Navigation – Plan du site
Échange critique

La question de l’espace en sociologie

À propos de L’espace, un objet central de la sociologie de Jean Rémy
Felice Dassetto et Jean Rémy
p. 145-155
Référence(s) :

Rémy J., L’espace, un objet central de la sociologie, Paris, Erès, 2015, 183 p. (avec une préface de Maurice Blanc).

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean Remy a un double fil conducteur. Le premier, central et thémati­que, consiste à poser des balises au sujet de l’étude de l’espace, comme réalité maté­rielle et sociale, au sein de l’analyse sociologique. Le second est autobiographique, car Jean Remy nous propose sa réflexion sur l’espace à partir de son parcours de cher­cheur-enseignant pour montrer comment il a rencontré et comment il s’est confronté à la question de l’espace dans sa longue carrière scientifique, spécialisée en grande par­tie dans la sociologie urbaine, dans l’aménagement du territoire et dans la programma­tion urbaine.

  • 2 Cléach O., “Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie”, Lectures [En ligne], Les com­p (...)

2C’est donc en quelque sorte une sociologie en train de se faire que Jean Remy nous propose de suivre dans cet ouvrage dense, foisonnant d’intuitions, ouvrant des fenêtres multiples pour scruter la réalité. La lecture de cet ouvrage n’est pas facile. Dans sa pré­face, Maurice Blanc (pp.7-21), balise et synthétise clairement quelques points clé de l’ouvrage, comme le fait également Olivier Cléach, dans un compte rendu publié dans la revue électroniques Lectures en 20162.

I. La question de l’espace en sociologie

A. Un excursus dans des encyclopédies et dictionnaires de sociologie

3La dimension spatiale n’a pas été fort intégrée dans la théorie sociologique contem­poraine. La question de l’espace a été déléguée à la géographie sociale. En prenant comme indicateurs les dictionnaires ou encyclopédies de sociologie en langue françai­se, très rares sont ceux qui introduisent une notice à partir de la notion d’espace. On a pu trouver un article d’une page sur “Space”, dans The Cambridge Dictionnary of so­ciology, édité par Bryan Turner (Cambridge university press, 2006) : «Why have so­ciologist lagged behind geographers in producing sociological analysis of space ?» (p.604). En langue française, le seul dictionnaire qui comporte un article sur le concept “Espace”, rédigé par Philippe Fritsch, est dans le Dictionnaire de sociologie, dirigé par R. Akoun et P. Ansart, publié par Le Robert et Seuil, en 1999.

4En anglais on trouvera des articles concernant la “Human ecology”, en raison de l’usage de ces concepts dans la sociologie naissante de l’école de Chicago, par R. E. Park, assez tardivement, par L. Wirth et surtout par Roderick McKenzie. Ainsi on trouve un article de Mille Mc Pherson, Human ecology, dans l’Encyclopedia of social theory, édité par G. Ritzer (publiée par Sage en 2005). Ou encore un long article de Stephen J. Appold, Human ecology, publié dans le volume édité par C. D. Bryant et D. Peck, 21st Century sociology. A reference book, deux gros tomes publiés par Sage en 2007. La notion d’écologie humaine renvoie en général aux rapports entre les êtres vi­vants et leurs environnements techniques et sociaux.

5La question de l’espace est traitée explicitement dans : The Blackwell companion to sociology, édité par Judith R. Blau, (par Blackwell en 2001, réédité en 2004) par un important article de John Urry, intitulé The sociology of space and place. Il n’est pas étonnant que John Urry ait rédigé ce texte. Ce sociologue (décédé en 2016) qui a fait toute sa carrière à l’université de Lancaster, intéressé par les transformations contem­poraines, dont les processus de mobilité, avait fait partie du Lancaster Regionalism Group dans les années 1970-80, un centre d’études régionales, d’empreinte marxiste, intéressé par les impacts locaux des transformations économique. Avec le géographe Derek Gregory il avait publié en 1985 Social relations and spatial structures (London, Macmillan) et avec le sociologue de la culture Scott Lash, avec lequel il a souvent col­laboré, il avait publié le volume Economies of Signs and Space (London, TCS/Sage 1994).

  • 3 Voir entre autres l’introduction de J. Urry, “The Complexity Turn”, au numéro spécial de la revue T (...)

6John Urry note comment «the history of sociology in the twentieth century has in some ways been the history of the singular absence of space» (Urry, 2004 :3). Il re­trace toutefois comment la sociologie classique s’est confrontée à la question de l’es­pace, chez Marx, Durkheim, Simmel et au sein de l’école de Chicago (Ibid :4-6) ; et ensuite dans les années 1970-80, pour lesquelles il retient surtout Manuel Castells, la géographe britannique Doreen Massey, David Harvey et Antony Giddens. Dans une troisième partie, intitulée “Towards a sociology of place” (pp.9-15), John Urry pro­pose de sortir d’une vision de l’espace linéaire et, à la lumière de ses intérêts plus ré­cents portant sur l’analyse de la complexité3, il invite à analyser l’espace dans sa multi­dimensionnalité d’impact dans la construction sociale. Ce qui nous renvoie à la problé­matique de Jean Remy.

7Pour conclure cette revue rapide de la prise en compte de l’espace dans les encyclo­pédies et dictionnaires de sociologie, on peut regarder avec un certain amusement l’ar­ticle “Sociology of space”, de l’encyclopédie collaborative Wikipedia en anglais. Cer­tains indices laissent penser que cet article bien fourni a été rédigé par un auteur(e) de langue allemande et ouvre des perspectives sur les travaux contemporains entre la géo­graphie sociale et la sociologie.

B. Les prises en compte de l’espace dans l’analyse sociologique

  • 4 Le bref passage en revue qui va suivre n’a aucune prétention d’exhaustivité au sujet des publicatio (...)

8En sociologie, la dimension spatiale a été prise en compte à partir de divers angles d’entrée4.

  • 5 Castells M., La question urbaine, Paris, Maspero, 1972 ; Harvey D., The Condition of Postmoder­nity(...)
  • 6 Sassen S., A Sociology of Globalization, London, Norton &co, 2007 (notamment le ch. IV : “The glo­b (...)
  • 7 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.
  • 8 Davis M., City of Quartz. Los Angeles, capital du futur, Paris, La Découverte, 1997 ; IDEM, Le stad (...)
  • 9 Voir par exemple Mayer H., Knox P. L., “Slow Cities. Sustainable Places in a Fast World”, Journal o (...)

9Une approche met l’accent sur l’impact des transformations du système productif sur l’espace. On retrouve bien entendu cette entrée dans l’analyse marxienne : l’espa­ce, le territoire sont une variable dépendante des transformations du système productif. L’industrialisation capitalistique transforme profondément le territoire, voit l’accrois­sement des villes et distribue les populations sur le territoire. C’est dans cette foulée que Manuel Castells ou David Harvey5 analyseront les transformations de la ville. Sas­kia Sassen6 pourrait également être lue sous cet angle pour son analyse des processus contemporains de globalisation de la ville. Jean Remy, dans son ouvrage, note sa dette à l’égard de ce regard sur l’espace. Dans la foulée de cette analyse, on rencontre les travaux portant sur les ségrégations urbaines dans l’espace en relation au marché du logement, l’habitat étant vu comme une marchandise dont l’appropriation est différen­tielle selon les classes sociales. On rencontre également la problématique aux accents fonctionnalistes de Michel Foucault7, pour qui la ville, surtout au XIXème siècle est le lieu de mise en place de dispositifs disciplinaires à l’égard des classes populaires. On rencontre encore l’approche critique de Mike Davis8, qui regarde la ville de l’hyperca­pitalisme, dont Dubaï est l’expression extrême, comme celle de la post-urbanité, de l’espace public fragmenté, constitué de méga-enclaves, dans une sorte de ce qu’il ap­pelle une “ville gruyère”, qui cache d’ailleurs la réalité qui la fait exister : celle des tra­vailleurs immigrés qui constituent l’autre ville… ce à quoi on oppose le mouvement des slow cities comme alternative critique et soutenable par rapport au modèle de ville hypercapitaliste9.

10En cohérence avec cette approche critique de la ville, une deuxième approche inter­roge la relation entre ville et mouvements sociaux, en relation notamment aux mouve­ments comme Occupy Wall Street, Indignados, ou ceux que l’on a pu observer dans les villes lors du Printemps arabe. Comme ce fut le cas pour mai ’68, il s’agit de mou­vements urbains qui utilisent les espaces des villes et leur symbolique comme lieux de mise en scène de la révolte, à la fois symbolique et réelle, contre le pouvoir. Dans les mouvements contemporains, ces espaces réels sont doublés par l’espace virtuel des tweets qui constituent un réseau de communication et par celui produit par les multi­ples images et vidéos qui projettent les réalités locales à l’échelle mondiale en les multipliant à l’infini.

  • 10 Textes publiés dans le recueil édité par Grafmeyer Y., Isaac J., L’école de Chicago. Naissance de l (...)
  • 11 Stébé J.-M., Marchal H., La sociologie urbaine, Paris, PUF, Que sais-je ?, 2010.

11Une troisième approche a surgi par l’émergence de la sociologie de la ville dont le moment initial peut être vu, en sociologie, dans le programme de Robert E. Park et de l’école de Chicago naissante10. L’espace pris en compte est ici celui de la ville mo­derne et peut être regardé sous des angles divers11.

  • 12 On peut voir la réédition des textes de Simmel : Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de (...)
  • 13 Sennet R., Flesh and Stone: The Body And The City In Western Civilization, New York, Norton, 1994.

12Sous l’angle culturel et des relations sociales, l’approche de Georg Simmel12 convie à circonscrire les formes d’une culture urbaine faite de subjectivation, de distance et proximité. Dans son livre, Jean Remy a des multiples entrées en matière. En prolon­geant cette approche, on rencontre le questionnement autour de l’expérience de la ville et du corps dans cette dernière13. Ou plus largement on analyse l’espace urbain sous l’angle des significations globales et des représentations qu’il produit : les références à la nation, à la société industrielle ou à la société religieuse laissent la place au ludique, au consumérisme, au tourisme et à la ville globalisée.

  • 14 Comme chez Massey D., Space, Place and Gender, Minneapolis, Un. Of Minnesota press, 1994.

13Une autre approche consiste à analyser l’appropriation des espaces urbains, des rues et des places en termes de circulations et d’usages, question devenue typique auprès de ceux qui sont concernés par l’aménagement du territoire. Les sociologues féministes ont mis en évidence le caractère genré de l’espace et sa production résultant du patriar­cat et confirmant ce dernier14.

  • 15 Hägerstrand Th., “Space, Time and Human Condition”, in Karlqvist A. et al. (eds.), Allocation of Ur (...)

14Dans cette perspective on notera l’approche dynamique du géographe suédois T. Hägerstrand, relevée par Harvey et reprise ensuite par A. Giddens dans son ouvrage Constitution de la société15. L’intuition de Hägestrand consiste à étudier les parcours spatio-temporels, situés entre de multiples espaces privés et publics, qui amènent à des croisements, à des rencontres, à des stations, par lesquels se constituent la ville et ses parcours routiniers qui la traversent. Cette approche pourrait ouvrir la voie à de nom­breuses études et peut éclairer également les concepteurs des espaces urbains.

15Nous avons évoqué les analyses des distributions spatiales ethniques et sociales en fonction de l’analyse du marché du logement. C’est également en tant que résultant de pratiques d’appropriation, de préférence ou de distanciation qu’on analysera les effets de ces dernières. L. Wirth avait ouvert la voie avec Le ghetto en 1928 (traduction fran­çaise aux Presses universitaires de Grenoble). Dans une perspective issue des théories du choix rationnel, on retiendra l’approche que développe Th. Schelling dans son ou­vrage La tyrannie des petites décisions (traduction française aux PUF, 1980), où il ana­lyse les distributions ethniques en fonction d’un jeu de choix préférentiels d’implanta­tion et de distanciation entre membres de groupes ethniques différents.

16Une quatrième approche importante de la ville est celle produite par les architectes, les urbanistes et les aménageurs du territoire. Cette partie occupe une large place dans l’ouvrage de Jean Remy qui s’y confronte par le biais d’une réflexion sur la pratique même du penseur de l’espace urbain en devenir.

17Une dernière approche consiste à penser l’espace comme catégorie sociologique générale au-delà des sociologies particulières de telle ou telle réalité urbaine. C’est la préoccupation centrale de l’ouvrage de Jean Remy, dans le sillage des questionne­ments d’Henri Lefèvre ou de Raymond Ledrut. Il s’agit en somme de produire une théorie sociologique de l’espace au-delà des théories du social spatial. Il s’agit du questionnement, à partir d’un angle particulier, qui avait traversé également l’ouvrage de J. Remy et L. Voyé, La ville, ordre et violence (Paris, PUF, 1981), dans lequel les auteurs s’interrogeaient au sujet du rôle de l’espace dans la production de l’ordre ou de la violence sociales.

  • 16 Löw M., “The Constitution of Space. The Structuration of Spaces through the Simultaneity of Effect (...)

18La théorie sociologique de l’espace passe par des prises de positions épistémologi­ques préalables. Comme celle consistant à affirmer, comme J. Remy, que l’espace est à la fois une contrainte et une ressource. Le même prérequis a été formulé par Martina Löw avec le concept de “dualité de l‘espace” inspiré de la “dualité du structurel” de Giddens16.

19La théorie sociologique de l’espace est confrontée à la nécessité de prendre en com­pte le rapport espace-temps et de sortir ainsi d’une vision ontologique et statique de l’espace. David Harvey avait consacré un large chapitre sur le “rétrécissement de l’es­pace-temps”, idée qui sera reprise par A. Giddens dans Les conséquences de la moder­nité (traduction française, Paris, L’Harmattan, 1994). Par ailleurs, la construction de l’espace nécessite également que soit pris en compte le rapport entre les réalités spa­tiales locales et celles, globales, qui font en sorte que l’espace acquiert une dimension vectorielle. L’intuition conceptuelle de R. Robertson parlant de “glocal” devra encore être soumise à une élaboration théorique plus poussée en amont de l’analyse de la glo­balisation, comme celle conduite par exemple par S. Sassen, citée plus haut.

20Quant au statut théorique de l’espace, l’idée qu’il doit être conçu, non pas comme une contrainte externe, mais comme un “milieu”, comme l’indique J. Remy, suivant en cela E. Durkheim, est importante.

21Tels sont donc quelques aspects d’une théorie sociologique de l’espace auxquels nous convie l’ouvrage de Jean Remy, que nous allons analyser plus en détail.

II. Les analyses de Jean Remy

A. En amont de l’espace

22Pour comprendre la pensée de Jean Remy à propos de l’espace, il importe de s’arrê­ter un moment sur le rapport de ce dernier à la théorie en sciences humaines et en so­ciologie et à l’usage qu’il en fait. La question est centrale pour la sociologie, tiraillée entre localisme, empirisme, grounded theories, pragmatisme, narrativité, refusant tan­tôt la théorie générale ou, au contraire, adoptant paradigmes ou théories dans un con­fort suiviste et parfois dogmatique.

23Pour Jean Remy, la théorisation sociologique, c’est-à-dire la production de proposi­tions qui généralisent à partir de la description factuelle de réalités sociales singulières est fondamentale. Il introduit notamment la distinction (pp.41ss), qu’il juge fondamen­tale, entre des concepts descriptifs, qui présentent des «faits matériellement observa­bles» et des concepts interprétatifs, qui reposent «sur une opération logique permettant de relier entre eux des faits différents». Cette distinction ne se limite pas à la seule comparaison de traits empiriques (ce qui ne permet qu’à aboutir à une typologie empi­rique), mais se formule dans un autre registre de langage, tout en étant constamment en lien avec la réalité : «Les concepts descriptifs […] ont une importance cruciale pour éviter une thèse vraisemblable, mais peu fondée sur des données empiriques» (p.42).

24Mais pour Jean Remy, lecteur boulimique de travaux classiques et contemporains et insatiablement curieux de toute nouvelle idée ou interprétation, les concepts et les théories ne sont pas des corsets, mais des outils pour regarder les réalités sociales. Et il les utilise à sa guise, dans un joyeux foisonnement intellectuel, car pour lui, le but est de parvenir à lire au mieux les réalités sociales en faisant feu de tout bois théorique pertinent.

25Mais ce serait une erreur de considérer cet usage libre des théories comme une sorte d’éclectisme cacophonique. Car J. Remy a progressivement construit un paradigme propre, charpentant ses réflexions théoriques, que je qualifierais de ces trois mots : constructivisme tendu, complexité, transaction.

  • 17 Monique Hirschorn a relevé le défi de tenter de mettre en forme la particularité de la méthode de p (...)

26Constructivisme, car J. Remy regarde la société comme flux, comme un “ordre mouvant”, expression empruntée à Robert Ezra Park, mais avec laquelle il prend dis­tance, considérant Park comme trop naturaliste dans la vision qu’il propose de l’ordre et du devenir social. J. Remy envisage la réalité sociale comme processus, en train de se faire, constituant et reconstituant des formes sociales. Ce faisant, il me semble que Jean Remy prend distance par rapport à un regard uniquement individualiste et qu’il rencontre ainsi l’intention de la sociologie “formelle” de Georg Simmel dont il est un lecteur attentif. J’ajoute par ailleurs “tendu”, dans la mesure où la construction sociale est vue comme inscrivant en elle-même des processus paradoxaux entre des logiques sociales qui interfèrent, s’opposent, tout en se co-construisant17.

  • 18 Le concept de transaction avait été introduit en sociologie, avec l’adjectif “sociale”, dans Remy J (...)

27J. Remy regarde la construction des flux sociaux avant tout sous l’angle des proces­sus de transactions18, formelles ou informelles, explicites ou implicites, qui se jouent entre acteurs et groupes sociaux. Le concept de transaction sociale, «un processus où se fait une confrontation entre des acteurs dotés d’un matrice de comportements, à tra­vers des pratiques quotidiennes […] [et disposant] d’une capacité inégale de faire va­loir leur point de vue» (pp.167ss) permet d’observer des ensembles humains dont les forces sociales en présence parviennent à penser un objectif commun. En quelque sorte il propose une sociologie de société démocratiquement orientée, bien que divisée. Cer­tes, le concept n’exclut pas et n’ignore pas le conflit, comme le résument Gibout, Blanc et Foucart : «La transaction sociale est donc un processus qui comprend de l’é­change et de la négociation, du rapport de force et de l’imposition. Et justement, elle renvoie ici à des conflits d’intérêt, mais aussi à des conflits de valeur, plus ardus à dé­mêler encore…» (2009 :[en ligne]).

  • 19 Coser L., The Functions of Social Conflict, New York, Free Press, 1956.

28A propos du concept de transaction sociale, il me semble utile d’ouvrir une paren­thèse. Pour être appréhendable par le biais du concept de transaction sociale, le conflit doit avoir lieu entre des sociétés ou des groupes partageant quelque chose de commun, même minime, et reconnaissant l’autre comme interlocuteur, même de manière mini­me, de gré ou de force, ce qui est fréquemment le cas de sociétés aisées et démocrati­ques. Mais la notion de transaction me semble dépassée dans des situations de conflic­tualités radicales, lorsque les rapports et les relations sociales ont basculé dans une rupture et une distanciation totales. La sociologie européenne, celle d’une société dé­mocratiquement pacifiée depuis la Deuxième Guerre mondiale, ne considère pas utile de se confronter sociologiquement au conflit radical et violent, ce que Simmel faisait en 1909, en intégrant la forme extrême de la guerre dans son étude sur le “conflit” et regardant même la violence comme facteur d’intégration sociale, ce que fera par la suite Coser, en se fondant même sur un paradigme fonctionnaliste19.

  • 20 Comme chez Thévenot L., L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La découve (...)

29Aujourd’hui l’étude des actions ou des régimes d’engagement20 ignore la violence, plus ou moins radicale, guerrière ou pas. On pensait l’avoir éliminée de la scène socia­le. Et pourtant, la violence extrême, guerrière ou aux gants blancs est bien là. Se pose­rait alors la question intéressante en sociologie d’analyser les continuums des actions, allant de l’entente, à la transaction possible, jusqu’aux violences et aux transactions impossibles. Ce qui permettrait de faire une sociologie de l’entrée en violence ou de la sortie de la violence, notamment dans ses formes extrêmes. On a vu à ce propos le dé­sarroi total de la sociologie et son incapacité à analyser le radicalisme et le djihadisme islamiques, à commencer par ceux internes aux sociétés démocratiques européennes.

30La troisième idée-clé du paradigme de Jean Remy est celle de la complexité, dans le sens où le devenir social est toujours regardé sous l’angle de processus sociaux mul­tiples, qui se situent à des paliers divers du fonctionnement social. J. Remy emprunte ici la distinction parsonienne entre système social, système culturel et système de la personnalité (p.57). Le système social renvoie au regard sur «les interactions structu­rées en fonction de certains objectifs, [et sur] les modalités de contrôle et de pouvoir» (p.57). Le système culturel amène le regard sur «la production, le maintien ou la transformation des schèmes opératoires qui proposent des solutions et des réponses collectivement produites et reconduites» (p.57). Le système de la personnalité «offre les modalités à travers lesquelles l’individu s’implique affectivement, affirmant son identité et son projet» (p.57). Mais le terme “système” ne convient pas entièrement à la sociologie de Jean Remy (les définitions qu’il en donne le montrent), car il ne fige pas la société en systèmes, regardant celle-ci comme processus de construction, d’action et de réaction réciproque : il parle de «relations cybernétiques» (p.57), au sens «d’inter­dépendances orientées par des mécanismes de rétroaction» (p.97).

  • 21 Ledrut R., Sociologie urbaine, Paris, PUF, 1968 ; Idem, L’espace en question, Paris, Anthropos, 197 (...)

31Tout en reprenant ces trois paliers parsoniens, Jean Remy, par cet ouvrage et dans la continuité de ses travaux et d’auteurs comme Raymond Ledrut et Henri Lefèvre auxquels il fait référence21, semble vouloir en ajouter un quatrième : le système de la matérialité et, en particulier, de la matérialité spatiale.

B. L’espace

32La position de Jean Remy est claire : «loin de se réduire à un simple décor, l’espace est porteur d’enjeux» (p.34), affirmant par-là que la matérialité spatiale, comme toute matérialité, est une composante majeure de la vie sociale. Je ne sais pas si Jean Remy dirait comme Henri Lefèvre que l’espace est politique, mais il dirait certainement qu’il est social ou politico-social.

  • 22 Castells M., La question urbaine, Paris, Maspero, 1972 ; Idem, Luttes urbaines, Paris, Maspero, 197 (...)
  • 23 Remy J., “Espace et théorie sociologique : problématique de recherches”, Recherches sociologiques, (...)

33En affirmant le rôle de la matérialité spatiale, Jean Remy note qu’il a puisé cette idée, dans son parcours de chercheur, chez Marx et dans un débat prolongé avec Manuel Castells, le sociologue qui faisait une lecture marxiste de la ville et des rap­ports sociaux qui la traversent22. De ce débat, Jean Remy a dégagé un texte program­matique sur l’espace dans la théorie sociologique23.

  • 24 Au sens que lui donne la sociologie analytique.

34Dans l’ouvrage dont il est question ici, Jean Remy fait une brève référence à Bruno Latour au sujet de la prise en compte de la matérialité de l’espace. Certes, il s’agit là du grand apport de Latour, depuis Nous n’avons jamais été modernes (Paris, La Dé­couverte, 1991). Mais la proximité avec Latour se limite à l’idée de la nécessaire prise en compte de la matérialité. Car pour Latour, la matérialité n’est que matérialité dans laquelle la vie des humains (je ne parlerais pas dans le cas de Latour de “vie sociale”) est immergée et dont il veut se limiter, par choix paradigmatique, à décrire les entrela­cements. Tandis que pour Jean Remy la matérialité spatiale est pensée à partir du fait qu’elle est sociale et symbolique, qu’elle construit du social et du symbolique, qu’elle est une ressource permettant aux individus et aux groupes de communiquer en tenant compte de leur autonomie, dans une interaction et dans une symbolisation co-construc­trice avec les humains et entre les humains. Il dit ainsi partager l’idée de “milieu” pro­posée par Durkheim ou encore par Halbwachs, qui «s’interroge sur le statut social des aspects matériels de la vie des groupes, pour lesquels l’espace est un élément clé qui assure la mise en relation» (p.41). La question est alors de comprendre comment ou par quel “mécanisme”24 l’espace construit le social, ou plus exactement l’espace et le social se co-construisent.

  • 25 Comme l’analyse J. Remy dans “La ville cosmopolite et la coexistence interethnique”, in Bastenier A (...)

35Jean Remy se positionne résolument contre une vision déterministe de l’espace, rejetant la Charte d’Athènes de 1947, qui fut, dans le monde de l’urbanisme, l’expres­sion de ce déterminisme prôné par Le Corbusier. Mais il faudrait situer cette position dans le contexte d’un penseur comme Jean Remy. Sociologue de la ville et de la rurali­té contemporaine, belge, il a devant les yeux des espaces inscrits dans des régions tem­pérées et fortement façonnées par l’action humaine, des régions vivant dans l’idée ou l’utopie d’un espace toujours façonnable. Son regard est quelque peu utopique ou my­thique, car les pesanteurs du bâti ou des structures économiques font que l’espace n’est pas aisément transformable. La preuve est observable à travers la lourdeur et la con­trainte des espaces des banlieues, avec les tours ou les cités de l’habitat social, la pe­santeur de certains quartiers des centres villes ou celle des bidonvilles. Même si ces espaces sont théoriquement transformables, cette opération demande des temporalités parfois très longues, qui font que, dans l’entretemps, des vies, voire des générations, vivent la contrainte de ces espaces. Bien entendu, même dans de tels contextes, une certaine forme de co-construction est toujours possible, moyennant des usages ou des manières de se faufiler dans les interstices25.

36Pour en terminer, voyons comment J. Rémy thématise les mécanismes de co-cons­truction entre espace et sociétés. Quatre propositions pourraient être formulées à ce propos.

37La co-construction s’opère par une transaction entre production et appropriation de l’espace (p.44ss), entre les concepteurs, les aménageurs et les habitants, usagers, qui s’approprient cet espace ; en somme entre plusieurs acteurs et plusieurs forces sociales. Fort de son expérience de concepteur et d’aménageur du territoire, Jean Remy a été amené à prendre en compte cette tension, même si, dans le cas urbain, l’appropriation apparait souvent comme résistance, ruse, contournement d’une logique de production dictée par des concepteurs, des urbanistes et surtout par des forces économico-politiques.

38La co-construction espace-société se bâtit en fonction des vécus, des perceptions, des émotions individuelles, traduisant concrètement des dimensions culturelles et so­ciales (pp.57-66). Cette dimension est centrale chez Jean Remy qui laisse un large espace aux aspects affectifs, aux représentations et aux imaginaires vécus.

39La co-construction est rendue possible par les usages multiples (conçus-appropriés) qui façonnent et refaçonnent l’espace, l’amènent à se constituer dans des territorialités diverses (p.128), plus ou moins «alvéolaires» (p.82). Le texte de J. Remy (pp.43-66) multiplie l’indentification des espaces selon les fonctions et les usages : des espaces de centralité ou espaces périphériques, espaces interstitiels, espaces de primarité et de se­condarité ; selon les symbolisations : hauts lieux, espaces neutres, espaces à faible légitimité ; selon la qualification émotionnelle donnée par les usagers : espaces con­nus/inconnus, dangereux ou sûrs, anonymes ou implicatifs.

40Il resterait à approfondir par quels mécanismes tel ou tel espace co-construit tel ou tel usage et en quoi les cadres spatiaux ont une certaine autonomie propre dans le fa­çonnement social. Ces cadres spatiaux et les outils techniques de transport ont certai­nement un impact sur les mobilités. Mais qu’en est-il pour les sédentarités et les socia­bilités, les relations et les rapports sociaux ? La co-construction donne naissance, met en forme la société humaine en mouvement physique, en déplacement, articulant espa­ce et temps (pp.67-91) et construit des formes de sociabilité dans et par le mouvement.

III. Conclusion

41Dans ce livre dont on a repris quelques aspects, Jean Remy ouvre l’analyse à la di­mension centrale de la vie humaine et de la vie humaine en société. Elle est traitée par la géographie sociale. En quoi l’approche sociologique ouvre-t-elle un regard complé­mentaire ou différent de celui de cette discipline ?

42Un lien peut être fait également avec la prise en compte de la matérialité technolo­gique. Mais la question serait de savoir si la matérialité spatiale est à traiter de la même manière que toute autre matérialité technologique ou biologique, ou si elle n’aurait pas une particularité propre par son caractère inéluctable, car l’humain ne peut que se situer dans l’espace et dans un rapport à l’espace… et au temps.

43Felice Dassetto,
Professeur émérite UCL, Académie royale de Belgique.

Particularité de l’espace par rapport à d’autres formes de matérialité

44En finale de sa recension, Felice Dassetto se demande si l’espace a une particularité propre par rapport à d’autres formes de matérialité. Comment se situe-t-il face à la ma­térialité technologique ou biologique ?

45La réponse suppose que l’on propose une théorie à partir de la construction de l’es­pace, que j’ai construit à partir de l’expérience urbaine et rurale, mais que l’on peut étendre à toute sociologie, ce qui justifie le titre de mon ouvrage : L’espace, un objet central de la sociologie. L’espace introduit un registre d’analyse et d’explicitation qui n’est pas disponible autrement. Je suis arrivé à cette conclusion par étapes.

46En effet, lors de ma licence en philosophie, j’ai écrit un mémoire sur les écrits du jeune Marx, où il expose une dialectique à partir de laquelle s’engendre progressive­ment une liberté collective par le développement et la maîtrise du contexte matériel. Tout en me débarrassant d’une série de présupposés du matérialisme dialectique, ce fut un travail fondateur qui m’accompagna tout au long de mes recherches. Karl Marx centre l’analyse sur les outils de production ; j’ai étendu ce regard à la matérialité spa­tiale. Et c’est à cette influence marxiste que je dois l’importance donnée à la distinc­tion entre l’outil individuel et l’outil collectif, dont j’ai tiré parti du point de vue de leur incidence spatiale et relationnelle. Vu l’importance que cela revêt dans mes analy­ses, cela mérite quelques explicitations.

47L’outil est dit “individuel” dans la mesure où un individu a la maîtrise totale de l’emploi. L’outil collectif, au contraire, suppose pour son usage l’implication et donc l’interdépendance entre une pluralité de personnes. Ainsi en va-t-il lorsque l’on passe de l’artisan cordonnier, qui, à lui seul, fabrique une paire de chaussures, à l’usine qui suppose la collaboration d’une multiplicité d’agents autour d’un outil commun. K. Marx fait de cette évolution une caractéristique du passage d’une économie artisanale à une économie industrielle. Pour l’outil collectif, il s’en suit qu’une partie des travail­leurs peut bloquer l’ensemble du processus. Il y a donc un jeu de pouvoir lié au propri­étaire de l’outil et de contre pouvoir lié aux travailleurs.

48Dans mes recherches ultérieures, j’ai donné à l’usage de l’outil un sens plus large débordant le milieu de travail. J’ai considéré comme outil tout artifice venant modifier les possibilités d’action. Ainsi s’oppose la voiture, “outil individuel”, aux transports en commun, “outil collectif”. La composition entre les deux varie avec le temps. La pré­pondérance de l’un ou de l’autre a une incidence sur l’appropriation de l’espace et sur les relations sociales. Les exemples pourraient se multiplier en vue de relier l’ensem­ble des outils à la formation des espaces urbains. La concentration de certains équipe­ments, comme le passage de multi-polycliniques à un grand hôpital, a une incidence sur le parcellaire urbain. On passe alors à un parcellaire indivis et de grande dimen­sion, ce qui est incompatible avec le parcellaire fragmenté et de petite dimension pré­dominant dans les villes antérieures.

  • 26 Latour B., “Une sociologie sans objet : remarques sur l’inter-objectivité”, Sociologie du travail, (...)

49Au fur et à mesure que je me suis mis à la sociologie, il m’est apparu qu’il était im­possible de bâtir une sociologie «sans objet», pour reprendre l’expression de B. La­tour26. Les objets, plus largement toutes les réalités matérielles, ne sont pas épars mais en relation les uns avec les autres ; ce qui rejoint la proposition de B. Latour de penser l’inter-objectivité.

50Cette préoccupation pour la prise en considération de l’espace et, plus tard, du temps, s’était intégrée à mon propos lors d’une petite recherche sur Emmanuel Kant. Celui-ci présentait l’espace et le temps comme deux catégories a priori, à partir des­quelles il est possible de décrypter la pensée et l’action. Par conséquent, l’espace ne m’apparaissait plus seulement comme ancré dans la matérialité, mais devenait égale­ment une catégorie structurant la pensée. Tout en prenant bien des distances vis-à-vis de Kant, je dois reconnaître que ce dernier me donna une nouvelle clé pour compren­dre le rôle de l’espace dans la vie sociale

51L’espace est aussi une catégorie mentale qui est à la base des codes culturels : inté­rieur/extérieur – haut/bas – centre/périphérie… Chacun de ces codes est lui-même con­noté par des qualités ou des défauts. Ainsi, l’intérieur du groupe peut être dit “positif et maîtrisé”, alors que l’extérieur est perçu comme “négatif et chaotique”.

52En somme, ces deux auteurs, K. Marx et E. Kant, quoique incompatibles entre eux, m’ont ainsi permis chacun à sa manière, de réfléchir au statut de l’espace et à son intérêt pour l’analyse sociologique.

53Pour le dire d’une façon elliptique, l’espace contribue à la production du social, en même temps que le social contribue à produire l’espace. En ce qui concerne ces pro­cessus de co-construction entre espace et société, ma démarche n’a pas tant consisté à élaborer une théorie achevée de l’espace qu’à mettre en lumière des logiques permet­tant d’éclairer ces processus. Je prendrai ici l’exemple de relations entre groupes sociaux. On affirme souvent que plus il y a de diversité dans un même espace, plus il y a d’interconnections et donc de mélanges. Toutefois, l’ordre spatial suppose une com­binaison complexe et subtile entre proximité et distance entre les groupes. Par exem­ple, une proximité spatiale peut provoquer une accentuation de la distance sociale. Il suffit de penser à certains quartiers où les habitants partagent un même espace physi­que mais n’échangent pas entre eux, privilégiant une forme d’ignorance réciproque, voire de mise à l’écart et de disqualification d’un groupe par rapport à un autre. Inver­sement, la distance spatiale peut être un moteur de rapprochement social. Par exemple, des diasporas peuvent nouer des liens forts dans la distance, tout comme des commu­nautés diverses spatialement disjointes peuvent renforcer leur sentiment d’apparte­nance et leurs relations à travers des réseaux sociaux multi-localisés.

54L’entrée par l’espace implique alors une réflexion sur les frontières. Dans certains cas, un groupe social n’existe que s’il est délimité par une frontière qui permet de dire ce qui est dedans et dehors (in/out). Cette frontière peut être matérielle, à la manière d’une cloison. Mais elle peut aussi se présenter de façon plus discrète, à travers des signes qui permettent au moins certains aspects d’une reconnaissance de l’apparte­nance au groupe. Cette frontière peut également être plus ou moins poreuse, se présen­ter comme une lisière ou même apparaître comme un lieu de métissage dans des inter­stices qui ont un rôle à jouer dans la résolution de certains problèmes : amélioration de statut ou dégradation.

55En somme si l’on ignore les jeux de distance/proximité dans et par l’espace, ce qui permet de voir ce que l’espace contraint et ce que l’espace rend possible, on risque de se représenter la vie sociale comme une plante sans racines. Mais, a contrario, si l’on se limite à la matérialité, on a toute chance de ne présenter qu’une sociologie sans actions. Matérialité spatiale, actions et réalités sociales sont en conjonction dynamique à travers le mode de spatialisation régissant la vie sociale et le mode de socialisation de l’espace. La catégorie d’espace est par conséquent une entrée analytique de pre­mière importance pour saisir les logiques sociales à l’œuvre, leurs conditions et leurs effets.

56Jean Rémy,
Professeur émérite UCL.

Haut de page

Notes

2 Cléach O., “Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie”, Lectures [En ligne], Les com­ptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mars 2016.

3 Voir entre autres l’introduction de J. Urry, “The Complexity Turn”, au numéro spécial de la revue Theory, culture and society, qu’il a dirigé sur le sujet en 2005.

4 Le bref passage en revue qui va suivre n’a aucune prétention d’exhaustivité au sujet des publications en sociologie urbaine, se limitant à retenir quelques auteurs qui ont pris en compte de manière spécifi­que l’espace dans leurs analyses.

5 Castells M., La question urbaine, Paris, Maspero, 1972 ; Harvey D., The Condition of Postmoder­nity, London, Bail Blackwell, 1990 (notamment l’importante 3ème partie : “L’expérience de l’espace et du temps”).

6 Sassen S., A Sociology of Globalization, London, Norton &co, 2007 (notamment le ch. IV : “The glo­bal town”).

7 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

8 Davis M., City of Quartz. Los Angeles, capital du futur, Paris, La Découverte, 1997 ; IDEM, Le stade Dubaï du capitalisme, Paris, Les prairies ordinaires, collection Penser/Croiser, 2007.

9 Voir par exemple Mayer H., Knox P. L., “Slow Cities. Sustainable Places in a Fast World”, Journal of Urban Affairs, 2006, 28/4, pp. 321-334.

10 Textes publiés dans le recueil édité par Grafmeyer Y., Isaac J., L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier-Montaigne, 1979.

11 Stébé J.-M., Marchal H., La sociologie urbaine, Paris, PUF, Que sais-je ?, 2010.

12 On peut voir la réédition des textes de Simmel : Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de “So­ciologie des sens”, Paris, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot”, 2013.

13 Sennet R., Flesh and Stone: The Body And The City In Western Civilization, New York, Norton, 1994.

14 Comme chez Massey D., Space, Place and Gender, Minneapolis, Un. Of Minnesota press, 1994.

15 Hägerstrand Th., “Space, Time and Human Condition”, in Karlqvist A. et al. (eds.), Allocation of Urban Space, Farnborough, Saxon house, 1975 (autres références dans Giddens A., Constitution de la société, tr. fr., Paris, PUF, 1987, p. 215, note 1). Giddens traite la question de l’espace-temps dans le chapitre 3 de son ouvrage

16 Löw M., “The Constitution of Space. The Structuration of Spaces through the Simultaneity of Effect and Perception”, European Journal of Social Theory, 2008, 11/1, pp. 25-49

17 Monique Hirschorn a relevé le défi de tenter de mettre en forme la particularité de la méthode de pen­sée de Jean Remy. Elle la caractérise par une identification de termes opposés (par exemple indivi­du/société, intériorité/extériorité) qu’elle lit dans leur tension réciproque qui construit leur interdépen­dance. Hischorn M., “De la méthode”, in Voyé L. (ss dir.), Ville et transactions sociales. Hommage au professeur Jean Remy, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 279-284. J’ajouterais que l’analyse de Jean Ré­my aime multiplier les points de vue sur un objet, pour faire en sorte que l’analyse soit en consonance avec les divergences des points de vue des acteurs.

18 Le concept de transaction avait été introduit en sociologie, avec l’adjectif “sociale”, dans Remy J., Voyé L., Servais O., Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, Bruxelles, De Boeck, 1991 [1978]. Depuis cet ouvrage le concept de transaction sociale est devenu un véritable para­digme interprétatif, voir entre autres Voyé L. (ss dir.), op.cit., ou le numéro de la revue Pensée plu­rielle, “Transactions et sciences de l’homme et de la société” (2009/1, n° 20) dirigé par Gibout C., Blanc M., Foucart J. [en ligne].

19 Coser L., The Functions of Social Conflict, New York, Free Press, 1956.

20 Comme chez Thévenot L., L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La découverte, 2006.

21 Ledrut R., Sociologie urbaine, Paris, PUF, 1968 ; Idem, L’espace en question, Paris, Anthropos, 1976 ; Lefèvre H., La somme et le reste, Paris, PUF, 1959 ; Idem, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974. Lefèvre, philosophe marxiste avait orienté, dans la foulée de mai ’68, son analyse sur la réalité urbaine, celle qui, suivant son angle marxiste, devait ressortir surtout d’une valeur d’usage, d’un “commun” pour utiliser un terme qui est utilisé aujourd’hui, alors qu’elle devient une “valeur d’é­change”, une marchandise. Lefèvre avait alors créé la revue Espace et société, dont Jean Remy sera di­recteur entre 1987 et 2007.

22 Castells M., La question urbaine, Paris, Maspero, 1972 ; Idem, Luttes urbaines, Paris, Maspero, 1973.

23 Remy J., “Espace et théorie sociologique : problématique de recherches”, Recherches sociologiques, 1975, n° 3, pp. 279-293 ; texte réédité dans Remy J., Leclercq E., Sociologie urbaine et rurale : l’espa­ce et l’agir, Paris, L’Harmattan, 1998, pp. 89-127.

24 Au sens que lui donne la sociologie analytique.

25 Comme l’analyse J. Remy dans “La ville cosmopolite et la coexistence interethnique”, in Bastenier A., Dassetto F., Immigration et nouveaux pluralismes, Bruxelles, De Boeck, pp. 68-85

26 Latour B., “Une sociologie sans objet : remarques sur l’inter-objectivité”, Sociologie du travail, 1994/4, pp. 587-607.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Felice Dassetto et Jean Rémy, « La question de l’espace en sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-1 | 2017, 145-155.

Référence électronique

Felice Dassetto et Jean Rémy, « La question de l’espace en sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1858 ; DOI : 10.4000/rsa.1858

Haut de page

Auteurs

Felice Dassetto

Professeur émérite UCL, Académie royale de Belgique.

Articles du même auteur

Jean Rémy

Professeur émérite UCL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals