Navigation – Plan du site
Dossier

Explications et modes de justification du renoncement aux soins dans une population ruralo-agricole. Rôles et ajustements d’un modèle de masculinité traditionnelle

Explanations and Modes of Justification for Renouncing Care in a Rural-Agricultural Population. Roles and Adjustments in a Model of Traditional Masculinity
Grégory Beltran
p. 87-107

Résumés

Selon les études, les hommes sont moins nombreux à déclarer renoncer à des soins que les femmes. Cet article prend comme point de départ ce constat pour l’interroger contextuellement. À partir d’entretiens de travailleurs agricoles en renoncement, l’analyse explicite le modèle de masculinité sollicité pour expliquer ces renoncements. Ce modèle agricole de masculinité traditionnelle se caractérise par une valorisation de la résistance à la douleur, un refus de l’aide extérieure et une faible préoccupation pour la santé. Ces éléments facilitent a pri­ori l’adoption d’un comportement de renoncement. Cependant, les hommes interprètent et ajustent continûment le modèle de masculinité en fonction de leur situation. Ces ajustements peuvent parfois conduire à une plus grande attention aux questions de santé. Différentes variables telles que l’âge, l’invalidité, la situation matrimoniale sont ainsi à prendre en compte pour analyser précisément et contextuellement le rapport entre masculinité et renoncement aux soins.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Le terme “justification” est utilisé ici sans jugement de valeur. Il ne s’agit pas d’estimer la vér (...)

1Le renoncement aux soins désigne le non-recours à des soins malgré un besoin ressenti. Dans les enquêtes par questionnaire, les personnes interro­gées expliquent leurs renoncements avant tout par des raisons financières. Elles n’ont pas les moyens de supporter les avances de frais, le prix d’une mutuelle ou encore les dépassements d’honoraires. L’approche qualitative par entretien montre cependant que ces explications s’intègrent à des mo­des de justification1 complexes. Cet article s’applique à analyser plus précisément les discours de justification au prisme de la notion de masculinité dans une population ruralo-agricole, c’est-à-dire travaillant ou ayant travaillé dans le milieu agricole et vivant en zone rurale. Il se fonde sur l’étu­de d’entretiens réalisés avec 23 personnes, 14 hommes et 9 femmes, ayant déclaré des renoncements. Le travail agricole est décrit par chaque interviewé, homme ou femme, comme un travail de force qui entraine nécessairement des souffrances physiques qu’il faut savoir accepter. Cette description du métier associée à une forte précarité professionnelle ou financière révèle les conditions socio-économiques favorisant le renoncement dans cette population. Mais l’étude des discours montre que ces explications matérielles s’intègrent dans un mode plus large de justification construit autour de la figure du travailleur agricole méritant. Cette figure correspond aux traits d’une masculinité traditionnelle telle qu’étudiée dans d’autres contextes (Thompson/Langendoerfer, 2016) et est caractérisée par une valorisation de la résistance à la douleur ainsi que par une faible préoccupation pour la santé. Au travers des entretiens, on voit que ce modèle ne s’oppose pas à un modèle féminin et que certaines femmes s’y conforment. Il reste cependant un modèle de masculinité en ce qu’il s’applique différentiellement selon les sexes : les femmes revendiquent pouvoir y ac­céder alors que les hommes doivent démontrer qu’ils réussissent effective­ment à le suivre. L’objectif de cet article n’est pas, compte tenu du matériau restreint et limité, d’affirmer un modèle de masculinité hégémonique en place dans le monde ruralo-agricole. Il s’agit de montrer qu’un modèle de masculinité traditionnelle est mobilisable et mobilisé dans les discours que tiennent les personnes sur leurs renoncements et ainsi de proposer une plus grande attention aux questions de masculinité dans les recherches sur le renoncement aux soins.

II. Méthode et terrain

A. Le renoncement aux soins

1. Une notion floue

2Le renoncement aux soins est une notion utilisée régulièrement depuis les années 1990 dans les enquêtes de santé en France. Elle a permis de donner un contour scientifique à des questions socio-sanitaires et d’esti­mer statistiquement ce phénomène. Pour l’anthropologue C. Desprès, il y a renoncement quand des individus

[…] ne sollicitent pas les services de soins et les professionnels de santé alors qu’ils éprouvent un trouble, constatent un désordre corporel ou psychique ou quand ils n’accèdent pas à la totalité du soin prescrit (Desprès et al., 2011 :3).

3Selon l’enquête sur la santé et la protection sociale (ESPS), en 2008, en France, 15,4% de la population renonçait à des soins, quand l’Internatio­nal Health Policy Survey estimait ce chiffre à 13% en 2010. Les résultats des enquêtes quantitatives doivent cependant être pris avec précaution. Une étude de la DREES a montré l’importance de la formulation utilisée dans le questionnaire, car elle pouvait faire varier les résultats de 21% à 36% (Legal/Vicard, 2015). Il y a ainsi différents filtres et étapes entre la situation d’absence complète de soins pour un désordre physique ou psychique ressenti et la déclaration de renoncement au cours d’une enquête. Plus généralement, la notion de renoncement aux soins est dépendante du rapport au corps, à la santé ou encore au monde médical des individus. À l’impact de la formulation et du mode de passation du questionnaire se conjuguent donc des raisons culturelles et biographiques. Pour un même trouble physique, l’inconfort sera vécu et interprété différemment, digne de l’intérêt médical ou non, problématique ou suffisamment anodin pour ne pas être mentionné, du moins dans un questionnaire. Se déclarer en renoncement pourra être vécu pour certains comme une forme de plainte dé­placée, pour d’autres ou dans d’autres contextes, au contraire, comme un moyen de dénonciation d’une situation, de précarité financière par exem­ple. Les résultats statistiques sont ainsi difficiles à interpréter seuls et certaines tendances qu’ils dévoilent nécessitent de prendre en compte ces différents biais.

2. Différence entre les sexes et pour les agriculteurs

4La dimension subjective et culturelle du renoncement aux soins est avancée par les chercheurs pour expliquer la sous-représentation des hom­mes par rapport aux femmes. En effet, bien que les résultats entre enquêtes divergent, ces dernières font presque toutes état d’un écart entre les sexes (Boisguerin, 2012). Les besoins spécifiques dus à des différences physiologiques n’expliquent pas entièrement ces différences de résultats, qu’on retrouve pour tout type de soins, y compris l’optique ou le dentaire. Pour les chercheurs et chercheuses, cet écart est expliqué par une différence d’appréciation et de préoccupation sanitaires entre hommes et femmes. Ils s’appuient sur des études quantitatives (Aliaga, 2002) qui établissent que les femmes sont plus soucieuses de leur santé, mais aussi plus consommatrices de soins : ayant davantage de soins prescrits et de besoins ressentis, elles ont ainsi plus de risques d’avoir à renoncer aux soins. On peut inverser le raisonnement et estimer que les hommes, dans leur construction sociale, sont moins sujets à se préoccuper de certains besoins de soins ou de déclarer certains renoncements.

5De la même façon, les enquêtes montrent régulièrement un niveau de renoncement plus faible chez les agriculteurs sans que cette observation puisse être expliquée par des différences de besoins (Legal/Vicard, 2015). C’est donc là encore vers les explications culturelles ou sociologiques qu’il faut se tourner, ce que nous permet l’analyse d’entretiens qualitatifs de personnes en renoncement.

B. Résultats et entretiens : entre conditions matérielles et modèle du travailleur agricole

1. Protocole d’enquête et résultats

  • 2 Les missions de la MSA sont plus larges que celles de la CPAM, comprenant notamment les branches ma (...)

6En 2015, une enquête sur le renoncement aux soins des affiliés de la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) et de la MSA (Mutualité sociale agricole) de quatre départements du Languedoc-Roussillon – l’Aude, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales – a été mise en place sous la direction scientifique des chercheurs P. Warin et H. Revil de l’Observa­toire de non-recours aux droits et services (Odenore). Sur 3919 personnes affiliées à la CPAM ayant répondu au questionnaire, 36,3% ont déclaré avoir “renoncé ou reporté un soin au cours des 12 derniers mois” ; pour la MSA, dont la population est majoritairement agricole, pour 600 questionnai­res répondus, les résultats sont de 22,2%. Pour la CPAM, 40,9% des fem­mes interrogées se déclaraient en renoncement contre 30,1% des hommes. Au niveau de la MSA l’écart est moindre avec 25,1% pour les femmes et 20,4% pour les hommes. Le mode de passation des questionnaires, au sein des agences de protection sociale, explique des taux de renoncement plus élevés que pour l’enquête ESPS. Pour le reste, les résultats généraux sont cohérents avec les tendances observées dans les précédentes études : les questions financières sont avancées comme raisons principales du renoncement et les hommes, comme les agriculteurs, sont sous-représentés. Pour la MSA, les taux de renoncements sont plus faibles et l’écart entre les sexes est moindre que pour les résultats de la CPAM. Là encore le protocole d’enquête peut être interrogé2, mais il n’explique pas nécessairement l’ampleur de ces différences. Pour mieux comprendre ces résultats, l’en­quête par questionnaire a été complétée par 43 entretiens menés auprès de personnes ayant déclaré des renoncements. La grille d’entretien amenait les personnes à décrire leurs renoncements plus précisément (nature du re­noncement, conséquences médicales et sociales), à expliquer les raisons et les actions mises en place pour y remédier. L’autre partie de l’entretien était consacrée à comprendre le rapport à la santé, à la médecine et au monde médical des personnes. Aucune question sur le genre n’était prévue et n’a été posée.

2. Choix du corpus et base théorique

7Parmi ces 43 entretiens, seuls ceux menés auprès des travailleurs du mi­lieu agricole ont été conservés pour servir de matériau à cet article, soit 23 personnes qui utilisent un cadre commun pour justifier moralement leur renoncement. Plus précisément, on dénombre 14 hommes et 9 femmes, aux profils variés – retraités, ouvriers agricoles, exploitants, en couple avec enfants, célibataires – mais habitant en milieu rural. Les types de renoncements sont multiples, en premier lieu desquels se placent les soins dentaires. Tous ces renoncements impliquent cependant un inconfort de vie pour les personnes, en termes de souffrances physiques notamment. Malgré des niveaux de vie différents, tous les répondants signalent que la principale cause du renoncement est d’ordre financier. C’est le cas d’une agricultrice à la retraite qui explique que les soins dentaires prescrits sont trop onéreux pour sa petite retraite, même s’il apparait au cours de l’entre­tien qu’elle possède des appartements en location qui pourraient couvrir les frais. De son côté, un ancien ouvrier devenu agriculteur renonce aux soins dentaires car il estime leur coût excessif, lui qui n’a eu aucun revenu depuis plusieurs mois et qui est en attente de RSA. On peut ainsi considérer que le “choix” de renoncer ou de reporter des soins ne se fait pas avec les mêmes contraintes selon les situations socio-économiques des individus. Pourtant les modes de justification du renoncement de ces personnes sont similaires dans leur forme. Même si elles reconnaissent régulièrement, et dénoncent pour certaines, les contraintes extérieures qui les amènent à renoncer (coûts trop élevés, insuffisance des aides, démarches trop complexes), elles consacrent une partie de leur entretien à justifier morale­ment leur renoncement, à l’expliquer en cohérence avec un mode de vie agricole et un modèle de masculinité. Il est facile, et sans doute juste, d’es­timer que ces justifications permettent de faire “de nécessité vertu”, d’une contrainte extérieure un choix personnel. Il faut cependant rappeler que, même largement contraints par les conditions socio-économiques, les indi­vidus mettent en place des choix entre différentes options et construisent des justifications morales autour de ces choix. Ainsi, le parti pris théorique à la base de cet article pose qu’il n’y a pas un lien de causalité unilatéral entre conditions objectives et cadre moral de justification, que chacun de ces éléments intervient a priori et a posteriori des choix de manière combinée et inextricable. Reconstituer à travers les entretiens le modèle de masculinité mobilisé par les personnes en renoncement permet ainsi de comprendre l’impact de ce dernier, sans toutefois pouvoir préciser dans quelle proportion il est agissant.

III. Les apports du terrain

A. Le modèle de masculinité traditionnelle

8La masculinité hégémonique correspond « à la façon actuellement la plus reconnue d’être un homme, [elle] implique que les autres se positionnent par rapport à elle » (Connell/Messerschmidt, 2014 :155). Dans les entretiens réalisés, les personnes en renoncement se réfèrent à un modèle de masculinité. Or il est d’autant plus difficile de se conformer à ce modèle quand on cumule des difficultés financières, médicales et sociales, comme c’est le cas de la majorité des personnes interrogées. Plusieurs caractéristi­ques et qualités sont associées à ce modèle qu’on retrouve dans d’autres études sur la santé des hommes du monde agricole. Dans une étude sur les agriculteurs au Québec, P. Roy, montre que l’accès aux soins peut pâtir de « l’idéologie masculine traditionnelle » active localement qui valorise « la force, le rejet du féminin, l’indépendance et l’autonomie » (Roy, 2014 : iii). Si le rejet du féminin n’est pas un élément qui ressort des entretiens effectués dans le Languedoc-Roussillon, les autres éléments apparaissent de fa­çon plus ou moins similaire. Devant la maladie, l’homme se doit de savoir subir sans se plaindre et sans demander d’aide extérieure, notamment auprès des services sociaux. La santé est un élément important en tant qu’elle permet d’effectuer le travail physique demandé par l’activité agricole, mais elle ne doit pas être présentée comme un sujet de préoccupation qui démontrerait une vulnérabilité et pourrait être considéré comme une sensiblerie.

9Cependant, les exigences du travail agricole entrainent bien des souffrances physiques et des difficultés d’accès aux soins. Le modèle de masculinité offre alors un cadre moral pour justifier, et même défendre comme un choix valide, une attention distanciée aux soins facilitée par ces contraintes professionnelles.

1. Force physique et résistance à la souffrance

10Selon le modèle de masculinité traditionnelle il faut compter sur son corps, sans pour autant le ménager ; être fort physiquement et capable de dépasser la douleur. L’effort physique est valorisé, principalement dans un cadre productif de travail, et les épisodes de fortes souffrances ou de mises en danger sont valorisés dans les récits. Il peut s’agir d’histoires concernant des pathologies personnelles :

En général, quand j’ai affaire à la médecine c’est que je suis aux urgences, quoi […]. L’an dernier je me suis fait… je me suis ouvert le genou avec une machette, ça m’a fait des petits points de sutures. J’ai fait mes 40 kilomètres avec… [rires], avec un…, j’avais fait une grosse compresse pour stopper le sang quoi, ça coulait un peu partout dans la bagnole. Et puis voilà, j’ai fait mes 40 kilomètres pour aller euh… Mais bon j’ai des amis à côté hein, c’est pas…, c’est une juste une manière…, c’est une manière de faire si vous voulez. […] J’ai pris un torchon, j’ai fait un gros point pour arrêter le sang et puis voilà, c’est pas… (Berger, divorcé, 44 ans).

11Ou celles d’une autre personne, mises en avant avec respect :

Le gars [viticulteur] il est aussi handicapé à 100%, et il travaille ! [rires] C’est un fou le gars ! le mec, bon ben, c’est un colosse quoi, le type. Il a deux hernies discales inopérables et il dit ‘qu’est-ce que vous voulez qu’on me donne’. Il a 59, ouais 59 ans, il est pas loin de la retraite. Il dit ‘qu’est-ce que voulez que je parte ? ’. Et puis, qu’est-ce qu’il a encore ? Il a fait un AVC y a deux, trois ans. Et [rires], il a failli y passer, mais il continue à bosser quand même hein (Ouvrier agricole, en concubinage, 53 ans).

12Le rapport au corps est ainsi complexe : un corps qui fonctionne est un corps qui correspond à une masculinité légitimée, mais faire appel au monde médical pour l’aider à fonctionner n’est pas valorisé par ce modèle. C’est un corps-machine, poussé à bout, au bout de ses limites, qui est l’exemple à suivre. Dans cette optique, il est demandé à la médecine qu’elle répare ce corps et non qu’elle soigne les souffrances. Les discours autour de la kinésithérapie sont ainsi symptomatiques de cette vision dans laquelle se mêlent les contraintes du métier :

Si j’y allais [chez le médecin] chaque fois que j’ai une douleur, j’y serais tous les jours hein ! C’est le métier hein. […] Moi y a des douleurs ça fait 15 ans que je les ai, je les ai hein. On vit avec. […] Oh j’en ai fait de la kiné, oh vous savez hein [l’air dubitatif]. […] Il faut y aller en permanence quoi, faudrait faire que ça. Enfin pas en permanence, mais faut y aller 3 fois par semaine tout le temps, c’est pas une solution. Je vais pas passer ma vie au kiné, non mais c’est vrai. Qu’est ce que vous voulez faire, c’est comme ça, c’est comme ça (Éleveur, célibataire, 49 ans).

2. Ne pas demander d’aide et s’en sortir seul

13La raison principale du renoncement aux soins a trait à la question financière. Les personnes rencontrées étant pour la plupart dans une précarité économique, elles n’ont pas les moyens d’accéder à une mutuelle, de payer les frais médicaux ou de réduire leurs heures de travail pour se soigner. Il leur est donc souvent nécessaire de faire des démarches auprès des organismes de protection sociale pour sortir du renoncement aux soins. Beaucoup de personnes en renoncement regrettent de devoir demander de l’aide et réaffirment leur volonté d’autonomie et d’indépendance vis à vis de l’administration ou de leurs proches, et leur désir de s’en sortir par eux-mêmes.

14La position de demandeur est mal vécue par les individus, par les hom­mes principalement. Ils mettent en avant leur incompétence à ce niveau (« j’ai choisi de devenir agriculteur, pas pour me faire chier avec les papiers », exploitant-agricole, marié, un enfant, 60 ans. « Dès qu’il faut mettre les pieds dans un bureau, j’ai le palpitant qui s’emballe », ouvrier agricole, en concubinage, 53 ans.). Dans les couples, ce sont les femmes qui s’occu­pent des démarches auprès des administrations (« L’assistante sociale c’est ma femme qui y va plus », exploitant-agricole, marié, un enfant, 60 ans). Les hommes, quant à eux, expliquent ne pas avoir la patience. C’est dans ce cadre que plusieurs personnes en renoncement expriment une violence importante envers l’administration. En réponse à un sentiment d’impuis­sance ou à un vécu de domination vis-à-vis du monde médical ou de l’ad­ministration, l’agressivité peut apparaître ici comme un accessoire légiti­me de la masculinité traditionnelle. C’est le cas dans l’exemple ci-après. Considérant avoir été mal soigné et conseillé, l’homme qui s’exprime estime que ses reproches sont légitimes. Mais la forme de la réponse et sa virulence correspondent aux attentes d’une masculinité traditionnelle, notamment en ce que l’individu considère que les menaces verbales de violence sont légitimes :

Si j’avais été soigné comme il faut quand on a vu les professeurs et qu’ils avaient accepté d’opérer, ces enculés, je serais peut-être pas dans l’état où je suis. Moi ça fait 38 ans que je cotise, je suis niqué de partout parce que j’ai commencé à bosser j’avais 12 ans, et maintenant on veut pas me soigner ? Il faut que je paye moi ? […] Et la MSA ils osent vous dire ‘on fait une enquête pour savoir pourquoi les gens ils veulent pas se soigner ?! ’ Ben ça me révolte, je vous le dis franchement. C’est un coup à finir à coup de fusil ça (Ouvrier agricole, ancien ouvrier en bâtiment, marié, 49 ans).

15L’expression de cette violence doit cependant prendre en compte d’au­tres éléments que la masculinité. Il s’y exprime aussi un manque de compétences vis-à-vis de l’administratif, cette carence étant vécue comme une impuissance. Ce ressenti révèle ainsi un rapport de classe, les personnes faiblement diplômées expliquant en effet manquer d’outils pour se diriger dans l’administration et se confronter à ses agents. L’ouvrier en bâtiment cité ci-dessus raconte avoir mal lu les feuilles de remboursement et déclare : « J’ai pas beaucoup d’instruction vous vous doutez bien. […] C’est incompréhensible leurs papiers pour quelqu’un comme moi ». Le recours à un discours de violence, avec une utilisation de la vulgarité, du haussement de ton et l’usage de la menace verbale, peut être analysé comme une forme de réaffirmation d’une masculinité traditionnelle, liée au monde ruralo-agricole. L’évocation par les trois hommes rencontrés du “fusil”, un élément traditionnellement rattaché à une masculinité rurale et opposé à ce qui pourrait être une urbanité civilisée et tempérée est l’expression d’une violence importante.

  • 3 Dans leurs explications de renoncements, les interviewés se revendiquent parfois du monde rural, de (...)

16Par ailleurs, l’opposition entre masculinité et féminité réapparaît en transparence : les qualités urbaines se confondent avec celles des femmes (les agents de l’administration sont d’ailleurs majoritairement des femmes, dans les faits comme dans les discours des personnes) tandis que la ruralité3 est représentative ici d’une masculinité traditionnelle et bourrue.

3. Ne pas se soucier

17Les entretiens de personnes en renoncement montrent que les discours sur l’importance de la santé contiennent souvent des paradoxes. Il est fréquent que les personnes déclarent envisager la santé comme une priorité pour, quelques échanges plus tard, affirmer ne pas s’en préoccuper dans leurs pratiques quotidiennes. Elles expriment ainsi à l’enquêteur, qui est souvent considéré comme un représentant de la MSA, avoir conscience de devoir socialement se préoccuper de leur santé, mais mettent en avant leur faible intérêt pour ces questions, démontrant par la même des correspondances avec la masculinité traditionnelle. Ces allers-retours sur l’axe du should care - don’t care théorisé par Robertson (2007) montrent que le modèle de masculinité local n’est pas le seul à être présent et à agir sur les discours. Un modèle qui encourage les hommes à prendre soin d’eux est parfois sollicité, le plus souvent pour s’en détacher.

18Les hommes sont ainsi nombreux à déclarer attendre que leurs douleurs passent, parfois malgré des épisodes antérieurs de complications médica­les importantes :

Je me suis fait avoir une fois, parce que voilà, il [le médecin traitant] a essayé de me soigner une angine, je l’ai pas écouté, j’ai été hospitalisé. Donc maintenant j’essaye de finir les traitements. […] Mais bon, les derniers jours des fois, j’oublie. […] Grosso modo, d’une angine mal soignée je suis passé sous pénicilline en injection et hospitalisation. […] Tant que j’arrive à dormir je considère que la douleur est supportable et donc, ça va passer quoi (Éleveur bovin, marié, 2 enfants, 37 ans).

19Les personnes en renoncement expliquent ne pas se soucier de leurs problèmes de santé en minimisant l’importance de ces derniers. Certaines maladies comme le cancer apparaissent cependant comme dignes d’intérêt et de préoccupations, mais servent aussi à relativiser les autres problèmes médicaux. Dans les discours, en comparaison à ces maladies graves, consulter pour des pathologies qui semblent plus bénignes relève davantage du confort selon certains.

20Les éléments du modèle de masculinité peuvent ainsi faire système : ne pas se préoccuper de dysfonctionnements physiologiques démontre une résistance à la douleur et permet de ne pas se tourner vers les autres pour rechercher aide ou soutien.

4. Un modèle construit autour du travail

21La question du travail est centrale dans les discours des personnes en renoncement. Le travail apparaît comme une valeur morale qui sert à se distinguer de la catégorie repoussoir des “fainéants” et autres “assistés”. Même quand cette catégorie n’est pas explicitée, la question du travail est toujours énoncée. Un ouvrier agricole à qui on a posé un anus artificiel après un accident survenu quelques mois auparavant, explique que l’élé­ment primordial est de retrouver une forme physique suffisante pour retourner « tailler les vignes ». Il s’agit de reprendre une « vie normale », organisée autour de ce travail. L’inactivité imposée par la situation lui pèse et le déprime. Il explique ne plus réussir à se lever le matin alors qu’en pé­riode de travail il se levait à 5h du matin sans avoir besoin de réveil. Un homme en inactivité apparaît dans ce contexte dépossédé d’une part de sa masculinité, ce qui fragilise la confiance en soi (Dejours, 1998 ; Molinier, 2000).

22Dans ce cadre de valorisation du travail, le corps souffrant peut devenir la preuve d’une vie de labeur, d’une vie de travailleur qui ne s’est pas ménagé, ne s’est pas écouté. Cette abnégation professionnelle est un symbole de fierté, malgré la souffrance qui l’accompagne. Cet ouvrier agricole qui a commencé à travailler à l’âge de 12 ans dans le bâtiment, ce qui, selon les médecins, est une des causes de ses souffrances actuelles, relate sa visite chez un radiologue :

Le mec est venu me demander ma pièce d’identité. Parce que la nana avait marqué mon âge et tout ce qui s’en suit, et le mec le croyait pas à la radio, donc il est venu contrôler ma pièce d’identité. A cause de l’usure. […] 50 balais et plus être capable de gagner sa croûte ! (Ouvrier agricole, ancien ouvrier en bâtiment, marié, 49 ans).

B. Masculinité ou ruralité

23Si un modèle à suivre apparaît bien dans les entretiens, affirmer qu’il s’agit d’un modèle de masculinité sans autre démonstration est discutable. Il n’est pas évident au premier abord d’inscrire les traits de caractère et les normes de comportement défendues comme légitimes ou acceptables dans les discours, dans un modèle de masculinité plutôt que dans une économie morale (Fassin, 2009), un cadre moral, traditionnel rural s’appliquant indifféremment aux hommes et aux femmes. Dans la théorie des masculinités de R. W. Connell, et malgré les usages multiples qui en sont faits, l’op­position, ou du moins la séparation du modèle masculin et féminin, est es­sentielle pour construire les contours des deux. La masculinité hégémoni­que, notamment, intègre en elle une justification de la domination des femmes par les hommes (Connell, 2014 :74). Dans les entretiens recueillis, l’opposition avec un modèle de féminité n’est jamais formulée clairement par les hommes et jamais la figure féminine n’est utilisée par ceux-ci comme repoussoir. À la différence d’autres enquêtes portant sur d’autres terrains, aucun ne déclare par exemple que s’occuper de sa santé est “un truc de gonzesse” (sissy stuff, Thompson/Langendoerfer, 2016).

24L’absence de questions ciblées sur le thème du genre dans les entretiens explique en partie que la mise en discours du modèle de masculinité ne nécessite pas une distinction systématique d’avec le modèle féminin. De plus, et plus important, le cadre moral traditionnel que les personnes oppo­sent à un modèle mythifié urbain ou moderne est avant tout masculin. Ce modèle moral ruralo-agricole, pris comme référence par les hommes et certaines femmes pour se distinguer d’une population oisive et profiteuse, est construit autour du travailleur agricole méritant et forcément homme. C’est à partir de lui que se dessinent les traits du modèle de masculinité rurale traditionnel que les hommes prennent comme référence et sont invités à suivre.

1. Un modèle ruralo-agricole de résistance

  • 4 Pour certaines personnes en renoncement, être méritant c’est avoir travaillé, donc cotisé, et être (...)

25Parmi les personnes de notre corpus déclarées en renoncement et interrogées, le modèle mis à distance et critiqué est davantage celui d’une modernité urbaine et trop délicate ou oisive. Le « travail de force » de l’agri­culture, défini par cet exploitant-agricole comme « 13 métiers, 1000 misè­re s», est opposé à la vie protégée des employés « dans les bureaux ». L’autre population régulièrement décrite en termes de repoussoir est celle des “assistés”, la description de ce groupe s’accompagnant souvent de pré­cisions racistes et xénophobes4. Les conditions d’entretien participent à la focalisation du discours masculin non sur une distinction par rapport au monde féminin, mais par rapport au groupe des assistés, de ceux qui “demandent toujours tout” : les personnes sont interrogées par un homme pour une enquête de la MSA sur l’accès aux soins. Pour une grande majorité des cas, c’est à l’occasion de démarches pour obtenir certains droits (CMU, remboursements...) que ces personnes ont rempli le questionnaire et accepté d’être recontactées pour un entretien. Les hommes comme les femmes se doivent avant tout de justifier la position de demandeur dans laquelle ils apparaissent et qui va à l’encontre de leur norme morale valorisant travail et autonomie.

26Ces pôles de l’urbain et de l’assisté, aux contours labiles, servent surtout à dessiner une image du rural comme travailleur méritant. Les person­nes essayent de re-légitimer un modèle traditionnel qu’elles estiment attaqué et qui se fonde sur la valeur travail. La définition du travail qu’elles proposent conserve un lien très fort avec son étymologie d’outil de torture, car son corolaire principal, selon les personnes, est l’investissement corporel et la souffrance physique.

27Le modèle est traditionnel en ce qu’il correspond dans les grandes lignes à la masculinité en place dans les années 1950, aux États-Unis par exemple (Thompson/Langendoerfer, 2016), alors même que plusieurs hommes qui le revendiquent dans l’enquête ont moins de 40 ans. Mais c’est aussi un modèle rural de résistance, construit autour du travail agricole depuis longtemps en crise (Champagne, 2002). Les personnes ont le sentiment d’être mal vues, abandonnées par les politiques comme par les administrations, de ne pas être reconnues dans leurs difficultés propres (« faut pas croire hein, c’est pas un travail facile », éleveur de bovin, célibataire, 49 ans). Ce modèle rural défendu n’est pas seulement défini par le négatif : plusieurs personnes en renoncement mettent par exemple en avant la “vie au grand air” caractéristique du monde agricole et considérée comme un gage de bien-être et de santé.

28Dans cette défense du modèle rural traditionnel, hommes et femmes semblent à première vue faire bloc. Des femmes mettent en avant leur solidité physique en opposition plus ou moins claire avec celles et ceux “qui s’écoutent”. Certains maris expliquent de leur côté, souvent avec fierté, que leurs femmes sont encore plus résistantes à la douleur et aussi peu préoccupées par leur santé qu’eux.

2. Modèle de masculinité et modèle de féminité

29Ainsi certains traits du modèle moral rural semblent s’appliquer au masculin comme au féminin : une mise en avant du travail et de l’effort, un refus de l’aide extérieure et une valorisation de la résistance à la douleur. Ces affirmations n’effacent pas la séparation entre modèles de masculinité et de féminité, les traits masculin et féminin n’ont pas besoin de tous être opposés. Masculinité et féminité peuvent être considérés comme des axes orthogonaux (Sedgwick, 1995 :15-16) : une personne peut intégrer à la fois des caractéristiques masculines et féminines sans qu’il y ait forcément contradiction. Simplement, de l’intégration de ces caractéristi­ques va dépendre sa reconnaissance sociale en tant qu’homme (ou femme) ou sa disqualification.

30Les critères du modèle de masculinité s’appliquent ainsi plus intensément aux hommes qu’aux femmes, car ils déterminent leur réussite à sui­vre les normes qui leur sont assignées du fait de leurs sexes biologiques. Les hommes qui doivent demander de l’aide auprès des administrations ou ne peuvent plus subvenir à leurs besoins ou à ceux de leur famille expliquent ressentir de la honte. Ils lient cette honte à une perte de statut social, mais qui ne peut pas être déconnectée d’une vision d’une masculinité défi­nie par l’autonomie et la solidité face aux épreuves. Ils se sentent moins hommes du fait de ne pas pouvoir suivre ce que le modèle énonce. Si les femmes expliquent également ne pas être à l’aise pour solliciter l’aide des administrations, ce rôle est cependant légitimé dans le discours des hom­mes. Au sein des couples, ce sont les femmes qui prennent en charge ce rôle correspondant à la dimension du care, du souci de l’autre, qui est présent dans le modèle de féminité. Les femmes ne sont pas moins femmes en sollicitant une aide, au contraire, elles peuvent dans une certaine mesure valider un modèle de féminité quand elles le font pour autrui.

31Enfin, si les femmes ne sont pas systématiquement empêchées de suivre le modèle de masculinité ou d’assumer des rôles traditionnellement masculins, elles doivent souvent justifier leur place. C’est le cas des femmes agricultrices. Certaines vont réajuster le modèle de masculinité en expliquant, par exemple, privilégier l’ostéopathie sur les autres soins pour maintenir l’outil de travail qu’est leur corps, alors que d’autres se position­nent sur les mêmes critères que les hommes :

Je suis viticultrice hein, je fais un travail de force. Hein, c’est moi qui traite, c’est moi qui laboure. J’ai pas de mari donc c’est moi qui fais les travaux. Là ce matin, là ce week-end j’ai travaillé. Ce matin j’é­tais en train de palisser (Viticultrice, célibataire, 51 ans).

  • 5 Dans les entretiens de couples à domicile, les femmes servent le café et alimentent la conversation (...)

32Ce discours et la recherche de légitimité qu’il contient rendent visible la base sexiste de distinction entre les hommes et les femmes du modèle de masculinité rural5. La norme qui apparait, si imposante qu’elle est rarement explicitée, est que le travail agricole reste considéré comme un travail d’homme, dans lequel les femmes doivent encore revendiquer leur place.

IV. Ajustements du modèle

33En fonction de leur situation, les hommes interprètent et réajustent le modèle, remettant en cause ou privilégiant par rapport à d’autres certains éléments du modèle.

A. Quand le corps trahit : invalidité et vieillesse

34La force physique est un élément central dans la définition de la masculinité traditionnelle. Dans le contexte rural, la force est liée au travail agricole. Quand le corps ne peut plus assumer ce travail, quand les forces s’a­menuisent, le modèle de masculinité traditionnelle est plus complexe à in­carner. Les éléments fonctionnent dans un ensemble, sont liés entre eux : la perte des capacités physiques entraîne le risque de ne plus pouvoir assu­mer le travail agricole et ainsi de ne plus subvenir aux besoins de la famille, rôle traditionnellement dévolu aux hommes (Thébaud, 2010). D’un point de vue extérieur, l’accès aux soins peut être en partie une solution en renforçant ou ménageant les capacités physiques de l’individu. C’est encore une fois en prenant la situation dans son contexte et en comprenant le modèle de masculinité traditionnelle comme un tout que la logique de renoncement prend sens. S’arrêter sur les souffrances est vu comme une faiblesse, tout comme demander de l’aide ; l’homme est censé subir et pousser son corps jusqu’à rupture. À cela s’ajoutent et se confondent les exigences du travail agricole, à la fois en termes d’investissement physique mais aussi temporel. Pour beaucoup, le travail ne permet pas de dégager les revenus nécessaires pour vivre correctement, les personnes estiment alors ne pas pouvoir s’arrêter pour aller chez le médecin ou se permettre du repos même si celui-ci est prescrit médicalement.

35L’aspect permanent des situations d’invalidité (Shuttleworth et al., 2012) et de vieillesse peut conduire certains hommes à transformer leurs comportements, mais aussi le modèle de masculinité qu’ils suivaient jus­que là, ou du moins à le critiquer. Un maraîcher bio, dont un bras est atrophié des suites d’une poliomyélite dans son enfance, explique avoir dû changer dernièrement ses habitudes professionnelles du fait de douleurs au dos persistantes. Ce changement arrive tardivement car les douleurs sont devenues trop importantes et incapacitantes. Pendant plus de 30 ans il a travaillé avec son handicap, sans aménagement spécial et sans toucher d’aide spécifique par méconnaissance de ses droits :

Maintenant je fais, je fais attention quoi, de…, je fais… bon, j’ai trouvé des… Au lieu de porter des caisses de 20 kilos, maintenant, mes tomates je les mets dans des caisses de 5 kilos, donc ça fait, ça va. Parce que quand tu prends des caisses de 20 kilos ! Ben faut des…, faut s’adapter en fonction de tes capacités quoi, voilà. […] Je fais attention, je deviens si tu veux euh… Même par rapport à mon beau-fils, qu’a 30 balais, c’est pareil hein, des mecs bon…, ça déga­ge à c’t’ âge là. Moi je fais attention maintenant tu vois, en portant, en prenant des trucs, de pas forcer. Quand je sens que j’ai mal au dos, j’arrête une petite demi-heure, j’attends que ça passe, puis je reprends tout doucement. Tu vois, je fais pas le truc de cinglé comme les jeunes ils font quand ils sont actifs quoi. Tu sais je le regarde des fois parce qu’on lui prête un bout de terrain pour le…, il est paysagiste. Il te transporte des trucs [rires] ! Il est fou ! ça va, ça va, c’est bon ! Et ça me rappelle ma jeunesse aussi quoi. Pareil hein, c’est des trucs que t’apprends au fur à mesure, t’as plus les mêmes capacités physiques, donc t’as plus intérêt à travailler avec ta tête, de pas faire le con et, on est pas des machines hein. Tu le sens hein (Maraîcher, en concubinage, 59 ans).

36Regarder son gendre travailler rappelle à ce maraîcher ses pratiques antérieures, qui étaient sans doute utiles pour la production, mais qui contenaient également une part de mise en scène de masculinité. Il défend aujourd’hui une autre masculinité, caractérisée par une plus grande sagesse et qui ménage son corps, ne le traite pas comme “une machine” ou du moins tente de prendre en compte ses limites.

37Suite aux douleurs incessantes qu’il subit aujourd’hui, un éleveur à la retraite a le même regard sur ses pratiques antérieures, regrettant d’avoir abusé de son corps et de n’avoir pas suivi les prescriptions médicales concernant sa polyarthrite. Il explique son choix du moment par les exigences du métier d’agriculteur :

J’ai pas pris le traitement, que c’était vraiment compliqué. J’ai dit ‘ça fera bien’. […] C’était compliqué, il fallait tous…, je sais pas, tous les mois faire des prises de sang et tout le bazar. Pfff, nous euh, à l’activité qu’on avait c’était même pas possible de suivre ce traitement et je l’ai abandonné. Et bon, j’ai eu une période un peu plus, que ça m’a moins gêné, donc je l’ai laissé faire. Et c’est le tort que j’ai eu bien sûr parce que aujourd’hui j’en subis les conséquences. […] j’ai continué mon exploitation, j’ai travaillé comme un galérien presque, et voilà. Peut-être trop travaillé aussi et ça, ça a pas aidé les choses. Si j’avais arrêté, peut-être et me soigner, peut-être j’en serais pas à ce niveau là (Agriculteur retraité, marié, 69 ans).

38Le travail est encore une fois vu comme la cause des renoncements passés de ce témoin, mais à l’aune de son expérience corporelle actuelle, il re­grette d’avoir suivi ce modèle qui appelle à ne pas écouter son corps. Pourtant il continue d’être en renoncement, aujourd’hui, sur des questions dentaires, et décrit son attitude comme un mode de fonctionnement trop ancré, qui le dépasse :

Oh bah oui, mais là tant que ça va à peu près c’est bon, jusqu’au jour où je vais tomber raide ! [rires] Oui je suis de ce truc là, dur, [sur un ton de regret] vraiment dur (Agriculteur retraité, marié, 69 ans).

39A un autre moment de l’entretien, il associe ce comportement à une culture plus large au milieu ruralo-agricole, expliquant « nous à la campagne tant que ça fait pas mal, on démarre pas ».

40La vieillesse et le déclin physique qu’elle entraîne peuvent à l’inverse conduire à une plus grande attention portée à la santé. Pour préserver une autonomie et conserver un dynamisme physique répondant aux traits masculins, certains vont surinvestir la santé et rechercher de l’aide auprès des administrations pour accéder aux soins. C’est le cas d’un ancien viticulteur à la retraite qui vit seul depuis le départ de sa femme il y a 3 ans. Les éléments qu’il met en avant dans la présentation de soi sont son énergie toujours importante et les efforts qu’il fait pour se maintenir en forme. Il explique ainsi faire du vélo, du jogging et de la marche, et est capable de citer le nombre de kilomètres, 4000, qu’il parcourt par an. Dans le même temps il rappelle ses douleurs corporelles et la gêne qu’entraine sa surdité importante.

41Dans son discours ressort la peur de l’âge qui réduit les capacités physi­ques : « Je me sens comme je vous dis une pêche terrible, mais le matin ça y est, c’est le genou qui marche pas. C’est les tendons qui marchent pas ». Il explique ainsi faire de l’exercice dès le matin. Il est sensible aux publicités sur les produits censés aider dans la récupération musculaire ou articulaire, se renseignant dans les médias sur les questions de santé, même s’il estime qu’une partie de ces aspects bénéfiques sont “dans sa tête”.

42La discipline qu’il s’impose a pour objectif le maintien de ses capacités et entraîne une demande importante d’aide aux démarches administratives. Il va ainsi privilégier la sauvegarde de son autonomie physique et accepter, avec réticence au départ, de se placer en position de demandeur vis à vis de l’administration.

43Selon les contextes, l’attention au maintien des capacités physiques peut cependant aller à l’encontre de l’intervention médicale. Ainsi cet homme refuse-il de se faire opérer de la hanche de peur d’un échec qui en­traînerait une diminution de ses possibilités déambulatoires :

Et je veux pas me faire tripoter tant que… Parce que je vois mon frè­re, il s’est fait faire… il a une prothèse de la hanche, une prothèse du genou, ça s’est très bien passé. Mais quand on écoute à droite à gau­che, ça se passe pas très bien. J’ai un ami qui a été opéré à Narbonne, il y est allé parce que c’était un ami à son fils, ça a été loupé. Ça a été refait à Toulouse, ça a été loupé, et il est sur une chaise roulante. […] Tant que ça marche, que je fais mes mouvements dans mon lit, que je saute, tant que ça fonctionne… (Viticulteur retraité, séparé, 74 ans).

44La santé de ce viticulteur est devenue sa préoccupation principale. Il surveille son corps soigneusement, relevant chaque faiblesse nouvelle et qui perdure pour tenter d’y apporter un traitement adéquat. C’est une lutte contre le temps qui passe et pour maintenir ses capacités physiques le plus longtemps possible. Les efforts autrefois dirigés dans le système productif sont investis dans la sauvegarde corporelle :

Surtout pour marcher, il faudra bien que je trouve une solution. […] Je regarde hein, et en vieillissant on enregistre tout hein, je vous le dis. A 20 ans on voit rien, on oublie tout, on dit ‘ça s’améliorera avec le temps’. Là, ça s’améliore pas avec le temps hein. Pour moi c’est primordial parce que je me vois pas du tout… j’ai toujours été actif dans la vie, j’ai toujours été hors de la maison, je me vois pas du tout regarder la télévision, alors là c’est hors de question. Moi je me lève à 5h du matin maintenant l’été, je fais ma gymnastique. Euh, quand j’ai rien à tripoter autour de la campagne, je prends mon chien je vais marcher, si il fait pas de vent, je vais faire du vélo.

B. La dimension relationnelle des masculinités : quand les femmes s’absentent

45L’interprétation du modèle de masculinité est ainsi dépendante du contexte dans lequel évolue l’individu et n’est pas univoque au niveau du comportement de renoncement, lui-même multidimensionnel. Le réajuste­ment de ce modèle peut ainsi entraîner des démarches pour accéder aux soins et sortir du renoncement, ou ne pas avoir d’incidence sur ce renonce­ment, voire le renforcer.

46La situation familiale des personnes est une autre variable qui doit être articulée à la notion de masculinité. L’aspect relationnel du concept de masculinité apparaît clairement dans l’équilibre mis en place entre rôles masculin et féminin dans les couples hétérosexuels rencontrés.

47Dans leurs entretiens, les femmes avec conjoint ou avec enfants mettent régulièrement en avant leur rôle de veille vis-à-vis de la santé des autres. Si les hommes expliquent permettre l’accès aux soins du point de vue financier, ce sont les femmes qui se préoccupent de la santé de leurs pro­ches et organisent concrètement les rendez-vous médicaux ou prennent en charge les démarches administratives. C’est la différence principale entre les entretiens des hommes et des femmes ruralo-agricoles en renoncement. On retrouve ainsi le concept du care développé par les études féministes. Certaines expliquent ainsi, comme les hommes, s’oublier en ce qui concerne leurs propres soins, mais toujours penser à ceux des autres. Elles réussissent à mettre en place ces soins pour autrui, alors qu’elles renoncent pour elles-mêmes devant les difficultés matérielles d’organisation :

Je le conseille pas, à personne [de renoncer aux soins]. Je le fais mais… Après, avec mon mari je suis raisonnable. Avec mon fils aussi je suis très raisonnable, s’il faut aller au médecin j’y vais. Mais moi je… c’est moi que je laisse aller, je me laisse un peu… [rires] ! (Ouvrière agricole, mariée, un enfant, 36 ans).

48L’absence, et surtout la disparition ou le départ d’une femme a ainsi des conséquences sur l’équilibre des rôles genrés. Les hommes veufs ou divorcés doivent reprendre la responsabilité de leur santé et de celle de leurs proches, ainsi que des démarches administratives et des demandes d’aide qui y sont associées. Un agriculteur retraité explique ainsi que, depuis la mort de sa femme, c’est lui qui essaye, avec plus ou moins de succès, de faire que son fils, qui vit avec lui et vient de prendre sa retraite, se soigne. Il s’occupe ainsi des démarches administratives et n’hésite pas à demander de l’aide aux agents de la MSA quand il est dépassé :

Moi je vais pas m’amuser à 85 ans de refaire le dossier, ça fait au moins 10 fois que je le fais. […] J’ai demandé à la mutualité que quelqu’un vienne, pour savoir exactement ce qu’il faut mettre. […] A mon âge, je lui fais la cuisine, il faut le laver, à 60 ans. Voyez où j’en suis. Les remèdes si je suis pas là, il les prend pas. […] Ma femme lui faisait tout (Viticulteur retraité, veuf, 85 ans).

49Cet homme doit reprendre le flambeau, pour ne pas qu’on retrouve son fils «mort sur un tas de fumier». Pour assumer pleinement son rôle de père, qui est également valorisé dans le modèle de masculinité, il doit enfreindre d’autres préconisations du modèle. Il doit se soucier de la santé de son fils, et pour cela demander de l’aide à l’extérieur. Cet homme ne se sent pas diminué dans sa masculinité par ce nouveau rôle, mais explique par contre être souvent dépassé. La brusquerie de la masculinité traditionnelle doit s’adapter à une mise en acte du souci de l’autre, ce qui demande certains ajustements. Après avoir découvert que son fils avait accumulé des dettes de jeu, la première réaction de son père a été de l’expulser de la maison :

Je lui ai dit ‘tu fais ta valise et tu t’en vas’. C’était en hiver. Y avait un concours de boule plus loin et ce jour-là il faisait froid, il gelait. Et après souper je suis sorti pour voir si il était plus là. Il était dans la voiture, qu’il faisait sommeil. Ça m’a remué. J’ai tapé, j’ai dit ‘viens, viens dormir à la maison’, pour pas qu’il se gèle dans la voiture.

V. Conclusion

50Les personnes en renoncement étudiées dans cet article ont en commun leur appartenance au milieu ruralo-agricole et de placer la question du travail au centre de leurs discours sur leurs pratiques de soins. Il ressort des explications des personnes en renoncement un enchevêtrement de raisons objectives, socio-économiques, et de justifications d’ordre davantage culturel ou personnel, avec des références à la figure masculine du travailleur méritant. Ces deux sources se combinent et s’alimentent dans la mise en place du renoncement aux soins.

51Du point de vue des conditions objectives, les contraintes des métiers agricoles, qui reposent en partie sur les capacités corporelles des person­nes, peuvent favoriser le renoncement. Ces travaux sont notamment très dépendants des changements météorologiques et imposent des horaires de travail extensibles qui se combinent difficilement avec la prise de rendez-vous médicaux. De plus les personnes n’en retirent souvent que de faibles revenus ce qui réduit leur accès aux soins. Du point de vue du discours, les hommes défendent une autonomie qui se passe des aides extérieures, notamment de celles de l’administration, et valorisent la résistance à la douleur ainsi que la faible fréquentation du système de santé, ce qui peut conduire au renoncement.

52Il ne s’agit pas uniquement pour les hommes de faire de nécessité vertu, en justifiant, a posteriori et dans des discours s’appuyant sur un modèle de masculinité traditionnelle, une pratique imposée par un contexte de travail physique et précaire. Les deux éléments s’articulent : le modèle de masculinité suivi par les individus influence leurs pratiques, réduisant par exem­ple leurs démarches de soins, mais aussi de demande de droits, alors que les conditions socio-économiques mettent d’autres barrières, souvent financières, qui vont renforcer le modèle de masculinité.

53Une compréhension plus fine des mécanismes conduisant au renoncement aux soins nécessite donc la prise en compte de ces éléments, de leur articulation, mais aussi de leur combinaison avec d’autres variables essentielles que sont, par exemple, l’âge ou la situation familiale. Les configurations complexes de ces différentes variables ont des incidences variées et non univoques sur l’adoption d’un comportement de renoncement. Les recherches sur le renoncement ont ainsi tout intérêt à interroger davantage la dimension du genre et les normes de masculinité, et de féminité, dans leur analyse comme dans leurs questionnements. La lutte pour l’accès aux soins pourrait quand à elle s’inspirer des aménagements du modèle de masculinité proposés par certaines personnes en renoncement, qui offrent des voies de réflexion pour des modèles de masculinité incluant une attention plus soutenue à la santé (Filteau, 2014).

Haut de page

Bibliographie

Aliaga C.,
2002 Les femmes sont plus attentives à leur santé que les hommes, Paris, INSEE première, n°869.

Boisguerin B. (sous dir.),
2012 Le renoncement aux soins. Actes du colloque du 22 novembre 2011 à Paris, Paris, DREES, Collection Études et Statistiques.

Campbell H., Bell M. M.,
2000 “The Question of Rural Masculinities”,
Rural Sociology, 65/4, pp.532-546.

Champagne P.,
2002 L’héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française 1950-2000, Paris, Seuil, Points.

Chauvin P., Renahy E., Parizot I., Vallée J.,
2012 Le renoncement aux soins pour raisons financières dans l’agglomération parisienne : Déterminants sociaux et évolution entre 2005 et 2010, Paris, DREES, Coll. Études et Statistiques, p.41-66.

Connell R. W.,
1998 “Masculinities and Globalization”, Men and Masculinities, vol.1, n°1, pp.3-23.
2014 Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam.

Connell R. W., Messerschmidt J. W.,
2015 “Faut-il repenser le concept de masculinité hégémonique ?”, Terrains et travaux, n°27, pp.151-188.

Dejours C.,
1998 Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Le Seuil.

Després C. et al.,
2011 “Le renoncement aux soins : une approche socio-anthropologique”, Questions d’économie de la santé, n°169, pp.1-7.

Fassin D.,
2009 “Les économies morales revisitées”, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009/6, pp.1237-1266.

Filteau M. R.,
2014
“Who Are those Guys? Constructing the Oilfield’s New Dominant Masculinity”, Men and Masculinities, vol.17(4), pp.396-416.

Jacques-Jouvenot D., Laplante J-J.,
2009 Les maux de la terre, regards croisés sur la santé au travail en agriculture, La Tour-d’Aigues, Éditions de L’aube.

Legal R., Vicard A.,
2015 Renoncement aux soins pour raisons financières, Paris, DREES, Dossiers Solidarité Santé, n°66.

Lusher D., Robins G.,
2009 “Hegemonic and other Masculinities in Local Social Contexts”, Men and Masculinities, vol.11, n°4, 387-423.

Molinier P.,
2000 “Virilité défensive, masculinité créatrice”, Travail, genre et sociétés, n°3, pp.25-44.

Renahy N.,
2005 Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La découverte.

Revil H.,
2010 Le non-recours à la protection complémentaire gratuite ou aidée, Document de travail, Odenore.

Robertson S.,
2007 Understanding Men and Health : Masculinities Identities and Well-Being, Breshire, Open university Press.

Roy P.,
2014 Pratiques masculines : expérience et adaptation au stress vécu par les agriculteurs québécois, Université Laval, Thèse.

Roy P., Tremblay G.,
2012 “Comprendre les masculinités rurales : un portrait basé sur la santé psychologique”, Service social, vol.58, n°1, pp.68-84.

Sedgwick E. K.,
1995 “Gosh, Boy George, you Must be Awfully Secure in your Masculinity!”, in Berger M. et al., Constructing masculinity, New-York, Routledge, pp.11-20.

Shuttleworth R., Wedgwood N., Wilson N. J.,
2012 “The Dilemma of Disabled Masculinity”, Men and Masculinities, vol.15(2), pp.174-194.

Thébaud S.,
2010 “Masculinity, Bargaining and Breadwinning”, Gender & Society, vol.24, n°3, pp. 330-354.

Thompson Jr E. H., Langendoerfer K. B.,
2016 “Older Men’s Blueprint for ‘Being a Man’ ”, Men and Masculinities, vol.19(2), pp.119-147.

Tronto J.,
2009 Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte [1993].

Warin P.,
2011 Le non-recours au RSA : des éléments de comparaison, Document de travail, 13, Odenore.

Warin P., Chauveaud C.,
2014 Baromètre du renoncement aux soins dans le Gard, Rapport d’étude, Grenoble, Odenore.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Cet article propose d’introduire la notion de masculinité pour analyser les différences de résultats et de discours selon le sexe dans les recherches sur le renoncement aux soins. Le renoncement aux soins désigne le non recours à des soins malgré un besoin ressenti. Ainsi, s’il existe différentes approches du renoncement aux soins, toutes intègrent une dimension subjective de la santé et du bien-être. Pour comprendre la sous-représentation masculine dans la population se déclarant en renoncement, les études mettent régulièrement en avant la différence de perception et de ressenti sur les questions de santé et d’attentes en matière de soins entre hommes et fem­mes. A travers l’étude d’une population spécifique, ruralo-agricole, cet article analyse les modes de justification du renoncement mis en place par les individus et leurs liens avec un modèle de masculinité traditionnelle.

Théorie : Au niveau théorique, la notion de masculinité hégémonique forgée par Connell et Messerschmidt est convoquée pour comprendre le cadre de référence dans lequel s’inscrivent les discours de justification des individus. Les discours de justification sont le matériau de cet article. Le parti pris théorique est que ces discours ne viennent pas simplement justifier a posteriori une pratique contrainte par des conditions socio-économiques, mais visibilisent un modèle de masculinité qui intervient dans l’a­doption d’un comportement de renoncement

Méthode : Cet article s’appuie sur une enquête qualitative menée auprès de la population affiliée à la MSA. En 2015, dans le cadre d’une étude impulsée par la CPAM à la­quelle s’est associée la MSA, une enquête quantitative par questionnaire a été complétée par des entretiens individuels des personnes s’étant déclarées en renoncement, sur la base du volontariat. Cette étude a été menée dans quatre départements du Languedoc-Roussillon : l’Aude, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales. L’enquête spécifique sur la MSA comprenait 600 questionnaires et 42 entretiens. Pour cet article seules les personnes habitant en zone rurale et ayant un travail de force, agricole, ont été retenues. La majorité d’entre elles avaient de faibles revenus ou des difficultés économiques, les questions financières étaient ainsi centrales dans les réponses. Ces entretiens semi-directifs sont le matériau principal de cet article, même si les données quantitatives sont utilisées comme éléments de contexte.

Résultats : L’article met en lumière un cadre moral rural, partagé par les hommes et les femmes, qui énoncent des normes de comportement, construit autour de l’image du “travailleur méritant”. A l’intérieur de ce cadre général se trouvent des normes de masculinité et de féminité. Les hommes en renoncement se positionnent ainsi par rapport à un modèle de masculinité ruralo-agricole et traditionnelle. Certains traits saillants de ce modèle peuvent favoriser l’adoption d’un comportement de renoncement :

  • vouloir “s’en sortir seul” et refuser de “se plaindre” entraine une réticence à la fois à consulter un professionnel de santé et à bénéficier des droits à la santé disponibles.

  • ne pas écouter son corps est également un comportement associé au modèle masculin traditionnel, même si celui-ci peut être revendiqué ou adopté par des femmes. Prendre du temps pour se soigner peut ainsi devenir preuve de faiblesse. Cette figure de solidité et de force s’inscrit dans un discours plus large sur le milieu rural et les difficultés pro­pres aux travaux agricoles.

  • le travail agricole est ainsi un élément central dans les entretiens. Le corps du travailleur agricole est décrit comme une machine, les personnes en renoncement expliquant n’utiliser la sphère médicale que pour réparer cette machine et non par “confort”. Cette vision du corps-machine est revendiquée également par des femmes souhaitant défen­dre leur place dans un métier encore largement masculin.

Mais le rapport entre ce modèle de masculinité et le renoncement aux soins n’est pas univoque, le suivi d’une partie du modèle pouvant dans certaines configuration ouvrir sur une plus grande vigilance à la santé. Le modèle de masculinité doit être pensé en lien avec d’autres variables :

  • La vieillesse et la maladie, qui entrainent une faiblesse du corps, peuvent être vécues sous le mode de la perte d’une masculinité. Mais une partie des personnes en renonce­ment, en ajustant ou critiquant le modèle masculin auquel ils se référaient plus jeune ou avant un accident, se donnent la possibilité d’envisager une autre forme de masculi­nité qui ne s’oppose pas au souci de soi.

  • Le statut familial ou marital influence largement les aménagements du modèle. L’as­pect relationnel du modèle apparait notamment : les femmes prennent en charge le care qui inclut les démarches médicales. Quand elles sont absentes, cette charge peut rester vacante ou bien être reprise par un homme, dans le cadre d’un modèle de paternité res­ponsable par exemple.

Discussion : La discussion des résultats obtenus permet de complexifier l’hypothèse d’un rapport différent à la santé selon le sexe pour expliquer l’écart statistique entre hommes et femmes sur le renoncement aux soins. Le lien entre modèle de masculinité et renoncement aux soins n’est pas univoque et peut donner lieu à des configurations multiples, qui valorisent ou, au contraire, réduisent l’accès aux soins.

Structured summary

Presentation of the study : this article proposes introducing the concept of masculinity in analysing differences in results and discourse as a function of gender in research on the renouncement of care. Renouncing care means a non-recourse to care despite a felt need. Thus, there are various approaches to the renouncement of care, with all of them incorporating a subjective dimension of health and well-being. To understand the male underrepresentation in the population declaring itself in renouncement, studies regularly emphasize differences in perception and feelings between men and women on health questions and expectations regarding care. Through the study of a specific rural-agricultural population, this article analyses the modes of justifying the renoun­cement established by the individuals and their ties to a model of traditional masculinity.

Theoretical approach : On a theoretical level, the hegemonic concept of masculinity forged by Connell and Messerschmidt is invoked to understand the reference frame the individuals’ justification discourses fit into. Those justification discourses are the material of this article. The theoretical hypothesis is that these discourses do not simply happen to justify a posteriori a practice brought about by socio-economic conditions, but illustrate a model of masculinity intervening in the adoption of a behaviour of renouncement.

Methodological aspects : this article is based on a qualitative survey carried out within a population affiliated with the MSA (Mutualité Sociale Agricole – health insu­rance). In 2015, in the context of a study initiated by the CPAM (Caisse primaire d'assurance maladie – Primary sickness insurance fund) with the MSA, a quantitative investigation by questionnaire was supplemented by individual interviews with individuals having declared renouncement, on a voluntary basis. This study was carried out in four departments of the Languedoc-Roussillon : the Aude, Herault, Lozère and the Eastern Pyrenees. The specific survey on the MSA included 600 questionnaires and 42 interviews. For this article, only people living in rural areas and performing manual agricultural work were retained. The majority of them had low-incomes or economic difficulties, financial questions thus being central in the answers. These semi-directed interviews are the principal material of this article, even if quantitative data are used as contextual elements.

Results : the article shed lights on a rural moral context, shared by men and women, who lay down standards of behaviour built around the image of the “deserving worker”. Standards of masculinity and femininity are to be found inside that general context. Hence the men in renouncement are positioning themselves with respect to a rural-agricultural and traditional model of masculinity. Certain outstanding features of this model favour adopting a behaviour of renouncement :

  • to want “to make it on their own” and refuse “to complain” lead to both reticence in consulting a health professional and in an availing themselves of their right to health care.

  • not listening to your body is also behaviour associated with the traditional male model, even if it may be revindicated or adopted by women. Taking time to take care of yourself may thus become a proof of weakness. That figure of solidity and strength fits into broader discourses on the rural milieu and the difficulties characterizing agricultural work.

  • agricultural work is thus a central element in the interviews. The agricultural worker’s body is described as a machine, with people in renouncement explaining that they only use the medical sphere to repair that machine and not for “comfort”. The body-machine vision is also revindicated by women wanting to defend their place in a domain that is still largely male.

But the relationship between this model of masculinity and renouncement of health ca­re is not univocal, since following part of the model in certain configurations might lead to increased vigilance with respect to health. The model of masculinity must be thought in connection to other variables :

  • old age and disease, which lead to bodily weakness, may be lived under the aspect of a loss of masculinity. But some of the people in renouncement, by adjusting or criticizing the male model they saw as a reference when younger or before an accident, give themselves the possibility of envisaging another form of masculinity which is not opposed to caring for oneself.

  • family or marital status largely influences adaptations of the model. The model’s re­lational aspect appears in particular : women are the carers, including medical procedures. When they are absent, the task remains undone or is assumed by a man, in the context of a responsible fatherhood model for example.

Discussion: discussing the results obtained allow us to complexify the hypothesis of a different relationship to health according to sex to explain the statistical discrepancy between men and women in renouncement of care. The connection between the model of masculinity and renouncement of care is not univocal and may occasion multiple configurations, which valorize or, on the contrary, reduce access to care.

Haut de page

Notes

1 Le terme “justification” est utilisé ici sans jugement de valeur. Il ne s’agit pas d’estimer la véracité ou la crédibilité des arguments et explications proposés, simplement d’y lire des modèles plus généraux.

2 Les missions de la MSA sont plus larges que celles de la CPAM, comprenant notamment les branches maladie, vieillesse et famille, les personnes peuvent donc s’y rendre pour d’autres questions que celles d’accès aux soins.

3 Dans leurs explications de renoncements, les interviewés se revendiquent parfois du monde rural, de la campagne, et parfois du milieu agricole. Sans ignorer les débats autour de la notion de ruralité et les pro­fondes transformations subies par le monde rural, il a été choisi pour cet article d’utiliser ces termes de manière relativement interchangeable en cohérence avec l’usage observé. Quand cela a été possible et a paru pertinent, le terme ruralo-agricole a cependant été utilisé.

4 Pour certaines personnes en renoncement, être méritant c’est avoir travaillé, donc cotisé, et être français, les deux se confondant. La figure xénophobe de l’étranger assisté est utilisée pour affirmer en opposition la légitimité de leur position de demandeur qu’ils assument difficilement.

5 Dans les entretiens de couples à domicile, les femmes servent le café et alimentent la conversation, même si ce sont les hommes qui sont en renoncement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Beltran, « Explications et modes de justification du renoncement aux soins dans une population ruralo-agricole. Rôles et ajustements d’un modèle de masculinité traditionnelle », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-1 | 2017, 87-107.

Référence électronique

Grégory Beltran, « Explications et modes de justification du renoncement aux soins dans une population ruralo-agricole. Rôles et ajustements d’un modèle de masculinité traditionnelle », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1822 ; DOI : 10.4000/rsa.1822

Haut de page

Auteur

Grégory Beltran

Docteur en anthropologie sociale et ethnologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals