Navigation – Plan du site

Mise en scène des identités et enjeux autour du magazine numérique musulman féminin francophone Imane

The Development of Identities and Issues Surrounding the Muslim Women's Digital French-Language Magazine Imane
Naïma El Makrini
p. 99-125

Résumés

Cet article s’attache à montrer les spécificités et caractéristiques d’une nouvelle forme de visibilité religieuse des femmes musulmanes dans les espaces numéri­ques, à travers un magazine en ligne féminin français, Imane, créé en 2011 par et pour des femmes musulmanes. Cette contribution vise à rendre compte de la manière dont ces femmes se mettent en scène, dans un magazine alternatif comparé à d’autres magazines féminins français, visant un public particulier, tout en revendiquant explicitement leur ancrage religieux musulman. L’analyse se base sur un échantillon restreint et ciblé de six numéros, mais néanmoins représentatif puisque la sélection reprend les numéros dans lesquels la “femme musulmane” est mise en scène dans sa manière de répondre aux défis sociétaux auxquels elle est confrontée dans les sociétés européennes contemporaines. Cette contribution tente donc de rendre compte de la féminisation de l’islam dans l’espace public, mais aussi de comprendre la manière dont les contributri­ces du magazine appréhendent leur activité professionnelle et font la promotion du bien-être féminin.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Dans certaines sociétés musulmanes et dans les discours qui y ont cours, l’espace domestique est par définition celui réservé aux femmes. Or, dans les espaces publics urbains, nous assistons partout à la montée en visibilité d’actrices sociales musulmanes, particulièrement dans le contex­te européen, y compris dans l’espace numérique au sein duquel, depuis quelques décennies, émergent des “Cyber Islamic Environments” (Bunt, 2003 ; Houot, 2016). Dans le contexte francophone, contrairement à l’es­pace anglo-saxon, le développement d’une “muslimanosphère” est récent. Des médias féminins y prennent aussi progressivement leur place et se professionnalisent petit à petit : les contributrices sont généralement des femmes qui ont bénéficié d’une formation relevant de l’enseignement supérieur et témoignent du processus « de recompositions identitaires complexes touchant à la fois leurs propres rapports familiaux, environnementaux, à la communauté musulmane et à la société majoritaire » (Rigoni, 2010b :227).

  • 1 Imane est un prénom féminin musulman qui signifie “croyance” ou “la foi”. Ce concept est souvent as (...)
  • 2 Il existe muslimette Magazine, créé en 2013, qui est un site islamique pour femme musulmane qui, se (...)
  • 3 Il s’agit des chiffres de la fin du mois de juin 2017, après plus de 5 ans d’existence. Les chiffre (...)

2Dans cet article, nous nous pencherons sur le cas d’Imane Magazine1, historiquement le premier webmagazine féminin musulman francophone2. Ce bimestriel numérique fut créé en 2011 par et pour des femmes musulmanes. C’est le seul magazine féminin francophone dont le public est clairement ciblé sur le plan religieux à partir du slogan “Musulmane, Femme, Mère, Épouse, ce magazine est le vôtre”. D’ailleurs, lorsque l’on introduit les mots clefs “magazine”, “femme”, “islam” dans le moteur de recherche Google, c’est Imane Magazine qui est référencé en premier. Il est également présent sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter (9.949 tweets et 7.925 abonnés) ainsi que sur Facebook (990 personnes en parlent, 181.900 abonnés et 185.959 likes)3.

  • 4 C’est d’ailleurs également l’explication reçue lors d’un court entretien téléphonique avec la respo (...)
  • 5 La pédagogie Montessori, est une méthode d’apprentissage se concentrant sur l’épanouissement de l’e (...)
  • 6 En plus d’une dizaine de contributrices, le noyau de l’équipe est composé d’une graphiste, d’une ré (...)

3La version papier du magazine est composée de 60 à 100 pages et vendue au prix moyen de 3.50 €. Le premier numéro a été publié en janvier 2012 et le trente-deuxième et dernier numéro est sorti en avril 2017. Les responsables ont décidé de “marquer une pause” au niveau de l’édition du magazine, aussi bien sous format numérique que papier, en assurant néan­moins qu’il ne s’agissait pas de la fin du projet “Imane”. Elles4 expriment plutôt le besoin de s’arrêter pour faire le bilan et poursuivre d’autres projets en proposant un programme ramadan et des ateliers pour s’y préparer, ainsi que des articles et des ateliers sur diverses thématiques telles que la couture, des formations web (pour reprendre le contrôle sur la gestion de son temps, sur la manière de monter son entreprise ou encore sur la pédagogie Montessori5). Parmi les raisons évoquées pour cette interruption, on retiendra l’aspect financier et le manque de temps. Le lancement de ce bi­mestriel est parti du constat de l’existence d’un public féminin musulman en demande de lectures divertissantes et “dans l’air du temps”. C’est cette prise de conscience qui a incité huit femmes musulmanes, rapidement rejointes par une dizaine de contributrices, à lancer cette initiative6.

  • 7 Certaines images de l’article proviennent aussi du numéro de mai-juin 2016, “Bonjour nouvelle vie”, (...)

4Après avoir parcouru l’ensemble des 32 numéros publiés, nous avons défini un échantillon restreint et ciblé de six numéros que nous avons exa­minés de manière plus précise7 dans la mesure où, d’une part cette sélection reflète et respecte la diversité au sein de la ligne éditoriale du magazi­ne et d’autre part, parce que les sujets abordés par ces numéros nous ont également guidée dans la constitution d’un échantillon composé d’articles dans lesquels des femmes musulmanes se mettent en scène en train de relever les défis sociétaux contemporains qui leur sont posés. Il faut également signaler que l’objectif de ce travail exploratoire, basé sur un échantillon représentatif, n’est pas de tirer des conclusions, mais plutôt d’établir des hypothèses quant à la visibilité de la femme musulmane dans les espa­ces numériques, son autonomisation et l’agentivité de celle-ci. Cinq dossiers questionnent, respectivement, la relation de la femme musulmane à la société (mars-avril 2012, “Quelle place pour la femme musulmane dans la société aujourd’hui ?”), au féminisme (nov.-déc. 2012, “Musulmane ou féministe ?”), au travail (mai-juin 2012, “La femme musulmane et le travail”), au contexte européen (mars-avril 2014, “Les musulmans dans le puzzle européen”), et à l’entrepreneuriat (nov.-déc. 2015, “Entreprendre au féminin”). Le sixième traite de l’idée de reprendre sa vie en main (mai-juin 2016, “Bonjour nouvelle vie”).

5Nous tenterons de comprendre les enjeux de cette nouvelle forme de vi­sibilité des femmes musulmanes dans les espaces numériques et médiati­ques essentiellement à partir de leur production éditoriale et, notamment, d’une analyse de l’articulation – voire de la hiérarchisation – qu’elles opèrent de leurs propres priorités. Nous examinerons quelles sont les images de la femme qui y sont véhiculées. Nous questionnerons également quel­les sont les modalités de prise en compte d’affirmations identitaires personnelles diverses relatives aux relations entretenues au sein des cellules familiales et intra-communautaires, mais aussi aux rapports à la société dans son ensemble. Dans un premier temps, nous nous pencherons sur les objectifs et la mission d’Imane Magazine en tentant d’identifier dans quelle mesure ce nouveau média communautaire représente un espace privilégié pour affirmer (et/ou se reconnecter à) une “filiation identitaire”, réelle ou supposée de l’islamité des lectrices (Rigoni, 2010a), et/ou assumer l’émergence de nouveaux modes personnels de constructions identitaires plus ou moins individualisés. Deuxièmement, nous allons nous attarder sur ce qu’implique ici la mise en scène d’une femme musulmane épanouie spirituellement dans un contexte moderne : sommes-nous en pré­sence d’une transmission du modèle de la femme “traditionnelle” et d’une identité “intégrale” (Hammami, 2007) ou s’agit-il plutôt de promouvoir une actualisation de l’identité cultuelle et culturelle de la femme musulma­ne dans des sociétés plurielles et sécularisées ? Plus particulièrement, ce magazine parvient-il, par rapport à d’autres magazines francophones fémi­nins français, à produire, ou non, un contenu à la fois alternatif, communautaire dans les revendications explicites de son ancrage religieux musul­man, mais aussi moderne avec l’affirmation du respect des aspirations per­sonnelles de ces femmes, y compris dans la diversité des manières d’être ? Enfin, cet espace numérique féminin musulman est-il avant tout un outil de production d’« énoncés valorisants » de soi (Granjon/Denouël, 2010 :27) en vue d’accéder sans intermédiaire (à travers une stratégie d’empower­ment) à la reconnaissance (Honneth, 2008) ou plutôt un mode d’action dans le débat public (Lamine, 2015) ? Cette réflexion se basera d’une part sur une analyse de la structure du magazine (ses principales rubriques, leurs importances respectives, etc.) et des images qui y sont valorisées pour y déceler notamment un état d’esprit et, d’autre part, sur l’analyse des contenus des articles examinés dans lesquels les femmes sont présentées comme faisant face aux défis sociétaux contemporains, en particulier à partir de l’activité professionnelle des femmes musulmanes.

II. Féminisation de l’islam dans l’espace public et promotion du loisir

6Parmi les objectifs, missions et actions des promotrices de Imane magazine, on peut dégager certaines grandes lignes, présentées ici par ordre d’importance.

7En premier lieu, il s’agit de « Combattre les stigmatisations, subies par la femme musulmane, véhiculées dans les médias classiques » (IM, n° 3 mai-juin, 2012 :9).

  • 8 Avant cela, comme le note V. Amiraux, l’islam semblait être une « affaire d’hommes » (Amiraux V., 2 (...)

8Notons d’abord que les recherches en sciences sociales sur l’islam et les musulmans en Europe s’intéressent à la religiosité des femmes musulma­nes essentiellement depuis la polémique relative au port du voile dans les écoles françaises en 19898. La féminisation de l’islam se fait aussi bien dans la représentation et le discours public produit par les musulmans sur eux-mêmes que dans les débats et la perception publics de l’islam en général (Amiraux, 2003).

  • 9 Il existe bien entendu de multiples trajectoires possibles hors des mouvements associatifs religieu (...)

9D’un côté, l’une des trajectoires de l’investissement des femmes musul­manes dans la vie publique se fait à travers une plus grande implication de ces dernières dans la vie religieuse et via les mouvements associatifs musulmans (Weibel, 1998 :96)9. Par ailleurs, grâce à la démocratisation d’in­ternet qui offre des espaces de visibilisation alternatifs, elles s’investissent aussi progressivement dans des espaces numériques d’information et de communication. En effet, dans un environnement où la visibilité médiati­que est primordiale, celle-ci s’insère « dans l’univers des questions systématiquement abordées lorsqu’on se penche aujourd’hui sur les conflits so­ciaux et les dynamiques de l’espace public » (Voirol, 2005 :91). Ces nouveaux espaces médiatiques sont des moyens d’intervention dans les débats publics qui donnent également plus d’écho et de poids aux voix minoritai­res, surtout lorsque la femme apparait sur des questions symboliquement sensibles comme l’égalité homme-femme, la liberté religieuse, la neutralité, etc. (Amiraux, 2003 :91).

10Pourtant, si une féminisation de l’image publique de l’islam s’accroît progressivement et que la question de la “femme dans l’islam” occupe une plus grande place dans les médias, l’impression de nombreuses jeunes femmes musulmanes de ne pas être représentées dans les médias tradition­nels persiste. C’est d’ailleurs le sentiment des contributrices d’Imane Magazine, qui présentent leur publication comme un espace médiatique alternatif visant, d’une part, à assurer la visibilité des femmes musulmanes et, d’autre part, à devenir un moyen d’expression pour ces dernières afin de « rééquilibrer les discours » véhiculés par les médias traditionnels. Il s’agit d’une volonté de produire un récit autonome sur les femmes et de montrer que leur épanouissement spirituel et personnel est non seulement possible, mais également enviable.

11Riches de leur parcours associatif et militant, ces femmes se saisissent désormais des opportunités qu’offre internet. D’un côté, car le web est un outil qui assure potentiellement une visibilité et un impact importants aux actions menées dans le milieu associatif ou à titre individuel (Rigoni, 2012). D’un autre côté, en raison du fait que la création d’un magazine constitue un moyen d’accès à une ascension sociale en leur permettant de devenir des journalistes professionnelles.

  • 10 Marier détente et éthique : le défi de la presse féminine musulmane, consacré à Imane Magazine, et (...)
  • 11 Comme l’ensemble de la presse féminine, Imane Magazine témoigne d’un usage abondant de la publi­cit (...)

12En deuxième lieu, Imane Magazine se présente comme une publication alliant « le besoin naturel de loisirs et de détente avec les exigences de l’é­thique et de la foi »10. Ce discours sur le divertissement et la détente est récent, comme l’est d’ailleurs l’idée d’exigence de l’éthique et de la foi. Il apparait en outre comme un besoin lié à la vie moderne, en lien avec l’a­vènement des sociétés industrialisées et la croissance économique (Duma­zedier, 1962). Toutefois, les sites officiels musulmans semblent généralement discrets sur la question des loisirs, sauf lorsqu’il s’agit d’allier détente et rappel religieux, où le premier constitue tout au plus un prétexte et un moyen pour le second. Dans le cas d’Imane Magazine, c’est l’attitude inverse qui est adoptée, puisqu’il s’agit avant tout de veiller à être dans l’air du temps, tout en balisant ces pratiques contemporaines avec des rè­gles religieuses. Imane Magazine apparait donc avant tout comme une publication de détente et de consommation, teintée11 d’un moralisme et de rappels religieux lui apportant, malgré tout, une légitimité spirituelle sachant que certains milieux rigoristes s’opposent assez radicalement à la posture consumériste et capitaliste adoptée par la publication).

III. Mise en scène d’un modèle spécifique de féminité musulmane

A. Imane Magazine : un magazine féminin parmi d’autres, religieusement ancré

13Pour comprendre le projet du modèle de femme que le magazine veut construire, notons dans un premier temps que la conception de la féminité qui y est développée n’est pas uniquement centrée sur le rôle d’épouse et de mère. Imane Magazine promeut la détente et la consommation (mode, shopping, idées déco, astuces beauté) tout en proposant des dossiers de culture générale sur l’éducation, la santé, etc. L’univers domestique est donc évoqué, mais on y retrouve aussi des articles d’actualité sur les problèmes de société comme le harcèlement à l’école. Le magazine met surtout en avant l’idée que les préoccupations des femmes musulmanes sont les mêmes que celles des autres femmes. La majorité des articles ne portent pas sur la religion et la théologie en particulier, mais abordent la personne et la société sur base de la psychologie, de l’anthropologie, de l’éco­nomie, etc. Même les fiches de cuisine témoignent d’habitudes de consommation identiques à celles reprises dans la presse féminine française. La sensibilité religieuse des rédactrices et de potentielles lectrices est perceptible sous d’autres aspects : dans les modes vestimentaires affichés (tout en déployant une maîtrise de la gestion des aspects esthétiques, ce qui constitue un standard commun aux autres magazines produits dans le même environnement) et dans l’expression de ressentis et besoins spécifi­ques, qui sont notamment plutôt tournés vers une recherche de cohérence entre éthique religieuse et éléments de la vie quotidienne. Les conseils et astuces restent d’ailleurs toujours aussi dans les limites des règles religieu­ses, comme en témoigne cet article consacré à la beauté des pieds intitulé “Bichonnons nos petons” (IM, n° 6, nov.-déc. 2012 :6) où, à la suite des re­commandations prodiguées pour embellir et accessoiriser les pieds, la rédactrice ajoute entre parenthèses ce rappel au sérieux et à la vigilance : « attention à ne pas exhiber vos beaux petons ‘strassés’ ou ‘maquillés’ en dehors de chez vous » (IM, n° 6, nov.-déc. 2012 :6).

  • 12 Au départ, il s’agira principalement de médias d’information alternatifs sur le fait musulman (oumm (...)

14En deuxième lieu, au sujet du profil des rédactrices, il est important de souligner que dans le paysage médiatique musulman, seule une minorité de femmes sont actives. Effectivement, les changements profonds des mo­des d’informations et l’apparition de nouvelles pratiques communicationnelles nécessitent des compétences particulières. C’est pourquoi nous postulons que les contributrices d’Imane Magazine sont des femmes instrui­tes, majoritairement socialisées en France et maîtrisant les nouvelles technologies ainsi que les outils de communication. Ces jeunes femmes, à l’instar de celles qui s’impliquent dans les autres magazines numériques féminins, font partie de la “génération Internet” (Rizza, 2006). La décennie 2000, avec la généralisation de l’accès au Web et l’arrivée de nouvel­les générations, constitue donc un moment charnière au niveau de la diffusion de médias musulmans en ligne et de la diversification du paysage mé­diatique (Lamine, 2017)12.

  • 13 Ce seuil de 40 ans est un indicateur approximatif, relié aux thématiques abordées, ce qui correspon (...)

15Sur base des contenus d’Imane Magazine, de leur hiérarchisation et des titres utilisés, on peut considérer que la publication s’adresse prioritairement à de jeunes lectrices, étudiantes ou à des femmes actives, voire à des femmes au foyer, célibataires ou en couple, entre 20 et 40 ans13. Ces lectri­ces bénéficient par ailleurs d’un pouvoir d’achat conséquent étant donné la place importante réservée à la publicité (environ 30 % de la surface totale, chiffre semblable aux autres magazines) et les types de produits proposés : cosmétiques, décoration, mode. Dans ce cadre, le magazine rencontre et conforte une vision plutôt libérale de la société capitaliste favorisant la consommation de biens et de loisirs.

16Dans les lignes suivantes, nous allons voir comment les femmes musul­manes sont mises en scène dans le magazine afin de plaire à un public multiple.

B. Surtout plaire à un lectorat diversifié

17Dans son ouvrage La mise en scène de la vie quotidienne, Goffman (1973) souligne l’importance de la dimension théâtrale dans les interactions quotidiennes, les individus étant amenés à respecter une série de rè­gles implicites dans leurs conduites pour qu’elles se déroulent de la manière la plus satisfaisante possible.

Figure 1

Figure 1

(IM, n° 27, mai-juin, 2016, p. 1).

Figure 2 

Figure 2 

(IM, n° 27, mai-juin, 2016, p. 2).
Ces photos montrent la manière dont la rédaction construit l’esthétique d’un univers harmonieux détaché de toute référence à l’espace culturel auquel est historiquement associé l’islam. On y voit les mains d’une femme, parfaitement manucurées, dans un environnement qui évoque à la fois l’engagement dans un travail qui demande de la précision et de la rigueur (cf. des lunettes, un crayon et une pince pour pou­voir rassembler plusieurs documents, mais aussi et surtout l’usage d’un smartphone pour montrer que la femme musulmane est bel et bien connectée aux nouvelles technologies) sans toutefois négliger la féminité (la mobilisation majeure de la couleur rose) et le bien-être évoqués par la présence de coquillages, de bonbons sucrés et de fleurs.

  • 14 Imane Magazine se présente comme un projet dédié à la femme musulmane et à la femme en général. En (...)

18Un premier élément important dans Imane Magazine est la mise en scène d’une féminité contemporaine, plus spécifiquement musulmane et européenne. Dans le périodique, les femmes musulmanes adoptent les habitudes de vie en vigueur au sein de l’environnement social, c’est-à-dire dans le contexte européen. Au fil des numéros, la rédaction construit un équilibre entre les principes et idéaux islamiques, les codes de la modernité et des sociétés européennes. D’ailleurs, les contributrices d’Imane Magazine ont pour slogan d’être dans l’air du temps, tout en restant fidèles aux préceptes de l’islam supposés communs à l’ensemble de leur lectorat intra-musulman. Le deuxième constat se rapporte au fait que la mise en scène sur internet, contrairement aux situations d’interactions instantanées de face à face dans la vie quotidienne, non seulement crée une distanciation, mais met aussi potentiellement les contributrices du magazine face à un public multiple. En effet les profils des femmes musulmanes mises en scène dans le magazine sont susceptibles d’être lus et vus par un public varié et les rédactrices sont conscientes que les attentes, les impressions et les interprétations relatives au contenu produit, seront également variées14. Dès lors, même si le magazine est prioritairement destiné aux femmes musulmanes plutôt pratiquantes, il s’efforce de présenter une image collective et positive de celles-ci et de l’islam : la femme musulmane n’y est pas cloisonnée au rôle social qu’on lui attribue généralement (femme au foyer, soumise, etc.) et elle s’affiche comme épanouie sur le plan personnel. Face à un public religieux, le magazine tente de montrer que les aspirations à la liberté et à l’autonomie de la femme peuvent aussi se réaliser dans le respect des préceptes religieux.

C. Montrer le “vrai” visage des femmes musulmanes sans jamais le laisser apparaitre

  • 15 Marier détente et éthique : le défi de la presse féminine musulmane, consacré à Imane Magazine, pu­ (...)
  • 16 Notons que divers numéros sont consacrés aux rites religieux : la prière (IM, n° 16, juil..-août 20 (...)
  • 17 Woodlock cite les catégories suivantes : les légalistes traditionnels (qui promeuvent une interprét (...)

19Dans la ligne éditoriale du magazine, une approche non polémique et plutôt consensualiste est adoptée grâce à des titres « apolitiques et non-moralisateurs »15. Cette option consiste, certes, à ne pas aborder les questions qui divisent religieusement16, pour préserver l’idée d’une unité de la communauté, mais aussi parce qu’il ne s’agit pas d’un magazine religieux. Dans ce cadre, Imane Magazine ne reflète cependant pas toujours la diversité des pratiques et des interprétations religieuses, ni la pluralité des com­munautés musulmanes présentes dans l’espace francophone, même s’il manifeste à certains endroits l’ambition de s’adresser à la multiplicité des musulmans. Sans l’assumer ouvertement, il incarne pour ses lectrices une manière parmi d’autres d’être musulmanes et françaises. Par exemple, l’une de ses caractéristiques consiste à présenter toutes les femmes de manière voilée alors qu’il existe une multitude de catégories de femmes musulmanes et que les attitudes à l’égard du voile sont multiples (Woodlock, 2011 :395)17. Alors qu’Imane Magazine se présente comme magazine inclusif, cette posture risque de le situer de facto au sein de la diversité et de la pluralité interprétative de l’islam et dans une volonté de préserver et/ou de construire une homogénéité interne. De plus, il peut sembler paradoxal de ne pas montrer le visage des femmes mises en scène alors que le magazine dit vouloir montrer “le vrai visage” des femmes musulmanes qui se livrent et témoignent dans ses pages.

20Si donc les silhouettes et les corps féminins sont bien présents dans le magazine, on observera cependant que le visage n’est pas n’importe quelle partie du corps, qu’il représente en effet l’identité et la singularité. De même, il nous permet non seulement d’être reconnus par l’autre, mais aussi, comme le note le sociologue D. le Breton (2005), de tisser du lien social et d’établir la rencontre avec l’autre. Le magazine déploie alors un graphisme qui mise notamment sur l’esthétique pour détourner l’attention du lecteur et faire oublier cet effacement des visages. La dissimulation du visage se fait à travers des stratagèmes plus ou moins discrets et construits en harmonie avec le texte : soit il est remplacé par un objet esthétique (figure 3), soit il est caché par un titre (figures 4 et 5), soit le profil est détourné de la caméra (figure 6), soit les photos sont prises de dos (figures 9 et 10) ou sont coupées (figures 7 et 8).

Figure 3 

Figure 3 

Exemple de dissimulation du visage (IM, n° 2, mars-avril, 2012, p. 10).

  • 18 Concernant la représentation des visages et des êtres dans l’islam, l’ouvrage de S. Naef est bien d (...)

21La dimension visuelle d’Imane Magazine apporte, en plus du texte, une interprétation de la réalité sociale (Rocca, 2007). Sommes-nous donc ici en présence d’une variété de procédés établis pour faire oublier la négation du visage dans le magazine et détourner l’attention ? L’effacement des visages est-il lié à une interprétation religieuse particulière, sachant que, selon certains courants rigoristes, la femme doit couvrir son visage ? Dans ce cas, pourquoi avoir aussi effacé celui des enfants et des hommes qui ne sont pas concernés par cette interdiction ? Par ailleurs, pourquoi les visages sont-ils montrés sur le site et les réseaux sociaux du magazine, mais pas dans le magazine ? Il existe certes également une méfiance de certaines autorités religieuses traditionnelles et d’une partie de l’opinion musulmane face à la représentation d’êtres animés (Naef, 2004)18. Ce refus de montrer les visages s’insère-t-il donc plutôt dans cette volonté de ne pas aborder les sujets polémiques ? En effet, comme l’évoque S. Naef, le débat sur la figuration n’est-il pas avant tout un produit de la modernité qui s’est développé à partir du 19ème siècle avec la multiplication des ima­ges (Ibid.) ? Est-ce également une manière de débattre avec les milieux orthodoxes, de ne pas s’attirer leur discrédit en montrant sa légitimité morale ?

22Ces deux dimensions, la transposition de l’idéal islamique dans un contexte moderne ainsi que la construction d’une identité féminine pieuse et libre seront abordées dans les pages qui vont suivre à travers l’activité professionnelle de la femme musulmane. Nous tenterons de voir comment ces femmes concilient la pratique religieuse et les exigences de la vie moderne dans le contexte français.

Figure 4 

Figure 4 

(IM, n° 27, mai-juin 2016, p. 54).

Figure 5 

Figure 5 

(IM, n° 27, mai-juin 2016, p. 28).

Figure 6 

Figure 6 

(IM, n° 27, mai-juin 2016, p. 16).

Figure 7 

Figure 7 

(IM, n° 24, nov.- déc. 2015, p. 48).

Figure 8 

Figure 8 

(IM, n° 14, mars-avril, 2014, p. 21).

Figure 9 

Figure 9 

(IM, n° 14, mars-avril 2014, p. 21).

Figure 10 

Figure 10 

(IM, n° 14, mars-avril 2014, p. 1).
Les figures 4 à 10 illustrent différentes manières de masques les visages.

IV. L’activité professionnelle comme enjeu majeur : entre replis et réinventions

23Dans les sociétés contemporaines, le travail réalisé en dehors de la sphère domestique occupe une part essentielle de l’activité humaine et apparait généralement valorisé. C’est le lieu où se déroule une grande partie de la vie sociale d’une personne et où se tissent de nombreux liens avec le reste de la société (voir, notamment, E. Durkheim, 2013). En outre, malgré les formes croissantes de précarisation, l’accès à l’emploi demeure un enjeu sociétal majeur, car « pour exister socialement, il faut faire la preuve de son utilité et il faut aussi être reconnu par les institutions qui octroient une place et un revenu » (Royer, 2002 :24). Au-delà de cette valorisation de l’activité professionnelle, celle-ci conforte en effet indirectement les personnes, et a fortiori les femmes, d’une part en leur accordant une protection sociale pour les aider à faire face aux transformations parfois difficiles de la vie familiale (famille monoparentale, célibat prolongé) et, d’au­tre part, en leur assurant un revenu leur permettant d’augmenter leur pouvoir d’achat, notamment en termes de consommation courante et de loisirs. L’analyse d’Imane Magazine met en évidence la mise en scène de femmes belles et soucieuses de leur apparence par cet environnement et par les habitudes de la société qui valorisent l’emploi de tout un chacun. L’accomplissement de soi en tant que sujet féminin et l’insertion des fem­mes musulmanes dans le monde du travail sont ainsi des thèmes récurrents du magazine. Tout en dénonçant les inégalités face au travail, il insiste sur le besoin de la femme musulmane d’être reconnue et valorisée à travers une activité professionnelle. L’ascension professionnelle y est également jugée importante sur un plan à la fois collectif et singulier car, selon le périodique, la communauté n’existera que lorsque la dimension économique, y compris celle relative aux femmes, sera consolidée (IM, n° 3, mai-juin 2012 :20).

Figure 12 

Figure 12 

(IM, n° 24, nov.-déc. 2015, p. 16). L’entrepreneuriat semble être le remède pour l’épanouissement de “la femme musulmane”.

Figure 13 

Figure 13 

(IM, n° 3, mai-juin 2012, p. 1). La fem­me regarde un nuage de mots représentant “l’am­bition plurielle” des femmes musulmanes dans Imane Magazine.

Figure 14 

Figure 14 

(IM, n° 24, nov.-déc. 2015, p. 30). La mise en scène d’une femme voilée dans son cadre de travail. On y voit un rapprochement entre épanouissement spirituel, professionnel et personnel à travers notamment la mise en scène de 3 objets : l’ordina­teur, le voile et des fleurs délicatement posées sur le côté.

A. L’affirmation de la licéité de l’activité professionnelle des femmes

24En théorie, à la lecture d’Imane Magazine, rien n’empêche la femme musulmane d’exercer un emploi rémunéré en dehors de l’espace domesti­que, même s’il est rappelé combien les freins externes sont nombreux. Ce­pendant, ni les réserves internes spécifiques aux communautés musulma­nes, ni les interprétations de certains courants religieux qui estiment que le rôle de la femme est de s’occuper de sa famille et de son foyer ne sont mentionnées.

25Outre le besoin de s’insérer dans le monde du travail, il est souligné combien le nombre de femmes musulmanes diplômées est élevé, c’est-à-dire de femmes qui ont souvent l’habitus et le capital social, culturel et intellectuel nécessaires pour intégrer le marché de l’emploi, mais dont le parcours est freiné. Le cas de la France est ici particulièrement visé, dans un contexte où « la multiplication des lois et préjugés, contre le hijab notamment, [n’aide] vraiment pas à inverser cette tendance » (IM, n° 24, nov.-déc. 2015 :18).

26Plusieurs dossiers d’Imane Magazine sont consacrés à la difficulté de conjuguer religion et profession en général (voir par exemple le n° 3, mai-juin 2012). S’il y est reconnu que l’activité économique confère à la fem­me une plus grande autonomie financière et donc une plus grande indépendance en général, sa finalité libératrice n’y est pas vraiment mise en avant en raison de la nécessaire préservation des activités familiales traditionnelles, mais aussi du renforcement de certaines pratiques religieuses telles que les prières quotidiennes, le port du voile, etc. En effet, le magazine présente de manière relativement large toutes les contraintes que représente le fait de devoir faire des compromis entre pratiques religieuses et exigences de la vie moderne.

27Alors que les droits à l’éducation et au travail de la femme ne sont pas acquis partout, Imane Magazine estime que, d’un point de vue religieux, rien n’empêche la femme musulmane d’exercer une activité professionnelle. Le périodique prend ainsi position par rapport aux diverses attitudes des autorités religieuses musulmanes face aux transformations de la vie moderne. Ces attitudes peuvent être distinguées selon quatre grandes orientations : le traditionalisme, le fondamentalisme, le sécularisme et la contextualisation. Les deux premières orientations prônent généralement une posture conservatrice – voire de rejet et de repli – par rapport au reste de la société : elles considèrent que la place naturelle de la femme se situe dans son foyer et que c’est à l’homme de prendre en charge les dépenses du ménage, sachant que les espaces mixtes y sont présentés comme le lieu de tous les dangers (fitna) pour la communauté. À côté de ceux dont l’ap­proche totalement séculariste prône l’ouverture du travail aux femmes, la quatrième orientation, généralement observée en Europe, séduit de jeunes générations qui, à l’instar des initiatrices d’Imane Magazine, ne s’inscri­vent pas dans une démarche d’assimilation à la société, mais sont plutôt dans une forme de résistance par rapport à celle-ci tout en développant, en ce qui concerne certains aspects, des positions conciliatrices entre la vie moderne et l’islam.

B. Renforcement du fractionnement des lieux de production de la norme religieuse

1. Le renouveau passe par les femmes

28Les moyens de communication numériques ont permis à la femme musulmane de jouer un rôle au sein de l’autorité religieuse, qui est elle-même en pleine transformation. Cela semble d’autant plus aisé que, dans des sociétés séculières où la religion n’est pas la base de la socialisation, le musulman recompose son rapport à la foi (Hervieu-Léger, 1999) en tenant compte de son contexte de vie.

29L’objectif d’Imane Magazine n’est pas de fournir une information religieuse dans la mesure où il ne suscite pas de débat sur ce qu’est la prati­que religieuse correcte, même s’il indique – ou montre – souvent ce qui est jugé être la meilleure manière de procéder. Si les articles de fond sur l’islam ne constituent donc pas la majorité du corpus, une circulation horizontale d’informations relatives à des pratiques religieuses et au religieux, c’est-à-dire concernant et touchant des acteurs musulmans ne faisant pas partie de l’autorité religieuse, s’y opère bel et bien. Comme l’indique Florence Bergeaud Blacker (2003 :233) « il n’y a pas a priori un lieu de production de la norme islamique ». Celle-ci se construit et s’amende sur plusieurs paradigmes, religieux, mais aussi profanes, sachant qu’avec l’éclo­sion de nouveaux acteurs religieux et de nouveaux moyens de communication, le discours classique musulman connait des transformations (Anderson, 2003). On constate ainsi une décentralisation de l’offre religieuse qui implique qu’il ne faut pas nécessairement avoir une formation spécifi­que pour devenir un acteur religieux. Internet, comme l’indique Larsson, est un outil à double tranchant qui peut soit maintenir le système, soit le subvertir (Larsson, 2011). Dans ce cadre, même si Imane Magazine représente l’image de la femme musulmane dans une version moderne, éloignée de l’islam des parents et qui semble s’émanciper des institutions religieuses, on constate cependant le maintien d’un cadre religieux de référence. En effet, le périodique ne cite pas de recommandations ni d’avis religieux provenant des autorités cultuelles officielles. Aussi, la ligne éditoriale du bimensuel ne se situe pas dans le cadre de la production d’un discours critique, à partir de références islamiques, en vue de proposer une meilleure égalité de genre ou une critique de la lecture patriarcale dominante au sein de cette élite religieuse (Djelloul/El Makrini, 2018). Et mê­me si, dans le numéro consacré au féminisme musulman (IM, n° 6, nov.-déc. 2012), la rédaction explique qu’il s’agit d’un combat similaire à celui de ces autres femmes luttant contre la violence conjugale, le viol, ou mobilisées pour permettre l’instruction des femmes, etc. et, qu’en plus, viennent s’ajouter, à la lecture machiste, des textes religieux et la volonté de redonner « à la femme musulmane ses lettres de noblesse et de lui rendre la place privilégiée que lui a offert l’islam » (IM, n° 6, nov.-déc. 2012 :13), il est précisé que « ce n’est pas un rejet de la religion, mais une construction intrinsèquement liée à la foi », c’est-à-dire un effort spirituel et que « ce n’est pas une lutte contre les hommes, mais un combat pour les femmes » (IM, n° 6, nov.-déc. 2012 :9).

  • 19 D’ailleurs, le dernier numéro est consacré à la da’wa (n° 32, mars-avril, 2012).
  • 20 Le retour du conservatisme religieux et le terrain occupé par celui-ci n’obligent-ils pas ces actri (...)

30Dans le cadre de cette reconstruction-réappropriation du religieux, la tradition musulmane est convoquée pour légitimer l’émancipation de la femme. D’ailleurs, le rappel religieux (da’wa)19 n’est-il pas en soi, ici, un moyen de légitimer les transformations du rôle de la femme musulmane dans la société en lui reconnaissant son rôle actif dans la transmission religieuse ? N’est-ce pas là un gage de respectabilité qui est donné par ces femmes face aux franges les plus conservatrices ?20

2. Assumer les tensions relatives à la question de l’insertion professionnelle dans le respect de la norme religieuse

31Des témoignages personnels donnent le ton au magazine, évoquant les préoccupations essentielles de certaines musulmanes dont celui d’une jeu­ne femme de 29 ans :

Au fil de mon cheminement spirituel, mon contentement est devenu une satisfaction pérenne. Je suis heureuse, mais triste de constater qu’en évoluant, tout en m’éloignant du modèle marchant dominant, je paraissais méconnaissable auprès de mon entourage, et de surcroît, ma place au sein de la société se réduisait inconfortablement (IM, n° 2, mars-avril 2012 :15).

  • 21 Pour M. Weber « La tension désigne les rapports d’opposition qu’engendre la rencontre entre des sph (...)

32Le manque d’intégration sociale et professionnelle est souvent décrit comme un manque d’accomplissement de soi en tant que sujet féminin. Imane Magazine montre l’attachement de la “femme musulmane” aussi bien à son identité religieuse qu’à son identité française. Weber avait déjà mis en exergue les tensions qui peuvent exister entre la religion et les au­tres sphères de la vie sociale comme la famille, l’économie, la politique, la sexualité, etc21. Le marché de l’emploi a développé une rationalité propre qui entre régulièrement en tension avec le respect de la norme religieuse. On voit aussi ici que si la religion est considérée comme une valeur ulti­me, l’intégration sociale et économique l’est tout autant pour ces femmes. La question est clairement posée dans le magazine : comment concilier ces valeurs ultimes, mais antinomiques, car la femme musulmane « se veut libre de son identité » et son désir « d’intégration humaine et sociale » ne doit pas se faire aux dépens de ses « désirs identitaires » ? (IM, n° 2, mars-avril 2012 :15). Ce discours est à situer sur la scène des enjeux relatifs à l’intégration des musulmans, mais aussi aux nouveaux acteurs religieux et au leadership musulman européen. Il reflète cette catégorie de musulmans européens qui souhaitent pleinement participer à la société moderne tout en affirmant et revendiquant le droit d’être acceptés avec leur différence (ou visibilité) religieuse. Cette attitude particulière est à situer dans une démarche adaptative (Dassetto, 2011 :146). C’est ainsi que Jessica-Sihame écrit « Ce pays qui nous a vus naître est le nôtre, nous en aimons la population, la culture, les terres, les horizons divers », mais elle poursuit en s’interrogeant sur la manière de « trouver le meilleur compromis de conscience et d’existence nous permettant de vivre religieusement et socialement » (IM, n° 2, mars-avril 2012 :14).

33La quête d’une vie pieuse dans un contexte sécularisé (Jouili, 2015) et hostile à la visibilité religieuse, comme dans le cas français, nécessite une approche pragmatique. La recherche d’un compromis (Steiner, 2017 :184) entre les ordres de vie en conflit est recherchée, notamment face à l’im­possibilité pour une femme musulmane (ou plutôt, depuis l’image de la femme musulmane produite par le magazine) de porter le voile sur son lieu de travail. Or, dans cette négociation identitaire, c’est l’entrepreneu­riat qui joue le rôle de compromis car, dans Imane Magazine, il est mis en évidence comme le moyen le plus aisé de respecter les convictions religieuses tout en s’insérant sur le marché de l’emploi. En effet, l’entrepre­neuriat permettrait ainsi de trouver « un juste équilibre pour un épanouisse­ment professionnel, personnel et spirituel » (IM, n° 24, nov.-déc.2015 :3). Divers argumentaires sont mis en avant, qui concernent aussi bien la personne elle-même, le statut des femmes musulmanes au sein des communautés musulmanes inscrites dans la société, mais aussi le poids de la communauté musulmane dans son ensemble. En outre, l’entrepreneuriat est aussi, selon Imane Magazine, le

[…] moyen qu’ont trouvé les femmes musulmanes pour travailler conformément à leurs convictions et contribuer ainsi à leur épanouissement, mais aussi à celui de la communauté qui se voit tirée vers le haut. Et en tant qu’entrepreneuse musulmane on doit en plus voir l’entrepreneuriat comme un acte d’adoration qui nous rapproche d’Allah, une ibadah [pratique religieuse, rite, etc.] qui suppose des règles à respecter et une éthique à avoir. […] La communauté musul­mane a besoin de femmes formées et ambitieuses : nous ne serons écoutées et réellement entendues que lorsque notre poids économi­que et nos élites atteindront un nombre considérable (IM, n° 3, mai-juin 2012 :20).

C. La promotion de l’entrepreneuriat pour concilier les appartenances et les identités conflictuelles

1. La religion nécessaire, mais pas suffisante pour une vie épanouie

34Le respect des prescrits religieux que les contributrices du magazine considèrent comme obligatoires concerne principalement l’habillement (particulièrement le voile), car les autres aspects tels que le respect de l’heure de la prière, la séparation des sexes (la non-mixité) et les autres interdits religieux généraux ne sont que très peu évoqués.

35Dans le contexte globalisé actuel, le corps de la femme et la question du voile sont devenus un combat jugé nécessaire pour le maintien de l’iden­tité musulmane. C’est d’ailleurs la posture adoptée par Imane Magazine qui, dans plusieurs articles, conclut sur la nécessité de préserver la dignité de la femme et l’identité collective des musulmans. Ce sont les rôles traditionnels d’épouse et de mère qui prennent le dessus sur toute autre considération, non pas pour des motifs d’habitudes, mais plutôt en raison d’une réflexion assumée. Dans la conclusion d’un article, on retrouve un rappel sur l’importance du mariage et du service à assumer au sein du foyer :

Il y a une intention qui ne doit jamais quitter nos cœurs qui est l’in­tention du mariage. À travers ces deux témoignages nous voyons la complexité de certaines situations, en dépit de la bonne volonté des sœurs de vivre de façon épanouie leur religion tout en travaillant. Le Messager d’Allah sallalahu ‘alayhi wa salam nous a légué un mode de vie auquel nous devons nous accrocher ; l’homme se doit de préserver son épouse tel qu’Allah l’a ordonné en subvenant à ses besoins. Pour ce qui est de la femme, son épanouissement se situe précisément dans son foyer où par sa lumière, elle contribuera à l’har­monie familiale si essentielle à l’acquisition du succès éternel incha Allah… (IM, n° 3, mai-juin 2012 :17).

36Sur la première page du numéro “Entreprendre au féminin” (n° 24, nov.-déc. 2015), les verbes “rêver”, “croire” et “faire” sont associés à la volonté divine et à des formules religieuses d’usage courant qui permettent de s’en remettre à Dieu dans chaque action : Rêve (Seul Dieu est garant - hasbiya llâh), Crois (Si Dieu le veut - in châ’a llâh), Fais (À commencer en évoquant le nom de Dieu - bi-smi llâh). On y voit une partie d’un corps de femme entièrement couvert, et sans visage, mais avec une belle main, légère, qui adoucit l’image qui s’inscrit dans un environnement de travail (une chaise de bureau et des classeurs).

  • 22 Manon Smahi Cuzin de “AmbitionsPlurielles.com” (une entreprise qui propose des ressources pour conc (...)

37Toutefois, la religion à elle seule ne semble pas suffisante pour assurer l’épanouissement de la femme qui a des aspirations diverses. Pour déculpabiliser la femme croyante, un lien inséré dans le dossier dirige les lectri­ces vers une vidéo postée dans “Ambitions plurielles” et expliquant que l’épanouissement personnel n’est pas de l’égoïsme22. Pour Imane Magazine, la réalisation de soi passe par la nécessité de se trouver un projet de vie. Aussi, dans le dossier “Quelle place pour la femme musulmane dans la société aujourd’hui ?” (IM, n° 2, mars-avril 2012 :14-15), l’auteure pose la question de la femme musulmane : « Vit-elle épanouie, se sent-elle accomplie ? ». Cette prise de position montre de nouvelles formes de religiosité musulmane ainsi que l’émergence de l’individualité, ce qui ne signifie pas la perte du sentiment d’appartenance à la religion ou que l’identité religieuse collective perd de son importance, mais plutôt que l’environne­ment extérieur exerce une profonde influence et que nous entrons progressivement dans un processus d’individualisation. En effet, la recomposition du religieux se fait aussi par le bas, à partir des individus. Et dans cette dy­namique, l’aspect spirituel dans la vie d’un individu devient un moyen d’épanouissement personnel (Jouili, 2015).

2. S’insérer dans la société sans y être absorbée

  • 23 L’intersectionalité est une notion forgée au sein des mouvements féministes noirs aux États-Unis qu (...)

38L’approche intersectionnelle23 met en exergue les discriminations concomitantes que subissent certains groupes minoritaires ou marginalisés dans la société. C’est ainsi qu’est expliquée l’exclusion plus exacerbée des femmes musulmanes sur le marché de l’emploi. À leur condition féminine s’ajoutent leurs origines sociale, culturelle et religieuse, leur lieu de résidence, etc. Pour compenser l’inactivité professionnelle, l’entrepreneuriat devient une piste privilégiée (Karimi, 2018).

  • 24 Une entreprise qui vend des boîtes-cadeaux contenant un hijab (voile, châle, snood, etc.), un cosmé (...)
  • 25 Vêtements respectant les normes islamiques, accessibles aux petits budgets et adaptés aux femmes mu (...)
  • 26 Terme anglo-saxon apparu dans les années 1970 et qui connait actuellement un succès mondial, partic (...)
  • 27 Des coffrets pour les fêtes religieuses, les naissances, etc. destinés aux jeunes mariés musulmans. (...)
  • 28 https://www.mayboheme.com/
  • 29 ARH Conseil.

39Le 24ème numéro de Imane Magazine propose un dossier de 16 pages intitulé “Entreprendre au féminin”. On y retrouve une présentation générale de ce type d’entrepreneuriat dans le contexte français. Mais ce sont les témoignages des femmes entrepreneuses musulmanes qui s’avèrent les plus éclairants. Ainsi, ce qui a motivé Najiha, une jeune femme à la tête de “Mahijabox”24, à entreprendre c’est « la possibilité qui m’était offerte de concilier vie de famille, pratique religieuse et travail. Aucun autre emploi salarié ne m’aurait permis de m’épanouir dans les trois domaines sans en sacrifier un » (IM, n° 24, nov.-déc. 2015 :21). Cette préoccupation semble également être la motivation première de Nadia, qui a lancé en mai 2014 la boutique en ligne de vêtements tendance “Sublimement voilées”25. Pour cette dernière, entreprendre était devenu un besoin : « Étant salariée et obligée de me dévoiler, j’avais l’impression de devenir schizophrène avec 2 personnalités : Nadia au travail et Nadia en dehors du travail » (IM, n° 24, nov.-déc. 2015 :20). Le déclic survient après avoir entendu le prêche d’un imam expliquant qu’au lieu de se plaindre des manques de la communauté musulmane il valait mieux agir. Ainsi, ces femmes, en intégrant le marché de l’emploi à travers l’entrepreneuriat féminin et cette carrière professionnelle alternative, agissent sur leur environnement et, ce faisant, font preu­ve d’un pragmatisme que l’on peut assimiler à une stratégie d’empower­ment26. Ce sont également des motivations principalement religieuses qui ont poussé Sabrina et Madeleine à entreprendre. La première s’est lancée dans la confection de coffrets cadeaux pour de jeunes couples musulmans27, la seconde vend des bijoux et d’autres accessoires “bohèmes” et “hippies”28. Pour Stéphanie, qui dirige un organisme de formation spécialisé dans le secteur de la santé29, ce sera surtout la volonté de « créer et de se dépasser » qui animera sa démarche. Les motivations et ambitions de ces femmes sont multiples, mais une attention particulière est accordée au respect des valeurs éthiques et religieuses, elles « souscrivent à une vision globale du religieux » (Weibel, 2006 :1). Malgré la reconnaissance de l’as­cension professionnelle, ce type d’ambition ne doit pas prendre le dessus sur la pratique religieuse, sauf quand il s’agit d’un besoin alimentaire. Imane Magazine tient donc un discours de valorisation de la femme éman­cipée tout en restant attaché à son islamité et en conservant les caractéristi­ques et les limites imposées par la religion.

  • 30 Jean Baubérot montre comment cette communauté religieuse a progressivement pu s’insérer dans les de (...)

40Comme l’a observé J. Baubérot pour la minorité protestante dans la société française, c’est l’absorption dans le social qui pose problème, tandis que l’insertion sociale est quant à elle valorisée (Baubérot, 1985 :40)30. La femme estime qu’elle fait partie intégrante du corps social en « se démenant pour son intégration humaine et sociale ». Pour la femme musulmane, selon le témoignage de Marie, le frein à cette intégration c’est que « lorsque l’on porte le voile en France, une vie professionnelle intéressante sem­ble compromise. Il est évident que la musulmane voit les portes se fermer avant même qu’elle ne puisse prouver ses compétences » (IM, n° 2, mars-avril 2012 :15).

3. Spécificité de l’entrepreneuriat féminin musulman : pas de réussite professionnelle sans réussite spirituelle

  • 31 Il s’agit d’un réseau de femmes entrepreneuses que l’on peut retrouver à l’adresse suivante http:// (...)

41Dans le dossier “Entreprendre au féminin” (IM, nov.-déc. 2015), on retrouve des recommandations pour celles qui sont porteuses de projets et souhaitent se lancer, mais qui n’osent pas. On leur suggère de bien s’en­tourer pour bénéficier de conseils adéquats et faire face aux difficultés grâce notamment à l’aide du réseau d’entrepreneuses musulmanes “Akha­wate Business”31.

42Après avoir incité les capacités entrepreneuriales, on rappelle que la réussite professionnelle et matérielle ne peut se faire au détriment de la réussite spirituelle. D’ailleurs, pour surmonter les peurs et les difficultés, il est rappelé que la « foi et votre endurance seront votre meilleure arme » (IM, n° 24 :23) et que les effets positifs de la foi sur le projet ne seront visi­bles que si ce dernier se déploie dans le respect de l’éthique religieuse qui doit également « s’inscrire et servir votre cheminement spirituel » (IM, n° 24 :23).

  • 32 Karima est un nom d’emprunt.

43Les femmes musulmanes innovent également en mettant en œuvre de nouvelles manières d’entreprendre : elles s’investissent davantage dans des secteurs d’activités tels que le service à la personne, le travail à domicile, le travail libéral (comme la médecine), les secteurs du commerce ou encore le travail avec et pour des musulmans. En outre, plusieurs entrepre­neuses visent principalement une clientèle musulmane, même s’il arrive que le travail intracommunautaire soit également critiqué dans certains cas. C’est le cas de Karima32 qui a travaillé dans une entreprise dirigée par un musulman et qui a été déçue par cette expérience, raison pour laquelle elle a décidé de trouver un emploi dans un milieu non-musulman :

Je ne veux pas faire de mon vécu une généralité, mais il est vrai que le comportement de certains employeurs musulmans peut engendrer de très vives déceptions. Depuis, je travaille sans mon voile pour le “système” ; d’un côté je culpabilise, mais d’un autre je me sens plus protégée (IM, n° 3, mai-juin 2012 :17).

44En résumé, dans les conditions spécifiques au contexte français actuel, la femme voilée serait amenée à disparaitre du monde de l’entreprise et de la fonction publique, notamment de l’enseignement, mais aussi, plus généralement, de l’espace public. Le discours d’Imane Magazine, pour qui l’insertion de ces femmes dans un contexte européen séculier et l’expres­sion publique de leur religiosité ne sont en rien contradictoires, est généralement interprété comme allant à contre-courant de la modernité, car il ne revendique aucune rupture avec la religion. Pour les contributrices, la dimension islamique est d’emblée compatible avec la modernité et les difficultés et les crispations actuelles relèveraient plutôt du manque de reconnaissance de la part de la société ou d’une interprétation trop stricte de la laïcité (Karimi, 2018). C’est la raison pour laquelle l’engagement dans la voie de l’entrepreneuriat participe à l’inclusion de la femme dans la société de manière globale, mais constitue également un moyen de résistance et d’auto-conservation de pratiques religieuses en contexte minoritaire.

45Enfin une question reste en suspens : l’entrepreneuriat à destination d’une minorité religieuse comme les médias minoritaires ne participe-t-il pas à une fragmentation de l’espace public ? Rappelons d’abord qu’Imane Magazine est né dans un contexte où émergent de nombreux périodiques spécialisés. En effet, la diversification du marché et de l’offre de magazi­nes spécialisés « selon l’âge, le sexe, le sentiment d’appartenance identitaire, les milieux sociaux, les modes de vie, les structures familiales, les goûts, les préoccupations » (Rigoni, 2012 :131) contribue à renforcer certains liens sociaux, ce qui peut accentuer la fragmentation de l’espace public. Ensuite, au-delà de la distance physique, les nouveaux modes de communication permettent à des personnes partageant les mêmes intérêts, un langage commun, des modes de vie et des goûts identiques, une même confession de se retrouver dans des espaces numériques communs. En dépit du fait qu’Imane Magazine affirme être un espace de partage favorisant le vivre ensemble, l’analyse du contenu montre qu’il s’agit d’un média mi­noritaire qui ne s’adresse pas à un public indifférencié. Il s’auto-définit d’ailleurs lui-même comme étant le premier magazine dédié à la femme musulmane francophone. En effet, les lectrices et contributrices partagent au moins trois caractéristiques communes : elles ont la même confession (islam), sont des femmes (genre) et parlent la même langue (le Français). En d’autres termes, même si, bien entendu, les espaces publics sont rarement des espaces communs à toutes les catégories sociales, Imane Magazine participe clairement à la diversification de l’espace communicationnel préexistant grâce à l’émergence de nouveaux acteurs et peut être également, dans une moindre mesure, au fractionnement de cet espace.

V. Conclusion : apports et limites d’une réinvention d’une identité féminine musulmane dans une société en mouvement

  • 33 Ces femmes sont pour la plupart nées sur le territoire français. Il y a également des femmes d’asce (...)

46Les contributrices d’Imane Magazine participent ainsi à la construction de nouvelles identités féminines et rôles dévolus aux femmes en Europe et plus particulièrement dans le contexte français. Dans le contexte contemporain mouvant, l’identité de la femme musulmane, à l’image du champ religieux musulman dans son ensemble, semble être entrée dans une phase de recomposition. Cette identité se construit dans la continuité d’une tradition religieuse, mais également dans une perspective de rupture. Ces jeu­nes femmes font partie d’une génération de transition qui conjugue des modalités d’appartenance, en principe conflictuelles et contradictoires. Cette démarche implique de nouvelles redéfinitions du religieux, mais également du féminin. A priori, ces femmes ne voient pas d’opposition quant au fait de pratiquer leur religion et de vivre parallèlement une vie moderne. Pourtant, des tensions existent entre leur appartenance à une société séculière et leur identité religieuse. D’un côté, leur appartenance aux sociétés dans lesquelles elles ont grandi et vu le jour33 va les transformer par rapport à leurs héritages familiaux ; d’un autre côté, leur présence transforme également le paysage séculier dans lequel elles s’insèrent. La question du voile, par exemple, revient régulièrement sur le devant de l’actualité, mais également dans les préoccupations d’un périodique comme Imane Magazine sans jamais être discutée sur le fond, en amont.

47Comme nous l’avons vu plus haut, ces femmes ne s’identifient pas uniquement à leur religion, elles sont en interaction avec d’autres sphères d’une société sécularisée et avec les habitudes de cette dernière. Ainsi, leurs modalités d’appartenance se transforment et elles s’adaptent au contexte tout en maintenant et réactivant leurs pratiques religieuses. Dans leur construction identitaire, ces femmes ne cherchent pas à concilier des appartenances et des traditions nationales ou familiales. Il s’agit d’une réactivation des pratiques religieuses et de l’expression publique d’une religiosité dans un contexte minoritaire, sécularisé et urbain. L’une des spécificités de cette construction identitaire féminine est la piété (Donnet, 2012).

48Pour conclure, Imane Magazine s’éloigne sur certains points de la presse féminine tout en présentant des caractéristiques communes. Le style du magazine se veut prudent et semble “lissé” afin de ne pas déplaire, aussi bien dans les sphères non religieuses que les milieux religieux, notamment conservateurs. Le périodique met en outre en exergue l’image d’une femme musulmane et européenne proche du féminisme islamique dont l’objectif est de construire un modèle « de femme et d’islam dans sa version la plus moderne » (IM, n° 6, nov.-déc. 2012 :6).

49Les ambitions professionnelles et personnelles de ces femmes sont à situer dans l’adaptation socio-économique et culturelle dominante à travers une stratégie d’empowerment. Ce processus leur permet à travers des activités d’indépendantes (entrepreneuriat) de pallier leur inactivité professionnelle, de transformer les avantages scolaires en avantages professionnels et de s’adapter aux réalités socio-économiques. En effet, l’origi­nalité du magazine est qu’il promeut une émancipation à travers une réappropriation pragmatique du message islamique afin de rester dans un cadre normatif religieux tout en s’adaptant à un contexte sécularisé. Ces femmes s’insèrent ainsi dans la lutte symbolique pour une reconnaissance aussi bien dans les sphères religieuses musulmanes qu’au sein de la société. C’est d’ailleurs la spécificité du magazine qui entend promouvoir de nouveaux rôles pour la femme tout en posant continuellement des garde- fous et des limites à ne pas franchir. Imane Magazine montre des indicateurs d’ouverture et de repli de la femme musulmane ainsi qu’une adaptation à leur environnement.

50En définitive, à travers les orientations suivies par divers acteurs musul­mans, on note qu’un mouvement de transformation du rôle de la femme est amorcé. Ces femmes évoluent non seulement dans une société complexe et en pleine mutation, mais aussi dans un modèle familial transformé. La construction identitaire et la fonction de socialisation ne se font plus uniquement dans le cadre familial, mais sont également prises en charge par des instances extérieures telles que l’école, les activités extrascolaires, les médias et les nouveaux moyens de communication qui s’ins­tallent dans les foyers, etc. Nous assistons également à une transformation du rôle social et économique des femmes qui sont de moins en moins cantonnées à la sphère domestique et au rôle de la femme “traditionnelle”, et de plus en plus présentes dans la vie publique, aussi bien dans les pays musulmans que dans les sociétés occidentales. L’enjeu reste la mobilisation de ces femmes au sein des mouvements féministes, mais aussi leur participation à la sphère publique en général par le partage de revendications sociales plus larges. Cela nécessite de rester attentif aux diverses orientations et stratégies que ces femmes musulmanes mettront en place dans les années à venir afin de contrer, d’une part, les mécanismes d’ex­clusion actifs au sein des sociétés et de l’environnement familial, et d’au­tre part, la montée du radicalisme religieux.

Haut de page

Bibliographie

Amiraux V., 2003 “Discours voilés sur les musulmanes en Europe. Comment les musulmans sont-ils devenus des musulmanes ?”, Social Compass, vol. 50, n° 1, pp. 85-96.

Anderson J. W., Eickelman D. F., 2003 New Media in the Muslim World : The Emerging Public Sphere, Bloomington, Indiana University Press.

Baubérot J., 1985 Le retour des Huguenots, Paris, Cerf.

Bergeaud-Blackler F.,2013 “Normes islamiques de sexualité”, dans Rochefort F., Sanna M. E., Normes religieuses et genre : Mutations, résistances et reconfiguration (XIXème-XXIème siècle), Paris, Armand Colin, pp. 231-244.

Bidaud E., Froment-Aptekman M. C., 2005 Visages, Paris, L’Harmattan.

Bunt G. R., 2003 Islam in the Digital Age. E-Jihad, Online Fatwas and Cyber Islamic Environments, London, Pluto Press.

Calvès A., 2009“ ‘Empowerment’ : généalogie d’un concept clé du discours contemporain sur le développement”, Revue Tiers Monde, 200(4), pp. 735-749.

Dassetto F. (Ed.), 2011 Discours musulmans contemporains. Diversité et cadrages, Louvain-la-Neuve, Éditions Académia.

Djelloul Gh., El’Makirini N., 2018 Le féminisme islamique comme courant minoritaire en voie d’institutionnalisation, Dossiers documentaires du CISMODOC, Université catholique de Louvain.

Donnet Cl., 2012 “Hijab and the City et la construction d’une féminité pieuse”, dans Actes du Colloque ‘Frontières identitaires et Représentations de l’altérité’, – Journée d’étude Groupe de Recherche FIRA, janvier 2012, pp. 1-9.

Dumazedier J., 1962 Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éditions du Seuil.

Durkheim E., 2013 De la division du travail social, Paris, Puf, Quadrige, 8ème ed. [1893].

Gaspard F., Khosrokhavar F., 1995 Le Foulard et la République, Paris, La Découverte.

Goffman E., 1973 La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit.

Granjon F., Denouël J., 2010 “Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux”, Sociologie, n° 1, vol. 1, pp. 25-43.

Haenni P., 2005 L’islam de marché : l’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil.

Hammami S., 2007 “L’enfer de la transmission”, Médium, 2/2007 (n° 11), pp. 62-72.

Honneth A., 2008 “Reconnaissance et reproduction sociale”, dans Payet J.-P., Battegay A. (dir.), La Reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, pp. 45-58.

Jouili J., 2015 Pious Practice and Secular Constraints : Women in the Islamic Revival in Europe, Stanford, Stanford University Press.

Karimi H., 2018“The Hijab and Work : Female Entrepreneurship in Response to Islamophobi”, International Journal of Politics, Culture, and Society, article not assigned to an issue, https://doi.org/10.1007/s10767-018-9290-1.

Lamine A-S., 2015“Média minoritaire, diversité intra-religieuse et espace public. Analyse du site Saphirnews.com”, Sociologie, 2/2015 (Vol.6), pp. 139-156.

Lamine A-S., 2017 “Médias musulmans : le dynamisme de la nouvelle génération”, Ina Global, https://www.inaglobal.fr/numerique/article/medias-musulmans-le-dynamis­me-de-la-nouvelle-generation-9759.

La Rocca F., 2007 “Introduction à la sociologie visuelle”, Sociétés, n° 95, pp. 33-40.

Larsson G., 2011 Muslims and the New Media. Historical and Contemporary Debates, Farnham, Ashgate.

Le Breton D., 2003 Des visages : essai d’anthropologie, Paris, Éditions Métailié.

Mestiri S., 2016 Décoloniser le féminisme. Une approche transculturelle, Paris, Vrin, La vie morale.

Naef S., 2004 Y a-t-il une “question de l’image” en islam ?, Paris, Téraèdre.

Rebillard F. (dir.), 2012 “Internet et le pluralisme de l’information”, Réseaux, vol. 6, n° 176 [dossier].

Rigoni I., 2010a “Les médias des minorités ethniques. Représenter l’identité collective sur la scène publique”, Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, n° 1, pp. 7-16.

Rigoni I., 2010b Genre, religion et classe dans la presse écrite musulmane outre-Manche”, dans Damian B., Frisque C., Saitta E. (eds.), Le journalisme au féminin. Assignations, inventions, stratégies, Rennes, PUR, pp. 219-235.

Rigoni I., 2012 “Médias, ethnomarketing et segmentation de l’espace public”, tic&société, vol. 6, n° 1, pp. 116-144.

Rizza C., 2006 “La fracture numérique, paradoxe de la génération Internet”, Hermès, La Revue, 45, (2), pp. 25-32.

Royer D., 2002“Qu’en est-il de la ‘valeur travail’ dans notre société contemporaine ?”, Empan, n° 46, (2), pp. 18-25.

Steiner Ph., 2017 “Le concept de tension dans la sociologie de Weber”, L’Année sociologique, n° 1, vol. 67, pp. 161-188.

Tcholakova A., 2016“Le remaniement identitaire entre reconnaissance et maintien de la cohérence biographique”, Sociologie, n° 1, vol. 7, http://sociologie.revues.org/2712.

Voirol O., 2005 “Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique ?”, Réseaux, vol. 23, n° 129-130, pp. 89-121.

Weber M., 1996 “Considération intermédiaire : théorie des degrés et des orientations du refus religieux du monde”, dans Weber M., Sociologie de la religion, trad. française, Paris, Gallimard, pp. 410-460 [1920].

Weibel N., 1998 “L’encadrement religieux au féminin”, dans Frégosi F., La Formation des Cadres Religieux Musulmans en France : Approches sociojuridiques, Paris, L’Harmattan, pp. 91-100.

Weibel N., 2006“La modernité de Dieu : Regard sur des musulmanes d’Europe libres et voilées”, Socio-anthropologie, 17-18, http://socio-anthropologie.revues.org.

Woodlock R., 2011 “Many Hijabs : Interpretative Approaches to the Questions of Islamic Female Dress”, dans Keskin T. (ed.), The Sociology of Islam : Secularism, Economy and Politics, Reading, Ithaca Press, pp. 395-417.

Sites web consultés

“Akhawate Business” (Réseau de femmes entrepreneurs) : http://akhawatebusiness.com/blog

AmbitionsPlurielles.com : https://www.youtube.com/watch?v=Cef6fQ9yCEg

Bijoux et autres accessoires “bohèmes” et “hippies” https://www.mayboheme.com

Boutique pour femmes musulmanes : http://sublimement-voilees.fr.

“Mahijabox” : http://mahijabox.fr/content/6-le-concept.

Muslimette Magazine : https://www.muslimette-magazine.com.

Zaman France : https://www.zamanfrance.fr.

Zawajbox (Confection de coffrets cadeaux pour de jeunes couples musulmans) : http://zawajbox.com.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré :

Présentation : dans le contexte européen, les femmes musulmanes tentent de trouver un équilibre entre les principes et idéaux islamiques et les codes de la modernité. C’est à travers Imane Magazine que nous allons tenter d’appréhender la construction et la mise en scène d’une féminité contemporaine, plus spécifiquement musulmane et européenne. Comment les femmes musulmanes font-elles, en tant que telles, pour concilier des injonctions provenant des discours sur la liberté et l’autonomie, les discours religieux qui les incitent au respect des prescriptions spécifiques à l’islam et les discours laïcs souvent hostiles à la visibilité de la composante cultuelle. Comment ces femmes conjuguent-elles des modalités d’appartenances contradictoires, à tout le moins en apparence. Quelles stratégies proposent-elles pour légitimer/concilier réussites professionnelle, personnelle, religieuse etc. Quels sont les indicateurs d’ouverture et d’adap­tation de ces femmes à leur environnement ?

Théorie : d’un point de vue théorique, l’analyse s’inscrit à la croisée des études sur les “Cyber Islamic Environments”, concept initié par Bunt (2003) et Houot (2016) dans le contexte francophone. La perspective intersectionnelle est également mobilisée afin de rendre compte des imbrications des multiples appartenances et de leur impact sur l’ac­cès au marché de l’emploi par exemple. Le concept d’empowerment est quant à lui uti­lisé pour appréhender les stratégies de responsabilisation et d’accroissement de la participation de ces femmes dans la société. Les travaux d’Amiraux, de Lamine, de Wiebel et Rigoni sont mobilisés afin d’appréhender cette féminisation de l’islam, son insertion dans le débat public à travers, notamment, le développement d’un espace numérique féminin qui permet une meilleure visibilité.

Méthodologie : cet article s’appuie sur un échantillon restreint et ciblé de six numéros d’Imane Magazine. Plus précisément, nos propos sont étayés sur base de cette sélection composée d’articles dans lesquels les contributrices du magazine répondent aux défis sociétaux contemporains qui leur sont posés. Cet échantillon respecte également la diversité au sein de la ligne éditoriale du magazine. Cette production éditoriale permet de saisir les enjeux de cette nouvelle forme de visibilité des femmes musulmanes dans les espaces médiatiques, essentiellement numériques.

Résultats : la première partie se penche sur la manière dont ces femmes tentent de combattre la stigmatisation véhiculée, notamment par les médias de masse. Dans un environnement où la visibilité médiatique est importante, elles vont saisir les opportunités qu’offre internet pour s’impliquer davantage dans les espaces de visibilité alternatifs. La seconde partie examine le projet du modèle de femme que le magazine veut construire. On remarque que la majorité des articles ne portent pas sur la religion et la théologie en particulier, mais qu’outre l’actualité, ils abordent la personne et la société sur base de la psychologie, de l’anthropologie, de l’économie, etc. Dans une troisième partie, on verra comment le manque d’intégration sociale et professionnelle est décrit comme un manque d’accomplissement de soi en tant que sujet féminin. Les contributrices assument les tensions relatives au marché de l’emploi et au respect de la norme religieuse. Elles adoptent une approche pragmatique et sont en quête de compromis afin de les résorber.

Discussion : en conclusion, les pistes proposées par les contributrices du magazine afin de pallier leur inactivité professionnelle et transformer leurs acquis scolaires en avantage professionnel se font notamment à travers des activités indépendantes. Ces femmes qui ne souhaitent plus être cantonnées dans la sphère domestique vont jouer un rôle plus important dans l’espace social, ce qui nécessite de rester attentif aux diver­ses orientations et stratégies qu’elles mettront en place dans les années à venir afin de contrer, d’une part, les mécanismes d’exclusion actifs au sein des sociétés et de l’environnement familial, et d’autre part, la montée du radicalisme religieux.

Structured summary

Presentation : In the European context, muslim women are trying to find a balance between islamic principles and ideals and the codes of modernity of European societies. Through Imane Magazine we will try to understand the construction and staging of a contemporary femininity, more specifically muslim and European. What do muslim women do, as women, to reconcile injunctions coming from discourses on freedom and autonomy, religious discourses encouraging them to respect religious norms and lay discourses that are often hostile to religious visibility. How do these women combine the modalities of memberships that are, at least in appearance, contradictory. What strategies do they propose to legitimize/reconcile professional, personal, religious and other successes. What are the indicators of these women's overture and adaptation to their environment ?

Theory : from a theoretical viewpoint, the analysis is situated at the crossroads of stu­dies on “cyber islamic environments”, a concept initiated by Bunt (2003), and Houot (2016) in the French-speaking context. The intersectional perspective is also employed in order to account for the intertwining of multiple belongings and their impact on ac­cess to job markets, for example. The concept of empowerment is used, for example, in analysing responsibilisation strategies and increasing these women's participation in society. The works of Admiraux, Lamine, Wiebel and Rigoni are mobilized for understanding this feminization of islam, and its insertion into the public debate particularly through the development of a women's digital space which allows increased visibility.

Methodology : this article is based on a restricted and targeted sample of six issues of Imane Magazine. More precisely, our remarks are supported on the basis of this selection comprising articles in which the contributors to the magazine respond to the contemporary societal challenges they encounter. This sample also respects the diversity present in the magazine's editorial policy. That editorial policy facilitates our grasping the issues involved in this new form of visibility of muslim women in media spaces, essentially digital.

Results : the first part focuses on how these women endeavour to fight the stigmatization conveyed in particular by the mass media. In an environment where media visibility counts, they seize the opportunities the Internet offers to further involve themselves in spaces of alternative visibility. The second part examines the project of the model of woman the magazine wants to construct. We note that a majority of the articles do not deal with religion and theology in particular, but approach the person and society on the basis of psychology, anthropology, economy, etc., as well as topical articles. In the third part, we see the extent to which a lack of social and professional integration is described as a lack of self-accomplishment as a female subject. The (female) contributors assume the tensions relating to the job market and respect of the religious norm. They adopt a pragmatic approach and are in search of compromises in order to incorporate them. 

Discussion : In conclusion, the courses of action proposed by the magazine's (female) contributors in order to alleviate their professional inactivity and turn their academic attainments to a professional advantage are, notably, done through independent activities. No longer wanting to be confined to the domestic sphere, these women are going to play a more important role in social space, which requires that they remain attentive to the various orientations and strategies muslim women will put in place in the years to come in order to counter the mechanisms of exclusion within societies, the family environment and the rise of religious radicalism. 

Haut de page

Notes

1 Imane est un prénom féminin musulman qui signifie “croyance” ou “la foi”. Ce concept est souvent as­socié à deux autres : Al-Islam (la pratique cultuelle de l’Islam/soumission à Dieu) et Al-Ihsan (la bienfaisance/bel agir).

2 Il existe muslimette Magazine, créé en 2013, qui est un site islamique pour femme musulmane qui, selon sa page d’accueil (https://www.muslimette-magazine.com/), a pour objectif d’aborder « l'islam au féminin à travers des infos, conseils, rappels et astuces » ainsi que le magazine Gazelle qui s’adresse plus largement à la femme maghrébine. Une autre revue éditée par les Éditions Albouraq n’a connu que quel­ques années d’existence (1999-2004). Elle s’intitulait Hawwa (Eve). Voir Lamine A-S., 2017.

3 Il s’agit des chiffres de la fin du mois de juin 2017, après plus de 5 ans d’existence. Les chiffres sont toutefois incomparables par rapport à d’autres magazines féminins comme Marie Claire qui, sur Facebook, pour la même période, compte 422 K abonnés pour 433 K likes et sur Twitter 128 K abonnés pour 30 K de tweets. Non seulement Imane Magazine est récent (Marie Claire a été créé en 1937), mais il s’adresse également à un public d’emblée plus restreint.

4 C’est d’ailleurs également l’explication reçue lors d’un court entretien téléphonique avec la responsa­ble (Dounya Berrara) en avril 2017.

5 La pédagogie Montessori, est une méthode d’apprentissage se concentrant sur l’épanouissement de l’enfant. Il s’agit d’une alternative à l’enseignement traditionnel qui a pour objectif de transmettre un “savoir-apprendre” et permet de développer les connaissances librement. C’est Maria Montessori qui est à l’origine de la pédagogie alternative qui porte son nom.

6 En plus d’une dizaine de contributrices, le noyau de l’équipe est composé d’une graphiste, d’une rédactrice en chef, d’une personne chargée des relations extérieures, d’une personne qui s’occupe du service client ainsi que de la publicité et de l’orientation stratégique. Informations tirées de l’article Marier détente et éthique : le défi de la presse féminine musulmane, consacré à Imane Magazine, et publié dans la revue électronique musulmane Zaman France, un hebdomadaire électronique franco-turc dont la parution fut arrêtée en août 2016 suite à la tentative de coup d’état en Turquie et à la répression qui s’est abattue sur les journalistes, notamment ceux soupçonnés d’y avoir participé.

7 Certaines images de l’article proviennent aussi du numéro de mai-juin 2016, “Bonjour nouvelle vie”, disponible gratuitement et par conséquent accessible à un plus large public. Il faut également noter que les numéros existent aussi bien en version numérique que papier.

8 Avant cela, comme le note V. Amiraux, l’islam semblait être une « affaire d’hommes » (Amiraux V., 2003, p. 86). Voir également les travaux de Weibel N., 2000 et de Gaspard F. et Khosrokhavar F., 1995.

9 Il existe bien entendu de multiples trajectoires possibles hors des mouvements associatifs religieux. Nous nous focalisons sur cette dernière, car c’est celle qui nous intéresse dans le cadre de cet article.

10 Marier détente et éthique : le défi de la presse féminine musulmane, consacré à Imane Magazine, et publié dans la revue électronique musulmane Zaman France : https://www.zamanfrance.fr/article/marier-detente-ethique-defi-presse-feminine-musulmane-21661.html

11 Comme l’ensemble de la presse féminine, Imane Magazine témoigne d’un usage abondant de la publi­cité qui occupe plus de 30 % de la surface totale. Même si les produits de consommation provenant du marché “islamique” y occupent une place importante, ceux des grandes enseignes sont également représentés. Plusieurs travaux existent d’ailleurs sur le lien entre islam et capitalisme et l’essor de ce dernier dans les pays majoritairement musulmans. Voir notamment (Haenni P., 2005),

12 Au départ, il s’agira principalement de médias d’information alternatifs sur le fait musulman (oumma.com et Saphirnews), puis apparaissent des publications telles que l’annuaire de service pour musulman (Al-Kanz), ou dédiées à la défense du consommateur (Pagehalal.fr).

13 Ce seuil de 40 ans est un indicateur approximatif, relié aux thématiques abordées, ce qui correspond également au profil moyen des autres magazines féminins.

14 Imane Magazine se présente comme un projet dédié à la femme musulmane et à la femme en général. En effet, la diversité des sujets traités est susceptible d’intéresser des lectrices musulmanes, comme non-musulmanes.

15 Marier détente et éthique : le défi de la presse féminine musulmane, consacré à Imane Magazine, pu­blié dans la revue électronique musulmane Zaman France.

16 Notons que divers numéros sont consacrés aux rites religieux : la prière (IM, n° 16, juil..-août 2014, “Je prie donc je vis”), le jeune du ramadan (IM, n° 4, juil.-août, 2012, “Bienvenue Ramadhan”), le pèleri­nage (IM, n° 5, sept.-oct. 2012, “En route pour le Hajj”). D’autres thématiques religieuses sont également abordées : le repentir (IM, n° 10, juil.-août 2013, “Le repentir la clé du Pardon”), l’excellence religieuse (IM, n° 17, sept.-oct. 2014, “Sur la voie de l’ihsân”), la foi (IM, n° 21, mai-juin 2015, “Il était une foi”), Le Coran (IM, n° 29, sept.-oct. 2016, “Le Coran compagnon de nos cœurs”) et enfin le rappel reli­gieux (IM, n° 32 mars-avril 2017, “Da’wa : et notre rôle dans tout ça ?”).

17 Woodlock cite les catégories suivantes : les légalistes traditionnels (qui promeuvent une interprétation prémoderne et sans contextualisation de l’islam), les puritains théologiques (wahhabi-salafistes), les mi­litants extrémistes (usage de la violence et réinterprétation du jihad), les tenants de l’islam politique (qui visent l’instauration d’un gouvernement se fondant sur les textes religieux), les libéraux séculiers (qui prônent une séparation du politique et du religieux), les musulmans de culture (qui se sentent appartenir au monde de l’islam, mais sans nécessairement être pratiquants), les modernistes classiques (favorables à une réforme de la loi et de la pensée islamiques ainsi qu’à une meilleure compréhension de la foi et de la rationalité) et les progressistes (principalement issus de la dernière catégorie et qui se focalisent principalement sur les droits humains, la justice et le pluralisme) (Woodlock, 2011).

18 Concernant la représentation des visages et des êtres dans l’islam, l’ouvrage de S. Naef est bien docu­menté et fait le point sur cette question. L’auteure montre notamment que la représentation d’êtres animés a toujours existé dans l’histoire de la civilisation musulmane, même si ces images n’avaient pas de fonction publique et officielle. C’est dans le Hadith, les traditions prophétiques, que des arguments sont avancés contre les images figuratives. Le Coran est silencieux sur cette question. Pourtant, des réformistes du 19ème siècle, comme M. Abduh, avaient justifié théologiquement la présence d’images dans les pays musulmans. À l’heure actuelle, il existe une prolifération d’images produites par des musulmans, même au sein d’un groupe fondamentaliste et radical comme Daesh.

19 D’ailleurs, le dernier numéro est consacré à la da’wa (n° 32, mars-avril, 2012).

20 Le retour du conservatisme religieux et le terrain occupé par celui-ci n’obligent-ils pas ces actrices musulmanes à montrer qu’elles s’insèrent dans la tradition ? Nous sommes dans un contexte de transition.

21 Pour M. Weber « La tension désigne les rapports d’opposition qu’engendre la rencontre entre des sphères différentes de la vie ou “ordres de vie” » (Weber M., 1996, p. 411). Il s’agit de la confrontation entre différents ordres de vie, non seulement entre des rationalités différentes et propres à chaque sphère (rationalité théologique et rationalité économique), mais également entre le rationnel et l’irrationnel (amour/ascétisme, etc., et économie/politique, etc.).

22 Manon Smahi Cuzin de “AmbitionsPlurielles.com” (une entreprise qui propose des ressources pour concilier vie professionnelle et vie personnelle) et auteure de l’article “Conseils aux nouvelles entrepreneuses” (IM, n° 24, nov.-déc. 2015, pp. 26-29). https://www.youtube.com/watch ?v =Cef6fQ9yCEg

23 L’intersectionalité est une notion forgée au sein des mouvements féministes noirs aux États-Unis qui ont aussi été influencés par les théories post-coloniales. C’est Kimberley Crenshaw, une universitaire féministe américaine, qui serait à l’origine de ce paradigme.

24 Une entreprise qui vend des boîtes-cadeaux contenant un hijab (voile, châle, snood, etc.), un cosméti­que naturel et/ou bio, un maquillage naturel, bio et/ou halal, un produit surprise : magazine musulman, bonbon halal, bijou, parfum, accessoire, cosmétique… http://mahijabox.fr/content/6-le-concept

25 Vêtements respectant les normes islamiques, accessibles aux petits budgets et adaptés aux femmes musulmanes : http://sublimement-voilees.fr

26 Terme anglo-saxon apparu dans les années 1970 et qui connait actuellement un succès mondial, particulièrement au sein des militantes “féministes anticoloniales”, musulmanes et afro-féministes. Il s’agit d’un processus concernant principalement des catégories de personnes dominées, renvoyant à « des principes, telles [sic] que la capacité des individus et des collectivités à agir pour assurer leur bien-être ou leur droit de participer aux décisions les concernant » (Calvès A., 2009, p. 736) dans leur environnement. On lira également avec intérêt Mestiri S., 2016, dont le propos est de discuter de l’approche uni­versaliste occidentale dans les théories féministes et de faire émerger un discours sur l’émancipation spécifique aux femmes africaines, maghrébines, musulmanes, etc.

27 Des coffrets pour les fêtes religieuses, les naissances, etc. destinés aux jeunes mariés musulmans. Voir http://zawajbox.com

28 https://www.mayboheme.com/

29 ARH Conseil.

30 Jean Baubérot montre comment cette communauté religieuse a progressivement pu s’insérer dans les deux seuils de la laïcisation (reconnaissance du pluralisme religieux, séparation religion/État et privatisation de la religion). 

31 Il s’agit d’un réseau de femmes entrepreneuses que l’on peut retrouver à l’adresse suivante http://akhawatebusiness.com/blog Elles visent à accompagner la création et le développement d’entre­prises portées par des femmes, à promouvoir des modèles et des parcours féminins inspirants, à tisser un réseau de professionnels et à les impliquer pour soutenir ces femmes.

32 Karima est un nom d’emprunt.

33 Ces femmes sont pour la plupart nées sur le territoire français. Il y a également des femmes d’ascen­dance française de souche, converties à l’islam, qui font majoritairement partie de la deuxième génération.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende (IM, n° 27, mai-juin, 2016, p. 1).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-1.png
Fichier image/png, 276k
Titre Figure 2 
Légende (IM, n° 27, mai-juin, 2016, p. 2).Ces photos montrent la manière dont la rédaction construit l’esthétique d’un univers harmonieux détaché de toute référence à l’espace culturel auquel est historiquement associé l’islam. On y voit les mains d’une femme, parfaitement manucurées, dans un environnement qui évoque à la fois l’engagement dans un travail qui demande de la précision et de la rigueur (cf. des lunettes, un crayon et une pince pour pou­voir rassembler plusieurs documents, mais aussi et surtout l’usage d’un smartphone pour montrer que la femme musulmane est bel et bien connectée aux nouvelles technologies) sans toutefois négliger la féminité (la mobilisation majeure de la couleur rose) et le bien-être évoqués par la présence de coquillages, de bonbons sucrés et de fleurs.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 
Légende Exemple de dissimulation du visage (IM, n° 2, mars-avril, 2012, p. 10).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-3.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure 4 
Légende (IM, n° 27, mai-juin 2016, p. 54).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-4.png
Fichier image/png, 178k
Titre Figure 5 
Légende (IM, n° 27, mai-juin 2016, p. 28).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6 
Légende (IM, n° 27, mai-juin 2016, p. 16).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-6.png
Fichier image/png, 991k
Titre Figure 7 
Légende (IM, n° 24, nov.- déc. 2015, p. 48).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-7.png
Fichier image/png, 721k
Titre Figure 8 
Légende (IM, n° 14, mars-avril, 2014, p. 21).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9 
Légende (IM, n° 14, mars-avril 2014, p. 21).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 10 
Légende (IM, n° 14, mars-avril 2014, p. 1).Les figures 4 à 10 illustrent différentes manières de masques les visages.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-10.png
Fichier image/png, 227k
Titre Figure 12 
Légende (IM, n° 24, nov.-déc. 2015, p. 16). L’entrepreneuriat semble être le remède pour l’épanouissement de “la femme musulmane”.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-11.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 13 
Légende (IM, n° 3, mai-juin 2012, p. 1). La fem­me regarde un nuage de mots représentant “l’am­bition plurielle” des femmes musulmanes dans Imane Magazine.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-12.png
Fichier image/png, 744k
Titre Figure 14 
Légende (IM, n° 24, nov.-déc. 2015, p. 30). La mise en scène d’une femme voilée dans son cadre de travail. On y voit un rapprochement entre épanouissement spirituel, professionnel et personnel à travers notamment la mise en scène de 3 objets : l’ordina­teur, le voile et des fleurs délicatement posées sur le côté.
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2450/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naïma El Makrini, « Mise en scène des identités et enjeux autour du magazine numérique musulman féminin francophone Imane », Recherches sociologiques et anthropologiques, 49-1 | 2018, 99-125.

Référence électronique

Naïma El Makrini, « Mise en scène des identités et enjeux autour du magazine numérique musulman féminin francophone Imane », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 49-1 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2450 ; DOI : 10.4000/rsa.2450

Haut de page

Auteur

Naïma El Makrini

El’Makrini Naïma est chercheuse-documentaliste au sein du centre de documentation sur l’islam contemporain (CISMODOC).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals