Navigation – Plan du site

Le rire médiatique du cheikh Chemsedine el Djazaïri, un miroir aux alouettes de l’ordre médiatique “néo-autoritaire” en Algérie ?

The Media Laughter of Sheik Chemsedine el Djazaïri, a Smokescreen for the “Neo-Authoritarian” Media Order in Algeria?
Ghaliya Djelloul
p. 157-184

Résumés

Cet article s’intéresse à l’émission de TV-prédication algérienne Insahouni, ainsi qu’à l’ascension médiatique de son animateur, le cheikh Chemsedine Bouroubi – dit el Djazaïri – notamment grâce au buzz qu’il suscite en ligne. Outre le rappel du contexte politique de l’apparition de cette émission, l’analyse portera, dans un premier temps, sur la forme de pédagogie que celle-ci propose, sur son esthétique ainsi que sur sa mise en scène suscitant le rire. Dans un second temps, l’analyse de deux vidéos produites à partir d’extraits d’Insahouni révèlera à la fois l’apparition d’un nouveau « régime de visibilité médiatique » (Mateus, 2014) en Algérie, mais également la variété des formes de redoublement du « rire médiatique » (Vaillant, 2018 :§46) du cheikh, produisant parfois une mise à distance de son autorité religieuse et constituant ainsi un levier de desserrement de l’ “ordre médiatique néo-autoritaire” (Dris, 2012).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La narration révolutionnaire entourant les soulèvements dits du “printemps arabe” a essayé de mettre à mal l’analyse “exceptionnaliste” qui dé­crivait les sociétés du sud et de l’est de la Méditerranée comme inertes (Khader, 2009 ; Allal/Pierret, 2013), mais cette prophétie auto-réalisatrice a failli à produire l’ “effet domino” escompté (Addi, 2011 ; Baghzouz, 2011 ; Djabi, 2011 ; Dris, 2012). Le régime algérien, dont il sera ici question, constitue un cas notable de “résilience autoritaire” en dépit de la généralisation de “blocages internes” en contexte d’ “instabilités externes”, entre autres liées à diverses transformations sociales (Dris-Ait Hamadouche, 2014 ; Mokhefi, 2015). La contestation sociale a eu beau s’im­poser comme le seul canal de communication entre la population et la classe politique, donnant à voir les multiples crises que traversent les structures sociales, ni les émeutes, les violences urbaines touchant l’en­semble du pays, ni le regain sur le terrain terroriste ou le contexte régional “explosif” n’ont fait imploser le système autoritaire (Dris-Aït-Hamadou­che/Zoubir, 2009 ; Le Saout, 2000 ; Safar Zitoun, 2012 ; Zoubir, 2014 ; Volpi, 2014a, 2014b ; Lounnes, 2014 ; Mezouaghi, 2015 ; Daguzan, 2015). Pire, malgré ce hiatus croissant, le président A. Bouteflika se voit réélu président pour la quatrième fois en 2014, signant l’entrée de l’Al­gérie dans l’ère de « l’impotence présidentielle » (Hachemaoui, 2016 :169).

2Pour expliquer les soulèvements de masse survenus à partir de 2010, un rôle prépondérant a été attribué aux “nouvelles” technologies de l’infor­mation et de la communication (NTIC) (Gonzalez-Quijano, 2015). Or, si ces dernières peuvent constituer une porte d’entrée intéressante pour éclairer les changements sociaux et politiques en cours (Khelfaoui, 2016), il est indispensable de les envisager à l’intersection de différents médias (De Angelis, 2015), pour saisir le « système socio-technique » dans son ensem­ble, c’est-à-dire le « mode d’inscription social des technologies marqué par une double détermination, l’une technologique, l’autre politique » (Khelfa­oui, 2016 :6). Il s’agit de considérer la technologie, mais aussi la production et l’appropriation des contenus par les usagères et usagers, comme étant issues d’un état d’esprit témoignant d’un comportement culturel modelé par un régime politique qui rend possible – ou non – la pénétration des radio, TV, téléphone et matériel informatique dans la vie quotidienne de la population. Ce « système socio-technique » constitue de la sorte un terrain d’observation privilégié du “champ médiatique”. En Algérie, de ra­pides transformations survenues depuis les années 1980 n’ont cessé de fra­giliser le monopole détenu par la sphère politique sur l’espace public au profit de la sphère médiatique (Dris, 2014). Or, cette libéralisation du secteur des médias n’a pas résulté d’un choix endogène, mais a plutôt été imposée par l’évolution de la société et l’échec des mécanismes traditionnels de contrôle et de censure dans un « contexte international et régional [encourageant] les mouvements d’autonomisation des espaces sociétaux à l’é­gard des espaces politiques autoritaires » (Ibid. :75).

  • 1 Le taux de pénétration d’internet connait une progression exponentielle depuis 2014, pour atteindre (...)

3Chaque volet de ce desserrement accompagne l’intégration de nouveaux acteurs économiques sur lesquels le régime tente de garder une emprise : la presse écrite a constitué l’un des piliers de la transition économi­que de la fin des années 1980, tandis que la presse audio-visuelle a dû attendre 2012, malgré qu’elle reste actuellement bien plus encadrée tant l’enjeu qu’elle soulève est important (Ibid.). En effet, si les chaînes de TV ont ouvert une brèche permettant à des « espaces publics minimums » (Haj-Moussa, 2006) d’émerger malgré l’emprise culturelle des régimes autoritaires, elles constituent également un puissant outil de production de la “nation” « because the nation-state remains the primary concept […] for the everyday lives and imaginations of most of the people who produce media and constitue their audiences » (Abu-Lughod, 2004 :26). L’accès à internet1 représente quant à lui pour le régime un danger beaucoup plus important de perdre son emprise sur la société ; c’est pourquoi l’examen des pratiques d’encadrement du web par le régime algérien constitue un bon indicateur de l’évolution de cet autoritarisme par les modalités, potentialités et limites de ce que Dris appelle un « ordre médiatique néo-autori­taire » (2012 :303). Selon l’auteur, les pouvoirs politiques n’ont tout simplement pas de prise sur l’espace médiatique virtuel, c’est pourquoi ils s’emploient « à le domestiquer », en le maintenant « sous le contrôle bienveillant de l’État » (2014 :75).

  • 2 Certaines vidéos sont massivement recherchées – avec un maximum de 1,5 millions de vues, partagées (...)

4Pour illustrer cette stratégie, j’ai choisi de m’intéresser à l’émission de TV-prédication islamique Insahouni (“Conseillez-moi”), diffusée par la chaîne de TV privée “Ennahar TV” depuis 2012 et ayant promu la fulgurante ascension médiatique de sa “vedette”, le cheikh Chemsedine Bouroubi, dit “cheikh Chemsedine el Djazairi” (“L’algérien”), qui occupe une place importante dans le champ médiatique national. Cette émission se distingue par la mise en scène d’une forme de “pédagogie” nationale (Abu-Lughod, 2004), à travers un spectacle transgressif, mélange inédit des registres religieux et comique, à mi-chemin entre le prêche et le sketch. Outre sa double diffusion quotidienne d’une vingtaine de minutes sur “Ennahar TV”, Insahouni est également massivement présente sur internet depuis sa création. La chaine YouTube d’Ennahar TV diffuse en effet l’émission sous le format de courtes vidéos intitulées sur base de ti­tres-choc et labellisées sous le nom de l’émission Insahouni et de l’un des surnoms du cheikh Bouroubi : “Chemsou”2. En effet, la popularité et la fa­miliarité de cette figure de l’autorité religieuse transforment cette dernière en “star” du petit écran, ce qui se traduit dans les multiples surnoms affectueusement associés à ce statut (“Cheikh Chemseddine el Djazaïri”, “Cheikh Chemssou”, “Chemsou”, “Cheikh Chmissou”, “Chmissou”, le tout se déclinant en français et en arabe).

5Le succès du Cheikh et de ses émissions TV reflète à mes yeux l’une des manières dont le régime a récupéré, à son profit, le projet identitaire islamiste d’établissement d’une société pieuse (Carlier, 1995), afin de contenir la politisation des potentiels espaces publics par leur moralisation. Toutefois, le “buzz” online du cheikh Chemsou, qui participe d’un nouveau « régime de visibilité médiatique » en Algérie (Mateus, 2014), tend à diluer l’autorité sacrée en substituant une autorité « séculière » à cette figure religieuse (Ibid. :268). C’est pourquoi, le rappel des conditions socia­les de possibilité de cette émission TV, ainsi que l’analyse des mises en scène d’Insahouni et de deux vidéos en ligne produites à partir de celle-ci, révèleront comment le « rire médiatique » (Vaillant, 2018 :§43) permet de détourner le sens d’Insahouni par sa « forme matricielle » qu’est la parodie. Cette dernière « offre un redoublement joyeux du monde présenté par les médias » (Ibid.) qui invite à un « processus général d’auto-parodisation » (Ibid.), transformant parfois la médiation proposée par le cheikh entre le régime et la société en une brèche à travers laquelle il est possible de desserrer l’emprise du cadre social et politique véhiculé par l’apparente prégnance du registre religieux dans la société algérienne.

II. Résilience autoritaire à l’heure des NTIC : guérir la “nation” par une “thérapie islamique”

  • 3 Ce dispositif de sortie de crise amnistie les anciens terroristes, décharge les forces de l’ordre d (...)

6Des travaux de science politique et de sociologie politique expliquent la permanence de l’autoritarisme en Algérie – malgré la crise de légitimité rencontrée à partir des années 1980 par le régime en place depuis l’indé­pendance – par la conjonction de multiples facteurs dont le « tribalisme-sans-tribu » (Hachemaoui, 2013 :107), les mutations politiques du religieux (Carlier, 1995), l’action clientéliste de l’État grâce à la rente des hydrocarbures ainsi qu’une violence chronique relevant du monopole de l’(in)action politique de l’État (Caton, 1991 ; Roy, 1994 ; Martinez, 1995, 2005 ; Gallissot, 2000 ; Dawod, 2004 ; Dris-Aït Hamadouche, 2009 ; Dris, 2013). L’histoire récente a marqué ce pays d’intenses manifestations de violence, débouchant, entre 1991 et 2001, sur une décennie “noire” au cours de laquelle le régime et les tenants de “la solution islamique” s’op­posèrent (Carlier, 1995 ; Martinez, 1995, 2003). Ce long état de siège et d’urgence a meurtri les civils et fortement détérioré le lien social sans qu’aucune action publique ne soit entreprise pour gérer les conséquences des traumatismes engendrés par ces violences de masse, ni qu’aucune action collective ne permette de faire le deuil puisque l’impunité des crimes commis allait être garantie par la “Concorde civile” (en 1999), puis par “la Charte pour la paix et la réconciliation nationale” (en 2006)3. Non seulement le régime forçait ainsi la population civile au déni et à l’oubli, mais il la condamnait à la cohabitation avec les bourreaux d’hier sans autre forme de procès.

7Malgré son incapacité à se débarrasser totalement de l’islam politique (Dris/Dris-Aït-Hamadouche, 2012), le régime va ainsi prouver ses capacités de résilience dans la gestion de cette “guerre intérieure” : dès 1997, il élargit sa base clientéliste aux partis islamistes, troquant, grâce à un échange politique asymétrique et fragile, sa légitimité révolutionnaire-nationaliste contre une légitimité sécuritaire-islamiste (Dris-Aït Hamadou­che, 2009). En se “professionnalisant”, cette mouvance se fractionne et se modère, perdant de l’influence auprès de sa base contestataire. Pour juguler la violence qui continue de fragiliser l’État (comme en témoigne, entre autres, le maintien de l’état d’urgence jusqu’en 2011), le régime oblige par ailleurs cette dernière à se ranger aux côtés des acteurs religieux “traditionnels”, notamment confrériques (zawiyas), contre lesquels elle luttait dans les années 1980.

  • 4 On notera par ailleurs que les médias et les sites Internet amènent également les attitudes individ (...)

8Le “tournant culturo-identitaire” islamiste (Carlier, 1995 ; Amirouche, 1999 ; Salhi, 2000) qui s’est imposé par la violence va donc profondément changer le visage de la société algérienne. Cette mutation se manifeste no­tamment par la perte croissante de contrôle du régime sur les institutions islamiques au profit d’une pluralité d’acteurs et de discours religieux exerçant une influence croissante de régulation et d’intégration sociale : la culture religieuse prime sur le lien politique (Carlier, 1995 ; Salhi, 2000 ; Djerbal, 2004 ; Naït Brahim, 2009). La nouvelle communauté nationale passe ainsi d’une définition d’elle-même constituée autour du rejet de l’ “autre” (nationalisme anti-colonial) à l’affirmation d’un “soi” unifié qui place la religiosité (islam sunnite de rite malékite) au cœur de la définition du groupe national4. Cette projection collective d’une société “vertueuse”, qui passe par l’affirmation collective de la “piété” et de la moralité comme fondements de l’identité sociale, est au cœur de ce que Carlier qualifie de “thérapie” islamique (1992).

9Au niveau médiatique, la douloureuse “transition” politique et économi­que amorcée par le régime algérien à la fin des années 1980 se traduit par une remise en question progressive du « dirigisme national-populiste » qui monopolisait l’offre de la grille de télévision algérienne entre 1962 et 1988, conçue comme « outil de souveraineté nationale » et dotée d’une mission « éducative propagandiste » (Mostefaoui, 1996 :310). Chevaldonné (1996) attribue cette crise aux pressions en faveur de la privatisation et de la mondialisation, ainsi qu’à l’apparition de la parabole, l’équipement de réception-satellite. Pour Hadj-Moussa (2006), qui a analysé les effets de l’usage de cette dernière sur l’espace public, sur les liens entre les espaces intérieurs et extérieurs, ainsi que sur les rapports de genre, l’implantation de la télévision par satellite en Algérie a permis « la production d’un savoir autre que le savoir hégémonique diffusé par la chaîne nationale » (Ibid. :411), actualisant un « espace public minimal » (Ibid. :392), c’est-à-dire l’aspiration à une certaine pluralité dans la vie politique, sociale ou culturelle par le biais, entre autres, de la presse et des médias audiovisuels. À une « presse écrite libre », un « des rares acquis de la démocratisation du régime » (Kreamer, 2001 :83), s’est alors ajouté, dans un premier temps, l’usage de la télévision satellitaire durant les années 1980 comme point de “raccord” faisant pénétrer l’espace public dans les foyers algériens.

  • 5 Outre les règles de financement et le monopole maintenu sur la publicité, le texte prévoit la créat (...)
  • 6 Sauf à quelques reprises, comme lors des examens du baccalauréat en 2016, 2017 et 2018, pour éviter (...)

10Ce n’est ensuite qu’en 2012 que l’ouverture de chaînes privées algériennes est rendue possible grâce à la loi organique sur l’audiovisuel. Constituant une sérieuse menace pour le monopole des chaînes étatiques, le texte garantit un nombre de garde-fous pour en assurer la protection (Addi, 2011 ; Dris, 2012, 2014)5. Si, à la différence d’autres régimes autoritaires arabes, le pouvoir algérien a permis l’éclosion d’organes de presse privés et autorisé l’accès à Internet sans jamais en interrompre la diffusion6, ces concessions ne signifient pas le parachèvement d’un espace politique pluraliste libre, car elles restent encadrées par un « ordre médiatique néo-autoritaire » (Dris, 2012). Ainsi, replacer une émission TV comme Insahouni dans son contexte d’émergence politique permet de l’envisager sous l’angle d’une industrie culturelle naissante, mais également sous celui d’une tentative de maintien de l’emprise du régime sur la société.

III. La recette à succès d’Insahouni : une “pédagogie nationale”à l’efficacité redoublée grâce au rire

  • 7 «Pour la majorité d’entre elles, ces chaînes émettent de l’étranger grâce à des bandes passantes. E (...)
  • 8 Comme c’est le cas dans la très populaire émission Houna el djazair – “Ici l’Algérie” d’Echourouk T (...)
  • 9 Pluriel de cheikh.

11La dizaine de chaînes privées créées depuis 2012 sont des sociétés de droit étranger, mais elles disposent de bureaux à Alger et sont accréditées par les autorités publiques7. On trouve, notamment sur les chaines d’ “information continue”, une liberté de ton qui n’existe pas sur les chaî­nes publiques, où règne le journalisme-militant de l’unanimisme, mêlant des journaux télévisuels et des débats contradictoires8. Aux programmes à contenu informatif et politique – mais non-contestataire – de ces chaînes privées, s’ajoutent de nombreuses “émissions de société” (baramij ijtima’ia) – l’équivalent des talk show –, qui jouent sur le registre de “la panique morale” (Cohen, 1973), ou encore d’émissions à caractère religieux, comme la TV-prédication où prêchent plusieurs chouyoukh9. L’émission Insahouni est l’une d’entre elles, mais plus qu’un simple rappel aux cro­yants et croyantes de leurs obligations morales, l’une de ses spécificités consiste en la mise en scène d’une médiation entre ses différents groupes sociaux, ainsi qu’entre le régime et la société, s’adressant aussi bien au “peuple” qu’aux institutions ou au gouvernement pris dans son ensemble.

  • 10 Elle prolonge également l’héritage de feu le cheikh algérien el Djilali, qui répondait aux question (...)
  • 11 Très souvent, les questions posées concernent les relations hommes-femmes (conjugales : concernant (...)
  • 12 Grâce aux premières informations données par la personne ayant posé la question (el saîl), le cheik (...)

12En effet, par un style inimitable mêlant les registre religieux et comi­que, Insahouni propose à la fois un one-man show, grâce à des sketchs construits autour de la lecture des lettres de ses auditeurs/trices10 qui interpellent le cheikh sur des questions relatives à la vie quotidienne11, et un stand up grâce à des improvisations prenant le public “à témoin”. Les avis juridiques du cheikh ne sont pas délivrés de manière à mettre au centre du propos les versets coraniques ou les traditions prophétiques. En fin connaisseur des failles et des contradictions du public, le cheikh répond par un dispositif qui place le spectateur (el châhid) au centre de la fatwa, délivrant un prêche personnalisé, c’est-à-dire mis en scène au niveau de la vie quotidienne de l’individu, ce qui rend plus aisée la compréhension de ce vers quoi le cheikh tente d’amener ce dernier12. Par ses imitations et ses mimiques, par la proximité langagière des expressions populaires qu’il emploie, le cheikh surprend le spectateur ; il provoque divers effets comi­ques par son expression verbale, les actions et les situations jouées, ainsi que par le glissement du répertoire du solennel vers le familier, qui confère à son interprétation une dimension parodique (Bergson, 1938). Ce po­tentiel comique dissimule une violence symbolique contenue dans le prê­che, et qui avance masquée sous les atours d’un personnage comique (Vaillant, 2018) : « Fait pour humilier, […] la société se venge par lui des libertés qu’on a prises avec elle » (Le Breton, 2010 :20). En effet, le public est activement investi du rôle de spectateur-témoin de la déliquescence morale de la société algérienne, et invité à s’indigner, voire à agir avec le cheikh et à rire, non pas de lui, mais avec lui, des questions qui lui sont posées.

13Ce dispositif intersubjectif définit l’imam-humoriste en tant que figure de médiation entre les différents groupes sociaux qu’il circonscrit, mais aussi comme une interface de la nation en le positionnant entre le “peuple” et la classe politique qu’il guide dans la “voie droite”. La transgression constante du sacré par des éléments de profane (Bricker, 1973 ; Augé, 1978 ; Pasqueron de Fommervault, 2012), qui suscite le rire, produit également de la désapprobation13, voire de la crainte14. Toutefois, le sérieux des fatwas n’est pas remis en question et celles-ci sont relayées et commentées par de nombreux canaux, dont la presse écrite ou des sites d’in­formation, qui offrent ainsi des tribunes tant au Cheikh qu’à ses détracteurs15. C’est pourquoi l’originalité de la recette d’Insahouni, incarnée par la posture de Chemssedine el-Djazaïri, consiste à mes yeux à reproduire une forme de “pédagogie” nationale puisée dans un répertoire comique “populaire” issu des productions des chaînes étatiques, tout en en renouvelant l’esthétique. Sous les atours d’un “réalisme islamique” qui glorifie la moralité et l’authenticité culturelle (Abu-Lughod, 2004), ce produit médiatique se substitue au « réalisme développementaliste », qui rendait digne la simplicité du travail humain au service de l’État (Ibid. :81). Par l’ana­lyse sémiotique du script de l’émission, je vais à présent décrire la mise en scène de ce rituel religieux, et comment celle-ci donne une forme particulière à ce “réalisme islamique”.

IV. L’esthétique d’Insahouni : une émission rituelle “connectée” produit d’un “réalisme islamique”

14Comme son nom l’indique, le principe de l’émission consiste avant tout à répondre à des questions envoyées par des téléspectateurs-trices à l’a­vance, par lettre, téléphone ou SMS, dont le numéro est affiché tout au long de l’émission, en bas de l’écran, au-dessus d’une bande défilant en continu et reprenant les dernières informations. Ces éléments omniprésents, auxquels s’ajoutent le logo de la chaîne et, parfois, une image annonçant la suite du programme, rappellent la dimension “connectée” de cette émission à une réalité extérieure, notamment celle d’un public familier des NTIC.

15Bien que le principe de l’émission et ses modalités de mise en œuvre n’aient pas changé, son décor a évolué depuis 2012. La première année, le programme est lancé par une image représentant une arabesque, tournant sur fond d’une musique mystérieuse (rappelant la civilisation arabo-isla­mique et invitant peut-être à la réflexion), et au centre de laquelle figure le nom de l’émission, Insahouni. Un fondu enchaîné fait ensuite apparaitre une image où se déploient des cercles lumineux (comme un soleil) et à côté de laquelle s’inscrit le nom de scène du présentateur et animateur : Cheikh Chemseddine el Djazaïri (et non son patronyme). Un instant plus tard apparait le numéro à composer pour joindre l’émission.

Fig.1 

Fig.1 

Image d’introduction de l’émission Insahouni
(capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).

Fig.2 

Fig.2 

Générique de l’émission Insahouni
(capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).

  • 16 Héros de la lutte contre la colonisation française en 1850.

16Ces images de lancement sont suivies de quelques secondes de vidéo tournées à l’extérieur, pouvant provenir d’une caméra ou d’un enregistrement sur téléphone portable, ce qui confirme l’évocation de la “connex­ion” à la réalité sociale. Chemsedine el Djazairi apparaît debout, en habit de cheikh, entouré d’hommes en position debout autour de lui, plus ou moins jeunes. S’adressant à un journaliste (que l’on ne peut voir) qui lui tend un micro, toujours sur fond d’une musique mystérieuse, l’anima­teur semble prendre la défense de quelqu’un : « S’il était touché, il deviendrait encore plus que l’émir Abdel Kader16. Ils [les jeunes] aiment leurs pays mais ils n’aiment pas l’injustice ».

Fig.3 

Fig.3 

Clôture du générique d’Insahouni
(capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).

17Par cette première apparition, le cheikh est d’emblée présenté comme un “médiateur” au service de la cohésion sociale dans un contexte politi­que agité. En s’auto-proclamant porte-parole du peuple, ici peut-être mê­me plus particulièrement des jeunes (qui constituent plus de la moitié de la société civile et à qui l’on peut attribuer d’emblée le plus fort potentiel de mobilisation), face à l’État, le cheikh ancre par cette amorce l’émission dans l’environnement familier du spectateur.

18Un nouveau fondu enchaîné sur le cercle lumineux introduit une nouvelle séquence où Chemsedine el Djazairi est assis au milieu d’un décor représentant une salle remplie de colonnes, comparable à l’intérieur d’une mosquée. Le sol est garni d’une calligraphie qui semble apporter un élément de modernité et, peut-être, représenter un autre accessoire (familier) indispensable au lieu de prière : le tapis. Tout ceci apparaît sur un fond bleu qui donne l’impression que cette mosquée est à ciel ouvert. Habillé d’une chéchia (chapeau traditionnel), d’une djellaba assez ordinaire, souvent d’une écharpe, voire de lunettes, le cheikh entre dans des canons traditionnels de la piété sans exubérance, ce qui renforce sa proximité avec le peuple.

19En 2013, le cadre dans lequel est présenté Chemsedine el Djazairi change. Il apparaît devant un décor représentant un bureau, derrière lequel s’étend une haute et longue bibliothèque, garnie de livres avec de belles reliures, qui évoquent son érudition et le renouvellement des conditions de travail des imams (Moussaoui, 2009). Des formes calligraphiques assez modernes se trouvent sur le mur et il arrive qu’une plante verte garnisse le bureau, comme pour mieux signifier son caractère contemporain.

Fig.4

Fig.4

Ouverture de l’émission Insahouni par des invocations
(capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v =Y0vlemwYifw).

Fig.5 

Fig.5 

Lecture d’une question au cours de l’émission Insahouni
(capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v =VYT8CdKARRI).

20Une fois les présentations faites et le décor planté, l’émission de prédication s’ouvre par une prière de 30 secondes : la récitation d’une louange au prophète de l’islam, Mohammed. Ce rite d’entrée permet d’instaurer un espace-temps sacré, par l’invocation d’Allah et de son prophète. La prière est prononcée en arabe classique.

  • 17 En arabe, il s’agit de Saïl, Saïla qui devrait être traduit par “Un demandeur-une demandeuse”, car (...)
  • 18 Entretien avec Samir Ben Mokrane réalisé par Ryma Benyacoub, “Télé-fatwa : Ce que cache le succès d (...)

Ainsi, aussi bien le générique, que le titre de l’émission, les décors, l’ouverture, la présentation du cheikh concourent à inscrire celui-ci dans une certaine tradition sacrée et à fournir les premiers éléments de mise en scène d’un rituel à caractère religieux. Le prédicateur saisit ensuite un papier et démarre le sketch par la phrase rituelle : « Un téléspectateur/une téléspectatrice17 demande… ». Faisant mine de découvrir le texte qu’il lit, il récite lentement la question formulée en arabe classique, en détachant cha­que phrase par des silences, comme pour marquer ses réactions, puis, le cas échéant, les appuyer par des mimiques, des gestes, des exclamations et des intonations qui intègrent d’emblée le public dans la mise en scène : il le prend à témoin en s’adressant directement à lui. Comme l’explique Benyacoub, “La communication verbale de Chemsou rétrécit la distance entre sa fatwa et le téléspectateur. Il émet des mimiques de telle sorte que son récepteur ressent l’intérêt de son interlocuteur qui fait office d’autorité religieuse”. Le téléspectateur, de plaignant devient acteur de l’émission et créé un échange pendant des minutes où le prédicateur ne fait pas que convaincre, mais le relance pour approfondir la question18.

Fig.6

Fig.6

Prêche sur un ton moralisateur lors de l’émission Insahouni
(capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).

  • 19 A quoi s’ajoute un défaut de prononciation qui ajoute à l’effet comique.

21Une relation pédagogique se met ainsi en place au fil des descriptions de situations concrètes, de mises en scène et de dialogues réalistes, perfor­més dans un langage quotidien, s’adressant aussi bien à l’auteur·e de la question posée, aux divers protagonistes impliqués dans son histoire, qu’au public de l’émission. Tout au long de son exposé, le cheikh choisit des moments précis pour interrompre son récit, reformuler le propos du/de la téléspectateur/trice, lui faire part de ses commentaires, de ses proclamations, de ses réprimandes ou de ses louanges (le tout dans un dialecte algérois caractéristique des classes populaires). Les personnages du récit sont donc incarnés par la voix du prédicateur19, qui imite leur accent et, parfois, les mime à travers une gestuelle afin de les parodier.

  • 20 Souvent, il ouvre et ferme des parenthèses au cours desquelles il se permet des excursus, commentan (...)

22A la fin du sketch, le cheikh donne la réponse à la question posée, en délivrant une fatwa, récitant parfois un verset ou un hadith, s’exprimant en arabe classique. Il reprend ainsi l’ethos de l’imam et une posture de pédagogue, qui explique, en les reformulant et traduisant en dialecte algérien, les règles religieuses20. Le rituel religieux se termine alors par la même prière qu’au début de l’émission, des louanges adressées à Dieu concernant le prophète Mohammed, avant l’apparition à l’écran d’une image finale qui associe le titre de l’émission à la musique mystérieuse du générique du début.

  • 21 T’yabat el hammam.
  • 22 Da’wa.

23Ce bref rituel d’entrée et de sortie de l’émission, qui repose uniquement sur l’énonciation d’une courte invocation de nature religieuse, aura permis la constitution d’un espace “mis à part”. Cette distanciation vis-à-vis du monde social est renforcée par l’emploi d’effets comiques, ce qui produit un registre hybride qui, selon Vaillant, n’est possible que dans des cadres strictement réglementés et ritualisés (2018). “Chemsou”, cette autorité religieuse paternaliste caractérisée par son franc-parler, son bon sens de pater familias et dont certaines considérations ou expressions évoquent la figure péjorative de “la masseuse au hammam”21 (dont l’équivalent pourrait être la “commère”), offre un spectacle parodique et carnavalesque où s’opère une inversion des catégories sociales. Le rituel respecte toutefois les codes de délivrance du message religieux, ce qui permet de maintenir cette mise à distance du social dans un cadre sérieux : celui de la promotion d’un « ordre moral urbain » (Addi, 1999 :148) à travers la diffusion d’un rappel islamique22 énoncé par un cheikh moralisateur, au ton paternaliste, mais issu du peuple et qui ne ferait qu’en exprimer “le bon sens”.

V. Le succès du cheikh comme révélateur d’un“nouveau régime de visibilité médiatique en Algérie”

24Si le cas du cheikh Chemsou me semble si intéressant, ce n’est pas seulement en raison de la mise en scène, ou de l’esthétique rituelle de son émission, mais également en raison de l’ampleur de sa réussite qui me semble révélatrice de l’instauration d’un “nouveau régime de visibilité médiatique” (Mateus, 2014) en Algérie. Ce dernier est rendu possible par l’accès aux NTIC qui permettent de construire une “attention sociale” sur une personne ou un phénomène. En suivant la typologie proposée par Mateus, l’émission Insahouni se baserait plus précisément sur un registre de rencontre et/ou de confusion entre “privé-public” médiatique, car la lecture publique de questions relevant de la sphère privée des spectateurs permet « [the] exhibition, revelation and display by media of particular aspects of the private life of individuals » (Mateus, 2014 :271). De ce fait, la distance induite par la télévision et internet entre ceux qui voient et ne sont pas vus (les spectateurs) et ceux qui ne voient pas mais sont vus (les animateurs) est réduite par le procédé de lecture des questions du cheikh.

  • 23 “Rencontre avec Chems Eddine, un mufti atypique ‘made in Algeria’ ”, interview signalée ici (https: (...)
  • 24 A l’âge de 17 ans, il anime sa première conférence autour des significations religieuses et scienti (...)
  • 25 Sur Jil FM (radio publique destinée aux jeunes), le cheikh se félicite de son succès en se disant é (...)
  • 26 Le cheikh explique son succès dans un extrait d’émission de radio sur Jil FM : «Les gens m’aiment p (...)

25Un autre élément qui participe de ce régime de visibilité médiatique est le recours au “rire médiatique”, dont la « forme matricielle » qu’est la parodie, offre un « redoublement joyeux du monde représenté par le média », mais « implique au préalable que les rieurs l’aient reconnu et aient eu plaisir à le faire, parce qu’il appartient à leur univers familier et rassurant » (Vaillant, 2018 :§43). Ceci pose la question de savoir comment le cheikh parvient à détourner l’attention des consommateurs de fatwas par « cette aptitude au relâchement » (Ibid. :§47) que constitue le rire. Les éléments biographiques recueillis sur base d’entretiens diffusés par divers médias23 semblent préciser la personnalité de Chemseddine Bouroubi : il apparaît comme “populaire” (issu d’un quartier périphérique d’Alger), “religieux traditionnel” (il a appris l’islam auprès de cheikh Mohamed Rahou, savant malékite et mufti pendant la Guerre de libération)24 et “nationaliste” (il souhaite contrecarrer l’influence du salafisme, plus précisément du wahhabisme qu’il considère être à l’origine de la décennie noire). Lui-même se déclare libre de toute influence politique et revendique sa proximité avec son public par le partage d’une langue, d’un imaginaire25 et d’une origine sociale modeste26. Ce sont ces ressources qui lui octroient la légitimité d’incarner une fonction de guide (voire de thérapeute) de la “nation” et de médiateur entre le régime et la population.

26Insahouni élève le cheikh Chemseddine au rang de “star du petit écran” et le propulse en « produit d’appel » puisqu’il est invité, en tant qu’« hu­mo­riste médiatique » (Le Vaillant, 2018 :§46), à incarner une figure d’autorité religieuse dans plusieurs autres émissions de la même chaîne27. Il s’impose peu à peu comme une référence incontournable dont les histoires, qui sont considérées comme des blagues, alimentent les discussions quotidiennes. Ce succès l’amène même à se faire inviter à des émissions de radio ou à se produire dans des spectacles en dehors des plateaux TV, dont les vidéos disponibles en ligne confirment encore l’effet comique de ses prestations en présence du public. Sa notoriété dépasse également les frontières, puis­que l’émission Dans les kiosques, sur Arte, a été consacrée au caractère misogyne de son personnage et que, selon l’hebdomadaire Jeune Afrique, il ferait partie des 50 personnalités algériennes les plus influentes28. Enfin, il fait l’objet de caricatures en Algérie, notamment sur le site satyrique El Manchar qui titre, en le visant de manière indirecte, Les personnes ayant subi la canicule de l’Algérie pourront bénéficier d’une réduction de peine le jour du jugement dernier, ou encore, de manière moqueuse, Cheikh Chemsou à la tête de la prochaine édition d’Algé’Rire29.

  • 30 “L’algérien”.

27Les divers “produits” télévisuels du cheikh Bouroubi sont également diffusés sur internet à partir de la chaîne YouTube d’Ennahar TV, puis re­layés et amplifiés par des youtubeurs qui en rediffusent des extraits choisis, comme des “best of”, ou créent des clips composés de montages d’i­mages ou de textes, comme des parodies et autres détournements. Les vidéos rediffusant ou montrant les émissions sont à nouveau relayées, partagées, aimées, commentées, etc. Rarement traduites ou sous-titrées, elles restent majoritairement réservées à la sphère arabophone en dépit de l’am­pleur du phénomène, puisqu’on trouve aujourd’hui sur internet plus de 30.000 vidéos associées au cheikh. Toutefois, certaines sont référencées par des titres en français, ce qui permet à des algériens dont c’est la langue principale de les visionner également. Enfin, le succès même de l’émis­sion reposant sur le caractère “local” (accent et dialecte algérois, censés être compris sur le territoire national) du cheikh, on se retrouve là dans une niche ethno-nationale du web, labellisée par son nom de scène El Dja­zaïri30.

  • 31 Comme le relèvent les débats générés autour de ses fatwa, comme son rappel de devoir voter aux lé­g (...)

28Il est intéressant de noter que l’ouverture du champ médiatique, né à l’intersection des diverses technologies de l’information et de la communication, semble constituer la surface d’exposition d’un produit médiati­que conférant à ce dernier un capital de visibilité qui, bien qu’immatériel, amplifie de manière réelle sa célébrité : le cheikh fait le buzz et les internautes se réapproprient chaque émission à des fins contradictoires. Qu’il s’agisse d’encenser Bouroubi, de le ridiculiser ou de le mépriser, le nom­bre de visionnages, de clics, de partages, de “statuts” ou de commentaires sur les réseaux sociaux, etc. atteste du succès de ses sketches, non seulement du point de vue comique, mais également du point de vue de son influence croissante en tant que commentateur public de l’agenda politique31.

29Dans ce “nouveau régime de visibilité médiatique”, le charisme de “Chmissou” serait de nature “séculière”, c’est-à-dire toujours construit sur une communauté émotionnelle, mais basé, non plus sur le caractère extra-ordinaire de la source de sa légitimité, mais plutôt sur sa proximité avec ses spectateurs (Mateus, 2014). Ces derniers peuvent s’identifier à lui et lui octroyer un capital de confiance d’autant plus important que l’intégrité et la crédibilité sont des capitaux majeurs dans le marketing de la niche que constitue l’ “islam de marché” (Haenni, 2005). Or, cette exposition médiatique intense peut aussi se révéler dangereuse car l’infinité des potentielles finalités du visionnage des vidéos par les internautes rend le cheikh Chemsedinne Bouroubi vulnérable à la remise en cause de son autorité religieuse et à la récupération de ces vidéos à des fins profanes, plutôt associées au divertissement du peuple, comme l’ont montré les articles et les vidéos parodiques générés autour de l’émission et du personnage.

VI. Le cheikh et les internautes : médiation et interférences

30Pour donner un bref aperçu des formes d’appropriation auxquelles le spectacle du cheikh se prête et dont il fait l’objet sur YouTube, j’ai choisi deux vidéos qui polarisent à mes yeux les finalités des productions que l’on peut trouver à son sujet. La première explique qu’elle entend amplifier l’effet comique et le message moral de l’émission, en en livrant sa propre version, alors que la seconde constitue plutôt une forme de détournement du “rire médiatique” qui vise à ridiculiser l’émission, en caricaturant le cheikh.

31La première vidéo mêle du texte, des images, des émoticônes, etc., au service d’un montage dont le titre, ou celui des autres vidéos suggérées, évoque directement la situation traitée : J’ai renversé un cageot de whisky sur mon père et ma mère. La réponse de Chemsedine el djazaïri ou J’ai manqué de respect à mon père, Est-ce qu’un mari peut laver sa femme, ou encore Elle a été demandée 40 fois en mariage et… Il est d’ores et déjà intéressant de noter que les émotions exprimées par les émoticônes placés au-dessus du cheikh (et une fois même sur son visage) sont la colère, la stupéfaction et l’énervement, rappelant l’attitude paternaliste du personnage joué par le prédicateur. Enfin, le texte ajouté sur la vidéo, d’une taille importante et d’une couleur ostentatoire, signale l’avis de l’auteur de la vi­déo quant à la posture du téléspectateur ayant posé la question au cheikh : il s’agit d’interjections moralisatrices où le vidéaste lui-même se permet de donner son avis à l’instar de commentaires tels que « tu n’as pas hon­te ! » ou de phrases-clés comme « oui, c’est légal ». Les mises en scène et en forme de ces vidéos semblent visuellement plus attractives pour un public de jeunes youtubeurs que les émissions intégrales délivrées par la chaîne Ennahar TV.

Fig.7

Fig.7

Image de fin de la vidéo J’ai renversé un cageot de whiskey sur mon père et ma mère ! ! Ecoute la réponse de Chemsedine el Djazaïri, invitant à visionner d’autres vidéos
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Youface HD : https://www.youtube.com/​watch?v=qp-clLmYBzQ).

  • 32 https://www.youtube.com/watch?v=SRi6aU1yGt8
  • 33 Diffusée le 8 février 2015, elle compte, le 13.08.18, 402 111 vues, 680 clics “j’aime” et 433 “je n (...)
  • 34 Sa chaine YouTube, ouverte en 2011, compte 43 757 abonnés et totalise 8 543 653 vues. Sa descriptio (...)

32La seconde vidéo32, qui propose une caricature du cheikh, est diffusée sur la chaîne MuMuslim.com et est intitulée Cheikh Chemsou VS Voleurs de Bière 2016 الشيخ شمسو ضد البيرة سراق. D’une durée de 2 minutes et 21 secondes33, elle renvoie à un fait divers : un camion transportant des bouteilles de bière conditionnées dans des cartons se renverse sur une autoroute à l’est d’Alger, des hommes se précipitent pour se saisir de la cargaison. La scène a été filmée et des images ont circulé sur les réseaux sociaux. Cette vidéo, réalisée par Mohammed Chatibi, est une parodie d’Insahouni. Elle commence par une image présentant le nom du vidéaste, apparaissant sur fond de drapeau algérien (rappelant qu’il est ici question de la “nation”), et accompagnée d’une lumière et de la musique rappelant le générique d’Insahouni. L’image suivante fait apparaître l’adresse du compte facebook du vidéaste qui se présente comme artiste sur son profil public34. Ensuite, sur un fond représentant une arabesque rappelant une nouvelle fois le générique d’Insahouni, apparait le titre de la vidéo Cheikh Chemsou et les voleurs de bières (en français), évoquant peut-être l’his­toire d’Ali Baba et les 40 voleurs.

Fig.8 

Fig.8 

Image d’ouverture de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).

Fig.9 

Fig.9 

Image du générique de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016 contenant le titre
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).

33Après le générique commence l’émission proprement dite. Il s’agit d’i­mages tirées de Inshanouni et associées à celles enregistrées lors de l’acci­dent ainsi qu’à une voix caricaturant celle du cheikh. Le pseudo cheikh fait mine de lire une question concernant les photos ayant circulé sur les réseaux sociaux, il cite le nom de Facebook (rappel du caractère “connecté” de l’émission), qu’il fera mine de ne pas savoir prononcer (l’appellant “facemook”), et rappelle l’incident du camion, les images ayant circulé à cette occasion et les commentaires des internautes traitant le peuple algérien d’hypocrite et de saoulard.

Fig.10

Fig.10

Image de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de biere 2016 représentant les bières déversées sur l’autoroute
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).

Fig.11 

Fig.11 

Image de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de biere 2016 représentant les automobilistes ramassant les bières
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8)

34Sur un ton particulièrement doux et bienveillant (qui tranche radicalement avec celui, moralisateur et mobilisant les réprimandes, de Bouroubi), Chatibi prend la défense des personnes qui ont saisi les bières, expliquant qu’il s’agit d’une méprise et rappelle – de manière ironique – le caractère bienveillant des Algériens : ces individus ne voulaient pas voler les bières mais dégager de la route un contenu qui l’obstruait afin de permettre aux automobilistes de reprendre leur chemin et d’empêcher une “âme faible ou corrompue”, de pouvoir s’enivrer ou de s’enrichir grâce à ces boissons.

35Le rire associé à la dimension transgressive de la parodie d’Insahouni est ici subverti en un humour qui établit une distance critique par rapport aux prescriptions morales véhiculées par l’émission originale. En détournant les commentaires du cheikh Bouroubi destinés aux “voleurs de bière”, le message d’amour du peuple algérien que délivre Chatibi permet de réinterpréter les messages de réprimande habituellement délivrés.

Fig.12

Fig.12

Image de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016. Le cheikh loue l’acte des automobilistes
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).

36La séquence se termine par une invitation à cliquer pour découvrir d’au­tres vidéos et à s’abonner à la chaîne YouTube dont il est question, où l’on voit une parodie en algérien d’une vidéo des chanteurs américains Lionel Richie et Stevie Wonder, rappelant que « l’auto-parodie est au cœur de la culture de masse » (Vaillant, 2018 :§43).

37Ces brèves analyses de la réappropriation de l’autorité religieuse du cheikh Chemsedinne à des fins de mise en scène sur internet montrent à quel point son “rire médiatique” dans l’émission Insahouni constitue aussi bien la recette de son succès (auprès de ceux qui soutiennent son projet de moralisation de l’espace public), que de son échec (auprès de ceux qui contestent l’ordre moral urbain qu’il prêche), et ce par la mise à distance de son autorité religieuse grâce à l’ironie. En effet, « Le rire n’est pas fixé une fois pour toutes », et par son « efficacité performative […] sa signification politique ambiguë oscille entre cynisme, connivence, transgression et, plus rarement, subversion » (Poirson, 2014 :18). De plus, au-delà des vidéos mises en ligne, le dispositif interactif rendu possible par YouTube (comptabilisation des vues, clics, espace de commentaires, etc.) permet des appréciations, des échanges et des débats concernant les finalités des vidéos, leur qualité, leur contenu, voire la légitimité de leur production, et permet l’existence d’une aire délibérative autour du cheikh et de son message, reflétant les effets éthiques de l’expérimentation en ligne (Hirschkind, 2012) de la société algérienne contemporaine.

Fig.13 

Fig.13 

Image de fin de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016 invitant à visionner d’autres vidéos
(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).

VII. Conclusion : le rire médiatique comme levier de desserrement de l’ “ordre médiatique néo-autoritaire” ?

38Comme ce fut le cas pour la TV satellite, internet multiplie les « points d’ancrage où la notion de “publicité est retravaillée et réarticulée” » (Haj-Moussa, 2006 :392). Cependant, les NTIC donnent également le sentiment d’élargir les « espaces publics minimaux » grâce aux distorsions d’espaces-temps caractéristiques d’internet en tant que medium (Mateus, 2014 :269). Ce dispositif communicationnel entraine des transformations sociales, notamment l’instauration d’un nouveau régime de visibilité médiatique (Mateus, 2011), qui a des effets sur la nature de l’autorité, et une ouverture au marché global qui accompagne le processus de libéralisation économique du champ médiatique. Dans ce paysage, le branding d’émission rituelle à caractère comique d’Insahouni semble diluer son “islamité” dans une logi­que marchande de standardisation et de séduction de segments plus larges du public (Haenni, 2005), débouchant sur une religiosité mainstream.

39Par l’analyse des ressorts du comique et de la mise en scène rituelle de l’émission, j’ai tenté de mettre en évidence les éléments qui favorisent des réappropriations diverses d’une autorité religieuse par les internautes. Il en ressort que son hybridité (entre rituel religieux et spectacle comique) com­porte une ambiguïté potentiellement subversive car les deux registres qui semblent s’exclure mutuellement (Vaillant, 2018) s’accommodent pourtant très bien l’un de l’autre dans le cadre de l’espace marchand. Par ailleurs, alors que Haenni (2005) voyait dans le thème de l’éthique une manière pour “l’islam de marché” de se déployer au niveau universel en tempérant des éléments de sacré, Insahouni s’ancre dans la “nation” pour produire le mouvement inverse : se ré-ancrer localement, ce qui revient, en partie, à refuser la dilution de l’espace marchand global.

  • 35 Da’wa.

40L’ordre moral urbain, évoqué et valorisé dans cette émission par le “rappel”35, donne au spectateur l’impression de se “connecter” au quotidien du “peuple algérien”, mais le “rire médiatique”, qui parodie le réel, offre également une mise à distance. La violence symbolique du cheikh, transfiguré dans le personnage de “Chemsou”, peut alors être l’objet de réinterprétations dans des parodies de la forme médiatique de prédication télévisée elle-même, exploitant « alors directement à son profit le mécanisme de représentation médiatique » (Vaillant, 2018 :§43). Il me semble qu’on atteint là une limite de l’encadrement possible par l’“ordre médiati­que néo-autoritaire”, celle du desserrement de l’emprise du régime sur la société au profit de celle du marché.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughold L., 2004 Dramas of Nationhood : The Politics of Television in Egypt, Berkeley, The University of Chicago Press.

Addi L., 1999 Les mutations de la société algérienne. Famille et lien social dans l’Algérie contemporaine, Paris, La Découverte.

Addi L., 2011 “Le régime algérien après les révoltes arabes”, Mouvements, 2011/2, n° 66, p. 89-97.

Allal A., Pierret T. (eds.), 2013Au cœur des révoltes arabes ; devenir révolutionnaires, Paris, Armand Colin.

Amirouche H., 1998“Algeria’s Islamist Revolution : The People Versus Democracy ?”, Middle East Policy, n° 4, January, pp. 180-196.

Auge M., 1978“Quand les signes s’inversent”, Communication, 1978, vol. 28, n° 1, pp. 55-67.

Autorite De Regulation De La Poste Et Des Telecommunications [ARPT], 2015Dossier de presse : Rapport d’activité, ARPT, 10 avril 2015 [en ligne], www.arpt.dz.

Baghzouz A., 2011 “L’Algérie et les révoltes arabes : ni exception ni domino”, Outre-Terre, 2011/3, n° 29, p. 159-174.

Bennani-Chraïbi M., Fillieule O., 2012“Pour une sociologie des situations révolutionnaires. Retour sur les révoltes arabes”, Revue française de science politique, 2012/5, vol. 62, p. 767-796.

Bergson H., 1938 Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, Felix Alcan [1899].

Boubekeur A., 2008 “Les partis islamistes algériens et la démocratie : vers une professionnalisation politique ?”, L’Année du Maghreb, IV | 2008, pp. 219-238.

Bricker V. R., 1973 Ritual Humor in Highland Chiapas, Austin, University of Texas Press.

Carlier O., 1992“De l’islahisme à l’islamisme, la thérapie politico-religieuse du FIS”, Cahiers d’Études africaines, 1992/126, pp. 185-219.

Carlier O., 1995 Entre nation et jihad. Histoire des radicalismes algériens, Paris, Presses de Sciences Po.

Caton S., 1987“A Critique of the Segmentary Model in the Middle East”, International Journal of Middle East Studies, 1987, 19(1), pp. 77-101.

Chevaldonne Fr., 1996“Discours sur la modernité et communication inégale : un siècle d’audiovisuel en Algérie (1895-1995)”, Tiers-monde, tome n° 37, n° 146, pp. 258-304.

Cohen S., 1973Folk Devils and Moral Panics, New York, Paladin.

Daguzan J-F., 2015“La politique étrangère de l’Algérie : le temps de l’aventure ?”, Politique étrangère, 2015/3 (Automne), p. 31-42.

Dawod H. (ed.), 2004Tribus et pouvoir en terre d’Islam, Paris, Armand Colin.

De Angelis E., 2015“Introduction : le système hybride égyptien et le ‘chaos culturel’ ”, Égypte/Monde arabe, 2015/2, pp. 7-20.

Djabi A. N., 2011Protest Movements in Algeria, Arab Center for Research and Politicy Studies, 30 mai, http://english.dohainstitute.org/Home/Details/5ea4b31b-155d-4a9f-8f4d-a5b428135cd5/47f3bf71-8f95-4951-a579-176e2f718468.

Djerbal D., 2004“Le changement des valeurs et des idéologies dans la société algérienne”, L’Année du Maghreb, I | 2004, pp. 401-414.

Djerbal D., 2014 “Les médias en Algérie : un espace en mutation”, Maghreb – Machrek, 2014/3 (n° 221), p. 65-75.

Dris-Ait Hamadouche L., 2014“Politique extérieure et politique intérieure algérienne : la résistance révolutionnaire au service de la résilience autoritaire ?”, Maghreb – Machrek, 2014/3, n° 221, p. 9-22.

Dris-Ait Hamadouche L., Dris C., 2012“De la résilience des régimes autoritaires : la complexité algérienne”, L’Année du Maghreb, VIII | 2012, pp. 279-301.

Dris-Ait Hamadouche L., Zoubir Y. H., 2009“Pouvoir et opposition en Algérie : vers une transition prolongée”, L’Année du Maghreb, V | 2009, pp. 111-127.

Dris C., 2012“La nouvelle loi organique sur l’information de 2012 en Algérie : vers un ordre médiatique néo-autoritaire ? ”, L’Année du Maghreb, VIII | 2012, pp. 303-320.

Echchaibi N., 2011“From Audio Tapes to Video Blogs : the Delocalisation of Authority in Islam”, Nations and Nationalism, 17/01, pp. 25-44.

El-Mahdi R., 2011“Orientalising the Egyptian Uprising”, Jadaliyya, avril 2011, http://www.jadaliyya.com/pages/index/1214/orientalising-the-egyptian-uprising.

Gallissot R., 2000“Émeutes : ordre étatique et désordre social”, dans Le Saout D., Rollinde M., Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb - Perspective comparée, Paris, Karthala, pp. 19-46.

Goffman E., 2003La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Éditions de minuit, [1973].

Gonzalez-Quijano Y., 2015“Internet, ‘le printemps arabe’ et la dévaluation du cyberactivisme arabe”, Égypte/Monde arabe, 2015/2, pp. 67-84.

Habermas J., 1997Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris, Gallimard.

Hachemaoui M., 2013Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, Paris, Karthala-Iremam.

Hachemaoui M., 2016“Qui gouverne (réellement) l’Algérie ?”, Politique africaine, 2016/2, n° 142, pp. 169-190.

Hadj-Moussa R., 2006“Singularité, vie en commun et télévision par satellite en Algérie”, Cahier d’études africaines, n° 182, mis en ligne le 01 janvier 2008, https://journals.openedition.org/etudesafricaines/15268.

Haenni P., 2005L’islam de marché : l’autre révolution conservatrice, Paris, Ed. du Seuil.

Hirschkind Ch., 2012“Experiments in Devotion Online : the YouTube Khutba”, International Journal of Middle Eastern Studies, vol. 44/1, pp. 5-21.

Khader B., 2009Le Monde arabe expliqué à l’Europe, Paris, L’Harmattan.

Khamis S., Gold P. B., Vaughn K., 2012“Beyond Egypt’s ‘Facebook Revolution’ and Syria’s ‘YouTube Uprising’ ”, Arab Media & Society, 15, http://www.arabmediasociety.com/?article=791.

Khelfaoui H., 2011“Accès aux technologies en Algérie : imposition ou appropriation ?”, African Sociological Review, 15/1, pp. 2-19.

Kraemer G., 2001“Presses francophone et arabophone en Algérie”, Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 173, pp. 73-83.

Le Breton D., 2010“Éclats de rire : fragments d’une anthropologie du rieur”, Revue des Sciences sociales, n° 43, pp. 16-23.

Le Saout D., 2000“Les émeutes, entre exclusion et sentiment d’injustice. Une approche comparée Maghreb-Europe”, dans Le Saout D., Rollinde M., Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb - Perspective comparée, Paris, Karthala, pp. 47-66.

Lounnas D., 2014“L’évolution de l’environnement stratégique de l’Algérie post-Printemps arabe”, Maghreb – Machrek, 2014/3 (n° 221), p. 47-64.

Martinez L., 1995“L’enivrement de la violence : ‘djihad’ dans la banlieue d’Alger”, dans Leveau R. (dir.), L’Algérie dans la guerre, Bruxelles, Complexe, pp. 39-70.

Martinez L., 1998 La guerre civile en Algérie, Paris, Khartala.

Martinez L., 2000“Youth, the Street and Violence in Algeria”, dans Meijer R. (dir.), Alienation or Integration of Arab Youth : between Family, State and street, pp. 83-105.

Martinez L., Boserup R. A. (Eds), 2016Algeria Modern : From Opacity to Complexity, London, Hurst.

Mateus S., 2014“Visibility Regimes in Mediatized Publicness”, MATRIZes, vol. 8, n° 2, jul/dec, pp. 259-281.

Mezouaghi M., 2015“L’économie algérienne : chronique d’une crise permanente”, Politique étrangère, 2015/3 (Automne), p. 17-29.

Mokhefi M., 2015“Introduction : L’Algérie. Blocages internes, instabilités externes”, Politique étrangère, 2015/3 (Automne), p. 10-16.

Moll Y., 2010“Islamic Televangelism : Religion, Media and Visuality in Contemporary Egypt”, Arab Media & Society, Issue 10 Spring 2010, http://www.arabmediasociety.com/?article=732.

Mosefaoui B., 1996“Évolution de la grille de la télévision algérienne de 1978 à 1994. Aspects d’une politique de programmation en crise”, Tiers-Monde, t. 37, n° 146, pp. 305-314.

Moussaoui A., 2006De la violence en Algérie. Les lois du chaos, Arles, Actes Sud.

Moussaoui A., 2009“La mosquée en Algérie. Figures nouvelles et pratiques reconstituées”, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 125, https://journals.openedition.org/remmm/6159.

Nait Brahim A., 2009“Le sermon religieux : la transmutation d’un genre du discours”, Insaniyat, 43 | 2009, pp. 41-54.

Pasqueron De Fommervault I., 2012“Je ris donc je suis”. Le rire et l’humour au carrefour de deux processus identitaires : socialisation et individuation, Master d’anthropologie, Université d’Aix Marseille.

Roy O., 1994“Clientélisme et groupes de solidarité : survivance ou recomposition ?”, dans Salame Gh. (ss. dir.), Démocraties sans démocrates ? Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard, pp. 397-412.

Safar Zitoun M., 2012“Violence et rente urbaines : quelques réflexions critiques sur la ville algérienne d’aujourd’hui”, Insaniyat, n° 57/58, pp. 51-71.

Salame Gh. (dir.), 1994Démocraties sans démocrates ? Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard.

Salhi M. B., 2000“Éléments pour une réflexion sur les styles religieux dans l’Algérie d’aujourd’hui”, Insaniyat, 11/2000, pp. 43-63.

Shaery-Eisenlohr R., 2011“From Subjects to Citizens ? Civil Society and the Internet in Syria”, Middle East Critique, 20(2), pp. 127-138.

Tlemçani R., 2014“Le coup de force permanent en Algérie. Armée, élections et islamisme”, Maghreb – Machrek, 2014/3 (n° 221), pp. 91-107.

Vaillant A., 2018“Le rire, le propre de l’homme (moderne) : de l’anthropologie à l’histoire culturelle”, dans Le rire : formes et fonctions du comique, Fabula, Colloques en ligne, http://www.fabula.org/colloques/document4557.php, page consultée le 10 juillet 2018.

Volpi F., 2014 a “Introduction”, Maghreb – Machrek, 2014/3 (n° 221), p. 5-6.

Volpi F., 2014 b “Stabilité et changement politique au Maghreb : Positionner l’Algérie dans le contexte régional de l’après-printemps arabe”, Maghreb – Machrek, 2014/3, n° 221, p. 35-46.

Webographie

Sites d’informations générales :

http://www.algerie-focus.com/2013/12/un-site-internet-dedie-exclusivement-aux-femmes-layadjouz-selon-le-cheikh-chems-eddine/
https://www.algerie360.com/cheikh-chems-eddine-fustige-lemprunt-obligataire-et-le-ministre-de-la-culture-video/
http://www.djazairess.com/fr/elwatan/519204
https://www.facebook.com/tsalgerie/posts/rencontre-avec-chems-eddine-un/609024045816935/
http://fibladi.dz/actualit%C3%A9/l-info/item/157064-t%C3%A9l%C3%A9-fatwa-ce-que-cache-le-succ%C3%A8s-de-chemssou-co
http://www.jeuneafrique.com/mag/255148/societe/algerie-cheikh-chemseddine-aldjazairi-limam-star/
http://www.jeuneafrique.com/mag/255147/societe/algerie-fatwas-par-satellite-buzz-et-polemiques/.
http://www.ouvalalgerie.com/news/69-Cheikh-Chemsou-:-%C2%AB-Le-moudjahid-portait-un-fusil,-pas-une-bouteille-de-whisky-!-%C2%BB.html.

Site satyrique

https://el-manchar.com/tag/cheikh-chemsou/.

Blog à connotation militante

http://forumdesdemocrates.over-blog.com/2014/12/tele-fatwa-ce-que-cache-le-succes-de-chemssou-co.html.

YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=R3xG6gvV08I
https://www.youtube.com/watch?v=SRi6aU1yGt8
https://www.youtube.com/watch?v=Y0vlemwYifw
https://www.youtube.com/watch?v=VYT8CdKARRI

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : En Algérie, de rapides transformations survenues depuis les années 1980 ont eu comme conséquence de fragiliser le monopole détenu par la sphère politi­que sur l’espace public au profit de la sphère médiatique (Dris, 2014). Cette libéralisation du secteur des médias n’a pas été le résultat d’un choix endogène mais s’est plutôt imposée par l’évolution de la société et l’échec des mécanismes traditionnels de contrôle et de censure associés au contexte international et régional. L’examen des prati­ques d’encadrement du web par le régime algérien constitue un bon indicateur de l’é­volution des rapports de ces 2 espaces par les modalités, potentialités et limites de ce que Dris appelle un « ordre médiatique néo-autoritaire » (2012 :303). C’est pourquoi j’ai choisi de m’intéresser à l’émission de TV-prédication islamique Insahouni (“Conseillez-moi”), diffusée par la chaîne de TV privée “Ennahar TV” depuis 2012, qui a contribué à promouvoir la fulgurante ascension médiatique de son animateur, le cheikh Chemsedine Bouroubi, dit el Djazairi (“L’algérien”). Cette émission se distingue par sa mise en scène d’une forme de “pédagogie” nationale (Abu Lughod, 2005), à travers un spectacle transgressif, mélange inédit des registres religieux et comique, à mi-che­min entre le prêche et le sketch. Depuis sa création Insahouni est massivement diffusée sur internet, sous format de vidéos courtes, via la chaine YouTube d’Ennahar TV ou par des internautes qui se la réapproprient.

Théorie : D’un point de vue théorique, l’analyse articule une sociologie politique des TIC à une anthropologie du rire. Il s’agit de comprendre les conditions de possibilité d’une émission mêlant le prêche au sketch – “régime de visibilité médiatique” (Mateus, 2014) à l’heure d’un “ordre médiatique néo-autoritaire” (Dris, 2012) – afin d’in­terpréter les effets du “rire médiatique” (Vaillant, 2018) suscité par le Cheikh Chemsedine el Djazaïri, ainsi que son redoublement par les détracteurs de l’ “ordre moral urbain” (Addi, 1999) qu’il participe à produire et diffuser.

Méthodologie : Cet article s’appuie sur l’analyse sémiotique de diverses vidéos de l’émission Insahouni, ou de vidéos produites à partir de celle-ci par des internautes, diffusées sur YouTube, pour en déceler la mise en forme, en scène et l’esthétique. Afin de comprendre l’attention médiatique portée à cette figure d’autorité religieuse, ainsi que de comprendre des fragments de la réception de son émission, d’autres sources sont mobilisées : articles, interviews, émissions de radio, émissions de TV, enregistrements de spectacles en direct, etc.

Résultats : Le succès du Cheikh et de ses émissions TV reflète une des manières dont le régime a récupéré, à son profit, le projet identitaire islamiste d’établissement d’une société pieuse (Carlier, 1995), afin de contenir la politisation des potentiels espaces pu­blics par leur moralisation. Toutefois, le buzz online du cheikh Chemsou tend à diluer l’autorité sacrée en substituant une autorité “séculière” à cette figure religieuse (Mateus, 2014 :268). C’est pourquoi, l’analyse porte, dans un premier temps, sur la forme de pédagogie qu’elle propose, sur son esthétique ainsi que sur sa mise en scène suscitant le rire. Dans un second temps, l’analyse de deux vidéos produites à partir d’ex­traits d’Insahouni révèle à la fois l’apparition d’un nouveau “régime de visibilité médiatique” (Mateus, 2014) en Algérie, mais également la variété des formes de redoublement du “rire médiatique” (Vaillant, 2018 :§46) du cheikh, produisant parfois une mise à distance de son autorité religieuse et constituant ainsi un levier de desserrement de l’ “ordre médiatique néo-autoritaire” (Dris, 2012). Par l’analyse des ressorts du comique et de la mise en scène rituelle de l’émission, les éléments qui favorisent des réappropriations diverses d’une autorité religieuse par les internautes sont mis en évidence. Il en ressort que son hybridité (entre rituel religieux et spectacle comique) comporte une ambiguïté potentiellement subversive car les deux registres qui semblent s’exclure mutuellement (Vaillant, 2018) s’accommodent pourtant très bien l’un de l’autre dans le cadre de l’espace marchand. Par ailleurs, alors que Haenni (2005) vo­yait dans le thème de l’éthique une manière pour “l’islam de marché” de se déployer au niveau universel en tempérant des éléments de sacré, Insahouni s’ancre dans la “nation” pour produire le mouvement inverse : se ré-ancrer localement, ce qui revient, en partie, à refuser la dilution de l’espace marchand global.

Discussion : En conclusion, cette émission donne au spectateur l’impression de se “connecter” à son quotidien, bien que le “rire médiatique” sur lequel elle repose offre une mise à distance de l’ordre moral urbain, constituant un levier de desserrement de l’emprise du régime sur la société au profit de celle du marché.

Structured summary

Presentation : The rapid transformations that have occurred in Algeria since the 1980’s have had the effect of weakening the monopoly the political sphere held in public space to the advantage of the media sphere (Dris, 2014). This liberalization of media sectors has not been the result of an endogenous choice but has rather been impo­sed on it by the society’s evolution and the failure of the traditional control mechanisms and censure associated with the international and regional context. An examination of the Algerian regime’s Web management practices is a good indicator of the evolution of the relationships existing between these 2 spaces through the methods, potentialities and limits of what Dris calls a « neo-authoritarian media order » (2012 : 303). This is why I have chosen to focus my attention on the islamic TV preaching programme Insahouni (“Advise me”), broadcast by the private TV network “Ennahar TV” since 2012, and which has contributed to promoting the fulgurating media rise of its organizer, Sheik Chemsedine Bouroubi, also called el Djazairi (“the Algerian”). This programme is characterized by its staging of a form of national “pedagogy” (Abu Lughod, 2005), through a transgressive show, an unprecedented mix of religious and comic items, halfway between the sermon and the skit. Since its creation Insahouni has been broadcast massively on the Internet, in the format of short videos, via Enna­har TV’s YouTube network or web users who retransmit the programme.

Theory : From a theoretical viewpoint, the analysis relates a sociology of ICT policy to an anthropology of laughter. This involves understanding the conditions for the possibility of a programme mixing sermons with skits (“media visibility plan” (Mateus, 2014) at the dawn of a “neo-authoritarian media order” (Dris, 2012)) in order to interpret the effects of the “media laughter” (Vaillant, 2018) triggered by Sheik Chemsedine el Djazaïri, as well as its redoubling by the “secular moral order’s” detractors (Addi, 1999), which he participates in producing and broadcasting.

Methodology : This article is based on a semiotic analysis of various videos of the Insahouni programme, or on videos produced by it by web users and broadcast on YouTube, to reveal its formatting, staging and aesthetics. In order to understand the media attention paid to this religious authority figure, as well as fragments of his programme’s consumption, other sources are mobilized : articles, interviews, radio and TV programmes, recordings of live shows, etc.

Results : The success of the Sheik and his TV programmes reflects one of the ways in which the regime has recuperated the islamist identity project for establishing a pious society to its advantage (Carlier, 1995), in order to contain the politicization of potential public spaces through their moralisation. As it happens, Sheik Chemsou’s online buzz tends to dilute sacred authority in replacing it by the “secular” authority this religious figure is granted (Mateus, 2014 :268). That is why the analysis first deals with the form of pedagogy it proposes, its aesthetics as well as its staging, making people laugh. In our second section, analysis of the two videos produced from extracts of Insahouni reveals both the appearance of a new “media visibility plan” (Mateus, 2014) in Algeria as well as the variety of ways of sharply increasing the sheik’s « media laughter » (Vaillant, 2018 :§46), sometimes leading to a distance taking from its religious authority and thereby constituting a lever for loosening up the “neo-authoritarian media order” (Dris, 2012). Through analysis of the programme’s comic resources and ritual staging, elements favouring various reappropriations of a religious authority by web users are highlighted. This reveals that its hybridity (between religious ritual and comic show) contains a potentially subversive ambiguity because the two domains seem to be mutually exclusive (Vaillant, 2018) while getting along quite well in the context of commercial space. In addition, whereas Haenni (2005) saw in the ethics theme a way for “commercial islam” to thrive on a universal level in toning sacred ele­ments down, Insahouni is anchored in the “nation” and produces the opposite movement : re-anchoring itself locally which, in part, amounts to refusing the dilution of global commercial space.

Discussion : In conclusion, this programme gives the spectator the impression “of being connected” to his daily existence, although the “media laughter” it is based on offers a distance taking from the secular moral order, constituting a lever for loosening the regime’s grasp on society to the advantage of the market’s.

Haut de page

Notes

1 Le taux de pénétration d’internet connait une progression exponentielle depuis 2014, pour atteindre une télé densité internet globale de 71,17% en 2016, notamment par la progression du parc d’abonnés 3G et 4G fixe et mobile (ARPT, 2015).

2 Certaines vidéos sont massivement recherchées – avec un maximum de 1,5 millions de vues, partagées sur des chaînes YouTube ou relayées sur les réseaux sociaux et les comptes collectifs de fans du Cheikh, sachant que de nombreuses pages à son nom ou relatives à des usagers privés de ces réseaux y font également référence.

3 Ce dispositif de sortie de crise amnistie les anciens terroristes, décharge les forces de l’ordre de devoir rendre des comptes et sanctionne pénalement tout débat sur ce conflit civil (Moussaoui A., 2006).

4 On notera par ailleurs que les médias et les sites Internet amènent également les attitudes individuelles et collectives vis-à-vis de la norme islamique à se modifier et à s’individualiser. Ceci aboutit soit à la ré­interprétation personnelle des dogmes religieux traditionnels (du malékisme au wahabisme), soit, très minoritairement, à franchir des barrières religieuses à l’intérieur de l’islam (conversions au chiisme), ou à l’extérieur (dans les régions où la contestation politique et la lutte pour la reconnaissance des spécificités culturelle et linguistique sont les plus fortes, comme en Kabylie), en remettant dans ce cas en cause le triptyque identitaire officiel “islamité, arabité, algérianité” (Salhi M. B., 2000).

5 Outre les règles de financement et le monopole maintenu sur la publicité, le texte prévoit la création d’une Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV), composée uniquement de membres désignés par des responsables politiques (Présidents de la République, du Sénat et de l’Assemblée Nationale), et ha­bilitée à retirer l’agrément d’une chaîne qui porterait “atteinte à l’ordre public”.

6 Sauf à quelques reprises, comme lors des examens du baccalauréat en 2016, 2017 et 2018, pour éviter que les lycéen·ne·s n’accèdent aux réponses en ligne.

7 «Pour la majorité d’entre elles, ces chaînes émettent de l’étranger grâce à des bandes passantes. Elles sont certes détenues par capitaux algériens, mais elles ne sont pas considérées comme des entreprises de droit algérien, même si elles officient sur le territoire algérien. Ainsi, Numidia News est une entreprise de droit suisse, Atlas TV10 et El Djazairia sont de droit britannique» (Dris C., 2014, p.72).

8 Comme c’est le cas dans la très populaire émission Houna el djazair – “Ici l’Algérie” d’Echourouk TV.

9 Pluriel de cheikh.

10 Elle prolonge également l’héritage de feu le cheikh algérien el Djilali, qui répondait aux questions po­sées dans les lettres de ses auditeurs/spectateurs, dans un langage compréhensible par les classes populaires et les personnes non-lettrées.

11 Très souvent, les questions posées concernent les relations hommes-femmes (conjugales : concernant le célibat, le mariage, la sexualité, ou familiales), en lien avec des situations quotidiennes (mixité dans les transports, dans les magasins, l’utilisation des téléphones portables, etc.), que le cheikh agrémente de sujets politiques comme la liberté d’expression ou de manifestation (il déclare illicites des grèves d’en­seignants, s’indigne contre la venue du joueur de football Maradona en Algérie, l’importation de la viande indienne, le nouveau crédit d’aide à l’entreprenariat pour les jeunes, etc.).

12 Grâce aux premières informations données par la personne ayant posé la question (el saîl), le cheikh va cerner un public-cible auquel il va s’adresser. Par exemple, face à cette jeune femme universitaire ha­bitant Ouargla (ville du sud algérien) qui lui demande de l’aider à trouver un époux de nationalité indienne, il va s’énerver et prendre la défense des hommes originaires des villes du Sahara, de l’Algérie, du Maghreb puis de tout le monde musulman n’ayant pas trouvé grâce aux yeux de cette femme célibataire avant de donner “l’ordre” aux habitants de Ouargla de ne pas la laisser sortir de la ville, ni de lui délivrer de passeport ou de visa. «Tu resteras à Ouargla», assène-t-il sur un ton autoritaire. D’autres fois, il s’adresse à tout le public algérien, tour à tour aux femmes, puis aux hommes, aux jeunes, aux téléspectateurs qui regardent l’émission en mangeant au restaurant, aux Algériens vivant à l’étranger, à une certaine catégorie professionnelle, etc. Bref, en fonction du sujet dont il va traiter, il va circonscrire un auditoire auquel il s’adresse directement dans son récit et qu’il intègre en simulant un dialogue en lui posant des questions, le condamnant, lui donnant des indications ou des ordres.

13 Auprès de ceux qui jugent inconvenant de mêler les deux registres, en premier lieu le Ministre des Af­faires religieuses et certains journalistes qui diffuseront tout de même ses vidéos considérées comme “loufoques”.

14 Voir “Télé-fatwa : Ce que cache le succès de Chemssou & Co” (2014), http://forumdesdemocrates.over-blog.com/2014/12/tele-fatwa-ce-que-cache-le-succes-de-chemssou-co.html

15 Voir par exemple : http://www.algerie-focus.com/2013/12/un-site-internet-dedie-exclusivement-aux-

femmes-layadjouz-selon-le-cheikh-chems-eddine/ ; http://www.algerie360.com/video/cheikh-chems-eddine-

fustige-lemprunt-obligataire-et-le-ministre-de-la-culture-video/ ; “Quand cheikh Chemseddine se mêle d’économie – Le mufti d’Ennahar a rendu illicite l’emprunt obligataire” ; http://www.djazairess.com/fr/elwatan/519204 ; http://www.ouvalalgerie.com/news/69-Cheikh-Chemsou-:-%C2%AB-Le-moudjahid-portait-un-fusil,-pas-une-bouteille-de-whisky-!-%C2%BB.html

16 Héros de la lutte contre la colonisation française en 1850.

17 En arabe, il s’agit de Saïl, Saïla qui devrait être traduit par “Un demandeur-une demandeuse”, car le substantif est tiré du verbe “demander, poser une question”.

18 Entretien avec Samir Ben Mokrane réalisé par Ryma Benyacoub, “Télé-fatwa : Ce que cache le succès de Chemssou & Co”, Fibiladi Algérie, 5 décembre 2014 : http://fibladi.dz/actualit%C3%A9/l-info/item/157064-t%C3%A9l%C3%A9-fatwa-ce-que-cache-le-succ%C3%A8s-de-chemssou-co.

19 A quoi s’ajoute un défaut de prononciation qui ajoute à l’effet comique.

20 Souvent, il ouvre et ferme des parenthèses au cours desquelles il se permet des excursus, commentant l’actualité du moment (politique nationale ou internationale, artistique ou sociale) et donnant son avis, comme lorsqu’il appelle l’État à moraliser davantage la société en censurant ceux qu’il désigne comme les ennemis de l’identité nationale, à l’instar de l’écrivain Kamal Daoud (suite à la parution de son roman Meursault : contre-enquête (2013), dans lequel ce dernier émet des critiques par rapport à l’omni­présence religieuse dans la société), ou du cinéaste Lyès Salem, dont il traite le film L’oranais (2013) de “satanique” (en raison des combattants pour la libération de l’Algérie mis en scène en train de boire de l’alcool dans des cabarets, ce qui représente, pour le cheikh, une atteinte à l’honneur de l’État. Cette fatwa a d’ailleurs déclenché un débat houleux entre les professionnels de la culture et les associations d’anciens combattants).

21 T’yabat el hammam.

22 Da’wa.

23 “Rencontre avec Chems Eddine, un mufti atypique ‘made in Algeria’ ”, interview signalée ici (https://www.facebook.com/tsalgerie/posts/rencontre-avec-chems-eddine-un/609024045816935/ ) et reprodui­te sur divers sites, mais qui ne figure plus sur le site TSA (Tout Sur l’Algérie) ; “Algérie : Cheikh Chemseddi­ne Aldjazairi, l’imam star” (http://www.jeuneafrique.com/mag/255148/societe/algerie-cheikh-chemseddine-aldjazairi-limam-star/)

24 A l’âge de 17 ans, il anime sa première conférence autour des significations religieuses et scientifi­ques des faits. Pendant des années, il a présidé une association caritative islamique. Il est l’auteur d’es­sais consacrés au célibat des femmes en Algérie et au danger de tomber dans l’extrémisme idéologique.

25 Sur Jil FM (radio publique destinée aux jeunes), le cheikh se félicite de son succès en se disant étonné que “le peuple” connaisse certaines de ses émissions par cœur. Le journaliste qui l’interroge en profite pour l’inviter à raconter une de ses histoires préférées, qui se rapporte à une femme qui se croit possédée par un djin (esprit) allemand, et dont le cheikh se moque en rappelant qu’un djin allemand ne quitterait pas les femmes polonaises, suisses ou américaines pour choisir une femme de Chrarba (commune pau­vre de la wilaya d’Alger), à court d’eau depuis 15 jours. N’hésitant pas à égratigner l’image de la spectatrice ayant posé la question en mettant en cause l’hygiène personnelle de celle-ci, il se positionne pourtant comme faisant partie du peuple, connaissant les problèmes quotidiens de celui-ci, ses grilles d’interprétations et leurs limites et ne donne pas l’impression de profiter des largesses du régime : «Je lui ai dit “Aie confiance en Dieu, ma fille, tu n’as aucun esprit en toi. Le djin que tu as en toi est humain, c’est celui qui a coupé l’eau depuis 15 jours, le djin de Chrarba ! Pas celui qui vient d’Allemagne”».

26 Le cheikh explique son succès dans un extrait d’émission de radio sur Jil FM : «Les gens m’aiment parce qu’ils se sont trouvés en moi. Ils écoutaient les mouftis du Moyen-Orient mais ne comprenaient pas leurs réponses». Il cite en exemple la confusion générée par le double sens du mot hammam, qui dé­signe les toilettes en dialecte oriental et les bains turcs en dialecte algérien, ou celle liée à l’emploi du mot niqab (en dialecte oriental) au lieu de ‘ajar (en dialecte algérien) pour désigner le tissu qui recouvre le visage d’une femme : «Les gens entendent un langage qu’ils comprennent». Il ne cesse de rappeler, au fil des interviews et des caméras cachées dont il a été la cible, qu’il partage les mêmes conditions de vie que le “peuple” (par exemple des problèmes de logement – il attend et espère un logement social pour lui, ses deux femmes et ses dix enfants –, d’eau, d’électricité…), qu’il connaît ses soucis quotidiens, qu’il lui offre une forme de guidance pour l’aider à prendre distance par rapport à ce qui lui arri­ve, et qu’il le comprend simplement à partir d’un peu de bon sens. Voir : https://www.youtube.com/watch?v=R3xG6gvV08I

27 Notamment les talk shows/émissions de “société” comme El Khat el Ahmar (La ligne rouge), Ma wa­raa el djidran (Ce qu’il y a derrière le mur), des émissions d’information ou de divertissement comme des “caméras cachées”.

28 Jeune Afrique lui a également consacré d’autres articles : http://www.jeuneafrique.com/mag/255148/societe/algerie-cheikh-chemseddine-aldjazairi-limam-star/ ; http://www.jeuneafrique.com/mag/255147/societe/algerie-fatwas-par-satellite-buzz-et-polemiques/

29 https://el-manchar.com/tag/cheikh-chemsou

30 “L’algérien”.

31 Comme le relèvent les débats générés autour de ses fatwa, comme son rappel de devoir voter aux lé­gislatives en 2012, ou sa condamnation d’artistes évoqués précédemment.

32 https://www.youtube.com/watch?v=SRi6aU1yGt8

33 Diffusée le 8 février 2015, elle compte, le 13.08.18, 402 111 vues, 680 clics “j’aime” et 433 “je n’ai­me pas”.

34 Sa chaine YouTube, ouverte en 2011, compte 43 757 abonnés et totalise 8 543 653 vues. Sa description, en anglais, précise l’objet de sa chaîne : «Entertaining videos for Algerian viewers & for anyone interested all over the the world :)».

35 Da’wa.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 
Légende Image d’introduction de l’émission Insahouni (capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-1.png
Fichier image/, 725k
Titre Fig.2 
Légende Générique de l’émission Insahouni (capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-2.png
Fichier image/, 552k
Titre Fig.3 
Légende Clôture du générique d’Insahouni (capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-3.png
Fichier image/, 394k
Titre Fig.4
Légende Ouverture de l’émission Insahouni par des invocations (capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v =Y0vlemwYifw).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-4.jpg
Fichier image/, 76k
Titre Fig.5 
Légende Lecture d’une question au cours de l’émission Insahouni (capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v =VYT8CdKARRI).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-5.png
Fichier image/, 732k
Titre Fig.6
Légende Prêche sur un ton moralisateur lors de l’émission Insahouni (capture d’écran réalisée sur la chaine YouTube Ennahar TV : https://www.youtube.com/​watch?v=Y0vlemwYifw).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-6.png
Fichier image/, 361k
Titre Fig.7
Légende Image de fin de la vidéo J’ai renversé un cageot de whiskey sur mon père et ma mère ! ! Ecoute la réponse de Chemsedine el Djazaïri, invitant à visionner d’autres vidéos(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Youface HD : https://www.youtube.com/​watch?v=qp-clLmYBzQ).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-7.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Fig.8 
Légende Image d’ouverture de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016(capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-8.png
Fichier image/, 607k
Titre Fig.9 
Légende Image du générique de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016 contenant le titre (capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-9.png
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig.10
Légende Image de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de biere 2016 représentant les bières déversées sur l’autoroute (capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-10.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Fig.11 
Légende Image de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de biere 2016 représentant les automobilistes ramassant les bières (capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8)
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-11.png
Fichier image/, 468k
Titre Fig.12
Légende Image de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016. Le cheikh loue l’acte des automobilistes (capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-12.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Fig.13 
Légende Image de fin de la vidéo Cheikh Chemsou VS voleurs de bière 2016 invitant à visionner d’autres vidéos (capture d’écran prise sur la chaine YouTube Mumu Muslim : https://www.youtube.com/​watch?v=SRi6aU1yGt8).
URL http://journals.openedition.org/rsa/docannexe/image/2611/img-13.jpg
Fichier image/, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghaliya Djelloul, « Le rire médiatique du cheikh Chemsedine el Djazaïri, un miroir aux alouettes de l’ordre médiatique “néo-autoritaire” en Algérie ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 49-1 | 2018, 157-184.

Référence électronique

Ghaliya Djelloul, « Le rire médiatique du cheikh Chemsedine el Djazaïri, un miroir aux alouettes de l’ordre médiatique “néo-autoritaire” en Algérie ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 49-1 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rsa/2611 ; DOI : 10.4000/rsa.2611

Haut de page

Auteur

Ghaliya Djelloul

Sociologue, CISMOC, UCLouvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals