Navigation – Plan du site
A propos de livres

Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise

Mohamed Nachi
p. 186-190
Référence(s) :

Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, coll. NRF-Essais, 2017, 647p.

Texte intégral

1Ce dernier livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement, est audacieux, dense et original mais aussi assez surprenant à la fois par rapport au domaine qu’il propose d’étudier et par les prises de position et les thèses qu’il avance ! C’est aussi un livre composite.

2D’abord, il prend le contre-pied de la thèse couramment avancée depuis les années 1970, entre autres par A. Touraine et D. Bell, selon laquelle nous serions passés d’une société industrielle à une “société postindustrielle”. Pour les deux auteurs (B/E), cette prophétie ne s’est pas réalisée parce que les sociétés européennes « font un usage plus élevé que jamais de produits d’origine industrielle » (équipements ménagers, télépho­nes portables, outils informatiques, etc.), même s’ils sont fabriqués ailleurs, délocalisation oblige ! (p.22-23). En outre, dans les années 1960-1970, on a parlé également de “société de consommation” (Baudrillard), mais pour les auteurs une telle société est de plus en plus une société de commerce où le patrimoine occupe une place importante (p.108). Ensuite, il est à contre-courant des études actuellement les plus en vogue. En effet, au moment où les études sociologiques sur le “populaire” reviennent en force (classes, milieux, quartiers populaires, etc.) et où on annonce le retour des “classes so­ciales”, B/E proposent d’étudier le “luxe” et affirment qu’il est mieux de mobiliser le couple « riches-pauvres » que de se référer à une analyse en termes de classes sociales (p.65). Nous verrons qu’il y a d’autres aspects qui recèlent l’originalité et la nouveauté de l’analyse et de son domaine d’investigation.

  • 1 Boltanski L., Chiapello E., Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

3Dans ce livre, les deux sociologues se proposent d’analyser le fonctionnement de l’industrie du haut de gamme, du “marché du luxe” pour proposer une critique novatri­ce de l’économie marchande, une « critique de la marchandise » (c’est le sous-titre du livre). C’est aussi une réflexion sur une autre dimension du capitalisme : sa dimension marchande. L’approche est donc différente de celle du Nouvel esprit du capitalisme (NEC)1.

4En effet, Enrichissement, s’inscrit dans le prolongement de l’analyse initiée, il y a presque deux décennies, dans le NEC, co-signé avec Eve Chiapello et publié en 1999. Le principal objet du NEC, c’est l’étude des transformations du capitalisme en se focalisant principalement sur l’économie de production, en adoptant une définition minimaliste selon laquelle le capitalisme implique « une exigence d’accumulation illimitée du capital par des moyens formellement pacifiques » (Boltanski/Chiapello, p. 38). Ce qui préoccupe les deux auteurs dans le NEC, c’est d’une part la “crise” du capitalisme au cours de sa troisième phase (années 1960-1970) qui, selon eux, « connaît une crise importante dont témoigne le désarroi grandissant qui menace l’accumulation » (Ibid., p. 42) et, d’autre part, l’affaiblissement de la critique et les conditions de son renouvellement et sa reprise : « une reprise de la critique (qui) conduit à la formation de nouveaux points normatifs avec lesquels le capitalisme doit composer » (Ibid., p. 80).

5Cependant, même si on ne peut ignorer les liens et même une certaine continuité entre les deux livres, force est d’admettre que dans Enrichissement, il s’agit d’une pro­blématique tout à fait nouvelle et surtout d’un autre “type” de capitalisme, basé, en l’occurrence, non pas sur la production, mais sur le commerce et l’enrichissement, se rapportant en outre à une autre période, allant du dernier quart de XXème siècle jusqu’à nos jours. Si la dynamique du capitalisme préoccupe toujours les deux sociologues – comme dans le NEC –, le capitalisme est ici saisit « sous le rapport du commerce, plutôt que sous celui des changements ayant affecté la production » (p.13). B/E se proposent donc d’esquisser une « généalogie de l’économie de l’enrichissement » en se concentrant sur des questions qui concernent l’échange et la circulation des choses plutôt que sur celles relatives à la production (p.84-85). On peut dire, en reprenant une expression de Marx, qu’ils se chargent de faire “l’anatomie” de cette “économie de l’en­richissement” pour saisir les transformations de la société française. Pour ce faire, trois auteurs majeurs sont mobilisés : Ferdinand Braudel, Karl Marx et Claude Lévi-Strauss.

  • 2 “Interview”, Libération, 1er février 2017.

6Il faut d’emblée relever que les auteurs jouent sur l’ambiguïté du terme “enrichisse­ment” en lui attribuant deux significations différentes, bien que liées. D’un côté il s’a­git de l’enrichissement d’un bien, d’un objet ou d’une chose, considérant que « cette économie repose moins sur la production de choses nouvelles qu’elle n’entreprend d’enrichir des choses déjà là » pour les mettre en valeur en s’appuyant sur le passé comme source de création de richesse. Autrement dit, il s’agit d’ “enrichir” des objets qui existent déjà, « extraits de gisements de choses passées » (p.107), pour leur conférer une nouvelle valeur, les doter d’un prix afin de s’échanger dans le commerce. D’un autre côté, le terme “enrichissement” renvoie à l’une des principales caractéristiques de cette économie dont l’objectif « est de tirer parti du commerce de choses qui sont, en priorité, destinées aux riches » (p.11). C’est donc une économie de riches, pour les riches et qui, de surcroit, exclut les pauvres. Comme le dit Boltanski, dans un entretien accordé à Libération, elle n’a pas besoin des pauvres, en tant que consommateurs du moins. Elle “exploite” les riches, si on peut dire !2

7L’enquête menée par les deux sociologues porte sur le commerce des marchandises de luxe et donc sur la formation et le développement sans précédent de cette économie de l’enrichissement. De nombreux terrains et domaines d’investigation sont concernés : l’art contemporain, particulièrement les arts plastiques, la croissance des activités culturelles, la patrimonialisation, le développement du tourisme, l’industrie du luxe, le commerce d’objets anciens, la création de musées et de fondations, etc.

8Deux approches sont mobilisées, l’une historique et l’autre analytique. La première vise à analyser le changement économique survenu depuis le dernier quart du XXème siècle marqué à la fois par la désindustrialisation et l’avènement d’une nouvelle manière de créer les richesses et de générer du profit. Celle-ci est caractérisée par de nouvelles formes d’accumulation capitaliste s’appuyant sur de nouveaux dispositifs économiques et sur une pluralité de modalités de mise en valeur des marchandises. La se­conde, analytique, cherche à comprendre comment s’opère l’échange et le commerce des marchandises, considérant que le développement d’une économie de l’enrichisse­ment contribue à la formation des structures diversifiées de la marchandise et même « à façonner ce qu’on nomme la réalité » (p.14).

9C’est ici qu’intervient la question centrale des « structures de la marchandise », conduisant les auteurs à développer un structuralisme pragmatique permettant d’articuler l’histoire sociale et l’analyse des compétences des acteurs (p.16), on y reviendra. La définition qu’ils donnent du terme “marchandise” permet de saisir la relation entre les composantes du triptyque : chose, prix et valeur. Par “marchandise”, ils désignent « toute chose à laquelle échoit un prix quand elle change de propriétaire » (p.12).

  • 3 Claude Lévi-Strauss écrit : « L’activité inconsciente de l’esprit consiste à imposer des formes à u (...)

10Si les acteurs sociaux peuvent s’orienter dans l’univers complexe – le « cosmos », disent les auteurs – de la marchandise, c’est parce qu’il existe des « structures sous-jacentes » – expression empruntée à Claude Lévi-Strauss3 – auxquelles ils peuvent se référer, de façon réflexive, pour saisir la relation entre les trois éléments de la structure de la marchandise (chose, prix et valeur).

11Dans la relation entre chose et prix, c’est l’intervention d’une troisième entité, la valeur, en tant que catégorie « indigène », qui permet le jugement réflexif, la qualification de la valeur légitime (ou non) du prix de la chose. La valeur est donc traitée « comme un dispositif de justification ou de critique du prix des choses » (p.12-13). Est marchandise « toute chose qui change de mains en étant associée à un prix » (p.109). La valeur est un dispositif de justification ou de critique du prix en termes de valeur ; d’où la distinction entre “prix réels” et “métaprix”. Les auteurs dégagent trois principales propriétés du prix réel : 1. il sanctionne effectivement le résultat de l’épreuve que constitue chaque échange marchand, il appartient à un certain état de choses ; 2. il présente l’avantage de prendre appui sur une métrique permettant des mesures collective­ment partagées ; 3. il a un caractère circonstanciel et doit, de ce fait, être assimilé à un évènement (p.128).

12En revanche, le métaprix ne passe pas par l’épreuve et il n’est pas celui de l’évène­ment dans la mesure où il survient en amont et en aval de celui-ci. Le métaprix n’est pas un état de fait, mais un “être fictif” qui renvoie à une estimation et dont la particularité est qu’il ne peut être actualisé dans une situation d’échange réel. Par exemple, le prix réel d’une montre est son prix d’achat ou de vente ; tandis que son métaprix correspond à une estimation de la montre. Parce qu’il est le support d’une réflexion sur le prix, le métaprix constitue un levier potentiel de la critique. Autrement dit, les prix des choses sont toujours susceptibles d’être contestés, notamment en les référant aux méta­prix (p.137). C’est toujours en référence à ces derniers que les acteurs sociaux jugent les prix et les critiquent. En s’appuyant sur cette approche structuro-pragmatique des prix, les auteurs développent une réflexion originale sur la valeur comme justification du prix.

13En insistant sur l’importance de la “valeur” ou, plus précisément, des formes de mise en valeur, B/E cherchent à se démarquer des conceptions positivistes des économistes et des sociologues et à se détacher des visions ontologiques – celle de Latour, entre autres – ou morales (p.138). Ils écartent également les débats sur la relation entre valeur d’usage et valeur d’échange et sur ses implications par rapport à la question du fétichisme de la marchandise (p.111).

14Pour eux, la valeur doit être considérée comme étant « un dispositif de justification du prix » (p.138). La valeur des choses n’est pas intrinsèque ou incorporée aux choses, c’est pourquoi elle ne peut pas être placée en amont du prix, mais, au contraire, en aval de celui-ci (p.111). La valeur d’une chose est le résultat d’un processus de valorisation et, par conséquent, dépend de la façon dont cette chose se trouve mise en valeur (p.140). B/E émettent l’hypothèse de l’existence d’une structure organisant des formes de mise en valeur en un « groupe de transformation », selon l’expression de Lévi-Strauss (p.153). L’enjeu est de relier homogénéité et hétérogénéité, détermination et différenciation, c’est-à-dire relier le caractère unifié et diversifié de la marchandise.

15La structure est ce qui permet d’établir comment des choses déterminées comme relevant d’une même catégorie peuvent être comparées et différenciées. C’est pourquoi elle tient compte de deux axes entre lesquels les choses sont distribuées : le premier expose les différences entre les choses, tandis que le second les inscrit dans une temporalité ou, plus précisément, dans une incertitude temporelle. En s’appuyant sur ces deux axes, les acteurs sociaux peuvent opérer des distinctions entre les objets en les rapprochant et en les hiérarchisant pour les vendre et les acheter.

16Pour ce faire, deux types de langage sont mis à contribution, fonctionnant comme un couple d’opposés : l’un analytique, décrivant des propriétés distinctes et codées des choses et l’autre narratif, mettant en scène des évènements et/ou des personnes. Ce dernier permet la saisie des choses sous le rapport au temps pour déterminer leur puissance marchande, selon qu’elles perdent ou qu’elles prennent de la valeur dans une so­ciété de commerce. C’est pourquoi, la forme de mise en valeur s’appuie ici sur l’acti­vation des fonctions mémorielles, sur le passé, sur la trace, sur l’évènementiel ; bref, sur le récit, la narration. Ainsi, par exemple, la forme de mise en valeur d’une “collection” se nourrit de la représentation du passé comme source de son enrichissement.

17L’une des particularités du capitalisme, à son stade expansionniste actuel, est d’o­pérer des déplacements – l’exemple type est la délocalisation – et d’inventer différen­tes façons de créer de la valeur ; c’est ce que les auteurs appellent « le capitalisme intégral ». L’une des caractéristiques de ce dernier est « d’avoir fortement stimulé et récom­pensé la dextérité marchande, et d’avoir pour horizon le fait que chacun soit non seule­ment consommateur, mais aussi marchand » (p.26). Le capitalisme dans l’économie de l’enrichissement s’appuie plus particulièrement sur la “plus-value marchande”, très bien analysée par Braudel, qui joue sur les déplacements dans le commerce des choses. D’où l’idée de parler de société de commerce où les acteurs sont « supposés savoir né­gocier et sont incités à devenir eux-mêmes vendeurs » (p.108).

18Partant de là, B/E privilégient la notion de “commerce” au détriment de celle de “marché”, en suivant sur ce point les analyses de Karl Polanyi. Tandis que le marché fonctionne essentiellement selon la logique de l’offre et de la demande, le commerce nécessite la mise en valeur des biens impliqués dans l’échange. Quant à l’échange, il est traité à la fois comme une épreuve commerciale et comme un évènement (p.109). En effet, toute transaction commerciale implique, d’une part, une épreuve dans la mesure où elle s’effectue dans un certain format et selon des conditions spécifiques et, d’autre part, un évènement dans la mesure où elle produit un “changement de mains”, un changement de propriété qui a un caractère circonstanciel.

19Dans la société de commerce, les acteurs disposent des compétences – entre autres commerciales – pour agir et coordonner leurs actions dans l’univers de l’échange et des transactions commerciales. Comme relevé plus haut, les auteurs considèrent qu’il existe une structure qui organise les formes de mise en valeur des choses circulant dans le commerce (p.153). Cette structure permet d’établir comment des objets peuvent être classés comme relevant de la même catégorie, comparés et différenciés. La notion de “forme” occupe ici une place centrale (p.154). Assimilées à des conventions, ces formes permettent d’établir les liens entre les choses et la manière dont ces choses doivent être appréciées dans la pratique des transactions. Il convient de relever que dans les précédents travaux, c’est souvent la notion de “convention”, empruntée à l’é­conomie des conventions, qui occupait une place centrale. Ici, contrairement à ces travaux antérieurs, la notion de convention est délaissée au profit de celle de “forme”, considérant qu’elle se lie mal avec une approche structurale, notamment par rapport à sa référence à l’idée d’arbitraire.

20Les structures de la marchandise sont considérées comme des “configurations de contraintes” qui orientent la dynamique de l’échange commercial et les formes de mise en valeur des choses. A la différence des structures étudiées par Claude Lévi-Strauss – que ce soit la parenté ou les mythes – dont il considère qu’elles sont dépourvues d’his­toire ou qu’elles la surplombent –, les structures de la marchandise et de l’échange dis­posent d’un caractère historique parce qu’elles s’alimentent de la dynamique du capitalisme. Par ailleurs, à cette approche structurale, que les auteurs qualifient aussi de systémique, se combine une seconde approche pragmatique qui prend en compte la compétence cognitive des acteurs ainsi que les « conditions de l’action et les processus de réflexivité qui l’accompagnent » (p.189). La mobilisation du concept d’épreuve, en tant que concept central de la sociologie pragmatique, permet de rendre compte de la dynamique de l’échange dans une société de commerce. Comme le soulignent les deux sociologues : « Les formes de mise en valeur peuvent donc être envisagées à la fois d’un point de vue structural, quand on s’intéresse à la façon dont leurs différences doivent s’articuler pour être intelligibles, et du point de vue d’une pragmatique, et même, plus précisément, d’une ‘pragmatique normative’, quand on met l’accent sur la manière dont elles s’insèrent dans des situations où le problème est de réduire l’incertitu­de sur le prix en rendant explicite une référence à la valeur » (p.197).

21Les deux approches, structurale et pragmatique, sont donc mobilisées pour analyser les formes de mise en valeur des choses et la manière dont les acteurs agissent et s’o­rientent dans les pratiques commerciales. L’expression « structuralisme pragmatique » (p.497) ne véhicule pas une contradiction ou une incompatibilité, ce n’est pas un oxymore ; au contraire, le défi de ce livre est d’avoir articulé ces deux perspectives théori­ques ; c’est une démonstration de la nécessité de les combiner. L’ambition est de clarifier la relation entre structure et expérience, entre structure et action ou histoire. Un vieux débat auquel le livre apporte sa contribution en s’appuyant sur des données empiriques nouvelles.

22La question qui demeure en suspens est celle de la relance de la critique. En effet, l’économie de l’enrichissement enrichit les riches, exclut les pauvres et les exploite, parce que ces derniers ne disposent pas de levier solide pour dénoncer et critiquer la si­tuation dans laquelle ils se trouvent. En outre, le capitalisme conduit à une marchandisation sans limite de la réalité, mais la critique demeure impuissante, n’a pas de prise sur cette dynamique du capitalisme ! Sur cette question, le livre n’apporte pas de réponse claire ! Cela étant dit, Enrichissement est un livre qui vient incontestablement enrichir le savoir sociologique.

Haut de page

Notes

1 Boltanski L., Chiapello E., Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

2 “Interview”, Libération, 1er février 2017.

3 Claude Lévi-Strauss écrit : « L’activité inconsciente de l’esprit consiste à imposer des formes à un con­tenu et […] ces formes sont fondamentalement les mêmes pour tous les esprits, anciens et modernes, primitifs et civilisés » (Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, p. 28).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Nachi, « Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-2 | 2017, 186-190.

Référence électronique

Mohamed Nachi, « Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-2 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2252

Haut de page

Auteur

Mohamed Nachi

Professeur de sociologie, Université de Liège.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals