Navigation – Plan du site
Dossier

Comment ne pas faire d’enfants ?

La contraception, un travail féminin invisibilisé
How not to Have Children ? Contraception, an Invisibilized Female Work
Cécile Thomé et Mylène Rouzaud-Cornabas
p. 117-137

Résumés

La “crise de la pilule” de 2012-2013 a contribué à remettre en cause la prédominance de la pilule contraceptive en France, sans pour autant que l’imputation aux femmes de leur responsabilité en matière de contrôle des naissances ne soit remise en cause. Cet article s’intéresse aux mécanismes de domination, en particulier médicaux et de genre, qui fondent et maintiennent les différentes dimensions ordinaires et invisibilisées du travail qui découle de cette responsabilité. Il s’agit d’abord de montrer comment, du fait de la médicalisation de la contraception, la responsabilité du contrôle des naissances est progressivement devenue féminine et comment, dans le même temps, le travail lié à cette responsabilité est demeuré caché. Cette invisibilisation du travail féminin passe par la naturalisation de la contrainte que représente l’observance contraceptive, et en particulier de la charge mentale afférente. C’est aussi de la contradiction entre une injonction au choix et un panel limité de méthodes effectivement disponibles pour les femmes que naît la nécessité d’une autre forme de travail contraceptif : un travail cognitif. Enfin, l’utilisation d’une méthode de contrôle de la fécondité implique, en particulier s’il s’agit d’une méthode hormonale, de faire face à des effets secondaires minorés voire niés. Là encore, c’est une for­me de travail invisible – un travail sur soi – que cet article vise à dévoiler.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

contraception, genre, pilule, travail

Index by keyword :

contraception, gender, pill, work
Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1En France, les travaux sur la contraception et le contrôle de la fécondité ont longtemps été marqués par une « vision téléologique de l’histoire » de la contraception (Pavard, 2012 :15), considérée comme source d’émanci­pation pour les femmes et comme « levier de la domination masculine » (Héritier, 1999 :48). Le poids de cette approche, qui lie contraception médicale et libération des femmes, a freiné l’émergence d’une perspective sociologique critique sur la contraception et ce sont plutôt la démographie et l’épidémiologie qui se sont, en France, emparées du sujet, limitant le contrôle des naissances à un enjeu de santé publique de réduction des interruptions volontaires de grossesse (IVG).

2Il a ainsi fallu attendre le tournant des années 1990-2000 pour que des recherches françaises soulignent le caractère contraignant pour les femmes des méthodes de prévention des grossesses et des normes médicales et sociales qui régissent leur utilisation. La mise en évidence d’une norme (Bajos/Ferrand, 2004) restreignant les usages contraceptifs dans une temporalité et une maturité relationnelle bien définies (préservatif masculin pour les relations ponctuelles ou en début de relation, pilule une fois celle-ci stabilisée, stérilet lorsque le nombre d’enfants désiré est atteint) vient compléter toute une réflexion sur le contrôle social auquel sont sujettes les femmes en matière procréative et notamment de régulation des naissances (Ferrand-Picard, 1982). Depuis une dizaine d’années, des travaux essaient de se départir de cette vision émancipatrice de la contraception et cherchent à révéler les inégalités sociales (Bajos et al., 2012), les freins à son utilisation ou encore les dimensions invisibles d’une responsabilité qu’en­dossent très majoritairement les femmes. Ces enquêtes semblent aujour­d’hui d’autant plus nécessaires qu’une évolution du modèle contraceptif français, en particulier une diminution de l’emploi de la pilule, semble s’a­morcer suite à la “crise des pilules” de 2012-2013 (Bajos et al., 2014).

  • 1 Si les hommes ne sont pas absents du travail contraceptif (Le Guen M. et al., 2015), une prise en c (...)

3Prévenir une grossesse recouvre un certain nombre de tâches et de char­ges qui constituent un travail en soi pour celles qui en assurent, en grande majorité, la responsabilité : les femmes1. Pouvoir bénéficier d’une contraception implique en effet de respecter certaines étapes : ce sont des contraintes matérielles, financières, temporelles qui se succèdent. À ces différentes obligations s’ajoute la « charge mentale » (Haicault, 2000 :15) portée par les femmes utilisant la contraception, qui consiste en la nécessité de se préoccuper – de manière continue, et parfois au quotidien – de ce que les rapports sexuels ne soient pas fécondants. S’ils le sont finalement et qu’un avortement est envisagé, ce sont toujours les femmes qui auront à gérer celui-ci (jours de congé, douleur éventuelle, etc.) et seront susceptibles d’être stigmatisées (Mathieu/Ruault, 2015).

  • 2 Comme d’ailleurs certains pans du travail salarié. En particulier, cette invisibilisation concerne (...)

4Or, ce travail contraceptif, qui représente une section du travail procréatif et s’appuie sur la responsabilisation des femmes, a été naturalisé au cours du temps ; ses différentes dimensions semblent ainsi être devenues progressivement invisibles2. Les conditions de possibilité mêmes de cette invisibilisation – en particulier les inégalités de sexes qui fondent ce travail et se renouvellent à travers lui, mais aussi l’encadrement médical qui l’ordonne – restent elles aussi à penser. Comprendre la naturalisation du travail contraceptif c’est donc s’interroger : à qui ce travail invisible des femmes profite-t-il ? Il s’inscrit en effet à la croisée de deux types de rapports de pouvoir, qui ne sont eux-mêmes pas distincts mais bien plutôt im­briqués l’un dans l’autre : le pouvoir médical, d’une part, qui encadre aujourd’hui en France la pratique contraceptive de la majorité des femmes ; les rapports de genre, d’autre part, qui induisent l’intériorisation par les femmes de leur assignation à la sphère domestique et procréative. La réduction du travail contraceptif à la responsabilité féminine renvoie alors à deux types de logiques qui s’entretiennent l’une et l’autre : une logique de santé publique, où il s’agit de réfléchir en termes de gestion des populations et de contrôle des naissances ; une logique de genre, où il est plutôt question de la possibilité d’une décharge de la responsabilité masculine (Spencer, 1999) et des conséquences de ce travail.

  • 3 La pilule est devenue depuis la méthode la plus employée en France : 40,6 % des femmes concernées p (...)

5Cet article se propose d’analyser d’abord la responsabilité féminine en matière de contraception, en revenant sur sa genèse depuis la légalisation en France de la pilule contraceptive3 en 1967 puis sur son invisibilisation progressive. Il vise ensuite à mettre en lumière certaines dimensions concrètes du travail contraceptif, en insistant en particulier sur l’impératif d’efficacité auquel sont soumises les femmes, ainsi que sur les ressources que requiert aujourd’hui le “choix” en matière de contraception. Enfin, il entend revenir sur la dimension la plus niée du travail contraceptif : celle qui concerne les effets sur le corps, les émotions et la sexualité des métho­des employées pour ne pas avoir d’enfants.

Méthodologie

Cet article s’appuie sur deux recherches doctorales. Un premier travail de thèse, celui de Mylène Rouzaud-Cornabas, s’est intéressé aux politiques contraceptives contemporaines en prenant appui à la fois sur des archives institutionnelles et de presse et sur un corpus de 78 entretiens réalisés avec des acteurs et actrices de la santé (professionnel·le·s de santé, associations d’usagers/usagères et féministes, pouvoirs publics). La prise en compte de la crise récente des pilules dites de nouvelles générations a amené également à travailler sur les données des enquêtes Fécond (Fécondité - Contraception – Dysfonctions sexuelles, Inserm/Ined, 2010 et 2013) à propos des pratiques et représentations de la contraception. Le second travail de thèse, celui de Cécile Thomé, interroge les effets de la diffusion et de l’utilisation contemporaine des différentes méthodes de contraception sur la sexualité et les rapports de genre. Il s’appuie sur un corpus d’archives, les enquêtes Fécond ainsi qu’un corpus de 71 entretiens sur la vie sexuelle et contraceptive, menés avec des femmes et hommes âgé·e·s de 20 à 84 ans et ayant exclusivement ou majoritairement des rapports hétérosexuels.

II. D’une responsabilité masculine invisible à un travail féminin invisibilisé ?

6Le “rapport Simon”, première grande enquête française sur la sexualité, menée en 1970 par l’IFOP sous la direction du docteur Pierre Simon, souligne qu’« autrefois pratiquée presque exclusivement par l’homme – sinon toujours à son initiative – la contraception tend aujourd’hui à devenir un comportement également féminin » (Simon et al., 1972 :334). À partir des années 1960, les méthodes médicales de contraception (en particulier la pilule anticonceptionnelle), gérées par les femmes, remplacent en effet progressivement le coït interrompu ainsi que les méthodes reposant sur la détermination de l’ovulation et l’abstinence (méthode Ogino, méthode des températures).

7Si cette médicalisation de la contraception s’accompagne de sa féminisation, c’est que la pilule contraceptive est le débouché principal de tout un pan du développement scientifique et industriel de la recherche sur les hormones. La découverte, dans les années 1920, des hormones sexuelles dites féminines et masculines amène à une interprétation biologisante du masculin et du féminin qui vient renforcer le discours sur la différence des sexes (Gaudillère, 2012 :58 ; Martin, 1987). En rencontrant une volonté de localiser l’ “essence féminine”, de comprendre et de marquer la distinction entre les sexes, ce tournant endocrinien pérennise les représentations genrées associées aux corps reproducteurs (Oudshoorn, 2003). Du fait notam­ment de la facilité d’accès et de synthétisation des œstrogènes mais aussi de leur rentabilité dans ce qui deviendra des produits pharmaceutiques (Martin, 1987), la recherche et le développement dans ce domaine se tournent essentiellement vers la compréhension du système hormonal féminin (Löwy, 2006 ; Watkins, 2012), au détriment de la compréhension des fonctions reproductives masculines et, par conséquent, de la recherche sur des contraceptifs destinés aux hommes.

8La diffusion de la pilule puis des autres contraceptifs hormonaux (injections, stérilet hormonal, implant, patch, anneau) s’inscrit dans ce processus de féminisation de la contraception. L’essentialisation de la responsabilité contraceptive féminine est aussi à resituer dans une approche relationnelle, le travail féminin permettant progressivement un désinvestissement masculin.

  • 4 Le préservatif était cependant rarement utilisé de manière régulière, à la fois parce qu’il était a (...)

9C’est en effet, avant la diffusion de la pilule, le retrait qui était la technique préventive la plus utilisée en France pour éviter les grossesses. En 1970, 54 % des hommes et 50 % des femmes déclaraient ainsi l’avoir déjà utilisé, loin devant le préservatif (33 % et 23 %4), la méthode Ogino (15 % et 14 %) et la méthode des températures (7 % pour les deux) (Simon et al., 1972 :331). Pratiqué par les hommes, le retrait relevait de leur responsabilité, comme le révèlent les propos de Simone (chercheuse retraitée de 79 ans) à propos des partenaires qu’elle a eus avant son maria­ge : « La plupart du temps c’était l’homme qui disait : ‘Je vais faire attention’. Si il était gentil : ‘N’aie pas peur, je vais faire attention’« .

10Les hommes avaient donc la charge mentale de se retirer – que ce soit, comme dans le cas de Simone, lors de relations hors mariage, mais aussi dans le cadre du couple constitué. Si les hommes devaient effectuer une forme de travail sur leur désir et/ou sur leur plaisir sexuels, cette responsa­bilité contraceptive restait relativement circonscrite, en particulier parce qu’elle ne relevait pas de la sphère médicale et se jouait principalement au cours de l’acte sexuel – par ailleurs, ce sont ensuite les femmes qui devaient assumer les conséquences d’une éventuelle défaillance masculine (Accampo, 2003). De leur côté, les femmes étaient peu informées en matière de sexualité, ce qui pouvait les empêcher de prévenir elles-mêmes une conception : les premiers moyens médicaux, en particulier le diaphragme, nécessitaient en effet une familiarité avec ses propres organes sexuels qui manquait souvent (Fisher, 2000).

  • 5 On retrouve le même type de déplacement de la responsabilité avec le préservatif masculin (Thomé C.(...)

11Mais ceci ne doit pas masquer un possible investissement féminin dans le travail de contrôle de la fécondité : en effet « les méthodes traditionnel­les, même lorsqu’elles relèvent de la pratique masculine, peuvent être initiées ou requises par les femmes » (Rusterholz/Praz, 2016 :14). C’est bien sûr le cas de la méthode Ogino et de celle des températures, qui reposent sur la détermination par la femme de sa période de fécondité et nécessitent de réagir face au désir sexuel du partenaire. Mais cela peut aussi être celui du retrait, méthode pourtant considérée comme masculine5, comme en témoigne Paulette (cuisinière à la retraite, 84 ans) :

- Du coup vous aviez peur d’avoir des rapports ou... ?
- Oh bah même pas, même pas, parce que je faisais attention. Dès que je voyais qu’il commençait à s’agiter, j’allais, pfiout. Je reculais ! [petit rire].

12Ici, c’est Paulette qui se préoccupe du déroulement du rapport sexuel : elle « [fait] attention » pour deux, en ayant appris à reconnaître le moment où son mari devait se retirer. C’est aussi elle qui, comme beaucoup d’au­tres femmes (Thébaud, 1991), subit la peur d’être enceinte au quotidien, lorsque ses règles n’arrivent pas (« Quand ça venait pas... je rouspétais par­ce que je lui disais ‘Bah, je suis encore enceinte ! ?’« ) : une autre forme de charge, partie intégrante – et déjà féminine – d’un travail contraceptif intime et invisible. Ainsi, on constate que le travail contraceptif masculin lié au retrait, un travail de gestion par l’homme de son désir et de son plaisir, a pu être assuré ou, du moins, soutenu par les femmes – ce que les travaux sur la période soulignent rarement, invisibilisant déjà les efforts des fem­mes au profit de la seule responsabilité masculine.

13L’arrivée des méthodes médicales de contraception, puis leur diffusion, va cependant modifier rapidement et en profondeur cette situation où les hommes étaient impliqués dans la contraception. En effet, la responsabilité masculine liée à la pratique du retrait et à la méconnaissance par les femmes de leur corps semble alors disparaître très rapidement, comme en témoigne François, directeur commercial de 31 ans, interviewé au milieu des années 1960 par la journaliste Fanny Deschamps (qui écrivait notamment, à cette époque, des articles dans la presse féminine en faveur de la pilule) :

Il y a dix ans, quand je faisais l’amour avec une mineure, c’était à moi de penser à ce que cette pauvre créature n’attrape pas d’enfant, elle n’était pas du tout dans la course. Tandis que maintenant ! … Ma femme en sait dix fois plus que moi sur ce sujet et quand je fais l’a­mour ailleurs, ce problème de ne pas avoir d’enfant, je n’y pense même plus. Je me dis que la personne qui est avec moi s’est débrouillée, ou alors qu’elle va m’avertir. Enfin, bref, moi, si on ne m’y fait pas penser, je n’y pense plus (Deschamps, 1968 :33).

  • 6 Dont l’existence comme spécialité distincte de la gynécologie obstétrique apparaît comme une spécif (...)
  • 7 Expression utilisée lors d’un entretien par un épidémiologiste français pour qualifier la formation (...)

14La charge mentale de la contraception semble s’être reportée rapidement très majoritairement sur les femmes (même si certains hommes peuvent aussi s’impliquer parfois dans celle-ci, par exemple en rappelant à leur partenaire de prendre la pilule). Ce report s’opère à la faveur d’une médicalisation de la contraception uniquement féminine qui engendre, en sus de cette charge mentale, un travail matériel. En effet, la légalisation de la contraception et son développement pharmaceutique ne font pas disparaître l’enjeu moral associé à la régulation des naissances, mais ce sont les médecins qui deviennent les gardien·ne·s de la moralité et les régulateurs/trices des pratiques contraceptives. Le fait que les gynécologues médicaux/ales6, épris·es de « rationalité endocrinologique7 », s’emparent de la contraception et se proclament dans le même temps spécialistes de la “santé des femmes” contribue en outre à enfermer davantage encore le tra­vail contraceptif dans la sphère féminine. Par ailleurs, la féminisation et la médicalisation de la contraception ne suscitent pas, ou très peu, la critique des féministes françaises contrairement à leurs homologues britanniques, canadien·ne·s ou états-unien·ne·s (Vandelac, 2004). Le symbole que constitue la contraception – et à plus forte raison la pilule – en tant qu’outil d’émancipation des femmes semble primer sur les contraintes associées à cette nouvelle responsabilité (Löwy, 2005).

15Ainsi, ce sont désormais très largement les femmes qui sont concernées par la gestion de la contraception et par le travail que celle-ci représente (Le Guen et al., 2017). C’est aujourd’hui une évidence pour la majorité des femmes et des hommes ayant des rapports sexuels : de tout temps les femmes ont pensé et organisé la contraception. Cette croyance s’appuie d’ailleurs sur un constat biologique, car ce sont bien les femmes qui portent les enfants. Elle apparaît dans les discours masculins sur la contraception, comme ici dans le cas de Sébastien, 38 ans, ingénieur en reconversion professionnelle :

- Et votre partenaire de l’époque, elle utilisait une contraception de son côté ? Pour que vous puissiez arrêter [le préservatif] ?
- Euh… Bonne question… Euh… Pour elle c’était son premier rapport. Donc, est-ce que elle l’utilisait, est-ce qu’elle prenait la pilu­le… ? Je pense que oui… Je suis plus sûr. […] Elle… Si on a arrêté le préservatif, elle a dû mettre en place la pilule si elle l’avait pas à ce moment-là.

  • 8 Ici, le lâcher-prise touche aussi bien le risque de grossesse non désirée que de contamination par (...)

16Pour Sébastien, la question paraît presque incongrue : la charge d’éviter une grossesse semble avoir été directement imputée à sa partenaire, sans qu’il s’interroge sur le travail sous-jacent. De la même manière, les relations ponctuelles peuvent aussi donner lieu à un lâcher-prise masculin, comme dans le cas de Domenico (30 ans, chargé de relations dans une association) qui déclare à propos d’une de ses partenaires “de vacances” (avec laquelle il a eu des rapports sans préservatif) : « J’imagine qu’elle prenait la pilule, sans doute ». La question ne semble pas s’être posée pour lui avant qu’elle ne lui soit adressée dans le cadre de l’entretien8. Cette na­turalisation du devoir contraceptif féminin se retrouve aussi, par ailleurs, dans les cas où la contraception s’effectue hors du contrôle médical : c’est le cas des méthodes d’auto-observation, dans le cadre desquelles il s’agit pour la femme de faire un examen régulier de son corps et de tenir son partenaire informé de la période de fertilité. Si les hommes ne sont pas complètement écartés du travail contraceptif (Le Guen et al., 2015), leur éventuel investissement reste limité. L’un des membres de l’Ardecom, as­sociation de promotion de la contraception masculine qui s’est constituée dans les années 1970, note ainsi qu’il est désormais, à 61 ans, « le plus jeu­ne » membre de l’association et souligne un désintérêt pour la question de la part des générations suivantes :

Si tu n’as pas une initiative d’en haut disant ‘C’est là où il faut aller’ et si tu n’as pas de validation populaire pour dire ‘On en veut, on en veut’, ça ne fonctionne pas. De toute façon, les femmes ça a été ça, c’est-à-dire que les labos ont répondu à une poussée féministe et ont proposé une réponse et du coup, ça s’est développé, mais faut au moins deux éléments qui poussent. Nous, on n’en a aucun, nous on essaie de pousser par le bas mais on est quatre et par le haut, c’est non.

17Les avancées en matière de recherches sur les hormones – en particulier la découverte de la pilule contraceptive –, mais surtout la représentation du contrôle des naissances comme responsabilité féminine qui s’en est sui­vie, encouragée aussi bien par la sphère médicale que par les représentations de la contraception comme outil de libération des femmes, ont donc permis aux hommes de se désinvestir très largement de la contraception – et donc du travail afférent. Mais si le travail contraceptif effectué par les femmes a été progressivement invisibilisé, certaines des tâches qui lui sont liées restent directement appréhendables. Cela ne signifie pas pour autant qu’elles sont considérées comme relevant du travail procréatif : largement naturalisées, ces pensées et ces actions du quotidien, bien que visibles, ne sont souvent pas considérées comme relevant d’une forme plus globale et systématique de travail des femmes.

III. L’observance contraceptive, un travail au cœur d’injonctions contradictoires

  • 9 L’opération de légitimation de la contraception fait en effet écho à un nouvel enjeu, tant moral qu (...)

18Comprendre la dimension médicale du travail contraceptif des femmes nécessite de déterminer ce qui est attendu de ces dernières. Il faut d’abord souligner que la légalisation et la diffusion des méthodes médicales de contraception ont abouti à une double forme de contrôle sur les femmes : médical, du fait notamment du caractère médicamenteux des nouveaux contraceptifs, mais également social, afin de veiller au bon usage de ces produits et à éviter de ce fait les avortements9. Au-delà des enjeux d’éman­cipation et de liberté de choix, la contraception s’est muée rapidement en véritable responsabilité féminine :

Face à l’irresponsabilité que représente l’avortement, les pratiques contraceptives modernes deviennent la norme positive, le signe de la bonne adaptation sociale de la femme, la preuve de sa maturité psychologique (Ferrand-Picard, 1982 :394).

19L’idée que la couverture contraceptive doit s’étendre à toutes les fem­mes apparaît progressivement dans les années 1980. Mais ce n’est qu’à partir des années 1990 et du constat d’une stabilisation du recours à l’IVG (contrairement à la diminution espérée) que les pouvoirs publics se focalisent sur l’efficacité contraceptive en tant que telle.

  • 10 L’indice de Pearl est mesuré par le nombre de femmes qui tombent enceintes alors qu’elles utilisaie (...)

20Au tournant des années 1990, apparaît ainsi la distinction entre efficacité théorique (mesurée par l’indice de Pearl10) et efficacité pratique. Cette distinction met en évidence que l’enjeu n’est pas seulement la couverture contraceptive, mais aussi l’observance associée aux pratiques contraceptives. Comprenant que les échecs contraceptifs, première cause du recours à l’avortement (Moreau et al., 2011), sont dus à des difficultés d’obser­vance et à des problèmes de tolérance, les pouvoirs publics déplacent progressivement la focale des barrières socio-économiques aux déterminants individuels de l’utilisation de contraceptifs. Dans une logique de calcul du rapport bénéfices-risques de plus en plus prégnante dans la régulation des produits médicamenteux, mais aussi de diffusion d’une démarche “qualité” en matière de prescription médicale, l’efficacité contraceptive et l’ob­servance font alors l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics et des prescripteurs/trices (Kammen/Oudshoorn, 2002). Le travail contraceptif se doit donc désormais d’être efficace : l’on voit se dessiner ici les contours d’un travail renforcé pour les femmes, qui endossent alors d’autant plus la responsabilité d’un échec et les sanctions associées (Mathieu/Ruault, 2015). Le seul travail contraceptif promu, est en fait le travail contraceptif efficace – et ce sont bien les femmes qui doivent s’en (pré)occuper.

21Or, s’assurer de cette efficacité représente en soi un travail, incluant une forme de charge mentale, principalement portée par les femmes dans la mesure où cette dernière relève de l’observance de leur propre corps. Le premier aspect de ce travail tient à l’obligation du suivi médical. En effet, les méthodes médicales de contraception, nécessitant une prescription ou un suivi, concernent aujourd’hui près de 70 % des femmes (Bajos et al., 2014 :3) : le travail cognitif s’associe donc à la nécessité d’avoir en tête la temporalité du suivi contraceptif. Cette charge mentale se double d’une obligation concrète – celle de se rendre au rendez-vous –, ce qui n’est pas toujours évident, comme en témoigne Carine (juriste de 31 ans) :

Pour les docteurs, c’est… c’est pas simple, ma gynéco si je veux un rendez-vous je l’ai dans deux mois… Comme elle bosse aux mêmes horaires que moi où je travaille, ça veut dire qu’il faut que je prenne une après-midi, donc voilà, j’y vais pas comme ça.

22Cet extrait d’entretien met en évidence la confrontation qui peut se jouer entre le travail contraceptif et un travail salarié. Cette confrontation visibilise la contrainte contraceptive, sans doute en grande partie parce qu’elle s’oppose au travail dit “productif”.

23Le refus de s’astreindre à cette charge mentale et au travail que représente le suivi médical peut d’ailleurs jouer dans le choix contraceptif, comme en témoigne Joséphine, 32 ans, qui travaille dans le milieu du spectacle vivant : « Cet arrêt de la pilule, etc., c’était aussi pour moi une façon de me libérer de… de ça, de pas forcément avoir à aller voir un médecin ». La contraception hormonale peut être considérée comme un asservissement au pouvoir médical plutôt que comme une libération. Elle implique en effet du temps mais aussi de l’argent, toutes les consultations des professionnel·le·s de santé ainsi que les contraceptions prescrites n’étant pas intégralement remboursées. C’est alors le fait d’arrêter d’aller chez le/la médecin qui constitue une “libération” de ce travail contraceptif.

24Mais le travail féminin de gestion du temps ne se limite pas aux métho­des médicales de contraception. En effet, qu’il s’agisse de la pilule ou des méthodes d’auto-observation, se contracepter efficacement, c’est aussi faire un travail au quotidien : soit de prise d’un comprimé à heure fixe, soit d’observation de son corps. C’est par exemple le cas de Maeva, mère au foyer non diplômée de 26 ans qui prend la pilule :

Là du coup j’ai trouvé une astuce, donc je mets mon réveil à sonner tous les jours à 20h30 en fait. Sinon des fois je l’oublie. Même maintenant, j’ai remarqué, depuis que j’ai mis mon réveil à sonner là, si y’avait pas mon portable pour me le rappeler, je pense qu’à mon avis je l’oublierais en fait. Des fois avec la fatigue, et tout ça, bah je l’ou­blierais.

25La nécessité de ne pas oublier la pilule donne ainsi lieu à des “astuces” qui sont autant de moyens d’essayer de rendre plus légère la contrainte de devoir prendre un médicament tous les jours pour favoriser l’efficacité de la contraception. Les méthodes d’auto-observation impliquent elles aussi une rigueur du même type : prise de température au moins pendant une partie du cycle, surveillance régulière de la glaire, prise de note des observations, etc. Là encore, c’est lorsqu’il entre en conflit avec le travail salarié que ce travail devient plus visible. C’est ce qu’explique Marielle, médecin généraliste de 35 ans, à propos des “méthodes naturelles” qu’elle a elle-même essayé de pratiquer :

Ca a été quand même pensé pour un certain type de femmes… qui peuvent se… voilà, qui ont du temps à investir dans ça. Et ça a pas été pensé pour des femmes qui ont une activité professionnelle, un emploi du temps où ça nécessite… Par exemple ça marche pas du tout pour les femmes qui travaillent en horaires décalés.

26L’exigence d’une observation stricte de la méthode qui découle de l’in­jonction à l’efficacité provoque non seulement une charge mentale, mais aussi une contrainte matérielle qui, là encore, s’expose car elle se heurte au travail dit productif. Et, si les partenaires masculins peuvent parfois aider leurs compagnes à gérer leur contraception (Le Guen et al., 2015), elle n’en reste pas moins principalement féminine et surtout fortement naturalisée, comme le souligne une médecin âgée de 45 ans et travaillant dans un planning familial :

Elles vont dire : ‘Non mais moi je suis pas fiable, j’ai une petite tête, je vais oublier’. Elles vont se mettre plutôt dans un registre de dévalorisation d’elles-mêmes et de dire qu’elles ne sont pas capables. Elles ne sont pas dans un truc militant disant : ‘J’ai pas envie de m’emmerder à prendre la pilule tous les jours’, c’est plutôt ‘Je suis pas capable, je sais pas faire’.

27Ce sont donc des raisons personnelles qui sont évoquées par les femmes pour se justifier d’un manquement à l’injonction contraceptive, là où elles pourraient remettre en cause le fait même que ce travail leur est dévolu. Cette auto-dépréciation découle justement du fait que cette tâche n’est pas perçue en tant que telle – d’autant plus qu’en matière de contraception, les femmes ont l’impression d’avoir le choix.

IV. Le choix contraceptif comme travail cognitif sous contrainte

28En 2013, une importante controverse scientifique et médiatique a vu le jour suite à la mise en évidence d’un sur-risque veineux pour les utilisatri­ces de pilules de nouvelles générations. Bien que faisant essentiellement chuter l’utilisation des produits incriminés, cette “crise” a plus globalement déstabilisé un modèle contraceptif français centré sur la pilule au profit d’autres méthodes : DIU (dispositif intra-utérin, aussi appelé stérilet), préservatif, méthodes dites “naturelles” (retrait, abstinence périodi­que). Au-delà du risque sanitaire ayant motivé l’évolution des pratiques contraceptives et prescriptives, c’est la contrainte et l’absence de choix concret que les usagères ont exprimées en changeant leurs façons de faire.

  • 11 Slogan de la première campagne de communication sur la contraception de l’Institut National de Prév (...)

29Ce manque de choix peut sembler surprenant : en effet, l’observance étant associée à l’acceptabilité d’une méthode et, par conséquent, à son choix, les femmes sont, depuis quelques années, invitées à opter pour la contraception qui leur conviendrait le mieux (“La meilleure contraception c’est celle que l’on choisit11”) – sans cependant qu’il soit tenu compte des différences sociales existant entre elles et susceptibles d’influencer ces dé­cisions (Bretin, 1992 ; Bretin/Kotobi, 2016). Mais il est important de souligner que le champ des possibles et de ce qui semble “médicalement” acceptable est en fait restreint. Les méthodes alternatives (retrait, abstinence périodique, méthodes locales), pourtant utilisées par près de 10 % des femmes concernées par la contraception (Bajos et al., 2014), sont par ex­emple omises de manière assez systématique dans les campagnes de santé publique ou considérées comme ne faisant pas partie du panel des métho­des à conseiller par les prescripteurs/trices. Cet extrait d’entretien avec une gynécologue médicale de 67 ans atteste de cette injonction contradictoire entre choix et efficacité :

- Les politiques de contraception aujourd’hui c’est celles qui diminuent le nombre d’IVG. Est-ce que c’est le bon marqueur ? Je ne sais pas.
- Quel serait le bon marqueur selon vous ?
- Le bon marqueur ce serait que les femmes aient une contraception qui leur convient [sic]. Bien sûr que le taux d’IVG c’est important parce que c’est toujours quand même un peu traumatisant. Mais je pense que le bon marqueur c’est de dire que toutes les femmes aient une contraception qui leur convienne et une contraception efficace. Parce que de nos jours, on voit revenir des femmes qui font le retrait, qui font la méthode des jours et on sait comment ça se termine en général. L’ovule est volage et le spermatozoïde tenace. Vous voyez bien ce que ça veut dire. On ne va pas dire ‘non mais voilà, prenez vos risques !’ Qu’on ne dise pas que les méthodes naturelles sont efficaces. Notre slogan c’est de dire la vérité aux femmes et qu’elles choisissent.

30Si la contraception doit “convenir” à chaque utilisatrice, elle n’en doit pas moins être “efficace” selon les critères médicaux, qui ont tendance à dramatiser l’avortement et ainsi à stigmatiser les femmes (Divay, 2004 ; Mathieu/Ruault, 2015). Or, l’efficacité contraceptive n’est pas toujours le déterminant principal du choix d’une contraception et entre souvent en ba­lance avec d’autres priorités : problèmes de santé, coût, éloignement des structures de soins ou des prescripteurs/trices, choix du couple, sexualité, volonté de ne pas avoir d’intermédiaires, notamment médicaux, etc. Ce choix apparaît donc bien illusoire, voire contradictoire, dans la mesure où les utilisatrices sont contraintes à ce qu’il n’entre pas en contradiction avec la norme procréative du “bon enfant” au “bon moment”. Cela nécessite une méthode efficace, au moins pour les femmes qui n’ont pas le profil prescrit : stabilité relationnelle et financière, âge à la maternité socialement acceptable. Faire un choix éclairé nécessite alors une forme particulière de travail : la recherche et le tri de l’information.

31En effet, acquérir des savoirs contraceptifs demande de l’investissement et du temps. Si l’école représente une source de savoir mixte, c’est souvent via leur mère (Amsellem-Mainguy, 2006) ou des réseaux de pairs que les femmes s’informent et sont informées des différents moyens de contra­ception – démarche que les hommes ne font généralement pas, comme en témoigne, en entretien, le flou affectant leur description des méthodes disponibles. Ce travail cognitif passe aussi par le dialogue avec un·e médecin (gynécologue ou généraliste) ou plus rarement un·e sage-femme, dialogue qui s’inscrit dans un suivi médical voulu comme régulier (Guyard, 2010b ; Amsellem-Mainguy, 2012). Cet échange ne se limite d’ailleurs pas à l’en­trée dans la vie contraceptive, mais peut durer tout au long de celle-ci, au gré des changements de méthodes – et il peut conduire à des conflits avec les médecins. C’est par exemple le cas face à des praticien·ne·s refusant de poser des DIU à des femmes nullipares, contrairement aux recommandations de la HAS (Haute Autorité de Santé). En effet, ces recommandations peuvent être connues des femmes, dont le travail cognitif implique aussi un travail de recherche personnelle qui peut désormais passer par Internet (Bruchez et al., 2009 ; de Pierrepont, 2011). C’est d’autant plus le cas pour les méthodes qui ne sont pas recommandées par les médecins, comme les méthodes dites “naturelles” de contraception (en observant la glaire cervicale, la température et/ou le col de l’utérus pour déterminer le moment de l’ovulation). Émeline, auxiliaire de vie de 23 ans qui utilise depuis quelques années l’auto-observation (associée au préservatif masculin en période de fécondité), explique par exemple :

Et là [sur un forum] y’avait un topic [fil de discussion] qui s’appelait “Méthodes naturelles”, etc. J’étais avec ma pilule à ce moment-là, et j’avais commencé à en avoir vraiment marre. J’avais demandé à mon gynéco si il existait pas une méthode naturelle, tu sais pour… pour gérer sa fertilité quoi ! Parce que quand tu vas chez le gynéco, ils te disent ‘C’est soit le stérilet, soit la pilule’. Comment on fait ? ! Y’en a aucun qui me convient ! J’étais là : ‘Ah, OK, super ! Je suis pas la seule à me poser la question’.

32Face au refus de son gynécologue de répondre à ses attentes, Émeline décide de chercher par elle-même des informations grâce à un forum en ligne qui lui permet de découvrir que son problème n’est pas isolé. Ce travail de recueil et de traitement de l’information constitue un pan à part en­tière du travail contraceptif féminin – même si parvenir à accéder à des données ne garantit pas de pouvoir, ensuite, choisir véritablement sa contraception.

33Mais, que la contraception ait pu être choisie ou non, elle est susceptible d’entraîner des effets sur le corps et la sexualité : peut-on alors consi­dérer que la prise en charge de ces effets relève, là encore, d’une forme de travail invisibilisé ?

V. Un travail sur soi ? L’invisibilisation de la gestion des effets secondaires de la contraception

  • 12 Effet sur la santé associé à un acte médical ou à l’utilisation d’un produit médicamenteux.
  • 13 Ce qui se reflète aussi dans les représentations des prescripteurs/trices (Ventola C., 2014).

34Un des effets de la centralité du corps féminin dans la recherche sur les hormones et le développement des contraceptifs tient dans la minoration, voire la dénégation des effets secondaires induits par la contraception hor­monale. Si le risque iatrogène12 associé aux contraceptifs hormonaux a fait l’objet d’une attention particulière et de développements visant à le réduire chez les femmes, le bénéfice (prévenir une grossesse) a toujours été jugé supérieur aux effets potentiels sur la santé et au bien-être des utilisatrices. A contrario, s’agissant des sujets masculins, l’acceptabilité du ris­que iatrogène a primé sur le bénéfice, ce qui a permis de justifier l’arrêt de tout développement à la suite des essais cliniques mettant en évidence des effets secondaires. Outre le moindre développement de l’intérêt pour l’ap­pareil reproductif masculin, qui explique la compréhension et la maîtrise plus tardives du mécanisme de production des spermatozoïdes, les effets possibles sur les fonctions sexuelle (désir sexuel, impuissance) et reproductive (réversibilité de la méthode) des hommes ont ainsi constitué des arguments majeurs pour ne pas développer des méthodes masculines qui auraient permis de partager le travail contraceptif entre classes de sexe13 :

  • 14 Notre traduction.

En plus de l’accord général quant à la nécessité de développer de nouveaux contraceptifs masculins, un consensus existe également concernant le fait que la non-interférence avec la fonction sexuelle (“libido” et “potentia”) est une dimension importante de l’acceptabi­lité contraceptive et doit être prise en compte au même titre que d’au­tres critères tels que la sûreté, l’efficacité et la réversibilité (WHO, 1982 :3214).

35Chez les femmes, les incertitudes concernant les effets sur la santé n’ont pas été un frein au déploiement des méthodes hormonales ; les répercussions sur la sexualité n’ont tout simplement pas ou très peu été investiguées, les femmes étant renvoyées à leur fonction reproductive (Kam­men/Oudshoorn, 2002). Cette asymétrie dans l’acceptabilité du risque, qui a donc conduit à la féminisation de l’offre contraceptive, participe à la naturalisation de la dimension genrée du travail contraceptif, comme le souligne ici un expert britannique en santé sexuelle et reproductive âgé de 70 ans :

  • 15 Notre traduction.

La contraception restera toujours un problème féminin, principalement car ce sont les femmes qui tombent enceintes. Des discussions ont eu lieu, au cours de ces quarante dernières années, concernant le développement et la mise à disposition de contraceptifs masculins (notamment hormonaux) – les études sont claires, la contraception hormonale masculine est possible avec des effets secondaires faibles. Pourquoi ne pas la développer ? Les compagnies pharmaceutiques ne mettent pas d’argent dans la recherche, car elles pensent qu’elles ne pourront pas avoir de retour sur investissement. Les cliniciens sont souvent sceptiques et il y a un nombre considérable de mythes qui circulent : les hommes ne vont pas aimer ces contraceptifs, les hom-mes ne sont pas fiables, etc. Tous ces mythes sont faux. Il y a eu beaucoup de travail ces dernières années pour s’assurer qu’il y ait plus de ‘participation masculine’ en santé sexuelle et reproductive. Est-ce que cela a amélioré les choses ? Rien n’est moins sûr15.

36L’existence d’effets secondaires liés à la contraception hormonale est donc connue depuis l’apparition de ces méthodes, mais seules les femmes ont eu à les subir et ils ont rapidement été invisibilisés.

37Les gênes susceptibles d’être occasionnées par le contrôle hormonal de la fécondité sont nombreuses : elles peuvent concerner le corps – prise de poids, migraines, saignements intermenstruels, jambes lourdes, etc. –, mais aussi l’humeur, voire le désir (fluctuations du désir sexuel). Lors des entretiens, la majorité des femmes interrogées témoignent avoir, à un moment ou à un autre de leur vie, éprouvé des effets secondaires considérés comme négatifs (ce qui les a parfois incitées à changer de méthode). Selon l’enquête quantitative Fécond 2013, parmi les femmes concernées par la contraception, 36 % déclarent ressentir des effets secondaires avec la méthode qu’elles utilisent – proportion qui tend à augmenter avec l’utilisation de méthodes hormonales, notamment de la pilule contraceptive (43,4 %). Ce constat peut alors conduire à un changement de contraception. L’en­quête montre par exemple que 45 % des femmes qui ont arrêté leur pilule entre décembre 2012 et juillet 2013 l’ont fait à cause des effets ressentis. Nolwenn, étudiante de 23 ans qui a pris la pilule quelque temps avant de repasser au préservatif masculin, explique quels peuvent être ces effets :

Et en fait c’est quand j’ai vu que mon cholestérol avait doublé en six mois, je me suis dit ‘Non, là c’est pas possible ! ’. Puis cette prise de poids soudaine […] m’a choquée, et j’ai vu mon corps changer, vrai­ment, et du coup c’était trop. […] Et... et je me sentais quand même assez perturbée, je sentais que mes émotions... Enfin, je sais pas, ma libido j’avais l’impression qu’elle baissait, après c’est peut-être que je devenais parano hein, mais… J’avais l’impression que j’étais beaucoup plus à vif, enfin j’avais des transformations de comportements aussi.

38Nolwenn a dû s’accommoder de ces changements consécutifs à la prise de la pilule, qui ont constitué pour elle un “choc” dans sa perception de son corps, de son désir et plus largement de son comportement. L’impor­tance de ces effets secondaires est cependant souvent niée ou minimisée par les membres du corps médical, qui les considèrent comme normaux, sans importance et devant donc être supportés par les femmes. Cependant, s’y confronter et chercher à les atténuer représente pour les femmes un tra­vail en soi, sur leurs corps et leurs émotions, qui n’apparaît en filigrane que lors de prises de conscience, comme pour Nolwenn, ou lors de l’arrêt de la contraception, comme dans le cas de Mélanie, éducatrice spécialisée de 35 ans (qui prenait la pilule et l’a arrêtée lorsqu’elle a débuté une relation avec une femme) : « Non. Non non, non non, j’ai jamais eu d’effets secondaires… À part des maux de tête. […]. Par contre j’ai rencontré des effets hyper positifs quand je l’ai arrêtée ». Ici, la situation vue comme nor­male par Mélanie est celle de son corps “sous pilule”, ce qui met bien au jour un travail d’invisibilisation des effets secondaires. Cette invisibilisation des changements provoqués et des ajustements requis par le travail contraceptif peut ainsi être le fait des femmes elles-mêmes.

39Un autre aspect du travail contraceptif féminin sur le corps concerne plus précisément la sexualité. Certes, les hommes aussi peuvent ressentir l’influence de certains modes de contraception (préservatif masculin, retrait) sur leur sexualité. Cependant, le préservatif masculin comme le retrait demeurent, en France, des méthodes de transition ou de court terme (Beltzer/Bajos, 2008), contrairement aux autres méthodes de contraception (Higgins/Smith, 2016). Or, ces effets sur la sexualité des femmes sont rarement pris en compte (Guyard, 2010a). C’est seulement au prix d’un travail sur les émotions (Hochschild, 2017) et sur leurs désirs que les fem­mes peuvent adapter leur sexualité aux contrecoups de la contraception – par exemple en s’attachant à ne désirer un rapport sexuel que lorsque c’est le moment adéquat dans leur cycle.

40Le travail le plus invisibilisé que la contraception – hormonale (Grino, 2014), mais pas uniquement – impose aux femmes est donc une activité dont elles semblent rarement conscientes et qui porte sur elles-mêmes : sur leur corps, leurs émotions, leur sexualité, voire leur perception d’elles-mêmes.

VI. Conclusion : La “crise des pilules”, ou la réapparition d’un travail politique sur la contraception

41La “crise de la pilule” de 2012-2013 a eu l’effet d’un électrochoc, amenant une femme sur cinq à changer de méthode contraceptive entre septembre 2012 et juin 2013 (Bajos et al., 2014). Si la pilule commençait déjà à perdre du terrain, mais dans une mesure toute relative (diminution de 4 points en une décennie selon Bajos et al., 2012), les changements observés entre 2010 et 2013 ont été majeurs et ont mis au jour une faille dans le modèle. Au travers des effets sur la santé, c’est bien la contrainte sur le corps mais aussi la charge mentale que celle-ci représente qui ont été remises en question. L’enquête Fécond 2013 montre pourtant que les représentations négatives à l’égard de la pilule n’ont guère évolué, son caractère contraignant ou ses effets supposés sur le corps n’étant pas plus évoqués par les femmes aujourd’hui qu’en 2010 (environ une femme sur trois est tout à fait d’accord avec l’idée que la pilule est contraignante et une sur quatre avec l’idée qu’elle fait grossir). Or, cette controverse a permis un changement dans les pratiques : comme si les utilisatrices s’étaient autorisées à dévier du modèle.

42Les scandales plus récents autour du DIU Mirena et de ses effets indésirables renforcent cette idée d’une remise en cause généralisée d’un modèle ayant invisibilisé le travail féminin, qu’il concerne l’organisation du temps, des savoirs, la charge mentale ou la prise en compte du corps. La médicalisation et la féminisation conjointe de la contraception ont en effet contribué à sa normalisation et à l’évacuation progressive des enjeux politiques autour du contrôle des corps reproducteurs. La publicisation des ris­ques et des effets secondaires participe ainsi d’un travail politique de désenclavement (Dodier, 2003) de la pilule et, de manière générale, de la contraception médicale, dont l’enjeu est d’opposer la transparence et l’in­formation à une vision émancipatrice des méthodes proposées, qui tend trop à occulter les dimensions du travail contraceptif. On observe, concernant la dimension contraignante de la contraception, une sorte de libération de la parole portée par les associations de victimes mais également par les usagères, ainsi qu’une « politisation du cabinet médical » (Quéré, 2016 :33) visant à remettre en question les asymétries de pouvoir dans les rapports entre corps médical et usagères.

43Cependant, deux grandes limites à cette remise en question sont à évoquer. D’une part, une différenciation entre groupes sociaux est observée (Bajos et al., 2014), les plus précaires choisissant de plus en plus des méthodes théoriquement moins efficaces (comme le retrait), les plus aisées se tournant vers des méthodes théoriquement plus efficaces et de long court (comme le DIU). Cette reproduction d’inégalités doit faire réfléchir sur les dimensions concrètes du travail contraceptif évoquées (capacité de négociation avec le prescripteur/trices et le partenaire, contrainte financière, degré d’information) et sur une division sexuelle de celui-ci qui peut s’a­vérer plus ou moins pesante pour les femmes d’une méthode contraceptive à l’autre, et donc d’un milieu social à l’autre. D’autre part, dans cette remise en cause du modèle français, le travail contraceptif reste majoritaire­ment féminin et l’asymétrie de genre est finalement assez peu posée. La norme procréative semble s’adapter sans jamais remettre en cause les fondements genrés du travail contraceptif, aujourd’hui encore considérés comme naturels et biologiques. Le travail politique en train de s’opérer n’a, en ce sens, pas encore investi le terrain des rapports entre femmes et hommes, pourtant structurants dans les modalités du travail contraceptif : la remise en cause de la contraception médicale ne sera positive pour les femmes que si elle va de pair avec celle des rapports de genre qui la sous-tendent.

Haut de page

Bibliographie

Accampo E. A.,
2003 “The Gendered Nature of Contraception in France : Neo-Malthusianism, 1900-1920”, Journal of Interdisciplinary History, 34, 2, pp. 235-262.

Amsellem-Mainguy Y.,
2006 “Prescrire et proscrire des conduites, véhiculer des normes : les mères com­me actrices privilégiées de prévention en matière de sexualité et de contraception”, Recherches familiales, 3, 1, pp. 49-59.
2012 “Enjeux de la consultation pour la première contraception. Jeunes femmes face aux professionnels de santé”, Santé Publique, 23, pp. 77-87.

Bajos N. et al.,
2012 La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ?, Paris, Ined, Population & Sociétés, n° 492.
2014 La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ?, Paris, Ined, Population & Sociétés, n° 511.

Bajos N., Ferrand M.,
2004 “La contraception, levier réel ou symbolique de la domination masculine”, Sciences sociales et santé, 22, 3, pp. 117-142.

Beltzer N., Bajos N.,
2008 “De la contraception à la prévention : les enjeux de la négociation aux différentes étapes des trajectoires affectives et sexuelles”, in Bajos N., Bozon M. (dirs.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, Éditions La Découverte, pp. 437-460.

Bretin H.,
1992 Contraception, quel choix pour quelle vie ? Récits de femmes, paroles de médecins, Paris, Inserm (Analyses et prospective).

Bretin H., Kotobi L.,
2016 “Inégalités contraceptives au pays de la pilule”, Agone, 58, pp. 123-134.

Bruchez C. et al.,
2009 “Coconstruction des savoirs autour des contraceptifs dans les forums de discussion Internet”, in Thoër C. et al. (dirs.), Médias, médicaments et espace public, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 245-272.

Cléach O., Tiffon G. (dirs.),
2017 Invisibilisations au travail. Des salariés en mal de reconnaissance, Toulou­se, Octares éditions.

Corbin A.,
1986 “Les prostituées du XIXème siècle et le ‘vaste effort du néant’ ”, Communications, 44, 1, pp. 259-275.

Deschamps F.,
1968 Ils parlent d’elles, Paris, Éditions Bernard Grasset.

Divay S.,
2004 “L’avortement : une déviance légale”, Déviance et Société, 28, 2, pp. 195-209.

Dodier N.,
2003 Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Édition de l’EHESS.

Ferrand-Picard M.,
1982 “Médicalisation et contrôle social de l’avortement. Derrière la loi, les enjeux”, Revue française de sociologie, 23, 3, pp. 383-396.

Fisher K.,
2000 “ ‘She Was Quite Satisfied with the Arrangements I Made’ : Gender and Birth Control in Britain 1920-1950”, Past & Present, 169, 1, pp. 161-193.

Gaudillère J-P.,
2012 “La fabrique moléculaire du genre : hormones sexuelles, industrie et médecine avant la pilule”, Cahiers du Genre, 34, pp. 57-80.

Grino C.,
2014 “La pilule : biologisation de la contraception et régulation sociale”, Genre, sexualité & société, 12, http://journals.openedition.org/gss/3280, DOI :10.4000/gss.3280.

Guyard L.,
2008 La médicalisation contemporaine du corps de la femme : le cas de la consultation gynécologique, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris X Nanterre.
2010a “Sexualité féminine et consultation gynécologique : la part évincée du plaisir”, Nouvelles questions féministes, 29, 3, pp. 44-57.
2010b “Chez la gynécologue. Apprentissage des normes corporelles et sexuelles fé­minines”, Ethnologie française, 40, 1, pp. 67-74.

Haicault M.,
2000 L’expérience sociale du quotidien. Corps, espace, temps, Ottawa, Les Pres­ses de l’Université d’Ottawa (Sciences sociales).

Héritier F.,
1999 “Vers un nouveau rapport des catégories du masculin et du féminin”, in Baulieu E. E., Héritier F., Leridon H. (dirs.), Contraception : contrainte ou liberté ?, Paris, Odile Jacob (Travaux du Collège de France), pp. 37-52.

Higgins J. A., Smith N. K.,
2016 “The Sexual Acceptability of Contraception : Reviewing the Literature and Building a New Concept”, Journal of Sex Research, 53, 4-5, pp. 417-456.

Hochschild A. R.,
2017 Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, traduit par Fournet-Fayas S., Thomé C., Paris, La Découverte.

Kammen J. (van), Oudshoorn N.,
2002 “Gender and Risk Assessment in Contraceptive Technologies”, Sociology of Health & Illness, 24, 4, pp. 436-461.

Le Guen M. et al.,
2015 “Men’s Contraceptive Practices in France : Evidence of Male Involvement in Family Planning”, Contraception, 92, pp. 46-54.

Le Guen M. et al.,
2017 Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation, Paris, Ined, Population & Sociétés, 549.

Löwy I.,
2005 “Le féminisme a-t-il changé la recherche biomédicale ? Le Women Health Movement et les transformations de la médecine aux Etats-Unis”, Travail, genre et sociétés, 14, 2, p. 89-108.
2006 L’emprise du genre : masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute.

Martin E.,
1987 The Woman in the Body : A Cultural Analysis of Reproduction, Revised edition, Boston, Beacon Press.

Mathieu M., Ruault L.,
2015 “Prise en charge et stigmatisation des avortantes dans l’institution médicale : la classe des femmes sous surveillance”, Politix, 107, 3, pp. 33-59.

Moreau C. et al.,
2011 “Circonstances des échecs et prescription contraceptive post-IVG : analyse des trajectoires contraceptives autour de l’IVG”, Revue française des affaires sociales, 1, pp. 149-161.

Oudshoorn N.,
2003 Beyond the Natural Body : An Archaeology of Sex Hormones, Abingdon, Routledge.

Pavard B.,
2012 Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, Presses Universitaires de Rennes (Archives du féminisme).

Pierrepont C. (de),
2011 “Une étude exploratoire de la contraception postnatale dans un forum de discussion québécois”, in Charton L., Lévy J. J. (dirs.), La contraception. Prévalence, prévention et enjeux de société, Québec, Presses de l’Université du Québec (Santé et société), pp. 221-236.

Quéré L.,
2016 “Luttes féministes autour du consentement”, Nouvelles Questions Féministes, 35, 1, pp. 32-47.

Rusterholz C., Praz A-F.,
2016 “Une transition au féminin ? Modèles de parentalité et fécondité en Suisse (1955-1970)”, Genre, sexualité & société, 16, http://journals.openedition.org/gss/3831 ; DOI : 10.4000/gss.3831.

Simon P. et al.,
1972 Rapport sur le comportement sexuel des Français, Paris, Julliard Charron.

Spencer B.,
1999 “La femme sans sexualité et l’homme irresponsable”, Actes de la recherche en sciences sociales, 128, 1, pp. 29-33.

Thébaud F.,
1991 “La peur au ventre”, in Duby G., Amour et sexualité en Occident, Paris, Seuil, pp. 285-297.

Thomé C.,
2016 “D’un objet d’hommes à une responsabilité de femmes. Entre sexualité, santé et genre, analyser la métamorphose du préservatif masculin”, Sociétés contemporaines, 4, 104, pp. 67-94.

Vandelac L.,
2004 “Contraception autoroute pour sexualité bolide”, in Dumont M., Toupin L. (dirs.), La Pensée féministe au Québec. Anthologie (1900-1985), Montréal, Remue-Ménage, pp. 515-522.

Ventola C.,
2014 “Prescrire un contraceptif : le rôle de l’institution médicale dans la construction de catégories sexuées”, Genre, sexualité & société, 12, http://journals.openedition.org/gss/3215 ; DOI : 10.4000/gss.3215.
2016 “Le genre de la contraception : représentations et pratiques des prescripteurs en France et en Angleterre”, Cahiers du Genre, 60, pp. 101-122.

Watkins E. S.,
2012 “How the Pill Became a Lifestyle Drug : the Pharmaceutical Industry and Birth Control in the United States since 1960”, American Journal of Public Health, 102, 8, pp. 1462-1472.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : La “crise de la pilule” de 2012-2013 a contribué à remettre en cause la prédominance de la pilule contraceptive en France, sans pour autant que l’imputation aux femmes de la responsabilité contraceptive ne soit remise en cause. Cet article s’in­téresse aux mécanismes de domination, en particulier médicaux et de genre, qui fondent et maintiennent les différentes dimensions ordinaires et invisibilisées du travail qui découle de cette responsabilité. Il s’agit d’abord de montrer comment, du fait de la médicalisation de la contraception, la responsabilité contraceptive est progressivement devenue féminine et comment, dans le même temps, le travail lié à cette responsabilité est demeuré caché. Cette invisibilisation du travail féminin passe par la naturalisation de la contrainte que représente l’observance contraceptive, et en particulier de la char­ge mentale afférente. C’est aussi de la contradiction entre une injonction au choix et un panel limité de méthodes effectivement disponibles pour les femmes que naît la nécessité d’une autre forme de travail contraceptif : un travail cognitif. Enfin, l’utilisation d’une méthode de contrôle de la fécondité implique, en particulier s’il s’agit d’une mé­thode hormonale, de faire face à des effets secondaires minorés voire niés. Là encore, c’est une forme de travail invisible – un travail sur soi – que cet article vise à dévoiler.

Théorie : D’un point de vue théorique, l’article prend une distance critique avec une lecture de la contraception comme source d’émancipation ou « levier de la domination masculine » (Héritier, 1999). Pour ce faire, l’analyse s’appuie sur des travaux récents sur la contraception qui cherchent à dévoiler les inégalités sociales et de genre qu’in­duit un cadre normé et normatif de la régulation de la fécondité en France. Pour aller plus loin dans la compréhension des facteurs de contrainte associée à une responsabilité féminine renouvelée dans le champ de la contraception, l’article fait également appel aux travaux sur la charge mentale et ses implications en termes de rapports de genre.

Méthodologie : Cet article s’appuie sur deux recherches doctorales. Un premier travail de thèse s’est intéressé aux politiques contraceptives contemporaines en prenant appui à la fois sur des archives institutionnelles et de presse et un corpus de 78 entretiens réalisés avec des acteurs et actrices de la santé (professionnel·le·s de santé, associations d’usager·e·s et féministes et pouvoirs publics). La prise en compte de la crise ré­cente des pilules dites de nouvelles générations a amené également à travailler sur les données des enquêtes Fécond (Fécondité-Contraception-Dysfonctions sexuelles, Inserm/Ined 2010 et 2013) à propos des pratiques et des représentations de la contraception. Le second travail de thèse interroge les effets de la diffusion et de l’utilisation contemporaine des différentes méthodes de contraception sur la sexualité et les rapports de genre. Il s’appuie sur un corpus d’archives, les enquêtes Fécond ainsi qu’un corpus de 71 entretiens sur la vie sexuelle et contraceptive, menés avec des femmes et hommes âgé·e·s de 20 à 84 ans et ayant exclusivement ou majoritairement des rapports hétérosexuels.

Résultats : Cet article analyse, en premier lieu, le passage d’une responsabilité contraceptive partagée, voire masculine et invisible jusqu’à la moitié du XXe siècle à une res­ponsabilité féminine revendiquée, essentialisée puis progressivement invisibilisée. Cette partie revient ainsi sur le partage des responsabilités reproductives et contracepti­ves avant la légalisation et la diffusion en France de la contraception médicale, notam­ment de la pilule, pour explorer les motifs d’une médicalisation et féminisation conjointe de la contraception, menant à une responsabilité qui va progressivement apparaitre comme naturelle. Il vise, dans un second temps, à mettre en lumière certaines di­mensions concrètes du travail contraceptif, en insistant en particulier sur l’impératif d’efficacité auquel sont soumises les femmes de par une volonté politique de réduction du nombre d’IVG en France. Cet impératif induit tout un travail d’observance et apparait comme une charge morale et physique supplémentaire. L’enjeu d’efficacité et d’observance entre, par ailleurs, en contradiction avec la promotion du choix contraceptif. Or cette volonté, elle aussi politique, rencontre une réalité sociale tout autre, marquée par l’absence de choix et la contrainte dans un contexte où les ressources nécessaires au “choix” sont inégalement distribuées. Enfin, cet article entend revenir sur la dimension la plus niée du travail contraceptif : celle qui concerne les effets sur le corps, les émotions et la sexualité des méthodes employées pour ne pas avoir d’en­fants.

Discussion : En conclusion, l’article ouvre sur la prise de conscience qu’a suscité la crise des pilules de nouvelles générations de 2012-2013, une prise de conscience des risques associés à la contraception hormonale mais également de la contrainte intériorisée. Il pose ainsi la question du travail politique à mener et renouveler pour dévoiler les asymétries de pouvoir qu’induit cette féminisation de la responsabilité contraceptive, une asymétrie en termes de rapports sociaux et notamment de genre.

Structured summary

Presentation of the study : The “pill crisis” of 2012-2013 contributed to challenging the predominance of the contraceptive pill in France, yet without the ascription of re- sponsibility for birth control to women being called into question. This article chooses to focus on the mechanisms of domination, particularly medical and gender, which found and maintain the various ordinary and invisibilized dimensions of the work re- sulting from this responsibility. Due to contraception’s medicalisation, this first of all involves showing how responsibility for birth control gradually became female and how, at the same time, the work related to that responsibility remains hidden. This in- visibilisation of female work results from naturalizing the constraint contraceptive ob- servance represents and, particularly, the related mental effects. Then too the need for another sort of contraceptive work is born from the contradiction between an injunc- tion to choice and the limited range of methods really available to women : a cognitivework. Lastly, using a fertility control method implies, and particularly involving a hor- monal method, dealing with minimalize, or even denied, side effects. There too, is a form of invisible work – a work on oneself – which this article aims to reveal.

Theoretical approach : From a theoretical point of view, the article takes a critical distance from an interpretation of contraception as a source of emancipation or a “lev- er of male domination” (Heir, 1999). To do so, the analysis is based on recent works on contraception which seek to reveal the social and gender inequalities which a stan- dardized and prescriptive framework for regulating fertility in France leads to. To ad- vance in understanding the factors of constraint associated with a renewed female re- sponsibility in the field of contraception, the article also calls upon works on the men- tal effects and their implications in terms of gender relationships.

Methodological aspects : This article is based on two doctoral research projects. The first thesis work focused on contemporary contraceptive policies in basing itself on both institutional and press files and a corpus of 78 interviews carried out with male and female actors in health care (health professionals, consumer and feminist associa- tions and public authorities). Taking the recent “pills crisis”, known as “the new gen- erations” into account has also led to work being done on the “Fécond” survey data (Fertility - Contraception – Sexual dysfunctions, Inserm/Ined 2010 and 2013) in con- nection with practices and representations of contraception. The second thesis work questions the effects of the contemporary distribution and use of the various methods of contraception on sexuality and gender relationships. It is based on a corpus of files and the Fécond investigations as well as a corpus of 71 interviews on sexual and con- traceptive life, carried out with men and women from 20 to 84 years of age and having exclusively or mainly heterosexual relations.

Results : This article first of all analyses the passage from a shared contraceptive re- sponsibility, even male, and invisible until the mid XXth century to a claimed female responsibility, first essentialized, then gradually invisibilized. This part thus reconsid- ers the sharing of reproductive and contraceptive responsibilities before the legaliza- tion and distribution of medical contraception in France, particularly of the pill, to explore the motivations for a conjoint medicalisation and feminization of contraception, leading to a responsibility which gradually came to appear natural. In a second part, it seeks to shed light on certain concrete dimensions of contraceptive work, in insisting in particular on the requirement of efficacity women are subjected to from a political will to reduce the number of VTPs in France. That imperative leads to quite a project of observance and seems an additional moral and physical burden. In addition, the issue of efficacity and observance enters into contradiction with the promotion of con- traceptive choice. However that will, political too, encounters quite another social real- ity, marked by the absence of choice and constraint in a context where the resources needed for “choice” are unequally distributed. Lastly, this article intends to reconsider the most denied dimension of contraceptive work : involving the effects on the body, the emotions and sexuality of the methods employed not to have children.

Discussion : In concluding, the article examines the awareness that the crisis of “pills of the new generations” led to, an awareness of the risks associated with hormonal contraception as well as of the interiorized constraint. It thus raises the question of po- litical work to be carried out and renewed to reveal the asymmetries of power that this feminization of contraceptive responsibility has brought on, an asymmetry in terms of social relationships and particularly of gender.

Haut de page

Notes

1 Si les hommes ne sont pas absents du travail contraceptif (Le Guen M. et al., 2015), une prise en charge totale de leur part, via la vasectomie, reste très rare en France (Ventola C., 2016).

2 Comme d’ailleurs certains pans du travail salarié. En particulier, cette invisibilisation concerne les tâ­ches considérées comme annexes au travail principal, comme les réunions ou encore le fait de devoir rendre compte régulièrement de ses activités à ses supérieurs (Cléach O., Tiffon G., 2017).

3 La pilule est devenue depuis la méthode la plus employée en France : 40,6 % des femmes concernées par la contraception et utilisant une méthode de contraception en France prennent la pilule, 22,6 % utilisent un stérilet (ou DIU : dispositif intra-utérin), 19,4 % le préservatif, 9,3 % le retrait, l’abstinence périodique ou une méthode locale, 4,3 % la stérilisation, 3,4 % l’implant et 1,2 % le patch, l’anneau ou l’injection (Bajos N. et al., 2014, p. 3). Nous soulignons que le total est supérieur à 100 %, plusieurs méthodes pouvant être utilisées simultanément.

4 Le préservatif était cependant rarement utilisé de manière régulière, à la fois parce qu’il était associé à la prostitution, parce qu’il était cher et difficilement accessible, et enfin parce que son efficacité était parfois remise en cause (Corbin A., 1986 ; Simon P. et al., 1972).

5 On retrouve le même type de déplacement de la responsabilité avec le préservatif masculin (Thomé C., 2016).

6 Dont l’existence comme spécialité distincte de la gynécologie obstétrique apparaît comme une spécificité française (Guyard L., 2008).

7 Expression utilisée lors d’un entretien par un épidémiologiste français pour qualifier la formation des gynécologues médicaux/les et expliquer l’ancrage de la vision hormonale dans cette profession.

8 Ici, le lâcher-prise touche aussi bien le risque de grossesse non désirée que de contamination par une infection sexuellement transmissible (IST).

9 L’opération de légitimation de la contraception fait en effet écho à un nouvel enjeu, tant moral que sanitaire, acté avec la loi Veil de 1975, qu’est la lutte contre les avortements (notamment clandestins) et la diminution de cette pratique.

10 L’indice de Pearl est mesuré par le nombre de femmes qui tombent enceintes alors qu’elles utilisaient une contraception donnée pendant une durée d’un an. Seule est prise en compte une utilisation optimale de la technique employée.

11 Slogan de la première campagne de communication sur la contraception de l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (INPES) de 2007.

12 Effet sur la santé associé à un acte médical ou à l’utilisation d’un produit médicamenteux.

13 Ce qui se reflète aussi dans les représentations des prescripteurs/trices (Ventola C., 2014).

14 Notre traduction.

15 Notre traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Thomé et Mylène Rouzaud-Cornabas, « Comment ne pas faire d’enfants ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-2 | 2017, 117-137.

Référence électronique

Cécile Thomé et Mylène Rouzaud-Cornabas, « Comment ne pas faire d’enfants ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-2 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2083 ; DOI : 10.4000/rsa.2083

Haut de page

Auteurs

Cécile Thomé

Cécile Thomé est doctorante en sociologie (EHESS/Iris).

Mylène Rouzaud-Cornabas

Mylène Rouzaud-Cornabas est doctorante en sociologie (CESP/Inserm).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals