Navigation – Plan du site
A propos de livres

Jean-Yves Frétigné (dir.), Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister

Gilles Ferréol
p. 190-191
Référence(s) :

Jean-Yves Frétigné (dir.), Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister, Paris, Armand Colin, 2017, 317p.

Texte intégral

1Dans son avant-propos, l’auteur précise qu’il y a trois manières d’aborder le « conti­nent Gramsci » : « La première est de s’intéresser à l’homme, la deuxième d’étudier sa pensée, la troisième d’examiner la postérité de l’œuvre ». Si ces trois approches, poursuit-il, « sont complémentaires entre elles », « elles supposent toutefois trois types d’ou­vrages : la biographie, l’analyse philosophique, l’investigation historiographique » (p.9). L’option biographique, à laquelle avait souscrit Giuseppe Fiori dans une contribution pionnière parue en italien en 1966, traduite dans l’Hexagone quatre ans plus tard et rééditée plusieurs fois, est ici privilégiée afin de mieux saisir, pour reprendre une formule d’André Tosel, l’un des meilleurs spécialistes de cette figure intellectuelle majeure du siècle dernier, ce « célèbre inconnu », souvent appréhendé de façon désincarnée ou mythifiée, « au-delà de l’image ou du symbole auquel on le réduit trop fréquemment pour mieux instrumentaliser ses idées » (p.10). Dans cette optique, et à la suite des travaux d’Angelo D’Orsi, la restitution de Gramsci « dans le contexte, non exclusif mais déterminant, de l’Italie giolittienne puis fasciste » (Ibid.) s’avère judicieuse.

2Quatre grandes parties structurent la réflexion. La première nous fait revivre les années de jeunesse (1891-1911) en Sardaigne puis à Turin, sous le signe du dénuement et des souffrances physiques. L’influence de certains professeurs de renom comme Matteo Bartoli, Umberto Cosmo, Annibale Pastore et Luigi Einaudi est évoquée, de même que celle de Benedetto Croce ou de Giovanni Gentile, le savoir ne se réduisant pas à une « accumulation de connaissances » mais incarnant la » flamme ardente d’une nouvelle destinée », un « acte de libération » (p.63).

3L’entrée dans la vie active (1915-1919) fait ensuite l’objet d’une présentation fouillée : les débuts comme journaliste, à la fois “marginal” et “original”, au sein de la rédaction de la section turinoise de L’Avanti !, le quotidien du PSI, vont de pair avec une critique acerbe de la bourgeoisie transalpine et traduisent peu à peu un engagement mi­litant, une attention toute particulière étant dévolue à la révolution bolchévique. Le lancement, le 1er mai 1919, de l’hebdomadaire L’Ordine Nuovo, qui se veut alors la “voix des ouvriers”, constitue une expérience pleine d’enseignements. La création, dans les usines piémontaises, de « Commissions internes » perçues comme les « embryons de futurs soviets » (p.95) y est plébiscitée car allant dans le sens des intérêts du prolétariat (p.102) et de la rénovation du parti socialiste (p.105).

4Un an après la scission intervenue au Congrès de Livourne, le départ pour Moscou ouvre une nouvelle ère – troisième moment fort du livre – “Au service de l’Internatio­nale communiste (mai 1922-mai 1924)”, débouchant sur l’affrontement avec Bordiga et la conquête du PCD’I, jusqu’à l’arrestation par la police mussolinienne du leader sarde la nuit du 8 novembre 1926 à son domicile romain.

5Les derniers chapitres, couvrant la période 1926-1937, traitent de la relégation à Ustica, île-prison au nord-ouest de Palerme, de l’instruction du procès par le juge Enri­co Macis, des tentatives de libération, de l’emprisonnement à San Vittore puis – au sud de Bari – à Turi, du soutien affectif ou financier de Tatiana – « nouvelle Antigone qui n’hésite jamais à se dresser contre les pouvoirs en place » (p.217) – ou de l’économiste hétérodoxe Piero Sraffa, sans oublier la rupture avec Togliatti ou l’écriture “ésopique” des Cahiers, achevés à la clinique de Formia, et au langage codé ou métaphorique afin de surmonter la censure, « la notion de traduction-traductibilité étant un leitmotiv qui parcourt toute l’œuvre de Gramsci » (p.233). Celui-ci, fait valoir de manière très convaincante Jean-Yves Frétigné, « n’entend pas renoncer à son idéal politique » (p.255) : cependant, « l’univers communiste contemporain lui est désormais étranger et hostile, et il veut s’en libérer concrètement comme il s’en est déjà affranchi sur un plan théori­que » (Ibid.). Le repli sur ses origines, la volonté de retrouver Santulussurgiu signifient, dès lors, « la faillite d’un internationalisme » (Ibid.) très dévoyé.

6Cet ouvrage, solidement documenté et bien charpenté, nous livre ainsi des pistes de réflexion très stimulantes, la pensée gramscienne pouvant être considérée, à plus d’un titre, comme un remède et un antidote aux dérives de l’idéal révolutionnaire et aux grands récits d’émancipation qui lui sont associés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Jean-Yves Frétigné (dir.), Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister », Recherches sociologiques et anthropologiques, 48-2 | 2017, 190-191.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Jean-Yves Frétigné (dir.), Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 48-2 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2272

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Bourgogne-Franche-Comté, Laboratoire C3S (EA 4660).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals