviter d’ajouter un inconfort supplémentaire à la gêne occasionnée.

III. Le toucher rectal comme geste ancré dans l’expérience sociale des sujets

9Il s’agit d’un fait bien connu : les hommes apprécient peu le toucher rectal. Plusieurs études l’ont déjà souligné (Macias et al., 2000 ; Nagler et al., 2005). Et s’il est d’usage de lier les résistances au toucher rectal à une question de virilité ou de masculinité, l’écueil qui consiste à présenter les hommes comme un tout homogène dont les émotions sont commandées par une nature biologique ou psychologique est largement répandu. Adoptant une perspective constructiviste, Raewyn Connell (2005) propose au contraire d’appréhender les masculinités comme plurielles, situées dans un espace social hiérarchisé, historiquement construites et amenées à s’adapter en fonction des expériences. Au sommet de l’ordre du genre se trouve la « masculinité hégémonique », soit

[…] la configuration de la pratique de genre qui incarne la réponse acceptée à un moment donné au problème de la légitimité du patriarcat, garantissant (ou étant censée garantir) la position dominante des hommes et la subordination des femmes (Connell, 2005 :77).

10En tant que « configuration de la pratique de genre », la masculinité hégémonique n’est pas liée à une essence naturelle ou biologique. Il ne s’agit pas non plus d’un profil psychologique masculin. Pour la sociologue australienne, la masculinité hégémonique s’apparente davantage à un idéal normatif qui peut très bien être l’apanage d’une poignée d’hommes – voire d’aucuns – mais qui enjoint chacun d’eux à se positionner par rapport à elle. Elle implique notamment une mise à distance de la vulnérabilité et suppose une manifestation de virilité qui ne soit pas dévalorisée.

  • 3 L’hétéro-patriarcat (ou hétéropatriarcat) peut être défini comme un système d’oppression au sein du (...)

11Selon cette grille de lecture des rapports de genre, le toucher rectal est clairement incompatible avec l’idéal de masculinité hégémonique. Ce geste n’autorise pas la performance de masculinité (Bourcier/Moliner, 2008) puisque il implique une position passive et la pénétration du corps, ce qui est, dans nos sociétés hétéro-patriarcales3, perçu comme dévirilisant (Bourdieu, 2002 ; Potts, 2000). Nombreux sont les exemples qui peuvent étayer cet argument, mais une observation réalisée par hasard est particulièrement éloquente. Alors que je me trouve dans un café de quartier situé en banlieue parisienne, mon attention se porte sur la table d’à côté. Trois hommes y sont assis. Ils boivent des kirs, parlent fort et font des blagues sexistes à la propriétaire du bar, une femme d’origine asiatique qui semble bien les connaitre. Les trois hommes ont entre 60 et 70 ans. J’apprendrai plus tard que deux d’entre eux ont fait la guerre d’Algérie. Comme ils sont les seuls clients présents avec moi et que l’espace dans lequel nous nous trouvons n’est pas très grand je n’arrive pas vraiment à me concentrer sur la préparation du cours que je dois donner l’après-midi. Leur conversation les amenant à aborder la question du dépistage du cancer, j’écoute attentivement leurs échanges. Celui qui a amené le sujet et qui parle le plus fort dit sur un ton d’agacement : « Tous les mois je reçois une lettre pour la prostate et pour la coloscopie… Tous les mois. J’en ai ras le bol ! ». Les autres acquiescent pour signifier qu’ils partagent son opinion et l’encoura­gent à continuer sur sa lancée. Il ajoute :

Quand je vois mon médecin il veut me contrôler la prostate. Il veut me faire un toucher rectal. Je dis ‘Tu touches à rien ! Tu vas faire un PPS là [il veut dire PSA (Prostate-Specific Antigen), un biomarqueur dont le dosage est couplé au toucher rectal dans le dépistage du cancer de la prostate], une prise de sang et puis c’est tout ! ’.

12Le deuxième homme va dans le sens du premier : « Oui il n’a qu’à faire la prise de sang ». Le troisième approuve et surenchérit : « Pas besoin de mettre un doigt dans le cul ! ». « Ça va pas non ! » ajoute le deuxième homme. Enfin, celui qui a amené le sujet finit par clore celui-ci avec une réplique qui provoque un rire général : « Il n’y a jamais rien qui est entré par là ! » (Observation réalisée le 09/03/2016).

13Le refus du toucher rectal est affirmé avec fermeté dans cette scène. Il repose sur une mise à distance radicale de la “masculinité subordonnée” (Connell, 2005), soit la configuration de la pratique de genre qui évoque les comportements d’hommes soupçonnés de féminité – les hommes gays notamment. Être un “vrai” homme suppose une démonstration de virilité qui constitue le “pédé” en figure-repoussoir (Clair, 2012). La dernière phrase du principal protagoniste en est une bonne illustration. « Il n’y a jamais rien qui est entré par là ! » souligne le lien symbolique qui est tissé entre le toucher rectal, la pénétration et l’homosexualité. Le malaise du toucher rectal peut ainsi être lu à la lumière de ce qu’Eve Kosofsky Sedgwick (1986) nomme la “panique homosexuelle masculine”. Ce concept qui est forgé à partir de l’analyse de la nouvelle La bête dans la jungle d’Henry James met l’accent sur la double contrainte dans laquelle l’identité masculine est enfermée depuis le XIXéme siècle : le soupçon d’homosexualité qui pèse sur tous les hommes et l’impératif de donner des preuves de son hétérosexualité qu’implique cette “menace”.

14S’il est certain que le toucher rectal est chargé de représentations qui sont directement liées à la masculinité, il faut ajouter que cet examen se heurte également au tabou de l’anus et de la souillure (Douglas, 2005). De même, il ne faut pas sous-estimer la peur de la maladie grave comme facteur explicatif des résistances masculines au toucher rectal. Bien souvent, aucun symptôme ne permet de signifier la présence d’un cancer de la prostate au patient. Le basculement dans le monde de la maladie a régulièrement pour point de départ un examen préventif de la prostate ou la mesure du taux de PSA par l’intermédiaire d’une prise de sang. La peur, le risque de vulnérabilité, la honte, le dégout, la pudeur, le sentiment d’infériorité et de dévirilisation sont donc autant d’émotions qui circulent autour du toucher rectal.

  • 4 L’hétérosexisme renvoie au présupposé selon lequel l’hétérosexualité est supérieure aux autres orie (...)

15Ceci dit, les normes qui font du toucher rectal un examen repoussant ne pèsent pas de manière homogène sur la population masculine. Deux études ont notamment montré que les hommes issus d’un milieu populaire sont particulièrement réticents à cet examen (Dale et al., 1999 ; Kenerson, 2010). Plusieurs hypothèses – qui ne sont d’ailleurs pas exclusives – peuvent expliquer ce phénomène : la centralité du corps dans la performance de masculinité au sein des classes populaires, l’importance de l’hétérosexisme4 dans ce milieu (Eribon, 2009), ou encore le clivage qui existe dans l’espace social quant à la question du rapport à la santé et à la médecine (Boltanski, 1971). Dans un contexte national où les frais médicaux à la charge des patients sont beaucoup plus importants qu’en France, Donna Kenerson (2010 :60) montre aussi que le coût du dépistage constitue la principale barrière au toucher rectal pour les hommes afro-américains. Mettre la focale sur les rapports de classes participe ainsi à révéler les hiérarchies entre les masculinités. Ce serait parce qu’ils incarnent une masculinité “marginalisée” (Connell, 2005) – c’est à dire subordonnée à la masculinité hégémonique en raison de la classe ou de la race – que les hommes issus des groupes sociaux dominés entretiennent plus volontiers une aversion importante à l’égard du toucher rectal.

  • 5 Le terme “santéisation” est une traduction de l’anglais healthism qui décrit la tendance croissante (...)

16Reste que la classe n’est pas la seule variable à s’imbriquer avec les masculinités. L’âge joue lui aussi un rôle considérable. Le fait qu’il constitue le facteur de risque du cancer de la prostate le plus important y est pour beaucoup. Glissant dans la catégorie de population “à risque de cancer de la prostate”, les hommes de plus de 50 ans voient souvent le toucher rectal comme un passage obligé lié au processus de vieillissement. Il m’est arrivé d’entendre un aide-soignant dire qu’il allait commencer à mesurer son taux de PSA et à faire un toucher rectal l’année suivante, lorsqu’il passerait la barre des 50 ans. Loin d’être réservée aux professionnels de santé, cette démarche proactive dans le dépistage se retrouve largement chez des hommes dont le père ou un frère a eu un cancer de la prostate. Ceux-ci n’hésitent pas à s’engager de manière anticipée dans un processus de surveillance. La proximité avec le risque – qu’il soit lié au vieillissement ou à des antécédents familiaux notamment – désamorce ainsi certai­nes résistances à l’égard du toucher rectal. À cela s’ajoute un phénomène qui s’est particulièrement développé au cours des trente dernières années : la responsabilisation des individus vis-à-vis de leur santé. Le contexte de “santéisation”5 (Crawford, 1980) qui fait de la santé une obligation morale implique une adhésion plus importante aux normes de la prévention, tout écart étant potentiellement jugé comme une faillite au “devoir de santé” (Herzlich/Pierret, 1991).

  • 6 Des noms fictifs sont utilisés dans cet article afin de garantir l’anonymat des enquêté-e-s.

17La peur de la maladie grave et le risque de vulnérabilité posé par le cancer permettent également de contrebalancer les affects négatifs souvent attachés au toucher rectal. Bon nombre de patients m’ont effectivement signalé que, pour eux, le toucher rectal était un examen médical presque comme un autre et qu’ils n’avaient pas été dérangés outre mesure par ce geste. Le fait qu’il s’agisse d’un acte de santé pratiqué par des professionnels joue pour beaucoup dans cette acceptation. Le témoignage de Jean6 fait écho à celui de plusieurs enquêtés pour qui le toucher rectal est devenu quelque chose de “normal” ou “d’habituel” :

Louis Braverman : Il y a quelque chose que je questionne, c’est le dépistage et le toucher rectal, il y a certaines personnes qui trouvent ça…

Jean : J’ai trouvé ça normal, ça ne me choque pas. Ça m’a peut-être choqué la première fois qu’on me l’a fait, mais non.

L. B. : Comment vous expliquez ça ?

Jean : On sait que le médecin il a besoin de… Quand il peut prendre une photo de l’intérieur il le fait, mais il y a des choses j’imagine qu’ils sentent mieux… Ça ne m’a jamais dérangé.

L. B. : Vous ne trouvez pas que c’est quelque chose qui a un impact sur votre façon d’être un homme, votre masculinité ?

Jean : Non pas du tout. Je crois qu’il faut être réaliste dans la vie. Et puis je crois qu’on est bien content que le médecin aille voir s’il y a quelque chose si c’est nécessaire. De ce côté-là pas du tout (Jean, 90 ans, ancien cadre à la poste, sous hormonothérapie).

18Comme le montre cet extrait d’entretien, le toucher rectal est le plus souvent accepté du fait de sa nécessité médicale. Les appréhensions peuvent aussi être désamorcées à mesure qu’il devient un examen régulier. Faisant largement écho à l’idée selon laquelle les émotions sont dynamiques et soumises à des temporalités (Bessin, 2009), Jean précise qu’il a trouvé le premier toucher rectal dérangeant, mais a bien accepté les suivants. Pour autant, la nécessité médicale qui justifie cet examen n’empêche pas le malaise des hommes qui entretiennent une forte proximité avec les normes de la masculinité hégémonique. Les propos de Bernard, un ancien officier dans la marine, illustrent bien cela :

Louis Braverman : Sinon pour les examens qui précèdent la découverte de la maladie j’interroge souvent le toucher rectal. Comment ça c’est passé ?

Bernard : C’est un peu gênant.

L. B. : C’est gênant comment ? C’est parce que c’est douloureux ?

Bernard : C’est plutôt euh… une question masculine quoi. Avoir un doigt où il ne faut pas, moi je n’apprécie pas. Bon quand c’est dans le cadre médical on s’assoit dessus. On passe dessus.

L. B. : Donc c’est quelque chose qui serait vu comme affectant la masculinité ?

Bernard : Voilà. Mais c’est nécessaire. Donc on fait avec, on serre les dents.

L. B. : Mais ce n’est pas ça qui vous aurait dissuadé de faire l’exa­men ?

Bernard : Non, ça ne m’arrêterait pas. Non, non. Si on doit… j’y vais. Je dirais presque ‘à contre cœur’, mais j’y vais parce que je sais qu’au bout il y a la santé (Bernard, 68 ans, entretien réalisé avant une prostatectomie).

19Je l’ai mentionné, Bernard est un ancien officier dans la marine. Il a réalisé toute sa carrière au sein d’une institution qui inculque la domination masculine (Devreux, 1997 ; Selek, 2014). Sa socialisation à l’armée l’a ainsi conduit à construire un rapport au corps qui met particulièrement à distance tout ce qui est connoté comme féminin et ce qui peut être une menace pour la performance de sa masculinité. Ce n’est que face au risque qui pèse sur la santé que l’aversion à l’égard du toucher rectal peut être en partie dépassée.

20À l’issue de ce point, le toucher rectal apparaît comme un acte ancré dans l’expérience sociale des sujets. J’ai montré que les attitudes face à ce geste médical sont largement liées à l’imbrication des rapports sociaux de genre, de classe et d’âge notamment, tout comme elles ne peuvent être coupées de la perspective de soin à l’origine de cet examen. C’est justement l’inscription du toucher rectal dans le contexte de soin qu’il s’agit maintenant d’approfondir.

IV. Le toucher rectal comme pratique relationnelle

21J’aimerais maintenant m’arrêter sur le postulat sociologique selon lequel les émotions sont produites dans un contexte relationnel pour interroger leur production et leur circulation lors du toucher rectal. Autrement dit, il s’agit de mieux comprendre les « montages de scénario de l’émotionnel » (Drulhe, 2006 :[en ligne]) propres au toucher rectal. Pour cela, il convient de porter la focale sur la pratique de ce geste médical et l’environnement dans lequel il s’inscrit, à savoir la relation de soin.

  • 7 Pour Talcott Parsons, chef de file du fonctionnalisme, la maladie s’apparente à une déviance car el (...)

22Je l’ai mentionné en introduction, le toucher rectal peut être réalisé par un médecin généraliste ou un spécialiste, qu’il soit urologue, radiothérapeute ou oncologue. Toutefois, tous les médecins n’ont pas forcément l’habitude de réaliser des touchers rectaux et certains généralistes préfèrent ne pas le faire. C’est, par exemple, le cas d’une médecin généraliste qui a déclaré ne pas pratiquer cet examen lors des premières assises du cancer de la prostate qui se sont tenues à Paris en décembre 2013. Son réflexe qui consiste à envoyer les patients à risque consulter un urologue sans avoir réalisé elle-même un toucher rectal au préalable a suscité des réactions d’irritation parmi certains des patients présents, ceux-ci remettant en cause la compétence professionnelle de la praticienne. Une telle critique qui laisse supposer que l’engagement variable des médecins généralistes dans le domaine de la prévention est directement lié à leur qualification médicale renvoie toutefois à une conception restrictive de la relation thérapeutique. Plutôt que d’appréhender la relation de soin en termes fonctionnalistes7 (Parsons, 1955), il semble préférable de la considérer comme un « espace relationnel où circulent les subjectivités de tous ceux qui s’y rencontrent ou s’y confrontent » (Bataille/Virole, 2014 :10). Selon une telle conception du soin, les pratiques de prévention des généralistes apparaissent davantage déterminées par des conventions socio-historiques et les normes qui traversent la relation thérapeutique que par le savoir épidémiologique ou les recommandations venant des institutions. Géraldine Bloy (2014) met ainsi en évidence que le dépistage de certains cancers par les généralistes entraine des réticences potentielles du fait de la nature des gestes qu’il implique (la négociation du toucher rectal est plus délicate que la prise de tension par exemple). Selon l’auteure, le dépistage des cancers chez les généralistes pose également des questions de légitimité puisque des spécialistes comme les urologues, pour ce qui est du cancer de la prostate, ou les gynécologues, pour ce qui est des cancers de l’ovaire, de l’en­domètre ou du col utérin, peuvent investir ce champ d’action.

23Les dimensions relationnelles et morales sont donc importantes à prendre en compte pour comprendre la production des affects attachés au toucher rectal. Le malaise que soulève cet examen peut notamment être amplifié par la relation privilégiée qui se tisse parfois entre un professionnel de santé et son patient, comme en rend bien compte cet enquêté qui n’a pas été dépisté par son médecin traitant qu’il connaît depuis longtemps :

Louis Braverman : Il y a des questions que j’essaye de poser à tout le monde par rapport au dépistage, par exemple le toucher rectal c’est quelque chose qui chez les hommes…

Didier : C’est clair [Catherine, son épouse, fait une grimace]. C’est pas ce qui passe le mieux.

L. B. : Et est-ce que c’est par rapport à cette idée d’être un homme, de masculinité ou de virilité qu’on a du mal à accepter ?

Catherine : Si.

Didier : Je crois oui.

Catherine : C’était une hantise.

Didier : Ce n’était pas une hantise, mais enfin c’est quand même un petit truc qui freine. Mon médecin généraliste ne me l’a jamais fait.

L. B. : Pourquoi ?

Didier : Il ne me l’a pas proposé non plus hein [Catherine rit]. Il m’aurait dit il y a 2 ans ‘on fait un toucher pour voir’… je le connais depuis plus de 20 ans, c’est le médecin de famille, il suit nos filles tout ça. Mais bon on est peut être trop intimes pour qu’il me le fasse, je ne sais pas, c’est possible aussi. Du coup c’est monsieur Roche qui l’a fait. Et puis voilà ça c’est passé comme ça. Mais c’est vrai que ce week-end j’avais un anniversaire et j’en ai parlé à deux ou trois personnes de ma famille et ils ont dit ‘ils t’ont fait le toucher rectal ? ’ c’est toujours un sujet, comment dire, pas tabou mais enfin… C’est vrai que ça commence quand même à venir. On n’est plus des gamins.

L. B. : Mais c’est par rapport à l’idée d’être un vrai homme ou pas seulement ?

Didier : Je crois que c’est ça quand même [rires].

Catherine : Ça les bloque.

Didier : Ça coince un peu de ce côté-là quand même (Didier, 53 ans, petit commerçant. Surveillance active).

24Cet extrait d’entretien montre bien que les résistances masculines au toucher rectal ne peuvent être pensées en dehors de la relation médecin-patient. L’histoire de la relation thérapeutique participe à cadrer les émotions qui circulent dans une consultation, tout comme peut l’être le genre des protagonistes. Comme nous l’indique la littérature (Amsellem-Main­guy, 2011 ; Guyard, 2002), le sexe du médecin est un élément important dans le choix d’un gynécologue. L’argument généralement avancé selon lequel les femmes préfèrent en majorité avoir recours à une gynécologue femme parce que l’entre-soi féminin est jugé comme plus propice à la révélation de l’intimité doit toutefois être doublement nuancé. Tout d’abord, l’objectification du corps et les violences médicales sont autant le fait des hommes que des femmes gynécologues. Ensuite, « la nudité et le dévoilement du corps entraînent également un sentiment de gêne entre femmes » (Guyard, 2002 :90). Dans mon corpus d’enquête, la majorité des patients ne font pas de différences entre les praticiens de sexe masculin ou féminin car ils les considèrent comme des professionnels de santé avant tout. Une part significative des enquêtés font toutefois attention au sexe du médecin. Dans tous les cas, il s’agit de personnes qui préfèrent se faire examiner la prostate par un homme médecin. C’est le cas de Joël, un ancien ingénieur en informatique qui est également l’ami d’Alexandre Beaulieu, un urologue qu’il a aidé à organiser un système de formation destiné aux soignants :

Joël : Personnellement je suis tombé sur une généraliste femme à Petiteville. Vous savez j’ai pris le premier cabinet dans l’annuaire qui était proche de l’école, comme ça, si j’avais un souci… […] D’ailleurs c’est elle qui a fait le premier toucher rectal. Déjà un homme, bon [souffle] il faut l’accepter. Enfin déjà quelqu’un faut l’accepter mais alors une femme… Elle m’a mis à l’aise. Elle m’a dit ‘je suis obligée de le faire parce que c’est mon boulot, vu votre PSA il faut quand même que je regarde etc.’. Je me suis dit ‘tiens en voilà une qui était interne dans un service d’urologie’ parce que c’est assez rare quand même déjà les médecins généralistes qui proposent d’eux même, de toute façon c’est forcément eux qui proposent, c’est pas le patient qui va dire ‘tiens, vous ne pouvez pas me faire un truc ? ’, en général c’est pas comme ça que ça se passe. Elle m’a dit ‘Ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer, vous allez vous allonger etc.’ et puis elle enfile les gants et tout ça et puis voilà quoi. Elle a essayé de dédramatiser. Bon elle n’a pas parlé beaucoup mais elle a dit ‘on le fait et puis c’est tout, c’est important que je le fasse’.

Louis Braverman : Et le fait que ça soit une femme plutôt qu’un homme ça a joué pour vous ?

Joël : Ah oui. Elle me l’a fait plusieurs fois d’ailleurs. Pour rigoler quand je travaillais sur le sujet avec Alexandre [son ami urologue] il me disait ‘Tu veux que je t’en fasse un ? ’ [rires] ‘Tiens il faudrait que je te le fasse un jour’ et j’ai dit ‘Eh oh attends…’. ‘Et tu sais que le vélo peut avoir une action sur le machin, etc. Faudrait qu’on regarde…’ et je lui disais ‘va te faire voir’ [rires]. J’étais contre, mais en tant que patient voilà quoi. On pouvait en rigoler. Et c’est vrai que le fait que ça soit une femme… (Joël, 64 ans, ancien ingénieur informatique, traité par radiothérapie en 2013).

25Pour Joël, l’examen de la prostate est davantage dérangeant lorsqu’il est pratiqué par une femme médecin. Il ne donne pas d’explication à ce sujet mais il est possible d’avancer que la pudeur, la honte et le sentiment d’infériorité sont plus prononcés dans ce cas, car pour de nombreux hommes, toute interaction avec une femme est susceptible d’être porteuse d’enjeux sexuels. Il est d’ailleurs possible de supposer que la peur d’avoir une érection lors de l’examen puisse constituer une inquiétude même si – à la différence des hommes jeunes interrogés sur leur expérience du dépistages des infections sexuellement transmissibles (Shoveller et al., 2010) – aucun enquêté n’a soulevé cette crainte. En outre, les significations des actes sexuels sont éminemment sociales et structurées par la domination de genre (Bozon, 1999). Dans un contexte thérapeutique où l’hétérosexualité des protagonistes est supposée a priori, le toucher rectal revêt un sens clairement transgressif lorsqu’il est réalisé par une femme, dans la mesure où la pénétration d’un homme hétérosexuel par un partenaire du sexe opposé contrevient aux scénarios culturels autorisés ou souhaitables.

  • 8 La notion de travail émotionnel est définie par Arlie R. Hochschild comme « un acte par lequel on e (...)

26Qui plus est, Joël décrit de manière très précise comment le toucher rectal s’inscrit dans le déroulement d’une consultation. Il le rappelle, cet examen est rarement à l’initiative du patient. Cela peut arriver mais, le plus souvent, il s’agit du médecin qui propose au patient un examen de la prostate dans une démarche de prévention ou dans le cadre d’un suivi. Dès lors, il n’est pas surprenant que l’absence de proposition du toucher rectal par le médecin et, plus largement, le manque d’information au sujet de cet examen constituent une barrière importante pour le dépistage du cancer de la prostate (de Paiva/da Motta/Griep, 2011). Mais, qu’il soit réalisé dans le cabinet d’un généraliste ou lors d’une consultation avec un spécialiste, cet examen implique souvent un minimum de “travail émotionnel”8 (Hochs­child, 2003) de la part du pourvoyeur de soin. En plus de mettre un gant ainsi que du lubrifiant, le médecin annonce qu’il va réaliser un toucher rectal afin d’informer et de préparer le patient. « Ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer, vous allez vous allonger etc. », a par exemple dit le médecin à Joël. Ces quelques mots font partie du travail émotionnel que met en œuvre le soignant pour s’assurer de la coopération du patient. “Ça ne fait pas mal”, “vous ne ressentirez rien”, “dites-moi si je vous fais mal”, “vous n’allez rien sentir”, “c’est juste désagréable”, “ce n’est rien” sont autant de formules que le praticien adresse au patient afin de désamorcer la transgression symbolique dont est porteur le toucher rectal. Ce type de “travail émotionnel sur autrui” (Castra, 2013 ; Brossard, 2013) qui passe par la parole se retrouve chez les professionnels des deux sexes, mais semble davantage développé chez les femmes, la socialisation différenciée au care (Brugère, 2014) pouvant servir d’hypothèse pour expliquer ce phénomène.

27Plus largement, la réalisation d’un toucher rectal est habituellement précédée par une indication orale : “Je vais vous examiner”, “allongez-vous et enlevez votre pantalon”, “je vais vous faire un toucher rectal”, “je vais voir votre prostate”, etc. Le médecin peut aussi tout simplement se lever et enfiler un gant. De tels signes seront immédiatement déchiffrés par un patient qui est habitué à cet examen. Mais plus que de signifier l’examen au patient et d’en assurer l’hygiène, le gant sert également à mettre à distance le corps du patient (Guyard, 2002 :88). Il limite ainsi toute interprétation potentiellement érotique qu’implique le contact avec l’intimité et, comme la blouse blanche, participe à neutraliser les émotions.

28Il est, au final, important d’ajouter que le patient n’est pas passif avant, pendant et après le toucher rectal. Il doit déchiffrer les signes qui annoncent l’examen clinique. Il doit aussi enlever son pantalon et ses sous-vêtements puis se mettre dans la position souhaitée par le médecin (sur le ventre, sur le dos avec les poings sous les fesses ou encore debout incliné sur la table d’examen). Si son intimité est exposée pendant l’examen clinique, le patient peut trouver des stratagèmes pour dissimuler ses parties génitales le plus longtemps possibles (enlever ses sous-vêtements au dernier moment, se déshabiller de dos, cacher son sexe avec ses mains, etc.). Pendant le toucher rectal, il met en œuvre un réel travail émotionnel sur soi pour mettre à distance le malaise engendré par la situation de l’examen et par le geste médical en lui même. Les trois sortes de techniques de travail émotionnel distinguées par Arlie Hochschild (2003 :33-34) peuvent être mobilisées. La première est cognitive et renvoie à l’effort que fait le patient pour changer les images ou les pensées qu’il attribue au toucher rectal dans le but d’atténuer, voire de supprimer les sentiments qui lui sont attachés (ne pas penser à la douleur ou à une scène érotique par exemple). La deuxième est corporelle et fait référence aux actes physiques réalisés pour ne pas être envahi par des émotions indésirables : se détendre, relâcher son sphincter anal, éviter de regarder le médecin, respirer lentement, serrer les dents, etc. La troisième est expressive et consiste à changer d’expressivité pour refreiner des émotions telles que la honte, la peur ou le sentiment de dévirilisation (avant de se faire examiner par son urologue, un patient a, par exemple, dit sur un ton de plaisanterie et avec un large sourire « je préfère quand c’est vous, le doigt est moins gros ! »). À la fin de l’examen, le patient pourra essuyer le lubrifiant avec une serviette hygiénique et s’habiller. Dans l’univers hospitalier, les hommes qui ne se dévêtissent ou ne s’habillent pas assez vite ne manqueront d’ailleurs pas de se voir signifier que le temps du médecin est compté. Ils devront donc se presser et, le plus souvent, auront soigneusement choisi de porter des vêtements qu’ils pourront rapidement enlever et remettre.

29En définitive, le patient participe pleinement à l’examen médical. Il effectue un réel travail (Strauss, 1992) qui permet le déroulement du soin. Par ailleurs, il arrive fréquemment que le médecin parle et donne des informations importantes pendant tout le déroulement de la scène. Le poids, la fermeté ou la souplesse de la prostate, mais aussi l’éventuelle présence de nodules sont autant d’indications qui sont régulièrement commentées par le médecin au moment du toucher rectal. Parce qu’il s’agit d’informations souvent importantes, les patients doivent être attentifs au moindre indice que donne le médecin sur la maladie en même temps qu’ils sont examinés et font un effort pour réprimer d’éventuelles émotions indésirables. Dans un contexte où les non-dits et les mensonges sont fréquents (Fainzang, 2006), les patients doivent aussi guetter sur le visage du médecin ou dans ses attitudes d’éventuels signes permettant de connaître plus précisément leur état de santé.

V. Conclusion

30Partant d’une interrogation relative aux causes des résistances masculines au toucher rectal cet article s’est attelé à déchiffrer les émotions qui émergent et circulent lors de ce geste médical. Les hommes, nous l’avons souligné, n’ont pas un rapport univoque au toucher rectal. Considérer les masculinités comme plurielles implique également d’envisager une diversité de pratiques et d’engagements émotionnels.

31En appréhendant les émotions comme des produits du social, cet article a montré qu’il était primordial de resituer l’expérience du toucher rectal dans l’ordre du genre dans lequel il prend place, mais aussi de ne pas l’isoler d’autres rapports de pouvoir, notamment d’âge et de classe. Explorer les émotions en contexte, c’est à dire telles qu’elles circulent dans la relation de soin, a permis de mettre en évidence les logiques intersubjectives qui façonnent l’expérience du toucher rectal. En définitive, les résistances masculines à cet examen et les malaises dans la relation thérapeutique apparaissent comme éminemment sociales.

32Les résultats avancés donnent également des pistes pour faire du toucher rectal un examen moins problématique. Plutôt que de responsabiliser les hommes à propos de leur santé et de multiplier les injonctions à la prévention, fournir une information claire et précise sur le cancer de la prostate tout comme sur le toucher rectal serait préférable. Juger négativement les hommes qui ne se font pas dépister ou qui ne suivent pas les recommandations émises par les autorités sanitaires a toutes les chances d’être contreproductif. Au contraire, donner à chacun les moyens d’évaluer l’utilité du toucher rectal dans une démarche de prévention, écarter les idées préconçues à son sujet – notamment qu’il s’agirait d’un examen douloureux –, ou encore rappeler que le cancer de la prostate n’est pas nécessairement mortel et qu’il peut être traité sans engendrer de séquelles importantes sont autant de pratiques qui participent à banaliser le toucher rectal.

  • 9 La question du consentement se trouve justement au centre de la récente controverse au sujet de la (...)

33Dans la relation de soin, plusieurs stratégies peuvent aider à atténuer le malaise suscité par le toucher rectal : la mise en œuvre par les professionnels de santé d’un travail émotionnel pouvant passer par la parole ou des gestes corporels ; proposer qu’un autre médecin de sexe masculin ou féminin réalise l’examen ; demander si la présence éventuelle de proches, de membres de l’équipe médicale ou d’étudiants est ressentie comme dérangeante. Par ailleurs, le toucher rectal suppose, comme tout acte médical, le consentement libre et éclairé du patient. Et pour qu’il soit donné, le consentement nécessite une information préalable de la part du médecin9.

34Subvertir ou remettre en cause les normes dominantes de la masculinité – notamment celles qui rendent le corps des hommes impénétrable et les enjoint à contrôler leurs émotions – constitue également un objectif qui permettrait que le toucher rectal soit mieux accepté. Cela peut passer concrètement par une prise de distance avec les pratiques quotidiennes qui construisent les privilèges masculins, ce que John Stoltenberg appelle de ses vœux dans l’ouvrage Refuser d’être un homme (2013). Montrer que des célébrités, des sportifs et, plus largement, des hommes dont la performance de masculinité ne peut être mise en doute n’hésitent pas à se faire examiner la prostate participerait aussi sans doute à renverser certaines résistances à l’égard de ce geste médical.

  • 10 Le site internet de l’université britannique rend notamment compte de cette innovation : http://www (...)

35Pour conclure, il convient d’ajouter que l’auto-examen de la prostate est réalisable par tous. Bien qu’elle nécessite un apprentissage et ne remplace pas un bilan médical, cette pratique n’expose pas aux malaises pouvant survenir dans la relation de soin. C’est aussi dans le but d’éviter d’exposer les patients aux désagréments inhérents au toucher rectal que des chercheurs de l’Imperial College London ont mis au point un robot simulateur dans lequel les étudiants en médecine peuvent introduire un doigt pour s’exercer à examiner la prostate10. Si de telles technologies peuvent aider au diagnostic du cancer de la prostate, elles ne doivent pas faire oublier les mécanismes sociaux qui amènent les hommes à entretenir une pluralité de rapports à l’égard de cette procédure.

Haut de page

Bibliographie

Amsellem-Mainguy Y.,
2011 “Enjeux de la consultation pour la première contraception. Jeunes femmes face aux professionnels de santé”, Santé Publique, vol. 23, pp. 77-87.

Arrington M. I.,
2000 “Sexuality, Society, and Senior Citizens: An Analysis of Sex Talk Among Prostat Cancer Support Group Members”,
Sexuality and Culture, vol. 4, n° 4, pp. 45-75.
2003 “ ‘I Don’t Want to Be an Artificial Man’: Narrative Reconstruction of Sexuality among Prostate Cancer Survivors”,
Sexuality and Culture, vol. 7, n° 2, pp. 30-58.
2004 “To Heal or not to Heal? On Prostate Cancer, Physician-Patient Communication, and Sexuality”, Journal of Loss and Trauma, vol. 9, n° 2, pp. 159-166.

Bataille P., Virole L.,
2013 “Quand l’éthique du soin devient morale du soignant : conflits éthiques et normes professionnelles en médecines de la reproduction et palliative”, Nouvelle Revue du Travail, n° 2, [en ligne].

Bessin B.,
2009 “Le trouble de l’événement : la place des émotions dans les bifurcations”, in Grossetti M. et al., Bifurcations, Paris, La Découverte, pp. 306-328.

Bissler L., Chahraoui K.,
2009 “Relations conjugales et soutien social perçu chez les patients atteint d’un cancer de la prostate et chez leur partenaire”, in Cousson-Gélie F., Langlois E., Barrault M. (Eds.), Faire face au cancer. Image du corps, image de soi, Boulogne Billancourt, Tikinagan, pp. 163-180. 

Bloy G.,
2014 “Les habits neufs du dr. Knock ? Les médecins généralistes face aux frontières extensibles du projet préventif”, in Bujon T., Dourlens C., Le Naour G. (Eds.), Aux frontières de la médecine, Paris, Archives Contemporaines, pp. 3-22.

Boltanski L.,
1971 “Les usages sociaux du corps”, Les Annales, vol. 1, pp. 205-233.

Bourcier M. H., Molinier P. (Eds.),
2008 “Les fleurs du mâle : masculinités sans hommes ?”, Cahiers du Genre, n° 45, [dossier].

Bourdieu P.,
2002 La domination masculine, Paris, Seuil.

Bozon M.,
1999 “Les significations sociales des actes sexuels”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 128, pp. 3-23.

Broom A.,
2004 “Prostate Cancer and Masculinity in Australian Society: A Case of Stolen Identity?”,
International Journal of Men’s Health, 2004, vol. 3, n° 2, pp. 73-91.

Brossard B.,
2013 “L’organisation sociale des ‘hasards heureux’. Qu’est-ce qu’un soin en psychiatrie ?”, Sociologie du travail, vol. 55, n° 1, pp. 1-19.

Brugère F.,
2014 L’éthique du care, Paris, PUF.

Castra C.,
2013 “Travail émotionnel et compétences relationnelles en soins palliatifs”, in Schepens F. (Eds.), Les soignants et la mort, ERES “Clinique du travail”, pp. 123-135.

Cecil R., McCaughan E., Parahoo K.,
2010 “ ‘It’s Hard to Take Because I Am a Man’s Man’s’: An Ethnographic Exploration of Cancer and Masculinity”,
Europan Journal of Cancer Care, vol. 19, pp. 501-509.

Chapple A., Ziebland S.,
2002 “Prostate Cancer: Embodied Experience and Perceptions of Masculinity”,
Sociology of Health and Illness, vol. 24, n° 6, pp. 820-841.

Clair I.,
2012 “Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel”, Agora débats/jeunesses, n° 60, pp. 67-78.

Connell R. W.,
2005
Masculinities, Berkeley, University of California Press [1995].

Crawford R.,
1980 “Healthism, and the Medicalization of Everyday Life”,
International Journal of Health Services, vol. 10, pp. 365-388.

Dale W. et al.,
1999 “Understanding Barriers to the Elderly Detection of Prostate Cancer among Men of Lower Socioeconomic Status”,
Prostate Journal, vol. 1, n° 4, pp. 176-184.

Devreux A.-M.,
1997 “Des appelés, des armes et des femmes : l’apprentissage de la domination masculine à l’armée”, Nouvelles Questions Féministes, vol. 18, n° 3/4, pp. 49-78.

Douglas M.,
2005 De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La découverte.

Drulhe M.,
2006 “ Émotion et Société : un enjeu sociologique”, Face à face, n° 9, [en ligne].

Eribon D.,
2009 Retour à Reims, Paris, Fayard.

Fainzang S.,
2006 La relation médecins-malades : information et mensonge, Paris, PUF.

Goffman E.,
1974 Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit.

Gray R. et al.,
2000 “To Tell or not to Tell: Paterns of Disclosure among Men with Prostate Cancer”,
Psycho-Oncology, vol. 9, pp. 273-282.
2002 “Hegemonic Masculinity and the Experience of Prostate Cancer: Narrative Approach”,
Journal of Aging and Identity, vol. 7, pp. 43-62.

Guyard L.,
2002 “Consultation gynécologique et gestion de l’intime”, Champ psy, n° 27, pp. 81-92.

Herzlich C., Pierret J.,
1991 Malades d’hier, malades d’aujourd’hui, de la mort collective au devoir de guérison, Paris, Payot.

Hochschild A. R.,
2003 “Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale”, Travailler, n° 9, pp. 19-49.

Holmes M.,
2015 “Men’s Emotions. Heteromasculinity, Emotional Reflexivity and Intimate Relationships”,
Men and Masculinities, vol. 18, n° 2, pp. 176-192.

INCa,
2015 Les cancers en France en 2014. L’essentiel des faits et chiffres, Boulogne-Billancourt, [en ligne].

Kenerson D.,
2010
Use of the Theory of Planned Behavior to Assess Prostate Cancer Screening Intent among African American Men, phd dissertation, Vanderbilt University, [en ligne].

Klemm P. et al.,
1999 “Gender Differences on Internet Cancer Support Groups”,
Computers in Nursing, vol. 17, n° 2, pp. 65-72.

Kosofsky Sedgwick E.,
1986 “The Beast in the Closet: Henry James and the Writing of Homosexual Panic”,
in Yeazell R. B. (Eds.), Sex, Politics, and Science in the Nineteenth-Century Novel, Baltimore, Johns Hopkins University Press, pp. 182-212.

Lafaye A., Couson-Gélie F.,
2009 “Impact du traitement du cancer de la prostate sur l’ajustement émotionnel et la qualité de la vie des patients et des conjointes : rôle de la qualité de la relation conjugale”, in Cousson-Gélie F., Langlois E., Barrault M., (Eds.), Faire face au cancer. Image du corps, image de soi, Boulogne Billancourt, Tikinagan, pp. 231-255.

Macias D. J., Sarabia M. J., Sklar D. P.,
2000 “Male Discomfort during Digital Rectal Examination: Does Examiner Gender Make a Difference?”,
American Journal of emergency Medicine, vol. 18, n° 6, pp. 676-678.

Monaghan L. F., Robertson S.,
2012 “Embodied Heterosexual Masculinities. Part 1: Confluent Intimacies, Emotions and Health”,
Sociology Compass, vol. 6, n° 2, pp. 134-150. 

Nagler H. M. et al.,
2005 “Digital Rectal Examination is Barrier to Populations-Based Prostate Cancer Screening”,
Urology, vol. 65, n° 6, pp. 1137-1140.

Oliffe J. L.,
2002 “In Search of a Social Model of Prostate Cancer: Finding out About Broungh”,
in Pearce S., Muller V. (Eds.), Manning the Next Millennium: Studies in Masculinities, Bentley, Black Swan Press, pp. 69-84.
2009 “Positioning Prostate Cancer as the Problematic Third Testicle”,
in Broom A., Tovey P. (Eds.), Men’s Health and Illness. Body, Identity and Social Context, West Sussex, Wiley, pp. 33-62.

Paiva E. P. (de), Motta M. C. S. (da), Griep R. H.,
2011 “Barriers Related to Screening Examinations for Prostate Cancer”,
Revista Latino-Americana de Enfermagem, vol. 19, n° 1, pp. 73-80.

Parsons T.,
1955 Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon.

Petit S., Bouisson J.,
2009 “Vie quotidienne du couple âgé face au cancer de la prostate”, in Cousson-Gélie F., Langlois E., Barrault M. (Eds.), Faire face au cancer. Image du corps, image de soi, Boulogne Billancourt, Tikinagan, pp. 97-115.

Potts A.,
2000 “The Essence of the Hard on: Hegemonic Masculinity and the cultural construction of ‘Erectile Dysfunction’ ”,
Men and Masculinities, vol. 3, n° 1, pp. 85-103.

Quéré L.,
2016 “Luttes féministes autour du consentement. Héritages et impensés des mobilisations contemporaines sur la gynécologie”, Nouvelles Questions Féministes, vol. 35, pp. 32-47.

Robinson V., Hockey J.,
2011
Masculinities in Transition, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Seidler V. J.,
2007 “Masculinities, Bodies, and Emotional Life”,
Men and Masculinities, vol. 10, n° 1, pp. 9-21.

Selek P.,
2014 Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominant. Devenir homme en rampant, Paris, L’Harmattan.

Shoveller J. A. et al.,
2010 “ ‘Not the Swab !’ Young Men Experiences with STI Testing”, Sociology of Health and Illness, vol. 32, n° 1, pp. 57-73.

Stoltenberg J.,
2013 Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité, Paris, Syllepse.

Strauss A.,
1992 La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan.

Wall D., Kristjanson L.,
2005 “Men, Culture and Hegemonic Masculinity: Understanding the Experience of Prostate Cancer”,
Nursing Inquiry, vol. 12, n° 2, pp. 87-97.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré :

Présentation : examen médical central dans la prévention, le dépistage et le suivi du cancer de la prostate, le toucher rectal consiste à introduire un doigt ganté et lubrifié dans le rectum du patient afin de palper la prostate. Il permet de mesurer approximativement le volume de la prostate, son poids, sa consistance ou encore d’indiquer l’éven­tuelle présence de nodules. Réalisé lors d’une consultation médicale par un généraliste ou un spécialiste, cet examen clinique ne dure que quelques secondes. Bien que pouvant être désagréable, ce geste médical n’est pas sensé être douloureux. Ceci dit, le rapport distant qu’entretiennent les hommes à l’égard du toucher rectal est régulièrement souligné comme un obstacle à la lutte contre le cancer de la prostate. Tout se passe comme si cet examen non invasif était en soi un problème pour les hommes alors même qu’il s’agit d’un geste de santé essentiel pour faire face au cancer masculin le plus fréquent. Partant d’un tel paradoxe, cet article a pour objectif d’interroger la manière dont les émotions s’expriment et circulent lors de cet examen. Comment rendre compte et expliquer les résistances masculines au toucher rectal ainsi que les malaises que provoque ce geste médical dans la relation de soin ?

Théorie : d’un point de vue théorique, l’analyse s’inscrit à la croisée des études sur les masculinités et de la sociologie des émotions. Le concept de masculinité hégémonique forgé par Raewyn Connell est mobilisé et une perspective intersectionnelle permet de rendre compte de l’imbrication des rapports sociaux de genre, d’âge et de classe notamment. Le travail d’Arlie R. Hochschild est quant à lui utilisé pour appréhender la manière dont les émotions sont produites au cours des relations.

Méthodologie : Cet article s’appuie sur des données récoltées dans le cadre d’une enquête doctorale effectuée entre 2012 et 2016. Plus précisément, la démonstration est étayée par des observations ethnographiques réalisées sur quatre terrains différents (un centre de lutte contre le cancer, deux centres hospitaliers universitaires, un centre hospitalier régional) ainsi que des entretiens semi-directifs menés auprès d’hommes hétérosexuels atteints d’un cancer de la prostate (N =55), de proches, et de professionnels de santé.

Résultats : La première partie de l’analyse propose de considérer les émotions comme des produits du social. Le toucher rectal y est analysé comme un acte ancré dans l’ex­périence des sujets. Pour expliquer les résistances masculines à son égard, l’hypothèse selon laquelle cet examen est incompatible avec l’idéal de masculinité hégémonique est notamment étayée. C’est en effet parce qu’il implique une position passive et une pénétration du corps que le toucher rectal est souvent perçu comme une menace pour la performance de masculinité. Les normes qui font du toucher rectal un examen repoussant ne pèsent toutefois pas de manière homogène sur la population masculine. Une perspective intersectionnelle permet de saisir plus finement la pluralité des rapports au toucher rectal. Elle montre que les attitudes à l’égard de cet examen sont largement liées à l’imbrication des rapports sociaux de genre, de classe et d’âge tout comme elles ne peuvent être séparées des questions de santé.

La seconde partie de l’analyse prend à bras-le-corps le postulat sociologique selon lequel les émotions sont produites dans un contexte relationnel. La focale est mise sur la relation de soin et le toucher rectal appréhendé comme une pratique de nature intersubjective. Parmi les facteurs qui conduisent à une plus ou moins grande distance face au toucher rectal les caractéristiques de la relation médecin-patient sont effectivement déterminantes. Puisque l’examen de la prostate est effectué au cours d’une consultation médicale, l’antériorité du suivi ou encore les liens privilégiés qui se tissent parfois entre un professionnel de santé et son patient peuvent potentiellement constituer des freins au dépistage. De même, certains patients sont davantage réticents à se faire exa­miner par une femme médecin plutôt qu’un homme médecin. D’ailleurs, les malaises liés au toucher rectal impliquent un travail émotionnel lors de sa réalisation. Du côté du médecin, des paroles et des gestes corporels visent à s’assurer la coopération du pa­tient. Du côté du patient, la passivité est loin de caractériser son état. Il réalise notamment un travail émotionnel sur soi pour mettre à distance le malaise engendré par la situation de l’examen et par le toucher rectal en lui même.

Discussion : En conclusion, plusieurs pistes sont proposées pour atténuer les malaises potentiels suscités par le toucher rectal. Elles encouragent notamment à mieux prendre en compte les liens entre cet examen, les émotions et les masculinités.

Structured summary

Presentation : the digital rectal examination is central in the prevention, detection and monitoring of prostate cancer. It consists in inserting a gloved, lubricated finger into the patient’s rectum to palpate the prostate gland. It provides an approximate measure of the prostate’s volume, weight and consistency, and may indicate the possible presence of nodules. Performed during a medical consultation with a general practitioner or specialist, this screening test lasts only a few seconds. While it may be unpleasant, this test is not supposed to be painful. However, the digital rectal examination is often seen as an obstacle to the fight against prostate cancer. It looks as if this non-invasive procedure is in itself a problem for men despite the fact that it is an essential screening tool. Starting from such a paradox, this article aims to understand how emotions are expressed and produced during this examination. How are we to describe and explain male resistance toward digital rectal examination and the discomfort this screening causes in the care relationship ?

Theory : this paper binds the sociology of emotions with masculinities studies. Raewyn Connell’s concept of hegemonic masculinity is used as well as an intersectionnality approach that allows us to consider the complex relationship between gender, age and class. Arlie R. Hochschild’s work has also helped us in understanding how emotions are produced in social interactions

Methodology : this article is based on data collected during a doctoral research conducted between 2012 and 2016. More precisely, the results are founded on ethnogra­phic observations realised in four different hospitals (one cancer treatment centre, two university hospitals, one regional hospital) and semi-structured interviews with heterosexual men with prostate cancer (N = 55), relatives and healthcare professionals.

Results : the first part of the analysis considers emotions as social products. Digital rectal examination is analysed as a procedure anchored in the experience of the subjects. The hypothesis according to which this test is incompatible with hegemonic masculinity is discussed to explain male resistance toward this test. It may well be be­cause the digital rectal examination implies a passive position and involves penetration of the body that this test is often perceived as a threat to the performance of masculinity. However, the norms that make the digital rectal examination repulsive are not universally embodied by men. An intersectional approach provides us with a finer grasp of the plurality of conducts related to digital rectal examination. It shows us that prostate screening behaviours are largely related to the intersection of gender, class and age, as well as being inseparable from the experience of illness. The second part of the analysis proposes a relational understanding of emotions. The focus is on the care relationship and the digital rectal examination considered as an intersubjective behaviour. The characteristics of the doctor-patient relationship are considered a central factor leading to a greater or lesser tolerance of the digital rectal examination. Since the prostate examination is performed during a medical consultation, previous monitoring or the bonds between the healthcare professional and his patient may potentially constitute barriers to screening. Furthermore, some patients are more reluctant to be examined by a female doctor than by a male doctor. Moreover, the discomfort associated with digital rectal examination involves emotional labour during the screening. On the doctor’s side, medical speech and body language are designed to ensure the patient’s cooperation. On the other side, the patient’s role is far from being passive. He does emotional work on himself to distance the unease engendered by both the examination’s surroundings and the screening itself.

Conclusion : in conclusion, several proposals are advanced to limit the potential discomfort occasioned by digital rectal examination. We especially encourage further research on the links between this screening test, emotions and masculinities.

Haut de page

Notes

1 Un examen médical est dit non invasif lorsqu’il n’implique pas une effraction de la peau. Les prises de sang et les injections sont toutefois considérées comme des examens non invasifs car l’effraction de la peau est dans ces cas sans danger.

2 En France, on estime que le cancer de la prostate est responsable de 8.876 décès pour l’année 2012 (INCa, 2015). Plus de 50 000 nouveaux diagnostics sont toutefois annoncés tous les ans. Le toucher rectal est historiquement le premier test permettant le dépistage de cette maladie. Depuis le milieu des années 1980, il est couplé au dosage d’un marqueur biologique (le PSA ou Prostate Specific Antigen) pour évaluer le risque de présence de lésions cancéreuses dans la prostate. Selon les résultats de ces examens, des imageries et des biopsies peuvent être prescrites. Seules les biopsies permettent de délivrer un diagnostic définitif.

3 L’hétéro-patriarcat (ou hétéropatriarcat) peut être défini comme un système d’oppression au sein duquel les femmes occupent une position subalterne par rapport aux hommes et l’hétérosexualité domine les autres orientations sexuelles.

4 L’hétérosexisme renvoie au présupposé selon lequel l’hétérosexualité est supérieure aux autres orientations sexuelles et que tout le monde est hétérosexuelle.

5 Le terme “santéisation” est une traduction de l’anglais healthism qui décrit la tendance croissante à dé­finir les problèmes liés à la santé et leurs solutions au niveau individuel.

6 Des noms fictifs sont utilisés dans cet article afin de garantir l’anonymat des enquêté-e-s.

7 Pour Talcott Parsons, chef de file du fonctionnalisme, la maladie s’apparente à une déviance car elle éloigne l’individu de la place qu’il doit occuper dans l’ordre social industriel. De là découle une répartition claire des rôles attendus du médecin et du malade. D’un côté, le malade doit rechercher l’aide de professionnels, seuls à même de le guérir. De l’autre côté, le médecin doit posséder les compétences nécessaires à la guérison du malade et se comporter de manière altruiste. Cette répartition des rôles fait de la relation thérapeutique une relation à la fois asymétrique et consensuelle.

8 La notion de travail émotionnel est définie par Arlie R. Hochschild comme « un acte par lequel on essaie de changer le degré ou la qualité d’une émotion ou d’un sentiment » (Hochschild A. R., 2003, p. 32).

9 La question du consentement se trouve justement au centre de la récente controverse au sujet de la réalisation, par des étudiants en médecine, de touchers vaginaux à des patientes sous anesthésie générale. Pour une analyse approfondie, il est possible de se reporter à Quéré L, 2016.

10 Le site internet de l’université britannique rend notamment compte de cette innovation : http://www3.imperial.ac.uk/newsandeventspggrp/imperialcollege/newssummary/news_4-7-2016-13-54-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Braverman, « « Il n’y jamais rien qui est entré par là ! » Résistances et malaises masculins face au toucher rectal », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-1 | 2017, 45-64.

Référence électronique

Louis Braverman, « « Il n’y jamais rien qui est entré par là ! » Résistances et malaises masculins face au toucher rectal », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1808 ; DOI : 10.4000/rsa.1808

Haut de page

Auteur

Louis Braverman

Doctorant en sociologie, EHESS, CADIS.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals