Navigation – Plan du site
Dossier

Des corps et des hommes trans-formés. La musculation comme « technologie de genre »

Trans-formed Bodies and Men. Musculation as a “Gender Technology”
Alexandre Baril
p. 65-85

Résumés

Alors que les études trans utilisent les concepts des études sur les masculinités pour réfléchir aux masculinités trans, les études sur les masculinités ne s’inté­ressent pas aux enjeux trans. Cette exclusion des personnes trans reflète le problème plus général de leur exclusion dans les recherches sur la santé. Malgré la multiplication des travaux portant sur la masculinité, la santé et le bodybuilding, aucune recherche ne s’est attardée aux rapports que les hommes trans entretiennent vis-à-vis de la musculation dans la construction de leur masculinité. Si, à juste titre, des études sur la masculinité et le bodybuilding montrent que cette pratique sert une masculinité hégémonique, je soutiens que cette interprétation fait l’économie d’une analyse intersectionnelle qui intègrerait l’identité de genre (trans/cisgenre) et j’expose les apports heuristiques des théories trans pour la sociologie du genre, de la santé et du sport pour repenser les liens entre masculinité et muscularité.

Haut de page

Texte intégral

Cette recherche a été soutenue par la bourse postdoctorale Izaak Walton Killam offerte par le département de science politique de l’Université Dalhousie. J’aimerais remercier les personnes ayant coordonné le dossier “Masculinités et Santé” de la revue Recherches sociologiques & anthropologiques ainsi que les deux évaluateurs anonymes de cet article pour leurs utiles suggestions. J’aimerais offrir des remerciements chaleureux à l’assistante de recherche, Celeste Orr, qui a contribué à la recension des écrits pour cette recherche, et à Catriona LeBlanc pour son excellent travail de révision linguistique.

I. Corps musclés et trans-formés : des hommes trans font la une

  • 2 J’utilise l’expression “personnes trans” dans un sens inclusif des différentes identités de genre q (...)
  • 3 Men’s Health est le plus important magazine de santé masculine à l’échelle internationale. Sa compé (...)

1Dans le numéro d’octobre 2016 de Fugues, un magazine lesbien, gai, bisexuel, trans et queer (LGBTQ) bien connu au Québec, Laith de la Cruz, un modèle transgenre masculin figure en page de couverture. « Avec un corps d’athlète, une gueule carrée et des abdos découpés Laith de la Cruz a un charme indéniable » (Gagnon, 2016 :29). Tels sont les adjectifs qui in­troduisent l’article d’Olivier Gagnon, qui interroge le modèle sur l’entraînement nécessaire pour avoir une telle silhouette. De la Cruz précise que, contrairement au mythe populaire selon lequel la testostérone prise dans le cadre de son traitement hormonal transformerait instantanément son corps en celui d’un super héros, les hormones masculines n’agissent pas par “magie”. L’intérêt suscité par Laith de la Cruz et son corps musclé et athlétique s’inscrit dans le récent engouement des médias pour les personnes trans2 ; que ce soit le triathlète Chris Mosier, apparaissant dans The New York Times, The Advocate ou ESPN The Magazine et faisant office de première personne trans au centre d’une publicité de la compagnie Nike, ou encore Aydian Dowling, le premier finaliste trans dans la compétition Men’s Health Ultimate Guy dans l’histoire du magazine Men’s Health et présenté en page couverture en novembre 20153, les personnes trans ont acquis dans la dernière décennie une visibilité publique. Alors que ces représentations d’hommes trans musclés et sportifs se multiplient dans les magazines, dans les vidéos YouTube et dans les médias sociaux, les travaux universitaires sur les rapports qu’entretiennent ces hommes trans à leur masculinité et à leurs pratiques sportives, notamment la musculation, demeurent inexistants.

  • 4 « […] [E]n sciences pures, l’adjectif “cis” est employé comme antonyme de “trans”, le premier référ (...)
  • 5 J’ai inventé le néologisme “cisgenrenormativité” en 2009 (Baril A., 2009, p. 284). Dans des travaux (...)

2En dépit d’un développement croissant des études sur les masculinités et des études trans, le dialogue entre ces deux champs demeure rare. La majorité des réflexions existantes sont plutôt unidirectionnelles : alors que les études trans utilisent les outils, théories et concepts déployés dans les études sur les masculinités pour réfléchir aux masculinités trans (Devor, 1997 ; Rubin, 2003 ; Green, 2004 ; Bourcier, 2008, 2011 ; Hoenes, 2008 ; Preciado, 2008), les études sur les masculinités ne s’intéressent que rarement aux enjeux trans (Green, 2005). Il n’est donc pas surprenant que, jusqu’à présent, malgré la multiplication des travaux sur la masculinité, la santé et les sports, dont les pratiques de bodybuilding (aussi nommé culturisme ou musculation), aucune recherche ne se soit attardée aux rapports des hommes trans envers la musculation dans la construction de leur masculinité. Si, à juste titre, des études classiques sur la masculinité et la musculation (Klein, 1993) montrent comment cette pratique est au service du déploiement d’une “masculinité hégémonique” (Connell/Messerschmidt, 2005 ; Connell, 2014), je soutiens que ces interprétations font l’économie d’une analyse intersectionnelle qui, au-delà des enjeux de sexe, classe et race souvent traités dans ces travaux sur le bodybuilding, intègrerait l’identité de genre (trans/cisgenre ou cissexuelle [cis]4). Tout en reconnaissant que les pratiques de musculation constituent des “technologies de genre” (De Lauretis, 2007) basées sur et reproduisant des idéologies dominantes, il importe de voir que l’interprétation de ces pratiques comme construction d’une masculinité hégémonique repose sur un postulat cisgenrenormatif (où l’identité cis représente la norme)5 qui considère la construction identitaire masculine des hommes cis uniquement et qui relè­gue les hommes trans à la marge.

  • 6 À l’instar de Connell, qui critique les études en sciences sociales « mono-méthodologique[s] » et f (...)
  • 7 A. H. Johnson définit ainsi la transnormativité : « […] la transnormativité devrait être entendue, (...)

3Proposant une contribution théorique6, cet essai offre une lecture intersectionnelle des liens entre la masculinité et la muscularité en mobilisant des outils développés en études trans et sur le genre, en prenant en considération l’identité de genre (cis/trans) et en reconnaissant la complexité de la construction identitaire masculine au regard des pratiques de musculation. Au-delà de simples “technologies de genre” servant à développer une masculinité stéréotypée, ces pratiques corporelles peuvent aussi favoriser le développement de masculinités différentes, dont les masculinités trans. Par-delà le désir de “capital corporel” (Bridges, 2009) à travers la constitution d’une musculature, dans une société cisgenrenormative, c’est aussi un désir de reconnaissance de l’identité genrée (Schilt, 2006 ; Bourcier, 2008 ; Baril, 2009) que certains hommes trans inscrivent dans leurs mus­cles. Pour illustrer cette thèse, cet article est divisé de manière tripartite. La première section met en lumière l’absence des enjeux trans dans les recherches sur la santé des hommes et comment l’intérêt pour la santé trans est relégué aux champs des études sur le genre, trans et des sexualités. La deuxième section propose une étude de cas, celle des travaux sur les pratiques de bodybuilding, pour analyser ce caractère lacunaire des recherches sur la santé des hommes et l’absence de travaux en études trans sur les pratiques sportives, dont la musculation. La troisième section explore les apports heuristiques d’analyses intersectionnelles en sociologie du genre, de la santé et du sport qui prendraient en considération l’identité de genre (cis/trans) pour complexifier certaines des théories proposées. En conclusion, j’insiste sur les apports des perspectives trans pour les recherches en santé et je réfléchis aux nouvelles logiques d’exclusion pouvant être reproduites à travers la promotion d’un sujet transnormatif7 dont les frontières se construisent en reléguant des sujets trans à la marge.

II. Se pencher sur la santé des hommes (cisgenres)

  • 8 J. M. Metzl adopte une thèse similaire et soutient que la notion de santé doit être questionnée (Me (...)

4Selon la sociologue Raewyn Connell, les travaux, les discussions et les politiques publiques concernant la santé font parfois, voire souvent, l’économie d’analyses épistémologiques et négligent de définir des notions clés, notamment, la “santé des hommes”8 :

Les expressions “santé des hommes” et “santé des femmes” ont gagné en popularité au cours des dernières années […]. Le sens de ces termes est rarement discuté, comme s’il allait de soi : la population serait divisée en deux groupes, des membres masculins et des membres féminins, qui rencontreraient chacun des problèmes de santé spécifiques liés à leur sexe. Cette évidence est pourtant illusoire. Les débats récents sur la santé des hommes et la santé des femmes montrent […] que le sens de l’expression “santé des hommes” en particulier est loin d’être clair (Connel et al., 2014 :207).

  • 9 Certaines personnes pourraient affirmer que les personnes trans jouissent d’un capital de genre en (...)

5Si les travaux de Connell interrogent des postulats non questionnés dans les recherches sur la santé des hommes et démontrent le caractère relationnel et hiérarchique du genre, ils présentent un angle mort important en ce qui concerne l’identité de genre (cis/trans). Bien que Connell recoure parfois à des exemples de pratiques trans et qu’elle questionne la notion même du genre et ses acceptions historiques, culturelles, sociales et politi­ques (Connell/Messerschmidt, 2005 ; Connell, 2014), l’ensemble de ses réflexions suggère une identité de genre implicitement cisgenre, laissant en marge les identités de genre débordant des catégories d’hommes/femmes. De fait, si « l’approche relationnelle du genre soutient que les interactions entre hommes et femmes, et les circonstances de ces interactions, influent considérablement sur leurs opportunités et leurs contraintes en termes de santé » (Connell, 2014 :222), elle ne conçoit pas l’identité de genre cis comme étant construite elle aussi en opposition à l’identité de genre trans, elle-même en relation avec un ensemble de positionnements genrés. Il ne s’agit pas là d’un cas isolé ; plusieurs travaux utilisent les expressions “identité de genre” ou “identité sexuée” sans jamais référer aux identités cis/trans (Olivardia, 2004 ; Vallet, 2008). Par exemple, le sociologue Tristan S. Bridges (2009) propose la notion de “capital de genre” (gender capital) en établissant des ponts entre les notions de masculinité hégémonique de Connell et de capital culturel de Bourdieu. Le concept de capital de genre, qui permet de théoriser les privilèges dont peuvent bénéficier les hommes ou les femmes dans certains contextes, ne tient pas compte du fait que, fondé sur la domination des femmes par les hommes et la hiérarchisation des masculinités, il se construit en opposition et en rapport d’oppression aux identités trans. Si les hommes et les femmes peuvent jouir d’un capital de genre comme le soutient Bridges, c’est qu’il est généralement refusé aux personnes trans dont le genre d’auto-identification est souvent refusé ou délégitimé aux plans social, culturel, politique, civil et juridique9.

  • 10 Les données suivantes sont tirées d’une recherche menée dans deux catalogues (bibliothèques de l’Un (...)

6Sans proposer un inventaire exhaustif, il faut noter que la plupart des revues sur la santé des hommes, scientifiques ou pas, ne s’intéressent pas aux hommes trans10. The World Journal of Men’s Health, depuis 2012, année du changement de nom de la revue, et sa spécialisation sur les problè­mes urologiques (problèmes fréquents chez les hommes trans ayant subi des chirurgies, Baril, 2015c), n’a publié aucun article dont le titre inclurait les mots transsexual, transgender ou leurs dérivés. Même son de cloche du côté de la revue International Journal of Men’s Health qui, depuis sa création, n’a publié aucun article sur le sujet (2002-2016). American Journal of Men’s Health (2007-2016) a publié, en une décennie d’existence, un seul article dont le titre contient le terme transgender. Pour sa part, The Journal of Men’s Health and Gender (2004) ne comporte aucun article sur ces enjeux. Lorsque les hommes trans sont nommés dans les recherches qualitatives et quantitatives sur la santé des hommes, ceux-ci sont délibérément omis des analyses ou exclus lors du data cleaning, comme le font Levant et Wimer (2014). Mais, dans la plupart des travaux, les hommes trans sont tout simplement oubliés (Pope/Phillips/Olivardia, 2000 ; Grogan/Richards, 2002 ; Atkinson, 2007 ; Baghurst/Kissinger, 2009 ; Saltman, 2012). Des magazines grand public comme Men’s Health, bien qu’ayant mis en première page Aydian Dowling, ne comptent aucun article dont le titre inclurait les enjeux trans depuis 1990. Un phénomène similaire est à l’œuvre dans les revues sur la masculinité : The Journal of Men’s Studies, entre 1992 et aujourd’hui, n’a publié qu’un seul article et la revue Men and Masculinities, depuis 1998, n’a publié que quatre documents sur le sujet, soit deux comptes rendus et deux articles, dont celui de Jamison Green (2005 :291), affirmant que les hommes trans représentent un groupe sous-théorisé dans les études sur les masculinités.

7Selon Green, bien que plusieurs sociologues et anthropologues trans ou spécialisés sur les enjeux trans traitent de la masculinité et de la santé trans, dont Devor (1997), Cromwell (1999), Rubin (2003), Vidal-Ortiz (2008) et Bourcier (2008 ; 2011), leurs travaux n’apparaissent peu ou pas dans les publications en sociologie de la santé ou dans les études sur les masculinités. Leurs travaux sont relégués aux études de genre, trans et sur les sexualités. À propos de ces clivages entre champs disciplinaires qui re­lèveraient d’une vision fragmentaire du corps et de la santé, j’ai écrit ailleurs que :

[…] les études sur le handicap se préoccupent des corps qui diffèrent des normes capacitistes, mais s’arrêtent soudainement aux marqueurs de sexe/genre ; une différence corporelle touchant la main, le dos, etc., relève du domaine des études sur le handicap, mais à partir du moment où les organes génitaux [suivant une transition] sont impliqués, ces différences deviennent les objets des études trans, de genre et des sexualités (Baril, 2015a :37-38).

8Il serait possible d’étendre cette réflexion : les études sur la santé (dont celle des hommes) et la masculinité s’intéressent à toutes les dimensions du corps, de la santé et du genre masculins, sauf lorsqu’elles concernent les hommes trans. Autrement dit, à partir du moment où le corps mâle, la santé des hommes et le genre masculin sortent du registre cis-centré et incluent les réalités des hommes trans, ces analyses ne semblent plus répondre aux critères de légitimité des revues (cisgenrenormatives) sur la santé des hommes et sur les masculinités et sont reléguées aux champs des études de genre, trans et de la sexualité. Comme le démontre Metzl,

[…] la “santé” est un terme rempli de jugements de valeur, de hiérarchies et de présupposés qui parle autant du pouvoir et des privilèges que du bien-être (2010 :1-2).

  • 11 Je ne soutiens pas ici que le racisme, le capitalisme et le cisgenrisme fonctionnent de la même man (...)

9Bref, derrière l’écran de fumée de l’inclusivité du terme “santé” se dessinent de profondes exclusions basées sur des –ismes (Metzl, 2010 :4) comme le racisme, le capitalisme et le cisgenrisme11. La prochaine section, portant sur les travaux sur la masculinité et la muscularité, ne constitue qu’un cas de figure de cette cisgenrenormativité dans les recherches sur la santé des hommes et les masculinités.

III. Analyser la masculinité, la muscularité et la cisgenrenormativité

  • 12 « […] le genre, en tant que représentation et autoreprésentation, est aussi le produit de technolog (...)

10Les études sur le bodybuilding, aussi nommé culturisme ou musculation, sont nombreuses. Alors que certain-es auteur-es réservent ces termes aux pratiques sportives d’athlètes de haut niveau (Mansfield/McGinn, 1993 ; Brown, 1999), d’autres les définissent plus largement pour y inclusre ce qu’Atkinson (2007 :165) nomme des athlètes de niveau récréatif, c’est-à-dire des personnes qui s’entraînent quelques fois par semaine et dont les objectifs sont variés. La définition de Heywood (1997 :176) du bodybuilding indiquant qu’il consiste en un « […] travail significatif en salle de sport, spécifiquement l’usage de poids libres à une certaine intensité […] », est éclairante à cet effet, puisqu’elle permet l’inclusion d’une variété de personnes ayant une pratique de musculation et dont les corps ne ressemblent en rien à celui de Schwarzenegger. Ces pratiques se distinguent de celles de conditionnement physique, qui comprennent une variété d’activités allant des sports visant le développement cardiovasculaire (course, aérobie, etc.) à ceux visant la flexibilité ou encore la force musculaire. Le bodybuilding, tel que défini ici, constitue une composante des pratiques de conditionnement physique. Le bodybuilding représente également une “technologie” (Turse, 1999 ; Wesely, 2001), plus précisément une “technologie de genre” au sens de Lauretien (2007)12, postulant non seulement que des rapports de genre traversent les pratiques de musculation (géographie genrée dans les salles d’entraînement, rapports de pouvoir lors des pratiques, etc.), mais aussi que la musculation comme “pratique quotidienne” construit les identités genrées et sexuées au même titre que la socialisation ou les représentations filmiques.

  • 13 Pour B. E. Denham, à travers « […] les marges de l’hypermasculinité, mâle ou femelle, nous entrons (...)

11Un aperçu des travaux sur la masculinité et la musculation montre qu’ils sont imprégnés de la même cisgenrenormativité prédominante que les recherches sur la santé des hommes. Alors que la revue Sociology of Sport Journal n’a publié en 30 ans (1986-2016) aucun article contenant dans son titre des termes liés aux enjeux trans, la revue International Review for the Sociology of Sport n’a publié en 50 ans (1966-2016) que deux articles incluant les enjeux trans (non liés au bodybuilding). Ces deux exemples, bien que non exhaustifs, révèlent le silence qui règne quant aux personnes trans dans les travaux en sociologie du sport, produisant une absence d’études portant sur, ou incluant des hommes trans dans l’analyse des liens entre masculinité et muscularité (Heywood, 1997 ; Brown, 1999 ; Turse, 1999 ; Wesely, 2001 ; Atkinson 2007 ; Denham, 2008 ; Vallet, 2008 ; Baghurst/Kissinger, 2009 ; Bridges, 2009). Alors même que plusieurs de ces études soulignent l’importance de diversifier les populations de recherche et d’y inclure plus d’hommes marginalisés, les hommes trans demeurent exclus. De plus, lorsque le “transgenrisme” apparaît, c’est pour démontrer comment les excès de certaines personnes pratiquant le bodybuilding, hommes comme femmes, brouillent les genres : les femmes deviennent hyper musclées et virilisées et les hommes sont féminisés à travers les effets secondaires liés aux stéroïdes, tels le développement des seins ou l’atrophie des testicules (Stratton, 1999 ; Denham, 2008 ; Saltman, 2012)13. La recension des écrits effectuée montre qu’il n’existe aucun article à ce jour, en français comme en anglais, qui traite des hommes trans et de leurs pratiques de musculation en rapport avec leur santé et leur masculinité.

  • 14 Par exemple, dans un ouvrage collectif clé en études trans, le Transgender Studies Reader 2 (Stry­k (...)

12Malgré l’essor des études trans depuis les années 1990 et la diversification des thématiques de recherche allant des analyses culturelles aux violences vécues, en passant par la santé des populations trans, la question des personnes trans et de leurs pratiques sportives demeure sous-traitée14 (Vidal-Ortiz, 2008). Les études sur la santé des populations trans, quoique cruciales, se limitent souvent aux aspects liés aux transitions (chirurgies, traitements hormonaux, etc.), aux déterminants sociaux de la santé (prati­ques à risques et causes de décès) ou aux barrières structurelles aux soins de santé, sans lier ces analyses aux discours sur les modes de vie, les activités ou les pratiques sportives se répercutant sur la santé trans (Gorton/Buth/Spade, 2005 ; Gorton, 2005 ; Bauer/Scheim, 2015). Le champ des études trans étant en émergence, ces études se concentrent souvent sur des enjeux de santé “urgents”, ce qui laisse peu de possibilités pour traiter d’aspects “moins urgents”, mais tout aussi importants, comme l’impact des pratiques sportives sur l’identité de genre, ou encore les conséquences des transitions dans la pratique sportive. Les quelques documents publiés sur le sujet des personnes trans et des sports s’attardent aux exclusions que vivent les personnes trans dans le monde sportif et aux changements de rè­glementations d’associations sportives relatifs à la participation des personnes trans (Sykes, 2006 ; Travers, 2006). Ils ne s’intéressent toutefois pas, ou peu, aux fonctions qu’auraient les pratiques sportives dans la vie des personnes trans, ni aux impacts de celles-ci sur leur santé. Ainsi, alors que l’association entre masculinité et musculation et ses impacts sur la santé des hommes cis est largement théorisée, elle ne l’est pas pour les hommes trans.

  • 15 À propos de sa prise de testostérone pour sa transition, L. Cameron précise : « Je trouve que les p (...)

13Il y a néanmoins un engouement évident des hommes trans pour le bodybuilding, comme le démontrent les vidéos consacrées à ce sujet sur YouTube, produites par et pour des hommes trans, la première compétition de bodybuilding parmi la communauté trans (CNN, 2015), l’ouverture de salles de musculation spécialisées pour les personnes trans (City Gym, 2015), sans compter les innombrables discussions dans les médias sociaux sur le développement de la masse musculaire chez les hommes trans. De surcroît, plusieurs comparaisons pourraient être effectuées entre les pratiques de bodybuilding et les réalités des personnes trans. Par exemple, il est possible de nommer les similitudes entre les personnes bodybuilders et trans dans leur rapport à leur image corporelle (Grogan/Richards, 2002), aux énergies considérables et au temps investis dans la construction d’un certain corps (Bridges, 2009), à leur utilisation de certains produits, comme la testostérone (stéroïde anabolisant) ou les hormones de croissance15, aux jugements que portent les autres sur leurs corps jugés non naturels, ar­tificiels, voire freak (Wesely, 2001 ; Denham, 2008), ou encore aux préjugés vis-à-vis de leurs besoins de changer leur corps, ces désirs étant perçus comme narcissiques et superficiels (Stratton, 1999 ; Klein, 1993).

14Les liens entre les personnes bodybuilders et trans existent depuis longtemps, bien qu’ils ne soient pas encore explorés dans les travaux universitaires. Jamison Green (2004 :95) explique qu’en 1982 il a pu commencer sa transition grâce à un bodybuilder qui lui a offert une fiole de testostérone. Loren Cameron (1996 :10), un homme trans bodybuilder connu pour sa publication du premier livre de photos d’hommes trans dans lequel figure sa série d’autoportraits nus avec des haltères, raconte comment sa transition a consisté non seulement en des chirurgies et une hormonothérapie, mais également en une pratique de musculation intensive. Il raconte comment sa quête pour un corps musclé (quest for size) a été partie intégrale de son incorporation d’une identité masculine (Cameron, 1996 :85). À la lumière de ces potentiels points de contact entre les pratiques de musculation et les réalités des personnes trans, de même que de l’intérêt croissant pour la musculation chez les hommes trans, il serait pertinent que les études trans commencent, lorsque l’urgence des problèmes cruciaux qui affectent les conditions de vie des personnes trans sera moins présente, à théoriser les liens entre l’identité de genre et les pratiques sportives. Il me semble aussi pressant que les recherches en sociologie du sport reconnaissent leur “faiblesse” eu égard à l’inclusion des personnes et des enjeux trans dans les travaux sur les pratiques sportives. Autrement dit, il faudrait “muscler” les travaux sociologiques sur le bodybuilding à l’aide des perspectives trans.

IV. Renforcer les travaux sur le bodybuilding à l’aide des perspectives trans

15Sous l’influence des travaux de féministes racisées telles que Kimberlé Crenshaw (2005) et Patricia Hill Collins (2000), les sciences sociales ont pris un tournant “intersectionnel” depuis les années 1990. L’intersectionnalité postule que les composantes identitaires, comme le sexe, la race, la classe, l’âge, l’orientation sexuelle et les capacités, de même que le sexisme, le racisme, l’âgisme et d’autres oppressions, ne peuvent être analysées séparément. L’intersectionnalité a influencé les études, dont celles sur les pratiques sportives et le bodybuilding, qui s’intéressent à la co-construction du genre avec d’autres facteurs identitaires. Si les chercheur-es s’entendent pour reconnaître que l’inclusion de différentes variables identitaires transforme les résultats de recherche, il s’ensuit qu’intégrer l’identité de genre (cis/trans) dans les travaux sur les hommes et le bodybulding transformerait ces travaux.

16Bien qu’il existe de plus en plus de travaux sur le bodybuilding qui nuancent les interprétations du désir de muscularité chez les hommes comme expression d’une masculinité hégémonique (Saltman, 1998 ; Brown, 1999 ; Lafrance, 2012), plusieurs auteur-es soutiennent toujours que la musculation chez les hommes demeure une manifestation d’une masculinité dominante (Stratton, 1999 ; Pope/Phillips/Olivardia, 2000 ; Alexan­dre, 2003 ; Grogan/Richards, 2002 ; Denham, 2008 ; Bridges, 2009 ; Vallet, 2008). Les études cherchant à complexifier cette lecture en intégrant des discours de femmes culturistes, qui reproduisent et subvertissent les normes genrées (Mansfield/McGinn, 1993 ; Wesely, 2001), démontrent néanmoins que chez la majorité des hommes culturistes, la reproduction des normes dominantes est prégnante. Ces résultats confirment des études sociologiques classiques sur la masculinité et le bodybuilding, comme celle d’Alan Klein (1993), selon laquelle les hommes culturistes partageraient quatre caractéristiques en étant 1) narcissiques ; 2) homophobes ; 3) hypermasculins ; et 4) autoritaires. D’autres travaux, à partir de perspectives queers, permettent néanmoins de complexifier cet argumentaire en proposant une analyse différenciée en fonction des orientations sexuelles du désir de construction musculaire qui aurait, notamment chez les hommes gays, d’autres fonctions que celle de cultiver une masculinité comme celle décrite par Klein. Il est entre autre possible de penser ici aux travaux de Hoquet (2011) ou de Schippert (2007) qui mettent en avant les sources complexes et multidimensionnelles des pratiques de bodybuilding chez les hommes gays. D’autres travaux enfin proposent qu’une “crise de la masculinité” propulse les hommes dans une économie de transformation corporelle afin de conserver leurs pouvoirs sociaux et de demeurer compétitifs sur le marché de la séduction (Turse, 1999 ; Atkinson, 2007 ; Vallet, 2008).

17Mon propos ne vise ni à valider ni à invalider ces thèses, mais plutôt à montrer en quoi elles, ainsi que plusieurs autres théories sur le désir de muscularité des hommes, seraient différentes si elles prenaient en considération les hommes trans. S’il est vrai que certains hommes trans reproduisent des codes de masculinité hégémonique (Cameron, 1996 ; Cromwell, 1999 ; Rubin, 2003 ; Green, 2004 ; Connell/Messerschmidt, 2005), plusieurs travaux en études trans révèlent la complexité du rapport des hommes trans à la masculinité dominante (Devor, 1997 ; Schilt, 2006 ; Bourcier, 2008, 2011 ; Hoenes, 2008 ; Baril, 2009). Bourcier (2008 :80) démontre qu’en fonction des parcours de nombreux hommes trans autrefois assignés femmes et présentant des corps mâles aux configurations variées (par exemple sans pénis), les masculinités trans ne peuvent pas être vues comme de simples reproductions d’une masculinité hégémonique. Il précise :

De tout cela, la masculinité dominante ou le patriarcat ne ressortent pas indemnes et il est clair que toutes ces approches ou ces vies minoritaires [trans] ont généré des formes de masculinité différentes. Ne serait-ce que parce qu’elles proposent et pratiquent une réarticulation des technologies de la masculinité que sont la médecine, le régime visuel, la culture populaire, les techniques de l’aveu, le droit et les savoirs minoritaires (Bourcier, 2008 :82).

18J’ajouterais que la « réarticulation des technologies de la masculinité » par le bodybuilding fait partie des technologies du genre qui prennent un sens différent dans une perspective trans.

  • 16 Certaines analyses montrent que l’expérience de transition peut représenter un point tournant dans (...)

19Les thèses dans le sillon de celle de Klein (1993) peuvent être comprises sous un nouvel éclairage à l’aide des perspectives théoriques trans : si plusieurs hommes trans semblent s’investir dans la musculation sans adopter des attitudes narcissiques, homophobes (un pourcentage significatif d’hommes trans ne s’identifient pas comme hétérosexuels, Cromwell, 1999), hypermasculines ou autoritaires, et même s’identifier comme féministes opposés à une masculinité hégémonique16, c’est qu’il existe d’autres motifs, parfois différents de ceux des hommes cis, qui les poussent à muscler leur corps. Je postule que dans une société cisgenriste qui tend à nier le droit à l’autodétermination des personnes trans, la musculation constitue une façon de riposter contre la cisgenrenormativité et un moyen de faire reconnaître l’identité de genre choisie. Nos sociétés reposent encore sur des codes visuels pour consigner les individus en deux catégories : masculin/féminin. Cette gendérisation (gendering), pour reprendre l’expression de Serano (2007), se fonde sur les caractéristiques sexuelles secondaires (par exemple la pilosité ou les seins), les codes vestimentaires ou les performances de genre (par exemple les façons de se tenir, marcher, parler), parmi d’autres éléments, sans égard pour l’auto-identification. Une personne assignée femme à la naissance peut s’auto-identifier comme homme, mais si les gens interprètent ses caractéristiques physiques comme féminines, ils la considèreront comme une femme et la traiteront ainsi. Pour une personne trans qui ne peut pas ou refuse de suivre des traitements hormonaux qui permettraient une lecture différente de sa corporéité ou de son genre, comme c’est le cas de l’artiste Heather Cassil (Steinbock, 2014), la musculation peut devenir l’élément clé de la transformation de son apparence. Autrement dit, aux côtés des performances de genre ou des technologies vestimentaires, la musculation peut devenir un élément de reterritorialisation du corps genré, voire parfois un des seuls outils de remodelage corporel pour signifier socialement la masculinité sans traitements médicaux. En outre, l’accès à cette technologie de genre qu’est la musculation, contrairement à plusieurs autres, n’est pas règlementé ; il n’exige aucune évaluation psychiatrique. Un abonnement à une salle d’entraînement ou quelques poids libres suffisent pour commencer une transformation. La reconfiguration corporelle des hommes trans qui pratiquent la musculation, comme l’amincissement des hanches, le développement des pectoraux ou du dos, des épaules et des bras, est un élément qui favorise la cré­ation d’une silhouette codée masculine. La musculation est donc ici une technologie de genre non pas au service d’une masculinité hégémonique, comme c’est le cas chez plusieurs hommes cis, mais qui permet plutôt la reconnaissance de l’identité genrée choisie et constitue donc une critique, implicite ou explicite, de la masculinité patriarcale cisgenriste. Le bodybuilding n’est pas dans ce cas la réponse à une “masculinité en crise”, mais plutôt un élément contribuant à cette crise. Pour les personnes trans qui entreprennent des traitements hormonaux et chirurgicaux, la musculation peut aussi devenir un outil permettant de devancer certains changements qui prennent du temps et de transformer des parties du corps laissées intactes par les hormonothérapies et chirurgies, qu’il s’agisse du dos, des épaules, des bras ou des jambes. Ces parties du corps, bien qu’inchangées par les transitions, sont toutefois codées masculines ou féminines en fonction de leur développement et peuvent devenir des éléments centraux dans l’identité de genre de certaines personnes. La musculation devient donc un outil de recodification de ces parties du corps centrales à la gendérisation et à l’image corporelle genrée, mais négligées dans le parcours de transition balisé.

20Tout comme les théorisations des liens entre masculinité et muscularité, celles de l’usage de suppléments et stéroïdes anabolisants (Atkinson, 2007 ; Denham, 2008 ; Saltman, 2012 ; Henne, 2015) bénéficieraient aussi d’une reconceptualisation à partir des perspectives trans. Selon Atkinson (2007 :166-167), l’industrie des suppléments étant en pleine expansion, ces derniers ne sont plus la chasse gardée des athlètes de haut niveau, mais sont consommés par des gens ordinaires pour améliorer leur apparence. Selon certaines études quantitatives, 3,3 % de la population mondiale consommerait des stéroïdes et ce phénomène toucherait davantage les hommes (Henne, 2015). Henne (2015 :2-3) souligne que jusqu’à présent, bien que différents groupes consomment ces produits, les recherches se limitent aux athlètes :

Bien que l’usage de stéroïdes puisse servir aux traitements de réassignation sexuelle et à traiter la perte de muscles et de poids chez les patients vivant avec le VIH/Sida, certains cancers ou l’ostéoporose, il y a encore peu de recherches sur ces patients et les valeurs qu’ils attribuent à des drogues comme celle-ci. En somme, alors que les études sur l’usage et la régulation des stéroïdes ont produit d’importantes connaissances sur le genre, leur accent sur les usagers récréatifs et les athlètes fournit un portrait limité […].

  • 17 J. Hoenes explore brièvement l’usage de la testostérone chez les personnes trans et bodybuilders (2 (...)

21J’abonde dans le même sens et soutiens qu’il serait temps de comparer l’usage des stéroïdes, notamment de la testostérone, chez les hommes cis et trans. La cisgenrenormativité dans les études sur la santé mène trop souvent à des doubles standards. Je démontre dans d’autres travaux que les hommes cis qui utilisent diverses technologies en raison de problèmes érectiles sont vus comme ayant des problèmes de santé et que leurs traitements et équipements médicaux peuvent être couverts par le système de santé, alors que pour les hommes trans, dans une perspective cisgenrenormative, l’absence de pénis est vue comme “naturelle” (Baril, 2015c :62). Leurs prothèses et équipements sont donc perçus comme des jouets sexu­els non couverts par le régime de santé. Des doubles standards similaires sont à l’œuvre quant à l’usage de stéroïdes, mais de façon inversée ; la testostérone consommée par les hommes trans relèverait du registre médical, alors que le même type de testostérone consommé par les athlètes et bodybuilders est considéré illicite. De fait, la testostérone prescrite aux hommes trans est considérée comme un narcotique et les protocoles de prescription et d’usage sont stricts. Voici un exemple frappant de ces doubles standards : sur la page de couverture de son livre, Loren Cameron (1996), trans et bodybuilder, propose un autoportrait nu dans lequel il s’injecte de la testostérone. Alors que ce type de cliché est courant pour représenter les identités trans, la même photo d’un bodybuilder cis serait incriminante17. Non seulement la photo pourrait le disqualifier de compétitions, mais elle pourrait aussi mettre fin à sa carrière (Gorton et al., 2005 :69 ; Denham, 2008 :237). Il est intéressant de noter que l’achat, la vente ou le partage de testostérone par les personnes trans, en dehors du parcours médical balisé, comme l’a fait l’auteur de Testo Junkie Paul Preciado (2008), est condamnable par la loi. Il s’agit néanmoins d’un parcours trans commun dans un contexte de gatekeeping médical : les personnes trans qui ne se soumettent pas aux critères requis pour obtenir une prescription s’approvisionnent, comme les athlètes et bodybuilders, sur le marché noir. Alors que les personnes trans sont de plus en plus présentes dans diverses compétitions sportives, comment déterminerons-nous ce qui constitue des pratiques de dopage ? Comment mesurer le dopage chez les hommes trans quand leur condition requiert ce qui est autrement considéré comme l’usage de stéroïdes illicites ? Quelles sont les ressemblances et les différences entre les hommes cis et trans quant à leur usage de la testostérone et d’autres suppléments dans la construction de leur masculinité et de leur muscularité ? Ces questions demeurent ouvertes en l’absence de travaux intégrant les hommes et les perspectives trans dans les études sur le bodybuilding. Pour reprendre les expressions des sociologues Bourcier (2008 :75) et Rubin (2003 :152), il est temps d’élaborer une “testo-théorie” et une “sociologie de la testostérone”.

  • 18 Sous cet angle, la notion de body dysmorphia (Olivardia R., 2004 ; Baghurst T., Kissinger D. B., 20 (...)

22En somme, les pratiques de musculation chez les personnes trans peuvent remplir une variété de fonctions différentes de celles visant la reproduction d’une masculinité hégémonique. Elles peuvent transformer le corps plus rapidement ou sans autres traitements, reconfigurer le corps pour maximiser les chances d’être correctement gendérisé, présenter un corps mâle non ambigu pour éviter de vivre des situations de violence cisgenristes, déjouer le “gatekeeping” du système médical en modifiant soi-même son corps, etc. Bref, par-delà un désir de “capital corporel” (Bridges, 2009), la musculation facilite chez les hommes trans la reconnaissance de l’identité genrée (Schilt, 2006 ; Baril, 2009). Pour certains hommes trans, le bodybuilding pourrait aussi être un outil permettant de compenser des éléments de leur masculinité perçus comme absents, tels qu’un pénis ou des testicules, de réduire la dysphorie corporelle18 ressentie par certains, ou encore de défouler l’agressivité accumulée à travers les expériences de violence et de microagressions vécues. Il ne s’agit là que de quelques pistes de recherche qui auraient des implications importantes sur la manière de concevoir le rapport entre masculinité et muscularité dans les travaux en sociologie du sport.

V. Santé, cisgenrenormativité et… transnormativité ?

23Cet article a mis en évidence l’absence des hommes trans dans les recherches sur la masculinité et le bodybuilding. S’il est normal que le champ des études trans, encore jeune, n’ait pas eu l’occasion de s’attarder aux rapports entre les expériences trans et les pratiques sportives, dont le bodybuilding, il est surprenant de constater que les sociologies du genre et du sport, longtemps établies, n’aient produit jusqu’à présent aucune analyse sur le rapport des hommes trans à la masculinité et à leur muscularité ou encore d’études plus générales de la masculinité et de la muscularité qui incluraient des sujets trans. Cette carence s’explique à la lumière de biais cisgenrenormatifs qui orientent les recherches et définissent implicitement les sujets masculins adeptes de musculation comme exclusivement cis. Ce cas de figure est un exemple, à petite échelle, de la problématique plus large de la cisgenrenormativité des recherches sur la santé des hommes et sur la santé en général. La prise en considération de l’axe intersectionnel cis/trans dans les travaux sur le bodybuilding transformerait radicalement les hypothèses et les conclusions avancées et j’aimerais, avant de conclure, exposer en quoi cette prise en considération transformerait également les travaux sur la santé. Comme l’indiquent plusieurs auteur-es, les représentations culturelles d’une personne en santé sont davantage fondées sur son apparence physique que son statut de santé (Pope/Phillips/Olivardia, 2000 ; Alexandre, 2003 ; Labre, 2005). Pour Metzl (2010 :2),

[…] [S]i après avoir lu ce livre vous vous dirigez vers le kiosque le plus près à la recherche de magazines sur le thème de la santé, vous allez sans aucun doute trouver des périodiques populaires comme Health, Healthy Living, ou, Men’s et Women’s Health. En les feuilletant, cela ne prend pas beaucoup de temps pour réaliser que ces publications partagent une présomption commune selon laquelle la santé est intimement liée à l’apparence d’une personne et ultimement définie par cette dernière.

24Ces préjugés se retrouvent non seulement dans la culture populaire, mais aussi dans les recherches scientifiques, comme le montrent les travaux critiques en fat studies qui ciblent la notion médicale d’obésité vue comme construction “grossiste” (Cooper, 2010). Je soutiens que le même type de jugements implicites cisnormatifs est à l’œuvre pour exclure les personnes trans de la définition même de la santé. Qu’il s’agisse de la catégorie diagnostique en santé mentale de dysphorie de genre accolée aux personnes trans, du fait que les populations trans sont considérées comme étant à risque (par exemple les taux de suicide), ou encore du fait que leurs parcours sont ponctués de traitements médicaux, les personnes trans sont “exclues” de la définition de la santé. Plus encore, si la santé est souvent jugée selon l’apparence plutôt que la condition physique, bref sur une idéologie “beautéiste” traversée de standards hétérosexistes, racistes, classistes, âgistes, “grossistes”, et cisgenristes, une majorité de personnes trans seront toujours automatiquement exclues des représentations des personnes en santé. Par exemple, si un homme dit “en santé” est d’une certaine grandeur, avec un certain indice de masse corporelle, une certaine silhouette et présentant une certaine muscularité (ce qui exclut la majorité des hommes cis), les hommes trans, ayant eu recours ou non à des traitements hormonaux ou chirurgicaux dont les hanches et fesses demeurent “trop larges”, les épaules “trop petites”, la masse musculaire “trop faible”, l’indice de masse corporelle “trop élevé”, la stature “trop courte”, se trouveront majoritairement exclus de cette représentation de la santé. On pourrait dire que le corps en santé est un corps cis, d’où l’importance d’inclure la cisgenrenormativité dans nos théorisations de systèmes d’oppression qui affectent nos recherches, définitions et représentations de la santé.

25Sous cet angle, la visibilité d’hommes trans, comme Dowling, sur la couverture de Men’s Health est encourageante et nous amène à interroger l’inclussion et l’exclusion des personnes trans dans différentes sphères, dont les recherches sur la santé. Néanmoins, comme le souligne Hoenes (2008) à propos des œuvres pionnières de Cameron, on peut s’interroger sur les exclusions sur lesquelles se fondent certaines représentations trans. Comme l’indique Hoenes, il n’est pas anodin que Cameron, et ajouterais-je Dowling, soient des hommes blancs. Lorsqu’on y réfléchit plus en profondeur, il est clair que la seule raison qui permet au corps de Dowling de devenir le nouvel emblème de la santé est fondée sur la répudiation d’un ensemble de corps trans qui se verront toujours refuser le qualificatif “en santé”, peu importe leur condition de santé, parce qu’ils sont handicapés, non binaires de genre, gros, âgés ou féminins. Il semble donc que, transgenre ou non, la santé masculine soit associée à la jeunesse, à la minceur, à la négation du féminin, à la force et à la musculation. En somme, si l’on doit s’attarder de manière urgente à la cisgenrenormativité qui prévaut dans les travaux sur la santé, il ne faudrait pas perdre de vue que le sujet transnormatif masculin musclé, bien que non cis, peut être lui aussi partie prenante de nouveaux régimes d’exclusion.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre S. M.,
2003 “Stylish Hard Bodies: Branded Masculinity in ‘Men’s Health’ Magazine”,
Sociological Perspectives, 46, n° 4, pp. 535-554.

Atkinson M.,
2007 “Playing With Fire: Masculinity, Health, and Sports Supplements”,
Sociology of Sports Journal, n° 24, pp. 165-186.

Baghurst T., Kissinger D. B.,
2009 “Perspective on Muscle Dysmorphia”,
International Journal of Men's Health, 8, n° 1, pp. 82-89.

Baril A.,
2009 “Transsexualité et privilèges masculins. Fiction ou réalité ? ”, in Chamberland L. et al. (eds.), Diversité sexuelle et constructions de genre, Québec, PUQ, pp. 263-295.
2015a “Needing to Acquire a Physical Impairment/Disability: (Re)Thinking the Connections between Trans and Disability Studies Through Transability”, Hypatia, 30, n° 1, pp. 30-48.
2015b “Sexe et genre sous le bistouri (analytique) : interprétations féministes des transidentités”, Recherches féministes, 28, n° 2, pp. 121-141.
2015c “Transness as Debility: Rethinking Intersections between Trans and Disabled Embodiments”, Feminist Review, n° 111, pp. 59-74.

Bauer G. R., Scheim A. I.,
2015
Transgender People in Ontario, Canada: Statistics from the Trans PULSE Project to Inform Human Rights Policy, London, University of Western Ontario.

Bourcier M-H. S.,
2008 “Technotesto : biopolitiques des masculinités tr(s)ans hommes”, Cahiers du genre, 45, n° 2, pp. 59-84.
2011 Queer Zones 3. Identités, cultures et politiques, Paris, Éd. Amsterdam.

Bridges T. S.,
2009 “Gender Capital and Male Bodybuilders”,
Body & Society, 15, n° 1, pp. 83-107.

Brown D.,
1999 “Male Bodybuilders and the Social Meaning of Muscle”,
Auto/Biography, 7, n° 1/2, pp. 83-90.

Cameron L.,
1996
Body Alchemy: Transsexual Portraits, San Francisco, Cleis Press.

City Gym,
2015 “The Story of Jacob and City Gym”,
https://www.youtube.com/watch?v=ElUK53sf-kc.

CNN,
2015 “World’s First Transgender Bodybuilding Competition”,
https://www.youtube.com/watch?v=W37Ah__pq2s.

Cooper C.,
2010 “Fat Studies: Mapping the Field”,
Sociology Compass, 4, n° 12, pp. 1020-1034.

Connell R. W.,
2014 Masculinités : Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Éd. Amsterdam.

Connell R. W., Messerschmidt J. W.,
2005 “Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept”,
Gender & Society, 19, n° 6, pp. 829-859.

Crenshaw K. W.,
2005 “Cartographie des marges : intersectionnalité, politique de l'identité et violences contre les femmes de couleur”, Cahiers du genre, 2, n° 39, pp. 51-82.

Cromwell J.,
1999
Transmen and FTMs: Identities, Bodies, Genders, and Sexualities, Chicago, University of Illinois Press.

De Lauretis T.,
2007 Théorie queer et cultures populaires : de Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute.

Denham B. E.,
2008 “Masculinities in Hardcore Bodybuilding”,
Men and Masculinities, 11, n° 2, pp. 234-242.

Devor H. A.,
1997
FTM: Female-to-Male Transsexuals in Society, Bloomington, Indiana UP.

Gagnon O.,
2016 “Faire sa marque comme modèle masculin transgenre”, Fugues, n° 7, pp. 28-29.

Gorton N. R., Buth J., Spade D.,
2005
Medical Therapy and Health Maintenance for Transgender Men: A Guide For Health Care Providers, San Francisco, Lyon-Martin Women's Health Services.

Green J.,
2004
Becoming a Visible Man, Nashville, Vanderbilt UP.
2005 “Part of the Package: Ideas of Masculinity among Male-Identified Transpeople”,
Men and Masculinities, 7, n° 3, pp. 291-299.

Grogan S., Richards H.,
2002 “Body Image: Focus Groups with Boys and Men”,
Men and Masculinities, 4, n° 3, pp. 219-232.

Henne K.,
2015 “Steroids”,
in Naples N. (Ed.), Encyclopedia of Gender and Sexuality Studies, Oxford, Wiley-Blackwell, pp. 1-3.

Heywood L.,
1997 “Masculinity Vanishing: Bodybuilding and Contemporary Culture”,
in Moore P. (Ed.), Building Bodies, New Brunswick, Rutgers UP, pp. 165-183.

Hill Collins P.,
2000
Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, 2d ed., New York, Routledge [1990].

Hoenes J.,
2008 “Images et formations de corps d'hommes trans. Politique visuelle dans les photographies de Loren Cameron”, Cahiers du genre, n° 45, pp. 43-57.

Hoquet T.,
2011 “Beefcake. Corps gays hystériques et érotiques”, Critiques, n° 764-765, pp. 4-15.

Johnson A. H.,
2016 “Transnormativity: A New Concept and Its Validation through Documentary Film About Transgender Men”,
Sociological Inquiry, vol. 86, n° 4, pp. 1-27, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/soin.12127/epdf.

Klein A. M.,
1993
Little Big Me : Bodybuilding Subculture and Gender Construction, Albany, State University of New York Press.

Labre M. P.,
2005 “Burn Fat, Build Muscle: A Content Analysis of Men's Health and Men's Fitness”,
International Journal of Men's Health, 4, n° 2, pp. 187-200.

Lafrance M.,
2012 “Le développement personnel selon les frères Weider : l’hétérosexualité masculine et l’histoire du culturisme à Montréal”, in Warren J. P. (ed.), Histoires de la sexualité au Québec au XXe siècle, Montréal, VLB, pp. 122-137.

Levant R. F., Wimer D. J.,
2014 “Masculinity Constructs as Protective Buffers and Risk Factors for Men’s Health”,
American Journal of Men’s Health, 8, n° 2, pp. 110-120.

Mansfield A., McGinn B.,
1993 “Pumping Irony: The Muscular and the Feminine”,
in Scott S., Morgan D. (eds.), Body Matters: Essays on the Sociology of the Body, London, The Falmer Press, pp. 49-68.

Metzl J. M.,
2010 “Introduction: Why Against Health?”,
in Kirkland A., Metzl J. M. (eds.), Against Health: How Health Became the New Morality, New York, New York UP, pp. 1-12.

Olivardia R.,
2004 “Body Image and Muscularity”,
in Cash T. F., Pruzinsky T. (eds.), Body Image: A Handbook of Theory, Research, & Clinical Practice, New York, The Guilford Press, pp. 210-218.

Pope H. G., Phillips K. A., Olivardia R. (eds.),
2000
The Adonis Complex: The Secret Crisis of Male Body Obsession, New York, The Free Press.

Preciado P. B.,
2008
Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique, Paris, Grasset et Fasquelle.

Rubin H. S.,
2003
Self-Made Men: Identity and Embodiement among Transsexual Men, Nashville, Vanderbilt UP.

Saltman K.,
2012 “Men with Breasts”,
Journal of the Philosophy of Sport, 25, n° 1, pp. 48-60.

Schilt K.,
2006 “Just One of the Guys? : How Transmen Make Gender Visible at Work”,
Gender & Society, 20, n° 4, pp. 465-490.

Schippert C.,
2007 “Can Muscles be Queer? Reconsidering the Transgressive Hyper-built Body”,
Journal of Gender Studies, 16, n° 2, pp. 155-171.

Serano J.,
2007
Whipping Girl. A Transsexual Woman on Sexism and the Scapegoating of Femininity, Berkeley, Seal Press.

Steinbock E.,
2014 “Photographic Flashes: On Imaging Trans Violence in Heather Cassils' Durational Art”,
Photography & Culture, 7, n° 3, pp. 253-268.

Stratton J.,
1999 “Building a Better Body: Male Bodybuilding, Spectacle, and Consumption”,
in Martin R., Miller T. (eds.), SportCult, Minneapolis, University of Minnesota Press, pp. 151-172.

Stryker S., Aizura A. Z. (eds.),
2013
The Transgender Studies Reader 2, New York, Routledge.

Stryker S., Currah P. (eds.),
2014 “Keywords”,
TSQ: Transgender Studies Quarterly, 1, n° 1/2, pp. 19-272.

Sykes H.,
2006 “Transsexual and Transgender Policies in Sport”,
Women in Sport and Physical Activity Journal, 15, n° 1, pp. 3-13.

Travers A.,
2006 “Queering Sport Lesbian Softball Leagues and the Transgender Challenge”,
International Review for the Sociology of Sport, 41, n° 3/4, pp. 431-446.

Turse N.,
1999 “Prometheus Unbound: The Technology of Bodybuilding in the Nervous Age”,
Past Imperfect, n° 8, pp. 33-61.

Vallet G.,
2008 “Corps performant bodybuildé et identité sexuée masculine : une congruence ? ”, Interrogations, n° 7, pp. 1-10.

Vidal-Ortiz S.,
2008 “Transgender and Transsexual Studies: Sociology's Influence and Future Steps”,
Sociology Compass, 2, n° 2, pp. 433-450.

Wesely J. K.,
2001 “Negotiating Gender: Bodybuilding and the Natural/Unnatural Continuum”,
Sociology of Sports Journal, n° 18, pp. 162-180.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation et objectifs de l’étude : dans l’édition d’octobre 2016 du magazine Fugues, Laith de la Cruz, un modèle transgenre masculin, est représenté en page couverture. L’intérêt que suscite de la Cruz et son corps musclé et athlétique s’inscrit dans le récent engouement pour les personnes trans dans les médias ; que l’on pense au triathlète Chris Mosier apparaissant dans The New York Times, The Advocate ou ESPN The Magazine et faisant office de première personne trans dans une publicité de la compagnie Nike, ou à Aydian Dowling qui devenait le premier finaliste trans dans l’histoire du magazine Men’s Health dans la compétition “Men’s Health Ultimate Guy”, les personnes trans ont acquis une certaine visibilité publique. Alors que ces représentations d’hommes trans musclés et sportifs se multiplient dans les magazines, dans les vidéos YouTube et dans les médias sociaux, les travaux universitaires qui s’intéresseraient aux rapports qu’entretiennent ces hommes trans à leur masculinité et à leurs pratiques sportives, notamment celles visant à développer leur musculation, demeurent inexistants. En dépit d’un développement croissant des études sur les masculinités et des études trans, peu de dialogues entre ces deux champs existent. Les quelques ébauches de réflexions communes se font sous un mode unidirectionnel : alors que les études trans utilisent les théories et concepts déployés en études sur les masculinités pour réfléchir aux masculinités trans, les études sur les masculinités, elles, ne s’intéressent que rarement aux enjeux trans. Ainsi, il n’est pas surprenant de constater que malgré la multiplication des travaux portant sur la masculinité, la santé, et les sports, dont les pratiques de bodybuilding (ou culturisme/musculation), aucune recherche jusqu’à présent ne s’est attardée aux rapports que les hommes trans entretiennent vis-à-vis de la musculation dans la construction de leur masculinité. Cet essai a pour objectif de documenter les liens entre les pratiques de musculation et la masculinité des hommes trans.

Approche théorique : proposant une contribution théorique, cet essai offre une lecture intersectionnelle des liens entre la masculinité et la muscularité, à travers la mobilisation d’outils développés en études trans et sur le genre, prenant en considération l’identité de genre (cisgenre/transgenre) et en reconnaissant la complexité de la construction identitaire masculine au regard des pratiques de musculation. Au-delà de simples « technologies de genre » servant à développer une masculinité stéréotypée, ces pratiques corporelles peuvent favoriser le déploiement de masculinités différentes et marginales, dont les masculinités trans. Par-delà un désir de « capital corporel » à travers la constitution d’une musculature, c’est aussi et surtout un désir de reconnaissance de l’identité genrée dans une société cisgenrenormative/transphobe que certains hommes trans inscrivent dans leurs muscles.

Aspects méthodologiques : cet article utilise une approche “multi-méthodologique” recourant à des données issues de recherches quantitatives et qualitatives, basées sur des récits de vie, des auto-ethnographies, des ethnographies, etc.

Structure de l’étude : la première section de cet article documente l’absence des enjeux trans dans les recherches sur la santé des hommes et comment l’intérêt pour la santé trans est relégué aux champs des études de genre, trans et des sexualités. La deuxième section fournit une étude de cas, celle des travaux sur les pratiques de bodybuilding, pour analyser ce caractère lacunaire des recherches sur la santé des hommes et l’absence des travaux en études trans sur les pratiques sportives et de musculation. La troisième section expose les apports heuristiques que pourraient avoir des analyses intersectionnelles en sociologie du genre, de la santé et du sport, qui prendraient en considération l’identité de genre (cisgenre/transgenre) pour complexifier certaines des hypothèses et des théories proposées à propos des hommes et de leur rapport à la masculinité et muscularité. En conclusion, j’insiste sur les apports des perspectives trans pour les recherches en santé et je réfléchis sur les manières dont l’association entre masculinité trans et muscularité, bien que déconstruisant certains codes de la masculinité hégémonique cisgenriste qui exclut les hommes trans, peut à son tour reproduire une logique exclusive à travers la promotion d’un sujet transnormatif dont les frontières se construisent en reléguant d’autres sujets trans aux marges.

Discussion et résultats : si, à juste titre, des études classiques portant sur la masculinité et la musculation montrent comment cette pratique est au service d’une « masculinité hégémonique » (Connell, 2014), je soutiens que ces interprétations font l’économie d’une analyse intersectionnelle qui, au-delà des enjeux de sexe, de classe et de race souvent traités dans ces travaux sur le bodybuilding, intègrerait l’identité de genre (cisgenre/transgenre). Tout en reconnaissant que les pratiques de musculation constituent des « technologies de genre » (Lauretis, 2007) basées sur et reproduisant des idéologies dominantes, il importe de voir que l’interprétation de ces pratiques comme construction d’une masculinité hégémonique repose sur un postulat cisgenrenormatif (où l’identité cisgenre, c’est-à-dire non trans, représente la norme) à partir duquel seule la construction identitaire masculine des hommes cisgenres est considérée, reléguant aux marges celle des hommes trans.

Structured summary

Presentation and aims of the study : in the October 2016 issue of the magazine Fu­gues, Laith de la Cruz, a transgender male model, appears on the cover page. The interest de la Cruz and his muscular and athletic body generated is part of the recent passion for trans people in the media ; whether we think of the triathlete Chris Mosier appearing in The NewYork Times, The Advocate or ESPN The Magazine and becoming the first trans person in an advertisement for the company Nike, or of Aydian Dowling, who became the first trans finalist in the history of Men's Health magazine in the competition “Men's Health ‘Ultimate Guy’ ” contest, trans people have acquired a certain public visibility. Whereas these images of muscular and athletic trans men have multiplied in magazines, YouTube videos and social media, university works which would focus on the relationships that these trans men maintain with their masculinity and with athletic practices, particularly those aimed at developing their musculation, remain non-existent. Despite an increasing development of studies on masculinities and trans studies, few dialogues exist between these two fields. The few sketches of common reflections have been done in a unidirectional manner: whereas trans studies use theories and concepts deployed in studies on masculinities in reflecting on trans masculinities, studies on masculinities, for their part, only rarely take interest in trans issues. Thus, it is not surprising to note that despite the multiplication of works dealing with masculinity, health and sports, among which the practices of bodybuilding (or musculation), no research has as yet dealt with the relationships that trans men maintain with respect to bodybuilding in constructing their masculinity. This article seeks to document the ties between bodybuilding practices and the masculinity of trans men.

Theoretical approach : proposing a theoretical approach, this article offers an intersectional interpretation of the ties between masculinity and muscularity, in mobilizing tools developed in trans studies and on gender, in taking gender identity (cisgender/transgender) into consideration and in recognizing the complexity of male identity construction with regard to bodybuilding practices. Beyond simple “gender technologies” serving to develop a stereotyped masculinity, these body practices may support the deployment of different and marginal masculinities, among which trans masculinities. In a cisgendernormative/transphobic society, by developing a musculature, beyond a desire for “body capital”, certain trans men also and above all build a desire for the recognition of gendered identity right into their muscles.

Methodological aspects : this article utilizes a “multi-methodological” approach with recourse to data from quantitative and qualitative research based on life stories, auto-ethnographies, ethnographies, etc.

Structure of the study : this article’s first section documents the absence of trans issues in research work on men’s health and how interest in trans health is relegated to the fields of studies on gender, trans and sexualities. The second section provides a case study, involving works on bodybuilding practices, to analyse the patchy nature of research on men’s health and the absence of works in trans studies on athletic and musculation practices. The third section exposes the heuristic contributions which intersectional analyses in the sociology of gender, health and sport, which would take into account the identity of gender (cisgender /transgender) might have in complexifying some of the hypotheses and theories suggested in connection with men and their relationships to masculinity and muscularity. In conclusion, I insist on the contributions resulting from trans perspectives in health research works and reflect on how an association between trans masculinity and muscularity, although deconstructing certain codes of hegemonic cisgenderist masculinity, which excludes trans men, might in its turn reproduce an exclusive logic through the promotion of a transnormative subject whose borders are built in relegating other trans subjects to the margins.

Discussion and results : if classic studies relating to masculinity and musculation show how this practice is at the service of a “hegemonic masculinity” (Connell, 2014), I would maintain that those interpretations are done without an intersectional analysis which, beyond the issues of sex, class and race often dealt with in these works on bo­dybuilding, would incorporate gender identity (cisgender/transgender). While recogni­zing that musculation practices amount to “gender technologies” (Lauretis, 2007) ba­sed on and reproducing dominant ideologies, it is important to see that the interpretation of these practices as the construction of a hegemonic masculinity relies on a cisgendernormative postulate (where the cisgender identity, i.e. nontrans, represents the norm) on the basis of which only the masculine identity construction of cisgender men is considered, relegating to the margins that of trans men.

Haut de page

Notes

2 J’utilise l’expression “personnes trans” dans un sens inclusif des différentes identités de genre qui dé­bordent des cadres binaires de sexe/genre et de leur agencement traditionnel, qu’il s’agisse de personnes s’identifiant comme transsexuelles, transgenres, non binaires, bigenrées, agenrées, etc. L’expression “hommes trans” réfère à des personnes assignées femmes à la naissance et qui adoptent une identité de genre masculine. Il importe de préciser que si plusieurs des réflexions présentées dans cet article s’appliquent à l’ensemble des personnes trans, je me concentre ici sur les hommes trans. Il serait pertinent que d’autres recherches s’attardent aux similitudes et différences entre hommes et femmes trans (assignées hommes à la naissance) en lien avec leur muscularité.

3 Men’s Health est le plus important magazine de santé masculine à l’échelle internationale. Sa compétition annuelle Men’s Health Ultimate Guy propose au lectorat des modèles inspirants d’hommes en santé.

4 « […] [E]n sciences pures, l’adjectif “cis” est employé comme antonyme de “trans”, le premier référant à un élément qui est du même côté, le second qui, dans ses origines latines signifie “par-delà”, référant à un élément appartenant aux deux côtés. Plus généralement, le préfixe “trans” désigne, en opposition au préfixe “cis”, une transformation et une transition. Le préfixe “cis” est ainsi accolé aux termes de sexe et de genre pour désigner les personnes qui décident de ne pas faire de transition de sexe ou de genre ». Baril A., 2009, pp. 283-284. En somme, une personne cisgenre/cissexuelle (cis) n’est pas transgenre/transsexuelle (trans).

5 J’ai inventé le néologisme “cisgenrenormativité” en 2009 (Baril A., 2009, p. 284). Dans des travaux ultérieurs, je distingue la cisgenrenormativité du cisgenrisme et je précise que « [l]e cisgenrisme est un système d’oppression qui touche les personnes trans, parfois nommé transphobie. Il se manifeste sur le plan juridique, politique, économique, social, médical et normatif. Dans ce dernier cas, il s’agit de cis­genrenormativité. [L]a notion de cisgenrisme […] s’éloigne des origines pathologiques et individuelles de la “phobie” » (Baril A., 2015b, p. 121).

6 À l’instar de Connell, qui critique les études en sciences sociales « mono-méthodologique[s] » et favorise dans ses travaux « un large spectre méthodologique » (Connel R. W., 2014, p. 93), j’utilise une approche “multi-méthodologique” recourant à différentes données issues de recherches quantitatives, qualitatives, basées sur des récits de vie, des auto-ethnographies, des ethnographies, des observations participantes, etc.

7 A. H. Johnson définit ainsi la transnormativité : « […] la transnormativité devrait être entendue, aux côtés de l’hétéronormativité […] et de l’homonormativité, comme une idéologie à la fois autonomisante et contraignante qui considère certaines identités, caractéristiques et certains comportements des personnes trans comme légitimes […], alors que d’autres sont marginalisés, subordonnés, ou rendus invisibles […] » (Johnson A. H., 2016, pp. 2-3). Dans cet article, toutes les citations en anglais sont traduites par moi.

8 J. M. Metzl adopte une thèse similaire et soutient que la notion de santé doit être questionnée (Metzl J. M., 2010, p. 1).

9 Certaines personnes pourraient affirmer que les personnes trans jouissent d’un capital de genre en fonction de leur sexe/genre assigné à la naissance avant leur transition ; c’est notamment le cas de certaines féministes radicales qui indiquent que les femmes trans bénéficient de privilèges masculins (voir à ce sujet les critiques de leurs arguments dans Baril A., 2009). S’il est vrai que certaines personnes trans jouissent d’un capital de genre avant leur transition, il importe cependant de préciser que ce capital et les privilèges qui l’accompagnent sont souvent vécus de manière paradoxale, voire violente par les personnes trans qui se voient imposer ces derniers en fonction d’un genre auquel elles ne s’identifient pas. Sous cet angle, ce capital n’est pas “incorporé” par plusieurs d’entre elles. Enfin, comme le mentionne Serano (2007), les personnes trans reconnues dans leur genre d’auto-identification bénéficient d’un capital de genre conditionnel, ou ce qu’elle nomme des privilèges cissexuels conditionnels, qui risquent à tout moment d’être dérobés si les personnes sont identifiées comme trans.

10 Les données suivantes sont tirées d’une recherche menée dans deux catalogues (bibliothèques de l’Université d’Ottawa et de Dalhousie University) en septembre 2016. Pour chacune des revues, les ter­mes anglais “transgen*” et “transsex*” accompagnés d’astérisques ont été utilisés.

11 Je ne soutiens pas ici que le racisme, le capitalisme et le cisgenrisme fonctionnent de la même manière et ont les mêmes impacts sur nos conceptualisations de la notion de santé, mais je souhaite insister sur le fait que les inégalités sociales fondées sur ces systèmes façonnent, chacune à sa manière et de façon imbriquée, nos compréhensions de ce que représente la santé.

12 « […] le genre, en tant que représentation et autoreprésentation, est aussi le produit de technologies sociales variées comme le cinéma et les discours institutionnalisés, les épistémologies et les pratiques critiques ainsi que les pratiques de la vie quotidienne […] » : De Lauretis T., 2007, p. 40.

13 Pour B. E. Denham, à travers « […] les marges de l’hypermasculinité, mâle ou femelle, nous entrons dans l’univers transgenre » (Denham B. E., 2008, p. 238).

14 Par exemple, dans un ouvrage collectif clé en études trans, le Transgender Studies Reader 2 (Stry­ker S., Aizura A. Z., 2013), comptant près de 700 pages, un seul chapitre réfère une fois aux termes “fitness” et “muscle” (p.251) et un autre aux sports (pp. 451-453). Aucun chapitre ne porte spécifiquement sur ces sujets. D’ailleurs, les termes “bodybuilding” ou “workout” ne figurent pas dans l’index. Un autre exemple est le double volume inaugural de la nouvelle revue TSQ : Transgender Studies Quarterly (Stryker S., Currah P., 2014) qui, à la manière d’un dictionnaire, propose de courtes entrées pour les termes clés en études trans. En près de 300 pages, une seule entrée est réservée au terme “sport” ; les termes “workout”, “muscle”, “fitness”, “bodybuilding” n’y figurent pas.

15 À propos de sa prise de testostérone pour sa transition, L. Cameron précise : « Je trouve que les personnes dans les communautés de bodybuilders sont parmi les plus familières avec ce type de comportement causé chimiquement » (1996, p. 20).

16 Certaines analyses montrent que l’expérience de transition peut représenter un point tournant dans le devenir ou le renforcement d’une position féministe (Devor H. A., 1997 ; Schilt K., 2006 ; Bourcier M-H. S, 2008, 2011 ; Baril A., 2009).

17 J. Hoenes explore brièvement l’usage de la testostérone chez les personnes trans et bodybuilders (2008, p. 53).

18 Sous cet angle, la notion de body dysmorphia (Olivardia R., 2004 ; Baghurst T., Kissinger D. B., 2009) pourrait être repensée en parallèle avec celle de dysphorie de genre et le désir de muscle chez les hommes trans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Baril, « Des corps et des hommes trans-formés. La musculation comme « technologie de genre » », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-1 | 2017, 65-85.

Référence électronique

Alexandre Baril, « Des corps et des hommes trans-formés. La musculation comme « technologie de genre » », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1816 ; DOI : 10.4000/rsa.1816

Haut de page

Auteur

Alexandre Baril

Chercheur postdoctoral boursier Izaak Walton Killam, département de science politique, Université Dalhousie (Halifax, Canada), abaril@uottawa.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals